Video of Twelve-Year-Old Money Reformer Tops a Million Views


We are all canadians. Out of the Mouths of Babes: Video of Twelve-Year-Old Money Reformer Tops a Million Views

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=Bx5Sc3vWefE


By
(about the author)
The
youtube video of 12 year old Victoria
Grant speaking
at the Public Banking in America conference last
month has gone viral, topping a million views on various websites. 

Monetary
reform–the contention that governments, not banks, should create and lend a
nation’s money–has rarely even made the news, so this is a first.  Either the times they are a’changin’, or Victoria
managed to frame the message in a way that was so simple and clear that even a
child could understand it.

Basically,
her message was that banks create money “out of thin air” and lend it to people
and governments at interest.  If
governments borrowed from their own banks, they could keep the interest and
save a lot of money for the taxpayers.

She said
her own country of Canada actually did this, from 1939 to 1974.  During that time, the government’s debt was low
and sustainable, and it funded all sorts of remarkable things.  Only when the government switched to
borrowing privately did it acquire a crippling national debt.

Borrowing
privately means selling bonds at market rates of interest (which in Canada
quickly shot up to 22%), and the money for these bonds is ultimately created by
private banks.  For the latter point, Victoria quoted Graham Towers, head
of the Bank of Canada for the first twenty years of its history.  He
said: 

Each and every time a bank
makes a loan, new bank credit is created — new deposits — brand new
money.  Broadly speaking, all new money comes out of a Bank in the form of
loans.  As loans are debts, then under the present system all money is
debt. 

Towers
was asked, “Will you tell me why a government with power to create money,
should give that power away to a private monopoly, and then borrow that which
parliament can create itself, back at interest, to the point of national
bankruptcy?”  He replied, “If Parliament
wants to change the form of operating the banking system, then certainly that
is within the power of Parliament.” 

In
other words, said Victoria, “If the Canadian government needs money, they can
borrow it directly from the Bank of Canada. The people would then pay fair
taxes to repay the Bank of Canada. This tax money would in turn get injected
back into the economic infrastructure and the debt would be wiped out.  Canadians would again prosper with real money
as the foundation of our economic structure and not debt money. Regarding the
debt money owed to the private banks such as the Royal Bank, we would simply
have the Bank of Canada print the money owing, hand it over to the private banks,
and then clear the debt to the Bank of Canada.”

Problem
solved; case closed.

But critics said, “Not so fast.”  Victoria might be charming, but she was
naïve. 

One critic
was William Watson, writing in the Canadian newspaper The National Post in an article titled ” No,
Victoria, There Is No Money Monster
.”  Interestingly, he did not deny Victoria’s
contention that ” When you take out a mortgage, the bank creates the money by
clicking on a key and generating “fake money out of thin air.'”  Watson acknowledged:

Well, yes, that’s true of any “fractional-reserve” banking system.
Even before they were regulated, even before there was a Bank of Canada, banks
understood they didn’t have to keep reserves equal to the total amount of money
they’d lent out: They could count on most depositors most of the time not
showing up to take out their money all at once. Which means, as any
introduction to monetary economics will tell you, banks can indeed “create”
money.  

What he disputed was that
the Canadian government’s monster debt was the result of paying high interest
rates to banks.  Rather, he said:

We have a big public debt because, starting in the early 1970s and
continuing for three full decades, our governments spent more on all sorts of
things, including interest, than they collected in taxes. . . . The problem was
the idea, still widely popular, from the Greek parliament to the streets of
Montreal, that governments needn’t pay their bills.

That
contention is countered, however, by the Canadian government’s own Auditor General (the nation’s top accountant, who reviews
the government’s books).  In 1993, the
Auditor General noted
in his annual report
:

[The] cost of
borrowing and its compounding effect have a significant impact on Canada’s
annual deficits. From Confederation up to 1991-92, the federal government
accumulated a net debt of $423 billion. Of this, $37 billion represents the
accumulated shortfall in meeting the cost of government programs since
Confederation. The remainder, $386
billion, represents the amount the government has borrowed to service the debt
created by previous annual shortfalls.

In other words, 91% of the debt consists of compounded interest charges.  Subtract those and the government would have
a debt of only C$37 billion, very low and sustainable, just as it was before
1974. 

Mr. Watson’s final
argument was that borrowing from the government’s own bank would be
inflationary.  He wrote:

Victoria’s solution is that instead of paying market rates the
government should borrow directly from the Bank of Canada and pay only token
rates of interest. Because the government owns the bank, the tax revenues it
raises in order to pay that interest would then somehow be injected directly
back into the economy. In other words, money literally printed to cover the government’s
deficit would be put into circulation. But how is that not inflationary?

Let’s see.  The government can borrow money that ultimately
comes from private banks, which admittedly create it out of thin air, and soak
the taxpayers for a whopping interest bill; or it can borrow from its own bank,
which also creates the money out of thin air, and avoid the interest.

Even a 12 year old can
see how this argument is going to come out.  

Ellen Brown is an attorney, president of the Public Banking Institute,
and author of 11 books. Her websites are http://WebofDebt.com,
http://EllenBrown.com, and http://PublicBankingInstitute.org. In her
latest book, “Web of Debt: The Shocking (more…).
 


Invitation to join us, every year, two periods, either March or August-September.

The next week of study in 2012 will be held in Rougemont, Canada in four languages ​​from August 22 up to the 31 followed by the Congress in September 1-2-3, with a pilgrimage on September 4.

So there must be at least one trip from August 21 to September 5.

Free meals and rooms for all our guests from countries outside of Canada.



