Initiative pour de la transparence en Suisse. Les jeunes s’attaquent aux lobbies.

100‘000 signatures pour plus de transparence

Initiative populaire pour la publication des revenus de la classe politique et pour une politique crédible!

Suite à un sondage représentatif, 93% de la population demande
plus de transparence et la publication de leurs revenus. Ce genre de
demandes est sans espoir au parlement, trop de politiciens sont contre
plus de transparence. Qu’on t-ils à cacher? Il faut que cela change!
Nous sommes un comité interpartis et indépendant qui s’engage pour la
démocratie, la transparence et une politique crédible. “Incorruptible
pour le peuple” s’applique à tous les politiciens de tous les partis.

Les politiciens de tout niveaux obtiennent des mandats et des
cadeaux douteux. De ce fait, ils ne sont plus indépendants. Au lieu de
représenter leurs électeurs, il représentent leurs donateurs. Nous
demandons la transparence, une contrôle étatique et une réduction
significative de l’influence sur les politiciens. Pour tous ces motifs
nous lançons l’initiative populaire fédérale “pour la publication des
revenus de la classe politique”, dite “Initiative sur la transparence”.
Participez!

Art. 161a (nouveau) Obligation de signaler les intérêts

1 Lorsqu’ils entrent en fonction et au début de chaque année civile,
les députés du Conseil national et du Conseil des États indiquent: a.
leurs activités professionnelles; b. le montant et l’origine de leurs
revenus accessoires et des cadeaux qu’ils ont reçus, dans la mesure où
ils ont un lien avec leur mandat.

2 Les Services du Parlement contrôlent l’exactitude des indications
fournies par les députés. Ils consignent ces indications dans un
registre public.

3 Les députés dont les intérêts personnels sont concernés par un
objet en délibération sont tenus de le signaler lorsqu’ils s’expriment
sur cet objet au conseil ou en commission.

4 Tout député qui contrevient à l’obligation de signaler ses intérêts
est exclu de toutes les commissions pour le reste de son mandat.

5 La procédure de vote au sein des conseils permet de rendre publique la manière dont chaque député a voté.

6 La loi peut faire obligation de signaler d’autres intérêts. Elle règle les modalités.

à faire circuler largement, merci, le monde est déjà meilleur grâce à ce simple geste de solidarité. www.incorruptible.ch


https://www.facebook.com/pages/Ich-unterschreibe-die-Transparenz-Initiative/161273997254758

Les jeunes s’attaquent aux lobbies.

L’Hebdo  par Michel Guillaume

 L’UDC Lukas Reimann, les pirates et quelques politiciens libres
penseurs lancent une initiative qui exige la publication du revenu de
toutes les activités des députés liées à leur mandat.

Dans de
nombreux pays démocratiques, cette démarche apparaîtrait banale. Mais
pas en Suisse. Ici, elle brise encore un tabou. Le 8 juin prochain, un
comité très hétéroclite, animé notamment par le remuant conseiller
national Lukas Reimann (UDC/SG) et le Parti pirate, lancera la collecte
des signatures d’une initiative sur la transparence. Il exigera
notamment de tous les élus à Berne de déclarer tous les revenus de leurs
liens d’intérêt résultant de leur mandat. Et prévoit une sanction
dissuasive: l’exclusion de toute commission parlementaire des députés
pris en défaut.

«Devant les Chambres, nous n’avons aucune chance.
Mais, si nous parvenons à réunir les 100 000 signatures requises, je
suis persuadé que notre initiative passera devant le peuple.» C’est
Pascal Gloor, viceprésident du Parti pirate, qui exprime son intime
conviction. Sa formation est la seule à s’engager unanimement en faveur
de l’initiative.

Agé de 35 ans, marié et père de deux enfants en
bas âge, cet ingénieur en sécurité des réseaux domicilié à Péry (BE) est
un novice en politique. Une brève adhésion au Parti socialiste du Jura
bernois, très décevante, l’a vite incité à mettre les voiles pour
rejoindre, en été 2009, un parti plus jeune et rebelle, où tout est à
construire. «Nous voulons la mer», clame un des slogans de la petite
brochure qui esquisse les cinq points lui tenant lieu de programme.

Point
d’idéologie clairement identifiable chez les pirates. Juste la volonté
bien affirmée d’adapter la législation à la société digitalisée
d’aujourd’hui, face à laquelle les partis établis semblent déphasés. Le
Parti pirate part en croisade contre la restriction des libertés
individuelles touchant les nouvelles technologies. Et le voilà qui vient
d’embarquer pour une autre aventure, à l’issue très incertaine.

Car,
en Suisse, s’attaquer à la culture du secret qui enveloppe le pays
reste un acte profondément iconoclaste. «Mais seule la transparence dans
les affaires publiques nous protège de la corruption et des abus»,
objecte Pascal Gloor. Les pirates se sont très vite ralliés au jeune UDC
Lukas Reimann, qui venait de lâcher, en février dernier, dans la presse
dominicale alémanique, la «bombe» de son initiative en préparation. Un
objectif collant aux idéaux de transparence des pirates.

Millionnaires
UDC réservés. De son côté, Lukas Reimann n’avait pas informé les
instances dirigeantes de son parti. Âgé de 28 ans, le jeune
Saint-Gallois est l’un des rares électrons libres de l’UDC. Parfois, il
n’hésite pas à remettre en question la stratégie du patriarche Christoph
Blocher. En été 2008, c’est lui qui avait imposé le référendum sur la
libre circulation des personnes à son parti, alors que l’ancien
conseiller fédéral aurait préféré faire profil bas. Aujourd’hui, il
attaque sur un thème, la transparence, loin d’être populaire à l’UDC,
dont les millionnaires, voire milliardaires, détestent étaler leur
fortune au grand jour.

Avec sa démarche, Lukas Reimann ne s’est
pas attiré des sympathies que dans l’électorat jeune qu’il voulait
toucher en priorité. Il a trouvé des alliés dans presque tous les
partis, à l’exception peut-être du PDC. Les députés PLR Christian
Wasserfallen (BE) et Otto Ineichen (LU) ont salué sa démarche. Quant à
la vice-présidente des Verts, Aline Trede, elle fait même partie du
comité d’initiative.

Ce que le fougueux Saint-Gallois avoue moins
volontiers, c’est que le comité d’initiative a dû se montrer moins
ambitieux dans les objectifs poursuivis, sur les «conseils», notamment,
de son président Toni Brunner. Lors de la dernière session, dans la
salle des pas perdus du Conseil national, celui-ci a notifié à quelles
conditions il ne s’opposerait pas à l’initiative. Pas question d’exiger
des députés qu’ils révèlent leur revenu professionnel!

A l’heure
où L’Hebdo écrit ces lignes, le nouveau texte de l’initiative, qui doit
être approuvé ces jours-ci, ne figurait pas sur le site de ses auteurs:
unbestechlich.ch. Pragmatiques, les «incorruptibles» ont accepté de se
limiter à la publication du revenu des liens d’activité en relation avec
le mandat des élus. «Nous reconnaissons que le salaire professionnel
d’un député fait partie de sa sphère privée», dit Pascal Gloor.

Sanction.
Il n’en reste pas moins que le texte de l’initiative reste explosif au
niveau suisse. Pour la première fois, il prévoit une sanction pour l’élu
qui cache certains de ses revenus. Celui-ci se verrait exclu de toutes
les commissions. Les Allemands ont opté pour des amendes qui peuvent
être salées, jusqu’à 100 000 euros, mais les initiants helvètes y ont
renoncé: «Ce sont les lobbies qui paient les amendes», affirme Lukas
Reimann. «Priver le député de commissions nous paraît plus efficace, car
c’est l’exclure du processus législatif sur lequel il ne peut plus
influer», renchérit Pascal Gloor.

Il sera intéressant de voir
comment les appareils des partis réagiront à cette initiative qui séduit
surtout leurs électrons libres. A l’UDC, Toni Brunner et Christoph
Blocher sont restés très prudents. Peter Spuhler n’a pas caché son
opposition, tandis que le Valaisan Oskar Freysinger, qui avait lui aussi
tenté une démarche de transparence en 2007, applaudit des deux mains:
«Il est vrai que certains députés sont achetés. Personnellement, j’ai
refusé tout revenu lié à mon mandat, mais j’aurais pu gagner 200 000
francs par an si j’avais accepté tout ce qu’on m’a proposé»,
témoigne-t-il.

A gauche, l’écho est favorable – d’autant plus
qu’une initiative parlementaire semblable de Jean-Charles Rielle (PS/GE)
vient d’être rejetée en avril dernier –, mais avec de sérieux bémols.
«C’est une démarche intéressante, mais il ne faudrait pas que cette
volonté de transparence sur les élus occulte le principal problème, qui
est celui de l’opacité sur le financement des partis», déclare Antonio
Hodgers, président du groupe des Verts.

Lacune. Quant au sénateur
Alain Berset, il regrette que les initiants aient renoncé à la
publication du revenu professionnel des députés. «C’est une lacune, en
particulier quand la profession est en lien direct avec le mandat de
l’élu. De plus en plus de parlementaires sont des lobbyistes
professionnels», constate-t-il. Il ne veut citer aucun nom. Mais il est
indéniable que des députés comme Martin Landolt (PBD/GL), Christa
Markwalder (PLR/BE), Natalie Rickli (UDC/ZH) et Alec von Graffenried
(Les Verts/BE) n’ont tous été engagés, ces dernières années, dans
l’économie privée qu’en raison de leur carrière politique.
Démocratie
Les innovations de l’initiative

L’initiative
propose de modifier l’article 161 de la Constitution fédérale,
apportant les nouveautés suivantes par rapport aux dispositions
actuellement en vigueur, contenues dans la loi sur le Parlement:

Les
élus doivent déclarer le «montant et l’origine de leurs revenus
accessoires et des cadeaux qu’ils ont reçus, dans la mesure où ils ont
un lien avec leur mandat». Actuellement, les députés n’indiquent que
leurs liens d’intérêt.

«Les services du Parlement contrôlent
l’exactitude des indications fournies.» Aujourd’hui, ils ne le font pas.
En fait, c’est la presse qui exerce officieusement ce contrôle en
mettant sous pression les parlementaires qui «oublient» certains de
leurs mandats.

«Tout député qui contrevient à ses obligations est
exclu de toutes les commissions pour le reste de son mandat.» Cette
forme de sanction est une première.

«La procédure de vote au sein
des Conseils permet de savoir de quelle manière chaque député a voté.»
Cela obligerait le Conseil des États à adopter, lui aussi, le vote
électronique. Ironie de l’histoire: ce postulat a toujours été défendu
par le passé par les socialistes. C’est aujourd’hui un jeune UDC, dont
le parti ne cesse de qualifier le Conseil des États de «Chambre
obscure», qui le reprend à son compte…

www.hebdo.ch




Publiée dans la Feuille fédérale le 8 juin 2011
Les citoyennes et citoyens suisses soussignés ayant le droit de vote demandent, en vertu des
articles 34, 136, 139 et 194 de la constitution fédérale et conformément à la loi fédérale du
17 décembre 1976 sur les droits politiques (art. 68s.), que
Signez l’initiative pour la publication des revenus de la classe politique!
Seuls les électrices et électeurs ayant le droit de votre en matière fédérale dans la commune indiquée en tête
de la liste peuvent y apposer leur signature. Les citoyennes et les citoyens qui appuient la demande doivent
la signer de leur main. Celui qui se rend coupable de corruption active ou passive relativement à une récolte
de signatures ou celui qui falsifie le résultat d‘une récolte de signatures effectuée à l‘appui d‘une initiative
populaire est punissable selon l‘article 281 respectivement l‘article 282 du code pénal.
Expiration du délai imparti pour la récolte des signatures: 8 décembre 2012. Le/La fonctionnaire
soussigné/e certifie que les …… (nombre) signataires de l‘initiative populaire dont les noms
figurent ci-dessus ont le droit de vote en matière fédérale dans la commune susmentionnée et
y exercent leurs droits politiques.
Lieu:
Date:
Sceau
Le/La fonctionnaire compétent/e pour
l’attestation (signature manuscrite et
fonction officielle):
Nom/Prénom Date de naissance Adresse exacte Signature Contrôle
Canton: N˚ postal: Commune politique:
écrire à la main et si possible jour/mois/année rue et numéro manuscrite laisser en
en majuscules blanc
La Constitution fédérale est modifiée comme suit:
Art. 161a (nouveau) Obligation de signaler les intérêts
Lorsqu’ils entrent en fonction et au début de chaque année civile, les députés du Conseil
national et du Conseil des États indiquent:
a. leurs activités professionnelles;
b. le montant et l’origine de leurs revenus accessoires et des cadeaux qu’ils ont reçus, dans
la mesure où ils ont un lien avec leur mandat.
Les Services du Parlement contrôlent l’exactitude des indications fournies par les députés. Ils
consignent ces indications dans un registre public.
Les députés dont les intérêts personnels sont concernés par un objet en délibération sont tenus
de le signaler lorsqu’ils s’expriment sur cet objet au conseil ou en commission.
Tout député qui contrevient à l’obligation de signaler ses intérêts est exclu de toutes les
commissions pour le reste de son mandat.
La procédure de vote au sein des conseils permet de rendre publique la manière dont chaque
député a voté.
La loi peut faire obligation de signaler d’autres intérêts. Elle règle les modalités.
1
2
3
4
5
6
Initiative populaire fédérale
«Pour la publication des revenus de la classe
politique (initiative sur la transparence)»
1
2
3
4
5
Lukas Reimann, Conseil National, Ulrich-Rösch-Str. 13, 9500 Wil
Marcel Adolf, Auerstr. 12, 9442 Berneck
Michael Bernasconi, Hinterergethen, 9427 Wolfhalden
Jeffrey Bleiker, Schwendi, 9658 Wildhaus
Simon Casutt, Paliu 12A, 7153 Falera
Mike Egger, Neugass 20, 9442 Berneck
Pascal Fouquet, Wyttenbachstrasse 36, 3013 Bern
Gilles Gächter, Lochweidstr. 15, 9247 Henau
Pascal Gloor, Rue du Monnet 1, 2603 Péry
Raphael Helfenstein, Bleihofweg 3, 8594 Güttingen
Elias Hörhager, Feldstr. 15, 8735 St. Gallenkappel
Stefan Ligorio, Trottenstr. 3, 8037 Zürich
Stefan Meier, Dorfstr. 17, 9523 Züberwangen
Andrew Müller, Sihlweidstr. 64, 8041 Zürich
Yanik Müller, Rue des Tilleuls 1, 1800 Vevey
Kai Nagel, Gossauerstr. 124, 9100 Herisau
Sandro Putzi, Fanaserstr. 17, 7214 Grüsch
Manuela Ronzani, Dufourstr. 15, 9008 St.Gallen
Dominic Schriber, Erlenstr. 11, 8472 Seuzach
Denis Simonet, Römerstr. 9, 2563 Ipsach
Jann-Andrea Thöny, Carsilias 195F, 7220 Schiers
Aline Trede, Tscharnerstr. 15, 3007 Bern
Daniel Weder, Tulpenstr. 6, 9444 Diepoldsau
Thierry Widmer, Rosenstr. 8, 9247 Henau
Le comité d‘initiative, composé
des auteurs de celle-ci désignés
ci-après, est autorisé à retirer la
présente initiative populaire par
une décision prise à la majorité
absolue de ses membres ayant
encore le droit de vote.
Soutenez-nous
avec un don!
CCP: 85-354846-6
www.incorruptible.ch
Envoyer à: Comité d’initiative «Incorruptible pour le peuple», Case postale 569, 9501 Wil
Plier en deux et coller la feuille de signatures, ne pas couper!


http://www.unbestechlich.ch/files/initiativbogen_fr_on_rz.pdf?114,119


Beppe Grillo gagne contre les dettes. V-day


Le mouvement “Cinq Etoiles” du comique Beppe Grillo est arrivé en deuxième ou en troisième
position dans des villes comme Parme ou Gênes.



Il a même gagné dès le
premier tour une municipalité, Sarego, en Vénétie. 

“C’est juste un début. Les citoyens se réapproprient leurs institutions”, affirme M. Grillo dans son message sur YouTube.
http://www.youtube.com/watch?v=TuDRuD0sm-M
 http://www.beppegrillo.it
Il est contre le remboursement des dettes, pour la plupart iniques et odieuses, obtenues par astuces et mensonges.

« La création de monnaie de rien actuelle par le système bancaire est identique … à la création de monnaie par des faux monnayeurs. …»
Maurice Allais
Physicien et économiste
Prix Nobel d’économie en 1988
•      « La crise mondiale aujourd’hui »
(Ed. Clément Juglar 1999).
articles.php?lng=fr&pg=765


On peut créer des milliers de milliards pour des guerres ou les banquiers, pourquoi pas pour les familles ?
L’ Europe s’écroule, nous devons aider les citoyens écrasés sous une rigueur absurde.

http://www.beppegrillo.it/en/

http://desiebenthal.blogspot.com/2010/09/demographie-objectifs-sournois-du.html

En quoi consiste il Movimento 5 Stelle (Le mouvement des cinq étoiles) ?


