Le film “the money fix”

C'est une nouvelle approche de la critique bancaire et une recension des problèmes connexes.

Les cupides drogués à l'argent, pour un association des cupides anonymes, comment se soigner ?
 

Je ne sais pas si vous connaissez ce film sur la monnaie :

http://dotsub.com/view/38d7177f-869c-4922-8424-9795986de2f2

Un rappel sur la création monétaire et enfin la présentation de monnaies locales…

http://www.pavie.ch/index.php?lng=fr
 
Avez vous signé la pétition " Pour que l'argent nous serve au lieu de nous asservir! " sur

Témoignages de ceux qui ne se sont pas encore suicidés…ou disparus…ou devenus fous….ou alcoliques…ou dépressifs…ou révoltés….ou divorcés….ou chômeurs…ou….  ou

  • Quand j'étais à l'université, je travaillais dans une banque,mais je n'étais pas faite pour cela,
  • c'était assez déprimant parce que j'étais beaucoup au contact des gens,
  • j'effectuais des transactions pour eux, et ça m'a vraiment surprise
  • de voir à quel point l'argent gouvernait leur existence.
  • En fait, je suis toujours inquiet à propos d'argent.
  • Voilà, c'était après le divorce, et effectivement, 60 000 dollars de dettes, alors que je n'avais pas encore 30 ans.
  • C'est la toute la séduction de l'argent, et ce leurre: la possibilité d'en avoir plus.
  • La dette normale; maisons, voitures…
  • On fait des concours pour savoir qui dépensera le moins d'argent,
  • et je crois qu'un jour, je suis descendu aux alentours de 1 dollar et demi,
  • et ça, ça veut dire tout, nourriture et le reste pour la journée.
  • Je n'avais vraiment pas beaucoup d'argent, et j'étais constamment en train de lutter.
  • Le moment où j'ai été le plus inquiet à propos d'argent ?
  • Bin, maintenant. Là, tout de suite, je suis inquiet à cause de l'argent.
  • C'était une situation de violence conjugale, et j'avais peur de ne pas avoir le revenu.
  • Tu te demandes d'où proviendra ton prochain repas.
  • Prier que tout ira bien.
  • L'argent m'inquiète en permanence.
  • Est-ce que j'en ai assez ? Est-ce que j'en dépense trop ?
  • Tu dois faire de l'argent. C'est tout simplement incontournable.
  • Et tu dois faire ce que tu dois faire, dans la limite de la légalité.
  • Je pense que si l'argent n'avais pas été un souci, nous aurions été carrément bien.
  • Si j'ai des questions au sujet de l'argent ?
  • Si j'avais des questions au sujet de l'argent, qu'est-ce que je voudrais savoir ?
  • Quelle est la valeur réelle d'un dollar aujourd'hui ?
  • Le piège de l'argent
  • L'argent ; l'argent est source de beaucoup de détresse,
  • de beaucoup de désarroi et de pas mal de souffrance.
  • L'argent fait tourner le monde. Celle là, tout le monde la connait.
  • L'argent est un outil qui aide les gens à vivre dans le bien-être,
  • mais d'une manière ou d'une autre, il devient fourre-tout. Les gens confondent l'argent et la vie elle-même.
  • La vision de base est que si tu deviens plus riche, ta qualité de vie devient meilleure, donc tu es plus heureux.
  • Et bien, il s'avère que ce n'est pas tout à fait juste.
  • Le modèle standard absolu de l'existence, une fois au dessus du seuil de pauvreté
  • est assez faiblement lié au bonheur.
  • J'affirme qu'en gros, 95% des querelles familiales, des problèmes, des séparations,
  • ont pour origine l'argent. Et je ne prends pas trop de risques.
  • En Amérique, avoir 1 million de dollar veut dire qu'on a réussi,
  • mais qu'est-ce que ça veut vraiment dire ?
  • Pourquoi ça ? Qu'y a-t-il de si spécial avec l'argent ?
  • Pourquoi sentons nous que l'argent est le point de rupture de la famille?
  • Pourquoi cela arrive-t-il si souvent ?
  • Notre relation à l'argent est si tourmentée, si dérangeante,
  • et ça ne vaut pas que pour les gens qui essaient de joindre les 2 bouts ou qui sont marginalisés.
  • Même nos milliardaires planétaires sont complètement dingues
  • de leur argent. Alors, avoir plus d'argent ne résout pas
  • ces problèmes que nous avons à son sujet.
  • Comprendre le dollar.
  • Cela signifie plus que de savoir à quoi ressemble une coupure de 1 dollar, ou un dollar en argent.
  • Pour la première fois, l'ensemble de la planète, bon gré, mal gré,
  • obéit aux mêmes règles économiques.
  • Le système monétaire est devenu global, et cela à semé le désordre
  • dans tous les écosystèmes locaux et les systèmes sociaux de la planète.
  • La règle de base est le postulat que faire de l'argent
  • est toujours plus important que tout le reste.
  • Nous avons rendu l'argent plus important que la vie humaine,
  • plus important que la nature, plus important que Dieu ou l'âme,
  • et sur ce socle de mensonge, s'est construit notre relation à l'argent.
  • Nous en sommes là aujourd'hui, toute l'infrastructure d'hypothèses
  • étayant l'économie est simplement fausse, alors,
  • pourquoi permet-on à une société de vivre en fonction de données non-fonctionnelles ?
  • Une part du problème est que peu de gens pensent à ce qu'est l'argent,
  • d'où il vient, comment il est créé ou contrôlé.
  • Bien, rappelons nous qu'il y a eu 150 ans de propagande intense
  • et d'endoctrinement pour nous faire oublier ces idées.
  • Si nous pouvions dénouer toutes ces mystifications, nous trouverions sans doute
  • que l'économie a été rendue si compliquée pour mystifier les gens,
  • pour qu'ils ne puissent surtout pas comprendre.
  • Si tout le monde connaissait les processus de création de l'argent,
  • comment il est mis en circulation, qui l'émet et le pouvoir que cela procure
  • pour le contrôle de l'économie et des individus,
  • Je pense que cela ferait pas mal de gens malheureux.
  • Souvent, il a été dit que l'argent fait bouger la planète, ou qu'il est le moteur du monde,
  • ou encore qu'il fait tourner la terre, mais plus précisement,
  • l'argent empêche plutôt le monde de cheminer.
  • J'ai bien peur que cela ne soit plus que je n'avais l'intention de dépenser.
  • L'argent n'est pas, dans sa forme actuelle, un facilitateur, il inhibe plutôt la transaction et l'échange.
  • L'argent est la seule chose qui soit reconnue pour l'échange économique.
  • C'est en quelque sorte le défilé de Khaiber.
  • C'est la route que doivent emprunter toutes les transactions
  • pour être finalisées.
  • Nous vivons aujourd'hui par l'échange de biens et de services
  • et l'argent est le moyen que nous employons à cette fin,
  • donc l'argent, en fin de compte, est l'organe de contrôle de l'économie.
  • Ceux qui contrôlent l'argent controlent tout !
  • Dans les systèmes de troc des peuples primitifs,
  • la pointe de lance était l'un des premiers objets utilisés comme monnaie d'échange.
  • Les coquillages ont aussi servi à cet effet.
  • Les indiens d'Amérique utilisèrent aussi le wampum,
  • des centaines d'objets ont pu servir d'argent
  • à différentes populations en des temps différents.
  • L'argent n'est pas une création de l'état.
  • Il n'y a pas eu besoin de roi ou de prince pour inventer l'argent.
  • Au contraire, l'argent et les échanges monétaires sont le fruit d'un ordre spontané.
  • Mettez vous en situation de troc, vous venez au marché
  • avec un bien et tentez de le troquer directement pour un autre bien que vous voulez
  • pour le ramener à la maison et le consommer. Alors, si vous venez au marché avec des asperges
  • et que vous voulez rentrer avec des chemises en plaid, vous devez trouver quelqu'un
  • qui non seulement à des chemises en plaid, mais qui veut être payée en asperges.
  • Bien sûr, le problème est souvent que vous ne pourrez trouver un partenaire commercial
  • qui a le bien que vous voulez et veut le bien que vous avez.
  • Une autre façon de voir est de se demander: "que veut cette personne qui dispose de chemises en plaid ?"
  • Donc, ce que les gens font c'est troquer pour des biens
  • qu'ils ne désirent pas nécessairement, mais pour des biens intermédiaires
  • qu'ils croient pouvoir échanger plus facilement contre ce dont ils ont véritablement besoin.
  • De prime abord, des gens différents essaieront
  • différentes stratégies d'échanges.
  • Quelqu'un troquera avec du sel, quelqu'un d'autre des clous,
  • une troisième pourra utiliser de l'orge.
  • Ce qu'il se passe, c'est que plus un bien est utilisé pour ces échanges
  • entre individus, plus il deviendra attractif
  • à des tiers pour effectuer le même genre de transactions.
  • Par conséquent, il peut y avoir un effet boule de neige où
  • un petit nombre de biens ou encore simplement un moyen
  • semblera tellement efficace qu'il sera adopté universellement.
  • Et quand vous atteignez un outil d'échange communément accepté,
  • c'est là que vous êtes en présence d'argent.
  • Donc, il n'est pas défini par de quelconques caractéristiques physiques,
  • il n'est pas défini par des textes de lois,
  • Il est défini par la convention sociale qui fait qu'il est accepté
  • pour être réutilisé ultérieurement.
  • Au cours de l'évolution humaine, les sociétés ont utilisé
  • d'innombrables objets comme monnaie d'échange.
  • Est-il possible que ce qu'une société choisit comme argent
  • puisse avoir une incidence sur le comportement de son peuple ?
  • La façon classique, conventionnelle de réfléchir à l'argent
  • est que c'est un médium passif d'échange qui est utilisé
  • comme une commodité bien pratique pour produire des échanges entre personnes
  • et que ça n'a pas vraiment d'incidence sur les types de transactions qui sont exécutées
  • il ne fait que les faciliter, ou faciliter les relations entre les personnes
  • qui utilisent ce type d'argent.
  • Toutes ces choses se sont avérées fausses.
  • Différentes formes d'argent ont vraiment différentes propriétés,
  • et l'une des propriétés-clé est le niveau d'abondance ou de rareté
  • de l'item étant utilisé comme argent.
  • S'il est abondant, vous aurez une prolifération des échanges.
  • Les gens pourront tout à fait librement échanger leurs bien et services.
  • Si l'argent est rare, vous créez un problème très sérieux
  • parce que vous empêchez les personnes de
  • pouvoir véritablement échanger des biens et services.
  • Nous disposons désormais d'un bon nombre d'études qui démontrent très clairement
  • que selon ce que l'on utilise comme médium d'échange,
  • les relations entre les personnes seront différentes.
  • Il y a là une énorme, énorme conséquence.
  • Il existe différents types de systèmes monétaires, et certains d'entre eux promeuvent
  • un comportement vraiment socialement responsable et d'autres promeuvent
  • un comportement très anti-social et destructeur.
  • Ma vision de l'argent dans n'importe quelle société, pas juste la société moderne
  • est une projection de l'inconscient collectif de cette société.
  • Et le signe, la preuve de cela est que
  • chaque société considère son propre système monétaire comme allant de soi.
  • Si vous essayez de savoir ce que l'argent représente pour les gens,
  • vous serez déconcerté et étonné.
  • c'est une confusion, c'est inexact, c'est absurde, c'est de la superstition,
  • c'est un mythe, c'est religieux, c'est fou.
  • La plupart des personnes n'en ont pas la moindre idée, elles se contentent de l'utiliser.
  • Peut-être serait-il plus pertinent de dire qu'il les utilise.
  • En fait, il est impossible pour l'esprit humain de tenter de saisir le montant total d'argent
  • qui a été nécessaire pour construire l'Amérique que nous connaissons aujourd'hui.
  • Alors, d'où vient tout cet argent ?
  • Maintenant, nous parvenons à un point qui est d'actualité.
  • La plupart des gens n'ont pas la moindre idée d'où vient l'argent.
  • Beaucoup de gens croient que ce sont les gouvernements qui créent l'argent.
  • Je ne suis sûr de connaître l'autorité exacte qui émet le plus d'argent.
  • Je sais que l'exécutif a quelque influence.
  • Vous savez, à chaque fois que j'encaisse mon chèque de paye, il est là,
  • c'est tout ce qui m'importe véritablement.
  • Il vient d'une grosse usine, où ils le produisent.
  • Il est, je ne sais pas, créé par le gouvernement pour nous contrôler.
  • Bon, il devrait être produit par le gouvernement.
  • Je veux dire, c'est ce que vous attendriez de toutes les façons.
  • Que ce soit ou pas le gouvernement est une toute autre histoire.
  • Contrairement à ce que beaucoup pensent, la monnaie conventionnelle n'est pas créée par le gouvernement
  • et elle n'est même pas créée par les banques centrales, bien qu'elles y prennent part.
  • L'argent est en fait créé par le système bancaire.
  • Les gens voient ces films sur l'Hôtel des Monnaies et le bureau d'impression des billets,
  • et elles voient des planches de dollars rouler sur les presses.
  • Et par conséquent, elles pensent que c'est le gouvernement qui imprime la monnaie.
  • Mais ce n'est pas la vraie source de l'argent. La vraie source de l'argent ce sont les banques.
  • Les banques ont un monopole total sur le processus de création de l'argent,
  • ainsi l'Etat n'est en fait pas du tout impliqué dedans que ce soit directement ou indirectement.
  • La Réserve Fédérale est une institution privée posséde par des banques commerciales
  • qui sont membres du système de Réserve Fédéral, qui contient
  • toutes banques nationalement agréées.
  • La plupart des gens ne réalisent pas que la Réserve Fédérale est une entreprise privée
  • à but lucratif. Et en fait, la Réserve Fédérale
  • n'est ni fédérale, et n'est pas non plus une réserve.
  • En 1910, un groupe des plus grands banquiers américains s'est rencontré sur l'Ile de Georgia Jeckyll
  • pour discuter des moyens de stabiliser le système bancaire du pays.
  • Le Congrès a passé en 1913 le Federal Reserve Bank Act donnant à cette entreprise privée
  • un monopole sur l'émission de l'argent de la nation.
  • Comment donc le pouvoir d'émettre quelque chose
  • d'aussi fondamental que l'argent, est-il devenu privé?
  • Au départ, vous pouvez penser que le rôle d'une banque est de stocker l'or des personnes,
  • ainsi vous rentrez, vous stockez votre or à la banque et le banquier vous donne
  • un certificat d'or qui dit que vous avez tel montant en or dans sa banque.
  • La base des systèmes monétaires fondés sur le papier
  • était de pouvoir commencer à échanger ces morceaux de papier.
  • Disons que vous disposez d'un peu d'or que vous voulez protéger.
  • Vous le déposez dans une banque, et la banque vous donne un reçu papier
  • vous pourrez le ramener plus tard pour votre or.
  • Vous pouvez maintenant échanger ce morceau de papier à la place de l'or
  • tant que d'autres pourront aussi l'échanger pour votre or.
  • Le bon nom de la banque sur le morceau de papier assure aux personnes
  • que derrière le morceau de papier, il y a une pièce d'or attendant d'être remboursée.
  • Puis, à mesure que la confiance des gens en la banque croît,
  • les personnes recevant le papier, plutôt que d'encaisser le reçu, se mettent simplement à l'échanger.
  • Le papier peut finir par être échangé plein de fois
  • avant de se voir remboursé pour l'or original dans la banque.
  • Et les banques ont découvert quand les personnes ont commencé à se payer les unes et les autres
  • avec des garanties sur les pièces dans le coffre-fort de la banque plutôt que de retirer les pièces
  • qu'elles n'avaient vraiment pas besoin de conserver dans le coffre-fort
  • afin d'en avoir assez pour en fait payer les
  • personnes qui venaient et voulaient les pièces.
  • Le banquier a réalisé que personne ne vient prendre l'or.
  • L'or ne fait qu'attendre là, ainsi, au lieu d'émettre un morceau de papier
  • valable pour telle quantité d'or, pourquoi ne pas émettre beaucoup de morceaux de papier,
  • compte tenu du fait que personne ne vient pour prendre l'or, et que vous pouvez prêter de l'argent.
  • Et la base de cet emprunt est la confiance qu'ont les personnes
  • que si elles viennent pour prendre l'or, l'or sera là.
  • L'argent dans la banque n'est en fait pas la richesse.
  • La seule chose qui fait que ce système fonctionne est le fait que personne ne vient en fait
  • retirer l'or. Maintenant, si tout le monde dit "Vous savez que
  • je m'apprête à retirer mon or à la banque." Si tout le monde y allait et le retirait,
  • il n'y aurait pas suffisamment d'or pour tout le monde.
  • Vous avez souvent eu des banqueroutes et des paniques bancaires.
  • A chaque fois que les personnes auraient un manque de confiance dans une banque particulière
  • elles ramèneraient ces billets de banque à la banque et exigeraient leur or et argent.
  • Et avec les petites réserves, cette banque manquerait rapidement de réserve en métal
  • et serait contrainte de fermer ses portes.
  • Ainsi, c'est la minuscule réserve de la banque : les pièces dans le coffre-fort
  • sont une fraction des revendications qui pourraient être faites.
  • La raison pour laquelle la banque a fait ça est qu'elle faisait du profit
  • en prenant des intérêts sur ces prêts
  • qui étaient des promesses qu'il y avait de l'or dans la banque.
  • Tant que les personnes font confiance dans la banque et que ses récipissés continuent à croître
  • les banques découvrent alors un moyen inattendu de faire du profit.
  • La banque peut imprimer un reçu pour de l'or qui n'existe même pas.
  • Elle peut alors prêter ce reçu à quelqu'un à la condition
  • qu'il lui rembourse avec un intérêt.
  • Alors que la banque prend un risque en ayant moins d'or que les reçus émis,
  • il y a un potentiel presque illimité à faire du profit sur les intérêts
  • de prêter de l'or qu'elle n'a même pas.
  • Si les gens comprennent qu'il n'y a pas suffisamment d'or pour rembourser les reçus,
  • ils iront tous à la banque en une fois pour récupérer leur or.
  • Si cela arrive, il y aura banqueroute. La banque fermera ses portes
  • parce qu'elle dispose pas de suffisamment d'or pour rembourser ses reçus.
  • En 1934, afin d'éviter de plus amples faillites bancaires
  • une série de réformes bancaires a supprimé aux personnes la capacité d'échanger
  • leur monnaie-papier en or ou argent.
  • En 1971, Richard Nixon a supprimé les derniers vestiges de cette convertibilité.
  • Aujourd'hui, notre argent ne peut plus être changé pour de l'or ou de l'argent.
  • Maintenant que nous sommes allés au-delà de ce que je vois comme une réalité post-morderne
  • qui est que nous ne voyons même plus l'argent. Nous ne le tenons plus dans nos mains.
  • Nous prenons un morceau de plastique au supermaché,
  • achetons des provisons et le passons dans une machine
  • qui l'enregistre quelque part sur notre livre de compte.
  • Le vendeur ne le voit même pas, c'est ça ?
  • Et en fin de journée, il solde les comptes, et quelques chiffres
  • sont ajoutés sur le compte du supermarché et retirés de notre compte.
  • La plupart des actifs que nous appelons argent ne sont pas des coupures imprimées en dollars.
  • En fait, la monnaie est une toute petite proportion du montant total de l'argent.
  • La majorité de ce que nous appelons argent est des comptes en banque.
  • Tout comme les banques avaient l'habitude de produire plus de papier-monnaie qu'elles n'avaient d'or,
  • les banques aujourd'hui émettent plus de monnaie de compte qu'elles ne disposent de réserves en cash.
  • Ce sont ces soldes de comptes qui produisent environ 97% de ce que nous pensons être de l'argent.
  • Si un propriétaire veut savoir combien d'argent vous avez avant que vous ne signiez un contrat de location,
  • vous lui montreriez un solde de votre compte et pas une valise pleine de billets.
  • La plupart des livres d'économie ne disent jamais ce qu'est l'argent. Ils disent juste ce que fait l'argent.
  • Ils décrivent l'argent par ses fonctions. Ils parlent de choses comme
  • un médium d'échange, un standard de valeur, un stock de valeur ;
  • ce sont les classiques. Ce sont toutes les choses que font l'argent.
  • En fait, l'argent vit dans un espace différent. C'est un accord.
  • Beaucoup de gens penses que l'argent est quelque chose qui est tangible, réel,
  • et que vous pouvez le prendre et le manipuler.
  • En fait ça n'est pas ça. L'argent est fondamentalement une idée. Et c'est une idée que
  • vous devez quelque chose à quelqu'un, ou que quelqu'un vous doit quelque chose.
  • Et cette idée peut être symbolisée par un compte, où votre compte
  • monte et le mien descend, ou vice versa.
  • Ou il peut être symbolisé par un échange de monnaie-papier,
  • ou un échange de pièces, que ce soit de l'or, de l'argent, du cuivre ou tout ce que vous voudrez.
  • Mais ce ne sont que des symboles. Ce n'est en fait pas de l'argent.
  • Une autre idée fausse que les gens ont à propos de l'argent est que l'argent est une chose,
  • mais dans notre monde d'aujourd'hui, l'argent est simplement un crédit
  • qui signifie que c'est un système d'information. Et la question est :
  • quel type d'information cela transporte ? De l'information concernant
  • les revendications contre le produit économique.
  • Si vous avez un compte en banque qui dit que vous avez un million de dollars,
  • il est beau de dire j'ai un million de dollars, mais ce qui fait c'est vraiment beau
  • c'est que vous pouvez acheter un million de dollars de choses que vous voulez acheter.
  • Ainsi si l'argent n'est rien d'autre que de l'information sur ce que vous devez à chacun des autres,
  • comment est créé l'argent que nous utilisons au quotidien.
  • L'argent est créé à travers le processus des prêts bancaires.
  • Les personnes, les sociétés, les gouvernements
  • entrent dans le système bancaire et empruntent de l'argent.
  • Ainsi chaque dollar, chaque devise nationale que vous avez déjà vue est la dette de quelqu'un.
  • Pour chaque nouveau dollar créé dans le système monétaire,
  • vous avez une dette correspondante.
  • Ceci s'applique tant à la réserve fédérale des dollars
  • qu'aux dépots de dollars en banque qui sont basés dessus.
  • L'argent est émis à chaque fois que quelqu'un emprunte à la banque.
  • Ainsi, si je rentre dans une banque, et que je veux emprunter $500 000 pour démarrer une entreprise,
  • et que j'ai un bon plan d'affaires, et que j'ai des clients,
  • alors, en supposant que la banque soit d'accord,
  • me donnera 500 000 dollars pour démarrer mon affaire.
  • Voilà votre argent, et ceci est votre livre de comptes.
  • Merci.
  • Maintenant, la plupart des gens, si vous leur demandez, diront que ce demi-million de dollars
  • provient de quelque part ailleurs. Il provient des économies de quelqu'un d'autre :
  • il provient des investissements. Ceci en fait n'est pas vrai.
  • Quand je dis que l'argent est émis comme une dette, je veux dire
  • qu'ils reçoivent cet argent de nulle part.
  • Ils le créent en fait à partir du vent et créent un crédit
  • dans mon compte bancaire, et voilà c'est fait.
  • Dans son livre "Money: whence is came, where it went," John Kenneth Galbraith
  • dit ça. Il dit "Le processus par lequel la monnaie est créé
  • est si simple que l'esprit humain refuse à y croire."
  • Et c'est vrai. Quand je dis aux gens comment l'argent est créé par les banques
  • simplement en produisant des entrées dans des livres de comptabilité, elles ne peuvent tout bonnement pas le croire.
  • Le système bancaire privé crée littéralement notre argent à partir de rien
  • et le prête dans l'économie.
  • Le seul moyen par lequel le nouvel argent rentre dans l'économie et pour finir dans vos poches
  • se fait via un prêt bancaire. Ceci veut dire que chaque dollar que vous voyez
  • est la dette de quelqu'un envers une banque.
  • Le fait en deux mots est, et c'est un fait qui met beaucoup de gens mal à l'aise,
  • que si toutes les dettes étaient remboursées,
  • alors la totalité du ravitaillement monétaires disparaîtrait tout simplement. Il n'y aurait plus d'argent,
  • et ceci voudrait dire un anéantissement complet de l'économie.
  • Si tout le monde devait rembourser ses dettes, si cela était possible,
  • si tout le monde remboursait vraiment ses dettes, il n'y aurait plus d'argent en circulation.
  • En fait, il y a plus de dettes que d'argent disponible.
  • Et la raison est que l'intérêt n'est pas créé.
  • Le piège est qu'ils veulent plus de remboursements que ce qu'ils m'ont donné.
  • Quand vous allez dans une banque et empruntez $100 000 pour acheter une maison,
  • ils vérifieront que vous avez un bon crédit. Et puis, ils décideront
  • de créer l'argent, en le saisissant électroniquement sur votre compte,
  • et vous diront que vous devrez ramener 200 000 $ dans les vingt prochaines années.
  • Les 100 000 $ du premier prêt sont créés,
  • la seconde partie (le taux d'intérêt) n'est pas créée.
  • Ainsi, ils vous envoient dans le monde pour entrer dans la compétition avec tous les autres
  • afin de vous faire ramener la seconde tranche de 100 000 $.
  • C'est comme ça que la monnaie est maintenue rare. A travers la compétition
  • entre différents joueurs pour l'intérêt qui n'est pas créé.
  • Par conséquent, il y a toujours moins d'argent que ce qui est nécessaire. Et c'est systémique.
  • Si vous allez dans une banque et empruntez de l'argent en circulation,
  • si la banque décide de donner son accord à votre demande de prêt,
  • elle produira deux entrées dans ses livres de compte.
  • La première est qu'elle prendra votre reconnaissance de dette (disons pour votre emprunt-logement)
  • et ce sera un actif sur les livres de la banque, et elle compensera cela
  • avec un dépôt égal sur votre compte qui est une dette sur les livres de la banque.
  • Ainsi, le processus de création d'argent est aussi simple que ça,
  • mais la banque ne crée pas l'intérêt que vous allez devoir payer
  • année après année jusqu'à l'échéance de remboursement de votre prêt.
  • Par conséquent, d'où vient cet intérêt ?
  • D'où vient l'intérêt ? Je dois trouver ça.
  • Bon, il doit provenir de quelque autre prêt qui a été produit pour quelqu'un d'autre.
  • Ainsi, vous avez cette insuffisance inhérente à la fourniture de l'argent.
  • Tout le monde ne peut pas rembourse ce qu'il doit aux banques.
  • A tout moment, il y a plus de dû aux banques que ce qui existe en circulation.
  • Ce qui veut dire inévitablement, que quelqu'un va perdre à ce jeu.
  • Quelqu'un va partir à la faillite bancaire,
  • et ceci n'a absolument rien à voir avec la qualité des biens et services
  • ou à l'efficacité du business. Vraiment rien à voir.
  • Tout le monde dans l'économie rivalise avec quelqu'un d'autre pour éviter la défaillance
  • sur ses emprunts aux banques. Et le seul moyen d'y parvenir
  • est de se battre avec un autre du fait de provisions insuffisantes.
  • Ainsi, c'est comme un jeu de chaises musicales. Cela assure qu'il doit y avoir quelques perdants,
  • indépendamment de la compétence qu'ils auront pour mener à bien leurs affaires.
  • L'argent que nous obtenons quand nous recevons un prêt est appelé le principal.
  • Notre dette, néanmoins, n'est pas déchargée quand nous remboursons le principal.
  • Les prêts bancaires sont tous produits à la condition que les personnes payent
  • à la fois le principal et les intérêts facturés par la banque.
  • Néanmoins, l'argent ne peut être uniquement créé que sous forme de principal ;
  • personne ne crée l'intérêt. Ainsi la quantité de dette dûe est en fait bien plus grande
  • que la quantité d'argent qu'il y a à rembourser.
  • Quand un dollar est emprunté dans l'économie, ça démarre une boucle.
  • Jean le fermier reçoit un prêt de sa banque et paye Tom pour réparer son tracteur.
  • Thomas paye Jeanne pour le pain à la boulangerie locale.
  • Et Jeanne à son tour achète la farine à Jean, qui peut maintenant rembourser le prêt.
  • Le problème est que Jean doit l'intérêt bancaire sur le principal.
  • Afin d'éviter de perdre son bien à la banque,
  • Jean doit trouver d'autre argent produisant sa propre boucle dans l'économie.
  • Il peut désormais rembouser son prêt avec l'intérêt,
  • mais les personnes dans cette boucle sont laissées sans leur argent.
  • Elles ont encore besoin d'argent pour faciliter leurs échanges,
  • et pour rembourser le prêt qui a généré l'argent qu'elles ont utilisé.
  • Le seul endroit où elles peuvent en obtenir est d'autres boucles de dettes équivalentes.
  • Du fait que tout l'argent se voit attaché une étiquette de prix d'intérêt
  • il n'y aura jamais suffisamment d'argent pour rembourser toute la dette dûe aux banques.
  • Par conséquent, quelques personnes devront toujours aller en faillite
  • ou se voir dépossédées de leurs biens par la banque.
  • C'est fou. Parfois cela m'inquiète, parce que vous savez,
  • que se passerait-il s'il y avait une compréhension collective
  • du fait que l'argent est bidon, quand on redescend sur terre ?
  • Que feraient les gens ? Se révolteraient-ils dans les rues ?
  • Qui propage l'illusion derrière l'argent ?
  • Qu'est-ce qui… Cela me fait chier en fait.
  • Chaque fois qu'il pleut, les arbres dirigent une certaine quantité d'eau de pluie vers l'écorce.
  • Et cette écorce est créée avec des modèles élaborés
  • pour diriger la pluie tout autour de l'arbre.
  • Ouah vraiment ?
  • Oui, et dans ces fissures où les punaises, fourmis et autres créatures vivent,
  • vous avez beaucoup d'exosquelettes qui sont abrités dedans.
  • Puis tout cela est dissous par l'eau de pluie.
  • Elle coule par terre et charrie le phosphate provenant des punaises
  • et l'engrais des punaises à l'intérieur de cela.
  • Tout ce matériau organique à la base ici est ce qui nourrit l'arbre,
  • ainsi c'est comme un recyclage permanent de la substance de la vie de retour dans vie.
  • Non, je ne pense pas que l'économie ait uniquement un rapport avec les humains.
  • Il est aisé de voir la nature comme une économie.
  • La nature crée constamment de la valeur pour tous ses membres,
  • et c'est, je pense, ce qui fait vraiment l'économie.
  • Ici vous avez une sorte de banque de ressources
  • à laquelle chaque élément contribue dans cette forêt.
  • Ainsi, c'est plus comme une communauté de contributeurs,
  • et vous prenez ce dont vous avez besoin quand vous en avez besoin.
  • Ainsi, il y a comme une banque en bas de ce sapin, il y a cette banque de ressources,
  • elle est disponible pour l'arble, elle est disponible pour les champignons, les vers de terre, les termites.
  • Pour quiconque passe et en a besoin,
  • et à chaque fois que quelqu'un prend quelque chose auquel il contribue généralement.
  • Il n'y a aucune motivation au profit ou à l'intérêt dans les systèmes naturels.
  • Vraiment, ce n'est pas nécessaire d'avoir plus que ce dont vous avez besoin,
  • à moins que quelque part, vous ne soyez acculturé à ce système de valeurs.
  • Par conséquent, il y a une forme d'attirance pour la rareté dans la culture humaine
  • qui nous donne toujours l'impression qu'il n'y en pas assez
  • ou qu'il n'y en aura pas assez, ainsi nous devons rapidement,
  • amasser autant que nous le pouvons,
  • et stocker là où personne ne nous le prendra et ne nous le volera, ou tout ce que vous voudrez.
  • Et alors, cela n'importe vraiment pas si nous l'utilisons ou pas.
  • Pour la plupart des personnes, l'expérience de l'argent est que l'argent est rare.
  • Et dans les systèmes monétaires actuels, il est rare.
  • Ces mensonges culturels sur lesquels notre relation à l'argent est ancré et enraciné,
  • est vraiment gouvernée presque complètement par le mensonge le plus insidieux et tragique,
  • qui selon moi est le mensonge de la rareté.
  • Même les publications de la Réserve Fédérale affirment
  • que ce qui fait la valeur de l'argent est sa rareté.
  • Et ceci est faux. Ce n'est pas la rareté qui donne sa valeur à l'argent.
  • Quand nous parlons d'argent-crédit, ce qui lui donne sa valeur est sa capacité à réquisitionner
  • tout ce que vous voulez ou avez besoin en provenance du marché.
  • Nous baignons, en fait, dans un ensemble de croyances inconscientes non étudiées.
  • Nous scrutons le monde, et nous avons peur qu'il n'y en ait pas suffisamment pour joindre les bouts,
  • vraiment aucune preuve. Et nous faisons que ceci est vrai.
  • Le modèle dominant crée artificiellement de la rareté,
  • et cette rareté est l'un des moyens avec lesquels le système se maintient lui-même.
  • Non seulement la rareté matérielle, émotionnelle et oui, la rareté spirituelle.
  • Je veux dire par là, qu'est-ce que ça veut dire d'avoir suffisamment d'argent ?
  • J'imagine que vous en voulez toujours un peu plus.
  • Il n'y a pas assez de temps. Pas assez d'argent. Pas assez de sommeil.
  • Aussi, il y a une lutte constante entre les
  • "Il n'y en a pas assez" "Nous n'en avons pas assez" "Ce n'est pas assez" "Je n'en ai pas assez"
  • Et c'est une mentalité. C'est une mentalité inconsciente non examinée
  • qui crée des comportements faussés qui sont incohérents avec qui nous sommes.
  • La même chose qui empêche une personne riche de donner
  • empêche une personne pauvre de produire.
  • C'est ce moyen conditionné de penser et de voir que nous devons vraiment commencer à résoudre.
  • Ceux qui se considèrent eux-mêmes pauvres dans ce pays ne sont pas pauvres.
  • Je pense que cette mentalité de la rareté. Je pense que c'est une système de croyance que nous portons tous.
  • Et ce système de croyance "il n'y en pas assez" a une seconde partie.
  • "Il n'y en a pas assez pour survivre, et quelqu'un quelque part va être exclu."
  • Cette crainte inévitable ou cette certitude que:
  • il n'y en a pas assez pour y arriver et que quelqu'un quelque part va être exclu
  • est en fait la base de notre compréhension politique du monde,
  • de nos systèmes de gouvernance, de notre système d'éducation. Il est même au coeur de la religion.
  • Bien sûr, il existe des raretés qui se produisent naturellement.
  • Il y a une catastrophe, il y a une inondation. Toutes sortes de choses peuvent arriver.
  • Mais ici vous avez un système qui crée artificiellement la rareté
  • de façon à ce qu'ensuite vous ayez des personnes qui se battent vraiment pour les restes,
  • et du fait qu'il n'y ait pas beaucoup de contrôle provenant du haut,
  • c'est un moyen de maintenir la désunion et la confusion ceux qui sont en bas.
  • Ce que c'est, ce sont des hommes castrés, et que font les hommes quand ils sont castrés ?
  • Ils compensent avec une hyper-masculinité.
  • Quand vous laissez tout spécialement les hommes sans options,
  • ils deviennent violents et destructifs. Peu importe où vous en parliez.
  • Allez en Russie. Que sont les gangs Russes ?
  • Allez en Irlande du Nord. Allez n'importe où dans le monde.
  • Ces dynamiques dévastatrices sont manigancées.
  • Ainsi notre expérience de la monnaie comme étant rare est un artéfact du système monétaire.
  • Dans un système monétaire fonctionnant proprement, il n'y aura pas de rareté de l'argent.
  • Ce "il n'y en a pas assez pour s'en sortir et quelqu'un quelque part
  • sera toujours exclu" donne cette possibilité très difficile et fâcheuse
  • d'exclure les personnes. 'Parce que si quelqu'un va toujours être exclu,
  • alors c'est votre boulot et mon boulot d'en accumuler plus
  • que nous ne pourrions jamais en utiliser ou en avoir besoin
  • pour prendre nos distances avec la condition des personnes qui se font exclure.
  • Du point de vue de l'entreprise, en avoir plus,
  • en avoir plus et plus et plus est conduit en partie par l'avidité,
  • en partie par la dynamique d'essayer de tirer des profits, du capitalisme, mais c'est aussi conduit par la peur,
  • parce que si vous n'en avez pas, si vous ne pouvez vous développer plus vite que l'entreprise d'à côté,
  • elle recevra de l'argent pour la recherche et pour le marketing,
  • et puis vous battra et pourrait vous mettre hors-jeu.
  • "Vous n'êtes ni aussi rapides ni aussi efficaces, dans cette usine, que vous ne l'étiez dans nos calculs."
  • Voilà le discours du banquier,
  • "et de fait nous alons par conséquent soit augmenter le coût de votre crédit
  • et vous amener à faire de mauvaises choses pour vos salariés ou votre communauté
  • ou pour l'environnement afin d'accélérer ce retour et d'augmenter votre prix de l'action.
  • Et nous ne vous prêterons que sous ces conditions."
  • La manière élégante de dire ça est "les types élégants finissent dernier".
  • Si vous êtes insensible aux conséquences pour les autres, vous avez le potentiel pour réussir.
  • Les chances sont que vous pourrez rentrer dans la compétition. Si vous vous en faites
  • et vous sentez socialement préoccupés par les autres, vous êtes vraiment désavantagés.
  • Ainsi, je pense que la dynamique de compétition que nous avons
  • produit une sorte de filtre à succès,
  • mais je ne dirais pas que c'est un filtre à compétences,
  • ni à créativité, ni à intelligence, mais bien plus souvent à endurcissement.
  • Je pense que si vous regardez comment les économies fonctionnent,
  • elles fonctionnent à la fois avec la compétition et la coopération.
  • De fait, je pense que les deux peuvent cohabiter. Nous avons probablement appris plus de la compétition,
  • et je pense que nous pourrions utiliser plus la coopération,
  • mais je pense que soit l'un ou l'autre extrême peut être contre productif.
  • La compétition a réellement sa place
  • pour nous sommer de parvenir à notre plus niveau de performance et d'accomplissement,
  • mais la santé dépend de la coopération. Notre foie n'est pas en
  • compétition avec notre cœur pour le sang et la nutrition.
  • Une coopération inhérente au système mène au bien-être de l'entité totale.
  • La nature pour laquelle les personnes peuvent être sociaux, civilisées, sympathiques,
  • est vraiment étonnante, et elle est en contradiction avec la nature de l'argent.
  • Il est intéressant de voir que quiconque, que vous soyez un homme ou une femme,
  • que vous soyez agressif naturellement ou très doux et coopératif,
  • si vous deviez produire de l'argent pour vivre, je vous fais une prédiction
  • vous allez vous battre pour ça. Vous devrez rentrer dans la compétition.
  • Est ce dans la nature ? Est-ce que le monde est conçu de la sorte ?
  • Ou est-ce le système monétaire qui est entre nous et le monde qui est conçu de la sorte.
  • Je fais la seconde affirmation.
  • Beaucoup de diversité ici. Nous commençons à voir arriver une gamme différente
  • de plantes à la vie. Ainsi, il y a quelques lupins ici.
  • Il y a de la fraise. Des petites fraises sauvages.
  • Ce genêt avec des fleurs jaunes sur lui.
  • C'est un fixateur d'azote et il stabilise ces pentes.
  • Et les décomposeurs ici. Ils moissonnent ce genêt.
  • Alors que font ces fourmis pour la situation globale.
  • Et bien, fondamentalement, elles font tomber le niveau de carbone.
  • Elles prennent le carbone, l'assemblent et le décomposent.
  • Vous avez une grande partie de la famille des Apiacées. C'est l'achillée mille feuille.
  • Elles sont enracinées très profondément pour remonter beaucoup de minéraux
  • provenant de la substances parentes située sous ce sable et pénêtrent
  • plus que la silice pour remonter des choses à la surface qui nourriront ces autres plantes.
  • Ainsi, vous avez ici beaucoup de complexité, beaucoup de plantes coopérant les unes avec les autres
  • pour essayer et créer un écosystème qui stabilise ici cette surface de sable en mutation.
  • Les écosystèmes sont basés bien plus sur la coopération qu'ils ne le sont sur la compétition.
  • Nous avons tendance à déifier la compétition coupe-gorges,
  • et il y en a dans la nature, mais il y a bien plus de coopération.
  • Les espèces migrent de la compétition vers la coopération parce qu'elles découvrent
  • la valeur économique à coopérer. C'est meilleur marché et plus efficace.
  • Tout ce que vous devez faire est de jeter un œil au budget du pentagone
  • et voir qu'une toute petite fraction de ce budget développerait vraiment les pays
  • que nous avons rasé à la place. Bien plus efficace en termes de coûts
  • pour en faire des amis que ça ne l'est pour les garder comme ennemis.
  • Nous avons huit milliards de personnes sur la planète.
  • Un milliard d'entre elles qui seraient heureuses de travailler, mais ne le peuvent pas. Pas de travail pour elles.
  • Quelques personnes avanceront que ces personnes sont sans emploi
  • parce qu'elles manquent de compétences, ou parce qu'elles ne veulent pas travailler.
  • Et ce peut être vrai dans certains cas, mais pour la vaste majorité,
  • ce n'est pas la raison pour laquelle elles sont appauvries.
  • La raison pour laquelle elles sont appauvries est cette rareté de l'argent.
  • La première question que je pose "Suis-je coincé dans le rôle du concierge pour toujours ?"
  • Et ils disaient: "Oh non, il y a plein d'opportunités pour progresser.
  • Vous pourriez aller aux appels, à la saisie informatique.
  • Vous avez des compétences en informatique." Et puis quatre mois ont passé,
  • et j'ai reposé la question et eu une histoire différence. C'était comme si je n'avais pas de valeur.
  • Ma confiance en moi diminuait parce que
  • je peux faire plus que de nettoyer des tables de bingo et les toilettes.
  • Si vous avez une économie qui ne génère qu'un nombre limité de bons boulots,
  • êtes-vous supris que les parents pressentent que c'est vraiment important
  • d'enseigner à leurs enfants la manière de se battre sur tous les niveaux ?
  • Ils veulent que leurs gosses décrochent ces jobs.
  • Vous savez, un autre type de réponse serait de se rassembler et dire,
  • "Hé, attend une seconde. Il y a ici un problème avec la structure."
  • Mais nous avons une réponse très individualiste au problème.
  • Au moment de la guerre civile aux USA,
  • qui est un point de bascule très intéressant, au milieu de la Révolution Industrielle,
  • la reconstruction industrielle des Etats-Unis,
  • l'esclavage dans le Sud était évidemment condamné. Mais le contre-argument
  • était quelque chose qu'ils appelaient "l'esclavage par le salaire". Et qu'est ce que cela voulait dire?
  • Cela voulait dire que vous n'aviez pas de protection; vous pouviez être viré à volonté, sans boulot.
  • Vous pouviez ête jeté à la rue et vous étiez un "esclave par le salaire".
  • Le Treizième Amendement qui dit que vous ne pouvez pas traiter un être humain
  • comme un bien à acheter et vendre.
  • Et l'économie fait que, vous ne pouvez plus acheter ou vendre de la main d'œuvre, mais vous pouvez la louer.
  • Ainsi le salaire c'est que… vous louez quelqu'un.
  • Le mot "job" a été inventé à l'ère industrielle en Angleterre.
  • Il n'existait pas avant. Et il décrit une pile de chose qu'on fait pour l'argent.
  • Le travail est un concept très très ancien. Et le travail est quelque chose que vous faites
  • parce que vous êtes passionné, ou parce que vous êtes bon sur le sujet,
  • ou parce que vous aimez le faire. Un job est spécifiquement
  • quelque chose que vous faites pour être payé. Payé en monnaie nationale pour être précis.
  • Dites moi, pourquoi êtes-vous intéressé par ce job ?
  • J'ai besoin d'un job stable, Monsieur Wyaden, avec une chance de bouger un peu.
  • Des gens comme Woodrow Wilson et Abraham Lincoln disaient que
  • si l'Amérique devenait cette sorte de société, une société dans laquelle tout le monde devenait,
  • ou la vaste majorité devenait des "esclaves du salaire" comme ils avaient pris l'habitude de le dire,
  • nous perdrions les libertés qui ont fait la grandeur de l'Amérique.
  • Si vous étiez dans de telles conditions de contraintes que vous ne pourriez simplement pas survivre,
  • mis à part en étant un esclave, vous pourriez signer un contrat qui dit "D'accord, je serai votre esclave."
  • Ceci de notre propre volonté. Allons-nous prendre ça au sérieux ?
  • Sous quelques hypothèses pathologiques, je suppose que oui.
  • Nous vivons dans une économie qui prend quatre-vingt pour cent de chaque nouvelle génération,
  • et éduque ces 80% à obéir aux ordres et endurer l'ennui,
  • et réprime leur créativité et réprime leurs capacités, et les restreigne.
  • Ils sont systématiquement écrasés par un système qui fait quoi ?
  • Qui rempli des cases, et 80% des cases ont besoin de personnes qui ne font que
  • produire un travail ennuyeux et répétitif, au moins au travail,
  • et par conséquent sont apprivoisées pour faire ça.
  • Je n'ai jamais vraiment aimé la plupart de mes jobs. Je n'ai jamais dit, "C'est génial.
  • Je n'arrive pas à croire que je me fais payer pour faire ça."
  • Il y avait un job que j'ai vraiment méprisé, mais la paye était vraiment bien.
  • Et ce n'était pas le job que je voulais. Et ma vie quotidienne
  • et mon expérience professionnelle ne me rendait tout simplement pas heureuse.
  • Vous pourriez dire, "Vous savez que c'est un job terribe, je ne veux pas le faire."
  • C'est un marché libre. Vous avez un choix total de ne pas venir vous présenter sous ces conditions terribles.
  • En même temps, si vous ne le faites pas, le petit problème ici
  • est que vous n'allez pas manger et que votre famille ne mangera pas. Et c'est pourquoi les gens le font.
  • Oui, j'ai vraiment détesté ce job.
  • Je pense que bon nombre d'entre nous de nos jours ressentent le rôle de Charlie Chaplin modélisé il y a bien longtemps.
  • Comme les engrenages et les roues, nous sommes coincés dans la machinerie de notre économie.
  • Nous avons très peu de choix. Nous devons travailler de 9h00 à 17h00,
  • et regarder un peu de TV puis aller au lit, et refaire tout ça de nouveau.
  • Je veux avoir une expérience plus riche de la vie.
  • Et basée non pas simplement pour faire de l'argent et pour dire
  • "Oh, cette année j'ai fait 10 000 de plus que l'année dernière."
  • Je pense que cette idée globale d'un classe moyenne dans ce pays est ridicule.
  • Il n'y a pas de classe moyenne. Une telle chose n'existe pas.
  • Ce sont aussi des pauvres travailleurs, parce que tout leur style de vie a été financée pour mourir.
  • Ils ont la grosse maison magnifique, les deux voitures,
  • ils déposent leurs enfants au collège,
  • mais s'ils se font virer de leur boulot, tout ce truc tombe par terre.
  • J'ai toujours été une personne cynique,
  • ainsi faire un boulot juste pour se subvenir soi-même est a peu de chose près ce dont la vie est faite.
  • C'est que nous travaillons si souvent simplement pour l'argent.
  • Maintenant, parce que nous chassons tous cet argent qui tourne, cela modélise complètement notre société.
  • Ne s'en rendant qu'à peine compte, ils rentrent dans leur période d'achats,
  • et partent pour une équipée sauvage sans fin.
  • C'est un monde heureux-d'aller-dépenser qui se reflète dans les vitrines
  • des centres commerciaux de banlieue où ils vont acheter.
  • Je revendique qu'il y a pas assez de travail pour tout le monde sur terre,
  • mais si vous commencez à devoir payer cela avec une monnaie nationale qui est rare,
  • qui transforme le travail en job, ce sera une toute autre question.
  • Du fait que quelqu'un devra emprunter cet argent pour vous payer!
  • A mesure que nous nous débarrassons de plus en plus de jobs, nous parviendront au point où
  • nous redéfinissons le sens du travail.
  • Et vous allez devoir trouver d'autres moyens pour les personnes de subvenir à leurs propres besoins.
  • Le travail; il existe une infinité de choses que nous pouvons faire.
  • Nous pouvons faire de chaque ville, chaque jardin, chaque maison, un paradis.
  • Il existe une quantité infinie de choses à faire pour y parvenir.
  • N'attendez pas d'être payé en monnaie nationale. Oubliez cette idée.
  • Par conséquent, nous devons trouver un autre moyen pour payer ce que les gens font dans cette ère post-industrielle.
  • L'une des choses auxquelles je pense à propos des monnaies locales, est que beaucoup de monde l'adopte,
  • parce qu'elles commencent à comprendre mieux notre système économique fédéral.
  • Les billets de la Réserve Fédérale ne servent pas nécessairement le meilleur intérêt des communautés locales,
  • et la monnaie locale peut aider à faire basculer les échelles dans cet état d'esprit.
  • Pour quelques personnes, si elles disposent de RiverHours, et qu'elles n'ont pas de monnaie fédérale,
  • nous avons eu cette intuition, c'est bon, nous les prendrons.
  • Et cela fonctionne pour nous parce que nous avons ici des salariés
  • qui veulent être payés en RiverHOURS.
  • Mon nom est Mark England, et je suis un infirmier enregistré,
  • et je suis le directeur des services cliniques ici à La Clinica.
  • Nous ne sommes pas une clinique gratuite, nous attendons des paiement, mais nous travaillons aussi avec des personnes,
  • parce que nous comprenons que les personnes ont aussi besoin d'acheter de la nourriture, un toit,
  • et d'autres choses pour vivre.
  • Nous ne cherchons pas du tout à remplacer la monnaie fédérale dans nos communautés.
  • Nous espérons faciliter plus d'échanges, au delà de ce qui est possible avec les dollars fédéraux.
  • C'est une autre forme de confiance dans un autre type de monnaie.
  • Et c'est la confiance dans nos voisins, dans notre économie locale, en notre région,
  • et ce qu'elle peut vous offrir, et là existe une vraie richesse à prendre.
  • Peu parmi nous se souviennent que ce pays a été construit
  • sur une production décentralisée de la monnaie. En passant, ce que cela voulait dire
  • était que les différentes régions des Etats-Unis pouvaient se développer de manière décentralisée
  • selon les ressources et compétences qu'elles avaient dans cette région.
  • Et c'est ce qui a créé l'énorme diversité et la richesse économique de ce pays.
  • La monnaie complémentaire dans ma définition est un accord dans une communauté
  • pour utiliser quelque chose, ce sur quoi on peut se mettre d'accord,
  • comme un médium d'échange qui soit autre chose que de l'argent national conventionnel.
  • La première chose à comprendre au sujet des monnaies complémentaires
  • est qu'il existe autant de règles différentes que vous ne pourriez vouloir inventer.
  • Dans la monnaie nationale, il n'y en a qu'une, et c'est fondamentalement la même dans le monde entier.
  • Dans les monnaies complémentaires, différentes communautés s'entendent sur différentes règles.
  • Elle est complémentaire, parce qu'elle ne remplace pas la monnaie nationale.
  • Une monnaie locale est quelque chose qui est produit au moment où elle est soutenue
  • par des biens et services dans notre communauté.
  • Et quand les personnes font de la publicité dans l'annuaire commecial RiverHOURS
  • elles s'engagent véritablement dans un contrat qui dit qu'elles soutiennent totalement ou en partie
  • cette monnaie-là avec les biens ou services qu'elles offrent, et qu'elles sont
  • aussi d'accord pour accepter en totalité ou en partie quelques monnaies locales.
  • Ainsi, quand vous recevez des RiverHours,
  • c'est soutenu par des personnes dans votre communauté et c'est tangible.
  • La monnaie locale est un moyen d'encourager, d'inciter les personnes à dépenser localement.
  • Et c'est aussi un moyen d'aider les personnes à s'entraider les unes les autres dans l'économie locale
  • quand elles n'ont peut-être plus d'argent.
  • C'est probablement un tiers jusqu'à la moitié de mon revenu.
  • Que ce soit juste la publicité dans l'annuaire, et le fait de faire sortir mon nom,
  • le bouche à oreille a été énorme.
  • Leurs offres, leur inventaire, la monnaie atteint souvent leurs tiroirs-caisses
  • et puis se dirige directement en dehors de la ville vers le bureau central dans l'Ohio ou ailleurs.
  • RiverHOURS est lié joyeusement à notre communauté.
  • Cette valeur reste toujours ici, et je pense que les personnes comprennent ça.
  • Alan Watts dans les années 50 écrivait une critique de la dépression quand il disait,
  • "Regardez, l'économie est à plat parce que tout le monde à trouvé là qu'il n'y avait plus d'argent."
  • Il y a beaucoup de travail ayant besoin d'être fait. Plein de personnes qui voulaient travailler.
  • Plein de marchandises dans les magasins, mais personne ne pouvait se les offrir.
  • Personne ne pouvait les payer pour elles parce que nous n'avions pas d'argent."
  • Et il a dit que c'était comme aller construire un immeuble, et que vous ayez les matériaux,
  • vous avez les outils, les compétences, les plans
  • le permis de construire, la météo, la volonté.
  • Mais pas de mètres. Bon sang !
  • Nous avions un paquet de mètres, mais alors il y avait un grand projet de l'autre côté de la ville ;
  • ils utilisent tous les mètres. Nous n'avons plus de mètres,
  • parce que tous les mètres sont là-bas. J'ai l'impression qu'on est au chômage.
  • Bon, c'est exactement ce que nous faisons avec l'argent.
  • Il y a plein de travail ayant besoin d'être fait
  • dans cette vallée, et il y a toutes sortes de personnes qui ont besoin de travailler.
  • Pour joindre les deux bouts, elles ont besoin de travail ; elles pourraient contribuer à la communauté.
  • Il y aussi toutes sortes de choses à faire. Ainsi, nous avons le travail qui a besoin d'être fait.
  • Nous avons les travailleurs. Qu'est-ce qui manque ?
  • Des morceaux de papier qui disent : je ferai cela en échange d'autres biens.
  • Les personnes cherchent un moyen tangible de simplement se brancher sur un esprit de communauté.
  • Et ce sentiment, cette attitude, je crois est accomplie par transaction
  • en utilisant ce système de monnaie.
  • Une fois qu'elles comprennent le concept que nous pouvons dépenser l'argent ici et qu'il reste ici,
  • et que cela aide notre système scolaire, nos enfants, notre avenir et tout,
  • les personnes reprennent le dessus. Et le RiverHOURS et tout ça,
  • c'est des trucs sur lesquels il faut continuer à travailler.
  • Je pense que c'est excitant. Je pense que RiverHOURS ne va pas nulle part.
  • Je pense qu'il va uniquement continuer à rassembler les personnes et faire que les personnes se parlent.
  • J'aimerais dire à cette heure que c'est un impact économique énorme,
  • mais ce n'est pas le plus grand impact de RiverHOURS à ce stade.
  • Le plus grand impact, c'est que les personnes commencent à reconnaître et à réaliser
  • que les communautés locales peuvent devenir autonomes en tout point.
  • La terre ici est intéressante parce que maintenant, c'est tout ce la dune,
  • mais à présent, nous avons cet humus s'accumule pour tenir le sable.
  • Vous pouvez encore voir les grains de sable là-dedans.
  • De la même façon, ces dunes sont là depuis un moment,
  • aussi elles sont complètement recouvertes de végétation.
  • Tout a atteint un certain degré de stabilité.
  • Toutes les plantes combinées partagent la rhizosphère les unes avec les autres,
  • leurs racines sont entrelacées, et elles sont en train de contribuer à différentes choses.
  • Ces racines de plantes s'associent, ici c'est un champignon
  • qui peut en fait extraire l'azote de l'atmosphère et la fixer sur ses racines.
  • Il la fixe de manière à ce que le pin puisse la recevoir. Le pin en échange,
  • créera des sucres par photosynthèse et la fera descendre et ceci nourrira le champignon.
  • Ainsi, il y a cette interaction incessante qui est bénéfique mutuellement.
  • Ce que nous faisons ici c'est vraiment réinventer le processus d'échanges.
  • Nous avons besoin d'arbitrer les échanges d'une façon différente de ce qui était fait précédemment.
  • Le système de l'argent-dette crée de l'argent sur la base d'une dette de l'intérêt.
  • Ce n'est pas la dette en elle-même qui est en cause.
  • C'est la composante intérêt qui est attachée à la dette.
  • Et la composante intérêt n'est pas créer
  • quand la banque crée de l'argent sur la base du nantissement.
  • Certaines personnes sont vraiment réactionnaires à ce sujet et pensent
  • "Bon nous devrions revenir à l'or et à l'argent
  • et ça, ce sont des métal précieux qui ne changent pas avec le temps."
  • Tout ceci est absurdités de mon point de vue. Simplement, n'importe quoi.
  • Et beaucoup de bonnes personnes sérieuses consacrent leurs vies à essayer de prouver
  • que quelque part le monde va à l'enfer parce que nous avons cette monnaie symbolique
  • plutôt que la vraie chose.
  • Je dirais de ne pas perdre vos neurones sur ce sujet.
  • Cela ne mène nulle part, et c'est en fait tout à fait réactionnaire si vous pensez à ça.
  • Nous devons commencer par penser l'argent comme un médium d'information,
  • pas une chose substantielle.
  • Il a été simplement un médium d'information
  • pendant deux cents ans à bien des égards, mais néanmoins,
  • nous nous sommes coincés avec l'idée qu'il n'y a qu'une quantité finie d'argent.
  • Ça c'est le cœur de son concept de réalité.
  • Que tout ce qu'il y a là, c'est tant de milliards de dollars, d'euros ou de yens,
  • et ce que nous faisons, c'est jongler avec. Cela vient de vous, va à moi,
  • va à lui, à elle. C'est du "va et vient", et nous jonglons avec une vraie chose.
  • Par conséquent, nous aurons toujours à vivre des pénuries.
  • Comment pouvons-nous arbitrer nos échanges sans créer un sens omniprésent de rareté ?
  • Et les monnaies-papier comme RiverHOURS sont elles vraiment le meilleur moyen
  • de résoudre ce problème, ou y'a t-il des approches plus efficaces ?
  • RiverHours imprime sa monnaie et dès que vous imprimez une monnaie,
  • vous avez, en fait, de mon point de vue, créé un problème,
  • parce que vous avez créé une masse monétaire limitée.
  • ce qui veut dire qu'il y a autant de monnaie qu'il y a de billets en circulation.
  • Et ensuite vous parvenez au même problème que si vous aviez
  • une monnaie adossé à l'or, à savoir , il n'y a que "tant" d'or.
  • Dans un système de crédit mutuel, il existe une monnaie disponible non limitée en potentiel,
  • et c'est l'une de ses grandes forces.
  • Dans un système de crédit mutuel, chaque personne a un compte,
  • et parfois votre compte peut être positif,
  • et d'autres fois votre compte peut être négatif.
  • Donc, c'est ce permis de solde négatif qui est la caractéristique fondamentale
  • d'un système de compensation de crédit. Ce solde négatif
  • représente le crédit qui vous a été étendu par le reste de la communauté.
  • Mon nom est Francis Aley. Je suis le président de Fourth Corner Exchange.
  • Nous sommes un système d'échange de temps, d'échanges de crédit mutuel.
  • Nous avons à cette heure plus de 650 membres et environ 400 parmi eux sont à Bellingham.
  • Je m'appelle Gene Breckon, j'offre de la lecture à haute voix, du chant, de jouer du piano,
  • du traitement de texte, de la rédaction et des travaux administratifs.
  • Bonjour, je m'appelle Lynnette Allen, et j'offre du design de sites web et du développement.
  • Une de mes passions est que j'ai un grand pommier, aussi j'ai beaucoup de pommes
  • que j'ai vendues pour des dollars temps, et j'ai modifié le concept d'un enfant de 4 ans
  • sur l'origine des pommes. Elles ne viennent pas du magasin, elles proviennent d'un arbre,
  • et grand-mère était vraiment ravie qu'il apprenne ça.
  • Dans le cas de systèmes de crédit mutuel, la règle du jeu est je fais quelque chose pour vous,
  • j'obtiens un crédit, vous avez un débit. La somme des deux est zéro,
  • ainsi, en d'autres mots, nous ne devons rien, mais j'ai un crédit et vous avez un débit.
  • Moi en tant que vendeur, je peux vous allouer quelque bien ou service dont vous avez besoin.
  • Je reçois un crédit sur mon compte. Vous recevez un débit sur votre compte.
  • Votre débit veut dire que vous devez quelque chose à la communauté des marchands
  • dans notre cercle de compensation de crédit.
  • Mon solde de crédit veut dire que le cercle me doit quelque chose.
  • J'ai vraiment apprécié beaucoup de choses. La soupe au poulet de mon amie Mary Stanton.
  • J'achète les poulets et elle fait la soupe. C'est merveilleux.
  • Avec mes crédits, quand je le peux, je peux aller prendre les cookies chez mon voisin,
  • et vous pouvez travailler dans son jardin pour payer vos débits,
  • nous avons créé une monnaie entre nous quatre. Essayez de faire ça avec des dollars.
  • Cela ne fonctionne pas ainsi, non ? J'ai besoin d'en emprunter ou j'ai besoin d'en gagner,
  • en entrant en compétition avec tous les autres pour en recevoir. Dans ce jeu, nous la créons nous-même.
  • Dans un système de crédit mutuel, tout le monde a un compte.
  • Ce compte peut être positif et peut aller en négatif.
  • Quand Bob répare l'hôtel d'André,
  • Bob reçoit un crédit, et André reçoit un débit.
  • Bob peut alors utiliser ce crédit pour acheter une réception à Christine.
  • André se détache de son débit en fournissant un logement à Daniel.
  • Quand Daniel produit des soins dentaires à Christine, le crédit et le débit sont compensés.
  • Aucune monnaie en dur n'a été nécessaire et tout le monde a gagné quelque chose dans la transaction.
  • C'est comme ce réseau. Il me fournit plus de sécurité en sachant simplement
  • que je fais partie du Fourth Corne Exchange. Et, par exemple,
  • durant l'hiver, un bout de mon portail a été détruit par un orage,
  • et j'ai pu trouver quelqu'un, un charpentier
  • qui est venu de Mt. Vernon
  • et m'a remis ce portail en l'espace de quelques jours.
  • Durant ce long parcours, nous nous attendons à ce que chaque personne aille placer
  • autant qu'il n'en sort, et en sorte autant qu'il en place,
  • mais nous autorisons ces soldes temporaires afin de faciliter le processus d'échange.
  • C'est la fonction fondamentale de l'argent.
  • Au fur et à mesure que les personnes rejoignent le cercle du crédit mutuel,
  • ce processus peut devenir plus dynamique. En fin de compte, peut importe ce que devient la taille du cercle,
  • la valeur que les personnes contribuent devrait rester égal à la valeur qu'ils prennent.
  • Ceci est une monnaie créée non pas par une hiérarchie. C'est un médium d'échange
  • qui est créé entre nous. Nous créons le médium de l'échange.
  • Deuxièmement, il n'y a pas d'intérêt. Troisièmement, elle n'est pas rare.
  • Quand vous commencez à échanger dans le Fourth Corner Exhange, beaucoup de gens parlent
  • d'une modification de conscience. Il n'y a pas une rareté de cette monnaie,
  • ainsi il y a bien moins de compétition.
  • Par conséquent, vous aboutissez à une expérience complètement différente.
  • Et les personnes parlent de la façon dont les personnes coopèrent et
  • les personnes se préoccupent vraiment de votre bien-être.
  • Ainsi la distinction principale entre la monnaie qui est serrée, rare, limitée,
  • qui vient d'eux, et la monnaie librement disponible et suffisante
  • et venant de nous, est qu'avec l'une nous sommes en pression, cupidité et compétition,
  • et avec l'autre nous nous comportons comme des êtres humains raisonnables.
  • Nous sommes plus généreux, nous sommes plus à l'aise,
  • nous donnons plus, nous sommes mieux disposés à recevoir.
  • Cela m'a rendu beaucoup plus désireuse de partager ma maison et d'ouvrir mon espace.
  • Je ne suis pas aussi effrayée par les personnes que je l'étais avant.
  • Je pense que cette organisation a le potentiel de rendre les choses vraiment vivables
  • non seulement en termes de biens et services
  • mais aussi en termes de connexions et de communauté.
  • La communauté doit devenir notre filet de sécurité, je crois, que c'est la voie que prend l'économie.
  • J'ai seulement pensé que pour tout ce que je faisais, j'aurais à payer
  • et désormais j'en viens à réaliser
  • que j'ai ces options, aussi je vois cela comme une forme de consommation fondée sur la relation.
  • Il existe littéralement des milliers de réseaux de personne à personne
  • partour dans le monde comme celui de Fourth Corner Exchange.
  • Néanmoins, le concept de crédit mutuel n'est pas limité aux militants de base.
  • Le crédit mutuel a aussi été mis en place avec succès dans les grands business.
  • L'industrie commerciale du troc dépasse maintenant les 30 milliards de dollars par an en échange.
  • 240 000 entreprises aux Etats-Unis participent à un système de troc.
  • Ces réseaux utilisent le crédit mutuel pour aider les entreprises
  • à faire un meilleur usage de leur capacités, tout en préservant leurs dépenses en liquide.
  • Mon nom est Dave Wallach, je suis impliqué dans le troc commercial
  • en tant que membre depuis 1972. J'ai commencé mon affaire en 1979,
  • une entreprise nommée American Trade Association, ici dans le coin de la baie.
  • En fait, il s'agit d'un procédé, c'est un procédé d'entreprise.
  • Pour faire simple, elle rend vendable ce qui n'a pas été vendu, gâché ou ignoré par notre économie.
  • Mon point de vue, c'est qu'il y a toujours une table libre dans un restaurant
  • tout comme il y a toujours une chambre vide dans un hôtel, alors il faut les remplir.
  • Et si vous les remplissez par échange, je vois cela comme du liquide,
  • parce que vous allez commander un bon diner, une bonne bouteille de vin,
  • et moi je vais dépenser cela en publicité quelque part, ou un sur taxi, ou peu importe.
  • John's Grill est devenu célebre parce qu'il fut le lieu d'une scène du roman de Daschle Hammett
  • "Le Faucon Maltais", du coup John's Grill est dans les affaires depuis 1908.
  • Mon nom est Kaz, c'est mon surnom. Mon vrai nom est Richard Kasmier.
  • Je suis dans le business du vin depuis 20 ans. J'étais le premier producteur
  • de raisins bio de la vallée de Sonoma, nous sommes dans la ville de Kenwood.
  • J'utilise le troc depuis presque 15 ans.
  • L'excès de capacités en affaires, dit simplement,
  • ce sont des affaires qui pourraient être faites, mais qui ne le sont pas.
  • Prenons l'exemple de l'imprimeur, sa capacité est son temps de presse.
  • Donc, il a ces machines qu'il a payé une fortune,
  • elles sont là prêtes, mais elles ne tournent que la moitié du temps.
  • Ca ne l'empêche pas de faire du profit, mais elles tournent à mi-temps.
  • Cela veut dire qu'il a 50% de capacité excédentaire.
  • Ceci est le Club Sportiva. Nous sommes un club de partage de voitures de luxe,
  • et comme vous pouvez le voir derrière moi, nous avons des voitures vraiment excitantes.
  • Au Club Sportiva, nos membres peuvent conduire les voitures,
  • c'est comme du temps partagé pour des voitures de sport.
  • Mario Andretti, le célèbre pilote de formule 1, est membre du Club Sportiva.
  • Dick Gordon, l'astronaut d'Apollo 12 en est un autre
  • qui est dans l'aventure depuis 2003 ou 2004.
  • Alors nous avons rejoint BizExchange il y a a peu près 2 ans,
  • et ça s'est vite avéré être une bonne chose.
  • C'était une décision aisée de se joindre à eux, et pendant la première année, nous avons été un gros client
  • pour eux parce que beaucoup de leurs membres trouvaient bons nos services.
  • Nous avons fait pas mal de marketing et de publicité avec eux aussi,
  • et des receptions via leur clients. C'était une bonne coopération
  • qui a pris très vite, dès que l'étincelle a été allumée.
  • Nous pouvions acheter des choses qu'en général on paie en cash.
  • Ca pouvait être des services juridiques, ou d'impression;
  • une réparation sur une voiture, des soins dentaires ou médicaux.
  • Des milliers d'articles sont disponibles.
  • Alors, ça paraît évident qu'en échangeant ces surcapacités
  • pour des biens et services payable en argent, ils fassent du profit.
  • Je vends mon vin. Et pour cela, nous avons eu le dentiste, le chiropracteur, l'électricien, le plombier,
  • une réparation sur le toit, des impressions, des brochures, des cartes de visite, des transferts sur des chemises;
  • on a utilisé une sacrée palette de service.
  • Pour le petit prix que ça a coûté de rentrer dans le réseau,
  • je crois que c'était 100 dollars, je ne sais plus ce que c'était; c'était insignifiant.
  • Ca ne devrait même pas être prit en considération.
  • C'est une question de comment tu dépenses tes dollars, tes BizEx dollars,
  • une fois que tu commences à en avoir à dépenser. Aussi, si c'est des trucs
  • sur lesquels tu préfères ne pas dépenser ou si tu aimerais le faire
  • mais ne le fais pas, ça ne doit vraiment pas être une prise de tête.
  • En fondant ces ressources dans l'économie,
  • en utilisant ce qui était perdu ou délaissé,
  • nous donnons une efficacité supplémentaire à l'économie.
  • Donc, si nous transformons des ressources inutilisées en quelque chose de productif,
  • Nous atteignons également un objectif sociologique.
  • Ce que nous sommes? Nous sommes les champions de l'écologie des affaires.
  • On ne peut pas commencé à parler de la façon dont nous pensons en terme d'écosystème
  • avant d'être conscient de sa place dans sa propre culture, dans sa propre société.
  • On est pas la seule chose digne d'être prise en considération.
  • Tout ce qui nous entoure fait parti de nous, et nous avons la responsabilité
  • de ce qui nous entoure. Pour pouvoir être conscient de sa place
  • il faut regarder et comprendre l'endroit où on se trouve, pas vrai?
  • Et c'est la terre, la planète Terre.
  • Nous ferons, sans aucun doute, face à une méga crise dans les années qui viennent.
  • Métaphoriquement parlant, l'éléphant dans le salon est le problème de l'argent.
  • Malheureusement, la plupart des gens qui sont actifs dans la mouvance durable
  • ou environnementale ne comprennent pas la nature de ce problème.
  • Il n'y aura aucun progrès significatif sur la durabilité,
  • ou la protection de l'environnement tant que durera le problème de l'argent.
  • Une marque de fabrique des sociétés pré-démocratiques
  • c'est qu'elles fonctionnent à coups de tabou.
  • Nous supposons des choses, nous les acceptons, nous ne les remettons pas en question.
  • Si vous voulez faire partie de la tribu, vous devez parler le langage de la tribu,
  • vous devez aussi respectez les lois de la tribu.
  • Je pense que nous évoluerons vers, une conscience des angles morts
  • que l'argent provoque dans nos perceptions. Que notre argent est comme un anneau d'acier
  • que l'on s'est mis à travers le nez et qui nous guide dans des directions
  • qui ne sont pas celles que nous visons à priori.
  • C'est comme de jouer aux cartes. C'est un truc que nous savons peut-être tous
  • au fond de nous comme étant une réalité.
  • C'est simplement une de ces choses que l'on sait, mais dont on ne tient pas compte.
  • La plupart des gens, la plupart d'entre nous ne se lèvent pas le matin juste pour l'argent.
  • On s'en fait pour sa famille, et, si on veut de s'améliorer;
  • le développement de l'humain en tant que tout.
  • Les gens ne sont pas naïfs éternellement, et je pense que l'on va voir
  • une réaction très forte à mesure que la peine et les difficultés croissent,
  • et c'est donc le temps pour commencer à construire des idées sérieuses pour préparer l'avenir.
  • Je pense que l'on a une opportunité de promouvoir une présence durable
  • pour l'environnement, spirituellement satisfaisante et socialement juste de l'humain sur cette planète.
  • Et, je crois que c'est le pouvoir et le potentiel de notre temps.
  • Je pense que l'on peut utiliser l'argent comme un outil, comme un esclave de ce que l'on veut devenir
  • plutôt que d'en être les victimes.
  • Nous n'avons pas besoin de cette souffrance autour de l'argent.
  • Nous pouvons nous défaire de son emprise.
  • L'économie s'en trouvera en meilleure santé et servira tout le monde plus efficacement.
  • Il est temps d'ouvrir les yeux. Temps de devenir conscient de notre potentiel.
  • J'ai tendance à penser que le potentiel de l'humain est infini.
  • Evitons de nous limiter au moyen de l'échange.
  • C'est l'heure de se réveiller.
  • Pour de plus amples informations sur les monnaies locales, visitez www.themoneyfix.org

