Bonuses…Production and distribution of money in bad hands.

http://versdemain.org/images/001--The-Whip.jpg

Alistair at www.ProsperityUK.com says: Below is one of the most remarkable articles on the operation of the money system which has yet appeared in a national newspaper in the United Kingdom. It is good to see that these ideas, which Prosperity and others, have been pushing for years now, are beginning to break through into the "mainstream" press.
 
Here is an extract: "Let me repeat: supposedly ‘sovereign’ Governments – representative of their people, at least in theory – do not control the single most important mechanism when it comes to their economies: namely the production and distribution of money. That role has been diverted in large measure to the banks which manufacture money out of nothing and charge interest on that conjured-up money. In fact, beyond a pathetic interest rate cut here and a token cut in VAT rates there our politicians have zero real power when it comes to directing their country’s economy."
 
Here is the entire article – and if you click on the link you will also see quite a few interesting comments – and for those who want to get involved in campaigning on this matter, we suggest you go to www.call4reform.org 
———————

http://versdemain.org/images/024--The-Running-Horses.gif

 
Darius Guppy: our world balances on a sea of debt
What is needed is a root and branch re-evaluation of that most curious of cultural inventions – money, argues Darius Guppy.
The Sunday Telegraph

In the year 1994 there resided in the cell next to mine a certain ‘Tommy.’

Now Tommy had been imprisoned for counterfeiting Dutch Guilders to such a high standard that he had fooled the banks themselves.
As was customary among prisoners who became friends, Tommy allowed me to read his legal papers and I quickly became fascinated by the Judge’s sentencing speech, the gist of which was that Tommy’s activities had been parasitical. By creating money out of little more than thin air he had reduced the purchasing power of more deserving members of society. What would happen if everyone behaved like him?
Immediately I thought of arguments used, in a different context, by Thatcherites and neo-liberals in general regarding inflation. Inflation, just like counterfeiting, dilutes the value of the community’s hard-earned wealth and as such constitutes a terrible social evil. Creating too much money – ‘real’, just as much as ‘fake’ – can wreck an economy. Such indeed was the reasoning of the Nazis when, during World War Two they came up with a plan – that came close to implementation – to ruin Britain’s economy by flooding the country with near perfect counterfeit bills.
A lot of nonsense has been written and said about the world’s current economic woes – how the crash is the fault solely of the banks and how, by implication, Governments are blameless and in particular how it could all have been avoided and will indeed be made right by greater financial regulation, and so on. All of which constitutes a classic example of what the philosopher Alasdair MacIntyre terms “the fallacy of managerial expertise”: an attempt by ‘experts’ to blind us with science in order to justify their own over-paid existences and mask their confusion. After all, if they had been so skilled, then why is it that not one of them – either politician or finance minister or financial journalist or just plain financier – was able to predict the current debacle? 
These ‘experts’ will tell you that the present difficulties are simply the result of abuses and excesses in a system that is basically sound. In short, all that is required is for some faults to be corrected. But do not believe them. For the reality is that the problem is systemic and a little tinkering here or there will achieve nothing in the long term.
In fact, what is needed is a root and branch re-evaluation of that most curious of cultural inventions – money – how it is created, how it circulates within an economy and how it can best be used to serve the interests of the community itself.
To begin then, the experts owe it to the people to explain to them in the simplest terms how it is that money actually works.
 
Such is the task I propose to undertake in this essay and for this it seems to me that the layman must grasp two fundamental concepts above all others: 
First, that the confusion should not be made between ‘legal tender’ and ‘money’ as a whole. In particular, were one to ask the man on the street – indeed were one to ask most politicians and even most bankers – who it is that actually creates the money which rules our lives they would no doubt reply “the State.”
And in this they would be wrong.
For while it is true that Governments create legal tender – which is to say the physical notes and coins that circulate in an economy – that legal tender represents, at its absolute highest, only 3 per cent of the total money in circulation in the global economy. It is in fact the commercial banks, largely unaccountable and privately owned, that create the world’s money in the manner I will describe below.
Indeed, even were Tommy responsible for printing every single note in circulation throughout the world his power to dilute the rest of our wealth would amount to only a tiny fraction of that of the real manufacturers of money – which leads us to the second most fundamental point of all – that the activities of my friend Tommy and the activities of the bankers are in essence identical: the creation of money – which is to say claims on the rest of us – out of nothing. 
Without knowing it, therefore, Tommy’s judge punished him for usurping not so much the role of the State as the role of the banks. 
More to the point, the very same mistake – namely the mis-identification of where money truly originates – has been made by virtually all our politicians, economists and financial commentators.
Consider the absurd contradiction at the heart of neo-liberal, Monetarist, Thatcherite economics which has constituted the Western orthodoxy for the past few decades: to emphasise on the one hand that the money supply should be brought under control whilst simultaneously allowing banking – where the money is actually manufactured – to run riot!
To grasp how the global fraud works we will need to step back in time and imagine ourselves next to the original goldsmith-banker.
Now our goldsmith-banker has a vault in his business premises and in this vault ten of his customers each deposits a bar of gold weighing 1 kilogram – for safekeeping and in the hope of a return for lending our banker their gold and thereby depriving themselves of the benefits they would enjoy had they elected to spend their wealth now.
Classical economic theory would have it that our banker fulfils a useful social function – namely bringing together those who have a surplus of money with those who have a deficit but who, despite this, nevertheless have the energy, work ethic and vision to make a profit for all concerned out of this union. In short, our banker lends the ten gold bars in his vault to certain of his other customers who in turn use this wealth to embark on profitable ventures, ventures that generate a surplus by the end of year one. Happily, the vault now contains eleven gold bars out of which our banker can pay his depositors and himself a reasonable return.
This process, which for obvious reasons depends first and foremost upon economic ‘growth’, continues apace and is refined, at least to begin with, in ways that appear eminently logical. In particular, our banker soon questions the wisdom of keeping all the gold bars in his vault where security is a concern. Likewise, the procedure of having to descend to the vault and withdraw the gold bars and transport them to different parts of the country and carve them up into smaller units becomes too burdensome. The picture is further complicated when one appreciates that by now thousands of banks have sprung up all over the place and have begun to lend to each other.
At this point therefore he comes up with an idea – to create a token, a token in itself valueless, such as a piece of paper, that will represent a given quantity of the gold either in his own vault or held to his account at some giant, more secure vault – a precursor to Fort Knox if you like. Such a token can then be circulated and exchanged within the economy in a manner that is relatively hassle-free. Historians credit one of the first examples of such an instrument – the cheque – to the Knights Templar. In this way, a pilgrim could encash a cheque drawn on a European preceptory at a Templar branch in the Holy Land. 
So far so good. And good it remains just so long as for the face value of each of the pieces of paper in circulation there exists a corresponding amount of gold sitting in a vault somewhere that can be accessed in the real world.
At this juncture therefore the virtual and real economies are able to advance pretty much in lock-step.
However, it is at this precise point that something truly wondrous and truly diabolical occurs.
For our banker and his banker friends make an imaginative leap.
Experience has taught them that the bearers of the pieces of paper which they have created rarely attempt to claim the gold their paper – or their ‘money’ – represents en masse.
Our banker reasons thus: “just so long as the pieces of paper that my friends and I have put into circulation are not encashed simultaneously then it is largely academic how many such pieces we create. If, for example, we have 1 kilogram of gold in our vaults and we issue ten pieces of paper to ten different clients each with a face value equivalent to that 1 kilogram, then so long as two people do not come to the bank on the same day demanding their gold we will be able to keep out of trouble.
Clearly, the most crucial part of our scheme is to create a culture of confidence. The bearers of our pieces of paper must feel secure about our ability to convert their paper back into their gold, or real wealth. Best therefore to give names to our institutions such as ‘prudential’, ‘guarantee’, ‘trust’, ‘security’, ‘fidelity’ and so on.”
The reader will appreciate the beauty of the scheme: for now, instead of earning interest on a single piece of paper our banker can earn interest on ten such pieces of paper! Moreover, whilst charging interest on these ten pieces of paper, he has only to pay out a reduced rate of interest on the single gold bar that has been deposited with him!
And, incredibly, this is indeed exactly what happens.
Currently the average fractional reserve requirements for banks amount to under 10% which means that for every dollar (or equivalent) the banks have on deposit they can lend out at least ten such dollars – virtual dollars which they summon from nowhere – and on which they charge interest.
Just as incredibly, this fact – the key to understanding how the international financial system actually operates and why the world is in such a mess – is discussed virtually nowhere in mainstream circles: not in The Financial Times, not in The Economist, not in the broadsheets, not in Parliament, not in the City and not in the economics departments of most Universities.
Either the process is unknown in these circles therefore – a sign of mediocrity – or it is indeed understood but kept deliberately quiet – a sign of wickedness. 
Let me repeat: supposedly ‘sovereign’ Governments – representative of their people, at least in theory – do not control the single most important mechanism when it comes to their economies: namely the production and distribution of money. That role has been diverted in large measure to the banks which manufacture money out of nothing and charge interest on that conjured-up money. In fact, beyond a pathetic interest rate cut here and a token cut in VAT rates there our politicians have zero real power when it comes to directing their country’s economy.
Only in a world of lies and illusions, a world in which actors become our leaders and our heroes, could such sorcery be possible.
The picture has of course become a great deal more complicated. Soon pieces of paper are no longer required and instead entries on a bank’s ledger will suffice. Eventually, a further layer of virtuality is added when computers emerge and with them credits in cyberspace. Likewise all sorts of financial instruments and ‘products’ are devised by the experts – Collateralised Mortgage Obligations, Put and Call Options, Floating Rate Notes, Preference Shares, Convertible Bonds, Semi-Convertible Bonds and endless other ‘derivatives’ – but in essence these additions constitute mere variations of the same basic Three Card Trick.
Moreover, the illusion becomes self-reinforcing. Those involved in the process, sitting behind their computer screens, shuttled from one air-conditioned capsule to another, stressed by the pressure and the volatility of the hallucinogenic nightmare they inhabit, yet sheltered from the tactile realities of the outside world, no longer control the beast they have created. How far removed from the days when wheat landed on the docks and merchants met in coffee houses and bazaars to haggle over things they could feel.
Now it may be argued that while it is true that money is manufactured in the manner I have just described – in other words by creating loans to the banks’ clients – surely just as much money is destroyed every time a loan is repaid? This is true to an extent. However, the point to be grasped is that while money is indeed created and destroyed in vast amounts every second of the day, the interest on that money remains un-destroyed and accumulates within the system – and at a compounded rate, moreover.
The reader will appreciate the problem and how it is that the process described is far more inflationary and far more parasitical than the activities of all the Tommys in the world put together. For while that money, which by now has mutated into a vast mutual-indebtedness monster, grows exponentially, the wealth it is supposed to represent cannot grow at the same pace for very long. In short, while there is no limit to the number of zeros we can create on a computer – zeros which represent claims on us and on what we own – there is a very real limit to the amount of oil in the ground, the amount of wheat in the fields and the amount of livestock in our farms.
Granted, the discovery of a continent here, a technological invention there and an increase in efficiency somewhere else can accommodate the growth in the real economy that is required to keep pace with the growth in the virtual one, but only to a point – which is of course precisely why the economic explosion begins with the discovery and opening up of just such continents from the early 16th Century on and is reinforced with the advent of the industrial revolution. Capitalism, banking and growth become inseparable, but in a world bounded by the real, logic dictates that the virtual economy must eventually peel away from the real one and sooner or later the day of reckoning arrives – when the gulf that separates these two economies is too large to be sustained – for no power on earth can match the power of compound interest in the ether.
Consider the well-known tale of the Chinese Emperor and his opponent at a game of chess to whom the Emperor asks what reward would satisfy him in the event his victory. The opponent, his subject, replies that a single grain of wheat, doubled for each of the 64 squares on the chess board, would suffice. The Emperor, imagining that he has a good deal, plays on and loses, only to learn that he now owes his adversary the equivalent of 2000 times the current annual worldwide production of wheat.
Such are the miracles of compound growth. Such too is the reason why financiers have been able to award themselves increasingly astronomical sums. For their virtual printing presses are calibrated to an exponential production while no such calibration applies to Mother Earth.
It was the 1921 winner of a Nobel Prize for Chemistry and not for Economics, Frederick Soddy, who was among the first to articulate the mechanism by which money is created by the banks and how it mutates into debt in the ways I have described and his arguments have been developed over the years by thinkers such as Herman Daly and Richard Douthwaite.
In fact, the reasoning can be extended to cover not only bankers but the financial sector as a whole. A company makes a certain profit; a multiple of many times can be applied to that figure to arrive at a ‘value’ for that company (the price-earnings ratio) – based, as ever, on the assumption of future growth. That value can then be leveraged yet further for it to raise debt against its share price and so on and so forth. Taken to ever more ethereal extremes, such super-ovulation can mean that a single company with nothing more than an idea to be applied to the internet and a turnover less than your average Fish ‘n Chips can create yet more tokens – share certificates – worth several times the entire annual production of diamonds for the continent of Africa, a process known, retrospectively, as the dotcom bubble.
 
There are a couple of features which should be immediately apparent.
First, such a system constitutes in effect a redistribution mechanism from the poor to the rich which is of course precisely why the banks and Western Governments are so desperate to ensure its survival and the hegemony which results from it.
Money breeds more money and develops a quality akin to matter – the larger the agglomerations, the greater their gravitational pull or, as the Bible puts it: “unto he that hath shall be rendered and from he that hath not shall be taken away, even that which he hath.”
Indeed, contrary to what they may tell you, the banks never really want their loans to be repaid at all. Just so long as the interest is funded it is in fact to their benefit for the capital to remain outstanding on their books as ‘assets’ and for the debts to be rolled over. Every time the IMF or World Bank extends a line of credit to some impoverished nation, are they being ‘charitable’ therefore or are they simply perpetuating the enslavement?
Second, such a system relies entirely, as do all Ponzi schemes, on the assumption of continued growth, hence its inherent instability. Once that growth is threatened the edifice collapses. Householders in Britain today will appreciate such a phenomenon – the result of ‘leverage’ – only too well: put up 10 per cent for a property and borrow the rest from the bank. That property’s value need rise by only 10 per cent and you have doubled your equity. But on the flip side that value need fall by only 10 percent and you are wiped out.
Which in turn explains precisely why a contraction of a mere 2 or 3 percent in the global economy leads not to a correspondingly minute fall on international stock markets, but to financial Armageddon.
 
Likewise with the banks – lend ten times more money than you possess and when the economy grows – or at least pretends to grow – Porsches galore, but when the lack of growth is exposed it requires only 11% of the loans on your books (in value terms) to be bad and you are bust. The truth is not that these institutions have suddenly become insolvent therefore, but that they were never really solvent in the first place since the assumptions on which they were founded could not apply in the real world. Simple false-accounting has meant that by rolling over their debts they have been able to keep them on their books as ‘assets’ rather than losses and forestall the evil hour.
There is an overarching name for the process I have outlined – ‘usury’ – and our predecessors from the Ancient and Medieval worlds appear to have appreciated much better than us its ultimate destination: ruin.
In sum, I have argued that both the analyses of the current economic crisis and the sticky-plaster remedies advanced by politicians, financial journalists and the financial industry itself to counter that crisis are woefully inadequate because they fail to grasp what is in fact a simple and devastatingly effective swindle, a swindle largely invisible because it has become so deeply embedded in our culture.
The consequences of that swindle, in particular the desperate need for economic growth, the consumption, wastage, and the environmental and cultural despoliation which it engenders, together with some possible antidotes worthy of consideration, must be dealt with separately.
In the interim, suffice to say that some original and radical thinking, the type of thinking one encounters nowhere in any of the political parties, will be required.
Readers of the Telegraph in particular should take note – a degree in PPE or History and a few A-Levels in the Bleedin’ Obvious will not make the problems go away.
 
ends

http://versdemain.org/images/014--The-Octopus.gif

Banque de données RFID: Nouvelles importantes. Biometriedatenbank: Wichtige News RFID

Auf deutsch, siehe unten ******
http://euroracket.blogspot.com/2010/02/banque-de-donnees-rfid-nouvelles.html
Banque de données: Nouvelles importantes

Veuillez s.v.p. transférer ces informations à tous vos Ami(e)s et connaissances et motivez-les à participer à cette action. CHAQUE courriel compte !

Mesdames, Messieurs,

Le 1 mars 2010 – premier jour de la Session – les 46 membres du Conseil des Etats vont décider, en ultime instance, si l’Initiative de la Commission des institutions du Conseil national : 09.471 Documents d’identité biométriques:
http://www.parlament.ch/f/suche/pages/geschaefte.aspx?gesch_id=20090471%20
sera enterrée ou mise en oeuvre.

Cette Initiative demande que la Confédération renonce à un stockage obligatoire des données biométriques dans une Banque de données centralisée. Il est entre autres demandé que l’on doive étudier s’il est possible de complétement renoncer à cette Banque de données ou, dans la mesure où l’on souhaiterait la maintenir, du moins donner la liberté de choix à chaque Citoyenne et Citoyen, en ce qui concerne le stockage dans ladite Banque, de leur propres données.

Les dangers, bien réels, de ce stockage centralisé au détriment de la protection de la sphère privée des Suissesses et Suisses, mais aussi pour la Confédération (voir l’actualité récente) sont ÉNORMES. De ce fait, les arguments militant pour une approbation de l’Initiative sont aussi et si nombreux, que l’on doit se restreindre ici à une liste minimale des conséquences les plus néfastes.

Vous pouvez cependant prendre connaissance d’autres arguments  :
http://www.abstimmungskontrolle.ch/download/faktenblatt.pdf
aux points 4. à 11. de cette Feuille d’information.

Pour le surplus et dans une actualité afférente (mais encore plus récente), en prenant connaissance de :
http://www.bernerzeitung.ch/region/kanton-bern/BEKB-Fingerabdruck-als-Zugangsschluessel/story/13354845
il va sans dire que la Banque de données centralisée va devenir une cible de PREMIER choix pour les Hackers, si l’on venait à considérer l’Article précédent, qui (nous) informe que des Banques, ici la Banque Cantonale Bernoise commencent à mettre en oeuvre la possibilité, notamment de transferts financiers (Online Banking), avec l’accès aux comptes “protégé” par empreintes digitales !

Signalons ici, par expérience, qu’une empreinte digitale piratée, peut aussi servir à d’autres fins, encore bien plus criminelles, dont l’usurpation d’identité et la fabrication de “preuves” de crimes de sang à charge de parfaits innocents !

Le 1 février 2010, en première Instance, la Commission des institutions du Conseil des Etats, par un Vote de 4 OUI et 7 NON (plus une abstention et une absence) a rejeté cette Initiative. Dans ce cas, il faut particulièrement relever le rôle de quatre Sénateurs PDC et de quatre Sénateurs PLR membres de ladite Commission du Conseil des Etats et se poser la question, par quels Groupes de pression et Lobbies ces Élus sont-ils tenus et quels “intérêts” ils défendent en réalité.

Une chose est certaine. Ce n’est PAS l’intérêt le mieux compris du Souverain qui a été défendu par ces personnes, auxquelles nous posons donc cette question.

Quel rôle a joué l’industrie de l’informatique, pour laquelle il s’agit ici (seulement pour la Banque de données centralisée), et pour le moins, de Commandes de plusieurs centaines de milliers CHF ?

(Centaines de Millions CHF pour la “biométrisation” en cours, suite à la Votation du 17 mai 2009, aux résultats contestés, avec plusieurs Recours à Strasbourg).

D’autres faits “remarquables” sont à relever.

1. Ces huit membres (4 PDC et 4 PLR) de la Commission précitée ont voté contre l’Initiative, malgré le fait que des centaines de Citoyennes et de Citoyens Suisses, mais aussi d’Administrations communales de toute la Suisse, leur ont envoyé des lettres et des courriels dans les semaines précédentes leur funeste Vote du 1 février 2010, en leur demandant avec insistance de donner suite à l’Initiative. Veuillez considérez un exemple représentatif de ces écrits sur http://www.pavie.ch/file/biometrischeausweise.pdf

Par ailleurs, l’Association “Geistige Landesverteidigung” a même fait preuve d’une retenue exemplaire, en mettant prématurément fin à sa campagne d’E-mails pour “ménager” ces Politiciens, mais surtout, et en partant de l’hypothèse justifiée, que l’expression de la volonté populaire avait clairement et massivement été exprimée et qu’elle devait ainsi avoir été bien prise en compte par lesdits Elus.
http://www.abstimmungskontrolle.ch/kommissionsbeschluss/kommissionsschreiben/einstellung.html

Mais, comme constaté par la suite, cette expression de la volonté populaire ne fût pas prise en compte par ces “représentants” du PDC et PLR, assez méprisants.

