Grèce, on socialise les pertes et on privatise les gains

This is a robbery, ceci est un vol…

La dette grecque, la BCE, la troïka, l’austérité, un résumé de la situation grecque avec en bonus une conversation entre 2 membres de Jaiundoute. Comme d’habitude, regardez, cherchez, analysez, débâtez et éventuellement, partagez cette vidéo…

https://www.youtube.com/watch?v=FVQM9ZSyGuY&feature=youtu.be



Grèce, on socialise les pertes et on privatise les gains, notamment les ventes d’armes allemandes… une “magie” résumée par MM Zettelmeyer, Trebesch and Gulati :

… Nous n’avons pas connaissance dans toute l’histoire des dettes souveraines d’un autre cas de « migration de crédit » du secteur privé vers le secteur public aussi énorme. » …


“En moins d’un an, la structure de la dette publique grecque a été inversée, la dette privée (obligations et T-Bills) représentant désormais seulement environ 20 pour cent du total. Le plus surprenant a été la quasi disparition de la dette souveraine détenue par des privés. À la mi-février, les banques et les autres investisseurs détenaient encore environ 206 milliards d’euros d’obligations grecques. Mais après l’échange de mars/avril et le rachat de dette qui a suivi, ce chiffre avait diminué à tout juste 35 milliards d’euros (29,5 milliards d’euros sous la forme des nouvelles obligations et 5,5 milliards d’euros d’anciennes obligations grecques possédées par des détenteurs refusant de les vendre). Au même moment, les prêts consentis par d’autres États de la Zone euro augmentaient pour passer de 58 milliards d’euros au début de l’année 2012 à plus de 160 milliards d’euros à la fin de cette année, avec un engagement supplémentaire de 35 milliards d’euros prévu pour 2013. Nous n’avons pas connaissance dans toute l’histoire des dettes souveraines d’un autre cas de « migration de crédit » du secteur privé vers le secteur public aussi énorme. » .
Ils sauvent les banques, pas la Grèce et l’ensemble de sa population. 
Jeromin Zettelmeyer, Christoph Trebesch, and Mitu Gulati, “The Greek Debt Restructuring : An Autopsy”, Working Paper Series, August 2013, pp. 10, 47-50,
En juin 2013, selon ATTAC Autriche: Sur un total de 206,9 milliards d’euros, 77 % ont été affectés au secteur financier. L’étude précise que « ces 77 % constituent… un minimum d’un montant qui a pu être sous-estimé. » 
Attac, “Greek Bail-Out : 77% went into the Financial Sector“, June 17, 2013,
La dette grecque : une dette illégale, illégitime, odieuse et insoutenable, des contrats impossibles donc nuls… obtenus par des astuces en bandes organisées cupides et corruptrices… le monde entier en souffre…


Réservez le 29 avril 2016 à partir de 10h pour une Banque Nationale vraiment Suisse, BNS 3.0

Limitons leur cupidité, leur avarice, leur voracité illimitée…, greed en anglais… !



Pour la prochaine AG BNS :


– Réservez le 29 avril 2016 à partir de 10h


http://www.snb.ch/fr/ifor/shares/anngen/id/shares_anngenmeet


– Achetez un action par personne


Il en faudra au moins 20 pour pouvoir faire passer des motions.


et préparez vos questions et remarques.


La BNS vous offrira le billet de train 1ère classe, le petit déjeuner et un buffet dînatoire plantureux et pantagruélique et beaucoup de joie à recadrer quelques cupides…


Banque Nat.N
SWX: SNBN – 18 août 09:15 UTC+2

1 149.00 Fr pour une action ( plus de mille francs…) Price increase 25.00 (2,22 %), achat dans les banques ou par internet, www.swissquote.ch par exemple


Nous avons un sponsor qui peut vous aider… 021 616 88 88 ou par mail siebenthal@gmail.com.



François de Siebenthal: Pour une Banque Nationale ( BNS …

desiebenthal.blogspot.com/2015/…/pour-une-banque-nationale-bns-30.h…

23 juil. 2015 – La BNS de papa, son symbole, St Martin qui donne la moitié de son …. sur la photographie, et F. de Siebenthal, le 3ème en partant de la droite.

François de Siebenthal: Banque nationale suisse, BNS …

desiebenthal.blogspot.com/…/banque-nationale-suisse-bns-berne-ce.html

24 avr. 2015 – Assemblée Générale de la BNS, Berne, ce vendredi 24 avril. … année, contactez-nous au 021 616 88 88 ou par mail siebenthal at gmail.com.

Pour une Banque Nationale vraiment Suisse, BNS 2.0

desiebenthal.blogspot.com/…/pour-une-banque-nationale-vraiment.html

7 juil. 2015 – La BNS de papa, son symbole, St Martin qui donne la moitié de son …. sur la photographie, et F. de Siebenthal, le 3ème en partant de la droite.

LeTemps.ch | L’édition en ePaper

www.letemps.ch/…/Une_initiative_veut_exclure_les_banques_de_la_cré…

4 juin 2014 – La BNS est responsable de la création de billets et pièces. Toutefois … Parmi ses soutiens, on trouve François de Siebenthal, économiste HEC …

voici mes notes sur le fonctionnement de la BNS – Martouf

martouf.ch/…/435-relations-entre-la-confederation-suisse-et-la-banque-n…

BNS Banque Nationale Suisse- Schweizerische Nationalbank. ….. Merci à François deSiebenthal de sauvegarder les textes que je n’arrivais plus à retrouver …

Pour une Banque Nationale ( BNS ) 3.0 Nous travaillons …

https://plus.google.com/…/posts/LrHuGUAwx1h

23 juil. 2015 – Pour une Banque Nationale ( BNS ) 3.0. Nous travaillons pour faire une BNS 3.0 BNS 1.0 La BNS de papa, son symbole, St Martin qui donne la moitié de son 

Pour une Banque Nationale vraiment Suisse, BNS 2.0 …

https://plus.google.com/…/posts/C446XvtDXsZ

7 juil. 2015 – Pour une Banque Nationale vraiment Suisse, BNS 2.0. Scandales, la BNS soutient par exemple Apple CONTRE les horlogers suisses, investit dans le gaz de 

Franc fort: La BNS annonce une perte de 50,1 milliards de …

https://www.lematin.ch/economie/bns-annonce-perte-501…/25045663?…

La BNS annonce une perte de 50,1 milliards de francs … Alternative, se renseigner sur l’ “INITIATIVE MONNAIE PLEINE SUISSE” de François de Siebenthal, via …

Franc fort: La BNS accuse une perte de 50,1 milliards de …

www.lematin.ch/economie/La-BNS-accuse-une-perte…/25045663?…

Accessoirement, cela permet opportunément à la BNS de ne pas payer d’impôts. … sur l’ “INITIATIVE MONNAIE PLEINE SUISSE” de François de Siebenthal, via …

Réserves d’euros dans les coffres de la BNS. Un gros risque

www.parlament.ch › Le Parlement suisse › Recherche

16 juin 2010 – Texte déposé. Le Conseil fédéral est chargé de soumettre au Parlement un projet de modification des articles 29 à 31 de la loi sur la Banque …

Bulle immobilière en Suisse ?