La prochaine semaine d’étude 2012 aura lieu à
Rougemont au Canada en 4 langues du 22 au 31 août suivie du congrès les
1-2-3 septembre, avec un pèlerinage le 4 septembre. Donc il faut prévoir
un voyage au moins du 21 août au 5 septembre. Repas et couchers
gratuits pour tous nos invités des pays hors du Canada.

http://desiebenthal.blogspot.com/2011/05/pour-un-capital-social-local-le.html

http://pavie.ch/articles.php?lng=fr&pg=711

http://www.union-ch.com/file/Speeches_and_workshops_of_the_03_04_.pdf

https://docs.google.com/document/d/1MRXDMGi4zbTYwFiKI8qpqFeAg3ayEkLaufWq4OrlQ0o/edit?hl=fr&authkey=CLrT-IwK

Comment créer et partager les surplus:
https://docs.google.com/viewer?a=v&pid=explorer&chrome=true&srcid=1Kxlo32UKwGx0fVhNYmkul1mr0oKs6RyIIdzKOUAlcWVv6n83Z-Cnr8lc-EHs&hl=fr

Avec mes meilleurs voeux notamment pour une bonne santé

Une
bonne idée reçue. A l’origine de tout message,  il y a un homme ou une
femme, qui a pris le temps et la peine de nous écrire. Il nous est très
agréable de lui confirmer l’avoir bien reçu. Autrefois, cela se faisait
par une poignée de main ou un sourire de remerciement.

François de Siebenthal
Economiste MBA HEC Lausanne et lic. és sc. iur.
14, ch. des Roches
CH 1010 Lausanne
Suisse, Switzerland

Jean-Paul II a notamment comparé le rapport sexuel chaste entre les époux chrétiens à l’adoration eucharistique.
Admiration.
http://www.union-ch.com/file/portrait.wmv
http://desiebenthal.blogspot.com/2011/05/le-rapport-sexuel-est-comparable.html

Krach ? Solutions…

Local Exchange Systems in 6 languages
www.easyswap.org
http://pavie.ch/?lng=en
http://michaeljournal.org
http://desiebenthal.blogspot.com/
00 41 21 616 88 88
021 616 88 88  FAX: 616 88 81
http://m-c-s.ch et  www.pavie.ch
http://ktotv.com/
Please, subscribe to be kept informed.
Un
abonnement nous encourage.  Pour la Suisse, 5 numéros par année de 16
pages par parution: le prix modique de l’abonnement est de 16 Sfr.- par
année (envois prioritaires)
Nous vous prions de nous envoyer votre adresse postale pour l’abonnement au journal.
http://www.michaeljournal.org/abonnement.htm
merci.
www.familiaplus.com

à faire circuler largement, merci, le monde est déjà meilleur grâce à ce simple geste de solidarité.

Madagascar, images

Anzouzour, Madagascar, première communauté créditiste, du rosaire et des travaux, avec Dina, qui est venue à Rougemont au Canada,  habillée de blanc au centre gauche pour nous, cheveux longs, à la droite de celle qui a  l’écharpe jaune. Remarquez la superbe église que cette petite communauté a réussi à construire !

Le père Julien en action
 

La même Dina A. RAZAFIMAHATRATRA à Rougemont, Canada, pendant sa formation et son discours.

http://desiebenthal.blogspot.ch/2012/06/madagascar-solutions.html

 How to apply Social Credit locally. François de
Siebenthal

Mbola hitohy

En français: http://desiebenthal.blogspot.ch/2012/05/lusure-tue-autres-exemples.html

In english: http://desiebenthal.blogspot.ch/2009/05/its-all-about-usury.html

http://m-c-s.ch/articles.php?lng=fr&pg=263

In English: http://m-c-s.ch/articles.php?lng=en&pg=263

La route a été refaite en communauté unie par des efforts communs.

Quelques zébus, des tracteurs qui font des petits et de l’engrais.




In This Age of Plenty. Louis Even

(book with 52 chapters)
 

La fin du dollar



122_trillion_dollars-122,000,000,000,000_USD


Myret Zaki (Genève) : “La fin du
dollar



A écouter attentivement :
Qu’en pensez-vous ?


La City & WallSteet
attaquent-ils l’euro pour sauver le Dollar et la Livre en
perpétuant pour un temps le faible taux d’intérêt
incroyable des dettes astronomiques UK-US
?



http://www.radiocourtoisie.fr/3381/libre-journal-de-la-vieille-europe-du-29-mai-2012-la-fin-du-dollar-actualites-europeennes/





Taux grecs, plus de 20 %, impossible, inique et odieux..

Tous les chiffres US et de la FED sont trichés, son inflation est à plus de 10 %, son taux de chômage est d’environ 20 %, son PIB est surestimé de plus de 30 %.


Exemples d’usure, l’usure est partout…:


Les formes de l’endettement
Nombreuses sont les formes que prend l’endettement chronique – en 1999 déjà, nous en avons identifié plus d’une vingtaine. Les quatre cas présentés ci-dessous représentent les transactions les
plus répandues, observées dans toutes les régions de Madagascar depuis des années, si on prend la
vanille comme “chiffre” pour “culture de rente”, tout en admettant que les clous de girofle, le café,
le tabac et d’autres produits de rente suivent les mêmes règles.
• riz – riz: on emprunte 10 daba de riz en période de soudure, et on rembourse 20 à 30
daba après la récolte – le taux d’intérêt est donc de 100 à 200% sur une période
allant de quelques semaines à quelques mois
• argent – riz: on emprunte 3.000 MGA en période de soudure, et on rembourse après récolte
sous forme de 1 daba de paddy (13 à 15 kg), qui en vente ouverte vaut 10.000
MGA – le taux d’intérêt se situe donc entre 200 et 300% sur une période allant
de quelques semaines à quelques mois
• argent – vanille: on emprunte 3.000 MGA en période de soudure, et on rembourse après récolte
sous forme de 1 kg de vanille verte, qui en vente ouverte vaut 12.000 MGA – le
taux d’intérêt est donc de 300% sur une période allant de quelques semaines à
quelques mois, souvent même plus
• argent – argent: on emprunte 10.000 MGA pour rembourser 15.000 ou 20.000 MGA à la fin du
mois – le taux d’intérêt est donc de 50% à 100% pour un mois.


Petit crédit mais maxi intérêts… 

Grand crédit, mega intérêts, plus de 1’000 réels sur la durée, sic 

USA 400’000 mille milliards de dollars de dettes ( sic, déficit fiscal, plus medicare, plus Fannie Mae etc …).

Plus les dettes privées et cartes de crédit à plus de 20 %, plus de 300 % du PIB US.