2. Les mêmes huit (4 et 4) représentants du PDC et du PLR de la Commission des institutions ont ainsi et même voté CONTRE leurs propres Collègues de Parti du Conseil des Etats, car l’ensemble de la Chambre haute avait biffé, en date du 9 décembre 2009 (à l’instar du Conseil national quelques jours plus tôt), sans aucune contrepartie ou rajout, un Budget d’investissement initialement prévu en 2010 par la Confédération pour la Banque de données centralisée (avec CHF 100’000.- d’investissement et des frais d’entretien informatiques à hauteur de CHF 200’000.-).

Juste avant cette Votation du 9 décembre 2009 à la Chambre haute, voici les paroles du Conseiller d’Etat (PDC !) Philipp Stähelin à tous ses pairs.
http://www.parlament.ch/ab/frameset/d/s/4812/316392/d_s_4812_316392_316509.htm :
“Stähelin Philipp (PDC, TG), pour la Commission: “? . Concernant “Introduction du Passeport biométrique” nos positions se sont par exemple rapprochées de 100’000, respectivement 200’000 francs. Il ne subsiste, en quelque sorte, plus qu’une différence symbolique, pour justifier la saisie centralisée. … Nous vous recommandons de ce fait de suivre en tout point le Conseil national. … Accepté !”

3. “Toujours” les même quatre représentants PDC de la Commission des institutions du Conseil des Etats ont de plus et même voté CONTRE leurs propres Collègues de Parti du Conseil national, dans lequel, en date du 24 novembre 2009, presque l’ensemble du Groupe parlementaire PDC : 30 OUI contre 4 NON (dont 2 voix sont à mettre sur le compte du PBD qui appartient au Groupe PDC) a voté pour l’Initiative :
http://www.parlament.ch/poly/Abstimmung/48/out/vote_48_3142.pdf

Et voici les paroles du Conseiller national (PDC !) Roberto Schmidt avant cette Votation au Conseil national :
http://www.parlament.ch/ab/frameset/d/n/4812/312369/d_n_4812_312369_312726.htm
“Schmidt Roberto (PDC, VS), pour la Commission: “… D’autre part, l’on doit renoncer à une saisie centralisée obligatoire des données (biométriques). Il serait du moins utile de vérifier, si l’on ne pourrait pas complétement se passer de cette Banque de données centrale ou bien, si l’on venait à décider de vouloir la garder, de donner au Citoyen la liberté de choix pour ce stockage. Ainsi, nous rendons possible que la question de tout le stockage, et particulièrement l’obligation (coercitive), soit à discuter à nouveau dans ce Conseil. … Notre Commission s’est à nouveau réunie pour cette thématique et veut a fortiori s’en tenir à l’Initiative parlementaire et demande maintenant au Plenum de (lui) apporter son soutien. Nous vous demandons, dans une première phase, de donner suite à notre Initiative parlementaire, afin que nous puissions écouter et vérifier à nouveau les peurs et les réticences de la population. … Accepté !”

“Quoi” donc ou quelles “forces” implacables poussèrent le 1 février 2010, et en particulier les quatre membres PDC de la Commission des institutions du Conseil des Etats à voter “toujours en solo” :

– CONTRE l’ensemble du Groupe PDC au Conseil national, mais aussi :
– CONTRE le PDC au Conseil des Etats, sinon et surtout :
– CONTRE les centaines de lettres et de courriels émanant du Souverain ?

Cette “aberration politique” peut-elle s’expliquer par une improductive attitude électorale, car hostile et liberticide face aux Citoyennes et Citoyens Suisses des Cantons d’origines respectifs (à moins qu’ils ne sachent déjà vouloir partir en Retraites dorées après octobre 2011 ?), ou n’aurions-nous pas, justement et ici, davantage à faire à des “incitations/pressions” massives et efficaces de la part du Lobby de la Branche informatique auprès/contre ces Parlementaires aux ordres, afin d’empêcher par ces “moyens” – à la toute dernière minute – des pertes prévisibles de juteux Contrats qui, sinon, se profilaient de plus en plus clairement au Parlement ?

L’attitude “bornée” de la Commission des institutions du Conseil des Etats est aussi “incompréhensible” pour l’Association “grundrechte.ch“. Voici leur Communiqué de Presse du 3 février 2010 y relatif :
http://www.grundrechte.ch/2010/biometrischer_Pass_Medienmitteilung.pdf

Ironie de la bêtise (savoureuse expression Suisse allemande ?), ce serait au Peuple Suisse de payer avec ses impôts, une infrastructure “pour” sa propre surveillance et intrusion dans sa sphère privée exploitée par un État fouineur et “ficheur”.

Dès lors que les empreintes digitales de toutes les Citoyennes et Citoyens suisses seront stockées dans cette Banque de données à Berne, qui ose ici sérieusement parier, que ne s’y ajouteront pas, et dans les meilleurs délais (comme ailleurs en Europe et prévu à Bruxelles), d’autres informations “anodines”, tel ADN, idéologie politique, orientation sexuelle, Confession, etc. ?

Le tout et toujours, évidemment sous le couvert du Slogan mensonger de la “Sécurité pour le Citoyen”, qui autofinancera sa propre surveillance ! Et n’oublions quand même pas de signaler ici en corollaire, l’évidence que l’industrie de l’informatique se sera ainsi assuré des Contrats “de sorte” pour des années.

Pour le Peuple Suisse il ne lui reste maintenant qu’une seule et toute dernière chance. Si le Conseil des Etats réuni approuve en Votation l’Initiative de la Commission du Conseil national ce 1 mars 2010 prochain. En procédant ainsi, il peut “annuler” le Vote négatif du 1 février 2010 de la Commission des institutions du Conseil des Etats. Par contre, et si le Conseil d’Etat venait à suivre la “recommandation” 4 contre 7 de sa Commission et votait également contre l’Initiative émanant de la Commission du Conseil national, ceci signifierait la mort définitive de la liberté de choix pour les Citoyennes et Citoyens avec un stockage obligatoire et payant de leurs données dans la Banque de données centrale.

N.B. Si nous arrivons encore, et tous ensemble, à empêcher la concrétisation à nos frais de ce cauchemar orwellien en cours de réalisation sous nos yeux, cela dépendra aussi (dans une très large mesure), de votre soutien dynamique !

Si des centaines de personnes lucides n’ont pas “suffit” avec leurs lettres et courriels à convaincre les membres PDC et PLR de la Commission des institutions du Conseil des Etats à “opter” pour autre chose que leur servile attitude liberticide et anti Citoyenne, alors ce seront des MILLIERS de personnes qui enverront maintenant des courriels aux autres membres des Groupes PDC et PLR du Conseil des Etats.

Ainsi la Voix du Souverain sera enfin écoutée. Nous vous prions donc instamment, d’écrire un (des) courriel(s) personnel(s) LE PLUS RAPIDEMENT POSSIBLE (MAIS AU PLUS TARD AVANT LE 28 FÉVRIER 2010 !) comme simple Citoyenne et Citoyen aux membres du Conseil des Etats figurant sur la liste ci-après, en leurs “donnant du Punch”, afin qu’ils aient, le 1 mars 2010, le courage de voter OUI ! (OUI ! = approbation de cette modification législative au sujet de la Banque de données centrale) à l’Initiative parlementaire :
09.471 Documents d’identité biométriques

Bieri Peter (PDC/ZG)                    peter.p.bieri@bluewin.ch
Bischofberger Ivo (PDC/AI)              m-i.bischofberger@bluewin.ch
David Eugen (PDC/SG)                    eugen.david@parl.ch
Diener Verena (PBD/ZH, Groupe PDC)      verena.diener@bluewin.ch
Fournier Jean-René (PDC/VS)             jean-rene.fournier@parl.ch
Frick Bruno (PDC/SZ)                    bruno.frick@parl.ch
Graber Konrad (PDC/LU)                  konrad.graber@parl.ch
Imoberdorf René (PDC/VS)                praesident@visp.ch
Maissen Theo (PDC/GR)                   thmaissen@bluewin.ch
Seydoux-Christe Anne (PDC/JU)           a.j.seydoux@bluewin.ch
Stadler Hansruedi (PDC/UR)              stadler.hansruedi@bluewin.ch
Stähelin Philipp (PDC/TG)               staehelin@fuererpartner.com

Altherr Hans (PLR/AR)                   hans.altherr@gmx.ch
Forster-Vannini Erika (PLR/SG)          sekretariat-sr-forster@bluewin.ch
Gutzwiller Felix (PLR/ZH)               felix.gutzwiller@parl.ch
Hess Hans (PLR/OW)                      hans.hess@advokatur-hess.ch
Leumann Helen (PLR/LU)                  helen.leumann@collano.com
Marty Dick (PLR/TI)                     dick.marty@parl.ch
Schweiger Rolf (PLR/ZG)                 rschweiger@schweigerlaw.ch
Rajout:
Raphael Comte   ( PLR/NE)                raphael.comte@net2000.ch

IMPORTANT :
Informations additionnelles: 

En Janvier 2010 a été élu pour le canton de Neuchâtel, (en remplacement de M. Didier Burkhalter, nommé Conseiller fédéral) encore un tout nouveau conseiller d’ État PLR/FDP . Il sera assermenté le 1.3.2010 au début de la session à 17h15 heure. Nous devons déjà le considérer comme une chance, et prendre les moyens d’être présent à Berne (entre 17.30 et 20.00 ) pour y participer  et le féliciter.
La prestation de serment avec les 3 doigts levés est souvent très émouvante.

http://www.parlament.ch/sites/doc/Sessionen/2010%20I/2-Tagesordnung%202010-03-01%20S%20DFI.pdf 
http://fr.wikipedia.org/wiki/Salut_%C3%A0_trois_doigts

S’il vous plaît prenez donc les mesures nécessaires dans vos e-mails ou ajouter la personne suivante:
 
Comte, Raphaël (PLR / NE)
raphael.comte@net2000.ch
Adresse postale et numéro de téléphone 

Raphaël Comte
Chemin des Virettes 8
2035 Corcelles
raphael.comte@net2000.ch
tél. 079 598 56 53

voir 
http://www.raphael-comte.ch/page/content/index.asp?MenuID=28238&ID=105901&Menu=553&Item=14
 Il est étudiant, à seulement 30 ans, ce qui est extrêmement jeune pour un Conseil des États et devrait donc avoir une oreille plus ouverte aux dangers des bases de données RFID, à la biométrie, aux nano-technologies etc 
En outre, c’ est un nouveau Conseil des Etats parmi de plus anciens qui n’ont pas toujours une oreille ouverte pour les préoccupations et les souhaits des gens. Il lui faudra beaucoup de courage, dès le 1er Jour de vote,  pour voter au Conseil des Etats contre son propre parti. Ce serait possible si nous créons beaucoup de messages de soutien, en particulier de Suisse romande.

Faites savoir à tous ces Élu(e)s à Berne, combien cette thématique est importante pour les Suissesses et les Suisses qui aiment la Liberté et combien il est important que le Conseil des Etats dise OUI ! le 1 mars 2010 à ladite Initiative parlementaire.

Veillez cependant que vos courriels ne soient pas agressifs, voire “menaçants” (“Vous devez, sinon”), mais factuels et courtois (“Veuillez s.v.p. voter OUI pour telle ou telle bonne raison”). Une présentation factuelle et polie est la marque d’un sérieux de bon aloi. Les “menaces” sont contre-productives et nuiront à notre but (en sus d’être poursuivies d’office, si un Juge viendrait à en décider ainsi).

Remarques:

Tous les Parlementaires figurant sur la liste recevront et pour la première fois, un courriel par le biais de cette action collective. Pour les personnes qui ont déjà participé à la dernière action en direction des membres de la Commission des institutions du Conseil des Etats, elles peuvent sans autre utiliser le même texte dans leurs courriels, en modifiant juste quelques points de détail. Par exemple la date de la Votation (1 mars au lieu du 1 février 2010). N’utilisez cependant pas des textes de “lettres types”. Quand un Parlementaire reçoit des centaines de lettres et courriels avec le MÊME texte, alors il cessera de lire l’ensemble des courriels suivants. De ce fait, nous vous remercions de faire l’effort de rédiger votre PROPRE texte avec l’envoi d’un courriel qui soit le plus COURT possible. En principe, une deux phrases suffisent, afin que ces Conseillers d’État sachent que vous souhaitez, le 1 mars 2010, un OUI majoritaire dans la Chambre haute à l’Initiative :
“09.471 Documents d’identité biométriques”.

Avec votre soutien, ce qui est le plus important, ce qui compte, c’est que le nombre le plus élevé possible de personnes participent à cette action.

CELLE DE LA TOUTE DERNIÈRE CHANCE POUR NOS LIBERTÉS !

www.pavie.ch

*******************************************************************************

Bitte leiten Sie diese Information an alle Ihre Freunde und Bekannten weiter und motivieren diese, sich an der Emailaktion zu beteiligen. Jede Email zählt!

Sehr geehrte Damen und Herren

Am 1. März 2010 entscheiden die 46 Mitglieder des Ständerates als letzte Instanz über die Kommissionsinitiative “09.471 Biometrische Ausweise” ( http://www.parlament.ch/d/suche/Seiten/geschaefte.aspx?gesch_id=20090471 ). Diese verlangt, dass auf eine obligatorische Speicherung der biometrischen Daten verzichtet werden soll. Es soll geprüft werden, ob auf diese zentrale Datenbank ganz verzichtet werden kann oder ob man, wenn man sie beibehalten will, dem Bürger die Wahlfreiheit für die Eintragung geben will.

Die Gefahren dieser zentralen Datenspeicherung sowohl für die einzelnen Schweizer Bürgerinnen und Bürger als auch für die Schweiz auf staatspolitischer Ebene sind riesig. Einige davon finden Sie im Faktenblatt unter http://www.abstimmungskontrolle.ch/download/faktenblatt.pdf in den Punkten 4 bis 11. Hinzu kommt neu noch: Die zentrale Datenbank wird jetzt wirklich ein Hackerobjekt erster Güte, nachdem Banken (z.B. Berner Kantonalbank) begonnen haben, dass Kundinnen und Kunden künftig ihren persönlichen Fingerabdruck als Zugangsschlüssel fürs Online-Banking nutzen und dadurch Zahlungsanweisungen auslösen können ( http://www.bernerzeitung.ch/region/kanton-bern/BEKB-Fingerabdruck-als-Zugangsschluessel/story/13354845 ). Nachdem man in Deutschland bereits mit geklauten Fingerabdrücken auf Kosten von unschuldigen Drittpersonen im Supermarkt einkaufen kann (siehe Kurzvideo der ARD-Konsumentensendung Plusminus unter http://www.youtube.com/watch?v=aBm-WsJ2U1c&feature ), warten jetzt goldige Zeiten auf Fingerabdruckdiebe, wenn man damit sogar ganze Bankkonti leerräumen kann.

Am 1. Feburar 2010 lehnte die Staatspolitische Kommission des Ständerates als Vorinstanz die Vorlage mit 4Ja:7Nein (sowie 1 Enthaltung und 1 Nichtteilnahme an der Abstimmung) ab. Besonders die Rolle der vier CVP-Vertreter und der vier FDP-Vertreter in der Staatspolitischen Kommission des Ständerates bei dieser Abstimmung muss die Frage aufwerfen, von welchen Lobbyorganisationen diese Parlamentarier im Hintergrund kontrolliert werden und wessen Interessen sie in Wahrheit vertreten. Denn dass hier NICHT die Interessen des Schweizer Volkes vertreten werden, ist nur zu offensichtlich. Welche Rolle spielte die Informatikindustrie, für die es bei dieser Vorlage um Aufträge von mehreren Hunderttausend Franken geht? Speziell verwunderlich sind folgende Fakten:

1. Die CVP- und die FDP-Vertreter der Staatspolitischen Kommission des Ständerates stimmten am 1. Februar 2010 gegen diese Kommissionsinitiative, obwohl ihnen Hunderte Schweizer Bürgerinnen und Bürger sowie Gemeindeverwaltungen aus allen Teilen der Schweiz in den Wochen vor der Sitzung eine Email oder einen Brief geschrieben hatten mit der eindringlichen Bitte, dieser Kommissionsinitiative zuzustimmen. Ein erstklassiges Beispiel eines solchen Schreibens finden Sie unter http://www.pavie.ch/file/biometrischeausweise.pdf . Eine Gruppierung (Geistige Landesverteidigung) hatte sogar die Grösse, zur Schonung der Politiker vor weiteren Hunderten oder sogar Tausenden von Emails ihre laufende Emailaktion vorzeitig zu beenden in der berechtigten Annahme, die Stimme aus dem Volk wäre mehr als deutlich genug gewesen und die Botschaft bei den Politikern angekommen ( http://www.abstimmungskontrolle.ch/kommissionsbeschluss/kommissionsschreiben/einstellung.html ). Wie sich später herausstellte, war dies nicht der Fall. Offensichtlich scherten sich diese Volksvertreter von CVP und FDP alle einen Dreck um diese deutlichen Stimmen aus dem Volk.

2. Die gleichen CVP-Vertreter der Staatspolitischen Kommission des Ständerates stimmten am 1. Februar 2010 sogar GEGEN die eigenen Parteikollegen aus dem Nationalrat, wo die gesamte CVP-Fraktion am 24.11.2009 mit 30Ja:4Nein (wovon 2Nein-Stimmen auf die EVP entfallen, die ebenfalls zur CVP-Fraktion gehört) dieser Kommissionsinitiative zugestimmt hatte (http://www.parlament.ch/poly/Abstimmung/48/out/vote_48_3142.pdf) und wo vor der Abstimmung CVP(!)-Nationalrat Roberto Schmidt im Rat folgendes sagte:
http://www.parlament.ch/ab/frameset/d/n/4812/312369/d_n_4812_312369_312726.htm : “Schmidt Roberto (CVP, VS), für die Kommission: … Zum Zweiten soll auf eine obligatorische Speicherung der Daten verzichtet werden. Es soll zumindest geprüft werden, ob auf diese zentrale Datenbank ganz verzichtet werden kann oder ob man, wenn man sie beibehalten will, dem Bürger die Wahlfreiheit für die Eintragung geben will. Damit ermöglichen wir, dass die Frage der ganzen Speicherung und insbesondere des Obligatoriums hier im Rat nochmals neu diskutiert wird. … Unsere Kommission hat darüber noch einmal beraten, möchte jedoch an der parlamentarischen Initiative festhalten und bittet nun das Plenum um Schützenhilfe. Wir bitten Sie, in einer ersten Phase unserer parlamentarischen Initiative Folge zu geben, damit wir die Ängste und Bedenken in der Bevölkerung neu aufnehmen und neu prüfen können.”

3. Die gleichen CVP- und FDP-Vertreter der Staatspolitischen Kommission des Ständerates stimmten am 1. Februar 2010 sogar GEGEN die eigenen Parteikollegen aus dem Ständerat, denn der Gesamtständerat hatte am 9.12.2009 die im Budget der Eidgenossenschaft 2010 ursprünglich vorhandenen Ausgaben für die Speicherung von Fingerabdrücken auf einer zentralen Datenbank ersatzlos gestrichen. Vor der Abstimmung sagte CVP(!)-Ständerat Philipp Stähelin im Rat folgendes:
http://www.parlament.ch/ab/frameset/d/s/4812/316392/d_s_4812_316392_316509.htm :
“Stähelin Philipp (CVP, TG), für die Kommission: … Bei der Position “Einführung biometrischer Pass” beispielsweise haben wir uns einander auf 100 000 bzw. 200 000 Franken angenähert. Es besteht gewissermassen nur noch eine symbolische Differenz, um den Hinweis auf die zentrale Sammlung der Fingerabdrücke und die Initiative wachzuhalten. … Wir beantragen Ihnen deshalb, überall dem Nationalrat zu folgen. … Angenommen”

Was oder welche Macht trieb also insbesondere die CVP-Vertreter der Staatspolitischen Kommission des Ständerates dazu, am 1. Februar 2010 GEGEN die gesamte CVP-Fraktion im Nationalrat und GEGEN die CVP im Ständerat und GEGEN die Hunderten Emails und Briefe aus dem Volk zu stimmen? Ist es Bürgerfeindlichkeit oder wurde hier im letzten Moment massiv und erfolgreich Druck von Seiten der Informatiklobby ausgeübt, um den sich deutlich abzeichnenden Auftragsverlust im letzten Moment noch zu verhindern?