Pas de bulle immobilière en Suisse, le taux de propriétaires le plus bas d’Europe

Bulle immobilière! UBS, CS et BNS n’ont cessé de répéter que la Suisse souffrait de bulle immobilière. Cette assertion a abouti en juin 2012 à une restriction édictée par le Conseil Fédéral à l’accès à la LPP lors de l’achat d’une résidence principale. Une part minimale de 10% de la valeur du bien devrait être fournie dorénavant autrement que par la LPP. Or, il est rare que des foyers arrivent à épargner autant en dehors de la LPP dont -rappelons-le!- une des finalités est précisément l’épargne pour l’achat d’une résidence principale…
L’affirmation répétée de l’existence d’une bulle immobilière était étonnante pour un si petit pays avec un terrain limité. Par ailleurs, la banque centrale qui s’évertue à multiplier la taille du bilan sans aucune réalité tangible n’arrive pas à sortir le pays de la déflation. Alors?
Or, voici les chiffres qui démontrent que cette assertion est pour le moins discutable!
Bulle immobilière en Suisse
On voit sur ce graphique l’année 1975 comme point 100 ou point de départ. La courbe bleue est celle de la moyenne de 21 pays (UE, Etats-Unis,…) et la noire celle de la Suisse. La moyenne globale présente effectivement une flambée de l’immobilier. Pas la Suisse! La progression reste modérée après avoir connu une période de creux malgré la politique d’affaiblissement intensive du franc suisse par la BNS.
Le tableau ci-dessous nous montre à quel point les autres pays ont connu une flambée de l’immobilier. La création monétaire des banques commerciales y est certainement pour beaucoup! Celles-ci ont été enrichies puisqu’elles croissent par les dettes qu’elles octroient à leurs clients (cf La monnaie scripturale détruit les Etats par LHK).
On constate que la Suisse possède la courbe la plus basse et surtout la plus stable en comparaison des autres pays.
Bulle immobilière monde
Mais la Suisse comme nous le voyons est loin du scénario de bulle immobilière.
Plus grave est que la décision du Conseil fédéral a pénalisé l’accès à la propriété par de jeunes couples qui n’ont pas 10% de la valeur d’un bien sous forme de cash. Or, cette stratégie des autorités monétaires et financières pénalisent directement ce que prévoit l’art 108 de la Constitution au sujet de l’Encouragement de la construction de logements et de l’accession à la propriété.
Celui-ci stipule bien dans son alinéa 1 «  La Confédération encourage la construction de logements ainsi que l’acquisition d’appartements et de maisons familiales destinés à l’usage personnel de particuliers « 
Voici maintenant les chiffres qui montrent la régression du taux de propriétaires vivant dans leur résidence.
Le taux de logements en propriété est relativement bas en Suisse en comparaison internationale. Il était le plus bas en 2008 d’Europe avec un taux de 39%. Ce taux tombe même à 37.5% de l’aveu même du site de la Confédération....
De fait, cette ordonnance qui limite l’accès à la caisse de prévoyance dans le cadre de l’accès à la propriété a eu plusieurs effets que l’on ne peut réfuter:
  1. Une partie des citoyens ne peut plus disposer librement de sa caisse de prévoyance dans une finalité prévue lors de la mise en place du mécanisme.
  2. On restreint l’accès  à la propriété privée prévue par la Constitution en bloquant l’accès à sa propre épargne
  3. On élimine une partie des acheteurs potentiels de biens immobiliers. Ce faisant, on réduit la concurrence.
  4. La concurrence réduite, les prix vont fortement baisser laissant un terrain encore plus avantageux aux fonds d’investissements qui financent le bétonnage de la Suisse.
  5. La demande continue de croître puisque la Suisse a augmenté sa population de plus de 10% en 10 ans. Ce qui est énorme du point de vue démographique.
  6. Pour finir, les prix ne baissent pas tant que ça mais la qualité de l’immobilier financé par des financiers a baissé.
  7. Les prix des biens de qualité dans des régions prisées flambent…
  8. Si on cumule avec la crise financière que connaissent les agriculteurs, les hangars et autres grandes surfaces remplacent les vaches. La société consumériste a largement gagné sur ce terrain…
Les questions sont nombreuses à ce stade quant à la finalité de la stratégie économico-financière du Conseil fédéral:
  1. A-t-on cherché à empêcher les gens « désécurisés » par la politique monétaire du pays à investir dans la pierre?
  2. Remet-on en question le droit à la propriété privée?
  3. Pénalise-t-on volontairement la classe moyenne?
  4. La politique financière de la BNS gourmande en fonds de citoyens suisses a-t-elle mobilisé l’épargne des caisses de pension?N’a-t-elle pas besoin ce ces fonds pour sa politique d’affaiblissement du franc face à l’euro?
  5. Les banques commerciales peuvent-elles encore se permettre de voir des caisses de pension répondre à leurs obligations? Auraient-elles besoin de ces fonds dans leur quête de conquête  de la planète?
Dans tous les cas, on ne constate aucune bulle immobilière concernant les ménages privés. La seule spéculation possible serait celle des fonds d’investissement sur les locatifs et les biens de luxe. Mais pour ces gens Mme Widmer-Schlumpf n’a prévu aucune restriction…
Liliane Held-Khawam | 2015/08/17

Monnaie nouvelle: Léman


et venez à l’ AG

Convocation 

à l’Assemblée générale de 

Monnaie Léman

 

Chères et chers membres de Monnaie Léman,
Chères personnes ayant montré votre intérêt au projet,

Notre monnaie citoyenne et 
transfrontalière se concrétise à grands pas !

Nous profitons de ce deuxième numéro de 
e-LémanTerre pour vous informer des prochaines étapes.

Le Comité de Monnaie Léman

 

Assemblée générale 
du 28 août 2015
Le comité de Monnaie Léman vous invite à la prochaine 
Assemblée générale de l'association, qui aura lieu le 
vendredi 28 août 2015 à 19h30 à la Haute École de 
Travail Social (HETS).
Adresse: rue Prévost-Martin, 28
Genève.

Voici l'ordre du jour que nous vous proposons:

1. Mots de bienvenue et adoption du PV de l'Assemblée 
constitutive (accessible sur le site)

2. Préparation d'Alternatiba Léman
    a. Collaboration avec l'Association Alternatiba Léman
    b. Informations sur la billetterie
    c. Informations sur le logiciel de gestion de compte
    d. Informations sur les Stands et organisation pratique
    e. Présentation du kit informatif pour les visiteurs

3. Préparation de l'Assemblée générale du 10 octobre
    a. Pourquoi et comment s'inscrire dans le Temps des Communs 
    b. Préparation de l'ordre du jour de l'AG du 10 octobre:
  - cotisation 
  - gouvernance
  - reconversion
  - articulation nantissement et crédit mutuel
    c. Élection du/des Comité(s) le 10 octobre 
    (envoyez vos dossiers de candidature !)

