Swine flu vaccine, danger

Dr. RUSSELL L. BLAYLOCK, M.D.
cid:1.1575885798@web180104.mail.gq1.yahoo.com

No one should take the swine flu vaccine-it is one of the most dangerous vaccines ever devised. It contains an immune adjuvant called squalene (MF-59) which has been shown to cause severe autoimmune disorders such as MS, rheumatoid arthritis and Lupus. This is the vaccine adjuvant that is strongly linked to the Gulf War syndrome, which killed over 10,000 soldiers and caused a 200% increase in the fatal disease ALS (Lou Gehreg disease). This virus H1N1 kills by causing a "cytokine storm", which means that it cause the body's immune system to overreact and that is why it is killing young people and is a mild disease in the elderly. (The elderly have weakened immune systems.) This vaccine is a very powerful immune stimulator and carries the real possibility of making the lethality of the virus much greater. 
One's best protection is vitamin D3. One should take 5000 IU a day now and when the disease begins to spread increase the dose to 15,000 IU a day. Vitamin D3 modulates the immune reaction, reducing the chance of an overreaction and stimulates the body to produce what are called antimicrobial peptides, which are powerful killers of viruses that does not involve immunity. This is dose related, which means the higher the dose of vitamin D3 the better the protection. Fish oils (the best is Carlson's Norwegian lemon flavored fish oil) also reduce immune overreaction. One teaspoon a day should be sufficient. For severe symptoms, one teaspoon twice a day. Antioxidants of various kins also help-this includes, quercetin, curcumin, grapeseed extract, vitamin C and natural vitamin E. A good multivitamin/mineral such as Extend Core ( www.vrp.com) is also essential.

Feel free to spread this around. People need to know how to protect themselves. 

Russell

Dr. Blaylock is a board certified neurosurgeon, author and lecturer. He attended the LSU School of Medicine in New Orleans and completed his general surgical internship and neurosurgical residency at the Medical University of South Carolina in Charleston , South Carolina . During his residency he ran the neurology program for one year and did a fellowship in neurosurgery after his residency. For the past 25 years he has practiced neurosurgery in addition to having a nutritional practice. He recently retired from both practices to devote full time to nutritional studies and research.
During his residency training he worked with the eminent neurosurgeon,Dr. Ludwig Kempe.Together they developed the transcallosal removal of intraventricular tumors, which is still used today. Dr. Blaylock presented their cases utilizing this technique to the Congress of Neurological Surgeons. They also developed the ventriculolymphatic shunt in the treatment of hydrocephalus. In addition, they conducted neuroanatomical studies together with the aim of developing improved approaches in vascular intracranial surgery. 
It was during his residency that Dr. Blaylock did much of the primary work on intraventricular monitoring of craniocerebral trauma patients, which was reported in the scientific literature. He also worked closely withDr. Peter Jannetta during Dr. Jennetta's early research on vascular compression of the cranial nerves as a cause of trigeminal neuralgia and hemifacial spasm. Dr. Blaylock was one of the first neurosurgeons to utilize high-intensity nutritional supplementation in craniocerebral trauma patients, which met with great success.
Dr. Blaylock has written and illustrated three books. The first book was on the subject of excitotoxins (Excitotoxins: The Taste That Kills) and how they are related to diseases of the nervous system. His second book,Health and Nutrition Secrets That Can Save Your Life, covers the common basis of all diseases, nutritional protection against diseases of aging, protection against heavy metal toxicity, the fluoride debate, pesticide and herbicide toxicity, excitotoxin update, the vaccine controversy, protection against heart attacks and strokes and contains a new chapter on omega-3 fats. This book has been newly revised as an oversized paperback. His third book,Natural Strategies for Cancer Patients, was released in April, 2003 and discusses the ways to defeat cancer, enhance the effectiveness of conventional treatments and prevent complications associated with these treatments. In addition, he has written and illustrated three chapters in medical textbooks, written a booklet on nutritional protection against biological terrorism and written and illustrated a booklet on multiple sclerosis. He has written over 30 scientific papers in peer-reviewed journals on a number of subjects.
Since the publication of his first book he has been a guest on numerous national and international syndicated radio programs and appeared on the 700 Club several times. He appeared on Nutritionally Living with Dr. Ward Bond. Presently, he is engaged in a monthly radio program discussing his book,Health and Nutrition Secretson Raymond Francis' programBeyond Health. The series will run for 12 months. He lectures widely to both lay and professional medical audiences on a variety of nutritional subjects.
Dr. Blaylock serves on the editorial staff of theJournal of the American Nutraceutical Associationand is the associate editor of theJournal of American Physicians and Surgeons, official journal of the Association of American Physicians and Surgeons. He has a monthly nutrition newsletter, published by NewsMax.com,The Blaylock Wellness Newsletter.
     Dr. Blaylock serves as the medical consultant for theFluoride Toxicity Research Collaborative. He was recently awarded the Integrity in Science award by theWestin Price Foundation.Presently, he is a visiting professor in the department of biological sciences atBelhavenCollegein Jackson , Mississippi .
At present he is a member of the American Association of Physicians and Surgeons, the American Nutraceutical Association, the International and American Associations of Clinical Nutritionist, the International Academy of Oral Medicine and Toxicology, American College of Nutrition, American Association for Health Freedom, National Health Federation, American Academy of Anti-Aging Medicine and the Price-Pottenger Nutrition Foundation. He was recently appointed as a member of the Academy of Anti-Aging Medicine and the Price-Pottenger Nutrition Foundation. He was also recently appointed as a member of theScientific Advisory Panel of the Life-Extension Foundation.
Surgeon . Author . Lecturer . Educator
Tagline
1-877-646-8637

H1N1, VACCINES FROM ABORTED HUMAN FOETUSES

Moral reflections on vaccines prepared from cells derived from aborted human foetuses

 

The human embryo in its preimplantation phase.
Scientific aspects and bioethical considerations

    Libreria Editrice Vaticana, Città del Vaticano, 2006     (Other languages: italiano, español, français)

Prospects for Xenotransplantation.
Scientific Aspects and Ethical Considerations

    Libreria Editrice Vaticana, Vatican City, 2001     (Other languages: italiano, español, français)

Declaration on the Production and the Scientific and Therapeutic Use of the Human Embryonic Stem Cells

    Libreria Editrice Vaticana, Vatican City, 2000     (Other languages: italiano, español, français, deutsch, português)

Reflexions on Cloning

    Libreria Editrice Vaticana, Vatican City, 1997     (Other languages: italiano, español, français, deutsch, português)

 
 

Other  PAV Documents
 
5 June, 2005 – Moral reflections on vaccines prepared from cells derived from aborted human foetuses [Englishitaliano]
18 April, 2004 – Considerations on the scientific and ethical problems related to vegetative [Englishitaliano]
14 March, 2003 – Proposal for an Ethical Commitment for Researchers in the Field of Biomedicine [Englishitaliano, español]

PONTIFICIA ACADEMIA PRO VITA

On June 4, 2003, you wrote to His Eminence Cardinal Joseph Ratzinger, with a
copy of this letter forwarded to me, asking to the Sacred Congregation of the Doctrine of
Faith a clarification about the liceity of vaccinating children with vaccines prepared using
cell lines derived from aborted human fetuses. Your question regarded in particular the
right of the parents of these children to oppose such a vaccination when made at school,
mandated by law. As there were no formal guidelines by the magisterium concerning that
topic, you said that catholic parents were often challenged by State Courts, Health Officials
and School Administrators when they filled religious exemptions for their children to this
type of vaccination.
This Pontifical Academy for Life, carrying out the commission entrusted to us by
the Congregation for the Doctrine of Faith, in answer to your request, has proceeded to a
careful examination of the question of these "tainted" vaccines, and has produced as a
result a study (in Italian) that has been realized with the help of a group of experts. This
study has been approved as such by the Congregation and we send you, there enclosed, an
English translation of a synthesis of this study. This synthesis can be brought to the
knowledge of the interested officials and organisms.
A documented paper on the topic will be published in the journal "Medicina e
Morale", edited by the Centra di Bioetica della Universita Cattolica in Rome.
The study, its synthesis, and the translation of this material took some time. We
apologize for the delay.
With my best regards,
Sincerely yours,

+E.Sgreccia
00193 Roma – Via della Conciliazione, 1 – Tel. 06 698.82423 – 06 698.81693 – Fax 06 698.82014
E-mail: pav@acdlife.va — Sito web: www.academiavita.org

__________
from Il Presidente
Prot.n.P/3431

to
Mrs Debra L.Vinnedge Vatican City, June 9 2005
Executive Director, Children of God for Life
943 Deville Drive East
Largo, Florida
33771
Stati Uniti