Auch für den Verein grundrechte.ch ist die sture Haltung der Ständeratskommission nicht nachvollziehbar. Die entsprechende Medienmitteilung vom 3.2.2010 finden Sie unter http://www.grundrechte.ch/2010/biometrischer_Pass_Medienmitteilung.pdf

Es ist schon fast Ironie der Dummheit, wenn das Schweizer Volk via Steuergelder für den Aufbau der Ueberwachungsinfrastruktur zahlen müsste, das zu seiner eigenen Bespitzelung und Datensammlung eingesetzt werden kann. Wenn erst einmal die Fingerabdrücke aller Schweizer Bürgerinnen und Bürger gespeichert sind, dann lädt diese Datenbank geradezu dazu ein, weitere Merkmale wie z.B. politische Gesinnung, sexuelle Orientierung, Glaubensrichtung, Reiseverhalten anhand der Passeinträge usw. zu erfassen. Alles unter dem Deckmantel der “Sicherheit für den Bürger” natürlich. Und all dies sogar noch selbst finanziert von den betroffenen überwachten Bürgern! Und die Informatikindustrie hätte sich lukrative Aufträge für viele Jahre gesichert. Denn dass es beim biometrischen Pass nicht um Sicherheit geht, sondern um Ueberwachung der Bürger, sieht jeder daran, dass in den Pass nicht etwa ein sicherer kontaktbasierter Chip (wie in Kreditkarten, ec-Karten) eingebaut wird, sondern ein viel unsicherer RFID-Funkchip, mit dem ein Auslesen aus der Distanz (mit oder ohne Wissen des Passinhabers) überhaupt erst möglich wird ( http://www.biometrische-ausweise.ch/rfid/ ). Das Volk hat sich in dieser Thematik lange genug belügen lassen ( http://www.freiheitskampagne.ch/pdf/Luegen_haben_kurze_Beine.pdf ).

Für das Schweizer Volk bleibt jetzt nur noch eine allerletzte Chance: Wenn der Gesamtständerat am 1. März 2010 dieser Kommissionsinitiative zustimmt, kann er damit den negativen Entscheid der Staatspolitischen Kommission des Ständerates vom 1. Februar 2010 überschreiben. Wenn sich der Gesamtständerat jedoch am 1. März 2010 der 4:7-Empfehlung seiner Kommission anschliesst und ebenfalls gegen diese Kommissionsinitiative stimmt, dann ist die Wahlfreiheit bei der zentralen Datenspeicherung auf Kosten der Schweizer Bürgerinnen und Bürger definitiv gestorben. Und damit wäre noch ein Beweis mehr erbracht, dass es bei der zentralen Datenbank um Ueberwachung der Bürger geht, wenn den Bürgern nicht einmal eine Wahlfreiheit zugestanden wird, ob die eigenen Daten gespeichert werden oder nicht.

Ob die Wahlfreiheit bei der zentralen Datenbank doch noch erreicht werden kann, hängt von Ihrer aktiven Mithilfe ab. Wenn HUNDERTE von Personen mit Emails an die Mitglieder Staatspolitischen Kommission des Ständerates nicht ausgereicht haben, um die CVP- und die FDP-Vertreter von ihrer bürgerfeindlichen Haltung abzubringen, dann müssen es wohl TAUSENDE von Personen mit Emails an die restlichen Vertreter der CVP und der FDP im Ständerat werden, damit diese die Stimme des Volkes hören. Bitte schreiben Sie daher UNBEDINGT SO RASCH WIE MOEGLICH (SPAETESTENS ABER BIS 28. FEBRUAR 2010) den nachfolgend genannten CVP- und FDP-Ständeräten eine Email, dass sie den Mut haben, am 1.3.2010 mit JA (JA=Zustimmung zu dieser Gesetzesänderung bei der Datenbank) zur Kommissionsinitiative “09.471 Biometrische Ausweise” zu stimmen:

Bieri Peter (CVP/ZG)                  peter.p.bieri@bluewin.ch
Bischofberger Ivo (CVP/AI)            m-i.bischofberger@bluewin.ch
David Eugen (CVP/SG)                  eugen.david@parl.ch
Diener Verena (GLP/ZH, CVP-Fraktion)  verena.diener@bluewin.ch
Fournier Jean-René (CVP/VS)           jean-rene.fournier@parl.ch
Frick Bruno (CVP/SZ)                  bruno.frick@parl.ch
Graber Konrad (CVP/LU)                konrad.graber@parl.ch
Imoberdorf René (CVP/VS)              praesident@visp.ch
Maissen Theo (CVP/GR)                 thmaissen@bluewin.ch
Seydoux-Christe Anne (CVP/JU)         a.j.seydoux@bluewin.ch
Stadler Hansruedi (CVP/UR)            stadler.hansruedi@bluewin.ch
Stähelin Philipp (CVP/TG)             staehelin@fuererpartner.com

Altherr Hans (FDP/AR)                 hans.altherr@gmx.ch
Forster-Vannini Erika (FDP/SG)        sekretariat-sr-forster@bluewin.ch
Gutzwiller Felix (FDP/ZH)             felix.gutzwiller@parl.ch
Hess Hans (FDP/OW)                    hans.hess@advokatur-hess.ch
Leumann Helen (FDP/LU)                helen.leumann@collano.com
Marty Dick (FDP/TI)                   dick.marty@parl.ch
Schweiger Rolf (FDP/ZG)               rschweiger@schweigerlaw.ch

WICHTIGE Zusatzinfo:

Im Januar 2010 wurde noch ein weiterer FDP-Staenderat gewaehlt (als Ersatz fuer Bundesrat Didier Burkhalter). Dieser wird am 1.3.2010 zu Sessionsbeginn um 17.15 Uhr vereidigt und wird dann ebenfalls bereits an der Datenbankabstimmung (irgendwann zwischen 17.30 und 20.00 Uhr) teilnehmen ( http://www.parlament.ch/sites/doc/Sessionen/2010%20I/2-Tagesordnung%202010-03-01%20S%20DFI.pdf ). Bitte nehmt daher in eure Emailaktionen noch folgende Person HINZU:

Comte Raphaël (PLR/NE)  raphael.comte@net2000.ch

Postadresse und Telefonnummer siehe auch http://www.raphael-comte.ch/page/content/index.asp?MenuID=28238&ID=105901&Menu=553&Item=14

Er ist Student, erst 30 Jahre alt (was extrem jung ist fuer einen Staenderat) und duerfte daher ein offeneres Ohr haben fuer die Gefahren von Datenbanken, Biometrie usw. Zudem wird er als neuer Staenderat noch ein offenes Ohr haben fuer Anliegen und Wuensche aus dem Volk. Es wuerde grossen Mut brauchen, schon am 1. Tag als Staenderat gegen die eigene Partei zu stimmen und dies schaffen wir nur, wenn er moeglichst viel Rueckendeckung (= viele Emails, speziell aus der Romandie) aus dem Volk bekommt.

Lassen Sie diese Volksvertreter wissen, wie wichtig allen freiheitsliebenden Schweizerinnen und Schweizern diese Datenbank-Thematik ist und dass der Ständerat am 1.3.2010 zu dieser Kommissionsinitiative JA sagt. Achten Sie darauf, dass diese Emails nicht gehässig oder drohend sind (“Sie müssen, sonst…”), sondern sachlich und korrekt (“Bitte stimmen Sie mit Ja aus diesen und diesen Gründen…”). Sachlichkeit zeugt von Professionalität und macht Eindruck. Drohungen dagegen würden sich nur kontraproduktiv auswirken und unserem Anliegen nicht helfen.

Hinweis: Alle diese obigen Parlamentarier werden bei dieser Emailaktion zum ersten Mal angeschrieben. Wer sich somit an einer der letzten Emailaktionen im Januar 2010 an die Mitglieder der Staatspolitischen Kommission des Ständerates bereits beteiligt hat, kann 1:1 den gleichen Emailtext nochmals verwenden und muss nur kleine Details wie z.B. das Abstimmungsdatum (1.3.2010 statt 1.2.2010) anpassen. Verwenden Sie jedoch bitte KEINE Mustertextvorlagen. Wenn ein Parlamentarier Hunderte von Emails mit 1:1 dem gleichen Text erhält, wird er diese Emails gar nicht mehr lesen. Schreiben Sie daher unbedingt Ihren EIGENEN Text und halten Sie die Email so kurz wie möglich. Es genügt einer oder zwei Sätze, damit die Ständeraete wissen, dass Sie als betroffener Mitbürger am 1.3.2010 ein JA zur Kommissionsinitiative “09.471 Biometrische Ausweise” wollen. Wichtig ist einzig, dass sich möglichst viele Personen an dieser Emailaktion beteiligen. Es ist Ihre allerletzte Chance!
www.pavie.ch

Appel au CICR pour des détenus politiques en Suisse.

Au Comité international de la Croix-Rouge

MM.MarcEtienne Burdet, comme MM Joseph Ferraye et Daniel Conus, les 3 déclarés “fous” sans avoir jamais été vus par un psychiatre !


Joseph Ferraye 

Marc Etienne Burdet                         Joseph Ferraye             Daniel Conus

Pour
Monsieur J. Kellenberger,
Président du CICR
et
M. Angelo Gnaedinger,
directeur général, 
et
Madame Margherita DANIEL
Cheffe du Secteur Europe
Agence Centrale de Recherche et

Division de la Protection

et

Monsieur

Andreas Wigger,

Directeur  du CICR

Madame, Messieurs,
Suite à nos nombreux mails et contacts et à notre visite de ce 12 février 2010 d’une délégation de 4 personnes  ( 2 femmes et 2 hommes) et à la réception de notre épais dossier par Mme Francine Rieille que nous remercions ici pour sa prévenance et sa bienveillance lors de notre entrevue, nous confirmons notre demande formelle de mettre sous la protection du CICR les détenus politiques aussi en Suisse:
En faits:
1) Il existe en Suisse des corps armés illégaux qui persécutent les personnes, dont les noms sont Tigris, Tiago, P26, P27 etc…Le peuple suisse a toujours voté contre ces polices fédérales illégales.
2) Trois citoyens au moins en sont les victimes, dont notamment MM Marc-Etienne Burdet, Gérard Ulrich et Daniel Conus.
3) La perversion va jusqu’à les déclarer “fous” par des “experts” psychiatres qui ne les ont même pas vus ( MM Joseph Ferrayé et Daniel Conus notamment, les procédures sont en cours pour les autres, convocations à Cery, provocations et brimades, non mise en liberté dans les délais, mise au cachot aux EPO, confirmée par le député François Brelaz et le directeur de la prison, voir les annexes…)
4) Ces détenus parlent de Guantanamo suisse, de mise au cachot glacé pendant des jours et des nuits sans couverture ni habits (sic).
5) Ils sont malades et très mal soignés.

En droit:
Selon votre propre site internet:
Extraits:
Par les Conventions de Genève, le CICR a reçu le mandat de la communauté internationale de visiter les prisonniers de guerre et les internés civils afin de vérifier qu’ils sont traités conformément aux normes internationales pertinentes. De plus, il fait également en sorte de visiter les personnes privées de liberté dans des situations de violence interne.
En 2008, les délégués du CICR ont visité près de 495 000 détenus dans 83 pays différents.

En 2008, les délégués du CICR ont visité près de 495 000 détenus dans 83 pays différents.


Les visites du CICR dans les lieux de détention ont pour but de garantir le respect et la dignité des prisonniers de guerre et autres catégories de détenus, ainsi que de prévenir la torture, les mauvais traitements ou toute autre forme d’abuspratiques qui violent les droits fondamentaux et les principes d’humanité de base, attisent la haine, et entretiennent le cycle de la violence. Des visites régulières permettent au CICR de ne pas perdre la trace des prisonniers et de formuler des recommandations à l’adresse des autorités concernées, en vue d’éventuelles améliorations des conditions de détention qui peuvent se révéler nécessaires.

Dans les conflits armés non internationaux et les situations de violence interne, l’article 3 commun aux quatre Conventions de Genève et les Statuts du Mouvement encouragent le CICR à offrir ses services pour visiter les détenus.

Nous sommes dans ce cas, et cette violence interne ne peut que croître en cas de démission lâche de votre part.

Nous rappelons ici que le dernier exercice d’envergure de l’armée suisse était de mater une révolte populaire de suisses excédés par tous les abus des “élites” !

Conclusions:

Selon l’ épais dossier qui vous a été remis, nous confirmons la demande de l’application des conventions de Genève sur le territoire suisse, notamment la mise sous protection des suisses et des étrangers détenus en Suisse pour des raisons politiques ( voir le scandale des abus sur Hannibal Khadafi et de la publication de photographies ignobles et inutiles ).

Croyez-vous vraiment que la Suisse est au-dessus de tout soupçon ?

Nous serions heureux d’être tenus au courant du suivi de ces affaires urgentes et importantes.

Avec mes meilleures salutations.

François de Siebenthal
Ancien administrateur et délégué de la délégation du CICR à Bagdad ( 1980 et 1981 ).
Médaillé Canergie et de la Société Suisse de Sauvetage.
14, ch. des Roches
CH 1010 Lausanne
Suisse, Switzerland
021 616 88 88

Annexes:

M. M-E Burdet, l’un des défenseurs de M. Ferraye, demande l’asile politique à plusieurs pays étrangers, vu sa mise au mitard glacé pendant plusieurs semaines, en slip et sans couverture…  
voir http://pavie.ch/articles.php?lng=fr&pg=3126
www.burdet.info site “censuré” de MEB
Extraits de notre courrier de plainte.

Les amis de
Marc-Etienne Burdet
rue du Canal 14,
1400 Yverdon-les-Bains/VD

à la
Cour européenne des Droits de l’Homme
Conseil de l’Europe
67075 Strasbourg-Cedex
France

Lausanne, le 23 octobre 2009

Complément grave du dossier, détenu au mitard, en slip et sans couverture.

I. LES PARTIES

A. LE REQUÉRANT

Marc-Etienne Burdet
Chez Burdet, Jeannette u. Raymond (-Chevalley)
rue du Canal 14, 1400 Yverdon-les-Bains/VD
*024 445 05 01

B. LA HAUTE PARTIE CONTRACTANTE
Tribunal Fédéral
Av. du Tribunal-Fédéral 29
CH-1000 LAUSANNE 14 et subsidiairement, l’Etat du Canton de Vaud

II. EXPOSÉ DES FAITS

D’abord, comme nous l’avions deviné, l’ avocat Daniel Brodt en qui, malgré nos mises en garde, a fait exprès d’attendre que le délai de recours soit passé d’un jour, pour déposer celui qu’il avait pourtant achevé de former et de faire approuver à son client plusieurs jours auparavant. N’ayant pas été introduit dans les délais prescrits, le recours a donc été rejeté. Cette ignoble trahison se passe de commentaires.

—– Marc-Etienne Burdet, détenu au mitard, en slip et sans couverture ,

mail Réacheminé du directeur de la prison, M. Sébastien Aeby /SPEN/admin-VD le 13.10.2009 11:58 —–

Sébastien Aeby/SPEN/admin-VD
13.10.2009 11:57   
A françois.brelaz@bluewin.ch
cc   
Objet : EPO – M. Burdet


Monsieur le Député,
J’ai bien reçu votre correspondance du 8 octobre au sujet de Monsieur Marc-Etienne Burdet, détenu dans mon établissement.


Après vérification, je peux vous confirmer que Monsieur Burdet a bien été placé aux arrêts disciplinaires.


Le placement de ce dernier en cellule forte n’a pas donné lieu à des complications, les procédures suivies et respectées par le personnel.
Monsieur Burdet a conservé ses vêtements en cellule et a disposé d’une couverture le temps de sa sanction.
En espérant avoir répondu à votre demande, je reste à votre disposition pour complément d’informations.
Avec mes remerciements et meilleures salutations.

Sébastien Aeby
Directeur des EPO 

Malheureusement, les dernières nouvelles que nous pouvons vous communiquer nous font naître de graves inquiétudes sur son sort. ( voir annexe ).

DÉCLARATION ET SIGNATURE

Je déclare en toute conscience et loyauté que les renseignements qui figurent sur la présente formule de requête sont exacts.

Lieu : Lausanne    Date :  le 23 octobre 2009

Signature du/de la requérant(e) ou du/de la représentant(e)
les amis de MEB.

Annexe; article du 20 minutes du 21 0ctobre,

Act. 20.10.09; 16:35

Infarctus en prison

Il attend deux semaines avant d’être soigné

par Thomas Piffaretti

Olivier a fait un infarctus alors qu’il était incarcéré dans un établissement pénitentiaire vaudois. Il a dû attendre d’être libéré, 15 jours après son accident cardiaque, avant de pouvoir être pris en charge par un médecin. L’Office pénitentiaire cantonal se défend.


Olivier souhaite que son histoire ne se répète pas. (Photo: 20 minutes online)

Olivier, 48 ans, dit revenir de loin. Incarcéré pendant une année pour «un gros péché», comme il le dit lui-même, ses derniers jours en prison ont été un véritable cauchemar. Le 15 septembre dernier, en début de soirée, et alors qu’il a appris quelques heures plus tôt que sa libération serait effective deux semaine plus tard, Olivier se sent mal. Une violente douleur à la poitrine le paralyse, mais il reste conscient. Ses maux ne passant pas, son collègue de cellule finit par alerter les gardiens.
«Tant que vous ne baignez pas dans votre sang, ou que vous ne pendez pas au bout d’une corde, les gardiens ne voient pas l’intérêt d’appeler le piquet sanitaire», témoigne Olivier. Les geôliers tentent tout de même de le calmer, mais excluent, selon lui, de faire intervenir l’assistance médicale. Il devra attendre le lendemain avant de pouvoir rencontrer une infirmière, qui, malgré l’exposé de ses symptômes, n’aurait pas pris la décision d’appeler le médecin. Olivier demande alors à voir un spécialiste, mais sans urgence attestée, la liste d’attente est longue, assure-t-il.
Finalement les jours défilent, et Olivier est libéré. Mais il continue de souffrir de la poitrine et ses jambes enflent à vue d’œil. Il finit donc par se rendre au CHUV. Et après avoir passé une batterie d’examens, le couperet tombe: Olivier a fait un infarctus. Pire, il doit subir une lourde opération afin de déboucher ses coronaires. Aujourd’hui, Olivier est tiré d’affaire, mais une rééducation de deux mois l’attend et surtout un sentiment de colère demeure. «J’aurais pu y passer», s’exclame-t-il.
Une administration trop lourde
Si Olivier tient à partager son histoire, c’est avant tout pour dénoncer la lourdeur et le manque d’efficacité de l’administration pénitentiaire telle qu’il l’a connue. Et particulièrement dans l’encadrement sanitaire des détenus. Il n’en veut d’ailleurs pas aux gardiens de prison. «Ce sont eux qui sont sensés dire si un détenu a besoin de soins médicaux. Mais ils ne sont pas formés pour. Et ils sont tellement sollicités.» Olivier comprend leurs difficultés à gérer des prisonniers qui tentent régulièrement de les abuser, selon son propre aveu. Le disfonctionnement serait davantage à chercher au niveau de l’organisation des établissements pénitenciers.
«Il faut faire une fiche pour tout en prison», déplore l’ancien détenu. Et les demandes de visites médicales s’empilent les unes sur les autres. Conséquence de cette lourdeur administrative, plusieurs semaines peuvent s’écouler avant de pouvoir décrocher un entretien avec un médecin, explique-t-il. Olivier a en effet connu plusieurs désillusions face aux services sanitaires des prisons où il était incarcéré. Par exemple, avant son accident cardiaque, il avait enregistré une importante prise de poids et avait contracté des douleurs articulaires. A la permanence médicale de son établissement, on lui aurait dit: «Il vous faut voir un physio, mais on en a pas ici.» Olivier n’a donc jamais vu de physio.
«Je n’y crois que moyennement»
Du côté de la direction de l’Office pénitentiaire du canton de Vaud, on se montre sceptique face au témoignage d’Olivier. «Je n’y crois que moyennement», assène Catherine Martin, cheffe du service. Un piquet sanitaire centralisé est mobilisable à tout instant et les procédures d’urgence répondent à un protocole strict. Et en cas de doute, les geôliers sont censés appelés une ambulance. «Je crois pouvoir dire que la prise en charge médicale est peut-être même meilleure en milieu carcéral que dans le civil. Tout est à disposition des détenus», ajoute-t-elle.
Quant à l’aptitude des gardiens à juger de la gravité d’un cas, Catherine Martin se veut rassurante. «Les gardiens sont sensibilisés aux problématiques médicales. Et l’histoire que vous me racontez ne correspond pas à la pratique habituelle. Il y a d’ailleurs eu des cas de réanimations miraculeuses de détenus par les gardiens.» De même, la surpopulation carcérale que connaît le canton, ne diminuerait pas le vigilance des geôliers. «C’est lourd à gérer, reconnaît la cheffe de l’Office, mais le niveau des effectifs est correct.»
Ne pas voir son histoire se répéter
Reste que pour Olivier, les choses doivent changer. Pour lui, l’encadrement des détenus est insuffisant, et la lourdeur des procédures, notamment pour l’accès aux soins, peut s’avérer dangereuse. Si porter son histoire devant la justice ne servirait à rien – à en croire conseil légal qu’il a pris –, Olivier a une ferme ambition en rendant son témoignage public: «J’ose espérer que mon cas est isolé. J’aimerais que ce qui m’est arrivé ne se reproduise pas».

