OSTENSION EXTRAORDINAIRE DU SAINT SUAIRE CE JOUR 

http://www.ktotv.com/

SUR LA TV ET INTERNET
OSTENSION EXTRAORDINAIRE DU SAINT SUAIRE CE JOUR 

EN DIRECT MAINTENANT SUR KTO
www.ktotv.com   rubrique direct
http://playtv.fr/television/kto/


MAIS
INACCESSIBLE SUR RAI UNO

CAR PLACÉE SOUS COPYRIGHT !!!
http://www.rai.tv/dl/RaiTV/dirette/PublishingBlock-64203784-70f7-4b53-9d21-b14693850195.html?channel=Rai%20Uno&refresh_ce



Cité du Vatican, 30 mars 2013 (VIS). Aujourd’hui, Samedi saint, de 17h15 à 18h40, en la cathédrale de Turin, sera exposé de façon exceptionnelle le Saint Suaire. Cette initiative a lieu dans le cadre de l’Année de la foi proclamée par le Pape Benoît XVI. Cette ostension sera retransmise par la RAI uno en mondiovision.

A cette occasion, le Pape François a adressé un message-vidéo dont voici le texte intégral: “Chers frères et sœurs, je me place, moi aussi avec vous devant le Saint Suaire, et je remercie le Seigneur qui nous offre cette possibilité avec les moyens d’aujourd’hui. Même si cela se fait sous cette forme, il ne s’agit pas d’une simple observation, mais d’une vénération, c’est un regard de prière. Je dirais davantage: c’est se laisser regarder. Ce visage a les yeux clos, c’est le visage d’un défunt, et pourtant mystérieusement il nous regarde, et dans le silence il nous parle. Comment est-ce possible? Comment se fait-il que le peuple fidèle, comme vous, veuille s’arrêter devant cette icône d’un homme flagellé et crucifié? Parce que l’homme du Suaire nous invite à contempler Jésus de Nazareth. Cette image –imprimée dans la toile– parle à notre cœur et nous pousse à gravir le Mont du Calvaire, à regarder le bois de la croix, à nous immerger dans le silence éloquent de l’amour. Laissons-nous donc rejoindre par ce regard, qui ne cherche pas nos yeux mais notre cœur. Ecoutons ce qu’il veut nous dire, dans le silence, en passant au-delà de la mort-même. A travers le Saint Suaire nous parvient la Parole unique et ultime de Dieu: l’Amour fait homme, incarné dans notre histoire; l’Amour miséricordieux de Dieu qui a pris sur lui tout le mal du monde pour nous libérer de sa domination. Ce visage défiguré ressemble à tant de visages d’hommes et de femmes blessés par une vie qui ne respecte pas leur dignité, par des guerres et des violences qui frappent les plus faibles… Pourtant le visage du Suaire communique une grande paix; ce corps torturé exprime une souveraine majesté. C’est comme s’il laissait transparaître une énergie contenue mais puissante, c’est comme s’il nous disait: aies confiance, ne perd pas l’espérance; la force de l’amour de Dieu, la force du Ressuscité vainc tout. Pour cela, contemplant l’homme du Suaire, je fais mienne, en ce moment, la prière que saint François d’Assise prononça devant le Crucifié: Dieu Très-Haut et glorieux, viens éclairer les ténèbres de mon cœur; donne-moi une foi droite, une espérance solide et une parfaite charité; donne-moi de sentir et de connaître, Seigneur, afin que je puisse l’accomplir, ta volonté sainte qui ne saurait m’égarer. Amen.”
de 17h15 à 18h40


Ostension du Suaire de Turin, Vigile Pascale et Messe de la Resurrection
Samedi Saint 30 mars
17h10 : Ostension du Saint-Suaire de Turin
Samedi Saint à partir de 17 h 10, il sera possible de suivre sur KTO l’ostension télévisée exceptionnelle du Saint Suaire de Turin. Décidée par Benoît XVI, la cérémonie se tiendra à huis-clos dans le Duomo. L’ostension d’une demi-heure aura lieu pendant la cérémonie qui, elle, durera 1 heure et demie.
21h00 – minuit : Vigile Pascale en direct de Notre-Dame de Paris.
Pâques – Dimanche 31 mars
10h15 : Messe de la Résurrectioncélébrée par le Pape François en direct de la place Saint-Pierre de Rome.
12h00 : Message Pascal du Pape François et Bénédiction Urbi et Orbi
18h30 : Messe de la Résurrection, en direct de Notre-Dame de Paris.
Lundi de Pâques 1er avril
12h00 : Regina Caeli en direct de Rome.
Retrouvez toutes ces informations sur lapage consacrée à la Semaine Sainte.

JOYEUSES PÂQUES – HAPPY EASTER !!!


L’ÉGLISE A RECONNU COMME AUTHENTIQUE
LE SAINT SUAIRE
, OFFICIELLEMENT DEPUIS 1934
PAR LA VOIX DU PAPE PIE XI
par la prière indulgenciée suivante.
(Indulgence plénière à gagner notamment ce jour )






Ô Seigneur, vous qui avez daigné laisser les traces de votre présence en ce monde et les gages indéniables de votre amour sur le très saint linceul dans lequel votre Corps adorable fut enveloppé lorsqu on le descendit de la Croix, ah ! par les mérites de votre Passion, et en considération de ce vénérable linge qui a servi à votre sépulture, faites-nous la grâce que, lorsque viendra le jour de la résurr


ction, nous devenions participants de cette gloire dans laquelle vous vivez éternellement. Ainsi soit-t-il !

