Fukushima. Risk: 21+ Chernobyl s ?

Prophets ? 35 years ago, Dale G. Bridenbaugh and some of his colleagues at General Electric resigned, convinced that this nucl. reactor, the Mark 1 — will lead to a devastating accident.
Yes, indeed…

Figure 2. DigitalGlobe commercial satellite image taken of the same
site, showing reactor buildings for Units 5 and 6.

http://isis-online.org/isis-reports/detail/new-satellite-image-of-fukushima-daiichi-nuclear-site-in-japan-from-march-1/37

Unit 3, plutonium MOX, the worst…

Risk: 21+ Chernobyl s ? – 20 years of Spent Fuel Rods Stored at Daiichi


This is just incredible. It turns out, this type of GE reactor is
designed to hold tens of thousands of intensely radioactive spent fuel
rods, not only on site, not only inside the reactor building, but in
pools that are literally right on top of the reactor. There are 3450
fuel rod assemblies (each holding 63 fuel rods) in those pools which is
approximately 20 years worth of fuel rods, and they have no containment
structure around them. Just water to keep them cool and suppress the
gamma radiation. In other words, each of the four reactors at the
Daiichi plant holds the potential for 21 Chernobyls. If those fuel rods
don’t have water covering them, they will catch fire and begin a nuclear
meltdown. According to Congressional testimony today by Gregory Jaczko,
chairman of the US Nuclear Regulatory Commission, there is now little or
no water in the pool storing spent nuclear fuel at the No. 4 reactor of
the Fukushima Daiichi Nuclear Power Station, leaving fuel rods stored
there exposed and bleeding radiation into the atmosphere. That is
apparently the source of the fire in that reactor – the fuel rods
themselves are burning.

We believe that radiation levels are extremely high, which
could possibly impact the ability to take corrective measures.” Jaczko
told Congress today.

According to the US-based Institute for Science and International
Security, there has been an explosion at reactor 4 in the past 24 hours
that apparently has gone unreported. Here is the satellite pic – you can
see the newly-damaged building of reactor 4 on the left:

Figure 1. DigitalGlobe commercial satellite image of the Fukushima
Daiichi nuclear site taken at 9:35AM local time on March 16, 2011.

Next to it you can see massive plumes of intensely radioactive steam
coming from reactor 3 – that’s the one that has the plutonium MOX fuel;
you know – the one that had the big explosion reported yesterday. Oh,
and today Japanese officials admitted the containment vessel in reactor
3 has indeed been breached. It apparently is in full scale meltdown.
Next to reactor 3, you can see steam venting from reactor 2 through a
hole made by workers. Japanese officials admitted that containment
vessel is also cracked.

Apparently there are no workers at the plant now because the radiation
is so intense that the workers would die before being able to accomplish
anything much. It’s so intense they even abandoned a desperate plan to
drop water on the spent fuel rods by helicopter. As near as I can
determine, there is nothing anyone will be able to do to prevent each of
the four reactors (and perhaps all of their spent fuel rods) from
undergoing meltdown, with further explosions and release of ungodly
amounts of radiation.

Then there is an additional, larger spent fuel pool in a separate
building on the site which holds another 6291 spent fuel rod assemblies.
The tsunami blew out the windows of that building, presumably causing
considerable damage.

And there are two additional reactors – 5 and 6 – at the Daiichi
plant. Those don’t appear to be leaking anything at the moment, but they
apparently contain the same amount of spent fuel rods as the other four
reactors on the site.

And don’t forget there is the sister plant Fukushima Dai-ni, where
there are another 4 reactors, three of which have had the cooling water
systems knocked out by the quake/tsunami. So those are in extreme danger
of meltdown also.

A report on the spent fuel at Daiichi from Tokyo Electric last year
showed that at the time of the quake there would have been close to
11,000 spent fuel assemblies stored on site, a total of some 660,000
fuel rods:
http://www.nirs.org/reactorwatch/accidents/6-1_powerpoint.pdf

Compare that to the 1700 fuel rods that burned at Chernobyl, releasing
400 times more radiation than the Hiroshima bomb and causing 1 million
deaths world-wide.
http://www.phyast.pitt.edu/~blc/book/chapter7.html
http://my.firedoglake.com/kirkmurphy/2011/03/14/nuke-engineer-fuel-rod-fire-at-stricken-reactor-would-be-like-chernobyl-on-steroids/

Nuke engineer: Fuel rod fire at Fukushima reactor “would be like Chernobyl on steroids”
By: Kirk James Murphy, M.D. Monday March 14, 2011 12:14 am
http://firedoglake.com/2011/03/12/explosion-at-fukushima-nuke-smoke-billowing-and-walls-collapsed/
http://my.firedoglake.com/members/kirkmurphy/

The Fukushima reactor building that exploded
March 12 is one of a series of identical General Electric reactors
constructed in Japan and the US. In this reactor design, the used
nuclear fuel rods are stored in pools of water at the top of the reactor
building. These spent rods are still highly radioactive:
the radioactivity is so great the rods must be stored in water so they
do not combust. The explosion at Fukushima Daiichi reactor unit 1
apparently destroyed at least one wall and the roof of the building:
some reports stated the roof had collapsed into the building.

Two days later, the nearby building containing the plutonium-uranium
(MOX) fueled Fuksuhima Daichii reactor unit 3 exploded.
So why bother about the rubble of reactor No 1? The WaPo quotes a
nuclear engineer who knows the answer:
http://my.firedoglake.com/scarecrow/2011/03/13/japan-nuclear-watch-possible-new-explosion-at-naiichi-3/
http://www.washingtonpost.com/business/economy/at-two-reactors-a-race-to-contain-meltdowns/2011/03/13/ABtdVDU_story.html

Although Tokyo Electric said it also continued to deal with cooling
system failures and high pressures at half a dozen of its 10 reactors in
the two Fukushima complexes, fears mounted about the threat posed by the
pools of water where years of spent fuel rods are stored.

At the 40-year-old Fukushima Daiichi unit 1, where an explosion
Saturday destroyed a building housing the reactor, the spent fuel pool,
in accordance with General Electrics design, is placed above the
reactor. Tokyo Electric said it was trying to figure out how to maintain
water levels in the pools, indicating that the normal safety systems
there had failed, too. Failure to keep adequate water levels in a pool
would lead to a catastrophic fire, said nuclear experts, some of whom
think that units pool may now be outside.

That would be like Chernobyl on steroids, said Arnie
Gundersen, a nuclear engineer at Fairewinds Associates and a member of
the public oversight panel for the Vermont Yankee nuclear plant, which
is identical to the Fukushima Daiichi unit 1.

People familiar with the plant said there are seven spent fuel pools
at Fukushima Daiichi, many of them densely packed.
Gundersen said the unit 1 pool could have as much as 20 years of spent
fuel rods, which are still radioactive.

Wed be lucky if we only had to worry about the spent fuel rods
from a single holding pool. Were not that lucky. The Fukushima
Daiichi plant has seven pools for spent fuel rods. Six of these are (or were) located at the top
of six reactor buildings. One common pool is at ground
level in a separate building. Each reactor top pool holds
3450 fuel rod assemblies. The common pool holds 6291 fuel rod
assemblies. [The common pool has windows on one wall which were almost
certainly destroyed by the tsunami.] Each assembly holds
sixty-three fuel rods. This means the Fukushima Daiichi plant may contain over
600,000 spent fuel rods.
http://my.firedoglake.com/kirkmurphy/2011/03/14/2011/03/14/nuke-engineer-fuel-rod-fire-at-stricken-reactor-would-be-like-chernobyl-on-steroids/#comment-229439
http://my.firedoglake.com/kirkmurphy/2011/03/14/2011/03/14/nuke-engineer-fuel-rod-fire-at-stricken-reactor-would-be-like-chernobyl-on-steroids/#comment-229446

The fuel rods must be kept submerged in water. Why? Outside of the
water bath, the radioactivity in the used rods can cause them to become
so hot they begin to catch fire. These fires can burn so hot the
radioactive rod contents are carried into the atmosphere as vaporized
material or as very small particles. Reactor no 3 burns MOX fuel that
contains a mix of plutonium and uranium. Plutonium generates more heat
than uranium, which means these rods have the greatest risk of
burning. Thats bad news, because plutonium scattered into the
atmosphere is even more dangerous that the combustion products of rods
without plutonium.

Chernobyl on steroids. When the nuclear engineer from an identical
plant states theres any possibility of such a catastrophe,
Washington, we have a problem. Chernobyls contamination settled
upon people and nations thousands of miles from that reactors
location. How far would Chernobyl on steroids travel? And
where are the up to 20 years of reactor no 1 spent fuel rods that could
cause such a problem, and the spent fuel rods held until the
building exploded in in the spent fuel rod pool atop reactor no 3?

Along with the rest of the planet, Washingtons looking at the
risk of a potential catastrophe. At least when it comes to finding the
fuel rods from reactor 1, Washington possesses some unique assets. One
asset the secretive

National Reconassiance Office runs the spy satellites
remote sensing devices that enable US national security to spy on planet
Earth. The NROs slightly less secretive cousin over at the the Pentagon is
the Defense Intelligence Agency. The DIA, in turn, controls MASINT measures
and signatures technologies.
http://en.wikipedia.org/wiki/National_Reconnaissance_Office
http://www.fas.org/blog/secrecy/2010/07/nro_2010.html
http://projects.washingtonpost.com/top-secret-america/gov-orgs/dia/

What is MASINT? FDLs recent guest Tim Shorrock answered that
question a few years ago for CorpWatch:
http://www.corpwatch.org/article.php?id=14821

MASINT is a highly classified form of intelligence that uses
infrared sensors and other technologies to sniff the atmosphere for certain
chemicals and electro-magnetic activity and see beneath
bridges and forest canopies. Using its tools, analysts can detect signs
that a nuclear power plant is producing plutonium, determine from truck
exhaust what types of vehicles are in a convoy, and detect people and
weapons hidden from the view of satellites or photoreconnaissance aircraft.

With assets like the NRO and the DIAs MASINT capacity, even an
Obama administration that couldnt find out millions of of
barrels of Corexit and crude oil would poison the Gulf should be able to
help Japans Fukushima plant locate their missing fuel rods. And
do so before the missing rods or any of the other pools of fuel
rods in Japans stricken reactors ignite Chernobyl on steroids.

Once Obama and his generals have found the fuel rods, lets
hope theyll time out from Gridion dinners and collateral damage
and let the Americans who pay for all the fancy spy technology know
whats happening. Because now that Americans are hearing
CNNs Dr. Gupta talking about potassium iodide (KI) to prevent
radiation toxicity, theyre going to be wondering if they need to
take KI. As long as we dont see massive uncontrolled radiation
releases from the stricken reactors, they probably wont. Should
we see Chernobyl on steroids, Americans may need a whole lot more than
KI. And until the spent fuel rods are located, there wont be
enough information to let Americans plan how to protect their loved
ones. Unless we all learn the fuel rods have caught fire.

[Note: revised at 3:15 PM Pacific on 3/14/11]
http://my.firedoglake.com/kirkmurphy/2011/03/15/why-fukushimas-spent-fuel-rods-will-continue-to-catch-fire/

Why Fukushima’s “spent” fuel rods will continue to catch fire
By: Kirk James Murphy, M.D. Tuesday March 15, 2011 4:26 pm
http://my.firedoglake.com/members/kirkmurphy/

Yesterday the spent fuel rod pool at Fukushima Daiichi reactor 4
caught fire. About that time instruments at the plant showed an
exponential increase in radiation levels. After the fire was quenched,
radiation levels fell. In the hour before I sat down to write this,
there was an explosion at the same spent fuel rod pool. As I write,
another fire is burning there. NHK reports the radiation level –
300 to 400 milliSieverts – is so high that firefighters cannot
approach the area.
 >
 >NHK reports that by Monday March 14 the temperature in the spent fuel
rod pool was 84 degrees C: nearly double the usual temperature. NHK
reports that there aren’t temperature readings for today:
technical failure. We do know the pool temperature increased by roughly
twenty degrees C per day after loss of power on Friday. And we know that
water boils at 100 degrees C.
 >
 >The spent fuel rod pool at reactor 4 is one of
<http://my.firedoglake.com/kirkmurphy/2011/03/15/2011/03/14/2011/03/14/nuke-engineer-fuel-rod-fire-at-stricken-reactor-would-be-like-chernobyl-on-steroids/#comment-229439>seven
pools for spent fuel rods at Fukushima Daichii. These pools are designed
to store the intensively radioactive fuel rods that were already used in
nuclear reactors. These “used� fuel rods still contain
uranium (or in the case of fuel rods from reactor 3, they contain both
uranium and plutonium from the MOX fuel used in that reactor). In
addition to the uranium and plutonium, the rods also contain other
radioactive elements. These radioactive elements are created in the rods
by the intense radiation around the rods when they are in the reactor
core (before they are moved to the spent fuel pools).
 >
 >Six of the spent fuel rod pools are (or were) located at the top of
six reactor buildings. One “common pool� is at ground level
in a separate building. Each “reactor top� pool holds up to
3450 fuel rod assemblies. The common pool holds up to 6291 fuel rod
assemblies. [The common pool has windows on one wall which were almost
certainly destroyed by the tsunami.] Each assembly holds
<http://my.firedoglake.com/kirkmurphy/2011/03/15/2011/03/14/2011/03/14/nuke-engineer-fuel-rod-fire-at-stricken-reactor-would-be-like-chernobyl-on-steroids/#comment-229446>sixty-three
fuel rods. This means the Fukushima Daiichi plant may contain over
600,000 spent fuel rods. The fuel rods once stored atop reactor 3 may no
longer be there: one of the several explosions at the Fukushima reactors
may have damaged that pool.
 >
 >Now that we have partial meltdown in the reactor vessels – the part
of the reactor where nuclear reactions are supposed to happen – in at
least three of the Daiichi palnt’s six reactors, why bother with
swimming pools for fuel rods? Simple. Even after they are no longer
usable to drive nuclear fission in the reactor vessels, the
“spent� fuel rods are still highly radioactive. Part of
that radioactive energy is emitted as heat. That’s no surprise:
heat from radioactivity is the how the reactor core vessels generate the
heat that drives the nuclear plant’s turbines to generate
electricity. The fuel rods don’t know whether they are in the
core or in the pools: they keep emitting heat and radioactivity until
the radioactive material decays into non-radioactive elements. That
process can take years, which is why spent fuel rods are still dangerous
years after they leave the reactor core.
 >
 >How can we prevent the spent fuel rods from bursting into flame
once they’re out of the reactor core? The Fukushima plant –“
like many other reactors – keeps the rods in water, which absorbs the
heat energy. But the pools – like the water in a teakettle – will
boil il away unless new water is added. After the Fukushima plant lost
power in Friday’s 9.0 earthquake and got hit by the tsunami, the
plant was no longer able to keep the pools topped up.
 >
 >How long does it take the water in spent fuel rod pools to boil down
to dangerously low levels? Yesterday FDL reader MtnWoman – who worked
at TMI for twelve years –
<http://my.firedoglake.com/kirkmurphy/2011/03/14/nuke-engineer-fuel-rod-fire-at-stricken-reactor-would-be-like-chernobyl-on-steroids/#comment-229443>told
us about the
<http://www.rogerwitherspoon.com/docs/nrctechstudyosfprrisks-10-2000.pdf>2000
Nuclear Regulatory Commission study that looked at this very question.
For boiling water reactors (BWR) such as the Fukushima reactors, the
time required for spent fuel rod pool water levels to drop to
dangerouslyy low levels is about 140 hours. The NRC study only looked at
rods that had been out of reactors for six months or more: I
don’t have data about how long the rods at the seven Fukushima
pools have been out of reactors. Fortunately for the NRC, they
weren’t studying fuel rod poos on the upper floors of reactor
buildings housing reactor core vessels that had lost adequate cooling
and were in partial meltdown. This may explain why the spent fuel rod
pool at reactor 4 ignited on Monday, roughly 100 hours after the quake
and power loss, but before the 140 hours the NRC calculated.
 >
 >Why did the spent fuel rod pool at reactor 4 catch fire again today?
Yesterday the <http://www.ieer.org/>Institute for Energy and
Enviromental Research‘s Arjun Makhijani wrote a very detailed
<http://www.ieer.org/comments/Daiichi-Fukushima-reactors_IEERstatement.pdf>report
that answers this question. In his report he quoted extensively from the
<http://www.nap.edu/catalog.php?record_id=11263>2006 study perfomed by
the National Research Council of the National Academies. Their report
tells us:
 >“The ability to remove decay heat from the spent fuel also would
be reduced as the water level drops, especially when it drops below the
tops of the fuel assemblies. This would cause temperatures in the fuel
assemblies to rise, accelerating the oxidation of the zirconium alloy
(zircaloy) cladding that encases the uranium oxide pellets. This
oxidation reaction can occur in the presence of both air and steam and
is strongly exothermic—that is, the reaction releases large quantities
of heat, which can further raise cladding temperatures. The steam
reaction also generates large quantities of hydrogen….
 >These oxidation reactions [with a loss of coolant] can become locally
self-sustaining … at high temperatures (i.e., about a factor of 10
higher than the boiling point of water) if a supply of oxygen and/or
steam is available to sustain the reactions…. The result could be a
runaway oxidation reaction — referred to in this report as a zirconium
cladding fire — that proceeds as a burn front (e.g., as seen in a
forest fire or a fireworks sparkler) along the axis of the fuel rod
toward the source of oxidant (i.e., air or steam)….
 >As fuel rod temperatures increase, the gas pressure inside the fuel
rod increases and eventually can cause the cladding to balloon out and
rupture. At higher temperatures (around 1800°C [approximately
3300°F]), zirconium cladding reacts with the uranium oxide fuel to
form a complex molten phase containing zirconium-uranium oxide.
 >Beginning with the cladding rupture, these events would result in the
release of radioactive fission gases and some of the fuel’s
radioactive material in the form of aerosols into the building that
houses the spent fuel pool and possibly into the environment. If the
heat from one burning assembly is not dissipated, the fire could spread
to other spent fuel assemblies in the pool, producing a propagating
zirconium cladding fire.
 >The high-temperature reaction of zirconium and steam has been
described quantitatively since at least the early 1960s….â€�
 >Translation for laypeople: Without enough water to cover the, the fuel
rods will keep on igniting, just like trick birthday candles keep
re-igniting after we blow them out. Just like trick birthday candles,
the only way to put out the fuel rods is to put them under water.
That’s why even after Monday’s reactor 4 spent fuel rod
fire was quenched, the spent fuel rod pool caught fire again this afternoon.
 >
 >Unlike trick birthday candles, the spent fuel rods burn hot (3300
degrees F) enough so that the radioactive material in the rods is
aerosolized: carried into the atmosphere in clouds of hot smoke. And
unlike our trick birthday candles, the spent fuel rods in reactor
building 4 are four stories off the ground – just like the other five
reactor spent fuel pools at Fukushima. And unlike our trick birthday
candles, right now the radioactivity around the spent fuel rods is so
high that no one can approach them to put out the fire.
 >
 >I’m a slow typist: by the time I completed this the fire
burning at reactor 4’s spent fuel rod pool had gone out – €“
apparently spontaneously. Fortunately, we’re not yet at the 140
hour mark by which the NRC calculated spent fuel rods in ideal
conditions would be at risk of combustion. That’s a good thing,
because there’s one other big difference between trick birthday
candles and spent fuel rods. Trick birthday candles merely drip more wax
on the cake. Uncontrolled spent fuel rod fires could pour enough
radioactive waste into the atmosphere to cause what a nuclear engineer
(at a Vermont plant identical to Fukushima reactors) calls
“Chernobyl on steroids�.
 >
 >Let’s hope the spent fuel rods at Fukushima are put back under
water before we have the opportunity to test her hypothesis.
 >
 >