Le 25.02.08, dans la clandestinité.

Madame Evelyne Widmer-Schlumpf
Conseillère fédérale – Palais fédéral
3003 Bern


cc: Tribunal fédéral, 1000 Lausanne 14 –
Notre prétendu Etat de droit
Madame la Conseillère fédérale,
Par Ordonnance 5A_13/2008 du 11.01.08 (copie ci-jointe) le Tribunal fédéral m’a fait savoir que ma récusation de la juge de 1ère instance, Anne Röthenbacher, paraissait infondée. Elle s’était récusée dans mes affaires civiles et pénales. En l’espèce, elle a tout de même tranché une requête de mainlevée. Les juges fédéraux NiccolòRaselli et consorts ont prétexté qu’il s’agirait d’une procédure distincte des autres, pour me débouter.
Je me suis permis de donner quittance de cette argumentation écervelée en adressant une lettre ouverte au Tribunal fédéral, en date du 28.01.08 (copie ci-jointe). La réaction est arrivée par Ordonnance 5A_13/2008 du 04.02.08(copie ci-jointe). On y prétend que j’aurais soumis le 28.01.08 une „requête … tendant implicitement à la reconsidération de l’ordonnance précitée“! Cette lettre ouverte ne contient pas de telle requête, comme vous pouvez vous-même le vérifier. A nouveau, les juges fédéraux Raselli, Escher et Meyer ont menti. Je collectionne systématiquement de telles perles de la jurisprudence, et je fiche leurs auteurs sur Internet. Voir www.swissjustice.net/references . Manifestement, cela n’est pas du goût de la corporation des magistrats. Pour cette raison, ils voudraient m’enfermer pour au moins 4 ans. Et je n’ai ni volé ni assassiné – simplement critiqué l’appareil judiciaire.
Le 3ème pouvoir de notre pays est atteint par l’arrogance, l’incompétence, le carriérisme égoïste et  le copinage helvétique. Vous vous posez évidemment la question, d’ou je tire cette certitude absolue. Il s’agit de conclusions obtenues après l’étude d’un grand nombre de dossiers judiciaires. Beaucoup de cas ne sont pas que noirs et blancs. Dans mon cas également, les juges n’ont pas toujours fait fausse route non plus. Cependant, les 6 cas de condamnations à de longues peines de réclusion, sans preuves et sans aveux, dont j’ai connaissance, restent des témoignages irréfutables de la déchéance du système judiciaire. Il s’agit pour ainsi dire de la pointe visible de l’iceberg. J’ai étudié à fond les déconvenues tragiques de ces victimes judiciaires. Avec chacune de ces personnes, je me suis entretenu à maintes reprises. Entre 2001 et 2007, j’ai visité trois de ces victimes plusieurs fois en prison. Ces dérapages judiciaires sont dénoncés sur Internet:
La logique dicte qu’on ne peut pas condamner des gens sans preuves et sans aveux!
Pour cette raison, l’objectif est de conserver ces publications sur Internet comme documents de valeur historique pour la postérité.
Les habitants de ce pays doivent enfin prendre conscience que le Tribunal fédéral renvoie aux recourants déboutés leurs moyens de preuves soumis (93 – 95 % sont renvoyés comme quérulants; les recours sont admis dans une fourchette des rabais de 5 – 7 %, afin de justifier la raison d’être de cet appareil coûteux, et pour le gonfler encore davantage.). En conséquence, on ne trouvera jamais de preuves dans les archives du Tribunal fédéral, que l’instance judicaire suprême du pays aurait confirmé par inadvertance ou même avec préméditation une injustice. La Cour Européenne des droits de l’Homme à Strasbourg réalise ce forfait encore de façon plus maladroite: les dossiers des recourants déboutés sont officiellement détruits après un certain laps de temps! Et personne n’arrête cette pratique de « purger » les archives.
J’accuse le Tribunal fédéral et la Cour Européenne des Droits de l’Homme de falsifier l’histoire, comme le font toutes les tyrannies. 
Le peuple a mandaté l’Assemblée fédérale par l’article 169 de la Constitution fédérale d’exercer la haute surveillance sur les Tribunaux fédéraux. Hélas, nos députés fédéraux se sont émasculés eux-mêmes par l’article 26, alinéa 4 de la loi parlementaire (Parl.G; SR171.10) du 13.12.2002, sans que le citoyen ordinaire s’en soit rendu compte: ils se sont interdits à eux-mêmes d’examiner les contenus des Arrêts du Tribunal fédéral. Comment est-on arrivé à une telle contradiction? La Constitution fédérale, ne prime-t-elle pas toutes les autres lois? Que diraient nos Conseillers nationaux et Conseillers des Etats, si on leur interdisait sous le prétexte de la séparation des pouvoirs de critiquer les décisions du Conseil fédéral? Cela serait exactement la même insanité comme de balancer la haute surveillance sur les Tribunaux fédéraux!
Manifestement, cela était fort convenable pour nos politiciens. Ainsi, ils n’ont plus besoin de perdre leur temps à entendre des citoyens qui implorent leur aide. Ceux-ci restent sur le carreau. Le mobile de nos politiciens coupables est selon mon appréciation l’inertie. Elle est la plus grande puissance dans ce monde.
Par la présente, je vous ai fait part en qualité de cheffe du Département fédéral de Justice et Police des connaissances d’un critique du régime.
Veuillez agréer, Madame la Conseillère fédérale, mes sentiments respectueux.
Gerhard Ulrich

Iran, une guerre de plus ?

On nous organise des guerres pour mieux nous dominer…

La guerre avec l'Iran va nous tomber dessus si on se laisse faire bêtement…

http://versdemain.org/images/Compte-Goutte.gif

L'Iran n'a jamais attaqué depuis des siècles…

Les robots peuvent nous libérer toujours plus.

http://pavie.ch/articles.php?lng=fr&pg=765

Le crédit social peut nous sauver des guerres.
 
Il s'applique en s'adaptant aux conditions locales. La Suisse est l'un des pays qui l'applique le plus du fait de sa structure fédéraliste.
On peut rechercher l'idéal en une fois, mais il est plus efficace de l'appliquer par petites touches, et, au fur et à mesure des avantages prouvés, il deviendra indispensable.

wir. reka, franc suisse, coupons locaux, amap,…

Télécharger gratuitement le livre en format PDF (1,8 MB)

http://fr.wikipedia.org/wiki/Association_pour_le_maintien_d%27une_agriculture_paysanne

Comment unir les personnes de bonne volonté ?


Notre programme repose sur dix pierres de construction :


1.la dignité de la personne humaine,
2.la vie humaine,
3.l'association libre et la démocratie directe,
4.la participation,
5.la préférence pour les pauvres,
6.la solidarité,
7.la gérance,
8.la subsidiarité suisse et le fédéralisme,
9.l'égalité,
10.le bien commun.  
Buts principaux
Avoir la force de dire oui à la primauté de l'aide des plus nécessiteux, des faibles, des marginaux et des exclus, des victimes d'une société qui trop souvent sacrifie l'homme à d'autres fins et intérêts
Avoir la force de dire non aux duperies du pouvoir, de l'argent, du plaisir, aux gains malhonnêtes, à la corruption, à l'hypocrisie, à l'égoïsme et à la violence. Non au mal, principe mensonger de ce monde. Oui au Bien qui détruit la puissance du mal par la toute-puissance de l'amour.
Nous savons que seuls les cœurs convertis à l'Amour, …, peuvent construire un avenir meilleur pour tous".

 Les échecs des grands systèmes politiques sont prouvés.

http://desiebenthal.blogspot.com/2009/08/un-entrepreneur-libano-suisse-explique.html
De même que l'esclavagisme n'a pu être éradiqué qu'avec l'aide des croyants, nous devons faire une alliance de tous les hommes de bonne volonté pour vaincre les égoïsmes.

Télécharger gratuitement le livre en format PDF (1,8 MB)
  Étudions les bases possibles d'une collaboration.
Sous le Signe de l'Abondance

English
 

Ce volume de 312 pages présente une conception nouvelle de la finance, du système d'argent, qui libérerait définitivement la société des problèmes purement financiers. L'auteur, Louis Even, y expose les grandes lignes des propositions du Crédit Social, conçues par l'ingénieur écossais Clifford Hugh Douglas.

Télécharger le livre en format PDF (2,4 MB)

Table des matières

Préface de l'auteur

Ce livre parle du Crédit Social, mais il est loin d'être une somme créditiste. Le Crédit Social, en effet, est toute une orientation de la civilisation et touche au social et au politique autant, sinon plus, qu'à l'économique. Nous croyons même, avec Douglas — à qui le monde doit cette lumineuse doctrine — qu'un redressement économique, dans le sens du Crédit Social, est impossible sans un redressement préalable d'ordre politique.
Dans ce volume, cependant, sauf quelques réflexions incidentes aux répercussions sur la politique d'un système financier détraqué et dominateur, nous avons borné notre étude aux objectifs économiques et aux propositions monétaires du Crédit Social.

Louis Even

Le titre du livre — Sous le signe de l'abondance — exprime assez bien qu'il s'agit d'une économie d'abondance, de l'accès rendu facile aux immenses possibilités de la production moderne.
L'économie ancienne pouvait être «sous le signe de l'or» ou de quelque autre objet rare lorsque la production elle-même faisait souvent défaut. Mais c'est méconnaître le progrès et outrager la logique que vouloir conserver un instrument lié à la rareté pour conférer des titres à une production motorisé.
Dans la première partie de ce volume, on rappelle des notions essentielles et très simples, que tout le monde admet sans peine, mais qui sont presque totalement ignorées dans l'organisme économique actuel. Les fins ne commandent plus les moyens. Une brève étude du système monétaire démontre que l'argent régit là où il devrait servir. On présente comme remède les propositions du Crédit Social, dont on expose les grandes lignes, sans entrer dans les méthodes d'application. Le problème, croyons-nous, n'est pas tant de développer une technique de fonctionnement que de faire accepter des propositions qui semblent à la fois trop simples et trop audacieuses aux esprits habitués à perdre de vue les fins et à s'enliser dans la complexité des moyens. Aussi, nombre de chapitres se présentent-ils surtout comme un plaidoyer de justification de la doctrine créditiste.
La deuxième partie reproduit, sans enchaînement nécessaire entre eux, certains discours et articles de nature à jeter de la lumière sur divers aspects du Crédit Social. Outre les production de l'auteur lui-même, on trouvera dans cette partie quelques contributions de Maître J.-Ernest Grégoire, avocat, de Mlle Gilberte Côté (depuis Mme Gilberte Côté-Mercier) et de M. Edmond Major.
En offrant ce libre au public, nous avons surtout en vue le lecteur moyen. Mëme en traitant de sujets spécifiques, nous évitons autant que possible les termes techniques, plus aptes à fatiguer qu'à éclairer. Nous avons visé à écrire de façon à être facilement compris par le grand nombre: c'est d'ailleurs dans l'esprit d'une économie d'abondance au service de tous et de chacun.
Montréal, 1er mai 1946.
LOUIS EVEN        
La cinquième édition de juin 2008 porte à 28 000 le nombre total d'exemplaires tirés du livre «Sous le Signe de l'Abondance». Dans la quatrième édition de 1988, les chiffres ont été adaptés pour 1988, et quelques articles de Louis Even et d'autres auteurs ont été ajouté dans la deuxième partie, portant sur divers aspects du Crédit Social, ainsi que des appendices et une brève biographie de Louis Even. Une édition en langue anglaise, avec davantage de chapitres (une quinzaine de plus que l'édition en français de 1988), est parue en 1996. C'est l'équivalent de cette version que l'on trouve dans l'édition de 2008 en langue française, qui est aussi en ligne sur ce site.




Nos lecteurs réguliers savent que chaque numéro de ce journal contient des articles sur les propositions financières du Crédit Social, qui sont plus d'actualité que jamais pour résoudre les problèmes économiques actuels. Cette idée du Crédit Social peut susciter de nombreuses questions parmi nos nouveaux lecteurs, et un seul article n'est certainement pas suffisant pour répondre à toutes ces questions, ou pour donner une bonne compréhension de tout le concept du Crédit Social. De plus, la plus part des gens n'ont tout simplement pas le temps de lire de longs livres sur le sujet.
Alors, voici la solution: les propositions du Crédit Social expliquées en 10 leçons, chacune étant la suite logique de la précédente. La première leçon débute avec les principes, et de là, on bâtit les fondations pour avoir une pleine connaissance de tout ce que le Crédit Social implique. Voici la liste des 10 leçons:
Leçon 1: Le but de l'économie: faire les biens joindre ceux qui en ont besoin;
Leçon 2: La pauvreté en face de l'abondance, la naissance de l'argent;
Leçon 3: Les banques créent l'argent sous forme de dette;
Leçon 4: La solution: un argent sans dette créé par la société;
Leçon 5: Le manque chronique de pouvoir d'achat — Le dividende;
etc…
Télécharger gratuitement le livre en format PDF (1,8 MB)




Admiration.
http://www.union-ch.com/file/portrait.wmv

Une “censure inquiétante”, “travailler moins pour gagner plus”.

Le courage de taxer les robots et de distribuer à tous les revenus ainsi libérés

Les robots libérateurs !
http://pavie.ch/articles.php?lng=fr&pg=765

On peut en effet gagner plus en travaillant moins si la productivité du travail augmente, grâce aux robots…

D’accord si nous avons tous un dividende ou revenu universel pour consommer les biens produits par les robots et nous trouverons des tâches utiles à remplir ( éducation des enfants, art, agriculture pour nourrir les affamés, recherche, etc …)
http://www.michaeljournal.org/images/Robots-or.jpg
Légende traduite: Ce robot peut tous vous remplacer, vous êtes donc tous au chômage.

Un signe des temps:

Elle est de retour sur la façade des Beaux-Arts. L’oeuvre, prévue dans le cadre d’une exposition à l’école, se compose de deux grandes bannières noires sur lesquelles sont inscrits en blanc les mots “gagner“, “moins“, “plus” et “travailler“, détournant le slogan du candidat Nicolas Sarkozy “travailler plus pour gagner plus“. Selon l’endroit où se trouvait le passant, il pouvait lire “gagner plus” ou “travailler moins“. Elle avait été décrochée mercredi par l’École des Beaux-Arts de Paris elle-même, estimant que cela pouvait porter “atteinte à la neutralité du service public“.

Une “censure” selon l’artiste, la Chinoise Ko Siu Lan âgée de 32 ans, qui avait fait savoir vendredi, via son avocate, qu’elle envisageait un recours devant un tribunal administratif. Une “censure inquiétante” aussi pour Bertrand Delanoë, maire PS de Paris, qui avait de son côté proposé que l’installation soit exposée au “104”, lieu culturel parisien. Plusieurs dizaines de personnes étaient venues manifester leur soutien à l’artiste avec des petites bandelettes de papier rappelant les mots de son oeuvre. Quelques étudiants des Beaux-arts avaient réclamé la démission du directeur Henry-Claude Cousseau, évoquant “une autocensure inquiétante“.

Le ministre de la Culture Frédéric Mitterrand, qui a l’école sous sa tutelle, a finalement demandé samedi à l’Ecole de raccrocher “tout de suite” sur sa façade ladite oeuvre. “Je suis d’accord pour remettre les bannières. Je suis très contente“, a réagi Ko Siu Lan. “Frédéric Mitterrand m’a appelé en personne samedi après-midi pour me dire qu’il avait appris l’affaire hier et qu’il était vraiment ‘désolé’ de cette ‘histoire idiote’“, a déclaré la jeune femme. Aussitôt dit, aussitôt fait. Une équipe d’installateurs a réinstallé sans tarder samedi en fin d’après-midi les banderoles litigieuses sur la façade donnant sur le quai Malaquais.

Par D.H. (avec agence) le 13 février 2010 à 16:57


Le système actuel devient de plus en plus absurde:

Les gains de productivité peuvent être répartis entre l’augmentation des revenus et la baisse du temps de travail.

http://www.michaeljournal.org/images/Magasin1.gif

http://desiebenthal.blogspot.com/2009/10/le-courage-de-taxer-les-robots.html

Au Moyen-Age, on travaillait la moitié de l’année, vu toutes les fêtes religieuses et autres.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Moyen_%C3%82ge

Donc en 2010, on devrait travailler 10H par semaine et laisser des machines robotisées faire le travail ingrat.

Nous devrions TOUS avoir beaucoup plus de loisirs, et pas seulement quelques égoïstes richissimes qui planifient des guerres atroces et polluantes ( dioxines, uranium appauvri…)

Mais on nous organise des guerres pour mieux nous dominer…La guerre avec l’Iran va nous tomber dessus si on se laisse faire bêtement…

Faire de l’argent en “vendant de l’argent” est condamnable.

L'inflation n'existe que par l'excès des taux d'intérêts. Car rien n'explique la nécessité de l'inflation. Certes, certains
produits devenant rares peuvent justifier l'augmentation de leur prix, sans que ceci soit très moral attendu que le
produit en lui-même n'a pas changé. Le vendeur qui augmente son prix en fonction de la demande est quelque part
malhonnête.
Faire de l'argent en "vendant de l'argent" est condamnable. L'argent n'est pas une marchandise mais un moyen
d'échange universel.
On ne devrait rémunérer les prêts qu'en fonction des résultats des entreprises. étant entendu que le prêteur s'intègre
à l'entreprise et contribue à son succès par son travail de gestion et par son risque financier.
Aujourd'hui, le plus gros chiffre d'affaire des pays "riches" est le commerce de l'argent !
Quant à la dette colossale de chacun des pays riches, on peut se poser la question de "qui leur prête de l'argent ?".
Et s'il s'agissait du bluff bien connu des quelques prêteurs qui emprunte en "permutation circulaire" les uns aux
autres, chacun prêtant à peu autant qu'il doit et ainsi chacun justifie d'une dette importante qui peut justifier la crise
vis à vis des citoyens ? Mais pourtant la dette n'existe intrinsèquement pas.
En effet, que des individus ou des groupes détiennent assez d'argent pour le prêter en masse aux pays riches
interroge sur la façon dont cette masse d'argent aurait pu être acquise honnêtement ?

Tout cela laisse rêveur.

M. S.

Europe et dettes: les sables mouvants.