Les sept verrous qui bloquent le dragon qui est en chacun d'entre nous.

On triomphe des 7 vices capitaux par l’exercice des 7 vertus opposées. Ainsi on triomphe : de l’orgueil par l’humilité, de l’avarice par la libéralité, de la luxure par la chasteté, de la colère par la patience, de la gourmandise par l’abstinence, de l’envie par l’amour fraternel, de la paresse par la diligence et l’ardeur dans le service de Dieu. Un combat à la fois, un par jour est plus efficace. Sagesse de la première Alliance…Isaïe 11.1-3 Un rejeton sortira de la souche de Jessé,
un surgeon poussera de ses racines.
Sur lui reposera l’Esprit du Seigneur,
esprit de sagesse et d’intelligence,
esprit de conseil et de force,
esprit de connaissance et de crainte du Seigneur
son inspiration est dans la crainte [piété] du Seigneur.

ll y a sept dons du Saint-Esprit qui nous aident dans ce combat : 1 le don de Sagesse ; 2 d’Intelligence ; 3 de Conseil ; 4 de Force ; 5 de Science ; 6 de Piété ; 7 de Crainte de Dieu. A quoi servent les 7 dons du Saint-Esprit ? Les 7 dons du Saint-Esprit servent à nous confirmer dans la Foi, l’Espérance et la Charité ; et à nous rendre prompts aux actes de vertu nécessaires pour acquérir la vie chrétienne et le CIEL. Qu’est-ce que la Sagesse ? La Sagesse est un don par lequel, élevant notre esprit au-dessus des choses terrestres et fragiles, nous contemplons les choses éternelles, c’est-à-dire la Vérité qui est Dieu, en qui nous nous complaisons et que nous aimons comme notre souverain Bien. Qu’est-ce que l’Intelligence ? L’Intelligence est un don par lequel nous est facilitée, autant que c’est possible pour un homme mortel, l’intelligence de la Foi et des divins mystères que nous ne pouvons connaître par les lumières naturelles de notre esprit. Qu’est-ce que le Conseil ? Le Conseil est un don par lequel, dans les doutes et les incertitudes de la vie humaine, nous connaissons ce qui contribue le plus à la gloire de Dieu, à notre salut et à celui du prochain. Qu’est-ce que la Force ? La Force est un don qui nous inspire de l’énergie et du courage pour observer fidèlement la sainte loi de Dieu et de l’Eglise, en surmontant tous les obstacles et toutes les attaques de nos ennemis. Qu’est-ce que la Science ? La Science est un don par lequel nous apprécions sainement les choses créées, et nous connaissons la manière d’en bien user et de les diriger vers leur fin dernière qui est Dieu. Qu’est-ce que la Piété ? La Piété est un don par lequel nous vénérons et nous aimons Dieu et les Saints, et nous avons des sentiments de miséricorde et de bienveillance envers le prochain pour l’amour de Dieu. Qu’est-ce que la Crainte de Dieu ? La Crainte de Dieu est un don qui nous fait respecter Dieu et craindre d’offenser sa divine Majesté, et qui nous détourne du mal en nous portant au bien dans l'amour.

Les dons du Saint Esprit
(CEC 1830-1831 ; ST I-II 68.1-8)

Les dons sont des habitudes, habitus infus, qui sont nous rendent réceptifs aux motions du Saint-Esprit, pour nous faire agir. « Les dons sont des habitus qui perfectionnent l’homme pour qu’il suive promptement l’impulsion du Saint-Esprit, de même que les vertus morales disposent les facultés appétitives à obéir à la raison. Or, de même qu’il est naturel pour les facultés appétitives d’être mues par le commandement de la raison ; de même il est naturel pour toutes les facultés humaines d’être mues par l’impulsion de Dieu comme par une puissance supérieure. » ST I-II 68.4

Les sept dons du Saint Esprit
(ST I-II 68.4)

- Intelligence : nous rend réceptifs à l’action de l’Esprit Saint dans l’appréhension, par l’intelligence, des vérités spéculatives (ST II-II 8.1-8).
- Conseil : nous rend réceptifs à l’action de l’Esprit Saint dans l’appréhension, par l’intelligence, des vérités pratiques (ST II-II 52.1-4).
- Sagesse : nous rend réceptifs à l’action de l’Esprit Saint dans le jugement, par l’intelligence, des vérités spéculatives (ST II-II 45.1-6).
- Connaissance : nous rend réceptifs à l’action de l’Esprit Saint dans le jugement, par l’intelligence, des vérités pratiques (ST II-II 9.1-4).
- Piété : nous rend réceptifs à l’action de l’Esprit Saint dans les appétits de l’amour des choses qui concernent un autre (ST II-II 121.1-2).
- Force : nous rend réceptifs à l’action de l’Esprit Saint dans les appétits de la crainte des choses qui nous concernent (ST II-II 138.1-2).
- Crainte : nous rend réceptifs à l’action de l’Esprit Saint dans les appétits du désir des choses nous concernant (ST II-II 19.1-12).

Invitation avec M. Jean Raspail à Lausanne

Mercredi 4 novembre:
Entretien avec Jean Raspail
****************************

Madame, Monsieur,

Les Mercredis reprennent, et reprennent en force! Nous aurons en effet le plaisir et l’honneur de recevoir l'écrivain français Jean Raspail, auteur d'une quarantaine d'ouvrages (principalement des romans), parmi lesquels «Le Camp des Saints», «Sire» et «Les Sept Cavaliers».

M. Raspail présentera brièvement certains aspects de son œuvre, en particulier les différentes “familles” de ses livres. Après quoi, la discussion avec les personnes présentes sera ouverte et il répondra volontiers à vos questions et remarques.

Un certain nombre de ses ouvrages seront à disposition dans nos locaux.

La séance se tiendra le mercredi  4 novembre à 20h00 dans nos locaux (Ligue vaudoise, Place du Grand-Saint-Jean 1, 1003 Lausanne). Nous nous réjouissons de vous y rencontrer et vous prions, Madame, Monsieur, de croire à l’assurance de nos sentiments les meilleurs.

 

 

  Jean Raspail     L’anneau du pêcheur   ROMAN     Albin Michel 1995
 

QUATRIÈME DE COUVERTURE Jean Raspail L’anneau du pêcheur Qui est ce vieux prélat vagabond qui, lorsqu’on l’interroge, répond simplement : " Je suis Benoît " ? Un usurpateur ? Un illuminé ? Pourquoi les Services secrets du Vatican lancent-ils sur ses traces leur meilleur agent ? Le Saint-Siège se sentirait-il menacé ? Nous sommes pourtant en 1993. L’autorité de Rome n’est plus contestée depuis le concile de Constance qui déposa Benoît XIII, le dernier des antipapes d’Avignon, en 1417. La trace des " Benoît " s’est perdue, entre Provence et Aveyron. Le Grand Schisme qui déchira l’Église catholique est oublié. La querelle est éteinte, l’affaire close. Close à jamais ? Qui donc peut l’affirmer ? Réveillant une polémique qui remonte au Moyen Âge, L’Anneau du pêcheur, œuvre troublante et visionnaire, dont l’intrigue se noue au cœur d’une histoire de la papauté savamment retracée, sème le doute chapitre après chapitre : et si ce vieil homme à bout de forces était en fait le vrai pape ? Tenant à la fois de la fable mystique, du récit d’aventures et du roman d’espionnage religieux, il envoûte par la beauté de son style, la ferveur qui l’anime et l’ingéniosité de sa construction. Plus que jamais, Jean Raspail, défenseur passionné des causes perdues et des traditions oubliées, s’affirme comme un écrivain au talent souverain.

 

Note de l’auteur Ce livre découle de recherches que j’ai entreprises, et cela depuis longtemps. Tous les personnages appartenant au passé apparaissent sous leurs noms réels. Pour ceux qui relèvent du présent, quelques-uns, à l’évidence, portent leurs noms véritables, tandis que j’ai changé les autres, qui correspondent à des personnes existantes, ou que j’ai utilisé des initiales, à ma seule convenance. Les faits historiques rapportés sont conformes à la réalité. À ce propos, j’exprime ma reconnaissance à deux écrivains français disparus il y a une vingtaine d’années, MM. Georges Pillement et Christian Murciaux, qui savaient tout de Pedro de Luna et lui avaient chacun consacré un excellent livre. Pour ce qui concerne le grand schisme d’Occident, c’est au R.P. Louis Mainbourg, s.j., que va toute ma gratitude. Son ouvrage magistral paru en 1681, dont j’ai pu, grâce au cher Pierre Joannon, me procurer l’édition originale, n’a pas eu d’égal depuis. Enfin je dois des remerciements amicaux à M. l’abbé C.-P. Ch., à son immense érudition, et à sa fabuleuse et accueillante bibliothèque.

  • Terre de feu – Alaska (1952) – récit d'aventures
  • Terres et Peuples Incas (1955)
  • Le Vent des Pins (1958)
  • Terres Saintes et Profanes (1960)
  • Les Veuves de Santiago (1962)
  • Hong-Kong, Chine en sursis (1963)
  • Secouons le cocotier (1966) – récits de voyage
  • Secouons le cocotier : 2, Punch Caraïbe (1970) – récits de voyage
  • Bienvenue Honorables Visiteurs (le Vent des pins) (1970) – roman
  • Le Tam-Tam de Jonathan (1971) – nouvelles
  • L'Armada de la Dernière Chance (1972)
  • Le Camp des saints (1973) – roman
  • La Hache des Steppes (1974)
  • Journal Peau Rouge (1975)
  • Nuage Blanc et les Peaux-Rouges d'aujourd'hui (1975) – signé Aliette et Jean Raspail
  • Le Jeu du Roi (1976) – roman
  • Boulevard Raspail (1977) – chroniques
  • Les Peaux-rouges aujourd'hui (1978)
  • Septentrion (1979) – roman
  • Bleu caraïbe et citrons verts : mes derniers voyages aux Antilles (1980)

Liens externes [modifier]

5.0 étoiles sur 5 Benoit d'hier et d'aujourd'hui, 23 septembre 2005
Par  myriam (Patagonie) – Voir tous mes commentaires
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'anneau du pêcheur (Broché)

Avec le choix du nom Benoit XVI, à qui notre nouveau pape fait-il référence et à qui veut-il succéder?A Giacomo Della Chiesa (Benoit XV de 1914 à 1922 , pape pacificateur dans une Europe meurtrie par la guerre ..la der des der.. et aujourd'hui en quête de son identité) ou à cette lignée de Benoit Avignonais qui avaient choisi l'authenticité de la Parole et la véritable spiritualité? Le dernier Benoit de Jean Raspail aurait voulu une raprochement, une reconnaissance de Rome…et si notre nouveau Benoit avait aussi pour ambition de mettre fin au schisme et de réconcilier Rome avec Ecône?
Comme Raspail, je rêve un peu…et je m'invente des histoires..

Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles  
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?  Oui Non Oui Non

 
15 internautes sur 17 ont trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 COMME UNE ETOILE SUR LE CHEMIN, 7 octobre 2004
Par  PFD (GENEVE) – Voir tous mes commentaires
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'anneau du pêcheur (Broché)

probablement le meilleur livre de raspail, certainement le plus profond.Si tous ses livres nous rappellent que nos reves sont notre vraie justification pour vivre, celui-ci a travers cette fresque epique d'une ecriture magistrale, nous delivre ce sinistre message, bientot il nous faudra choisir entre le materialisme de notre societe et nos spiritualites.
Raspail reveille comme peux d'autres notre ame d'enfant, mais son pessimisme le convainc qu il ne s'agit que d'un feu de paille avant notre metamorphose en simples objets consommant.

Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles  
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?  Oui Non Oui Non

 
10 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 L'habit ne fait pas le pape !, 6 août 2004
Par  Durden (Lille, France) – Voir tous mes commentaires
(TOP 500 REVIEWER)   

Suivre l'ombre de cet énigmatique personnage, prénommé Benoît, qui, en cet an de grâce 1993, erre comme un mendiant sur les routes du Midi de la France, c'est partir pour un captivant et étourdissant voyage dans le temps. Jean Raspail, avec un talent de conteur fabuleux, construit un roman mêlant habilement Histoire et intrigue policière. Mais l'aventure est avant tout une passionnante quête mystique qui rappelle que Dieu n'est évidemment pas celui qui habite sous les ors et les marbres de la Basilique Saint-Pierre de Rome où bruissent les plus vils conflits d'intérêt, mais Celui qui nourrit le cœur pur des hommes simples et pieux. « L'Anneau du Pécheur » est une œuvre émouvante, l'un de ces trop rares livres que l'on referme avec une profonde nostalgie tant le héros de Raspail, ce pèlerin de la foi primitive, est touchant par la démesure chimérique de son combat.

Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles  
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?  Oui Non Oui Non

 
6 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 vos pas dans ceux du dernier héritier de Benoît XIII., 2 juin 2004
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'anneau du pêcheur (Broché)

Admirable Hérault des cause perdues, Jean Raspail évoque et rend vie a une vielle polémique qui remonte au moyen âge, et nous fait voyager de Rome à Avignon, de la fin du quatorzième siècle à celle du 20éme.
Et de page en page de ce livre qui se lit comme un roman historique et un roman policier, l'on rêve en pensant à cette Eglise de notre temps qui se force à écouter le présent sans parvenir à se faire entendre de lui, à cette liturgie de langue vernaculaire tournée vers l'homme et sans mystère. On rêve à l'Eglise ancienne de foi profonde, d'ombre et de mystère, sur laquelle son époque avec ses fureurs, sa bêtise et ses excès parfois au sein même de ses propres institutions, se brisait et glissait comme la vague sur un phare immobile. On pense à cette lumière qui ne meurt pas dans le souvenir même si la tour s'est effondrée dans l'écume. On pense à ces saints, à ces pèlerins, à ces miracles, à la tradition qui survit en quelques-uns. Et la richesse de l'Eglise apparaît n'être pas dans les trésors qu'elle a -peut-être erronément- abandonnés. Elle se révèle dans la richesse de cette tradition qui survit secrètement dans quelques cœurs humbles et quelques pierres silencieuses. Une richesse qui ne fait plus que sourire notre monde, mais seule donne cette sérénité sans mollesse ni confort qui manque tant à nos temps et fait vivre.
Et ce livre ressuscite un monde, comme le saint vagabond une cathédrale morte par sa seule présence.
Achetez ce livre et mettez vos pas dans ceux des derniers héritiers de Benoît XIII.

Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles  
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?  Oui Non Oui Non

 
8 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 La guerre des papes, 7 janvier 2004
Par  Catheline (Newton, MA United States) – Voir tous mes commentaires
(TOP 50 REVIEWER)   

L'année 1378 a marqué le début du Grand Schisme d'Occident, quand deux papes se sont vus appointés, dans un contexte complexe, l'un à Rome, l'autre en Avignon. Raspail nous rapporte les conditions douteuses de l'élection du pape romain, et soutient la légitimité du pape français, mais c'est par le roman, roman historique, qu'il nous ramène à l'ère de la guerre des papes et antipapes. Toute la période du schisme fut marquée par la guerre, guerre politique et parfois sanguinaire, qui mêla des personnalités pleines de grandeur, de foi, d'humanité aussi, ainsi que d'autres, terriblement calculatrices, haineuses, avides de pouvoir. Le 11 novembre 1417, le concile de Constance mit fin au Grand Schisme d'Occident en déposant Benoît XIII, dernier antipape avignonnais. Cependant, selon Raspail et tel qu'il le décrit dans son très beau roman, quelques disciples de Benoît continuèrent à œuvrer pour retourner à Rome, restèrent fidèles au pape avignonnais envers et contre tout, siècle après siècle. L'Anneau du pêcheur est un roman qui bascule entre le présent et le passé, quand le dernier disciple du pape Benoît essaie, en 1993, de rejoindre Rome pour y mourir. C'est en suivant son périple, et son passé, que l'on découvre les manigances, les jeux de coulisses du Vatican, la corruption de ce monde feutré, et que l'on s'instruit avec ravissement sur une histoire qui a marqué tout l'Occident.

Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles  
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?  Oui Non Oui Non

 
6 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Et si c'était vrai !, 18 novembre 2000

Que dire de ce livre, sinon qu'il vous transporte. Transport dans le temps (du XIVè siècle à nos jours), transport dans l'espace (Rodez, Avignon, Peniscola, Rome, Riez, …), transport dans une société où les hommes croyaient en Dieu et le respectait. Ce livre se prend (vous prend ?) et ne se referme qu'à la dernière page. Le style de Jean Raspail en fait un des grands écrivains de notre époque. Il a l'art de vous conduire, de vous faire cheminer dans l'histoire, dans l'Histoire, dans le temps aussi simplement qu'une promenade dans un jardin secret. D'une exactitude historique irréprochable, ce livre se referme avec une émotion vraie. Et si c'était vrai !

Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles  
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?  Oui Non Oui Non

 
7 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Le roman d aventure au service de la foi et des principes, 5 septembre 2000

Premier livre de Jean Raspail dans ma bibliothèque, il n'aura pas attendu longtemps pour voir les autres le rejoindre. A l'image de "sept cavaliers…" l'auteur nous plonge dans une histoire passionnante à cheval entre deux époques, les 15 et 20eme siècles. Il nous fait partager le destin des fidèles du pape Pedro de Luna dans sa lutte contre les anti-papes. Quand j'ai lu ce livre il y avait tout dedans. La passion, la foi, des hommes d'honneur et de principes. Raspail vous accroche, va au fond de votre ame et y reveille le passionné, l'éxalté et le coté de votre être qui ne demande qu'à croire. C'est un livre qui a de grandes qualités dont la première est de montrer le point de vue de l'auteur qui respecte l'histoire scrupuleusement, mais qui vous offre la possibilité de croire, en un dieu, aux miracles, a la bonté des Homme, ou en rien du tout! Car jamais Raspail ne vous impose son point de vue, il vous le donne mais vous laisse libre, "hasard ou miracle…" C'est un monument en quelques pages et un voyages pour toute une vie romanesque. bref il Faut le lire….


L'encyclique disparue de Benoît XIV.   Vix pervenit


Compendium – Vix pervenit, les contrats justes

Extrait…égalité des hommes dans les contrats justes…IV. Il est certain que, dans tant de diverses sortes de contrats, il faut maintenir l'égalité propre à chacun. Tout ce qui est reçu au-delà ce qui est juste relève, sinon de l'usure – parce qu'il n'y a point de prêt avéré – du moins d'une autre injustice véritable qui impose pareillement l'obligation de le restituer. Par contre, si tout est fait dans les formes et pesé sur la balance de la justice, il est indubitable que ces mêmes contrats fournissent une multiplicité de moyens et de manières licites qui suffisent à alimenter le commerce et les négoces fructueux, en vue du bien commun. Que les chrétiens ne s'imaginent pas que les usures ou d'autres injustices semblables puissent faire fleurir les branches du commerce. …


Voilà ci-dessous reproduite l'encyclique Vix pervenit adressée au clergé italien par Benoît XIV et par la suite étendue à l’Église tout entière par Grégoire XVI…

Il s'agit là d'une condamnation de l'intérêt exigé par celui qui prête une somme d'argent. En effet, à l'époque de rédaction, le terme usure n'est pas réservé aux intérêts qui seraient supérieurs à un taux maximal "acceptable".

Christophe

VIX PERVENIT

LETTRE ENCYCLIQUE
DU SOUVERAIN PONTIFE BENOÎT XIV

Sur l'usure,
et autres profits malhonnêtes


1. Nous avions appris qu'à l'occasion d'une nouvelle controverse (dont l'objet consiste à savoir si un certain contrat doit être jugé valide), il se répandait en Italie quelques opinions qui sembleraient n'être pas conformes à la saine doctrine. Aussitôt Nous avons considéré comme un devoir de notre ministère apostolique d'apporter un remède convenable à ce mal, qui pourrait à la faveur du temps et du silence, prendre de nouvelles forces, et de lui barrer la route pour l'empêcher de s'étendre plus loin et de gagner les villes d'Italie où il n'a pas encore pénétré.
C'est pourquoi Nous avons pris les moyens et suivi la méthode dont le Siège apostolique s'est toujours servi en pareil cas. Nous avons expliqué toute l'affaire à quelques-uns de nos vénérables frères les cardinaux de la sainte Eglise romaine, qui se sont acquis une grande renommée par leur profond savoir en théologie et en droit ecclésiastique. Nous avons aussi appelé plusieurs réguliers qui tiennent le premier rang dans les deux facultés, et que nous avons pris en partie chez les moines en partie chez les religieux mendiants et enfin parmi les clercs réguliers. Nous y avons même adjoint un prélat qui est docteur en droit civil et canonique, et qui a longtemps suivi le barreau. Nous les avons tous assemblés en notre présence, le 4 juillet dernier, et, leur ayant fait un détail bien exact de l'affaire pour laquelle ils étaient convoqués, nous nous sommes aperçus qu'ils la connaissaient déjà parfaitement.

2. Ensuite Nous leur avons ordonné d'examiner à fond cette affaire, sans partialité, et sans passion, et de mettre par écrit leurs opinions. Toutefois nous ne les avons pas chargés de donner leur jugement sur le contrat qui avait occasionné la première dispute, parce qu'on manquait de plusieurs documents absolument nécessaires. Nous leur avons enjoint de déterminer en fait d'usure les points de doctrine auxquels les bruits qu'on a dernièrement répandus dans le public semblaient porter atteinte. Ils ont tous sans exception, exécuté nos ordres. Ils ont exposé publiquement leurs sentiments dans deux congrégations, dont la première s'est tenue devant nous le 18 juillet, et la seconde le 1er août dernier. Ils les ont enfin laissés par écrit entre les mains du secrétaire de la Congrégation.

3. Or voici les choses qu'ils ont approuvées d'un commun accord.

I. L'espèce de péché appellée usure et dont le lieu propre est le contrat de prêt – dont la nature demande qu'il soit rendu autant seulement que ce qui a été reçu – consiste pour le prêteur à exiger – au nom même de ce contrat – qu'il lui soit rendu davantage que ce qui a été reçu et, par conséquence, à affirmer que le seul prêt donne droit à un profit, en plus du capital prêté. Pour cette raison, tout profit de cette sorte qui excède le capital est illicite et usuraire.

II. Personne ne pourra être préservé de la souillure du péché d'usure en arguant du fait que ce profit n'est pas excessif ou inconsidéré mais modeste, qu'il n'est pas grand mais petit. Ni du fait que celui à qui on le réclame n'est pas pauvre mais riche. Ou bien encore que l'argent prêté n'a pas été laissé inactif mais a été employé très avantageusement pour augmenter sa propre fortune, acquérir de nouveaux domaines, ou se livrer à un négoce fructueux.
Est convaincu d'agir contre la loi du prêt – laquelle consiste nécessairement dans l'égalité entre ce qui est donné et ce qui est rendu – celui qui, après avoir reçu un équivalent, ne craint pas d'exiger encore davantage sous prétexte du prêt. En effet, le prêt n'exige, en justice, que l'équivalence dans l'échange. La justice dite "commutative" ordonne de maintenir dans les contrats humains l'égalité intangible de chacune des parties, et de la rétablir parfaitement dans le cas où elle aurait été rompue. Par conséquent si une personne a reçu plus qu'il n'a donné, elle est tenue à restituer le trop perçu.

III. Par là il n'est aucunement nié que quelquefois d'autres tites, comme l'on dit, pourront se trouver adjoints au contrat de prêt : des titres qui ne sont pas absolument pas inhérents ni intrinsèques à la nature du contrat de prêt considéré en général. De ces titres résultent une raison très juste et très légitime d'exiger, de façon régulière, plus que le capital dû sur la base du prêt.
De même, on ne nie pas qu'il y ait d'autres contrats d'une nature distincte de celle du prêt, qui permettent souvent de placer et d'employer son argent sans reproche, soit en procurant des revenus annuels par l'achat de rentes, soit en faisant un commerce et un négoce licite, pour en retirer des profits honnêtes.

IV. Il est certain que, dans tant de diverses sortes de contrats, il faut maintenir l'égalité propre à chacun. Tout ce qui est reçu au-delà ce qui est juste relève, sinon de l'usure – parce qu'il n'y a point de prêt avéré – du moins d'une autre injustice véritable qui impose pareillement l'obligation de le restituer. Par contre, si tout est fait dans les formes et pesé sur la balance de la justice, il est indubitable que ces mêmes contrats fournissent une multiplicité de moyens et de manières licites qui suffisent à alimenter le commerce et les négoces fructueux, en vue du bien commun. Que les chrétiens ne s'imaginent pas que les usures ou d'autres injustices semblables puissent faire fleurir les branches du commerce. Bien au contraire, Nous apprenons de la Parole divine elle-même que "la justice élève une nation, mais la honte des peuples, c'est le péché." (Prov 14.34)

V. Il faut cependant considérer avec attention qu'il serait faux et téméraire de croire qu'on peut toujours trouver et disposer, d'autres titres légitimes avec le prêt, ou bien, indépendamment du prêt, d'autres contrats justes. De sorte que, moyennant ces titres et ces contrats, chaque fois qu'on prêtera à quelqu'un de l'argent, du blé ou toute autre chose de cette sorte, il serait toujours permis de recevoir un surcroît modéré en plus de la totalité du capital prêté.
Cette allégation est – sans doute aucun – contraire non seulement aux enseignements divins et au sentiment de l'Eglise catholique sur l'usure, mais encore au sens commun et à la raison naturelle. En effet, personne ne peut ignorer qu'en de nombreuses occasions l'homme est tenu de secourir son prochain par un prêt simple et nu, puisque le Christ, Notre Seigneur, l'enseigne lui-même : "A qui te demande donne, et de qui veut t'emprunter ne te détourne pas." (Mt 5.42), et qu'en certaines circonstances il n'existe – en dehors du prêt – aucun autre contrat qui soit véritable et juste.
Par conséquent, si un homme qui désire une règle pour sa conscience, il lui faut d'abord examiner d'abord avec soin s'il existe véritablement avec le prêt un autre titre légitime, ou s'il peut passer un autre contrat juste que le contrat du prêt en vertu duquel il pourra, sans craindre d'offenser Dieu, se procurer un profit honnête.
4. C'est en ces termes que les cardinaux, théologiens et les grands canonistes, dont Nous avons demandé l'avis sur cette affaire importante, se sont résumés et ont expliqué leurs sentiments. De notre côté, Nous n'avons pas négligé d'étudier en particulier la même cause, avant, pendant et après la tenue des congrégations. Nous avons parcouru avec le plus grand soin les jugements des hommes habiles que Nous venons de rapporter. Cela étant Nous approuvons et confirmons tout ce qui est contenu dans les avis ci-dessus exposés, attendu que tous les écrivains, les professeurs en théologie et en droit canon, plusieurs passages de l'Ecriture sainte, les décrets des pontifes nos prédécesseurs, l'autorité des conciles et des Pères, semblent quasi conspirés à établir les mêmes sentiments. De plus, Nous connaissons parfaitement les auteurs à qui l'on doit rapporter les sentiments contraires, aussi bien que ceux qui les protègent et les défendent ou semblent chercher l'occasion de les répandre. Nous n'ignorons pas enfin avec quelle sagesse et quelle force les théologiens, voisins des contrées où se sont élevées des contestations ont pris la défense de la vérité.

5. C'est pourquoi Nous avons adressé cette lettre encyclique à tous les archevêques, évêques, ordinaires d'Italie. Ainsi, vous recevrez comme tous les autres, ces instructions et quand il arrivera de tenir des synodes, de parler au peuple, de lui faire des instructions sur la doctrine chrétienne on n'avancera jamais rien de contraire aux sentiments que Nous avons relatés. Nous vous exhortons encore à employer tous vos soins pour que dans vos diocèses personne n'ait la hardiesse d'enseigner le contraire de vive voix ou par écrit. Que si quelqu'un refuse d'obéir nous le déclarons sujet et soumis aux peines décrétées par les saints canons contre ceux qui méprisent et transgressent les ordres apostoliques.

6. Mais nous ne statuons rien à présent sur le contrat qui a fait naître ces nouvelles disputes. Nous n'arrêtons rien non plus à cette heure sur les autres contrats dont la légitimité partage les théologiens et les canonistes. Nous croyons néanmoins devoir animer le zèle que vous avez pour la religion et pour la piété, afin que vous exécutiez ce que Nous ajoutons ici.

7. Premièrement, faites bien voir à vos peuples, par la gravité de vos paroles, que le vice de l'usure est condamné par l'Ecriture sainte, qu'il prend même différentes formes, afin de précipiter de nouveau dans les derniers malheurs les fidèles qui ont été remis en liberté et en grâce par le sang de Jésus-Christ. C'est pourquoi, s'ils veulent placer leur argent qu'ils se gardent de se laisser emporter par l'avarice, source de tous les maux ; mais plutôt qu'ils demandent conseil aux personnes renommées pour leur érudition et pour leur mérite.

8. En second lieu, que ceux qui ont assez confiance dans leurs forces et dans leur sagesse pour répondre hardiment sur ces questions (qui demandent néanmoins une grande connaissance de la théologie et des canons) évitent avec le plus grand soin les extrêmes toujours vicieux. Quelques-uns, jugeant ces affaires avec beaucoup de sévérité blâment tout intérêt tiré de l'argent comme illicite et tenant à l'usure. D’autres, au contraire très indulgents et relâchés pensent que tout profit est exempt d'usure. Qu’ils ne s'attachent pas trop à leurs opinions particulières : mais qu'avant de répondre, ils consultent plusieurs écrivains de grand renom ; qu'ils embrassent ensuite le parti qu'ils verront clairement appuyé non seulement sur la raison mais encore sur l'autorité. S'il s'élève une dispute au sujet de quelque contrat examiné, qu'on évite soigneusement de rien dire d'injurieux et d'offensant à ceux qui suivent un sentiment contraire ; et qu'on se garde bien d'affirmer que leur opinion mérite d'être fortement censurée surtout si elle est n'est pas dénuée de raisons et d'approbations d'hommes éminents parce que les injures et les outrages rompent le lien de la charité chrétienne et sont pour le peuple des pierres d'achoppement et de scandale.

9. En troisième lieu, il faut avertir ceux qui veulent se préserver de la souillure du péché de l'usure et confier leur argent à autrui, de façon à tirer un intérêt légitime, de déclarer, avant toutes choses, le contrat qu'ils veulent passer, expliquer clairement et en détail toutes les conventions qui doivent y être insérées, et quel profit ils demandent pour la cession de ce même argent. Ces explications contribuent beaucoup, non seulement à éviter les scrupules et les anxiétés de conscience, mais encore à prouver au for extérieur le contrat qui a eu lieu. Elles ferment aussi la porte aux discussions qu'il faut quelquefois soulever pour voir clairement si un placement d'argent qui paraît avoir été fait dans les règles renferme néanmoins une usure réelle, dissimulée.

10. En quatrième lieu, Nous vous exhortons à ne point accueillir les discours déplacés de ceux qui disent sans cesse qu'aujourd'hui la controverse sur les usures n'est qu'une dispute de mots, vu que l'on retire ordinairement profit de l'argent cédé à autrui d'une manière quelconque. Il suffit pour voir clairement à quel point cela est faux et éloigné de la vérité de considérer que la nature d'un contrat est tout à fait différente et distincte de la nature d'un autre contrat et qu'il y a pareillement une grande différence entre les conséquences des contrats qui sont opposés entre eux. En effet, il y a une différence évidente entre le revenu qu'on tire de l'argent légitimement et qui, pour cette raison, peut être gardé devant tout tribunal, et entre le revenu qu'on tire de l'argent illégitimement, et dont pour cette raison, le for extérieur et le for de la conscience ordonnent la restitution. Il est donc certain qu'on a tort de dire que la question proposée, de nos jours sur les usures est une question vaine et frivole, parce que l'on tire ordinairement profit de l'argent cédé à autrui.

11. Voilà ce que Nous avons cru devoir principalement vous marquer, dans l'espoir que vous exécuterez tout ce que nous prescrivons par cette lettre. Nous avons aussi la confiance que, si par hasard il s'élève des troubles dans votre diocèse à l'occasion de cette nouvelle controverse sur les usures, ou si l'on cherche à ternir l'éclat et la pureté de la saine doctrine, vous saurez y apporter les remèdes les plus convenables. Nous vous donnons enfin à vous, et au troupeau qui vous est confié, notre bénédiction apostolique.

Donné à Rome, à St Marie Majeure.

BENOÎT XIV

– Saint Thomas d'Aquin et l'Usure –

J'ai pensé qu'il pouvait être pertinent de présenter la position du plus grand théologien catholique sur le prêt à intérêt et sur l'usure.

Recevoir un intérêt ( usura ) pour un prêt d'argent est de soi injuste, car c'est vendre ce qui n'existe pas, ce qui constitue manifestement une inégalité contraire à la justice. Pour s'en convaincre, il faut savoir que l'usage de certaines choses se confond avec leur propre consommation : ainsi nous consommons du vin dont nous nous servons pour boisson et du blé pour nourriture. Dans de tels cas, on ne doit pas compter l'usage d'une chose séparément de la chose elle-même, mais du fait que l'on concède l'usage à autrui, on cède la chose même. Voilà pourquoi en de tels casla propriété est transférée par le prêt. Si donc quelqu'un voulait vendre d'une part du vin et d'autre part l'usage du vin, il vendrait la même chose deux fois, ou vendrait ce qui n'existe pas. Il pécherait ainsi manifestement contre la justice. Pour la même raison, il commettrait une injustice celui qui, prêtant du blé et du vin, réclamerait deux compensations, l'une comme restitution égale à la chose elle-même, l'autre pour prix de son usage, d'où le nom d'usure.
Il y a aussi des choses dont l'usage ne revient pas à leur consommation : l'usage d'une maison est son habitation et non sa destruction. Pour de telles choses, on peut concéder l'un et l'autre séparément : par exemple, quand quelqu'un cède sa maison à un autre tout en se réservant l'usage pendant un certain temps ; ou à l'inverse concède l'usage de la maison à un autre tout en conservant la propriété. Et c'est pourquoi un homme peut licitement recevoir l'usufruit d'une maison et demander ensuite la maison prêtée, comme on le voit dans les baux et les locations.
Quant à l'argent, d'après le Philosophe, il a été principalement inventé pour faciliter les échanges. Aussi son usage propre et principal est d'être consommé, c'est-à-dire dépensé dans les échanges. C'est pourquoi il est illicite en soi de recevoir un intérêt ( pretium ) – qu'on appelle usure – pour l'usage de l'argent prêté.
Et comme un homme est tenu de restituer les biens acquis injustement, de même doit-il le faire pour l'argent reçu par usure.
(Thomas d'Aquin, Somme Théologique, II II 78 1)

Les lois humaines laissent certains péchés impunis à cause de l'imperfection des hommes, et de nombreux avantages disparaîtraient si tous les péchés étaient interdits par des peines propres à chacun d'eux. De là vient que la loi humaine permet les prêts à intérêts, non parce qu'elle estime qu'ils sont conforme à la justice, mais pour ne pas supprimer des avantages dont beaucoup jouissent. On lit ainsi dans le droit civil lui-même que "les choses qui se consomment par l'usage ne peuvent pas recevoir d'usufruit, ni selon le droit naturel, ni selon le droit civil", et que "le Sénat n'a pas admis l'usufruit de ces choses, et ne le pouvait pas, mais a institué un quasi-usufruit", permettant en effet l'intérêt. Et le Philosophe, conduit par sa raison naturelle, dit que "l'acquisition d'intérêts sur l'argent est contraire au plus haut point à la nature" (Aristote, Politique, 1 10)
(Thomas d'Aquin, Somme Théologique, II II 78 1)

Celui qui accorde un prêt peu sans péché stipuler dans son contrat avec l'emprunteur une compensation à verser pour le dommage qu'il subit en se privant de ce qu'il avait : ce n'est pas là vendre l'usage de l'argent mais éviter un dommage. Il peut d'ailleurs arriver que le prêt évite à l'emprunteur un dommage plus grand que celui auquel s'expose le prêteur, si bien que c'est avec son bénéfice que l'emprunteur compense le dommage du prêteur. Mais on ne peut stipuler dans le contrat une compensation pour le dommage qui viendrait qu'on ne gagne plus rien avec l'argent prêté : car on ne doit pas vendre ce que l'on n'a pas et dont l'acquisition pourrait être empêchée de diverses façons.
(Thomas d'Aquin, Somme Théologique, II II 78 2)

Celui qui prête de l'argent en transfère la possession à celui qui l'emprunte. Celui-ci emprunte cet argent à ses risques et périls et est tenu de le restituer intégralement. Il s'ensuit que le prêteur ne doit pas exiger plus qu'il n'a donné. Mais celui qui confie son argent à un marchand ou à un artisan en constituant une sorte de société avec eux ne transfère pas la possession de l'argent – qui reste à lui -, si bien qu'il participe à ses risques et périls au commerce du marchand et au travail du l'artisan? C'est pourquoi il pourra licitement réclamer, comme une chose lui étant due, une part du profit.
(Thomas d'Aquin, Somme Théologique, II II 78 2)

L'encyclique Vix pervenit doit être mise en pratique, avec en plus une remise en vigueur de toutes les régles jubilaires, ce qui manque dans le texte original, y compris sur les propriétés, qui ne sont qu'en gérance sous le regard de Dieu, et non des idoles absolues…:Le mot jubilé vient du latin jubilæus (de jubilare, « se réjouir »), traduction par Jérôme de Stridon de l'hébreu yôbel qui désigne un cor en corne de chèvre. Dans la Bible, ce cor est utilisé pour annoncer le début d'une année spéciale qui a lieu tous les cinquante ans. Cette année-là, les terres devaient être redistribuées de façon équitable et les esclaves libérés. Le Lévitique (25:8–11) déclare ainsi : « Tu compteras sept semaines d'années, sept fois sept ans, c'est-à-dire le temps de sept semaines d'années, quarante-neuf ans. Le septième mois, le dixième jour du mois tu feras retentir l'appel de la trompe ; le jour des Expiations vous sonnerez de la trompe dans tout le pays. Vous déclarerez sainte cette cinquantième année et proclamerez l'affranchissement de tous les habitants du pays. Ce sera pour vous un jubilé : chacun de vous rentrera dans son patrimoine, chacun de vous retournera dans son clan. »

 

Principes suisses :

  1. Il existe un capital privé et un capital appartenant à tout le monde, l’allmend territorial par exemple, les régies fédérales, cantonales, communales…contrôlés par des corps intermédiaires et sous le principe de subsidiarité.

  2. Les produits communs sont distribués selon une juste clé mutuellement définie (contrats de consortage, d’alpage, de fermages, baisses de prix, PTT, Swisscom, profits en milliards de la Banque Nationale Suisse, contrairement à la FED ou à la BCE qui restent en mains privées (sic…).

  3. Les conflits sont réglés localement par arbitrage, sans juges étrangers…La bonne foi personnelle et la sécurité des contrats prime.

  4. La notion des 7 sabbats festifs, des 7 jours (dimanche), des 7 semaines (vacances scolaires), des 7 mois (vacances patates), des 7 années ( année sabbatique et remise des dettes), des 3 fois 7 ans ( fête des vignerons) et des 7 fois 7 années ( 49 ans, Jubilé des 50 années avec remise des dettes et surtout hypothèque divine sur les propriétés agricoles et leur retour aux familles endettées, ou 10 lustres) et celui des 7 siècles après la mort et la résurrection de NSJC ( St Gall en Suisse, 732 Poitiers; 1432, St Nicolas de Flüe en Suisse, fin de la guerre de 100 ans, 2132 ?) est plus ou moins respecté en Suisse, à notre connaissance, le mieux au monde, surtout par les péréquations confédérales et les redistributions locales ( autonomie communale, Banque Nationale Suisse qui redistribue tous les profits de l'or après 50 ans, assurances mutuelles, banques cantonales, locales, Raiffeisen, Wir…).