Dear Mrs Debra L.Vinnedge,

MORAL REFLECTIONS
ON VACCINES PREPARED FROM
CELLS
DERIVED FROM ABORTED HUMAN FOETUSES
The matter in question regards the lawfulness of production, distribution and
use of certain vaccines whose production is connected with acts of procured abortion.
It concerns vaccines containing live viruses which have been prepared from human cell
lines of foetal origin, using tissues from aborted human foetuses as a source of such
cells. The best known, and perhaps the most important due to its vast distribution
and its use on an almost universal level, is the vaccine against Rubella (German
measles).
Rubella and its vaccine
Rubella (German measles)1 is a viral illness caused by a Togavirus of the genus
Rubivirus and is characterized by a maculopapular rash. It consists of an infection
which is common in infancy and has no clinical manifestations in one case out of two,
is self-limiting and usually benign. Nonetheless, the German measles virus is one of
the most pathological infective agents for the embryo and foetus. When a woman
catches the infection during pregnancy, especially during the first trimester, the risk of
foetal infection is very high (approximately 95%). The virus replicates itself in the
placenta and infects the foetus, causing the constellation of abnormalities denoted by
the name of Congenital Rubella Syndrome. For example, the severe epidemic of
German measles which affected a huge part of the United States in 1964 thus caused
20,000 cases of congenital rubella2, resulting in 11,250 abortions (spontaneous or
surgical), 2,100 neonatal deaths, 11,600 cases of deafness, 3,580 cases of blindness,
1,800 cases of mental retardation. It was this epidemic that pushed for the
development and introduction on the market of an effective vaccine against rubella,
thus permitting an effective prophylaxis against this infection.
The severity of congenital rubella and the handicaps which it causes justify
systematic vaccination against such a sickness. It is very difficult, perhaps even
impossible, to avoid the infection of a pregnant woman, even if the rubella infection
of a person in contact with this woman is diagnosed from the first day of the eruption
of the rash. Therefore, one tries to prevent transmission by suppressing the reservoir
of infection among children who have not been vaccinated, by means of early
immunization of all children (universal vaccination). Universal vaccination has
resulted in a considerable fall in the incidence of congenital rubella, with a general
incidence reduced to less than 5 cases per 100,000 livebirths. Nevertheless, this
progress remains fragile. In the United States, for example, after an overwhelming
reduction in the number of cases of congenital rubella to only a few cases annually,
_________________________
1 J. E. Banatvala, D.W.G. Brown, Rubella, The Lancet, 3rd April 2004, vol. 363, No. 9415, pp.1127-
1137
2 Rubella , Morbidity and Mortality Weekly Report, 1964, vol. 13, p.93. S.A. Plotkin, Virologic
Assistance in the Management of German Measles in Pregnancy, JAMA, 26th October 1964, vol.190,
pp.265-268
2
i.e. less than 0.1 per 100,000 live births, a new epidemic wave came on in 1991, with
an incidence that rose to 0.8/100,000. Such waves of resurgence of German measles
were also seen in 1997 and in the year 2000. These periodic episodes of resurgence
make it evident that there is a persistent circulation of the virus among young adults,
which is the consequence of insufficient vaccination coverage. The latter situation
allows a significant proportion of vulnerable subjects to persist, who are a source of
periodic epidemics which put women in the fertile age group who have not been
immunized at risk. Therefore, the reduction to the point of eliminating congenital
rubella is considered a priority in public health care.
Vaccines currently produced using human cell lines that come from aborted foetuses
To date, there are two human diploid cell lines which were originally prepared from
tissues of aborted foetuses ( in 1964 and 1970) and are used for the preparation of
vaccines based on live attenuated virus: the first one is the WI-38 line (Winstar
Institute 38), with human diploid lung fibroblasts, coming from a female foetus that
was aborted because the family felt they had too many children (G. Sven et al., 1969).
It was prepared and developed by Leonard Hayflick in 1964 (L. Hayflick, 1965; G.
Sven et al., 1969)3 and bears the ATCC number CCL-75. WI-38 has been used for the
preparation of the historical vaccine RA 27/3 against rubella (S.A. Plotkin et al,
1965)4. The second human cell line is MRC-5 (Medical Research Council 5) (human,
lung, embryonic) (ATCC number CCL-171), with human lung fibroblasts coming
from a 14 week male foetus aborted for "psychiatric reasons" from a 27 year old
woman in the UK. MRC-5 was prepared and developed by J.P. Jacobs in 1966 (J.P.
Jacobs et al, 1970)5. Other human cell lines have been developed for pharmaceutical
needs, but are not involved in the vaccines actually available6.
_______________________
3. L. Hayflick, The Limited In Vitro Lifetime of Human Diploid Cell Strains, Experimental Cell
Research, March 1965, vol.37, no. 3, pp. 614-636.
G. Sven, S. Plotkin, K. McCarthy, Gamma Globulin Prophylaxis; Inactivated Rubella Virus;
Production and Biological Control of Live Attenuated Rubella Virus Vaccines, American journal of
Diseases of Children, August 1969, vol. 118, no. 2, pp.372-381.
4.S. A. Plotkin, D. Cornfeld, Th.H. Ingalls, Studies of Immunization With Living Rubella Virus, Trials in
Children With a Strain coming from an Aborted Fetus, American Journal of Diseases in children,
October 1965, vol. 110, no. 4, pp.381-389.
5 J.P. Jacobs, C.M. Jones, J.P. Bailie, Characteristics of a Human Diploid Cell Designated MRC-5,
Nature, 11th July 1970, vol.277, pp.168-170.
6 Two other human cell lines, that are permanent, HEK 293 aborted fetal cell line, from primary human
embryonic kidney cells transformed by sheared adenovirus type 5 (the fetal kidney material was
obtained from an aborted fetus, in 1972 probably), and PER.C6, a fetal cell line created using retinal
tissue from an 18 week gestation aborted baby, have been developed for the pharmaceutical
manufacturing of adenovirus vectors (for gene therapy). They have not been involved in the making of
any of the attenuated live viruses vaccines presently in use because of their capacity to develop
tumorigenic cells in the recipient. However some vaccines, still at the developmental stage, against
Ebola virus (Crucell,NV and the Vaccine Research Center of the National Institutes of Health's Allergy
and Infectious Diseases, NIAID), HIV (Merck), influenza (Medlmmune, Sanofi pasteur), Japanese
encephalitis (Crucell N.V. and Rhein Biotech N.V.) are prepared using PER.C6® cell line (Crucell
N.V., Leiden, The Netherlands).
3
The vaccines that are incriminated today as using human cell lines from aborted
foetuses, WI-38 and MRC-5, are the following:7
A) Live vaccines against rubella8 :
– the monovalent vaccines against rubella Meruvax®!! (Merck) (U.S.), Rudivax®
(Sanofi Pasteur, Fr.), and Ervevax® (RA 27/3) (GlaxoSmithKline, Belgium);
– the combined vaccine MR against rubella and measles, commercialized with the
name of M-R-VAX® (Merck, US) and Rudi-Rouvax® (AVP, France);
– the combined vaccine against rubella and mumps marketed under the name of
Biavax®!! (Merck, U.S.),
– the combined vaccine MMR (measles, mumps, rubella) against rubella, mumps and
measles, marketed under the name of M-M-R® II (Merck, US), R.O.R.®,
Trimovax® (Sanofi Pasteur, Fr.), and Priorix® (GlaxoSmithKline UK).
B) Other vaccines, also prepared using human cell lines from aborted foetuses:
– two vaccines against hepatitis A, one produced by Merck (VAQTA), the other one
produced by GlaxoSmithKline (HAVRIX), both of them being prepared using MRC-
5;
– one vaccine against chicken pox, Varivax®, produced by Merck using WI-38 and
MRC-5;
– one vaccine against poliomyelitis, the inactivated polio virus vaccine Poliovax®
(Aventis-Pasteur, Fr.) using MRC-5;
– one vaccine against rabies, Imovax®, produced by Aventis Pasteur, harvested from
infected human diploid cells, MRC-5 strain;
– one vaccine against smallpox, AC AM 1000, prepared by Acambis using MRC-5,
still on trial.
The position of the ethical problem related to these vaccines
7 Against these various infectious diseases, there are some alternative vaccines that are prepared using
animals' cells or tissues, and are therefore ethically acceptable. Their availability depends on the country
in question. Concerning the particular case of the United States, there are no options for the time being
in that country for the vaccination against rubella, chickenpox and hepatitis A, other than the vaccines
proposed by Merck, prepared using the human cell lines WI-38 and MRC-5. There is a vaccine against
smallpox prepared with the Vero cell line (derived from the kidney of an African green monkey),
ACAM2000 (Acambis-Baxter) ( a second-generation smallpox vaccine, stockpiled, not approved in the
US), which offers, therefore, an alternative to the Acambis 1000. There are alternative vaccines against
mumps (Mumpsvax, Merck, measles (Attenuvax, Merck), rabies (RabAvert, Chiron therapeutics),
prepared from chicken embryos. (However serious allergies have occurred with such vaccines),
poliomyelitis (IPOL, Aventis-Pasteur, prepared with monkey kidney cells) and smallpox (a thirdgeneration
smallpox vaccine MVA, Modified Vaccinia Ankara, Acambis-Baxter).
In Europe and in Japan, there are other vaccines available against rubella and hepatitis A, produced
using non-human cell lines. The Kitasato Institute produce four vaccines against rubella, called
Takahashi, TO-336 and Matuba, prepared with cells from rabbit kidney, and one (Matuura) prepared
with cells from a quail embryo. The Chemo-sero-therapeutic Research Institute Kaketsuken produce
one another vaccine against hepatitis A, called Ainmugen, prepared with cells from monkey kidney.
The only remaining problem is with the vaccine Varivax® against chicken pox, for which there is no
alternative.
8 The vaccine against rubella using the strain Wistar RA27/3 of live attenuated rubella virus, adapted
and propagated in WI-38 human diploid lung fibroblasts is at the centre of present controversy
regarding the morality of the use of vaccines prepared with the help of human cell lines coming from
aborted foetuses.
4
From the point of view of prevention of viral diseases such as German
measles, mumps, measles, chicken pox and hepatitis A, it is clear that the making of
effective vaccines against diseases such as these, as well as their use in the fight
against these infections, up to the point of eradication, by means of an obligatory
vaccination of all the population at risk, undoubtedly represents a "milestone" in the
secular fight of man against infective and contagious diseases.
However, as the same vaccines are prepared from viruses taken from the
tissues of foetuses that had been infected and voluntarily aborted, and the viruses were
subsequently attenuated and cultivated from human cell lines which come likewise
from procured abortions, they do not cease to pose ethical problems. The need to
articulate a moral reflection on the matter in question arises mainly from the
connection which exists between the vaccines mentioned above and the procured
abortions from which biological material necessary for their preparation was obtained.
If someone rejects every form of voluntary abortion of human foetuses, would
such a person not contradict himself/herself by allowing the use of these vaccines of
live attenuated viruses on their children? Would it not be a matter of true (and illicit)
cooperation in evil, even though this evil was carried out forty years ago?
Before proceeding to consider this specific case, we need to recall briefly the
principles assumed in classical moral doctrine with regard to the problem of
cooperation in evil 9, a problem which arises every time that a moral agent perceives
the existence of a link between his own acts and a morally evil action carried out by
others.
The principle of licit cooperation in evil
The first fundamental distinction to be made is that between formal and
material cooperation. Formal cooperation is carried out when the moral agent
cooperates with the immoral action of another person, sharing in the latter's evil
intention. On the other hand, when a moral agent cooperates with the immoral action
of another person, without sharing his/her evil intention, it is a case of material
cooperation.
Material cooperation can be further divided into categories of immediate
(direct) and mediate (indirect), depending on whether the cooperation is in the
execution of the sinful action per se, or whether the agent acts by fulfilling the
conditions – either by providing instruments or products – which make it possible to
commit the immoral act. Furthermore, forms of proximate cooperation and remote
cooperation can be distinguished, in relation to the "distance" (be it in terms of