Afficher l'image en taille réelle

« Endettement des Etats: l’explosion virale exponentielle ! », mais à qui le crime profite-t-il ? Toujours les mêmes…

Qui paye ? Les malades qui souffrent notamment des coupes sombres dans les programmes publics…

http://ferraye.blogspot.com/2010/02/krach-fr-3-ce-soir-ou-jamais-le-tabou.html

La situation dans l’UE

Le 10 septembre 2009 la revue économique allemande «Handelsblatt» fit bondir ses lecteurs en titrant: «Endettement de l’Etat: l’explosion». Suivant une étude non publiée de la Commission européenne, dans certains Etats de l’UE, la crise économique conduira à une énorme croissance de leur endettement d’ici à 2020. On prédit à la Grande-Bretagne une dette qui atteindra 180% du Produit intérieur brut (PIB). A la fin de 2008 cet endettement n’était encore «que» de 50% environ du PIB.
Selon l’article, l’endettement de l’Etat augmentera de façon exponentielle dans d’autres pays de l’UE: en France par exemple jusqu’à 125% du PIB, en Allemagne un peu plus de 100%.
Parallèlement l’étude douchait les espoirs euphoriques de croissance: «Le taux de croissance dans l’UE ne devrait pas dépasser 1% dans un avenir prévisible.»
Si la conjoncture virait à la hausse, les Etats devraient alors compter avec des taux d’intérêt nettement plus haut et donc avec des intérêts plus élevés.

Endettement public: l’explosion

De fait nombre des sources actuelles parlent en faveur d’une augmentation de la dette publique dans les pays de l’UE (ainsi qu’aux USA et au Japon) bien au-delà du soutenable. Pour l’ensemble de l’UE, la Chambre d’économie autrichienne prédisait en novembre 2009 sur la base des chiffres de la Commission européenne, de l’Eurostat ( Institut européen de la statistique) et de l’OCDE que la dette publique globale des 27 Etats de l’Union, qui s’élevait en 2008 à 61,5% du PIB, atteindrait en 2011 83,8% du PIB et même, dans la zone euro des 12, 88,2%. Or la limite supérieure prévue par le Pacte de stabilité européen est de 60% du PIB, et elle s’élève d’ores et déjà à 78,7% en moyenne des Etats de l’UE (estimation pour 2009). 8 des pays de la zone euro des 12 sont déjà endettés au-delà de 60% de leur PIB. Seuls la Finlande, le Luxembourg, les Pays-Bas et l’Espagne satisfont encore aux exigences du Pacte de stabilité.
D’ici à 2011 l’endettement public devrait atteindre 88,2% du PIB en Grande-Bretagne, 87,6% en France et 79,7% en Allemagne.
Pour les trois quarts seulement de l’année 2009 le déficit des budgets publics, selon une communication de l’Office fédéral allemand des statistiques en date du 29/12/09, s’élevait à 96,9 milliards d’euros, contre 79,6 l’année précédente pour la même durée. Et pour les années 2010 et 2011, le DIW (Institut allemand de recherche économique) prédit un accroissement de la dette d’environ 240 milliards d’euros (Communiqué de presse du 7 janvier).

Ce n’est pas ainsi que l’on contribue au bien public

Et pourtant ce n’est pas en accroissant vertigineusement la dette de l’Etat que l’on contribue au bien public. Bien au contraire: il n’y a rien de bon à en attendre. Le 24 décembre, par exemple, le «Neue Zürcher Zeitung» écrivait au sujet de la France: «Le marché de l’emploi alourdit l’atmosphère et la lutte pour la répartition des richesses se fait plus âpre» et le 30 décembre à propos de la Grande-Bretagne: «La livre sterling risque de poursuivre sa chute». Les citoyennes et citoyens allemands doivent s’attendre en 2010 à une forte hausse du chômage et sans doute à des salaires stagnants pour ceux qui ont encore un emploi.
De toute évidence la théorie selon laquelle l’augmentation des dépenses publiques favorise le bien-être général ne fonctionne plus. Il est très douteux qu’elle ait jamais fonctionné sur la durée. Dans les années 30 du siècle dernier, le «New Deal» tant encensé du président américain Franklin D. Roosevelt, après une apparence de succès immédiats, n’avait en cinq ans ramené le taux de chômage qu’à 26,4%.1 Et le «miracle économique» de Hitler – tout comme celui qui eut lieu aux USA quelques années plus tard – n’a été dû qu’au pillage d’autres peuples, au détriment de la paix et sur le dos de millions de victimes.

Mais à qui profite le crime?

Anthony C. Sutton a fait une remarque intéressante dans le tome 3 de sa série «Wall Street and the rise of Hitler»: «Si nous observons le vaste éventail des faits présentés dans les trois tomes de la série sur Wall Street, nous constatons le retour régulier des mêmes noms: Owen Young, Gerard Swope, Hjalmar Schacht, Bernard Baruch, etc.; des mêmes banques internationales: J. P. Morgan, Guaranty Trust, Chase Bank et de la même adresse new-yorkaise: en général Broadway 120. Ce groupe de banquiers internationaux a soutenu la révolution bolchevique et a tiré ensuite profit de la fondation de la Russie soviétique. Ce groupe a financé Roosevelt et a tiré profit du socialisme du New Deal. Ce groupe a également financé Hitler et a, c’est sûr, tiré profit du réarmement allemand dans les années 30. Alors que le grand capital aurait dû normalement faire des affaires avec des firmes telles que Ford Motor, Standard Oil of New Jersey, etc., nous constatons que ses activités se déployaient dans les bouleversements politiques, la guerre et les révolutions survenues dans trois pays de première importance.»2
Dieter Meyer, un ancien Ministerialrat allemand, a créé un site Internet sur l’endettement public en Allemagne et en UE ( www.staatsverschuldung-schuldenfalle.de ). Il y écrit qu’en 2008 «presque un huitième des rentrées fiscales» a été absorbé par les intérêts de la dette. «De 1965 à 2008 la part to­tale des nouveaux endettements et des déficits dans le budget total s’élevait à environ 1339,9 milliards d’euros et les intérêts de la dette à 1514,5 milliards d’euros environ. […] Le financement des crédits destinés aux budgets publics a dégénéré jusqu’à n’être plus qu’une fin en soi inutile au plan fiscal. Elle ne sert plus au financement du budget proprement dit, mais à celui des dépenses d’amortissement et d’intérêts de ses propres emprunts.»
Et de fait: Selon les données fournie par le Bund der Steuerzahler e.V. (Union des contribuables) allemand, les budgets publics ont versé en 2005 64,2 milliards d’euros d’intérêts, 64,9 en 2006, 66,1 en 2007, 67,9 en 2008, et en 2009 on dépassera sans doute les 70 milliards (état des calculs au 19/1/09); des sommes transférées en grande partie sur les comptes de banques nationales et étrangères. La Bundesrepublik Deutschland Finanzagentur GmbH (Agence financière de la République fédérale d’Allemagne SA), compétente pour la recherche des financements, a publié dans un communiqué de presse du 16 décembre 2008 les noms des dix premiers créanciers au titre de divers emprunts d’Etat: Barclays Bank, Deutsche Bank, Merill Lynch, UBS, Morgan Stanley, The Royal Bank of Scotland, Société Générale, J.P. Morgan, Goldman Sachs et Citigroup.

Comment vont réagir les Etats?

Que se passera-t-il donc si les pronostics donnés au début de ce texte au sujet des endettements publics se réalisent? Comment réagiront les responsables au niveau national et européen? Un nombre toujours plus élevé d’Etats de l’UE va-t-il se déclarer en fail­lite? De plus en plus d’Etats européens vont-ils voir leur solvabilité dégringoler dans les agences de notation en raison de leur endettement élevé – ce qui est déjà en partie le cas – et devoir payer aux bailleurs de fond des intérêts de plus en plus élevés? Les Etats les plus puissants de l’UE exerceront-ils sur les Etats moins influents une pression de plus en plus forte pour qu’ils se plient aux intérêts des grands, transformant peu à peu l’UE en un «directoire des grands et de quelques-uns de leurs valets» (Jean Asselborn)? L’UE deviendra-t-elle un instrument de plus en plus évident de la répartition des richesses en direction de la haute finance? Le paiement des intérêts, qui alimenteront de plus en plus grassement ces créanciers prendra-t-il de plus en plus la place des dépenses normales des Etats? Privatisera-t-on encore plus les services publics, le profit devenant de plus en plus la norme, au détriment du bien public? Ou bien les Etats de l’UE, pressés par la dette, chercheront-ils bientôt leur salut dans une politique inflationniste qui anéantira les valeurs?
La «Neue Zürcher Zeitung» a joint à sa livraison du 5 janvier un supplément «L’année financière 2009». On peut y lire: «L’année financière 2009 a fait le bonheur de beaucoup d’investisseurs. Après les pertes dramatiques de l’année 2008 les cours n’ont pratiquement pas cessé de monter à partir de mars 2009. Même ceux de nombreuses matières premières, par exemple l’or et le pétrole, se sont vigoureusement repris, et les obligations d’entreprises se sont avérés aussi rentables que les actions.» Dès le 22 décembre le Spiegel Online titrait: «Capitulation face au monstre du Monopoly. C’est le scandale de l’année: les banques d’investissement, après avoir failli entraîner le monde dans un abîme financier, se sont remises à jouer à leur Monopoly des milliards. […] C’est l’absurdité même: ceux qui ont provoqué la crise en sont maintenant les grands gagnants. Ils profitent de l’argent des banques nationales qu’ils obtiennent pratiquement pour rien.» Et vers la fin de l’article on nous présente les tenants et aboutissants: «Durant la dernière décennie les gouvernements de Londres et de Washington ont rendu leur économie dépendante de la finance. Il y a longtemps que Wall Street est partie prenante de l’administration états-unienne. Londres est après New York la deuxième place financière mondiale et tient à le rester; il ne faut donc pas indisposer le monstre en lui imposant des obligations trop pénibles.»

Maintenant ils crient: Au voleur!

Le «Handelsblatt» du 5 janvier a publié une interview de Joachim Fels, économiste chez Morgan-Stanley. Fels y explique: «La Grèce se fait qu’offrir un avant-goût de ce qui attend d’autres pays. Somme toute les gouvernements ont repris une quantité astronomique d’emprunts et de créances à un secteur privé surendetté. […] Les marchés financiers joueront en 2010 la carte de la faillite des Etats et donc de l’inflation. […] Les investisseurs exigeront des primes de risque et des intérêts à long terme plus élevés. Ce qui, à partir de 2011, fera augmenter le coût des nou­velles dettes publiques.» Un coût qu’en définitive supportera, avec ou sans inflation, le contribuable.
 
(Traduction Horizons et débats http://www.horizons-et-debats.ch/ )

1     Selon Hans-Ulrich Thamer, Verführung und Gewalt, Deutschland 1933-1945 [Séduction et violence, l’Allemagne de 1933 à 1945], 1994, p. 470
2     D’autres auteurs vont plus loin encore que Sutton. F. William Engdahl écrit par exemple dans son livre paru en 2009, «Der Untergang des Dollar-Imperiums. Die verborgene Geschichte des Geldes und die geheime Macht des Money Trusts» (ISBN 978-3-938516-89-8) [Le déclin de l’empire du dollar. L’histoire cachée de l’argent et la puissance occulte du «Money Trust»]: «Longtemps avant la victoire des Etats-Unis dans la Seconde Guerre mondiale les Rockefeller et les dirigeants des principales entre­prises et banques américaines avaient bien compris que le marché américain était beaucoup trop restreint pour leurs ambitieux projets. Selon eux, la démarche de l’Amérique devait être globale, pour qu’elle puisse accomplir sa ‹destinée manifeste›, l’accroissement illimité de la puissance américaine. […]
        A y regarder de plus près, si les familles Rocke­feller, Harriman et Bush ont largement et très discrètement participé aux préparatifs de ­guerre du Troisième Reich et leur ont apporté un soutien d’importance capitale, ce n’était pas seulement en raison de leur sympathie pour la philosophie de Hitler et ses méthodes: bâillonner la classe ouvri­ère et pratiquer une économie sous commandement politique. Ils nourrissaient des vues beaucoup plus ambitieuses: il ne s’agissait pas de soutenir une Allemagne victorieuse, mais d’avoir une guerre mondiale d’où naîtrait ensuite après 1945 un «siècle américain», ou plus exactement un «siècle Rockefeller». Bush, Rockefeller, Harriman, DuPont et Dillon ont notablement contribué au soutien apporté au Troisième Reich à ses débuts, car une partie de leur grand plan géopolitique consistait à mener les grandes puissances politiques européennes, en particulier l’Allemagne et la Russie à s’entre-détruire. Comme mentionné, un stratège britannique parlait de laisser ces deux puissances ‹se saigner à blanc› ce qui devait ouvrir la voie à l’hégémonie du ‹Siècle américain›.» (pages 165 et 192 de la version allemande, trad. Horizons et débats)
        Engdahl expose qu’avec l’argent de la Fondation Rockefeller, sous l’égide du Council of Foreign Relation (CFR) et en étroite collaboration avec l’administration Roosevelt fut créé durant la guerre un War&Peace Study Group, tenu caché à l’époque, et qui produisit de nombreuses études dont l’idéologie rappelle celle de l’Allemagne nationale-socialiste: «Les géants américains de la banque et de l’industrie devaient conquérir de nouveaux marchés, plus d’espace, ce que le War&Peace Study Group nommait la ‹Grand Area›. […] Isaiah Bowman, membre fondateur du CFR et directeur du War&Peace Study Group au CFR, également connu comme ‹expert américain en géopolitique› pendant la Seconde Guerre mondiale, utilisa encore un autre terme pour désigner la ‹Grand Area› projetée: en référence à la notion géographique hitlérienne qui devait justifier au plan économique l’expansion­nisme allemand, Bowman parla ‹d’espace vital économique américain›.» (pages 171 et suivantes, trad. Horizons et débats)

Les Allemands ont conscience de l’ampleur de la crise

km. Le 7 janvier, le Financial Times écrivait qu’au début de l’année, l’Allemagne n’avait pas trouvé suffisamment de souscripteurs pour ses emprunts. Le 6 janvier, l’agence financière travaillant à la demande du gouvernement avait tenté, lors de la vente aux enchères d’emprunts de la zone euro de vendre des titres allemands à 10 ans d’échéance. Pour les analystes, cela signifie que l’on n’a plus une confiance totale dans les emprunts d’Etat allemands, considérés jusqu’ici comme sûrs. A cela s’ajoute une offre excédentaire d’emprunts d’Etat dans le monde. 3 billions de dollars de dettes doivent trouver des investisseurs cette année, 3 fois plus qu’en 2008.
La majorité des Allemands sont tout à fait conscients de la situation extrêmement délicate des finances publiques de leur pays. Lors du sondage de janvier de l’institut infratest effectué à la ­demande d’«ARD Deutschlandtrend», 58 % des personnes interrogées, quelles que soient leurs sympathies partisanes, étaient opposées à de nouvelles baisses d’impôts malgré le fait que 44 % jugeaient trop ­lourde leur charge fiscale. 64 % – 8 % de plus que lors du dernier sondage – estimaient que le pire de la crise était à venir.



  http://www.horizons-et-debats.ch/

http://ferraye.blogspot.com/2010/02/krach-fr-3-ce-soir-ou-jamais-le-tabou.html

Oui à l’institution d’un avocat des animaux

OUI à l'initiative populaire «Contre les mauvais traitements envers les animaux et pour une meilleure protection juridique de ces derniers (Initiative pour l'institution d'un avocat de la protection des animaux)»

Voici ce que dit la Bible notamment des rapports entre l'humanité et l'animalité; bien des points seraient à examiner plus profondément, à approfondir en fonction de l'évolution du peuple biblique.
Mais de ce court examen, nous pouvons facilement constater:
1) Le sort de l'homme et de l'animal sont liés aux yeux de la Providence.
2) Toute attitude de non-assistance ou de cruauté de l'homme envers l'animal est un péché dont la gravité est équivalente à l'homicide dans certains cas.
3) Tout acte de bonté envers l'animal est béni de l'Éternel et sera récompensé. "J'ai dit en mon coeur, au sujet des fils de l'homme, que Dieu les éprouverait, et qu'eux-mêmes verraient qu'ils ne sont que bêtes, car le sort des fils de l'homme et celui de la bête sont pour eux un même sort; comme meurt l'un, ainsi meurt l'autre, ils ont tous un même souffle, et la supériorité de l'homme sur la bête est nulle car tout est vanité"…
( Ecclésiaste 3,18-19 ).nicop84

Votation sur la recherche sur l’être humain, Non.

Non+oui+non  le 7 Mars 2020.

Vie. Nouvelles tricheries démocratiques pour le 7 mars 2009 ?

Après le vol de nos rentes, le viol des plus faibles traités pires que des animaux.

Recherche sur l’être humain ?

Art. 2 Champ d’application
1 La présente loi s’applique à la recherche sur les maladies humaines et sur la structure
et le fonctionnement du corps humain, pratiquée:

a. sur des personnes;
b. sur des personnes décédées;
c. sur des embryons et des foetus;
….

Comment des embryons et des foetus peuvent-ils donner leur accord ?

Selon l’ Art. 7
Consentement
1 La recherche sur l’être humain peut être pratiquée uniquement si la personne
concernée a donné son consentement éclairé ou si elle n’a pas exercé son droit
d’opposition après avoir été informée.

On va donc traiter des personnes humaines comme des objets, des choses, pires que des animaux, alors que ce sont des êtres humains dignes de respect…

Voici nos arguments en bref:

Une personne est là dès la conception, qui a lieu au moins à la fécondation.

Cette loi ne définit pas la personne dès la conception et la fécondation, elle doit le faire et la respecter à ce simple titre. Toute personne est sacrée.

Seul un refus de la loi relative à la recherche sur notamment les embryons, qui sont des personnes, empêchera la destruction et la torture d’embryons et de foetus humains.

D’autant plus que des cellules d’embryons humains sont trop souvent employées dans la recherche et la fabrication des vaccins.

http://desiebenthal.blogspot.com/2009/11/les-vaccins-h1n1-base-de-cellules.html

Même un embryon de quelques jours a droit à être protégé dans le plein respect de la dignité humaine.

http://desiebenthal.blogspot.com/2009/08/societe-suisse-de-bioethique.html

L’embryon ne peut pas être sacrifié à des intérêts qui ne sont pas les siens (recherche).

Seul un non à la loi empêchera d’autres abus potentiels ( interventions génétiques, tortures, sadisme, violences gratuites et méchantes …).

Seul un non à la loi favorisera la recherche sur les cellules souches adultes, qui a déjà permis d’obtenir des résultats prometteurs (guérison du cancer, traitement de l’infarctus du myocarde, par ex.) et qui n’oblige pas à tuer des êtres humains.


Erreur dans la brochure officielle…

La brochure explicative du CF sur les votations du sept mars contient au moins une erreur.

Article concernant la recherche sur l’être humain.

La brochure précise en page 4 qu’il a été adopté par le Conseil national par 144 voix contre 61 et 18 abstentions.

Or le score exact est de 114 voix contre 61 et 18 abstentions.

Cette différence induit en erreur les peuples suisses.


La brochure doit être corrigée et la votation renvoyée à plus tard.

Nous devons aussi voter NON à ce texte dangereux.


Autres arguments développés par Mlle F. S.