  5. Il est indispensable de définir socialement ces remises à zéro périodiques ( 7 périodes) des compteurs économiques, comme demandé dans le Lévitique et ainsi de réparer l'erreur de Charlemagne du 23 mars 789 qui a condamné le taux d'intérêt pour 1'000 ans, mais qui a oublié la remise en cause des propriétés, au moins tous les 50 ans…

  6. Il existe un système de création monétaire local communal ou cantonal ou fédéral sans taux d’intérêt (monnaies locales, cantonales, création par les crédits des banques cantonales et système wir)

  7. La recherche de la paix prime, par convention collective. Les péchés publics, selon St Nicolas de Flüe, provoquent les guerres, en fomentant le vice dans les coeurs des confédérés, et sont donc à dénoncer publiquement. La paix est à ce prix…

La Suisse est un des seuls pays qui redistribue les profits de sa banque centrale, pourquoi ?

Parce que sa constitution commence encore avec une invocation divine:

La constitution Suisse a toujours été rédigée Au nom de Dieu Tout-Puissant, Im Namen Gottes des Allmächtigen, In nome di Dio Onnipotente, En num da Dieu il tutpussent ! Elle reprend le début du pacte fédéral : In nomine Domini.
        Elle a été acceptée en votation populaire du 18 avril 1999, très probablement par tricheries électorales, notamment dans les cantons de Vaud, Lucerne et du Tessin, pour faire passer en cachette des articles honteux…

http://www.lexilogos.com/declaration/suisse_pacte_tableau.htm

Faiblesses suisses et internationales :

La monnaie est un bien commun, il est incroyable que les banquiers gagnent plus de US $­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ 15'000.- par heure…ou 18'000 $­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ ou même plus par bonus…?

Solutions pratiques rapides et immédiates ( Vix, à peine, immédiatement, sofort, tout-de-suite…) :

Pourquoi ce lien entre Jubilé et "justice sociale" ? La réponse se trouve dans l’Ancien Testament, au chapitre 25 du livre du Lévitique. Nous y lisons que Dieu invite son peuple à célébrer, tous les 50 ans, une " année sainte"au cours de laquelle il doit libérer les esclaves, remettre les dettes, permettre à chacun de retrouver sa terre. Car il est impossible d’honorer Dieu sans rendre à chacun de ses fils leur dignité, sans restaurer entre les humains des relations justes. Le système actuel fait exactement le contraire, ce qui provoque notamment les hausses infernales de prix, de taxes, d'impôts, de primes…et les guerres, conflits…Le pire vol, celui de la création monétaire par des banquiers sans scupules…Un autre forme d'usure dévorante…qui tue les plus faibles, par millions…

http://www.ewtn.com/library/ENCYC/B14VIXPE.htm    texte anglais

Démographie : la chute a commencé

L'ordre des médecins annonce la sortie prochaine de son atlas démographique 2009, portant sur 2008.

Deux ou trois données sont déjà disponibles ici.

Le nombre des actifs diminue de 2 % : ce sont 4 300 médecins actifs de moins.

Ce qui se retrouve bien entendu dans la densité qui chute de 322 pour 100 000 habitants à 290.

On peut pour rire (jaune) un bon coup comparer ses chiffres avec les annonces des comiques de la Drees (rapport ici) :

– elle annonce une baisse de 20 000 médecins en 10 ans; on a fait quasi le quart en un an

– elle annonce une densité à 290 pour 2030 : on y est déjà

Mais tout va bien, au pays de la Logique et de la Raison Pure.

Le livre: " Europe: l'hiver démographique" en parlait déjà en 1989. ( Edition l'age d'homme, Lausanne et Paris ) page 240.

"La France deviendra dans moins de 20 ans la colonie de ses anciennes colonies"…?
(Vladimir Poutine – interview Agence TASS – Septembre 1995)

Vladimir Poutine a dit aussi :

"Bien sûr que je suis un pur et absolu démocrate ! La tragédie, c'est que je suis le seul pur démocrate au monde. Depuis la mort du Mahatma Gandhi, je n'ai plus personne à qui parler"

(Sources: Courrier International, Quid.fr)

Nos démocraties deviennent des dictatures sournoises.

Krach, le suicide du monde. Jean Bourgeois-Pichat a calculé que le monde pourrait ne compter que 2 personnes en 2 470

Nombre d'enfants par femme

Le suicide du monde:


C'est déjà parti, la principale cause des crises en cours…

L'image

Jean Bourgeois-Pichat a calculé que le monde ne comptera plus que deux personnes en 2 470, par simple application mathématique des taux de fertilité qui sont partout à la baisse. En moins de 5 siècles, la planète se videra…alors qu'elle est gigantesque et que des pays entiers sont presque vides ( Canada, Australie, Argentine, USA…)

Je vous laisse imaginer toutes les crises à venir si on se laisse couler comme maintenant…Quid si ces 2 personnes sont du même sexe ? 🙂

dette du Canada
Le système bancaire actuel cause la pauvreté en face de
l'abondance en endettant tous les pays et personnes. Les prêts à intérêts ne sont pour la plupart que de simples écritures tirées du néant, c'est à dire de la fausse monnaie,
selon Maurice Allais, Prix Nobel d'économie en 1988
dans « La crise mondiale aujourd'hui »
(Ed. Clément Juglar 1999).
.
Pollution www.m-c-s.ch
L'EFF utilise le ruban bleu pour symboliser leur défense de la liberté d'expression
 

Affaire Kennedy : Quand JFK mettait en garde contre une “conspiration monolithique”..

Classé dans: Organisations secrètes — admin @ 11:35 le Dimanche 3 février 2008
Voici une vidéo très intéressante (mais en anglais) de John Fitzgerald Kennedy lors d’un discours public prononcé à New-York devant l’Association des Editeurs de Journaux, le 27 Avril 1961 alors qu’il était Président des Etats-Unis en exercice depuis plusieurs mois, à propos des sociétés secrètes et de leurs plans d’infiltration, de menaces, de conspirations, voire de domination mondiale.JFK parle des sociétés secrètes… et du NWO ! Voici quelques extraits importants traduits en français de cette vidéo édifiante de John Fitzgerald Kennedy : Les médias se plaisent à railler les conspirationnistes qui s’intéressent de trop près aux conditions plus qu’étranges de sa mort et de la mort de son assassin présumé… et dans le même temps, ces médias omettent de rappeler que JFK s’intéressait tout particulièrement aux agissements néfastes des sociétés secrètes et aux conspirations de tous ordres menaçant son pouvoir et le pouvoir du Monde libre.Voici un extrait traduit de son discours :Notre mode de vie est attaqué. Ceux qui se font notre ennemi s’avancent autour du globe. La survie de nos amis est en danger. Et pourtant on n’a déclaré aucune guerre; aucune frontière n’a été traversée par des troupes en marche; aucun missile n’a été tiré. Si la Presse attend une déclaration de guerre avant qu’elle n’impose l’autodiscipline des conditions de combat, alors je peux seulement dire qu’aucune guerre n’a jamais posé une menace plus grande à notre sécurité. Si vous attendez une découverte de danger clair et présent, alors je peux seulement dire que le danger n’a jamais été plus clair et sa présence n’a jamais été plus imminente. Cela exige un changement de perspective, un changement de tactique, un changement de missions, par le gouvernement, par le peuple, par chaque homme d’affaires, chaque leader de travail et par chaque journal. Car nous sommes confrontés, dans le monde entier, à une conspiration monolithique et impitoyable qui compte principalement sur des moyens secrets pour étendre sa sphère d’influence par l’infiltration plutôt que l’invasion, la subversion plutôt que les élections et l’intimidation au lieu du libre arbitre. C’est un système qui a nécessité énormément de ressources humaines et matérielles dans la construction d’une machine étroitement soudée et d’une efficacité remarquable, elle combine des opérations militaires, diplomatiques, de renseignements, économiques, scientifiques et politiques. Leurs ramifications sont occultées et non publiées. Ses erreurs sont enterrées et ne font pas les gros titres, on fait taire ses dissidents, on ne les glorifie pas; aucune dépense n’est mise en question, aucune rumeur n’est imprimée, aucun secret n’est révélé. Elle conduit la guerre froide, en bref, avec une discipline de guerre qu’aucune démocratie n’espèrerait jamais vouloir égaler… C’est pourquoi le législateur athénien décréta comme criminel tout citoyen se désintéressant du débat… Je sollicite votre aide dans l’immense tâche qui est d’informer et d’alerter le peuple américain avec la certitude qu’avec votre aide l’homme deviendra ce pour quoi il est né libre et indépendant.” Extraits du discours de John F. Kennedy du 27 Avril 1961 à New York
Ainsi, JFK a prononcé un discours exposant des machinations dans les coulisses qui ne sont jamais publiées, et son discours en 3 partie continue sur des révélations tout aussi étonnantes, comme on peut le lire en anglais sur le site internet du Musée JFK. Ce discours, déterminé, précis, prononcé devant un parterre extrêmement important de journalistes afin sans doute de lui donner la portée la plus large possible, n’est jamais repris par les médias alignés, et même wikipédia ne le mentionne pas dans sa fiche dédiée à JFK, alors qu’il constituerait un mobile évident pour un complot destiné à l’éliminer.Lorsqu’il est repris, il est ramené à la menace commuiste, alors que si on lit bien le texte, on voit qu’il ne peut pas s’agir de cette menace-là uniquement : dans son discours, JFK appelle à révéler la conspiration secrète monolithique d’une part en révélant les informations cachées, tout en prenant garde à ne pas exposer le pays à ses ennemis tels que le Communisme, et reconnait qu’il est difficile de concilier les deux.JFK précise que c’est cette “conspiration monolithique” conduit la guerre froide (pourtant bi-partisane)… Après le fiasco du débarquement de la Baie des Cochons à Cuba, manigancé par la CIA, JFK voulait sans doute rassurer le peuple et l’informer des nombreuses manipulations orchestrées dans les sociétés secrètes (services secrets, Franc-maçonnerie, associations estudiantines secrètes, cellules d’actions secrètes, conspiration monolithique secrète, etc… ?) et dont il était lui-même victime, car si dans un discours rendu public, il se déclare seul responsable du désastre, en privé, il déclare que la CIA lui a menti et l’a manipulé pour qu’il donne l’ordre de l’invasion totale de Cuba. Allen Welsh Dulles, directeur de la CIA, sera limogé par le Préseient pour sa participation à la préparation de l’audacieux document « Opération Northwoods » dont le but était d’utiliser la CIA dans des attaques réelles ou simulées et d’en accuser Cuba et le reste du mandat de Kennedy sera marqué par une certaine méfiance envers la communauté des services de renseignements (CIA et FBI).Et 2 ans plus tard, John Fitzgerald Kennedy était éliminé le 22 novembre 1963 par un complot pour certains, et par un homme seul selon la commission d’enquête officielle, la Commission Warren, qui rend Lee Oswald seul auteur et acteur de l’assassinat. Voici une vidéo juste avant ce tragique assassinat. On y voit le retrait des gardes du corps du Président, contre leur propre gré et contre le protocole pourtant très strict, alors que JFK est à découvert dans une décapotable et sans que lui-même semble à l’origine de cet ordre de retrait : L’étrange retrait des gardes du corps de JFKMais les évènements troublants ne s’arrêtent pas à ce fait d’armes. A peine 2 jours plus tard, l’assassin présumé de JFK était lui-même assassiné, présumé car aucun procès, ni même le début d’une instruction judiciaire, n’a pu avoir lieu après qu’il a été abattu par Jack Ruby moins de 48 heures après son arrestation. Jacky Ruby, en fait de son vrai nom Jacob Leon Rubenstein, était un immigré polonais d’origine juive qui gérait un club de strip-tease et fricotait passablement avec la mafia.Il déclara avoir assassiné Oswald sous l’emprise d’un coup de folie, mais beaucoup d’observateurs indépendants en doutent et pensent qu’il a agi sous l’ordre de la mafia ou d’autres prescriptueurs qui avaient intérêt à ce que Lee Oswald soit éliminé pour cacher un complot éventuelle.Et malgré la plaidoirie d’un célèbre pénaliste pour le faire acquitter et passer pour fou, la justice retint la préméditation puisque Ruby fut condamné à mort en première instance, avant de voir sa peine commuée grâce à ses avocats, le temps d’un nouveau procès.Durant sa détention, Ruby supplia de se faire transférerà Washington DC car il craignait pour sa vie, certains observateurs estimant que ses prescripteurs souhaitaient se débarrasser de lui.Il n’avait pas tout-à-fait tort, car il mourut quelques mois plus tard en prison, durant son appel, officiellement d’une embolie pulmonaire consécutive à un cancer à l’âge de 55 ans, certains observateurs estimant là aussi que cette mort était suspecte.Ainsi se rompait avec la mort de Ruby le dernier fil qui aurait pu conduire la justice aux véritables commanditaires de l’assassinat de JFK, si complot il y avait…Pour autant, si la justice n’a pas pu enquêter librement sur l’affaire JFK en 1963 comme elle n’a pas pu le faire sur les attaques du 11 Septembre en 2001, rien n’empêche les observateurs indépendants de se replonger dans les faits à la lumière des nombreux éléments regroupés depuis, notamment à la lumière des attentats du 11 Septembre et du Nouvel Ordre Mondial.Ainsi, lorsque l’on visionne de nouveau l’assassinat tragique de JFK (attention, les images sont choquantes), on aperçoit un étrange manège des la part des gardes du Corps du Président, qui se retirent opportunément de la voiture contre toutes les règles officielles, juste avant que la balle magique ne puisse atteindre sa cible :  Assassinat de JFK selon Alex Jones et Prisonplanet.com (en anglais)Il semble alors évident que l’Histoire officielle est entâchée de nombreuses invraisemblances… mais comme le disait Napoléon lui-même, ce sont les vainqueurs qui écrivent l’Histoire.Si chacun(e) est libre de croire comme les 2/3 des Etasuniens que JFK a été tué lors d’une vaste conspiration, couverte au plus haut niveau, et destinée à éliminer un président devenu gênant, son discours de mise en garde sur les Sociétés secrètes et les conspirations au plus haut niveau est, lui, bel et bien certain et avéré… Et résonne comme un avertissement plus que jamais d’actualité.Si cette mise en garde au plus haut niveau contre une conspiration invisible monolithique pouvait être retenue, JFK ne serait pas mort pour rien !

http://911nwo.info/?p=7

Séance suivante:
– 11 novembre: M. Willy Cretegny, vigneron “bio”, à l'origine du référendum contre le Cassis de Dijon: «Libre-échange et souveraineté alimentaire».


Entretiens du mercredi
Place du Grand-Saint-Jean 1
Case postale 6724
1002 Lausanne
Téléphone: 021 312 19 14 (de 8 h à 10 h) – Téléfax: 021 312 67 14
E-mail: mercredis@ligue-vaudoise.ch

Tamiflu, vaccins au mercure et H1N1, des escroqueries meurtrières ?


La grippe H1N1, fabriquée pour faire du fric ?

La presse s'intéresse ce mardi aux commandes pharaoniques de doses de vaccins anti-grippe A/H1N1 faites par la Suisse. L' Office fédéral de la santé publique a commandé 13 millions de doses dont on ne sait que faire. Et ce alors qu'il suffirait, semble-t-il, de vacciner 2 millions de personnes pour faire face. "Un scandale", selon le centre d'immunologie de l'hôpital de l'Ile, à Berne.

Plainte pénale contre des vaccins à deux vitesses

Il suffit de déposer plainte d'urgence auprès de la gendarmerie ou d'un poste de police de sa localité. La marche à suivre vous sera indiquée par les agents qui transmettront aux autorités compétentes et/ou la transmettront au Procureur qui décidera de la suite à donner.

Ceci est un acte de civisme naturel contre la vaccination de masse abusive contre la grippe bénigne A/H1N1.
Rassurez-vous! Vous serez bien accueillis.
Merci à chacun de faire sa part. Courez dans toutes les gendarmeries du monde ! Venez vous réfugier en Suisse, il y a peu de chance qu'ils arrivent à nous forcer à nous faire vacciner dans tous les cantons.



http://desiebenthal.blogspot.com/2009/10/plainte-h1n1-pour-la-france.html

La plainte déjà déposée à Grenoble et en cours de dépôt à Paris, Évry, Pau, Tarbes, Nantes… : au format Word (modifications possible) et au format pdf pour impression et diffusion. Le présent texte au format Wordau format pdf pour impression et diffusion.
M. ou Mme le Doyen des Juges d'Instruction
près le Tribunal de Grande Instance de :

Plainte avec constitution de partie civile contre X pour :

•    tentative d'administration de substances nuisibles à la santé de nature à entraîner la mort (art. 221-3 et 221-5 du Code Pénal).

•    mise en danger de la personne (art. 223-1 et suivants du Code Pénal).

 
Monsieur ou Madame le Doyen des Juges d'Instruction,

Nous avons l'honneur de vous exposer les faits suivants.

Fin avril début mai 2009,  de nombreux articles de presse faisaient état de l'apparition de la grippe A dite « porcine »  pour laquelle le virus H1N1 était identifié.

Très curieusement, alors qu'il faut en général, lors de l'apparition d'une maladie pouvant devenir une épidémie, plusieurs mois avant que l'on identifie le virus responsable, en quelques jours, les autorités mexicaines annoncent que les premiers malades ont été infectés par le virus H1N1.

Très curieusement également, cette maladie va se propager, non seulement de manière « normale » (malades ayant été en contact avec des personnes de retour du Mexique), mais également d'une manière scientifiquement étrange, puisque des personnes n'ayant jamais été en contact avec des voyageurs venant d'Amérique du Sud l'ont contracté également dans diverses régions de France, à peu près simultanément.

Très curieusement, alors que le recul du temps démontre que cette grippe fait 100 fois moins de victimes que la grippe saisonnière, tout un plan de lutte contre la pandémie et une médiatisation exceptionnelles se sont très vite mis en place, essentiellement en France, 1er pays producteur de vaccins d'Europe. 

C'est lorsque nous avons appris la composition du vaccin mis sur le marché en septembre que nous avons commencé à nous interroger : ce vaccin contient des éléments hautement toxiques et sa mise en circulation aura le même effet que lors de la 1ère épidémie de grippe A/H1N1 aux U.S.A. en 1976, où la campagne de vaccination dut être arrêtée car le vaccin faisait 20 fois plus de morts que la grippe.

Notre inquiétude est née lorsque nous avons pris connaissance de déclarations émanant de personnalités dignes de foi, semblant dire que le virus actuel ressemblerait à celui de 1976, tout en étant un peu différent :

•    Wayden Madsen, journaliste, ancien officier de la marine américaine : « …C'est une forme de virus très inhabituelle qui semble être le résultat de manipulations génétiques. Il contient une forme de grippe aviaire, deux formes de grippes humaines et des formes de grippes porcines… ».

Une telle recombinaison semble irréalisable dans la nature.

•    Le Général Leonid Ivachov, ancien chef de la direction de la coopération militaire internationale du Ministère russe de la Défense, président de l'Académie russe des problèmes géopolitiques déclare sur la chaine Ria Novosti : « Toutes les épidémies actuelles ont été créées dans des laboratoires. »

Cette inquiétude grandissante nous a fait découvrir de nombreux éléments probants nous amenant à la conviction suivant laquelle nous estimons être victimes d'une opération criminelle visant à empoisonner la population pour de sordides raisons de profit.

En effet, cette maladie a été précédée d'un certain nombre de faits qui ne peuvent pas être des coïncidences.

Pour la bonne compréhension de nos explications, il est nécessaire de rappeler que :

•    La grippe dite « porcine » est apparue pour la 1ère fois aux U.S.A dans l'Etat  du New Jersey. Après l'arrêt d'une campagne de vaccination pour les raisons précitées, ce virus a progressivement disparu depuis 1976.
 

•    Ce virus réapparaît soudainement au Mexique en 2009 : il est décelé chez un enfant le 2 avril 2009 dans le village de La Gloria.

•    Le temps nécessaire à ce qu'une personne en contact avec un malade déclare les premiers symptômes varie entre 3 et 8 jours.

•    Donc, au 15 mars 2009, aucun médecin au monde n'avait encore diagnostiqué le moindre cas de grippe A.

Les actes préparatoires

a)    Le 28 Août 2007, le laboratoire Baxter dépose aux U.S.A. une demande de brevet portant sur le vaccin contre le virus H1N1. La demande sera enregistrée un an plus tard, soit le 28 août 2008. Baxter obtient le brevet le 5 mars 2009, sous le n° 20090060950, délivré par l'Us Patent & Trademark Office.

b)    Fin 2008, début 2009, le même laboratoire Baxter livre, à partir de son siège autrichien, des milliers de doses du vaccin contre la grippe saisonnière à plusieurs pays. Les Tchèques ont alors un réflexe de prudence, et, compte tenu du fait qu'on ne sait rien de sa composition, décident de le tester préalablement sur  20 furets. Tous  les animaux meurent. Vérification faite, toutes les doses renfermaient le virus de la grippe aviaire (non atténué). « Regrettable erreur de manipulation » déclare Baxter qui s'excuse et rapatrie ses doses. Le virus de la grippe aviaire se transmet difficilement, sauf quand il est injecté dans le sang : là, il devient mortel. Si les Tchèques n'avaient pas eu ce réflexe de prudence, des milliers de gens seraient morts.

Comme un tel type « d'erreur » semble impossible car l'introduction de 2 virus H5N1 et H3N2 dans le matériel vaccinal constitue un mélange de souches appelé « réassortiment » qui est une manière de créer un virus pandémique, une journaliste, Jane Burgmeister, est à l'origine d'une plainte collective pour tentative de crime contre l'Humanité, en Autriche. Cette plainte est actuellement en cours d'instruction.

c)     Une dépêche de l'A.F.P. du 9 Mars 2009 nous annonce que  « …Sanofi-Aventis annonce aujourd'hui la signature d'un contrat avec les autorités mexicaines, pour la construction d'une usine de production de vaccin contre la grippe, représentant un investissement de 100 millions d'euros.

L'annonce a été faite au cours d'une cérémonie en présence de MM. Felipe Calderon, Président du Mexique et Nicolas Sarkozy, Président de la République Française, en visite officielle au Mexique. Cette usine sera construite et exploitée par Sanofi-Pasteur, la division vaccins du Groupe Sanofi-Aventis, représenté par Chris Viehbacher, directeur général de Sanofi-Aventis.

« Avec la construction de cette usine, Sanofi-Aventis est fier de contribuer au renforcement des infrastructures de santé du Mexique et tient à souligner l'engagement exemplaire envers la santé publique de ce pays, à travers son programme de vaccination contre la grippe et de préparation à la pandémie », a déclaré Chris Viehbacher. « Cet investissement démontre l'engagement local de Sanofi-Aventis pour la santé mondiale. Cette usine constituera un atout de santé publique, pour les Mexicains ainsi que pour l'Amérique Latine, dans le cadre de la préparation à la pandémie grippale ». La nouvelle usine de Sanofi-Pasteur au Mexique sera construite selon les standards permettant à Sanofi-Pasteur de basculer aisément de la production de vaccin contre la grippe saisonnière à celle de vaccin contre la grippe pandémique, dans l'éventualité où une pandémie de grippe humaine vienne à être déclarée et une fois la souche de virus grippal pandémique identifiée par l'Organisation Mondiale de la Santé.
 

d)    Courant février 2009, Madame Bachelot, Ministre de la Santé, envoie un courrier à plusieurs spécialistes de Droit Constitutionnel, afin de demander si, à leur avis, une loi créant une obligation vaccinale imposée à toute la population serait contraire ou non à la Constitution. Dans l'Histoire de la Vè République, il semblerait que ce soit la 1ère fois qu'une telle question est posée à des juristes.

e)    Dès l'apparition de la grippe porcine, le Ministère de la Santé, au lieu d'effectuer un appel d'offre pour la production d'un vaccin, comme cela se fait d'ordinaire, classe immédiatement le marché Secret Défense et passe commande à Sanofi-Aventis, avant même que le vaccin ne soit fabriqué.

Ainsi, 2 mois avant l'apparition de la grippe A, certains semblaient déjà savoir que cette maladie apparaîtrait et avaient déjà préparé le marché du vaccin !

Voilà pourquoi, dans une question écrite à Mme Bachelot, publiée au Journal Officiel le 7 juillet, Monsieur François Brottes, député de l'Isère, s'étonne « des facultés prémonitoires des laboratoires pharmaceutiques… », et Madame Annie David, sénatrice de l'Isère, dans un courrier adressé également au Ministre de la Santé le 8 juillet 2009, écrit « …Cet étrange scénario inquiète un nombre important de nos concitoyens qui se demandent s'ils ne sont pas manipulés… »

f)    Un fait divers inquiétant, compte tenu du contexte, a encore plus renforcé notre conviction. Un communiqué de l'A.F.P. du 27 avril 2009, précise :
Conteneur de virus de grippe porcine brisé: un train suisse arrêté et évacué.  Genève – Un train de voyageurs a été arrêté et évacué lundi soir en Suisse après qu'un conteneur d'échantillons de virus de grippe porcine, inoffensifs pour l'homme, se fût brisé, a annoncé la police locale. « Les huit flacons d'échantillons étaient transportés dans un conteneur spécial constitué d'une triple enveloppe de plastique et de carton », a expliqué à l'AFP Jean-Christophe Sauterel, porte-parole de la police du canton de Vaud. « De la glace carbonique placée dans le conteneur pour assurer la conservation des virus a fondu, entraînant une surpression qui a fait sauter le couvercle et les flacons », a-t-il précisé. Le train a alors été bloqué à son entrée en gare de Lausanne. La soixantaine de passagers qui se trouvaient dans le wagon concerné ont été confinés pendant une heure, le temps de s'assurer que le virus était inoffensif. « Le convoi a ensuite été évacué », a ajouté M. Sauterel, en soulignant « qu'il n'y avait « aucun danger » pour les passagers comme pour la population locale.
« Les échantillons de virus animal, qui ne pouvaient pas contaminer des humains, étaient destinés au centre de recherche du Pr Laurent Kaiser qui travaille pour le développement d'un test de diagnostic de grippe humaine d'origine porcine, a précisé le porte-parole de la police… »
g)    Sur le site Internet www.mondialisation.ca, un article du 13 sept. 2009 nous apprend :

Les fabricants de vaccins contre la grippe H1N1 viennent d'obtenir l'immunité juridique. La secrétaire d'Etat U.S. à la santé, Kathleen Sebelius, vient de signer un décret conférant une totale immunité aux fabricants de vaccins contre la grippe H1N1, en cas de poursuite judiciaire. De plus le programme accéléré – de 7 milliards de dollars – pour la fabrication du vaccin qui devra être mis sur le marché à l'automne ne prévoit pas de test de sécurité. Y aurait-il un programme sous-jacent à l'officielle et hystérique campagne de l'OMS destinée a élever la prétendue grippe porcine au rang de pandémie ? »

Cet ensemble de faits nous interpellent. À cela, s'ajoutent les récentes informations particulièrement alarmantes concernant le vaccin qui arrive actuellement sur le marché, qui justifient encore plus la présente plainte.
 
La phase d'exécution

Selon les fabricants, pour qu'un vaccin soit efficace et « désinfecté », il faut, en plus du virus atténué, ajouter un produit appelé « adjuvant de l'immunité ».

Ce produit est soit :

•    de l'hydroxyde d'aluminium à des doses parfois 30 fois supérieures au seuil toxique,

•    des dérivés du mercure, notamment le Thimérosal (ou Thiomersal),

•    du formaldéhyde ou formol, utilisé pour conserver les cadavres et classé en 2004 comme cancérigène par le Centre International de Recherche sur le Cancer,

•    parfois également : des cellules cancérisées, des éthers de glycol, de la glycérine toxique pour les reins et le foie, du plomb, du cadmium etc.

En outre, ces vaccins sont cultivés sur des tissus animaux ou humains (reins de singe ou de chien, embryons de poulet, sérum de veau, sang de porc, sang de cheval, cervelle de lapin etc.).

Exemple : dans le dictionnaire médical Vidal édition 2000, on peut lire p. 2131 : « Vaccin DTCP Pasteur : vaccin  diphtérique, tétanique, coquelucheux,  poliomyélitique inactivé absorbé…

Excipients : hydroxyde d'aluminium, formaldéhyde, phénoxyéthanol, polysorbate 80, milieu 199 Hanks, qsp. 0,5ml… »

Quelques lignes plus bas, dans la liste des effets indésirables, on peut lire « Exceptionnellement, choc anaphylactique, encéphalopathies aiguës… »

Autre exemple : Dans le Dictionnaire Vidal 2009, on peut lire, pour le vaccin contre la grippe « normale », appelé Vaxigrip (vendu par Sanofi) :

« Excipients : solution tampon (sodium chlorure, phosphate disodique dihydrate, phosphate monopotassique, potassium chlorure, eau ppi), oeuf, protéines de poulet, néomycine, formaldéhyde, octoxinol 9.

Les laboratoires préparant le vaccin actuel contre la grippe porcine ont déjà fait savoir qu'il y aurait 2 adjuvants :

•    du mercure (Thiomersal ou Thimérosal),

•    du squalène, nouveau produit qui serait responsable des milliers de maladies graves contractées par les militaires américains, lors de la 1ère guerre du Golfe.

De plus, pour accélérer la production, comme il n'y a pas assez d'antigènes pour produire des vaccins en quantité suffisante, les fabricants en mettront 10 fois moins mais seront obligés d'en amplifier les effets par des quantités supérieurs d'adjuvants.

Le squalène est un produit hautement toxique, car même si l'on peut objecter que le squalène existe en faible quantité dans le corps, l'injection de ce produit déclenche dans l'organisme un effet d'opposition à la fois au squalène injecté mais aussi au squalène naturel qui est nécessaire mais se trouve à ce moment là neutralisé.

Ainsi, des milliers de personnes vont se faire injecter un produit toxique. Il en résultera une véritable pandémie due, non pas à une contagion mais au vaccin.
 
Cela s'est malheureusement déjà produit plusieurs fois dans l'Histoire, et notamment en 1921 aux USA, où à Kansas City et à Pittsburgh, une campagne de vaccination contre la variole totalement injustifiée, – il n'y avait alors aucun cas de cette maladie dans aucune des 2 villes – a été suivie dans les semaines postérieures par une épidémie de variole.

Des poursuites judiciaires aboutirent à des condamnations de principe totalement occultées par la presse de l'époque (cf. Histoire et Pathologie de la Vaccination, Edgar Crookshank, professeur de bactériologie au Kings College de Londres).

Nous avons donc l'impression que les événements de 1921 se renouvellent mais en bien plus graves : ainsi, l'on annonce déjà en Suède plusieurs décès en date du 23 oct. 2009, immédiatement consécutifs au début de la campagne de vaccination contre la grippe A :
http://www.vigile.net/Deja-deux-morts-en-Suede-suite-a

Les infractions

1.    Tentative d'administration de substances nuisibles à la santé de nature à entraîner la mort (art. 221-3 et 221-5 du Code Pénal).

Nous assistons à un ensemble de manœuvres dont l'objectif est de vendre le plus vite possible à la plus grande part de la population des produits toxiques.

Ces manœuvres consistent dans les faits suivants.

•    Déposer un brevet pour la production de vaccins contre la grippe H1N1 antérieurement à l'apparition de celle-ci.

•    Préparer la fabrication du vaccin et s'assurer l'exclusivité de la vente, avant même que les premiers cas de maladie n'apparaissent.

•    Faire apparaître la maladie en diffusant intentionnellement le virus dans la population.

•    Faire pression sur les média pour faire croire qu'une maladie grave est « apparue ».

•    Vendre enfin un produit hautement toxique qui rendra malade des milliers de personnes, dont un nombre certain de décès.

Comme les symptômes de cette maladie seront ceux de la grippe, il sera facile d'annoncer que la pandémie a bien lieu et qu'il faut continuer de vacciner.

Il sera nécessaire, bien sûr, de continuer de faire pression sur les média afin qu'on omette de dire que les malades viennent d'être vaccinés, ce qui ne sera pas difficile lorsque l'on voit les pages entières de publicité achetées par certains laboratoires pharmaceutiques aux journaux.

Ces manœuvres constituent la tentative d'administration de substances nuisibles à la santé, dont est victime tout citoyen soumis depuis plusieurs mois à une campagne de communication promotionnelle mensongère des vaccins antigrippes.

Nous sommes directement concernés par cette infraction, dans la mesure où, si notre attention n'avait pas été alertée par les événements précités, nous nous serions faits vacciner en étant trompés sur les qualités intrinsèques d'un produit qui s'avère être en réalité très dangereux pour la santé humaine.

Les parties civiles à la présente plainte qui sont parents d'enfants scolarisés nourrissent les plus vives inquiétudes quant à la sauvegarde de l'intégrité physique de leurs enfants, pour lesquels ils craignent une forme de vaccination forcée mis en œuvre sans leur consentement libre et éclairé fondé sur une information sérieuse fournie par leur médecin.

2.    Mise en danger de la personne (art. 223-1 et suivants du Code Pénal)

Le vaccin mis sur le marché comporte des adjuvants hautement toxiques :

•    le Thimérosal (ou Thiomersal), produit dérivé du mercure, hautement toxique ;

•    le squalène, produit mis en cause dans des plaintes aux U.S.A. qui aurait été contenu dans les vaccins administrés aux militaires de la 1ère guerre du golfe, et qui aurait rendu des milliers de soldats malades à vie.

•    le formaldéhyde ou formol.

Le rapport bénéfice/risque de cette campagne est honteusement déséquilibré.

La grippe A a fait, pendant la saison d'hiver en Argentine (pays comparable à la France) 4 fois moins de victimes que la grippe saisonnière.

Ainsi, pour nous protéger prétendument de ce que certains scientifiques appellent une « grippette », l'on risque de déclencher des milliers de cas d'effets secondaires graves.  Ces victimes, au lieu d'avoir souffert, dans plus de 99% des cas, d'un « gros rhume » pendant 8 jours seront gravement malades, à vie.

* * *

Pour l'ensemble de ces raisons, nous déposons plainte contre X entre vos mains, pour tentative d'administration de substances nuisibles à la santé de nature à entraîner la mort (art. 221-3 et 221-5 du Code Pénal) et mise en danger de la personne (art. 223-1 et suivants du Code Pénal).

* * *

Nous vous prions de croire, Monsieur le Juge, à l'expression de notre parfaite considération.

Signature de chaque partie civile

Dépôt en deux exemplaires au secrétariat du Doyen des Juges d'Instructions ou envoi en recommandé avec AR en deux exemplaires.

Annexes:

En 1996, le brevet d' un antiviral inhibiteur de certaines formes de grippe – le Tamiflu – est cédé par le président et principal actionnaire de la firme GILEAD SCIENCES INC, Monsieur Donald Rumsfeld aux Laboratoires Roche (Suisse), moyennant beaucoup de sous et de futures royalties sur les ventes à venir de l'antiviral.

Euh, bien sûr, pour que le Tamiflu se vende bien … il faut des grippes.

En 2005-2006, premières alertes mondiales sur une grippe, la grippe aviaire.

Donald Rumsfeld, toujours Secrétaire de la Défense des USA sous la Présidence Georges W Busch et toujours principal actionnaire de Gilead Sciences inc…. fait acheter en tant que responsable politique du Tamiflu en masse. Les royalties pleuvent. Plein d'autres pays avec des sous achètent : au prix fort. …

en 2006, tiens, coup de bol, la grippe aviaire devient menace planétaire…….
Des milliards de dollars de ventes de Tamiflu sont réalisées et des stocks mondiaux sont constitués par les états qui ont les finances suffisantes. Pluie torrentielle de royalties.
Nombre de victimes de cette 'pandémie' à ce jour : environ 150 personnes… pas plus dans ces pays ou les conditions d'hygiène et la proximité de vie avec les animaux sont les principales raisons de ces transmissions et de ces décès.
Il est bon de rappeler que la grippe basique, banale est à l'origine d'environ 300 000 à 500 000 décès dans le monde chaque année (source OMS), des morts que l'on peut qualifier à la demande en cochant la case grippe la plus appropriée aux affaires du moment.
Et en ce moment, on est en plein dedans : il faut cocher grippe porcine dans la colonne.

Début 2009, …y'a une date de péremption sur les boites de Tamiflu maximum de 5 ans !!!!

et oui, on y arrive à 2009 moins 2006 = 4 ans
Dans quelques semaines, tous nos stocks de millions de boîtes sont foutus…

Avril 2009 : chouette, une grippe porcine… ouf…. et quelle chance, on a du Tamiflu plein les armoires à pharmacie. On consomme avant la date limite et puis on repassera des commandes.

A plus tard la crise.

Une des citations préférée de Rumsfeld :
« L'absence de preuve ne signifie pas la preuve de l'absence.

Byo,
de là où je suis.

Petit rappel à propos de l'épisode sur 'les armes de destruction massive', prélude à la guerre en Irak : initiateur Rumsfeld et cie, spécialiste des maladies virales et des armes chimiques qui en sont dérivées. Le petit flacon que tout le monde a vu … vient de chez Gilead !!!

Ah oui… Rumsfeld est aussi passé par la chimie… c'est lui qui obtient le feu vert au profit de Searle pour l'aspartame, usant de ses fonctions politiques. Il a été dirigeant de Searle et vend cette boite à …. Monsanto qu'il aidera pas mal par la suite pour faire avancer les dossiers pourris de cette société : OGM Round up agent Orange, Terminator etc…

On a à faire à un spécialiste hors normes des coups tordus, patron d'agences secrètes s'occupant des 'sales guerres' à la CIA. Son CV vaut son pesant de virus, à voir sur Wiki. Plus d'une vingtaine de plaintes de par le monde sont déposées contre ce type. Des fois ça fait du bien de ne pas être américain.

Sur Wikipédia dans le CV de Donald :


Rumsfeld et le Tamiflu
[modifier]

De janvier 1997 jusqu'à ce qu'il devienne le 21e secrétaire à la Défense en janvier 2001, Donald Rumsfeld était président du conseil d'administration de Gilead Sciences qui a développé le Tamiflu, utilisé dans le traitement de la grippe aviaire. D'après le magazine Fortune, M. Rumsfeld possède entre 5 et 25 millions de dollars d'actions dans la société.[2] À la suite à cette révélation, le journalLibération rapporte qu'il a indiqué avoir déjà pensé vendre ses actions en début d'année, lorsque la question d'une pandémie possible commençait à se poser. Puis, après avoir consulté le Comité d'éthique du Sénat, les services juridiques de la Maison Blanche et le département de la Justice, il avait décidé de ne pas vendre et, mardi, de s'abstenir de toute participation aux décisions concernant la grippe aviaire. La moindre des prudences quand on sait que le Pentagone a déjà commandé pour 58 millions de dollars de Tamiflu pour les soldats US dans le monde.[3] Source:
http://panier-de-crabes.over-blog.com/article-30853349.html

Sarkozy et Sanofi Aventis avaient prévu la grippe mexicaine ?

Le tout-petit-président aurait-il des dons façon madame Irma ? On se souvient que son voyage au Mexique avait fait parler de lui. Il aura été placé sous le signe des produits pharmaceutiques. Et pas seulement parce qu’avec Carlita ils furent hébergés aux frais d’un financier proche du président Calderon et recensé comme ayant des activités dans le blanchiment d’argent de la drogue et le trafic de coke. Toujours sur la ligne blanche le nabotléon :) Depuis, le pays est revenu dans l’actualité par le biais de la grippe. Et pas n’importe laquelle : une version mutante du virus, ce fameux H1N1 qui a commencé à faire des victimes et a mis sur les dents l’OMS qui a relevé son seuil d’alerte au niveau 5 (sur 6), même si la nuit dernière le Mexique est redescendu d’orange à jaune (ouverture des restos, de certains lieux publics…). Après la crise, la pandémie. De quoi faire tinter une crécelle en criant : “c’est la fin du monde” ? Pas encore semble-t-il. Devenue A, cette grippe qui fut mexicaine et porcine – preuve que le producteur de porcs est plus influent que celui de poulets puisque la grippe aviaire le resta, elle – ne va pas sans poser questions. Sa stratégie de com’ fut excellente et les médias ont plongé pour faire monter la sauce: cartes en temps réel, déclarations se voulant tellement rassurantes qu’elles inquiétaient… En plus, cette grippe eut la bonne idée de s’en prendre très vite aux gringos et de remonter vers les USA et le Canada pour prendre l’avion vers l’Europe. Hypothèse d’école : si un virus était arrêté par un mur frontalier et qu’elle n’avait frappé que des métèques basanés à sombreros, aurait-elle eu droit à la Une ? Je dis pas pour autant qu’elle n’existe pas. Mais son évaluation, les scénarios, son potentiel restent difficiles à évaluer de l’aveu même de spécialistes, comme le professeur Antoine Flahault, directeur de l’Ecole des hautes études en santé publique de Rennes. Seules certitudes : un peu plus d’un millier de cas – a priori 4 en France – 27 morts, dont 26 au Mexique. On est loin des chiffres d’une grippe classique même si les projections d’un développement de la pandémie laissent présager une surmortalité qui va de relatives dans les pays développés à très élevée dans les pays pauvres où elle pourrait faire les ravages qui fit la grippe espagnole dans nos contrées mal soignées du début du siècle dernier. La question qui se pose – et que soulèvent certains  spécialistes – est le niveau socialement tolérable de propagation de la maladie dans des pays occidentaux où elle sera bien plus visible que d’autres qui font plus de victimes mais dans des pays éloignés et ignorés. Mais revenons un peu du côté de notre ligne blanche. Car en attendant, on se prépare avec le Tamiflu des laboratoires Roche, qui est un antiviral mais pas un vaccin. En France les doses (nombreuses, ouf) ont été réparties sur le territoire même si certains médecins ont l’air de douter de leur efficacité. Le fin mot de tout ça pourrait relever de la parano sur une manipulation de l’industrie pharmaceutique et un art consommé de sa part avec les collusions d’intérêts entre différentes puissances financières pour faire grimper la peur. Sans aller jusqu’à la théorie du complot (dont l’inverse existe aussi : on nous referait le coup de Tchernobyl en nous mentant alors que le danger serait imminent), on peut dire que Sanofi-Aventis a du nez. La firme avait profité du voyage au Mexique du mari de la chanteuse pour signer un contrat juteux de développement de son site de production de Ocoyoacac (Etat de Mexico). Daté du 9 mars 2009, celui-ci prévoit la création d’une unité produisant des vaccins… contre la grippe. Saisonnière en principe mais avec la possibilité de basculer vers la fabrication de vaccins contre une grippe pandémique. Bon, les travaux doivent débuter rapidement mais l’usine ne carburera à plein régime que d’ici 4 ans. Cela dit, une belle trouille en la matière – c’est un hypocondriaque qui le dit – ne peut nuire aux bonnes affaires. Voilà donc le communiqué diffusé lors de cet accord par Sanofi: sanofi-mail On peut consulter ce Pdf du communiqué ici ou là : pdf-sanofi

Comment par Alice on 8 mai 2009 6:11 Bonjour, Merci pour l’info. En creusant, on se rend compte que les relations entre Sanofi et Sarkozy vont bien plus loin que les essais d’un président de favoriser la signature de contrats juteux pour les firmes françaises à l’étranger. Le patron de Sanofi a été nomme par Tsarko à un poste clé dans la gestion des finances nationales par ces temps de crise, et cela explique pourquoi la censure fait rage dès qu’il s’agit de critiquer les produits de Sanofi tels le très controversé Gardasil.
La question est abordée dans cette note:
« Proposition de loi pour supprimer la publicité pour les vaccins, alors que les conflits d’intérêts, la publicité pour le Gardasil et la censure s’exacerbent ».
http://pharmacritique.20minutes-blogs.fr/archive/2009/01/25/proposition-de-loi-pour-supprimer-la-publicite-pour-les-vacc.html Mais cela ne s’arrête pas là. le Dr FRANCOIS SARKOZY, frère de Nicolas, tire beaucoup de profits du fait que l’Alzheimer a été déclaré grande cause nationale par Tasrko. Sanofi est l’hyperlaboratoire de l’hyperprésident et de son frère. (Il faudrait creuser pour les autres, qui sait ce qu’on pourrait trouver…) Lisez ce billet et vous verrez qui sera le premier à profiter des franchises médicales: « Plan Alzheimer et conflits d’intérêts: les Sarkozy, Sanofi, recherche publique, franchises médicales… Les deniers publics feront les profits privés »
http://pharmacritique.20minutes-blogs.fr/archive/2009/03/05/alzheimer-nouvelle-fondation-de-cooperation-scientifique-mai.html Bravo pour votre blog!

Texte dans les églises du monde…

"Swine Flu
Parishioners are reminded of good hygiene practice, particularly with respect to the spead of germs by coughing. If anyone has flu-like symptoms, they should stay at home, advise their GP and not attend any church liturgies, that is, Mass, baptisms, funerals, weddings. The obligation to attend Sunday Mass does not apply in cases of sickness.
The Sign of Peace will be suspended for the duration of the health concern.
Parishioners are urged to receive Holy Communion only on the hand in the light of the present circumstances.
Parishioners are reminded, nevertheless, of the necesity to receive in a reverent manner, adequately acknowledging the sacred presence of Christ in the Eucharist. Posters outlining the manner od reception in the hand are available in the porch. Parents are asked to show children how to receive in the hand. this will be a good time to explain wha reverence for the Eucaharist is important.
Alocohol gel will be used by the Priest before and after each Mass and by the Ministers of Holy Communion before and after the distribution of the Blessed Sacrament."

Donc on ne donne plus la paix du Christ, et on n'a plus vraiment le droit de recevoir la Communion par la bouche! C'est fou!

M. M-E Burdet, innocent, au mitard glacé en slip et sans couverture,

M. M-E Burdet, l'un des défenseurs de M. Ferraye, demande l'asile politique à plusieurs pays étrangers, vu sa mise au mitard glacé pendant plusieurs semaines, en slip et sans couverture…  voir http://pavie.ch/articles.php?lng=fr&pg=3126www.burdet.info site "censuré" de MEBLes voleurs pétroliers et l'inventeur génial volé à Genève.http://ferraye.blogspot.com/2009/08/les-memes-escrocs-sont-notamment.html
Copie de notre courrier de plainte.
Les amis de
Marc-Etienne Burdet
rue du Canal 14,
1400 Yverdon-les-Bains/VD à la
Cour européenne des Droits de l'Homme
Conseil de l'Europe
67075 Strasbourg-Cedex
France

Lausanne, le 23 octobre 2009

Complément grave du dossier, détenu au mitard, en slip et sans couverture.

I. LES PARTIES

A. LE REQUÉRANT

Marc-Etienne Burdet
Chez Burdet, Jeannette u. Raymond (-Chevalley)
rue du Canal 14, 1400 Yverdon-les-Bains/VD
*024 445 05 01

B. LA HAUTE PARTIE CONTRACTANTE
Tribunal Fédéral
Av. du Tribunal-Fédéral 29
CH-1000 LAUSANNE 14 et subsidiairement, l’Etat du Canton de Vaud

II. EXPOSÉ DES FAITS

D’abord, comme nous l’avions deviné, l’ avocat Daniel Brodt en qui, malgré nos mises en garde, a fait exprès d’attendre que le délai de recours soit passé d’un jour, pour déposer celui qu’il avait pourtant achevé de former et de faire approuver à son client plusieurs jours auparavant. N’ayant pas été introduit dans les délais prescrits, le recours a donc été rejeté. Cette ignoble trahison se passe de commentaires.

—– Marc-Etienne Burdet, détenu au mitard, en slip et sans couverture ,
mail Réacheminé du directeur de la prison, M. Sébastien Aeby /SPEN/admin-VD le 13.10.2009 11:58 —–
Sébastien Aeby/SPEN/admin-VD
13.10.2009 11:57   
A françois.brelaz@bluewin.ch
cc   
Objet : EPO – M. Burdet
Monsieur le Député,
J'ai bien reçu votre correspondance du 8 octobre au sujet de Monsieur Marc-Etienne Burdet, détenu dans mon établissement.
Après vérification, je peux vous confirmer que Monsieur Burdet a bien été placé aux arrêts disciplinaires.

Le placement de ce dernier en cellule forte n'a pas donné lieu à des complications, les procédures suivies et respectées par le personnel.
Monsieur Burdet a conservé ses vêtements en cellule et a disposé d'une couverture le temps de sa sanction.
En espérant avoir répondu à votre demande, je reste à votre disposition pour complément d'informations.
Avec mes remerciements et meilleures salutations.

Sébastien Aeby
Directeur des EPO 
Malheureusement, les dernières nouvelles que nous pouvons vous communiquer nous font naître de graves inquiétudes sur son sort. ( voir annexe ).

DÉCLARATION ET SIGNATURE

Je déclare en toute conscience et loyauté que les renseignements qui figurent sur la présente formule de requête sont exacts.

Lieu : Lausanne    Date :  le 23 octobre 2009

Signature du/de la requérant(e) ou du/de la représentant(e)les amis de MEB.
Annexe; article du 20 minutes du 21 0ctobre,

Infarctus en prison

Il attend deux semaines avant d’être soigné

par Thomas Piffaretti

Olivier a fait un infarctus alors qu’il était incarcéré dans un établissement pénitentiaire vaudois. Il a dû attendre d’être libéré, 15 jours après son accident cardiaque, avant de pouvoir être pris en charge par un médecin. L’Office pénitentiaire cantonal se défend.

Olivier souhaite que son histoire ne se répète pas. (Photo: 20 minutes online)

Olivier, 48 ans, dit revenir de loin. Incarcéré pendant une année pour «un gros péché», comme il le dit lui-même, ses derniers jours en prison ont été un véritable cauchemar. Le 15 septembre dernier, en début de soirée, et alors qu’il a appris quelques heures plus tôt que sa libération serait effective deux semaine plus tard, Olivier se sent mal. Une violente douleur à la poitrine le paralyse, mais il reste conscient. Ses maux ne passant pas, son collègue de cellule finit par alerter les gardiens.«Tant que vous ne baignez pas dans votre sang, ou que vous ne pendez pas au bout d’une corde, les gardiens ne voient pas l’intérêt d’appeler le piquet sanitaire», témoigne Olivier. Les geôliers tentent tout de même de le calmer, mais excluent, selon lui, de faire intervenir l’assistance médicale. Il devra attendre le lendemain avant de pouvoir rencontrer une infirmière, qui, malgré l’exposé de ses symptômes, n’aurait pas pris la décision d’appeler le médecin. Olivier demande alors à voir un spécialiste, mais sans urgence attestée, la liste d’attente est longue, assure-t-il.Finalement les jours défilent, et Olivier est libéré. Mais il continue de souffrir de la poitrine et ses jambes enflent à vue d’œil. Il finit donc par se rendre au CHUV. Et après avoir passé une batterie d’examens, le couperet tombe: Olivier a fait un infarctus. Pire, il doit subir une lourde opération afin de déboucher ses coronaires. Aujourd’hui, Olivier est tiré d’affaire, mais une rééducation de deux mois l’attend et surtout un sentiment de colère demeure. «J’aurais pu y passer», s’exclame-t-il.Une administration trop lourdeSi Olivier tient à partager son histoire, c’est avant tout pour dénoncer la lourdeur et le manque d’efficacité de l’administration pénitentiaire telle qu'il l'a connue. Et particulièrement dans l’encadrement sanitaire des détenus. Il n’en veut d’ailleurs pas aux gardiens de prison. «Ce sont eux qui sont sensés dire si un détenu a besoin de soins médicaux. Mais ils ne sont pas formés pour. Et ils sont tellement sollicités.» Olivier comprend leurs difficultés à gérer des prisonniers qui tentent régulièrement de les abuser, selon son propre aveu. Le disfonctionnement serait davantage à chercher au niveau de l'organisation des établissements pénitenciers.«Il faut faire une fiche pour tout en prison», déplore l'ancien détenu. Et les demandes de visites médicales s'empilent les unes sur les autres. Conséquence de cette lourdeur administrative, plusieurs semaines peuvent s'écouler avant de pouvoir décrocher un entretien avec un médecin, explique-t-il. Olivier a en effet connu plusieurs désillusions face aux services sanitaires des prisons où il était incarcéré. Par exemple, avant son accident cardiaque, il avait enregistré une importante prise de poids et avait contracté des douleurs articulaires. A la permanence médicale de son établissement, on lui aurait dit: «Il vous faut voir un physio, mais on en a pas ici.» Olivier n’a donc jamais vu de physio.«Je n’y crois que moyennement»Du côté de la direction de l’Office pénitentiaire du canton de Vaud, on se montre sceptique face au témoignage d’Olivier. «Je n’y crois que moyennement», assène Catherine Martin, cheffe du service. Un piquet sanitaire centralisé est mobilisable à tout instant et les procédures d’urgence répondent à un protocole strict. Et en cas de doute, les geôliers sont censés appelés une ambulance. «Je crois pouvoir dire que la prise en charge médicale est peut-être même meilleure en milieu carcéral que dans le civil. Tout est à disposition des détenus», ajoute-t-elle.Quant à l’aptitude des gardiens à juger de la gravité d’un cas, Catherine Martin se veut rassurante. «Les gardiens sont sensibilisés aux problématiques médicales. Et l’histoire que vous me racontez ne correspond pas à la pratique habituelle. Il y a d’ailleurs eu des cas de réanimations miraculeuses de détenus par les gardiens.» De même, la surpopulation carcérale que connaît le canton, ne diminuerait pas le vigilance des geôliers. «C’est lourd à gérer, reconnaît la cheffe de l'Office, mais le niveau des effectifs est correct.» Ne pas voir son histoire se répéterReste que pour Olivier, les choses doivent changer. Pour lui, l’encadrement des détenus est insuffisant, et la lourdeur des procédures, notamment pour l’accès aux soins, peut s’avérer dangereuse. Si porter son histoire devant la justice ne servirait à rien – à en croire conseil légal qu'il a pris –, Olivier a une ferme ambition en rendant son témoignage public: «J’ose espérer que mon cas est isolé. J’aimerais que ce qui m’est arrivé ne se reproduise pas».

Le vol des propriétés intellectuelles par des politiques et des banquiers.

Le SECRET BANCAIRE selon la FRANCE:

Il a été établi de source judiciaire que FINAMA et GROUPAMA ont rendus des comptes falsifiés depuis 2005, trompant ainsi la confiance des marchés -et des actionnaires (en plus de violer les obligations de ces marchés régulés que sont la banque et l'assurance).

Par une saisie officielle chez la banque FINAMA, GROUPAMA a été pris sur le fait à pirater des logiciels pour une valeur de $200 millions.

La BEFTI (une brigade d'élite spécialisée dans la fraude informatique), chargée de l'enquête, a d'abord menacé la victime de la fraude afin de lui faire retirer sa plainte.

Le Procureur de la République ayant classé le dossier 'sans suite', la victime a demandé copie du dossier d'enquête.

Quelle ne fut pas sa surprise de constater que la Police avait procédé à l'échange du constat d'huissier officiel par un constat d'huissier fourni par la partie mise en cause, effectué un mois après la saisie -et dans un établissement différent du lieu de l'infraction.

Ce second constat d'huissier, sans valeur officielle, établissait bien évidemment l'innocence de GROUPAMA.

En vertu du 'SECRET BANCAIRE', GROUPAMA y demandait explicitement à la Police de limiter ses investigations à un établissement qui n'était pas celui de l'infraction officiellement constatée.

Après avoir formé un recours devant le Procureur Général de Paris, celui-ci expliquait qu'il n'y avait 'pas d'infraction constatée' et que, donc, le classement sans suite était maintenu.

Outre la corruption des services de la Police, le fait que le Procureur Général ait couvert la falsification du dossier d'enquête en dit long sur le désir sincère du gouvernement de mettre un terme aux 'dysfonctionnements' (malheureusement récurrents) de la justice en France.

Tous les détails ont été rendus publics (la réponse négative du Procureur Général, le dossier d'enquête de la BEFTI, ainsi que le constat d'huissier non-officiel de GROUPAMA):

http://remoteanything.com/archives/groupama.pdf

Pierre.