4. Modification des textes fondateurs: 
Charte, statuts, Guide
Ces documents sont accessibles sur le site. 
Merci de nous envoyer les propositions de modification au moins 
3 jours avant l'AG. 
Les propositions seront présentées et discutées, puis une décision 
sera prise, sur la base du consentement dans la mesure du possible.

5. Divers


Nous nous réjouissons de vous y voir 
nombreux et nombreuses !
Devenez membre de la communauté de paiement du Léman en remplissant ce formulaire !

 

Les Lémans circuleront 
à Alternatiba
La coordination d'Alternatiba a décidé le 30 juillet 
que les Lémans seront l'unique monnaie d'échange 
à l'intérieur du Festival, du 18 au 20 septembre.


Un comité conjoint Alternatiba / Monnaie Léman se met 
en place, afin de concrétiser cette collaboration dans les détails.

Vous pourrez retrouver le stand de Monnaie Léman 
dans l'espace thématique « finance responsable » 
(près du terrain de pétanque, sur la Plaine).

Nous mettons en place actuellement une équipe de bénévoles 
qui tiendra des bureaux de change répartis sur le site, 
et des agents de change mobiles qui quadrilleront la zone, 
afin que les participants puissent obtenir des Lémans facilement.

En outre, à partir du lundi 17 août, vous êtes les bienvenus 
au café de la Maison des associations (rue des Savoises, 15) 
tous les matins de la semaine de 8h à 9h, pour boire un café 
et nous répartir les tâches à effectuer en vue du lancement 
du Léman le 18 septembre.

Nous avons besoin de tout le monde !
Inscrivez-vous en tant que bénévole sur ce formulaire.

 

Soyez les ambassadeurs du Léman 
Le temps qui nous sépare d'Alternatiba est compté, et il nous 
faut profiter de cette énergie pour diffuser le Léman, avant,
pendant et après ce grand Festival transfrontalier de la transition,
en faisant adhérer le plus de particuliers, d'associations et 
d'entreprises possibles.
Chacun-e de nous doit se considérer comme une 
ambassadrice ou un ambassadeur du Léman, tant 
en démarchant des entreprises ou des commerces 
sur une base thématique (Coopératives, entreprises 
sociales, agriculture de proximité, cinéma ou librairie 
indépendants), que sur une base territoriale, dans 
les quartiers et les communes de la région.
C'est sur une communauté solide que le Léman pourra être 
lancé sereinement, et durablement.

Un kit informatif est en phase de finalisation, et sera à votre 
disposition sur le site ou sur papier (commande par mail).

 

Envoyez un mail si vous avez besoin
de renseignements supplémentaires.
 
Facebook
Facebook
Site web
Site web
Email
Email

Monnaie Léman
 
c/o LES IDEES
Rue des Savoises, 15

1205 Genève

Kerviel & Darius Rochebin

http://www.rts.ch/play/tv/videos-en-bref/video/jerome-kerviel-la-speculation-est-repartie-comme-en-40?id=5714612

Ce que nous avions prévu en 1989 arrive.

Effet de levier inverse ou l’effet multiplicateur inverse ou encore l’ effet diviseur.

L’effet de levier inverse est là et il se généralise. Les ménages, entreprises, investisseurs, s’étant auparavant endettés pour bénéficier de l’effet de levier financier, ne peuvent plus supporter la charge de leur dette. En effet, leur solvabilité réduite (actifs dépréciés, perspectives de profits en baisse) leur impose de se désendetter rapidement dans des conditions défavorables.

Les banques y sont aussi soumises. Chaque remboursement de crédit est en fait une destruction de masse monétaire (sic).

Nous allons vivre la crise du prime rate des locaux commerciaux, puis celle des cartes de crédit, puis des CDS, puis des TB.

Le risque systémique est sur le $, la £ et beaucoup d’autres monnaies.

La crise est voulue et provoquée par quelques initiés. Les autres n’y comprennent rien et ne veulent rien y comprendre, à l’image des trois petits singes bien repus par le système.

La démographie voulue fortement récessive l’aggrave.

L’effet massue ou effet boule de neige peut venir aggraver le processus et nous pousser vers des dictatures voulues par certains “puissants”.

http://michaeljournal.org/images/Chien2.gif
Le Japon commence à s’écrouler, comme prévu.

http://euroracket.blogspot.com/2008/11/japan-quo-vadis-no-future-no-children.html

La seule solution, la doctrine sociale de l’Église par le crédit social

[Europe-hiver.jpg]

Les dominateurs du monde trouvent que la crise ne va pas assez vite vers le bas…

La crise 2008 déjà annoncée en 1989 lors d’un grand congrès à Lausanne, notamment par les facteurs démographiques.

Le livre: ” Europe: l’hiver démographique” en parlait déjà en 1989. ( Édition l’age d’homme, Lausanne et Paris )

Les courbes de population utilisées qui y étaient utilisées était notamment celles de Jean Bourgeois Pichat.

Ces graphiques mis en conclusion du livre démontrait que si aucune réaction sérieuse n’intervenait, nous aurions un maximum de population vers 8 milliards autour de 2040 puis l’effondrement d’une population vieillie retombant en 2100 bien en dessous du niveau actuel. En vérité nous devons faire face aux deux problèmes à la fois et, sur le plan écologique, aboutir à de vrais efforts en matière de respect de la nature, de lutte contre les gaspillages, d’éducation des populations.

http://desiebenthal.blogspot.com/2009/05/population-conspiracy.html

http://desiebenthal.blogspot.com/2008/10/le-grand-krach-2008-dj-annonc-par-crit.html – 384k –
http://desiebenthal.blogspot.com/2008_10_01_archive.html – 977k –
http://familiaplus.com/news.htm
www.familiaplus.com/site03.htm