><http://www.huffingtonpost.com/marvin-resnikoff/fukushima-nuclear-meltdown-japan_b_835932.html>http://www.huffingtonpost.com/marvin-resnikoff/fukushima-nuclear-meltdown-japan_b_835932.html
 >
 >Doomsday Scenario at Fukushima
 >
 >Marvin Resnikoff
 >Senior Associate, Radioactive Waste Management Associates
 >Posted: March 15, 2011 11:03 AM
 >
 >The slow motion events occurring at Japan’s (or GE’s) Fukushima
reactor cannot be sugar-coated. It is a doomsday scenario unfolding.
 >
 >Nuclear reactors are not the same as coal/oil/gas electricity plants.
Unlike conventional plants, they cannot be turned off. So while brave
workers were tending to Units 1, 2 and 3 reactors, attempting against
all odds to keep the reactor from overheating, the fuel pool at Unit 4
was left untended; without makeup water to cool them, the fuel rods
overheated. Above 1800 oF, an exothermic reaction, a fire, took place
with the zirconium cladding around the uranium pellets. Zirconium
burned, forming zirconium oxide and hydrogen gas, which then exploded
and released radioactive cesium, a semi-volatile metal, to the atmosphere.
 >
 >Near the plant, the radiation levels dangerously escalated to 400
milliseiverts/hour (or 40 rems/hour in U.S. parlance). Considering
background is on the order of 1 milliseivert per YEAR, this means a
yearly background dose every 9 seconds. Put plainly, workers at the
Fukushima reactors are putting their lives in immediate jeopardy.
 >
 >What is a fuel pool?
 >
 >Each year a commercial reactor operates, approximately 30 tons of fuel
are irradiated. Every year or year and a half, this fuel is moved to a
fuel pool for safe storage. Under 20 feet of circulating and replenished
water, the fuel is stored. Water shields the radioactivity and cools the
fuel, which still gives off heat. If water is not resupplied, which
apparently was the case at unit 4, the water levels decline, the fuel is
uncovered and it overheats, leading to a hydrogen explosion.
 >
 >How much cesium-137 is contained in a fuel pool?
 >
 >The amount of cesium contained in the fuel pool is typically measured
in curies or becquerels, but these assessments are meaningless unless
you are a physicist. An easier way to look at it is in relation to the
atomic bomb dropped on Hiroshima at the end of World War II, where
100,000 Japanese where killed. Cesium is a semi-volatile material that
has been detected in the air downwind of the Fukushima reactors. How
many Hiroshima bombs worth of cesium-137 are contained in the fuel pool?
 >
 >In work for the State of Nevada, we estimated that 10 tons of
irradiated (what the industry calls “spent”) nuclear fuel was equivalent
to 240 times the amount of cesium-137 released by the Hiroshima bomb.
Ten tons is the amount of irradiated fuel that would be contained in a
shipping container or cask used to transport the fuel. Why so much more
cesium than the Hiroshima bomb? Because an atomic explosion occurs in
milliseconds, but a nuclear reactor operates continuously for years.
Many more fissions means much more fission products, including cesium
You do the math. If Unit 4 operated for 35 years and produced 30 tons of
irradiated fuel per year and each ton is equivalent to 24 times the
amount of cesium-137 produced by the Hiroshima bomb, then each fuel pool
could contain on the order of 24,000 times the amount of cesium-137
produced by the Hiroshima bomb, if all the produced irradiated fuel
remains in the fuel pool..
 >
 >This is not to say all this material will be released to the
atmosphere or ocean. This is the maximum cesium-137 possible inventory
at each Fukushima reactor. Each fuel pool at each Fukushima reactor also
contains approximately the same amount of strontium-90 and other cancer
causing materials. In addition to the fuel pools at each Fukushima
reactor, a larger common fuel pool sits at ground level between two
reactors in a building with windows. The damage the tsunami caused to
this independent fuel pool has not been discussed by the media.
 >
 >Iodine, cesium and other radionuclides can be carried downwind and
inhaled. Radionuclides that land in the sea may be taken up by fish and
eaten. When these cancer-causing materials are taken into the body by
inhalation or ingestion, they concentrate in different organs. Cesium
concentrates in muscle, strontium (like calcium) in bones, iodine in the
thyroid. Once in the body, these radioactive materials continue to
decay, releasing harmful gamma and beta radiation. Plutonium, also
present, gives off alpha radiation. Rearranging the DNA in the human
body leads to cancer. To put this in another way, a BWR reactor boils
water to produce electricity by generating cancer-causing materials.
 >
 >Take this out of the nuclear realm. Imagine another harmful poison,
botulism. Imagine a botulism reactor, reproducing botuli fast enough to
produce heat and steam to turn turbines. Then imagine having to contain
these billions of botuli so the public is not harmed. This is
essentially the friendly atom that has now come full circle in Japan and
that the Nuclear Regulatory Commission will relicense for an additional
20 years at Vermont Yankee and at 30 other Fukushima-type reactors in
the United States. Fortunately, the State of Vermont has taken matters
into its own hands and has decided not to allow Vermont Yankee to run
past 2012..

 ><http://www.nytimes.com/2011/03/17/world/asia/17nuclear.html?ref=world>http://www.nytimes.com/2011/03/17/world/asia/17nuclear.html?ref=world

Décès de Jean

M. Chucri  Canaan + , alias Jean, est à droite sur la photographie, devant le Tribunal fédéral suisse.

M. Chucri Christian Canaan (3C), alias Jean, 39 ans, vient de mourir.

http://desiebenthal.blogspot.com/2011/01/e-voting-repousse-2015.html

http://jumpcgi.bger.ch/cgi-bin/JumpCGI?id=01.10.2009_1C_257/2009

http://ferraye.blogspot.com/2009/06/rfid-passeports-biometriques-nos.html

http://desiebenthal.blogspot.com/2010/10/12-cantons-voteront-par-electronique.html

http://euroracket.blogspot.com/2009/06/recours-final-au-tribunal-federal.html

http://desiebenthal.blogspot.com/2009/06/le-tribunal-federal-facture-fr-1000-par.html

http://desiebenthal.blogspot.com/2009/06/rfid-passeports-biometriques-nos.html

François de Siebenthal: Recours final au tribunal fédéral
09 juin 2009
Votre propre jurisprudence permet de tenir compte de la nature particulière du recours en matière de droits politiques (ATF 133 I 141, consid. 4.1). Le Tribunal fédéral peut aussi renoncer à mettre des frais à charge des parties si les …
http://desiebenthal.blogspot.com/
François de Siebenthal: Le TF ne parle ni du recours vaudois, ni …
05 oct. 2009
Recours contre la votation sur le passeport biométrique. Le 17 mai 2009, les citoyens suisses ont voté sur l’introduction du passeport incluant des données personnelles enregistrées électroniquement. Le projet a été accepté à …
http://desiebenthal.blogspot.com/
RFID, Les recours à Strasbourg.
09 juin 2010
https://docs.google.com/fileview?id=1im7aFCa7DI4Ud1VYQ-KmZWHCaBSzjLJ24E1XjrzkW0HCJvmADh74gIZNsyXD&hl=fr https://docs.google.com/fileview?id=1AHKm6T7t6XwtL8IkGkbYZz2twbcZ-HPZ3X_IPIEdic-5e5s78tb4BasHPcFR&hl=fr.
http://desiebenthal.blogspot.com/

dimanche 28 février 2010

RFID, Les dernières preuves. Le 7 mars, ils recommenceront, pour nous voler des milliards sur 50 ans.

En page 2 de cette lettre, avant dernier alinéa : 

Le canton confirme refuser  de donner le nombre de voix obtenus par électronique et par correspondance…

Il est donc impossible ( sic ) de contrôler les votes électroniques et le canton refuse même de nous donner leur nombre…( re-sic ).

Le comble, le vote électronique a été accepté par des votes électroniques incontrôlables…

et impossible de savoir combien de votes électroniques ont imposé ce moyen qui facilite les tricheries incontrôlables…géniales pour les tricheurs…

1.    En Fait: ( extraits de notre recours au TF ):

2.    Est notamment contesté (de manière documentée ci-après), la page – 4 –point 3 a de la décision du Conseil d’Etat genevois du 3 juin 2009 refusant le recours contre le résultat de la Votation populaire sur les passeports biométriques. Réf : 4596-2009), l’affirmation suivante:

3.    “… des résultats. Or cette publication est particulièrement détaillée, complète et figure sur le site internet de l’Etat (www.ge.ch/votations )

4.    A contrario par évidence sur le site et même par écrit dans les documents in concreto remis par décision du Conseil d’État genevoisdu 3 juin 2009 qui refuse le recours, notamment dans ses annexes, et surtout dans la lettre datée du 27 mai et provenant de la direction de l’organisation, des systèmes d’information et du dépouillement centralisé, nous trouvons notamment les informations suivantes sous la signature de M. Michel Warynski:

5.    En page 2 de cette lettre, avant dernier alinéa : Le canton confirme refuser  de donner le nombre de voix obtenus par électronique et par correspondance. Leur argument selon lequel ce serait pour protéger le secret de vote dans les petites communes ne tient pas la critique. En effet, ils refusent de donner les chiffres même consolidés au niveau du canton, ce qui est très suspect. Reste la garantie de secret du vote. De plus, Il faut croire qu’elle n’est pas aussi essentielle que cela, puisque certains citoyens votent encore à main levée dans une Landsgemeinde. De toute manière, les principes de transparence, notamment démocratique,  nous donnent le droit à avoir ces chiffres, au moins consolidés, et même par bureau de vote, pour exercer un meilleur contrôle vu que la confiance est rompue.

http://ferraye.blogspot.com/2009/06/rfid-passeports-biometriques-nos.html

http://pavie.ch/file/fraudes-ge-tf.pdf

http://pavie.ch/file/Fraudes-vd-tf.pdf

Le tribunal fédéral n’a même pas ouvert l’enveloppe des preuves vaudoises…sic…

RFID, passeports biométriques, nos recours au tribunal fédéral.

Quelle démocratie en Suisse et en Iran ?

“Quand les bornes sont dépassées, il n’y a plus de limites”

Georges Pompidou.

La crise est-elle sans limites ? Vous pouvez poser des limites. Comment ?

Plus de gens devraient lire cet article, tout simplement

Sur l’Internet les lecteurs ont le pouvoir! Ils décident quelle information fera le tour du globe! Peut-être vous n’en êtes pas conscient, mais si chaque lecteur envoie un lien à trois autres personnes intéressées, il suffit de vingt pas pour atteindre 3,486,784,401 personnes! Vous voulez le voir se produire? Utilisez votre pouvoir !

3x3x3x3x3x3x3x3x3x3x3x3x3x3x3x3x3x3x3x3 = 3,486,784,401

à faire circuler largement, merci, le monde est déjà meilleur grâce à ce simple geste de solidarité.

Lançons un label “sans RFID” comme il y en a un “sans OGM”.

Scandale en Suisse, les mails de parlementaires et des sites politiques
dénonçant la corruption de juges, d’avocats, d’experts et de banquiers censurés.

E-Mail-Gate sous la coupole au détriment du referendum contre le passeport biométrique

Des E-mails adressés aux Parlementaires par le Comité référendaire

http://www.freiheitskampagne.ch/ ont été bloqué par de grands providers suisses (swisscom. cablecom etc…)
Consulter le dossier ce concernant…

Plus:



Monsieur Chucri Canaan
La voix Creuse 13,
1202 GENEVE

Tribunal Fédéral
Av. du Tribunal-Fédéral 29
CH-1000 LAUSANNE 14

Lausanne, le 11 juin 2009

Recours de droit public remis par porteur au Greffe.

Madame la Juge, Monsieur le Juge,

Selon notamment la Loi sur le Tribunal fédéral (LTF) et notamment de son article 82 al. 2, nous attaquons la décision du Conseil d’État genevois car elle lèse gravement les droits démocratiques des citoyens de toute la Suisse en couvrant de graves fraudes démocratiques.

Votre propre jurisprudence permet de tenir compte de la nature particulière du recours en matière de droits politiques (ATF 133 I 141, consid. 4.1). Le Tribunal fédéral peut aussi renoncer à mettre des frais à charge des parties si les circonstances particulières de la cause le justifient (art. 66, al. 1, LTF).