        

Libye, secret bancaire et l'affaire Ferraye. Les liens pétroliers et l'inventeur génial volé à Genève. M. M-E Burdet, prisonnier politique en Suisse suite à l'affaire Clearstream, a demandé l'asile politique en Libye.

Les ordinateurs du gouvernement Suisse espionnés depuis l'Afrique depuis des années ?

Jean Ziegler en sauveur ?
Va-t-il sauver les otages suisses en Libye? … Il travaille en secret avec les autorités suisses, sans pour autant être officiellement mandaté, …avec la Libye les émotions passent avant la raison. Un contexte, selon Jean Ziegler, où l'on échappe à la rationalité évoquée par Micheline Calmy-Rey pour entrer dans l'affectif et l'honneur.
Les liens pétroliers et l'inventeur génial volé à Genève. www.burdet.info site "censuré" de M. M-E Burdet, l'un des défenseurs de M. Ferraye, qui a demandé l'asile politique à plusieurs pays étrangers, vu sa mise au mitard glaçé pendant plusieurs semaines, en slip et sans couverture, Copie de notre courrier de plainte.
Les amis de
Marc-Etienne Burdet
rue du Canal 14,
1400 Yverdon-les-Bains/VDà la
Cour européenne des Droits de l'Homme
Conseil de l'Europe
67075 Strasbourg-Cedex
France

Lausanne, le 23 octobre 2009

Complément grave du dossier, détenu au mitard, en slip et sans couverture.

I. LES PARTIES

A. LE REQUÉRANT

Marc-Etienne Burdet
Chez Burdet, Jeannette u. Raymond (-Chevalley)
rue du Canal 14, 1400 Yverdon-les-Bains/VD
*024 445 05 01

B. LA HAUTE PARTIE CONTRACTANTE
Tribunal Fédéral
Av. du Tribunal-Fédéral 29
CH-1000 LAUSANNE 14 et subsidiairement, l’Etat du Canton de Vaud

II. EXPOSÉ DES FAITS

D’abord, comme nous l’avions deviné, l’ avocat Daniel Brodt en qui, malgré nos mises en garde, a fait exprès d’attendre que le délai de recours soit passé d’un jour, pour déposer celui qu’il avait pourtant achevé de former et de faire approuver à son client plusieurs jours auparavant. N’ayant pas été introduit dans les délais prescrits, le recours a donc été rejeté. Cette ignoble trahison se passe de commentaires.

—– Marc-Etienne Burdet, détenu au mitard, en slip et sans couverture ,
mail Réacheminé par le directeur de la prison, M. Sébastien Aeby/SPEN/admin-VD le 13.10.2009 11:58 —–
Sébastien Aeby/SPEN/admin-VD
13.10.2009 11:57   
A françois.brelaz@bluewin.ch
cc   
Objet : EPO – M. Burdet
Monsieur le Député,
J'ai bien reçu votre correspondance du 8 octobre au sujet de Monsieur Marc-Etienne Burdet, détenu dans mon établissement.
Après vérification, je peux vous confirmer que Monsieur Burdet a bien été placé aux arrêts disciplinaires.
Le placement de ce dernier en cellule forte n'a pas donné lieu à des complications, les procédures suivies et respectées par le personnel.
Monsieur Burdet a conservé ses vêtements en cellule et a disposé d'une couverture le temps de sa sanction.
En espérant avoir répondu à votre demande, je reste à votre disposition pour complément d'informations.
Avec mes remerciements et meilleures salutations.

Sébastien Aeby
Directeur des EPO 
Malheureusement, les dernières nouvelles que nous pouvons vous communiquer nous font naître de graves inquiétudes sur son sort.

DÉCLARATION ET SIGNATURE

Je déclare en toute conscience et loyauté que les renseignements qui figurent sur la présente formule de requête sont exacts.

Lieu : Lausanne    Date :  le 23 octobre 2009

Signature du/de la requérant(e) ou du/de la représentant(e)

Ci-dessous, un des 2 brevets qui nous a tous sauvé d'une pollution mondiale, les plus de 1'164 puits en feu du Koweït…

First page clipping imageFirst page clipping image

Joseph Ferraye Je suis l'inventeur des systèmes d'extinction et blocage, qui ont maîtrisé en 3 mois, au lieu de 8 à 12 ans, les 1164 puits explosés en 1991 au Koweït, et mes systèmes ont été escroqués par Bush, Mitterrand, Chirac, Sarkozy, Strauss Kahn, Rumsfeld, Cheney, etc. etc. ; c'est en fait le complot connu par l'affaire ELF (Sirven). Révolutionnant plus de 15.000 fois tous les procédés classiques, mes systèmes ont été déclarés stratégiques et vendus aussi frauduleusement par ces mêmes escrocs à tous les pays producteurs de pétrole dans le monde, et ceci pour plusieurs milliers de milliards de dollars. Le complot était géré en Suisse, par Alfred Sirven avec la secrétaire de Strauss Kahn, et les plus hautes autorités politiques et judiciaires, ainsi que les banques suisses sont impliquées dans le blanchiment des milliards de dollars provenant de ce complot, qui a généré les attentats des 11 et 21 sep. 2001 (WTC, Pentagone, Toulouse) 11 mars 2004 (Madrid) etc. etc., et les deux guerres successives à ce jour. Sarkozy, Chirac, Mitterrand, Rafic Hariri, sont impliqués dans ce grave complot, qui consiste en l'escroquerie des royalties provenant de mes systèmes d'extinction et blocage, d'où proviennent aussi les comptes Clearstream de Sarkozy. Pour mieux comprendre, je vous prie de voir mes sites suivants, et sur Google les thèmes reportés ci-après, ainsi que je vous prie de reporter dans tous vos articles et commentaires et d'envoyer à toutes vos relations dans le monde entier les adresses de mes sites, pour faire sauter tous ces criminels qui se croient les maîtres du monde : N'hésitez pas aussi d'imprimer toutes les pièces officielles qui sont sur mes sites, et qui prouvent tous les aspects de ces crimes organisés et ses conséquences : assassinats (dont l'assassinat du juge Borrel), attentats successifs (dont ceux des 11 aux USA, 21 sep. 2001 à Toulouse, 11 mars 2004 à Madrid, etc. etc.), et les deux guerres successives à ce jour, qui ont déstabilisé la paix dans le monde : J'ai découvert qu'Israël et les banques juives sont impliquées dans ce complot et le blanchiment de mes droits, justifiant aussi pas seulement le comportement de Sarkozy envers Israël, mais aussi les recommandations pro-sionistes de Chirac à la fin de son mandat… N'ayez peur de rien ; et n'hésitez pas de m'écrire sur mon adresse mail : jferraye@aol.com Ces milliers de milliards sont destinés à aider les gens qui meurent de faim dans le monde, sachant que selon les statistiques de la HCR, il y a 35.000 enfants et 70.000 adultes qui meurent de faim chaque jour. Réagissons par tous nos moyens, jusqu'à la condamnation de tous ces criminels. A très bientôt, je compte sur vous… J. Ferrayé www.googleswiss.com/corruption www.googleswiss.com/ferraye www.burdet.info

Les mêmes escrocs sont notamment impliqués dans les affaires Enron, Madoff et Ferraye.

 
Le dossiers originaux Ferrayé, ainsi que ceux d'Enron, d' Arthur & Andersen, l'auditeur de Clearstream et d' Enron, et les enquêtes de la SEC contre Madoff, étaient dans la tour no 7 du World trade Center de New-York, détruite par démolition contrôlée, alors qu'aucun avion ne l'a touchée… ( sic )…

Les programmes d'analyses automatiques d'e-mail établissent de manière très significative que les mêmes escrocs sont notamment impliqués dans ces grandes escroqueries, les affaires Enron, Madoff et Ferraye.

Joseph FERRAYE  :  Inventeur des systèmes d'extinction et de blocage des puits de pétrole au KOWEÏT en 1991
Victime d'un détournement de dizaines de milliards de dollars initié par les autorités françaises avec la complicité des autorités judiciaires genevoises (Suisse) et américaines.

Video « Sans aucun doute » – Julien COURBET – TF1 12 mai 2000
Emission censurée
 
 Me Gilbert Collard, le très médiatique avocat – sur le plateau de l'émission (pré-enregistrée) "Sans Aucun Doute" du 12 mai 2000 qui a été censurée – parle de  "la plus grande escroquerie du siècle, escroquerie incroyable, enjeu colossal; on ne joue plus avec des rigolos, on joue avec de vrais tueurs, des hommes prêts à tout sous prétexte qu'un État a des intérêts qui sont reliés par d'autres Etats ". Julien Courbet, le présentateur, déclare : " cette affaire pourrait remonter très très très haut…". 
 
lien : http://www.googleswiss.com/fr/geneve/jf/video.html

ALLONS NOUS LES LAISSER FAIRE UNE NOUVELLE GUERRE MONDIALE POUR CACHER LEURS VOLS ?

Pourquoi le « social-démocrate » Dominique Strauss-Kahn ( futur président de la France !) a-t-il fait censurer le 12 mai 2000 un reportage de Julien Courbet dans l'émission « Sans Aucun Doute », consacré au dossier Koweit-Gate ? À cause de ses commissions ou du secret défense ?DSK et Nicolas Sarkozy attaquent-ils le secret bancaire suisse et luxembourgeois car ceux-ci  ont permis notamment au fameux Notaire Pierre Mottu de soustraire une bonne partie de leurs commissions ?

Clearstream n'est pas une simple partie de ping-pong entre Villepin et Sarkozy. Clearstream est l'affaire de tous les citoyens du monde volés notamment par des soustractions fiscales gigantesques.

Comprendre Clearstream, c'est comprendre la planète financière et la mondialisation, c'est-à-dire le fonctionnement du pouvoir

(1991) L'affaire des FREGATE$ devient (2006) l'affaire Clearstream qui va devenir « Le Kuwait Gate » ou l'histoire d'une incroyable escroquerie organisée sous couvert de l'O.N.U., de l'OTAN et de Bnp-Paribas , avec les mensonges et malversations de banquiers, de politiciens, de procureurs et de juges d'instruction sans envergure ; et ce, pour détourner les dizaines de milliards versés par le Koweït et payés par l'Irak (le peuple irakien) pour l'utilisation des systèmes d'extinction et de blocage des puits de pétrole volés en 1991 à Joseph Ferrayé

Le Canton de Genève a livré à Kashoggi les fonds énormes volés par les Marcos par corruption au plus haut niveau dans la "République" de Genève…et sans aucune enquête sérieuse pour empêcher que çà continue…et dans un silence complice de la plupart des "autorités".

Les scandales analogues continuent sans fin visible…Des innocents paient pour les coupables.

Affaire Ferraye, Elf, Sirven, Leuna, Frégates de Taïwan, fonds Montesinos (Pérou), Marcos (Philippines), Mobutu (Ex-Zaïre), Abacha (Nigeria)… Plus récemment, Hussein (Irak), Salinas (Mexique) ou Duvalier (Haïti).
Pétrole contre nourriture, Brozicek, Davidoff, Barschel, Marc Roger, Football club du Servette, Gastikah, Banque cantonale de Genève, BCV, Fonds de pension…

Et çà va continuer jusqu'à quand ?

Les risques de guerres et d'explosions nucléaires sont sérieux. Ceux qui n'ont plus rien à perdre peuvent déclencher des catastrophes.

Invitation à réfléchir sérieusement avant qu'il ne soit trop tard.

Restituer les biens mal acquis : une situation d'urgence
Alors que plusieurs pays du Sud sont le théâtre des « émeutes de la faim » qui s'amplifient, la question de la restitution des biens mal acquis de potentats africains se pose avec une nouvelle acuité. Des centaines de millions de dollars liés aux biens mal acquis par des dictateurs resteraient bloqués en Suisse. Leur restitution directe pourrait servir à l'aide alimentaire d'urgence

Groupama, as an example
 
64 DS + 255 Masters + 65535 Slaves = 65 x ((255 x 23 €) + (65535 x 8 €)) = 34.459.425,00 € H.T.
+ 64 DS + 255 Masters + 65535 Slaves = 65 x ((255 x 23 €) + (65535 x 8 €)) = 34.459.425,00 € H.T.
+ 64 DS + 256 Masters + 65536 Slaves = 65 x ((256 x 23 €) + (65536 x 8 €)) = 34.461.440,00 € H.T.
+ 64 DS + 256 Masters + 65536 Slaves = 65 x ((256 x 23 €) + (65536 x 8 €)) = 34.461.440,00 € H.T.
————————————————————————————————————————————-
Total = 137,841,730.00 € (without V.A.T. Tax: 20.6% due to the French fiscal authorities)
      
 
The General Prosecuter says
that there is no infraction
despite the fact that Police
ignored all officially collected
criminal evidences in its
investigations -prefering the
unofficial affidavit provided by
the guilty (made one month after
the infraction and at a differrent
address).
The General Prosecuter is requested
to re-examinate the case on the basis
that Police used an unofficial affidavit
(provided by the guilty, one month after
the incrimined facts and established at
a different address) instead of using
the available criminal evidences to
investigate the case.
This is the unofficial affidavit made by
the guilty, one month after the official
affidavit. This new document claims to
collect relevant evidences (or rather, the
lack of any) -at a different address.
Note page #2 the bank stating that, due
to "bank secrecy" investigations should
only take place at this (wrong) address.

Miracles de Nagasaki et Hiroshima sur France 2

http://www.ovni-expert.com/wp-content/uploads/2009/02/explosion_nucleaire_nagasaki_apres.jpg

Nagasaki, 1945

http://www.crc-resurrection.org/Renaissance_catholique/Mystique/images/nagasaki.jpg

Monseigneur Joseph-Mitsukaki Takami, archevêque de Nagasaki.

http://www.lejourduseigneur.com/index.php/jds/Programmation/France-2/Messe-a-Nagasaki

Homélie de la messe à Nagasaki

Vivre notre foi comme la lumière qui éclaire toute notre existence
Les chrétiens connaissent tous le nom de saint François-Xavier. Saint François-Xavier, le premier missionnaire venu annoncer l’Évangile au Japon. Arrivé en 1549, dès l’année suivante, saint François-Xavier avait déjà baptisé une centaine de Japonais pendant son séjour à Hirado, au nord de notre diocèse actuel. Puis, très rapidement, grâce à la prédication de pères jésuites et d’autres missionnaires venus en renfort, un mouvement de conversion se développa à Nagasaki même et dans d’autres régions du Japon. Le pouvoir politique s’inquiéta bientôt de cette expansion du christianisme et, en 1614, le shôgun Tokugawa, parvenu à unifier le pays sous sa direction, décréta l’interdiction de la foi chrétienne. On dit qu’à l’époque les catholiques japonais étaient environ cinq cent mille, c’est à dire autant que de nos jours. Les persécutions firent des milliers de martyrs dont plusieurs ont été déclarés bienheureux ou canonisés, comme saint Paul Miki et ses compagnons, (exécutés à Nagasaki en 1597,) saint Thomas Nishi et ses compagnons, ou encore Pierre Kibé et ses 187 compagnons, béatifiés ici même à Nagasaki au mois de novembre dernier. La persécution cependant ne parvint pas à anéantir l’Église de Jésus Christ. Alors qu’ailleurs au Japon les communautés chrétiennes disparurent peu à peu au fil des ans, dans la région de Nagasaki elles réussirent à survivre. En l’absence de prêtres et dans l’impossibilité de révéler leur identité, les chrétiens s’organisèrent pour vivre leur foi dans la clandestinité. Restés fidèles à la pratique de la prière, et en particulier au culte de la Sainte Vierge, ils administraient le baptême à leurs enfants et se donnaient aux œuvres de charité. Cette vie, en Église souterraine pour ainsi dire, a continué pendant près de 25O ans. C’est seulement en 1865 que quelques uns des descendants de ces chrétiens cachés purent rencontrer un prêtre. Le père Petitjean, des Missions Étrangères de Paris, profitant des accords passés entre le Japon et la France en 1859, avait pu construire une église à Oura et c’est dans cette église que vinrent le trouver les chrétiens. On put croire alors à une résurrection de l’Église visible, mais une terrible persécution s’abattit à nouveau sur les chrétiens dans toute la région. En particulier tous les paroissiens de Urakami, l’église où nous sommes aujourd’hui, 3500 environ, furent déportés dans d’autres régions du Japon et beaucoup furent martyrisés. Après 1873, l’édit de persécution ayant été révoqué, ceux qui purent revenir à Urakami avaient perdu tous leurs biens. Ils durent repartir de rien. Ils mirent trente ans pour reconstruire leur église, laquelle église, vingt ans plus tard, a été détruite par la bombe atomique. On peut dire que le sol de Nagasaki a été fécondé par le sang des martyrs, par la foi de nombreux chrétiens fervents, et par la tragédie de la bombe atomique. Les chrétiens de Nagasaki ont vécu à travers ces épreuves le mystère pascal, le mystère de la mort et de la résurrection de Jésus. Ils ont été associés aux souffrances du Serviteur souffrant et à la mort rédemptrice du Christ qui a apporté le salut aux hommes. Depuis la fin de la dernière guerre mondiale, les croyants jouissent de la liberté de religion qui est reconnue par la Constitution. Cela ne veut pas dire qu’ils n’ont pas de problèmes à affronter.
Aujourd’hui pour faire face aux difficultés que nous connaissons, et pour rendre témoignage à l’Évangile par nos paroles et par nos actes, il faut avoir en mémoire les raisons pour lesquelles les gouvernements ont, dans le passé, persécuté si cruellement les chrétiens. (Il faut nous souvenir aussi de l’attitude qu’ont eue ces derniers.) D’abord les gouvernants ne voyaient pas l’utilité du christianisme, le bouddhisme, le shintoïsme et le confucianisme devant, selon eux, suffire aux besoins du peuple. Ensuite, l’Évangile montre clairement que tous, hommes et femmes, sont égaux devant Dieu. Revendication d’égalité inadmissible dans la société hiérarchisée du régime féodal où tous les pouvoirs sont détenus par le shôgun. Enfin, les missionnaires et les chrétiens prenaient soin des malades, des pauvres, des opprimés et des marginaux de toute sorte, catégorie de gens qu’on craignait de voir se révolter contre le gouvernement. Le christianisme était donc une religion dangereuse, une religion perverse. Face aux prétentions du pouvoir politique, nos devanciers ont su rester fermes dans la foi, la foi en l’existence de Dieu qui veut sauver tous ceux qui se confient à lui dans l’amour, la foi en Jésus Christ ressuscité qui ouvre la voie du vrai bonheur. Un grand nombre parmi nos ancêtres ont donné leur vie en témoignage de cette foi, et beaucoup, parmi ceux qui ont survécu ont gardé cette foi comme un trésor et veillé à la transmettre à leurs enfants et petits-enfants. Aujourd’hui encore, nous aussi sommes appelés à vivre cette même foi, non pas comme la pratique de quelques dévotions ou l’obéissance aveugle à des commandements, mais comme la lumière qui éclaire toute notre existence, dans notre vie personnelle et familiale et dans tous les domaines de la vie sociale. Nous reconnaissons, bien sûr, l’égalité de tous les humains devant Dieu, mais n’y a-t-il pas encore dans les jugements que nous portons sur autrui et dans notre comportement beaucoup de contradictions avec ce que nous croyons ? Mépris des autres, discrimination en fonction des différences de race, de religion ou de culture… violation des droits fondamentaux… Les martyrs d’autrefois ont versé leur sang pour la cause de l’égalité entre les hommes. Aujourd’hui faisons-nous assez pour promouvoir cette égalité ?
Nous ne pouvons pas rester indifférents en voyant se creuser dans notre monde les inégalités entre les riches et les pauvres. La société de consommation dans laquelle nous vivons est pénétrée de matérialisme et de relativisme, victime de l’égoïsme de beaucoup. C’est dans cette société que nous devons vivre la foi au Christ « qui n’est pas venu pour être servi mais pour servir, et donner sa vie en rançon pour la multitude. » (Mc 10,45) Notre existence doit être tout entière centrée sur lui, le Christ, qui nous apprendra à donner gratuitement notre vie aux autres et à travailler ainsi à l’unité des hommes entre eux et avec Dieu. Oui, rendons témoignage au Christ avec conviction en restant fermes dans l’espérance. « Frères, en Jésus le Fils de Dieu nous avons le grand prêtre par excellence […] tenons donc ferme la profession de notre foi. » (Heb 4,14) Et pour cela « avançons donc avec pleine assurance vers le Dieu tout puissant qui fait grâce, pour obtenir miséricorde et recevoir, en temps voulu, la grâce de son secours. » (Heb 4, 16)

Référence des chants

Prédicateur : Joseph-Mitsukaki Takami
Références bibliques : Is 53, 10-11; Ps. 32; He 4, 14-16; Mc 10, 35-45
Paroisse : Cathédrale Notre-Dame

Nagasaki, maison de Maximilien Kolbe.

Il y avait une maison à environ 1 kilomètre de l'endroit où la bombe A  a explosé à Hiroshima au Japon. Cette maison avait une église qui a été complètement détruite, mais la maison a survécu, tout comme les huit allemands missionnaires jésuites qui priaient le rosaire dans cette maison fidèlement chaque jour. Ces hommes étaient des missionnaires pour le peuple japonais, ils étaient des non-militaires, mais parce que l'Allemagne et le Japon étaient alliés pendant la Seconde Guerre mondiale, ils étaient autorisés à vivre au Japon pendant la guerre.

Non seulement ils ont survécus tous avec au plus quelques petites blessures relativement mineures, mais ils ont tous vécu bien après cette terrible journée sans le mal des rayons, pas de perte de l'ouïe, ou tout autres défauts visibles à long terme. Naturellement, ils ont été interrogés et examinés à plusieurs reprises (Fr. Schiffer, un survivant, a déclaré plus de 200 fois) par les scientifiques et les soins de santé au sujet de leur expérience remarquable et ils disent "nous croyons que nous avons survécu parce que nous vivions le message de Fatima. Nous avons vécu et prié le chapelet tous les jours dans cette maison. "

Fr. Arrupe, un Basque, avait eu sa vocation quand il était étudiant en médecine et témoin d'une guérison miraculeuse à Lourdes. Après le bombardement d'Hiroshima, il met sur pied un hôpital de fortune et a soigné plus de 200 blessés et mourants.

Pour son livre "Hiroshima", écrit peu de temps après l'événement, John Hersey interrogé l'un des prêtres jésuites, le P.. Schiffer, IIRC, et cinq autres survivants.

Les huit prêtres étaient encore vivants en 1976, lorsque l'un d'eux a adressé une conférence eucharistique dans les Etats-Unis

En outre, un couvent franciscain avait été construite à Nagasaki par saint Maximilien Kolbe. Le Seigneur lui dit de le construire derrière la crête d'une colline et la colline l'a protégé de  l'explosion.

Voici quelque chose de plus j'ai pu trouver concernant la Ville Marie, à Nagasaki:

« Le 9 Août 1945, par ordre de Truman, une 2ème bombe atomique est tombée sur la ville de Nagasaki. La cathédrale du Cœur Immaculé de Marie est détruite. Cependant, Maximilian Kolbe Mary's Town et les Frères Franciscains à l'intérieur sont laissés indemnes, à l'exception de quelques vitraux. Une fois de plus, ces moines ont été consacrées à la Sainte Mère et prié le chapelet tous les jours. "

"Le 15 août 1945, la Seconde Guerre mondiale est terminée. C'est la fête de l'Assomption de la Bienheureuse Vierge Marie."

Je n'avais jamais réalisé la Deuxième Guerre mondiale s'est terminée le jour de l'Assomption, …

Je suis d'accord que chaque année des visites d'Hiroshima et de Nagasaki devraient être exigées de tous les dirigeants politiques, à leurs propres frais. Une bonne dose de réalité et de nausées serait éducatif pour eux.

DemBones

Vous pouvez vous joindre à la messe qui a lieu à Nagasaki sur France 2 demain à 11h00

Autre miracle:

Cher Monsieur,

C'est bien volontiers que nous vous accordons l'autorisation demandée. Nous demandons simplement d'indiquer l'origine du texte, en mettant un lien vers notre site ou autre solution suivant vos possibilités.

Avec l'assurance des prières de toute la communauté

Père Dominique Savio Marie

Abbaye saint Joseph de Clairval
F-21150 Flavigny sur-Ozerain
Tél : (33) 0 380 962 231
Fax : (33) 0 380 962 529
http://www.clairval.com/
Notre site commercial : www.traditions-monastiques.com
All that I could give you is nothing if I do not give you God !

Dimanche 18 octobre, Messe à 11h00 à Nagasaki: la ville de la bombe atomique. Et des martyrs chrétiens.

11.00 France 2
Messe
Messe célébrée en direct de la cathédrale Notre-Dame à Nagasaki au Japon.
Prédicateur : monseigneur Joseph-Mitsukaki Takami, archevêque de Nagasaki.

Le Jour du Seigneur retransmet pour la première fois une messe télévisée en direct du pays au soleil levant, dans le cadre de la commémoration des bombardements de Nagasaki, survenus en 1945. Arnaud de Coral interviendra à l'antenne pour la dernière fois en tant que producteur, pour expliquer les rites liturgiques.

En 1985, des cérémonies furent organisées à Hiroshima et Nagasaki (Japon) en mémoire des victimes des bombes atomiques lancées sur ces deux villes, quarante ans auparavant. Un témoin oculaire de ces célébrations remarque: «À Hiroshima, il y a de l'amertume, du bruit, c'est très politique… Le symbole pourrait en être un poing serré de colère. À Nagasaki, il y a de la tristesse, mais aussi le calme, la réflexion, il n'y a pas de politique, on prie. On n'y blâme pas les États-Unis, mais on y pleure plutôt le péché de la guerre et, plus particulièrement, de la guerre nucléaire. Le symbole: des mains jointes pour prier». Plus que tout autre, l'influence du docteur Takashi Nagaï explique le climat spirituel qui régnait ce jour-là à Nagasaki. Un prêtre disait de lui: «Si nous avons un peu de cette foi que possédait Nagaï en la providence du Père éternel et en la valeur universelle de la mort du Christ, nous pourrons affronter chaque événement dans la paix». Qui donc était ce docteur Nagaï? Takashi Nagaï est né en 1908, à Isumo près d'Hiroshima, dans une famille de cinq enfants, de religion shintoïste. En 1928, il entre à la faculté de médecine de Nagasaki. «Dès mes études secondaires, écrira-t-il, j'étais devenu prisonnier du matérialisme. À peine entré à la faculté de médecine, on me fit disséquer des cadavres… La merveilleuse structure de l'ensemble du corps, l'organisation minutieuse de ses moindres parties, tout cela causait mon admiration. Mais ce que je maniais ainsi, ce n'était jamais que pure matière. L'âme? un fantôme inventé par des imposteurs pour tromper les gens simples». Le dernier regard d'une mère Un jour de 1930, un télégramme lui parvient de son père: «Viens à la maison!» Il part en toute hâte, pressentant quelque malheur. À son arrivée, il apprend avec stupeur que sa mère a eu une attaque et qu'elle ne peut plus parler. Il s'assied à côté d'elle et lit dans son regard un dernier "au revoir". Cette expérience de la mort va changer sa vie: «Par ce dernier regard pénétrant, ma mère démolit le cadre idéologique que j'avais construit. Cette femme, qui m'avait mis au monde et élevé, cette femme qui ne s'était jamais donné un moment de répit dans son amour pour moi, aux derniers instants de sa vie, me parla très clairement. Son regard me disait que l'esprit humain continue à vivre après la mort. Tout cela venait comme une intuition, une intuition qui avait la saveur de la vérité». Takashi commence alors la lecture des "Pensées" de Pascal, auteur français du XVIIe siècle, poète et savant. «L'âme, l'éternité  Dieu. Notre grand prédécesseur, le physicien Pascal avait donc admis sérieusement ces choses! se dit-il. Ce sage incomparable y croyait vraiment! Que devait être cette foi catholique, pour que le savant Pascal pût l'accepter, sans contredire sa science?» Pascal explique que nous rencontrons Dieu par la foi et dans la prière. Même si vous ne pouvez encore croire, dit-il, ne négligez pas la prière ni l'assistance à la Messe. Je suis toujours prêt à vérifier une hypothèse au laboratoire, pense Nagaï, pourquoi ne pas essayer cette prière sur laquelle Pascal insiste tant? Il décide de chercher une famille catholique qui accepte de le prendre comme pensionnaire pendant ses études. Cela lui donnera des occasions de connaître le catholicisme et la prière chrétienne. Il est reçu dans la famille Moriyama. M. Moriyama, marchand de bestiaux, descend d'une de ces vieilles lignées chrétiennes qui, à travers 250 ans de persécutions, surent conserver la foi apportée au Japon par saint François Xavier. La pureté de cette foi chrétienne étonne le jeune Nagaï: d'humbles fermiers lui enseignent par leur exemple ce qu'avait cru Pascal, le grand savant! En mars 1932, une sévère otite le rend sourd de l'oreille droite, et bouleverse par le fait même ses projets d'avenir: ne pouvant plus se servir du stéthoscope, il doit renoncer à la médecine ordinaire. Il oriente alors ses études vers la médecine radiologique, qui débute au Japon. Il prend conscience des possibilités énormes que cette science met à la disposition des médecins pour déceler les maladies. M. et Mme Moriyama ont une fille, Midori, institutrice dans une autre ville. Tous trois prient pour la conversion de Takashi, pensant que peut-être Dieu le leur a envoyé dans ce but. Le 25 décembre 1932, Midori est chez ses parents pour la fête de Noël. «Docteur, demande M. Moriyama à Takashi, pourquoi ne venez-vous pas avec nous à la Messe de minuit? – Mais, je ne suis pas chrétien! – Peu importe, les bergers et les rois mages qui vinrent à l'étable ne l'étaient pas non plus. Pourtant, quand ils virent l'Enfant, ils crurent. Vous ne pourrez jamais croire, si vous ne venez pas prier à l'église». Après quelques instants, Nagaï se surprend lui-même à répondre: «Oui, j'aimerais vous accompagner ce soir». Cinq mille chrétiens remplissent la cathédrale, chantant tous le même Credo en latin. Nagaï est fortement impressionné et encouragé dans sa réflexion sur la religion catholique, sans cependant se laisser convaincre. Le petit catéchisme de Midori Une nuit, M. Moryama vient réveiller Takashi: Midori se tord de douleur sur sa couche. Très vite, le jeune médecin diagnostique une appendicite aiguë. Il entend M. Moryama murmurer: «C'est la volonté de Dieu. Qui sait quel bien en sortira?» Malgré la neige abondante, Takashi court à l'école voisine pour téléphoner à l'hôpital: «Allo, allo, le 32 00, s'il vous plaît, c'est urgent… Allo, ici Nagaï. Qui est aux urgences ce soir? Bon. Pourriez-vous l'appeler, s'il vous plaît?» Un ami vient répondre et Nagaï lui demande s'il peut pratiquer immédiatement une appendicectomie. Sur sa réponse affirmative, Takashi retourne chercher Midori: «Cela prendrait trop de temps d'appeler un taxi, avec toute cette neige. Nous ne pouvons pas prendre le risque d'attendre», et s'adressant à M. Moryama: «Si vous voulez bien porter la lanterne devant, je peux facilement porter Midori». Pendant le trajet, Takashi se rend compte que le coeur de Midori s'emballe et qu'elle est brûlante de fièvre. Sa vie est en danger. Il presse le pas. Enfin, voici l'hôpital! La salle d'opération est prête. Sept minutes après, tout est terminé. Midori est sauvée. En reconnaissance, celle-ci va tout mettre en oeuvre pour la conversion de son sauveteur. L'année suivante, Takashi est mobilisé dans l'armée japonaise et il part combattre les Chinois en Mandchourie. Dans un colis que Midori lui envoie, se trouve un petit catéchisme qu'il lit avec intérêt. Au bout d'un an, il revient au pays, presque désespéré par la prise de conscience des désordres de sa vie et le souvenir des affreux spectacles de la guerre. Il se rend à la cathédrale de Nagasaki et y rencontre un prêtre japonais qui le reçoit longuement. Encouragé, Takashi reprend son travail de radiologie et se met à étudier la Bible, la liturgie, la prière des catholiques. Mais les exigences morales de l'Évangile et la nécessité de se séparer des attaches religieuses shintoïstes de sa famille font encore obstacle à sa conversion. Un jour, au milieu de ses doutes, il reprend les "Pensées" de Pascal et tombe sur une phrase qui attire son attention: «Il y a assez de lumière pour ceux qui ne désirent que voir, et assez d'obscurité pour ceux qui ont une disposition contraire». Soudain, tout se clarifie pour lui. Il prend sa décision et demande le baptême, qu'il reçoit en juin 1934. Il choisit le nom de Paul, en souvenir de saint Paul Miki, martyr japonais crucifié à Nagasaki en 1597. Deux mois plus tard, il épouse Midori. Auparavant, il a voulu faire connaître à celle-ci les risques importants auxquels l'expose son métier. En effet, les radiologues de l'époque n'avaient pas les moyens de se protéger suffisamment contre les rayons X. Midori a compris le danger pour la vie de Takashi, mais elle entre dans ses vues et partage son idéal de "pionnier", pour sauver des vies humaines. Nagaï va devenir plus qu'un médecin, un apôtre de la charité envers le prochain. Il écrit: «La tâche du médecin est de souffrir et de se réjouir avec ses patients, de s'ingénier à diminuer les souffrances comme si elles étaient les siennes mêmes. Il faut sympathiser avec leurs douleurs. Toutefois, en fin de compte, ce n'est pas le médecin qui guérit le malade, mais le bon plaisir de Dieu. Une fois que l'on a compris cela, le diagnostic médical engendre la prière». À nouveau mobilisé, de juin 1937 à mars 1940, il participe comme médecin à la guerre sino-japonaise. Son dévouement à l'égard de tous, militaires japonais ou chinois, femmes, enfants et vieillards impitoyablement entraînés dans d'horribles tueries, a pris une extension héroïque. À son retour au Japon, les demandes de radiographies se multiplient. Bientôt, Takashi remarque sur ses mains des traces inquiétantes; il est, de plus, souvent épuisé. Il note dans son journal que parfois, quand il se sent complètement éteint, il ferme sa porte et va s'asseoir devant la statue de Marie dans son bureau. Il récite le chapelet et peu à peu retrouve la paix intérieure. Trois ans de vie Un collègue de Takashi le persuade de passer lui-même à la radiographie. Un matin de juin 1945, il s'exécute: «Préparez l'appareil, dit-il à son aide. – Mais, Docteur, aucun patient n'est encore là. – Le patient, le voici, répond Nagaï en montrant sa poitrine. – Et le médecin? – Le voilà! et il désigne ses yeux». À la vue de la radiographie, Nagaï a le souffle coupé: sur la partie gauche figure une large plaque noire: hypertrophie de la rate! Il diagnostique une leucémie. Il murmure: «Seigneur, je ne suis qu'un serviteur inutile. Protégez Midori et nos deux enfants. Qu'il me soit fait selon votre volonté». Le docteur Kageura, chef du département de médecine interne, confirme son analyse: «Leucémie chronique. Durée de vie: trois ans». Il a usé sa vie pour sauver des malades sans nombre, que personne d'autre que lui n'aurait pu radiographier. Rentré chez lui, Takashi révèle tout à Midori. Celle-ci s'agenouille devant le crucifix que sa famille avait gardé pendant les 250 années de persécutions, et prie longuement, secouée de sanglots, jusqu'à ce que la paix revienne dans son âme. Nagaï prie lui aussi; le remords l'envahit à la pensée qu'il s'est toujours jeté tête baissée dans son travail, sans penser suffisamment à son épouse. Mais Midori se montre à la hauteur de la situation. Le lendemain, c'est un homme nouveau qui repart à son travail: l'acceptation totale de la tragédie de la part de Midori et son refus d'entendre parler de "négligence" l'ont rempli de force. 9 août 1945, onze heures et deux minutes. Un éclair aveuglant. Une bombe atomique vient d'exploser à Urakami, le quartier nord de Nagasaki. Dans la guerre qui les oppose au Japon, les dirigeants des États-Unis ont recours à une nouvelle arme terrifiante: la bombe A. Une première bombe à été lâchée sur Hiroshima, une deuxième dévaste Nagasaki: température 9 000°, 72 000 morts, 100 000 blessés. À l'université de médecine, située à 700 mètres du centre de l'explosion, Nagaï, qui classe des films radiographiques, est projeté sur le plancher, le côté criblé d'éclats de verre. Le sang coule abondamment de sa tempe droite… les objets tourbillonnent comme les feuilles mortes en automne. Bientôt, un flot ininterrompu de blessés: des silhouettes sanglantes, les vêtements arrachés, les cheveux brûlés, accourent à la porte de l'hôpital  Une vision d'enfer. «Son chapelet!» L'incendie s'approche de l'hôpital. On évacue les patients vers le sommet d'une colline voisine. Nagaï s'y dépense jusqu'à la limite de ses forces. À seize heures, l'incendie s'attaque au département de radiologie. Treize années de recherches, les instruments, la précieuse documentation, tout part en fumée. Le 10 août se passe à soigner les blessés. Le 11, le travail se fait un peu moins pressant, et Takashi part à la recherche de Midori, restée à la maison alors que les enfants et leur grand-mère sont en sûreté dans la montagne, depuis le 7 août. Il retrouve difficilement l'emplacement de son habitation dans une zone de tuiles et de cendres. Soudain, il découvre les restes carbonisés de son épouse. À genoux, il prie et pleure, puis ramasse les os dans un récipient. Quelque chose brille faiblement dans la poudre des os de la main droite: son chapelet! Il incline la tête: «Mon Dieu, je vous remercie de lui avoir permis de mourir en priant. Marie, mère des douleurs, merci de l'avoir accompagnée à l'heure de la mort  Jésus, tu as porté la lourde croix jusqu'à y être crucifié. Maintenant, tu viens de répandre une lumière de paix sur le mystère de la souffrance et de la mort, celle de Midori et la mienne  Étrange destinée: j'avais tant cru que ce serait Midori qui me conduirait au tombeau  Maintenant ses pauvres restes reposent dans mes bras  Sa voix semble murmurer: pardonne, pardonne». Le pardon de Nagaï sera parfait. Il aimera à porter les chrétiens découragés par la perte de leur famille, à considérer la bombe A comme faisant partie de la providence de Dieu, qui tire toujours le bien du mal. Le 15 août 1945, à midi, la radio transmet un message de l'Empereur annonçant la capitulation du Japon. Au début de septembre, Nagaï est mourant. Les radiations de la bombe A ont aggravé son mal. Il reçoit les derniers sacrements et dit: «Je meurs content», puis il tombe dans un demi-coma. On lui apporte de l'eau de la grotte de Lourdes construite non loin de là par le Père Maximilien Kolbe. «J'entendis, écrira-t-il, une voix qui me disait de demander au Père Maximilien Kolbe de prier pour moi. Je le fis. Puis, je m'adressai au Christ et lui dis: "Seigneur, je me remets entre tes mains divines"». Le lendemain matin, Takashi est hors de danger et il attribue au Père Kolbe (aujourd'hui canonisé) la rémission de six ans que lui laisse sa maladie. «Moi, je veux y vivre le premier!» Tandis que les habitants craignent de revenir à Urakami, Nagaï déclare: «Moi, je veux y vivre le premier!» Il se bâtit un abri près de son ancienne maison: quelques tôles posées sur un restant de mur. Devant, deux pierres forment un foyer de fortune au-dessus duquel pend un chaudron. À côté, une vieille bouteille sans col: la réserve d'eau. Comme vêtement: un des uniformes de marin distribués par l'armée aux sinistrés. Il commence à évacuer les débris de sa maison. Il y découvre le crucifix qui appartenait à l'autel familial: «Tout m'a été enlevé, dit-il; ce crucifix seul, je l'ai retrouvé». Le 23 novembre 1945, Nagaï est invité à prendre la parole lors d'une Messe de Requiem célébrée à côté des décombres de la cathédrale d'Urakami. L'holocauste du Christ sur le Calvaire éclaire et donne sens à "l'holocauste" de Nagasaki: «Au matin du 9 août, dit Takashi, une bombe atomique explosait au-dessus de notre faubourg. En un instant, 8 000 chrétiens furent appelés à Dieu… À minuit ce soir-là, notre cathédrale prit soudain feu et fut consumée. À cet instant même, au Palais Impérial, Sa Majesté l'Empereur fit connaître sa décision… Le 15 août, l'édit impérial qui mettait fin aux combats fut officiellement promulgué et le monde entier aperçut la lumière de la paix. Le 15 août est aussi la grande fête de l'Assomption de Marie. Ce n'est pas pour rien que la cathédrale d'Urakami lui était consacrée… N'y a-t-il pas un rapport profond entre l'anéantissement de cette ville chrétienne et la fin de la guerre? Nagasaki n'était-elle pas la victime choisie, l'agneau sans tache, holocauste offert sur l'autel du sacrifice, tuée pour les péchés de toutes les nations pendant la deuxième guerre mondiale?… Soyons reconnaissants que Nagasaki ait été choisie pour cet holocauste! Soyons reconnaissants car, à travers ce sacrifice, la paix a été donnée au monde ainsi que la liberté religieuse au Japon». Au printemps de 1947, la maladie de Takashi l'oblige à s'aliter dans sa cabane. Il lui faut résigner sa charge de professeur, et, de ce fait, il se trouve sans ressources. «Ma tête travaille encore, se dit-il. Les yeux, les oreilles, les mains et les doigts sont encore bons». Et il se met à écrire. Pour ses enfants encore bien jeunes, Makoto et Kayano, il rédige un recueil de conseils: «Mes chers enfants, aimez votre prochain comme vous-mêmes. Voilà la parole que je vous laisse. C'est par elle que je commencerai cet écrit, c'est peut-être bien par elle que je conclurai et encore par elle que je me résumerai». Ce message, son seul exemple aurait suffit à l'imprimer dans leurs coeurs. Toute l'existence de leur père a-t-elle été autre chose qu'un héroïque service du prochain, service qui le conduit aujourd'hui à la mort? Ce service, Nagaï veut y consacrer jusqu'à ses dernières heures. Couché sur le dos, il écrit en tenant une planchette à dessin comme en emploient les écoliers. Il note: «En me réveillant ce matin à 1 heure, la fièvre était tombée. Après avoir bu le café du thermos, j'ai pu écrire jusqu'à sept heures du matin, le travail a bien avancé!» Il ne lui restera bientôt plus que la nuit pour écrire, car dès le matin les visiteurs s'annoncent, mais il ne leur montre aucune impatience: «Cela m'ennuie, écrit-il, mais puisqu'ils ont la gentillesse de venir ici, ne dois-je pas tâcher de verser un peu de joie dans leur coeur et de leur parler de notre espérance catholique? Je ne peux pas les renvoyer». C'est dans ces conditions difficiles qu'il écrit et publie quinze volumes en quatre ans. Quel but se propose-t-il dans ses écrits? D'abord donner un compte-rendu fidèle de l'explosion atomique, à travers son expérience exceptionnelle et sa compétence personnelle, ensuite, travailler à l'établissement de la paix. Convaincu surtout qu'une paix durable ne peut se fonder que sur l'esprit d'amour qui resplendit dans la doctrine catholique, il considère comme sa vocation de propager le message chrétien. Une seule garantie À la fin de son livre «Les cloches de Nagasaki», il écrit: «Est-ce que l'humanité sera heureuse à l'âge atomique, ou bien misérable? Cette arme à deux tranchants cachée par Dieu dans l'univers et maintenant découverte par l'homme, qu'allait-on en faire? Un bon usage ferait progresser à grands pas la civilisation; un mauvais détruirait le monde. La décision repose dans le libre vouloir de l'homme. Celui-ci tient son destin dans ses mains. En y songeant, on se sent pris de terreur et, pour ma part, je crois qu'un véritable esprit religieux est la seule garantie en ce domaine… À genoux dans les cendres du désert atomique, nous prions pour que cet Urakami soit la dernière victime de la bombe. La cloche sonne… O Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous». En mars 1951, l'état de santé du docteur est alarmant, sans altérer pour autant son habituelle bonne humeur. En avril, il écrit son dernier livre. À peine l'a-t-il achevé, qu'il est victime d'une hémorragie cérébrale. On le transporte à l'hôpital où il perd connaissance. Revenu à lui, il dit à haute voix: «Jésus, Marie, Joseph», puis plus faiblement: «Je remets mon âme entre vos mains». Bouleversée, l'infirmière donne le grand crucifix de famille à Makoto, son fils, pour qu'il le porte à son père. Celui-ci le prend et s'écrie d'une voix étonnamment forte: «Priez, s'il vous plaît, priez »; aussitôt c'est la fin  en réalité, tout commence en Dieu, et Nagaï retrouve «Midori à ses côtés», comme il l'avait souhaité six ans auparavant. C'est le 1er mai, début du mois de Marie. Lors des obsèques, à la cathédrale d'Urakami, le maire de Nagasaki fait la lecture solennelle de 300 messages de condoléances, en commençant par celui du Premier Ministre. À la fin de la cérémonie, la foule se met en route pour le cimetière, à un kilomètre et demi au sud; la tête de la procession y parvient alors que la majeure partie n'a pas encore quitté la cathédrale. Takashi Nagaï est enterré à côté de Midori. Pour la tombe de celle-ci, il avait choisi comme épitaphe: Je suis la servante du Seigneur. Qu'il me soit fait selon votre parole (Lc 1, 38); pour la sienne: Nous sommes des serviteurs inutiles. Nous avons fait ce que nous devions faire (Lc 17, 10). Son influence s'étend grâce à ses livres (dès 1948, on les lisait partout au Japon) qui ont fourni une contribution remarquable à l'éducation sociale de ses concitoyens et à l'évangélisation de son pays. Demandons à la Très Sainte Vierge et à saint Joseph, pour nous et tous ceux qui nous sont chers, une vraie conversion, un amour du prochain poussé jusqu'au sacrifice suprême, et une sainte mort qui nous introduise dans le bonheur éternel du Ciel. Dom Antoine Marie osb, abbé Ils sont 188, qui vivaient il y a quatre siècles et qui seront béatifiés dans un an. Dans cette même ville, en 1945, les deux tiers de la population catholique du Japon ont été tués en un seul jour. Etait-ce là un choix délibéré?

par Sandro Magister

L’ Adolescent face à l’ érotisation de notre société contemporaine.


Objet : conférence du vendredi 30 octobre 2009

 
Chers amis,
L’ Association vaudoise de Parents chrétiens a le plaisir de vous inviter à la conférence que donnera le pasteur Jan Bert de Mooij, ce vendredi 30 octobre à 20 heures précises à la salle Helvetia, au deuxième étage du Restaurant du Vieux Lausanne, rue Pierre Viret 5 à Lausanne (sous la Cathédrale, Parking La Riponne), sur le thème :

L’ Adolescent face à l’ érotisation de notre société contemporaine.


Nous vous encourageons vivement, vu l’actualité de ce défi tant pour la jeunesse que pour les parents, à y venir nombreux. Faites connaître cette conférence en transmettant largement notre invitation au tour de vous. N'hésitez pas à y inviter vos amis. L’entrée en est gratuite.
Bonne semaine et à bientôt.
Amitiés,
Jean-Marc Berthoud

La vocation au mariage, source des autres vocations. « Le mariage est un grand sacrement», a dit l'apôtre saint Paul.
Des sept sacrements de l'Église, trois seulement se donnent à l'autel, au foyer même du sanctuaire : l'eucharistie, l'ordre et le mariage. Tous les trois donnent la vie de l'âme. De plus, par le mariage les époux reçoivent une parcelle de la puissance créatrice de Dieu pour transmettre la vie corporelle. Nicolas était profondément pénétré de la sainteté et de la grandeur de ce sacrement. Aussi lun amour déréglé ne vint jamais flétrir les coeurs si purs de ces deux époux : ni l'un ni l'autre n'ont jamais porté la moindre atteinte à la sainteté de leur union. Jamais mariage ne fut plus heureux ; c'était à qui surpasserait l'autre en amour, en pureté, en vertu. Nicolas ne perdit donc rien dans le mariage de la charité qu'il avait pour son Dieu ; au contraire, son nouvel état semblait avoir acquis au Christ deux coeurs pour l'aimer. « Nicolas eut même bientôt plusieurs autres coeurs pour l'aider à aimer Dieu », car de nombreux enfants naquirent de son mariage cinq garçons et cinq filles. Deux moururent en bas âge ; ce furent deux petits anges, protecteurs de la famille près du trône de Dieu. Telle est la pensée consolante des parents qui pleurent ces petits êtres ; les louanges que ceux-ci adressent à Dieu dans le ciel sont comptées comme mérites pour leur père et mère. Qu'on juge dès lors de la somme de mérites, de louanges, d'adoration et de prières qui entourent le trône de Dieu, et descendent, par l'intermédiaire de ces petits anges, sur les générations qui se suivent au cours des siècles ! Aujourd'hui encore la famille du bienheureux Nicolas de Flue se survit et compte des représentants dans les ordres, dans la magistrature, parmi les travailleurs de la terre. Dans les saints Livres, le juste est comparé au palmier planté au bord des eaux et dont la frondaison magnifique s'étend su loin. De vrai, le bienheureux Nicolas de Flue est ce palmier toujours vert et florissant dans les jardins du paradis. Voilà comment Dieu bénit les familles nombreuses. Oui, dira-t-on peut-être, mais la famille de Flue était riche et le pain ne risquait pas de manquer un jour au foyer domestique. C'est vrai, mais pour l'ouvrier, pour l'humble travailleur, la Providence est bonne et Celui qui nourrit des petits oiseaux du ciel ne laisse pas mourir de faim les enfants dans les berceaux. A famille nombreuse, bénédictions nombreuses.
Malheur par contre, trois fois malheur, à qui exploite le pauvre chargé d'enfants en lui donnant un salaire dérisoire ! Malheur au propriétaire qui lui refuse un gîte dans sa maison sous le prétexte sacrilège qu'il a trop d'enfants !
Marie et Joseph, eux aussi, frappèrent à cent portes diverses à leur arrivée à Bethléem ; il n'y avait pas de place pour eux ; ils étaient trop pauvres. Mais l'étable de Bethléem est devenue le sanctuaire le plus sacré de la terre. C'est là qu'est né le Sauveur du monde. Nicolas fut guidé visiblement par la main de Dieu dans l'éducation de ses enfants. « Il a élevé des enfants semblables à lui par leur vie, leurs moeurs et leurs vertus », nous disent ses historiens. Travail et prière, telle était la consigne. Avec cela, beaucoup de bonté, de douceur, de support mutuel. Les loisirs que laissait le travail des champs étaient partagés entre d'honnêtes délassements et des entretiens édifiants. Le père n'abandonna rien de ses pratiques de piété et de mortification. Il donna toujours à sa famille l'exemple de la plus haute perfection. Jean, son fils aîné, nous assure que son père se levait chaque nuit pour prier ; que ses travaux à la campagne commençaient et finissaient par l'oraison. Voici quelques-unes de ses prières favorites :
« O Seigneur, enlevez tout ce qui m'éloigne de vous ! — O Seigneur, faites-moi don de ce qui mène à vous ! — O Seigneur, enlevez-moi à moi-même et donnez-moi tout à fait à vous !» Une vie aussi sainte que celle de Nicolas ne devait pas faire le compte du démon, ce grand ennemi des âmes. Aussi, nombreux furent les assauts et les tentations qu'eut à subir cet homme de Dieu. Toujours il en triompha par la prière. Encore ici, une leçon pour nous. Les saints ont été tentés comme nous le sommes. Saint Paul s'en plaignait au bon Dieu. « Ma grâce te suffit », lui fut-il répondu. Un jour que l'un des enfants de Nicolas accourait vers son père en disant que le démon voulait le dévorer, il lui répondit tranquillement : « N'aie pas peur, mon enfant ; le démon ne peut qu'aboyer, il ne peut pas mordre. Si son désir de nous nuire est grand, son pouvoir est petit. »
Ces paroles ne nous rappellent-elles pas celles de saint Jean Chrysostome : « Le démon est un chien enragé, mais il est enchaîné » ? Ne nous en approchons pas, et laissons-le aboyer !
Importance des familles heureuses pour la paix mondiale:

Le secret le mieux gardé du monde: l'homme mâle souffre de plus de troubles de santé émotionnelle, psychosomatique ou physiologique quand il est privé de relation intime affectueuse que la femme vivant la même situation.
Si la partenaire, trop souvent devant des témoins ( le pire devant les enfants ), commence à se disputer ou à critiquer l'autre, l'effet est dévastateur. La victime se trouve émotionnellement cassée et subit alors une souffrance qui perdure des heures, voire des jours ou des années, ce qui amène à des violences, des douleurs psychiques et même des maladies, la pire étant le manque total de signes d'affections pour les autres.
 

La Bible affirme que la colère n'est pas en elle-même un péché (Éphésiens 4.26, Nouvelle Bible Ségond), mais elle ajoute: « Que le soleil ne se couche pas sur votre irritation. » L'écoute active peut donc participer au raccommodage d'une relation, après le conflit. Pour autant, il nous faudra sans doute pardonner, tant notre partenaire que nous-même, pour les imperfections de notre gestion des désaccords. La réconciliation est alors indispensable pour retrouver l'équilibre.
Jean-Paul II est connu pour avoir enseigné la théologie du corps : il déclare que le rapport sexuel chaste entre les époux chrétiens est comparable à l'adoration eucharistique.

La théologie du corps de Jean-Paul II (par Yves Semen)

Le 5 février 2005, Yves Semen donnait un enseignement aux jeunes participant à la soirée "l'amour vrai attend" organisée à Vétroz (VS). Yves Semen est docteur en Philosophie de l'Université de Paris-Sorbonne, directeur de l'Institut européen d'études anthropologiques Philanthropos à Fribourg (Suisse), et professeur à la Faculté Libre de Philosophie (IPC-Paris). Il est également l'auteur de La sexualité selon Jean-Paul II, Ed. Presses de la Renaissance, 2004. Imprimer le texte (fichier Adobe PDF)

La bonne nouvelle de l'Église sur le corps et la sexualité

Le thème qui vous rassemble aujourd'hui est le signe que, en tant que chrétiens, vous avez le sentiment d'être appelés à quelque chose de grand et de beau à travers le fait que vous êtes homme et femme, c'est-à-dire à travers votre sexualité. Vous avez raison! Et vous prouvez un certain courage… Car toute la culture médiatique actuelle porte à penser que l'éthique chrétienne s'oppose à l'épanouissement de la sexualité. Parmi tant d'autres, je vous cite Gilbert Tordjman dans un livre à grand succès: "Le christianisme, qui ne tolère la sexualité que comme un pis aller nécessaire à la reproduction, circonscrit le corps méprisé dans un halo de honte et de culpabilité" (in Réalités et problèmes de la vie sexuelle, Ed. Hachette 1981). C'est tout dire… Là contre, le Cardinal Lustiger s'est élevé avec force et je vous rapporte ses paroles dans une interview donnée à un grand hebdomadaire: "Le christianisme a toujours défendu la dignité du corps. Or curieusement on lui fait le reproche de mépriser le corps. C'est le confondre avec le puritanisme anglo-saxon! Un tel mensonge ne peut pas durer éternellement." Ce mensonge, je vous propose qu'ensemble, nous tentions de le dénoncer aujourd'hui. Car le christianisme est une religion du corps. Celse — un philosophe du premier siècle, néoplatonicien et qui à ce titre ne tenait pas le corps en grande estime — ne s'y était pas trompé, qui désignait les chrétiens de manière méprisante par le sobriquet de " philosomaton genos" c'est-à-dire "le peuple qui aime le corps". Oui, notre religion est une religion du corps car elle est fondée sur l'Incarnation dans la chair du Verbe de Dieu. Comment dès lors pourrait-elle mépriser le corps? Notre religion n'est pas une religion de l'immortalité de l'âme. Pour affirmer l'immortalité de l'âme, il n'y a d'ailleurs pas besoin d'une religion révélée. Une bonne philosophie y suffit. Ce que nous attendons — c'est l'espérance que nous affirmons à chaque fois que nous récitons notre Credo — c'est la résurrection des corps. Et un corps n'est pas corps sans être sexué. C'est le grand mérite de Jean-Paul II d'avoir donné à l'Église une "théologie du corps" qui constitue un événement théologique qui — paradoxalement — est passé presque totalement inaperçu. En 1966, dans un discours mémorable à l'ONU, Paul VI n'avait pas hésité à affirmer que l'Eglise était "experte en humanité". Depuis la théologie du corps de Jean-Paul II, on ne doit pas craindre d'affirmer que l'Eglise est aussi "experte en sexualité". Le monde ne le sait pas et s'obstine à faire de Jean-Paul II le "père fouettard" de la sexualité. Ce n'est pas toujours par malveillance, mais le plus souvent simplement par ignorance de ce qui constitue le plus vaste enseignement jamais délivré par un pape sur un même sujet. A cet enseignement Jean-Paul II a consacré toutes les audiences hebdomadaires du mercredi durant plus de cinq années au début de son pontificat, très exactement du 5 septembre 1979 au 28 novembre 1984. Il n'a interrompu cet enseignement que durant quelques mois après l'attentat du 13 mai 1981 et durant l'Année Sainte de la Rédemption 1983. Au total cet enseignement représente pas moins de 129 discours et près de 800 pages de texte. Il a été qualifié de "Magistère génial de Jean-Paul II" par le Cardinal Angelo Scola alors qu'il était Recteur de l'Université Pontificale du Latran et de "bombe à retardement théologique" par George Weigel, à qui l'on doit la biographie la plus autorisée et la plus complète du pape. Et George Weigel ajoutait que cette théologie du corps "sera probablement regardée comme un tournant, non seulement dans la théologie catholique, mais aussi dans l'histoire de la pensée moderne" (Jean-Paul II, Témoin de l'espérance, p. 427) Ce sont quelques aperçus de cet enseignement que je voudrais vous dévoiler car il constitue — pour reprendre le titre d'un ouvrage de Christopher West publié aux USA sur la question — "une bonne nouvelle sur le mariage et la sexualité".