Ainsi, après l’ostension de 1932, le pape Pie XI,  par un bref du 23 mars 1934, l’avait désigné comme « Relique », et même accordé une indulgence plénière à tous les fidèles qui prieraient devant le Linceul – ou devant une image d’elle – la belle prière suivante : 
« Ô Seigneur, vous qui avez daigné laisser les traces de votre présence en ce monde et les gages indéniables de votre amour sur le trèssaint Linceul dans lequel votre Corps adorable fut enveloppé lorsqu’on le descendit de la Croix, ah ! par les mérites de votre Passion, et en considération de ce vénérable linge qui a servi à votre sépulture, faites-nous la grâce que, lorsque viendra le jour de la résurrection, nous devenions participants de cette gloire dans laquelle vous vivez éternellement. Ainsi soit-il.» 
Les termes exacts employés par ce pape courageux furent : «Est accordée l’indulgence plénière pour le jour du 4 mai, fête du saint Suaire, et deux autres jours à leur choix pendant l’année, aux fidèles qui, s’étant confessés et ayant communié selon les intentions du souverain Pontife, vénéreront dévotement la relique ou l’image du saint Suaire en récitant la prière ci-dessus.De plus (est accordée) une indulgence de 500 jours chaque fois que l’on récitera la même prière avec un cœur contrit.» Voilà ce qui était clair face à tous les douteurs, détracteurs et contempteurs de l’ Église, de son message salutaire et de ses vénérables traditions et reliques. On ne peut pas s’empêcher de penser à cette Parole de Notre Seigneur : « Celui qui n’aura pas honte de Moi devant les hommes, Moi aussi, Je n’aurai pas honte de lui devant Mon Père. »
Les scientifiques eux-mêmes, devant l’écrasante masse de preuves matérielles de l’authenticité du Linceul de Turin, ont reculé d’un cran en admettant aujourd’hui la réalité terrestre de ‘l’homme des douleurs’ du Linceul, en ne contestant plus – comme jadis Ernest Renan et le monde scientifique à sa suite – son existence sur terre, mais en mettant en doute – comme le professeur Gérard Lucotte aujourd’hui – la divinité de cet homme réel. Pourtant le miracle du Linceul atteste le contraire. Il ne nous parle pas seulement de la Passion et de la Mort de Notre Seigneur (traces de sueur et de sang), mais aussi, de façon toujours plus abondante, de sa Résurrection (image ‘non faite de main d’homme’). Lors des travaux de réfection du Linceul de 2002 des photos de la face ‘arrière’ du Linceul ont pu être réalisées : elles révèlent que là aussi l’image du Christ existe, plus faiblement, mais réellement. L’analyse du professeur Giulio Fanti (université de Padoue) et de son groupe de recherche, à la suite des travaux du professeur Oswald Scheuermannn sur les effets de rayonnement, démontre que seule une immense décharge électrique venant du corps enveloppé par le Linceul pouvait laisser cette fine DOUBLE IMAGE superficielle que nous admirons et vénérons aujourd’hui, transformant ainsi le Linceul en extraordinaire témoin direct de la Résurrection.
Dans un monde qui s’enfonce dans le péché et la perversion, ce message concernant l’existence réelle de cet Homme divin, annonçant pour tous et pour toujours la possibilité du Salut, est essentiel. Les pèlerins de l’UNEC, lors de leur « pèlerinage aux Reliques du Christ » du 17 au 22 mai, s’agenouilleront devant cette vraie Relique de Notre Sauveur en rendant grâce à Dieu pour ce miracle accordé à notre pauvre monde.
–  O.A.M.D.G.  – RU
Par cette prière indulgenciée, l’Église a donc proclamée comme authentique la relique insigne du saint Suaire.
C’est bien l’image de Notre Seigneur Jésus-Christ qui s’est imprimée miraculeusement sur ce linge, preuve miraculeuse de la Résurrection.

Cette image ne peut pas être qu’ une simple icône sanglante, car si c’était une icône : 
1° Elle serait faite par un homme ;
et 2° il serait donc possible d’en refaire une. 
Nous mettons au défi qui que ce soit d’en refaire une copie avec toutes les preuves intégrées.
Nous vous signalons une émission radio intéressante, l’interview d’Arnaud Upinsky, mathématicien, épistémologue, qui a dirigé le symposium de Rome sur le linceul de Turin en 1993 qui a conclu scientifiquement à l’authenticité du saint Suaire.

Ecouter l’émission très intéressante
Également cette émission paru sur ARTE 03 avril 2010 “Le Suaire de Turin : la nouvelle enquête, remettant en question la datation au carbone 14 :

Voir l’émission

http://linceuldeturin.info/html/demonstration.html

http://pagesperso-orange.fr/gira.cadouarn/france/index_fr.htm

Avancées scientifiques



A l’occasion du 4° symposium scientifique international organisé par le Centre international d’études sur le linceul de Turin (Cielt) les 26 et 27 avril 2002 à Paris, une quarantaine de scientifiques et d’historiens ont fait le point sur l’avancée de leurs travaux sur la relique chrétienne la plus célèbre. Ainsi, les Italiens Gian-Maria Zaccone et Aldo Guerreschi ont parlé respectivement de la famille de Charny (propriétaire d’origine au XIV° siècle) et des brûlures du linceul. La communication de l’Américain Kevin Moran a porté sur d’éventuelles preuves physiques de la résurrection. Le Français André Van Cauwenberghe a traité de quatre grains d’encens. D’autres interventions ont permis de comparer les taches de sang du liceul de Turin et celles de la tunique d’Argenteuil…

Renseignements au Cielt : 01.45.48.67.15

Secrétariat de l’Ostention du Suaire :
VIA XX SETTEMBRE, 87
10122 TURIN
Tél : +39 011 521 59 60
Fax : +39 011 521 59 92
e-mail : sindone@torino.chiesacattolica.it

Informations sur le Saint Suaire, horaires, recherches, etc :
Sindone official web site :
http://www.sindone.org
http://www.sindone.org/fr/welcome.htm   (en français)
http://www.sindone.org/fr/ostens/ost2000.htm   (l’ostension)

Ostension du SaintSuaire de Turin au printemps 2010



Benoît XVI a accordé cette ostension lors d’une visite du diocèse de Turin le 2 juin 2008 à Rome. La nouvelle a été accueillie avec joie par les quelque 7.000 pèlerins accompagnés de leur archevêque le cardinal Severino Poletto, au terme de l’année de la « Redditio Fidei », qui a mis le point d’orgue à la mission diocésaine lancée dans le sillage du jubilé. Ils ont offert au pape une reproduction du Suaire.
Cette ostension sera, a dit le pape, « une occasion propice, j’en suis sûr, pour contempler ce mystérieux Visage, qui parle silencieusement au cœur des hommes, en les invitant à y reconnaître le visage de Dieu ».



LE SAINT SUAIRE : LES PREUVES SCIENTIFIQUES DE L’EXISTENCE DE DIEU

Il y avait un conseiller, nommé Joseph, homme bon et juste,
qui n’avait point participé à la décision et aux actes des autres; il était d’Arimathée, ville des Juifs, et il attendait le royaume de Dieu.
Cet homme se rendit vers Pilate, et demanda le corps de Jésus.
Il le descendit de la croix, l’enveloppa d’un linceul, et le déposa dans un sépulcre taillé dans le roc, où personne n’avait encore été mis.
C’était le jour de la préparation, et le sabbat allait commencer.

  Évangile de Saint Luc 23:50-54L’AUTHENTICITÉ DU LINCEUL DE TURIN N’ÉTANT PAS UN ARTICLE DE FOI.
Le Sindone (mot italien du Grec s u n d o n = feuille, toile) n’est pas un article de foi. L’ Église Catholique n’oblige personne à croire au Saint Suaire. L’ Église oblige seulement croire les dogmes de foi étant des vérités révélées par Dieu. Le Saint Suaire n’entre pas dans la Révélation, ce qui n’implique pas qu’il n’est pas vérité. La même manière que ce qui est mathématiques n’entrent pas dans la Révélation, et ils sont aussi vérité.