Le Movimento 5 stelle est un mouvement né sur Internet, et uniquement sur Internet.
Tout est parti des posts que je publiais 
sur mon blog,
à raison d’un part jour, sur toutes sortes de sujets, et que j’invitais
les gens à commenter. Au bout d’un moment, j’ai lancé (nous avons lancé
plutôt) une plate-forme en s’appuyant sur le service web américain Meet Up.
Chacun pouvait s’inscrire s’il partageait notre manière de penser afin
de se connecter aux autres, de se réunir dans les villes pour entretenir
l’activisme politique sur le terrain, uniquement sur ces idées que nous
partagions, pas sur des idéologies. Puis, de là sont nées les listes
civiques, montées par des citoyens pour reprendre possession de la
politique, de l’économie et des institutions italiennes. Maintenant, ses
représentants entrent aux conseils municipaux, régionaux et, bientôt,
au Parlement. Aujourd’hui, environ 400 groupes, dans 400 villes d’Italie
et presque 100000 personnes adhérent à ce mouvement.
Les cinq étoiles, ce sont les cinq grandes idées : l’eau publique est la
première étoile, la deuxième, le zéro déchets, c’est-à-dire le tri, la
réutilisation et le recyclage. Ensuite, viennent les énergies
renouvelables, la mobilité et, enfin, le Wifi libre et gratuit. Au delà
de ces cinq idées, nous avons fait tout un programme : nous sommes le
seul mouvement avec des idées et non des idéologies ! D’ailleurs, nous
connaissons un grand succès et tout le monde est en train de nous
copier.
En quoi consistaient les actions de terrains organisées grâce à Meet up ?
Il pouvait s’agir de manifestations : en vélo, du type Critical Mass,
pour exiger des pistes cyclables ou pour faire signer des pétitions pour
que le service d’eau devienne public, pour un système de tri avec
collecte des ordures porte à porte, contre les incinérateurs, contre le
nucléaire… Par ailleurs, ils menaient des campagnes d’information en
allant à la rencontre des gens : ils imprimaient le journal
téléchargeable qui est disponible sur mon blog, pour le diffuser.
Pourquoi le mouvement est il né sur Internet ?
Parce que chez nous les médias sont dans les mains des groupes
industriels, des groupes bancaires ou des partis, qui ont tout intérêt à
ne pas changer les choses et à se partager le milliard d’euros de
remboursement électoral, pour survivre en parlant de tout autre chose.
Nous, nous ne touchons pas d’argent public. Le movimento 5 Stelle est
auto subventionné. Nous avons obtenu 500 000 signatures sans demander
d’argent. Mieux : les 1,7 millions d’euros que nous devions recevoir,
nous les avons refusés. Nous, nous parlons de politique : on nous a
accusé d’être l’anti-politique mais en fait ce sont eux qui incarnent la
vraie anti-politique.
De quoi parlez-vous sur Internet que vous ne pourriez pas aborder dans les médias ?
Nous parlons de comment mon fils se déplacera dans 20 ans. Nous voulons
une société qui passe de 6 Kwat à 2 kwat, de 40 à 20 tonnes de
marchandises par personne, de la semaine de 40 heures  de travail  qui
passe à celle de 20… Nous avons des projets. Sur ce blog, aujourd’hui,
écrivent 3 prix Nobel :  Muhammad Yunus, économiste prix Nobel pour la paix, Joseph Stiglitz etDario Fo.
Pourquoi les médias, selon vous, ne parlent pas de vous ?
Ils n’en parlent pas, parce qu’ils ont foutrement peur ! Nous volons
sous leurs radars, nous les contournons, ils ne nous perçoivent pas !
Ici, Internet est bloqué (voir notre article de cadrage, NdR)
par ces groupes qui refusent de le faire fonctionner car les réseaux
sont entrain de changer la société : les intermédiaires entre les
citoyens et l’économie ou la politique comme les politiciens, les
journalistes, les boutiquiers vont être éliminés ! Par ailleurs, c’est
aussi une question d’âge : les gens de ces groupes ont 70 ans, en
moyenne. Sur Internet, ils en ont 25 ou 30.
Et vous, quel âge avez-vous ?
Moi j’ai 62 ans.  Voilà pourquoi je ne me considère pas un internaute :
je fais le comique et je me suis donné comme but de faciliter le
dialogue entre les personnes. Je mets à disposition des instruments,
comme la plate-forme du mouvement, le blog, les Meet up, comme les
listes civiques, pour que les personnes, les idées, les comportements
s’agrègent. Pour faire la plus grande révolution qu’il y ait dans ce
pays. Je pense même qu’il n’existe rien de tel en Europe. Mais ce n’est
pas moi qui l’ai faite : j’ai seulement utilisé Internet, qui transforme
les usages, l’info, etc. Je fais un spectacle où je montre comment on
matérialise les objets depuis le réseau, avec une imprimante 3D, comment
on fabrique des objets importés d’Internet chez soi…
Comment fonctionne la plate forme en ligne ?
L’inscription se fait en ligne, gratuitement, en donnant son nom et
prénom. Si un citoyen décide de s’occuper de politique, de sa ville, de
sa région… Il peut le faire via le portail en lançant une liste civique
en six jours. Les modalités sont publiques : nous vérifions qu’il n’a
pas de casier judiciaire, qu’il n’a sa carte dans aucun parti et qu’il
réside bien dans la ville, dans l’administration de laquelle il souhaite
s’impliquer. S’il répond positivement à ces trois prérequis, il obtient
un “label” de qualité « inscrit au mouvement cinque stelle, beppegrillo.it”.
Une fois le label attribué, ils s’autogèrent, font des primaires,
déposent leurs listes… Je vais donner un coup de main physiquement pour
organiser des réunions publiques, dans la rue, sur des places…
Nous avons aujourd’hui 42 élus dans des villes importantes comme
Bologne, Modène, Reggio Emilia, Venise, Trévise, Brindisi, deux
conseillers régionaux en Emilie Romagne et deux dans le Piémont. Et tout
ça, sans l’aide des journaux. Au contraire : tout le monde était contre
nous !

Quant au programme, il est en wiki : chacun peut l’améliorer, il n’y a
rien de figé. Des architectes débattent sur la construction de maisons
passives, d’autres parlent transports, énergie, eau…

Bientôt, nous
intégrerons un réseau social, une sorte de Facebook, toujours dans
l’idée de créer des système simples pour que les gens se rencontrent et
échangent des infos. C’est une révolution politique en soi : nous
éliminons les partis, nous sommes au dessus d’eux ! Ce sont les citoyens
qui se rapproprient la politique.
Au départ, les Meet up organisaient des actions contestataires.
Aujourd’hui, le Movimento 5 Stelle, présente des candidats aux
élections. Pourquoi être passé de la critique des institutions à leur
intégration ?
Avant tout, le mouvement a explosé avec la rage de dire « dehors les parlementaires corrompus ».
Notre protestation était constructive, parce que elle n’était pas fin
en soi. Maintenant, avec le mouvement 5 Stelle, nous avons évolué : nous
voulons proposer des choses. Un simple exemple : à Trévise,  une ville
importante, un conseiller a proposé et fait adopter des lois pour  le
tri sélectif de 90 écoles à coût zéro pour la commune, et avec un
recyclage à 98% des déchet.
Internet était-il le seul moyen d’arriver à un tel résultat ?
Absolument. Internet est sous pression, des lois essaient de le bloquer,
de le priver de financement… Ils essaient de le neutraliser par tous
les moyens mais il ne s’arrêtera pas. C’est ça la force d’Internet :
c’est un virus !



  1. Vidéos:
  1. EuroNews – FR – Interview – Qui est Beppe Grillo ? – YouTube

    www.youtube.com/watch?v=ZfdwcoNV4Lc22 sept. 2007 – 8 min – Ajouté par euronewsfr
    Il y a quelques semaines, il n’était que comédien… Depuis le 8 septembre, l’ Italien Beppe Grillo est
  2. People & Power – Beppe Grillo – Part 1 – YouTube

    www.youtube.com/watch?v=JTJxy8z2dec4 juil. 2008 – 12 min – Ajouté par AlJazeeraEnglish
    With 62 governments in 63 years Beppe Grillo has long seen Italian politics as a joke. But when a barbed



La prochaine semaine d’étude 2012 aura lieu à Rougemont au Canada en 4 langues du 23 au 31
août suivie du congrès les 1-2-3 septembre, avec un pèlerinage le 4
septembre. Donc il faut prévoir un voyage au moins du 22 août au 5
septembre.

Repas et couchers gratuits pour tous nos invités des pays hors du
Canada.



http://desiebenthal.blogspot.com/2011/05/pour-un-capital-social-local-le.html


http://pavie.ch/articles.php?lng=fr&pg=711


http://www.union-ch.com/file/Speeches_and_workshops_of_the_03_04_.pdf


https://docs.google.com/document/d/1MRXDMGi4zbTYwFiKI8qpqFeAg3ayEkLaufWq4OrlQ0o/edit?hl=fr&authkey=CLrT-IwK


http://finality.ch/articles.php?lng=fr&pg=765


Comment créer et partager les surplus:
https://docs.google.com/viewer?a=v&pid=explorer&chrome=true&srcid=1Kxlo32UKwGx0fVhNYmkul1mr0oKs6RyIIdzKOUAlcWVv6n83Z-Cnr8lc-EHs&hl=fr


Avec mes meilleurs voeux notamment pour une bonne santé


Une
bonne idée reçue. A l’origine de tout message,  il y a un homme ou une
femme, qui a pris le temps et la peine de nous écrire. Il nous est très
agréable de lui confirmer l’avoir bien reçu. Autrefois, cela se faisait
par une poignée de main ou un sourire de remerciement.



François de Siebenthal
Economiste MBA HEC Lausanne et lic. és sc. iur.
14, ch. des Roches
CH 1010 Lausanne
Suisse, Switzerland
http://apps.facebook.com/causes/292012/64515042?m=200ef49e
Admiration.
http://www.union-ch.com/file/portrait.wmv


Krach ? Solutions…


Local Exchange Systems in 6 languages
www.easyswap.org
http://pavie.ch/?lng=en
http://michaeljournal.org
http://desiebenthal.blogspot.com/
00 41 21 616 88 88
021 616 88 88  FAX: 616 88 81
http://m-c-s.ch et  www.pavie.ch
http://ktotv.com/
Please, subscribe to be kept informed.
Un abonnement nous encourage. 
Pour la Suisse, 5 numéros par année de 16 pages par parution: le prix
modique de l’abonnement est de 16 Sfr.- par année (envois prioritaires)

Nous vous prions de nous envoyer votre adresse postale pour l’abonnement au journal.
http://www.michaeljournal.org/abonnement.htm
merci.
www.familiaplus.com


à faire circuler largement, merci, le monde est déjà meilleur grâce à ce simple geste de solidarité.



En Suisse, le peuple est le Souverain. Il a donc le droit de battre monnaie

Compte tenu de l’initiative populaire en cours en Suisse et des enjeux
globaux, il parait important de ne pas laisser se répandre des
informations inexactes.



En Suisse, le peuple est le Souverain. Il a donc le droit de battre monnaie et de bénéficier de la création monétaire actuellement monopolisée par les banques de manière abusive.


http://www.inconditionnel.ch/index.php?id=73&L=1


 
http://revenudebase.free.fr/



Mieux connaître les auteurs du film :


http://revenudebaseinconditionnel.wordpress.com/2011/05/06/311/


 Mieux connaître Goetz Werner :


  http://revenudebaseinconditionnel.wordpress.com/2011/06/17/goetz-werner-revolution-dans-la-tete/


 
Mieux connaître l’histoire en pays germanophones :



 http://wp.me/p1v9lE-7D

Les
machines, robots, ordinateurs rendent le “travail humain rémunéré ” de
plus en plus rare, c’est un fait. Promettre des emplois classiques est
un gigantesque mensonge, une promesse impossible à tenir au niveau
mondial, et une cause de guerres économiques impitoyables  mondialisées.
Ce sont des gaspillages stupides. La seule solution est de promettre
des revenus de base et la liberté de créer des emplois nouveaux payés de
plus en plus par des robots et des machines.

Le
dividende universel n’est pas financé par les impôts ni par des
versements patronaux. Il vient de la création monétaire actuellement
volée (sic) par le système bancaire.

 

Le Dividende Universel, le DU

Le socle d’un nouveau projet de société.

Les robots doivent devenir nos serviteurs et non les hommes esclaves de financiers cupides…


Les bouleversements
économiques et sociologiques posent à nouveau de façon aiguë la question
de la répartition des richesses et de la sécurisation des personnes
face au risque d’exclusion. Le principe du Dividende Universel répond à
cette demande, à la fois comme ultime filet de sécurité pour les plus
démunis, mais aussi comme reconnaissance de la participation de chacun à
la richesse nationale.



http://desiebenthal.blogspot.com/2012/05/debat-un-revenu-de-base-de-2500-francs.html 

« Le revenu de base » en ligne, Vous pouvez regarder le film en entier sans temps d’attente ici .

http://www.youtube.com/watch?v=-cwdVDcm-Z0

Page officielle (téléchargements 700Mo, DVD Iso 4Go) francophone* germanophoneDeutsch

 

Débat: un revenu de base de 2500 francs pour tous ?





à faire circuler largement, merci, le monde est déjà meilleur grâce à ce simple geste de solidarité.

Un pour tous, tous pour un, la devise fédérale suisse valser.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Unus_pro_omnibus,_omnes_pro_uno


Vidéo à voir, le début de débats fondamentaux.


Le plein emploi classique est impossible vu les robots, machines et ordinateurs !
Comment distribuer cette abondance de produits ?
Comment éviter les conflits sociaux et distribuer les biens ?
Comment créer et distribuer la monnaie nécessaire pour balancer cette avalanche de produits robotisés ?
Comment taxer les robots ?
Débat: un revenu de base de 2500 francs pour tous ?
RTS.ch
Un revenu de base de 2500 francs pour tous, c’est l’idée de l’initiative populaire qui vient d’être lancée. Le but est de permettre à l’ensemble de la


http://www.youtube.com/watch?v=-cwdVDcm-Z0

Avertissement:

Ce revenu ou dividende ne vient pas des impôts ou des salaires mais de
la création monétaire actuellement monopolisée par les banques à 99 %. C’est une juste redistribution de ce qui nous est volé (sic) par un système sournois et rusé en bout de course et en faillite partout.

http://desiebenthal.blogspot.com/2010/10/disparition-de-maurice-allais.html

« Un revenu, c’est comme l’air sous les ailes de l’oiseau ! ». C’est
ainsi que commence le film. Est-ce que ce revenu devrait être
inconditionnel pour chacun ? Est-ce possible, un droit civique
économique ?

Le film est captivant, il fait réfléchir, il
touche et met le doigt sur ce qui est raisonnable. Il permet de voir la
situation de la société et le devoir de l’argent sous un jour nouveau.
Un thème d’une actualité brûlante:

« C’est un petit film
intelligent sur l’état de notre monde. Une tentative d’explication du
fonctionnement du revenu de base, qui le financerait et ce qu’il
pourrait changer. »
Mikael Krogerus, brand eins

http://desiebenthal.blogspot.com/2010/07/dividende-universel-par-les-robots.html

Dividende universel par les robots libérateurs.

www.youtube.com

« Un revenu, c’est comme l’air sous les ailes de l’oiseau ! ». C’est ainsi que commence le film. Est-ce que ce

 



Faut pas croire

Etude de 9 théologiens:


http://www.michaeljournal.org/annexA.htm

 

REPONSE AUX OBJECTIONS


Les objections formulées à l’encontre d’un revenu inconditionnel
sont nombreuses. On peut les regrouper ainsi :
  1. Un revenu sans travail est contraire
    à notre éthique
  2. Une allocation identique pour
    tous est inéquitable
  3. Cette réforme risque de
    générer des comportements irrationnels
  4. Elle est susceptible de dérégler
    l’économie
  5. Sa mise en œuvre sera délicate
  6. Il existe d’autres moyens plus
    efficaces pour parvenir au résultat souhaité

Efforçons nous d’y répondre.

I – UN REVENU SANS TRAVAIL EST CONTRAIRE A NOTRE
ETHIQUE

Un revenu inconditionnel distribué
à tous, sans l’exigence du moindre travail, s’oppose à notre
culture et à nos principes moraux. N’est il pas écrit :
tu gagneras ton pain à la sueur de ton front.
Ce qui était vrai aux temps les plus reculés de notre histoire
ne l’est plus totalement aujourd’hui car, depuis, la nature et la place
du travail ont fortement évolué dans notre société.
  1. Dores et déjà une fraction croissante du revenu des
    ménages se forme indépendamment de toute participation
    à l’effort productif, puisque la part des prestations sociales
    ne cesse de s’accroître dans le PIB, passant de moins de 12% en
    1949 à 30% en 1998.
  2. A plus long terme, avec le développement des nouvelles technologies,
    les gains de productivité les plus spectaculaires sont encore
    devant nous. Dès lors le temps de travail ne représentera
    plus qu’une faible partie de notre temps de vie. Il deviendra alors
    impossible de continuer à défendre la thèse de
    lier au seul travail et au revenu du capital toute distribution de ressource.
  3. En outre, on ne peut plus faire du travail le seul facteur d’intégration
    sociale dans une société où le travail est très
    inégalement réparti, où le temps consacré
    aux activités non marchandes prend une place grandissante et
    où, en raison d’une compétition économique exacerbée,
    la volonté de travailler n’assure pas aux moins favorisés
    une prise suffisante sur le marché du travail.
  4. On tend aussi à oublier que tout citoyen, qu’il travaille
    ou non, est toute sa vie un acteur économique comme producteur
    et/ou consommateur. Or, si le libéralisme met en avant l’initiative,
    le sens des responsabilités, il tend à ignorer l’unité
    du corps social dont chaque individu est l’une des composantes, obligeant
    ainsi les plus démunis à se déclarer pauvres, alors
    qu’il est dégradant d’avoir à quémander.
  5. Le produit de notre travail n’est pas le fruit de notre seul mérite.
    Il est aussi le fruit du savoir né du travail des générations
    antérieures, qui conditionne l’ensemble des connaissances, le
    capital matériel et social accumulé, le niveau même
    des salaires, et encore les infrastructures et la culture même
    dans laquelle nous vivons. C’est cet ensemble qui est à l’origine
    de l’efficacité des efforts individuels et caractérise
    le niveau de vie d’un pays. Ces fruits appartiennent donc à tous,
    qu’ils travaillent ou non, et la justice sociale impose que chacun en
    perçoive une part égale.
  6. La multiplication des échanges, la mondialisation de la circulation
    des biens et des hommes génèrent de nouvelles formes
    de richesses dont il est difficile d’identifier les auteurs et donc
    de déterminer la part leur revenant en propre. En outre, la
    révolution informationnelle dématérialise le travail
    et produit des synergies multiples et en réseaux. A qui appartient
    le produit de ce travail ? Qui peut en revendiquer la propriété
    de bout en bout ? Personne en propre. Dans ce contexte, le travail individuel
    est comme dissout, mais ses effets sont multipliés dans des proportions
    non mesurables.
  7. La dignité de l’homme n’est pas liée au seul travail.
    Elle est aussi fonction du rôle social de la personne partagé
    en quatre activités : le travail de production, la participation
    à la vie collective et associative, la vie familiale et la vie
    relationnelle.
Ces phénomènes existaient déjà en proportion
moindre jusqu’ici; leur amplification soudaine nous les rend in-contournables.
Ils nous imposent, aujourd’hui, de trouver d’autres formes d’intégration
sociale que le travail, et de matérialiser la contrepartie revenant
à chacun de la reconnaissance du capital collectif.
Seul le travail est générateur
de richesses. Sans travail, quel que soit le capital mis en œuvre,
rien ne se crée. Seul le travail justifie donc une rémunération.
Cette affirmation s’inscrit dans la continuité de la pensée
marxiste. Si, effectivement, point de création de riches-ses sans
travail son efficacité dépend, aussi, du capital mis en
œuvre et, de plus en plus, du capital social collectif hérité
des générations antérieures. Sinon, pourquoi à
égalité de travail le pouvoir d’achat d’une africaine diffère
de celui d’une européenne ? Simplement parce que le produit de
notre effort n’est pas le fruit de notre seul travail.
Ce projet s’inscrit dans l’aspiration à
la fin du travail
Absolument pas, d’autant qu’un travail librement négocié
est davantage porteur de liberté que d’aliénation. Constatons
cependant que le cycle bien rythmé : études, emploi quasi
garanti à durée indéterminée, puis retraite,
que nous avons connu, tend à disparaître. En effet, les entreprises
ont davantage besoin de capital humain flexible, variable et toujours
renouvelé pour s’adapter à une demande mouvante. Il faudra
donc apprendre plusieurs métiers dans sa vie pour dynamiser en
permanence ses compétences. C’est ainsi que, quel que soit le niveau
de l’activité économique, le travail, comme on le constate
déjà aujourd’hui, deviendra de plus en plus intermittent,
voire précaire, et les périodes d’emploi alterneront avec
des phases d’inactivité ou de formation. Il faut donc rompre le
lien trop strict emploi revenu, qui aliène l’homme au salariat
et l’enferme dans ses contradictions : de-voir travailler de façon
quasi continue, alors qu’il devra en permanence affronter le changement.
De toute façon, la régularité d’un revenu déconnecté
du travail est des plus utile pour celui dont le travail est mal rémunéré
et peu assuré.
Le revenu inconditionnel accorde des droits
sans rien exiger en retour
Le revenu inconditionnel est un dû de la collectivité à
chacun de ses membres. Cela étant, rien n’interdit de l’as-sortir
d’un service civique. En effet, malgré le progrès technique,
il restera probablement dans nos sociétés une barre incompressible
de travail non épanouissant, voire primaire, sale et servile. Si
ces travaux sont indispensables à la collectivité, qu’ils
soient assurés par tous, sur un temps donné, à définir
comme une contribution sociale.


