Swiss national bank + 30 %


Swiss central bank or swiss national bank, alias SNB,  on the stock market.



Swiss spirit, one for all and all for one.
The Christian Cross on his flag, his parliament and his money.
An automatic dividend for all swiss habitants each month, thanks to robots.
 Bankers or banksters ?
We need a modern money system.
Our money, Dominus providebit…
Our gouvernement giving swiss oaths, except one…
Some of our team in front of the Swiss National Bank, our fight for a better money system, positive money…



http://www.snb.ch/en/


Most people don’t realize that the central banks of Belgium, Japan, Greece, Switzerland, and South Africa are all publicly-traded. In times past, central clearinghouses were typically privately-owned while the issuance of bank-notes was the domain of competing banks. The fact that a few central banks still retain traces of their former private nature is a good reminder that centralized banking isn’t necessarily the domain of the public sector.


The Swiss National Bank, for instance, was founded in 1907 to take upon itself the issuance of national bank notes, hitherto provided by private banks. According to Hübscher and Kuhn (pdf), efforts to establish a wholly government-owned central bank were defeated in an 1897 national referendum. Opponents of the plan drew up an alternative proposal for a privately owned bank the structure of which would, according to Bordo, “not allow for state socialism or the public control of credit policy.” One fifth of the new bank’s capital would be given to the private banks to compensate them for the loss of their power to issue notes.


Nowadays, SNB shares trade on the SIX Swiss Exchange. The original 100,000 shares are still outstanding, with 2,185 private shareholders owning about 37% of the float. Another 53% is owned by the cantonal governments and cantonal banks and the last 10% by other public institutions. The Swiss Federal council (Switzerland’s federal government) doesn’t own a single share, a contrast to most central banks which are 100% owned by their federal government. The largest private investor is Theo Siegert, who owns 5.95% of the float. The SNB provides all breakdowns here.


Though the shareholders of the five central banks may to some extent “own” their nation’s central bank, they don’t exercise the same degree of control over their company that regular shareholders do. Here are some of the drawbacks to owning central bank shares:


1. Capped dividends: The SNB’s dividend is capped at 6% of the company’s paid-up share capital. Because the SNB was originally capitalized with CHF 25 million, a large amount a hundred years ago but today a minuscule slice, aggregate dividend payments to all shareholders are limited to a mere CHF 1.5 million a year (around US$1.6 million), or CHF 10.50 per share. At today’s stock price of CHF 1115, the shares yield just 1% or so.


This is a stable dividend. The SNB has paid it going back to at least 1996 (the last annual report I could get my hands on). But unlike the typical common share, there is no chance of this dividend growing.


2. Profits siphoned away: Nor will the profits that are not distributed to shareholders stay with the Bank. The lion’s share of the SNB’s remaining profits go to the state. Specifically, two-thirds of earnings are paid to the cantonal governments, and another third to the Federal council. In 2011, for instance, the SNB earned CHF 4.9 billion. A tiny CHF 1.5 million sliver was paid to shareholders while the various governments received CHF 1 billion (the balance was held over as reserve for the next year).


Much like the SNB, the Bank of Japan (BOJ) pays a fixed dividend. The BOJ, established in 1882, trades on the JASDAQ for around ¥46,500 a share. The Bank is not permitted to pay more than 5% of its  ¥100 million in paid-up capital to shareholders. As is the case with the SNB, this was a large amount back in 1942, the last time the BoJ was capitalized, but today its amounts to just ~$10 million. The upshot is that the BOJ can only provide shareholders a piddling ¥5 million in aggregate dividends a year, or  ¥5 a share. This equates to just US$50,000 in aggregate dividend payments, or around 5 cents a share. Considering that total profits earned by the BOJ in 2011 amounted to  ¥503 billion (around $5 billion), the shareholders are getting peanuts.


3. Minority position: Unlike the SNB, the Japanese federal government owns 55% of the Bank’s shares. This puts private shareholders at an even larger disadvantage since they must play second fiddle to a dominant shareholder at all shareholder meetings.