1. Jean-Paul II, "amoureux" de l'amour humain

Mais tout d'abord permettez-moi de vous dire quel pape nous avons: un pape amoureux de l'amour humain! Voyez comme il s'exprimait dans son ouvrage Entrez dans l'Espérance: "il faut préparer les jeunes au mariage, il faut leur parler de l'amour. L'amour ne s'apprend pas, et pourtant il n'existe rien au monde qu'un jeune ait autant besoin d'apprendre! Quand j'étais un jeune prêtre, j'ai appris à aimer l'amour humain. C'était un des thèmes sur lesquels j'ai axé tout mon sacerdoce, mon ministère dans la prédication, au confessionnal et à travers ce que j'écrivais." (p. 192) 1.1. L'activité pastorale de Karol Wojtyla De cet amour de l'amour humain, il a donné la preuve à travers toute son activité pastorale depuis son ordination le 1er novembre 1946. Je ne vous en donne que quelques aperçus significatifs. Après un séjour à Rome pour achever ses études, il est nommé en mars 1949 à la paroisse Saint Florian de Cracovie. Immédiatement, il crée le premier programme de préparation au mariage de toute l'histoire de l'archevêché de Cracovie. Les résultats ne se font pas attendre: au cours des 28 mois qu'il passera à Saint Florian, il célébrera quelque 160 mariages, soit entre un et deux par semaine! C'est aussi à Saint Florian qu'il fonde le "Srodowisko" à partir de 1951, c'est-à-dire le "réseau" qui constituera en quelque sorte sa "paroisse itinérante" à travers des camps de ski l'hiver et de kayak l'été. Ce réseau, constitué de personnes de toutes conditions, il ne cessera de l'animer jusqu'en 1978, lorsqu'il sera élu à la charge de Pierre. Au total 27 années d'une expérience pastorale hors du commun. Karol Wojtyla accompagne spirituellement les membres de ce réseau, les aide à discerner les appels du Seigneur sur eux, les prépare au mariage, les accompagne dans l'éducation de leurs enfants. Les camps itinérants sont l'occasion d'aborder les questions éthiques, y compris en toute liberté et sans fausse pudeur celles qui concernent l'éthique sexuelle et la régulation de la fertilité. Des membres du Srodowisko, Jean-Paul II pourra dire: "Je l'ai déjà dit: ce sont eux qui ont assuré ma formation dans ce domaine." ( Entrez dans l'espérance, p. 301). Quelle humilité à une époque qui était encore largement teintée de cléricalisme et qui — le Concile de Vatican II n'avait pas encore eu lieu — n'avait pas encore donné toute leur place légitime aux laïcs dans l'Eglise! Cette expérience pastorale de Karol Wojtyla se forge aussi à travers son ministère de professeur d'éthique et d'aumônier d'étudiants. Nommé en 1956 titulaire de la chaire d'éthique de l'Université Catholique de Lublin (KUL), il assumera cette charge, malgré toutes ses autres responsabilités pastorale d'évêque puis d'archevêque jusqu'à son élection au trône pontifical, soit durant 22 ans. Ajoutons, pour brocher sur le tout, que comme archevêque, il prend l'initiative de créer en 1967 un cours intensif d'un an sur la préparation au mariage qui devient en 1969 un Institut archidiocésain d'études familiales, affilié ensuite à la Faculté de théologie pontificale, cet institut offrant un cycle formation de 2 ans à 250 étudiants par promotion, étudiants qui sont aussi bien des prêtres, des séminaristes ou des laïcs. 1.2. L'œuvre théâtrale et philosophique De cette passion pour l'amour humain, Karol Wojtyla en donne aussi la preuve à travers ses œuvres théâtrales et philosophiques. Si on sait parfois que Karol Wojtyla a été acteur dans sa jeunesse et a nourri une véritable passion pour le théâtre qu'il sacrifiera à sa vocation sacerdotale, on ignore le plus souvent qu'il est aussi l'auteur de pièces de théâtre. Parmi celles-ci La Boutique de l'orfèvre qui paraît en 1960 dans la revue Znak sous le peudonyme de André Jawien. Jean-Paul II dira plus tard que c'était pour lui une manière de payer sa dette aux membres du Srodowisko pour tout ce qu'ils lui avaient apporté pour comprendre la vocation au mariage. Dans cette pièce Karol Wojtyla manifeste une compréhension des tourments de l'âme humaine dans le mariage autant qu'il est possible à un célibataire et il s'y révèle une première proposition théologique capitale: le mariage est le commencement de notre compréhension de la vie intérieure de Dieu en qui les personnes sont don absolu d'elles-mêmes. En d'autres termes, le mariage est l'expérience humaine privilégiée par laquelle l'être intime de Dieu se révèle à nous. La même année 1960 paraît son premier ouvrage: Amour et responsabilité. Rien que le titre en dit assez sur ce qui fait le fond de la réflexion de Karol Wojtyla. Son intuition de départ dans cet ouvrage est que dans le contexte des années soixante, les hommes et les femmes n'accepteraient plus les règles de la morale traditionnelle telles qu'elles étaient formulées jusqu'à lors en termes de permis/défendu, mais à partir d'une réflexion sur la personne qui permette de comprendre le fondements des règles éthiques. En d'autres termes il voyait poindre une remise en cause généralisée de la morale et spécialement de la morale sexuelle à laquelle il ne serait possible d'échapper que si on était capable de montrer les règles morales comme un itinéraire les conduisant vers une plus grande réalisation de soi-même, vers un plus grand épanouissement de la personne. C'est dans cet ouvrage qu'apparaît ce qu'il appelle la "norme personnaliste": aimer s'oppose à utiliser. Lorsque j'ai en face de moi une personne, il ne peut être question — sauf à la faire déchoir de son statut de personne — de l'utiliser. Utiliser l'autre c'est en faire un objet, c'est dégrader la personne du rang de sujet à celui de chose. D'où tout le problème de l'éthique sexuelle: comment goûter le plaisir sexuel qui est bon et légitime sans faire de l'autre l'objet de ma satisfaction. Karol Wojtyla prendra soin de soumettre le premier jet de l'ouvrage à la discussion d'étudiants en philosophie, psychologie et médecine durant l'été 1957 à la faveur d'un camp de vacances dans la région des lacs du Nord-Est de la Pologne. Le texte avait été distribué au préalable et chaque jour à tour de rôle, tel ou tel des participants présentait un chapitre qui était ensuite soumis à la discussion du groupe. Cette méthode est révélatrice de l'esprit de Karol Wojtyla: il n'y a rien de dogmatique ou d'a priori chez lui. Au contraire, il veut savoir si ce qu'il écrit se comprend au plan pratique et rejoint le concret de l'expérience des personnes. Une anecdote est particulièrement révélatrice de son état d'esprit. La version polonaise de l'ouvrage comprenait un appendice intitulé "Sexologie et morale". Lorsqu'il s'est agi de publier la traduction française de Amour et responsabilité, c'est le Père de Lubac qui avait été pressenti pour en rédiger la préface. Mais certains se sont sentis bien avisés de lui suggérer de demander que l'appendice en question soit retiré de l'édition française au motif que les questions qui y étaient abordées étaient tellement concrètes qu'elles semblaient en deçà de la dignité des prêtres et des évêques. A cela Karol Wojtyla s'est opposé farouchement en affirmant que les pasteurs devaient pouvoir parler avec simplicité du désir et de la satisfaction sexuelle avec leurs fidèles, sauf à ne pas être à la hauteur des exigences de leur mission. Et que s'il se trouvait des prudes pour s'en offusquer, c'était tant pis pour eux!

2. Aperçus sur la théologie du corps

De cette théologie du corps, Jean-Paul II dit: "Ceux qui cherchent dans le mariage l'accomplissement de leur vocation humaine et chrétienne sont appelés à faire de cette théologie du corps dont nous trouvons l'origine dans la Genèse la substance même de leur vie et de leur comportement." (Audience du 02/04/1980). Et il ajoutera: "Cette théologie-pédagogie constitue le noyau essentiel de la spiritualité conjugale" (Audience du 3/10/1984) Théologie du corps? De quoi s'agit-il? C'est au cours de l'audience générale du 5 septembre 1979 que Jean-Paul II annonce son intention de consacrer désormais les audiences du mercredi à un enseignement thématique suivi, sans autre ambition énoncée que "d'accompagner pour ainsi dire de loin les travaux de préparation du synode". Il s'agissait du synode sur la famille qui donnera lieu à l'exhortation Familiaris consortio. C'est là un changement des habitudes. Ces audiences générales avaient été instituées par Pie IX en 1870 comme moyen de s'adresser au peuple de Rome lorsqu'il s'était déclaré prisonnier du Vatican au moment de la conquête des Etats pontificaux. L'habitude s'en était conservée chez ses successeurs, mais si ces audiences étaient l'occasion de dispenser un message spirituel sur un ton direct et familier, elles n'était pas un vecteur de diffusion d'un enseignement doctrinal. Au cours de l'audience suivante, le 12 septembre 1979, Jean-Paul II emploie pour la première fois l'expression "théologie du corps". C'est une expression complètement nouvelle qu'il ne définit d'ailleurs pas tout de suite: "l'expression théologie du corps que je viens d'employer mérite une explication plus nette, mais nous en parlerons à l'occasion d'une prochaine rencontre", dit-il… Le moins que l'on puisse dire c'est qu'il a l'art de ménager le suspense et que cela ne va pas sans provoquer des interrogations dans la Curie romaine… Et c'est seulement dans la dernière audience consacrée à cette "théologie du corps", plus de cinq ans plus tard, le 28 novembre 1984, que Jean-Paul II, donnera un titre à cet ensemble de catéchèses — "l'amour humain dans le plan divin" —, indiquera le plan qu'il a suivi, et dévoilera pleinement l'intention qu'il n'avait pas cessé de mettre en œuvre tout au long de ces années: donner le "cadre anthropologique adéquat" destiné à permettre de comprendre les règles de l'éthique sexuelle prônée par l'Eglise et spécialement l'encyclique Humanae Vitae, qui lors de sa parution — le 25 juillet 1968 — avait été l'occasion de bien des polémiques dont beaucoup ne sont d'ailleurs pas encore éteintes… 2.1. Le retour à "l'origine" La théologie du corps commence par une réflexion sur les origines à partir de la réponse du Christ aux pharisiens sur la question de la répudiation:

" Des pharisiens s'approchèrent de lui et lui dirent pour le mettre à l'épreuve: est-il permis de répudier sa femme pour n'importe quel motif? Il répondit: n'avez-vous pas lu que le Créateur dès l'origine les fit homme et femme et qu'il a dit: ainsi donc, l'homme quittera son père et sa mère pour s'attacher à sa femme, et les deux ne feront qu'une seule chair. Ainsi ils ne sont plus deux, mais une seule chair. Eh bien, ce que Dieu a uni, l'homme ne doit pas le séparer. Pourquoi donc, lui disent-ils, Moïse a-t-il prescrit de donner un acte de divorce quand on répudie? C'est, leur dit-il, en raison de la dureté de votre cœur, que Moïse vous a permis de répudier vos femmes. Mais, dès l'origine, il n'en fut pas ainsi. Or, je vous dis: quiconque répudie sa femme et en épouse une autre commet un adultère." (Mt XIX 3-9)

A partir de ce passage de l'Evangile, Jean-Paul II fait d'abord remarquer que le Christ se refuse à entrer dans le jeu des pharisiens qui lui demandent finalement "comment s'arranger avec la loi". En revanche, à deux reprises, Il se réfère "à l'origine". Cette insistance n'est pas anodine. Cette "origine", c'est, dit Jean-Paul II, le temps de la "préhistoire théologique de l'homme" dont témoigne le texte sacré et révélé de la Genèse, ce "temps d'avant le temps" qui précède celui de "l'homme historique" qui est celui dans lequel nous sommes plongés depuis la chute originelle. Ce temps de l'origine nous est "irrémédiablement perdu", ajoute Jean-Paul II mais il en demeure comme " un écho lointain" dans le cœur de tout homme et de toute femme, et il est possible d'en percevoir quelque chose à condition de s'établir dans une "pureté du cœur", celle-là même à laquelle le Christ invite les pharisiens à retrouver en évoquant leur "dureté de cœur" qui les rend incapables de comprendre le projet de Dieu aux origines sur le couple humain. Si nous voulons approcher quelque peu ce plan de Dieu "à l'origine" sur l'homme et la femme et ce que Dieu a voulu mettre en eux à travers la masculinité et féminité, il nous faut donc suivre l'invitation du Christ, renoncer à une approche légaliste du sens de la sexualité et retrouver au fond de notre cœur cet "écho" de l'origine. 2.2. Homme et femme il les créa à son image Des deux récits de la création que nous rapporte la Genèse, le premier est en réalité le plus récent dans sa rédaction. Il est plus élaboré et plus "théologique" que le second car il est centré sur l'œuvre de Dieu:

"Dieu dit: faisons l'homme à notre image, comme notre ressemblance, et qu'il domine sur les poissons de la mer, les oiseaux du ciel, les bestiaux, toutes les bêtes sauvages et toutes les bestioles qui rampent sur la terre. Dieu créa l'homme (ha-adam = substantif collectif = humanité) à son image; à l'image de Dieu Il le créa, homme (mâle, zakar) et femme (quebah, femelle) Il les créa. Dieu les bénit et leur dit: soyez féconds, multipliez-vous, emplissez la terre et soumettez-la, dominez sur les poissons de la mer, les oiseaux du ciel et sur tous les animaux qui rampent sur la terre (…) Dieu vit tout ce qu'il avait fait: cela était très bon. Il y eut un soir, il y eut un matin, ce fût le sixième jour." (Gn I 26-31)

Jean-Paul II fait remarquer qu'il y a une rupture dans la continuité de l'œuvre créatrice avec la création de l'homme. Pour tout ce qui précède, il est dit: "Dieu dit… et Dieu fit". Pour l'homme, Dieu dit "Faisons l'homme à notre image". Ce pluriel marque que c'est la Trinité tout entière qui est à l'œuvre dans la création de l'homme, relève Jean-Paul II, qui s'inscrit ici dans une très longue tradition d'interprétation. Par ailleurs, il n'est mentionné aucune ressemblance de l'homme avec les autres créatures (animalia) mais seulement avec Dieu et la différence sexuelle n'est indiquée que pour l'homme et la femme. Si l'homme et la femme sont donc image de Dieu, c'est avec leur sexualité qui fait partie intégrante de la ressemblance de l'homme avec Dieu et qui est bénie de Dieu. La première chose importante à retenir de ce récit de la création est donc que la différence sexuelle et ses signes sont à prendre du côté de la ressemblance avec Dieu et non avec l'animal. C'est un point capital: du point de vue de son "sens théologique" nous ne devons pas chercher à comprendre notre sexualité à partir de ce que nous constatons dans le règne animal dans lequel la sexualité est entièrement subordonnée à la reproduction et dont la sexualité humaine serait une sorte de "sublimation culturelle". Le texte de la Genèse nous invite à chercher le sens de notre sexualité dans le fait que par elle, nous sommes — en tant qu'homme et femme — image de Dieu. C'est à une sorte de retournement radical de perspective que nous invite ainsi Jean-Paul II dans l'approche qu'il fait de la réalité sexuelle à partir de la Genèse 2.3. La solitude originelle, fondement de la communion Le second récit de la création, qui est plus archaïque, et nous présente Dieu de manière anthropomorphique, atteste d'une beaucoup plus grande profondeur subjective et psychologique. Il nous décrit la manière dont l'homme se perçoit et se comprend et en ce sens il est en quelque sorte le premier témoignage de la conscience humaine.

"Au temps où Yahvé Dieu fit la terre et le ciel (…) il n'y avait pas d'homme pour cultiver le sol. Alors Yahvé Dieu modela l'homme avec la glaise du sol, il insuffla dans ses narines une haleine de vie, et l'homme devint un être vivant. (…) Yahvé Dieu dit: Il n'est pas bon que l'homme soit seul. Il faut que je lui fasse une aide qui lui soit assortie. Yahvé Dieu modela encore du sol toutes les bêtes sauvages et tous les oiseaux du ciel, et Il les amena à l'homme pour voir comment celui-ci les appellerait: chacun devait porter le nom que l'homme lui aurait donné. L'homme donna des noms à tous les bestiaux, aux oiseaux du ciel et à toutes les bêtes sauvages, mais, pour un homme, il ne trouva pas d'aide qui lui fût assortie." (Gn II 4-21)

L'homme qui est modelé à partir de la glaise du sol est désigné dans le texte hébreu par le terme ha adam . C'est un substantif collectif qui ne fait pas mention du sexe. Pour éviter toute équivoque, on devrait le traduire par "l'Homme" ou "l'Humain". C'est cet Humain qui va faire l'expérience de la "solitude originelle". Yahvé affirme qu'il n'est pas bon que l'Humain soit seul, mais la création de la femme n'intervient pas tout de suite: Yahvé fait faire à l'Homme l'expérience de sa solitude ontologique L'expérience de la solitude se creuse en l'homme par le fait qu'il connaît toute la nature de manière parfaite et en quelque sorte "de l'intérieur". Cela est attesté par le fait qu'il nomme tous les animaux et cultive le sol. Il est donc capable de gouverner parfaitement la nature et il découvre qu'il est le seul à pouvoir le faire et qu'ainsi il est établi dans un état de perfection très au-dessus de tous les autres êtres de la nature. Cette perfection n'est pas seulement de degré, c'est une perfection ontologique par laquelle il se sépare de tout ce qui existe à lui dans la création. Et pourtant il ne découvre pas "d'aide qui lui fut assortie". Le terme hébreu est ezed qui signifie plus exactement un "allié qui soit son homologue en humanité". C'est pourquoi il est saisi d'une sorte de "terreur ontologique". Il se découvre par son corps et les actes qu'il est capable de poser comme un être radicalement à part dans la nature — c'est-à-dire une personne — et il aspire à trouver dans cette nature une créature qui puisse être une alliée en humanité, qui soit susceptible de partager avec lui sa condition de personne et à qui il puisse se donner — car ce qui caractérise la personne c'est qu'elle est faite pour le don — et il ne trouve aucune créature susceptible de recevoir le don de lui-même. Il s'agit donc de beaucoup plus que d'une solitude affective ou psychologique; c'est une solitude ontologique radicale dont il fait l'expérience et qui est terrifiante au sens le plus absolu du terme. C'est précisément cette solitude dont le texte sacré dit qu'elle n'est pas bonne car elle ne permet pas à l'homme d'actualiser pleinement l'aspiration profonde de son être en tant que personne. L'expérience de la solitude est ainsi la voie qui conduit à la soif de réaliser l'unité dans la communion des personnes et le don d'elles-mêmes. C'est d'ailleurs une expérience par laquelle nous devons accepter de passer et qui s'accompagne d'une purification de l'amour lorsque nous aspirons au mariage ou au don de nous-mêmes dans la vie consacrée. La seconde chose importante à retenir est donc que c'est par son corps que l'homme, dans l'expérience de la solitude originelle, se découvre capable d'actes personnels qu'il est le seul à pouvoir poser dans le monde visible. Jean-Paul II dit à ce propos: "Le corps, grâce auquel l'homme prend part au monde créé visible, le rend en même temps conscient d'être [`seul'. En effet, il n'aurait pas été capable d'arriver à cette conviction qu'en fait il a acquise (…) si son corps ne l'avait aidé à le comprendre, rendant la chose évidente. La conscience de la solitude aurait pu se rompre précisément à cause du corps lui-même. L'homme, adam, aurait pu, se basant sur l'expérience se son propre corps, arriver à la conclusion qu'il était substantiellement semblable aux autres être vivants (animalia). Et, comme nous le lisons, il n'arriva pas à cette conclusion: au contraire, il se persuada qu'il était [`seul' (…) L'analyse du texte yahviste nous permet en outre de rattacher la solitude originelle de l'homme à la conscience du corps par lequel l'homme se distingue de tous les animalia et se sépare de ceux-ci, et par lequel il est une personne." (Audience du 24/10/79) C'est par son corps qu'il découvre que l'aspiration profonde de son être en tant que personne est de se donner à une autre personne semblable à lui. Sans cela il ne peut s'accomplir dans sa vocation spécifique de personne. 2.4. Le chant nuptial des origines

" Alors Yahvé Dieu fit tomber un profond sommeil sur l'homme, qui s'endormit. Il prit une de ses côtes et referma la chair à sa place. Puis, de la côte qu'Il avait tirée de l'homme, Yahvé Dieu façonna une femme et l'amena à l'homme. Alors, celui-ci s'écria [`A ce coup, c'est l'os de mes os et la chair de ma chair! Celle-ci sera appelée femme, car elle fut tirée de l'homme celle-ci!' C'est pourquoi l'homme quitte son père et sa mère et s'attache à sa femme, et ils deviennent une seule chair." (Gn II 21-24)

Jean-Paul II fait remarquer que le sommeil profond qui s'empare de l'adam n'est pas un sommeil "normal". C'est une "torpeur" qui est toujours, dit-il, le signe d'une intervention radicale de Dieu visant à créer une alliance entre Lui et l'homme. C'est donc le moment le plus solennel de la création, celui qui va engager toute l'œuvre divine et toute l'histoire de l'humanité. Il faut remarquer également que la femme est tirée du côté de l'homme et cela est très symbolique. Cela signifie qu'elle est son parfait homologue ontologique. D'ailleurs, en sumérien le signe cunéiforme qui signifie "côte" signifie également "vie": la femme est ainsi de la même "vie" que l'homme. A la création de la femme Adam s'exclame: "Pour le coup, c'est l'os de mes os et la chair de ma chair! Celle-ci sera appelée femme, car elle fût tirée de l'homme ". C'est le premier chant d'amour de l'humanité qui constitue dit Jean-Paul II le "prototype" du Cantique des Cantique. Alors sont employés les termes Ish (homme-mâle) et Isha (femme) qui attestent clairement que la femme (Isha) est tirée de l'homme (Ish). "Et ils deviennent une seule chair": c'est au moment de cette découverte de la communion dans les corps que l'homme et la femme deviennent pleinement image de Dieu. L'acte de chair, le don des corps, qui exprime la totalité de la donation des personnes l'une à l'autre, est ce par quoi l'homme et la femme sont, dans la chair, image de la Trinité divine: "L'homme est devenu image et ressemblance de Dieu non seulement par sa propre humanité mais aussi par la communion des personnes que l'homme et la femme forment dès le début. (…) L'homme devient image de Dieu moins au moment de la solitude qu'au moment de la communion. En effet "dès l'origine" il est non seulement une image qui reflète la solitude d'une Personne qui régit le monde, mais aussi et essentiellement image d'une insondable communion divine de Personnes." (Audience du 14/11/79). Et il ajoute, ce qui est d'une portée théologique dont nous n'avons pas fini de prendre la mesure: "Ceci va même peut-être jusqu'à constituer l'aspect théologique le plus profond de tout ce qui peut être dit sur l'homme." (Ibid.) La troisième chose à retenir est donc que l'homme est image de la communion des personnes divines plus par la communion dont il est capable en tant que personne que par le fait qu'il est une créature douée de spiritualité. Et cette communion inclut et culmine dans la communion des corps. La sexualité est une chose foncièrement bonne: elle est ce par quoi l'homme est icône dans la chair de la communion des personnes divines 2.5. La nudité, signe de l'unité dans la communion

"Or tous deux étaient nus, l'homme et sa femme, et ils n'avaient pas honte l'un devant l'autre" (Gn II 25)

La mention de la nudité n'est pas accidentelle ni accessoire. Jean-Paul II y insiste: elle révèle un état de la conscience par rapport à la nudité du corps. Cette absence de honte correspond à l'expérience de la plénitude de la communion homme-femme. Dans l'état des origines, c'est-à-dire avant le péché originel, l'homme et la femme avaient la faculté de comprendre que leurs corps à travers tous les signes de la masculinité et de la féminité était destinés à manifester ce qu'ils étaient en tant que personnes, c'est-à-dire des êtres appelés à la communion et au don d'eux-mêmes. La plénitude de perception extérieure des corps par la nudité correspond ainsi à la plénitude intérieure de la vision de l'homme en tant qu'image de Dieu par sa capacité de communion et de don. L'absence de honte dans la nudité indique la perception claire dans la conscience de l'homme et de la femme de la signification conjugale de leurs corps qui est fait pour signifier le don d'eux-mêmes l'un à l'autre de manière désintéressée et dans une totale transparence et à travers ce don d'eux-mêmes être image du don total des personnes qui existe en Dieu. Il n'y avait pas place dans leur conscience pour une quelconque réduction de l'autre à l'état d'objet. C'est cette réduction de l'autre à l'état d'objet qui fait apparaître la honte dans le cœur de l'homme. Mais l'innocence des origines, avec la "pureté de cœur" qui l'accompagnait rendait impossible cette réduction à l'état d'objet. L'absence de honte est la preuve que l'homme et la femme étaient aux origines unis par la conscience du don, qu'ils avaient pleinement conscience de la signification conjugale de leurs corps qui exprime la liberté du don et manifeste toute la richesse de la personne en tant que sujet. D'où la quatrième chose à retenir: nous avons un corps pour être don de nous-mêmes et réaliser ainsi notre vocation profonde qui est d'être image de Dieu dans le don des corps qui signifie le don de toute notre personne. Dans l'audience du 20 février 1980, Jean-Paul II résume tout le plan de Dieu sur le corps et la sexualité humaine telle qu'elle pouvait être vécue "aux origines": "L'être humain apparaît dans le monde visible comme l'expression la plus haute du don divin parce qu'il tient en soi la dimension intérieure du don. Et, avec elle, il apporte dans le monde sa ressemblance particulière avec Dieu (…). Ce qui reflète également cette ressemblance, c'est la conscience primordiale de la signification conjugale du corps, conscience imprégnée du mystère de l'innocence originelle. Et ainsi, dans cette dimension se constitue un sacrement primordial entendu comme signe qui transmet efficacement dans le monde visible le mystère invisible caché en Dieu de toute éternité(…). Comme signe visible, le sacrement se constitue avec l'être humain en tant que corps et par le fait de sa visible masculinité et féminité, le corps en effet — et seulement lui — est capable de rendre visible ce qui est invisible: le spirituel et le divin. Il a été créé pour transférer dans la réalité visible du monde le mystère caché de toute éternité en Dieu et en être le signe visible." Tel était le plan de Dieu aux origines que le péché originel est venu détruire. 2.6. La désunité du péché et l'apparition de la honte

"…. Ils connurent qu'ils étaient nus; ils cousirent des feuilles de figuier et se firent des pagnes." (Gn III 6-7)

Ce passage de la Genèse suit immédiatement le récit de la chute originelle et se manifeste comme sa première conséquence. Pourquoi ce passage de la nudité dont "ils n'avaient point honte" à cette volonté de cacher leur nudité? Quelle signification de cette honte? Il faut remarquer tout d'abord que les effets du péché originel ne sont pas d'abord par rapport à Dieu, mais par rapport à l'homme et la femme l'un vis-à-vis de l'autre: ils se cachent l'un à l'autre les signes de leur masculinité et de leur féminité. La première chose que corrompt donc le péché originel c'est l'attitude de l'homme et de la femme l'un vis-à-vis de l'autre. Le sens du don des corps est alors modifié par le changement du regard qui est porté sur lui. Ils ne comprennent plus le sens de leur corps ne voient plus dans les signes somatiques de la masculinité et de la féminité qu'une similitude avec la sexualité animale. Par conséquent, ce par quoi ils étaient image de Dieu par les signes du corps qui les révélaient comme personnes et qui étaient invitation à la communion des personnes devient à leurs yeux opaque, inintelligible, animal et honteux. Par ailleurs l'homme et la femme perçoivent qu'ils sont susceptibles de devenir l'un pour l'autre un objet: objet de concupiscence, d'appropriation, de jouissance, de domination, etc. Alors les signes de la masculinité et de la féminité qui étaient dans l'innocence signe du don des personnes et invitation au don deviennent potentiellement des moyens d'asservissement, de captation, d'utilisation, de chosification… Nous versons alors dans l'antithèse du don. "Une telle façon d'extorquer son don à l'autre être humain et de le réduire intérieurement à un pur "objet pour moi" devrait précisément marquer le début de la honte. Celle-ci correspond en effet à une menace infligée au don dans son intimité personnelle et démontre l'écroulement intérieur de l'innocence dans l'expérience réciproque." (Audience du 6/02/80) Par conséquent, devant la menace possible que constitue dès lors le regard de l'autre, on se protège l'un de l'autre en camouflant les signes de la masculinité et de la féminité, car ces signes risquent de n'être plus perçus par l'autre dans l'intention des origines: le don des personnes et l'image de la communion divine à travers ce don. 2.7. Le "regard pour désirer"

"Il vous a été dit: tu ne commettras pas d'adultère. Et bien, moi je vous dit: celui qui regarde une femme pour la désirer, celui-là a commis l'adultère avec elle dans son cœur." (Mt V 27-28).

De ce passage du Sermon sur la Montagne, Jean-Paul II dit: "la signification de ces paroles est essentielle pour toute la théologie du corps contenue dans l'enseignement du Christ." (Audience du 22/10/80) De même que dans sa réponse aux pharisiens sur la question de la répudiation , Jean-Paul II nous dit que le Christ fait ici également appel à la "catégorie du cœur" dans lequel demeure un "écho lointain" de ce qui était aux origines afin de dépasser toutes les approches légalistes des normes éthiques. Il est clair que le désir que dénonce ici le Christ ne désigne pas l'attraction de l'homme à l'égard de la femme et réciproquement: cette attraction est bonne et voulue de Dieu. Il s'agit, dit Jean-Paul II d'un "acte intérieur bien défini": le regard "pour désirer", c'est à dire celui qui se pose sur l'autre pour se l'approprier, pour s'en servir, pour se satisfaire. Autrement dit le regard "prédateur" ou "séducteur" qui réduit l'autre à l'état d'objet de satisfaction et aboutit à la "chosification" de la personne qui, de sujet qu'elle est par essence, devient simple objet que l'on tente de s'approprier. Cet acte intérieur du "regard pour désirer" conduit ainsi à la négation de la qualité de personne chez l'autre en tant que sujet du don et aboutit à la falsification de la communion auxquelles sont appelées les personnes à travers l'attraction mutuelle. C'est pourquoi, Jean-Paul II va jusqu'à dire: "Cet adultère dans le cœur, l'homme peut également le commettre à l'égard de sa propre femme s'il la traite seulement comme objet d'assouvissement de ses instincts." (Audience du 8/10/80) Quand il prend conscience de cet état, l'homme a tendance à accuser son corps et non pas à regarder l'état de son cœur. C'est là la source du manichéisme et de la dévaluation du sens de la sexualité qui le caractérise. Et cette réaction est aux antipodes de la manière juste et chrétienne de considérer le corps. "Alors que pour la mentalité manichéenne le corps et la sexualité constituent, pour ainsi dire, une [`anti-valeur', pour le christianisme, par contre, ils restent toujours [`une valeur trop peu appréciée'." Et Jean-Paul II de conclure sans équivoque: "La façon manichéenne de comprendre et évaluer le corps et la sexualité de l'homme est essentiellement étrangère à l'Evangile et pas le moins du monde conforme au sens exact des paroles que le Christ a prononcées dans le Discours sur la Montagne." (Audience du 22/10/80) L'adultère "dans le cœur" contrevient à la signification conjugale du corps et le Christ appelle tout homme à la retrouver, non pas par le respect extérieur de normes légalistes mais par la purification de son cœur, c'est-à-dire par l'attitude de chasteté: "Dans le Discours sur la Montagne le Christ invite l'homme, non pas à retourner à l'état originel d'innocence — l'humanité l'a irrévocablement laissé derrière elle — mais à retrouver, sur la base des significations éternelles et pour ainsi dire indestructibles de ce qui est [`humain', les formes vives de l'homme nouveau. De cette manière se noue un lien (ou mieux, s'établit une continuité) entre [`l'origine' et la perspective de la rédemption." (Audience du 3/12/80)

Le mariage dans la lumière de la Rédemption

Nous en arrivons donc à la Rédemption. Le premier signe que Jésus donne au début de sa vie publique — et que seul saint Jean rapporte — c'est au cours d'un repas de noces. C'était à Cana, en Galilée. A la remarque que fait la Vierge à Jésus, Celui-ci répond: "Que me veux-tu femme? Mon heure n'est pas encore venue" (Jn II 4) De quelle heure s'agit-il? Le dernier signe que donne Jésus, c'est aussi au cours d'un repas, celui au cours duquel Il institue l'Eucharistie, et ce repas est aussi un repas de noces. Et là Il dit — c'est le début de la grande prière sacerdotale: "Père, l'heure est venue. Glorifie ton fils." (Jn XVII 1) L'heure du Christ, c'est celle de ses épousailles avec son Eglise, consenties par le don nuptial qu'Il lui fait de son Corps et de son Sang. Jean-Paul II, commentant ce don du Christ, affirme: "le mariage ne correspond à la vocation des chrétiens que s'il reflète l'amour que le Christ-Epoux donne à l'Eglise son Epouse et que l'Eglise s'efforce de donner au Christ en retour du sien." (Audience du 18/08/1982) C'est tout le sens du passage de cinquième chapitre de l'épître de saint Paul aux Ephésiens (Eph V) dont Jean-Paul II nous dit qu'il doit être interprété "à la lumière de ce que le Christ nous dit sur le corps humain." (Audience du 28/07/82) Il y a un lien fondamental entre les épousailles chrétiennes et l'œuvre de la Rédemption dans laquelle le Christ s'offre à son Eglise comme un époux à son épouse. Et de même que pour les époux chrétiens la célébration de l'offrande d'eux-mêmes dans le sacrement de mariage ne s'achève que sur la couche nuptiale dans la consommation du don des corps, de même la célébration des noces du Christ et de l'Eglise ne s'achève que sur le bois nuptial de la Croix. Parvenu au moment ultime de son offrande rédemptrice, sur le bois du supplice, Jésus peut dire alors dire "tout est consommé" car alors ses épousailles avec son Eglise sont parfaitement accomplies. Et dès ce moment, l'Église-Épouse ne cesse de répéter au Christ-Époux la parole de toute épouse à son époux dans le don des corps qui devient, selon l'expression de Jean-Paul II "le langage même de la liturgie": Viens! Cette parole incessante, l'Église la proclame dans chaque Eucharistie qui se révèle ainsi comme le plus nuptial des sacrements. Et c'est la mission prophétique des époux que de l'incarner jusqu'au dernier jour.

Yves Semen

Copenhague, les mensonges au pouvoir.


Une vidéo à voir. Dans les 2 langues.

Mensonges du CO2 http://video.google.fr/videoplay?docid=-4123082535546754758

Le français en bleu

Comme on peut le lire dès la toute première ligne du dernier livre de Steve Mosher, nous avons tous grandi "sous le régime empoisonné de la propagande sur la surpopulation". L'anglais en noirMosher's book, Population Control-Real Costs, Illusory Benefits, is, first and foremost, an answer to the allegation that the human race is inexorably multiplying, hell-bent toward a giant demographic cliff like so many lemmings.

Le livre de Mosher, le Coût réel du contrôle de la population, bénéfices illusoires, est, tout d'abord et principalement, une réponse à l'allégation selon laquelle la race humaine se multiplie inexorablement, acharnée à se précipiter vers une falaise démographique géante comme tant de lemmings. The numbers show that the world is not, has never been, nor ever shall be, overpopulated. In fact, according to the world's experts — even the ones advocating population control — birthrates around the world are dropping at a precipitous rate. Les chiffres montrent que le monde n'est pas, n'a jamais été, ne sera jamais non plus, surpeuplé. En fait, d'après les experts mondiaux – y compris ceux prônant contrôle de la population – les naissances dans le monde entier chutent à un taux vertigineux. The book thus torpedoes the lifeboat scenario, which argued that in order to survive, we had to throw some of the earth's passengers overboard. Le livre, par conséquent, torpille le scénario du bateau qui coule, qui argumentait que pour survivre, nous devions passer quelques-uns des passagers par-dessus bord.

But it is much more than this. The history of the population control movement is replete with human rights abuses. Those who were made to walk the plank of abortion, sterilization, and contraception — all for the supposed good of humanity — have some horrific tales to tell. Mais c'est plus que ça. L'histoire du mouvement pour le contrôle de la population est remplie de violations des droits de l'homme. Ceux qui étaient faits marcher dans le programme d'avortement, de stérilisation, et de contraception -tous pour le soi-disant bien de l'humanité- ont quelques histoires atroces à raconter. The first chapters of Mosher's book describe the history of the population control movement, and how it is has never been the scientific, intelligent or cultural phenomenon it styles itself to be. Les premiers chaptres du livre de Mosher décrivent l'histoire du mouvement pour le contrôle de la population, et comment il n'a jamais été jamais été le phénomène scientifique, intelligent et culturel dont il se donne l'apparence. Rather, this movement was started and sustained by figures like Thomas Malthus, Margaret Sanger, John D. Rockefeller, and Hugh Moore, who led a contentious movement dominated by cultural elitism, racial hysteria and ignorance. As Mosher pointedly argues, their legacy has cost millions their lives and tens of millions more their basic rights. Plus exactement, ce mouvement a été lancé et soutenu par des personnages comme Thomas Malthus, Margaret Sanger, John D. Rockefeller, et Hugh Moore, qui dirigeaient un mouvement contesté dominé par l'élitisme culturel, l'hystérie raciale et l'ignorance. Comme Mosher le démontre de manière significative, leur héritage a coûté leur vie à des millions de personnes, et à des dizaines de millions de plus leurs droits les plus fondamentaux. "Human rights are nonnegotiable, or they are not rights at all," contends Mosher. "Abuses of basic rights, such as the right to bear children, cannot be expunged by reference to any calculus of costs versus benefits, any more than comparable violations of other basic human rights can be explained away, excused, or justified by reference to a supposedly larger social good. "Les Droits de l'Homme ne sont pas négociables, ou bien ce ne sont pas des droits du tout", soutient Mosher. "Les droits fondamentaux, comme le droit de porter des enfants, ne peuvent pas être supprimés en référence à un quelconque calcul de coûts contre bénéfices ; pas plus que des violations comparables d'autres droits de l'homme fondamentaux ne peuvent être expliquées, excusées ou justifiées en référence à soi-disant plus grand bien social. The book explains exactly how the population control movement continues to violate these basic rights, in the pursuit for a false "good" — fewer children. Le livre explique exactement comment le mouvement pour le contrôle de la population continue de violer ces droits fondamentaux, poursuivant un faux "bien" – moins d'enfants.

Population Control-Real Costs, Illusory Benefits is, first and foremost, an answer to the allegation that the human race is inexorably multiplying. "le Coût réel du contrôle de la population, bénéfices ilusoires" est, d'abord et avant tout, une réponse à l'allégation selon laquelle la race humaine est en train de se multilier inexorablement. Mosher lays out the China Model, based on China's one-child policy, and how population programs everywhere draw on its tactics. Nigeria provides an apt case study of how Western population controllers continue to strong-arm national governments into implementing abusive policies, policies that undermine the basic rights and freedoms of their people. Mosher expose systématiquement le modèle de la Chine, basé sur la politique de l'enfant unique, et montre comment les programmes de population ont entraîné partout ses tactiques. Le Nigeria fournit un cas d'étude qui permet de voir comment les contrôleurs de population occidentaux continuent d'utiliser la manière forte avec les gouvernements nationaux pour les obliger à mettre en oeuvre des politiques abusives, des politiques qui sapent les droits fondamentaux et les libertés de leurs peuples. But the population controllers not only run roughshod over human rights for the sake of the supposed "greater good" of population decline (the chapter "Human Rights and Reproductive Wrongs includes a detailed, annotated list of human rights abuses perpetuated in the name of population control), they also sap primary health care programs and marginalize real health needs. Mais les contrôleurs de population ne se contentent pas de piétiner les Droits de l'Homme par égard pour un soi-disant "plus grand bien" de déclin de la population (le chapitre "Droits de l'Homme et injustices reproductives" inclut une liste détaillée et annotée de violation des Droits de l'Homme perpétrés au nom du contrôle de la population), ils minent les programmes de santé prioritaires et ils marginalisent les besoins réels de santé. For example, because of the time and money wasted on unwanted and unnecessary contraceptives and abortifacient devices, malaria runs rampant in Africa. Developing countries end up with thousands of health clinics that literally carry nothing but contraceptives while people die from treatable diseases. Par exemple, à cause du temps et de l'argent dépensés dans des moyens contraceptifs et abortifs non désirés et non nécéssaires, la malaria se déchaîne en Afrique. Des pays en voie de développement se retrouvent finalement avec des milliers de cliniques qui n'ont littéralement rien d'autre que des contraceptifs pendant que les gens meurent de maladies curables.   Neither do population control programs provide any real benefits. Les programmes de contrôle de la population n'apportent pas de bénéfices réels non plus. Its "benefits" are mere illusions designed to dupe developing nations into submitting to an elitist, western agenda. Population control, writes Mosher, is just that: control. Organizations like the UNFPA, far from being "here to help," have in fact been bearers of death to our less developed neighbors. Ses "bénéfices" sont de pures illusions mises au point pour duper les pays en voie de développement et les amener à se soumettre à un ordre du jour occidental et élitiste. Des organisations comme l'UNFPA, loin d'être "là pour aider", ont en fait été porteurs de mort pour nos voisins moins développés. Population Control does not simply outline the problems; it proposes a solution as well. Mosher dedicates his final chapter to possible ways that developed nations can avoid the demographic disaster that now threatens. Small tax credits and paltry child subsidies are not nearly enough. Young couples, he argues, need to be sheltered from taxes altogether.And population control programs needed to be ended as soon as possible. Contrôle de la population… n'expose pas seulement les grandes lignes des problèmes ; il propose une solution aussi. Mosher dedie son dernier chapitre aux moyens possibles par lesquels les nations développées peuvent éviter le désatre démographique qui maintenant menace. Des crédits à faible taux et de misérables subventions pour les enfants ne sont pas encore assez. Les jeunes couples, argumente-t-il, ont besoin d'être protégés des taux et des taxes. Et on a besoin d'en finir avec les programmes de contrôle de la population aussi vite que possible. Mosher ends by quoting the late Julian Simon: Human beings are the ultimate resource."  Mosher termine en citant le regretté Julian Simon : "Les êtres humains sont la ressource suprême". http://www.pop.org/

Nous pouvons déjà nourrir plusieurs fois la population mondiale. Nous jetons des milliers de tonnes de nourriture pour maintenir les prix hauts

[Europe-hiver.jpg] Les experts américains en alimentation et en agriculture, écrivant dans l'édition de septembre 1976 de la revue Scientific American insistent encore et encore qu'il n'y a aucune raison technique qui puisse empêcher d'augmenter énormément la production alimentaire. Les facteurs qui empêchent ou retardent cette augmentation sont sociaux, politiques et économiques.

« II y a deux composantes dans la solution au problème alimentaire : une production alimentaire accrue principalement dans les pays en voie de développement, et des augmentations générales des revenus par famille, particulièrement parmi les pauvres (….) Les gens peuvent acheter des aliments s'ils ont de l'argent — que ce soit dans les pays en voie de développement, ou aux États-Unis ou partout où les gens ont faim. » (Sterling Wortman, page 35).

Écrivant sur l'agriculture américaine, qui, par d'importantes absorptions de capitaux, a énormément augmenté le potentiel de sa force de travail, Earl O. Heady déclare :

« Si les organisations internationales ou une organisation mondiale unique pouvaient établir des institutions qui pourraient mettre à la disposition des affamés du monde l'augmentation de la production de l'agriculture américaine, et si cet effort pourrait être rendu économique pour les fermiers américains, les États-Unis pourraient augmenter substantiellement leur production agricole et ses exportations (…) Les États-Unis ont une réserve considérable de terre qui pourrait être ensemencée s'il était rentable de le faire. Les dernières statistiques disponibles nous démontrent qu'en 1969 la nation avait 422 millions d'acres de terre arable, dont seulement 333 millions d'acres sont ensemencés ; le restant étant donné en pâturage ou laissé en friche (…) Si seulement la partie inutilisée était maintenant ensemencée, si l'eau était utilisée efficacement et si toutes les nouvelles technologies éprouvées étaient adoptées, d'ici 1985 la nation pourrait faire face a la totalité de la demande domestique et de plus augmenter ses exportations de grain de 183% sur la moyenne record de 1972 à 1974. Spécifiquement, les exportations de maïs pourraient être augmentées de 228%, les exportations de blé 57% et les exportations de soya de 363% » (pages 126-127).

La raison pour laquelle la production agricole n'est pas augmentée substantiellement en est une fondamentalement économique. Ceux qui ont faim n'ont pas d'argent pour acheter la nourriture aux prix existants, ils ne constituent donc pas un marché. Sous le capitalisme, la nourriture est une marchandise et les marchandises sont produites uniquement lorsqu'il y a une demande économique effective. Les gens ayant faim ne sont pas la même chose qu'« une demande économique de nourriture ». Finalement, W. David Hopper conclut son évaluation en soutenant que :

« Le problème de l'alimentation du monde ne provient d'aucune limitation physique sur le potentiel de production, ni d'un danger de mettre en jeu l'équilibre de l'« environnement ». Les limites de l'abondance peuvent être trouvées dans les structures politiques et sociales des nations et dans les relations économiques entre elles. La globalité des ressources inexploitées est là, entre le Cancer et le Capricorne. Le succès agricole de ces ressources dépend du vouloir et des actions de l'homme. » (page 205)
Les raisons du pouvoir….



Confessions d'un tueur à gage économique.

Entrevue fascinante avec un témoin de premier plan, John Perkins,
concernant les projets à l'international des compagnies américaines
et la politique étrangère du gouvernement américain.
John Perkins a travaillé en Indonésie, au Panama et en Arabie Saoudite.

A voir sur Matchafa.

http://www.interet-general.info/article.php3?id_article=7506

http://en.wikipedia.org/wiki/Confessions_of_an_Economic_Hit_Man

http://www.juliansimon.org/writings/

http://www.michaeljournal.org/images/026--Dribs-and-Drabs.gif


http://www.youtube.com/watch?v=hUF4Q2QjDNc

Tout est une question de manière de consommer et de produire.

merci de cliquer sur le lien ci-dessous…

Scandales bancaires, ordures, pollution, dioxines, un lien subtil à bien comprendre

Le paradoxe. Un manque de pouvoir d'achat provoque plus de pollutions, vu des produits de plus en plus camelotes.


Comment s'en sortir ?

Le meilleur moyen est celui d'implémenter le crédit social avec les solutions à la suisse.

http://www.michaeljournal.org/pauvrete.htm

http://desiebenthal.blogspot.com/2009/03/deja-2500-banques-locales-de-riz.html
http://desiebenthal.blogspot.com/2009/02/lutter-contre-la-faim-avec-de-nouvelles.html

Un autre exemple de multi-culture est celle de tomates + oignons + souci, le souci repoussera notamment certains parasites de la  tomate.

Dans l'Himalaya, à Garhwal en Inde, une pratique appelée baranaja va jusqu'à  l'ensemencement de plus de 12 récoltes sur la même parcelle, y compris divers types de haricots, en graminées, et de millet, et de les récolter à des moments différents.

Qui va bien et avec qui et dans quel ordre ?

 Aïl et fraises, fenouil et basilic. Ou encore maïs et haricots, manioc et café. Il faut tester chaque région et écouter les anciens…

Extraits de la campagne du carême 2009 en Suisse

Veiller sur la nature.
Travailler les champs dans le respect de l'avenir.
Cultures mixtes.
Les plantes, en bon voisinage, se donnent de l'énergie.
Elles se protègent mutuellement contre les nuisances – nul besoin
de poison!
Ce n'est pas si difficile lorsque l'on sait
qui va bien avec qui et dans quel ordre.
Aïl et fraises, fenouil et basilic.
Ou encore maïs et haricots, manioc et café.
Désordre? Penses-tu!
Une société bariolée!
Donner et recevoir – la logique de la nature.
Un bon plan, qui promet de riches cultures partout.
Même dans un petit champ.

Avec ce que j'ai appris, j'ai pu faire des essais et renoncer
aux pesticides. Nous n'étions pas sûrs, ma femme Maria
et moi, de la réaction des plantes. La première récolte a
été étonnamment bonne. Cela nous a soulagés et donné
du courage pour la suite.
Mais à quoi cela sert-il de travailler sans cesse s'il n'y a
pas de résultat à la fin? A l'institut, j'ai appris à noter mes
coûts et mes heures de travail. C'est important pour calculer
un prix de vente correct. J'ai compris ainsi à quel point
les intermédiaires nous grugent.
Cela ne doit plus m'arriver, ni aux autres. Lors de la prochaine
assemblée de la commune d'Omas, je vais proposer
de créer une banque de crédit. Ainsi, nous serons plus
indépendants. Et nous pourrons mieux décider de notre
nourriture et de l'usage de nos récoltes.»


«O humain, regarde-toi:
Tu as en toi le ciel et la terre.
Fais de ce monde un ciel sur la terre.»

Hildegarde de Bingen


Investir dans la formation à la gestion d'associations démocratiques.

Département de Ranérou au Sahel. Dakar et le gouvernement
sont très loin. Les familles d'éleveurs de bétail doivent
s'organiser elles-mêmes: comité de l'eau, comité des
femmes, comité de la santé. Rien de bien spectaculaire
pour les Suisses habitués aux associations. Mais pour les
habitants des régions rurales du Sénégal, la création de
structures de base est un progrès décisif. Comment gérer
l'eau qui se raréfie ? Où faire paître le bétail? Peut-on
construire un dispensaire? Quels sont les droits?
Les animateurs et animatrices du Centre d'études de recherche
et de formation en langues africaines (CERFLA)
apportent des conseils organisationnels et juridiques. Grâce
à leurs cours d'alphabétisation, tous les membres des
communautés de base savent lire et écrire. Les avis des
femmes ont plus de poids qu'auparavant.

Libération et diversité
Le caoutchouc est souvent synonyme d'exploitation, de
monoculture, de travailleurs sans droit et de dégradation
écologique. Il en va tout autrement à Tampilisan et Veruela,
deux villages sur l'île de Mindanao aux Philippines. Là, le
caoutchouc signifie «libération» et «diversité». Sa vente
allège le poids de la pauvreté et les hévéas complètent les
cultures vivrières des petits paysans.
Entre les plantations de maïs, de riz et de légumes, les hévéas
empêchent l'érosion du sol. Le caoutchouc fournit aux
petits producteurs un revenu complémentaire important.
Livrés à eux-mêmes, ces paysans et paysannes très pauvres
ne pourraient pas investir dans la culture des hévéas qui ne
rapportent qu'après sept ans.
La Kiblawan Rural Development Foundation (KRDFI),
une organisation pour le développement rural à Mindanao,
soutient les familles de petits paysans. Sa pépinière offre
des jeunes pousses à bon compte. Les futurs producteurs de
caoutchouc apprennent l'art des cultures mixtes dans des
fermes modèles. Ils sont soutenus dans la vente de leur ca –
outchouc. Une manière de faire rimer écologie et économie.
Il suffit parfois de peu pour obtenir un grand effet: des personnes
prêtes à sortir des sentiers battus,

Des déchets, où çà?
Une partie de son âme est restée dans son pays.
En vacances à Paris chez des proches,
elle voit un reportage sur Haïti à la télévision.
Pauvre Haïti, en proie à la soif de pouvoir,
aux erreurs économiques, à la destruction de la forêt tropicale.
Des fleuves inondent les plaines, emportent la terre.
Jusqu'à ce qu'il ne reste plus rien pour vivre.
La femme du Togo sait bien de quoi il retourne.
Devant l'écran, à Paris, elle s'étonne d'une idée géniale:
les gens du lointain Haïti ont construit un nouveau monde
avec des vieux pneus!
Ils ont suspendu un pneu après l'autre entre des poteaux.
Le trou – l'espoir? – ils l'ont bouché avec du plastique,
puis rempli de pierres et de terre.
Des tomates, des courges, des haricots, des piments
et même du maïs poussent sur ce précieux reste de terre,
bien protégé du vent et de l'eau.
Des jardins fleuris. Les jardins suspendus d'Haïti.
La femme prend son téléphone avec enthousiasme.
Elle compose le numéro de son oncle en Afrique.
Avec ténacité, jusqu'à ce que la liaison soit établie.
« A Haïti, ils cultivent leurs légumes dans des pneus de voiture »,
hurle-t-elle dans le combiné.
L'oncle promet d'essayer à son tour.
Au Togo, au Sénégal et à Haïti,
il y a partout des vieux pneus remplis de terre.
Des pommes bio du désert
Dans les vallées péruviennes d'Omas et Mala, les paysannes
et paysans ont arraché au désert des terres pour des cultures
vivrières et des plantations de pommes. Ils ont combattu
longtemps les parasites avec des pesticides. Mais ce faisant,
ils se sont aussi empoisonnés. Beaucoup en sont morts.
Faire de grands discours contre l'agrochimie ne sert à rien.
L'équipe de l'institut agricole Huayuna préfère une appro
che pragmatique. D'abord, elle explique aux paysans
et paysannes l'utilisation correcte des produits toxiques.
Ensuite, elle pose des questions pour savoir quels pesticides
sont réellement nécessaires et s'il serait possible d'y
renoncer.

Aujourd'hui, 350 maraîchers travaillent selon les principes
de la production intégrée – comme la plupart des paysans
suisses d'ailleurs. Certains ont même une production entièrement
biologique. Ils luttent contre les parasites avec des
prédateurs naturels et plantent avocatiers, pêchers et vignes
pour rompre avec les monocultures. Les opportunités de
vente sont bonnes; les Péruviens aisés sont en effet de plus
en plus prêts à payer un peu plus pour des produits bio.
Agriculture proche de la nature et soutien à la commercialisation
constituent une approche pragmatique soutenue
par Action de Carême.

«O humain, regarde-toi:
Tu as en toi le ciel et la terre.
Fais de ce monde un ciel sur la terre.»