Bonjour,
Le 7 mars prochain, nous sommes appelés à nous prononcer sur un Article constitutionnel qui, s’il est accepté, permettra au Conseil fédéral de légiférer en matière de recherche sur l’être humain.
Cet article Constitutionnel stipule dans son alinéa C ceci :
« …
c. un projet de recherche ne peut être réalisé sur des personnes incapables de
discernement que si des résultats équivalents ne peuvent être obtenus chez
des personnes capables de discernement; lorsque le projet de recherche ne
permet pas d’escompter un bénéfice direct pour les personnes incapables de
discernement, les risques et les contraintes doivent être minimaux
… »
Cet alinéa semble être la porte ouverte à toutes les dérives.
En effet, s’il est décidé de mettre en place un protocole de recherche sur, par exemple, une maladie psychiatrique, un handicap mental, ou un coma végétatif rendant incapables de discernement les personnes atteintes de cette pathologie, ces personnes pourront être utilisées à des fins de recherches, car les mêmes résultats ne pourront à l’évidence pas être escomptés sur des personnes capables de discernement puisque que, par définition, les maladies étudiées altèrent la capacité de discernement des personnes atteintes.
Si l’article constitutionnel est accepté, une loi fédérale sur la recherche sur l’être humain, rédigée par le Conseil fédéral, sera soumise au parlement fédéral à Berne.
Le Conseil fédéral a rédigé le projet de loi fédérale sur la recherche sur l’être humain (Voir document PDF en pièce jointe)
PRECISION IMPORTANTE – CECI N’EST QUE LE PROJET DU CONSEIL FEDERAL ET N’EST DONC PAS LE TEXTE DEFINITIF DE LA LOI.
EN EFFET CE PROJET DE LOI DOIT ETRE ENCORE TRAITE PAR LE PARLEMENT  ET DE CE FAIT  EST SUSCEPTIBLE D’ETRE MODIFIE PAR DES COMMISSIONS PARLEMENTAIRES AVANT D’ETRE SOUMIS AUX CHAMBRES FÉDÉRALES.
NEANMOINS, CE PROJET DE LOI DONNE UNE IDEE DE CE QUE LE CONSEIL FEDERAL SOUHAITE AUTORISER OU NON EN MATIERE DE RECHERCHE SUR L’ETRE HUMAIN
A NOTER QUE LE DÉBAT AUX CHAMBRES FÉDÉRALES AU SUJET DE CETTE LOI FÉDÉRALE POURRAIT ENCORE AVOIR LIEU CETTE ANNÉE LORS DE LA SESSION D’HIVER DU PARLEMENT
Voici l’article 23 de ce projet de loi fédérale :
« …
Art. 23 Projets de recherche sur des adultes incapables de discernement
1 Un projet de recherche avec bénéfice direct escompté peut être réalisé sur des
adultes incapables de discernement uniquement:
a. si un consentement de la personne concernée, antérieur à la perte de capacité
et attesté par un document, le permet;
b. en l’absence de document attestant le consentement, si le représentant légal,
une personne de confiance ou les proches ont donné leur consentement
éclairé par écrit;
c. si la personne concernée n’exprime pas de manière évidente, par des signes
ou un comportement particulier, son refus du traitement lié au projet de
recherche.
… »
On pourra noter qu’en vertu de l’alinéa B, une personne incapable de discernement peut se retrouver impliquée dans un programme de recherche par la seule volonté d’un proche ou d’une personne de confiance.
Quant à l’Alinéa C, comprenne qui pourra ce qu’il signifie.
Vous pouvez trouver des informations détaillées au sujet de cette Loi, en autres,  à l’adresse suivante du Site internet de la Confédération :
Un large consensus politique et institutionnel  s’est formé autour de l’approbation de l’Article constitutionnel soumis au Vote populaire le 7 mars prochain, peut-être car certains se sont dit : « Mieux vaut une Loi imparfaite que pas de Loi du tout ».
S’il est impératif de légiférer en matière de recherche sur l’être humain, faut-il pour autant accepter une base constitutionnelle qui donne la possibilité d’élaborer une Loi fédérale qui est susceptible de ne pas protéger les plus faibles d’entre nous, les personnes sans voix ?
Et ce au moment même où nous sommes appelés à nous prononcer sur l’instauration d’un Avocat pour les animaux …
Merci d’avoir pris le temps de lire ce qui précède.
Avec mes cordiales salutations
F. S.
Commentaires de la rédaction:
Aujourd’hui, la notion de « recherche sur l’être humain » ne se limite plus seulement aux projets impliquant des individus, mais s’étend aussi à la recherche sur du matériel biologique d’origine humaine (p. ex. organes, tissus ou liquides biologiques), des données personnelles, des personnes décédées ou encore des embryons ou fœtus humains.
Or, il y a une obligation de participer à un projet de recherche
La lettre c de l’article 118a, alinéa 2, de la Constitution fédérale fixe comme principe que nul ne peut être contraint de participer à un projet de recherche. Une exception peut cependant être faite pour des projets de recherche avec des personnes incapables de discernement…, lorsqu’on peut s’attendre à un bénéfice direct pour la santé du participant au projet. 
A notre avis, cette exception est aussi inacceptable.
En aucun cas, les personnes incapables de discernement ne doivent-elles être contraintes à participer à un projet de recherche. Toutes les expressions de volonté – aussi non-verbales – de ne pas vouloir participer à un projet (ou d’interrompre la participation) doivent être prises au sérieux, même si une personne autorisée a donné son accord pour le patient. Il faut aussi rappeler que cette disposition est aussi contraire à la Convention de bioéthique du Conseil de l’Europe (art.17, al. 1). De plus, comment les plus faibles (foetus, embryons,,,) vont-ils s’exprimer ?
Annexes:


Première annexe:
Arrêté fédéral
relatif à un article constitutionnel
concernant la recherche sur l’être humain
du 25 septembre 2009
L’Assemblée fédérale de la Confédération suisse,
vu le message du Conseil fédéral du 12 septembre 20071,
arrête:
I
La Constitution2 est modifiée comme suit:
Art. 118b Recherche sur l’être humain
1 La Confédération légifère sur la recherche sur l’être humain, dans la mesure où la
protection de la dignité humaine et de la personnalité l’exige. Ce faisant, elle veille à
la liberté de la recherche et tient compte de l’importance de la recherche pour la
santé et la société.
2 Elle respecte les principes suivants en matière de recherche en biologie et en
médecine impliquant des personnes:
a. un projet de recherche ne peut être réalisé que si la personne y participant ou
la personne désignée par la loi a donné son consentement éclairé; la loi peut
prévoir des exceptions; un refus est contraignant dans tous les cas;
b. les risques et les contraintes encourus par les personnes participant à un projet
de recherche ne doivent pas être disproportionnés par rapport à l’utilité
du projet;
c. un projet de recherche ne peut être réalisé sur des personnes incapables de
discernement que si des résultats équivalents ne peuvent être obtenus chez
des personnes capables de discernement; lorsque le projet de recherche ne
permet pas d’escompter un bénéfice direct pour les personnes incapables de
discernement, les risques et les contraintes doivent être minimaux;
d. une expertise indépendante du projet de recherche doit avoir établi que la
protection des personnes participant à ce projet est garantie.
1 FF 2007 6345
2 RS 101
Article constitutionnel concernant la recherche sur l’être humain. AF
6006
II
Le présent arrêté est soumis au vote du peuple et des cantons.
Conseil national, 25 septembre 2009 Conseil des Etats, 25 septembre 2009
La présidente: Chiara Simoneschi-Cortesi
Le secrétaire: Pierre-Hervé Freléchoz
Le président: Alain Berset
Le secrétaire: Philippe Schwab

Deuxième annexe:

Projet de Loi fédérale relative à la recherche sur l’être humain.

(Loi relative à la recherche sur l’être humain, LRH)
du …
L’Assemblée fédérale de la Confédération suisse,
vu l’art. 118b, al. 1, de la Constitution1,
vu le message du Conseil fédéral du 21 octobre 20092,
arrête:
Chapitre 1 Dispositions générales
Section 1 But, champ d’application et définitions
Art. 1 But
1 La présente loi vise à protéger la dignité, la personnalité et la santé de l’être
humain dans la recherche.
2 Elle vise en outre à:
a. aménager les conditions favorables à la recherche sur l’être humain;
b. contribuer à garantir la qualité de la recherche sur l’être humain;
c. assurer la transparence de la recherche sur l’être humain.
Art. 2 Champ d’application
1 La présente loi s’applique à la recherche sur les maladies humaines et sur la structure
et le fonctionnement du corps humain, pratiquée:
a. sur des personnes;
b. sur des personnes décédées;
c. sur des embryons et des foetus;
d. sur du matériel biologique;
e. sur des données personnelles liées à la santé.
2 Elle ne s’applique pas à la recherche pratiquée:
a. sur des embryons in vitro selon la loi fédérale du 19 décembre 2003 relative
à la recherche sur les cellules souches embryonnaires selon RS 810.31