Dans cet article nous allons seulement exposer les faits objectifs que la science a révélés sur cette relique incroyable.
Le Saint Suaire est la relique la plus étudiée de toute l’histoire. Une légion de scientifiques de très variées des disciplines l’ont étudiée. Ici sont les données qui ont apporté leurs recherches :

UNE PIÈCE UNIQUE
Le Sindon est une pièce unique au monde. Il n’est pas connu en toute l’histoire aucun autre objet de caractéristiques semblables. Il n’y a aucune trace dans toute la Terre d’un fait semblable dans aucune autre civilisation occidental, oriental, africain ou aborigène.
Nous sommes incapables d’en faire une simple copie, même approximative, à l’heure actuelle.
L’image imprimée sur le tissu est en fait un négatif et présente le corps martyrisé de Jésus vue à la fois de face et de dos avec des points de concordance rigoureusement exacts comme la marque des clous ” entrée/sortie ” qui ont transpercé les pieds du Seigneur.


L’IMAGE
La série de tests ne fit apparaître aucun pigment, aucune trace de peinture. Mais elle établit la présence de sang à l’emplacement des plaies. L’image était superficielle, sa coloration ne pénétrait pas dans les fils; l’image ne touchait que les fibres supérieures de la trame du linceul sur une profondeur de l’ordre de 40 microns. Ce qui exclut toute imprégnation de liquides et par là même toute technique d’imprégnation pour l’image. Celle-ci est bien composée de ” fibrilles jaunes “. La coloration est le produit d’une déshydratation de la cellulose d’origine inconnue faisant penser à une sorte roussissure provoquée par une source de chaleur.
Aucun ” tracé directionnel ” (coup de pinceau) ne fut identifié sur le linceul.
A l’évidence, cette image n’avait pas de facture artistique. C’était un ” négatif photographique ” parfait, très détaillé.
Il faut s’éloigner de plus de 2 mètres du linceul pour pouvoir percevoir une image lisible et l’identifier comme étant une silhouette recto-verso d’un corps d’homme et c’est à 5 mètres que certains détails se révèlent au regard humain.
L’image imprimée sur le tissu est en fait un négatif et il aura fallu attendre l’invention de la photographie au siècle XIX pour le découvrir.
Le support a été tissé selon une méthode propre aux régions proches de Jérusalem, à une époque contemporaine de Jésus-Christ, et contient quelques traces : d’une espèce de coton spécifique à la Palestine, sur un métier à tisser du type de ceux utilisés au siècle précédent la naissance de Jésus… (aucune espèce de coton ne poussant en Europe) et cependant, en conformité avec la Loi Mosaïque qui interdit le port d’un vêtement contenant des fibres provenant à la fois du monde animal et du monde végétal.
L’origine et le mode d’impression de la coloration que l’on pourrait plutôt appeler pigmentation ne sont pas identifiables par les moyens techniques actuels. Des traces d’hémoglobine y sont pourtant décelées mais les fibres, soumises à un examen microscopique, ne sont ” roussies ” (pour employer un terme courant que dément cependant une procédure de réflectrométrie) que superficiellement, sans imprégnation ou même traces d’arrachement superficiel. Le roussissement apparent du tissu constituant l’image, principale caractéristique visuelle, n’a pas affecté les fibres des fils mais seulement et de manière sélective, des fibrilles, mesurables en quelques dizaines de microns.
L’empreinte de l’Image n’existe pas sous ces tâches de sang comme si ce sang avait protégé le tissu !
Aucune trace de colorants d’origine minérale ou organique (ou même de liquide en dehors du sang et de ses composants naturels révélés par le phénomène de la capillarité et de la pesanteur : l’image est superficielle, comme ceux habituellement utilisés par les peintres, n’a pu être trouvée.
Les examens scientifiques ont prouvé que l’intensité des ombres est en concordance partielle ou totale avec la déshydratation des fibres de surface des fils qui constituent le tissu.
L’image du linceul étant le résultat d’une projection verticale polarisante, cela exclut toute forme de rayonnement calorique car la chaleur s’exerce de façon omnidirectionnelle.
Toute œuvre peinte composée de main d’homme, c’est à dire manuellement accomplie, laisse apparaître après examen et traitement d’image, un sens d’exécution avec des points ou des zones de démarrage, des mouvements ou traces directionnelles que l’on dénomme ” fréquences spatiales préférentielles “. Aucune de ces fréquences n’étant détectée par l’ordinateur, cela prouve qu’il s’agit d’un autre mode d’exécution que celle de la main d’un homme et ce fait lui vaut d’être une œuvre archéiropoiétique ! Le mécanisme de formation de cette image est donc ” isotrope “, sans effet directionnel, excluant immanquablement une exécution manuelle, donc d’origine humaine. La postcolorisation d’images numérisées permet de révéler des détails supplémentaires.
L’image ne traverse pas la toile de côté à côté. Sur une seule face du Suaire est imprimée l’image frontale et dorsale d’un homme flagellé, en “rigor mortis” et mort par crucifixion.
L’image n’est pas peinte, ni imprimée, ni il existe des restes de pigments, ni colorants, ni soies de brosse, ni les grandes lignes de peinture, ni l’aucun matériel organique ajouté. Les taches de sang sont composées de hémoglobine. 
L’Homme du Sindon est une image ténue et très détaillée d’un homme adulte avec des cheveux mi-longs et une barbe; d’un mètre et quatre-vingt-quatre à quatre-vingt-sept centimètres de stature, de constitution forte, musclée, entre 30 et 35 années, avec un poids de quelque 80 kilos ; de mains et de pieds longs ; une face sémitique avec les traces laissées par un chapeau complet d’épines et non une couronne , comme on pensait ; et une série de détails qui ont permis de renforcer l’histoire biblique de la crucifixion. 
L’image coïncide avec la description du corps inerte Jésus de Nazaret après avoir souffert la crucifixion. Les evangiles parlent d’une toile dans laquelle a été à la hâte entouré Jésus après son décès – Vendredi Saint – pour ne pas rompre avec le repos sabbatique juif. Les juifs enveloppaient les cadavres avec des bandages, comme à Lazare. Mais avec le Christ ils n’ont pas eu du temps, parce qu’Il est mort aux trois heures de l’après-midi et fallait terminer la sépulture avant la nuit, parce que commençait alors le jour de fête avec interdiction totale de tout travail.
Comme Nicodéme et Joseph d’Arimathée ont dû aller demander autorisation à Pilate pour emmener le cadavre, chercher les instruments et décrocher le Seigneur de la croix, l’après-midi finissait et ont rapidement dû l’enterrer en le couvrant avec le Suaire. C’est pourquoi après samedi, allaient les femmes terminer la sépulture.
Le Sindon montre le tourment d’un jeune homme, avec des caractéristiques propres du groupe ethnique juif. Le sang correspond au groupe AB, le plus fréquent entre les hébreux.
Il s’agit d’un homme qui a souffert hematidrose (sueur de sang), grands coups dans les genoux et le dos. Dans l’image on apprécie un minimum de 120 coups avec un fouet de trois cordes terminées en des boules d’acier. La face présente des grands coups aussi. Il a été couronné par un chapeau d’épines, de desquelles on apprécie 33 orifices. Ont pu être comptées en total plus de 600 blessures dans tout le corps. Toutes ont été produites en vie, à l’exception d’un grande blessée dans le flanc droit, qui a une forme elliptique du même diamètre qu’une lancea romaine ; et elle est arrivée à l’auricule droite du coeur.
Il a été crucifié avec des clous qui ont traversé les poupées (non les mains) ; les pieds ont été ensemble traversés par un seul clou. Les médecins qui ont analysé la toile ont déduit qu’Il souffre des forts douleurs péricordiaux, oppression, et fièvre très haute, en mourant finalement d’asphyxie, n’ayant pas déjà de forces pour s’élever et respirer.
On a essayé de reproduire l’image, mais les essais effectués avec des cadavres humains, moules incandescents et diverses substances ont fracassé. Les spécialistes concluent que l’efigie est provoquée par une espèce de radiation d’origine inconnue.
L’image est en négatif, mais le sang qui a trempé la toile est en positif. 
L’image de la Figure humaine doit être lue comme reflétée dans un miroir : ce qui est vu à droite se trouve en réalité à sa gauche et vice versa.
L’image du Saint Suaire est un négatif photographique imprimé dans la toile, mais a deux caractéristiques très particulières par rapport à tout autre négatif : il est tridimensionnel et il n’existe pas d’unidirectionnelité.
Le Saint Suaire est la seule “photographie” tridimensionnelle. C’est-à-dire, l’intensité des images est inversement proportionnelle à la distance qui sépare en chaque point la toile du cadavre “photographié”.
Le résultat a démontré que l’image latente était complétement tridimensionnel, et qu’il n’existait pas de lignes ni de directionnalité dans le dessin.
Il est important de souligner la non-existence de directionnalité. Pour comprendre ceci il faut expliquer comme fonctionne une machine photographique. Le principe est celui de la chambre foncée : nous avons une pièce complétement fermée dans une dont les parois nous ouvrons un petit orifice par lequel il pénètre la lumière. Un objet situé hors de la chambre serait reflété, inverti, dans la paroi opposée à l’orifice. Celui-ci est le fondement des machines photographiques. Dans ces images il existe la directionnalité, c’est-à-dire, toute l’image est formée à partir des rayons de lumière qui viennent d’un seul point : les rayons lumineux qui entrent par l’orifice de la paroi.
Il n’est pas ainsi avec le Sindon. Il n’existe aucun point focal à auquel converge l’image. La lumière qui a imprégné le Saint Suaire vient de toute la surface du Corps. Tout au plus proche était la toile au Corps, d’autant plus il a intensément brûlé par la radiation qui est soudainement apparue du Corps, en lui donnant son tridimensionnalité caractéristique.
UNE IMAGE TRIDIMENSIONNELLE
Il a fallu attendre l’invention de l’ordinateur et de logiciels dédiés à l’aventure spatiale, avec la découverte de Bill Mottern en 1976 sur un ” VP8 analyser “, de cette tridimensionnalité qui permet de révéler après un scanning de la surface du linge, une représentation en 3D de l’ensemble de l’image, due à l’intensité lumineuse. Ce qui signifie que la distance entre la peau du supplicié et la surface du linge, en dehors des parties imprégnées de sang, a été prise en compte et enregistrée à l’insu de la simple première approche visuelle. Cette tridimensionnalité n’existe pas, bien entendu, sur une photographie du type de celle que le grand public est capable de tirer avec les appareils classiques, aussi sophistiqués soient-ils.