http://www.michaeljournal.org/leconsagre.htm

Les leçons du Crédit Social sont sorties
de la Doctrine Sociale de l’Église
Il faut passer à l’action pour régler
le problème de la pauvreté
Les Pèlerins de saint Michel ont eu l’insigne honneur de recevoir, à leur congrès 2008, Son Éminence le grand Cardinal Bernard Agré, qui a participé, à Rome avec quatre autres Cardinaux, et autres membres du Conseil Pontifical Justice et Paix, à la réalisation du Compendium de la Doctrine Sociale de l’Église. Il avait donc plus que quiconque l’esprit ouvert aux grands problèmes de notre société. L’Oeuvre des Pèlerins de saint Michel était de nature à l’intéresser, et il le fut.
Il est né le 2 mars 1926, à Monga, Côte d’Ivoire. Titulaire d’un doctorat en droit canon obtenu à l’Université pontificale urbanienne, il est ordonné le 20 juillet 1953 pour le diocèse d’Abidjan. Son ministère sacerdotal a été partagé entre la pastorale paroissiale et l’enseignement avant de devenir vicaire général du diocèse d’Abidjan. Nommé évêque de Man le 8 juin 1968, il a été consacré le 3 octobre suivant par le cardinal Bernard Yago. Il préside la Conférence épiscopale des évêques francophones d’Afrique de l’Ouest (CERAO) de 1985 à 1991. Le 6 juin 1992, il est nommé évêque de Yamoussoukro avant de devenir archevêque d’Abidjan le 19 décembre 1994. Il démissionne de cette charge à 80 ans, le 2 mai 2006. Il a été créé cardinal par Jean-Paul II lors du consistoire du 21 février 2001 avec le titre de cardinal-prêtre de S. Giovanni Crisostomo a Monte Sacro Alto. Il fut le grand artisan de paix pour son peuple et le Bon Pasteur de son troupeau. Il est connu mondialement par ses prédications de retraite.
Extraits de la très réconfortante conférence de Son Eminence le Cardinal Agré au congrès international des Pèlerins de saint Michel, le 31 août 2008:
De Son Éminence le Cardinal Agré
Mlle Tardif, chers dirigeants, chers permanents de l’Oeuvre des Pèlerins de saint Michel, sympathisants, mesdemoiselles, mesdames, messieurs,
Je commence par vous saluer cordialement, comme Jésus a salué ses apôtres: «shalom» ! que la paix soit dans vos coeurs! Que vous n’ayez pas peur, et que vous croyez en un demain meilleur!
Je félicite tous les intervenants, ils ont été brillants, brillants, imaginatifs, et ils m’ont fait plaisir. Je n’oublie pas les animateurs. Dans les animateurs je commencerai par saluer derrière le rideau, là-bas, tous les cuisiniers et cuisinières. Quand on veut qu’un groupe marche, il faut la cuisine. Nous saluons aussi les artistes qui s’ignorent, la chorale, nous avons entendu tout à l’heure “l’Ave Maria”, par le maître de la chorale, les sopranos, les altos, vous avez toute la gamme. Et je n’oublie pas non plus le virtuose, celui qui accompagne les chants, il accompagne parfaitement les chants, il ne couvre pas la voix et il fait les nuances. C’est la voix d’un ancien directeur, maître de chorale pendant des années qui le dit et le félicite. Merci. (Son Éminence était musicien, pianiste, maître de chorale, etc.)
C’est mon deuxième contact avec les Pèlerins de saint Michel. Quand nous avons reçu l’invitation, il y a quelque temps, j’avais lu dans l’un de vos journaux qui nous parviennent là-bas, l’intervention que j’avais faite, assez à l’improviste, au Conseil Pontifical Justice et Paix à Rome, auquel j’appartenais, j’avais parlé de «blocage au développement en Afrique, fait par les banques».
Je voulais venir, j’hésitais un peu, j’ai appelé telle personne du Canada, on m’a répondu: «Oh! Oh! Saint-Michel, oh! oh! ce sont des farfelus.»
Je me suis dis: Des farfelus, pour défendre un idéal comme ils défendent, c’est étonnant, je suis venu. Je suis venu, j’ai vu et je suis revenu!
Vous êtes un Mouvement très marial. Alors à mon premier contact, je voulais voir, je voulais entendre et j’ai beaucoup entendu et j’ai aussi vu la pédagogie de vos intervenants. J’ai parcouru aussi vos livres, (avec humour en prenant un patois canadien) «c’est pas pire, c’est pas pire!». Je continue à voir, nous devons voir un peu plus tard qu’est-ce que nous ferons. Comme je le disais à l’oreille tout à l’heure à Mlle Tardif, nous commencerons par conscientiser et après nous verrons pour un centre permanent. Ça été comme ça avec les Focolaris, j’ai envoyé des gens chez eux, je suis allé moi-même, et ensuite ils sont venus, ils sont restés.
Qu’est-ce qui nous amène? C’est le problème récurant de la pauvreté dans les pays qu’on appelle «pas riches».
En Italie, je parlais à des directeurs de grandes entreprises de Milan, ils me disaient: «La Côte d’Ivoire n’est pas un pays riche, ce n’est pas un pays riche, mais un pays archiriche.»
Alors ils ont commencé à énumérer tout ce que produit ce pays, il n’est pas très grand, il a la superficie de l’Italie, et il y a 17 millions d’habitants. Vous trouvez dans ce pays: l’agriculture, premier producteur au monde de cacao; le café, troisième producteur au monde; et le bois, et l’ananas et les fruits de toutes sortes, les bananes, il y en a beaucoup. Les Français croyaient que la vigne n’y pousserait pas, que le blé n’y pousserait pas. La vigne pousse très bien et ça donne de bons fruits. Il y a du pétrole en quantité, comme le Koweït à peu près; le gaz naturel en quantité, et puis l’or et puis le diamant, qu’est-ce que vous en dites?
Et le problème, les gens sont pauvres dans un pays comme cela. On marche sur l’or et les gens sont pauvres.
En Suisse, je suis allé visiter la Suisse, du nord au sud, partout, je suis allé souvent prêcher là-bas comme je l’ai fait au Canada, et j’ai vu. La Suisse est un pays pauvre en richesses naturelles, il n’y a que les montagnes et les vaches. Mais les habitants sont riches. Le pays est pauvre, mais les habitants sont riches, parce qu’ils sont «malins», parce qu’ils ont toutes les banques chez eux, et la tête aussi. Ils sont organisés.
Chez-nous, nous cherchons la voie et les moyens pour pouvoir nous sortir de cette pauvreté récurrente et paradoxale.
Alors, il y a de l’espoir, ici en écoutant, en voyant, en lisant, on ne peut pas dire qu’on est complètement barricadé. Mais il faut conscientiser les gens, il faut parler avec eux, il faut ensuite les organiser, pour qu’ils sachent que seuls, ils ne peuvent rien, mais qu’ensemble, ils peuvent beaucoup, et surtout passer à l’action, et cette action, l’organiser avec les spécialistes, qui sans doute viendront nous expliquer la solution, comme ils nous l’ont expliquée ici.
Qu’est-ce qui me fait parler ici? C’est l’ambiance. Vous savez, j’étais à Man à organiser un nouveau diocèse plein de païens, de musulmans et autres, et souvent nous avions des réunions. Je ne parlais pas du Ciel avec les chefs qui venaient fraterniser. Pourtant, eux m’en ont parlé.
Ce chef païen voulait devenir catholique. — «Vous parlez toujours du Ciel et de l’enfer, mais c’est quoi l’enfer? Mais c’est quoi le Ciel?» — Je ne pouvais pas lui donner une réponse théologique.
Alors je lui ai dit: «L’enfer, c’est un endroit où je ne voudrais pas que tu ailles, parce que là-bas, chacun garde ses problèmes pour lui, ils ne peut pas communiquer avec les autres, il y a des murs fermés. Alors, vous voyez, quand on va dans les villages, les vieux ne parlent pas avec les jeunes, les jeunes sont barricadés entre eux, les femmes ne parlent pas aux hommes, et ainsi de suite. Ils sont tout seuls, c’est ça l’enfer, parce que le Ciel et l’enfer commencent sur terre. Alors chacun garde ses problèmes.
Au Ciel, au contraire, je voudrais que tu sois le premier à y aller, et moi le second. Au Ciel, on communique, on parle et les joies sont partagées; les peines, il n’y en a plus du tout, c’est comme dans votre village, si tout le monde pouvait communiquer ensemble, prendre des décisions ensemble, ce serait déjà un bout du Ciel. Et au Ciel, ce n’est pas comme la Tour de Babel où tous parlent, et ne s’entendent pas; c’est la Pentecôte au contraire! Si vous parlez en portugais, en espagnol, en anglais, on se comprend, ça c’est très important: La communion fraternelle.
Autrefois on n’employait pas les «petits téléphones», mais je suis sûr que les anglophones, les francophones et les hispanophones se comprenaient bien, n’est-ce pas? Au Ciel, c’est comme ça, pas besoin de petits téléphones pour se comprendre. Je parlais comme ça aux chefs pour leur expliquer le Ciel et l’enfer.
Nous avons vécu un peu le Ciel ici, dans la communication totale, et dans la communion, la recherche des voies et moyens pour créer un monde meilleur. Je tenais à souligner cela, parce qu’on ne peut pas avoir fait tant de kilomètres pour venir vivre ensemble et ne pas remporter beaucoup d’amitié. Vous avez échangé beaucoup la paix n’est-ce pas? Ensemble, nous pouvons rechercher les chemins d’une bonne présentation.
Qu’est-ce qui nous bloque? Une poignée de personnes réfugiées dans un système, un système où ils sont solidaires dans le mal. On doit être solidaires dans le bien. Mais solidaires dans le mal… ils savent très bien qu’ils vont dans une voie sans issu, ils créent des guerres, ils créent des chaos…