II – UN REVENU INCONDITIONNEL IDENTIQUE POUR TOUS
EST INEQUITABLE

Distribuer une somme identique au riche et
au pauvre est contraire à la justice
  1. Le revenu inconditionnel, de par sa nature, est indépendant
    de toutes conditions de ressources. En cela, il établit une égalité
    entre tous et diminue la distance sociale entre les citoyens. Il apporte
    ainsi à chacun le témoignage concret de son appartenance
    à la communauté; l’égalité parfaite entre
    le droit des femmes et celui des hommes devient réalité.
  2. Toutefois, le revenu inconditionnel, viendra s’ajouter aux autres
    revenus; de la sorte, une partie substantielle du revenu supplémentaire
    ainsi alloué aux riches sera reprise par l’impôt. Si donc
    le revenu brut distribué est le même pour tous, le revenu
    inconditionnel après impôt est d’autant plus élevé
    que les autres revenus sont moindres.
  3. Cette égalité de traitement dispense l’État de discussions
    sans fin sur le choix des bénéficiaires; en outre, par
    sa simplicité elle élimine toute bureaucratie, allégeant
    ainsi les charges de la collectivité (voir infra).
  4. Pour autant, ce revenu indifférencié ne dispense pas
    la collectivité de la prise en compte de besoins spécifiques,
    incapacités physiques ou autres par exemple, mais dorénavant
    moins nombreux puisque la plupart seront assumés par le revenu
    inconditionnel. En outre, notons que certains besoins élémentaires,
    mal satisfaits au niveau de l’individu isolé, peuvent être
    plus facilement couverts au sein du ménage, de la famille ou
    à plusieurs. D’où l’intérêt en certaines
    circonstances de se regrouper pour bénéficier au mieux
    de l’apport du revenu inconditionnel.
Distribuer à tous une somme aussi
modique ne peut permettre aux plus démunis de vivre dignement.
C’est exact, mais allouer une somme relativement modique croissant avec
l’augmentation du PIB :
– est financièrement réaliste, donc immédiatement
réalisable (cf. plan de financement) et sûr à long
terme. -promettre trop, tout de suite, amène à différer
indéfiniment toute réforme-
– lève la plupart des objections sur la démotivation au
travail
– par là même, exclut des comportements irresponsables
– n’interdit nullement toute évolution ultérieure en fonction
des circonstances
– en outre, l’assurance chômage maintenue, complète le dispositif
En dehors de toute recherche d’équité,
ne serait-il pas plus efficace de reporter sur les plus nécessiteux
l’allocation versée aux riches ?
Opérer une distinction entre les riches et les pauvres nous ramène
à une logique d’assistanat, avec tous les inconvénients
inhérents à un tel système : ressources à
justifier, contrôles à exercer, opacité, surenchères,
lourdeur bureaucratique. En outre, et surtout, c’est rompre avec le postulat
de l’égale appartenance de chacun à la communauté
du seul fait de son existence. Pour autant, le revenu net distribué
après impôt n’est pas le même pour tous puisqu’il s’ajoute
aux revenus imposables. Dès lors, la partie reprise par l’impôt
progressif vous pénalisera d’autant plus que votre revenu est
plus élevé.
Pourquoi distribuer une somme identique à
tous et en reprendre une partie par l’impôt, au lieu de répartir
directement la somme nette revenant à chacun ?
  1. Par souci de simplicité. Les allocations ainsi distribuées
    dispensent l’administration de toute enquête préalable,
    de tout justificatif et de tout contrôle, à l’exception
    de la fourniture d’un acte de naissance et d’un acte de décès.
    Sans déclaration spéciale, les allocations sont ensuite
    automatiquement rajoutées au revenu imposable de chacun des bénéficiaires.
  2. Pour des raisons de transparence aussi. Comme le revenu ainsi distribué
    se substitue à la multiplicité des ai-des allouées
    à la personne, la collectivité connaît parfaitement
    le mode de redistribution de ses ressources; de plus, cette façon
    d’opérer limite les passe-droits et les avantages particuliers.


III – LA DISTRIBUTION D’UN REVENU INCONDITIONNEL
RISQUE DE GENERER DES COMPORTEMENTS IRRESPONSABLES

Le revenu inconditionnel peut conduire à
des comportements imprévisibles
Cette objection serait fondée si le revenu inconditionnel était
instauré d’un seul coup mais, tant pour des raisons financières
qu’économiques et psychologiques, son instauration sera progressive.
Au vu des comportements, il sera donc toujours possible de s’adapter aux
circonstances et de s’assurer que le niveau du revenu distribué
n’a pas atteint le seuil à partir duquel l’incitation à
travailler n’est plus suffisante.
Le revenu inconditionnel va inciter à
la paresse et déresponsabiliser l’individu.
  1. Quel que soit son mode de calcul, le montant du revenu inconditionnel
    reste modeste. Il assure seulement à son bénéficiaire
    la possibilité de ne pas vivre dans la misère. Il sera
    donc tout naturellement incité à travailler pour augmenter
    ses revenus et jouir d’un meilleur train de vie.
  2. En outre, le revenu inconditionnel doit évoluer avec le Produit
    Intérieur Brut, à la hausse comme à la baisse.
    Ainsi, automatiquement régulé, si d’aventure chacun voulait
    se contenter du revenu inconditionnel, sans cher-cher à multiplier
    les richesses par son activité, le PIB diminuerait et avec lui
    le montant du revenu incondi-tionnel. Cette baisse pénaliserait
    en premier ceux qui, refusant de participer à l’effort collectif,
    se seraient contentés de ce seul revenu.
  3. Comme ce revenu se cumule avec tout autre revenu , il évite
    l’effet de seuil de la protection sociale selon le-quel, en dessous
    d’un certain niveau de revenu, il vaut mieux ne pas travailler ou bien
    travailler sans être dé-claré pour ne pas perdre
    le bénéfice de son assistance, inconvénient de
    l’impôt négatif et de la plupart des au-tres formules d’assistance
    (voir infra).
  4. Ce revenu élémentaire inconditionnel assure à
    l’homme une nouvelle liberté et lui permet de ne plus consa-crer
    la totalité de son temps à gagner sa vie. Il peut ainsi
    retrouver du temps à donner au sens de son exis-tence. Il permet
    d’investir en l’homme, dans sa richesse , son potentiel et son capital.
    En cela, il favorise aussi l’usage du temps libre. C’est ainsi que le
    besoin d’agir, d’oeuvrer, d’être apprécié des autres
    ne dépendra plus, principalement, du travail.
  5. Par sa permanence, il permet à chacun de raisonner à
    long terme et de former des projets. A cet égard les nombreux
    témoignages recueillis, en particuliers auprès des familles
    d’ATD Quart Monde sont formels. Par là même il stimule
    l’initiative et la créativité, car le voltigeur prend
    d’autant plus de risques qu’il dispose d’un filet de sécurité.
    Quoiqu’il en soit, dans une société ayant atteint le niveau
    de notre richesse, la plus élémen-aire justice exige
    que tout individu appartenant à la communauté dispose,
    en toutes circonstances, d’un minimum de revenu.
Certains bénéficiaires du revenu
inconditionnel ne sauront pas utiliser leur temps libre.
Cette objection concerne tout autant la réduction du temps de
travail, phénomène historique, que l’instauration du revenu
inconditionnel. D’ailleurs, elle avait déjà été
avancée lors de la mise en place des congés payés.
Elle traduit un mépris inacceptable vis à vis de l’homme,
supposé incapable de gérer son temps. Cette crainte peut
être fondée si l’éducation se limite à l’unique
enseignement d’un savoir faire, au détriment d’un savoir être,
et si l’on apprend pas aussi comment occuper intelligemment et efficacement
son temps libre. On a encore trop souvent tendance à confondre
temps libre et oisiveté, alors qu’un temps libre bien employé
est générateur d’une activité formatrice et enrichissante,
tant pour soi même que pour ses proches et la collectivité.
Un revenu inconditionnel favorisera les profiteurs
Les profiteurs sont surtout heureux lorsqu’ils peuvent frauder, d’autant
que le sentiment d’enfreindre un interdit est toujours stimulant. Dans
le cas du Revenu inconditionnel il n’y aura plus d’interdit. On choisit
de travailler ou pas. Mais comme simultanément on remet à
l’honneur des valeurs un peu oubliées comme l’attention et l’aide
aux autres ils serait bien surprenant qu’un grand nombre d’inactifs ne
s’y intéressent pas, car il leur faut un espace de sécurité
pour qu’elles puissent s’exercer. Cet espace le revenu inconditionnel
le donne : il est le don de tous à tous.
Ne sera-t-il pas mal supporté à
la longue par ceux qui, en raison du prélèvement opéré
par l’impôt, risquent de vouloir en alléger la charge ?
Pour lever cette objection, il faut raisonner dans une perspective globale,
à long terme, et prendre conscience que, dorénavant, le
revenu distribué à chacun comprendra, nécessairement,
une part croissante prélevée sur la richesse collective
: pour le versement d’un revenu inconditionnel d’une part, pour l’allégement
des charges salariales d’autre part.
En effet, n’oublions pas que, dès aujourd’hui, pour maintenir
la compétitivité économique des travaux peu qualifiés,
une partie des charges sur salaires, autrefois imputée aux entreprises,
est maintenant financée par la collectivité. Or, lorsque
dans un avenir plus ou moins proche on aura diminué de moitié
le nombre d’heures de travail, le coût horaire de l’heure travaillée
va doubler pour un salaire mensuel supposé équivalent à
celui d’aujourd’hui. Aucun inconvénient pour les activités
mécanisables, mais qu’en sera-t-il des activités pour lesquelles
l’homme demeure indispensable, en particulier celles où prédominent
le contact humain ? Leur coût doublant, elles risquent progressivement
de sortir du secteur marchand, voire de disparaître – c’est ce qui
se passe actuellement – alors qu’elles sont si nécessaires à
la qualité de notre vie. C’est pourquoi la collectivité
devra en alléger le coût en en prenant une partie à
sa charge ( réduction progressive des charges sur salaires voire,
à terme, paiement direct d’une fraction du salaire). C’est ainsi
qu’une part croissante du PIB sera inévitablement redistribuée
sans que , pour autant, les taux de prélèvement soient augmentés,
car cette part sera la contrepartie de la production des robots, gain
collectif dont une part revient à chacun. Ainsi, nul ne verra ses
revenus diminuer et tous disposeront de davantage de temps libre et d’une
meilleure qualité de vie.
En fait, c’est précisément sur longue période que
l’on appréciera les bienfaits du système, tant par son incidence
sur le maintien d’activités si nécessaire à notre
bien être que pour le sentiment de solidarité communautaire
positive, transversal aux classes sociales, qu’il suscite. Dès
lors, sa remise en cause serait irrémédiablement perçue
comme une régression économique et sociale. Là est
la pédagogie qu’il conviendra de développer dans l’opinion.
La société verra-t-elle coexister
durablement sans violence une population bien intégrée et
une autre ne disposant pour vivre que du revenu inconditionnel ?
Le revenu inconditionnel ne répond pas en soi au problème
du chômage, car il s’inscrit dans une toute autre perspective.
Il ne dispense pas chacun de chercher à travailler pour améliorer
son train de vie. De même, il ne dis-pense pas la société
de favoriser l’emploi par une judicieuse réduction de la durée
du travail allant de pair avec une croissance économique mieux
maîtrisée. Contrairement à certaines affirmations,
le revenu inconditionnel ne se substitue pas au revenu du travail; il
vient seulement, en complément, pour assurer à chacun un
minimum de sécurité.


IV – LA DISTRIBUTION D’UN REVENU INCONDITIONNEL RISQUE
DE DÉRÉGLER L’ÉCONOMIE

Le revenu inconditionnel va entraîner
dans les pays riches une immigration non maîtrisable
Non, car tout citoyen n’a droit qu’au revenu de son pays d’origine. S’agissant
des immigrés, il revient donc au pouvoir politique, par des accords
nationaux ou multinationaux, de définir à partir de quand
ils accéderont à la communauté nationale. Précisons
que le revenu inconditionnel est un système de valeur universelle,
applicable dans tous les pays, ou groupe de pays, chacun au niveau de
sa richesse nationale (voir infra).
Le revenu inconditionnel va déstabiliser
les structures économiques
Chaque individu, même lorsqu’il n’exerce pas une activité
rémunérée, représente un potentiel d’échange,
créateur de richesse. Ne pas le reconnaître et ne pas le
concrétiser par le versement d’un revenu prive la collectivité
d’un gain collectif. Loin de déstabiliser l’économie, le
revenu inconditionnel permet, notamment, d’alléger le coût
du travail; et, par sa permanence et sa régularité, il atténue
les variations conjoncturelles. En outre, son apport est particulièrement
important dans les régions économiquement les plus touchées
: chaque habitant des campagnes et des banlieues reçoit ainsi une
potentialité d’échange et d’initiative non négligeable,
évitant les effets antisociaux et anti-économiques de la
course à la mendicité financière. Il trouve ainsi
un prolongement heureux dans l’aménagement du territoire, les personnes
les plus touchées par la crise et vivant dans des banlieues surpeuplées
ayant alors avantage à retourner à la campagne, où
la vie continuera à y être moins chère.
Ce projet est un saut dans l’inconnu
Absolument pas puisque, en Alaska, la distribution d’un revenu inconditionnel
est bien une réalité depuis plusieurs années. C’est
ainsi que ce pays distribue à tous ses habitants le produit de
sa rente pétrolière, avec les revenus des placements financiers
qui y sont attachés. Depuis, l’exode de la population est arrêtée
et le taux de croissance de l’économie de l’Alaska est supérieur
à la moyenne américaine. Il serait donc bien dommage de
l’oublier et de ne pas profiter des enseignements de cette enrichissante
application .
Le revenu inconditionnel développe
l’assistanat
Évidemment non puisque chacun le touche et reçoit une somme identique.
En cela il se distingue fondamentale-ment de l’impôt négatif,
du RMI et des diverses aides à la personne qui s’inscrivent précisément
dans la logique de l’assistanat, générateur de gaspillage
et de fraude. Le revenu inconditionnel, librement complété
par des revenus d’activité et sans retenue sur ceux-ci, n’incite
donc pas à frauder et personne ne trouve avantage à se maintenir
dans une situation d’assistance. C’est précisément l’inconditionnalité
qui freine l’extension indéfini de l’assistanat.
Le revenu inconditionnel risque d’entraîner
la suppression des minima sociaux
La proposition d’allocation d’un revenu inconditionnel est totalement
indépendante en soi des autres modes de rémunération.
Le lien suggéré par l’école libérale découle
d’une idéologie qui nous est étrangère. En revanche,
l’attribution d’un revenu inconditionnel permettra de compenser, tout
au moins pour les salaires les plus bas, la baisse relative des rémunérations
mensuelles, liée à une réduction voulue ou subie
des horaires. En conséquence, loin d’entraîner une baisse
du niveau de vie des moins favorisés elle devrait, bien au contraire,
contribuer à son maintien.


V – LA MISE EN ŒUVRE SERA DÉLICATE

Ce projet généreux n’est pas
finançable
Le niveau du revenu inconditionnel est fonction de la richesse du pays
ou du groupe de pays qui l’adopte (progressivement en Europe, par exemple).
Une part se trouve déjà financée par les économies
réalisées sur les allocations auxquelles il se substitue.
En outre, sa mise en œuvre doit être progressive et s’échelonner
sur un minimum de 5 années et même bien davantage, le revenu
inconditionnel distribué augmentant chaque année. Sa charge
sera donc progressive et le revenu supplémentaire ainsi distribué
va concourir à l’augmentation du PIB, augmentation d’autant plus
aisée qu’avec un taux de chômage élevé il existe
un important réservoir de main d’œuvre, qu’il suffit de former
pour l’adapter aux nouvelles offres d’emploi.. On redistribuera davantage
mais à partir de plus de richesses. De la sorte, le poids de la
charge restera proportionné à la richesse collective. Au
démarrage, pour amorcer le financement, rien n’interdit de recourir
à des moyens novateurs, compatibles avec le niveau d’activité,
la situation de l’emploi, l’état des finances. Par exemple : emprunt
auprès des banques à durée illimitée et à
taux faible, émission de monnaie au bénéfice direct
des citoyens, taxes sur les mouvements de capitaux, aménagements
fiscaux sans augmentation du prélèvement global, etc.
Pour la France, en 1996, le coût total pour la nation serait de
l’ordre de I800 à 2.000 milliards de F, selon le niveau et le
mode d’allocation proposés. Après prise en compte des économies
sur les prestations auxquelles le revenu garanti se substituerait ( la
quasi totalité à l’exception des aides pour incapacités
physiques ou mentales) , soit environ 1.500 milliards ( l’économie
ainsi réalisée étant d’autant plus grande que le
revenu inconditionnel est plus élevée), il reste à
financer environ 500 à 600 milliards, soit un peu plus de 6,% du
PIB. Après imputation des économies sur les frais de gestion
du système existant, de l’ordre de 100 milliards, il ne subsiste
plus qu’un solde négatif de 4 à 50000 milliards. Au rythme
annuel de progression de 2,5% à 3% du PIB, sa crois-sance sur 10
ans, durée probable de mise en œuvre de la réforme,
permet d’assurer le financement requis sans augmentation du taux de prélèvement
des impôts.
La période de mise en œuvre,
progressive et transitoire, va entraîner des difficultés
de gestion et un fort accroissement des charges administratives
En partie seulement, car elle ne générera temporairement
qu’une charge supplémentaire réduite. Effectivement, durant
la période de transition on devra maintenir deux organisations
en parallèle, l’existante et la nouvelle; mais, n’oublions pas
que la distribution du revenu inconditionnel, entièrement automatisable,
n’entraîne en soi que des coûts réduits. En admettant
une période transitoire de n années, plusieurs modalités
sont envisageables:
  1. Par exemple, les allocations existantes sont calculées à
    raison de n-1/nème la 1ère année, n -2/nème
    la suivante et ainsi de suite et ne sont distribuées que pour
    la partie excédant le revenu inconditionnel, le nouveau régime
    ne devant conduire à aucune perte de revenu.
  2. Ou bien, on estime plus simple de supprimer totalement une première
    série d’allocations dès la 1ère année, une
    autre série la seconde année et ainsi de suite.
De toutes façons, à la fin de la période de transition
la plupart des allocations actuellement versées auront été
supprimées et ce, d’autant plus, que le montant du revenu inconditionnel
sera plus élevé.
On va donc devoir licencier la majeure partie
du personnel chargé de distribuer et de contrôler toutes
les allocations auxquelles le revenu inconditionnel se substitue.
L’affectation optimale des moyens se pose à toute organisation,
qu’elle soit publique ou privée. C’est ainsi que si la collectivité
doit assurer avec une bonne qualité toutes les fonctions dont elle
a la charge, elle doit aussi utiliser au mieux ses ressources et supprimer
toute bureaucratie inutile. Alors que certains services sont pléthoriques,
d’autres manquent de moyens. Il faut donc opérer les transferts
nécessaires et pouvoir former à de nouveaux métiers,
avec le niveau de compétence requis, de nombreux agents, sans avoir
à les licencier. En l’espèce, les personnes dégagées
par la mise en œuvre du revenu inconditionnel seront donc volontairement
reconverties vers d’autres fonctions à choisir. Les économies
réalisées sur certaines administrations permettront donc
de financer des services nouveaux et d’améliorer la qualité
des services existants, au plus grand bénéfice des usagers.