L’étude confirma également l’ effet de distance de l’image. La définition de la densité de couleur était bien en rapport avec la distance entre la toile et le Corps. Ce qui permit grâce à un appareil de la Nasa, le VP8 de confirmer les travaux précédents sur la ” tridimensionnalité de l’image “. 
Le Sindon a été étudiée par une légion de scientifiques, et la recherche continue. Le VP-8 est un appareil destiné à faire des recherches sur l’orographie des planètes sur les différents jeux de photographies obtenus par les sondes spatiales Viking qu’ils naviguaient autour de la planète Mars. Le résultat de l’analyse du VP-8 a révélé que l’image reflétée dans la Síndone était l’équivalent à la surface tridimensionnelle d’un corps humain. Et quelque chose non moins surprenant : l’image a été concrétisée uniformément dans le Sindon par une espèce de radiation inconnue, qui a brûlé légèrement de manière uniforme la totalité de la toile, ce pourquoi on démontre que ce n’a pas été le contact direct avec le corps ce qui a produit l’image, mais une radiation qui a émané de lui.

LA TOILE
L’analyse de la Toile confirme qu’elle se correspond avec les tissus existants il y a 2.000 ans. Il convient de souligner que cette façon de tisser la toile a été cessée d’utiliser après le siècle I, parce que les métiers à tisser manuels ont disparu et déjà ils n’ont pas été utilisés à nouveau. On ne conserve dans aucun musée du monde spécialisé aux toiles, de toiles de ce type postérieures au siècle I.
La Toile tissée à main avec forme d’épine de poisson, mesurait 436 cm de longueur par 110 de large. Le cadre répond à l’ancien style de Damassé, il s’agit d’une toile tissée en “épine de poisson”, en quarante-cinq degrés, disposée de deux en haut et deux vers le bas. Le fil transversal passe ainsi sous trois verticales pour surgir dans le quatrième, ce qui requiert un métier à tisser de quatre pédales.
On a seulement trouvé quelques fibres de coton mais ni le plus minimal reste de cheveux d’animal aucun. L’absence de cheveux d’animal est expliquée par l’interdiction de la loi juif que dans un métier à tisser on mélange des fibres végétales et animales. En Europe il a fallu attendre jusqu’au siècle XIII pour qu’on confectionne des toiles semblables au Sindon. Le fait de trouver quelques fibres de coton a servi à quelques chercheurs à spécifier leur origine parce qu’en Europe on ne cultivait pas coton, bien qu’en effet qui était fait en Palestine.
Dans le Code de la Loi juive, on rapporte la coutume de sépulture dans la section “Lois du duel”, étant une de ses indications qu’une personne exécutée par le Gouvernement doit être enterré dans un seul suaire.
ANALYSE MÉDICALE
Sur le plan anatomique, une profusion de détails (deux types d’écoulement directionnel des filets de sang authentifiés par l’ordinateur, chairs tétanisées, nombre exact de coups de fouets administrés dans le dos de la victime, blessure avec épanchement au niveau du cœur validant par ses dimensions son origine due à un coup de lance romaine, plaies sur les poignets et le dessus des pieds, traces sanguinolentes dues à l’encastrement de la tête du supplicié dans un casque d’épines ceint de joncs et formant couronne, point d’émergence du clou sur la plante du pied inférieur, et surtout le fait que l’empreinte dorsale du suaire soit le calque exact de celui de la face) constituant un ” faisceau ” de preuves concomitantes dans le langage d’une investigation policière attestant qu’il s’agit bien d’une crucifixion avec des détails qui ne sont relatés que dans un document connu : ” Les 4 Evangiles ” (en particulier le pourquoi d’une couronne… Jésus étant le seul cas cité dans un document d’archives). 
Le Saint Suaire est les preuves d’un crime horrible. Tout médecin qui analyserait la Toile conclurait qu’il n’existe pas le moindre doute que seulement un homme qui souffrirait les tourments physiques de Jésus-Christ pourrait avoir laissé de telles traces. 
Il faut souligner la punition terrible qui supposait la crucifixion. L’agonie a été prolongée environ une heure et demie. Respirér se transformait un travail fatigant : l’élévation des bras dans la croix bloquent le sternum et réduisent le mouvement des côtes avec une permanente position d’inspiration de l’air, ce qui provoque l’asphyxie. 
L’homme du Suaire est mort crucifié.
Le Crucifié meurt par asphyxie.
Tantôt il se soulève sur les pieds, mais la souffrance des pieds cloués lui fait se suspendre par les mains. Celles-ci produisant à leur tour une telle souffrance que le Crucifié alterne à nouveau, la respiration devenant de plus en plus difficile. Quand les crucifiés n’avaient plus la force de se soulever, ils mouraient d’asphyxie.
L’Homme du Suaire a subi une flagellation terrible: 120 coups ont laissé une trace.
On estime que l’homme du Suaire a reçu 60 coups d’un fouet à 2 lanières ayant au bout des osselets (ou boules de plomb?).
Le visage a aussi reçu des coups d’une grande brutalité: déchirure triangulaire sous l’oeil droit, nez déformé, les deux arcades sourcillières, particulièrement la droite, tuméfiées et enflées.
Les signatures de la crucifixion: la tétanie des muscles, l’enclouage dans les poignets à l’espace dit de Destot
Il était impossible de suspendre un corps humain en le clouant à l’intérieur de la paume des mains, les chairs se déchirant immédiatement. La disparition du pouce, comme le montre l’empreinte ” digitale ” sur le suaire, recroquevillé derrière chacune des mains, est dû au pincement du nerf dans l’espace dit ” de Destot “.

Les coulées de sang sur les bras montrent deux angles qui correspondent à l’alternance d’appui sur les pieds et suspension sur les bras.
Sur le pied droit, on voit la plaie, trace d’un clou entre les 2e et 3e métatarsiens.
Les meurtrissures en biais du dos correspondent au fait de porter une poutre analogue à une traverse de chemin de fer, et que l’homme est tombé en portant cette poutre.
La plaie au côté. Blessure ovale de 48 mm sur 15, entre la 5e et la 6e côtes, d’où le sang a coulé abondamment. Un liquide clair a coulé avec le sang laissant, sans se mêler à lui, des traces roses très pâles. La blessure a été faite après la mort, elle se serait refermée sinon.
Les médecins ont déterminé, d’après les épanchements, que les poumons devaient être rétractés et que la blessure au côté, dans ces conditions, a dû être faite moins d’une heure après le décès.
La tête et le front portent des plaies circulaires de 3 mm de diamètre, avec des coulées ondulées par les rides du front. Ces rides sont fixes, ce qui suppose une contracture des muscles frontaux d’un quart d’heure, soit une violente douleur.
L’arrière de la tête porte des traînées analogues. On en conclut que le crucifié a porté un casque d’épines dures, enfoncées violemment.