J’étais aux États-Unis, on m’avait donné un chauffeur, on transportait des choses, j’étais avec un jeune Américain, je lui ai dit: «Qu’est-ce que tu fais?» Il me dit: «Mon travail, c’est d’essayer de créer des chaos à gauche et à droite, dans le monde, pour pouvoir vendre des armes.»
Voilà ce qu’il fait comme travail principal, avec comme couverture devant: «agent de liaison». En fait, il vend des armes. Et pour bien vendre des armes, il faut créer des guerres. Alors quand on a vu dans l’histoire que les guerres ont été fomentées pour de l’argent, c’est vrai.
Vous nommez l’argent: l’iniquité, Mammon, etc. Qu’est-ce qu’on dit aux jeunes aujourd’hui? La valeur, c’est l’argent. L’argent ce n’est pas une valeur absolue. C’est un moyen de travail, ça ne peut pas être un maître. Il faut employer cet argent pour faire le bien, cet argent, c’est bien, comme serviteur, mais pas comme maître. Or, souvent le dollar, dans la tête des gens, les piastres, ça devient une valeur absolue. L’argent d’abord, l’homme après.
Or dans l’Évangile, nous avons une modification. Quand vous parlez de Crédit Social, c’est une forme évangélique. Lorsque nous parlons d’amour dans Focolaris, Chiara Lubich, la fondatrice, avec qui nous parlions souvent, disait: «Mais c’est l’Évangile vécue. La spiritualité de l’amour, en disant: “Jésus est au milieu de nous”, c’est l’Évangile.»
Lorsque vous prenez les dix leçons du Crédit Social, elles sont sorties en droite ligne de la pensée qui a été condensée dans le Compendium de la Doctrine Sociale de l’Église; vous sentez à plein nez ce contenu de la Doctrine Sociale, et à plein nez, l’application de l’Évangile. Je crois qu’il faut faire beaucoup attention à cela. l’Évangile est là et on explicite, on enseigne à partir de l’Évangile et on en tire quelque chose.
Jacek Morava et Janusz Lewicki, responsables du journal
“Michael” polonais, heureux de se faire photographier
en compagnie de S.E. le Cardinal Agré
C’était un grand croyant, mais aussi un grand chercheur qui était venu me voir et on discutait ensemble, et il me disait, mais la Bible, la Bible, à supposer que tout soit détruit, et qu’il faut en sortir une ou deux phrases pour sauver l’essentiel, il n’y a pas à chercher, c’est le Christ qui a déjà donné la réponse: «Tu aimeras Dieu de tout ton coeur, de toutes tes forces; tu aimeras ton prochain comme toi-même»; c’est la loi et les prophètes, c’est l’Écriture sainte en condensé.
Lorsqu’on nous a donné, à nous, les cinq Cardinaux, qui avons terminé de faire la toilette du «Compendium de la Doctrine Sociale de l’Église», c’était un gros livre, on l’a rétréci un peu, effectivement quand vous le parcourez, vous voyez à chaque instant la référence au Nouveau Testament et à l’Ancien Testament. Cela veut dire que ce qui a été revu et corrigé, c’est à partir de ce texte fondamental de l’Évangile.
Quand je vous ai vus ici, vivre cela, j’ai noté que vous viviez l’Évangile, vous priez Jésus-Christ et la Vierge Marie et ça va ensemble.
Par exemple, vous prenez le Compendium, il est bourré de citations bibliques. Il y a les citations bibliques, il y a aussi le Concile Vatican II, il y a le catéchisme de l’Église catholique, et le Compendium. Aujourd’hui, vous avez pour votre formation chrétienne, pour votre formation permanente vous devez avoir 4 manuels: 1. la Bible, 2. les décrets du Concile, 3. le catéchisme de l’Église catholique, je suppose que vous l’avez tous lu, que vous l’avez tous dans votre bibliothèque; 4. vous avez une mine dans le Compendium qui rassemble tout ce que les grands Papes, qui ont parlé de société, ont dit. Partons de ceux qui ont parlé davantage: Pie XI, Pie XII, Jean XXIII, on arrive à Paul VI qui a aussi écrit beaucoup, et à Jean-Paul II. C’est tout cela ensemble qui fait la Doctrine Sociale de l’Église. Il faut en tenir compte.
L’argent ce n’est pas à rejeter, il faut gagner honnêtement l’argent, et faire attention, je vous laisse une phrase: «Il faut déshonorer l’argent mal gagné.» C’est-à-dire qu’aujourd’hui, toutes les banques créent l’argent, il y a l’argent bon et l’argent sale. L’argent sale créé de rien, l’argent sale de la prostitution, l’argent sale de toutes sortes de choses qu’on ne pourrait pas nommer. Ça existe, les banques créent l’argent. Tout l’argent que les banques reçoivent, c’est de l’argent propre de l’argent gagné, mais celui qu’elles créent de rien, c’est de l’argent sale.
Je reviens à ce que l’Église a fait au point de vue sociale. Il y a la Doctrine Sociale de l’Église. Mais il y aussi les actes sociaux de l’Église. A partir de tout ce que nous avons appris nous pouvons voir l’action porteuse de fruits.
Dans l’Histoire de l’humanité, qui est longue, odieuse, l’Église catholique a infiltré, un peu à la fois, l’Évangile d’abord, en regardant la misère de l’homme, elle a dit comme son Maître: «J’ai pitié de cette foule». Quand il y avait l’esclavage, qu’est-ce que l’Église a fait? Elle a tout fait pour que les patrons ne gardent pas toujours, les serfs, les serviteurs au travail. Elle a institué quoi ? Elle a institué les jours de fête. Et les fêtes se sont multipliées, et l’Église a demandé d’observer le dimanche. Il y a eu une longue lutte pour que le dimanche soit institutionnalisé comme jour de repos pour tout le monde. Ça c’était pour soulager les serfs, c’était pour soulager les esclaves.
Et l’Église a commencé à construire les écoles, les universités sortent en droite ligne de l’Église, dans la partie moderne de notre histoire. Les universités, les écoles, vous en avez partout, puis les hôpitaux, les léproseries, pour qu’on puisse regrouper ces pauvres. «Donnez-leur vous-mêmes à manger», dit Jésus-Christ, donnez-leur vous-mêmes à manger, ne vous contentez pas seulement de parler, mais donnez-leur à manger.
Très souvent les gens attendent. Dans certaines régions, ils attendent les prêtres qui sont un peu les bienfaiteurs de tous. Dans un tel village, très pauvre, très, très pauvre, les gens ne mangeaient pas tous les jours, et alors, arrive le temps du carême, le prêtre a expliqué à tout le monde qu’il fallait jeûner, il faut manger une seule fois par jour. Quand il a fini son homélie, un fidèle vient dire au prêtre: «Ah, mon père, tu as dit qu’il faut manger une fois par jour, mais tu as un grenier pour qu’on puisse prendre le riz pour manger au moins une fois par jour?» Ils n’avaient pas besoin de jeûner, puisqu’ils jeûnent tout le temps n’ayant pas de quoi prendre un repas par jour.
Déshonorer l’argent mal gagné, mal employé aussi, parce que l’argent mal employé devient nocif. C’est ce que nous lisons dans les dix leçons du Crédit Social et autres enseignements.
Comme tout le monde, je suis venu chercher de l’espérance. Mon espérance, c’est que nous arriverons coûte que coûte, à force de parler, à force de conscientiser, à force de cercles d’étude, nous arriverons à assouplir cette loi de fer et de feu d’un argent, d’une maison financière internationale qui nous contrôle tous, on y arrivera, c’est certain.
Mais ça prend quoi? ça prend des apôtres, ça prend des prophètes, ça prend des têtus, il faut avoir un amour têtu, un amour têtu.
C’est un peu comme ça avec les mamans, elles ont un amour têtu. Regardez saint Augustin, partir à l’aventure à Rome dans les milieux les plus infâmes, et sainte Monique pleurait, et sainte Monique parlait, et finalement quelqu’un lui a dit que: «L’enfant qui a coûté tant de larmes ne peut pas se perdre.» Et Augustin ne s’est pas perdu.
Alors des coups, vous allez en recevoir, des incompréhensions, c’est certain, et même des menaces, des menaces de mort, vous les aurez. Mais à la fin, l’Esprit Saint agira, la Vierge Marie aussi agira, et il y a saint Michel aussi, saint Michel agira.
J’ai lu dernièrement, les 33 propositions qui sont des ordres donnés par le pouvoir des ténèbres, je veux parler des francs-maçons qui veulent désacraliser la Messe, et dedans il est écrit qu’il faut tout faire pour qu’à la Messe on ne prononce plus le nom de saint Michel, parce qu’autrefois, après la messe, il y avait une prière à saint Michel pour mettre les démons hors d’attaque. Il faut que les gens sachent que saint Michel a une grande importance.
Alors vous avez commencé à vous appeler Vers Demain, Vers Demain et accompagné de saint Michel, qu’il vous couvre de son aile, mais qu’il déblaie aussi le terrain devant vous. Quand je dis «vous», je dois dire «nous» parce que je crois que nous prenons un peu fin et cause. Je ne ferai jamais un Plein-Temps, comme je suis à la retraite, j’ai fini mon apostolat officiel, je suis dans les contacts, je suis dans la prière, je suis dans les contacts comme ça et dans les amitiés, mais je pense que ce que nous sommes en train de faire portera des fruits, tout le monde ne se range pas sous l’épée de saint Michel tout de suite, mais petit à petit, et les chefs, et les prêtres, et les fidèles seront plus nombreux avec vous pour porter haut le drapeau de l’Évangile qui passe par le Compendium et par le Crédit Social avec ses dix leçons, et dans vos initiatives.
Je vous dis grand, grand merci pour tout et aussi pour l’amour qu’on a les uns envers les autres. Encore une fois Merci. Que le Dieu Tout-Puissant vous bénisse abondamment, au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Amen.
+ Bernard Cardinal Agré