temporal space or material connection) between the act of cooperation and the sinful
act committed by someone else. Immediate material cooperation is always proximate,
while mediate material cooperation can be either proximate or remote.
Formal cooperation is always morally illicit because it represents a form of
direct and intentional participation in the sinful action of another person.10 Material
________________________
9 D.M. Prummer O. Pr., De cooperatione ad malum, in Manuale Theologiae Moralis secundum
Principia S. Thomae Aquinatis, Tomus I, Friburgi Brisgoviae, Herder & Co., 1923, Pars I, Trat. IX,
Caput III, no. 2, pp. 429-434.
.K.H. Peschke, Cooperation in the sins of others, in Christian Ethics. Moral Theology in the Light of
Vatican II, vol.1, General Moral Theology, C. Goodliffe Neale Ltd., Arden Forest Industrial Estate,
Alcester, Warwickshire, B49 6Er, revised edition, 1986, pp. 320-324.
10 A. Fisher, Cooperation in Evil, Catholic Medical Quarterly, 1994, pp. 15-22.
5
cooperation can sometimes be illicit (depending on the conditions of the "double
effect" or "indirect voluntary" action), but when immediate material cooperation
concerns grave attacks on human life, it is always to be considered illicit, given the
precious nature of the value in question11.
A further distinction made in classical morality is that between active (or
positive) cooperation in evil and passive (or negative) cooperation in evil, the former
referring to the performance of an act of cooperation in a sinful action that is carried
out by another person, while the latter refers to the omission of an act of denunciation
or impediment of a sinful action carried out by another person, insomuch as there was
a moral duty to do that which was omitted 12. Passive cooperation can also be formal
or material, immediate or mediate, proximate or remote. Obviously, every type of
formal passive cooperation is to be considered illicit, but even passive material
cooperation should generally be avoided, although it is admitted (by many authors)
that there is not a rigorous obligation to avoid it in a case in which it would be greatly
difficult to do so.
Application to the use of vaccines prepared from cells coming from embryos or
foetuses aborted voluntarily
In the specific case under examination, there are three categories of people
who are involved in the cooperation in evil, evil which is obviously represented by the
action of a voluntary abortion performed by others: a) those who prepare the vaccines
using human cell lines coming from voluntary abortions; b) those who participate in
the mass marketing of such vaccines; c) those who need to use them for health
reasons.
Firstly, one must consider morally illicit every form of formal cooperation
(sharing the evil intention) in the action of those who have performed a voluntary
abortion, which in turn has allowed the retrieval of foetal tissues, required for the
preparation of vaccines. Therefore, whoever – regardless of the category to which he
belongs — cooperates in some way, sharing its intention, to the performance of a
voluntary abortion with the aim of producing the above-mentioned vaccines,
participates, in actuality, in the same moral evil as the person who has performed that
abortion. Such participation would also take place in the case where someone, sharing
the intention of the abortion, refrains from denouncing or criticizing this illicit action,
although having the moral duty to do so (passive formal cooperation).
_____________________________________________________________________
.D. Tettamanzi, Cooperazione, in Dizionario di Bioetica, S. Leone, S. Privitera ed., Istituto Siciliano di
Bioetica, EDB-ISB, 1994, pp.194-198.
.L. Melina, La cooperazione con azioni moralmente cattive contra la vita umana, in Commentario
Interdisciplinare alia "Evangelium Vitae", E. Sgreccia, Ramon Luca Lucas ed., Libreria Editrice
Vaticana, 1997, pp.467-490.
.E. Sgreccia, Manuale di Bioetica, vol. I, Reprint of the third edition, Vita e Pensiero, Milan, 1999,
pp.362-363.
11 Cf. John Paul II, Enc. Evangelium Vitae, no. 74.
12 No. 1868 of the Catechism of the Catholic Church.
6
In a case where there is no such formal sharing of the immoral intention of the
person who has performed the abortion, any form of cooperation would be material,
with the following specifications.
As regards the preparation, distribution and marketing of vaccines produced as
a result of the use of biological material whose origin is connected with cells coming
from foetuses voluntarily aborted, such a process is stated, as a matter of principle,
morally illicit, because it could contribute in encouraging the performance of other
voluntary abortions, with the purpose of the production of such vaccines.
Nevertheless, it should be recognized that, within the chain of production-distributionmarketing,
the various cooperating agents can have different moral responsibilities.
However, there is another aspect to be considered, and that is the form of
passive material cooperation which would be carried out by the producers of these
vaccines, if they do not denounce and reject publicly the original immoral act (the
voluntary abortion), and if they do not dedicate themselves together to research and
promote alternative ways, exempt from moral evil, for the production of vaccines for
the same infections. Such passive material cooperation, if it should occur, is equally
illicit.
As regards those who need to use such vaccines for reasons of health, it must
be emphasized that, apart from every form of formal cooperation, in general, doctors
or parents who resort to the use of these vaccines for their children, in spite of
knowing their origin (voluntary abortion), carry out a form of very remote mediate
material cooperation, and thus very mild, in the performance of the original act of
abortion, and a mediate material cooperation, with regard to the marketing of cells
coming from abortions, and immediate, with regard to the marketing of vaccines
produced with such cells. The cooperation is therefore more intense on the part of the
authorities and national health systems that accept the use of the vaccines.
However, in this situation, the aspect of passive cooperation is that which
stands out most. It is up to the faithful and citizens of upright conscience (fathers of
families, doctors, etc.) to oppose, even by making an objection of conscience, the ever
more widespread attacks against life and the "culture of death" which underlies them.
From this point of view, the use of vaccines whose production is connected with
procured abortion constitutes at least a mediate remote passive material cooperation to
the abortion, and an immediate passive material cooperation with regard to their
marketing. Furthermore, on a cultural level, the use of such vaccines contributes in the
creation of a generalized social consensus to the operation of the pharmaceutical
industries which produce them in an immoral way.
Therefore, doctors and fathers of families have a duty to take recourse to
alternative vaccines13 (if they exist), putting pressure on the political authorities and
______________________
l3 The alternative vaccines in question are those that are prepared by means of cell lines which are not
of human origin, for example, the Vero cell line (from monkeys) (D. Vinnedge), the kidney cells of
rabbits or monkeys, or the cells of chicken embryos. However, it should be noted that grave forms of
allergy have occurred with some of the vaccines prepared in this way. The use of recombinant DNA
technology could lead to the development of new vaccines in the near future which will no longer
require the use of cultures of human diploid cells for the attenuation of the virus and its growth, for
such vaccines will not be prepared from a basis of attenuated virus, but from the genome of the virus
and from the antigens thus developed (G. C. Woodrow, W.M. McDonnell and F.K. Askari). Some
experimental studies have already been done using vaccines developed from DNA that has been
derived from the genome of the German measles virus. Moreover, some Asiatic researchers are trying to
use the Varicella virus as a vector for the insertion of genes which codify the viral antigens of
7
health systems so that other vaccines without moral problems become available. They
should take recourse, if necessary, to the use of conscientious objection 14 with regard
to the use of vaccines produced by means of cell lines of aborted human foetal origin.
Equally, they should oppose by all means (in writing, through the various
associations, mass media, etc.) the vaccines which do not yet have morally acceptable
alternatives, creating pressure so that alternative vaccines are prepared, which are not
connected with the abortion of a human foetus, and requesting rigorous legal control
of the pharmaceutical industry producers.
As regards the diseases against which there are no alternative vaccines which
are available and ethically acceptable, it is right to abstain from using these vaccines
if it can be done without causing children, and indirectly the population as a whole, to
undergo significant risks to their health. However, if the latter are exposed to
considerable dangers to their health, vaccines with moral problems pertaining to them
may also be used on a temporary basis. The moral reason is that the duty to avoid
passive material cooperation is not obligatory if there is grave inconvenience.
Moreover, we find, in such a case, a proportional reason, in order to accept the use of
these vaccines in the presence of the danger of favouring the spread of the
pathological agent, due to the lack of vaccination of children. This is particularly true
in the case of vaccination against German measles15.
In any case, there remains a moral duty to continue to fight and to employ
every lawful means in order to make life difficult for the pharmaceutical industries
which act unscrupulously and unethically. However, the burden of this important
battle cannot and must not fall on innocent children and on the health situation of the
population – especially with regard to pregnant women.
To summarize, it must be confirmed that:
-there is a grave responsibility to use alternative vaccines and to make a conscientious
objection with regard to those which have moral problems;
– as regards the vaccines without an alternative, the need to contest so that others may
be prepared must be reaffirmed, as should be the lawfulness of using the former in the
meantime insomuch as is necessary in order to avoid a serious risk not only for one's
Rubella. These studies are still at a preliminary phase and the refinement of vaccine preparations which
can be used in clinical practice will require a lengthy period of time and will be at high costs. .D.
Vinnedge, The Smallpox Vaccine, The National Catholic Bioethics Quarterly, Spring 2000, vol.2, no. 1,
p. 12. .G.C. Woodrow, An Overview of Biotechnology As Applied to Vaccine Development, in «New
Generation Vaccines)), G.C. Woodrow, M.M. Levine eds., Marcel Dekker Inc., New York and Basel,
1990, see pp.32-37. W.M. McDonnell, F.K. Askari, Immunization, JAMA, 10th December 1997,
vol.278, no.22, pp.2000-2007, see pp. 2005-2006.
14 Such a duty may lead, as a consequence, to taking recourse to "objection of conscience" when the
action recognized as illicit is an act permitted or even encouraged by the laws of the country and poses a
threat to human life. The Encyclical Letter Evangelium Vitae underlined this "obligation to oppose" the
laws which permit abortion or euthanasia "by conscientious objection" (no.73)
15 This is particularly true in the case of vaccination against German measles, because of the danger of
Congenital Rubella Syndrome. This could occur, causing grave congenital malformations in the foetus,
when a pregnant woman enters into contact, even if it is brief, with children who have not been
immunized and are carriers of the virus. In this case, the parents who did not accept the vaccination of
their own children become responsible for the malformations in question, and for the subsequent
abortion of foetuses, when they have been discovered to be malformed.
8
own children but also, and perhaps more specifically, for the health conditions of the
population as a whole – especially for pregnant women;
– the lawfulness of the use of these vaccines should not be misinterpreted as a
declaration of the lawfulness of their production, marketing and use, but is to be
understood as being a passive material cooperation and, in its mildest and remotest
sense, also active, morally justified as an extrema ratio due to the necessity to provide
for the good of one's children and of the people who come in contact with the
children (pregnant women);
– such cooperation occurs in a context of moral coercion of the conscience of parents,
who are forced to choose to act against their conscience or otherwise, to put the health
of their children and of the population as a whole at risk. This is an unjust alternative
choice, which must be eliminated as soon as possible.