Qu’il plaise aussi à votre Cour, au vu de la nature politique, d’un citoyen à la vraie recherche du bien commun par ce recours, de lui accorder une procédure gratuite, surtout vu les conditions économiques très difficiles actuelles.

En cas de maladresses, j’invoque enfin le principe « jura novit curia ». En effet, il se réfère à la pratique constante du Tribunal fédéral en la matière, selon laquelle les recours d’un profane sont à interpréter conformément aux intentions du recourant, vu que votre Cour est censée mieux connaître le droit et ses voies souvent impénétrables qu’un simple Citoyen.

Vu le délai très court de 5 jours qui  a été respecté pour ouvrir ce recours, je vous prie de me donner un délai pour vous apporter des preuves et éléments supplémentaires qui éclaireront ce cas exemplaire avec près de 500 recours sur toute la Suisse, dont 460 reconnus valables dans presque tous les cantons.

A ce sujet, et vu qu’il y a plusieurs recours à ce sujet, nous vous prions de joindre les causes afin que chacune puisse éclairer l’autre et mettre à jour une éventuelle organisation de manipulateurs.

Dans l’attente de vos déterminations, je vous prie de croire, Madame la Juge, Monsieur le Juge, en l’expression de ma haute considération.




RECOURS DE DROIT PUBLIC

pour

Monsieur Chucri Canaan, La voix Creuse 13, 1202 GENEVE, recourant

contre

La décision du Conseil d’Etat genevois du 3 juin 2009 refusant le recours contre le résultat de la Votation populaire sur les passeports biométriques. 4596-2009
Mesures urgentes, responsabilité de l’État et des juristes face aux fraudes électorales anti-démocratiques.

Délais. Ce recours est déposé le vendredi 12 juin, cinq jours après sa réception, il est donc dans les délais.

1.    En Fait:

2.    Est notamment contesté (de manière documentée ci-après), la page – 4 –point 3 a de la décision du Conseil d’Etat genevois du 3 juin 2009 refusant le recours contre le résultat de la Votation populaire sur les passeports biométriques. Réf : 4596-2009), l’affirmation suivante:

3.    “… des résultats. Or cette publication est particulièrement détaillée, complète et figure sur le site internet de l’Etat ( www.ge.ch/votations )

4.    A contrario par évidence sur le site et même par écrit dans les documents in concreto remis par décision du Conseil d’Etat genevois du 3 juin 2009 qui refuse le recours, notamment dans ses annexes, et surtout dans la lettre datée du 27 mai et provenant de la direction de l’organisation, des systèmes d’information et du dépouillement centralisé, nous trouvons notamment les informations suivantes sous la signature de M. Michel Warynski:

5.    En page 2 de cette lettre, avant dernier alinéa : Le canton confirme refuser  de donner le nombre de voix obtenus par électronique et par correspondance. Leur argument selon lequel ce serait pour protéger le secret de vote dans les petites communes ne tient pas la critique. En effet, ils refusent de donner les chiffres même consolidés au niveau du canton, ce qui est très suspect. Reste la garantie de secret du vote. De plus, Il faut croire qu’elle n’est pas aussi essentielle que cela, puisque certains citoyens votent encore à main levée dans une Landsgemeinde. De toute manière, les principes de transparence, notamment démocratique,  nous donnent le droit à avoir ces chiffres, au moins consolidés, et même par bureau de vote, pour exercer un meilleur contrôle vu que la confiance est rompue.

6.    En page 1 : Que les urnes ont été ouvertes, notamment les clés de cryptage,  le 23 avril, sic… Selon les experts informatiques, le pire péché est de vouloir générer par une machine des nombres vraiment aléatoires, car c’est logiquement une pure impossibilité vu qu’il y toujours une logique.

7.    Que les lecteurs optiques ont été testés le 15 mai.

8.    Que les résultats ont été donnés de manière exhaustive et détaillés par internet, ce qui est faux puis que le canton refuse de donner le nombre de voix obtenus par électroniques et par correspondance et que les communes ne doivent pas les donner…et ne peuvent pas les donner car elles n’y ont pas accès (sic)….page 2 toujours.

9.    On peut se poser la question : et si les enveloppes genevoises du vote par correspondance étaient aussi transparentes que les vaudoises sous fort flux lumineux et si la production de réserves et de maculatures permettait de changer le contenu des urnes et de les bourrer ? Nous aimerions en disposer pour pouvoir faire des tests ?

10.    Pour les différentes méthodes de manipulation, des votes sont manipulés, par exemple quand quelqu’un est Blackboulé d’un club comme suit: Un profane est rejeté à l’entrée par un vote de plus de 25% de boules noires. Comment le font-ils ? L’urne n’est pas transparente, elle contient déjà des boules noires très chaudes ou très froides. Les naïfs votent, celui qui compte les boules retire les boules noires qu’il faut en estimant leur température. On fait croire ainsi que le pauvre en question a été exclu démocratiquement…plus sur  d’autres méthodes http://pavie.ch/articles.php?lng=fr&pg=45

11.    Arguments supplémentaires

12.    Seulement 2753 votes (sic ) pour faire pencher la balance sur près de 100’000 votes électroniques facilement manipulables sans laisser aucune trace à Genève, Neuchâtel, Zürich.
13.    Les Pays-Bas abandonnent le vote électronique et l’Allemagne le déclare inconstitutionnel.
14.    L’ Irlande et la Hollande ont donc abandonné définitivement le vote électronique vu les tricheries et sont revenues à la solution papier plus sûre, malgré des centaines de millions d’Euro déjà dépensés.
15.    http://www.rue89.com/2009/05/05/vote-en-irlande-les-urnes-a-55-millions-ne-sortent-pas-du-carton?page=1
16.    http://futurezone.orf.at/stories/278892/

17.    l’Irlande seule a déjà dépensé plus de 60 millions d’Euros dans les infrastructures de vote électronique. Le retour au papier ferme ainsi, dans ce pays-membre de l’Union Européenne, tout risque de fraude électorale par hacking.

18.    La commission avait publié un rapport intérimaire qui avait forcé le gouvernement irlandais à renoncer à organiser les élections européennes de façon électronique.

19.    La version complète du rapport est enfin disponible.

http://www.heise.de/newsticker/Irland-stoppt-E-Voting-Projekt–/meldung/136850

20.    Le système genevois de vote en ligne est composé seulement à 80% de logiciels ouverts et vérifiables. Il suffit d’une ligne de code sur des millions pour pouvoir tricher, sans oublier que le système par exemple échelon ( ou sa copie suisse Satos-3 /Onyx ) est capable d’intercepter et de modifier les données tout le long des câbles, y compris dans les multicouches OSI et dans les ordinateurs des votants, sans que personne ne le sache…pour plus de 46’500 votes électroniques possibles reconnus publiquement seulement à Genève…

21.    http://www.geneve.ch/chancellerie/communiques/2009/20090423.asp

22.    Toute activité électronique est non seulement écoutable mais manipulable contre la volonté des citoyens, y compris lors d’un vote.

23.    Suite à des inspections, le 30 octobre 2006, le gouvernement hollandais a fait le constat d’un problème avec les machines à voter SDU : les machines pouvaient être contrôlées à distance dans un rayon de 10 mètres et ce sans câble. De ce fait, ces machines ne garantissent pas suffisamment l’anonymat du vote.

24.    Ce qui est inadmissible vu l’envergure nationale du vote et de la position connue des autorités genevoises contre le référendum. Nous nous demandons d’ailleurs comment vérifier ces votes par électronique ?  Nous exigeons de pouvoir le faire, accompagné de spécialistes de notre choix.
25.    Tout est dématérialisé, il n’y a plus de bulletin de vote unique, touché et rempli à la main, et stocké matériellement : nous voici tous devant un concept informatique évanescent.
26.    L’urne, qui devrait être transparente en pleine lumière dans une vitrine publique visible nuit et jour par les passants de la rue et filmée en permanence par des webcameras, devient une boîte noire en laquelle les citoyens doivent vouer une confiance aveugle impossible : les étapes entre l’action du vote et le comptage deviennent complètement opaques (pour protéger l’anonymat et le secret des votants).

27.    Le contrôle neutre de toutes les étapes est complètement perdu et rendu impossible : pour gagner 1 à 2% de participation et au prix de machines et surtout de logiciels douteux et hors de prix ?
28.    Pour que toute la Suisse puisse ainsi, il faudrait entre 400 et 600 millions de francs. C’était l’estimation de la chancelière de la Confédération Annemarie Huber-Hotz.
29.    Tous les spécialistes neutres dénoncent le vote électronique dans son entier, sauf ceux qui touchent des bonus ou de juteuses commissions sur ces marchés…

30.    Tigris et Tiago, qui peut manipuler les votes électroniques à Genève, Neuchâtel et Zürich, sont donc deux polices illégales et elles doivent être dissoutes immédiatement par respect de la démocratie suisse et des peuples cantonaux.

31.    Les risques techniques si nombreux de l’e-voting :

32.    Le débat dépasse largement le cercle du canton de Genève (ou celui des autres cantons pilotes), car les autres cantons préparent activement l’extension à leur usage du vote électronique, et en particulier par la reprise de ces pilotes selon la devise économique : “développé une fois – copié vingt-cinq fois”.

33.    Pour exemple, le système pilote de vote électronique genevois a été choisi par le Conseil d’État du canton de Bâle Ville pour le vote de ses citoyens expatriés. De même, le système pilote genevois¹ serait à priori choisi pour l’essai vaudois² – au moins pour les vaudois expatriés. Si ce n’est le genevois qui est finalement choisi, ce sera l’un des deux autres pilotes, or les griefs sont les mêmes pour les trois pilotes. Il en serait de même pour le canton du Valais.
(1)    selon une réunion avec le chef du service des droits politiques du canton de vaud (08/01/2008)
(2)    selon le courriel reçu le 20/06/2008 de l’administration vaudoise (Sylvain Jaquenoud/SDP-SeCRI-DINT): “il est de la plus haute vraisemblance que nous retenions l’un des trois systèmes des cantons pilotes”.
(3)    lettre de la Vice-Chancelière d’État Monique Albrecht du 05/02/2008, indiquant la volonté de s’orienter vers les solutions prétendument “homologuées” par la Confédération.

34.    D’abord, et tout comme les deux autres pilotes fédéraux, le pilote genevois ne respecte pas la transparence démocratique. Premièrement, la position de l’état de Genève (comme celle de Zurich, ou de la société espagnole fournissant Neuchâtel) est d’interdire l’étude* publique approfondie du code du logiciel.
35.    En allant jusqu’au tribunal fédéral, un informaticien a obtenu le code source du pilote genevois, mais uniquement sur papier, et imprimé sur des feuilles rouge foncé ! De plus, collationné dans le désordre et mélangé avec le code du serveur Web standard Apache.
36.    La nouvelle loi cantonale, qui sera discutée fin août par le Grand Conseil genevois (PL9931A), interdira explicitement cette ultime possibilité de vérifier et discuter publiquement le programme (mirage de la sécurité par l’obscurité).

37.    Secondement, et malgré ce recours fébrile au mystère, l’étude de son architecture et fonctionnement (telsº que décrits dans les documents officiels et articles récents) démontre :

•    que le système n’inclut pas le contrôle constant des opérations de la session par une commission électorale (un ordinateur est opaque),
•    qu’il ne donne pas au citoyen le moyen de surveiller le processus de son bulletin,
•    qu’il ne laisse pas celui-ci vérifier que son bulletin est bien arrivé (et intact) dans l’urne électronique,
•    qu’il ne construit aucun élément probant pour vérifier la bonne fin du scrutin (p.ex. pour résoudre les cas de contestations),
•    qu’il n’offre pas le recomptage sensé des bulletins (pas d’authenticité, pas d’intégrité, pas de complétude, pas d’exhaustivité, etc.).

38.    Dès le mois de mai 08, la chancellerie genevoise a insisté pour dire que son système “a beaucoup évolué” depuis 2003, mais ces éventuels changements sont manifestement négligeables face à l’irrespect des principes du vote démocratique.
39.    En effet, d’après les descriptions dans le rapport de projet de loi, celles du site de l’état ou des discours récents, ou encore les interventions des responsables repris dans les derniers articles, l’architecture fondamentale du système n’a pas le moins du monde changé. Même les griefs techniques et les vulnérabilités restent les mêmes !

40.    En conclusion de la transparence, si on compare avec la procédure et les concepts centraux du vote par correspondance, on voit que les pilotes de vote électronique n’ont dans leurs opérations aucune des possibilités de scrutation populaire attendues pour le vote démocratique; sans compter que le contrôle politique (commission électorale) qui est la norme dans le vote papier -l’observation constante des opérations- est totalement impossible avec les systèmes actuellement utilisés.

41.    Par ailleurs, comme la liste liant le nom des citoyens à leurs numéros d’identification de vote est générée et conservée par l’administration publique (car nécessaire pour résoudre les réclamations¹), le secret du vote n’est pas garanti : l’administration peut relier aisément les bulletins déposés avec le nom de chaque citoyen ayant voté avec ce système. Ce lien entre l’identité du votant et son bulletin peut se faire : soit car les bulletins sont reçus en clair par le serveur pour construire la confirmation (avec les fameuses “imagettes”), soit après dépouillement car l’urne électronique n’est pas réellement³ “brassée” ou, grâce aux journaux systèmes -ou “log”, car une seule session informatique regroupe l’identification du votant et le dépôt du bulletin !

(1)    Un citoyen peut arguer avoir perdu sa carte de vote, avoir subi une panne informatique ou une perte de connexion, etc., et ainsi ne pas avoir pu effectuer ou terminer son vote et demander un nouveau droit de votre (une nouvelle carte). Il faut pouvoir partir du nom du citoyen pour vérifier la présence ou l’absence de son bulletin dans l’urne électronique.

(2)    La construction de cette confirmation par le serveur de l’administration, qui reçoit donc en clair le bulletin de vote, viole aussi le critère de temporalité du scrutin.

(3)    Les bulletins sont simplement lus dans un ordre différent de celui de réception dans la base de données (témoignage de Mathias Schmocker). D’ailleurs, les ordinateurs étant des machines déterministes, il n’y a pas de hasard et toute opération y est indéfiniment reproductible, le brassage d’une “urne électronique” est donc vide de sens (formellement, les ordinateurs sont des machines de Turing normales bornées, ou automates finis).

42.    De plus, l’imprimeur des si coûteuses cartes de vote reçoit cette liste liant le nom des citoyens et leur numéro d’identification pour le vote électronique. Il la fait transiter sur l’ensemble de son réseau d’atelier : elle est de fait copiée sur les serveurs de gestion du travail, les ordinateurs des imprimantes industrielles, les contrôleurs du réseau, etc… Et on sait bien que l”effacement” de données informatiques est une notion très ambigüe, la suppression définitive et réelle d’une donnée électronique est très difficile (voir les techniques de “computer forensics” en cybercriminalité).

43.    En résumé, le citoyen (même un “expert”) doit s’en remettre aveuglément à l’administration publique, et est à sa merci. Bref, cette conception à courte vue du vote électronique bafoue tout ce que la démocratie moderne a patiemment mis au point pour protéger l’expression de la libre motivation de l’électeur.

44.    Les citoyens, les médias, les fonctionnaires et les politiciens doivent être rendus attentifs aux enjeux, et doivent s’emparer du sujet maintenant que le changement est en cours. Car le Conseil Fédéral a formellement enjoint les cantons de s’engager sur la voie du vote électronique, le lobby des Suisses de l’étranger (OSE) le réclame, les trois quarts de la population le demandent, les jeunes n’imaginent pas voter autrement.

45.    Autres informations:

46.    Un bon résumé, et des interventions donnant d’autres éclairages, est fourni avec l’article du Prof.J-D.Delley sur Domaine Public (voir les commentaires par “dépliage” en cliquant sur leurs titres), Un court débat sur l’utilisation conjointe de bulletins papier a été initié judicieusement par le Conseiller d’État vaudois François Marthaler (CdE-VD) avec des commentaires précieux de notamment de M.