Canada: Le gouvernement a emprunté PAR
EXEMPLE 37 milliards $ à un taux de 1043% ( plus de mille pour-cent, SIC
1’000, MILLE… ), voir LA démonstration ci-dessous…

Dans son rapport de novembre 1993,
le vérificateur général du Canada disait que sur la dette nette
de 423 milliards $ accumulée par le gouvernement canadien de
1867 à 1992, seulement 37 milliards $ avaient été dépensés pour
des biens et services, alors que le reste (386 milliards $, ou
91% de la dette) consistait en frais d’intérêt, ce qu’il a coûté
au gouvernement pour emprunter ce 37 milliards $ (c’est comme si
le gouvernement avait emprunté ce 37 milliards $ à un taux de 1043%!).
En novembre 1995, une étude du Mouvement Desjardins arrivait à
la même conclusion: sur la dette fédérale de 543 milliards $ en
date du 31 mars 1995, 487 milliards $ (ou 90%) sont le résultat
d’intérêts composés. En d’autres mots, le capital dépensé pour
des biens et services a déjà été remboursé plus de dix fois!
Tout
cela pour démontrer que tout intérêt demandé sur de l’argent
créé, même à un taux de 1%, est de l’usure, un vol, une
injustice.
dette des Etats-UnisLa dette des États-Unis suit la même courbe que celle du Canada, mais avec des nombres dix fois plus gros:
Comme
c’était le cas pour le Canada, les premières hausses
significatives de la dette publique des États-Unis ont eu lieu
durant les périodes de guerre: Guerre Civile américain
(1861-65), Première et Deuxième Guerres mondiales. De 1975 à
1986, la dette est passée de 533 milliards $ à 2073 milliards $.
En 2004, cette dette atteint les 7000 milliards $.
Pour la même période, 1975-1986, la dette du Canada a donc
augmenté plus rapidement que celle des États-Unis (9,3 fois pour
le Canada, contre 3,8 fois pour les États-Unis). L’explication: les
taux d’intérêts étaient plus hauts au Canada durant la même période.
Qu’est-ce qu’un milliard?
Quand
nous parlons de millions et de milliards, nous parlons de très
grosses sommes, qui sont peut-être difficiles à se représenter:
Il y a un milliard de secondes, la première bombe atomique
n’avait pas encore fait explosion. Il y a un milliard de
minutes, le Christ était encore sur la terre. Et pour dépenser
un milliard de dollars, un client devrait dépenser 100 $ à la
minute pendant 19 ans.
Mais
quand nous parlons de la dette des Etats-Unis, ce n’est pas de
milliards qu’il faut parler, mais de milliers de milliards, ou
trillions (1 suivi de 12 zéros). En 1986, la dette des
Etats-Unis était de 2 trillions $. 2 trillions de billets de 1 $
placés bout à bout feraient 186 millions de milles de long (300
millions de kilomètres), soit de la terre au soleil
aller-retour. Si une personne avait à dépenser 2 trillions $ à
un taux de 1900 $ à la minute, cela lui prendrait 2000 ans. En 1981,
lorsque la dette des Etats-Unis atteignit le cap du premier
trillion de dollars, le Président Reagan illustra ce chiffre par
cette comparaison: «Si vous aviez dans votre main une pile de
billets de 1000 $ de seulement 4 pouces (10 cm) de hauteur, vous
seriez millionnaire. Un trillion de dollars représente une pile
de billets de 1000 $ de 67 milles (107 kilomètres) de hauteur.»
La pointe de l’iceberg
Si
les dettes des gouvernements représentent des sommes énormes,
elles ne représentent que la pointe de l’iceberg: en plus des
dettes publiques, il existe aussi les dettes privées (individus
et compagnies)! Ainsi, en 1994, la dette totale du Canada était
de 2800 milliards $, avec moins de 600 milliards $ d’argent en
circulation. Et et 1992, aux Etats-Unis, la dette publique était
de 4000 milliards $ (4 trillions $), et la dette totale, 16
trillions $, avec seulement 950 milliards $ d’argent en
circulation.
service de la detteLe service de la dette
En
1996, le gouvernement canadien a dépensé 49 milliards $ pour
payer l’intérêt sur la dette, soit environ un tiers des revenus
du gouvernement. Pour financer cette dette, le gouvernement émet
des obligations, dont la très grande partie est achetée par les
banques et autres institutions financières. 
Concernant la vente de ces obligations aux banques, le gouvernement est un vendeur
imbécile: il ne vend pas ses obligations aux banques, il en
fait cadeau, puisque ces obligations ne coûtent absolument rien
aux banques, car elles créent l’argent pour les acheter. Non
seulement les banques obtiennent ces obligations pour rien, mais
elles en retirent de l’intérêt (payé par les taxes des
contribuables).
Marriner EcclesWright PatmanEst révélateur sur ce sujet l’échange qui eut lieu entre M. Wright Patman (photo de gauche),
Président du Comité de la Chambre des Représentants des
Etats-Unis sur la Banque et le Numéraire, et M. Marriner Eccles (photo de droite),
Président de la «Federal Reserve Board» (Banque centrale des
Etats-Unis), le 30 septembre 1941, au sujet de la création de 2
milliards $ par la «Réserve Fédérale»:
Patman: «Où avez-vous pris l’argent pour acheter ces 2 milliards $ d’obligations du gouvernement?»
Eccles: «Nous les avons créés.»
Patman: «Avec quoi?»
Eccles: «Avec le droit d’émettre du crédit, de l’argent.»
Patman: «Et il n’y a rien d’autre en arrière, sauf le crédit du gouvernement.»
Eccles: «Nous avons les obligations du gouvernement.»
Patman: «C’est exact, le crédit du gouvernement.» 
La solution: un argent sans dette créé par la société
Cela
nous met sur la piste de la solution au problème de la dette:
si les obligations sont basées sur le crédit du gouvernement,
pourquoi le gouvernement a-t-il besoin de passer par les banques
pour faire usage de son propre crédit? 
voir aussi: Thomas Edison
Ce
n’est pas le banquier qui donne la valeur à l’argent, mais le
crédit du gouvernement, de la société. La seule chose que fait
le banquier dans cette transaction, c’est d’apporter une
écriture, des chiffres, qui permettent au pays d’utiliseer sa
propre capacité de production, de faire usage de ses propres
richesses.
L’argent
n’est pas autre chose que cela: un chiffre. Un chiffre qui
donne droit aux produits. L’argent n’est qu’un signe, une
création de la loi (Aristote). L’argent n’est pas la richesse,
mais le signe qui donne droit à la richesse. Sans produits,
l’argent n’a aucune valeur. Alors, pourquoi payer pour des
chiffres? Pourquoi payer pour ce qui ne coûte rien à fabriquer?
Et
puisque cet argent est basé sur la capacité de production de la
société, cet argent appartient aussi à la société. Alors,
pourquoi la société devrait-elle payer les banquiers pour
l’usage de son propre argent? Pourquoi payer pour l’usage d’un
bien qui nous appartient? Pourquoi le gouvernement n’émet-il pas
directement son argent, sans passer par les banques?