Hildegarde de Bingen

En voici l'un des chemins:
Aujourd'hui, Jésus entre à Jérusalem.
Non pas sur un cheval, comme un prince conquérant.
Mais sur un ânon, tel un roi humble, lucide et courageux.
Prêt à donner sa vie pour que justice et amour s'embrassent.
Sa royauté, Jésus la partage avec nous.
Elle est de porter – en nous – toute la Création
et l'humanité entière.
Avec leurs joies et leurs souffrances.
Ô Seigneur, donne-nous de t'accueillir
dans la cité sainte de notre coeur.
Accorde-nous l'énergie des vertus symbolisées par les rameaux
que la foule répand sous tes pas:
L'humilité pour reconnaître que «la terre et ses richesses»
t'appartiennent (Ps 24, 1).
La lucidité pour regarder en face les blessures
de la planète et leurs causes profondes.
Le courage pour affronter l'inhumain en nous,
les puissances du mal et de l'injustice dans le monde.
The Sunday Times,
John Harlow,
May 24, 2009,

Ce qui ne doit rien au hasard non plus, mais doit tout à l'avortement, y compris forcé, concernant ces deux pays, c'est le dramatique déséquilibre homme-femme dans la population. Rien qu'en Inde, il y a plus de 100 millions de petites filles et de jeunes femmes manquantes, par rapport au nombre de petits garçons et jeunes hommes. On rapporte en ce moment plus de 2000 bébés filles manquants par jour en Inde ! En Chine, c'est beaucoup plus. Il ne sert à rien d'interdire les avortements sélectifs, ils se produisent illégalement en masse, dès l'instant qu'on a perverti les mentalités en légalisant l'avortement et en en faisant la publicité.

Alors ce qui ne devra rien au hasard non plus, ça va être l'émigration massive des hommes de ces pays vers le reste de la planète ; car on ne peut pas compter sur le fait que des dizaines de millions d'hommes vont accpepter de devenir moines simplement parce que les femmes de leur pays, inférieures en nombre et qui auront l'embarras du choix, épouseront en priorité ceux qui leur assureront, à elles et à leurs enfants, la sécurité matérielle. Il y aura donc une émigration massive de ceux qui n'auront plus qu'à aller voir ailleurs pour trouver une femme ! C'est toute la planète qui supportera les conséquences de ce désastre sans précédent dans l'histoire de l'humanité : des centaines de millions de femmes manquantes par rapport au nombre d'hommes !
 
Alors bientôt, ce sera : bon courage aux vieillissants qui se chercheront une femme, qu'elle soit plus jeune ou de leur âge, et ce, quelque soit le pays où ils vivent (sans parler des polygames qui s'en prennent plusieurs pour eux tout seuls, y compris en Inde, ce qui augmente le problème) !



Plainte contre les assassins financiers et médicaux.

Il suffit de déposer plainte d'urgence auprès de la gendarmerie ou d'un poste de police de sa localité. La marche à suivre vous sera indiquée par les agents qui transmettront aux autorités compétentes et/ou la transmettront au Procureur qui décidera de la suite à donner.

Ceci est un acte de civisme naturel contre la vaccination de masse abusive contre la grippe bénigne A/H1N1.
Rassurez-vous! Vous serez bien accueillis.
Merci à chacun de faire sa part. Courez dans toutes les gendarmeries du monde !
Voici un texte dont vous pouvez vous inspirer en tout ou en partie.

Plainte H1N1 pour la France

Plus sur  http://www.politiquedevie.net/

Accueil du Site Politique de Vie Grenoble, plainte contre X pour tentative d'empoisonnement : mode d'emploi militant pour une action multipolaire de résistance civile aux vaccins-poisons Communiqué militant de : Christian Cotten, Dr Marc Vercoutère, Frédéric Morin, Smaïn Bedrouni, Isabelle Dardare, Christian Basano, Liliane Portehaut, René Bickel. 25 octobre 2009   Les grands médias s'en font l'écho depuis vendredi 23 octobre : Maître Jean-Pierre Joseph a déposé devant le Doyen des Juges d'Instruction du TGI de Grenoble une plainte contre X pour tentative d'administration de substances nuisibles à la santé pouvant entraîner la mort, au nom de 9 habitants de l'Isère, dont une professionnelle de santé et un député. Voir sur Google News : Jean-Pierre Joseph plainte vaccin Grenoble, nombreux articles récens, dont : Le ParisienNovopress.infoElle.frlepost.frL'Alsacefleshandstone.net Nous publions avec la présente le texte de cette plainte, afin qu'elle soit le plus rapidement possible utilisée par des centaines de parties civiles et déposée en nombre dans les tout prochains jours devant les différents Tribunaux de Grande Instance français. Nous appelons donc tous les citoyens libres et souverains qui ont compris les enjeux et les mensonges de la campagne de vaccination qui a commencé dans toute l'Europe – tout en suscitant une résistance civile remarquable – à prendre connaissance de cette plainte et du mode d'emploi que nous vous en proposons, en se regroupant par groupe d'une douzaine de parties civiles à chaque fois pour des dépôts formels dès que possible. Cette plainte a été rédigée par un collectif d'auteurs et va d'ores et déjà être déposée à Nantes, Pau, Évry, Paris… par différents groupes déjà constitués. Le fait qu'elle soit déposée dans le même temps par plusieurs groupes dans le même tribunal est tout à fait souhaitable. Il va être vraiment utile de réussir une opération collective de grande ampleur, un peu technique mais en même temps très simple à mettre en œuvre, aux fins d'exercer une pression suffisante, au travers de l'institution judicaire, pour contraindre les pouvoirs publics à mettre fin à la campagne de vaccination en cours. Nous proposons donc à tous ceux qui veulent agir concrètement pour empêcher la campagne de vaccination antigrippe de se regrouper à une douzaine d'acteurs, de renseigner la plainte telle que fournie ci-dessous avec l'ensemble des coordonnées de chaque personne, de la signer et de la déposer en deux exemplaires au secrétariat du Doyen des Juges d'Instruction du Tribunal de Grande Instance dont dépend votre domicile (ou envoi en Recommandé avec AR, en 2 ex.). Il est important que les parties civiles que vous regroupez habitent toutes dans le ressort du TGI auquel vous allez vous adresser. Le texte de la plainte peut être légèrement modifié, sans être alourdi, en mettant en évidence des motifs plus individualisés par une expérience personnelle récente d'une partie civile. Il est important que ce premier texte reste bref et relativement simple, tel qu'il a été rédigé. Le dossier sera ultérieurement très largement nourri par l'apport de dossiers scientifiques documentés au juge d'instruction lorsqu'il sera nommé. Pour le moment, il est inutile de désigner un avocat (sauf si vous le souhaitez vraiment), une telle plainte peut être déposée sans. Par contre, il sera certainement utile, ultérieurement, de le faire. Nous vous transmettrons les informations utiles le moment venu. Bien entendu, toute association peut aussi se porter partie civile sous réserve d'avoir au moins 5 ans d'existence, au nom de ses membres qui peuvent en même temps être parties civiles individuelles, seule ou avec d'autres associations. En préparant la plainte, chaque partie civile devra faire une déclaration d'élection de domicile. Celle-ci peut être faite sur le nom d'une des parties civiles ou chez un avocat du ressort du TGI dans lequel la plainte sera déposée si vous décidez de désigner dès maintenant un avocat. Frais à prévoir : une plainte avec constitution de partie civile – dans le cas présent, déposée directement auprès du Doyen des Juges d'Instruction sans obligation de saisir auparavant le Procureur de la République car la plainte est faite en matière criminelle – entraîne le versement d'une consignation, qui peut être comprise entre 200 ou 1000 €, selon l'humeur des fonctionnaires. Le regroupement par douze (ou plus) parties civiles devrait permettre de faire face à ces frais (demandés quelques semaines après le dépôt de la plainte). Sauf à ce que les fonctionnaires de l'institution judiciaire tentent de plaider la non-recevabilité de cette plainte, ce qui va tout de même être très difficile pour eux… Enfin, bien que cette opération ne soit en aucune manière une opération commerciale de quiconque, il faut prévoir de couvrir ultérieurement les frais d'avocat(s), dans des proportions qui resteront très raisonnables en fonction des moyens de chacun, vis à vis du ou des avocats que vous désignerez le moment venu, qui vont nous être très utiles dans cette action collective déjà en cours et à laquelle nous vous invitons à vous joindre. Pour participer aux plaintes en cours de dépôt ou nous informer d'un projet local précis (important pour la suite), vous pouvez contacter : Dr Marc Vercoutère : cri-vie@neuf.fr – Tél. : 06 61 55 34 73 – 05 47 41 50 22 – Pau. http://www.cri-vie.com
Maître Jean-Pierre Joseph : jp.joseph-avocat.grenoble@wanadoo.fr– Tél. : 06 09 42 47 77 – Grenoble (38). http://avocats.fr/space/jean-pierre.joseph
Frédéric Morinredaction@morpheus.fr – Tél. : 01 39 72 59 40. – Conflans-Ste-Honorine (78). http://www.morpheus.fr
Isabelle Dardare isabelle.dardare@orange.fr – Tél. : 06 81 60 23 28 – Evry (91).
Christian Cotten : politiquedevie@orange.fr – Tél. : 01 69 20 38 61 – 06 89 52 06 41 – Evry (91). http://www.politiquedevie.net
Liliane Portehaut : lianeporte38@aol.com -Tél. : 04 76 08 44 91 – 06 67 64 17 72 – Grenoble (38).
René Bickel : bickel@wanadoo.fr – Tél. : 03 89 47 83 06 – Ostheim (68). http://www.bickel.fr
Christian Basano : cb2510@gmail.com – Tél. : 06 13 25 37 66 – Carmaux (81). Liste à compléter avec ceux qui vont décider de passer à l'action judiciaire avec nous. Merci de nous informer.
Merci à tous ceux qui prennet l'initiative de déposer une plainte de nous le faire savoir, nous publierons sous peu leur adresse courriel pour aider à des regroupements. Pour ceux qui ne s'engageront pas dans une plainte mais veulent nous soutenir dans notre travail : participation financière de soutien à envoyer au Dr Marc Vercoutère – Association Cri-Vie – 3 bis rue Henri Faisans – 64000 PAU. La plainte déjà déposée à Grenoble et en cours de dépôt à Paris, Évry, Pau, Tarbes, Nantes… : au format Word (modifications possible) et au format pdf pour impression et diffusion. Le présent texte au format Wordau format pdf pour impression et diffusion.

M. ou Mme le Doyen des Juges d'Instruction
près le Tribunal de Grande Instance de :

Plainte avec constitution de partie civile contre X pour :

•    tentative d'administration de substances nuisibles à la santé de nature à entraîner la mort (art. 221-3 et 221-5 du Code Pénal).

•    mise en danger de la personne (art. 223-1 et suivants du Code Pénal).

 
Monsieur ou Madame le Doyen des Juges d'Instruction,

Nous avons l'honneur de vous exposer les faits suivants.

Le présent texte au format Wordau format pdf pour impression et diffusion.

Un autre texte possible, plus fort.

 

Monsieur le Juge,

Plainte pénale contre X et personnes citées ci-dessous pour notamment des vaccins H1N1 à deux vitesses et la fabrication de la grippe H1N1 !

Vu qu'en Europe, en Allemagne et en Suisse notamment , il existe des vaccins différents anti H1N1 qui suscitent le scandale car l’un « aux effets secondaires moindres » serait réservé aux initiés, hauts fonctionnaires, militaires et  responsables de la santé.

Le virus de la grippe espagnole avait COMPLÈTEMENT disparu de la surface de la terre jusqu´à ce que quelques chercheurs travaillant pour l´armée américaine exhumèrent des cadavres , en Alaska , de personnes décédées de la grippe espagnole au début du 20 ème siècle . Après bien des manipulations de DNA , ils ont réussi à , tenons nous bien , à reconstituer ce virus mortel . Dans quel but ??? C'est ce que votre enquête devrait établir.
Ce que l´on sait c´est que , peu de temps après, la grippe aviaire faisait son apparition, bientôt suivie de la grippe porcine. Le chef de laboratoire de l´armée américaine qui avait reconstitué le virus mortel a ensuite laissé son travail dans l´armée pour passer chez Baxter comme chef de laboratoire pour gagner beaucoup plus d'argent.
Vraiment beaucoup de coïncidences inexpliquées ! Certaines personnes vont encore plus loin et soutiennent que l´on a déjà mélangé le virus de la grippe porcine qui ne se transmet pas facilement avec le virus de la grippe annuelle qui, lui se transmet très facilement, le tout dans le but de créer une pandémie . Ensuite, pourquoi l´OMS a changé brusquement la définition de l´épidémie, ce qui fait qu'on peut maintenant qualifier de pandémie ce qui n' était, avant , qu' une simple épidémie ?

Vu que notamment le H1N1 a été ressuscité et diffusé volontairement par l'armée US à partir d’un cadavre congelé en Alaska qui avait encore le génome de la grippe espagnole.  Voir le site: http://911truth-sherbrooke.org/2009/04/26/h5n1-le-genome-de-la-grippe-espagnole-ressuscite-a-partir-dun-cadavre-congele/
La vidéo contient les images de Johan Hultin en Alaska quand il a récupéré le virus du corps d'une femme Inuite congelée morte de la grippe espagnole en 1918 ! Il a été filmé !! La preuve irréfutable à la 23ème minute dans la vidéo the Flu Time Bomb – The PBS Documentary with “Dr. Death,” Johan Hultin
du 15 Septembre 2009.

http://atomicnewsreview.org/2009/09/15/flu-time-bomb-the-pbs-documentary-with-%e2%80%9cdr-death%e2%80%9d-johan-hultin/

http://911truth-sherbrooke.org/2009/04/26/flu-time-bomb/

liens posté par Mr.Anderson, le 15 septembre 2009 à 12:55

Il est remarquable que la grippe espagnole avait exactement les caractéristiques des maladies, contre lesquelles les gens avaient été vaccinés directement après la première guerre mondiale (peste, typhus, tuberculose, variole). Pratiquement toute la population avait été contaminée par des vaccins toxiques. En leur donnant des médicaments toxiques, la pandémie fut maintenue en vie.

La grippe a commencé comme une arme de guerre bactériologique de l'armée US à deux phases qui a infecté de façon ou autre les rangs de l'armée US au Camp Riley du Kansas en mars 1918, et s’est propagée autour du monde.   Nous devons tenir compte de la possibilité horrible que « la grippe espagnole » était déjà une mesure de dépopulation délibérée de l'élite, et qu'elle pourrait être utilisée encore maintenant pour lutter contre le soi-disant réchauffement climatique. 
http://video.google.fr/videoplay?docid=-4123082535546754758#
Il n'y avait rien « d’espagnol » dans cette grippe. Selon Wikipedia

« Aux USA, environ 28% de la population en ont souffert, et 500.000 à 675.000 personnes en sont mortes. 200.000 en sont mortes en Grande-Bretagne ; plus de 400.000 en France. Des villages entiers ont péri en Alaska et en Afrique australe. En Australie 10.000 personnes environ sont mortes. Aux Îles Fidji, 14% de la population est morte en seulement deux semaines et 22% aux Samoa occidentales. 17 millions environ sont morts en Inde, soit à peu près 5% de la population de l’époque. Dans l'armée indienne, pratiquement 22% des troupes ont attrapé la maladie et en sont morts. »

« En fait, les symptômes en 1918 étaient si peu communs qu'au début la grippe a été diagnostiquée comme de la dengue, du choléra, ou de la typhoïde. Un observateur a écrit, « L’une des plus dramatiques complications était l’hémorragie des membranes muqueuses, particulièrement du nez, de l'estomac, et de l'intestin. Des saignements d’oreilles et des hémorragies pétéchiales de la peau se sont également produites.
Autant que l'on sait, surtout les individus vaccinés tombèrent malades. Ceux qui avaient refusé les injections y échappèrent. Toujours d'après le témoignage de Eleanora McBean, qui écrit:

Ma famille avait refusé toutes les injections, et c'est ainsi que nous restâmes en bonne santé. Nous savions à travers les enseignements de Graham, Trail, Tiden et autres, que l'on ne peut pas souiller l'organisme avec des poisons sans provoquer de maladies.
Au plus haut de l'épidémie, les magasins, les écoles, les entreprises et même l'hopital étaient fermés – Les médecins et le personnel hospitalier avaient été vaccinés et étaient malades. C'était comme une ville fantôme. Nous etions les seuls à ne pas être malades, et nous n'étions pas vaccinés. Mes parents allaient de maison en maison pour s'occuper des malades (…) Mais ils n'eurent pas la grippe et ne contaminérent pas leurs enfants. On dit que l'épidémie avait tué 20 millions de personnes dans le monde.

L’opinion publique commence à entrevoir là le risque d'un génocide mondial planifié et voulu avec en prime de graves effets secondaires, y compris mortels, sur le second vaccin qui lui serait réservé mais aussi l’instauration d’une médecine à deux vitesses…

Vu que ces milieux veulent nous faire croire que la terre est surpeuplée, ce qui est une exagération grossière. Ils veulent en réduire drastiquement le nombre.

http://desiebenthal.blogspot.com/2009/08/je-voudrais-revenir-comme-un-virus.html

http://desiebenthal.blogspot.com/2008/10/le-grand-krach-2008-dj-annonc-par-crit.html

http://desiebenthal.blogspot.com/2009/05/bilderberg-au-cap-sounion.html

Contre notamment Swissmedic pour avoir notamment autorisé des vaccins expérimentaux contre le virus HIN1 de la grippe sans procéder à tous les essais cliniques requis par la loi pour démontrer leur innocuité.

Vu que il y a eu une grave alerte au virus porcin dans le train en gare de Lausanne le 27 avril 2009 avec une explosion étrange qui a répandu un produit encore inconnu qui peut avoir des conséquences dans un terme plus ou moins lointain. Une guerre biologique peut être cachée par des effets voulus à terme lointain.

Vu ce génocide mondial de plus en plus probable par empoissonnement et notamment par des vaccins trafiqués et autres moyens:

Nous demandons des mesures super urgentes pour arrêter ce grave risque et pour établir les responsabilités de l’État et d’administrateurs not. de SA.

Crimes notamment d’empoissonnement, non-assistance à personnes en danger, non-dénonciation de comportements délictueux, complicité d’actes frauduleux, d’escroquerie par métier et en bande, corruption, prévarication, détournement de fonds et blanchiment d’argent.

Cette plainte avec constitution de partie civile, est également déposée pour “tentative d’administration de substances (…) de nature à entraîner la mort”

Composition détaillée du vaccin des multinationales :

L 'adjuvant des vaccins est du MF59 destructeur pour l'immunité, les antiviraux préconisés favorisent les commutations à savoir la transmission du patrimoine génétique d'un virus mort ou atténué à des cellules saines qui en retour ouvre la voie à une mutation génétique de virus in vivo.

En résumé si l'on combine le H1N1 très contagieux (non mortel) au H5N1 non contagieux mais mortel on obtient un HxNx très contagieux et mortel. Le tout est favorisé par la chute des défenses immunitaires à cause du MF59 et les mutations possibles sont amplifiées par les antiviraux.

RAPPEL des constituants actuellement associés aux vaccins courants :

Ce qui suit est tellement gros qu'on a du mal à y croire.

ALUMINIUM (adjuvant) : Produit responsable de dommages cérébraux, suspecté d'être la cause de la maladie d'Alzheimer, de certaines démences, de comas et d'attaques. Responsable également d'allergies cutanées. Lourdement impliqué dans la myofasciite à macrophages.

SULFATE D'AMMONIUM : Un poison suspecté d'attaquer le foie, le système nerveux, le système gastro-intestinal et respiratoire.

BÊTA-PROPIOLACTONE : Produit connu pour ses propriétés cancérigènes. Un poison suspecté d'attaquer le foie, le système respiratoire et gastro-intestinal ainsi que la peau et les organes des sens.

LEVURES GÉNÉTIQUEMENT MODIFIES (OGM),
ADN BACTÉRIEN OU VIRAL D'ANIMAUX :

Substances qui peuvent se combiner à l'ADN des vaccinés et entraîner des mutations génétiques inconnues.

LATEX : Produit qui peut produire des réactions allergiques mettant en péril le pronostic vital

GLUTAMATE DE SODIUM: Produit neurotoxique connu pour ses effets mutagènes, tératogènes- entraînant des malformations et monstruosités- et ses effets sur la descendance. Responsable d'allergies.

FORMALDÉHYDE (formol) : Constituant principal des substances employées dans l'embaumement ; carcinogène, impliqué dans les leucémies, les cancers du cerveau, du colon, des organes lymphatiques; suspecté d'occasionner des problèmes gastro-intestinaux; poison violent pour le foie, le système immunitaire, le système nerveux, les organes de reproduction. Utilisé pour inactiver les germes.

MICRO-ORGANISMES : Des virus ou des bactéries vivants ou tués ou leurs toxines. Le vaccin polio contenait du SV40, virus de singe retrouvé ensuite chez les humains dans les os, l'enveloppe des poumons – Mésothelium, dans les lymphomes et les tumeurs du cerveau.

POLYSORBATE 80 : Connu pour causer des cancers chez les animaux.

TRI(N)BUTYLPHOSPHAT E : Suspecté d'être un poison pour les reins et les nerfs.

GLUTARALDEHYDE: Poison s'il est ingéré; responsable de malformations néonatales chez les animaux d'expérimentation.

GELATINE: Produite à partir de certaines parties de la peau des veaux ainsi que des os de bovins déminéralisés et de peau de porcs. Responsable d'allergies.

GENTAMYCINE ET POLYMYXINE B : Antibiotiques toxiques pour les reins et le système nerveux; responsables d'allergies pouvant être mortelles.

MERCURE (conservateur) : Une substance des plus dangereuses, qui a une affinité pour le cerveau, le foie, l'intestin, la mœlle osseuse et les reins. D'infimes quantités peuvent causer des dommages graves au cerveau. Les symptômes de l'intoxication au mercure sont multiples, et certains sont superposables aux désordres autistiques.

NEOMYCINE : Antibiotique qui perturbe l'absorption de la vitamine B6. Un défaut d'assimilation de la vitamine B6 peut entraîner une forme rare d'épilepsie et de retard mental. Réactions allergiques pouvant être mortelles. Toxique pour les reins et le système nerveux.

PHENOL / PHENOXYETHANOL : Utilisé comme antigel. Toxique pour toutes les cellules et capable de dérégler les réponses du système immunitaire.

BORATE DE SODIUM (Borax) : Utilisé comme insecticide et comme raticide (mort aux rats !) – et contenu dans le très à la mode Gardasil.

CELLULES HUMAINES ET ANIMALES : Des cellules humaines provenant de tissus de foetus; de l'albumine humaine, du sang de porc, de cheval, de mouton; de la cervelle de lapin, de cobaye; des reins de chien, du coeur de boeuf, des reins de singe, des embryons de poulets, des oeufs de poules (pouvant être contaminés par le virus de la leucose aviaire leucémie des poules, des oeufs de canards, du sérum de veau (pouvant être porteur des prions de Kreutzfeld Jacob) etc.

Dans la composition des vaccins, il y a aussi du Thiomersal et du squalène.

« Le thiomersal est le principal responsable de la charge élevée en mercure des enfants ».. il est accusé d'être l'une des causes de l'autisme . « De nombreux pays ont interdit le thiomersal dans les vaccins pour enfants »

Quant au squalène, le docteur américain Mercola explique :

« Ce que le squalène fait aux rats

Il a été prouvé que la vaccination d'adjuvants à base d'huile comme le squalène génère des réponses immunitaires concentrées et soutenues au cours de longues périodes de temps. [VI]

Une étude datant de l'an 2000 et publiée dans l'American Journal of Pathology (journal américain des pathologies) a démontré qu'une seule injections de l'adjuvant squalène chez les rats déclenchait "une inflammation chronique du système immunitaire, liée à l'immunité et spécifique aux articulations", aussi connue sous le nom de polyarthite rhumatoïde [VII]

Les chercheurs ont conclu que l'étude soulevait des questions concernant le rôle des adjuvants dans les maladies inflammatoires chroniques.

Ce que le squalène fait aux humains

Votre système immunitaire reconnaît le squalène comme une molécule d'huile native de votre corps. On le trouve dans votre système nerveux et dans votre cerveau. En fait, vous pouvez consommer du squalène dans l'huile d'olive non seulement votre système immunitaire reconnaîtra celui-ci, mais vous profiterez aussi des avantages de ses propriétés antioxydantes.

La différence entre le « bon » et le « mauvais » squalène est la voie par laquelle il entre dans votre corps. L'injection est une voie d'entrée anormale qui incite votre système immunitaire à attaquer tout le squalène qui se trouve dans votre corps et pas seulement l'adjuvant du vaccin. Votre système immunitaire tentera de détruire la molécule partout où il la trouve, y compris dans les endroits où elle se rencontre naturellement, et où elle est vitale à la santé de votre système nerveux. »

Et plus loin :

« … cet adjuvant, le squalène, a contribué à la cascade de réactions appelée « Syndrome de la guerre du golfe », documentée chez les soldats impliqués dans la guerre du golfe. Les symptômes qu'ils ont développés comprenaient de l'arthrite, de la fibromyalgie, de la lymphadenopathie, des éruptions cutanées photosensibles (…) de la fatigue chronique, des maux de tête chroniques, des pertes de poils corporels anormales, des lésions cutanées ne guérissant pas, des ulcères aphteux, des étourdissements, de la faiblesse, des pertes de mémoire, des convulsions, des changements d'humeur, des problèmes neuropsychiatriques, des effets anti-thyroïde, de l'anémie, une élévation de l'ESR (Erythrocytes), du lupus erythemateux disséminé, de la sclérose en plaques, de la SLA (sclérose latérale amyotrophique), le phénomène de Raynaud, le syndrôme de Sjorgreen, de la diarrhée chronique, des sueurs nocturnes et des fièvres de bas grade ».

Le Tamiflu est censé fonctionner comme médicament.

Ses effets secondaires indiqués sur la notice glissée dans les paquets de Tamiflu, sont presque identiques aux symptômes d'une grippe grave. Donc, sur une grande échelle, on stocke maintenant des médicaments causant précisément les mêmes symptômes que ceux qui apparaissent dans une prétendue grippe réelle – et qui cesseront, avec un docteur, après sept jours, et sans docteur après une semaine.

Si le Tamiflu est administré à des malades, nous aurons alors les symptômes d'une grippe grave. Si beaucoup de gens en même temps le prennent, nous aurons en réalité une épidémie de Tamiflu. Alors des décès nombreux provoquées par le Tamiflu doivent aussi être prévus…

Donald Rumsfeld, l'ancien Secrétaire de la Défense des USA, principal actionnaire et ancien président de "Gilead science inc.", est le principal bénéficiaire du "Tamiflu" produit par Roche.

Chefs d’inculpation du Code pénal suisse, notamment :

Art. 129, 111, 127, 128, 129, 136 Mise en danger de la vie d’autrui, soit celle des victimes des vaccins
Art. 146 Escroquerie
Art. 160 Recel
Art. 179novies Soustraction de données personnelles
Art. 226, 231, 234, 258, Crimes ou délits créant un danger collectif
Art. 254 Suppression de titres
Art. 260ter Organisation criminelle, escroquerie en bande
Art. 266bis Entreprises contre la sécurité de la Suisse
Art. 275 Atteinte à l’ordre constitutionnel par sociétés secrètes
Art. 275ter Groupements illicites, sociétés secrètes
Art. 286 Opposition aux actes de l’autorité
Art. 287 Usurpation de fonctions, fausse cartes de visite et d’identité
Art. 289 Soustraction d’objets mis sous main de l’Autorité
Art. 305 Entrave à l’action pénale par sociétés secrètes
Art. 305bis Blanchiment d’argent
Art. 305 Défaut de vigilance en matière d’opérations financières
Art. 312 Abus d’autorité
Art. 313 Concussion
Art. 314 Gestion déloyale des intérêts publics
Art. 322ter Corruption active d’agents publics suisses
Art. 322quater Idem – corruption passive
Art. 322quinquies Octroi d’un avantage
Art. 322sexies Acceptation d’un avantage
Art. 322septies Corruption active d’agents publics étrangers
Art. 340bis Crime organisé, financement du terrorisme économique et criminalité économique.

et toutes les conventions d'extradition nécessaires pour faire extrader les criminels découverts du faits des crimes y afférents, ainsi que Ordonnance du DFE sur les travaux dangereux pour les jeunes,

Au moment où approche  la date de la diffusion des vaccins Novartis,  Baxter’s A/H1N1  et alii contre le virus de la pandémie grippe A, voici que le plus grand crime de l’histoire de l’humanité est en cours. Nous intentons une action judiciaire contre X et contre notamment l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), les Nations Unies (Onu), et contre plusieurs hauts responsables du gouvernement et des entreprises pour bioterrorisme et pour tentative de meurtre de masse contre les entreprises Novartis, Baxter AG et Avir Green Hills Biotechnology de l’Autriche pour avoir produit un vaccin contaminé contre la Grippe aviaire.
Il est intéressant de voir que la pluapart des protagonistes de ces vilenies sont sous la coupe des francs-maçons, des Bilderbergs et des illuminati.

Synthèse des revendications ;

Ces actes de bioterrorisme ont pour but de commettre un génocide de masse contre la population en utilisant en première phase un virus, récupéré sur un cadavre congelé mort de la grippe espagnole qui avait fait des millions de morts et  génétiquement modifié qui provoque maintenant la pandémie de la grippe A avec pour intention de provoquer la mort. Ce groupe a infiltré les bureaux des hauts responsables des gouvernements.

Les chefs d’accusation sont portés, entre autres,  à l’encontre notamment des personnalités suivantes: M. Henry Kissinger, le Prince Philippe, Donald Rumsfeld, l'ancien Secrétaire de la Défense des USA, Barack Obama, Président des Etats-Unis, David Nabaro, coordonateur du système des Nations Unies pour la lutte contre la grippe, Margaret Chan, Directrice Générale de l’OMS, Kathleen Sibelius, Secrétaire du Département de la Santé et du Personnel, Janet Napolitano, Secrétaire à la sécurité intérieure, David de Rotschild, banquier, David Rockefeller, banquier, George Soros, banquier, Werner Faymann, chancelier de l’Autriche, Alois Stoger, ministre autrichien de la santé, Daniel Vasella, patron de Novartis, Pascal Couchepin, avocat et tous les membres solidairement responsable du gouvernement de Nicolas Sarkozy. Elles font partie de ce syndicat international des criminels d’entreprise qui a mis au point, produit, accumulé et utilisé des armes biologiques afin d’anéantir la population des Etats-Unis et celle d’autres pays avec pour objectif d’obtenir des retombées politiques et financières en milliards de dollars.

Ces chefs d’accusation soutiennent que les accusés ont ourdi une conspiration les uns avec les autres et avec d’autres personnalités pour concevoir, financer et participer à la phase finale de la mise en œuvre d’un programme secret de fabrication des armes biologiques impliquant des firmes pharmaceutiques, telles que Sanofi, Baxter et Novartis. Ils y sont parvenus en  mettant au point par des techniques biologiques et diffusant des agents biologiques mortels, en particulier, le virus de la « grippe aviaire et porcine » afin de s’en servir comme prétexte pour mettre en œuvre un programme de vaccination forcé. Ce dernier donnerait l’occasion d’administrer un agent biologique pour provoquer la mort et des dommages aux peuples des Etats-Unis et du Monde. Cet acte constitue une violation directe  de la Loi anti-terroriste sur les Armes Biologiques.

Les Charges réunies notamment par Mlle Burgermeister, que nous reprennons aussi vu leur actualité et leur pertinence, contiennent des preuves que Baxter AG, une filiale autrichienne de Baxter International, a délibérément transmis à 16 laboratoires de quatre pays 72 kilos de virus de la grippe aviaire dont la fourniture a été faite par l’OMS au printemps 2009. Elle soutient que ces preuves constituent une claire indication que les firmes pharmaceutiques et les agences internationales du gouvernement, elles-mêmes, sont activement impliquées dans la production, la mise au point, la fabrication et la distribution des substances biologiques considérées comme les armes biologiques les plus mortelles sur terre, afin de déclencher une pandémie et de provoquer le meurtre de masse.

Dans les charges qu’elle a présentées en avril, elle a fait remarquer que le laboratoire de Baxter en Autriche, l’un des laboratoires de biosécurité, supposés êtres les plus sûrs au monde, n’a pas pris les précautions les plus essentielles et les plus élémentaires pour sécuriser 72 kilos d’un agent pathogène classé comme arme biologique, et pour le séparer de toutes les autres substances conformément à la réglementation stricte du niveau de biosécurité. Au contraire, elle l’a mélangé avec le virus ordinaire de la grippe humaine et expédié à partir de ses installations de Orth dans le Danube.

En février, lorsqu’un employé de Bio Test en République Tchèque a testé le matériel  considéré comme candidats vaccins sur les furets, ces derniers en sont morts. L’OMS, l’U.E. ou les autorités sanitaires autrichiennes n’ont organisé aucune enquête à la suite de cet incident. Aucune enquête n’a été réalisée pour connaître le contenu du matériel génétique du virus et on ne dispose d’aucune séquence génétique du virus libéré.

En réponse aux  questions parlementaires le 20 mai, le ministre autrichien de la santé, Alois Stoger, a révélé que cet incident avait été traité non pas comme une défaillance en matière de biosécurité, mais comme une infraction commise vis-à-vis du code vétérinaire. Un vétérinaire fut envoyé au laboratoire pour réaliser une brève inspection.

Le dossier présenté par Burgermeister révèle que la diffusion du virus devait constituer une étape importante dans le projet de provoquer une pandémie qui serait l’occasion pour l’OMS de relever son niveau d’alerte à 6. Elle dresse une liste de lois et décrets qui permettre à l’Onu et à l’OMS de suppléer les Etats-Unis au cas où la pandémie se déclare. En outre, la législation imposant la mise en place d’un programme de vaccinations obligatoires serait appliquée aux Etats-Unis sous réserve de la déclaration de la pandémie.

Elle porte l’accusation selon laquelle tout le problème de la pandémie de la “grippe porcine” repose sur un tas de mensonges disant qu’il n’existe aucun virus naturel qui soit une menace pour les populations. Les accusations de la journaliste comporte des preuves qui montrent que les virus de la « grippe aviaire » et de la « grippe porcine » ont, en réalité, été mis au point, dans les laboratoires, par des techniques biologiques grâce aux financements accordés par  l’OMS et, entre autres, par d’autres agences gouvernementales. La “grippe porcine” est une maladie hybride. Elle est formée des éléments de la grippe porcine,  de la grippe humaine et de la grippe aviaire. Ainsi composée, c’est quelque chose qui vient forcément des laboratoires, selon la plupart des experts.

Les appels lancés  par l’OMS pour attirer l’attention sur la progression de la « grippe porcine » et souligner la nécessité de déclarer une pandémie ne prennent pas en considération les causes fondamentales de cette épidémie.  Les virus diffusés ont été créés et répandus avec l’aide de l’OMS. De ce fait, cette organisation porte d’abord une large part de responsabilité en ce qui concerne la pandémie. Par ailleurs, les symptômes de la prétendue « grippe porcine » ne peuvent être distingués de ceux de la grippe ordinaire ou du simple rhume. La “grippe porcine” ne provoque pas plus la mort que ne le fait la grippe ordinaire.

Burgermeister souligne que le nombre de cas mortels attribués à la « grippe porcine » est contradictoire et que l’on n’a aucune idée sur la manière dont le nombre de « victimes » a été recueilli.

Il n’existe pas de risque de pandémie à moins qu’une campagne de vaccination de masse soit organisée pour faire de la grippe une arme  sous le prétexte de protéger la population. Il existe des motifs légitimes pour croire que les vaccins obligatoires seront à dessein porteurs de maladies particulièrement mortelles.

Elle cite le cas d’un vaccin agréé produit par Novartis et destiné à lutter contre la grippe aviaire. C’est un vaccin qui a causé la mort de 21 personnes sans abri en Pologne au cours de l’été 2008. Le « critère d’évaluation primaire » en était un « taux d’effets indésirables ». Ainsi, ce critère répondait à la définition d’une arme biologique qui est justement celle du gouvernement des Etats-Unis (une substance biologique conçue pour provoquer un taux d’effets secondaires, par exemple, la mort ou la blessure) disposant d’un mode d’administration (injection)

Elle affirme que le même groupe international d’entreprises pharmaceutiques et d’agences internationales du gouvernement qui a mis au point et diffusé le matériel de la pandémie  se sont positionnés  pour tirer profit de la situation de pandémie ainsi créée en remportant des contrats de fourniture de vaccins. Le groupe qui a mis sur pied le plan de la “grippe porcine” contrôle des medias, et ceux-ci se chargent de la désinformation dont le but est d’endormir le peuple des Etats-Unis afin qu’il accepte ce dangereux vaccin.

Le peuple des Etats-Unis sera victime de souffrances considérables et de dommages irréparables s’il est contraint d’accepter ce vaccin dont l’efficacité n’est pas prouvée, s’il le prend sans son consentement, conformément au Model State Emergency Health Powers Act, National Emergency Act, National Security Presidential Directive/NSPD 51, Homeland Security Presidential Directive/HSPD-20 et à l’International Partnership on Avian and Pandemic Influenza.

Depuis 2008, aux Etats-Unis, Burgermeister explique que ceux, dont les noms apparaissent dans son dossier d’accusation, ont mis en application de nouvelles lois et/ou accéléré la mise en œuvre une législation conçue pour priver les citoyens des Etats-Unis de leurs droits constitutionnels légitimes de refuser cette injection. Ils ont ainsi apporté ou maintenu des dispositions qui font en sorte que le refus de se faire vacciner contre les virus de la pandémie deviennent un délit. Ils ont, en outre, imposé des amendes excessives et cruelles, telles que la peine d’emprisonnement et/ou la mise en quarantaine dans les Camps d’internement FEMA. Parallèlement, ils empêchent aux citoyens des  Etats-Unis de réclamer des dommages suite aux blessures et à la mort causées par la vaccination forcée.   Ces mesures constituent une violation des lois fédérales contre la corruption et l’abus de pouvoir et de la Constitution et de la Déclaration des droits. En prenant ces actions, les accuses dont les noms sont cités posent les  bases d’un génocide de masse.

Se servant de la “grippe porcine” comme prétexte, les accusés ont planifié, au préalable, le meurtre de masse des populations des Etats-Unis au moyen de la vaccination forcée. Ils ont mis en place un vaste réseau de camps de concentration FEMA et identifié des sites devant servir de charniers. En plus, ils sont impliqués dans la conception et l’exécution de plans pour qu’aux Etats-Unis, le pouvoir soit confié à un syndicat international de crime organisé, en violation des lois qui prévoient et réprime la haute trahison.

Selon les accusations de Burgermeister, le groupe de firmes pharmaceutiques comprenant Baxter, Novartis et Sanofi Aventis font partie d’un programme de fabrication des armes biologiques à double but conçu à l’étranger. Le financement de ce programme, conçu pour concrétiser les tueries de masse, est assuré par le syndicat international des criminels. L’objectif dudit programme est de réduire la population mondiale de plus de 5 milliards de personnes dans les dix prochaines années. Leur projet de répandre la terreur pour justifier le fait de contraindre les hommes à renoncer à leurs droits et de mettre en quarantaine de nombreuses personnes dans les camps de concentrations de la FEMA. Les habitations, les entreprises et les propriétés des victimes seront libres et à la portée de ce syndicat.

L’élimination de la population d’Amérique du Nord permettra à cette élite internationale d’avoir accès aux ressources naturelles de ces régions, à savoir l’eau et les zones pétrolifères non exploitées. Par ailleurs, l’élimination des Etats-Unis et la suppression de sa constitution démocratique assureront au groupe de crime international le contrôle total de l’Amérique du Nord.

L´OMS a refusé de publier le Procès-verbal d´une importante réunion du groupe consultatif sur le vaccin. Ce groupe, plein de cadres des entreprises Baxter, Novartis et Sanofi, a formulé des recommandations allant dans le sens d´une vaccination forcée contre le virus artificiel H1N1 de la « grippe porcine », aux Etats-Unis, en Europe et dans d´autres pays cet automne. Dans un message électronique, un porte-parole de l´OMS a affirmé que le procès-verbal de cette réunion, qui s´est tenue le 7 juillet, n´était pas disponible. Au cours de celle-ci, des recommandations relatives à la nécessité d´organiser des campagnes de vaccinations dans le monde entier ont été formulée. Ont pris part à cette réunion, les cadres de Baxter et d´autres groupes Pharmaceutiques. En vertu du Règlement Sanitaire International, les recommandations de l´OMS ont un caractère obligatoire pour tous les 194 pays signataires de la charte de l´OMS en cas d´urgence pandémique, comme celle qui est annoncée cet automne lors de la deuxième vague mortelle du virus H1N1, créé de manière à ressembler la grippe espagnole. En bref : L´OMS a le pouvoir de forcer chaque citoyen des 194 pays membres à prendre le vaccin cet automne, d´imposer la mise en quarantaine et des restrictions de voyage. Il existe des preuves vérifiables, claires et sans équivoques qui montrent que l´OMS a fourni, à la filiale de Baxter en Autriche, le virus vivant de la grippe aviaire que cette entreprise a utilisé pour fabriquer 72 kilos du matériel du vaccin en février. Par la suite, Baxter a envoyé, à 16 laboratoires de quatre pays, ce matériel, sous une fausse étiquette désignant le produit contaminé comme étant le matériel du vaccin. C´est ainsi que cette société a déclenché la pandémie. Puisque Baxter est tenu de respecter les règlements stricts du niveau 3 de la biosécurité, lorsqu´elle manipule des virus dangereux tels que le virus de la grippe aviaire, on ne peut pas dire que la production et la distribution d´une quantité importante de matériel de la pandémie ait été un simple accident. Baxter l´a probablement fait avec une intention criminelle. La police autrichienne mène actuellement une enquête suite à la plainte que j´ai déposée en avril. Il est de plus en plus évident que l´OMS et Baxter ne sont des éléments d´une organisation criminelle plus importante qui contribue d´une manière synchronisée et coordonnée à la mise en œuvre du programme, élaboré par « l´élite », de réduction de la population mondiale dans les mois et années à venir, tout en mettant en place un gouvernement mondial dont l´OMS n’en est quun organe. L´OMS, agence de l´ONU, semble jouer un rôle important dans la coordination des activités des laboratoires, des entreprises de production de vaccins et des gouvernements afin de réaliser l´objectif de réduction de la population et de la prise en main du pouvoir politique et économique en Europe et en Amérique du Nord: -Tout d´abord, c´est l´OMS qui finance, appuie et couvre les laboratoires tels que le CDC (Center Disease Control) dans leurs activités de bioprospection des agents pathogènes, de leur manipulation pour les rendre plus mortels. C´est aussi cette organisation qui leur attribue les brevets. – Ensuite l´OMS distribue ces mêmes germes pathogènes créés en laboratoire aux sociétés telles que Baxter en Autriche, afin que celle-ci les utilise délibérément et systématiquement pour contaminer le matériel du vaccin. Si la contamination des 72 kilos n´avait pas été détectée à temps par un technicien de laboratoire en République Tchèque, des millions de personnes auraient été infectées par le virus de la « grippe aviaire » rien qu’en se faisant injecter. -En troisième lieu, en cas de pandémie, l´OMS ordonne une campagne de vaccination obligatoire pour tous les 194 pays membres, conformément aux recommandations formulées par un groupe consultatif sur le vaccin de Baxter. -En quatrième lieu, l´OMS signe avec Baxter, Novartis et d´autres entreprises des contrats lucratifs pour la fourniture de ces vaccins. En outre, l´OMS acquiert une nouvelle autorité à l´échelle internationale en cas de pandémie. En vertu des plans particuliers de lutte contre la pandémie appliqués partout dans le monde en 2005, y compris aux Etats-Unis, les gouvernements nationaux perdent leur autorité en cas d´urgence pandémique. Ils sont remplacés par des comités de crises qui prennent en charge la santé et les infrastructures sécuritaires du pays. Ils sont responsables devant l´OMS et l´U.E. en Europe et devant l´OMS et les Nations Unies en Amérique du Nord. En cas de mise en oeuvre du Model Emergency Health Powers Act sur instructions du WHI, le refus par les Américains de se faire vacciner constitue une infraction pénale. La police est autorisée à utiliser la violence contre les suspects « criminels ». En contrôlant ces comités spéciaux de crise qui ont le pouvoir de faire appliquer la législation à mettre en place dans chaque pays, l´OMS, l´U.E. et les Nations Unies deviennent de facto « le gouvernement » dans une grande partie du monde. Les meurtres de masse et la mort entraîneront également un effondrement économique, des bouleversements, la famine et des guerres : la conjugaison de tous ces événements débouchera sur la réduction de la population. En définitive : l´OMS contribue à la création, à la distribution et la diffusion du virus de la pandémie mortelle. Et cette pandémie permet à l´OMS de prendre le contrôle des gouvernements en Amérique du Nord et en Europe, et aussi d´ordonner des campagnes de vaccination obligatoire effectuées par les mêmes entreprises qui ont distribué et propagé le virus, sous le prétexte de protéger les populations contre une pandémie qu´elles ont crée. Les principaux medias, propriété de ce même groupe « d´élite », qui finance l´OMS, dissimulent systématiquement au public la nature du réel danger que constitue ces vaccins contre le virus H1N1, en ne communiquant par les informations stratégiques relatives aux activités étroitement liées que mène ce groupe d´organisation pour leur profit mutuel. En conséquence, la plupart des personnes continuent de croire que le virus H1N1 est celui d´une grippe porcine naturelle, même lorsque l´OMS a officiellement abandonné le terme « porcine », une manière de reconnaître son origine artificielle. La plupart des personnes continuent de croire que les entreprises peuvent trouver un traitement quand, au contraire, celles-ci préparent une série mortelle de vaccins contenant des virus vivant atténués, des métaux toxiques et d´autres poisons. Les vaccins H1N1 à deux doses sont conçues pour neutraliser le système immunitaire et le charger d´un virus vivant dans un processus qui reflète celui qui est décrit, en 1972, dans deux notes publiées par l´OMS contenant la description des moyens techniques qui permettent de transformer les vaccins en tueurs. Le Mémorandum Strecker révèle également que l´OMS recherche activement les moyens d´affaiblir le système immunitaire de l´organisme. La meilleure protection contre le virus H1N1 qui a déjà été diffusé et qui deviendra inévitablement plus mortel en subissant des mutations, en automne, consiste à prendre de l´argent colloïdal et également des vitamines pour renforcer le système immunitaire, à porter des masques et d´autres mesures de cette nature. Pourtant, aucun gouvernement en Amérique du Nord ou en Europe n´a constitué des provisions d’argent colloïdal ou annoncé des mesures judicieuses de protection de la santé afin de contenir la prochaine vague mortelle. Au contraire, des signes de plus en plus visibles montrent qu´ils vont recourir à la panique pour terrifier les populations et les contraindre à accepter ces vaccins toxiques qui laisseront certainement des dommages ou des blessures en raison de la presence des seuls métaux lourds. Cette vaccination de masse permettra en plus l´apparition d´autres souches et servira de couverture pour la diffusion de la grippe aviaire ou d´autres agents pathogènes. C´est pourquoi, il faut prendre des mesures maintenant pour empêcher le déroulement des campagnes de vaccination prévues en automne. Ces mesures consistent à engager une action en justice pour bloquer la distribution en masse des vaccins et/ou des lois permettent aux gouvernements de forcer les populations à se faire vacciner. Il faut ouvrir, dans chaque pays, une enquête contre le syndicat international des sociétés de crime, puisqu´il possède des démembrements dans tous les pays. Et pour essayer de le faire aux Etats-Unis, j´ai porté plainte en juin contre l´OMS et les Nations Unies, entre autres accusés. J´ai inclus le président Obama parmi les accusés parce que je crois que le temps est venu d´identifier et d´isoler les membres reconnus de ce syndicat international des entreprises criminel, qui s´est emparé des grands postes du gouvernement aux Etats-Unis et de les jeter une fois pour toute en prison. Or certaines informations indiquent que le président Obama a des liens financiers directs avec Baxter; il faut que la police ouvre une enquête sur cette question. Il existe des preuves qui montrent que le ministre autrichien de la santé et d´autres responsables aide Baxter à effacer les traces de ses actions. De même, il existe des preuves tangibles indiquant que certains éléments des media autrichiens sont impliqués dans la diffusion des mensonges et dans la désinformation dont le but est d´endormir les citoyens en leur faisant croire qu´ils sont en sécurité, s´agissant de la production et de la distribution par Baxter du matériel pandémique en Autriche.

Reproduction autorisée de  www.SpreadTheTruth.fr

Curieusement, un an avant que le premier cas de la prétendue grippe porcine ne soit décelé, la plus grande firme pharmaceutique Baxter, a déposé un brevet pour un vaccin contre le H1N1 : Brevet US 2009/0060950 A1 qui stipule « la composition ou vaccin composé de plus d'un antigène … comme la grippe A et B en particulier prélevé sur un ou plus des types humains de H1N1, H2N2, H3N2, H5N1, H7N7, H1N2, H9N2, H7N2, H7N3, H10N7, de grippe porcine H1N1, H1N2, H3N1 and H3N2 sous-type, de la grippe du chien ou du cheval H7N7, H3N8 sous-type ou de la grippe aviaire H5N1, H7N2, H1N7, H7N3, H13N6, H5N9, H11N6, H3N8, H9N2, H5N2, H4N8, H10N7, H2N2, H8N4, H14N5, H6N5, H12N5 sous-type." Nous avons donc au moins des "vaccins" dangereux et mal testés H1N1 et  H2N2, H3N2, H5N1, H7N7, H1N2, H9N2, H7N2, H7N3, H10N7, de grippe porcine H1N1, H1N2, H3N1 and H3N2 sous-type, de la grippe du chien ou du cheval H7N7, H3N8 sous-type ou de la grippe aviaire H5N1, H7N2, H1N7, H7N3, H13N6, H5N9, H11N6, H3N8, H9N2, H5N2, H4N8, H10N7, H2N2, H8N4, H14N5, H6N5, H12N5 sous-type ainsi que d’autres substances dangereuses, par exemple du mercure, de l'aluminium, de la mort aux rats, des dioxines et des nano particules."
La demande de brevet précise : « des adjuvants appropriés peuvent être choisis à partir de gels minéraux, d'hydroxyde d'aluminium, d'agents de surface, de lysolecithin, de pluronic polyols, de polyanions, ou d'émulsions d'eau et d'huile. Bien sûr la sélection de l'adjuvant dépend de l'utilisation. Par exemple la toxicité dépend de l'organisme auquel le produit est destiné et peut varier d'une toxicité nulle à une toxicité élevée. » En l'absence de toute responsabilité juridique se pourrait-il que Baxter se prépare à vendre des millions de doses de vaccins contenant un adjuvant hautement toxique tel que l'hydroxyde d'aluminium ? Il serait peut-être temps de demander à tous les responsables de l'OMS, du SAGE, du CDC et des membres de l'Administration Obama, d'être les premiers à se faire inoculer la dose entière de vaccin H1N1 qui sera distribuée au public. Nous devrions ajouter à la liste des premiers vaccinés, tous les membres du Congrès qui ont voté l'allocation d'urgence de 7 milliards de dollars et qui ont entériné l'immunité accordée aux firmes pharmaceutiques dans l'éventualités de procès. La population n'a pas à servir de cobaye pour les essais d'un nouveau vaccin. Nous pourrons observer les résultats. Le même principe doit s'appliquer à tous les gouvernements et organismes de santé qui demandent à leurs citoyens d'expérimenter les vaccins H1N1 de notamment Novartis, Sanofi, GlaxoSmithKline ou de Baxter, afin de vérifier leur innocuité.
Par quel hasard le président Sarkozy a-t-il eu l’intuition d’aller signer un contrat  d’investissement d’un montant de 100 millions d’euros, le 9 mars 2009, pour la construction d’une usine de fabrication de vaccins contre la grippe ? Et devinez où ! Au Mexique, là où justement, le foyer de la pandémie a pris naissance !
 
Pourquoi  aucun média et aucun expert scientifique ne rappellent que la grippe  ordinaire tue chaque année entre 250.000 et 500.000 personnes, soit plus de 1.000 morts par jour (ce sont les chiffres officiels de l’Organisation Mondiale de la Santé) ?  

Et l'OMS cessa de surveiller le H1N1

Un autre élément indique, qu'avec ce scénario alarmiste de l'OMS, on nous prend pour des imbéciles. L'OMS elle même, l'organisation mondiale chargée de surveiller les foyers de ce que l'on nomme pandémies, voire même « pandémies mondiale » ( sic ) vient juste de décider d'arrêter le suivi de l'évolution de la grippe porcine ( ou de virus H1N1 comme on préfère l'appeler maintenant afin de ne pas froisser les producteur de porcs) Dans une note d'information, déroutante, postée sur son site web, l'Organisation Mondiale de la Santé indique qu'il n'est plus nécessaire de recenser les cas de H1N1. La dernière mise à jour de l'OMS, en date du 6 juillet, indique 94 512 cas confirmés dans 122 pays, dont 429 décès. Apparemment l'OMS affirme que le nombre de cas confirmés en laboratoire est insignifiant. La note précise que les pays continueront à notifier les premiers cas confirmés. il est également indiqué que les pays doivent suivre les groupes de cas graves ou mortels qui peuvent indiquer une mutation du virus vers une forme létale. Il est dit qu'il faut « être vigilant » en cas d'augmentation d'absentéisme scolaire ou d'augmentation du nombre de consultation dans les services d'urgences.

Le droit suisse interdit la fabrication d'embryons surnuméraires. Chaque cellule souche embryonnaire est en fait un embryon surnuméraire. Le Conseil fédéral avait demandé un moratoire sur ce sujet. Or, des milliers d'embryons humains ont été créés notamment par Novartis et seront supprimés obligatoirement en étant injectés sous forme de vaccins pour une forme abjecte de torture "scientifique". Nous préférerions qu'ils soient adoptés comme le demande l'initiative fédérale "flocons de neige".

Pour le surplus, jura novit curia et Summus ius, summa injuria.

Il y a fréquemment des injustices consistant à chercher chicane aux gens et à interpréter subtilement le droit. De là, cette maxime devenue proverbe : "summum ius, summa injuria". Beaucoup d'actes immoraux de cette sorte se commettent au nom de l'intérêt cupide et malsain : on cite un chef d'armée qui, après être convenu avec l'ennemi d'une trêve de trente jours, ravageait de nuit son territoire parce que, disait-il, le pacte conclu s'appliquait aux jours, non aux nuits.

Je m'adresse à vous en tant que détenteur d'une autorité publique et vous prie de prendre note de tous les faits. J'attire votre attention sur le fait que je ne suis pas avocat et que si la teneur de cette demande n'est pas conforme aux procédures judiciaires, il y a lieu de tenir compte de la jurisprudence suisse en la matière :

Le destinataire d'un acte doit interpréter la portée de celui-ci d'après le sens qu'il «pouvait raisonnablement lui attribuer en le considérant comme réellement voulu, sur la base de l'attitude antérieure du déclarant et des circonstances qu'il connaissait au moment où la déclaration lui a été faite (ATF 94 II101, pp. 104-105, JT 1969 I 27, P. 28, cité par Engel, Traité des obligations en droit suisse 2è éd. 1997, pp. 238-239). Une déclaration adressée à une autorité doit être comprise selon le sens que, de bonne foi, son destinataire doit lui prêter (ATF 102 Ia 92, c.2, rés. In JT 1978 I 30).

L'administration étant davantage versée dans les matières qu'elle doit habituellement traiter, du moins formellement, on peut attendre de sa part une diligence accrue dans l'examen des actes qui lui sont soumis, …afin de leur donner un sens raisonnable, sans avoir à s'en tenir aux expressions inexactes utilisées (Egli, la protection de la bonne foi dans le procès, en Juridiction constitutionnelle et Juridiction administrative, Recueil des travaux publiés sous l'égide de la Première cour de droit public du Tribunal fédéral suisse, pp. 225ss, spéc. Pp. 236-237 et les exemples cités).  De plus et selon la même logique, si le destinataire de cette plainte ne répond pas aux formes de procédures, vous voudrez bien le faire suivre d'office à l'instance compétente. Il en est de même de l'application des articles ci-dessous :

Enfin, il se réfère à la pratique constante du Tribunal fédéral en la matière, selon laquelle de tels textes sont à interpréter conformément aux intentions du recourant, vu que vous est censé mieux connaître le droit qu'un citoyen de bonne foi.