47.    « Auditionné par la commission, le président du GULL (Groupement des utilisateurs de Linux et des logiciels libres), José Nunes, a de toute évidence semé le doute (voir article du Courrier). “Sans une trace papier, on perd le contrôle sur le vote. Au moindre problème, aucun recomptage des bulletins n’est possible. Dans ce cas, seule la “nomenklatura” en place pourra vérifier, et on peut douter qu’elle soit en mesure de le faire. On n’a plus d’autre choix que de lui faire confiance.” L’argument ne me laisse pas indifférent, si je songe au récent épisode des élections de la commune d’Yvonand qui ont dû être annulées parce qu’un seul bulletin de vote était fautif. »

48.    Le vote électronique à distance pose de difficiles problèmes, relevant largement de la quadrature du cercle : Il faut pouvoir garantir inconditionnellement le secret du vote, sans avoir à placer sa confiance en l’administration publique (qui, inversement, serait alors la cible de soupçons récurrents). Il faut que l’administration publique puisse résoudre les cas de réclamations et contestations (donc, avoir les preuves de réception de bulletin, voir ci-dessous). Il faut que toute l’opération, pour chaque bulletin, soit parfaitement transparente, pour que tant le citoyen (pour son vote), que des scrutateurs (commission électorale, pour l’ensemble), puissent avoir la conviction, mieux la preuve, qu’il y a bonne fin et pas de fraude. Il faut que les bulletins dématérialisés puissent être recomptés, en apportant la preuve d’authenticité (venant bien d’un électeur) et d’intégrité (portant bien la motivation du citoyen). Etc…

49.    À propos de la résolution des réclamations, l’administration publique doit garder la liste faisant le lien entre le nom du citoyen (identité) et le numéro d’identification pour le vote électronique. Elle en a besoin pour résoudre le cas de citoyens n’ayant pu voter : pas reçu la carte, panne d’ordinateur, perte de connexion; car l’administration doit savoir si, en partant de l’identité du citoyen demandeur, il y a ou non un bulletin de lui dans l’urne électronique, et pouvoir en connaissance redonner, ou non, un nouveau droit de vote.
50.    L’administration doit donc pouvoir relier un bulletin avec un votant pour résoudre les réclamations … et simultanément elle ne doit pas pouvoir le faire (et ce, inconditionnellement) pour respecter le secret du vote. Quel dilemme, n’est-ce pas !

51.    Une discussion sur la sensibilité à la fraude du vote papier et de sa version électronique se trouve sur le blogue du député Jean-Christophe Schwaab (Dpt GC-VD) . D’autres blogues ou forums ont aussi couvert récemment ce débat.

52.    Une majorité de 41 députés (socialistes, radicaux, Mouvement citoyens et démocrates-chrétiens, et des voix éparses) contre 17 (UDC et libéraux, principalement) – et 9 abstentions (libéraux et verts) – avaient décidé de renvoyer la loi de concrétisation en commission. [Le Courrier, 29 août 2008]

53.    Plusieurs points de la loi (d’application) étaient très inquiétants, p.ex.le manque de neutralité technologique*, ou la charge de la responsabilité mise sur le citoyen en cas de piratage.

54.    (*) Les opérations préconisées étaient fortement liées à l’architecture et aux procédures du système pilote actuel, notoirement insuffisant; les députés en ont largement fait écho lors du débat, même les plus vifs adeptes du principe de vote électronique.

55.    Mais, il avait un autre point très grave : c’est l’interdiction de consulter librement le programme source du logiciel de vote électronique et en particulier jamais au format électronique, empêchant de faire alors des analyses automatiques. Il en est de même (et il en a été de même) pour la documentation du système employé :

56.    Le code source des applications permettant de faire fonctionner le vote électronique, de même que les documents liés à la sécurisation du système, à l’exception des résultats de l’audit prévu à l’alinéa 6, ne peuvent être communiqués à des tiers en application de la loi sur l’information du public et l’accès aux documents, du 5 octobre 2001.
57.    Les membres de la commission électorale centrale y ont toutefois accès en tout temps.
58.    Le code source peut en outre être éprouvé, sans toutefois être reproduit, par tout électeur qui justifie d’un intérêt scientifique et purement idéal et qui s’engage à en respecter la confidentialité. Le Conseil d’État fixe les conditions et modalités de ce test.

59.    Cette position, escamotant un droit fondamental du citoyen d’une société démocratique, est pourtant confirmée par la chancellerie fédérale :

60.    La documentation technique relative à un système de vote électronique ainsi que les avis concernant la sécurité constituent des documents cantonaux confidentiels. Ces documents ne sont pas publics. Les cantons qui appliquent déjà le principe de la transparence peuvent subordonner la consultation de ces documents ou du code des programmes à des conditions ou carrément la refuser dans la mesure où il renferment des informations de sécurité qui sont sensibles ou des secrets d’entreprise.
61.    [Tomas Helbling, vice-chancelier de la Confédération, courrier à O.M. 20/08/2008]

62.    Pourtant, le tribunal administratif genevois a reconnu :

63.    Compte tenu de l’intérêt du citoyen de s’assurer lui-même de la fiabilité du système de vote, les restrictions de divulgation posées à l’accès au code source apparaiss[ent] contraires au principe de la proportionnalité.
64.    [La diffusion et la copie du code source étant excepté. Arrêt 29/11/2005]

65.    À l’encontre de cette position que l’on pourrait appeler par dérision “obscurantiste” (car dites de “sécurité par l’obscurité”), le rapport de minorité relève :

66.    “[le programme source] Il s’agit grosso modo d’un ensemble d’instructions décrivant le fonctionnement d’un programme informatique. Son ouverture – ou sa publicité – permet à des informaticiens de haut niveau de s’y pencher afin de découvrir d’éventuelles failles et de vérifier que le programme effectue bien les actions qu’il est censé effectuer. La connaissance du code source ne permet pas pour autant de pénétrer le système. Un des informaticiens que nous avons auditionnés a utilisé la métaphore du plan du système de sécurité d’un musée. Un cambrioleur professionnel pourra, en étudiant un tel plan, repérer les faiblesses ou les incohérences du système, mais ne pourra pas pour autant s’introduire dans le musée, car il ne connaîtra pas les mots de passe ou ne possèdera pas les clefs permettant de passer les divers obstacles décrits sur le plan. Ainsi, il est généralement admis dans la communauté informatique, que le fait d’ouvrir le code source d’un programme permet de l’améliorer, puisqu’un nombre plus important d’informaticiens pourront s’y pencher.”

67.    Mais la commission n’avait pas osé aller jusqu’au bout, même la minorité, en inscrivant l’exigence d’une complète publication du programme source et des documentations du système.

68.    La sélection de “cœurs purs” (al.10 du projet) limiterait le choix à des personnes agréées par le gouvernement (et donc écarterait les contradicteurs1), l’interdiction de copie ne permettrait pas l’aide d’un tiers ou l’emploi d’outils d’investigation spécialisés, et l’engagement de confidentialité empêcherait de rendre public ses constatations. Or l’expérience montre qu’étudier valablement un logiciel grand et complexe demande une forte abnégation (ou être très bien rétribué), et que la probabilité d’y découvrir une erreur ou faille ne devient tangible qu’avec la disponibilité de moyens techniques et surtout la présence de nombreux cerveaux, et l’émulation intellectuelle obtenue par le débat en forum.

69.    Inversement, la publication du logiciel sous une licence “Open Source” de type OSI (donnant la liberté d’expérimenter), et par le fait de l’intérêt fondamental du sujet, aboutirait au contraire à bénéficier de l’analyse et l’amélioration par les milieux académiques et spécialisés (souvent aussi passionnés).

70.    Or, il se fait que le droit suisse ne connaît pas la transparence du vote, contrairement aux autres principes qui sont légalement requis.
71.    L’administration fédérale relève qu’il s’agit là que d’un usage établi, reconnu généralement dans la doctrine et parfois dans la jurisprudence.

72.    Il serait donc bien -pour éviter globalement et définitivement une telle dérive du secret- d’inscrire dans la loi sur les droits politiques, voire les constitutions cantonales, ou mieux encore dans la constitution fédérale :

73.    l’obligation de publicité et de transparence (observabilité générale) des procédures et moyens essentiels mis en oeuvre lors d’un vote populaire, ceci afin de permettre la surveillance démocratique par potentiellement* l’ensemble du peuple; comme l’usage (et la doctrine) l’ont établis pour le vote au local.
74.    (*) non pas que chacun soit en mesure de lire et comprendre logiciels ou autres outils, mais que chacun puisse librement investir sa confiance dans -ou même désigner- l’expert qu’il veut pour l’écouter ou le faire.

75.    Il existe des méthodes statistiques applicables a posteriori qui permettent de calculer la probabilité d’un résultat électoral (on sait par exemple que les élections présidentielles de 1878, 1882 et 1888 aux États-Unis ont probablement été manipulées).

76.    Quelque soit le parti qui avance le vote électronique comme une avancée, tous les informaticiens bien informés savent que ce n’en est pas une.

77.    Le bulletin de vote en papier comporte aussi un risque de manipulation. Comment sait-on que le courrier avec son bulletin de vote est bien arrivé à destination? Les possibilités d’entorses sur la confidentialité du vote seraient plus grandes lors du vote par bulletin postal que lors du vote traditionnel dans un isoloir avec un bulletin anonyme. Qu’en est-il de la sécurité autour de la livraison des urnes du local de vote? Et ainsi de suite… Il y a eu des cas avérés récents de trucage, y compris en Suisse.

78.    Des garde-fous et des lois existent. Mais en premier lieu nous nous fions simplement à nos élus, aux fonctionnaires, et aux scrutateurs, pour le bon déroulement de nos démocraties. Ou pas. Il en est de même pour le vote électronique.

79.    Pour vérifier une élection traditionnelle, il faut quelques personnes assermentées, du bons sens pour compter les bulletins et un peu de salive pour se mouiller le doigts pour les faire défiler plus vite.

80.    Bref, pas besoin de compétence que le citoyen lambda ne possède. Par contre pour le vote électronique, seuls quelques experts auront ces connaissances, ainsi un contrôle fiable et simple n’est plus possible !

81.    De nos jours, pour accéder en ligne a votre compte en banque, il faut au minimum en plus du mot de passe un “token” ou challenge number généré par une carte secure ID ou autre.

82.    Je ne doute pas que pour la plupart d’entre nous notre compte en banque est plus important que nos valeurs démocratiques, ou alors est ce que ça veut dire que l’état de Genève a prévu le budget pour distribuer à chacun des votants potentiels une calculette de type secure-id ? Avec ce que ça implique en termes de maintenance et help desk ?

83.    Tous les gens informés en sécurité informatique que je connais sont résolument contre le vote électronique dans l’état actuel de la technique. C’est un problème bien plus compliqué que les transactions bancaires sécurisées, et l’enjeu, le pouvoir politique, bien trop important pour galvauder le contrôle des votations sous le prétexte du confort des électeurs.

84.    Voyez ce qui se passe au USA avec les machines à voter électroniques, un problème bien plus simple que de passer par Internet. Les scandales à répétition liant ces machines aux fraudes électorales abondent (la firme Diebold vendant ces machines est particulièrement sujette aux soupçons les plus graves).

85.    Il est naïf de croire qu’un petit cercle d’experts de notre république va résoudre le problème, non résolu au niveau mondial. Presque chaque semaine de nouvelles failles de sécurité d’Internet sont mises en évidence, pas par nos “experts”, mais par de vrais experts en sécurité informatique, et certains hackers bien intentionnés. Les services secrets et les mafias peuvent facilement contrôler la plupart des ordinateurs en ligne, surtout ceux tournant sur Windows. Soyez assuré qu’un lobby assez puissant puisse faire de même afin d’influer sur qui détient le pouvoir politique.

86.    Les fraudes dans le domaine électoral se produisent tôt ou tard, et arrivent même localement avec le système actuel. L’avantage du système présent est qu’il est assez simple pour que tout un chacun puisse contrôler sa bonne marche à presque chaque étape, limitant sérieusement les possibilités de fraudes à grande échelle. De grâce ne sacrifiez pas cet outil essentiel de la démocratie pour satisfaire une vision ingénue d’un future tout électronique faisant fi de la dure réalité.

87.    A noter que Bâle-Ville vient de décider de lancer le vote électronique pour les Suisses de l’étranger. Deux considérations intéressantes au plan de la sécurité : D’une part, tant au niveau administratif que politique, c’est le même niveau de sécurité qui est visé que celui du vote par correspondance, et en aucun cas un niveau plus élevé. D’autre part, pour ses habitants comme pour ses Suisses de l’étranger, Bâle-Ville ne demande, pour voter par correspondance, ni la date de naissance, ni la signature; et il n’y a pas d’enveloppe pour le bulletin de vote. En d’autres termes, le système repose encore beaucoup plus que chez nous sur la confiance : le simple fait d’être en possession d’un matériel de vote signifie que l’on est bien électeur et que le matériel qu’on a en main est bien le nôtre. Pour le vote électronique des étrangers, Bâle-Ville a donc simplement repris le système genevois, mais en renonçant à la zone “à gratter” sur la carte de vote.

88.    En résumé, identifions les risques:
1.    changer le résultat global:
89.    On pourrait craindre qu’un hacker s’introduise dans la base de données et en change le résultat. Mais c’est déjà le cas maintenant puisque le décompte des cartons est forcément déjà introduit dans un système informatique, par définition hackable. D’ailleurs, qu’est-ce qui prouve que ce n’est pas déjà le cas?
2.    usurper l’identité d’un autre votant :
90.    On peut aussi craindre qu’un hacker arrive à voler l’identité d’autres votants. Même en informatisant ce processus, ça prendrait tout de même un temps considérable pour faire pencher la balance de manière significative. Par ailleurs, ça augmenterait les chances de pouvoir retrouver son IP. Et de toute manière, avec les petits cartons, on peut aussi voler l’identité d’un autre votant parce qu’un date de naissance est facile à trouver quand on connaît le nom. Quant à la signature, y a-t-il vraiment quelqu’un qui contrôle? J’ai des gros doutes. Et étant donné la quantité de personnes qui s’abstiennent de voter, il y a gros à parier que leur carton se trouve dans les déchets, attendant d’être ramassé.
3.    briser l’anonymat du votant:
91.    Voilà le pire point faible au niveau de la sécurité du e-voting par rapport aux cartons de vote. Car il serait effectivement possible de recenser les votes en regard des noms et donc, adieu le bulletin secret.

92.    http://euroracket.blogspot.com/2009/05/evoting-genevois-et-zurichois-inversion.html

93.    Les matériels illégaux, comme dans le canton de Vaud ?

94.    Les enveloppes de vote jaunes y sont transparentes sous fort spot lumineux, depuis les origines du vote par correspondance (et les sceaux des urnes ne sont pas tous scellés avec la pince officielle, voir plus avant). Le papier du vote interne n’est pas gris mais blanc et il est transparent même à la lumière du jour. Le tout est donc visible sous certaines conditions simples à reproduire.

95.    Simplicité “géniale”.

96.    La croix du vote dans la case ad hoc où le nom du Parti, etc. sont ainsi très lisibles depuis des années avec un simple spot de bureau à seulement 200 Watts, par ex. celui d’Ikea à CHF 9.90 ( voir les photographies en annexe ).

97.    Déjà signalée à plusieurs reprises.

98.    En ce sens, les arguments juridique avancés, tant au Canton de Vaud que dans d’autres Cantons, qu’aucun Exécutif d’un Canton n’a eu l’attention attirée par des Citoyens(ne)s, déjà avant la tenue d’une Votation, etc., sur des soupçons de Fraudes électorales avec des moyens de preuves concrets est totalement erronée.
99.    Ces problèmes ont été signalés à plusieurs reprises par oral ou par écrit, notamment par feu le député georges Letellier, lors d’élections et de votations précédentes.
100.    Lors d’ un sondage récent rendu public, plus d’un tiers des Suisses se méfient de l’État, à raison au vu de cette seule preuve refusée depuis des années. 7. Sondages manipulés.

101.    L’ensemble de ce qui précède tendrait aussi à expliquer les écarts inexpliqués et statistiquement inexplicables entre les pourcentage annoncés dans les derniers sondages et les résultats – manipulés – de la plupart des dernières Votations.