4. No residual claim: The Bank of Japan Act stipulates that should the Bank be dissolved, shareholders only get a return of initial paid-up capital. All residual assets belong to the national treasury. Thus shareholders get a mere  ¥100 million (around $1 million) back in case of dissolution, or around  ¥100 per share — far less than the current  ¥46,500 a share. Genuine common shares would allow shareholders to getall residual assets.


According the the National Bank Act, SNB shareholders are also restricted in their ability to claim residual assets:

In case of a liquidation of the National Bank, the shareholders shall receive in cash the nominal value of their shares as well as reasonable interest for the period of time since the decision to liquidate the National Bank became effective. The shareholders shall not have any additional rights to the assets of the National Bank. Any remaining assets shall become the property of the new central bank.

This means that each SNB shareholder is entitled to CHF 250 a share upon dissolution, far less than the current CHF 1320.- per share price of today.


http://jpkoning.blogspot.ch/2013/02/central-banks-that-trade-on-stock-market.html

I will be in Rougemont near Montréal, Canada, for 3 weeks

Invitation to join us, every year, two periods, either April-May or August-September..

Week of study  held in Rougemont, Canada in four languages end of August or in May followed by the Congress beg. of September


 or in April-May week of studies April 21 up to the 3 May. Adoration and Jericho up to the 10 May.

Free stay & meals, free pilgrimages ( St Joseph, N-D du Cap et St Anne )and free rooms for all our guests from countries outside of Canada.


Cheers

fds


http://www.bloomberg.com/quote/snbn:sw

  • Money creation management by the Swiss National Bank.

    desiebenthal.blogspot.com/…/money-creation-management-by-swiss.htm…

    9 oct. 2013 – Money creation management by the Swiss National Bank. … François deSiebenthal: Lettre à mon curé sur la “création monétaire .

  • François de Siebenthal: David against goliath, little swiss …

    desiebenthal.blogspot.com/…/david-against-goliath-little-swiss-will.html

    2 juin 2014 – With the full power of new money creation exclusively in the hands of theSwiss National Bank, the commercial banks would no longer have the …

  • Swiss national bank + 30 % Swiss central bank or swiss …

    https://plus.google.com/…/az72nCnH9df

    Traduire cette page

    Il y a 34 minutes – Swiss central bank or swiss national bank, alias SNB, trades on the stock market. http://www.snb.ch/en/ Most people don’t realize that the central banks of Belgium, 



  • World population trend with total fertility rate below 2,2, i.e. near 1,5

    Only 2 persons near the year 2 470, just math.
    Collapse…

    Signatures pour une monnaie pleine.

    Chers ami(e)s de l’initiative monnaie pleine.



    Récolte de signatures pour l’ initiative monnaie pleine, actions les samedis à Lausanne, Genève, Yverdon…

    Lausanne: On est à nouveau au marché, place de la Palud, pour une récolte de signatures, ce samedi 18 avril 🙂  dès 9h00 et jusqu’à au moins 13h30, verrée éventuelle après pour ceux qui ont le temps.
    Samedi 11 avril, 173 signatures rien qu’à Lausanne…
    Grand total suisse: 
    Objectif: 100.000 signatures valides
    Déjà été reçu: 
    51’179 (au 08.04.2015)
    Nous serions heureux que vous puissiez nous encourager et nous aider au moins un moment.
    Au plaisir de se voir, en vous souhaitent une bonne santé.

    François de Siebenthal​
    RSVP en indiquant votre horaire approximatif.
    RSVP même si vous ne venez pas, pour vérifier si vous recevez bien nos messages, merci.
    Samedi 11 avril, exemples…

    Autres possibilités:
    Genève, Voir avec Georges Sonntag

    Yverdon,  Voir avec Thomas Jenni
    Sion, Voir avec Dimitri Mottier

    Toute la Suisse:

    OBJECTIFS

    1. La Banque Nationale créera désormais seule de la monnaie scripturale électronique.
    2. Les banques ne pourront plus elles-mêmes créer de la monnaie scripturale, mais prêter seulement de la monnaie qui existe déjà.
    3. La Banque Nationale mettra en circulation de la nouvelle monnaie pleine moyennant un don (sans dette) au gouvernement federal, aux Cantons ou aux citoyennes et citoyens.
    à faire circuler à vos amis, merci.