dette du Canada



Le système bancaire actuel cause la pauvreté en face de
l’abondance en endettant tous les pays et personnes. Les prêts à
intérêts ne sont pour la plupart que de simples écritures tirées du
néant, c’est à dire de la fausse monnaie,
selon Maurice Allais, Prix Nobel d’économie en 1988
dans « La crise mondiale aujourd’hui »
(Ed. Clément Juglar 1999).


.


Pollution www.m-c-s.ch


L'EFF utilise le ruban bleu pour symboliser leur défense de la liberté d'expression





Entre
1946 et 1990, aux États-Unis, les revenus d’intérêts sont passés de 3,6
à 14,7% du revenu des particuliers; le PNB réel s’est accru dans une
proportion de 1 à 3,8 alors que le PNB monétaire a augmenté selon un
rapport de 1 à 25,7, si bien que l’indice de déflation du PNB a grimpé
dans une proportion de 1 à 6,8; les salaires se sont élevés dans une
proportion de 1 à 27,1; toutefois, les recettes publiques ont augmenté
selon un rapport de 1 à 33,9 et les intérêts nets dans une proportion de 1 à 259,5 (sic).

Si
de nombreux économistes ont écrit au sujet de la « poussée des salaires
», la « poussée des intérêts et des impôts » n’est jamais mentionnée
dans les manuels d’économie…

Cette poussée tue la poule aux oeufs d’or.


Si
de nombreux économistes ont écrit au sujet de la « pseudo surpopulation», la « chute démographique » n’est jamais mentionnée
dans les manuels d’économie…
alors qu’elle a déjà commencé en Allemagne, Russie, Italie, Espagne, Portugal…
La solution ?

Tridel: Les nanoparticules sont partout !

Tridel:  une très grande quantité de nanofibres et de nanoparticules aux propriétés physico-chimiques très diverses, voire nouvelles, est
produite. Les risques sanitaires qui découlent de cette nouvelle ère
sont pires que l’amiante et dramatiques pour la population en général et pour les malades du CHUV, des écoles et des EMS. 
 
 
 


Les nanomatériaux représenteront à l’horizon 2015 un
marché de 1 000 milliards de francs. Un enjeu colossal pour les
industriels. Mais ces particules infiniment petites font peur à toujours
plus de consommateurs. À tort ou à raison ?


Les nanoparticules
sont désormais partout ! En Suisse, elles seraient déjà présentes dans
plus de 1 000 articles de consommation courante. Des emballages
alimentaires aux textiles techniques, en passant par les équipements de
sport, le dentifrice ou les crèmes solaires. Plus petites qu’une cellule
humaine, de la taille d’un milliardième de mètre, elles possèdent des
propriétés saisissantes.

Dans le dentifrice, elles sont utilisées pour leur
pouvoir blanchissant (dioxyde de titane), ou parce qu’elles sont
capables de combler les micro-fissures de l’émail (phosphate de
calcium).

Dans l’industrie textile, on les emploie car elles peuvent rendre une
veste imperméable (résines de fluorocarbone) ou empêcher l’apparition
des mauvaises odeurs en tuant les bactéries (nanoparticules d’argent) !

Dans un cadre de vélo ou dans une raquette de tennis, l’incorporation
de nanotubes de carbone permet, elle, d’augmenter la résistance des
produits tout en les rendant plus légers.

Enfin, dans l’alimentaire, on fait appel aux nanoparticules en tant
qu’antiagglomérants (silicate de calcium -E552- et dioxyde de silicium
-E551-). Il s’agit dans le cas des épices par exemple d’empêcher la
formation de grumeaux !

373Cependant,
ces “méga-pouvoirs” inquiètent de plus en plus de personnes, simples
consommateurs qui se sentent mal informés, mais aussi scientifiques… Serge Stoll,
maître d’enseignement et de recherche à l’UNIGE, est l’un d’eux. Ce
spécialiste de physico-chimie environnementale met en garde : “Je suis
intimement persuadé qu’on est en train d’ouvrir une boîte de pandore,
de produire encore une fois en masse des objets dont on connaît assez
peu le potentiel de toxicité.”

Pour le chercheur, les nanomatériaux posent problème pour deux
raisons : d’abord, on n’aurait pas assez étudié le danger que certaines
particules représentent pour la santé, ensuite, personne ne se pose la
question du rejet dans l’environnement des produit contenant des nanos.
Serge Stoll donne l’exemple des eaux usées. Quid du devenir des
nanoparticules d’argent qui pourraient être libérées lors du lavage des
vêtements techniques ?

Concernant toujours le dentifrice, une étude franco-suisse
a montré en 2011 que le dioxyde de titane pouvait provoquer dans les
poumons des inflammations similaires à celles de l’amiante !

De leur côté, les industriels s’attachent à être rassurants. En
Suisse, beaucoup a été fait, d’après eux, pour encadrer l’utilisation
des nanos et protéger les salariés qui les manipulent. Ils citent en
particulier le Plan d’action sur les nanomatériaux mis en place en 2008 par l’Office fédéral de la santé publique.

À Marly, dans la banlieue de Fribourg, l’usine de papier photo ILFORD
se veut exemplaire. Elle est une des seules entreprises qui a accepté
de nous recevoir. Ici, on utilise du dioxyde de silicium depuis une
dizaine d’années. Cette nanoparticule, qui est livrée sous forme de
poudre par des fournisseurs allemands, permet de donner au papier photo
(pour imprimantes jet d’encre) son aspect brillant. Pendant tout le
processus de fabrication, les ouvriers fribourgeois n’ont aucun contact
direct avec le dioxyde de silicium.