102.    En effet, selon le sondage de la SSR idée suisse:
103.    L’idée de disposer d’un passeport contenant des données biométriques n’enthousiasme que très moyennement les Suisses, comme le montre le premier sondage sur les votations du 17 mai prochain…. 39% des sondés y sont en revanche opposés et 14% n’ont pas encore arrêté leur opinion.
104.    http://www.swissinfo.ch/fre/a_la_une/Le_futur_du_passeport_biometrique_encore_incertain.html?siteSect=105&sid=10554443&cKey=1242044036000&ty=st
105.    De 39 % à plus de 50 % sans les tricheries, quelle remontée…

106.    Sceaux trafiqués et vrais sceaux.

107.    Il y a un certificat du fabricant des pinces à sceller vaudois qui affirme que près de la moitié des sceaux utilisés à Lausanne ( 23 / 44 sceaux ) pour les urnes sont faits avec des pinces à sceller sans l’inscription officielle ! Même la qualité du plomb est différente et les fils de scellement sont différents. Il faudrait faire vérifier ce point aussi dans le canton de Genève.

108.    E.mail gate :

109.    Il y eu un E-Mail-Gate notamment sous la coupole fédérale au détriment du référendum contre le passeport biométrique (ici l’extrait central de la question 4., à lire dans l’URL suivant):
110.    “…
111.    Plusieurs envois d’informations du comité référendaire contre les passeports biométriques à des parlementaires de tous partis furent bloqués de manière répétitive par de grands fournisseurs d’accès suisses (dont Swisscom, Sunrise, Cablecom et surtout “Green”, en charge du site parl.ch) pour des raisons de contenu et sans que les récipiendaires en soient informés.
112.    …”
113.    http://www.parlament.ch/F/Suche/Pages/geschaefte.aspx?gesch_id=20083504
114.    …On  donne essentiellement la parole à des personnes qui diffusent invariablement la Propagande de l’Industrie suisse de la Biométrie, et les Slogans inventés par une Agence de Relations publiques, qui est Cliente du Conseil fédéral.

115.    http://www.freiheitskampagne.ch/pdf/Article_dinformation.pdf

116.    … en instrumentalisant l’Office fédéral de Justice et Police (si “fiable” pour la Démocratie, avec ses unités spéciales et tenues secrètes : Tigris et Tiago, etc. … affaire à suivre), qui inonde les Médias suisses de Communiqués mensongers.

117.    http://www.freiheitskampagne.ch/pdf/Prise_de_position_du_Comite_suite_au_Communique_de_Presse_de_la_fedpol_du_18_2_09.pdf

118.    Modus operandi:

119.    Au vu de toutes ces preuves et indices, nous avons l’intime conviction que tout le système facilite les manipulations de la façon suivante.

120.    Les votes électroniques ont été manipulés, comme probablement à Zürich, qui a le même système que Genève, et où des votants n’ ont pas pu voter car quelqu’un d’autres avait déjà utilisé leur identification électronique de votant.

121.    http://www.tagesanzeiger.ch/zuerich/stadt/Panne-bei-Zuercher-EVoting/story/30867725#

122.    Panne bei Zürcher E-Voting

123.    Bis zu 4000 Stimmberechtigte der Wahlkreise 1 und 2 können am 17. Mai nicht elektronisch abstimmen. Ihr Pin-Code wurde unleserlich gedruckt.

124.    Von den rund 22’000 Stimmberechtigten der Zürcher Wahlkreise 1 und 2 können maximal 4000 bei den Abstimmungen vom kommenden 17. Mai nicht elektronisch abstimmen. Auf ihren Stimmrechtsausweisen ist der PIN-Code unter der aufzurubbelnden Fläche «nicht oder ungenügend lesbar», wie die Stadtkanzlei heute mitteilt.

125.    Die Stimmberechtigten werden aufgefordert, ihre Stimme brieflich oder an der Urne abzugeben, da der E-Voting-Stimmrechtsausweis nicht ersetzt werden kann. (los)

126.    Erstellt: 04.05.2009, 17:43 Uhr

127.    Des méthodes plus classiques.

128.    L’imprimeur imprime un surplus de réserve de matériel de vote, soit 45’000 plus 15 % de 397’928 ( maculature permise ), en tout près de 100’000 matériels de votes de réserve…
129.    Une partie est distribuée dans toutes les communes, l’autre est centralisée.
130.    Les enveloppes des votants arrivent dans chaque commune, qui les ouvre et vérifie avec les codes barres, not. les signatures et les dates de naissances si elles sont valables.
131.    A n’importe quel moment, de nuit de préférence, surtout le samedi soir avant le dépouillement selon nos témoignages, des inconnus ouvrent les urnes, peuvent voir par flux lumineux le contenu de tout ou partie des enveloppes jaunes fermées et remplacer certaines enveloppes par les leurs, remplies selon leurs besoins.
132.    Les urnes sont alors refermées avec les faux sceaux, comme prouvé par 23 sur 44 d’entre eux dans un seul local de vote.
133.    Le tour est joué, la votation est “gagnée” de manière sournoise…
134.    On peut aussi faire remarquer qu’il suffit de changer un certain nombre d’enveloppes par d’autres, sans même en voir le contenu, ce qui fausse aussi les résultats dans le sens désiré.
135.    Voici donc notre principale plainte, il n’y a plus de secret de vote ni de sécurité du respect de chaque vote interchangeable vu que plus de 90 % des votes ont lieu par correspondance. En effet, vu la transparence des enveloppes jaunes sous simple spot lumineux à 200 watts, transparence jamais corrigée depuis des années malgré les promesses des autorités, le rapprochement nominatif avec nos bulletins nominatifs gris signés et l’échange d’enveloppe est possible dans chaque greffe municipal pendant des semaines. Ce problème est possible au niveau de chaque commune et un postulat parlementaire vaudois, Réf : 03/POS/086 ( voir l’annexe ), a été déposé au niveau cantonal pour changer la procédure du vote de chaque greffe. On peut même penser à un fichage politique dans certaines communes, vu qu’ils peuvent faire le rapprochement avec la fiche d’envoi signée.

136.    En droit:

Jura novit curia.

137.    Droit d’être entendu refusé ? Nous invoquons le droit d’être entendu par la cour dans une séance publique car nous ne l’ avons pas encore été au niveau du canton.

138.    Art. 29 de la Constitution fédérale Garanties générales de procédure

139.    2 Les parties ont le droit d’être entendues.

140.    3 Toute personne qui ne dispose pas de ressources suffisantes a droit, à moins que sa cause paraisse dépourvue de toute chance de succès, à l’assistance judiciaire gratuite. Elle a en outre droit à l’assistance gratuite d’un défenseur, dans la mesure où la sauvegarde de ses droits le requiert.

141.    article 29, alinéa 1 de la Constitution fédérale

142.    Le droit d’être entendu comprend selon la jurisprudence le droit des parties de participer à la procédure et d’influer sur la décision à rendre. La jurisprudence en a notamment déduit le droit de s’exprimer sur les faits pertinents pour le jugement, sur la règle juridique applicable, le droit de produire des preuves et de prendre connaissance du dossier accompagné de spécialistes, notamment informatique.

143.    Recours à Strasbourg ?

144.    Nous nous réservons aussi le droit de faire notamment un recours à la CEDH, soit notamment selon les art. 5 et 6 de la Convention Européenne des Droits de l’Homme.

145.    Une question est aussi très simple face à toutes ces évidences : Jugement ou le juge ment ? La “justice” trop souvent ne s’attaque pas à la corruption, mais à ceux qui dénoncent la corruption.

146.    Au vu de notamment tous les faits prouvés ci-dessus et indices concomitants, nous invoquons notamment la violation sous une forme ou une autre des dix principes juridiques cités dans l’annexe, certains d’ ordre pénal et à poursuivre d’office, notamment mis en évidence:

147.    Art. 282 du code pénal suisse- Fraude électorale

148.    Violation sous une forme ou une autre des dix principes juridiques cités dans l’annexe

149.    Pour le surplus, nous invoquons l’intime conviction des juges, la bonne foi et le principe “Quid prodest scelus, is fecit”…

150.    Nous nous tenons volontiers à votre disposition pour être entendu, ce qui n’a jamais été le cas dans les procédures précédentes, en violation du droit suisse et international et afin que vous puissiez consulter et lire tous les documents nécessaires et voir et comprendre toutes les preuves. De nouvelles données pourront être ainsi ajoutées à ce recours au vu de l’actualité et de l’avancement de l’enquête.

PLAISE AU TRIBUNAL FEDERAL

151.    A la forme : Déclarer recevable le présent recours et son effet suspensif.

152.    Au fond : Principalement et subsidiairement, selon votre décision éclairée.

153.    Nous demandons notamment, à ce stade de la procédure:

154.    Qu’un nouveau vote soit organisé dans tous les cantons où les enveloppes et le matériel électoral ne remplissent toujours pas les conditions légales, de faire une enquête dans toute la suisse pour vérifier si cette légèreté existe ailleurs que notamment dans le pays de Vaud et en Valais si possible où les enveloppes étaient non refermables.
155.    Pour éviter de nouveaux cas graves, il convient que vous imposiez la décision de publier le résultat des votes par canal, avec le détails de votes électroniques, par correspondance ou au bureau de vote, d’utiliser partout des urnes transparentes non bourables qui doivent être dans une vitrine ouverte sur la rue et filmée par des webcams, de comptabiliser le nombre de votants pour s’assurer que le nombre de bulletins correspond, de limiter les manipulations qui cachent l’urne et son contenu (notamment le transport : il faut donc dépouiller sur les lieux du vote), de s’assurer que lors du dépouillement qu’ on ne détruit pas de bulletins (afin d’éliminer les votes dissidents) et publier largement le résultat des votes par bureau électoral de quartier afin que chacun puisse voir comment sa voix est comptabilisée localement ou, si tout cela est impossible, d’imposer des landsgemeinde par quartiers.

156.    Vu que les votes électroniques sont trop facilement manipulables sans laisser aucune trace à.. Genève, Neuchâtel, Zürich …nous demandons une procédure de recomptage compréhensible par les citoyens et sous leur surveillance. Nous nous demandons d’ailleurs comment vérifier ces votes par électronique ?  Nous exigeons de pouvoir le faire, accompagné de spécialistes de notre choix. En cas d’impossibilité, nous demandons un nouveau vote sans votes électroniques.

157.    A contrario, si ceci est impossible, et aussi vu que Les Pays-Bas abandonnent le vote électronique et l’Allemagne le déclare inconstitutionnel, vu que L’ Irlande et la Hollande ont donc abandonné définitivement le vote électronique et sont revenues à la solution papier plus sûre, malgré des centaines de millions d’Euro déjà dépensés, vu que l’armée US ainsi que l’administration américaine ont renoncé à cette forme de votation, nous vous prions d’imposer le refus cette méthode aussi en Suisse, par tous les moyens de droit en votre pouvoir !

158.    Vu qu’ on peut se poser la question si les enveloppes genevoises du vote par correspondance sont aussi transparentes que les vaudoises sous fort flux lumineux et bourables ? Nous aimerions qu’une commission neutre puisse faire des tests et faire diligenter une enquête sérieuse et complète, notamment de faire produire tout le matériel électoral, y compris toutes les réserves et l’état des maculatures, les sceaux de toutes les urnes, les pinces à sceller et notamment toutes les factures et bons à tirer des imprimeurs concernés dans tous les cantons litigieux.

159.    D’ inclure une enquête notamment sur une implication des polices fédérales secrètes et illégales Tiago et Tigris, surtout sur les votes électroniques ou le email gate et le prononcé de leur dissolution immédiate vu leur illégalité.

160.    Plusieurs recours ont été déposés par des citoyens d’autres cantons et refusé à ce titre, notamment à Neuchâtel, au Jura, à Berne etc…Nous demandons une jurisprudence qui affirme que, vu l’intérêt commun de toute la Suisse à avoir une démocratie sans tache, vu qu’une tricherie dans n’importe quel canton peut changer le résultat de toute la Suisse ( comme pour la Lamal), vu qu’un citoyen d’un autre canton peut se sentir plus libre de recourir, tout Suisse a le droit de recourir dans n’importe quel canton contre une éventuelle tricherie démocratique.

161.    Mettre tous les frais de ces procédures à la charge de l’État.

Dans l’attente de vos déterminations, je vous prie de croire, Madame la Juge, Monsieur le Juge, en l’expression de ma haute considération.

Annexes ;

1.    La décision du conseil d’Etat genevois complète avec ses deux courriers annexes.

2.    Les Dix Critères essentiels d’un système de vote conforme au droit (fédéral) et aux principes démocratiques:

http://www.kroepfli.ch/xVote/20080705_2125.html

3.    Autres informations diverses et utiles pour mieux comprendre cette affaire:

4.    Il a été prouvé que des tricheries électorales ont été organisées déjà en 2003 dans le canton de Vaud …
5.    http://www.marcburdet.ch/index1.html

6.    et très probablement bien avant, notamment un rappel du 11 avril 1999 avec la nouvelle constitution où il fallait la double majorité…Les résultats de Lucerne ont été probablement inversés, comme en 1999, les résultats de Lucerne et du Tessin avaient simplement été inversés. Je suis moi-même sûr d’avoir vu en 1999 ces deux cantons comme NON sur télétexte pendant au moins 30 minutes…
7.    Doutes à Lucerne, Vaud ( distribution trop tardive des documents notamment en 1999…) ou au Tessin, forts soupçons de tricheries, Valais avec 50,2 % (seulement 168 voix de différence) et d’Argovie avec 50,9 %., Grisons, par 51,8 % des voix, et à Soleure, par 52,7 %

8.    La plupart des citoyens croient qu’il est impossible de tricher les votes. Alors qu’en fait c’est très facile justement à cause de cette certitude, voici quelques autres éléments.

9.    LAMAL : Ainsi, lors de la votation du 4 décembre 1994, une poignée de 18 Glaronnais auraient pu changer le destin de la Suisse !

10.    Si la première majorité a été marquée par la victoire de

11.    1’020’763 ” Oui ” contre 950’074 ” Non,”

12.    Il en est tout autrement de la deuxième majorité.

13.    En effet, en cas de votation, les 26 cantons sont répartis en 20 cantons et 6 demi-cantons (OW-NW-BS-BL-AR-AI), soit en 23 cantons. Le résultat du scrutin a fait apparaître que 11 cantons étaient ” contre ” et 12 cantons étaient ” pour ” la LAMal. Si le canton de Glaris était alors dans le canton des ” pour “, il ne l’était que par le vote de 18 Glaronnais!

14.    Résultat du canton de Glaris :

15.    4’558 voix ” pour ” et 4’524 voix ” contre “

16.    Taux de participation : 37.3 %

17.    Dans l’hypothèse où 18 Glaronnais auraient choisi de voter ” Non “, le score aurait été de

18.    4’540 voix ” pour ” et 4’542 voix ” contre “

19.    Résultat: le canton de Glaris aurait basculé dans le camp des ” contre “. Dès lors, nous aurions eu 11 cantons ” pour ” et 12 cantons ” contre “. La double majorité n’aurait pas été atteinte et de ce fait, l’introduction de la LAMal aurait été rejetée ! Signalons aussi que le taux de participation de ce canton était étonnant à 37 %. ( 30 % par exemple en 2004 ), avec un nombre étrange de votes de l’étranger…

20.    Le non tient aussi, après leurs tricheries à l’échelle suisse, surtout sur les milliers de votes électroniques probablement truqués par les polices fédérales secrètes et illégales Tiago et Tigris, à seulement 2’753 voix, soit la moitié de l’écart plus une voix…

21.    Au niveau fédéral, à la demande du conseiller national Jean-Claude Rennwald (PS/JU), il est nécessaire de lancer une vaste enquête sur les risques de fraude lors de votations et d’élections en Suisse.