Vaccins à base d’embryons humains ? Le Vatican condamne.

Vaccins à base d'embryons humains. Le Vatican condamne les nouvelles pratiques sur l’embryon

Rédaction en ligne   http://www.lesoir.be/actualite/monde/le-vatican-condamne-les-2008-12-12-673129.shtml
vendredi 12 décembre 2008, 12:51

Le Vatican a condamné vendredi dans un texte doctrinal approuvé par le pape Benoît XVI les nouvelles techniques médicales ou scientifiques portant atteinte d’une manière ou d’une autre à l’embryon, qui doit être respecté dans sa « dignité » d’être humain.

Le Vatican condamne les nouvelles pratiques sur l'embryon

AP

Le clonage humain, l’utilisation thérapeutique des cellules souches embryonnaires, la fabrication de vaccins à partir de cellules d’embryons sont ainsi considérées comme illicites. L’instruction du Vatican intitulée « dignitas personae » (dignité de la personne) réitère aussi l’interdiction par l’ Église catholique de la procréation assistée par fécondation in-vitro. Elle s’oppose également à la pilule du lendemain, au stérilet ou à la pilule abortive (RU 486), des formes de contraception qui entrent « dans la catégorie du péché d’avortement ». Ces diverses condamnations et interdictions découlent du « principe fondamental » affirmé en introduction de l’instruction, selon lequel « la dignité de la personne doit être reconnue à tout être humain depuis sa conception à sa mort naturelle ». Ce document émanant de la congrégation pour la doctrine de la foi est une mise à jour de l’instruction « donum vitae » (le don de la vie) datant de 1987, qui appelait déjà à respecter dans l’embryon humain la « dignité » à laquelle toute personne a droit. « Donum vitae » porte la signature du cardinal Joseph Ratzinger, devenu pape en 2005 sous le nom de Benoît XVI. Il avait eu d’importantes conséquences pour de nombreux hôpitaux catholiques à travers le monde, qui avaient dû interrompre leurs services d’aide à la fécondation pour les couples stériles ou le financement de certaines recherches médicales. Alors que de nombreux pays ont déjà légalisé les techniques condamnées par l’Eglise, « Dignitas personae » demande aux chercheurs catholiques de « se dissocier, dans l’exercice de (leur) propre activité de recherche, d’un cadre législatif gravement injuste et d’affirmer avec clarté la valeur de la vie humaine ». Ce document est publié alors que le président élu américain Barack Obama pourrait dès son arrivée à la Maison Blanche remettre en cause une décision de George W. Bush de limiter la recherche sur les cellules souches embryonnaires. En France, des Etats généraux de la bioéthique sont prévus en 2009 pour préparer une modification par le Parlement d’une loi de bioéthique datant de 2004. En Italie, l’ Église catholique a contribué en 2005 à l’échec d’un référendum d’initiative populaire visant à libéraliser dans ce pays le recours à la fécondation assistée. (AFP)

L'EMBRYON HUMAIN, SIGNE DE CONTRADICTION

Il suffit de consulter la banque de données de la littérature médicale et éthique. Sur le statut de l'embryon et du foetus pendant les années 1970-74, il y avait un peu plus de 500 rubriques de littérature biomédicale et 27 pour la littérature philosophico-théologique; entre 1990 et 1994, nous avions environ 4.200 rubriques de nature biomédicale et 242 de nature philosophico-théologique. La raison en est évidente: il n'y a plus seulement que le problème de l'avortement, toujours présent, douloureux et interpellant: il suffit de rappeler l'audition de la Commission spéciale de la Magistrature du Sénat américain, le 23 avril 1981, voulue par le Président Reagan et à laquelle participa, en qualité de témoin, le professeur Lejeune. Mais on peut également rappeler les nombreuses propositions de loi avancées pour différentes tentatives d'approbatio n de l'avortement dans les pays d'Amérique latine (Pérou, Mexique), propositions dans lesquelles le problème du statut de l'embryon et du foetus est concerné, directement ou indirectement, ne fut-ce que pour opposer la vie du foetus à celle de la mère.

Mais aujourd'hui, il y a deux autres problèmes qui ont mis cette thématique à l'honneur:
a) le problème de la procréation in vitro, dans lequel se manifeste le phénomène de l'excédent des embryons, appelés "surnuméraires" (nouvelle catégorie d'êtres humains), et une série d'abus se met en action: congélation, transferts mortels, expérimentations et destructions périodiques ordonnées par les gouvernements, utilisation pour le prélèvement de cellules;
b) le problème posé par les nouveaux produits, instruments et vaccins définis contraceptifs,  intercepteurs, anticonceptionnels; en réalité, il s'agit de produits abortifs car ils empêchent l'implantation ou la poursuite de l'implantation d'un ovule déjà fécondé. Parmi ceux-ci, la spirale, la pilule du jour suivant, le northplant, les vaccins. Evangelium Vitæ s'occupe de ce thème au n. 13.
C'est en relation avec ces derniers thèmes, surtout avec la procréation in vitro, que les théories sophistiquées et sans fondement du pré-embryon ont été avancées; celles de l'embryon précoce avant les 15 premiers jours, ou du pré-embryon, l'embryon jusqu'aux 8 premiers jours. Je suppose que ces prétendus fondements d'ordre biologique ou philosophique seront développés et examinés ici, par plusieurs orateurs.

Je voudrais également rappeler, le texte d'un Père de l'Église, Tertullien: "homo est qui venturus est".

Et également le texte, plus connu, de l'Instruction Donum Vitæ repris par l'encyclique: "A partir du moment où l'ovule est fécondé, commence une vie qui n'est ni du père ni de la mère, mais la vie d'un nouvel être humain qui se développe pour lui-même. Il ne deviendra jamais humain s'il ne l'est pas dès ce moment. Aussitôt que la fécondation a commencé, l'aventure d'une vie humaine dont chacune des grandes capacités demande du temps pour se former et être prête à agir" (Donum Vitæ I,1; Evangelium Vitæ n. 60).

La démonstration de cette affirmation s'appuie d'abord sur l'élément biologique:
1. Dès le moment de la fécondation, nous sommes en présence d'un être: nouveau, actif, autonome, doté d'une personnalité, qui se développe de manière continue. Il n'y a pas de moment qui soit moins nécessaire qu'un autre (le Rapport Warnoek l'affirme également) et chaque stade dépend étroitement du précédent qui le détermine.
2. Les objections fondées sur la gémination, sur l'apparition du sillon primitif et de l'ébauche du système nerveux, sur l'importance de l'implantation comme élément décisif pour la continuité du développement, n'ont aucune incidence sur l'individualité de l'embryon ni sur la continuité de son développement: dans la division cellulaire, la partie résiduelle ne perd pas son caractère individuel d'être humain, la partie nouvelle qui se sépare possède sa propre individualité; l'apparition du sillon primitif du système nerveux, comme l'ensemble de l'organogenèse sont le résultat de ce développement actif et personnalisé.

Les deux moments de la discontinuité réelle dans la vie d'un individu sont la fécondation et la mort.
A partir de cette réalité, la même raison humaine, philosophique, doit aller au-delà de toute mentalité phénoménologique ou fonctionnelle, qui considère les faits par rapport aux capacités opérationnelles et à la manifestation de ces capacités.

La raison humaine, si elle est raison qui cherche et donne l'explication des faits, ne peut m anquer d'affirmer que cette explication profonde est donnée par l'existence d'une énergie particulière qui informe et anime tout l'être humain, le vivifie et l'individualise et qui n'est autre qu'un "moi" capable de spiritualité; un "moi" personnel dont il porte en lui toute la capacité active qui se réalise dans la personne.

Un biologiste moléculaire (R. Colombo) déclare: "aucune des connaissances scientifiques dont nous disposons ne permet de défendre avec certitude les objections soulevées quant à la nature rationnelle de l'embryon et du foetus humain, ainsi qu'à sa "personnalisation".

Dans le but d'approfondir ce sujet, l'Académie pour la Vie a constitué une commission spéciale pluridisciplinaire, qui a pour objectif d'étudier tous les aspects du problème et de publier un ouvrage à ce sujet.
Son Exc. Mgr Elio Sgreccia
Vice-Président de l'Académie
pontificale pour la Vie

Permalink: http://www.zenit.org/article-19624?l=french

Le Vatican propose une synthèse de l’Instruction « Dignitas personae »