Rita Hofmann, cheffe de la recherche et du développement chez ILFORD,
explique : “Il faut faire la différence entre des nanoparticules
libres, et des matériaux nanostructurés qui ont été faits à partir de
nanoparticules. Les nanoparticules libres peuvent rentrer dans
l’organisme (NDLR : surtout par inhalation), mais les matières qui ont
été faites à partir des nanoparticules sont seulement des structures…
Ces structures ne sont ni actives ni dangereuses.”

374Pour éviter toute mauvaise surprise à l’avenir, les associations de défense des consommateurs
réclament par précaution un encadrement légal plus strict et un
étiquetage obligatoire pour les nanoparticules. Cette surveillance
accrue semble nécessaire, aussi pour ne pas condamner trop vite les
nanos… En effet, la médecine pourrait connaître grâce à elles des
progrès spectaculaires, en particulier pour le traitement des cancers.

http://www.nouvo.ch/2012/05/la-grande-peur-des-nanos

La grande peur des nanos
Publié le 22 mai 2012

Reportage : Yann Dieuaide

Montage : Enrico Pizzolato

Animation : Jean-Daniel Kneubühler

Mixage : Philippe Lahaye

http://euroracket.blogspot.com/2008/10/nanomatriaux-le-principe-de-pr…
Les dangers toxiques des nanoparticules
*Alain Lombard*
Toxicologue, ancien coordinateur des activités toxicologiques chez Arkéma
(industrie chimique)

*Alors que la production mondiale de nanomatériaux croît continuellement, on
sait bien peu de choses de leurs effets sur la santé. Pourtant, si les
leçons de la catastrophe de l’amiante avaient été tirées – ce dont on peut
douter -, la capacité des nanoparticules et des nanofibres à pénétrer le
système respiratoire et à interagir avec les cellules aurait dû inciter à
décupler les efforts de recherche consacrés à la toxicologie des
nanostructures. On en est loin… En attendant mieux, voilà ce que l’on sait
des dangers toxiques des nanoparticules. *

Nanotubes
© Haut : Nanoscale Thermo-Fluids Laboratory, Purdue University
Bas : NEC

 Avec l’avènement des technologies de l’infiniment petit, la recherche et la
production de nanoparticules (particules dont la taille ou le diamètre ne
dépasse pas 100 nanomètres, soit 0,1 micron) va augmenter de manière
exponentielle dans les prochaines années. Les nanoparticules sont en effet
utilisées couramment comme catalyseurs pour les réactions chimiques, pour le
polissage de « wafers » et disques durs en microélectronique, etc. Elles
peuvent être incorporées dans divers produits : vêtements, cosmétiques,
pneus, farts de skis, etc. *(1)*. Elles seront exploitées à l’avenir pour
des applications médicales, par exemple comme vecteurs pour transporter des
médicaments au niveau des cellules cibles, et à des fins
environnementales *(voir
l’entretien avec Jean-Yves Bottero)<http://www.vivantinfo.com/index.php?id=143>
*.

Or l’état des connaissances sur les effets cardiovasculaires, respiratoires
et cancérigènes des particules micro et nanométriques de la pollution
atmosphérique *(2, 3, 4)* fait craindre que les nanoparticules fabriquées
par l’homme puissent avoir, elles aussi, des conséquences néfastes sur la
santé. Les quelques études scientifiques publiées font état d’interactions
des nanoparticules avec les cellules, et incitent à la prudence.
  Un air chargé

L’exposition aux nanoparticules a, certes, toujours existé. L’air que nous
respirons contient des quantités très importantes de particules ultrafines
naturelles : plus de 10 000 particules supérieures à 10 nm dans 1 cm3 d’air,
avec de fortes variations selon la saison ou le degré de pollution
industrielle. Dans le monde du travail cette exposition est aussi très
ancienne : condensation de fumées émises par des fours métallurgiques,
fumées de soudage, fabrication et utilisation de noirs de carbone, de
silices amorphes, etc.

Cependant, l’industrialisation des nanotechnologies change la donne
puisqu’une très grande quantité de nanofibres et de nanoparticules aux
propriétés physico-chimiques très diverses, voire nouvelles, va être
produite. Les risques sanitaires qui découlent de cette nouvelle ère
concernent aussi bien les travailleurs du secteur, qui peuvent être exposés
de manière chronique à des quantités importantes de nanoparticules, que la
population en général, dont l’exposition est plus indirecte.

En hygiène du travail, on a longtemps évalué le risque résultant de
l’exposition aux « poussières » en fonction de leur concentration dans
l’atmosphère inhalée par le travailleur (mg/m3). Mais les moyens de
protection utilisés pour les poussières micrométriques ne sont pas efficaces
pour les nanoparticules, qui ne sont pas retenues par les filtres
classiques. Chaque type de nanoparticule est une entité particulière, avec
un comportement physicochimique, toxicologique et environnemental
spécifique, pour lequel il faut trouver et mettre en œuvre des moyens de
contrôle et de protection adaptés. Prévenir les risques liés à l’exposition
à des nanoparticules implique aussi de caractériser leurs propriétés
physico-chimiques et de les classer selon leur degré de réactivité de
surface. Il faut ensuite déterminer leurs effets biologiques sur les
cellules et les organes.
  Le poumon en première ligne

D’après les connaissances toxicologiques actuelles, les nanoparticules de
l’air se déposent dans les voies pulmonaires, notamment dans le poumon
profond, en proportion nettement supérieure à celle de particules de plus
grosse taille. Plus l’activité physique est importante, plus le dépôt
pulmonaire est grand.

Günter Oberdörster, l’un des pionniers des études toxicologiques sur les
particules ultrafines
© G. Oberdörster

Les études expérimentales menées par de groupe de Günter Oberdörster
(université de Rochester, Etat de New York) dans les années 1980 et 1990 ont
constaté que des nanoparticules de dioxyde de titane (TiO2) ont la propriété
de pénétrer l’épithélium pulmonaire, de passer dans les circuits
lymphatiques et de s’accumuler progressivement dans les ganglions
lymphatiques les plus proches *(5, 6)*. Une distribution systémique dans
tous les organes (foie, rein, cœur, cerveau) par la circulation sanguine a
également été mise en évidence. Cette pénétration est favorisée par la
petite taille des particules et par leur nombre dans l’air ambiant, ainsi
que par l’intensité de l’inhalation.