A l’endroit des taches de sang, contrairement à l’image générale “roussissement”, le tissu est imprégné et traversé dans les cas les plus importants comme à l’endroit de la plaie du côté. Les taches de sang normalement s’étendent par capillarité dans les fibres dans le sens horizontal et vertical, selon la direction des fils de chaîne et des fils de trame. Ici, les taches ont un contour net. Ces taches ont été faites avec du sang coagulé et non du sang frais. Et, par exemple, la goutte de sang qui, sur le front, se termine en coulée a la forme d’une cuvette, due à la coagulation.
Les zones tachées de sang contiennent de l’hémoglobine humaine.
Les tâches de sang ont des contours parfaitement définis et précis, sans traces de bavures ou d’effet ” buvard “.
Les flux directionnels des ruissellements sanglants accompagnés d’écoulements lymphatiques non sanglants autour des caillots respectent les sens de gravitation relatifs à la position exacte du corps et des plaies générées par la nature et le moment où le supplice avait été infligé.
Aucune trace même superficielle de putréfaction propre à celle d’un cadavre ne peut être relevée et témoigne du court séjour du corps dans le sépulcre. Après plus de 40 heures de contact entre un cadavre et les linges, un processus de putréfaction s’engage et ce, à vitesse accélérée.
Il y a des traces de sérum sur le pourtour des tâches de sang, traces non décelables à l’œil nu mais par luminescence.
Les ruissellements de sang sur le haut de la face ont été générés par les blessures provoquées par le casque d’épines ceint par un bandeau de joncs tressés (et non la couronne comme le veut la tradition) dont Jésus avait été coiffé par dérision.
Le nez est visiblement tuméfié.
Un grossissement permet de constater les meurtrissures provoquées par le port sur l’épaule du patibulum (barre transversale de suspension de la croix) et non d’une croix entière qu’un homme même en parfaite condition physique aurait été bien incapable de porter ou même traîner. (Les poteaux demeuraient plantés sur les croix d’exécution).
La poitrine lacérée par les coups de fouets prouve que Jésus n’était pas attaché à un poteau au moment de Sa flagellation et qu’Il a fait face aux outrages et à Ses bourreaux avec une forme d’abandon qui imprègne encore ce linge témoin silencieux mais abondamment narratif par lui-même.
Épanchements du cœur à la suite du coup de lance du centurion romain.
Plaie sur le poignet gauche (et non droit contrairement aux apparences puisque il s’agit d’une empreinte fidèle faciale) correspondant à la sortie du clou.
L’avant-bras droit présente deux sens d’écoulements sanguins correspondant aux deux positions du supplicié sur la croix : redressé sur les jambes pour pouvoir respirer et atténuer (si un terme est possible en la matière – tout ce chapitre confine à l’indicible) la douleur lancinante dans les bras. – affaissé sur les jambes pour échapper à la douleur provoquée sur les pieds…
Les genoux ne sont plus apparents, cachés par une immense plaie, Jésus S’étant affaissé à plusieurs reprises et même étalé tout au long de Son calvaire. (des traces de boue commune ont été trouvés sur la plante des pieds et la base du nez).
Plaie correspondant au clou unique traversant les deux pieds.
Les ruissellements de sang coagulés sur la chevelure et la nuque ont été générés par les blessures provoquées par le casque d’épines ceint de joncs tressés.
Les ruissellements de sang dûs aux meurtrissures provoquées par le port sur l’épaule du patibulum sont plus abondants sur les omoplates.
On peut ainsi noter que les coups de fouets, dont les lanières se terminaient par des billes de plomb et des osselets, ont été distribués de manière égale et symétrique sur les épaules, le dos, et le reste du corps par deux bourreaux professionnels placés de chaque côté de Jésus.
La face dorsale est zébrée de la tête aux pieds de plaies provoquées par les lanières des fouets.
Épanchement de sang important depuis la plaie correspondant au point d’émergence du clou unique traversant les deux pieds.
Les dimensions de la plaie sont bien celles d’une lancea romaine (48 mm sur 15 mm). Le fait que le coup avait été porté à droite s’explique par l’habitude de l’escrime romaine qui entraînait les soldats à frapper de gauche à droite au ” côté ouvert ” latus apertum), non défendu par le bouclier de l’adversaire. De ce fait, la lancea avait glissé sur la sixième côte et perforé le cinquième espace intercostal. Sur le trajet la lance avait rencontré le péricarde, plein de sérosité, et l’oreillette droite, toujours pleine de sang. D’où la phrase étonnante de l’Evangile : ” Il sortit du sang et de l’eau ” (Jn 19, 33-34).
Il existe aussi un autre détail révélateur du point de vue médical. On croyait traditionnellement que Jésus-Christ a été crucifié par les mains, mais la recherche avec des cadavres a révélé que les mains ne peuvent pas supporter le poids d’un corps mort, et beaucoup moins celui d’un corps vif en mouvement. Par conséquent, la seule façon de crucifier un corps était en traversant les clous dans “l’espace libre de Destot”, un petit espace entre les os de la main et le bras par où elle peut pénétrer un clou de la taille de celui utilisé par les Romains et être parfaitement ancré. Les ligaments de ces os fournissent un support suffisant pour résister à des tractions de plus de 70 kilogrammes. En outre, un clou endommagerait ainsi le nerf moyen, en provoquant la contraction involontaire des pouces vers le palmier de la main, comme la Toile le démontre.
Le sang des bras avance vers le bas, ce qui, avec la grande tache de sang de l’avant, indique que le sang a jailli et il s’est coagulé tandis que le corps se trouvait en position verticale, avec les bras étendus et légèrement au-dessus de la tête. Le sang coulait selon la découpe naturelle du corps.
Il n’y a pas de la rupture de jambes, pratique commune dans les crucifixions du siècle I.
Le chapeau d’épines qui portait l’Homme, et qui le couvrait la tête au complet, l’a cassée l’artère cervicale à travers la nuque et elle a jailli le sang artériel qui arrive dans des courants jusqu’au dos.
Pour conclure seulement il faut dire que l’image du Sindon est cliniquement précise.
LE SUAIRE ET LES ÉVANGILES.
Le Crucifié du Suaire a subi la crucifixion romaine, telle que l’histoire et les documents archéologiques l’attestent; Il a subi des blessures conformes au couronnement d’épines, ce qui n’est rapporté dans l’histoire, à notre connaissance, pour aucun autre crucifié, mais seulement pour le Christ; Il n’a pas eu les os des genoux brisés, comme le Crucifié de l’Evangile; Il a subi la flagellation, supplice romain que ceux-ci n’appliquaient pas concurremment à la crucifixion, mais que Pilate a ordonné pour le Christ; Il a eu le côté percé après la mort, comme le Christ, et il en a coulé du sang et de l’eau; Il a été mis dans un linceul riche et détaché rapidement de la Croix, ce qui n’était pas habituel, comme le Christ.
On peut conclure avec certitude que le crucifié du Suaire de Turin a subi exactement la Passion du Christ dans les Évangiles.
LES MONNAIES SUR LES YEUX