VI – IL EXISTE D’AUTRES MOYENS PLUS EFFICACES POUR
PARVENIR AU RÉSULTAT SOUHAITE

Pour assurer un revenu de base, l’impôt
négatif est tout aussi performant et présente l’immense
avantage de ne pas heurter nos bases culturelles et nos mentalités.
Toute réforme réellement novatrice choque a priori, mais
il faut en mesurer la portée à long terme.
  1. L’impôt négatif, a priori séduisant, présente
    le grave inconvénient d’inciter au travail non déclaré.
    En effet, pour les individus aux revenus inférieurs au seuil
    de référence, il n’est pas intéressant de déclarer
    des ressources supplémentaires qui, de fait, seront taxées
    à 100 %, puisqu’elles leur feront perdre le bénéfice
    de leur allocation. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle l’expérimentation
    de l’impôt négatif a dû être abandonnée
    dans l’État des États Unis où il avait été testé.
    En revanche, le revenu d’existence, distribué à tous sans
    aucune justification de ressources, s’affranchit de cet inconvénient
    majeur dès lors qu’il est entièrement cumulable avec les
    autres revenus.
  2. L’impôt négatif, en opérant une distinction entre
    les riches et les pauvres, reste dans la logique de l’assistanat.
  3. En outre, il ne contribue ni à une meilleure transparence dans
    la redistribution des richesses, ni à l’allégement des
    diverses charges administratives de traitement, puisqu’il ne fait que
    corriger l’insuffisance de l’en-semble des allocations distribuées.
Pour faciliter l’intégration économique
du plus grand nombre ne serait-il pas préférable de substituer
au revenu inconditionnel des “droits de tirage sociaux”. C’est
ainsi que chacun bénéficierait d’un capital temps rémunéré
et/ou de formation, utilisable à son gré tout au long de
sa vie, lui permettant de maintenir ses compétences ou de prendre
des congés sabbatiques.
Ce projet et celui du revenu inconditionnel ne sont pas antinomiques.
Des “droits de tirages sociaux” ne sont qu’une forme particulière
d’allocation universelle, mais cette fois l’usage en est défini
a priori. Ne vaut-il pas mieux laisser le citoyen libre d’exercer ses
propres choix, en lui versant un revenu inconditionnel qu’il peut utiliser
à sa guise ? C’est étendre son champ de liberté et,
par là même, le responsabiliser davantage. Bien entendu,
le versement du revenu inconditionnel ne dispense pas l’État d’instruire
ses citoyens et, en collaboration avec les entreprises, de leur assurer
une formation permanente. Cela est déjà réalisé
en partie aujourd’hui mais devrait et pourrait être grandement amélioré.
Ce projet utopiste ne va pas dans le sens
des propositions de lutte contre la précarité
Effectivement ce projet novateur s’éloigne de la pensée
dominante du moment qui privilégie l’assistanat. Il préfère
agir sur les causes de la précarité que la soulager. C’est
pourquoi le droit à un revenu inconditionnel progresse dans les
esprits.
  • En France l’idée en a été exprimée pour
    la première fois par Thomas Payne, en 1792 devant la Convention,
    mais la révolution bourgeoise ne s’y est pas arrêtée.
    Dès 1930, les fédéralistes européens, sous
    l’impulsion d’Alexandre Marc, défendent le minimum social garanti.
    Plus récemment, pour citer quelques noms, les économistes
    Henri Guitton et Yoland Bresson proposent le revenu d’existence, C-H Douglas et Louis Even le dividende pour tous et une vraie démocratie économique, Jean
    Marc Ferry le revenu de citoyenneté, René Passet le revenu
    minimum garanti, Philippe Van Parijs l’allocation universelle; plus
    récemment André Gorz et Ignacio Ramonet se sont rangés
    à l’idée d’une allocation inconditionnelle.
  • En Europe, un réseau européen est constitué :
    Le Basic Income European network (BIEN) animé par Philippe Van
    Parijs . Tous les deux ans le BIEN organise un congrès international
    au profit de ses correspondants européens et étrangers.
  • L’Alaska, rappelons le, distribue déjà un revenu inconditionnel.
  • En Europe, l’Irlande prépare un projet de loi en ce sens et
    d’autres pays s’interrogent, le Brésil, la Finlande, les Pays
    Bas par exemple. Sans aller jusqu’à la généralisation
    d’une allocation universelle, on chemine bien dans cette voie. C’est
    ainsi que la politique agricole commune se réoriente vers le
    versement d’allocations aux agriculteurs, au lieu des subventions à
    la production. De même, l’on cherche à généraliser
    la couverture maladie et l’on avance le droit au logement, en complément
    au droit à la formation. La prochaine étape, plus ou moins
    proche, peut donc être le droit à un revenu inconditionnel.


EN CONCLUSION

En soi, le revenu inconditionnel ne présuppose aucune idéologie.
L’idéologie libérale aussi bien que sociale démocrate
peut se construire sur la base de cette proposition. Elle vient nous rappeler
non seulement que nous appartenons au même corps social, mais aussi,
qu’à ce titre, nous formons une entité à considérer
dans sa globalité, quels que soient les individus qui la composent,
leurs situations personnelles et leur âge. En cela le revenu inconditionnel
est un facteur de paix sociale.
Attribué sous contrôle à chaque citoyen des pays
en voie de développement, le revenu inconditionnel, même
très faible par tête, pourrait modifier radicalement notre
assistance à ces pays, jusqu’ici confisquée par quelques
profiteurs. Elle changerait du tout au tout les données de la
lutte contre la misère dans le monde.
Évidemment, le revenu inconditionnel, à lui seul, ne peut prétendre
guérir tous les maux dont souffre la société. Pour
autant, il n’en constitue pas moins un des fondements essentiels des réformes
à entreprendre.

 


Faut pas croire du 05 mai 2012



Un revenu de base de 2500 francs pour tous, c’est
l’idée de l’initiative populaire qui vient d’être lancée. Le but est de
permettre à l’ensemble de la population de vivre dignement. Payer les
gens à ne rien faire ou augmenter la qualité de vie? Une véritable
remise en question de notre système économique et social. Débat avec
Elisabeth di Zuzio, secrétaire du Réseau BIEN-CH, et Paul Dembinski,
économiste, directeur de l’Observatoire de la finance.

4159 vues


  1. François de Siebenthal: Le Dividende Universel, la nouvelle société

    desiebenthal.blogspot.com/…/le-dividende-universel-la-nouvelle.html

    15 oct. 2009 – Le dividende
    universel n’est pas financé par les impôts ni par des versements
    patronaux. Il vient de la création monétaire actuellement volée

  2. François de Siebenthal: Dividende, Grundeinkommen, Invitations

    desiebenthal.blogspot.com/…/dividende-grundeinkommen-invitation…

    20 avr. 2012 – Es
    ist uns eine grosse Freude Sie zum Lancierungsfest im Schiffbau in
    Zürich einzuladen. Und Sie laden Ihre Freunde und FreundInnen ein.



  3. François de Siebenthal: Dividende suisse de près de 3’000 $ par

    desiebenthal.blogspot.com/…/dividende-suisse-de-pres-de-3000-par….

    12 avr. 2012 – C’est
    un visuel qui rappelle le lancement du jeu Rento de la Loterie
    Romande, où un joueur chanceux est «condamné» à une rente à



  4. François de Siebenthal: Dividende direct universel sur France

    desiebenthal.blogspot.com/…/dividende-direct-universel-sur-france.h…

    28 oct. 2010 – La
    FED, la soi-disant banque centrale US, en fait une banque privée
    contrôlée par 12 actionnaires privés, l’a fait savoir au monde entier
    urbi et

Compte tenu de l’initiative populaire en cours en Suisse et des enjeux
globaux, il parait important de ne pas laisser se répandre des
informations inexactes.

En Suisse, le peuple est le
Souverain. Il a donc le droit de battre monnaie et de bénéficier de la
création monétaire actuellement monopolisée par les banques de manière
abusive.

http://www.inconditionnel.ch/index.php?id=73&L=1


 
http://revenudebase.free.fr/

Mieux connaître les auteurs du film :


http://revenudebaseinconditionnel.wordpress.com/2011/05/06/311/


 

 Mieux connaître Goetz Werner :
 

  http://revenudebaseinconditionnel.wordpress.com/2011/06/17/goetz-werner-revolution-dans-la-tete/
 

 
Mieux connaître l’histoire en pays germanophones :

 http://wp.me/p1v9lE-7D

http://desiebenthal.blogspot.com/2012/05/debat-un-revenu-de-base-de-2500-francs.html

Destruction de la monnaie par la rigueur.

Chaque remboursement de “crédit” équivaut à une destruction de monnaie et aggrave donc la crise…

Le problème actuel le plus urgent et important, c’est que 99% de la masse d’argent qui circule n’est créée que par des dettes à intérêt par les crédits (sic). C. H. Douglas notamment démontre par le théorème A+B que les consommateurs ne peuvent jamais acheter la totalité de la valeur des produits fabriqués et prêts à la consommation, mais seulement une partie de ces produits: Les banquiers par contre deviennent les propriétaires du monde entier notamment par le jeu des intérêts sur des masses de monnaie toujours plus grandes créées du néant. Cette masse d’argent qui circule n’est par contre jamais suffisante pour balancer les prix de tous les produits fabriqués, notamment du fait des montants des intérêts à ajouter à chaque période (revolving, env. 20 % composés) qui ne sont pas créés par le système, et cela empêche une partie toujours plus grande et exponentielle des produits de sortir des entrepôts, où ils dorment et perdent de leur valeur, ce qui provoque des faillites, des guerres économiques et des dépressions. Nous avons un problème structurel de surproduction de biens et de sous-production de monnaie.





38 fois si on fait le jeu du banquier, ce qui aggrave les crises des cartes de crédit ou des crédits revolving imposés aux familles ou aux collectivités locales not. par Dexia.


D’autant plus que chaque remboursement de “crédit” exigé par les politiques de rigueur équivaut à une destruction d’argent et aggrave donc la crise…

Ce système ” privé” est vraiment stupide. On privatise les profits et on socialise les pertes, au détriment de plus en plus de pauvres de plus en plus pauvres…et de moins en moins de riches de plus en plus riches…
Le système n’achète pas assez, car presque tout le monde est de plus en plus fauché. Pendant ce temps, les usines ferment leurs portes, la crise s’installe.

Le pire survient lorsque pour sortir de la crise… On fait la guerre.

Il semble que le système monétaire que nous utilisons présentement ne soit pas conçu pour le bien de l’ensemble des êtres humains, mais pour protéger les intérêts particuliers d’un petit nombre d’individus, l’élite financière de l'”anneau des terres”. ( Lords of the Ring ) 


Solutions, votez oui à www.monnaie-pleine.ch

http://michaeljournal.org/images/Boeuf2.gif

Chapitre
27
— Leçon d’un
compte de banque

English







(Article
de Louis Even, paru dans Vers Demain du 15 avril 1956.)


Avez-vous un compte de banque?


Oui. Oh! Pas bien gros. Quelques centaines de dollars seulement.


Vous en servez-vous quelquefois pour faire des paiements?


Oui, quand j’achète un article qui coûte cher, ou bien quand je fais
venir de la marchandise de loin. Je signe un chèque. C’est bien
commode.


En effet, c’est tellement commode que plus de 90 pour cent des
transactions commerciales se règlent ainsi, par des chèques. Non pas
les petits achats chez le marchand du coin; mais les transactions des
grossistes, des industriels, des compagnies de transport. Le chèque est
le grand moyen de paiement aujourd’hui; il laisse dans l’ombre, à une
place minuscule, la monnaie de métal ou de papier.


Mais quand on fait un chèque, c’est la banque qui va payer pour le
signataire. Pour chaque chèque signé, il faut donc autant d’argent de
métal ou de papier que le banquier remettra au destinataire.


Non pas, mon cher. Il suffit d’un peu d’argent pour faire face à
beaucoup de chèques. Le marchand à qui vous envoyez un chèque ne va
pas ordinairement demander au caissier de sa banque de lui donner de
l’argent pour le montant du chèque. Il va simplement déposer le
chèque. Le crédit de son compte augmentera d’autant; et votre compte,
à vous, sera débité d’autant.

chèquePuis
ce marchand-là commandera du stock à des fournisseurs; il les paiera
avec des chèques. Les fournisseurs déposeront les chèques reçus à
leurs banques. Cette fois-là, ce sont les comptes des fournisseurs du
marchand qui verront augmenter leur crédit, et c’est le compte du
marchand qui sera débité du même montant.

Dans
toutes ces transactions-là, ce sont simplement des montants qui
changent de place dans les comptes: débit dans un compte, crédit dans
un autre.

Dans
l’ensemble, pour chaque 100 $ en argent de chèque, il n’y a pas plus de
10 $ en argent de métal ou de papier qui passe le guichet de la banque.
C’est ce qui résulte des habitudes actuelles du commerce, et le
banquier le sait bien. Cela permet aux banques de prêter dix fois plus
d’argent qu’elles en ont.


Hein, que dites-vous là? Comment un banquier pourrait-il prêter de
l’argent qu’il n’a pas?


En créant l’argent qu’il prête. C’est ce que la banque fait couramment.
Elle crée l’argent qu’elle prête. Le banquier est essentiellement un
créateur d’argent.


C’est incompréhensible. C’est incroyable.


Vous m’avez dit que vous aviez un petit compte de banque, mon ami. Votre
compte est fait de vos épargnes, n’est-ce pas?


Oui, c’est de l’argent que j’ai porté et déposé à la banque.


C’est bien. Mais il y a des gens qui ne portent pas d’argent à la
banque, et qui sortent de la banque avec un compte bien plus gros que le
vôtre.


Je ne comprends pas.


Non. Il y a, par exemple, M. Toupin, le manufacturier de votre ville. Il
voulait agrandir son usine. Tout le monde approuvait son projet. Mais il
lui manquait l’argent pour payer les matériaux, les constructeurs et la
machinerie. Il calculait qu’avec 100 000 $ sous la main, il pouvait
réaliser ses plans; plus tard, avec une production et des ventes
accrues, il rembourserait facilement les 100 000 $.

Qu’a
fait Toupin? Il est allé à la banque. Il n’y a pas porté d’argent.
Mais il en est sorti avec 100 000 $ à son compte.


Je crois bien. Il a emprunté.


C’est cela. Mais c’est la manière dont la banque a fait le prêt qui
est merveilleuse. Si vous étiez riche, et si Toupin était venu
emprunter les 100 000 $ de vous, il serait parti avec 100 000 $, mais
vous auriez 100 000 $ de moins. Tandis qu’avec la banque,`sa se passe
autrement: Toupin sort avec 100 000 $ qu’il n’avait pas, et la banque
n’a pas un sou de moins.


Vous ne dites pas?


C’est pourtant bien cela. Oh! On a demandé des garanties à Toupin. Il
lui a fallu déposer des valeurs. Pas de l’argent, il n’en avait pas,
puisqu’il venait en chercher. On lui a demandé des polices d’assurances,
des titres de propriété, pour plus que la valeur de 100 000 $. Cela,
ce sont des garanties. Puis le gérant lui a signé un chèque
d’escompte, pour le montant de 100 000 $, et l’a envoyé au caissier.

M.
Toupin n’était pas pour demander 100 000 $ en argent de papier et
emporter cette somme avec lui. Il a déposé le chèque à son compte.
Le montant a été inscrit à son crédit (comme quand vous, vous
déposez vos épargnes). M. Toupin est sorti de la banque avec un
crédit sur lequel il tire des chèques pour payer l’entrepreneur, à
mesure que les travaux avancent. Il met ainsi cet argent en circulation.
Mais il s’est engagé à le retirer de la circulation et à rembourser
le tout dans un an.


Et vous dites que le banquier n’a pas un sou de moins qu’auparavant.


Pour vous en convaincre, on pourrait en causer avec le gérant. C’est un
de mes amis, et il est assez franc avec moi. Il sait d’ailleurs que je
suis au courant de l’emprunt de Toupin et il n’invoquera pas le secret
professionnel.

*      
*      
*


Monsieur le Gérant, je viens vous taquiner comme j’en ai l’habitude,
sur les affaires de banque.


Encore des questions de crédit?


Justement. C’est le prêt de 100 000 $ que vous avez fait à M. Toupin.
Voulez-vous dire à mon ami ce que vous avez prêté au juste à M.
Toupin?


Ce qu’on prête toujours. De l’argent.


Assurément. Mais, dites-nous donc, où était cet argent avant que
Toupin entre à la banque?


La question est absurde.


Pas du tout. Toupin entre sans argent. Il sort avec 100 000 $. Donc,
vous avez pris ce 100 000 $ quelque part. Donc il y a 100 000 $ de moins
quelque part dans la banque?


Hum!


Y a-t-il 100 000 $ de moins dans vos tiroirs ou dans votre voûte?


Allons donc, il n’a pas emporté de piastres avec lui. C’est un crédit
dans son compte.


Bon. Alors, d’autres comptes sont débités, diminués pour ce montant
de 100 000 $. Des comptes de vos clients?


Ridicule. L’argent de nos clients est sacré. Leurs comptes restent
intacts, tant qu’eux-mêmes ne les débitent pas.


Comment? Ce n’est pas l’argent des déposants que les banques prêtent?


Mais si. Mais non. Si, non. Oui d’une manière. Non de l’autre. On ne
touche pas à leur argent; cet argent est à eux. Mais ça nous permet
de prêter de l’argent à des emprunteurs.


Alors, quel argent prêtez-vous?


De l’argent de la banque.


Vous venez de dire qu’il n’est pas sorti un sou de la banque, pas un sou
des déposants non plus. Et M. Toupin a quand même 100 000 $ qu’il n’a
pas apportés et qu’il n’avait pas auparavant.


C’est exact.


Alors, où étaient ces 100 000 $ avant que M. Toupin vienne à la
banque?


Bien, ils n’étaient nulle part. Il fallait qu’il vienne les emprunter
pour qu’ils soient là maintenant.


Ils n’existaient pas auparavant?


Non.


Alors, ils sont venus au monde au moment du prêt. La banque crée donc
l’argent qu’elle prête.


Je n’aime pas dire cela.


Mais vos grands chefs le disent bien. Towers l’a dit quand il était
gouverneur de la Banque du Canada. Eccles l’a dit lorsqu’il était à la
tête du système bancaire des Etats-Unis. McKenna l’a dit, il y a
déjà cinquante ans, quand, président de la plus grosse banque
commerciale d’Angleterre, il parlait à des banquiers. Ne soyez donc pas
scrupuleux. La banque crée l’argent qu’elle prête. Il faut bien
d’ailleurs que l’argent commence quelque part, n’est-ce pas? Tous les
gouvernements nous disent que ce ne sont pas eux qui font l’argent, ils
se contentent de taxer. Les travailleurs, eux, se contentent de suer.
Les industriels se contentent de produire. Il ne sort jamais d’argent au
bout de leurs machines; mais il en sort au bout de la plume du banquier.

On
ne vous en veut pas, monsieur le gérant. On est même content que
l’argent moderne soit si facile à faire. Mais ce qu’on n’aime pas —
et ce n’est pas plus votre faute que la guerre n’est la faute du petit
soldat — ce qu’on n’aime pas, c’est que le système bancaire se
considère propriétaire de l’argent ainsi créé, alors que cet argent
est réellement la propriété de la société.


Expliquez-moi cela.


Brièvement, voici: sans l’existence d’une société productrice, avec
une vie économique organisée, cet argent ne vaudrait rien. C’est la
richesse du pays, les ressources naturelles, le travail de la
population, les techniques de production, c’est tout cela qui confère
de la valeur aux 100 000 $ sortis de votre encrier pour M. Toupin.


Vous oubliez, monsieur, que M. Toupin a déposé des valeurs de tout
premier ordre avant d’obtenir cet emprunt. C’est de cela que les 100 000
$ tirent leur valeur.


Non, monsieur le gérant. Ces gages déposés par M. Toupin sont pour
vous une garantie de remboursement, sinon vous raflez les valeurs
gagées. Mais ne confondez pas garanties de l’emprunt avec valeur de
l’argent. S’il n’y avait que ces garanties-là dans le pays, s’il n’y
avait pas de production, pas de fermes, pas d’usines, pas de transport,
pas de magasins, pas de vie économique, les 100 000 $ n’auraient aucune
valeur monétaire, malgré toutes les garanties déposées par M. Toupin.

C’est
tout le pays, c’est toute la richesse du pays, c’est toute la population
du pays, qui donne de la valeur à l’argent, n’importe par quel
organisme il est créé. Cet argent, à son origine, appartient donc en
réalité à la population du pays elle-même. Qu’il soit prêté à M.
Toupin pour agrandir son usine, très bien. Mais c’est toute la
population du pays qui doit en profiter. Au lieu de procurer des
intérêts au banquier, le développement du pays doit procurer des
dividendes à toute la population.