Sur certaines questions de bioéthique

ROME, Dimanche 14 décembre 2008 (ZENIT.org) – Le Vatican propose une synthèse en français de l'Instruction « Dignitas personae », sur certaines questions de bioéthique, présentée vendredi dernier à la presse. *  *  * Au sujet de l'Instruction DIGNITAS PERSONAE But Au cours de ces dernières années, les sciences biomédicales ont fait d'énormes progrès qui ouvrent de nouvelles perspectives thérapeutiques. Ces techniques ne manquent pas toutefois de susciter de sérieuses interrogations qui n'ont pas été explicitement abordées par l'Instruction Donum vitae (22 février 1987). Le nouveau document, datée du 8 septembre 2008, Fête de la Nativité de la Bienheureuse Vierge Marie, voudrait proposer des réponses à certaines questions nouvelles de bioéthique qui suscitent des attentes et des préoccupations dans une grande frange de l'opinion publique. Dans cette ligne, on cherche « à promouvoir la formation des consciences » (n. 10) et à encourager une recherche biomédicale respectueuse de la dignité de la personne de chaque être humain et de la procréation.  Titre L'instruction commence avec les paroles Dignitas personae – la dignité de la personne-, qui doit être reconnue à tout être humain depuis sa conception jusqu'à sa mort naturelle. Ce principe fondamental « exprime un grand ‘oui' à la vie humaine » et « doit être mis au centre de la réflexion éthique sur la recherche biomédicale » (n. 1).  Valeur  Il s'agit d'une « Instruction de caractère doctrinal » (n. 1), publiée par la Congrégation pour la Doctrine de la Foi et approuvée de manière expresse par le Pape Benoît XVI. Ce document appartient donc aux textes qui « participent au Magistère ordinaire du Successeur de Pierre » (Instruction Donum veritatis, n. 18) et  les fidèles doivent l'accueillir en donnant aux contenus «un assentiment religieux » (n. 37).  Préparation  Depuis plusieurs années, la Congrégation pour la Doctrine de la Foi étudie les nouvelles questions biomédicales pour procéder à une mise à jour de l'Instruction Donum vitae. L'examen de ces questions « a toujours pris en compte leurs aspects scientifiques, grâce au concours d'un grand nombre d'experts et aux analyses de l'Académie Pontificale pour la Vie. Tout cela été évalué à la lumière des principes de l'anthropologie chrétienne. Les encycliques Veritatis splendor et Evangelium vitae de Jean-Paul II et d'autres interventions du Magistère offrent des directives claires sur la méthode et sur le contenu tout au long de l'examen de ces problèmes » (n. 2).  Destinataires  L'instruction « s'adresse aux fidèles et à tous ceux qui cherchent la vérité » (n. 3). En effet, en proposant des principes et des jugements moraux sur la recherche biomédicale dans le domaine de la vie humaine, l'Eglise catholique « s'appuie tant sur la lumière de la raison que sur la foi, en contribuant à élaborer une vision intégrale de l'homme et de sa vocation. Ceci témoigne de sa capacité à accueillir tout ce qui émerge de bon dans les  œuvres des hommes et dans les diverses traditions culturelles et religieuses, qui ont souvent un grand respect pour la vie » (n. 3).  Structure  L'Instruction « comprend trois parties: la première rappelle certains aspects anthropologiques, théologiques et éthiques de grande importance ; la seconde affronte les nouveaux problèmes liés à la procréation ;  la troisième se penche sur les  nouvelles propositions thérapeutiques impliquant la manipulation de l'embryon ou du patrimoine génétique de l'homme » (n. 3).  Première partie: Aspects anthropologiques, théologiques et éthiques de la vie
et de la procréation humaine
  Les deux principes fondamentaux «L'être humain doit être respecté et traité comme une personne dès sa conception, et donc dès ce moment, on doit lui reconnaître les droits de la personne, parmi lesquels en premier lieu le droit inviolable de tout être humain innocent à la vie» (n. 4). «Le mariage et la famille constituent le contexte authentique où la vie humaine trouve son origine. En son sein, la vie provient d'un acte qui exprime l'amour réciproque entre l'homme et la femme. Une procréation réellement responsable vis-à-vis de l'enfant qui va naître doit être le fruit du mariage» (n. 6).   Foi e dignité humaine  « L'Eglise est convaincue que ce qui est humain est non seulement accueilli et respecté par la foi, mais il est aussi purifié, élevé et porté à la perfection » (n. 7). Dieu a créé l'homme à son image. Dans le Fils incarné, il a révélé pleinement le mystère de l'homme. Le Fils fait de telle sorte que nous pouvons devenir fils de Dieu. « De ces deux dimensions, humaine et divine, on comprend mieux la raison d'être de la valeur inviolable de l'homme: il a une vocation éternelle et est appelé à communier à l'amour trinitaire du Dieu vivant » (n. 8).  Foi et vie matrimoniale  « Ces deux dimensions de la vie humaine, naturelle et surnaturelle, permettent aussi de mieux comprendre en quel sens les actes qui permettent à l'être humain de naître et par lesquels l'homme et la femme se donnent mutuellement l'un à l'autre, sont un reflet de l'amour trinitaire. Dieu, qui est amour et vie, a inscrit dans l'homme et la femme la vocation à une participation spéciale à son mystère de communion personnelle et à son œuvre de Créateur et de Père […]. L'Esprit Saint répandu au cours de la célébration sacramentelle remet aux époux chrétiens le don d'une communion nouvelle, communion d'amour, image vivante et réelle de l'unité tout à fait singulière qui fait de l'Eglise l'indivisible Corps mystique du Christ » (n. 9). Magistère ecclésiastique et autonomie de la science  « En jugeant de la portée éthique des résultats récents des recherches médicales concernant l'homme et ses origines, l'Eglise n'intervient pas dans le domaine propre de la science médicale en tant que telle, mais elle rappelle à toutes les parties prenantes, la responsabilité éthique et sociale de leurs actes. Elle montre que la valeur éthique de la science biomédicale se mesure par sa référence tant au respect inconditionnel dû à tout être humain, à chaque instant de son existence, qu'à la sauvegarde de la spécificité des actes personnels qui transmettent la vie » (n. 10).  Deuxième partie: Les nouveaux problèmes concernant la procréation  Les techniques d'aide à la fertilité   Parmi les techniques actuelles visant à surmonter l'infertilité, il y a :   «les techniques de fécondation artificielle hétérologue» (n. 12): «destinées à obtenir artificiellement une conception humaine à partir de gamètes provenant d'au moins un donneur autre que les époux qui sont unis en mariage» (note 22); «les techniques de fécondation artificielle homologue» (n. 12): destinées « à obtenir une conception humaine à partir des gamètes de deux époux unis en mariage» (note 23); «les techniques qui sont comme une aide à l'acte conjugal et à sa fécondité» (n. 12); «les techniques visant à l'élimination des obstacles à la fécondité naturelle» (n. 13); la procédure d'adoption (n. 13). Ainsi sont licites les techniques qui respectent « le droit à la vie et à l'intégrité physique de tout être humain », « l'unité du mariage qui implique le respect mutuel du droit des conjoints à devenir père et mère seulement l'un à travers l'autre » et « les valeurs spécifiquement humaines de la sexualité, qui exigent que la procréation d'une personne humaine doit être poursuivie comme le fruit de l'acte conjugal spécifique de l'amour des époux » (n. 12). Sont donc «admissibles les techniques qui apparaissent comme une aide à la procréation et à la fécondité … Dans ce domaine, l'intervention médicale est respectueuse de la dignité des personnes quand elle vise à aider l'acte conjugal, pour en faciliter l'accomplissement, soit pour lui permettre d'atteindre sa fin une fois qu'il a été accompli normalement» (n. 12). Sont «certainement licites les techniques visant à l'élimination des obstacles à la fécondité naturelle» (n. 13). il serait «souhaitable d'encourager, de promouvoir et de faciliter […] la procédure d'adoption des nombreux enfants orphelins». «Les recherches et les investissements consacrés à la prévention de la stérilité, méritent d'être encouragés» (n. 13). Fécondation in vitro et destruction délibérée des embryons  L'expérience de ces dernières années a montré, que dans le cas des techniques de fécondation in vitro, « le nombre d'embryons sacrifiés reste très élevé » (n. 14) : plus de 80% dans les centres de fécondation artificielle (cf. note 27). « Les embryons produits in vitro qui présentent des défauts sont systématiquement écartés ». De nombreux couples « recourent aux techniques de procréation artificielle dans le seul but d'opérer une sélection génétique de leurs enfants » ; un certain nombre parmi les embryons produits in vitro « sont transférés dans l'utérus, tandis que les autres sont congelés » ; la technique de transfert multiple, c'est à  dire  «d'un plus grand nombre d'embryons que le nombre d'enfants désiré, en prévoyant que certains seront perdus, comporte en réalité un traitement purement instrumental des embryons » (n. 15). « L'acceptation tranquille du taux très élevé d'avortement que comportent les techniques de fécondation in vitro démontre de manière éloquente que la substitution de l'acte conjugal par une procédure technique […] contribue à affaiblir la conscience du respect dû à tout être humain. La reconnaissance de ce respect est au contraire favorisée par l'intimité des époux, animée par l'amour conjugal. […] Face à l'instrumentalisation de l'être humain au stade embryonnaire, il faut réaffirmer que l'amour de Dieu ne fait pas de différence entre celui qui vient d'être conçu et se trouve encore dans le sein de sa mère, et l'enfant, ou le jeune, ou bien encore l'homme mûr ou âgé. Il ne fait pas de différence, car en chacun d'eux il voit l'empreinte de sa propre image et ressemblance […] C'est pourquoi le Magistère de l'Eglise a constamment proclamé le caractère sacré et inviolable de chaque vie humaine, de sa conception jusqu'à son terme naturel »  (n. 16)   Injection intracytoplasmique de spermatozoïdes ( ICSI)  L'injection intracytoplasmique de spermatozoïdes est une variante de la fécondation in vitro. Dans cette technique, « la fécondation n'advient pas spontanément en éprouvette, mais plutôt à travers l'injection dans le cytoplasme de l'ovocyte d'un seul spermatozoïde précédemment sélectionné, ou parfois à travers l'injection d'éléments immatures de la lignée germinale masculine » (note 32). Cette technique est moralement illicite : « elle réalise une totale dissociation entre la procréation et l'acte conjugal ». l'ICSI est « opérée en dehors du corps des conjoints, par des gestes de tierces personnes dont la compétence et l'activité technique déterminent le succès de l'intervention » ; « elle remet la vie et l'identité de l'embryon au pouvoir des médecins et des biologistes, et instaure une domination de la technique sur l'origine et la destinée de la personne humaine » (n. 17).   La congélation des embryons « Pour ne pas répéter les prélèvements d'ovocytes chez la femme, on opère un prélèvement unique de nombreux ovocytes que l'on féconde in vitro, et l'on conserve congelés une partie importante des embryons ainsi obtenus, en prévision d'un deuxième cycle de traitement, en cas d'échec du premier essai, ou pour les cas où les parents désireraient une autre grossesse » (n. 18). La congélation ou la cryoconservation des embryons est «une technique de refroidisement à de très basses températures dans le but d'en obtenir une longue conservation » (note 35). «La cryoconservation est incompatible avec le respect dû aux embryons humains: elle présuppose leur production in vitro et les expose à de graves dangers de mort ou à des altérations de leur intégrité physique, ainsi que le montre le pourcentage élevé qui ne survit pas à la technique de congélation et de décongélation. Elle les prive, au moins temporairement, de l'accueil maternel et du développement dans la gestation et les place dans une situation qui les expose à des atteintes et manipulations ultérieures»(n. 18). En ce qui concerne le grand nombre d'embryons congelés déjà existants, on se demandece qu'il faut en faire. A ce sujet, toutes les propositions faites (utiliser ces embryons pour la recherche ou les destiner à des fins thérapeutiques, décongeler ces embryons et, sans les réactiver, les utiliser pour la recherche comme si c'était de simples cadavres, mettre ces embryons à la disposition des couples infertiles, comme «thérapie de l'infertilité», procéder à une forme d'«adoption prénatale») posent des problèmes à divers niveaux. «En définitif, il faut constater que les milliers d'embryons en état d'abandon traduisent une situation d'injustice qui est, de fait, irréparable. C'est pourquoi Jean-Paul II a lancé un appel à la conscience des responsables du monde scientifique et de façon particulière aux médecins pour que soit arrêtée la production d'embryons humains, en tenant compte du fait que l'on n'aperçoit aucune issue moralement licite pour le destin humain des milliers et des milliers d'embryons ‘congelés', qui sont et restent toujours les détenteurs des droits essentiels, et qu'il faut donc sauvegarder juridiquement comme des personnes humaines» (n. 19). La congélation d'ovocytes   « Dans le but de résoudre les graves problèmes éthiques posés par la cryoconservation d'embryons, on a proposé, dans le cadre des techniques de fécondation in vitro, de congeler les ovocytes » (n. 20).  A ce sujet, la cryoconservation des ovocytes, non en soi immorale et envisagée dans d'autres contextes qui ne sont pas ici pris en considération, « doit être considérée comme moralement inacceptable lorsqu'elle est pratiquée dans le cadre d'une procréation artificielle» (n. 20).    