Loi relative à la recherche sur l’être humain
7378
b. sur du matériel biologique anonymisé;
c. sur des données liées à la santé, anonymisées et collectées sans données personnelles.
Art. 3 Définitions
Au sens de la présente loi, on entend par:
a. recherche: la recherche méthodologique en vue d’obtenir des connaissances
généralisables;
b. recherche sur les maladies: la recherche sur les causes, la prévention, le diagnostic,
le traitement et l’épidémiologie des troubles de la santé humaine,
sur les plans physique et psychique;
c. recherche sur la structure et le fonctionnement du corps humain: la recherche
fondamentale, dans les domaines anatomique, physiologique et génétique
du corps humain en particulier, et la recherche non axée sur une
maladie, relative aux interventions et aux effets sur le corps humain;
d. projet de recherche avec bénéfice direct escompté: tout projet de recherche
dont les résultats permettent d’escompter une amélioration de l’état de santé
des personnes y participant;
e. matériel biologique: les substances du corps provenant de personnes vivantes;
f. données personnelles liées à la santé: les informations concernant une personne
déterminée ou déterminable et qui ont un lien avec son état de santé
ou sa maladie, données génétiques comprises;
g. données génétiques: les informations relatives au patrimoine génétique
d’une personne, obtenues par une analyse génétique;
h. matériel biologique codé et données personnelles codées liées à la santé:
matériel biologique et données qui ne peuvent être mis en relation avec une
personne déterminée qu’au moyen d’une clé;
i. matériel biologique anonymisé et données anonymisées liées à la santé:
matériel biologique et données liées à la santé qui ne peuvent être mis en
relation avec une personne déterminée, à moins d’engager des efforts démesurés.
Section 2 Principes
Art. 4 Primauté des intérêts de l’être humain
Les intérêts, la santé et le bien-être de l’être humain priment les seuls intérêts de la
science et de la société.
Loi relative à la recherche sur l’être humain
7379
Art. 5 Pertinence
La recherche sur l’être humain peut être pratiquée uniquement si sa pertinence est
établie pour la science, ainsi que pour la compréhension des maladies humaines,
pour la compréhension de la structure et du fonctionnement du corps humain ou
pour la santé publique.
Art. 6 Non-discrimination
1 Nul ne doit être discriminé dans le cadre de la recherche.
2 La sélection des sujets de recherche, notamment, ne peut ni solliciter excessivement,
ni écarter certains groupes de personnes sans raisons valables.
Art. 7 Consentement
1 La recherche sur l’être humain peut être pratiquée uniquement si la personne
concernée a donné son consentement éclairé ou si elle n’a pas exercé son droit
d’opposition après avoir été informée.
2 La personne concernée peut refuser de participer à un projet de recherche sans
avoir à justifier sa décision.
3 La personne concernée peut en tout temps révoquer son consentement sans avoir à
justifier sa décision.
Art. 8 Droit d’information
1 La personne concernée a le droit d’être informée des résultats de recherche se
rapportant à sa santé. Elle peut renoncer à cette information.
2 Elle a le droit de consulter toutes les données collectées la concernant.
Art. 9 Interdiction de commercialiser
Le corps humain et les parties du corps humain en tant que tels ne peuvent être ni
cédés ni acquis à des fins de recherche contre rémunération ou autres avantages
matériels.
Art. 10 Exigences scientifiques
1 La recherche sur l’être humain peut être pratiquée uniquement si:
a. elle tient compte des normes reconnues en matière d’intégrité scientifique;
b. elle remplit les critères de qualité scientifique;
c. elle tient compte des règles internationales de bonnes pratiques reconnues en
matière de recherche sur l’être humain;
d. les personnes responsables possèdent des qualifications professionnelles
suffisantes.
Loi relative à la recherche sur l’être humain
7380
2 Le Conseil fédéral précise les réglementations nationales et internationales dont il
faut tenir compte. Il définit notamment les obligations qui incombent aux personnes
initiant et réalisant un projet de recherche.
Chapitre 2
Exigences générales posées à la recherche sur des personnes
Section 1 Protection des participants
Art. 11 Subsidiarité
1 Un projet de recherche ne peut être réalisé sur des personnes que si des résultats
équivalents ne peuvent pas être obtenus autrement.
2 Un projet de recherche ne peut être réalisé sur des personnes particulièrement
vulnérables que si des résultats équivalents ne peuvent pas être obtenus autrement.
Art. 12 Risques et contraintes
1 Les risques et les contraintes d’un projet de recherche doivent toujours être réduits
au strict minimum pour les personnes y participant.
2 Les risques et les contraintes prévisibles pour les personnes participant à un projet
de recherche ne doivent pas être disproportionnés par rapport à l’utilité de ce projet.
Art. 13 Gratuité de la participation
1 Nul ne peut être rémunéré ou recevoir un autre avantage matériel pour sa participation
à un projet de recherche avec bénéfice direct escompté. La participation à un
projet de recherche sans bénéfice direct peut donner lieu à une rémunération équitable.
2 Il est interdit d’exiger ou d’accepter une rémunération ou un autre avantage matériel
d’une personne pour sa participation à un projet de recherche.
Art. 14 Anonymisation illicite
1 Le matériel biologique ou les données personnelles liées à la santé ne doivent pas
être anonymisés si un projet de recherche laisse escompter, pour la personne y
participant, des résultats permettant de diagnostiquer, de traiter ou de prévenir des
maladies graves.
2 Le Conseil fédéral définit les critères posés aux résultats escomptés.
Art. 15 Mesures de sécurité et de protection
1 Quiconque réalise un projet de recherche doit, avant de le commencer, prendre
toutes les mesures nécessaires pour assurer la protection des personnes y participant.
Loi relative à la recherche sur l’être humain
7381
2 Si des événements propres à compromettre la sécurité ou la santé des personnes
participant au projet de recherche surviennent en cours de projet, toutes les mesures
nécessaires à leur protection doivent être prises sans délai.
Section 2 Information et consentement
Art. 16 Consentement éclairé
1 Une personne ne peut être associée à un projet de recherche que si elle y a consenti
par écrit après avoir été suffisamment informée (consentement éclairé). Le consentement
doit être donné par écrit; le Conseil fédéral peut prévoir des exceptions.
2 La personne concernée doit être informée par oral et par écrit, sous une forme
compréhensible:
a. de la nature, du but, de la durée et du déroulement du projet de recherche;
b. des risques et des contraintes prévisibles;
c. du bénéfice escompté du projet de recherche, notamment pour elle-même ou
d’autres personnes;
d. des mesures destinées à assurer la protection de ses données personnelles;
e. de ses droits.
3 Un délai de réflexion raisonnable doit être accordé à la personne concernée avant
qu’elle ne se prononce sur son consentement.
4 Le Conseil fédéral peut définir d’autres éléments à fournir dans le cadre de
l’information.
Art. 17 Consentement à la réutilisation à des fins de recherche
Si, lors du prélèvement de matériel biologique ou de la collecte de données personnelles
liées à la santé, leur réutilisation est envisagée à des fins de recherche, le
consentement de la personne concernée doit être recueilli dès ce moment-là et la
personne concernée doit être informée de son droit d’opposition.
Art. 18 Information incomplète
1 Exceptionnellement, la personne concernée peut être informée de manière incomplète
sur certains éléments d’un projet de recherche avant qu’il ne débute:
a. si cela s’impose pour des raisons méthodologiques, et
b. si les risques et les contraintes inhérents au projet de recherche sont minimaux.
2 La personne participant au projet doit être informée a posteriori, de manière suffisante
et dans les meilleurs délais.
3 Si elle est informée conformément à l’al. 2, elle peut consentir à l’utilisation de son
matériel biologique ou de ses données ou refuser son consentement. Le matériel
Loi relative à la recherche sur l’être humain
7382
biologique et les données ne peuvent être utilisés dans le cadre du projet de recherche
qu’en cas de consentement.
Section 3 Responsabilité et garantie
Art. 19 Responsabilité
1 Quiconque initie un projet de recherche sur des personnes répond des dommages
que celles-ci subissent en relation avec le projet. Le Conseil fédéral peut fixer des
exceptions à la responsabilité civile.
2 Le droit à l’indemnisation des dommages s’éteint par prescription trois ans à
compter du jour où la personne concernée a connaissance du dommage et de la
personne responsable, au plus tard toutefois dix ans à compter de la fin du projet de
recherche. Le Conseil fédéral peut fixer un délai supérieur pour certains domaines de
la recherche.
3 Au surplus, les dispositions du code des obligations4 relatives aux actes illicites
sont applicables; pour ce qui est de l’exercice d’une fonction officielle, les dispositions
de la loi du 14 mars 1958 sur la responsabilité5 ou de celles du droit cantonal
relatif à la responsabilité des collectivités publiques sont applicables.
Art. 20 Garantie
1 La responsabilité doit être garantie de manière appropriée, sous la forme d’une
assurance ou sous une autre forme. La Confédération, ses établissements et ses
entités de droit public ne sont pas soumis à l’obligation de garantie.
2 Le Conseil fédéral peut:
a. fixer les exigences posées à l’assurance et aux autres formes de garantie;
b. exclure des domaines de la recherche ou des catégories de dommages de
l’obligation de garantie.
3 En vue de protéger la personne lésée, il peut:
a. prévoir que celle-ci aura le droit de faire valoir des prétentions en dommages-
intérêts directement auprès de la personne qui garantit la responsabilité;
b. limiter les droits de résiliation et les exceptions accordés à la personne qui
garantit la responsabilité, tout en lui accordant des droits de recours appropriés.
4 RS 220
5 RS 170.32
Loi relative à la recherche sur l’être humain
7383
Chapitre 3
Exigences supplémentaires posées à la recherche sur des personnes
particulièrement vulnérables
Section 1
Recherche sur des enfants, des adolescents et des adultes incapables
de discernement
Art. 21 Projets de recherche sur des enfants
1 Un projet de recherche avec bénéfice direct escompté ne peut être réalisé sur des
mineurs de moins de 14 ans (enfants) capables de discernement qu’aux conditions
suivantes:
a. l’enfant a donné son consentement éclairé, et
b. son représentant légal a donné son consentement éclairé par écrit.
2 Un projet de recherche sans bénéfice direct ne peut être réalisé sur des enfants
capables de discernement que s’il remplit les conditions fixées à l’al. 1 et que, de
surcroît:
a. les risques et les contraintes inhérents au projet sont minimaux, et
b. le projet permet d’escompter des résultats essentiels pouvant apporter un
bénéfice à long terme pour des personnes atteintes de la même maladie ou
du même trouble, ou dont l’état de santé est comparable.
3 Un projet de recherche avec bénéfice direct escompté ne peut être réalisé sur des
enfants incapables de discernement qu’aux conditions suivantes:
a. le représentant légal a donné son consentement éclairé par écrit, et
b. l’enfant n’exprime pas de manière évidente, par des signes ou un comportement
particulier, son refus du traitement lié au projet de recherche.
4 Un projet de recherche sans bénéfice direct ne peut être réalisé sur des enfants
incapables de discernement que si les exigences visées aux al. 2 et 3 sont remplies.
Art. 22 Projets de recherche sur des adolescents
1 Un projet de recherche avec ou sans bénéfice direct ne peut être réalisé sur des
mineurs de 14 ans révolus (adolescents) capables de discernement qu’aux conditions
suivantes:
a. l’adolescent a donné son consentement éclairé par écrit, et
b. le représentant légal a donné son consentement éclairé par écrit, du moment
que les risques et les contraintes inhérents au projet ne sont pas minimaux.
2 Un projet de recherche avec bénéfice direct escompté ne peut être réalisé sur des
adolescents incapables de discernement qu’aux conditions suivantes:
a. le représentant légal a donné son consentement éclairé par écrit, et
b. l’adolescent n’exprime pas de manière évidente, par des signes ou un comportement
particulier, son refus du traitement lié au projet de recherche.
Loi relative à la recherche sur l’être humain
7384
3 Un projet de recherche sans bénéfice direct ne peut être réalisé sur des adolescents
incapables de discernement que s’il remplit les conditions fixées à l’al. 2 et que, de
surcroît:
a. les risques et les contraintes inhérents au projet sont minimaux, et
b. le projet permet d’escompter des résultats essentiels pouvant apporter un
bénéfice à long terme pour des personnes atteintes de la même maladie ou
du même trouble, ou dont l’état de santé est comparable.
Art. 23 Projets de recherche sur des adultes incapables de discernement
1 Un projet de recherche avec bénéfice direct escompté peut être réalisé sur des
adultes incapables de discernement uniquement:
a. si un consentement de la personne concernée, antérieur à la perte de capacité
et attesté par un document, le permet;
b. en l’absence de document attestant le consentement, si le représentant légal,
une personne de confiance ou les proches ont donné leur consentement
éclairé par écrit;
c. si la personne concernée n’exprime pas de manière évidente, par des signes
ou un comportement particulier, son refus du traitement lié au projet de
recherche.
2 Un projet de recherche sans bénéfice direct ne peut être réalisé sur des adultes
incapables de discernement que s’il remplit les conditions fixées à l’al. 1 et que, de
surcroît:
a. les risques et les contraintes inhérents au projet sont minimaux, et
b. le projet permet d’escompter des résultats essentiels pouvant apporter un
bénéfice à long terme pour des personnes atteintes de la même maladie ou
du même trouble, ou dont l’état de santé est comparable.
Section 2
Recherche sur des femmes enceintes et sur des embryons et
des foetus in vivo
Art. 24 Projets de recherche illicites
Les projets de recherche qui ont pour but de modifier les caractéristiques de
l’embryon ou du foetus sans rapport avec une maladie sont illicites.
Art. 25 Projets de recherche sur des femmes enceintes et sur des embryons
et des foetus in vivo
1 Un projet de recherche avec bénéfice direct escompté ne peut être réalisé sur la
femme enceinte ou sur l’embryon ou le foetus que si le rapport entre les risques et les
contraintes prévisibles pour la femme enceinte et pour l’embryon ou le foetus, d’une
part, et le bénéfice escompté, d’autre part, n’est pas disproportionné.
Loi relative à la recherche sur l’être humain
7385
2 Un projet de recherche sans bénéfice direct ni pour la femme enceinte ni pour
l’embryon ou le foetus ne peut être réalisé qu’aux conditions suivantes:
a. les risques et les contraintes inhérents au projet sont minimaux pour
l’embryon ou le foetus, et
b. le projet permet d’escompter des résultats essentiels pouvant apporter un
bénéfice à long terme pour d’autres femmes enceintes ou d’autres embryons
ou foetus.
Art. 26 Projets de recherche sur des méthodes d’interruption de grossesse
1 Une femme enceinte ne peut être sollicitée pour participer à un projet de recherche
sur des méthodes d’interruption de grossesse qu’à partir du moment où sa décision
d’interrompre sa grossesse est définitive.
2 L’art. 25 n’est pas applicable.
Section 3 Recherche sur des personnes privées de liberté
Art. 27 Projets de recherche sur des personnes privées de liberté
1 Pour tout projet de recherche avec bénéfice direct escompté que l’on réalise sur des
personnes privées de liberté, les exigences générales posées à la recherche sur des
personnes sont applicables; l’art. 11, al. 2, n’est pas applicable.
2 Un projet de recherche sans bénéfice direct ne peut être réalisé sur des personnes
privées de liberté que si les risques et les contraintes inhérents au projet sont minimaux.
Art. 28 Allégement illicite des conditions de détention
La participation à un projet de recherche ne peut pas être liée à des allégements dans
le cadre de la privation de liberté.
Section 4 Recherche en situation d’urgence
Art. 29 Projets de recherche en situation d’urgence
1 Un projet de recherche avec bénéfice direct escompté ne peut être réalisé en situation
d’urgence que si:
a. les dispositions nécessaires ont été prises pour établir dans les meilleurs
délais la volonté de la personne concernée;
b. la personne concernée n’exprime pas de manière évidente, par des signes ou
un comportement particulier, son refus du traitement lié au projet de recherche;
et
Loi relative à la recherche sur l’être humain
7386
c. il est fait appel à un médecin non associé au projet de recherche dans les
meilleurs délais afin de défendre les intérêts de la personne concernée; à titre
exceptionnel, il est possible de répondre à cette exigence ultérieurement si
des raisons valables le justifient.
2 Un projet de recherche sans bénéfice direct ne peut être réalisé en situation
d’urgence que s’il remplit les conditions fixées à l’al. 1 et que, de surcroît:
a. les risques et les contraintes inhérents au projet sont minimaux, et
b. le projet permet d’escompter des résultats essentiels pouvant apporter un
bénéfice à long terme pour des personnes atteintes de la même maladie ou
du même trouble, ou dont l’état de santé est comparable.
Art. 30 Consentement a posteriori ou par substitution
1 Dès que la personne concernée est à nouveau en mesure d’exprimer sa volonté, elle
doit être suffisamment informée du projet de recherche. Elle peut alors donner son
consentement a posteriori ou refuser son consentement.
2 Si la personne concernée refuse de donner son consentement a posteriori, le matériel
biologique et les données ne peuvent plus être utilisés dans le cadre du projet de
recherche.
3 Le Conseil fédéral règle la procédure visant à recueillir le consentement a posteriori
ou par substitution, notamment lors de la participation d’enfants, d’adolescents
et d’adultes incapables de discernement.
Chapitre 4
Réutilisation à des fins de recherche de matériel biologique et
de données personnelles liées à la santé
Art. 31 Réutilisation de matériel biologique et de données génétiques
1 Le matériel biologique et les données génétiques peuvent être réutilisés pour un
projet de recherche sous une forme non codée lorsque la personne concernée ou, le
cas échéant, le représentant légal ou les proches ont donné leur consentement éclairé.
Pour le consentement, les art. 16 et 21 à 23 s’appliquent par analogie.
2 Le matériel biologique et les données génétiques peuvent être réutilisés à des fins
de recherche sous une forme codée lorsque la personne concernée ou, le cas échéant,
le représentant légal ou les proches ont donné leur consentement éclairé. Pour le
consentement, les art. 16 et 21 à 23 s’appliquent par analogie.
3 Le matériel biologique et les données génétiques peuvent être anonymisés à des
fins de recherche lorsque la personne concernée ou, le cas échéant, le représentant
légal ou les proches ne s’y sont pas opposés après avoir été informés. Pour le droit
d’opposition, les art. 21 à 23 s’appliquent par analogie.
Loi relative à la recherche sur l’être humain
7387
Art. 32 Réutilisation de données personnelles non génétiques liées
à la santé
1 Les données personnelles non génétiques liées à la santé peuvent être réutilisées à
des fins de recherche sous une forme non codée lorsque la personne concernée ou, le
cas échéant, le représentant légal ou les proches ont donné leur consentement
éclairé. Pour le consentement, les art. 16 et 21 à 23 s’appliquent par analogie.
2 Les autres données personnelles liées à la santé peuvent être réutilisées à des fins
de recherche sous une forme codée lorsque la personne concernée ou, le cas échéant,
le représentant légal ou les proches ne s’y sont pas opposés après avoir été informés.
Pour le droit d’opposition, les 21 à 23 s’appliquent par analogie.
Art. 33 Défaut de consentement et d’information
Si les exigences posées au consentement et à l’information selon les art. 31 et 32 ne
sont pas remplies, le matériel biologique et les données personnelles liées à la santé
peuvent être réutilisés à titre exceptionnel à des fins de recherche aux conditions
suivantes:
a. l’obtention du consentement ou l’information sur le droit d’opposition est
impossible ou pose des difficultés disproportionnées, ou il n’est pas possible
d’exiger cela de la personne concernée;
b. aucun document n’atteste un refus; et
c. l’intérêt de la science dépasse celui de la personne concernée à décider de la
réutilisation de son matériel biologique ou de ses données.
Art. 34 Anonymisation et codage
1 L’admissibilité de l’anonymisation de matériel biologique et de données génétiques
est réglée par analogie avec l’art. 14.
2 Le Conseil fédéral précise les exigences posées à une anonymisation et à un codage
corrects et sûrs et les conditions du décodage.
Chapitre 5 Recherche sur des personnes décédées
Art. 35 Consentement
1 La recherche sur le corps d’une personne décédée peut être pratiquée si cette
personne a, de son vivant, consenti à ce que son corps soit utilisé à des fins de
recherche.
2 En l’absence de document attestant le consentement ou le refus de la personne
décédée, le corps ou des parties de celui-ci peuvent être utilisés à des fins de recherche
avec le consentement des proches ou d’une personne de confiance désignée, de
son vivant, par la personne décédée.
Loi relative à la recherche sur l’être humain
7388
3 Le consentement donné par les proches ou la personne de confiance est régi par
l’art. 8 de la loi du 8 octobre 2004 sur la transplantation6.
4 La recherche sur le corps d’une personne décédée plus de 70 ans auparavant peut
être pratiquée sans le consentement visé à l’al. 2. Cependant, elle ne peut pas être
pratiquée si des proches manifestent leur désaccord.
Art. 36 Autres conditions
1 Un projet de recherche ne peut être réalisé sur des personnes décédées que si le
décès a été constaté.
2 Un projet de recherche ne peut être réalisé sur des personnes décédées placés sous
respiration artificielle que si, en plus de la condition fixée à l’al. 1, il est impossible
d’obtenir des résultats équivalents avec des personnes décédées qui n’ont pas été
placées sous respiration artificielle. Le Conseil fédéral peut fixer des conditions
supplémentaires.
3 Quiconque réalise un projet de recherche selon l’al. 2 ne peut ni participer à la
procédure de constat du décès, ni être habilité à donner des instructions aux personnes
chargées de constater le décès.
Art. 37 Recherche dans le cadre d’une autopsie ou d’une transplantation
Si des substances corporelles sont prélevées dans le cadre d’une autopsie ou d’une
transplantation, une quantité minime peut être utilisée sous forme anonymisée à des
fins de recherche sans qu’un consentement soit nécessaire, pour autant qu’il n’existe
aucun document attestant le refus de la personne décédée.
Chapitre 6
Recherche sur des embryons et des foetus issus d’interruptions de
grossesse et d’avortements spontanés, y compris des enfants mort-nés
Art. 38 Conditions requises pour la recherche sur des embryons et des
foetus issus d’interruptions de grossesse
1 Une femme enceinte ne peut être sollicitée pour mettre son embryon ou son foetus
à la disposition de la recherche qu’à partir du moment où sa décision d’interrompre
sa grossesse est définitive. Pour le consentement, les art. 16 et 21 à 23 s’appliquent
par analogie.
2 La date de l’interruption de grossesse et la méthode utilisée ne doivent pas être
choisies en fonction d’un projet de recherche.
3 Le projet de recherche ne peut être pratiqué sur un embryon ou un foetus issu d’une
interruption de grossesse que si le décès a été constaté.
6 RS 810.21
Loi relative à la recherche sur l’être humain
7389
4 Quiconque réalise un projet de recherche au sens de l’al. 3 ne peut ni participer à
l’interruption de grossesse, ni être habilité à donner des instructions aux personnes
chargées de l’intervention.
Art. 39 Conditions requises pour la recherche sur des embryons et des
foetus issus d’avortements spontanés, y compris des enfants mort-nés
1 La recherche ne peut être pratiquée sur un embryon ou un foetus issu d’un avortement
spontané, y compris un enfant mort-né, qu’avec le consentement du couple
concerné. Pour le consentement, l’art. 16 s’applique par analogie.
2 Un projet de recherche ne peut être réalisé sur un embryon ou un foetus issu d’un
avortement spontané que si le décès a été constaté.
Chapitre 7 Transmission, exportation et conservation
Art. 40 Transmission à des fins autres que la recherche
Le matériel biologique prélevé ou réutilisé et les données personnelles liées à la
santé collectées ou réutilisées à des fins de recherche peuvent être transmis à des fins
autres que la recherche uniquement:
a. si une base légale le prévoit, ou
b. si la personne concernée a donné son consentement éclairé en l’espèce.
Art. 41 Exportation
1 Le matériel biologique et les données génétiques ne peuvent être exportés à des
fins de recherche qu’avec le consentement éclairé de la personne concernée. Pour le
consentement, les art. 16, 21 à 23 et 31 s’appliquent par analogie.
2 Les données personnelles non génétiques liées à la santé ne peuvent être communiquées
à l’étranger à des fins de recherche que si les conditions visées à l’art. 6 de
la loi fédérale du 19 juin 1992 sur la protection des données7 sont remplies.
Art. 42 Conservation
1 Quiconque conserve du matériel biologique ou des données personnelles liées à la
santé à des fins de recherche doit les protéger de toute utilisation illégale par le biais
de mesures techniques et organisationnelles appropriées et remplir les exigences
techniques liées aux conditions d’exploitation.
2 Le Conseil fédéral précise les exigences posées à la conservation.
7 RS 235.1
Loi relative à la recherche sur l’être humain
7390
Art. 43 Personnes décédées, embryons, foetus, y compris enfants mort-nés
Les art. 40 à 42 s’appliquent par analogie aux personnes décédées, aux embryons et
aux foetus, y compris d’enfants mort-nés, aux parties de ceux-ci et aux données
relevées dans ce contexte.
Chapitre 8 Autorisations, annonces et procédures
Art. 44 Obligation d’obtenir une autorisation
1 Une autorisation de la commission d’éthique compétente est obligatoire:
a. pour la réalisation d’un projet de recherche, ou
b. pour la réutilisation de matériel biologique ou de données personnelles liées
à la santé à des fins de recherche dans les cas où l’obtention du consentement
ou l’information sur le droit d’opposition font défaut (art. 33).
2 L’autorisation est délivrée si les exigences éthiques, juridiques et scientifiques de
la présente loi sont remplies.
3 Le Conseil fédéral peut soumettre à autorisation toute modification apportée à un
projet de recherche. Ce faisant, il tient compte des réglementations internationales
reconnues.
Art. 45 Obligation d’annoncer et d’informer
1 Le Conseil fédéral peut prévoir une obligation d’annoncer et d’informer en particulier:
a. si le projet de recherche est terminé ou interrompu;
b. si des événements indésirables surviennent dans le cadre d’un projet de
recherche;
c. si des événements survenant lors de la réalisation d’un projet de recherche
peuvent porter atteinte à la sécurité ou à la santé des personnes y participant.
2 Ce faisant, il tient compte des réglementations internationales reconnues.
Art. 46 Commission d’éthique compétente
1 La commission d’éthique compétente est celle du canton dans lequel la recherche
est réalisée.
2 La réalisation d’un projet de recherche sur la base d’un protocole unique, mais
dans plusieurs cantons (projet de recherche multicentrique), nécessite une autorisation
de la commission d’éthique compétente pour le lieu d’activité du coordinateur
du projet (commission directrice).
3 La commission directrice sollicite l’avis des commissions d’éthique concernées
pour évaluer la mesure dans laquelle les exigences relatives aux qualifications proLoi
relative à la recherche sur l’être humain
7391
fessionnelles et à l’exploitation sont remplies dans les autres cantons. Elle est liée
par leur avis.
4 Les al. 2 et 3 s’appliquent par analogie à l’autorisation relative à l’utilisation de
matériel biologique et de données personnelles liées à la santé selon l’art. 33 qui sont
réutilisés ou prélevés dans différents cantons selon des critères uniformes.
Art. 47 Mesures des autorités
1 Si la sécurité ou la santé des personnes concernées sont compromises, la commission
d’éthique peut révoquer ou suspendre l’autorisation, ou subordonner la
poursuite du projet de recherche à des conditions supplémentaires.
2 La commission d’éthique peut exiger du titulaire de l’autorisation tous renseignements
et documents utiles. Ceux-ci sont à communiquer ou à remettre à titre
gratuit.
3 Les mesures prises par les autorités compétentes de la Confédération et des cantons
sont réservées.
4 Les autorités et les commissions d’éthique se tiennent mutuellement informées et
coordonnent leurs mesures.
Art. 48 Procédure
1 Le Conseil fédéral règle la procédure lorsque l’uniformité de l’exécution ou la
mise en oeuvre des réglementations internationales reconnues l’exigent.
2 Il peut prévoir des exigences moins élevées en matière procédurale notamment
pour les projets de recherche portant sur du matériel biologique et des données
génétiques selon l’art. 31, ainsi que sur des données personnelles non génétiques
liées à la santé selon l’art. 32.
3 Au surplus, la procédure est régie par le droit cantonal.
Art. 49 Voies de droit
1 La procédure de recours contre les décisions des commissions d’éthique est régie
par les règles de procédure cantonale et par les dispositions générales de la procédure
fédérale.
2 Le recourant ne peut pas invoquer l’inopportunité.
Chapitre 9 Commissions d’éthique pour la recherche
Art. 50 Tâches
1 Les commissions d’éthique vérifient, dans le cadre des compétences qui leur sont
attribuées en vertu du chapitre 8, si les projets de recherche et leur réalisation sont
conformes aux exigences éthiques, juridiques et scientifiques de la présente loi. Elles
vérifient notamment si la protection des personnes concernées est assurée.
Loi relative à la recherche sur l’être humain
7392
2 Elles peuvent conseiller les chercheurs sur les questions éthiques notamment et
prendre position, à leur demande, sur des projets non soumis à la présente loi.
Art. 51 Indépendance
1 Les commissions d’éthique accomplissent les tâches qui leur incombent de manière
indépendante, sans recevoir d’instructions de l’autorité de surveillance.
2 Les membres des commissions d’éthique sont tenus d’indiquer les intérêts qui les
lient. Chaque commission tient un registre accessible au public.
3 Les membres des commissions d’éthique s’abstiennent de participer à la procédure
d’évaluation et de décision quand ils sont concernés par un projet de recherche.
Art. 52 Composition
1 Les commissions d’éthique doivent être constituées de sorte à disposer des compétences
techniques et de l’expérience nécessaires à l’accomplissement de leurs tâches.
Elles sont formées d’experts issus notamment de la médecine, de l’éthique et du
droit. Les cantons peuvent prévoir que les patients seront représentés au sein des
commissions.
2 Les commissions d’éthique peuvent faire appel à des spécialistes externes en tant
qu’experts.
3 Le Conseil fédéral édicte des dispositions supplémentaires, notamment en ce qui
concerne la composition des commissions d’éthique et les exigences posées à leurs
membres. Ce faisant, il tient compte des réglementations internationales reconnues.
Art. 53 Organisation et financement
1 Chaque canton désigne la commission d’éthique compétente pour son territoire et
les membres qui la composent. Il assure la surveillance de la commission d’éthique.
2 Chaque canton possède au maximum une commission d’éthique. Plusieurs cantons
peuvent désigner une commission d’éthique commune ou décider de déclarer compétente
pour d’autres cantons la commission d’éthique d’un canton.
3 Le Conseil fédéral peut définir le nombre minimal de projets de recherche qu’une
commission d’éthique doit évaluer chaque année. Il auditionne les cantons au préalable.
4 Chaque commission d’éthique est dotée d’un secrétariat scientifique. Un règlement
interne accessible au public détermine son organisation et son mode de fonctionnement.
5 Les cantons assurent le financement des commissions d’éthique. Ils peuvent prévoir
la perception d’émoluments.
Loi relative à la recherche sur l’être humain
7393
Art. 54 Coordination et information
1 L’Office fédéral de la santé publique (OFSP) assure la coordination entre les
commissions d’éthique et les autres autorités de contrôle. Il peut confier cette tâche à
des tiers.
2 Les commissions d’éthique présentent un rapport d’activité annuel à l’OFSP dans
lequel elles indiquent notamment la nature et le nombre de projets de recherche qui
ont fait l’objet d’une décision.
3 L’OFSP publie une liste des commissions d’éthique compétentes et informe régulièrement
le public de leurs activités.
4 Il peut édicter des recommandations sur l’harmonisation appropriée des procédures
et de la pratique d’évaluation, en accord avec les commissions d’éthique et les autres
autorités de contrôle concernées.
Chapitre 10 Transparence et protection des données
Art. 55 Enregistrement
1 Les projets de recherche autorisés doivent être répertoriés dans un registre public.
Le Conseil fédéral peut prévoir des exceptions à cette obligation.
2 Il définit le registre, indique les modalités d’accès et précise les données qui doivent
y figurer, l’obligation d’annoncer et la procédure à suivre. Pour ce faire, il tient
compte des réglementations internationales reconnues et, dans la mesure du possible,
des registres existants.
3 Il peut:
a. confier l’établissement et la gestion du registre à des organisations de droit
public ou de droit privé;
b. prévoir l’enregistrement des résultats de recherche.
Art. 56 Obligation de garder le secret
Les personnes chargées de l’exécution de la présente loi sont soumises à l’obligation
de garder le secret.
Art. 57 Traitement de données personnelles
Les commissions d’éthique et les autres organes d’exécution sont autorisés à traiter
des données personnelles dans l’accomplissement de leurs tâches. Ils peuvent aussi
traiter des données personnelles sensibles si nécessaire.
Art. 58 Communication de données
1 A moins qu’un intérêt privé prépondérant ne s’y oppose, des données peuvent être
communiquées:
Loi relative à la recherche sur l’être humain
7394
a. aux services de la Confédération et des cantons ainsi qu’aux organisations et
aux personnes régies par le droit public ou par le droit privé qui sont chargés
de l’exécution de la présente loi, si elles sont nécessaires à l’acomplissement
des tâches qui leur incombent de par la présente loi;
b. aux autorités d’instruction pénale, lorsqu’il s’agit de dénoncer ou d’instruire
un crime ou une infraction au sens de la présente loi;
2 A moins qu’un intérêt privé prépondérant ne s’y oppose, des données peuvent être
communiquées dans certains cas, sur demande écrite:
a. aux tribunaux civils, lorsqu’elles sont nécessaires pour juger un litige;
b. aux tribunaux pénaux et aux autorités d’instruction pénale, lorsqu’elles sont
nécessaires pour élucider un crime ou un délit.
3 Les données d’intérêt général qui concernent l’application de la présente loi peuvent
être publiées. Les personnes concernées ne doivent pas être identifiables.
4 Au demeurant, peuvent être communiquées à des tiers:
a. les données qui ne se rapportent pas à des personnes, pour autant que leur
communication réponde à un intérêt prépondérant;
b. les données personnelles, à condition que la personne concernée ait donné,
dans chaque cas, son consentement par écrit.
5 Seules les données nécessaires à l’usage prévu peuvent être communiquées.
6 Le Conseil fédéral règle les modalités de la communication des données et l’information
des personnes concernées.
Art. 59 Transmission à des autorités étrangères et à des organisations
internationales
1 Les données confidentielles ne peuvent être transmises à des autorités et à des
institutions étrangères ou à des organisations internationales qu’à l’une des conditions
suivantes:
a. si des accords de droit international ou des décisions d’organisations internationales
l’exigent;
b. si un risque imminent pour la vie ou pour la santé peut ainsi être écarté; ou
c. si cela permet de découvrir des infractions graves à la présente loi.
2 Le Conseil fédéral règle la répartition des compétences et la procédure pour
l’échange de données avec les autorités et les institutions étrangères et avec les
organisations internationales.
Art. 60 Evaluation
1 L’OFSP veille à faire évaluer l’efficacité de la présente loi.
2 Le Département fédéral de l’intérieur présente un rapport au Conseil fédéral sur les
résultats de l’évaluation et lui soumet des propositions sur la suite à donner à cette
évaluation.
Loi relative à la recherche sur l’être humain
7395
Chapitre 11 Dispositions pénales
Art. 61 Délits
1 Est passible d’une peine privative de liberté de trois ans au plus ou d’une peine
pécuniaire, à moins qu’il n’ait commis une infraction plus grave au sens du code
pénal8, quiconque, intentionnellement:
a. aura réalisé un projet de recherche sans détenir l’autorisation d’une commission
d’éthique ou en s’écartant du protocole autorisé (art. 44) et mis ainsi en
danger la santé des personnes y participant;
b. aura réalisé un projet de recherche selon les chap. 2, 3, 5 ou 6 sans disposer
du consentement requis par la présente loi (art. 16, 17, 18, al. 3, 21, al. 1, 3,
let. a, et 4, art. 22, 23, 25, 27, 29, 35, al. 1 et 2, 38, al. 1, et 39);
c. aura cédé ou acquis contre rémunération ou autres avantages matériels un
corps humain ou des parties de corps humain (art. 9);
d. aura réalisé un projet de recherche qui a pour but de modifier les caractéristiques
de l’embryon ou du foetus sans rapport avec une maladie (art. 24);
e. aura utilisé dans un projet de recherche des embryons ou des foetus issus
d’interruptions de grossesse ou d’avortements spontanés avant que le décès
n’ait été constaté (art. 38, al. 3, et 39, al. 2).
2 Si l’auteur de l’infraction a agi par métier, il encourt une peine privative de liberté
de trois ans au moins, cumulée avec une peine pécuniaire.
3 Si l’auteur de l’infraction a agi par négligence, il encourt une peine pécuniaire de
180 jours-amende au plus.
Art. 62 Contraventions
1 Est passible de l’amende quiconque, intentionnellement ou par négligence:
a. aura commis une infraction au sens de l’art. 61, al. 1, let. a, sans toutefois
mettre en danger la santé des personnes participant au projet de recherche;
b. aura rémunéré ou accordé un autre avantage matériel à une personne pour sa
participation à un projet de recherche avec bénéfice direct escompté, ou aura
exigé ou accepté une prestation pécuniaire ou un autre avantage matériel
d’une personne pour sa participation à un projet de recherche (art. 13);
c. aura réutilisé du matériel biologique ou des données personnelles liées à la
santé sans avoir obtenu le consentement ou donné les informations requis
par la présente loi (art. 31 et 32), sans que les conditions visées à l’art. 33
soient remplies et sans avoir reçu l’autorisation de la commission d’éthique
compétente;
d. aura anonymisé du matériel biologique ou des données personnelles liées à
la santé alors que les conditions visées à l’art. 14, al. 1, sont remplies;
8 RS 311.0
Loi relative à la recherche sur l’être humain
7396
e. aura transmis du matériel biologique ou des données personnelles liées à la
santé à des fins autres que la recherche, sans base légale ou sans le consentement
nécessaire (art. 40).
2 La contravention et la peine se prescrivent par cinq ans.
Art. 63 Compétences et droit pénal administratif
1 La poursuite et le jugement des infractions incombent aux cantons.
2 Les art. 6 et 7 (infraction commise dans une entreprise) et 15 (faux dans les titres,
obtention frauduleuse d’une constatation fausse) de la loi fédérale du 22 mars 1974
sur le droit pénal administratif9 sont applicables.
Chapitre 12 Dispositions finales
Art. 64 Modification du droit en vigueur
La modification du droit en vigueur est réglée en annexe.
Art. 65 Dispositions transitoires
1 Toute autorisation délivrée par une commission d’éthique cantonale pour réaliser
un projet de recherche reste valable jusqu’à son expiration.
2 Si aucune autorisation en vertu de l’al. 1 n’a été délivrée pour un projet de recherche
en cours de réalisation au moment de l’entrée en vigueur de la présente loi, une
demande en vue d’obtenir une autorisation au sens de l’art. 44, al. 1, let. a, doit être
déposée auprès de la commission d’éthique compétente dans les six mois qui suivent
l’entrée en vigueur de la présente loi.
3 Toute autorisation de lever le secret professionnel en matière de recherche médicale
reste valable jusqu’à son expiration. En cas d’autorisation illimitée, une demande
en vue d’obtenir une autorisation au sens de l’art. 44, al. 1, doit être déposée auprès
de la commission d’éthique compétente dans l’année qui suit l’entrée en vigueur de
la présente loi.
4 Le Conseil fédéral règle l’enregistrement visé à l’art. 55 pour tout projet de recherche
en cours de réalisation au moment de l’entrée en vigueur de la présente loi.
Art. 66 Référendum et entrée en vigueur
1 La présente loi est sujette au référendum.
2 Le Conseil fédéral fixe la date de l’entrée en vigueur.
9 RS 313.0
Loi relative à la recherche sur l’être humain
7397
Annexe
(art. 64)
Modification du droit en vigueur
Les lois mentionnées ci-après sont modifiées comme suit:
1. Loi fédérale du 19 juin 1992 sur la protection des données10
Art. 32
Abrogé
2. Code pénal11
Art. 321bis
Secret
professionnel
en matière
de recherche
sur l’être humain
1 Celui qui, sans droit, aura révélé un secret professionnel dont il a eu
connaissance dans le cadre de son activité pour la recherche sur l’être
humain au sens de la loi du … relative à la recherche sur l’être humain12
sera puni en vertu de l’art. 321.
2 Un secret professionnel peut être levé à des fins de recherche sur les
maladies humaines et sur la structure et le fonctionnement du corps
humain si les conditions posées à l’art. 33 de la loi du … relative à la
recherche sur l’être humain sont remplies et que la commission
d’éthique compétente a autorisé la levée du secret.
3. Loi fédérale du 8 octobre 2004 sur l’analyse génétique humaine13
Art. 1, al. 3
3 La présente loi ne s’applique pas aux analyses génétiques effectuées à des fins de
recherche.
Art. 20, al. 2 et 3
Abrogés
10 RS 235.1
11 RS 311.0
12 RS …; FF 2009 7377
13 RS 810.12
Loi relative à la recherche sur l’être humain
7398
4. Loi du 8 octobre 2004 sur la transplantation14
Art. 36
1 Avant d’être effectués, les essais cliniques de transplantation d’organes, de tissus
ou de cellules d’origine humaine requièrent l’autorisation de l’office. Le Conseil
fédéral peut soustraire au régime de l’autorisation des essais cliniques déterminés ou
prévoir de les soumettre à une obligation d’annoncer.
2 L’office vérifie que l’essai clinique respecte les règles de bonnes pratiques des
essais cliniques et que les organes, tissus ou cellules utilisés dans le cadre de cet
essai clinique remplissent les exigences posées par la présente loi. Il peut contrôler
l’exécution d’un essai clinique en tout temps.
3 Le Conseil fédéral édicte des directives relatives à la procédure. Il peut soumettre à
autorisation toute modification relative à un essai clinique.
4 Il peut prévoir une obligation d’annoncer et d’informer, en particulier:
a. si l’essai clinique est terminé ou interrompu;
b. si des événements indésirables surviennent au cours de l’essai clinique;
c. si des événements survenant lors de la réalisation de l’essai clinique peuvent
porter atteinte à la sécurité ou à la santé des personnes y participant.
5 Il édicte les directives requises en vertu des al. 3 et 4 en tenant compte des réglementations
internationales reconnues.
6 La loi du … relative à la recherche sur l’être humain15 s’applique en outre aux
essais cliniques.
5. Loi du 19 décembre 2003 relative à la recherche
sur les cellules souches16
Art. 7, al. 2, let. a
2 L’autorisation est délivrée aux conditions suivantes:
a. le projet de recherche a reçu l’autorisation de la commission d’éthique selon
l’art. 11;
Art. 9, al. 1, let. c
1 Le titulaire de l’autorisation selon les art. 7 ou 8 est tenu:
c. de mettre les cellules souches à disposition, contre une éventuelle indemnisation
des frais au sens de l’art. 4, pour des projets de recherche menés en
Suisse et ayant reçu l’autorisation de la commission d’éthique conformément
à l’art. 11.
14 RS 810.21
15 RS …; FF 2009 7377
16 RS 810.31
Loi relative à la recherche sur l’être humain
7399
Art. 11 Autorisation d’effectuer un projet de recherche
1 Un projet de recherche pour lequel des cellules souches embryonnaires sont utilisées
ne peut démarrer que si la commission d’éthique compétente a donné son
autorisation.
2 La compétence de la commission d’éthique et la procédure d’autorisation se fondent
sur la loi du … relative à la recherche sur l’être humain17.
6. Loi du 15 décembre 2000 sur les produits thérapeutiques18
Art. 53 Principe
La réalisation d’essais cliniques de produits thérapeutiques sur l’être humain se
fonde sur les prescriptions de la présente loi et sur la loi du … relative à la recherche
sur l’être humain19.
Art. 54 Régime de l’autorisation
1 Avant d’être effectués, les essais cliniques de produits thérapeutiques requièrent
l’autorisation de l’institut. Le Conseil fédéral peut:
a. soustraire certains essais au régime de l’autorisation ou les soumettre à une
obligation d’annoncer;
b. soumettre les essais cliniques de produits thérapeutiques vétérinaires au
régime de l’autorisation ou à l’obligation d’annoncer.
2 Dans le cadre de la procédure d’autorisation, l’institut vérifie que l’essai clinique
respecte les règles reconnues de bonnes pratiques des essais cliniques et que les
produits thérapeutiques utilisés au cours de l’essai satisfont aux exigences de la
présente loi.
3 Il peut en tout temps procéder à une inspection en vue de contrôler l’exécution
d’un essai clinique.
4 Le Conseil fédéral édicte des directives relatives à la procédure. Il peut soumettre à
autorisation toute modification relative aux essais cliniques.
5 Il peut prévoir une obligation d’annoncer et d’informer, en particulier:
a. si l’essai clinique est terminé ou interrompu;
b. si des événements indésirables surviennent au cours de l’essai clinique;
c. si des événements survenant lors de la réalisation de l’essai clinique peuvent
porter atteinte à la sécurité ou à la santé des personnes y participant.
6 Il édicte les directives requises en vertu des al. 4 et 5 en tenant compte des réglementations
internationales reconnues.
17 RS …; FF 2009 7377
18 RS 812.21
19 RS …; FF 2009 7377
Loi relative à la recherche sur l’être humain
7400
Art. 55 à 57
Abrogés
Art. 84, al. 3 (nouveau)
3 Il est en outre habilité à former un recours contre les décisions rendues par les
dernières instances cantonales en application de la loi du … relative à la recherche
sur l’être humain20 (art. 89, al. 2, let. a, de la loi du 17 juin 2005 sur le Tribunal
fédéral21).
20 RS …; FF 2009 7377
21 RS 173.110