J'attire votre attention sur le fait que la bonne foi de la partie adverse est absente vu leur cupidité maladive.

Je demande aussi que toutes les pièces déjà détenues par la justice pour chaque affaire citée fassent partie de cette procédure, même oar procédure d’entraide pénale internationale.

L’actualité me fait penser que nous sommes tous les victimes du même type d’ entente secrète que ci-dessous :

Sicile : des francs-maçons aidaient la mafia à retarder des procès (procureur).

ROME, (AFP) – Huit personnes, dont plusieurs francs-maçons, ont été arrêtées mardi en Italie pour avoir aidé des chefs de la mafia à retarder leur procès, a annoncé le procureur de la République de Palerme au cours d'une conférence de presse à Rome.

Plusieurs francs-maçons ont utilisé leurs réseaux pour aider, moyennant finance, des chefs mafieux de Trapani (ouest de la Sicile) et d'Agrigente (sud) à retarder leur procès jusqu'à ce que les faits soient prescrits, a expliqué le procureur Francesco Messineo.

"Il s'agissait d'un réseau très complexe qui interférait dans des procès pénaux grâce à des contacts bien placés", a-t-il commenté.

"Ils allaient jusqu'à trafiquer le calendrier des audiences", a précisé le procureur adjoint Roberto Scarpinato.

Un certain Rodolfo Grancini, 68 ans, sans profession mais décrit par le procureur comme "un intrigant" disposant d'un cercle d'amitiés haut placées était le pivot du système de corruption.

Outre les francs-maçons, dont le nombre n'a pas été précisé, une policière de la Direction anticriminalité du ministère de l'Intérieur, un employé du greffe de la Cour de cassation, plusieurs chefs d'entreprise et un gynécologue de Palerme, déjà condamné pour violences sexuelles sur une mineure, figurent parmi les personnes interpellées.

Elles sont accusées d'association mafieuse, de corruption, de détournement d'argent public, d'accès illégal au système informatique de la justice et de violation du secret de l'instruction.

Un prêtre jésuite, résidant à Rome et lié à l'un des entrepreneurs arrêtés mardi, s'est également vu notifier son inculpation, selon l'agence Ansa. Son logement et son bureau ont été perquisitionnés.

Le grand maître de la Grande Loge sérénissime "Unité de l'Italia", Stefano De Carolis, est également poursuivi dans cette affaire, selon la même source.

L'enquête baptisée "Hiram" avait été lancée en 2006 à la suite d'écoutes téléphoniques effectuées dans le cadre d'une autre affaire concernant la mafia. Elle s'était concentrée sur les familles mafieuses de Mazara del Vallo et de Castelvetrano, dans la région de Trapani, "terre de mafia et de franc-maçonnerie", selon le procureur.

Compte tenu de la gravité des faits commis en Suisse  par des individus « initiés » investis de fonctions publiques, il y a lieu de procéder à une enquête urgente afin de mettre à jour leurs agissements en bande et pour les empêcher de continuer de nuire à l’intérêt public.
C’est par suite de leur participation à une organisation du Crime et pour couvrir leurs actes abjects que je me trouve actuellement en faillite, ce qui conduit à un retard considérable dans la résolution de mes intérêts personnels.

Telles sont les raisons pour lesquelles je me porte Partie Civile contre MM.    , mais aussi contre les États de Berne et de la Suisse, si des mesures ne sont pas prises immédiatement pour arrêter ces Criminels.

Pourtant, là les responsables n’ont jamais été inquiétés depuis des années… Qui donc les soutient et a un intérêt direct à ce que cela ne change pas ? Doit-on y voire la main mise de la franc-maçonnerie ? Une chose est sûre, c’est que ceux qui trinquent sont les contribuables et les justiciables.

Il est intéressant d’observer  par exemple la structure du Tribunal Cantonal vaudois ou de celui de la haute cour de Jérusalem. Tout est dédié à la gloire de cette secte secrète qui est la Franc-maçonnerie : Dès l’entrée extérieure, les initiés y voient leurs symboles, deux fois trois colonnes avec des triangles et les trois points sur les colonnes. Trois coins, 3 points… la démocratie et la justice sont impossibles avec des sociétés secrètes dont les vrais chefs et les buts sont occultes. La croix chrétienne y est méprisée dans l’architecture La Belgique nous en a montré l’exemple dans l’affaire du pédophile Dutroux et ses 19 « suicides », les centaines de tests ADN écartés par la « justice » ou l’affaire Resende en Suisse …

Nous devons nous unir pour reconstituer la toile tissée par ces sociétés secrètes et en dénoncer pénalement leur corruption, les combines, les collusions et les vols perpétrés entre autres par les systèmes informatiques. C’est pourquoi je lance ici un appel à témoins à tous les Citoyen(ne)s qui pourraient avoir été spectateur d’une irrégularité.

Certains « juges » jugent les yeux fermés et favorisent leurs « frères » secrets et occultes. N’est-ce pas le témoignage d’une justice en crise dans laquelle les « juges » qui la représentent abusent de leur autorité à des fins personnelles en bafouant les Droits constitutionnels ?

Les magistrats francs-maçons sont-ils des délinquants ?

Le Conseil Supérieur de la Magistrature Italien a interdit depuis 1993 aux magistrats d’appartenir à une loge maçonnique. La justice anglaise, quant à elle, oblige ses magistrats francs-maçons à le faire savoir de la façon la plus claire. En Suisse, dans le même temps, juges, experts, fiduciaires, banquiers et avocats francs-maçons continuent chaque jour à protéger leurs “frères”, qu’ils soient plaignants ou accusés.

Nombre de justiciables ayant eu affaire avec la justice ces dernières décennies ont bien souvent été confrontés à la partialité parfois brutale de divers tribunaux, jusqu’au jour où ils ont réalisé que leurs adversaires étant francs-maçons, ceux-ci avaient ainsi bénéficié de protections choquantes et  scandaleuses.

En effet, le serment maçonnique de solidarité fraternelle oblige fortement tous ceux qui le prête à protéger leurs “frères” et ce quelques soient les circonstances.

Les 40% de magistrats indépendants de la franc-maçonnerie commencent à comprendre que c’est leur honneur et leur légitimité de magistrats qui sont désormais en cause. Certains d’entre eux attendent avec impatience que la Suisse s’aligne enfin sur les pratiques européennes et accepte de séparer formellement la justice et la franc-maçonnerie. La justice est, chaque jour, en complète contradiction avec le droit européen, notamment l’article 6 de la Convention Européenne des Droits de l’Homme. Cet article 6 de la Convention accorde à tout citoyen d’un pays signataire le droit à “un procès équitable rendu par un tribunal impartial”.Or, dans l’état actuel du fonctionnement de la justice et compte tenu de l’utilisation abusive de ses institutions par les réseaux maçonniques, dès l’instant où un justiciable franc-maçon se présente devant un tribunal, il devient strictement impossible de considérer le tribunal comme impartial. En effet, aucun citoyen ordinaire ne peut savoir, compte tenu du caractère occulte de la franc-maçonnerie, quel magistrat en fait ou non partie. Mais comme, par ailleurs – tous les experts s’accordent sur ce point – environ 60% de la magistrature fait partie de la franc-maçonnerie, il devient alors hautement probable que face à n’importe quel tribunal, tout citoyen plaignant ou accusé se trouve face à au moins un magistrat franc-maçon : si la partie adverse est effectivement membre de la franc-maçonnerie, alors, adieu l’impartialité du tribunal, au sens du droit européen et bienvenue au délit d’entrave à l’exécution de la justice.

Par la présente, j´incite toute personne concernée par de tels actes à élever la voix dans les tribunaux ( sans violences ni menaces ) contre les magistrats qui protègeraient de tels actes en refusant de les considérer comme des faux car ils se rendraient ainsi complices de tels actes.

Ils vont jusqu'à tricher les résultats des élections et des votations, nous en avons les preuves.

Tony Blair a exigé et obtenu la publication publique des listes des membres de ces loges, afin de lutter contre les collusions.
En Italie, la loi interdit aux magistrats d’en être. Il est facile aux renseignements généraux de noyauter de telles organisations secrètes.

Tous ces éléments font état d’une violation grave de mes Droits Constitutionnels
et selon la CEDH (Convention Européenne des Droits de l’Homme, et l’acharnement de
pseudo « juristes », mais réels Criminels, qui détournent des patrimoines et se permettent ensuite de faire « juger » le Justiciable qui dénonce les faits et fait valoir ses Droits, relève d’abus de pouvoir d’une Dictature sournoise, mais en aucun cas d’un État de Droit.

La question est en fait très simple : Jugement ou le juge ment ?

La "justice" ne s'attaque plus à la corruption, mais à ceux qui dénoncent la corruption

Nous nous tenons volontiers à votre disposition pour que vous puissiez consulter et lire tous les dossiers et jugements.

Dans l'attente de vos déterminations, je vous prie de croire, Monsieur le Juge, en l'expression de ma haute considération

 

Annexes : Faits et pièces à considérer

Copies : Procureurs, Bâtonniers, Conseils d’État, tribunal cantonal de divers cantons, le justiciable, divers mass-media, Prof. Riklin,

Avec mes meilleures salutations.
François de Siebenthal
14, ch. des Roches
CH 1010 Lausanne
Suisse, Switzerland

PS:

Quelques faits:
 
http://www.24heures.ch/vaud/actu/alerte-virus-porcin-train-gare-lausanne-2009-04-27
 
http://wakenews.net/Microsoft_Word__Anzeige_Schweiz.pdf
 
http://fr.wikipedia.org/wiki/Grippe_de_1918

http://www.google.ch/search?hl=fr&q=grippe+espagnole+laboratoire+us&meta=

http://911truth-sherbrooke.org/2009/04/26/h5n1-le-genome-de-la-grippe-espagnole-ressuscite-a-partir-dun-cadavre-congele/

http://www.rense.com/general68/dal.htm

http://portland.indymedia.org/en/2005/10/327804.shtml (Tamiflu est ses actionnaires du Bilderberg US dont Rumsfeld

http://www.youtube.com/watch?v=hRYmofiA6fk (Cercueils de la FEMA, etc.)

http://edition.cnn.com/2009/HEALTH/07/29/CDC.H1N1.vaccine.guidelines/

http://www.forbes.com/feeds/reuters/2009/07/29/2009-07-29T233649Z_01_N29382300_RTRIDST_0_FLU-VACCINE-USA-UPDATE-3.html

http://www.prisonplanet.com/12000-u-s-children-to-be-swine-flu-vaccine-guinea-pigs.html

http://www.prisonplanet.com/canadian-doctor-h1n1-vaccination-a-eugenics-weapon-for-mass-extermination.html

http://www.lewrockwell.com/sardi/sardi114.html

http://www.lemonde.fr/web/depeches/0,14-0,39-39997663@7-37,0.html

 http://www.lenouvelliste.ch/fr/news/valais/300-000-valaisans-a-vacciner_9-154398

http://desiebenthal.blogspot.com/2009/06/vaccins-et-certaines-manipulations.html

Un culot révélateur, l'immunité juridique pour le H1N1.


Le virus de la grippe porcine HIN1 est listé « parmi de nombreux autres » dont extrait de la Demande de Brevet : [0056] « Un vaccin peut être utilisé entre autres comme injection prophylactique contre une maladie liée à un virus. Parmi les intégrations particulièrement préférées, la composition ou vaccin comprend plus d’un antigène, p. ex. 2, 3, 4, 5, 6, 7 ou 8, en particulier de différentes souches de virus, sous-types, ou types tels que la grippe A et la grippe B, sélectionnés en particulier à partir d’un ou plus des sous-types humains de H1NI1, H2N2, H3N2, H7N7, H1N2, H9N2, H7N2, H7N3, H10N7, des sous-types de la grippe porcine H1N1, H1N2, H3N1 et H3N2, des sous-types de la grippe canine ou équine H7N7, H3N8 ou des sous-types aviaires H5N1, H7N2, H1N7, H7N3, H13N6, H5N9, H11N6, H3N8, H9N2, H5N2, H4N8, H10N7, H2N2, H8N4, H14N5, H6N5, H12N5. »
Contenu toxique du vacccin
Adjuvants, nanoparticules, squalène, mercure, aluminium, formaldéhyde, bêta-propiolactone, polysorbate 80… OGM, dont la toxicité a été reconnue par différentes études.

Extraits placentaires d'animaux malades ce qui correspond à l'usage de pratiques eugénistes visant à mélanger l'ADN Humain avec l'ADN animal.

Des plasmides visant à bloquer l'évolution de l'homme.

Support envisagé du vaccin : cristaux liquides pour injection de la puce RFID micronisée réduite à l'état d'un grain de poudre afin d'assurer la traçabilité et le contrôle des populations.

Pour le Pape, c'est une erreur de « considérer l'augmentation de la population comme la cause première du sous-développement ». Le Pape affirme que la sexualité ne saurait se « réduire à un pur fait hédoniste et ludique ». L'on ne peut réguler la sexualité par des « politiques de planification forcée des naissances ». Et d'ajouter que « l'ouverture moralement responsable à la vie est une richesse sociale et économique ». « Les Etats sont appelés à mettre en œuvre des politiques qui promeuvent le caractère central et l'intégrité de la famille » ( Caritas in veritate § 44).

    « Pour fonctionner correctement, l'économie a besoin de l'éthique ; non pas d'une éthique quelconque, mais d'une éthique amie de la personne ». La même centralité de la personne humaine devrait être le principe moteur dans les « interventions en faveur du développement » de la coopération internationale, et dans lesquelles les bénéficiaires devraient toujours être impliqués. « Les Organismes internationaux devraient s'interroger sur l'efficacité réelle de leurs structures bureaucratiques », « souvent trop coûteuses ». Le Pape remarque que, trop souvent, « les pauvres servent de prétexte pour faire subsister des organisations bureaucratiques coûteuses ». D'où son appel à une « pleine transparence » concernant les fonds reçus (§ 45-47).

    Les derniers paragraphes de ce chapitre concernent l'environnement. Pour le croyant, la nature est un don de Dieu, à utiliser de manière responsable. C'est dans ce contexte qu'il faut penser le problème de l'énergie. « L'accaparement des ressources » par certains Etats et groupes de pouvoir constitue « un grave obstacle au développement des pays pauvres ». Il faut donc que la communauté internationale trouve « les voies institutionnelles pour réglementer l'exploitation des ressources non renouvelables ». « Les sociétés technologiquement avancées peuvent et doivent diminuer leur propre consommation énergétique », tout en cherchant à « faire progresser la recherche d'énergies alternatives ».

    Ce qui est requis est « un véritable changement de mentalité », nous amenant « à adopter de nouveaux styles de vie ». Un style qui, jusqu'à présent, dans le monde, « est porté à l'hédonisme et au consumérisme ». L'enjeu décisif est ainsi la « tenue morale de la société dans son ensemble ». Le Pape nous avertit : « Si le droit à la vie et à la mort naturelle n'est pas respecté », « la conscience commune finit par perdre le concept d'écologie humaine et, avec lui, celui d'écologie environnementale » ( Caritas in veritate § 48-52).

    
    La Collaboration de la famille humaine est au cœur du 5ème chapitre, dans lequel Benoît XVI montre que « le développement des peuples dépend surtout de la reconnaissance du fait que nous formons une seule famille ». D'autre part, on peut lire que la religion chrétienne peut contribuer au développement « seulement si Dieu a aussi sa place dans la sphère publique ». Par « la négation du droit de professer publiquement sa religion », la politique devient « opprimante et agressive ». Le Pape nous avertit : « Dans le laïcisme et dans le fondamentalisme, la possibilité d'un dialogue fécond » entre la raison et la foi religieuse s'évanouit. Une rupture qui a « un prix très lourd au regard du développement de l'humanité » ( Caritas in veritate § 53-56).

    Le Pape en vient alors au principe de subsidiarité, qui offre une aide à la personne humaine « à travers l'autonomie des corps intermédiaires ». La subsidiarité « est l'antidote le plus efficace contre toute forme d'assistance paternaliste », particulièrement apte à gouverner la mondialisation et à l'orienter vers un véritable développement humain. Les aides internationales « peuvent parfois maintenir un peuple dans un état de dépendance » ; il faut donc que tous les sujets de la société civile y soient impliqués, et pas seulement les gouvernants. « Trop souvent, les aides n'ont servi qu'à créer des marchés marginaux pour les produits de ces pays » (§ 57-58). Le Pape en appelle aux nations économiquement plus avancées de consacrer « un pourcentage plus important » de leur PIB, en respectant les engagements pris.
John Perkins's classic exposé, Confessions of an Economic Hit Man,
spent over 70 weeks on the New York Times bestseller list and is published in more than 30 languages. His follow-up, The Secret History of the American Empire, provides a plan for creating a sustainable, just, and peaceful world. He is the author of Shapeshifting, The World Is As You Dream It, and other books on indigenous cultures and personal transformation; is a founder and board member of Dream Change and The Pachamama Alliance, nonprofit organizations devoted to establishing a world our children will want to inherit; and has lectured at universities in many countries. Read more http://matchafa.quebecblogue.com/2007/10/01/confessions-of-an-economic-hitman/
http://www.johnperkins.org/

Plainte H1N1 pour la France

Plus sur  http://www.politiquedevie.net/

Accueil du Site Politique de Vie Grenoble, plainte contre X pour tentative d’empoisonnement : mode d’emploi militant pour une action multipolaire de résistance civile aux vaccins-poisons Communiqué militant de : Christian Cotten, Dr Marc Vercoutère, Frédéric Morin, Smaïn Bedrouni, Isabelle Dardare, Christian Basano, Liliane Portehaut, René Bickel. 25 octobre 2009   Les grands médias s’en font l’écho depuis vendredi 23 octobre : Maître Jean-Pierre Joseph a déposé devant le Doyen des Juges d’Instruction du TGI de Grenoble une plainte contre X pour tentative d’administration de substances nuisibles à la santé pouvant entraîner la mort, au nom de 9 habitants de l’Isère, dont une professionnelle de santé et un député. Voir sur Google News : Jean-Pierre Joseph plainte vaccin Grenoble, nombreux articles récens, dont : Le ParisienNovopress.infoElle.frlepost.frL'Alsacefleshandstone.net Nous publions avec la présente le texte de cette plainte, afin qu’elle soit le plus rapidement possible utilisée par des centaines de parties civiles et déposée en nombre dans les tout prochains jours devant les différents Tribunaux de Grande Instance français. Nous appelons donc tous les citoyens libres et souverains qui ont compris les enjeux et les mensonges de la campagne de vaccination qui a commencé dans toute l’Europe – tout en suscitant une résistance civile remarquable – à prendre connaissance de cette plainte et du mode d’emploi que nous vous en proposons, en se regroupant par groupe d’une douzaine de parties civiles à chaque fois pour des dépôts formels dès que possible. Cette plainte a été rédigée par un collectif d’auteurs et va d’ores et déjà être déposée à Nantes, Pau, Évry, Paris… par différents groupes déjà constitués. Le fait qu’elle soit déposée dans le même temps par plusieurs groupes dans le même tribunal est tout à fait souhaitable. Il va être vraiment utile de réussir une opération collective de grande ampleur, un peu technique mais en même temps très simple à mettre en œuvre, aux fins d’exercer une pression suffisante, au travers de l’institution judicaire, pour contraindre les pouvoirs publics à mettre fin à la campagne de vaccination en cours. Nous proposons donc à tous ceux qui veulent agir concrètement pour empêcher la campagne de vaccination antigrippe de se regrouper à une douzaine d’acteurs, de renseigner la plainte telle que fournie ci-dessous avec l’ensemble des coordonnées de chaque personne, de la signer et de la déposer en deux exemplaires au secrétariat du Doyen des Juges d’Instruction du Tribunal de Grande Instance dont dépend votre domicile (ou envoi en Recommandé avec AR, en 2 ex.). Il est important que les parties civiles que vous regroupez habitent toutes dans le ressort du TGI auquel vous allez vous adresser. Le texte de la plainte peut être légèrement modifié, sans être alourdi, en mettant en évidence des motifs plus individualisés par une expérience personnelle récente d’une partie civile. Il est important que ce premier texte reste bref et relativement simple, tel qu’il a été rédigé. Le dossier sera ultérieurement très largement nourri par l’apport de dossiers scientifiques documentés au juge d’instruction lorsqu’il sera nommé. Pour le moment, il est inutile de désigner un avocat (sauf si vous le souhaitez vraiment), une telle plainte peut être déposée sans. Par contre, il sera certainement utile, ultérieurement, de le faire. Nous vous transmettrons les informations utiles le moment venu. Bien entendu, toute association peut aussi se porter partie civile sous réserve d’avoir au moins 5 ans d’existence, au nom de ses membres qui peuvent en même temps être parties civiles individuelles, seule ou avec d’autres associations. En préparant la plainte, chaque partie civile devra faire une déclaration d’élection de domicile. Celle-ci peut être faite sur le nom d’une des parties civiles ou chez un avocat du ressort du TGI dans lequel la plainte sera déposée si vous décidez de désigner dès maintenant un avocat. Frais à prévoir : une plainte avec constitution de partie civile – dans le cas présent, déposée directement auprès du Doyen des Juges d’Instruction sans obligation de saisir auparavant le Procureur de la République car la plainte est faite en matière criminelle – entraîne le versement d’une consignation, qui peut être comprise entre 200 ou 1000 €, selon l’humeur des fonctionnaires. Le regroupement par douze (ou plus) parties civiles devrait permettre de faire face à ces frais (demandés quelques semaines après le dépôt de la plainte). Sauf à ce que les fonctionnaires de l’institution judiciaire tentent de plaider la non-recevabilité de cette plainte, ce qui va tout de même être très difficile pour eux… Enfin, bien que cette opération ne soit en aucune manière une opération commerciale de quiconque, il faut prévoir de couvrir ultérieurement les frais d’avocat(s), dans des proportions qui resteront très raisonnables en fonction des moyens de chacun, vis à vis du ou des avocats que vous désignerez le moment venu, qui vont nous être très utiles dans cette action collective déjà en cours et à laquelle nous vous invitons à vous joindre. Pour participer aux plaintes en cours de dépôt ou nous informer d’un projet local précis (important pour la suite), vous pouvez contacter : Dr Marc Vercoutère : cri-vie@neuf.fr – Tél. : 06 61 55 34 73 – 05 47 41 50 22 – Pau. http://www.cri-vie.com
Maître Jean-Pierre Joseph : jp.joseph-avocat.grenoble@wanadoo.fr– Tél. : 06 09 42 47 77 – Grenoble (38). http://avocats.fr/space/jean-pierre.joseph
Frédéric Morinredaction@morpheus.fr – Tél. : 01 39 72 59 40. – Conflans-Ste-Honorine (78). http://www.morpheus.fr
Isabelle Dardare isabelle.dardare@orange.fr – Tél. : 06 81 60 23 28 – Evry (91).
Christian Cotten : politiquedevie@orange.fr – Tél. : 01 69 20 38 61 – 06 89 52 06 41 – Evry (91). http://www.politiquedevie.net
Liliane Portehaut : lianeporte38@aol.com -Tél. : 04 76 08 44 91 – 06 67 64 17 72 – Grenoble (38).
René Bickel : bickel@wanadoo.fr – Tél. : 03 89 47 83 06 – Ostheim (68). http://www.bickel.fr
Christian Basano : cb2510@gmail.com – Tél. : 06 13 25 37 66 – Carmaux (81). Liste à compléter avec ceux qui vont décider de passer à l'action judiciaire avec nous. Merci de nous informer.
Merci à tous ceux qui prennet l'initiative de déposer une plainte de nous le faire savoir, nous publierons sous peu leur adresse courriel pour aider à des regroupements. Pour ceux qui ne s'engageront pas dans une plainte mais veulent nous soutenir dans notre travail : participation financière de soutien à envoyer au Dr Marc Vercoutère – Association Cri-Vie – 3 bis rue Henri Faisans – 64000 PAU. La plainte déjà déposée à Grenoble et en cours de dépôt à Paris, Évry, Pau, Tarbes, Nantes… : au format Word (modifications possible) et au format pdf pour impression et diffusion. Le présent texte au format Wordau format pdf pour impression et diffusion.

M. ou Mme le Doyen des Juges d’Instruction
près le Tribunal de Grande Instance de :

Plainte avec constitution de partie civile contre X pour :

•    tentative d’administration de substances nuisibles à la santé de nature à entraîner la mort (art. 221-3 et 221-5 du Code Pénal).

•    mise en danger de la personne (art. 223-1 et suivants du Code Pénal).

 
Monsieur ou Madame le Doyen des Juges d’Instruction,

Nous avons l’honneur de vous exposer les faits suivants.

Fin avril début mai 2009,  de nombreux articles de presse faisaient état de l’apparition de la grippe A dite « porcine »  pour laquelle le virus H1N1 était identifié.

Très curieusement, alors qu’il faut en général, lors de l’apparition d’une maladie pouvant devenir une épidémie, plusieurs mois avant que l’on identifie le virus responsable, en quelques jours, les autorités mexicaines annoncent que les premiers malades ont été infectés par le virus H1N1.

Très curieusement également, cette maladie va se propager, non seulement de manière « normale » (malades ayant été en contact avec des personnes de retour du Mexique), mais également d’une manière scientifiquement étrange, puisque des personnes n’ayant jamais été en contact avec des voyageurs venant d’Amérique du Sud l’ont contracté également dans diverses régions de France, à peu près simultanément.

Très curieusement, alors que le recul du temps démontre que cette grippe fait 100 fois moins de victimes que la grippe saisonnière, tout un plan de lutte contre la pandémie et une médiatisation exceptionnelles se sont très vite mis en place, essentiellement en France, 1er pays producteur de vaccins d’Europe. 

C’est lorsque nous avons appris la composition du vaccin mis sur le marché en septembre que nous avons commencé à nous interroger : ce vaccin contient des éléments hautement toxiques et sa mise en circulation aura le même effet que lors de la 1ère épidémie de grippe A/H1N1 aux U.S.A. en 1976, où la campagne de vaccination dut être arrêtée car le vaccin faisait 20 fois plus de morts que la grippe.

Notre inquiétude est née lorsque nous avons pris connaissance de déclarations émanant de personnalités dignes de foi, semblant dire que le virus actuel ressemblerait à celui de 1976, tout en étant un peu différent :

•    Wayden Madsen, journaliste, ancien officier de la marine américaine : « …C’est une forme de virus très inhabituelle qui semble être le résultat de manipulations génétiques. Il contient une forme de grippe aviaire, deux formes de grippes humaines et des formes de grippes porcines… ».

Une telle recombinaison semble irréalisable dans la nature.

•    Le Général Leonid Ivachov, ancien chef de la direction de la coopération militaire internationale du Ministère russe de la Défense, président de l’Académie russe des problèmes géopolitiques déclare sur la chaine Ria Novosti : « Toutes les épidémies actuelles ont été créées dans des laboratoires. »

Cette inquiétude grandissante nous a fait découvrir de nombreux éléments probants nous amenant à la conviction suivant laquelle nous estimons être victimes d’une opération criminelle visant à empoisonner la population pour de sordides raisons de profit.

En effet, cette maladie a été précédée d’un certain nombre de faits qui ne peuvent pas être des coïncidences.

Pour la bonne compréhension de nos explications, il est nécessaire de rappeler que :

•    La grippe dite « porcine » est apparue pour la 1ère fois aux U.S.A dans l’Etat  du New Jersey. Après l’arrêt d’une campagne de vaccination pour les raisons précitées, ce virus a progressivement disparu depuis 1976.
 

•    Ce virus réapparaît soudainement au Mexique en 2009 : il est décelé chez un enfant le 2 avril 2009 dans le village de La Gloria.

•    Le temps nécessaire à ce qu’une personne en contact avec un malade déclare les premiers symptômes varie entre 3 et 8 jours.

•    Donc, au 15 mars 2009, aucun médecin au monde n’avait encore diagnostiqué le moindre cas de grippe A.

Les actes préparatoires

a)    Le 28 Août 2007, le laboratoire Baxter dépose aux U.S.A. une demande de brevet portant sur le vaccin contre le virus H1N1. La demande sera enregistrée un an plus tard, soit le 28 août 2008. Baxter obtient le brevet le 5 mars 2009, sous le n° 20090060950, délivré par l’Us Patent & Trademark Office.

b)    Fin 2008, début 2009, le même laboratoire Baxter livre, à partir de son siège autrichien, des milliers de doses du vaccin contre la grippe saisonnière à plusieurs pays. Les Tchèques ont alors un réflexe de prudence, et, compte tenu du fait qu'on ne sait rien de sa composition, décident de le tester préalablement sur  20 furets. Tous  les animaux meurent. Vérification faite, toutes les doses renfermaient le virus de la grippe aviaire (non atténué). « Regrettable erreur de manipulation » déclare Baxter qui s'excuse et rapatrie ses doses. Le virus de la grippe aviaire se transmet difficilement, sauf quand il est injecté dans le sang : là, il devient mortel. Si les Tchèques n'avaient pas eu ce réflexe de prudence, des milliers de gens seraient morts.

Comme un tel type « d'erreur » semble impossible car l’introduction de 2 virus H5N1 et H3N2 dans le matériel vaccinal constitue un mélange de souches appelé « réassortiment » qui est une manière de créer un virus pandémique, une journaliste, Jane Burgmeister, est à l'origine d'une plainte collective pour tentative de crime contre l'Humanité, en Autriche. Cette plainte est actuellement en cours d’instruction.

c)     Une dépêche de l’A.F.P. du 9 Mars 2009 nous annonce que  « …Sanofi-Aventis annonce aujourd’hui la signature d’un contrat avec les autorités mexicaines, pour la construction d’une usine de production de vaccin contre la grippe, représentant un investissement de 100 millions d’euros.

L’annonce a été faite au cours d’une cérémonie en présence de MM. Felipe Calderon, Président du Mexique et Nicolas Sarkozy, Président de la République Française, en visite officielle au Mexique. Cette usine sera construite et exploitée par Sanofi-Pasteur, la division vaccins du Groupe Sanofi-Aventis, représenté par Chris Viehbacher, directeur général de Sanofi-Aventis.

« Avec la construction de cette usine, Sanofi-Aventis est fier de contribuer au renforcement des infrastructures de santé du Mexique et tient à souligner l’engagement exemplaire envers la santé publique de ce pays, à travers son programme de vaccination contre la grippe et de préparation à la pandémie », a déclaré Chris Viehbacher. « Cet investissement démontre l’engagement local de Sanofi-Aventis pour la santé mondiale. Cette usine constituera un atout de santé publique, pour les Mexicains ainsi que pour l’Amérique Latine, dans le cadre de la préparation à la pandémie grippale ». La nouvelle usine de Sanofi-Pasteur au Mexique sera construite selon les standards permettant à Sanofi-Pasteur de basculer aisément de la production de vaccin contre la grippe saisonnière à celle de vaccin contre la grippe pandémique, dans l’éventualité où une pandémie de grippe humaine vienne à être déclarée et une fois la souche de virus grippal pandémique identifiée par l’Organisation Mondiale de la Santé.
 

d)    Courant février 2009, Madame Bachelot, Ministre de la Santé, envoie un courrier à plusieurs spécialistes de Droit Constitutionnel, afin de demander si, à leur avis, une loi créant une obligation vaccinale imposée à toute la population serait contraire ou non à la Constitution. Dans l’Histoire de la Vè République, il semblerait que ce soit la 1ère fois qu’une telle question est posée à des juristes.

e)    Dès l’apparition de la grippe porcine, le Ministère de la Santé, au lieu d’effectuer un appel d’offre pour la production d’un vaccin, comme cela se fait d’ordinaire, classe immédiatement le marché Secret Défense et passe commande à Sanofi-Aventis, avant même que le vaccin ne soit fabriqué.

Ainsi, 2 mois avant l’apparition de la grippe A, certains semblaient déjà savoir que cette maladie apparaîtrait et avaient déjà préparé le marché du vaccin !

Voilà pourquoi, dans une question écrite à Mme Bachelot, publiée au Journal Officiel le 7 juillet, Monsieur François Brottes, député de l’Isère, s’étonne « des facultés prémonitoires des laboratoires pharmaceutiques… », et Madame Annie David, sénatrice de l’Isère, dans un courrier adressé également au Ministre de la Santé le 8 juillet 2009, écrit « …Cet étrange scénario inquiète un nombre important de nos concitoyens qui se demandent s’ils ne sont pas manipulés… »

f)    Un fait divers inquiétant, compte tenu du contexte, a encore plus renforcé notre conviction. Un communiqué de l’A.F.P. du 27 avril 2009, précise :
Conteneur de virus de grippe porcine brisé: un train suisse arrêté et évacué.  Genève – Un train de voyageurs a été arrêté et évacué lundi soir en Suisse après qu'un conteneur d'échantillons de virus de grippe porcine, inoffensifs pour l'homme, se fût brisé, a annoncé la police locale. « Les huit flacons d'échantillons étaient transportés dans un conteneur spécial constitué d'une triple enveloppe de plastique et de carton », a expliqué à l'AFP Jean-Christophe Sauterel, porte-parole de la police du canton de Vaud. « De la glace carbonique placée dans le conteneur pour assurer la conservation des virus a fondu, entraînant une surpression qui a fait sauter le couvercle et les flacons », a-t-il précisé. Le train a alors été bloqué à son entrée en gare de Lausanne. La soixantaine de passagers qui se trouvaient dans le wagon concerné ont été confinés pendant une heure, le temps de s'assurer que le virus était inoffensif. « Le convoi a ensuite été évacué », a ajouté M. Sauterel, en soulignant « qu'il n'y avait « aucun danger » pour les passagers comme pour la population locale.
« Les échantillons de virus animal, qui ne pouvaient pas contaminer des humains, étaient destinés au centre de recherche du Pr Laurent Kaiser qui travaille pour le développement d'un test de diagnostic de grippe humaine d'origine porcine, a précisé le porte-parole de la police… »
g)    Sur le site Internet www.mondialisation.ca, un article du 13 sept. 2009 nous apprend :

Les fabricants de vaccins contre la grippe H1N1 viennent d’obtenir l’immunité juridique. La secrétaire d’Etat U.S. à la santé, Kathleen Sebelius, vient de signer un décret conférant une totale immunité aux fabricants de vaccins contre la grippe H1N1, en cas de poursuite judiciaire. De plus le programme accéléré – de 7 milliards de dollars – pour la fabrication du vaccin qui devra être mis sur le marché à l’automne ne prévoit pas de test de sécurité. Y aurait-il un programme sous-jacent à l’officielle et hystérique campagne de l’OMS destinée a élever la prétendue grippe porcine au rang de pandémie ? »

Cet ensemble de faits nous interpellent. À cela, s’ajoutent les récentes informations particulièrement alarmantes concernant le vaccin qui arrive actuellement sur le marché, qui justifient encore plus la présente plainte.
 
La phase d’exécution

Selon les fabricants, pour qu’un vaccin soit efficace et « désinfecté », il faut, en plus du virus atténué, ajouter un produit appelé « adjuvant de l’immunité ».

Ce produit est soit :

•    de l’hydroxyde d’aluminium à des doses parfois 30 fois supérieures au seuil toxique,

•    des dérivés du mercure, notamment le Thimérosal (ou Thiomersal),

•    du formaldéhyde ou formol, utilisé pour conserver les cadavres et classé en 2004 comme cancérigène par le Centre International de Recherche sur le Cancer,

•    parfois également : des cellules cancérisées, des éthers de glycol, de la glycérine toxique pour les reins et le foie, du plomb, du cadmium etc.

En outre, ces vaccins sont cultivés sur des tissus animaux ou humains (reins de singe ou de chien, embryons de poulet, sérum de veau, sang de porc, sang de cheval, cervelle de lapin etc.).

Exemple : dans le dictionnaire médical Vidal édition 2000, on peut lire p. 2131 : « Vaccin DTCP Pasteur : vaccin  diphtérique, tétanique, coquelucheux,  poliomyélitique inactivé absorbé…

Excipients : hydroxyde d’aluminium, formaldéhyde, phénoxyéthanol, polysorbate 80, milieu 199 Hanks, qsp. 0,5ml… »

Quelques lignes plus bas, dans la liste des effets indésirables, on peut lire « Exceptionnellement, choc anaphylactique, encéphalopathies aiguës… »

Autre exemple : Dans le Dictionnaire Vidal 2009, on peut lire, pour le vaccin contre la grippe « normale », appelé Vaxigrip (vendu par Sanofi) :

« Excipients : solution tampon (sodium chlorure, phosphate disodique dihydrate, phosphate monopotassique, potassium chlorure, eau ppi), oeuf, protéines de poulet, néomycine, formaldéhyde, octoxinol 9.

Les laboratoires préparant le vaccin actuel contre la grippe porcine ont déjà fait savoir qu’il y aurait 2 adjuvants :

•    du mercure (Thiomersal ou Thimérosal),

•    du squalène, nouveau produit qui serait responsable des milliers de maladies graves contractées par les militaires américains, lors de la 1ère guerre du Golfe.

De plus, pour accélérer la production, comme il n’y a pas assez d’antigènes pour produire des vaccins en quantité suffisante, les fabricants en mettront 10 fois moins mais seront obligés d’en amplifier les effets par des quantités supérieurs d’adjuvants.

Le squalène est un produit hautement toxique, car même si l’on peut objecter que le squalène existe en faible quantité dans le corps, l’injection de ce produit déclenche dans l’organisme un effet d’opposition à la fois au squalène injecté mais aussi au squalène naturel qui est nécessaire mais se trouve à ce moment là neutralisé.

Ainsi, des milliers de personnes vont se faire injecter un produit toxique. Il en résultera une véritable pandémie due, non pas à une contagion mais au vaccin.
 
Cela s’est malheureusement déjà produit plusieurs fois dans l’Histoire, et notamment en 1921 aux USA, où à Kansas City et à Pittsburgh, une campagne de vaccination contre la variole totalement injustifiée, – il n’y avait alors aucun cas de cette maladie dans aucune des 2 villes – a été suivie dans les semaines postérieures par une épidémie de variole.

Des poursuites judiciaires aboutirent à des condamnations de principe totalement occultées par la presse de l’époque (cf. Histoire et Pathologie de la Vaccination, Edgar Crookshank, professeur de bactériologie au Kings College de Londres).

Nous avons donc l’impression que les événements de 1921 se renouvellent mais en bien plus graves : ainsi, l’on annonce déjà en Suède plusieurs décès en date du 23 oct. 2009, immédiatement consécutifs au début de la campagne de vaccination contre la grippe A :
http://www.vigile.net/Deja-deux-morts-en-Suede-suite-a

Les infractions

1.    Tentative d’administration de substances nuisibles à la santé de nature à entraîner la mort (art. 221-3 et 221-5 du Code Pénal).

Nous assistons à un ensemble de manœuvres dont l’objectif est de vendre le plus vite possible à la plus grande part de la population des produits toxiques.

Ces manœuvres consistent dans les faits suivants.

•    Déposer un brevet pour la production de vaccins contre la grippe H1N1 antérieurement à l’apparition de celle-ci.

•    Préparer la fabrication du vaccin et s’assurer l’exclusivité de la vente, avant même que les premiers cas de maladie n’apparaissent.

•    Faire apparaître la maladie en diffusant intentionnellement le virus dans la population.

•    Faire pression sur les média pour faire croire qu’une maladie grave est « apparue ».

•    Vendre enfin un produit hautement toxique qui rendra malade des milliers de personnes, dont un nombre certain de décès.

Comme les symptômes de cette maladie seront ceux de la grippe, il sera facile d’annoncer que la pandémie a bien lieu et qu’il faut continuer de vacciner.

Il sera nécessaire, bien sûr, de continuer de faire pression sur les média afin qu’on omette de dire que les malades viennent d’être vaccinés, ce qui ne sera pas difficile lorsque l’on voit les pages entières de publicité achetées par certains laboratoires pharmaceutiques aux journaux.

Ces manœuvres constituent la tentative d’administration de substances nuisibles à la santé, dont est victime tout citoyen soumis depuis plusieurs mois à une campagne de communication promotionnelle mensongère des vaccins antigrippes.

Nous sommes directement concernés par cette infraction, dans la mesure où, si notre attention n’avait pas été alertée par les événements précités, nous nous serions faits vacciner en étant trompés sur les qualités intrinsèques d’un produit qui s’avère être en réalité très dangereux pour la santé humaine.

Les parties civiles à la présente plainte qui sont parents d’enfants scolarisés nourrissent les plus vives inquiétudes quant à la sauvegarde de l’intégrité physique de leurs enfants, pour lesquels ils craignent une forme de vaccination forcée mis en œuvre sans leur consentement libre et éclairé fondé sur une information sérieuse fournie par leur médecin.

2.    Mise en danger de la personne (art. 223-1 et suivants du Code Pénal)

Le vaccin mis sur le marché comporte des adjuvants hautement toxiques :

•    le Thimérosal (ou Thiomersal), produit dérivé du mercure, hautement toxique ;

•    le squalène, produit mis en cause dans des plaintes aux U.S.A. qui aurait été contenu dans les vaccins administrés aux militaires de la 1ère guerre du golfe, et qui aurait rendu des milliers de soldats malades à vie.

•    le formaldéhyde ou formol.

Le rapport bénéfice/risque de cette campagne est honteusement déséquilibré.

La grippe A a fait, pendant la saison d’hiver en Argentine (pays comparable à la France) 4 fois moins de victimes que la grippe saisonnière.

Ainsi, pour nous protéger prétendument de ce que certains scientifiques appellent une « grippette », l’on risque de déclencher des milliers de cas d’effets secondaires graves.  Ces victimes, au lieu d’avoir souffert, dans plus de 99% des cas, d’un « gros rhume » pendant 8 jours seront gravement malades, à vie.

* * *

Pour l’ensemble de ces raisons, nous déposons plainte contre X entre vos mains, pour tentative d’administration de substances nuisibles à la santé de nature à entraîner la mort (art. 221-3 et 221-5 du Code Pénal) et mise en danger de la personne (art. 223-1 et suivants du Code Pénal).

* * *

Nous vous prions de croire, Monsieur le Juge, à l’expression de notre parfaite considération.

Signature de chaque partie civile

Dépôt en deux exemplaires au secrétariat du Doyen des Juges d’Instructions ou envoi en recommandé avec AR en deux exemplaires.

Parties civiles

 
M. ou Mme :    
Né(e) le :     à :   
Nationalité :    
Profession :   
Adresse :    
   

M. ou Mme :    
Né(e) le :     à :   
Nationalité :    
Profession :   
Adresse :   
   

M. ou Mme :    
Né(e) le :     à :   
Nationalité :    
Profession :   
Adresse :    
   

M. ou Mme :    
Né(e) le :     à :   
Nationalité :    
Profession :   
Adresse :   
   

M. ou Mme :    
Né(e) le :     à :   
Nationalité :    
Profession :   
Adresse :    
   

M. ou Mme :    
Né(e) le :     à :   
Nationalité :    
Profession :   
Adresse :    
   

 

Faisant élection de domicile chez :
M. ou Mme :    
Adresse :    
   

À : ……………………………………………………….. le : ……………………………….
 
Parties civiles (suite)
M. ou Mme :    
Né(e) le :     à :   
Nationalité :    
Profession :   
Adresse :    
   

M. ou Mme :    
Né(e) le :     à :   
Nationalité :    
Profession :   
Adresse :    
   

M. ou Mme :    
Né(e) le :     à :   
Nationalité :    
Profession :   
Adresse :    
   

M. ou Mme :    
Né(e) le :     à :   
Nationalité :    
Profession :   
Adresse :    
   

M. ou Mme :    
Né(e) le :     à :   
Nationalité :    
Profession :   
Adresse :    
   

M. ou Mme :    
Né(e) le :     à :   
Nationalité :    
Profession :   
Adresse :    
   
 

M. ou Mme :    
Né(e) le :     à :   
Nationalité :    
Profession :   
Adresse :    
   

M. ou Mme :    
Né(e) le :     à :   
Nationalité :    
Profession :   
Adresse :    
   

M. ou Mme :    
Né(e) le :     à :   
Nationalité :    
Profession :   
Adresse :    
   

M. ou Mme :    
Né(e) le :     à :   
Nationalité :    
Profession :   
Adresse :    
   

M. ou Mme :    
Né(e) le :     à :   
Nationalité :    
Profession :   
Adresse :    
   

M. ou Mme :    
Né(e) le :     à :   
Nationalité :    
Profession :   
Adresse :    
   

Plainte pénale contre des vaccins à deux vitesses

Il suffit de déposer plainte d'urgence auprès de la gendarmerie ou d'un poste de police de sa localité. La marche à suivre vous sera indiquée par les agents qui transmettront aux autorités compétentes et/ou la transmettront au Procureur qui décidera de la suite à donner.

Ceci est un acte de civisme naturel contre la vaccination de masse abusive contre la grippe bénigne A/H1N1.
Rassurez-vous! Vous serez bien accueillis.
Merci à chacun de faire sa part. Courez dans toutes les gendarmeries du monde !Venez vous réfugier en Suisse, il y a peu de chance qu'ils arrivent à nous forcer à nous faire vacciner dans tous les cantons.
Voici un texte dont vous pouvez vous inspirer en tout ou en partie.

Monsieur le Juge,

Plainte pénale contre X et personnes citées ci-dessous pour notamment des vaccins H1N1 à deux vitesses et la fabrication de la grippe H1N1 !

Vu qu'en Europe, en Allemagne et en Suisse notamment , il existe des vaccins différents anti H1N1 qui suscitent le scandale car l’un « aux effets secondaires moindres » serait réservé aux initiés, hauts fonctionnaires, militaires et  responsables de la santé.

Aux USA, le président Obama vient de déclarer la loi martiale, vu soi-disant 1'000 morts du fait de la grippe…

Alors que l'on parle de vaccins pour la pandémie de la grippe H1N1, il est intéressant de rappeler que de nombreux vaccins sont élaborés à partir de foetus avortés et de cellules souches. En 2005, l'académie pontificale avait déjà dénoncé cette pratique et réalisé une liste de vaccins utilisant des cellules de foetus avortés. Le 9 mai 2005, aux Etats-Unis, un officier de la garde côtière américaine s'était vu reconnaître le droit par sa hiérarchie de ne pas être vacciné contre l'hépatite A, vaccin réalisé à partir de foetus avortés. Enfin, juillet 2008 avait vu une levée de boucliers contre le Pencatel de Sanofi Pasteur, un vaccin vaccinant pour de nombreuses maladies, lui aussi réalisé notamment à base de foetus avortés, et qui avait été recommandé pour l'utilisation comme immunisation pour les enfants.Mais aux USA, grâce à ces résistances, les vaccins sont sans cellules humaines, contrairement à l'Europe.

Le virus de la grippe espagnole avait COMPLÈTEMENT disparu de la surface de la terre jusqu´à ce que quelques chercheurs travaillant pour l´armée américaine exhument des cadavres, en Alaska, de personnes décédées de la grippe espagnole au début du 20 ème siècle. Après bien des manipulations de DNA , ils ont réussi à, tenons nous bien, à reconstituer ce virus mortel . Dans quel but ? C'est ce que votre enquête devrait établir.
Ce que l´on sait c´est que, peu de temps après, la grippe aviaire faisait son apparition, bientôt suivie de la grippe porcine. Le chef de laboratoire de l´armée américaine qui avait reconstitué le virus mortel a ensuite laissé son travail dans l´armée pour passer chez Baxter comme chef de laboratoire pour gagner beaucoup plus d'argent.
Vraiment beaucoup de coïncidences inexpliquées ! Certaines personnes vont encore plus loin et soutiennent que l´on a déjà mélangé le virus de la grippe porcine qui ne se transmet pas facilement avec le virus de la grippe annuelle qui, lui se transmet très facilement, le tout dans le but de créer une pandémie . Ensuite, pourquoi l´OMS a changé brusquement la définition de l´épidémie, ce qui fait qu'on peut maintenant qualifier de pandémie ce qui n' était, avant, qu' une simple épidémie ?

Vu que notamment le H1N1 a été ressuscité et diffusé volontairement par l'armée US à partir d’un cadavre congelé en Alaska qui avait encore le génome de la grippe espagnole.  Voir le site: http://911truth-sherbrooke.org/2009/04/26/h5n1-le-genome-de-la-grippe-espagnole-ressuscite-a-partir-dun-cadavre-congele/
La vidéo contient les images de Johan Hultin en Alaska quand il a récupéré le virus du corps d'une femme Inuite congelée morte de la grippe espagnole en 1918 ! Il a été filmé !! La preuve irréfutable à la 23ème minute dans la vidéo the Flu Time Bomb – The PBS Documentary with “Dr. Death,” Johan Hultin
du 15 Septembre 2009.

http://atomicnewsreview.org/2009/09/15/flu-time-bomb-the-pbs-documentary-with-%e2%80%9cdr-death%e2%80%9d-johan-hultin/

http://911truth-sherbrooke.org/2009/04/26/flu-time-bomb/

liens posté par Mr.Anderson, le 15 septembre 2009 à 12:55

Il est remarquable que la grippe espagnole avait exactement les caractéristiques des maladies, contre lesquelles les gens avaient été vaccinés directement après la première guerre mondiale (peste, typhus, tuberculose, variole). Pratiquement toute la population avait été contaminée par des vaccins toxiques. En leur donnant des médicaments toxiques, la pandémie fut maintenue en vie.

La grippe a commencé comme une arme de guerre bactériologique de l'armée US à deux phases qui a infecté de façon ou autre les rangs de l'armée US au Camp Riley du Kansas en mars 1918, et s’est propagée autour du monde.   Nous devons tenir compte de la possibilité horrible que « la grippe espagnole » était déjà une mesure de dépopulation délibérée de l'élite, et qu'elle pourrait être utilisée encore maintenant pour lutter contre le soi-disant réchauffement climatique. 
http://video.google.fr/videoplay?docid=-4123082535546754758#
Il n'y avait rien « d’espagnol » dans cette grippe. Selon Wikipedia

« Aux USA, environ 28% de la population en ont souffert, et 500.000 à 675.000 personnes en sont mortes. 200.000 en sont mortes en Grande-Bretagne ; plus de 400.000 en France. Des villages entiers ont péri en Alaska et en Afrique australe. En Australie 10.000 personnes environ sont mortes. Aux Îles Fidji, 14% de la population est morte en seulement deux semaines et 22% aux Samoa occidentales. 17 millions environ sont morts en Inde, soit à peu près 5% de la population de l’époque. Dans l'armée indienne, pratiquement 22% des troupes ont attrapé la maladie et en sont morts. »

« En fait, les symptômes en 1918 étaient si peu communs qu'au début la grippe a été diagnostiquée comme de la dengue, du choléra, ou de la typhoïde. Un observateur a écrit, « L’une des plus dramatiques complications était l’hémorragie des membranes muqueuses, particulièrement du nez, de l'estomac, et de l'intestin. Des saignements d’oreilles et des hémorragies pétéchiales de la peau se sont également produites.
Autant que l'on sait, surtout les individus vaccinés tombèrent malades. Ceux qui avaient refusé les injections y échappèrent. Toujours d'après le témoignage de Eleanora McBean, qui écrit:

Ma famille avait refusé toutes les injections, et c'est ainsi que nous restâmes en bonne santé. Nous savions à travers les enseignements de Graham, Trail, Tiden et autres, que l'on ne peut pas souiller l'organisme avec des poisons sans provoquer de maladies.
Au plus haut de l'épidémie, les magasins, les écoles, les entreprises et même l'hopital étaient fermés – Les médecins et le personnel hospitalier avaient été vaccinés et étaient malades. C'était comme une ville fantôme. Nous etions les seuls à ne pas être malades, et nous n'étions pas vaccinés. Mes parents allaient de maison en maison pour s'occuper des malades (…) Mais ils n'eurent pas la grippe et ne contaminérent pas leurs enfants. On dit que l'épidémie avait tué 20 millions de personnes dans le monde.

L’opinion publique commence à entrevoir là le risque d'un génocide mondial planifié et voulu avec en prime de graves effets secondaires, y compris mortels, sur le second vaccin qui lui serait réservé mais aussi l’instauration d’une médecine à deux vitesses…

Vu que ces milieux veulent nous faire croire que la terre est surpeuplée, ce qui est une exagération grossière. Ils veulent en réduire drastiquement le nombre.

http://desiebenthal.blogspot.com/2009/08/je-voudrais-revenir-comme-un-virus.html

http://desiebenthal.blogspot.com/2008/10/le-grand-krach-2008-dj-annonc-par-crit.html

http://desiebenthal.blogspot.com/2009/05/bilderberg-au-cap-sounion.html

Contre notamment Swissmedic pour avoir notamment autorisé des vaccins expérimentaux contre le virus HIN1 de la grippe sans procéder à tous les essais cliniques requis par la loi pour démontrer leur innocuité.

Vu que il y a eu une grave alerte au virus porcin dans le train en gare de Lausanne le 27 avril 2009 avec une explosion étrange qui a répandu un produit encore inconnu qui peut avoir des conséquences dans un terme plus ou moins lointain. Une guerre biologique peut être cachée par des effets voulus à terme lointain.

Vu ce génocide mondial de plus en plus probable par empoissonnement et notamment par des vaccins trafiqués et autres moyens:

Nous demandons des mesures super urgentes pour arrêter ce grave risque et pour établir les responsabilités de l’État et d’administrateurs not. de SA.

Crimes notamment d’empoissonnement, non-assistance à personnes en danger, non-dénonciation de comportements délictueux, complicité d’actes frauduleux, d’escroquerie par métier et en bande, corruption, prévarication, détournement de fonds et blanchiment d’argent.

Cette plainte avec constitution de partie civile, est également déposée pour “tentative d’administration de substances (…) de nature à entraîner la mort”

Composition détaillée du vaccin des multinationales :

L 'adjuvant des vaccins est du MF59 destructeur pour l'immunité, les antiviraux préconisés favorisent les commutations à savoir la transmission du patrimoine génétique d'un virus mort ou atténué à des cellules saines qui en retour ouvre la voie à une mutation génétique de virus in vivo.

En résumé si l'on combine le H1N1 très contagieux (non mortel) au H5N1 non contagieux mais mortel on obtient un HxNx très contagieux et mortel. Le tout est favorisé par la chute des défenses immunitaires à cause du MF59 et les mutations possibles sont amplifiées par les antiviraux.

RAPPEL des constituants actuellement associés aux vaccins courants :

Ce qui suit est tellement gros qu'on a du mal à y croire.

ALUMINIUM (adjuvant) : Produit responsable de dommages cérébraux, suspecté d'être la cause de la maladie d'Alzheimer, de certaines démences, de comas et d'attaques. Responsable également d'allergies cutanées. Lourdement impliqué dans la myofasciite à macrophages.

SULFATE D'AMMONIUM : Un poison suspecté d'attaquer le foie, le système nerveux, le système gastro-intestinal et respiratoire.

BÊTA-PROPIOLACTONE : Produit connu pour ses propriétés cancérigènes. Un poison suspecté d'attaquer le foie, le système respiratoire et gastro-intestinal ainsi que la peau et les organes des sens.

LEVURES GÉNÉTIQUEMENT MODIFIES (OGM),
ADN BACTÉRIEN OU VIRAL D'ANIMAUX :

Substances qui peuvent se combiner à l'ADN des vaccinés et entraîner des mutations génétiques inconnues.

LATEX : Produit qui peut produire des réactions allergiques mettant en péril le pronostic vital

GLUTAMATE DE SODIUM: Produit neurotoxique connu pour ses effets mutagènes, tératogènes- entraînant des malformations et monstruosités- et ses effets sur la descendance. Responsable d'allergies.

FORMALDÉHYDE (formol) : Constituant principal des substances employées dans l'embaumement ; carcinogène, impliqué dans les leucémies, les cancers du cerveau, du colon, des organes lymphatiques; suspecté d'occasionner des problèmes gastro-intestinaux; poison violent pour le foie, le système immunitaire, le système nerveux, les organes de reproduction. Utilisé pour inactiver les germes.

MICRO-ORGANISMES : Des virus ou des bactéries vivants ou tués ou leurs toxines. Le vaccin polio contenait du SV40, virus de singe retrouvé ensuite chez les humains dans les os, l'enveloppe des poumons – Mésothelium, dans les lymphomes et les tumeurs du cerveau.