La réduction embryonnaire  « Certaines techniques utilisées dans la procréation artificielle, en particulier le transfert de plusieurs embryons dans l'utérus maternel ont donné lieu à une augmentation significative du pourcentage de grossesses multiples. Dans cette ligne, on a envisagé la technique dite de réduction embryonnaire qui consiste à intervenir pour réduire le nombre d'embryons ou de foetus présents dans l'utérus, en procédant à leur élimination directe » (n. 21). « Du point de vue éthique, la réduction embryonnaire est un avortement intentionnel sélectif. En effet, il s'agit de l'élimination délibérée et directe d'un ou de plusieurs êtres humains innocents dans la phase initiale de leur existence. En tant que telle, elle constitue toujours un grave désordre moral » (n. 21).  Le diagnostic préimplantatoire  « Le diagnostic préimplantatoire est une forme de diagnostic prénatal, lié aux techniques d'insémination artificielle. Il comporte le diagnostic génétique des embryons obtenus in vitro, avant leur transfert dans l'utérus. Cette technique est utilisée dans le but d'avoir la certitude de ne transférer à la mère que des embryons exempts de tout défaut ou bien des embryons d'un sexe déterminé ou encore dotés de certaines qualités » (n. 22). « Différemment des autres formes de diagnostic prénatal,  […] le diagnostic préimplantatoire précède ordinairement l'élimination de l'embryon ‘ suspect ' d'avoir des défauts génétiques ou chromosomiques, ou de l'embryon porteur d'un sexe non désiré ou de qualités non voulues. Ce diagnostic  […] vise en réalité une sélection qualitative avec pour conséquence la destruction des embryons, ce qui se traduit par une forme de pratique abortive précoce […]. En traitant l'embryon humain comme un simple ‘matériau de laboratoire', on opère une altération et une discrimination en ce qui concerne la notion même de la dignité humaine […]. Une telle discrimination est immorale et doit donc être considérée comme juridiquement inacceptable » (n. 22).   Nouvelles formes d'interception et de contragestion  Il existe des moyens techniques qui agissent après la fécondation, quand l'embryon est déjà formé dans l'utérus. «Ces techniques sont dénommées interceptives lorsqu'elles interviennent avant l'implantation de l'embryon dans l'utérus maternel» (n. 23) par exemple au moyen du «stérilet […] et de ladite ‘pilule du lendemain'» (note 42). Elles sont «contragestives si elles provoquent l'élimination de l'embryon à peine implanté» (n. 23) par exemple à travers «la pilule RU 486» (note 43). Même si ces moyens d'interception ne provoquent pas toujours un avortement lorsqu'on y a recours, car un rapport sexuel ne donne pas toujours lieu à une fécondation, il est à relever que « chez celui qui veut empêcher l'implantation d'un embryon éventuellement conçu et qui pour cela demande ou prescrit de tels agents, l'intentionnalité de l'avortement est généralement présente ». Dans le cas de la contragestion, « il s'agit de l'avortement d'un embryon qui a à peine effectué son implantation utérine. […]. L'utilisation des moyens d'interception et de contragestion entre dans la catégorie du péché d'avortement et demeure un acte gravement immoral » (n. 23).   Troisième partie : Nouvelles propositions thérapeutiques qui comportent la manipulation de l'embryon
ou du patrimoine génétique humain
   La thérapie génique  Par le terme de thérapie génique, on désigne « l'application à l'homme des techniques d'ingénierie génétique dans un but thérapeutique, c'est-à- dire en vue de guérir des maladies à base génétique » (n. 25). La thérapie génique somatique «veut éliminer ou réduire les défauts génétiques présents au niveau des cellules somatiques» (n. 25). La thérapie génique germinale vise «à corriger les défauts génétiques dans les cellules de la lignée germinale, afin que les effets thérapeutiques obtenus sur le sujet puissent se transmettre à son éventuelle descendance» (n. 25). Il en découle du point de vue morale : Les techniques de la thérapie génique somatique «sont, en principe, moralement licites. […] Étant donné que la thérapie génique peut comporter des risques importants pour le patient, il faut observer le principe général de déontologie selon lequel la mise en œuvre d'une intervention thérapeutique doit nécessairement garantir d'avance que le patient ne soit pas exposé à des risques pour sa santé ou pour son intégrité corporelle qui soient excessifs ou disproportionnés par rapport à la gravité de la maladie que l'on veut soigner. Le consentement éclairé du patient ou de son représentant légitime est également requis» (n. 26). Quant à la thérapie génique germinale, «les risques liés à toute manipulation génétique sont importants et pour le moment peu contrôlables». Pour cela, «il n'est pas moralement admissible, dans l'état actuel de la recherche, d'agir en courant le risque que les dommages potentiels liés à l'intervention génique puissent se transmettre à la progéniture» (n. 26). Quant à l'hypothèse des finalités applicatives de l'ingénierie au domaine de la génétique, dans le but présumé d'améliorer ou de renforcer la dotation génétique, il est à relever que de telles manipulations favoriseraient «une mentalité eugénique» et introduiraient «une stigmatisation sociale indirecte envers ceux qui ne possèdent pas certaines qualités particulières. En outre, elles mettent l'accent sur des qualités appréciées par des cultures et des sociétés déterminées, qualités qui ne constituent pas par elles-mêmes ce qui est spécifique à l'homme. Cela contredit la vérité fondamentale de l'égalité entre tous les êtres humains, qui s'exprime par le principe de justice, dont la violation à la longue, finirait par mettre en péril la coexistence pacifique entre les individus. […] Enfin, il convient de relever que, dans la tentative de créer un nouveau type d'homme, se manifeste une dimension idéologique selon laquelle l'homme prétend se substituer au Créateur» (n. 27).  Le clonage  humain  Par clonage humain, on désigne « la reproduction asexuée et agamique de la totalité d'un organisme humain afin de produire une ou plusieurs ‘copies' substantiellement identiques à l'unique progéniteur du point de vue génétique » (n. 28). Les techniques mises en oeuvre pour réaliser le clonage humain sont la fission gémellaire qui consiste « dans la séparation artificielle de cellules ou de groupes de cellules à partir d'un embryon, au cours des premières phases de son développement, et dans le transfert successif de ces cellules dans l'utérus dans le but d'obtenir, de manière artificielle, des embryons identiques » (note 47) et le transfert du noyau qui consiste « dans l'introduction d'un noyau prélevé d'une cellule embryonnaire ou somatique dans un ovocyte préalablement énucléé, suivie de l'activation de cet ovocyte qui, par conséquent, est amené à se développer comme un embryon » (note 47). Le clonage est proposé avec deux objectifs fondamentaux: l'un reproductif, c'est-à-dire visant à obtenir la naissance d'un enfant cloné, et l'autre thérapeutique ou de recherche. Le clonage est « intrinsèquement illicite dans la mesure où […] il entend donner origine à un nouvel être humain sans aucun lien avec l'acte de don réciproque entre deux époux et, plus radicalement, sans aucun lien avec la sexualité. Cette situation suscite des abus et des manipulations qui portent gravement atteinte à la dignité humaine » (n. 28).   Avec le clonage reproductif, on «imposerait au sujet cloné un patrimoine génétique déjà fixé, en le soumettant de fait – comme cela a été dit – à une forme d'esclavage biologique de laquelle il pourrait difficilement s'affranchir. Le fait qu'une personne s'arroge le droit de déterminer arbitrairement les caractéristiques génétiques d'un autre, est une grave offense à sa dignité et à l'égalité fondamentale entre les hommes. […] Chacun d'entre nous rencontre dans l'autre un être humain qui doit son existence et ses caractéristiques propres à l'amour de Dieu, dont seul l'amour entre les époux constitue une médiation conforme au dessein du Créateur et Père céleste» (n. 29). En ce qui concerne le clonage thérapeutique, il faut préciser que «créer des embryons dans le but de les supprimer, est totalement incompatible avec la dignité humaine, même si l'intention est d'aider les malades, car cela fait de l'existence d'un être humain, même à son stade embryonnaire, rien de plus qu'un moyen à utiliser et à détruire. Il est gravement immoral de sacrifier une vie humaine dans un but thérapeutique» (n. 30). Comme alternative au clonage thérapeutique, certains scientifiques recherchent de nouvelles techniques capables de produire des cellules souches de type embryonnaire, sans que cela présuppose cependant la destruction de véritables embryons humains; ce sont par exemple les techniques de transfert d'un noyau altéré (Altered Nuclear Transfer: ANT) ou de reprogrammation de l'ovocyte (l'OAR – Oocyte Assisted Reprogramming). A ce sujet, on doit encore clarifier les doutes regardant «notamment le statut ontologique du ‘produit' ainsi obtenu» (n. 30).  L'utilisation thérapeutique des cellules souches  « Les cellules souches sont des cellules indifférenciées qui ont deux caractéristiques fondamentales: a) la capacité durable de se multiplier sans se différencier ; b) la capacité d'engendrer des cellules progénitrices transitoires, à partir desquelles proviennent les cellules souches plus différenciées, par exemple, nerveuses, musculaires, hématiques. Depuis qu'il a été expérimentalement vérifié que les cellules souches, quand elles sont transplantées dans un tissu endommagé, ont tendance à favoriser le repeuplement de cellules et la régénération de ce tissu, de nouvelles perspectives se sont ouvertes pour la médecine régénérative, suscitant un grand intérêt parmi les chercheurs du monde entier » (n. 31). En ce qui concerne le jugement éthique, il faut considérer surtout les méthodes de prélèvement des cellules souches. «Sont licites les méthodes qui ne procurent pas de grave dommage au sujet chez qui sont prélevées les cellules souches. Cette condition est habituellement vérifiée dans les cas suivants: le prélèvement a) de tissus d'un organisme adulte b); du sang du cordon ombilical au moment de la naissance; c) des tissus de fœtus morts de mort naturelle» (n. 32). «Le prélèvement de cellules souches d'un embryon humain vivant cause inévitablement sa destruction et il est de ce fait gravement illicite. Dans ce cas, la recherche […] ne se place pas véritablement au service de l'humanité. Elle passe en effet par la suppression de vies humaines qui ont une égale dignité par rapport aux autres personnes humaines et aux chercheurs eux-mêmes» (n. 32). «L'utilisation des cellules souches embryonnaires ou des cellules différenciées qui en dérivent, éventuellement fournies par d'autres chercheurs, et provenant de la destruction d'embryons, ou disponibles dans le commerce, pose de sérieux problèmes du point de vue de la coopération au mal et du scandale» (n. 32). Il est à relever toutefois que de nombreuses études tentent à accorder aux cellules souches adultes des résultats plus positifs par rapports à ceux embryonnaires.  Les tentatives d'hybridation  « Récemment, des ovocytes d'animaux ont été utilisés pour la reprogrammation des noyaux de cellules somatiques humaines […] dans le but de prélever des cellules souches embryonnaires sur les embryons produits, sans avoir à recourir à l'utilisation d'ovocytes humains (n. 33). « De tels procédés sont, du point de vue éthique, une offense à la dignité de l'être humain, en raison du mélange des éléments génétiques humains et animaux susceptibles de nuire à l'identité spécifique de l'homme » (n. 33).  L'utilisation du « matériel biologique » humain d'origine illicite  Pour la recherche scientifique et pour la production de vaccins, on utilise parfois des embryons ou des lignées de cellules, qui sont le produit d'intervention illicite contre la vie et contre l'intégrité physique de l'être humain. En ce qui concerne l'expérimentation sur les embryons, elle «constitue un crime contre leur dignité d'êtres humains, qui ont droit à un respect égal à celui dû à l'enfant déjà né et à toute personne. Ces formes d'expérimentation constituent toujours un grave désordre moral» (n. 34). Dans le cas de l'utilisation par les chercheurs du «matériel biologique» d'origine illicite, produit en dehors de leur centre de recherche ou qui se trouve dans le commerce, reste valide «l'exigence morale excluant toute complicité avec l'avortement volontaire, de même que tout danger de scandale. A ce propos, demeure insuffisant le critère d'indépendance formulé par certains comités d'éthique, à savoir l'affirmation selon laquelle l'utilisation du ‘matériel biologique' d'origine illicite est éthiquement licite à condition qu'il y ait une séparation claire d'une part entre ceux qui le produisent, font congeler et font mourir les embryons et d'autre part les chercheurs qui développent des expériences scientifiques». Il faut préciser que «le devoir de refuser ce ‘matériel biologique' […] découle du devoir de se dissocier, dans l'exercice de sa propre activité de recherche, d'un cadre législatif gravement injuste et d'affirmer avec clarté la valeur de la vie humaine. Par conséquent, le critère d'indépendance ci-dessus indiqué est nécessaire, mais il peut être, du point de vue éthique, insuffisant» (n. 35). «Dans ce cadre général, il existe naturellement des responsabilités différenciées et des motifs graves qui peuvent être moralement proportionnés pour justifier l'utilisation de ce ‘matériel biologique'. Par exemple, face au danger pour la santé des enfants, les parents peuvent autoriser l'utilisation d'un vaccin pour la préparation duquel on s'est servi de lignées cellulaires d'origine illicite, restant sauf le devoir de tous d'exprimer leur propre désaccord à ce sujet et de demander que les systèmes de santé mettent à leur disposition d'autres types de vaccins. D'autre part, on doit tenir compte du fait que dans les entreprises qui utilisent des lignées de cellules d'origine illicite, la responsabilité de ceux qui décident de l'orientation de la production n'est pas la même que la responsabilité de ceux qui n'ont aucun pouvoir de décision» (n. 35).  [Texte original: Français]