22.    «On m’a rapporté des cas où des employeurs auraient soudoyé des employés pour voter pour tel ou tel candidat, explique le député. Le vote par correspondance favorise aussi la fraude: dans certains cantons un peu claniques, comme le Jura ou le Valais, il n’est pas rare d’entendre que certains font la tournée des homes pour récolter les enveloppes de personnes âgées influençables. Ou, pire, des enveloppes de vote inutilisées sont récupérées au vieux papier!» Fort de constat et du risque aussi lié à l’introduction du vote électronique, Jean-Claude Rennwald estime nécessaire de mener une enquête approfondie à l’échelle nationale et de voir comment élimer le risque de pression en particulier sur les personnes fragilisées et peu mobiles.

23.    Le Conseil fédéral dit «suivre la situation avec attention et être prêt à établir le rapport demandé»

24.    plus sur
25.    http://www.union-ch.com/articles.php?lng=fr&pg=45
26.    et notamment : http://pavie.ch/articles.php?lng=fr&pg=3126

27.    Considérations finales

28.    J’attire votre attention sur le fait que je ne suis pas avocat et que si la teneur de cette demande n’est pas conforme aux procédures judiciaires, il y a lieu de tenir compte de la jurisprudence suisse en la matière. Le destinataire d’un acte doit interpréter la portée de celui-ci d’après le sens qu’il «pouvait raisonnablement lui attribuer en le considérant comme réellement voulu, sur la base de l’attitude antérieure du déclarant et des circonstances qu’il connaissait au moment où la déclaration lui a été faite (ATF 94 II1 01, pp. 104-105, JT 1969 I 27, P. 28, RO 90 II 454 consid. 3 cité par Engel, Traité des obligations en droit suisse 2è éd. 1997, pp. 238-239). Une déclaration adressée à une autorité doit être comprise selon le sens que, de bonne foi, son destinataire doit lui prêter (ATF 102 Ia 92, c.2, rés. In JT 1978 I 30). L’administration étant davantage versée dans les matières qu’elle doit habituellement traiter, du moins formellement, on peut attendre de sa part une diligence accrue dans l’examen des actes qui lui sont soumis, notamment lorsqu’ils sont rédigés par des profanes, afin de leur donner un sens raisonnable, sans avoir à s’en tenir aux expressions inexactes utilisées (Egli, la protection de la bonne foi dans le procès, en Juridiction constitutionnelle et Juridiction administrative, Recueil des travaux publiés sous l’égide de la Première cour de droit public du Tribunal fédéral suisse, pp. 225ss, spéc. Pp. 236-237 et les exemples cités).

29.    De plus et selon la même logique, si le destinataire de cette plainte ne répond pas aux formes de procédures, vous voudrez bien le faire suivre d’office à l’instance compétente. Il en est de même de l’application des articles ci-dessous.

Annexes: ment.

Fukushima, du bore et vite, svp !

Japon: la gravité un cran de plus.

Les autorités japonaises relèvent la gravité de l’accident de 4 à 5 sur 7 sur l’échelle INES.

On est en fait à 6+, presque 7.

Le coeur notamment du réacteur 3 ayant été endommagé, des particules radioactives continuent à être libérées, a annoncé l’Agence de sûreté nucléaire japonaise.

Y verser de l’eau fait de la caléfaction, donc de petites explosions qui libérent des particules très toxiques, y compris sur Tokyo et la Russie.

Après les dés à coudre des hélicoptères, 3 ou 4 camions-citernes munis de canons à eau ont déversé, quelques petites tonnes d’eau ( mais aucune de bore…) sur le réacteur 3, le seul à utiliser du plutonium MOX d’ Areva, qui est plus néfaste pour la santé que l’uranium.

Le courant n’est toujours pas rétabli, 7 jours après ! Ni générateurs diesel, ni bateaux avec des générateurs électriques puissants et/ou des canons à eau, ni cables, en 7 jours !

Aucun plongeur n’est allé voir si les prises fixes d’eau sont détruites ou bouchées par le Tsunami.
On ne couvre pas les camions ou les hélicoptères de plaques de plomb…
On  frise le ridicule d’incompétence. Ou on ne nous informe que de manière très parcellaire. Quid de la suite ? 
Qui commande ? 

La centrale nucléaire de Mühleberg fissurée est très dangereuse.

Mühleberg fissurée est très dangereuse.

La centrale nucléaire suisse de Mühleberg, qui se trouve à une heure de voiture de Lausanne, remplit les colonnes de la presse alémanique. Elle est comme celles de Fukushima. Le Tages-Anzeiger nourrit les inquiétudes dès le titre de l’article: “Si la terre tremble, il y aura aussi des problèmes à Mühleberg”. C’est un rapport des autorités de sûreté nucléaire datant de 2007 qui le dit. Un tremblement de terre important pourrait endommager la piscine qui refroidit les barres de combustible. La presse se fait aussi l’écho de l’opération destinée à rassurer mise en oeuvre par les Forces motrices bernoises, qui exploitent la centrale. Jeudi, les FMB ont emmené les journalistes dans la salle de contrôle de Mühleberg pour leur démontrer qu’elle est sûre. “Elle résiste à un tremblement de terre de 7 sur l’échelle de Richter”, affirme le directeur. Malgré tout, il reste un problème, écrit la Berner Zeitung: aucun des dizaines de journalistes présents n’est capable de dire si la centrale peut véritablement résister à une catastrophe…Il faut la fermer immédiatement.

Présentation d’un “Extremestrohmsparer”

Le Tages-Anzeiger brosse le portrait d’un extrémiste des économies d’énergie au moment où l’on cherche des solutions pour sortir du nucléaire. Dans sa maison vieille de 12 ans, Hanspeter Guggenbühl, journaliste spécialisé dans les questions énergétiques, applique des mesures très strictes pour consommer moins. Pas de séchoir, mais un étendage pour sécher le linge grâce à l’énergie solaire. Débrancher les appareils électriques quand ils sont éteints. Sa lampe à pied, même éteinte, consommait 8 watts. Pas de congélateur, mais des produits frais. Pas de lave-vaisselle. Il est même allé jusqu’à dévisser l’ampoule qui se trouve à l’intérieur de son frigo. Avant d’introduire des boissons dans ce même frigo, il les laisse refroidir un moment sur le balcon. Le diable de la consommation se cache dans les dét! ails, juge cet économe averti. Deux mots-clés forment sa devise: efficacité et suffisance. Ces mesures lui permettent d’économiser 33% d’énergie sans pour autant vivre comme au Moyen-Age.

Japon, eau explosive par caléfaction. Bore plus efficace


 

 Fukushima Daiichi

Eau de mer est dangereuse car explosive sur des métaux brûlants 

La caléfaction ( du latin calefacere : chauffer) est un phénomène d’isolation thermique d’un liquide par rapport à une surface chauffante ayant atteint une température seuil Ts supérieure à la température d’ébullition du liquide Te

 

Ce phénomène est dû à la formation d’une couche de vapeur entre la surface chauffante et le liquide, rendant le transfert thermique beaucoup plus lent. Quand la température de la surface diminue (mais reste comprise entre Te et Ts) il se produit une ébullition brutale (cause de nombreuses explosions de chaudières…).


Ces explosions diffusent le plutonium MOX d’ Areva…

Il faut donc descendre les températures et freiner les particules atomiques avec du bore, du borax ou de l’acide borique mélangé à des conducteurs thermiques, par exemple avec de l’or, du plomb ou du cuivre. Ce qui freine les explosions de MOX et qui stabilise les déchets sur place.


On pourrait même obtenir des réactions de fusions aneutroniques avec l’hydrogène et le deutérium présent.


Les Russes et M. Joseph Ferraye peuvent donner de bons conseils.

Au moins 600’000 c’est le nombre de morts en Russie, en Biélorussie et en Ukraine pour le seul réacteur de Tchernobyl. Cela a été admis par l’académie des sciences américaines. Plus de 2.3 millions personnes ont été touchées gravement dans leur santé, donc pas forcément encore décédées. 

Destroyed: Damage after the earthquake and tsunami at Fukushima Daiichi nuclear plant, 240 km (150 miles) north of Tokyo, is seen in this satellite image taken 9:35 am local time (0035 GMT)

 Being an expert from the swiss army in nuclear warfare ABC, we can state that:

Having examined all data, pictures and movies from Japan, I can state the situation as VERY DANGEROUS.

Putting seawater there is not efficient enough.

When the temperature of surface decreases (but remains included/understood between Te and Ts) it occurs a brutal boiling (causes many explosions of boilers and steam engines and plutonium mox particles, VERY dangerous…).

It is thus necessary to descend the temperatures and to slow down the atomic particles with boron ( borax, bore) mixed with thermal drivers is more effective, for example with gold, lead or copper. One could even obtain reactions of aneutronic fusions with hydrogen and deuterium present on the spot.

The Russians and Joseph Ferraye can give good hints.

The vapour layer lifting the drop centre into a dome.

(White dot is reflected flash- dotted lines are brass surface at 600 deg C)

This does not always occur, then again there may be several such domes in a large drop i.e. up to the 10ml limit I put on my work.

The upper surface of a drop is often covered with wavelike disturbances stopped here at 1/1000s. A circular drop will rarely have circular waves coming from the centre – as if a stone has been dropped into a pool of water – and these flow outwards and disappear under the drop.

(The drop is not on a slope – my photo is!) The differences in drop thickness as it glides on the hot surface. Steam rises,invisibly of course, up and over the drop where some is here condensing and become visible.

The Vapour Layer

I am not including graphs, measurements or calculations – just basic details :

Drops used were at the average salinity 3.5% of the worlds seas and oceans.

I used three approaches to measuring the thickness of the supporting vapour layer. Apart from the very smallest volumes, which take on a nearly spherical shape, drops will have a concave base. The part of the layer of particular interest is at the bottom edge from which steam is escaping and keeping the drop from touching the hot surface. The first approach used photography.

Tyndall was able to see the light of a glowing filament (a-b left) through the vapour layer beneath the suspended drop. This implied a photographic attempt should be possible.

Part of an enlarged photograph of a Leidenfrost drop.

Photographs were taken of drops and enlarged. A scale placed vertically on the brass surface was photographed. Direct measurements were made at equal intervals along the base of the drop to determine the thickness of the vapour layer.

The vapour layer was found to be 0.06mm for most of the length of the drop edge except in places where the edge curved upwards and the gap was 0.26mm.

The flow of vapour from the supporting layer considered as the escape of fluid from an orifice.

The rate of escape of a fluid from an orifice is governed by the geometrical shape of the orifice and the area of discharge. Again I am not including the calculations, evaporation rates and so on.

This method determined the vapour layer at the drop bottom edges to be 0.06mm

(Published values for the Coefficient of discharge (Cd) used were often for large hydraulic engineering projects. In order to check these applied to the very small scale Leidenfrost drops the following experiment was made:-

Air was released, through a rectangular slit of similar area (4 sq mm) and aspect ratio to that of a 2ml drop having a vapour layer thickness of 0.06mm, from a spherical balloon, to deliver air at constant pressure for a decreasing volume. Air pressure was measured with a U tube manometer and balloon volume determined from radius measured with external calipers as air was released over 5 second intervals.

http://volcaniclightning.tripod.com/leidenfr.htm

More:

http://www.next-up.org/pdf/Japan_Fukushima_Radiation_Report_15_03_2011.pdf

François
 

Japon: de pire en pire, explosions de plutonium MOX

Le MOX, pour “Mixed Oxydes” est un combustible hautement toxique et dangereux composé d’environ 6 à 7 % de dioxyde de plutonium récupéré en “retraitant” du combustible nucléaire usé qui est mélangé à du dioxyde d’uranium neuf appauvri. Le MOX entre plus facilement en fusion que les combustibles classiques, il est utilisé dans 20 des réacteurs du parc nucléaire français.

Le problème majeur est que le plutonium du MOX est très toxique à court et à long terme. En voix aériennes, on estime qu’une quantité de l’ordre d’une dizaine de milligrammes provoque le décès d’une personne ayant inhalé en une seule fois des oxydes de plutonium. La relation dose-effet mise en évidence comporte un seuil d’apparition des tumeurs au poumon pour une dose millésimale, de plus une part importante inhalée passe des poumons au sang qui le diffuse vers d’autres organes (ganglions lymphatiques, foie, etc …), plus ou moins vite selon la taille des particules, pour aboutir aux cancers.

Alerte Plutonium Fukushima 3 : MOX et INTOX

NEXT-UP ORGANISATION 16 03 2011

La Tokyo Electric Power Co (TEPCO) est la compagnie d’électricité japonaise qui exploite les sites des centrales nucléaires de Fukushima Dai Ichi où se sont produites les explosions et le site de Fukushima Daini distant d’une douzaine de kilomètres, l’ensemble totalisant dix réacteurs qui alimentent en électricité Tokyo et sa région. Ces réacteurs sont à eau bouillante, celle-ci chauffée par la fission des atomes du combustible qui se transforme en vapeur est dirigée

directement par un circuit primaire radioactif vers un générateur d’électricité, cette configuration est totalement différente des Réacteurs dits à Eau Pressurisée (REP) exploités en France qui comportent un circuit secondaire non radioactif avec un échangeur qui alimente la turbine du générateur.
Face à la succession d’évènements catastrophiques d’ordres naturels qui se sont produits au Japon suite aux tremblements de terre et au-delàs des drames humains il est fondamental d’aller à l’essentiel, c’est à dire à ce qui pourrait hypothéquer durablement le devenir du vivant sur une zone plus ou moins vaste, voire à l’échelle du Japon et des pays satellites ou pire, un scénario de catastrophe environnementale planétaire jamais égalé.
Malheureusement dans le cas du site nucléaire de Fukushima, la “hiérarchie catastrophe” peut atteindre un paroxysme avec le réacteur 3 de 34 ans d’âge qui a été chargé pour la première fois en combustible MOX fourni par AREVA en août 2010. Dans le quotidien Japan Today du dimanche 22 août 2010 il était écrit en titre : “La compagnie électrique de Tokyo a chargé en combustible MOX le vieux réacteur de Fukushima” “Tokyo Electric Power Co loaded plutonium-uranium mixed oxide fuel Saturday into a reactor at its nuclear power plant in Fukushima Prefecture in preparation for the largest Japanese utility’s first plutonium-thermal power generation. The No. 3 reactor at the Fukushima No. 1 plant would be the third in Japan to be used for the so-called pluthermal generation, but the only one among the three to have been subjected to antiaging treatment with 34 years since its launch” “La Tokyo Electric Power Co (TEPCO) a chargé du combustible oxyde mixte de plutonium-uranium (MOX) ce samedi dans un réacteur de sa centrale nucléaire de la région de Fukushima en vue de la plus grande production d’électricité de réaction nucléaire réalisé au plutonium au Japon. “Le réacteur du numéro 3 de la centrale N°1 de Fukushima sera le troisième au Japon à passer à la génération dite pluthermal (Plutonium-Thermique), mais le seul parmi des trois à avoir été soumis à un traitement anti-vieillissement depuis son activation, car il est âgé de 34 ans”
Sous l’article deux commentaires explicites : “. . . l’incompétence au Japon est élevée au niveau maximum, de cette façon elle fait courir un grand danger pour l’humanité” . Le deuxième commentaire était prémonitoire : “Maybe they forgot to tell everyone how they’ve determined there will never be any more earthquakes. Idiots are indeed correct. Likely long-term pain for short term gain” “Peut être qu’ils devraient dire comment ils ont déterminé qu’il n’y aurait jamais de tremblement de terre. Dire que se sont des idiots est correct. Il y aura probablement des douleurs sur le long terme pour des gains sur le court terme”
Le MOX, pour “Mixed Oxydes” est un combustible hautement toxique et dangereux composé d’environ 6 à 7 % de dioxyde de plutonium récupéré en “retraitant” du combustible nucléaire usé qui est mélangé à du dioxyde d’uranium neuf appauvri. Le MOX entre plus facilement en fusion que les combustibles classiques, il est utilisé dans 20 des réacteurs du parc nucléaire français. Le problème majeur est que le plutonium du MOX est très toxique à court et à long terme. En voix aériennes, on estime qu’une quantité de l’ordre d’une dizaine de milligrammes provoque le décès d’une personne ayant inhalé en une seule fois des oxydes de plutonium. La relation dose-effet mise en évidence comporte un seuil d’apparition des tumeurs au poumon pour une dose millésimale, de plus une part importante inhalée passe des poumons au sang qui le diffuse vers d’autres organes (ganglions lymphatiques, foie, etc …), plus ou moins vite selon la taille des particules, pour aboutir aux cancers.

http://www.next-up.org/pdf/Alerte_Plutonium_Fukushima_3_MOX_et_INTOX_16_03_2011.pdf

Wikileaks avait révélé de graves lacunes.