À la fin du siècle XX on a découvert des marques dans l’oeil droit qui se correspondraient avec une monnaie type Lepton Simpulum, mise en circulation entre les années 29 et 32.
La présence de deux pièces de monnaie de type différent sur les yeux a pu être décelée. Ces deux pièces de monnaie avaient été frappées du temps d’un préfet, Ponce Pilate, de manière grossière avec des fautes d’orthographe comme le ” C ” à la place d’un ” K ” pour ” Kaisarios ” (” César “). Deux exemplaires de ce type de monnaie contemporaine des dernières années de la vie de Jésus ont été découvertes avec cette faute d’orthographe aussi incompréhensible qu’inacceptable pour les scientifiques au départ.
Les scientifiques de la NASA qui ont analysé le Sindon durant l’année 1978 ont découvert que, sur les yeux de l’Homme enregistré dans le Sindon, il y a de petits objets qu’ils n’ont pas pu identifier. Toutefois, durant l’année 1981, le Prof. Francis Filas, de l’Université de Loyola, Chicago, a fait une extension photographique de l’oeil droit de l’Homme du Sindon. Dans cette extension apparaissent clairement quatre lettres : U CAI, et une canne à droite. En faisant des recherches dans les collections d’anciennes monnaies, le Prof. Filas a découvert que ces lettres correspondent à un lepton du siècle I, monnaie de la Palestine mise en circulation à l’époque de Pilate. Les quatre lettres, faisaient partie de la légende romaine suivante : TIBERIOU CAISAROS (de Tibérie César). Cette coutume de placer monnaines dans les cadavres était pratiquée par les juifs dans le siècle 1.
Mais en février 1997, un autre expert, Pier Luigi Baima Bollone, a découvert une preuve encore meilleure dans une pièce de monnaie ancienne, le ” lepton “, dont l’empreinte apparaît sur les yeux de l’homme crucifié. Les deux pièces ont été frappées en Palestine en l’an 29, sous le règne de Ponce Pilate. Ce qui est conforme à la tradition qui voulait qu’une pièce de monnaie soit placée sur les yeux des morts.







LA RÉSURRECTION
Pierre et l’autre disciple sortirent, et allèrent au sépulcre.
Ils couraient tous deux ensemble. Mais l’autre disciple courut plus vite que Pierre, et arriva le premier au sépulcre;
s’étant baissé, il vit les bandes qui étaient à terre, cependant il n’entra pas.
Simon Pierre, qui le suivait, arriva et entra dans le sépulcre; il vit les bandes qui étaient à terre,
et le linge qu’on avait mis sur la tête de Jésus, non pas avec les bandes, mais plié dans un lieu à part.
Alors l’autre disciple, qui était arrivé le premier au sépulcre, entra aussi; et il vit, et il crut.