Les vaccins à base de foetus avortés

vaccin.jpgAlors que l'on parle de vaccins pour la pandémie de la grippe H1N1, il est intéressant de rappeler que de nombreux vaccins sont élaborés à partir de foetus avortés.
(source du document) En 2005, l'académie pontificale avait déjà dénoncé cette pratique et réalisé une liste de vaccins utilisant des cellules de foetus avortés. Le 9 mai 2005, aux Etats-Unis, un officier de la garde côtière américaine s'était vu reconnaître le droit par sa hiérarchie de ne pas être vacciné contre l'hépatite A, vaccin réalisé à partir de foetus avortés. Enfin, juillet 2008 avait vu une levée de boucliers contre le Pencatel de Sanofi Pasteur, un vaccin vaccinant pour de nombreuses maladies, lui aussi réalisé notamment à base de foetus avortés, et qui avait été recommandé pour l'utilisation comme immunisation pour les enfants. La liste ci-dessous est loin d'être exhaustive. Elle donne seulement un petit aperçu du type de vaccin et de quelques société concernées. En pièce téléchargeable un document pdf qui liste en anglais d'autres vaccins concernés ICI. ————————————— A chacun de prendre à présent ses responsabilités autant que possible en connaissance de cause : car il semble que les médias, si prompts à fabriquer le scandale aient passé étrangement sous silence ce phénomène : peut-on promouvoir l'avortement d'un coté, en parlant de manière fallacieuse de droit et de choix mais sans assumer cette amoralité ; c'est à dire en restant cynique jusqu'au bout, et sans dissimuler quoique ce soit de ce qu'il en est et de ce qu'il s'ensuit, comme les vaccins, mais bien aussi bien d'autres choses… Pourquoi cet esprit de dissimulation quand on n'a rien à se reprocher ?   Avis du Vatican en cliquant

Biavax Vaccin de la rubéole Merck & Co.,Inc.1_800_672_6372 produit en utilisant la néomycine, sorbitol, support hydrolysé de gélatine : cellules diploïdes humaines (provenant du tissu foetal humain d’avortements)
Havrix Hépatite A SmithKline Beecham Pharmaceuticals 1_800_633_8900 produit en utilisant la formaline, hydroxyde d’aluminium, phenoxyethanol, polysorbate 20, support résiduel des protéines MRC5 : cellules diploïdes humaines (provenant du tissu foetal humain d’avortements)
Imovax Vaccin de la rage Laboratoires Connaught 1_800_822_2463 produit en utilisant de l’albumine humaine, sulfate de néomycine, phénol : cellules diploïdes humaines (provenant du tissu foetal humain d’avortements)
Meruvax I Mumpsvax Vaccin des oreillons Merck & Co., Inc. 1_800_672_6372 produit en utilisant la néomycine, sorbitol, support hydrolysé de gélatine : cellules diploïdes humaines (provenant du tissu foetal humain d’avortements)
MMR (ROR) Vaccin du virus de la rubéole, des oreillons et de la rougeole Merck & Co., Inc. 1_800_672_6372 produit en utilisant le sorbitol, néomycine, supports hydrolysés de gélatine : M & M (rubéole d’embryon de poussin), cellules diploïdes humaines (provenant du tissu foetal humain d’avortements)
M_R_Vax Rougeole et rubéole Merck & Co., Inc. 1_800_672_6372 produit en utilisant la néomycine, sorbitol, supports hydrolysés de gélatine : M _ embryon de poussin R _ cellules diploïdes humaines (provenant du tissu fœtal humain d’avortements)
Pentacel Vaccin combinant les vaccins contre la diphtérie, la coqueluche, le tétanos, majoré de la polio et le Hib. Utilisé aux Etats-Unis pour vacciner les enfants. Sanofi Pasteur Utilise notamment de cellules de foetus avortés.
Varivax Vaccin de la varicelle Merck & Co., Inc. 1_800_672_6372 produit en utilisant le saccharose, phosphate, glutamate monosodique, gélatine : cellules diploïdes humaines (provenant du tissu foetal humain d’avortements)

 

Trackbacks

Voici l'URL pour faire un trackback sur cette note : http://anisvert.20minutes-blogs.fr/trackback/185955

Commentaires

Quel horreur! je suis bien choqué par cette information. je m'attendais bien à ce genre de derive, mais étant de nature naif je ne pensais pas à ce point. la prudence est mere de toutes les vertus…
merci Ecrit par : Saint Michel Archange | 12 août 2009
"Et, pour ma part, j'avais compris, qu'il s'agissait de foetus humain, donc avortés en toute conscience par la maman, et non de foetus d'animaux, à qui, évidement, l'avis n'est pas demandé!!!"

Il s'agissait d'une réponse publiée sur un forum végétarien ; ouf, on avait eu chaud : cela aurait pu être des foetus animaux !!! On revient de loin …

http://www.vegetarisme.fr/EntreNous/FrameFor.php (Agora) Ecrit par : eole6 | 13 août 2009

moi aussi je transpire, mais d'angoisse quand je vois à quel degré d'avilissement moral certains sont réduits. Ecrit par : Nathalie | 13 août 2009
J'aimerais traduire ici une question-réponse en provenance d'un forum en langue anglaise :

"Quel est le point de vue végétarien sur l'avortement et/ou la peine capitale ?

"Je ne suis pas végétarien, donc je connais seulement les principes fondamentaux; une des raisons les plus communes que j'entends concernant les gens voulant devenir végétariens est qu'ils n'aiment pas le fait qu'une créature vivante doive être tuée. Si c'est le cas, donc quel est le point de vue végétarien sur l'avortement ou la peine capitale ? Ou d'autres thèmes controversés impliquant la mort d'une créature vivante. Je sais que le végétarisme, l'avortement et la peine capitale sont trois choses radicalement différentes, mais le lien commun qu'ils ont tous concerne la mort d'un individu vivant "

Détails Supplémentaires :

"Oui, oui, oui. je sais que le végétarisme n'a aucune relation avec la peine capitale et l'avortement. Ce que j'essaie de trouver est si un de ces groupe considère que tuer est quelque chose d'inacceptable dans une situation, comment voit-il alors le meurtre dans les autres situations ? "

Meilleure réponse – Choisie par le questionneur

"Je suis végétalien et j'aime votre question, je crois que c'est un bon sujet C'est comme : "comment pouvez-vous être pro-vie si vous mangez toujours des animaux morts ?" Je suis vraiment contre l'avortement ! Toute chose a une chance de vivre, d'accord ? (: "

http://answers.yahoo.com/question/index?qid=20081007162706AA5I7NM Ecrit par : eole6 | 14 août 2009

Pardon, vous aurez sûrement rectifié : "je suis végétalienne …" (signé Lizzy) Ecrit par : eole6 | 15 août 2009
J'étais à la recherche d'information sur le sujet depuis quelques temps. Merci. Sait-on comment ces informations sont collectées ? Ecrit par : NM | 18 octobre 2009
Bonjour NM, merci de votre visite et votre commentaire, hé bien, pour connaître la source de ces informations, il faut suivre les liens sur le site d'origine : cf source du document.
Mais, en effet, ces informations sont très peu médiatisées et cela pose question :
ou bien l'avortement est banal, et le foetus est un déchet hospitalier donc qu'est ce que cela peut faire de publier de manière claire et audible la composition du médicament, ou bien tel n'est pas le cas, dans ce cas, la fabrication de ces vaccins relèvent de l'activité criminelle, et comme telle doit rester la plus secrète possible. J'opte plutôt pour la seconde solution Ecrit par : Nathalie | 18 octobre 2009


L’embryon humain a la « dignité de la personne »Le Vatican publie une Instruction sur des questions de bioéthique Benoît XVI propose aux musulmans de coopérer à la dignité de la personneDroits humains : Le Saint-Siège plaide pour l’élimination de la pauvreté extrême Benoît XVI présente les bases d’une écologie humaineDiscours de Benoît XVI à propos de l’encyclique Humanae Vitae Droit humanitaire international : la valeur fondamentale de la dignité humaineBenoît XVI : Le respect de la dignité des travailleurs, patrimoine de l’entreprise Message de Noël de Benoît XVI : L’humanité post-moderne cherche un SauveurMessage de Noël du pape Benoît XVI France : Peut-on décider « qui est homme » ?Haïti : Reconduits à la frontière, protestation des évêques Cartons rouges : L’ombre de la prostitution, sur la Coupe du monde de football[ Pour approfondir ]

Swiss doctors sign petition to stop flu vaccine

http://www.theflucase.com/index.php?option=com_content&view=article&id=1495%3Aswiss-doctors-sign-petition-to-stop-the-planned-mass-vaccination-in-switzerland&catid=1%3Alatest-news&Itemid=64&lang=fr

Swiss doctors sign petition to stop the worst ingredients in Switzerland swine flu vaccine

Ruth Frei, member of the newly created organisation "Menschenverstand Schweiz" ( http://www.menschenverstandschweiz.ch/ ) writes: "…the Swiss newspapers wonder why the mass vaccinations have been postponed until December 2009 . .
while all the neighbouring countries are pushing them and are amidst of performing  them….
the reason cannot be a problem with delivery of vaccines – the producers all have enough in stock …..