Fukushima nuclear plant owner falsified inspection records http://is.gd/CO9ccg 


Caractéristiques du Complexe Nucléaire de Fukushima

(nom, type de réacteur, mise en service, puissance)
Fukushima I – I BWM (eau bouillante) Mars 26, 1971
Fukushima I – 2 BWR Juillet 18, 1974 784 MW
Fukushima I – 3 BWR Mars 27, 1976 784 MW
Fukushima I – 4 BWR Octobre 12, 1978 784 MW
Fukushima I – 5 BWR Avril 18, 1978 784 MW
Fukushima I – 6 BWR Octobre 24, 1979 1,100 MW
Fukushima I – 7 (en projet) ABWR Octobre, 2013 1,380 MW
Fukushima I – 8 (en projet) ABWR Octobre, 2014 1,380 MW

 

 
 

Japon: de pire en pire, explosions de plutonium MOX


 Le MOX, pour “Mixed Oxydes” est un combustible hautement toxique et dangereux composé d’environ 6 à 7 % de dioxyde de plutonium récupéré en “retraitant” du combustible nucléaire usé qui est mélangé à du dioxyde d’uranium neuf appauvri. Le MOX entre plus facilement en fusion que les combustibles classiques, il est utilisé dans 20 des réacteurs du parc nucléaire français. 

Le problème majeur est que le plutonium du MOX est très toxique à court et à long terme. En voix aériennes, on estime qu’une quantité de l’ordre d’une dizaine de milligrammes provoque le décès d’une personne ayant inhalé en une seule fois des oxydes de plutonium. La relation dose-effet mise en évidence comporte un seuil d’apparition des tumeurs au poumon pour une dose millésimale, de plus une part importante inhalée passe des poumons au sang qui le diffuse vers d’autres organes (ganglions lymphatiques, foie, etc …), plus ou moins vite selon la taille des particules, pour aboutir aux cancers. 


 Alerte Plutonium Fukushima 3 : MOX et INTOX 

NEXT-UP ORGANISATION 16 03 2011 

La Tokyo Electric Power Co (TEPCO) est la compagnie d’électricité japonaise qui exploite les sites des centrales nucléaires de Fukushima Dai Ichi où se sont produites les explosions et le site de Fukushima Daini distant d’une douzaine de kilomètres, l’ensemble totalisant dix réacteurs qui alimentent en électricité Tokyo et sa région. Ces réacteurs sont à eau bouillante, celle-ci chauffée par la fission des atomes du combustible qui se transforme en vapeur est dirigée 

directement par un circuit primaire radioactif vers un générateur d’électricité, cette configuration est totalement différente des Réacteurs dits à Eau Pressurisée (REP) exploités en France qui comportent un circuit secondaire non radioactif avec un échangeur qui alimente la turbine du générateur. 
Face à la succession d’évènements catastrophiques d’ordres naturels qui se sont produits au Japon suite aux tremblements de terre et au-delàs des drames humains il est fondamental d’aller à l’essentiel, c’est à dire à ce qui pourrait hypothéquer durablement le devenir du vivant sur une zone plus ou moins vaste, voire à l’échelle du Japon et des pays satellites ou pire, un scénario de catastrophe environnementale planétaire jamais égalé. 
Malheureusement dans le cas du site nucléaire de Fukushima, la “hiérarchie catastrophe” peut atteindre un paroxysme avec le réacteur 3 de 34 ans d’âge qui a été chargé pour la première fois en combustible MOX fourni par AREVA en août 2010. Dans le quotidien Japan Today du dimanche 22 août 2010 il était écrit en titre : “La compagnie électrique de Tokyo a chargé en combustible MOX le vieux réacteur de Fukushima” “Tokyo Electric Power Co loaded plutonium-uranium mixed oxide fuel Saturday into a reactor at its nuclear power plant in Fukushima Prefecture in preparation for the largest Japanese utility’s first plutonium-thermal power generation. The No. 3 reactor at the Fukushima No. 1 plant would be the third in Japan to be used for the so-called pluthermal generation, but the only one among the three to have been subjected to antiaging treatment with 34 years since its launch” “La Tokyo Electric Power Co (TEPCO) a chargé du combustible oxyde mixte de plutonium-uranium (MOX) ce samedi dans un réacteur de sa centrale nucléaire de la région de Fukushima en vue de la plus grande production d’électricité de réaction nucléaire réalisé au plutonium au Japon. “Le réacteur du numéro 3 de la centrale N°1 de Fukushima sera le troisième au Japon à passer à la génération dite pluthermal (Plutonium-Thermique), mais le seul parmi des trois à avoir été soumis à un traitement anti-vieillissement depuis son activation, car il est âgé de 34 ans” 
Sous l’article deux commentaires explicites : “. . . l’incompétence au Japon est élevée au niveau maximum, de cette façon elle fait courir un grand danger pour l’humanité” . Le deuxième commentaire était prémonitoire : Maybe they forgot to tell everyone how they’ve determined there will never be any more earthquakes. Idiots are indeed correct. Likely long-term pain for short term gain” “Peut être qu’ils devraient dire comment ils ont déterminé qu’il n’y aurait jamais de tremblement de terre. Dire que se sont des idiots est correct. Il y aura probablement des douleurs sur le long terme pour des gains sur le court terme” 
Le MOX, pour “Mixed Oxydes” est un combustible hautement toxique et dangereux composé d’environ 6 à 7 % de dioxyde de plutonium récupéré en “retraitant” du combustible nucléaire usé qui est mélangé à du dioxyde d’uranium neuf appauvri. Le MOX entre plus facilement en fusion que les combustibles classiques, il est utilisé dans 20 des réacteurs du parc nucléaire français. Le problème majeur est que le plutonium du MOX est très toxique à court et à long terme. En voix aériennes, on estime qu’une quantité de l’ordre d’une dizaine de milligrammes provoque le décès d’une personne ayant inhalé en une seule fois des oxydes de plutonium. La relation dose-effet mise en évidence comporte un seuil d’apparition des tumeurs au poumon pour une dose millésimale, de plus une part importante inhalée passe des poumons au sang qui le diffuse vers d’autres organes (ganglions lymphatiques, foie, etc …), plus ou moins vite selon la taille des particules, pour aboutir aux cancers. 

http://www.next-up.org/pdf/Alerte_Plutonium_Fukushima_3_MOX_et_INTOX_16_03_2011.pdf

JAPON: MASSE EN FUSION EXPLOSIVE TRèS RADIO-ACTIVE





En regardant les images des vidéos ci-dessous, sur les 2 principales explosions de la centrale nucléaire


japonaise, on peut ANALYSER les différences très inquiétantes.


Les autorités mentent, la situation est dramatique, nous avons un début de MASSE EN FUSION EXPLOSIVE TRèS RADIO-ACTIVE, qui va s’enfoncer dans le sol….JUSQU’AU MAGMA PEUT-ÊTRE…


La seconde explosion est EN EFFET nettement plus impressionnante que la première, elle s’oriente verticalement, on voit l’explosion à la base avec une boule de feu ROUGE éclatante, puis le dégagement provoqué par le souffle qui s’élève à quelques centaines de mètres de hauteur, puis une explosion verticale, en forme de champignon.


Le Japon craint la fusion d'un réacteur nucléaire

Capture d’écran de la chaîne japonaise NHK, lundi 14 mars, après l’explosion … au réacteur 3 de Fukushima 1.  



La première a une forme explosive horizontale, moins grave.



Vidéos correspondant à japon explosion centrale atomique

NucléaireJapon: la deuxièmeexplosion à la 
1 min – Il y a 6 heures
Importé par leJDDfr

youtube.com

Japon : explosion dans unecentrale nucléaire
59 s – Il y a 2 jours
Importé par BFMTV

youtube.com

Japon : explosion dans unecentrale nucléaire
58 s – 12 mars 2009
bfmtv.com





Japon: explosion dans une centrale nucléaire.




Evacuation de centaines de milliers de personnes.

La Russie offre son territoire pour les réfugiés…

Des centrales en bord de mer avec des vagues de 10 mètres et à des centaines de km/h ! 

De nouvelles répliques et de nouveaux tsunamis peuvent arriver à tout moment !

On a très fortement spéculé contre le Japon juste avant le tremblement de terre !

Comment a-t-on pu construire ces centrales au bord de la mer ?


à faire circuler largement, merci, le monde est déjà meilleur grâce à ce simple geste de solidarité.

Japon: explosion dans une centrale nucléaire.


Evacuation de milliers de personnes.

Des centrales en bord de mer avec des vagues de 10 mètres à des centaines de km/h ! 

De nouvelles répliques peuvent arriver à tout moment !

On a très fortement spéculé contre le yen juste avant le tremblement de terre !


Cours de vendredi       Cours de jeudi

       22H00 GMT            22H00 GMT

   EUR/USD    1,3901               1,3794
   EUR/JPY    113,89               114,41
   EUR/CHF    1,2925               1,2858
   EUR/GBP    0,8645               0,8591
   USD/JPY     81,91                82,91
   USD/CHF    0,9294               0,9317
   GBP/USD    1,6076               1,6054

Le Yen remonte quand même, les spéculateurs peuvent y perdre leur chemise !


à faire circuler largement, merci, le monde est déjà meilleur grâce à ce simple geste de solidarité.

FMI : le parlement vend la Suisse. 8’333 Fr par personne, y compris les bébés !

FMI: Le Conseil national, ce matin, par 94 voix contre 68 et 15 abstentions, prend des risques énormes ( somme totale de près de 31 milliards en garantie pour des risques à l'étranger, plus les 20 milliards déjà perdus par la BNS, soit plus de 50 milliards, alors qu' on sucre les lunettes des citoyens suisses.  Des politiques à courte vue ? Oui. à très courte vue, quel gaspillage ! Un signe des temps… On coupe mesquinement tous les budgets pour les suisses, les lunettes, les rentes Ai, les soins, les médicaments, les frais de laboratoires, le versement de la BNS de 2,5 milliards, on augmente les taxes, les amendes, les primes etc… mais on ouvre largement les vannes pour les profiteurs de ce système mondialiste absurde et gaspilleur sous la férule d'un DSK complice.  Qui veut son fauteuil ? Un Suisse ? Joseph Deiss ? Philipp Hildebrand ?
On a ainsi avancé près de 8'333 francs par suisse, y compris les bébés ! 50 milliards réels divisés par environ 6 millions de suisses. C'est la plus grosse somme du monde, près de 20 fois plus que les américains, risqué dans ce casino mondial ouvert à toute les combines et corruptions !
Sans compter le vol légal mondial fait par la FED depuis plus d'un siècle!
http://desiebenthal.blogspot.com/2011/01/la-fed-la-city-en-francais-un-petit.html

CE 1ER LIEN EST UN REPORTAGE TUNISIEN EN ARABE, MAIS IL PARLE TOUT SEUL, VOYEZ-DONC !!  http://video.senego.com/coffres-forts/largent-en-liquide-decouvert-appartenant-a-ben-ali-est-ca-famille-  CE 2ÈME LIEN, VU LES ÉVÉNEMENTS QUI ONT LIEU, SE PASSE DE COMMENTAIRE, NOUS SOMME EN TUNISIE, MÊME PAS 2 MOIS SEULEMENT AVANT LA FUITE DU VOLEUR NUMÉRO 1, BEN ALI ( Ali Baba), GRAND AMI DES DÉMOCRATES OCCIDENTAUX ET FRANÇAIS:  http://www.youtube.com/watch?v=xEA9X6j7b_U&feature=player_embedded
La Suisse, comme Swissair, peut faire faillite… avec tous ces naïfs élus sans lunettes…
Allez dire à vos amis. proches, parents, famille, voisins, amis, cousins, collègues, camarades, professeurs, doyens, facteurs, boulangers, coiffeurs, dentistes, garagistes, fournisseurs, clients, ennemis, adversaires,  de VOTEZ et faites VOTER en faveur des forces vives vraiment suisses  sinon, un sombre matin il faudra se rendre à l'évidence, la Suisse aura disparu et des barbares sournois auront pris le pouvoir…
Questionnez tous les candidats à tous les niveaux, posez-leur les vraies questions, par exemple:
LES CANTONS ONT LAISSÉ  à LA BNS  LEUR DROIT DE BATTRE MONNAIE ET DE JOUISSANCE DES CRÉATIONS MONÉTAIRES DU NÉANT (EX NIHILO )  LES GAINS PERDUS DE LA SOUVERAINETÉ MONÉTAIRE CANTONALE ÉTAIENT PARTIELLEMENT COMPENSÉS PAR LES DISTRIBUTIONS FORFAITAIRES AUX CANTONS ( 2,5 MILLIARDS par année ). LA BNS SE VEUT PLUS HONORER CES ENGAGEMENTS ET VEUT COUVRIR LES RISQUES DES BANQUIERS PRIVÉS INTERNATIONAUX. CECI EST INADMISSIBLE. ILS VEULENT PRIVATISER LES GAINS ET SOCIALISER LES PERTES, CE QUI EST EXACTEMENT LE CONTRAIRE DU BIEN COMMUN.  Qu'en pensent nos candidats ? Auront-ils le courage de se poser les vraies questions ? Les Suisses d'abord ou les manipulateurs d'argent ?
B u n d e s v e r s a m m l u n g A s s e m b l é e  f é d é r a l e A s s e m b l e a f e d e r a l e A s s a m b l e a f e d e r a l a Tagesordnung für Dienstag, 1. März 2011 Ordre du jour du mardi 1er mars 2011 Ordine del giorno di martedì 1o marzo 2011 N A T I O N A L R A T C O N S E I L N A T I O N A L C O N S I G L I O N A Z I O N A L E
2 . S i t z u n g ; B e g i n n : 0 8 . 0 0 U h r – 1 3 . 0 0 U h r 2 è m e s é a n c e ; O u v e r t u r e : 0 8 . 0 0 h – 1 3 . 0 0 h 2 a s e d u t a ; I n i z i o : o r e 0 8 . 0 0 – 1 3 . 0 0
67/ 09.039
Internationaler Währungsfonds. Ausserordentlicher, zeitlich befristeter Beitrag zur Aufstockung der Mittel Fonds monétaire international. Contribution extraordinaire limitée dans le temps pour augmenter les ressources Fondo monetario internazionale. Contributo straordinario e temporaneo per aumentare le risorse
Art. 1 IIIa 87/ 10.079 s IWF.  Beitritt zu den geänderten Neuen Kreditvereinbarungen FMI. Adhésion aux Nouveaux accords d'emprunt modifiés FMI. Adesione ai Nuovi accordi di credito modificati )) 88/ 10.080 s IWF. Garantieverpflichtung für ein Darlehen an den Treuhandfonds FMI. Octroi d'une garantie pour un prêt au fonds fiduciaire FMI. Impegno di garanzia per un prestito al fondo fiduciario Art. 1
etc… 50 milliards risqués au casino du FMI et le l' €, notamment dirigés par des cinglés selon des prix Nobels d'économie:
http://euroracket.blogspot.com/2010/12/la-suisse-doit-sortir-du-fmi-et-de-la.html

Dangers du FMI, questions, réponses.