    Pour la paix des coeurs. Neuvaine de Miséricorde.



    Joyeuses Pâques, Christ est ressuscité.
    Il nous offre sa miséricorde totale et absolue.


    Une neuvaine (du latin novem, neuf) est dans l’Église catholique romaine une dévotion privée ou publique de neuf jours, destinée à obtenir des grâces déterminées.

    La neuvaine de Miséricorde commence idéalement notamment le Vendredi Saint ou tout autre jour de l’année:


    Francais:
    English:
    Spanish:
    Polish:

    Vous trouverez le message complet de Jésus à Sainte Faustine sur ce site:

    A l’occasion de notre montée vers Pâques, en ce jour de vendredi Saint…

    C’est l’occasion de voir ou de revoir ensemble ce film magnifique qui retranscrit vraiment bien le message Biblique concernant la Passion de Jésus Christ. Il est très dur, mais il est certainement à l’image de ce qu’à vécu Notre Sauveur. Soyons courageux et osons aller jusqu’au bout.

    Je vous invite à prendre le temps pour cela.



    La Passion du Christ:

    Le film en araméen, la langue du Christ, relate les douze dernières heures de la vie de Jésus-Christ, considérées comme les plus intenses de sa vie dans lesquelles Jésus-Christ institue l’Eucharistie. Il montre Jésus priant au mont des Oliviers, et résister à la tentation de Satan. On voit ensuite Jésus capturé par les autorités juives, et flagellé du fait de sa dénonciation par Judas auprès des Grands Prêtres. 

    Suite à cela on voit son jugement devant le préfet romain Ponce Pilate, ainsi que son passage devant Hérode, et sa condamnation à mort. 

    Le film étant coupé de flash back sur les moments principaux de la vie publique du Christ, comme le sermon des Béatitudes. 

    Heureux les pauvres en esprit,
    car le Royaume des Cieux est à eux.
    Heureux les doux,
    car ils recevront la terre en héritage.
    Heureux les affligés,
    car ils seront consolés.
    Heureux les affamés et assoiffés de la justice,
    car ils seront rassasiés.
    Heureux les miséricordieux,
    car ils obtiendront miséricorde.
    Heureux les cœurs purs,
    car ils verront Dieu.
    Heureux les artisans de paix,
    car ils seront appelés fils de Dieu.
    Heureux les persécutés pour la justice,
    car le Royaume des Cieux est à eux.
    Heureux êtes-vous si l’on vous insulte, si l’on vous persécute et si l’on vous calomnie de toutes manières à cause de moi.
    Soyez dans la joie et l’allégresse, car votre récompense sera grande dans les cieux.



    Le film s’achève par la montée au Calvaire de Jésus et par sa crucifixion, avec Marie et Marie Madeleine comme témoins. Puis finit par la résurrection du Christ.


    Que Dieu vous bénisse et vous garde.