Cet
accaparement du crédit de la société par les institutions bancaires
est la plus grande escroquerie de tous les temps. Et la plus solidement
installée dans tous les pays civilisés. Sa force et son universalité
ne la légitiment pas. Elles ne font que la rendre plus odieuse.

Toutes
les dettes publiques, municipales, provinciales, nationales, ont leur
origine dans cette grande escroquerie. La population bâtit le pays. Le
système endette la population à mesure qu’elle bâtit.

Les
corps publics, les gouvernements, font comme Toupin. Ils empruntent. Ils
déposent en garantie des obligations, des hypothèques sur nos maisons,
des promesses de taxer la population.

Les
gouvernements sont petits à côté des puissances d’argent.

Seul,
le Crédit Social affranchira les individus, les familles et les corps
publics de cette tyrannie qui n’a aucun souci de l’humain.


chapitre
précédent
                  
table des matières
                      
chapitre suivant

Devant ce déséquilibre, certaines personnes de bonne volonté se sont mis à réfléchir sur la possibilité d’améliorer le système financier actuel.
Le Britannique Écossais protestant Clifford H. Douglas a étudié le problème et lui a trouvé une solution meilleure que celle de Keynes.

Monsieur Louis Even, qui est un Canadien catholique d’origine française, a repris les idées de C.H. Douglas, et les a diffusées au Canada et dans le monde entier.

Avec l’aide de Dieu il a réussi à créer une organisation qui au Canada français porte le nom de Pèlerins de Saint-Michel. La doctrine sociale et économique que cette organisation s’efforce de diffuser s’appelle Crédit social.
Les robots de plus en plus nombreux peuvent libérer les hommes et nous protéger des guerres grâce à l’abondance toujours plus grande.



Pourquoi toutes ces guerres ?

Pourquoi toutes ces guerres ?

“La géographie est le facteur le plus fondamental en matière de politique étrangère, car il est le plus permanent.”

– Source: La géographie de la Paix.

De fait, selon le fameux Mackinder « qui tient l’Europe orientale tient la terre du milieu, qui tient la terre du milieu domine l’île Mondiale, qui domine l’île Mondiale domine le monde ».

Spykman pense que la terre du milieu, “ce pivot géographique du monde”, ce centre, selon une approche économico-géographique, est localisée surtout en zone périphérique, sur le littoral. Pour lui, le pivot du monde est composé des terres littorales – les terres côtières de Mackinder – qu’il appelle “bord des terres” ou “anneau des terres”.

Ce territoire périphérique serait coincé entre le cœur européen (Allemagne, Russie) et les mers contrôlées par les Anglais.
Spykman pense que les États-Unis doivent contrôler les États de cet “anneau des terres”. afin de s’imposer comme puissance entre ces empires européens et ainsi dominer le monde.

Le contexte de la Seconde Guerre Mondiale a obligé les stratèges américains à éviter la propagation du nazisme au-delà de la terre du milieu.

Ce contrôle est d’abord financier, et il est en très grave crise voulue pour amener à d’autres guerres…autour de la Turquie qui est l’anneau vital de cette chaîne stratégique ( Voir le dernier voyage en Europe d’ Obama).
Mais les égoïstes au pouvoir aveuglés par leurs passions exacerbées préfèrent de plus en plus d’esclaves en Chine et de plus en plus de pauvres affamés partout…

La providence a donné les lumières de deux brevets à un autre Catholique, M. Joseph ferraye, brevets qui ont sauvé la terre de la grave pollution des puits de pétrole en feu au Koweït et ont rapporté des milliards de dollars pour mettre en oeuvre un plan mondial de sauvegarde de la création et des plus pauvres. ( 33 millions par puits, il y avait plus de mille puits en feu…)

Les Koweïtiens ont payé ces milliards de dollars, mais certains escrocs et leurs acolytes basés à Genève et à Lausanne en Suisse les ont volé pour empêcher le bien…

Pour nous aider, vous pouvez faire savoir ce vol gigantesque à vos amis, vous abonner à nos revues, faire des dons ou investir dans les actions en cours. Vous recevrez le centuple en retour.

Contactez-nous, unis, nous gagnerons et nous leur ferons rendre ce qui a été volé.

Merci de le faire aujourd’hui. Le monde est déjà meilleur grâce à votre geste, si minime soit-il !

Nous pouvons doubler la production alimentaire locale de chaque village grâce à nos nouvelles techniques financières, agricoles et de stockages.

Donner à chacun ce qui lui est dû par un dividende social à tous!
à faire circuler largement, merci, le monde est déjà meilleur grâce à ce simple geste de solidarité.


Voici quelques sites touchés par l’affaire de MM Joseph et Michel Ferraye, des milliards volés not. par DSK…

Travail de Jean Chucri Canaan trouvé battu à mort, plein de bleus, dans son lit à Genève.



En hommage à…

Chucri Jean CANAAN


Tribune de Genèvele 21 mars 2011

Tribune de Genèvele 23 mars 2011

ECRIRE UNE CONDOLÉANCE

François De Siebenthal
Chère Famille. Voici toutes nos condoléances. Nous gardons un souvenir ému de notre ami Jean, de son courage et de sa joie de vivre. M. Chucri Canaan + , alias Jean, est à droite sur la photographie, devant le Tribunal fédéral suisse. http://desiebenthal.blogspot.com/2011/03/deces-bizarre-du-porteur-du-recours.html Il menait notamment avec courage un combat contre des tricheries démocratiques et juridiques en Suisse et ce jusqu’à Strasbourg. Nous le pleurons et prions pour lui. RIP. Ses amis de Lausanne et de Genève. Françoise, Isabelle, Patrick, Bruno, François, Jacques, Pierre-Maurice et tout le groupe du lundi. http://jumpcgi.bger.ch/cgi-bin/JumpCGI?id=01.10.2009_1C_257/2009 http://ferraye.blogspot.com/2009/06/rfid-passeports-biometriques-nos.html http://euroracket.blogspot.com/2009/06/recours-final-au-tribunal-federal.html
Anne-Marie Peysson
Il n’y a pas de mots assez forts pour exprimer l’immense peine qui me submerge. Je connaissais Jean depuis peu mais il m’a apporté tout l’amour et la complicité que je recherchais chez un homme. Il me répétait souvent qu’il avait enfin trouvé sa moitié et qu’il voulait être le plus possible à mes côtés. Nous nous retrouvions dans tant de domaines, l’humour, la dérision, des thèmes de société mais surtout dans notre sens de la justice. L’injustice que nous combattions, lui, avec son vécu, moi à travers mon association, nous a frappé de plein fouet et n’avons rien pu faire. Il reste ma moitié pour toujours et je tiens, à nouveau, et de toutes les façons possibles, à exprimer ma sympathie et mon affection profonde et sincère à sa famille et je prie Dieu qu’il leur donne la force de supporter l’insupportable.
Lemos Pedro
Tout d’abord mes condoléances à ta famille pour ce moment de douleur et tristesse que je partage profondément te voilà parti mon ami j’espère que tu reposeras en paix toi un guerrier jamais aguerri toujours à la recherche de la justice. Ton combat s’est terminé sans avoir été au bout mais ce n’est pas grave d’autres prendront le relais en tout cas sache que tu as été un ami. On se connaissait depuis 18 ans c’est pas rien. Repose en paix mon frère tu vas nous manquer.
Senai Terrefe
Je souhaite ici saluer le courage de mon frère et ami d’enfance Chucri que son âme repose en paix. Dans son coeur il n’y avait que de la place pour la tolérance pour tous et sans exception. Il aimait l’Afrique et les Africains et le tiers monde dans son ensemble. Il était un citoyen du monde soucieux de le rendre meilleur et mon sectaire. La vision de Chucri du monde me manque raison qui me pousse a écrire ces quelques mots en sa mémoire. Senai.
1   www.pavie.ch

 http://swissjustice.net/
 http://video.google.fr/videoplay?docid=-698047735755472484

 http://video.google.fr/videoplay?docid=-7751407403451499540&hl=fr
 http://have-it.com/denonciation/pages/otages/koweit_escroquerie_brevets_puits_petrole_feu_ferraye.html
 http://ferraye.blogspot.com/2008/09/quand-nicolas-sarkozy-voulait-crer-des.html
 http://www.wikio.fr/news/Ferraye
 http://desiebenthal.blogspot.com/2009/04/beregovoy-t-il-ete-assassine-pour-rien.html
http://www.googleswiss.com/fr/geneve/f/index.html R E C A P I T U L A T I F – D O S S I E R S – F E R R A Y E
10 http://www.magouille.ch/Le%20Matin%20-%20%C2%ABJe%20suis%20victime%20d’un%20%C3%A9norme%20complot%C2%BB.htm Victime d ‘un enorme complot
11 http://ferraye.unblog.fr/
12  http://swissjustice.net/command/indexh_en.html Swissjustice
13 http://ferraye.blogspot.com/2008/09/quand-nicolas-sarkozy-voulait-crer-des.html Joseph & Michel Ferraye pour Sa Justice: Quand Nicolas Sarkozy …
14 http://www.invention.ch/revue-de-presse/2001/puits.htm INVENTION.CH – Revue de presse
15 http://m-c-s.ch/news.php?lng=fr&pg=&id=4 le site du Mouvement Citoyen Suisse.
16 http://www.rue89.com/plume-balance/affaire-borrel-entre-infamie-raison-d%E2%80%99etat-et-trahison Affaire Borrel: entre infamie, raison d’Etat et trahison | Rue89
17 http://www.come4news.com/nicolas-sarkozy-.apres-clearstream-.laffaire-francois-rouge-944466.html Nicolas Sarkozy…après Clearstream…L’affaire François Rouge – C4N
18 http://swissjustice.net/fr/affaires/ge103_ferraye/GE103__fr.html Affaires en cours
19 http://video.google.fr/videoplay?docid=-7751407403451499540 Joseph Ferrayé à ‘Sans Aucun Doute’
20 http://desiebenthal.blogspot.com/2008/10/marc-etienne-burdet-denis-robert-joseph.html François de Siebenthal: Marc-Etienne Burdet, Denis Robert, Joseph …
21 http://conspiracywatch.blogs.courrierinternational.com/archive/2008/01/03/nasrallah-israel-est-derriere-les-assassinats-au-liban.html Nasrallah : « Israël est derrière les assassinats au Liban …
22 http://www.myspace.com/basti_space Myspace
23 http://www.oulala.net/Portail/spip.php?article2442 Affaire Clearstream – [Oulala.net]
24 http://www.reopen911.info/11-septembre/reexaminer-le-11092001/ World Trade Center Real Facts
25 http://leschroniques.net/liens.htm Liens – leschroniques.net
26 http://forums.nouvelobs.com/economie/forum_avec_airy_routier,20081210163651436.html Actualité économique, forum économie : Nouvel Obs en temps réel
27 http://www.wideo.fr/search/?q=brevet brevet – Vidéos – wideo
28 http://panier-de-crabes.over-blog.com/60-categorie-10393864.html Corruptions & malversations – Le blog de mamie sceptix/Charlotte
29 http://vanneste.over-blog.org/600-comments-1948504.html entente parlementaire – Le Blog du Député de Tourcoing Vallée de …
30 http://www.lequipe.fr/Football/20050124_221740Dev.html L’EQUIPE.FR Football – Le Servette présente un repreneur
31 http://www.teva.fr/video/joseph/0/ Les Meilleures Vidéos de Joseph – Teva.fr
32 http://www.deni-justice.net/justice/index.php?2007/02/06/44-affaire-ferraye Affaire Ferrayé – Justice & Injustices
33 http://www.parlonsfoot.com/archives/2007/03/29/humour/ Humour – Parlons Foot, le blog du football
34 http://pedopitchoun2.blogspace.fr/1043737/Du-Pouvoir-Des-Sectes/ JAMAIS SANS MON FILS – Du Pouvoir Des Sectes | pedopitchoun2 …
35 http://forum.orange.fr/liremessages.php?idsection=1673&thread=1727740 Franc Maçonnerie – Actualité politique – Société – Forums Orange
36 http://www.lepost.fr/tag/avocat/index_4.html Avocat – 29 novembre – LePost.fr
37 http://ferraye.blogspot.com/2008/10/1164-puits-de-ptrole-en-feu-au-kowet.html Joseph & Michel Ferraye pour Sa Justice: 1164 puits de pétrole en …
38 http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2005/01/31/article.php?sid=18721&cid=5 Quotidien indépendant
39 http://www.actualite-de-stars.com/video/anne-sinclair.html Vidéos de Anne Sinclair – Visionnez les vidéos de Anne Sinclair
40 http://www.alterinfo.net/banque-islamique-La-revolution-dans-le-systeme-bancaire-en-France-%E2%80%8E_a26521.html ”banque islamique” : La révolution dans le système bancaire en …
41 http://www.wikio.fr/international/asie/arabie/koweit Koweït – Arabie – Asie – International – Actualité
42 http://blogs.alsapresse.com/index.php?2006/04/30/150-clearstream-villepin-peut-il-rester-a-matignon Clearstream : Villepin peut-il rester à Matignon? – Blog du …
43  http://www.wideo.fr/video/iLyROoafY-q8.html Nicolas Sarkozy et le crédit hypothécaire, histoire d’exhumations …
44 http://www1.fr.uefa.com/news/kind=2/newsid=276205.html euro2008.uefa.com – Dernier acte du feuilleton servettien
45 http://vanneste.over-blog.org/article-6094343-6.html Pour la France, j’attends Sarkozy ! – Le Blog du Député de …
46 http://www.union-ch.com/ la résistance aux corruptions
47 http://www.nnm.co.il/clips/view7p8F1yoXhro.html Clips and Flix Search Engine
48 http://desiebenthal.blogspot.com/2009/02/victoire-judiciaire-geneve-pour-le.html François de Siebenthal: Victoire judiciaire à Genève pour le …
49 http://basacode.blogspot.com/2007/01/clearstream-kuwait-gate.html BASA CODE = V pour Vérité: Clearstream – Kuwait Gate
50 http://www.kinderohnerechte.ch/web/swissjustice-070530.php KINDER OHNE RECHTE – Swissjustice Newsletter 30.05.2007
51 http://petermaudet.blogspirit.com/ Peter Maudet
52 http://euroracket.blogspot.com/2008/09/rolex-et-ferraye-le-notaire-pierre.html Alternatives: Rolex et Ferraye. Le notaire Pierre Mottu coule MM …
53 http://www.midiassurancesconseils.com/Lepilori2007C.htm So gings mit Marc Rogers in den Konkurs
54 http://telechargerproduitsvirtuels.eu/tag/Un-specialiste-des-procedures-bancaires-vous-devoile-comment.html Un specialiste des procedures bancaires vous devoile comment
55 http://www.etleborobelgique.blogspot.com/ etleboro belgique
56 http://www.wirtschaft.ch/Servette+gerettet/201875/detail.htm wirtschaft.ch – Konkurs – Servette gerettet?
57 http://euroracket.blogspot.com/2008/10/des-missions-pour-prparer-l.html Alternatives: Des émissions pour préparer l’ anniversaire le 22.10 …
58 http://www.zilverendolfijn.nl/zd/zd.pl?a=fc&c=1&kt=NL&s=c&k=JPROSSEM%2C2&f=sb Zilveren Dolfijn – Jean Pierre van Rossem: De schat van de arme …
59 http://www.myspace.com/josephkalish MySpace.com – joseph – 31 – Male – TEL AVIV, Tel Aviv – www …
60 http://www.facebook.com/people/Sam-Ferraye/573866582 Sam Ferraye | Facebook
61 http://www.milhars.com/dynasties.htm Liste chronologique des personnages ayant eu la responsabilité et …
62 http://www.friskyradio.com/promo/lebanon001.php frisky R a d i o | …loves Lebanon
63 http://www.namesdir.com/F_Sam Names Directory: Sam
64 http://www.leb.org/v3/browse?alpha=f&sort=3 Leb.org: Alphabetical browsing [F] (all compressed)
65 http://m-c-s.ch/ le site du Mouvement Citoyen Suisse.
66 http://www.mcge.ch/ Mouvement Citoyen Genevois
67 http://fr.wikipedia.org/wiki/Mouvement_citoyens_genevois Mouvement Citoyen Genevois
68 http://www.googleswiss.com/fr/geneve/f/index.html R E C A P I T U L A T I F – D O S S I E R S – F E R R A Y E
69 http://www.pavie.ch/articles.php?lng=fr&pg=131
70  http://www.googleswiss.com/fr/geneve/jf/preuves-e.html Documents irréfutables sur l’escroquerie au détriment de Joseph FERRAYE
71 http://video.google.com/videoplay?docid=-7751407403451499540&q=Joe+Durant Joseph Ferrayé à ‘Sans Aucun Doute’
72 http://ferraye.blogspot.com/ Joseph & Michel Ferraye pour Sa Justice
73 http://swissjustice.net/index_it.html Appel-au-Peuple
74 http://www.warprofiteering.net/category/exxonmobil/ War Profiteering » ExxonMobil
75 http://www.myspace.com/basti_space
76  http://ww2.unime.it/lettere/16Progr.htm Ethan Frome
77 http://ferraye.ifrance.com/ A : Rédactions de la presse internationale
78 http://www.magouille.ch/Le%20Matin%20-%20%C2%ABJe%20suis%20victime%20d’un%20%C3%A9norme%20complot%C2%BB.htm Le Matin – «Je suis victime d’un énorme complot»
79 http://fr.wikipedia.org/wiki/Fran%C3%A7ois_de_Siebenthal François de Siebenthal – Wikipédia
80 http://desiebenthal.blogspot.com/ François de Siebenthal
81 http://www.geneve.ch/grandconseil/index.asp Grand Conseil Geneve
82 http://www.vd.ch/index.php?id=1155 Grand Conseil Vaud
83 http://www.be.ch/gr/default-f.htm Grand Conseil Berne
84 http://cr.contentx.ch/m/mandanten/179/topic5579/story12248.html Grand Conseil Lucerne
85 http://www.vs.ch/Navig/home.asp Canton de Vaud
86 http://fr.wikipedia.org/wiki/Grand_Conseil_(Suisse) Grand Conseil Suisse
87 http://www.zipiti.ch/Plaques/Suisse/CH.html
88 http://www.swissjustice.net/fr/affaires/ge103_ferraye/050122_Ferraye_f.htm Joseph Ferraye
89 http://www.montki.be/content/view/3016/101/ L?affaire du Torrent d?eau claire (Clearstream)
90

MALVERSATIONS


A B
1











http://www.rfj.ch/rfj/Actualite/Regionale/7408Lenquete_sur_les_malversations_de_lancien_depute-maire_de_Boecourt_bientot_terminee.html L’enquête sur les malversations de l’ancien député-maire de …
8 http://swiv.eu/regulation-bancaire-et-financiere_fr_245.htm Swiv – Régulation bancaire et financière – Flux RSS – Veille d …
9 http://archives.24heures.ch/VQ/LA_COTE/-/article-2007-05-3650/detournementsl-enquete-policiere-sur-les-malversations-de-l-ancien-patron-de-la detournementsl enquete policiere sur les malversations de l ancien …
10 http://signature.rsr.ch/?p=597 La leçon du gouvernement américain sur RSR – Le Blog de Signature
11 http://www.icrc.org/web/fre/sitefre0.nsf/htmlall/hq-contr%20interne%20gestion?opendocument Profession : Contrôleur interne de gestion (femme ou homme) à 100 …
12 http://www.chuv.ch/chuv_home/chuv_qui_sommes_nous/chuv_rap_annuels/chuv-ran06.htm Hôpital universitaire Lausanne CHUV: rapports annuels 2006
13 http://www.ahjucaf.org/spip.php?article6632 B. Fonctionnement de la justice et exercice de la fonction de …
14 http://www.remunerations.ch/faillites.html 2. Des faillites, des gestions malhonnêtes et des malversations
15 http://www.mecanopolis.org/?p=4456 Mecanopolis » La Suisse, un obstacle à la dictature financière de …
16 http://info.rsr.ch/fr/economie/Soupcons_de_malversations_au_CHUV.html?siteSect=200201&sid=6657998&cKey=1145994907000 Soupçons de malversations au CHUV
17 http://www.sp-ps.ch/index.php?id=133&month=6&page=3&L=1 Parti Socialiste Suisse – Médias – Communiqués 2007
18
Étrangers: brèche en vue dans le secret bancaire | Suisse | Actu …
19

PARTIS


A B
1







http://www.geneve.ch/statistique/statistiques/domaines/17/17_02/methodologie.asp Statistique Suisse Geneve
6 http://lesverts.fr/article.php3?id_article=1359 Les verts Ecologistes
7 http://www.admin.ch/ch/f/pore/nrw03/list/kt_index.html Admin Suisse
8 http://www.cites.org/fra/disc/text.shtml Convention
9 http://www.unhchr.ch/french/html/menu3/b/o_c_ref_fr.htm Convention relative au statut des réfugiés
10 http://www.at-suisse.ch/fr/page-daccueil/facts/politique/convention-cadre-de-loms.html Convention-cadre de l’OMS
11 http://www.edubank.ch/fr/lesformations/convention EDUBANK – Convention
12 http://domainepublic.blog.24heures.ch/tag/convention%20de%20double%20imposition convention de double imposition : domainepublic.ch
13 http://www.verts-ge.ch/geneve/conseils-municipaux/ Liste des élu-e-s vert-e-s | Les Verts Genève – Parti politique
14 http://www.geneve.ch/grandconseil/parti/liste_partis.asp Partis politiques – Etat de Genève
15





http://desiebenthal.blogspot.com/2011/05/pour-un-capital-social-local-le.html

http://pavie.ch/articles.php?lng=fr&pg=711

http://www.union-ch.com/file/Speeches_and_workshops_of_the_03_04_.pdf

https://docs.google.com/document/d/1MRXDMGi4zbTYwFiKI8qpqFeAg3ayEkLaufWq4OrlQ0o/edit?hl=fr&authkey=CLrT-IwK

Comment créer et partager les surplus:
https://docs.google.com/viewer?a=v&pid=explorer&chrome=true&srcid=1Kxlo32UKwGx0fVhNYmkul1mr0oKs6RyIIdzKOUAlcWVv6n83Z-Cnr8lc-EHs&hl=fr
 

Sarkozy et Clovis.