10.4056 – Motion La Suisse doit sortir du FMI et de la Banque mondiale Déposé par Freysinger Oskar   Date de dépôt 16.12.2010 Déposé au Conseil national Etat des délibérations Non encore traité au conseil     Texte déposé La Suisse sort du FMI et de la Banque mondiale, en parallèle  le Conseil fédéral doit enquêter sur les coûts réels de notre participation. Le Conseil fédéral est chargé de concrétiser ces deux demandes avant la fin de la présente législature, donc les élections fédérales du 13 octobre 2011, puis de diligenter toutes poursuites pénales et civiles utiles au profit du Souverain. Développement 1. Le FMI et la Banque mondiale violent la neutralité suisse en nous forçant à des actions politiques dirigées " par les États-Unis ". Ainsi, depuis que nous y sommes entrés "notre politique économique" est devenue "colonialiste" et anti-développement, notamment dans les pays les plus pauvres et maintenant ceux voisins de l'UE. 2. De plus, elles sont coûteuses et se basent toujours sur des statistiques douteuses, après avoir par exemple obligé la Suisse à vendre son or aux cours les plus bas et à changer notre Constitution dans ce dessein. 3. Le FMI et la Banque mondiale font également le jeu – économiquement malsain – du maintien artificiel de l'Euro et des Diktats "anticonstitutionnels" de la BCE. 4. Par leurs politiques draconiennes d'ajustements (sic!) du chômage, le FMI et la Banque mondiale aggravent souvent les problèmes en entraînant des conséquences sociales dévastatrices et un accroissement de la pauvreté. 5. Ils veulent aussi maintenir et préserver les privilèges d'un système inefficace et ruineux (création de fausse monnaie "ex nihilo", comme le prouve notamment le Prix Nobel Maurice Allais, par milliers de milliards, avec un système bancaire fractionnaire, menteur, gaspilleur, tricheur et voleur, aussi par des salaires, primes et bonus antisociaux). 6. Le FMI et la Banque mondiale visent – dans leurs propres déclarations – un impôt, une monnaie et un gouvernement mondial unique, très dangereux pour nos libertés. Ils ne sont ni subsidiaires, ni fédéralistes. 7. Par ailleurs, ils ne sont pas du tout démocratiques, ni transparentes et contribuent à la corruption et aux fraudes, aussi en allouant des salaires et des frais trop élevés à nombre d'employés exagéré. Le népotisme y est monnaie courante. 8. Même le controversé keynésien, "conseiller" d'Obama, Joseph Stiglitz, notamment Prix Nobel d'Économie et vice-président de la Banque mondiale de 1997 à 2000, s'est attaqué au FMI dans un livre. Il l'accuse de privilégier les intérêts de son principal actionnaire les États-Unis, avant ceux des pays en difficulté. Réponse du Conseil fédéral du 16.02.2011 NOS REMARQUES EN CAPITALES. L'adhésion de la Suisse au FMI et à la Banque mondiale a été acceptée  DE JUSTESSE par le peuple suisse en 1992. Depuis lors, les objectifs essentiels et les mandats principaux du FMI (préservation de la stabilité du système financier international) et de la Banque mondiale (promotion du développement économique et social ainsi que lutte contre la pauvreté) n'ont pas subi de changement. Bien plus, la vulnérabilité de l'économie n'a cessé de croître au fil de la mondialisation. A CAUSE DE CETTE MONDIALISATION QUI ACCENTUE LES PLANS DE RIGUEUR, AVEC LES CONSÉQUENCES EN LIBYE, ÉGYPTE, TUNISIE, ÉMEUTES DE LA FAIM ETC… Le rôle du FMI et de la Banque mondiale a par conséquent gagné en importance. LEUR VRAI BUT EST DE PROTÉGER LE SYSTÈME BANCAIRE ACTUEL AVEC SES BONUS INDÉCENTS ET DE REPORTER LES DETTES SUR LES CONTRIBUABLES  La Suisse, avec son économie axée sur les échanges avec le reste du monde, sa place financière internationalement reconnue et sa propre monnaie, se doit dans son intérêt bien compris d'être fortement représentée au sein de ces institutions. NOUS AVONS TRÈS BIEN VÉCU HORS DE CELLES-CI. LA VRAIE NEUTRALITÉ NE PEUT SE FAIRE QU’EN DEHORS CES MONSTRES FROIDS ET CALCULATEURS QUI PROVOQUENT DES GUERRES ET DES RÉVOLUTIONS DE LA FAIM EN EXPLOITANT LEURS PROPRES CONTRIBUABLES EXSANGUES. CE SYSTÈME PEUT EXPLOSER A TOUT MOMENT DANS UNE CRISE PIRE QUE LA PRÉCÉDENTE ET LA SUISSE DOIT SORTIR LE PLUS VITE POSSIBLE DE CETTE PÉTAUDIÈRE.  Pour ces raisons, le Conseil fédéral ne partage pas l'avis de l'auteur de la motion. Pour ce qui est des points soulevés, le Conseil fédéral prend position comme suit: 1. Les devoirs que les statuts du FMI imposent aux membres de l'institution – avant tout d'éviter des pratiques monétaires discriminatoires et de se soumettre régulièrement aux examens de pays – ne touchent pas la neutralité de la Suisse. FAUX, LES POLITIQUES DE RIGUEUR PROVOQUENT DES REMOUS SOCIAUX QUI AMÈNERONT à DES GUERRES. DES VAGUES DE RÉFUGIÉS ARRIVENT POUR Échapper à CES TROUBLES TOUJOURS PIRES. 2. Le rapport sur la politique économique extérieure donne régulièrement des informations concernant le coût de la participation de la Suisse au FMI et à la Banque mondiale. De plus, l'engagement financier actuel vis-à-vis du FMI est précisé sur le site de la Banque nationale suisse. IL N’EST PAS FACILE DE CONSOLIDER TOUS CES CHIFFRES ET NOUS AIMERIONS QUE LE GOUVERNEMENT NOUS PRÉSENTE LEURS CHIFFRES CONSOLIDÉS. D’AUTANT PLUS QUE CERTAINS DE CES CHIFFRES PEUVENT ÊTRE DOUBLÉS SUR SIMPLE DEMANDE DU FMI OU DE LA B.M. La Suisse est aujourd'hui disposée à mettre un montant maximal de 10,6 milliards de francs suisses à la disposition du FMI. À la fin du mois d'octobre 2010, seul 1,7 milliard avait effectivement été sollicité. Ces contributions financières, qui sont consenties au FMI et non individuellement aux pays intéressés, sont rémunérées aux taux du marché. Par le passé, le FMI s'est toujours acquitté des obligations contractées auprès de ses membres. PAR EXEMPLE, CES CHIFFRES CI-DESSUS SONT SOUS-ESTIMÉS. ON SAIT DÉJÀ QU’ILS SONT à LA HAUSSE. ON PARLE DE 16 MILLIARDS, SOIT PLUS DE QUATRE FOIS PLUS PAR HABITANT QUE LES AUTRES CONTRIBUTEURS EUROPÉENS ET SIX FOIS PLUS QUE LES CONTRIBUABLES AMÉRICAINS. Le Conseil fédéral précise les raisons de la vente d'or par la BNS dans le rapport qu'il a présenté en réponse au postulat Stamm 07.3708. Il convient de souligner que la parité or du franc suisse a été abandonnée dans le sillage de la révision de la Constitution fédérale en 2000. Il n'existe à cet égard aucun lien avec l'adhésion au FMI et à la Banque mondiale. LES CANTONS ONT LAISSÉ LEUR DROIT DE BATTRE MONNAIE ET DE JOUISSANCE DES CRÉATIONS MONÉTAIRES DU NÉANT (EX NIHILO )  PAR LES BANQUES à LA BNS. LES GAINS PERDUS DE LA SOUVERAINETÉ MONÉTAIRE CANTONALE ÉTAIENT PARTIELLEMENT COMPENSÉ PAR LES DISTRIBUTIONS FORFAITAIRES AUX CANTONS ( 2,5 MILLIARDS ). LA BNS SE VEUT PLUS HONORER CES ENGAGEMENTS ET VEUT COUVRIR LES RISQUES DES BANQUIERS PRIVÉS INTERNATIONAUX. CECI EST INADMISSIBLE. ILS VEULENT PRIVATISER LES GAINS ET SOCIALISER LES PERTES, CE QUI EST EXACTEMENT LE CONTRAIRE DU BIEN COMMUN. 3. L'octroi de crédits à des États de la zone euro est parfaitement compatible avec le mandat du FMI, qui a notamment pour tâche de mettre à la disposition des membres qui connaissent de graves difficultés de balance des paiements des crédits temporaires destinés à favoriser les ajustements macroéconomiques. Ces crédits sont assortis d'un plan économique rigoureux convenu entre le pays bénéficiaire et le FMI. Les crédits sont accordés aux pays indépendamment du fait qu'ils pratiquent un taux de change fixe ou flottant, et du fait qu'ils soient membres ou non d'une union monétaire. LES INSTITUTIONS DE BRETTON WOODS ( FMI ET BM ) DEVRAIENT AIDER LES PAYS LES PLUS PAUVRES. OR, ILS AIDENT LES RICHES DES PAYS RICHES ET DES PAYS PAUVRES A EXPLOITER LES PAUVRES DES PAYS RICHES ET DES PAYS PAUVRES. LES PLANS DE RIGUEUR SONT ABSURDES ET NOUS ALLONS DE CATASTROPHES EN CATASTROPHES, QUI SEMBLENT MÊME VOULUES PAR CERTAINS, QUI CHERCHENT LE CHAOS POUR MIEUX DOMINER LES PLUS FAIBLES. NOUS AVONS LES TECHNIQUES, LES CAPITAUX, LES TECHNICIENS, LES MARCHÉS MAIS LA MONDIALISATION AGGRAVE LES CRISES ET PROFITE AUX MARCHANDS D’ARMES NOTAMMENT. LA PETITE SUISSE SERA PLUS EFFICACE HORS DE CES GRANDS MACHINS QUI GASPILLENT LE TEMPS ET LES CAPITAUX DANS DES PROJETS ÉLÉPHANTESQUES ET FANTASQUES 4. Les programmes de crédits convenus par le FMI et la Banque mondiale avec les pays membres visent la mise en oeuvre d'une politique durable en matière monétaire, budgétaire, financière et structurelle. Le FMI ne peut allouer de crédits que si la situation de l'endettement peut être stabilisée à moyen terme. Dans des situations de crise exceptionnelles, des ajustements sont indispensables sous l'angle de la politique économique. Notamment dans le cadre des programmes bénéficiant aux pays en développement ou aux pays émergents, le FMI veille également à mettre en place des filets de sécurité sociaux. Il prend garde que les dépenses consenties pour les couches les plus défavorisées de la population soient exclues des mesures d'ajustement. STIGLITZ DÉMONTRE DANS LE JOURNAL LE MONDE DIPLOMATIQUE QUE TOUT CECI EST FAUX ET QUE LE FMI  AGGRAVE LES PROBLÈMES. http://www.monde-diplomatique.fr/2002/04/STIGLITZ/16370   5. Le FMI est responsable de la préservation et de la promotion de la stabilité financière internationale, alors que le mandat essentiel de la Banque mondiale est de promouvoir le développement économique et social et de lutter contre la pauvreté. Comme cela a été exposé ci-dessus, les programmes convenus par le FMI et la Banque mondiale avec les pays bénéficiaires visent la mise en oeuvre de politiques économiques durables et la mise en place des institutions nécessaires à cette fin. Il s'agit de favoriser un ajustement ordonné. Si nécessaire, on envisagera par exemple une restructuration et un refinancement du secteur bancaire. Les ressources sont généralement allouées à la banque centrale et leur utilisation est soumise à une stricte surveillance. ON CONNAÎT SES STRICTES SURVEILLANCES… PAR EXEMPLE EN TUNISIE OU EN ÉGYPTE (70 MILLIARDS DE MOUBARAK )… CE 1ER LIEN EST UN REPORTAGE TUNISIEN EN ARABE, MAIS IL PARLE TOUT SEUL, VOYEZ-DONC!!   http://video.senego.com/coffres-forts/largent-en-liquide-decouvert-appartenant-a-ben-ali-est-ca-famille-   CE 2ÈME LIEN, VU LES ÉVÉNEMENTS QUI ONT LIEU, SE PASSE DE COMMENTAIRE, NOUS SOMME EN TUNISIE, MÊME PAS 2 MOIS SEULEMENT AVANT LA FUITE DU VOLEUR NUMÉRO 1, BEN ALI, GRAND AMI DES DÉMOCRATES OCCIDENTAUX ET FRANÇAIS:   http://www.youtube.com/watch?v=xEA9X6j7b_U&feature=player_embedded 6. Le FMI dispose de sa propre monnaie de réserve, les droits de tirage spéciaux, dont la valeur est composée par un panier de monnaies (USD, EUR, JPY et GBP). Les quotes-parts des membres du FMI totalisent actuellement quelque 300 milliards de dollars américains. Comparés aux réserves officielles de devises détenues dans le monde entier, les droits de tirage spéciaux ne représentent qu'une part inférieure à 4 pour cent et jouent de ce fait un rôle négligeable. LE FONDS MONÉTAIRE INTERNATIONAL A PUBLIÉ UN RAPPORT EN FÉVRIER 2011 SUR UN ÉVENTUEL REMPLACEMENT DU DOLLAR COMME MONNAIE DE RÉSERVE MONDIALE PAR LES DTS. CE NE SERA PAS NÉGLIGEABLE… Le FMI et la Banque mondiale prêtent assistance à de nombreux pays membres dans la mise en place de processus et d'institutions favorisant la durabilité des structures fédéralistes. Ni le FMI ni la Banque mondiale ne disposent cependant des moyens qui leur permettraient de prélever des impôts de leur propre chef. PAS ENCORE MAIS DSK LE VEUT DANS UN PROCHE AVENIR. 7. Le FMI et la Banque mondiale sont des institutions transparentes qui, en principe, publient leurs analyses de pays, leurs documentations de programme et leurs documents de base. Toutes les décisions formelles sont prises par le Conseil d'administration. Les parts de voix des pays membres sont déterminés par une formule qui se fonde sur des critères économiques. La répartition des voix est réexaminée périodiquement. VOIR POINT 4 Pour ce qui est de la collaboration du FMI et de la Banque mondiale avec leurs membres, un accent particulier est mis sur l'incitation à la bonne gouvernance et à la lutte contre la corruption. Par ailleurs, toute une série de mesures garantit l'intégrité des institutions elles-mêmes. Toutes deux disposent d'instances d'évaluation indépendantes, d'un code de conduite sévère et d'aides en lignes confidentielles en matière d'intégrité. VOIR POINT 5, LA CORRUPTION ENDÉMIQUE 8. Le Conseil fédéral connaît les critiques du professeur Stiglitz à l'égard des Institutions de Bretton Woods. Ces critiques ont grandement contribué à ce que le FMI et la Banque mondiale tirent les enseignements de la crise asiatique. Il convient de relever à ce propos que le professeur Stiglitz n'a toutefois jamais remis en cause l'existence du FMI et de la Banque mondiale. POUR STIGLITZ, ELLES ONT ÉCHOUÉ GRAVEMENT Le Conseil fédéral juge important que le FMI et la Banque mondiale restent des institutions capables d'apprendre. A cet égard, les travaux des instances d'évaluation indépendantes sont particulièrement importants en ce qu'ils peuvent déboucher sur des critiques à l'encontre du FMI et de la Banque mondiale et, le cas échéant, sur des recommandations visant des améliorations. OU UNE SORTIE AVANT QU’IL NE SOIT TROP TARD ET QUE LA SUISSE, COMME SWISSAIR, NE FASSE FAILLITE… Déclaration du Conseil fédéral du 16.02.2011 Le Conseil fédéral propose de rejeter la motion.     Conseil prioritaire Conseil national Cosignataires (11) Baettig Dominique Brönnimann Andreas Büchel Roland Rino Gobbi Norman Nidegger Yves Reymond André Schenk Simon Schibli Ernst Schmidt Roberto von Siebenthal Erich Wobmann Walter     Comment créer et partager les surplus:
https://docs.google.com/viewer?a=v&pid=explorer&chrome=true&srcid=1Kxlo32UKwGx0fVhNYmkul1mr0oKs6RyIIdzKOUAlcWVv6n83Z-Cnr8lc-EHs&hl=fr

  

à faire circuler largement, merci, le monde est déjà meilleur grâce à ce simple geste de solidarité.

Traduction »