WONDER   WHY  ???

On Friday next they will inform the media – we are interested  . . .   ;-)))

Today I brought 2 letters to the post office – one for BAG and one for Swissmedic – with the signatures of 13 medical doctors
from various regions in Switzerland – Bern, Zurich, St. Gallen,  Aargau,   Einsiedeln and Lucerne. I attach our letter as a pdf.

As we only had 2 days time to collect signatures – which is a hard hard job – and doctors do not have much time to read papers,
we decided to continue to collect signatures and actualize our letter every week, and to send this new letter on Wednesdays
with the newly collected signatures. I will continue this action until the end of November 2009.

There are no doctors in our association  "Menschenverstand Schweiz". But the phone
call I had with a woman doctor in the field of complementary medicine resulted in this insight:  There is a lot lot of pressure
being exerted on doctors by BIG PHARMA.  To say something critical against vaccination is a career-killer  here in our country – and she
is the partner of a well known doctor who had published a number of articles in order to inform people. He NOW does not
say anything about vaccination any more in public (we wanted to do an interview with him).

This is just to give you an impression on how much difficulty the doctors have to face. There are real Mafia-methods beingexerted on the doctors."to
Bundesamt für Gesundheit BAG EXPRESS
Schwarzenburgstrasse 165
3097 Liebefeld/BEandSwissmedic Schweiz
Heilmittelinstitut
Hallerstrasse 7
3000 Bern 9/
BE 28. Oktober 2009
Zulassung der Impfstoffe Celtura und Pandemrix
Sehr geehrte Damen und Herren
Im Namen des Vereins Menschenverstand Schweiz und der hier unterzeichneten Ärzte
ersuchen wir Sie mit diesem Schreiben, keine H1N1-Impfstoffe zuzulassen, welche Zusatzstoffe
(Adjuvanzien) enthalten. In Schweden sind nach der angelaufenen Impfaktion bereits zwei
Todesopfer aufgrund der H1N1-Impfung zu beklagen, nebst zahlreichen Erkrankungen.1
Die in der Schweiz zur Verwendung vorgesehenen Impfstoffe Celtura von Novartis und
Pandemrix von GSK enthalten sowohl den Zusatzstoff Squalen, wie auch Thiomersal. Bei
Celtura scheint es sich um eine Neuauflage von Aflunov zu handeln, jenem Impfstoff gegen
"Vogelgrippe"H5N1, welcher 2008 an etwa 350 Obdachlose in Polen geimpft wurde, von denen
21 starben.2 Diese Vermutung bleibt während des durch die Swissmedic unternommenen
Zulassungsverfahrens im Raum stehen, da genaue Angaben zu beinhalteten Stoffen während
des Verfahrens nicht veröffentlicht werden.
Dr. med. Jürgen Seefeldt, Facharzt für Innere Medizin, fasste die Gefahren, welche von Squalen
und Thiomersal ausgehen bereits in einem offenen Brief an Prof. Dr. Johannes Löwer, Präsident
des Paul-Ehrlich-Institut wie folgt zusammen3: Squalen kann Autoimmunität induzieren.
Autoimmunkrankheiten von Organen wie Herz, Lunge, Nieren enden auch heute letztendlich
immer tödlich, sie sind unheilbar. Squalen steht wissenschaftlich in dringendem Verdacht,
Mitursache oder sogar Ursache des Golf-Krieg-Syndroms zu sein. Squalen induziert Anti-
1 http://www.expressen.se/halsa/1.1753176/53-aringen-dog-12-timmar-efter-vaccineringen?
2 http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/europe/poland/2235676/Homeless-people-die-after-bird-fluvaccine-
trial-in-Poland.html
3 http://g-pb.de/Seefeldt/Seefeld_Zusatzstoffe.html
Menschenverstand Schweiz, Neubrunn, 8488 Turbenthal
presse@menschenverstandschweiz.ch
www.menschenverstandschweiz.ch 
Squalen-Antikörper und als Konsequenz einer Impfung mit einem Impfstoff, der Squalen enthält,
kann es zur Bildung von Anti-Squalen-Antikörpern kommen, die eng mit der Pathologie des Golf-
Krieg-Syndroms assoziiert sind.4 Zudem ist in diesem Zusammenhang mehr als beunruhigend,
dass bei militärischem Personal, das am Golfkrieg teilnahm und zuvor für diese Teilnahme
multiple Impfungen mit Squalen erhielt, die Inzidenz des Auftretens einer amyotrophen
Lateralsklerose signifikant erhöht war im Vergleich zu US-Militärpersonal, das nicht im Golfkrieg
war.5
Thiomersal ist ein toxisches und krebserregendes Konservierungsmittel, das zu 49.6% aus
Quecksilber besteht.6 Quecksilber ist überdies hoch neurotoxisch, nephrotoxisch und
hepatotoxisch und schädlich für alle menschlichen Gewebe. Quecksilber aus Thiomersal wird in
Ethyl-Quecksilber metabolisiert, und obwohl die HWZ von Ethyl-Quecksilber mit 7-10 Tagen
relativ kurz ist, ist einmal ins Gehirn gelangtes Quecksilber praktisch nicht entfernbar, auch nicht
mit DMSA.
Wir ersuchen Sie dringend, im Interesse der Schweizer Volksgesundheit von der
Zulassung jeglicher Impfstoffe abzusehen, die Thiomersal und/oder Squalen enthalten.
Die Unterzeichnenden:
Verein Menschenverstand Schweiz und
13 Ärztinnen und Ärzte in der Schweiz
(Liste siehe nächste Seite)
4 Carlson, B.C. et al.: The endogenous adjuvant squalene can induce a chronic T-cell mediated
arthritis in rats, American Journal of Pathology 2000; 156: 2057- 2065;
Asa, P.B. et al.: Antibodies to squalene in Gulf War syndrome, Exp. Mol. Pathol. 2000 Feb;
68(1): 55-64;
Asa, P.B. et al.: Antibodies to squalene in recipients of anthrax vaccine, Exp.Mol. Pathol. 2002
Aug; 73 (1): 19-27
5 Horner, R.D. et al.: Occurrence of amyotrophic lateral sklerosis among Gulf war veterans,
Neurology 2003 Sep 23;61(6): 742-749
6 Mutter, J. et al: Comments on the article the toxicology of mercury and its chemical compounds
by Clarkson and Magos, Crit. Rev. Toxicol. 2007 Jul; 37(6): 537-549

Here is the document

Aktuelles

Bevölkerung und Politiker streiken: Kaum jemand will zur Schweinegrippe-Impfung! Das BAG steuert auf ein Desaster zu. Schuld daran ist vor allem das BAG. Ganzer Artikel Read More »

Die Meldungen bezüglich der Lage in der Ukraine überschlagen sich und sind wiedersprüchlich. Bis dato sollen insgesamt 30 Menschen an einer mysteriösen Erkrankung gestorben sein.

http://www.kyivpost.com/news/nation/detail/51513/

Im folgenden Artikel wird erklärt, dass es sich bei der Krankheit nicht um den Typ H1N1 handelt, sondern um eine hochansteckende Lungenentzündung:
http://www.nrcu.gov.ua/index.php?id=475&listid=103149

Gestern wurde vom ukrainischen Gesundheitsministerium diese Meldung herausgegeben: http://www.moz.gov.ua/ua/main/press/?docID=13932

Für eine Übersetzung der ukrainischen Meldung kann das Übersetzungstool von Google verwendet werden:

http://translate.google.com/translate_t?hl=de#
 
  Read More »

Laut einer Umfrage des Schweizer Fernsehens lassen sich über zwei Drittel der Befragten nicht gegen Schweinegrippe impfen. Ein Blick nach Deutschland und in die USA zeigt: Die Skepsis ist weit verbreitet. Ganzer Artikel Read More »

In Bern erläuterten Verantwortliche des Bundesamts für Gesundheit, wann die Impfkampagne gegen das H1N1-Virus startet, und wie sie abläuft. Ganzer Artikel Read More »

Nach Meinung von Transparency-Vorstand Angela Spelsberg sind die Fachleute, welche die Impfung gegen die Schweinegrippe empfohlen haben, durch ihre Kontakte zu Pharma-Firmen in massive Interessenkonflikte verwickelt. Die Erklärung zur Pandemie habe eine wissenschaftliche Überprüfung ausgehebelt, so die Ärztin. Ganzer Artikel Read More »

In einigen Ländern hat die Impfaktion gegen die Schweinegrippe bereits begonnen. Warum es in der Schweiz zu einer Verzögerung kommt, ist nicht ganz klar.

Ganzer Artikel Read More »

The safety of Northern Ireland’s swine flu vaccination programme was called into question today by the parent of a young special needs pupil who ended up in hospital just hours after getting the jab.

Ganzer Artikel Read More »

Il suffirait de vacciner deux millions de personnes en Suisse pour faire face à la grippe A. Mais l'Office fédéral de la santé publique a commandé 13 millions de doses dont on ne sait que faire. Ganzer Artikel Read More »

Vor dem Start der Impfkampagne gegen die Schweinegrippe herrscht verbreitete Skepsis in der Bevölkerung. Die Zweifel an der Verträglichkeit der Impfstoffe spielen den Impfgegnern in die Hand. Ganzer Artikel Read More »



Traduction »