Evangile de Saint Jean 20:3-8

Aucune trace de putréfaction n’étant décelable, cela prouve que ce contact avait disparu mais il faut plus de 36 heures pour obtenir une empreinte de sang ” décalquée ” et non baveuse ou poisseuse, identique à celle qui peut être analysée sur le tissu.
La présence du corps dans le drap, puis sa ” dématérialisation ” ou ” volatilisation ” pendant ce créneau horaire inférieur à 2 jours mais légèrement supérieur à 36 heures confèrent une légitimité accrue au thème de la résurrection entre les deux jours d’encadrement du sabbat Juif (le Vendredi Saint et le dimanche de Pâques).
S’il ne s’agissait que de sang, comment le corps s’est-il ” détaché ” du linge sans opérer de dommages sur la lisibilité de l’image. Il s’agit rappelons-le d’une empreinte recto-verso d’un corps humain sur un linceul d’une surface de 5 m2. Un simple essai pratique avec du sang plus ou moins séché n’est que plus explicite. Le principe mécanique de transfert et de détachement de l’image est inexplicable à ce jour.
L’image du Saint Suaire n’est pas peinte, parce qu’il n’y a pas peinture entre fil et fil. En outre, les fils sont coloriés parce qu’ils sont brûlés. L’image est enregistrée à feu par une radiation instantanée. Une radiation très intense et très brève, qu’a seulement brûlée la partie la plus externe des fibres du Síndon. Ceci est déduit du fait que les fils ne sont pas carbonisés, mais superficiellement brûlés légèrement, et par la pénétration il est possible de mesurer la fraction de second qui a duré la radiation.
L’avis général est que cette radiation s’est produite au moment de la résurrection. Jesus a ressuscité, comme ils affirment les Evangiles. Aucun cadavre n’avait laissé avant son image enregistrée à feu dans la toile qui le couvrait, et non plus n’a pas ensuite arrivé à nouveau un fait semblable. Il s’agit d’un phénomène unique dans l’histoire.
Les linceuls des cadavres ont des taches de sang, de sueur, de tout type de restes produits par la décomposition de la viande morte. Mais aucun a jamais laissé son image enregistrée à feu dans la toile qui le couvre. Le Christ, a enregistré son image dans le Saint Suaire quand il a ressuscité : il n’y a pas une autre explication.
Il existe aussi un autre fait surprenant. Les muscles du dos sur lesquels reposait le Corps ne sont pas aplanis, comme il devrait arriver en supportant le poids du Corps sur le sol.
L’image dorsale devrait être, sous l’effet du poids, nécessairement plus contrastée que celle de la face avant. Mais, il n’y a aucune différence d’intensité entre les deux, ni même un phénomène d’imprégnation ou de saturation. Les lois de la gravitation ne sont plus respectées !
Ce fait est du que le cadavre était suspendu pendant la résurrection. 
Oui, avant de se produire l’intense radiation qui a imprégné la toile avec l’image du Cadavre, celui-ci s’est élevé au-dessus du sol et l’Âme a été incarnée à nouveau dans le corps suspendu en l’air, en provoquant une grande radiation d’énergie et chaleur. Tout indique que dans le moment de se produire la radiation, le corps soit léger, en lévitation, et c’est pourquoi n’ont pas été aplanis les muscles dorsaux.
D’autre part, les taches de sang indiquent que le Corps n’a pas été séparé de la toile, parce que si ceci avait été fait avec le sang fluide, les bords des taches n’apparaîtraient pas tellement nets, et s’il aurait été fait avec le sang sec, les taches de sang auraient été détériorées, et ce n’est pas ainsi. De ce fait il paraît être déduit que les traces de sang du Saint Suairesont d’un Corps spiritualisé. C’est-à-dire, qui le corps avant “disparaître” était en lévitation. À continuation il se produit la mystérieuse énergie, lumière et chaleur qui a causé l’image négative tridimensionnelle.
LES POLLENS
Dans le Saint Suaire il y a de pollens que l’on ne peut trouver que dans la région du Jourdain, sur les bords salés de la mer Morte et ce dans une proportion de 29 sur les 50 espèces répertoriées par les botanistes.

Des arguments plus probants ont été apportés par des traces de pollen de divers types de fleurs qui poussent encore de nos jours autour de Jérusalem, ainsi que d’autres fleurs qui ne poussent que dans la Turquie actuelle. Cela confirmerait la tradition qui veut que le suaire avait été emporté de Jérusalem en Turquie, où il refit surface aux environs du 10e siècle, à Constantinople.
Le pollen d’une plante, une espèce de cardon appelée Gundelia Tourneffortii, était spécialement abondant dans la toile, et une image de la plante a été identifiée près de l’image de l’épaule de l’Homme. Il est possible que celle-ci était l’espèce avec laquelle on a fait la couronne d’épines de Jésus.
Les dernières recherches démontrent que le pollen le plus abondant dans la toile est le même qu’est conservé dans les couches sédimentaires d’il y a 2000 ans dans le lac Genezaret, en Palestine.
LE SUAIRE D’OVIDEOSimon Pierre, qui le suivait, arriva et entra dans le sépulcre; il vit les bandes qui étaient à terre, et le linge qu’on avait mis sur la tête de Jésus, non pas avec les bandes, mais plié dans un lieu à part.
(Saint Jean 20, 6-7)

Le suaire d’Oviedo (en Asturie, au nord de l’Espagne). Ce serait non plus la tunique, tirée au sort au Golgotha, ni le Linceul mortuaire du ressuscité, mais le Suaire (Soudarion : Jn 20, 6), c’est-à-dire le linge qui couvrait le visage, selon la Tradition et l’Evangile même.
Attesté par un pélerin dès 570, le suaire fut conservé à Jérusalem jusqu’en 614, il fut transféré à Alexandrie à l’arrivée des musulmans et parvint à Oviedo par l’Afrique puis Séville, Toléde (711) et Oviedo (718).
Le sudarium d’Oviedo a été déposé dans la cathédrale de cette ville d’Espagne au VIIIe siècle.
Les traces de sang correspondent à celles du Linceul. On a objecté: le sang du visage n’a pu être imprimé à la fois sur le Linceul et sur le Suaire d’Oviedo. L’hypothèse qui accorderait tout, c’est que le Suaire d’Oviedo aurait été posé sur le visage du Christ pendant le transport au tombeau. Et c’est alors qu’il aurait été marqué de taches de sang analogues. Le sang a été vérifié par des tests scientifiques. Il est du même groupe sanguin que le sang du Linceul. Et il y a des correspondances entre les taches du visage sur ces deux reliques. L’étude minutieuse a identifié toutes les taches de sang, leur formation successive et la position de la tête à chaque moment.
En effet, ce tissu, qui est supposé avoir recouvert la face de Jésus juste après sa descente de croix, serait également taché de sang appartenant au groupe AB et de grains de pollen identiques à ceux du Suaire.
La similitude des grains de pollen indique que le suaire de Turin remonte à la même époque que le suaire d’Oviedo. Les deux morceaux de tissu portent également des traces de sang de groupe AB, disposées de la même façon.