TITRE: EUROPE: L’HIVER DEMOGRAPHIQUE


AUTEUR: GEINOZ… DE SIEBENTHAL…

Edité par AGE D’HOMME
Paru en 1989

http://michaeljournal.org/images/Ane.gif


https://books.google.ch/books?id=r68RzMwd6qIC&pg=PA10&lpg=PA10&dq=europe+hiver+démographique+siebenthal&source=bl&ots=Ze4a8nxnmS&sig=gULzwyQ74-3a_xGfz30z0gb0IOE&hl=fr&sa=X&ved=0CCoQ6AEwAmoVChMI483G072txwIVgZ8UCh0dIQkJ#v=onepage&q=europe%20hiver%20d%C3%A9mographique%20siebenthal&f=false

Texte de la conférence de Neuchâtel

Le capital suisse ou la monnaie-pleine.
Par François de Siebenthal
« Dans l’histoire des peuples, la
Suisse aura le dernier mot ».
Victor Hugo
« … encore faut-il qu’elle le dise
».
Denis de Rougemont dans son livre
La Suisse ou l’Histoire d’un
Peuple heureux
Disons-le !
LA 
BATAILLE  FINALE  DE 
LA  CHRÉTIENTÉ  SE 
FERA  AUTOUR  DU PROBLÈME 
DE  L’ARGENT,  ET 
TANT  QUE  CE PROBLÈME 
NE  SERA  PAS 
RÉSOLU, IL NE POURRA Y AVOIR 
L’APPLICATION  UNIVERSELLE  DU CHRISTIANISME —
Honoré de Balzac

https://drive.google.com/file/d/0B-p0lmjLtiXzZXJzbE04V1dfV2M/view?usp=sharing

Urgence du débat sur la monnaie selon l’ Agefi

Urgence du débat sur la monnaie

VENDREDI, 14.08.2015

VollGeld. Un sondage indique que 57% des Suisses soutiendraient un tel système. Malgré une large méconnaissance.