3) La porte ouverte aux abus:

Art. 2 Champ d’application
1 La présente loi s’applique à la recherche sur les maladies humaines et sur la structure
et le fonctionnement du corps humain, pratiquée:
a. sur des personnes;
b. sur des personnes décédées;
c. sur des embryons et des foetus;
d. sur du matériel biologique;
e. sur des données personnelles liées à la santé.
2 Elle ne s’applique pas à la recherche pratiquée:
a. sur des embryons in vitro selon la loi fédérale du 19 décembre 2003 relative
à la recherche sur les cellules souches embryonnaires3;
b. sur du matériel biologique anonymisé;
c. sur des données liées à la santé, anonymisées et collectées sans données personnelles.

Art. 3 Définitions
Au sens de la présente loi, on entend par:
a. recherche: la recherche méthodologique en vue d’obtenir des connaissances
généralisables;
b. recherche sur les maladies: la recherche sur les causes, la prévention, le diagnostic,
le traitement et l’épidémiologie des troubles de la santé humaine,
sur les plans physique et psychique;
c. recherche sur la structure et le fonctionnement du corps humain: la recherche
fondamentale, dans les domaines anatomique, physiologique et génétique
du corps humain en particulier, et la recherche non axée sur une
maladie, relative aux interventions et aux effets sur le corps humain;
d. projet de recherche avec bénéfice direct escompté: tout projet de recherche
dont les résultats permettent d’escompter une amélioration de l’état de santé
des personnes y participant;
e. matériel biologique: les substances du corps provenant de personnes vivantes;
f. données personnelles liées à la santé: les informations concernant une personne
déterminée ou déterminable et qui ont un lien avec son état de santé
ou sa maladie, données génétiques comprises;
g. données génétiques: les informations relatives au patrimoine génétique
d’une personne, obtenues par une analyse génétique;
h. matériel biologique codé et données personnelles codées liées à la santé:
matériel biologique et données qui ne peuvent être mis en relation avec une
personne déterminée qu’au moyen d’une clé;
i. matériel biologique anonymisé et données anonymisées liées à la santé:
matériel biologique et données liées à la santé qui ne peuvent être mis en
relation avec une personne déterminée, à moins d’engager des efforts démesurés.

Sources:

Loi relative à la recherche sur l’être humain


L’art. 118b Cst. , intitulé « Recherche sur l’être humain », sert de base constitutionnelle à cette loi. Adopté par le Parlement en septembre 2009, il va être soumis à une votation populaire fédérale en mars 2010.

Chronologie et avancement des travaux
  1. Le 1er février 2006, le Conseil fédéral a mis en consultation l’avant-projet de loi fédérale relative à la recherche sur l’être humain ainsi que le rapport explicatif y afférent. La procédure de consultation s’est achevée le 31 mai 2006.
  2. Le 21 février 2007, le Département fédéral de l’intérieur a publié le rapport sur les résultats de cette consultation.
  3. Le 21 octobre 2009, le Conseil fédéral a transmis le projet de loi fédérale relative à la recherche sur l’être humain et le message correspondant au Parlement pour délibération.
  4. Débat au Parlement selon la planification des objets parlementaires.

Documents

1. Documentation relative ˆ la consultation (… au 31 mai 2006)

Type: PDF

Avant-projet de l’article constitutionnel relatif à la recherche sur l’être humain

Dernière modification: 01.02.2006 | Dimension: 13 kB | Type: PDF

2. Rapport concernant les rsultats de la procédure de consultation (21 février 2007)

Type: PDF

Rapport de la procédure de consultation

Dernière modification: 15.02.2007 | Dimension: 278 kB | Type: PDF

3. Documents soumis au Parlement pour délibération (21 octobre 2009)

Type: PDF

Projet de la loi fédérale relative à la recherche sur l’être humain

Dernière modification: 07.12.2009 | Dimension: 518 kB | Type: PDF

Type: PDF

Projet de la loi fédérale relative à la recherche sur l’être humain : message correspondant

Dernière modification: 07.12.2009 | Dimension: 840 kB | Type: PDF

http://desiebenthal.blogspot.com/2009/08/societe-suisse-de-bioethique.html

Résumé:

Objets en votation le 7 mars 2010 prochain, nos recommandations sont les suivantes:

NON à l’arrêté fédéral relatif à un article constitutionnel concernant la recherche sur l’être humain,

OUI à l’initiative populaire «Contre les mauvais traitements envers les animaux et pour une meilleure protection juridique de ces derniers (Initiative pour l’institution d’un avocat de la protection des animaux)»

Voici ce que dit la Bible des rapports entre l’humanité et l’animalité; bien des points seraient à examiner plus profondément, à approfondir en fonction de l’évolution du peuple biblique.
Mais de ce court examen, nous pouvons facilement constater:

1) Le sort de l’homme et de l’animal sont liés aux yeux de la Providence.

2) Toute attitude de non-assistance ou de cruauté de l’homme envers l’animal est un péché dont la gravité est équivalente à l’homicide dans certains cas.

3) Tout acte de bonté envers l’animal est béni de l’Éternel et sera récompensé.
“J’ai dit en mon coeur, au sujet des fils de l’homme, que Dieu les éprouverait, et qu’eux-mêmes verraient qu’ils ne sont que bêtes, car le sort des fils de l’homme et celui de la bête sont pour eux un même sort; comme meurt l’un, ainsi meurt l’autre, ils ont tous un même souffle, et la supériorité de l’homme sur la bête est nulle car tout est vanité”…

(Ecclésiaste 3,18-19).
nicop84

et NON à la modification de la loi fédérale sur la prévoyance professionnelle vieillesse, survivants et invalidité (LPP ; Taux de conversion minimal).

http://veritasincaritate.blogspot.com/2009/12/pour-une-nouvelle-democratie-economique.html


Dettes des nations les plus riches ?

C-dessous, un article que je souhaite voir publié dans la presse …et qui ne sera probablement pas
publié.

______________________________________
Je me pose la question de savoir à qui notre pays doit les quelque 1350 milliards d'€ qui seraient le montant officiel
des dettes de la France ?
Sachant que tous les pays de la zone "Euro" et même les plus grands pays du monde, ont tous d'énormes dettes, on
peut affirmer qu'un pays qui emprunte n'est pas à même de prêter à un autre pays qui le solliciterait.
Force est donc de croire que les créanciers de toutes les nations endettées seraient "extra-territoriaux" et vivraient en
autarcie dans un pays sans nom où on fabriquerait de la fausse monnaie virtuelle destinée à être prêtée à toutes les
nations. Certes, je dois méconnaître les arcanes de la haute finance, mais reconnaissons que le sujet mérite réflexion.
Même si ceux qui nous prêtent de l'argent sont des citoyens français immensément riches, posons nous la question :
comment peut-on s'enrichir honnêtement au point d'être plus riche que son propre pays pour lui prêter de l'argent ?

Maurice SARAZIN, Lunel-Viel

_______________________________________

Bonne lecture et salutations distinguées.

http://desiebenthal.blogspot.com/2010/02/krach-fr-3-ce-soir-ou-jamais-le-tabou.html

Traduction »