Lettre ouverte au Président de la France.

Sarkozy et Clovis ( dire Glovis). Le G de Gott plus Lovis qui a donné Louis.

Clovis
en train de perdre la bataille face aux païens promet au Dieu de
Clotilde ( dire G lothilde ) qu’il se convertira en cas de victoire.

La crise financière est-elle sans limites ? Vous pouvez poser des limites. Comment ?

Plus de gens devraient lire cet article, tout simplement

Sur
l’Internet les lecteurs ont le pouvoir! Ils décident quelle information
fera le tour du globe! Peut-être vous n’en êtes pas conscient, mais si
chaque lecteur envoie un lien à trois autres personnes intéressées, il
suffit de vingt pas pour atteindre 3,486,784,401 personnes! Vous voulez
le voir se produire? Utilisez votre pouvoir !

3 x 3 x 3 x 3 x 3 x 3 x 3 x 3 x 3 x 3 x 3 x 3 x 3 x 3 x 3 x 3 x 3 x 3 x 3 x 3 = 3,486,784,401

à faire circuler largement, merci, le monde est déjà meilleur grâce à ce simple geste de solidarité.

La France, Fille Aînée de l’Église,
grâce à Ste Clotilde, épouse de Clovis.
Une Suisse Burgonde qui convertit Clovis, chef des Francs
La Suisse dit non aux abus de l’ Union européenne
Nous aimons citer une partie d’une conférence de M.
François de Siebenthal, de la Suisse, lors de notre
réunion du 28 mars, à la Maison de
l’Immaculée, à Rougemont. M. François de
Siebenthal est MBA et licencié en économie HEC de Lausanne et
licencié en sciences juridiques de l’Université de
Lausanne. Il est a. Consul général honoraire des Philippines et Secrétaire général du Corps Consulaire à Lausanne.
M. de Siebenthal a un grand amour de sa patrie. Il souhaite de
tout cœur que la Suisse n’adhère pas à l’Union
européenne afin qu’elle puisse garder sa civilisation
chrétienne, sa culture.
«La Suisse a dû résister pendant des
siècles, dit M. de Siebenthal et elle doit encore
résister maintenant à ce que l’on appelle l’Union
européenne. C’est une union qui ne veut pas Dieu dans sa
Constitution et qui veut de nouveau écraser la Suisse. La
Suisse a dit encore une fois «non» à l’Union
européenne et elle a déjà refusé
plusieurs fois. Et l’Union européenne continue d’attaquer
la Suisse…»
Le drapeau suisse que vous m’avez fait l’honneur de remettre en
évidence sur la scène et par vos chants est un
drapeau carré qui a une grande signification dans
l’héraldique. Sur ce drapeau carré, le seul dans le
monde avec celui du Vatican, les trois symboles de la
Trinité, le carré est le symbole de la
création divine par le Père, le rouge, c’est la
couleur du Saint Esprit. La croix représente la croix du
Christ. Lors d’une bataille où les Suisses combattaient
pour l’Église, un crucifix était attaché haut
près de la hampe. Dans l’histoire, ce crucifix est
descendu, il s’est agrandi et il est devenu le drapeau de la
Suisse. Le culte des Dix Mille Martyrs (la
vénération des saints Maurice, Victor, Ursus et
leurs camarades de la légion thébaine, qui subirent
le martyre à l’actuel Saint Maurice en Valais), très
répandu en Suisse à l’époque, aurait
influencé le choix de la croix blanche sur fond rouge, car
dans beaucoup représentations des saints on les voit avec
de telles armoiries ou même un tel drapeau. De plus, le
pennon impérial, rouge à la croix blanche
traversante lui aussi, a contribué au choix de
l’emblème confédéré.
L’hymne national de la Suisse est l’hymne le plus ancien du
monde. Il parle de Dieu dans ses strophes. Le corps des gardes de
Suisse est le corps armé le plus ancien du monde encore en
mission. Il défend sa seule fonction qui est de
défendre le Pape, l’Église, l’Épouse du Christ.
La Suisse, mon pays, s’appelle aussi la
Confédération helvétique. Nous sommes un
petit pays mais qui respecte plusieurs cultures.
Saint Nicolas de Flue.
Notre patron est saint Nicolas de Fluë, un père de
famille avec 10 enfants, qui sous l’injonction de la Sainte
Trinité, s’est éloigné de 300 mètres
de sa maison. Il a vécu 19 ans sans rien manger ni boire
que la Communion. Et il a une très grande influence sur la
spiritualité de la Suisse. C’est lui qui nous a
protégés de nombreuses guerres mondiales. Nous
sommes en paix depuis bien des siècles, grâce
à un père de famille qui s’est consacré
à Dieu pendant plus de 20 ans de sa vie.
Civilisation remontant aux apôtres selon St Pierre Canisius.
C’est bien important pour comprendre les paramètres
économiques que nous vivons présentement, de
connaître un petit peu la civilisation suisse.
Historiquement, il faut savoir que la Suisse dépend en
premier lieu, par une tradition orale, de saint Materne qui
était le fils de la veuve de Naïm, qui était
mort et qui a été ressuscité par le Christ.
Il est venu évangéliser l’Europe, notamment la
Suisse, l’Alsace et la montée vers la Pologne. C’est notre
premier lien avec les apôtres. C’est un saint qui a
été ressuscité du temps du Christ et qui est
ressuscité une deuxième fois avec l’aide de saint
Pierre, sur le territoire proche de la Suisse…
Saint Materne a vécu à un endroit qui s’appelle
Hel vet, en Alsace, qui était proche d’Helvétie, de
la Confédération helvétique. Saint Materne a
eu une grande influence sur la formation chrétienne en
Suisse, dans le temps du Christ. D’Israël, il est venu
directement dans ces régions.
Le deuxième grand saint qui influence aussi la Suisse,
c’est saint Maurice qui était un Égyptien de couleur noire,
officier de l’armée romaine. Il a été
tué comme martyr avec ses compagnons à Agaune qui a
pris le nom de Saint-Maurice, en sa mémoire, avec une
abbaye très célèbre dans le monde entier
où il y a les reliques de saint Maurice.
Premier roi catholique en Europe
La Suisse a été influencée aussi par le
premier roi chrétien d’Europe. Beaucoup de livres
d’histoire sont faux. Le premier roi catholique d’Europe c’est
saint Sigismond qui était un roi burgonde. Toute sa famille
a été massacrée à titre de martyre,
parce que le roi voulait convertir l’Europe de l’époque au
christianisme. Lui et toute sa famille ont été
jetés dans un puits. Il y a eu toute une alliance de
différents blocs contre cette christianisation.
Déjà, à l’époque, les puissants
s’alliaient contre les catholiques.
Le royaume burgonde est venu de Worms, au bord du Rhin. Les
Burgondes catholiques chrétiens ont combattu Attila (le
chef des Huns) qui attaquait l’Europe. Cela a donné une
gigantesque bataille sur le Rhin qui a causé plus de 20’000 morts.
Pour l’époque, c’était colossal. Cette grande saga,
qui était la lutte entre chrétiens et
non-chrétiens, a donné une mystique
européenne des Nibelungen qui est sous-jacente dans
beaucoup de cultures européennes : anglaise,
française, allemande, danoise, suédoise, etc.
Donc, le premier roi catholique de l’Europe, c’est
Saint-Sigismond. Une princesse burgonde, Idilco, a tué
Attila pendant la nuit de « noce ». Elle a sauvé
l’Europe d’un danger terrible de destruction parce que les Huns
tuaient leurs ennemis très facilement. Les Huns sont
retournés en Asie.
Sainte Clotilde, une Burgonde de Genève.
La princesse burgonde, Clotilde qui était de la famille
de saint Sigismond, est devenue l’épouse de Clovis. Elle
l’a converti au catholicisme. Grâce à cette princesse
burgonde, la France qui est reliée à la Bourgogne,
est devenue chrétienne catholique. Les Burgondes avec
Clotilde ont donc été les fondateurs de la Fille
Aînée de l’Église, la France.
Le Sanctuaire des Rois français qui est Saint-Denis a
été complètement profané par les
révolutionnaires. Le Sanctuaire des Rois burgondes qui est
Saint-Maurice, grâce à Dieu, n’a jamais
été profané. Ce sanctuaire est près de
Lausanne.
Le frère de ce Roi Sigismond s’appelait Godomar. Il
s’était réfugié dans les montagnes de Suisse,
près de Saint-Maurice. Il a fondé la civilisation
valser. Le Roi Godomar, pratiquant l’Évangile, a reconnu
que tous les citoyens burgondes étaient des prêtres,
prophètes et rois, base de la démocratie
directe.
Semblable au Crédit Social
Le Roi Godomar a pratiqué la méthode du Ring. La
notion du Ring, qui rejoint la notion du Crédit Social de
Louis Even, définit que le pouvoir doit rester le plus
local possible. Tous les hommes se réunissaient en Ring,
c’est-à-dire en cercle. Et dans les montagnes, ils
définissaient localement leur vie sociale,
économique et politique.
La coutume était prise de partager les domaines. Tous
les domaines communs burgondes s’appelaient des allmends. Ce
système économique du Ring était basé
sur la maternité et le respect de la famille. Les femmes,
contrairement au droit romain, avaient le droit d’agir en justice
et même de se battre lors des guerres
Contrairement à tout le reste du monde, dans la
tradition burgonde, la tradition valser aussi, ce n’est pas le
fils aîné qui hérite du domaine mais c’est le
cadet. Le dernier des garçons, le petit cadet, c’est
l’assurance-vie, l’assurance-maladie.
Étant donné que les montagnes suisses étaient
très pauvres, les aînés devaient partir avec
une partie du troupeau et aller coloniser la vallée
voisine. C’est ainsi que la civilisation valser s’est
répandue dans toutes les Alpes, dans toutes les montagnes.
Si les aînés rataient leur expédition, ils
pouvaient revenir au point de départ. Comme le cadet
était l’assurance-vieillesse du père et de la
mère, les petits s’occupaient des malades et aussi des
parents. Cette coutume d’avoir toujours un responsable en dernier
ressort, favorisait la démocratie parce qu’autour de la
table familiale, le petit, on l’écoutait. On savait qu’il
était l’assurance de la famille.
Leur doctrine pratique se résume donc en
fédéralisme, subsidiarité, corps
intermédiaires, communes, cantons,
confédération, fiscalité proche des
citoyens.
Hofer le tyrolien a défendu ces valeurs même
contre les troupes napoléoniennes.
La démocratie directe unique en Suisse (initiative
constitutionnelle, référendum) vient de leur
histoire.
Les Valsers ont perfectionné la technique de la montagne
dans toute l’Europe. Il ont colonisé, depuis leur
vallée d’origine, le Siebenthal (Gstaad, Saanen, Gessenay, Gsana, Gsteig…)
la Suisse, l’Allemagne ( Bavière), l’Autriche, la France,
l’Italie, le Liechtenstein et même des vallées
yougoslaves (Sbrinz).
Ils sont les spécialistes de la construction des bisses,
des routes de montagne, des ponts ( le pont du diable au Gothard,
du GSanetsch….).
Un des noms de famille est par exemple von Flüe en
allemand, de La Pierre en Français, de la Pierraz en
italien….
Doctrine sociale de l’Église incarnée dans
l’histoire
Une des caractéristiques de la Suisse, de cette
civilisation valser, qui est une assimilation de Français,
d’Allemands, d’Italiens, d’Autrichiens, de Yougoslaves, etc.,
c’est un respect de la Doctrine Sociale de l’Église
incarnée dans l’histoire. Avant peut-être même
que la Doctrine Sociale de l’Église existe, en tant que
Doctrine Sociale, les Valsers la pratiquaient en respectant
l’Évangile. Tous les villages valsers avaient un
prêtre, un cimetière autour de l’église. Les
maisons étaient réparties sur les territoires en un
réseau respectueux de la nature. La deuxième loi
promulguée fût celle du respect des forêts pour
éviter les avalanches.
Chez les Valsers, pendant une longue période de
l’histoire, il n’y avait pas d’argent. Cette civilisation s’est
très bien développée, non polluante.
La famille à l’honneur
La grande coutume valser, c’était donc d’offrir dans une
grande fête, lors du mariage d’un couple, une maison aux
mariés, la maison toute équipée, construite
pendant la fête. L’art musical (yodle, tyroliennes, la
valse…) et pictural est joyeux.
Quand un enfant arrive, on dresse une grande pique ornée
de son prénom pour en informer toute la vallée.
Cette grande pique a servi de modèle pour faire les
hallebardes avec une pique, une hache et un crochet sur la
même lance pour la défense des familles.
La famille était mise à l’honneur. Donc, la
première unité de la Doctrine Sociale de
l’Église, la famille, était aidée par la
communauté comme un cadeau. La deuxième unité
était la commune (la paroisse), des foyers de familles.
Les familles des communes sont les cantons. Le canton, en
Suisse, c’est un petit Etat qui a son organisation, sa police, son
système scolaire. Ce sont des états assez
indépendants. Et certains cantons sont eux-mêmes des
confédérations de petits Etats. Au niveau de la
Suisse entière, c’est une Confédération de
petits Etats, de plusieurs cultures, de plusieurs langues qui
vivent en bonne intelligence depuis des siècles.
Principes de la Doctrine Sociale
Le deuxième principe de la Doctrine Sociale de
l’Église : les corps intermédiaires. Et cela
fonctionne depuis des siècles en Suisse.
Troisième principe de la Doctrine Sociale de
l’Église qui a été mis en pratique de
manière automatique et historique, en Suisse : c’est le
principe de «subsidiarité».
«Subsidiarité» veut dire que le pouvoir doit
rester le plus bas possible. Le principe constitutionnel suisse :
tous les pouvoirs sont en bas, sauf ceux qui ont été
expressément délégués au niveau
au-dessus et par écrit. Si quelque chose n’a pas
été écrit et défini dans un texte par
écrit, cela reste au niveau du bas. C’est exactement
l’inverse dans les Traités européens de Maastricht
et les suivants…
Notre Constitution commence par le nom de Dieu Tout-Puissant.
C’est l’une des rares constitutions du monde qui commence encore
au nom du Créateur.
Petites banques locales
Au niveau économique, en Suisse, il y a
énormément de petites banques locales, des banques
mutuelles. Très souvent ces banques ont été
fondée dans une ferme ou une salle paroissiale. Et le
banquier est un paysan. Il tient les comptes. Il y a des milliers
de petites agences comme ça. C’est ça, la vraie
force des banques suisses. Dans les villages, ce sont de bien
petites agences tenues par des paysans.
Une démocratie économique
La Suisse décentralisée travaille par
référendum, par initiative. Les Suisses qui ne
sortaient pas l’hiver à cause des montagnes, de la rigueur
du climat, avaient le temps de penser à de nouvelles lois,
aux initiatives à prendre, à un
référendum à faire au printemps. Tous les
hommes se réunissaient à un endroit «Le
Ring». Ils devaient gérer les possessions communes qui
appartenaient à tout le monde. Tout le reste de l’Europe,
c’était des monarchies. La Suisse était un rare
endroit du monde où il y avait une démocratie qui
gérait l’économie locale : le Crédit Social
appliqué localement et historiquement, pendant des
millénaires. (NDLR : Cette phrase de Louis Even
était mise en pratique : «Une aristocratie de
producteurs au service d’une démocratie de
consommateurs.»)
La civilisation valser existait sans argent, sans
intérêt, sans usure, sans tout le système qui
actuellement étrangle tous les pays. Nous voyons que notre
pays, la Suisse, comme tous les autres pays, est en voie de
disparition. Alors ma formation d’économiste, de banquier
me permit de mieux comprendre ce qui se passe.
Il est clair que les banques suisses profitent d’une situation
d’actif, d’un héritage qui vient de l’histoire, en paix, au
milieu de l’Europe en guerre. La Suisse est devenue très
riche. Tout le monde avait confiance en ce petit pays. Le facteur
essentiel en économie, c’est la confiance. Crédit,
qui vient du mot latin credere, signifie avoir confiance, donner
son cœur, cuore dare. Le capital se réfugiait en
Suisse et les banquiers suisses sont devenus des acteurs
incroyables dans l’économie mondiale. Ils profitent donc
d’une situation qui est un don de Dieu, un héritage qui
fait que la Suisse a une bonne réputation dans le monde
entier.
Cela rejoint un principe de notre fondateur, Louis Even :
Chacun a un héritage, chacun est un héritier. Que ce
soit les biens de la création, que ce soit des biens
technologiques, des biens du savoir, des biens de l’organisation,
des structures de la société, il y a tout un
héritage qui fait que chacun d’entre nous devrait
participer à cet héritage et vivre grâce
à cet héritage.
C’est un peu l’histoire en résumé du pays
d’où je viens. En fait, on a incarné le
Crédit Social de Louis Even et du Major C.H. Douglas.
François de Siebenthal
http://www.inconditionnel.ch/index.php?id=73&L=1

Monsieur le Président Sarkozy, vous pourriez promettre la même chose dans votre coeur, de vous convertir chaque jour et d’aller vous confesser régulièrement chez un bon évêque, Mgr Rey par exemple, alors vous gagnerez cette élection du mois de mai, le mois de Marie.