Marjorie Théry

Les moyens de paiement officiels n’ont jamais été aussi nombreux. Pièces et billets, chèques, cartes à puces, compte Paypal, paiement mobile ou encore Apple Pay. Pourtant, la plupart des utilisateurs ignorent les mécanismes de création de la monnaie….

http://desiebenthal.blogspot.ch/2015/02/initiative-monnaie-pleine-questions.html

Le monde moderne avilit


« Le monde moderne avilit. Il avilit la cité, il avilit l’homme. Il avilit l’amour ; il avilit la femme. Il avilit la race ; il avilit l’enfant. Il avilit la nation ; il avilit la famille. Il avilit même, il a réussi à avilir ce qu’il y a peut-être de plus difficile à avilir au Monde : il avilit la mort. »


Charles Péguy.
  • Se dégrader, s’abaisser, avoir perdu toute dignité : Il s’avilit dans l’alcoolisme.
  • Vieux. Perdre de sa valeur.

Oeuvres choisies1900-1910

Couverture
Grasset1 janv. 1911 – 413 pages

Invitation à Neuchâtel











à faire circuler largement, merci, le monde est déjà meilleur grâce à ce simple geste de solidarité.

Notamment RBI & Initiative “Monnaie pleine”, 80 % pour !


L’initiative “Monnaie pleine” bien partie, selon une étude

La Banque nationale (BNS) doit disposer du monopole de la création d’argent. Près de 80% des personnes interrogées dans le cadre d’un sondage soutiennent l’initiative “Monnaie pleine”.

samedi 15 août
de 18:00  à 23:00

Neuchâtel

15 août 2015
Aula du Mail
Avenue de Bellevaux 52


Conférences :

Vote blanc
Modernocratie 
RBI (Revenu de Base Inconditionnel)
Monnaie pleine
avec notamment M. François de Siebenthal

Génération Nomination


ENTRÉE LIBRE
possibilité de faire un don (ou deux…)

Neuchâtel à 17h30, Aula du Mail, av de Bellevaux 52, dans le cadre de la « journée démocratie » avec aussi vote blanc, modernocratie, monnaie pleine et tirage au sort du conseil national – événement sur facebook

RSVP, merci par mail ou 021 616 88 88
Qui veut aider ? 
On pourrait avoir M. Gérard Foucher, ce Jeudi 17 septembre, à Lausanne après Genève ! 
Merci
f.
La monnaie, la dette, le fonctionnement du système de monnaie-dette, expliqué en 1 minute chrono !


Du jamais vu ! Now with subtitles! (english, spanish, russian, italian, and more to come!)

https://youtu.be/JD4BlM9G-nQ

La vérité bancaire en 3 minutes.



https://www.youtube.com/watch?v=iw_uVLHGWzs&feature=youtu.be

“Je suis banquier, j’étais derrière les rideaux, j’ai vu comme ça se créait. Ils balancent au bilan actif/passif une création pure qui ne vient de NULLE PART !”

Transcription intégrale : 




Avec mes meilleurs voeux notamment pour une bonne santé

François de Siebenthal


à faire circuler largement, merci, le monde est déjà meilleur grâce à ce simple geste de solidarité.

Initiative “Monnaie pleine”, 80 % pour !


L’initiative “Monnaie pleine” bien partie, selon une étude

La Banque nationale (BNS) doit disposer du monopole de la création d’argent. Près de 80% des personnes interrogées dans le cadre d’un sondage soutiennent l’initiative “Monnaie pleine”.

Le texte de l’association Modernisation Monétaire (MoMo), réclame qu’à l’avenir, seule la Confédération ait le droit de produire de la monnaie, des billets de banque, ainsi que de la monnaie scripturale. Ce dernier point serait une innovation financière.

En proposant des crédits, les banques produisent sans cesse de l’argent fictif, soit de la monnaie scripturale. Aujourd’hui, cette dernière n’existe que de façon électronique, mais augmente la masse monétaire en circulation. Et dès qu’un crédit est remboursé, l’argent disparaît à nouveau.

Méconnaissance des sondés

Une réalité souvent méconnue par les Suisses. Selon un sondage effectué dans le cadre d’un travail de Master à l’Université de Zurich, seuls 13% des personnes interrogées savaient que des banques d’affaires privées produisaient également de l’argent par le biais de crédits.

Selon l’enquête, 78% des Suisses questionnés estiment que les banques privées ne devraient pas fabriquer ou faire circuler de l’argent, cette tâche devrait être uniquement dévolue à la BNS.

Et 57% des sondés affirment qu’ils soutiendraient une initiative allant dans ce sens. La revendication principale de notre texte est donc susceptible de réunir une majorité, s’est félicitée l’association mardi dans un communiqué. Le nombre de personnes sondées s’élève à 1146 citoyens dans 26 cantons.

Déjà 90’000 signatures

Modernisation Monétaire a lancé en été 2014 son initiative intitulée “Pour une monnaie à l’abri des crises: émission monétaire uniquement par la Banque nationale !”. Le délai pour déposer les 100’000 paraphes court jusqu’au 3 décembre de cette année.

Selon son site internet, plus de 90’000 signatures auraient déjà été récoltées. Avec cette initiative, la Suisse aura l’argent le plus sûr du monde, s’enorgueillit MoMo. Et tous les gains issus de la création monétaire reviendront à l’Etat et aux citoyens.

(ats / 12.08.2015 05h31)

Initiative monnaie pleine, questions fréquentes. FAQ.

Monnaie pleine, Vollgeld, positive money.

OBJECTIFS

1. La Banque Nationale créera désormais seule de la monnaie scripturale électronique.
2. Les banques ne pourront plus elles-mêmes créer de la monnaie scripturale, mais prêter seulement de la monnaie qui existe déjà.
3. La Banque Nationale mettra en circulation de la nouvelle monnaie pleine moyennant un don (sic, sans dette) au gouvernement fédéral, aux Cantons ou aux citoyennes et citoyens.