POLYSORBATE 80 : Connu pour causer des cancers chez les animaux.

TRI(N)BUTYLPHOSPHAT E : Suspecté d'être un poison pour les reins et les nerfs.

GLUTARALDEHYDE: Poison s'il est ingéré; responsable de malformations néonatales chez les animaux d'expérimentation.

GELATINE: Produite à partir de certaines parties de la peau des veaux ainsi que des os de bovins déminéralisés et de peau de porcs. Responsable d'allergies.

GENTAMYCINE ET POLYMYXINE B : Antibiotiques toxiques pour les reins et le système nerveux; responsables d'allergies pouvant être mortelles.

MERCURE (conservateur) : Une substance des plus dangereuses, qui a une affinité pour le cerveau, le foie, l'intestin, la mœlle osseuse et les reins. D'infimes quantités peuvent causer des dommages graves au cerveau. Les symptômes de l'intoxication au mercure sont multiples, et certains sont superposables aux désordres autistiques.

NEOMYCINE : Antibiotique qui perturbe l'absorption de la vitamine B6. Un défaut d'assimilation de la vitamine B6 peut entraîner une forme rare d'épilepsie et de retard mental. Réactions allergiques pouvant être mortelles. Toxique pour les reins et le système nerveux.

PHENOL / PHENOXYETHANOL : Utilisé comme antigel. Toxique pour toutes les cellules et capable de dérégler les réponses du système immunitaire.

BORATE DE SODIUM (Borax) : Utilisé comme insecticide et comme raticide (mort aux rats !) – et contenu dans le très à la mode Gardasil.

CELLULES HUMAINES ET ANIMALES : Des cellules humaines provenant de tissus de foetus ou de cellules souches; de l'albumine humaine, du sang de porc, de cheval, de mouton; de la cervelle de lapin, de cobaye; des reins de chien, du coeur de boeuf, des reins de singe, des embryons de poulets, des oeufs de poules (pouvant être contaminés par le virus de la leucose aviaire leucémie des poules, des oeufs de canards, du sérum de veau (pouvant être porteur des prions de Kreutzfeld Jacob) etc. Mais aux USA, grâce à ces résistances, les vaccins h1n1 sont sans cellules humaines, contrairement à l'Europe, pour mieux nous pousser dans l'horreur.

Dans la composition des vaccins, il y a aussi du Thiomersal et du squalène.

« Le thiomersal est le principal responsable de la charge élevée en mercure des enfants ».. il est accusé d'être l'une des causes de l'autisme . « De nombreux pays ont interdit le thiomersal dans les vaccins pour enfants »

Quant au squalène, le docteur américain Mercola explique :

« Ce que le squalène fait aux rats

Il a été prouvé que la vaccination d'adjuvants à base d'huile comme le squalène génère des réponses immunitaires concentrées et soutenues au cours de longues périodes de temps. [VI]

Une étude datant de l'an 2000 et publiée dans l'American Journal of Pathology (journal américain des pathologies) a démontré qu'une seule injections de l'adjuvant squalène chez les rats déclenchait "une inflammation chronique du système immunitaire, liée à l'immunité et spécifique aux articulations", aussi connue sous le nom de polyarthite rhumatoïde [VII]

Les chercheurs ont conclu que l'étude soulevait des questions concernant le rôle des adjuvants dans les maladies inflammatoires chroniques.

Ce que le squalène fait aux humains

Votre système immunitaire reconnaît le squalène comme une molécule d'huile native de votre corps. On le trouve dans votre système nerveux et dans votre cerveau. En fait, vous pouvez consommer du squalène dans l'huile d'olive non seulement votre système immunitaire reconnaîtra celui-ci, mais vous profiterez aussi des avantages de ses propriétés antioxydantes.

La différence entre le « bon » et le « mauvais » squalène est la voie par laquelle il entre dans votre corps. L'injection est une voie d'entrée anormale qui incite votre système immunitaire à attaquer tout le squalène qui se trouve dans votre corps et pas seulement l'adjuvant du vaccin. Votre système immunitaire tentera de détruire la molécule partout où il la trouve, y compris dans les endroits où elle se rencontre naturellement, et où elle est vitale à la santé de votre système nerveux. »

Et plus loin :

« … cet adjuvant, le squalène, a contribué à la cascade de réactions appelée « Syndrome de la guerre du golfe », documentée chez les soldats impliqués dans la guerre du golfe. Les symptômes qu'ils ont développés comprenaient de l'arthrite, de la fibromyalgie, de la lymphadenopathie, des éruptions cutanées photosensibles (…) de la fatigue chronique, des maux de tête chroniques, des pertes de poils corporels anormales, des lésions cutanées ne guérissant pas, des ulcères aphteux, des étourdissements, de la faiblesse, des pertes de mémoire, des convulsions, des changements d'humeur, des problèmes neuropsychiatriques, des effets anti-thyroïde, de l'anémie, une élévation de l'ESR (Erythrocytes), du lupus erythemateux disséminé, de la sclérose en plaques, de la SLA (sclérose latérale amyotrophique), le phénomène de Raynaud, le syndrôme de Sjorgreen, de la diarrhée chronique, des sueurs nocturnes et des fièvres de bas grade ».

Le Tamiflu est censé fonctionner comme médicament.

Ses effets secondaires indiqués sur la notice glissée dans les paquets de Tamiflu, sont presque identiques aux symptômes d'une grippe grave. Donc, sur une grande échelle, on stocke maintenant des médicaments causant précisément les mêmes symptômes que ceux qui apparaissent dans une prétendue grippe réelle – et qui cesseront, avec un docteur, après sept jours, et sans docteur après une semaine.

Si le Tamiflu est administré à des malades, nous aurons alors les symptômes d'une grippe grave. Si beaucoup de gens en même temps le prennent, nous aurons en réalité une épidémie de Tamiflu. Alors des décès nombreux provoquées par le Tamiflu doivent aussi être prévus…

Donald Rumsfeld, l'ancien Secrétaire de la Défense des USA, principal actionnaire et ancien président de "Gilead science inc.", est le principal bénéficiaire du "Tamiflu" produit par Roche.

Les billets de banque et sans doute les pièces de monnaie pourraient donc bien être présentés comme un mode de transmission des virus et qui incitera peut-être à bannir les échanges de billets au profit de transactions électroniques.

Voici aussi une partie de leur plan de contrôle mondial facilité, pour leur nouvelle race de maîtres M,  fabriqués par FIVETE, comme l'a révélé le Dr Nathanson.

Chefs d’inculpation du Code pénal, notamment :

Art. 129, 111, 127, 128, 129, 136 Mise en danger de la vie d’autrui, soit celle des victimes des vaccins
Art. 146 Escroquerie
Art. 160 Recel
Art. 179novies Soustraction de données personnelles
Art. 226, 231, 234, 258, Crimes ou délits créant un danger collectif
Art. 254 Suppression de titres
Art. 260ter Organisation criminelle, escroquerie en bande
Art. 266bis Entreprises contre la sécurité de la Suisse
Art. 275 Atteinte à l’ordre constitutionnel par sociétés secrètes
Art. 275ter Groupements illicites, sociétés secrètes
Art. 286 Opposition aux actes de l’autorité
Art. 287 Usurpation de fonctions, fausse cartes de visite et d’identité
Art. 289 Soustraction d’objets mis sous main de l’Autorité
Art. 305 Entrave à l’action pénale par sociétés secrètes
Art. 305bis Blanchiment d’argent
Art. 305 Défaut de vigilance en matière d’opérations financières
Art. 312 Abus d’autorité
Art. 313 Concussion
Art. 314 Gestion déloyale des intérêts publics
Art. 322ter Corruption active d’agents publics suisses
Art. 322quater Idem – corruption passive
Art. 322quinquies Octroi d’un avantage
Art. 322sexies Acceptation d’un avantage
Art. 322septies Corruption active d’agents publics étrangers
Art. 340bis Crime organisé, financement du terrorisme économique et criminalité économique.

et toutes les conventions d'extradition nécessaires pour faire extrader les criminels découverts du faits des crimes y afférents, ainsi que Ordonnance du DFE sur les travaux dangereux pour les jeunes,

Au moment où approche  la date de la diffusion des vaccins Novartis,  Baxter’s A/H1N1  et alii contre le virus de la pandémie grippe A, voici que le plus grand crime de l’histoire de l’humanité est en cours. Nous intentons une action judiciaire contre X et contre notamment l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), les Nations Unies (Onu), et contre plusieurs hauts responsables du gouvernement et des entreprises pour bioterrorisme et pour tentative de meurtre de masse contre les entreprises Novartis, Baxter AG et Avir Green Hills Biotechnology de l’Autriche pour avoir produit un vaccin contaminé contre la Grippe aviaire.
Il est intéressant de voir que la pluapart des protagonistes de ces vilenies sont sous la coupe des francs-maçons, des Bilderbergs et des illuminati.

Synthèse des revendications ;

Ces actes de bioterrorisme ont pour but de commettre un génocide de masse contre la population en utilisant en première phase un virus, récupéré sur un cadavre congelé mort de la grippe espagnole qui avait fait des millions de morts et  génétiquement modifié qui provoque maintenant la pandémie de la grippe A avec pour intention de provoquer la mort. Ce groupe a infiltré les bureaux des hauts responsables des gouvernements.

Les chefs d’accusation sont portés, entre autres,  à l’encontre notamment des personnalités suivantes: M. Henry Kissinger, le Prince Philippe, Donald Rumsfeld, l'ancien Secrétaire de la Défense des USA, Barack Obama, Président des Etats-Unis, David Nabaro, coordonateur du système des Nations Unies pour la lutte contre la grippe, Margaret Chan, Directrice Générale de l’OMS, Kathleen Sibelius, Secrétaire du Département de la Santé et du Personnel, Janet Napolitano, Secrétaire à la sécurité intérieure, David de Rotschild, banquier, David Rockefeller, banquier, George Soros, banquier, Werner Faymann, chancelier de l’Autriche, Alois Stoger, ministre autrichien de la santé, Daniel Vasella, patron de Novartis, Pascal Couchepin, avocat et tous les membres solidairement responsable du gouvernement de Nicolas Sarkozy. Elles font partie de ce syndicat international des criminels d’entreprise qui a mis au point, produit, accumulé et utilisé des armes biologiques afin d’anéantir la population des Etats-Unis et celle d’autres pays avec pour objectif d’obtenir des retombées politiques et financières en milliards de dollars.

Ces chefs d’accusation soutiennent que les accusés ont ourdi une conspiration les uns avec les autres et avec d’autres personnalités pour concevoir, financer et participer à la phase finale de la mise en œuvre d’un programme secret de fabrication des armes biologiques impliquant des firmes pharmaceutiques, telles que Sanofi, Baxter et Novartis. Ils y sont parvenus en  mettant au point par des techniques biologiques et diffusant des agents biologiques mortels, en particulier, le virus de la « grippe aviaire et porcine » afin de s’en servir comme prétexte pour mettre en œuvre un programme de vaccination forcé. Ce dernier donnerait l’occasion d’administrer un agent biologique pour provoquer la mort et des dommages aux peuples des Etats-Unis et du Monde. Cet acte constitue une violation directe  de la Loi anti-terroriste sur les Armes Biologiques.

Les Charges réunies notamment par Mlle Burgermeister, que nous reprennons aussi vu leur actualité et leur pertinence, contiennent des preuves que Baxter AG, une filiale autrichienne de Baxter International, a délibérément transmis à 16 laboratoires de quatre pays 72 kilos de virus de la grippe aviaire dont la fourniture a été faite par l’OMS au printemps 2009. Elle soutient que ces preuves constituent une claire indication que les firmes pharmaceutiques et les agences internationales du gouvernement, elles-mêmes, sont activement impliquées dans la production, la mise au point, la fabrication et la distribution des substances biologiques considérées comme les armes biologiques les plus mortelles sur terre, afin de déclencher une pandémie et de provoquer le meurtre de masse.

Dans les charges qu’elle a présentées en avril, elle a fait remarquer que le laboratoire de Baxter en Autriche, l’un des laboratoires de biosécurité, supposés êtres les plus sûrs au monde, n’a pas pris les précautions les plus essentielles et les plus élémentaires pour sécuriser 72 kilos d’un agent pathogène classé comme arme biologique, et pour le séparer de toutes les autres substances conformément à la réglementation stricte du niveau de biosécurité. Au contraire, elle l’a mélangé avec le virus ordinaire de la grippe humaine et expédié à partir de ses installations de Orth dans le Danube.

En février, lorsqu’un employé de Bio Test en République Tchèque a testé le matériel  considéré comme candidats vaccins sur les furets, ces derniers en sont morts. L’OMS, l’U.E. ou les autorités sanitaires autrichiennes n’ont organisé aucune enquête à la suite de cet incident. Aucune enquête n’a été réalisée pour connaître le contenu du matériel génétique du virus et on ne dispose d’aucune séquence génétique du virus libéré.

En réponse aux  questions parlementaires le 20 mai, le ministre autrichien de la santé, Alois Stoger, a révélé que cet incident avait été traité non pas comme une défaillance en matière de biosécurité, mais comme une infraction commise vis-à-vis du code vétérinaire. Un vétérinaire fut envoyé au laboratoire pour réaliser une brève inspection.

Le dossier présenté par Burgermeister révèle que la diffusion du virus devait constituer une étape importante dans le projet de provoquer une pandémie qui serait l’occasion pour l’OMS de relever son niveau d’alerte à 6. Elle dresse une liste de lois et décrets qui permettre à l’Onu et à l’OMS de suppléer les Etats-Unis au cas où la pandémie se déclare. En outre, la législation imposant la mise en place d’un programme de vaccinations obligatoires serait appliquée aux Etats-Unis sous réserve de la déclaration de la pandémie.

Elle porte l’accusation selon laquelle tout le problème de la pandémie de la “grippe porcine” repose sur un tas de mensonges disant qu’il n’existe aucun virus naturel qui soit une menace pour les populations. Les accusations de la journaliste comporte des preuves qui montrent que les virus de la « grippe aviaire » et de la « grippe porcine » ont, en réalité, été mis au point, dans les laboratoires, par des techniques biologiques grâce aux financements accordés par  l’OMS et, entre autres, par d’autres agences gouvernementales. La “grippe porcine” est une maladie hybride. Elle est formée des éléments de la grippe porcine,  de la grippe humaine et de la grippe aviaire. Ainsi composée, c’est quelque chose qui vient forcément des laboratoires, selon la plupart des experts.

Les appels lancés  par l’OMS pour attirer l’attention sur la progression de la « grippe porcine » et souligner la nécessité de déclarer une pandémie ne prennent pas en considération les causes fondamentales de cette épidémie.  Les virus diffusés ont été créés et répandus avec l’aide de l’OMS. De ce fait, cette organisation porte d’abord une large part de responsabilité en ce qui concerne la pandémie. Par ailleurs, les symptômes de la prétendue « grippe porcine » ne peuvent être distingués de ceux de la grippe ordinaire ou du simple rhume. La “grippe porcine” ne provoque pas plus la mort que ne le fait la grippe ordinaire.

Burgermeister souligne que le nombre de cas mortels attribués à la « grippe porcine » est contradictoire et que l’on n’a aucune idée sur la manière dont le nombre de « victimes » a été recueilli.

Il n’existe pas de risque de pandémie à moins qu’une campagne de vaccination de masse soit organisée pour faire de la grippe une arme  sous le prétexte de protéger la population. Il existe des motifs légitimes pour croire que les vaccins obligatoires seront à dessein porteurs de maladies particulièrement mortelles.

Elle cite le cas d’un vaccin agréé produit par Novartis et destiné à lutter contre la grippe aviaire. C’est un vaccin qui a causé la mort de 21 personnes sans abri en Pologne au cours de l’été 2008. Le « critère d’évaluation primaire » en était un « taux d’effets indésirables ». Ainsi, ce critère répondait à la définition d’une arme biologique qui est justement celle du gouvernement des Etats-Unis (une substance biologique conçue pour provoquer un taux d’effets secondaires, par exemple, la mort ou la blessure) disposant d’un mode d’administration (injection)

Elle affirme que le même groupe international d’entreprises pharmaceutiques et d’agences internationales du gouvernement qui a mis au point et diffusé le matériel de la pandémie  se sont positionnés  pour tirer profit de la situation de pandémie ainsi créée en remportant des contrats de fourniture de vaccins. Le groupe qui a mis sur pied le plan de la “grippe porcine” contrôle des medias, et ceux-ci se chargent de la désinformation dont le but est d’endormir le peuple des Etats-Unis afin qu’il accepte ce dangereux vaccin.

Le peuple des Etats-Unis sera victime de souffrances considérables et de dommages irréparables s’il est contraint d’accepter ce vaccin dont l’efficacité n’est pas prouvée, s’il le prend sans son consentement, conformément au Model State Emergency Health Powers Act, National Emergency Act, National Security Presidential Directive/NSPD 51, Homeland Security Presidential Directive/HSPD-20 et à l’International Partnership on Avian and Pandemic Influenza.

Depuis 2008, aux Etats-Unis, Burgermeister explique que ceux, dont les noms apparaissent dans son dossier d’accusation, ont mis en application de nouvelles lois et/ou accéléré la mise en œuvre une législation conçue pour priver les citoyens des Etats-Unis de leurs droits constitutionnels légitimes de refuser cette injection. Ils ont ainsi apporté ou maintenu des dispositions qui font en sorte que le refus de se faire vacciner contre les virus de la pandémie deviennent un délit. Ils ont, en outre, imposé des amendes excessives et cruelles, telles que la peine d’emprisonnement et/ou la mise en quarantaine dans les Camps d’internement FEMA. Parallèlement, ils empêchent aux citoyens des  Etats-Unis de réclamer des dommages suite aux blessures et à la mort causées par la vaccination forcée.   Ces mesures constituent une violation des lois fédérales contre la corruption et l’abus de pouvoir et de la Constitution et de la Déclaration des droits. En prenant ces actions, les accuses dont les noms sont cités posent les  bases d’un génocide de masse.

Se servant de la “grippe porcine” comme prétexte, les accusés ont planifié, au préalable, le meurtre de masse des populations des Etats-Unis au moyen de la vaccination forcée. Ils ont mis en place un vaste réseau de camps de concentration FEMA et identifié des sites devant servir de charniers. En plus, ils sont impliqués dans la conception et l’exécution de plans pour qu’aux Etats-Unis, le pouvoir soit confié à un syndicat international de crime organisé, en violation des lois qui prévoient et réprime la haute trahison.

Selon les accusations de Burgermeister, le groupe de firmes pharmaceutiques comprenant Baxter, Novartis et Sanofi Aventis font partie d’un programme de fabrication des armes biologiques à double but conçu à l’étranger. Le financement de ce programme, conçu pour concrétiser les tueries de masse, est assuré par le syndicat international des criminels. L’objectif dudit programme est de réduire la population mondiale de plus de 5 milliards de personnes dans les dix prochaines années. Leur projet de répandre la terreur pour justifier le fait de contraindre les hommes à renoncer à leurs droits et de mettre en quarantaine de nombreuses personnes dans les camps de concentrations de la FEMA. Les habitations, les entreprises et les propriétés des victimes seront libres et à la portée de ce syndicat.

L’élimination de la population d’Amérique du Nord permettra à cette élite internationale d’avoir accès aux ressources naturelles de ces régions, à savoir l’eau et les zones pétrolifères non exploitées. Par ailleurs, l’élimination des Etats-Unis et la suppression de sa constitution démocratique assureront au groupe de crime international le contrôle total de l’Amérique du Nord.

L´OMS a refusé de publier le Procès-verbal d´une importante réunion du groupe consultatif sur le vaccin. Ce groupe, plein de cadres des entreprises Baxter, Novartis et Sanofi, a formulé des recommandations allant dans le sens d´une vaccination forcée contre le virus artificiel H1N1 de la « grippe porcine », aux Etats-Unis, en Europe et dans d´autres pays cet automne. Dans un message électronique, un porte-parole de l´OMS a affirmé que le procès-verbal de cette réunion, qui s´est tenue le 7 juillet, n´était pas disponible. Au cours de celle-ci, des recommandations relatives à la nécessité d´organiser des campagnes de vaccinations dans le monde entier ont été formulée. Ont pris part à cette réunion, les cadres de Baxter et d´autres groupes Pharmaceutiques. En vertu du Règlement Sanitaire International, les recommandations de l´OMS ont un caractère obligatoire pour tous les 194 pays signataires de la charte de l´OMS en cas d´urgence pandémique, comme celle qui est annoncée cet automne lors de la deuxième vague mortelle du virus H1N1, créé de manière à ressembler la grippe espagnole. En bref : L´OMS a le pouvoir de forcer chaque citoyen des 194 pays membres à prendre le vaccin cet automne, d´imposer la mise en quarantaine et des restrictions de voyage. Il existe des preuves vérifiables, claires et sans équivoques qui montrent que l´OMS a fourni, à la filiale de Baxter en Autriche, le virus vivant de la grippe aviaire que cette entreprise a utilisé pour fabriquer 72 kilos du matériel du vaccin en février. Par la suite, Baxter a envoyé, à 16 laboratoires de quatre pays, ce matériel, sous une fausse étiquette désignant le produit contaminé comme étant le matériel du vaccin. C´est ainsi que cette société a déclenché la pandémie. Puisque Baxter est tenu de respecter les règlements stricts du niveau 3 de la biosécurité, lorsqu´elle manipule des virus dangereux tels que le virus de la grippe aviaire, on ne peut pas dire que la production et la distribution d´une quantité importante de matériel de la pandémie ait été un simple accident. Baxter l´a probablement fait avec une intention criminelle. La police autrichienne mène actuellement une enquête suite à la plainte que j´ai déposée en avril. Il est de plus en plus évident que l´OMS et Baxter ne sont des éléments d´une organisation criminelle plus importante qui contribue d´une manière synchronisée et coordonnée à la mise en œuvre du programme, élaboré par « l´élite », de réduction de la population mondiale dans les mois et années à venir, tout en mettant en place un gouvernement mondial dont l´OMS n’en est quun organe. L´OMS, agence de l´ONU, semble jouer un rôle important dans la coordination des activités des laboratoires, des entreprises de production de vaccins et des gouvernements afin de réaliser l´objectif de réduction de la population et de la prise en main du pouvoir politique et économique en Europe et en Amérique du Nord: -Tout d´abord, c´est l´OMS qui finance, appuie et couvre les laboratoires tels que le CDC (Center Disease Control) dans leurs activités de bioprospection des agents pathogènes, de leur manipulation pour les rendre plus mortels. C´est aussi cette organisation qui leur attribue les brevets. – Ensuite l´OMS distribue ces mêmes germes pathogènes créés en laboratoire aux sociétés telles que Baxter en Autriche, afin que celle-ci les utilise délibérément et systématiquement pour contaminer le matériel du vaccin. Si la contamination des 72 kilos n´avait pas été détectée à temps par un technicien de laboratoire en République Tchèque, des millions de personnes auraient été infectées par le virus de la « grippe aviaire » rien qu’en se faisant injecter. -En troisième lieu, en cas de pandémie, l´OMS ordonne une campagne de vaccination obligatoire pour tous les 194 pays membres, conformément aux recommandations formulées par un groupe consultatif sur le vaccin de Baxter. -En quatrième lieu, l´OMS signe avec Baxter, Novartis et d´autres entreprises des contrats lucratifs pour la fourniture de ces vaccins. En outre, l´OMS acquiert une nouvelle autorité à l´échelle internationale en cas de pandémie. En vertu des plans particuliers de lutte contre la pandémie appliqués partout dans le monde en 2005, y compris aux Etats-Unis, les gouvernements nationaux perdent leur autorité en cas d´urgence pandémique. Ils sont remplacés par des comités de crises qui prennent en charge la santé et les infrastructures sécuritaires du pays. Ils sont responsables devant l´OMS et l´U.E. en Europe et devant l´OMS et les Nations Unies en Amérique du Nord. En cas de mise en oeuvre du Model Emergency Health Powers Act sur instructions du WHI, le refus par les Américains de se faire vacciner constitue une infraction pénale. La police est autorisée à utiliser la violence contre les suspects « criminels ». En contrôlant ces comités spéciaux de crise qui ont le pouvoir de faire appliquer la législation à mettre en place dans chaque pays, l´OMS, l´U.E. et les Nations Unies deviennent de facto « le gouvernement » dans une grande partie du monde. Les meurtres de masse et la mort entraîneront également un effondrement économique, des bouleversements, la famine et des guerres : la conjugaison de tous ces événements débouchera sur la réduction de la population. En définitive : l´OMS contribue à la création, à la distribution et la diffusion du virus de la pandémie mortelle. Et cette pandémie permet à l´OMS de prendre le contrôle des gouvernements en Amérique du Nord et en Europe, et aussi d´ordonner des campagnes de vaccination obligatoire effectuées par les mêmes entreprises qui ont distribué et propagé le virus, sous le prétexte de protéger les populations contre une pandémie qu´elles ont crée. Les principaux medias, propriété de ce même groupe « d´élite », qui finance l´OMS, dissimulent systématiquement au public la nature du réel danger que constitue ces vaccins contre le virus H1N1, en ne communiquant par les informations stratégiques relatives aux activités étroitement liées que mène ce groupe d´organisation pour leur profit mutuel. En conséquence, la plupart des personnes continuent de croire que le virus H1N1 est celui d´une grippe porcine naturelle, même lorsque l´OMS a officiellement abandonné le terme « porcine », une manière de reconnaître son origine artificielle. La plupart des personnes continuent de croire que les entreprises peuvent trouver un traitement quand, au contraire, celles-ci préparent une série mortelle de vaccins contenant des virus vivant atténués, des métaux toxiques et d´autres poisons. Les vaccins H1N1 à deux doses sont conçues pour neutraliser le système immunitaire et le charger d´un virus vivant dans un processus qui reflète celui qui est décrit, en 1972, dans deux notes publiées par l´OMS contenant la description des moyens techniques qui permettent de transformer les vaccins en tueurs. Le Mémorandum Strecker révèle également que l´OMS recherche activement les moyens d´affaiblir le système immunitaire de l´organisme. La meilleure protection contre le virus H1N1 qui a déjà été diffusé et qui deviendra inévitablement plus mortel en subissant des mutations, en automne, consiste à prendre de l´argent colloïdal et également des vitamines pour renforcer le système immunitaire, à porter des masques et d´autres mesures de cette nature. Pourtant, aucun gouvernement en Amérique du Nord ou en Europe n´a constitué des provisions d’argent colloïdal ou annoncé des mesures judicieuses de protection de la santé afin de contenir la prochaine vague mortelle. Au contraire, des signes de plus en plus visibles montrent qu´ils vont recourir à la panique pour terrifier les populations et les contraindre à accepter ces vaccins toxiques qui laisseront certainement des dommages ou des blessures en raison de la presence des seuls métaux lourds. Cette vaccination de masse permettra en plus l´apparition d´autres souches et servira de couverture pour la diffusion de la grippe aviaire ou d´autres agents pathogènes. C´est pourquoi, il faut prendre des mesures maintenant pour empêcher le déroulement des campagnes de vaccination prévues en automne. Ces mesures consistent à engager une action en justice pour bloquer la distribution en masse des vaccins et/ou des lois permettent aux gouvernements de forcer les populations à se faire vacciner. Il faut ouvrir, dans chaque pays, une enquête contre le syndicat international des sociétés de crime, puisqu´il possède des démembrements dans tous les pays. Et pour essayer de le faire aux Etats-Unis, j´ai porté plainte en juin contre l´OMS et les Nations Unies, entre autres accusés. J´ai inclus le président Obama parmi les accusés parce que je crois que le temps est venu d´identifier et d´isoler les membres reconnus de ce syndicat international des entreprises criminel, qui s´est emparé des grands postes du gouvernement aux Etats-Unis et de les jeter une fois pour toute en prison. Or certaines informations indiquent que le président Obama a des liens financiers directs avec Baxter; il faut que la police ouvre une enquête sur cette question. Il existe des preuves qui montrent que le ministre autrichien de la santé et d´autres responsables aide Baxter à effacer les traces de ses actions. De même, il existe des preuves tangibles indiquant que certains éléments des media autrichiens sont impliqués dans la diffusion des mensonges et dans la désinformation dont le but est d´endormir les citoyens en leur faisant croire qu´ils sont en sécurité, s´agissant de la production et de la distribution par Baxter du matériel pandémique en Autriche.

Reproduction autorisée de  www.SpreadTheTruth.fr

Curieusement, un an avant que le premier cas de la prétendue grippe porcine ne soit décelé, la plus grande firme pharmaceutique Baxter, a déposé un brevet pour un vaccin contre le H1N1 : Brevet US 2009/0060950 A1 qui stipule « la composition ou vaccin composé de plus d'un antigène … comme la grippe A et B en particulier prélevé sur un ou plus des types humains de H1N1, H2N2, H3N2, H5N1, H7N7, H1N2, H9N2, H7N2, H7N3, H10N7, de grippe porcine H1N1, H1N2, H3N1 and H3N2 sous-type, de la grippe du chien ou du cheval H7N7, H3N8 sous-type ou de la grippe aviaire H5N1, H7N2, H1N7, H7N3, H13N6, H5N9, H11N6, H3N8, H9N2, H5N2, H4N8, H10N7, H2N2, H8N4, H14N5, H6N5, H12N5 sous-type."Nous avons donc au moins des "vaccins" dangereux et mal testés H1N1 et  H2N2, H3N2, H5N1, H7N7, H1N2, H9N2, H7N2, H7N3, H10N7, de grippe porcine H1N1, H1N2, H3N1 and H3N2 sous-type, de la grippe du chien ou du cheval H7N7, H3N8 sous-type ou de la grippe aviaire H5N1, H7N2, H1N7, H7N3, H13N6, H5N9, H11N6, H3N8, H9N2, H5N2, H4N8, H10N7, H2N2, H8N4, H14N5, H6N5, H12N5 sous-type ainsi que d’autres substances dangereuses, par exemple du mercure, de l'aluminium, de la mort aux rats, des dioxines et des nano particules."
La demande de brevet précise : « des adjuvants appropriés peuvent être choisis à partir de gels minéraux, d'hydroxyde d'aluminium, d'agents de surface, de lysolecithin, de pluronic polyols, de polyanions, ou d'émulsions d'eau et d'huile. Bien sûr la sélection de l'adjuvant dépend de l'utilisation. Par exemple la toxicité dépend de l'organisme auquel le produit est destiné et peut varier d'une toxicité nulle à une toxicité élevée. » En l'absence de toute responsabilité juridique se pourrait-il que Baxter se prépare à vendre des millions de doses de vaccins contenant un adjuvant hautement toxique tel que l'hydroxyde d'aluminium ? Il serait peut-être temps de demander à tous les responsables de l'OMS, du SAGE, du CDC et des membres de l'Administration Obama, d'être les premiers à se faire inoculer la dose entière de vaccin H1N1 qui sera distribuée au public. Nous devrions ajouter à la liste des premiers vaccinés, tous les membres du Congrès qui ont voté l'allocation d'urgence de 7 milliards de dollars et qui ont entériné l'immunité accordée aux firmes pharmaceutiques dans l'éventualités de procès. La population n'a pas à servir de cobaye pour les essais d'un nouveau vaccin. Nous pourrons observer les résultats. Le même principe doit s'appliquer à tous les gouvernements et organismes de santé qui demandent à leurs citoyens d'expérimenter les vaccins H1N1 de notamment Novartis, Sanofi, GlaxoSmithKline ou de Baxter, afin de vérifier leur innocuité.
Par quel hasard le président Sarkozy a-t-il eu l’intuition d’aller signer un contrat  d’investissement d’un montant de 100 millions d’euros, le 9 mars 2009, pour la construction d’une usine de fabrication de vaccins contre la grippe ? Et devinez où ! Au Mexique, là où justement, le foyer de la pandémie a pris naissance !
 
Pourquoi  aucun média et aucun expert scientifique ne rappellent que la grippe  ordinaire tue chaque année entre 250.000 et 500.000 personnes, soit plus de 1.000 morts par jour (ce sont les chiffres officiels de l’Organisation Mondiale de la Santé) ?  

Et l'OMS cessa de surveiller le H1N1

Un autre élément indique, qu'avec ce scénario alarmiste de l'OMS, on nous prend pour des imbéciles. L'OMS elle même, l'organisation mondiale chargée de surveiller les foyers de ce que l'on nomme pandémies, voire même « pandémies mondiale » ( sic ) vient juste de décider d'arrêter le suivi de l'évolution de la grippe porcine ( ou de virus H1N1 comme on préfère l'appeler maintenant afin de ne pas froisser les producteur de porcs) Dans une note d'information, déroutante, postée sur son site web, l'Organisation Mondiale de la Santé indique qu'il n'est plus nécessaire de recenser les cas de H1N1. La dernière mise à jour de l'OMS, en date du 6 juillet, indique 94 512 cas confirmés dans 122 pays, dont 429 décès. Apparemment l'OMS affirme que le nombre de cas confirmés en laboratoire est insignifiant. La note précise que les pays continueront à notifier les premiers cas confirmés. il est également indiqué que les pays doivent suivre les groupes de cas graves ou mortels qui peuvent indiquer une mutation du virus vers une forme létale. Il est dit qu'il faut « être vigilant » en cas d'augmentation d'absentéisme scolaire ou d'augmentation du nombre de consultation dans les services d'urgences.

Le droit suisse interdit la fabrication d'embryons surnuméraires. Chaque cellule souche embryonnaire est en fait un embryon surnuméraire. Le Conseil fédéral avait demandé un moratoire sur ce sujet. Or, des milliers d'embryons humains ont été créés notamment par Novartis et seront supprimés obligatoirement en étant injectés sous forme de vaccins pour une forme abjecte de torture "scientifique". Nous préférerions qu'ils soient adoptés comme le demande l'initiative fédérale "flocons de neige".

Pour le surplus, jura novit curia et Summus ius, summa injuria.

Il y a fréquemment des injustices consistant à chercher chicane aux gens et à interpréter subtilement le droit. De là, cette maxime devenue proverbe : "summum ius, summa injuria". Beaucoup d'actes immoraux de cette sorte se commettent au nom de l'intérêt cupide et malsain : on cite un chef d'armée qui, après être convenu avec l'ennemi d'une trêve de trente jours, ravageait de nuit son territoire parce que, disait-il, le pacte conclu s'appliquait aux jours, non aux nuits.

Je m'adresse à vous en tant que détenteur d'une autorité publique et vous prie de prendre note de tous les faits. J'attire votre attention sur le fait que je ne suis pas avocat et que si la teneur de cette demande n'est pas conforme aux procédures judiciaires, il y a lieu de tenir compte de la jurisprudence suisse en la matière :

Le destinataire d'un acte doit interpréter la portée de celui-ci d'après le sens qu'il «pouvait raisonnablement lui attribuer en le considérant comme réellement voulu, sur la base de l'attitude antérieure du déclarant et des circonstances qu'il connaissait au moment où la déclaration lui a été faite (ATF 94 II101, pp. 104-105, JT 1969 I 27, P. 28, cité par Engel, Traité des obligations en droit suisse 2è éd. 1997, pp. 238-239). Une déclaration adressée à une autorité doit être comprise selon le sens que, de bonne foi, son destinataire doit lui prêter (ATF 102 Ia 92, c.2, rés. In JT 1978 I 30).

L'administration étant davantage versée dans les matières qu'elle doit habituellement traiter, du moins formellement, on peut attendre de sa part une diligence accrue dans l'examen des actes qui lui sont soumis, …afin de leur donner un sens raisonnable, sans avoir à s'en tenir aux expressions inexactes utilisées (Egli, la protection de la bonne foi dans le procès, en Juridiction constitutionnelle et Juridiction administrative, Recueil des travaux publiés sous l'égide de la Première cour de droit public du Tribunal fédéral suisse, pp. 225ss, spéc. Pp. 236-237 et les exemples cités).  De plus et selon la même logique, si le destinataire de cette plainte ne répond pas aux formes de procédures, vous voudrez bien le faire suivre d'office à l'instance compétente. Il en est de même de l'application des articles ci-dessous :

Enfin, il se réfère à la pratique constante du Tribunal fédéral en la matière, selon laquelle de tels textes sont à interpréter conformément aux intentions du recourant, vu que vous est censé mieux connaître le droit qu'un citoyen de bonne foi.

J'attire votre attention sur le fait que la bonne foi de la partie adverse est absente vu leur cupidité maladive.

Je demande aussi que toutes les pièces déjà détenues par la justice pour chaque affaire citée fassent partie de cette procédure, même oar procédure d’entraide pénale internationale.

L’actualité me fait penser que nous sommes tous les victimes du même type d’ entente secrète que ci-dessous :

Sicile : des francs-maçons aidaient la mafia à retarder des procès (procureur).

ROME, (AFP) – Huit personnes, dont plusieurs francs-maçons, ont été arrêtées mardi en Italie pour avoir aidé des chefs de la mafia à retarder leur procès, a annoncé le procureur de la République de Palerme au cours d'une conférence de presse à Rome.

Plusieurs francs-maçons ont utilisé leurs réseaux pour aider, moyennant finance, des chefs mafieux de Trapani (ouest de la Sicile) et d'Agrigente (sud) à retarder leur procès jusqu'à ce que les faits soient prescrits, a expliqué le procureur Francesco Messineo.

"Il s'agissait d'un réseau très complexe qui interférait dans des procès pénaux grâce à des contacts bien placés", a-t-il commenté.

"Ils allaient jusqu'à trafiquer le calendrier des audiences", a précisé le procureur adjoint Roberto Scarpinato.

Un certain Rodolfo Grancini, 68 ans, sans profession mais décrit par le procureur comme "un intrigant" disposant d'un cercle d'amitiés haut placées était le pivot du système de corruption.

Outre les francs-maçons, dont le nombre n'a pas été précisé, une policière de la Direction anticriminalité du ministère de l'Intérieur, un employé du greffe de la Cour de cassation, plusieurs chefs d'entreprise et un gynécologue de Palerme, déjà condamné pour violences sexuelles sur une mineure, figurent parmi les personnes interpellées.

Elles sont accusées d'association mafieuse, de corruption, de détournement d'argent public, d'accès illégal au système informatique de la justice et de violation du secret de l'instruction.

Un prêtre jésuite, résidant à Rome et lié à l'un des entrepreneurs arrêtés mardi, s'est également vu notifier son inculpation, selon l'agence Ansa. Son logement et son bureau ont été perquisitionnés.

Le grand maître de la Grande Loge sérénissime "Unité de l'Italia", Stefano De Carolis, est également poursuivi dans cette affaire, selon la même source.

L'enquête baptisée "Hiram" avait été lancée en 2006 à la suite d'écoutes téléphoniques effectuées dans le cadre d'une autre affaire concernant la mafia. Elle s'était concentrée sur les familles mafieuses de Mazara del Vallo et de Castelvetrano, dans la région de Trapani, "terre de mafia et de franc-maçonnerie", selon le procureur.

Compte tenu de la gravité des faits commis en Suisse  par des individus « initiés » investis de fonctions publiques, il y a lieu de procéder à une enquête urgente afin de mettre à jour leurs agissements en bande et pour les empêcher de continuer de nuire à l’intérêt public.
C’est par suite de leur participation à une organisation du Crime et pour couvrir leurs actes abjects que je me trouve actuellement en faillite, ce qui conduit à un retard considérable dans la résolution de mes intérêts personnels.

Telles sont les raisons pour lesquelles je me porte Partie Civile contre MM.    , mais aussi contre les États de Berne et de la Suisse, si des mesures ne sont pas prises immédiatement pour arrêter ces Criminels.

Pourtant, là les responsables n’ont jamais été inquiétés depuis des années… Qui donc les soutient et a un intérêt direct à ce que cela ne change pas ? Doit-on y voire la main mise de la franc-maçonnerie ? Une chose est sûre, c’est que ceux qui trinquent sont les contribuables et les justiciables.

Il est intéressant d’observer  par exemple la structure du Tribunal Cantonal vaudois ou de celui de la haute cour de Jérusalem. Tout est dédié à la gloire de cette secte secrète qui est la Franc-maçonnerie : Dès l’entrée extérieure, les initiés y voient leurs symboles, deux fois trois colonnes avec des triangles et les trois points sur les colonnes. Trois coins, 3 points… la démocratie et la justice sont impossibles avec des sociétés secrètes dont les vrais chefs et les buts sont occultes. La croix chrétienne y est méprisée dans l’architecture La Belgique nous en a montré l’exemple dans l’affaire du pédophile Dutroux et ses 19 « suicides », les centaines de tests ADN écartés par la « justice » ou l’affaire Resende en Suisse …

Nous devons nous unir pour reconstituer la toile tissée par ces sociétés secrètes et en dénoncer pénalement leur corruption, les combines, les collusions et les vols perpétrés entre autres par les systèmes informatiques. C’est pourquoi je lance ici un appel à témoins à tous les Citoyen(ne)s qui pourraient avoir été spectateur d’une irrégularité.

Certains « juges » jugent les yeux fermés et favorisent leurs « frères » secrets et occultes. N’est-ce pas le témoignage d’une justice en crise dans laquelle les « juges » qui la représentent abusent de leur autorité à des fins personnelles en bafouant les Droits constitutionnels ?

Les magistrats francs-maçons sont-ils des délinquants ?

Le Conseil Supérieur de la Magistrature Italien a interdit depuis 1993 aux magistrats d’appartenir à une loge maçonnique. La justice anglaise, quant à elle, oblige ses magistrats francs-maçons à le faire savoir de la façon la plus claire. En Suisse, dans le même temps, juges, experts, fiduciaires, banquiers et avocats francs-maçons continuent chaque jour à protéger leurs “frères”, qu’ils soient plaignants ou accusés.

Nombre de justiciables ayant eu affaire avec la justice ces dernières décennies ont bien souvent été confrontés à la partialité parfois brutale de divers tribunaux, jusqu’au jour où ils ont réalisé que leurs adversaires étant francs-maçons, ceux-ci avaient ainsi bénéficié de protections choquantes et  scandaleuses.

En effet, le serment maçonnique de solidarité fraternelle oblige fortement tous ceux qui le prête à protéger leurs “frères” et ce quelques soient les circonstances.

Les 40% de magistrats indépendants de la franc-maçonnerie commencent à comprendre que c’est leur honneur et leur légitimité de magistrats qui sont désormais en cause. Certains d’entre eux attendent avec impatience que la Suisse s’aligne enfin sur les pratiques européennes et accepte de séparer formellement la justice et la franc-maçonnerie. La justice est, chaque jour, en complète contradiction avec le droit européen, notamment l’article 6 de la Convention Européenne des Droits de l’Homme. Cet article 6 de la Convention accorde à tout citoyen d’un pays signataire le droit à “un procès équitable rendu par un tribunal impartial”.Or, dans l’état actuel du fonctionnement de la justice et compte tenu de l’utilisation abusive de ses institutions par les réseaux maçonniques, dès l’instant où un justiciable franc-maçon se présente devant un tribunal, il devient strictement impossible de considérer le tribunal comme impartial. En effet, aucun citoyen ordinaire ne peut savoir, compte tenu du caractère occulte de la franc-maçonnerie, quel magistrat en fait ou non partie. Mais comme, par ailleurs – tous les experts s’accordent sur ce point – environ 60% de la magistrature fait partie de la franc-maçonnerie, il devient alors hautement probable que face à n’importe quel tribunal, tout citoyen plaignant ou accusé se trouve face à au moins un magistrat franc-maçon : si la partie adverse est effectivement membre de la franc-maçonnerie, alors, adieu l’impartialité du tribunal, au sens du droit européen et bienvenue au délit d’entrave à l’exécution de la justice.

Par la présente, j´incite toute personne concernée par de tels actes à élever la voix dans les tribunaux ( sans violences ni menaces ) contre les magistrats qui protègeraient de tels actes en refusant de les considérer comme des faux car ils se rendraient ainsi complices de tels actes.

Ils vont jusqu'à tricher les résultats des élections et des votations, nous en avons les preuves.

http://pavie.ch/articles.php?lng=fr&pg=45
http://desiebenthal.blogspot.com/2009/06/recours-final.html

Tony Blair a exigé et obtenu la publication publique des listes des membres de ces loges, afin de lutter contre les collusions.
En Italie, la loi interdit aux magistrats d’en être. Il est facile aux renseignements généraux de noyauter de telles organisations secrètes.

Tous ces éléments font état d’une violation grave de mes Droits Constitutionnels
et selon la CEDH (Convention Européenne des Droits de l’Homme, et l’acharnement de
pseudo « juristes », mais réels Criminels, qui détournent des patrimoines et se permettent ensuite de faire « juger » le Justiciable qui dénonce les faits et fait valoir ses Droits, relève d’abus de pouvoir d’une Dictature sournoise, mais en aucun cas d’un État de Droit.

La question est en fait très simple : Jugement ou le juge ment ?

La "justice" ne s'attaque plus à la corruption, mais à ceux qui dénoncent la corruption

Nous nous tenons volontiers à votre disposition pour que vous puissiez consulter et lire tous les dossiers et jugements.

Dans l'attente de vos déterminations, je vous prie de croire, Monsieur le Juge, en l'expression de ma haute considération

 

Annexes : Faits et pièces à considérer

Copies : Procureurs, Bâtonniers, Conseils d’État, tribunal cantonal de divers cantons, le justiciable, divers mass-media, Prof. Riklin,

Avec mes meilleures salutations.
François de Siebenthal
14, ch. des Roches
CH 1010 Lausanne
Suisse, Switzerland

PS:

Quelques faits:

Quelques liens sont cassés vu la censure excercée à l' encontre ce sujet délicat
 
http://www.24heures.ch/vaud/actu/alerte-virus-porcin-train-gare-lausanne-2009-04-27 
 
http://wakenews.net/Microsoft_Word__Anzeige_Schweiz.pdf
 
http://fr.wikipedia.org/wiki/Grippe_de_1918

http://www.google.ch/search?hl=fr&q=grippe+espagnole+laboratoire+us&meta=

http://911truth-sherbrooke.org/2009/04/26/h5n1-le-genome-de-la-grippe-espagnole-ressuscite-a-partir-dun-cadavre-congele/

http://www.rense.com/general68/dal.htm

http://portland.indymedia.org/en/2005/10/327804.shtml (Tamiflu est ses actionnaires du Bilderberg US dont Rumsfeld

http://www.youtube.com/watch?v=hRYmofiA6fk (Cercueils de la FEMA, etc.)

http://edition.cnn.com/2009/HEALTH/07/29/CDC.H1N1.vaccine.guidelines/

http://www.forbes.com/feeds/reuters/2009/07/29/2009-07-29T233649Z_01_N29382300_RTRIDST_0_FLU-VACCINE-USA-UPDATE-3.html

http://www.prisonplanet.com/12000-u-s-children-to-be-swine-flu-vaccine-guinea-pigs.html

http://www.prisonplanet.com/canadian-doctor-h1n1-vaccination-a-eugenics-weapon-for-mass-extermination.html

http://www.lewrockwell.com/sardi/sardi114.html

http://www.lemonde.fr/web/depeches/0,14-0,39-39997663@7-37,0.html

 http://www.lenouvelliste.ch/fr/news/valais/300-000-valaisans-a-vacciner_9-154398

http://desiebenthal.blogspot.com/2009/06/vaccins-et-certaines-manipulations.html

Un culot révélateur, l'immunité juridique pour le H1N1.


Le virus de la grippe porcine HIN1 est listé « parmi de nombreux autres » dont extrait de la Demande de Brevet : [0056] « Un vaccin peut être utilisé entre autres comme injection prophylactique contre une maladie liée à un virus. Parmi les intégrations particulièrement préférées, la composition ou vaccin comprend plus d’un antigène, p. ex. 2, 3, 4, 5, 6, 7 ou 8, en particulier de différentes souches de virus, sous-types, ou types tels que la grippe A et la grippe B, sélectionnés en particulier à partir d’un ou plus des sous-types humains de H1NI1, H2N2, H3N2, H7N7, H1N2, H9N2, H7N2, H7N3, H10N7, des sous-types de la grippe porcine H1N1, H1N2, H3N1 et H3N2, des sous-types de la grippe canine ou équine H7N7, H3N8 ou des sous-types aviaires H5N1, H7N2, H1N7, H7N3, H13N6, H5N9, H11N6, H3N8, H9N2, H5N2, H4N8, H10N7, H2N2, H8N4, H14N5, H6N5, H12N5. »
Contenu toxique du vacccin
Adjuvants, nanoparticules, squalène, mercure, aluminium, formaldéhyde, bêta-propiolactone, polysorbate 80… OGM, dont la toxicité a été reconnue par différentes études.

Extraits placentaires d'animaux malades ce qui correspond à l'usage de pratiques eugénistes visant à mélanger l'ADN Humain avec l'ADN animal.

Des plasmides visant à bloquer l'évolution de l'homme.

Support envisagé du vaccin : cristaux liquides pour injection de la puce RFID en nanoparticule micronisée réduite à l'état d'un grain de poudre afin d'assurer la traçabilité et le contrôle des populations.

Chute de population et savoir : les exemples dans l'histoire

Monsieur Nicolas Sarkozy ne parle quasiment plus d'écologie sans faire référence au livre de Jared Diamond, Effondrement (1) Ils veulent cet effondrement pour des raisons "écologiques" ridicules.


Krach, le suicide du monde. Jean Bourgeois-Pichat a calculé que le monde pourrait ne compter que 2 personnes en 2 470 vu que le TR est en dessous de 2,1


Nombre d'enfants par femme, TR en dessous de 2,1

Le suicide du monde vu le Nombre d'enfants par femme, TR en dessous de 2,1:


L'image

[Europe-hiver.jpg]

Le suicide du monde vu le Nombre d'enfants par femme, TR en dessous de 2,1Je vous laisse imaginer la situation s'ils répandent volontairement des pandémies et des vaccins viciés.
Les dominateurs du monde trouvent que la crise ne va pas assez vite vers le bas…

La crise 2008 déjà annoncée en 1989 lors d'un grand congrès à Lausanne, notamment par les facteurs démographiques.

Le livre: " Europe: l'hiver démographique" en parlait déjà en 1989. ( Edition l'age d'homme, Lausanne et Paris )

Les courbes de population utilisées qui y étaient utilisées était notamment celles de Jean Bourgeois Pichat.

Ces graphiques mis en conclusion du livre démontrait que si aucune réaction sérieuse n'intervenait, nous aurions un maximum de population vers 8 milliards autour de 2040 puis l'effondrement d'une population vieillie retombant en 2100 bien en dessous du niveau actuel. En vérité nous devons faire face aux deux problèmes à la fois et, sur le plan écologique, aboutir à de vrais efforts en matière de respect de la nature, de lutte contre les gaspillages, d'éducation des populations.

"La France deviendra dans moins de 20 ans la colonie de ses anciennes colonies"…?
(Vladimir Poutine – interview Agence TASS – Septembre 1995)

Vladimir Poutine a dit aussi :

"Bien sûr que je suis un pur et absolu démocrate ! La tragédie, c'est que je suis le seul pur démocrate au monde. Depuis la mort du Mahatma Gandhi, je n'ai plus personne à qui parler"

(Sources: Courrier International, Quid.fr)

Le testament spirituel de Michael Jackson

http://www.youtube.com/watch?v=d5q59xIFMrg&feature=related

Mickael Jackson victime des illuminati.

Il a annoncé à ses proches qu'ils allaient le tuer…

Michael Jackson avait vraiment l'intention de dénoncer la conspiration des Illuminatis, ici:
http://www.youtube.com/watch?v=SW43Mig1LYE

Il déchire en 1000 morceaux ses papiers américains.Symbolique forte.

Il veut révéler leur plan odieux de destruction massive de la population mondiale.

Illuminati, Music Industry and WHY MICHAEL JACKSON WAS KILLED - High Definition Part 2

Hebrew translations for Barack Obama
PresentDarkness 2009-10-25 01:45:36

Check out what this very interesting little study has to say about the origins of obama's name. It's quite fascinating to say the least.

Hebrew translations for Barack Obama
Luke 10:18 – 18: And he said unto them, I beheld Satan as lightning fall from heaven.

The verse is from Greek to english, but originally spoken in aramaic, which is the most ancient form of Hebrew. From Strong's Hebrew dictionary, Baw-Rawk is lightening or a flash of light.

Strong's Hebrew Lexicon Search Results

Result of search for "lighten":

965 bazaq baw-zawk' from an unused root meaning to lighten; a flash of lightning:–flash of lightning.

1299 baraq baw-rak' a primitive root; to lighten (lightning):–cast forth.

5050 nagahh naw-gah' a primitive root; to glitter; causatively, to illuminate:–(en-)lighten, (cause to) shine.

Strong's Hebrew Lexicon Search Results

Result of search for "baraq":

1299 baraq baw-rak' a primitive root; to lighten (lightning):–cast forth.

1300 baraq baw-rawk' from 1299; lightning; by analogy, a gleam; concretely, a flashing sword:–bright, glitter(-ing sword), lightning.

1301 Baraq baw-rawk' the same as 1300; Barak, an Israelite:–Barak.

The Book Of Isaiah is the origin and Christian concept or understanding of satan or lucifer, especially in Isaiah 14: 12-19.

In strong's Hebrew word 1116

Verse 14: I will ascend above the heights of the clouds; I will be like the most High.

Strong's Hebrew Lexicon Search Results

Result of search for "bamah":

1116 bamah bam-maw' from an unused root (meaning to be high); an elevation:–height, high place, wave.

1117 Bamah baw-maw' the same as 1116; Bamah, a place in Palestine:–Bamah. See also 1120.

Also note that in Hebrew the word Waw or Vau is transliterated as a "U" or "O". Some scholars use the "O" for this transliteration. It's primarily used as a conjunction to join concepts together. So to join in Hebrew poetry the concept of "lightning" or "baraq" and the high place like Heaven or "heights" of Heaven, the letter "U" or sometimes "O", the Hebrew letter Waw would be used.

So we have – Baraq "O" Bam-Maw.. or – Baraq "U" Bam-Maw in Hebrew poetry, similar to the style written in Isaiah would translate literally as Lightning and the heights or the Heavens, or lightning from the heights of the skies or Heavens.

The word satan is satan in Hebrew, which is a direct translation. So back to Jesus's prophecy in Luke 10:18, (And he said unto them, I beheld Satan as lightning fall from heaven) if spoken by a Jewish Rabbi today invluenced by the poetry of Isaiah, he would say these words in Hebrew, the words of Jesus in Luke 10:18 as And I saw satan as Baraq O Bam-Maw

Jewish Rabbi Dan Ehrenkrantz president of the Reconstructionist Rabbi college in Wyncore, PA said in a SALON.COM article – 7-31-09. Hebrew for Lightning from the HEIGHTS = "barak U (b)vamah"

Jesus only used the word "lightning" in our beautiful Bible 3 times.

1 – Luke 10:18 – 18: And he said unto them, I beheld Satan as lightning fall from heaven.- Satan as Barack (lightning) fell from heaven. Where was Barack Hussein Obama born anyway? maybe he fell…

2 – Matthew 24:27 For as the lightning (Baraq) cometh out of the east, and shineth even unto the west; so shall also the coming of the Son of man be!

– Baraq shines upon the west as President of the United States.

– Baraq grew up in the East, as a Muslim in the country of Indonisia3 – In the third instance, Jesus once again uses lightning (Barack) for the timing prophecy of his second coming!

– The Son of Man will return in Barack's day.

Obama donne amabo à l'envers, j'aimerai en latin, Barack signifie le porteur de lumière, lucifer, Lux fere…amabo lucifer

Aaron Russo, le directeur et fabricant de films documentaires d'Hollywood a parlé en détail des reconnaissances renversantes de Nick Rockefeller, qui lui a personnellement dit que le but final de l'élite était de créer une population pucée et que la guerre contre le terrorisme était un canular, Rockefeller ayant prévu un « événement » qui déclencherait les invasions de l'Irak et de l'Afghanistan onze mois avant le 911.

http://www.alterinfo.net/Rockefeller-a-reconnu-l-objectif-de-l-elite-de-pucer-la-population_a6118.html

Chaque vaccin a une puce RFID en nano technologie…

Je vous prie de voir la différence des expressions dans les visages de Obama et Sarkozy avec le visage de Medvedev


Traduction »