Partage de l’abondance et du bonheur


Cher ami,

J’ai lu avec intérêt le texte que vous m’avez envoyé. 
J’ai fait un pèlerinage il y a environ dix jours à Gstaad http://www.gstaad.ch/fr/index.cfm
qui était la capitale fortifiée du royaume de Burgondie, premier
royaume chrétien du monde.
Traduction en allemand moderne : God + Staat,
c’est à dire Dieu et l’Etat ! 
Les Burgondes avaient été convertis par Saint Materne au Ier siècle, “ “le fils décédé de la veuve de Naïm, ressuscité par
Jésus+”, selon les écrits de Saint Pierre Canisius à Fribourg. Il
semble aussi que de nombreux juifs convertis se soient établis,
notamment en Suisse romande et ont apporté de nombreuses traditions
juives davidiques et chrétiennes du pouvoir, dont par exemple
l’organisation de la vie des bourgs et villages en communauté de partage
des biens, dites “organisation bourgeoisiales” (ex. http://www.bourgeoisie-de-sion.ch/)
qui existent encore aujourd’hui en Suisse et qui géraient en commun
les terrains et le fruit de la terre, les distribuaient au prorata du
nombre des enfants par famille, géraient des lots communs au profits des
veuves et indigents, construisaient “gratuitement” en commun la maison
et les meubles d’un nouveau couple marié, plaçaient le pouvoir sur le
respect du plus faible de la communauté, etc. On ne peut exercer la
royauté, disait les rois burgondes que si chaque homme est roi au sens
biblique, c’est à dire éduqué à gérer le bien commun avec
responsabilité, soit en se confrontant aux difficultés du pouvoir au
plus bas niveau et en résolvant les difficultés présentes avec équité,
apprentissage voulu par Dieu pour croître en sagesse. Il y a donc
obligation de subsidiarité du pouvoir, le dernier niveau, celui du roi
ne s’occupant que de la protection du royaume et des relations
“diplomatiques” et favorisant partout l’exercice d’une vraie justice au
profit des plus faibles.

C’est
une princesse burgonde, la princesse Clothilde ( lire Glothilde ou Clotilde ) qui se mariant avec
Clovis le convertit au Christianisme au environ de l’an 500, permettant
aux Francs de jouir librement du Christianisme. Toutes ces traditions
chrétiennes du pouvoir ont disparus avec la perte de la foi, mais aussi
par ce que dans le Protestantisme, l’individu est prédestiné et qu’un
des signes de sa prédestination est sa richesse matérielle. En effet, la
qualité des oeuvres est moins importantes dans le protestantisme et le
sur-activisme est bien vu. Cette attitude devenant leader dans notre
pensée, elle a forgé un individualisme et un libéralisme économique
totalement opposés aux traditions de gestion communautaires des biens et
du savoir développées jusqu’à la fin du Moyen-Age. 

Je
vous envoie ci-joint les armoiries de ma famille, originaire de
Gstaad, photos prises dans la chapelle moyenâgeuse de Gstaad, dans le
premier vitrail à droite de l’autel. C’est le symbole des deux poissons
qui ont servis à la multiplication de la nourriture par le Christ avec
les 5 pains. C’est donc le symbole de la justice de la répartition des
biens communautaires et en surabondance lorsqu’il y a partage des
charismes des métiers humains et respect de la loi divine. La deuxième
armorie sur la photo est celle de mon ami François de Siebenthal qui a
fait avec moi ce pèlerinage, soit un dragon signifiant le démon
emprisonné par les 7 sceaux de Dieu (fin de la fin des temps dans
l’apocalypse). symbolisant le combat de la fin des temps avec le dragon
voulant prendre le pouvoir sur la terre, jusqu’à la crucifixion
matérielle de l’église catholique sur la terre qui suit l’histoire de
la vie terrestre du Christ. Il y a donc un temps d’apostasie
progressive jusqu’à cette crucifixion où se généralise un système de
valeurs non chrétiennes et injustes, concentrant le pouvoir pour le
céder au démon. La concentration du pouvoir est l’opposé de la
subsidiarité puisqu’elle est nécessaire pour une transmission à un
pouvoir autoritaire anti-chrétien.

A
mon avis, le système monétaire définit par la philosophie du pouvoir
et surtout les acteurs du pouvoir en place, suit la même logique. On
peut donc être audacieux dans sa critique, surtout si dans l’apocalypse
le signe de la puissance de l’antéchrist semble être l’exercice de
l’économie réservée exclusivement à ses adeptes, au travers du contrôle
très strict de son droit d’usage, lié à une nécessité de parjurer sa
foi au vrai Dieu. On pourrait développer ce point et le système qu’il
convient de mettre en place pour arriver historiquement au contrôle
décrit dans l’apocalypse, mais je reviens sur votre article en vous
communiquant un exemple de fonctionnement transversal du système de
subsdiarité qui subsiste en droit suisse au travers de la préréquation
financière qui était à l’époque une aide des régions riches vers les
régions pauvres sur la base de dons des régions riches sur les régions
pauvres pour favoriser leur développement et le système éducatif.
Aujourd’hui ce système est aussi l’enjeu des philosophies modernes, mais
vous trouverez sa version actuelle sur ce lien de l’administration
fédérale suisse  : http://www.efv.admin.ch/f/downloads/finanzpolitik_grundlagen/finanzausgleich/revisionp_grundlagen/NFA-Brochure_f.pdf

En vous souhaitant un joyeux Noël en famille, très cordiales salutations,

Y. R.

http://www.de-siebenthal.com/site03.htm

http://www.de-siebenthal.com/SITE05.HTM

http://desiebenthal.blogspot.com/2011/05/pour-un-capital-social-local-le.html
https://docs.google.com/document/d/1MRXDMGi4zbTYwFiKI8qpqFeAg3ayEkLaufWq4OrlQ0o/edit?hl=fr&authkey=CLrT-IwK

Comment créer et partager les surplus:
https://docs.google.com/viewer?a=v&pid=explorer&chrome=true&srcid=1Kxlo32UKwGx0fVhNYmkul1mr0oKs6RyIIdzKOUAlcWVv6n83Z-Cnr8lc-EHs&hl=fr
 

DSK et le ministre libyen mort noyé dans le Danube ?

Vu le ministre libyen retrouvé mort dans les eaux du
Danube et qui était au courant des vols des  brevets et royalties
Ferraye, nous demandons à tous les autres responsables pétroliers du
monde ou à toute autre personne de signaler des faits ou des documents prouvant le vol des brevets
Ferraye à partir de 1991. 

DSK impliqué ? TF1 censuré sus sa demande !

http://www.youtube.com/watch?v=pyN4600EWnE

Ultime révélation sur l’affaire
DSK, la blonde qui était avec lui dans la nuit du Sofitel, serait la
femme de Descoing, le directeur de sciences Po trouvé mort,
mystérieusement, dans son hôtel de New-York.

Lequel Descoing aurait été
appelé à faire partie du gouvernement DSK…



 http://sos-crise.over-blog.com/article-affaire-dsk-richard-descoings-strauss-kahn-kadhafi-quels-liens-104283568.html




Dites-moi, au sujet de ce Kadhafi, qui voulait aider la campagne de
Sarkozy, et s’il avait aussi voulu aider celle d’Obama ? 



Et s’il avait été
au courant pour les histoires de Ben Laden ? Et du 11 septembre ???

Ne pensez pas que vous suivez une élection ordinaire comme au temps
des Giscard et des Mitterrand. Là où la fraude était banale mais quand
même pépère.



Ici nous sommes dans un autre monde. Al Capone, saint de notre temps, veille sur nous !
 
Sarko, n’en doutons pas est prêt à tout pour garder son job. A TOUT.

Et, je voudrais dire à tous ceux qui s’excitent comme des puces sur
ce forum et ailleurs en disant « Votez Hollande ! Chassez Sarko » que
celui-ci a quand même l’arme de décision massive à savoir un ministère
de l’intérieur responsable des résultats des élections en particulier de
ceux des fameuses machines à voter.

Voilà, selon moi, la raison de son adjuration finale aux électeurs
FN . Non pas pour les convaincre, il s’ en fiche, mais pour avoir un
argument quand il faudra qu’il explique un pourcentage non négligeable
de voix qui se sont mystérieusement, portées sur son nom et l’auront
élu. Il aura convaincu le FN !

Actuellement sous nos yeux une production avec beaucoup de moyens : Sarko contre NWO.
 Qui va gagner ?
 Sarko sera-t-il le Ben Ali, le Moubarak, le Kadhafi de nos contrées, débarqué par ses maîtres ?


Ou va-t-il réussir à Guéantiser ces élections ?




Pauvres impuissants que nous sommes, occupons-nous quand même de ces machines à voter.


Aujourd’hui je demande au ministère de l’Intérieur la liste
actualisée des villes qui jouissent d’un vote électronique. Et il paraît
que le ministre de l’Intérieur refuse de donner ce renseignement. 



Voyons.
L’enquête continue…
Ce que tu peux faire, fais-le.
 
Tout est à faire. On le fera !

Source: Agoravox http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/pompidur-a-mis-sa-race-a-sarko-116076

Affaire DSK: la fameuse blonde était la femme de Richard Descoings


:
< >



Samuel Jenkins

Samedi 28 Avril 2012


 

Affaire DSK: la fameuse blonde était la femme de Richard Descoings
Dans l’entre deux tours de la Présidentielle, il est grand temps que des vérités sortent. Voici notre
première.
 

Petit rappel: Strauss-Kahn travaillait avec Kadhafi pour créer une nouvelle monnaie capable d’aider les pays pauvres et
en voie de développement, une monnaie qu’il devait annoncer à Deauville deux semaines après son arrestation à New York. A lire

L’on apprend aujourd’hui et sans surprise qu’il devait se présenter aux élections présidentielles le 15 juin 2011.

WikiStrike mène l’enquête depuis l’affaire Descoings, et nous avons fait quelques belles trouvailles.

L’ancien directeur de Science Po retrouvé mort dans son hôtel à New-York (aussi), Monsieur Richard Descoings, devait entrer
dans le gouvernement DSK. Cette info nous parvient de l’un de ses proches qui préfère rester anonyme.

Il était même envisagé que DSK le nomme 1er ministre ! 

Ils
sont deux amis proches qui se voient régulièrement aux Etats-Unis. Par
ailleurs, les femmes travaillent ensemble !
Oui oui, Anne Sinclair est présidente du Conseil d’administration
de la Fondation Science-Po en compagnie de la Femme de Descoings, Nadia
Mank, qui est directrice en charge des partenariats et
du développement des affaires !

Mais ce qui devient vraiment intéressant, c’est que la femme qui a déjeuné avec DSK la veille au soir de la folie subite
DSKnienne un peu Kafkaïenne était… Madame Descoings ! Madame Mank ! (la fameuse blonde).  

Toujours selon la famille Descoings, on parle bien de meurtre et pas de suicide ni de folie franc-maçonne du genre beuverie,
drogues, femmes, et compagnie…

R. Descoings était le lien de DSK en France dans l’affaire libyenne.

Et si DSK n’a plus le droit à la parole, R. Descoings l’avait encore…

Information importante: La femme de Descoings a reçu des menaces de mort.

NEW-YORK: Samuel Jenkins pour WikiStrike



Pour tout complément d’infos, veuillez vous adresser à Sarkozy. Avec DSK, notre petisident aurait eu moins de chance.

Par ailleurs, sa non-victoire entrainera des vérités


http://www.alterinfo.net/Affaire-DSK-la-fameuse-blonde-etait-la-femme-de-Richard-Descoings_a75365.html



Les Etats-Unis éliminent DSK pour faire échouer son projet d’une nouvelle monnaie qui devait aider les pays pauvres

Les Etats-Unis éliminent DSK pour faire échouer son projet d’une nouvelle
monnaie qui
devait aider les pays pauvres.

http://www.wikistrike.com/article-les-etats-unis-eliminent-dsk-pour-faire-echouer-son-projet-d-une-nouvelle-monnaie-qui-devait-aider-l-75011948.html

On
ne peut comprendre la chute de Dominique Strauss-Kahn sans la replacer
dans le contexte du projet qu’il
incarnait de création d’une nouvelle monnaie de réserve
internationale prévue pour aujourd’hui 26 mai 2011. Un projet
paradoxalement attendu par les États émergents tout autant que par la
Grèce
et autres pays en difficulté, mais refusé par le complexe
militaro-industriel états-unien. 

article_obama_president.jpg

 
Les
Français ont assisté avec stupeur à l’arrestation aux États-Unis du
leader politique le plus populaire chez
eux, Dominique Strauss-Kahn. Ancien ministre de l’Économie, l’homme
était devenu le haut fonctionnaire le mieux payé au monde (salaire de
base annuel, hors primes et frais : 461 510 USD) et
s’apprêtait, disait-on, à briguer la présidence de la République.
Cette personnalité chaleureuse, connue pour son appétit à table et au
lit, parfois accusé de faire de la politique avec
dilettantisme tant il aime prendre le temps de jouir de la vie, est
accusée d’avoir violé précipitamment une femme de chambre dans un hôtel
de Manhattan. Indépendamment de toute considération sur
son innocence ou sa culpabilité, le broyage d’une si haute
personnalité ne peut que provoquer l’angoisse chez le simple citoyen :
si celui-là ne parvient pas à se défendre, alors comment
pourrions-nous espérer le faire si nous étions accusés comme lui ?

L’ascension et la chute

Cependant
les Français étant un peuple politisé, nourri des leçons de Machiavel
sans jamais
l’avoir lu, n’ont pas tardé à s’interroger sur le bien-fondé de
l’accusation portée contre leur concitoyen, DSK. À 57 %, selon des
sondages d’opinion, ils n’ont pas cru cette histoire de rut
que les médias états-uniens se délectent à raconter. Les uns se sont
mis à imaginer les scenari possibles de manipulation, tandis que les
autres se demandaient « Cui
bono ?
 » (À qui profite le crime ?). À ce jeu là, le premier
nom qui vient à l’esprit est celui de Nicolas Sarkozy. Comment ne pas y
penser lorsque l’on se souvient qu’il est
devenu président en portant plainte contre son principal rival,
Dominique de Villepin, et en l’empêtrant dans une affaire toute aussi
rocambolesque de faux documents. Alors, pourquoi pas un
nouveau complot pour écarter un nouveau concurrent ?

 
Et
peu importe que les deux hommes aient eu besoin l’un de l’autre pour
préparer les prochains sommets
internationaux, ni qu’ils aient été tous deux inféodés au suzerain
états-unien. On sait bien que les pires crimes exigent le sang des amis
ou mieux des parents. Au demeurant, les Français
ignorent les attaches de DSK, comme ils ignoraient celles de Nicolas
Sarkozy lorsqu’ils l’ont élu. Jamais la presse ne les a informés que,
dans les années 90, au cours de sa traversée politique
du désert, il avait été engagé comme professeur à l’université de
Stanford par une certaine… Condoleezza Rice. Ils ne savent pas non plus
que lui et ses lieutenants Pierre Moscovici et
Jean-Chrisophe Cambadélis furent chargé du financement du Parti
socialiste et de la Fondation Jean-Jaurès par la National Endowment for
Democracy —façade légale de la CIA—. Ils n’ont pas suivi
ses nombreux travaux et contrats avec les think tanks atlantistes,
le German Marshall Fund of the United States ou le Groupe de Bilderberg.
En définitive, ils ne savent rien de son
engagement pour l’intégration de la France et de l’Europe au sein
d’un grand marché transatlantique dominé par les États-Unis.
Les
Français n’en savent pas plus sur ses liens étroits avec Israël. Il
pilote au sein du Parti socialiste le
Cercle Léon Blum, du nom d’un ancien Premier ministre juif. Ce
discret et puissant lobby veille à écarter de la scène politique tout
individu qui contesterait le projet sioniste. Ainsi fait-il
tomber des têtes, comme celle du politologue Pascal Boniface qui
soulignait le caractère électoralement contre-productif d’un soutien à
Tel-Aviv dans un pays où 10 % de la population est de
culture arabe. DSK ne se cache pourtant pas. Il déclare sans
ambage : « Je considère que tout juif de la diaspora et de France
doit apporter son aide à Israël. C’est d’ailleurs la
raison pour laquelle il est important que les juifs prennent des
responsabilités politiques. En somme, dans mes fonctions et dans ma vie
de tous les jours, à travers l’ensemble de mes actions,
j’essaie d’apporter ma modeste pierre à la construction d’Israël.
 »
Bizarre pour quelqu’un qui brigue la présidence française. Peu importe,
il est si jovial. Néanmoins, rien n’aura été
épargné à Dominique Strauss-Khan et à ceux qui l’aiment : pendant
qu’il était placé en garde à vue, puis en détention préventive, sans
jamais avoir l’occasion de s’exprimer, le procureur de
New York faisait distribuer aux médias un acte d’accusation
détaillé.

 

Le choc culturel

On
ne sait qui est le plus traumatisé : le brillant économiste qui devait
sauver l’humanité de la crise
financière et se trouve soudain ravalé au rang d’infâme criminel, ou
le peuple qui aspirait au repos et envisageait de le choisir pour chef,
et se voit contraint d’observer une fois de plus la
violence des États-Unis. À ce sujet, les Français cherchent des
excuses au système judiciaire anglo-saxon qu’ils découvrent. Certes, ils
avaient déjà vu cette parodie de justice dans des séries
télévisées, mais ils n’avaient jamais cru que cela exista pour de
vrai. Et du système extra-judiciaire, de Guantanamo et des prisons
secrètes, ils n’ont jamais rien voulu savoir. Quelques
commentateurs ont tenté d’expliquer la dureté de la police et du
premier juge comme une volonté de traiter à égalité les puissants et les
faibles. Ils ont pourtant tous lu les travaux d’illustres
sociologues montrant que dans ce système inique l’argent est roi, et
la justice est de classe.

 

1-2883.jpg 

les français ont aussi accepter sans broncher les reproches de la presse
anglo-saxonne. Tout cela est la faute de la presse française,
pouvait-on lire, qui n’a pas enquêté sur la vie
sexuelle débridée de M. Strauss-Kahn au nom du respect de sa vie
privée. Pourtant, poursuivent les puritains, celui qui séduit
ostensiblement les femmes,
voire les presse, parfois les bouscule, est un violeur potentiel. « Qui vole un œuf, vole un bœuf ! ». En couverture, Time
Magazine
représente DSK et ceux qui lui ressemblent sous la
forme d’un cochon. Nul n’a relevé que l’accusé était directeur du FMI et
vivait à Washington depuis 3 ans sans que la presse
anglo-saxonne donneuse de leçon ait, elle, enquêté sur ses supposés
vices cachés.
L’accusation
ayant ouvert le soupçon, chacun se souvient —mais un peu tard— qu’en
2002 DSK avait tenté de
forcer une belle journaliste, Tristane Banon. Lorsqu’elle lui avait
demandé un entretien, il l’avait invitée dans un appartement
particulier, situé dans le quartier historique du Marais à Paris.
Il avait accueilli la jeune femme dans un grand loft, dénué de tout
meuble, excepté un grand lit. Et comme la belle ne cédait pas au
libertin, il l’avait frappée.
Peut-être à New York, cette violence avait-elle submergé le galant homme et l’avait-elle transformé en criminel ?
Rien
ne permet de l’imaginer, d’autant que DSK n’est pas un célibataire
frustré. Il est marié à une star de la
télévision, Anne Sinclair, qui fut la journaliste préférée des
Français avant d’abandonner son métier pour l’accompagner, lui, dans sa
carrière. Les Français l’ont retrouvée au Tribunal lorsque
Dominique Strauss-Kahn comparaissait, toujours aussi belle et
volontaire, malgré les années de plus. Petite fille d’un grand marchand
d’art, elle dispose d’une confortable fortune familiale. Sans
hésiter, elle était venue de Paris pour payer un million de dollars
de caution et offrir cinq millions de dollars de garanties bancaires
supplémentaires. En cet instant, cette femme d’argent
était prête à tout céder pour arracher son époux des mâchoires
écrasantes de la justice états-unienne. Elle n’en était que plus
admirable. C’est qu’elle ne lui faisait pas grief de ses
incartades, elle qui aimait à l’accompagner à la Chandelle, un club
échangiste parisien.