D’après les travaux plus récents d’Oberdörster chez le rat et de sa fille
Eva (Southern Methodist University, Dallas) chez un poisson, les
nanoparticules pourraient même parvenir au cerveau en suivant le trajet du
nerf olfactif *(7, 8)*. Par ailleurs, la capacité des nanoparticules à
traverser la barrière cutanée reste controversée.

Quel est le mécanisme d’action des nanoparticules ? Leur action sur les
cellules de l’organisme est variable : elle dépend de la nature chimique des
particules, ainsi que de leur état physicochimique de surface. Selon leur
nature, les nanoparticules ne pénètrent pas l’interstitium alvéolaire de
façon similaire : par exemple, environ 50 % de la dose pour le dioxyde de
titane, et seulement 4 % pour le noir de carbone *(9)*. De même, la
« réactivité de surface » intervient dans la toxicité des nanoparticules *
(10)*, ainsi que la capacité des particules à libérer des radicaux libres *
(11)*, ou encore à porter des impuretés superficielles ou des métaux
biodisponibles *(12, 13)*.

Cela peut se traduire par des réactions inflammatoires localisées, et
l’émergence de modifications génétiques des cellules atteintes pouvant
évoluer vers un dysfonctionnement plus ou moins important des organes
touchés, voire en cancer. Dans les poumons, les réactions inflammatoires
peuvent dégénérer en fibrose, qui se traduit par une diminution de la
capacité d’échanges gazeux des alvéoles pulmonaires et une diminution de la
fonction respiratoire ou de l’asthme.

Oberdörster a émis l’hypothèse que l’incidence des tumeurs pulmonaires
observées dans certaines études animales est liée à la surface totale des
particules présentes dans les poumons, plus qu’à leur nombre *(14)*. Une
hypothèse toutefois contredite récemment par des chercheurs du DuPont
Haskell Laboratory for Health and Environmental Sciences (Newark) *(15)*.

  Nanotubes : péril à demeure
Le risque majeur actuellement identifié est celui que représentent les
nanotubes de carbone et les fullerènes, en raison de leur production
industrielle déjà importante dans les pays industrialisés. L’instillation
dans la trachée chez le rat de nanotubes de carbone monofeuillets (*single-wall
carbon nanotubes*, SWCNT) mais aussi de nanotubes multifeuillets (*Multi-wall
carbon nanotubes*, MWCNT), plus épais, provoque l’apparition dans le poumon
de granulomes (lésions inflammatoires) et d’une fibrose (transformation
fibreuse du tissu épithélial) *(16, 17, 18)*.

Tissu pulmonaire de souris ayant reçu 0,5 mg de particules dans la trachée,
observé au bout de 90 jours.
(A) *Noir de carbone*. Les particules sont dispersées dans les alvéoles. (B)
*Quartz*. La flèche montre un agrégat de lymphocytes autour de macrophages
contenant des particules de quartz. (C) *Nanotubes de type CarboLex*.
Granulomes contenant des particules noirâtres. (D) *Nanotubes bruts*.
Granulomes à petit grossissement. (E) *Nanotubes bruts*. Un granulome à fort
grossissement. (F) *Nanotubes purifiés*. Un grand granulome dégénéré et
nécrosé.
© 2004 by the Society of Toxicology, *Toxicological Sciences* 77, 126-134
(2004), Chiu-Wing Lam *et al.*, Pulmonary Toxicity of Single-Wall Carbon
Nanotubes in Mice 7 and 90 Days After Intratracheal Instillation.

Selon l’équipe d’Anna Shvedova et Paul Baron, du National Institute for
Occupational Safety and Health (NIOSH, Etats-Unis), le mécanisme de fibrose
tiendrait à une activation directe de cellules fibreuses (fibrocytes)
pulmonaires par les nanotubes *(19)*. Les effets inflammatoires seraient dus
à la présence d’impuretés chimiques (nanofibres, nanoparticules de carbone,
métaux catalyseurs) dérivant des processus de production des nanotubes *(20)
*.

On a pu craindre que les nanotubes de carbone aient un comportement
similaire à l’amiante ou d’autres fibres minérales du fait de leur très
faible diamètre (< 100 nanomètres) et de leur grande longueur (quelques
millimètres). En fait, ces nanotubes flexibles s’agglomèrent en pelotes dans
les alvéoles pulmonaires, et se trouveraient ainsi dans l’impossibilité de
traverser la plèvre. Mais cette agglomération augmente leur persistance dans
les poumons, et par là même facilite l‘initiation de leur effet fibrosant
potentiel.

Les nanotubes de carbone ont été évalués également pour leur toxicité
vasculaire. Chez la souris, l’équipe de Tony Huang (Université de Caroline
du Nord, Chapel Hill, et National Health and Environmental Effects Research
Laboratory, EPA) a observé une augmentation, dépendante de la dose
instillée, de l’altération de l’ADN mitochondrial dans l’aorte, et une
altération des gènes impliqués dans l’inflammation dans les cellules
cardiaques *(21)*. Des études *in vitro *avec des cellules endothéliales
aortiques humaines montrent que l’exposition pendant deux heures à des
nanotubes de carbone entraîne une augmentation de l’expression de nombreux
gènes et une oxydation dose-dépendante des lipoproteines de faible densité
(LDL). Ces résultats font penser que les nanotubes de carbone pourraient
créer directement ou indirectement une prédisposition à la formation de
plaques d’athérome *(22)*.
  Un danger sous-estimé ?

Les effets toxicologiques observés s’appliquent en particulier aux
nanoparticules et nanotubes « libres ». Leur piégeage dans une matrice
(polymère, composite, nanostuctures électroniques, etc.) rend les risques
d’exposition très faibles, voire nuls pour les populations. Le risque se
concentrerait sur les personnels de laboratoire et de production qui
manipulent ces nanoparticules « libres ». Mais des incertitudes persistent
quant à l’exposition des populations par l’environnement lors de la
dégradation de ces matrices ou du traitement des déchets, ou encore via la
chaîne alimentaire – via les poissons par exemple *(8)* – si ces
nanoparticules sont bio-accumulables et bio-persistantes.