Il est impossible que des traces identiques de sang, appartenant visiblement au même groupe sanguin, et coexistant avec le même type de grains de pollen, n’aient pas une origine commune. Le même pollen et la similitude des taches de sang sur les deux morceaux de tissu prouvent de toute évidence que l’origine du Suaire de Turin est antérieure au VIIIe siècle.LE CARBONE 14
En 1988 on a effectué la datation au méthode du Carbone 14. Le résultat a été un âge compris entre les années 1260 et 1390. Mais aussitôt après la publication de ces résultats, d’autres scientifiques les ont réfutés. En effet, la structure chimique du tissu s’est considérablement altérée en raison de à quatre motifs principaux :
1º. Par la radiation qui a enregistré l’image. Ceci a été démontré dans le Congrès Scientifique International de Rome par deux scientifiques : le Professeur Lindner, Professeur de Chimie Technique à l’Université allemande de Karlsrue, et le Professeur Rinaudo, Professeur de Médecine Nucléaire à l’Université française de Montpellier.
2º Par l’incendie de Chambéry qui a provoqué des trous sur les coins du suaire replié n’a pas consumé le linge, ni même altéré l’ensemble de l’empreinte à quelques exceptions près. C’est la fonte de l’argent des chandeliers (le point de fusion de l’argent étant supérieur à 980°) qui a endommagé le linge. C’est un miracle supplémentaire de constater à ce sujet que les traces de brûlures, répétées de façon symétrique par le pliage du suaire, encadrent les deux silhouettes sans les avoir définitivement détruites, le corps allongé étant en contact étroit et en pression avec la surface du drap funéraire,
L’incendie de 1532 à Chambéry, endommageant les bords du suaire. C’est cette partie du tissu qui avait été utilisée pour la datation. Des experts du laboratoire Sedov, à Moscou, ont simulé l’incendie de 1532 et étudié ses effets sur un tissu dont on savait qu’il datait du le, ou du 2e siècle ap. J.-C. Ils en ont conclu que la datation au carbone était inefficace pour déterminer l’âge du Suaire. Le tissu a été contaminé par les gaz de l’incendie. Le Sindon a été soumis à de grandes températures, de plusieurs centaines de degrés.
Le Pr. Dimitri Koutsenov a démontré que “le feu extrait du carbone de l’air ambiant et le colle chimiquement aux fibres, -a-t-il expliqué-. Ce carbone étant plus récent que le tissu, si vous ne tenez pas compte de cofacteur, vous obtenez une date trop récente. ” 
3º. Deux microbiologistes de l’Université du Texas sont parvenus aux mêmes conclusions, quoique pour d’autres raisons. Leoncio Garza Valdes et Steve Mattingly ont découvert une très fine couche de bactéries et de champignons sur les pièces de tissu provenant du suaire. Il est inévitable que cette ” couche biologique ” ait eu une influence sur les résultats de la méthode de datation au carbone. L. Garza Valdes et S. Mattingly ont également découvert dans le tissu quatre types de bactéries dont on sait qu’elles se développent en milieu salin. Ces experts ont rappelé qu’on utilisait, en Palestine, du sel pour blanchir les tissus et pour la fabrication des parfums et des baumes destinés aux morts. Ils ont achevé leurs recherches en 1996, concluant : ” Nous ne voyons aucune raison pour laquelle le suaire de Turin ne daterait pas du 1er siècle ap.J.-C.
CONSIDERATION FINALE Le Sainte Sindon est une évidence scientifique irréfutable de l’existence de Dieu. On Pourrait difficilement se présenter des preuves scientifiques plus éloquents sur la réalité de Dieu que celles que nous présente le Sindon. Mais il est possible que beaucoup d’athées, agnostiques et indifférents religieux refusent de croire tout ce qui est exposé. Les preuves objectives sont écrasantes, mais non définitives. Il est nécessaire de mettre une petite portion de foi pour croire à l’existence du Fils de Dieu qu’il nous montre le Sindon.
L’Histoire Sacrée démontre que ni encore avec les preuves les plus éloquentes il est possible de changer l’avis de quelqu’un qu’il ne veut pas accepter à Dieu. Judas a vécu plusieurs années à la compagnie de Jésus-Christ, a vu Ses miracles, a vérifié par lui-même la Sagesse qui émanait de Ses lèvres, Il a été même signalé par le Christ des conséquences néfastes qu’il aurait sa trahison :
” Le Fils de l’homme s’en va, selon ce qui est écrit de lui. Mais malheur à l’homme par qui le Fils de l’homme est livré! Mieux vaudrait pour cet homme qu’il ne fût pas né.”
(Matthieu 26:24)
Toutefois, même ainsi il L’a trahi par des misérables monnaies.
La même chose on peut être dit des anges tombés. Ces purs esprits vivaient à la présence directe de Dieu, considéraient Leur beauté infinie, ils étaient destinés à jouir éternellement du bonheur céleste et… ils ont jeté tout par la fenêtre.
Avec un incroyable acte de fierté, vanité et folie, les créatures ont essayé de supplanter au Créateur. Ces anges rebelles ont été faits apparaître loin de la présence de Dieu et maintenant demeurent entre les flammes infernales transformés en démons horripilantes.
Et un autre tant peut être affirmé des athées que maintes et maintes fois ils refusent d’accepter les lumières que Dieu leur envoie tout au long de ses vies. Dieu les appele insistamment, mais ils n’écoutent pas. Ils rejettent toutes les preuves que le Créateur leur envoie. Ils rejettent la Vérité de Bible, ils rejettent les lumières particulières qu’ils reçoivent tout au long de leur vie, et ils rejettent les preuves objectives qui révèlent l’existence de Dieu.
En la majorité des cas c’est un rejet intéressé. Un rejet étant donné le refus de changer de vie et de naître à nouveau dans la Vérité. Un rejet à abandonner le mal, les vices et les passions désordonnées.
À tous ceux-ci je puis seulement leur dire qu’ils lisent attentivement l’analyse médical de cet article. Dieu a envoyé Son Fils à souffrir une mort terrible “pour la salvation de beaucoup”. Après la mort ne vient pas la disparition finale, mais la “mort éternelle” en enfer.
S’il y avait une annihilation de l’âme, n’aurait pas sens la Passion de Jésus. Si l’âme des pécheurs disparaissait, il n’y a aucune nécessité que le Fils de Dieu souffre pour sauver aux hommes, parce que les pécheurs, simplement disparaîtraient.
Celle-ci est la vérité qui a fait que jusqu’aux saints ils tremblent : l’enfer est pour toujours.
Oui, celle-ci est la vérité : Jésus-Christ est mort pour sauver aux hommes de l’enfer éternel.

Google Documents – Éléments de cet e-mail

Pin It on Pinterest

Share This

Share This

Share this post with your friends!

Aller à la barre d’outils