 
Dans

toute nation digne de ce nom, on n’aurait pas supporté de voir une
personnalité qui était pressentie pour être élue président et incarner
le pays apparaître menottée entre des sbires du FBI, jeté
à l’arrière d’une voiture comme un malfrat, exhibé devant un
tribunal sans avoir la possibilité de se raser. On aurait probablement
fait le siège de l’ambassade US en chantant des hymnes
patriotiques. Pas en France. On y admire trop les « Américains ». On les contemple comme le lapin hypnotisé par le serpent cobra. Et l’on a du mal à admettre que l’on n’est pas
le centre du monde, que si complot il y a, il ne s’est pas tramé aux bords de la Seine, mais sur les rives du Potomac.

La séquestration

DSK
est-il coupable de viol ou victime d’une machination ? Il suffit de
réfléchir pour répondre à la
question. L’accusé aurait passé la nuit en compagnie d’une
call-girl. Il aurait violé la femme de chambre au brunch matinal, puis
se serait rendu paisiblement déjeuner avec sa fille, étudiante à
Columbia University. Enfin, il aurait été prendre son avion réservé
plusieurs jours à l’avance pour aller rencontrer la chancelière Angela
Merkel à Berlin. C’est confortablement assis dans un
avion d’Air France qu’il a été appréhendé, dix minutes avant le
décollage.
Selon le personnel naviguant, les policiers de l’Unité spéciale pour les victimes (celle du
feuilleton Law and Order SVU) n’ont pas
demandé à leurs homologues de l’aéroport de procéder à l’interpellation,
mais ont tenu à la réaliser eux-mêmes malgré le risque
d’arriver trop tard. Pour éviter que DSK ne soit prévenu, ils ont
par contre demandé que l’on brouille les téléphones portables dans cette
zone de l’aéroport le temps nécessaire à leur venue. Or,
un tel brouillage n’est pas de la compétence d’une brigade mondaine.
Ceci est bien une affaire de sécurité nationale.
Lorsque
le suspect a été placé en garde à vue, il a été coupé de tout contact
extérieur, hormis avec ses
avocats, ainsi que le prévoit le droit états-unien. Mais lorsque la
juge Melissa Jackson l’a mis en détention provisoire, il a encore été
coupé de l’extérieur. Sans raison. La détention avait-on
expliqué est nécessaire car le prévenu pourrait fuir en France, Etat
avec lequel Washington n’a pas conclu de traité d’extradition et qui a
protégé un autre prévenu accusé de viol, le cinéaste
Roman Polanski. Cette décision n’avait pas été prise pour isoler
l’accusé et l’empêcher d’influencer des témoins. Cependant la juge avait
décidé de le faire enfermer à Rikers Island, une des plus
importantes prisons du monde avec 14 000 détenus, et l’une des plus
sombres. Un enfer sur Terre. « Pour sa protection », on l’avait alors
gratifié d’une chambre individuelle et mis
au secret. Au total, durant 10 jours, le directeur général du FMI a
été séquestré. Pendant 10 jours, le fonctionnement de l’institution
internationale a été bloqué faute de signature. Pendant 10
jours, les problèmes de l’euro et du dollar, la faillite de la
Grèce, et bien d’autres enjeux ont été suspendus au bon vouloir de
policiers, de juges et de matons.

 
Selon
la
jurisprudence états-unienne, DSK qui n’a pas d’antécédents
judiciaires et qui est domicilié à Washington, n’aurait pas dû être
placé en détention préventive, mais aurait dû bénéficier d’une
liberté sous caution. Il a probablement vite analysé la situation.
Par l’intermédiaire d’un de ses avocats, il a réussi à faire parvenir au
FMI une lettre de démission. Le lendemain même, contre
toute attente, un nouveau juge accédait à sa demande de remise en
liberté surveillée. Il n’était en effet plus utile de le maintenir sous
écrou puisque le FMI avait recouvré sa capacité à
agir.

 

Capturegghgh.PNG
Christine Lagarde, ministre française de l’Économie qui a fait carrière
aux États-Unis en défendant les intérêts du complexe
militaro-industriel, est
pressentie pour succéder au prévenu à la direction du FMI, malgré
les cris d’orfraie de la Russie et de la Chine.
Au
fait, son second avocat, Benjamin Brafman, n’est pas venu le voir en
prison et ne s’est pas présenté à la
seconde audience. La star du barreau de New York était partie
précipitamment en Israël. Officiellement pour y célébrer une fête
religieuse en famille. Mais pour exiger ses honoraires, Me Brafman
n’a pas dû se contenter d’allumer les feux de Lag Ba’omer, mais il a
dû négocier de l’aide pour son client.

Le projet Zhou

Pourquoi
donc déployer des moyens hollywoodiens et bloquer le FMI durant 10
jours ? Deux réponses sont
possibles, et elles sont peut-être liées. En premier lieu, le 29
mars 2009, le gouverneur de la Banque centrale chinoise Zhou Xiaochuan a
remis en cause la prédominance du dollar comme monnaie de
réserve. Déplorant que le projet de l’économiste John Maynard Keynes
de créer une monnaie internationale (le Bancor) n’ait pas été
concrétisée à l’issue de la Seconde Guerre mondiale, il proposa
d’utiliser les Droits de tirage spéciaux du FMI pour jouer ce rôle.

 

Capturehhbh.PNG
Cédant à la pression, les États-Unis acceptent un triplement des
ressources du FMI et l’émission par le FMI de Droits de tirages spéciaux
(DTS) d’une valeur de
250 milliards de dollars, lors du sommet du G20 à Londres, le 2
avril 2009. Ils acceptent également le principe d’un Conseil de
stabilité financière auxquels seront associés les grands États
émergents.
Cette
idée est discutée au sommet du G8 à L’Aquila (Italie), le 8 juillet
2009. Poussant le pion plus loin
encore, la Russie proposa de ne pas se contenter d’une monnaie
virtuelle, mais de l’éditer. Dmitry Medevedev, qui avait fait frapper
symboliquement des prototypes de cette monnaie, posa quelques
pièces sur la table. D’un côté y figuraient les visages des huit
chefs d’État et de l’autre la devise en anglais « Unity in Diversity ».
Le projet est soumis aux experts de la Division
des Affaires économiques et sociales de l’ONU. Leur rapport, auquel
participe le professeur Vladimir Popov de la New Economic School de
Moscou, est étudié le 25 avril 2010 lors d’une réunion
jointe du FMI et de la Banque mondiale.
Le
processus devait aboutir, aujourd’hui 26 mai 2011, au sommet du G8 à
Deauville (France). Le dollar aurait
cessé d’être la monnaie de référence sur fond d’imminente cessation
de paiement du gouvernement fédéral des États-Unis. Washington aurait
renoncé au financement de son hyper-puissance militaire
par la dette pour se consacrer à sa restructuration interne.

 

Capturegyguy.PNG

Le grain de sable

Malheureusement,
durant les derniers mois de ce processus, des initiatives militaires et
politiques ont
bouleversé ce plan. Certains États —dont la Russie et la Chine— ont
été floués. L’arrestation de DSK montre que Washington était de mauvaise
foi et que ses concessions ne visaient qu’à gagner du
temps. Bien que le détail exact du montage imaginé par Dominique
Strauss-Kahn pour créer cette nouvelle monnaie de réserve adossée aux
Droits de tirages spéciaux du FMI soit secret, il apparaît
que le Libye y jouait un rôle clé : à titre expérimental, c’est la
Banque centrale libyenne qui la première avait décidé de fonder sa
monnaie, le dinar, sur l’or et au delà sur les DTS. La
chose est d’autant plus importante que la Libye dispose d’un fond
souverain parmi les mieux dotés du monde (il est même un peu plus riche
que celui de la Russie).
Or,
en entrant en guerre contre la Libye, la France et le Royaume-Uni ont
provoqué un gel théorique des avoirs
non seulement de la famille Kadhafi, mais de l’État libyen. Pis,
Paris et Londres ont dépêché des cadres de la banque HSBC à Benghazi
pour créer une Banque centrale libyenne rebelle et tenter de
s’emparer des avoirs nationaux. Sans que l’on sache si Nicolas
Sarkozy et David Cameron se sont laissés emporter par l’ivresse de leur
force ou ont agi sur instruction de leurs mandants à
Washington, le fragile édifice élaboré par Dominique Strauss-Kahn
s’est effondré.
Selon
nos contacts à Tripoli, au moment de son arrestation, DSK partait à
Berlin pour trouver une solution avec
la chancelière Angela Merkel. Il devait ensuite partir avec un
émissaire de Mme Merkel négocier avec des représentants du colonel
Kadhafi —voire avec lui directement—. La signature du Guide
libyen étant indispensable au déblocage de la situation. On assiste
désormais à une guerre financière d’une ampleur jamais égalée : alors
que la situation économique des États-Unis vacille
et que le dollar pourrait devenir rapidement une monnaie de singe,
l’accord conclu au G8 et avalisé au G20, mis en œuvre par le FMI en
coordination avec la Banque mondiale et les milieux
bancaires internationaux dont DSK était le champion, est suspendu.
La domination du dollar est intacte quoique plus que jamais
artificielle ; ce dollar que les États émergents voulaient
relativiser, mais sur lequel le complexe militaro-industriel
israélo-états-unien assoit sa puissance.
Dans ce contexte que vaut l’honneur d’un homme ?

 

                 
                                                       
   Source Komsomolskaïa Pravda ( Fédération de Russie)



  1. François de Siebenthal: Elections…Fraudes trop faciles. Machines à

    desiebenthal.blogspot.com/…/electionsfraudes-trop-faciles-machines….

    21 avr. 2012 – Bonjour Philippe,. Tardivement, j’ai produit l’article sur les machines à voter : ….. François de Siebenthal: Suisse: Fraudes électorales si faciles

    Vous Vous avez partagé ce résultat.
  2. François de Siebenthal: Vote électronique : les boîtes noires de la

    desiebenthal.blogspot.com/…/vote-electronique-les-boites-noires-de.h…

    26 juin 2009 – François de Siebenthal de l’administration et des marchands de machines de vote. Posted by François de Siebenthal at 10:53:00

    Vous Vous avez partagé ce résultat.
  3. François de Siebenthal: Paris. Journée “création monétaire”

    desiebenthal.blogspot.com/…/paris-journee-creation-monetaire.html

    23 févr. 2012 – François de Siebenthal: Création monétaire du néant à intérêts . Posted by François de Siebenthal at 12:06:00 . …. Machines à voter.

La
version originale de cet article étant parue dans un grand quotidien ne
comprenait pas de notes de bas de
page. Celles-ci ont été ajoutées par la rédaction du Réseau
Voltaire pour faciliter l’approfondissement du sujet par les lecteurs.

[1] « Dominique Strauss-Kahn, l’homme de “Condi” au
FMI
 », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 5 octobre 2007.

[3] « La NED, vitrine légale de la CIA », par
Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 6 octobre 2010.

[4] « Le German Marshall Fund, un reliquat de la Guerre
froide ?
 »,Réseau Voltaire, 5 octobre 2004.

[5] « Ce que vous ignorez sur le Groupe de
Bilderberg
 », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 9 avril 2011.

[6] Série télévisée de Dick Wolf pour NBC, diffusée en France sous le titre New York, unité spéciale et au Québec sous le titre La Loi et l’Ordre :
Crimes sexuels
.

[7] « Les derniers mots de DSK avant son
arrestation
 », par Michel Colomès, Le Point, 19 mai 2011.

[9] « Strauss-Kahn’s lawyer to Haaretz : Former IMF chief will be
acquitted
 », par Chaim Levinson, Haaretz, 22 mai 2011.

[10] « La Chine commence à s’écarter du
dollar
 », Réseau Voltaire, 22 mai 2009

[11] « La Russie et la Chine proposent une monnaie commune
globale
 », Réseau Voltaire, 11 juillet 2009.

[12] « Plan de réforme du système financier
international
 » (Extrait du rapport « World Economic and
Social Survey 2010 : Retooling Global Development »), par Christina
Bodouroglou, Nazrul Islam, Alex Julca,
Manuel Montes, Mariangela Parra Lancourt, Vladimir Popov, Shari
Spiegel et Rob Vos Réseau Voltaire, 6 juillet 2010.



http://desiebenthal.blogspot.com/2011/05/pour-un-capital-social-local-le.html

http://pavie.ch/articles.php?lng=fr&pg=711

http://www.union-ch.com/file/Speeches_and_workshops_of_the_03_04_.pdf

https://docs.google.com/document/d/1MRXDMGi4zbTYwFiKI8qpqFeAg3ayEkLaufWq4OrlQ0o/edit?hl=fr&authkey=CLrT-IwK

Comment créer et partager les surplus:
https://docs.google.com/viewer?a=v&pid=explorer&chrome=true&srcid=1Kxlo32UKwGx0fVhNYmkul1mr0oKs6RyIIdzKOUAlcWVv6n83Z-Cnr8lc-EHs&hl=fr

Avec mes meilleurs voeux notamment pour une bonne santé

Une bonne idée reçue. A l’origine de tout message,  il y a un homme ou
une femme, qui a pris le temps et la peine de nous écrire. Il nous est
très agréable de lui confirmer l’avoir bien reçu. Autrefois, cela se
faisait par une poignée de main ou un sourire de remerciement.

François de Siebenthal
Economiste MBA HEC Lausanne et lic. és sc. iur.
14, ch. des Roches
CH 1010 Lausanne
Suisse, Switzerland
http://apps.facebook.com/causes/292012/64515042?m=200ef49e
Admiration.
http://www.union-ch.com/file/portrait.wmv

Krach ? Solutions…

Local Exchange Systems in 6 languages
www.easyswap.org
http://pavie.ch/?lng=en
http://michaeljournal.org
http://desiebenthal.blogspot.com/
00 41 21 616 88 88
021 616 88 88  FAX: 616 88 81
http://m-c-s.ch et  www.pavie.ch
http://ktotv.com/
Please, subscribe to be kept informed.
Un abonnement nous encourage.  Pour la Suisse, 5 numéros par année de 16
pages par parution: le prix modique de l’abonnement est de 16 Sfr.- par
année (envois prioritaires)
Nous vous prions de nous envoyer votre adresse postale pour l’abonnement au journal.
http://www.michaeljournal.org/abonnement.htm
merci.
www.familiaplus.com

à faire circuler largement, merci, le monde est déjà meilleur grâce à ce simple geste de solidarité.

Redécouverte de la vérité sur l’homme et sur le bien commun

  Vatican. ACADÉMIE DES SCIENCES SOCIALES
 
Cité du Vatican, 2 Mai 2012 (VIS).


Ce matin près la Salle
de Presse du Saint-Siège, Mgr.Marcelo Sánchez Sorondo, Chancelier de
l’Académie pontificale des sciences sociales, accompagné de Mgr.Roland
Minnerath, Archevêque de Dijon (France), et de Mme Margaret S. Archer,
Professeur à l’ École Polytechnique de Lausanne EPFL (Suisse) http://epfl.ch/ , a présenté les
résultats de la XVIII assemblée plénière de l’institution (27 avril -1
mai), consacrée à l’influence de Pacem In Terris dans la doctrine
sociale à 50 ans de sa promulgation par Jean XXIII.

L’encyclique
réaffirme la thèse centrale de toute cette doctrine : “Tout être humain
est une personne, c’est à dire une créature douée d’intelligence et de
volonté libre”. A partir de là elle développe le principe du bien
commun, qui
“embrasse l’ensemble des conditions de vie en société, lesquelles
permettent à l’homme d’atteindre sa perfection propre de façon plus
complète et aisée”.

Pour les participants, “la crise économique et les
conflits de fond qui caractérisent un monde globalisé, nationalistes et
religieux, impliquent la redécouverte de la vérité sur l’homme et sur le
bien commun, pierre angulaire de toute vie sociale”.



Pour la première fois,  de grands économistes comme le prix Nobel
d’économie, Joseph Stiglitz, le président de la Banque centrale
européenne, Mario Draghi, et le président de la Bundesbank, Hans
Tietmeyer, étaient présents aux travaux, pour discuter des « nouvelles
vérités » apparues dans le domaine des science et dans l’ordre social et
savoir comment les appréhender à la lumière des « principes
fondamentaux » énoncés par Jean XXIII.

« Le débat est ouvert », déclare le chancelier de l’Académie, Mgr
Marcelo Sanchez Sorondo, dans un entretien accordé à Radio Vatican. Et
les obstacles et les nouveaux défis que pose la  sécularisation du monde
aujourd’hui y occuperont une large place.

Dans le cadre de l’Année de la Foi, promulguée par Benoît XVI, du 11
octobre prochain au 24 novembre 2013, qui coïncidera avec la célébration
des 50 ans de l’encyclique Pacem in Terris, l’Académie, ajoute Mgr
Sorondo, veut reprendre « ce qu’on appelait le « préambule de la foi » : la nature humaine, l’immortalité de l’âme, l’existence de Dieu, auxquelles on peut arriver par la raison ».

« Nous voulons démontrer, précise-t-il que les sciences, aujourd’hui,
ouvrent cet espace, qu’elles sont « vraies » et peuvent dans un certain
sens « collaborer », être justement « un préambule à la foi même ».

Sur ce point, Mgr Sorondo dit attendre avec grand intérêt les
interventions des économistes dont la présence, pour la première fois, 
souligne-t-il « est un autre élément important des travaux de
l’assemblée ».

Autre présence attendue aux travaux des académiciens,  celle de Mgr
Mario Toso, secrétaire du Conseil pontifical Justice et Paix, partisan
d’une réforme visant à « humaniser » le système monétaire et financier
international.



http://desiebenthal.blogspot.com/2011/05/pour-un-capital-social-local-le.html

http://pavie.ch/articles.php?lng=fr&pg=711

http://www.union-ch.com/file/Speeches_and_workshops_of_the_03_04_.pdf

https://docs.google.com/document/d/1MRXDMGi4zbTYwFiKI8qpqFeAg3ayEkLaufWq4OrlQ0o/edit?hl=fr&authkey=CLrT-IwK

Comment créer et partager les surplus:
https://docs.google.com/viewer?a=v&pid=explorer&chrome=true&srcid=1Kxlo32UKwGx0fVhNYmkul1mr0oKs6RyIIdzKOUAlcWVv6n83Z-Cnr8lc-EHs&hl=fr

Avec mes meilleurs voeux notamment pour une bonne santé

Une bonne idée reçue. A l’origine de tout message,  il y a un homme ou
une femme, qui a pris le temps et la peine de nous écrire. Il nous est
très agréable de lui confirmer l’avoir bien reçu. Autrefois, cela se
faisait par une poignée de main ou un sourire de remerciement.

François de Siebenthal
Economiste MBA HEC Lausanne et lic. és sc. iur.
14, ch. des Roches
CH 1010 Lausanne
Suisse, Switzerland
http://apps.facebook.com/causes/292012/64515042?m=200ef49e
Admiration.
http://www.union-ch.com/file/portrait.wmv

Krach ? Solutions…

Local Exchange Systems in 6 languages
www.easyswap.org
http://pavie.ch/?lng=en
http://michaeljournal.org
http://desiebenthal.blogspot.com/
00 41 21 616 88 88
021 616 88 88  FAX: 616 88 81
http://m-c-s.ch et  www.pavie.ch
http://ktotv.com/
Please, subscribe to be kept informed.
Un abonnement nous encourage.  Pour la Suisse, 5 numéros par année de 16
pages par parution: le prix modique de l’abonnement est de 16 Sfr.- par
année (envois prioritaires)
Nous vous prions de nous envoyer votre adresse postale pour l’abonnement au journal.
http://www.michaeljournal.org/abonnement.htm
merci.
www.familiaplus.com

à faire circuler largement, merci, le monde est déjà meilleur grâce à ce simple geste de solidarité.

Traduction »