Paradoxalement, il y a peu de travaux probants dans le domaine de la
caractérisation physicochimique et de la toxicologie des nanoparticules et
des nanomatériaux. Les études publiées montrent des résultats contrastés
selon le type de réactif biologique étudié, ainsi que la pureté et la
qualité des nanoparticules et nanomatériaux utilisés. Dans la course
mondiale à l’innovation, les dangers potentiels de ces derniers pour la
santé et l’environnement sont étudiés en même temps qu’ils sont découverts,
développés et commercialisés. De plus, les budgets consacrés à l’évaluation
des risques restent infimes en proportion des sommes allouées au
développement des nanomatériaux ; par exemple aux Etats-Unis, pays le plus
avancé sur la question, le gouvernement fédéral y consacrera 40 millions de
dollars en 2006 alors que le budget de l’Initiative nationale sur les
nanotechnologies (NNI) dépasse 1 milliard de dollars.

Cette situation où l’on « apprend en faisant » ne laisse malheureusement pas
beaucoup de marge de sécurité, ni de possibilité de retour en arrière en cas
d’apparition d’un problème de santé ou d’environnement majeur.

Références
(1) « A nanotechnology consumer products inventory »,
http://www.nanotechproject.org/index.php?id=44

(2) C.A. Pope 3rd *et al.* (2002) Lung cancer, cardiopulmonary mortality,
and long-term exposure to fine particulate air pollution, *JAMA*287(9):1132-41.
(3) R.J. Delfino *et al.* (2005) Potential Role of Ultrafine Particles in
Associations between Airborne Particle Mass and Cardiovascular Health, *Environ
Health Perspect.* 113(8), August 2005
http://www.ehponline.org/members/2005/7938/7938.html

(4) L. Filleul *et al.* (2005) Twenty five year mortality and air pollution:
results from the French PAARC survey, *Occup Environ Med.* 62(7):453-60.
(5) J. Ferin, G. Oberdörster (1985) Biological effects and toxicity
assessment of titanium dioxides: anatase and rutile, *Am Ind Hyg Assoc
J.*46(2):69-72.
(6) J. Ferin *et al.* (1992) Pulmonary retention of ultrafine and fine
particles in rats, *Am J Respir Cell Mol Biol.* 1992 May;6(5):535-42.
(7) G. Oberdörster *et al.* (2004) Translocation of inhaled ultrafine
particles to the brain, *Inhal Toxicol.* 16(6-7):437-45.
(8) E. Oberdörster (2004) Manufactured nanomaterials (fullerenes, C60)
induce oxidative stress in the brain of juvenile largemouth bass, *Environ
Health Perspect.* 2112(10):1058-62.
http://www.ehponline.org/members/2004/7021/7021.html

(9) G. Oberdörster *et al.* (1992) Role of the alveolar macrophage in lung
injury: studies with ultrafine particles, *Environ Health Perspect.* 97,
193-9.
(10) A. Nel *et al.* (2006) Toxic potential of materials at the nanolevel, *
Science* 311(5761):622-7.
(11) C.A. Dick *et al.* (2003) The role of free radicals in the toxic and
inflammatory effects of four different ultrafine particle types, *Inhal
Toxicol.* 15(1):39-52.
(12) A.E. Aust *et al.* (2002) Particle characteristics responsible for
effects on human lung epithelial cells, *Res Rep Health Eff Inst.* 110:1-65.
(13) Y.C. Huang *et al.* (2003) The role of soluble components in ambient
fine particles-induced changes in human lungs and blood. *Inhal Toxicol. *
15(4):327-342.
(14) G. Oberdörster (1996) Significance of particle parameters in the
evaluation of exposure-dose-response relationships of inhaled particles, *Inhal
Toxicol.* 73-89.
(15) D.B. Warheit *et al.* (2006) Pulmonary Instillation Studies with
Nanoscale TiO2 Rods and Dots in Rats: Toxicity is not Dependent Upon
Particle Size and Surface Area, *Toxicol Sci.* 2006 Feb 22.
(16) D.B. Warheit *et al. *(2004) Comparative pulmonary *toxicity assessment
of single-wall carbon nanotubes in rats, Toxicol Sci.* 77(1) 117-25.
http://toxsci.oxfordjournals.org/cgi/content/full/77/1/117

(17) C.W. Lam *et al. *(2004) Pulmonary toxicity of single-wall carbon
nanotubes in mice 7 and 90 days after intratracheal instillation, *Toxicol
Sci. *77(1) 126-34.
http://toxsci.oxfordjournals.org/cgi/content/full/77/1/126

(18) J. Muller *et al.* (2005) Respiratory toxicity of multi-wall carbon
nanotubes, *Toxicol Appl Pharmacol. *207(3):221-31
(19) A.A. Shvedova *et al. *(2005) Unusual inflammatory and fibrogenic
pulmonary responses to single-walled carbon nanotubes in mice, *Am J Physiol
Lung Cell Mol Physiol.* 289(5):L698-708.
(20) K. Donaldson *et al.* (2006) Carbon Nanotubes: a Review of Their
Properties in Relation to Pulmonary Toxicology and Workplace Safety, *Toxicol
Sci.* 2006 Feb 16.
(21) Z. Li *et al.* (2005) *The Toxicologist *84:A1045.
(22) Z. Li *et al.* (2004) *Free Radical Biol Med.* 37(1):S142.