    (RV) Créant une immense surprise, le Pape François a annoncé le 13 mars dernier, au cours d’une célébration pénitentielle à la basilique Saint-Pierre, l’organisation d’une année jubilaire, une Année Sainte de la Miséricorde, qui s’ouvrira le 8 décembre prochain, jour de la fête de l’Immaculée Conception, et en cette année 2015, du 50e anniversaire de la clôture du Concile Vatican II. Cette Année Sainte extraordinaire s’achèvera au terme de l’année liturgique, le 20 novembre 2016. Pour formaliser cette annonce, le Pape présentera la bulle papale d’indiction du Jubilé de la Miséricorde ce samedi 11 avril.
    Le texte, rédigé avec l’aide du cardinal Mauro Piacenza, pénitencier majeur, et du régent du tribunal de la Pénitencerie apostolique, Mgr Krzysztof Józef Nykiel, sera rendu public à 17h30, dans la basilique Saint-Pierre. Le rite prévoit la lecture d’extraits de la bulle devant la Porte Sainte de la basilique. Puis le Saint-Père présidera la célébration des Premières Vêpres du dimanche de la Divine Miséricorde mettant ainsi l’accent sur le thème central de cette année jubilaire : la Miséricorde de Dieu.
    Cette célébration exceptionnelle sera à suivre en direct sur notre site internet, en son et en images, avec des commentaires en français.
    Qu’est-ce qu’une bulle papale ?
    A l’origine, le terme “bulle” désigne le sceau, en plomb ou en or, généralement réservé à l’empereur et au pape. Dans la bulle d’indiction d’un Jubilé sont précisés les dates d’ouverture et de conclusion, le déroulement, l’esprit, le sens, les conditions, les intentions et les attentes du Pape qui l’a convoqué pour l’Église.
    Lors des deux dernières Années Saintes extraordinaires, en 1933 et en 1983, la bulle fut publiée à l’occasion de la Solennité de l’Épiphanie. Mais cette fois, en choisissant la date du 11 avril, le Pape François entend bien souligner l’importance de la Miséricorde. On peut enfin rappeler la bulle d’indiction du grand Jubilé de l’an 2000, convoqué par Jean-Paul II, qui s’intitulait : « Le mystère de l’Incarnation ».
    Le choix de la miséricorde, un héritage de Jean-Paul II
    Le Pape Jean-Paul II s’est éteint le 2 avril 2005, veille d’une fête liturgique qu’il avait lui-même institué : la fête de la Divine Miséricorde. Correspondant au au dimanche suivant Pâques, cette fête s’appuit sur les visions de soeur Faustine Kowalska (1905-1938). une religieuse polonaise canonisée par Jean-Paul II en l’an 2000. Répondant sur notre antenne au sujet de l’entretien de 1983 entre Jean-Paul II et Ali Agça, l’homme qui avait tenté de le tuer deux ans plus tôt mais auquel il avait offert son pardon, le journaliste et écrivain Bernard Lecomtedéfinissait ainsi la miséricorde selon Jean-Paul II : « La Miséricorde, c’est au fond le principal rempart que Dieu donne aux hommes contre le mal. La miséricorde, c’est beaucoup plus que la charité, ou la compassion, ou même le pardon. Cela va au-delà. La miséricorde, c’est d’accepter tout ce qui se passe et de le transformer en bien. L’espérance repose sur la miséricorde, c’est-à-dire sur le fait que Dieu ira jusqu’au bout pour combattre le mal, pour arrêter le mal. pour éliminer le mal. »
    Bernard Lecomte rappelait que l’insistance du Pape François sur la miséricorde s’inscrit donc pleinement dans la continuité de Jean-Paul II. « Le Pape François reprend aujourd’hui cet héritage, mais ce n’est pas un héritage secondaire ou simplement culturel. Cela montre que le Pape François est l’héritier de ce qui faisait le fondement même de la pastorale de Jean-Paul II » a précisé le biographe de Jean-Paul II.
    Interrogé par l’agence Imedia, le cardinal suisse Georges Cottier, théologien de la Maison pontificale au temps de Jean-Paul II, a réactualisé cette pensée de Jean-Paul II au regard de la forte laïcisation en cours actuellement en Occident, un mouvement de civilisation que le Pape polonais avait constaté et, d’une certaine façon, prophétisé. Aujourd’hui, la société sécularisée se débat avec le mal en le cachant. Le paradoxe actuel est qu’il y a des gens qui accusent Dieu devant des monstruosités commises et inexplicables, mais qui en même temps, veulent se libérer de l’idée de péché. L’homme issu de la sécularisation est dur et fier. Pourtant, le message de la miséricorde divine nous appelle à nous reconnaître fragiles », a rappelé le cardinal Cottier, situant cet enjeu dans le cadre de la vie personnelle de chacun comme dans celui des relations internationales.  « Nous faisons tous l’expérience personnelle du péché, mais il y a certaines grandes fautes, qui ont été commises dans l’humanité, qui dépassent la raison et qui ont quelque chose de diabolique. Face à cela, l’humanité qui a perdu la foi est sans armes, a précisé le cardinal Cottier. La réponse à ce grand drame est la miséricorde de Dieu, plus forte que tout »,

    (Tratto dall’archivio della Radio Vaticana)

    Traduction »