Pour en savoir plus
Commission européenne (2004) *Nanotechnologies : Preliminary Risk analysis
on the Basis of a Workshop organized in Brussels on 1-2 March 2004 by the
Health and Consumer Protection Directorate General of the European
Commission.* Version
pdf<http://europa.eu.int/comm/health/ph_risk/documents/ev_20040301_en.pdf>

SCENIHR (Commission européenne), rapport de septembre 2005, version
pdf<http://cben.rice.edu/research.cfm?doc_id=5008>

Rice University, CBEN <http://cben.rice.edu/research.cfm?doc_id=5008>
Swiss-Re (2004) *Nanotechnology – Small matter, Many unknowns,
*version pdf<http://www.swissre.com/INTERNET/pwsfilpr.nsf/vwFilebyIDKEYLu/ULUR-5YN…>

R.J. Aitken *et al.* (2004) *Nanoparticles: An occupational hygiene review
research*. Report 274 prepared by the Institute of Occupational Medecine,
HSE, Royaume-Uni, version pdf<http://www.hse.gov.uk/research/rrpdf/rr274.pdf>

Note de synthèse pour le Plan National Santé Environnement Nouvelles
perspectives de recherches (2005) *Les déterminants environnementaux :
« Nanoparticules et santé ». *Jorge Boczkowski (INSERM), Eric Gaffet (
CNRS), Alain Lombard (ARKEMA), Coauteurs: Benoît Hervé-Bazin (INRS),
Christophe Proust (INERIS), François Tardif (CEA), Olivier Witschger (INRS),
version pdf<http://www.recherche.gouv.fr/rapport/santetravail/1.2intermilieu_impa…>

B. Hervé-Bazin (2006) *Nanoparticules : nanorisques ?,* Institut national de
recherche et de sécurité (INRS – Vandoeuvre), Journée de sensibilisation
CNRS, Meudon, 13 janvier 2006, version
pdf<http://www.dr5.cnrs.fr/delegation/Prevention_et_securite/Stock_PDF/Ex…>

*Characterising the potential risks posed by engineered nanoparticles*. A
first UK Government research report, Department for Environment, Food and
Rural Affairs, 2005, version
pdf<http://www.defra.gov.uk/environment/nanotech/nrcg/pdf/nanoparticles-r…>

G. Oberdörster *et al.* (2005) Nanotoxicology: An Emerging Discipline
Evolving from Studies of Ultrafine Particles, *Environ Health
Perspect.*113(7):823-39.
Version html  <http://www.ehponline.org/members/2005/7339/7339.html>
Version pdf  <http://www.ehponline.org/members/2005/7339/supplemental.pdf>

G. Oberdörster *et al.* (2005) Principles for characterizing the potential
human health effects from exposure to nanomaterials: elements of a screening
strategy, *Part Fibre Toxicol.*
<http://www.particleandfibretoxicology.com/content/2/1/8>2:8

R. Hardman (2006) A toxicologic review of quantum dots: toxicity depends on
physicochemical and environmental factors, *Environ Health
Perspect.<http://www.ehponline.org/members/2005/8284/8284.html>
* 114(2):165-72.

PHM Hoet *et al.* (2004)  Nanoparticles – known and unknown health
risks, *Journal
of Nanobiotechnology* <http://www.jnanobiotechnology.com/content/2/1/12>2004,
2:12.

W. Luther (ed) (2004) *Industrial application of nanomaterials – chances and
risks. Technology analysis*. Version
pdf<http://imperia5.vdi-online.de/imperia/md/content/tz/zuknftigetechnolo…>

C. Ostiguy *et al*. (2006) Les nanoparticules : connaissances actuelles sur
les risques et les mesures de prévention en santé et en sécurité du travail,
*Études et recherches* / Rapport  R-455, IRSST, Canada, 90 p. Version
pdf<http://www.irsst.qc.ca/files/documents/PubIRSST/R-455.pdf>

C. Ostiguy *et al.* (2006) Les effets à la santé reliés aux nanoparticules,
*Études et recherches* / Rapport  R-451, IRSST, Canada, 55 p. Version
pdf<http://www.irsst.qc.ca/files/documents/PubIRSST/R-451.pdf>

M. Ravaud (2005) Risques : qu’en pensent les scientifiques ?, *Le Journal du
CNRS <http://www2.cnrs.fr/presse/journal/2475.htm>*

O. Witschger, J.-F. Fabriès (2005) *Particules ultra-fines et santé au
travail – Sources et caractérisation de l’exposition*, Institut national de
recherche et de sécurité (INRS). Version
pdf<http://www.inrs.fr/INRS-PUB/inrs01.nsf/inrs01_search_view_view/BC245F…>

Le nanodéveloppement sous surveillance, *Travail et
Sécurité<http://www.travail-et-securite.fr/ArchivesTS/ArchivesTS.nsf/%28allDoc…>
*, INRS.

Sites Internet
   – Ecrin
   http://www.ecrin.asso.fr/nanomx/index.html
   – Sciences et démocratie, Toxicité des nanoparticules et des nanotubes

   http://www.sciences-et-democratie.net/debats/nanomonde/toxicite-des-n…
   – The Safety of Nano-materials Interdisciplinary Research Centre (SnIRC)
   Initiative
   http://www.snirc.org/
   – NIOSH
   http://www.cdc.gov/niosh/topics/nanotech/nano_exchange_health.html
   http://www.cdc.gov/niosh/topics/nanotech/default.html
   – Institut National de l’Environnement Industriel et des Risques
   (INERIS), Rapport 2005
   http://www.ineris.fr/index.php?module=doc&action=getFile&id=2426

   *Programmes européens*
   – SHAPE-RISK http://shaperisk.jrc.it/index.html
   – NANODERM http://www.uni-leipzig.de/~nanoderm/index.html<http://www.uni-leipzig.de/%7Enanoderm/index.html>

   – NANOPATHOLOGY http://www.nanopathology.it/paginei/nanopathology.htm
   – NANOSAFE http://www.nanosafe.org/
   – SILICERAM http://www.ceram.com/siliceram.htm
   – IMPART et NANOTOX http://www.impart-nanotox.org/impartnanotox/

Sources suppl.:
http://desiebenthal.blogspot.com/2009/07/film-de-tridel-et-des-camion…
www.pavie.ch
http://non-tridel-dioxines.com/
http://www.journaldelenvironnement.net/article/dioxines-un-ancien-pre…
http://www.lexpress.fr/actualite/environnement/brulants-incinerateurs…
http://www.lexpress.fr/actualite/environnement/dechets-baladeurs_4970…
http://www.crau-et-camargue.fr/?p=474
http://www.tridel.ch/historique/construction/construction.html
http://www.lanutrition.fr/Les-dioxines-a-4388.html
http://www.ecoforum.fr/reseau/CollectifCorse/comite21.htm

Traduction »