Un banquier suisse explique en 3 minutes l’arnaque de la création monétaire actuelle pratiquée presque partout dans le monde:

https://www.youtube.com/watch?v=IFgzodUwyZk

Nous voulons un système qui corresponde simplement à ce que la population croit qu’il est déjà actuellement… avant que ce système n’explose en laissant des millions de victimes sur le carreau… et des guerres terribles ou des révolutions sanglantes… et des migrations honteuses et mortifères… et des malades somatiques ou psychiques, des alcooliques, des drogués, des stressés, des abusés, esclaves modernes de mensonges honteux et de manipulations mentales qui profitent des silences complices de nos “élites” corrompues…

http://desiebenthal.blogspot.ch/2014/06/monnaie-pleine-vollgeld-positive-money.html

Parmi le comité devant la BNS à Berne, deux romands, MM P. Mottier, tout à gauche sur la photographie, et François de Siebenthal, le 3ème en partant de la droite.

Explications plus philosophiques de l’ Université de Lausanne:

https://www.youtube.com/watch?v=rW_aAzL2pvo

http://www.initiative-monnaie-pleine.ch/commandez-du-materiel-dinformation/

La solution ci-dessous…

Remarque liminaire:

Les machines, robots, ordinateurs rendent le “travail humain rémunéré ” (dans chaque industrie) de plus en plus rare, c’est un fait.

Promettre des emplois classiques est un gigantesque mensonge, une promesse impossible à tenir au niveau mondial, et une cause de guerres économiques impitoyables mondialisées.

Ce sont des gaspillages stupides . La seule solution est de promettre des revenus de base et la liberté de créer des emplois nouveaux payés de plus en plus par des robots et des machines.

La politique de plein emploi doit être remplacée par une politique de la liberté de décider quoi faire hors de l’économie formelle pour de plus en plus des gens, parce que l’économie formelle ne nécessite plus le travail de tous les adultes – le revenu de base et le dividende créditiste pourraient être deux choses différentes car le dividende peut changer selon la performance de l’économie et le financement qui est aussi différent.

En effet, l’ oeuvre humaine noble et digne n’est financée ni par les impôts, ni par des versements patronaux, ni par des dettes, car il est financé par la création d’argent nouveau sans dettes.

MONNAIE PLEINE OU VOLLGELD.

Puisque, VU L’AUTOMATION GRANDISSANTE, les salaires ne suffisent pas pour acheter toute la production,

LA BNS 3.0 peut combler la différence par l’émission d’un dividende périodique à tous les citoyens.

VOIR ART.99a du projet monnaie-pleine…

3 Dans le cadre de son mandat légal, elle met en circulation, sans dette, l’argent nouvellement émis, et cela par le biais de la Confédération ou des cantons ou en l’attribuant directement aux citoyens. Elle peut octroyer aux banques des prêts limités dans le temps.

De l’argent est avancé au producteur (industrie) par LA BNS 3.0 OU L’ OFFICE NATIONAL DU CRÉDIT OU LES BANQUES CANTONALES, pour la production de nouveaux biens, ce qui amène (flèche de gauche) un flux de produits étiquetés avec des prix et (flèche de droite), des salaires distribués aux employés.

La rencontre des consommateurs et des produits se fait chez le marchand, et lorsqu’un produit est acheté (consommé), l’argent qui avait été avancé au début de la production de ce produit retourne à sa source,

LA BNS 3.0, ayant ainsi accompli sa fonction et terminé sa course dans le circuit financier, puisque le produit a atteint le consommateur.

 En tout temps, il y a une égalité entre les moyens d’achat entre les mains de la population, et les prix à payer pour les biens consommables mis en vente sur le marché.

La création monétaire est actuellement volée (sic) par le système bancaire.

L’ écart entre les prix et le pouvoir d’argent est comblé maintenant principalement par des dettes nouvelles à intérêts, nous voulons au contraire le remplir par la création d’argent nouveau sans dettes à travers le dividende et l’escompte.

Les guerres mondiales et les récentes crises bancaires prouvent la création possible de masses monétaires en vue de gaspillages honteux et polluants… Créons ces masses (sans dettes) pour la paix sociale et la civilisation. Libérons-nous des chaînes de la rareté…

Pour être clair, nous soulignons aussi que l’argent pour la production sous un système créditiste continuerait être de l’argent dette, mais sans intérêts, au profit de tous.

C’est seulement le dividende et l’escompte qui seraient créés sans aucune dette pour équilibrer le cycle monétaire et l’écart actuel entre les productions automatisées et le pouvoir d’achat toujours insuffisant vu l’automatisation qui ne donne plus de salaires aux machines et robots.

VIVE LA ROBOLUTION ou ROBOT-SOLUTION AVEC DE VRAIS DIVIDENDES à TOUS.

Créons ces masses pour la paix sociale et la civilisation.

Libérons-nous des chaînes de la rareté…

Pour une BNS 3.0

http://desiebenthal.blogspot.ch/2015/07/pour-une-banque-nationale-bns-30.html

Pour que tous puissent avoir une part de l’héritage économique légué par leurs prédécesseurs, voici notre but, reprendre le contrôle de la BNS. C’est ce que nous voulons graver dans la Constitution fédérale pour le bien de tous et l’indépendance de la Suisse.

La Constitution fédérale du 18 avril 1999 est complétée comme suit par exemple par un nouvel

Article 128a :

I. Le pouvoir de battre monnaie, y compris par le crédit ex nihilo, appartient au Souverain qui reprend le contrôle de l’émission et du volume de la monnaie et du crédit, sans intérêt et le délègue notamment à la BNS ou aux associations du type wir sous contrôle démocratique.

Il. Il l’exercera à tous les échelons par des Commissions indépendantes locales, notamment cantonales, jouissant de toute l’autorité voulue pour atteindre ce but.

III. Les ressources financières, matérielles et intellectuelles de la Suisse représentées par les Citoyen(ne)s, les PME, etc. et leurs productions sont la base de la monnaie et du crédit.

IV. L’émission de la monnaie et du crédit devrait en tout temps se mesurer sur le mouvement de la production robotisée le plus possible de façon qu’un sain équilibre se maintienne constamment entre celle-ci et la consommation. Cet équilibre est assuré, partiellement du moins, par le moyen d’un dividende et d’un escompte dont le taux variera nécessairement avec les fluctuations mêmes de la production automatisée.

V. Pour que tous puissent avoir une part de l’héritage économique légué par leurs prédécesseurs, les Commissions locales versent un Dividende mensuel dont le montant sera déterminé par la masse des biens à consommer. Ce dividende sera versé à chaque personne, de leur conception à leur mort naturelle, qu’elle aie ou non des sources de revenus.

VI. Il est indispensable de définir socialement des remises à zéro périodiques sur 7 fois 7 périodes de tous les compteurs économiques, comme demandé dans le Lévitique ou les lois sur les propriétés intellectuelles (Copyright) et ainsi de réparer l’erreur de Charlemagne du 23 mars 789 qui a condamné le taux d’intérêt, mais qui a oublié la remise des propriétés agricoles aux familles et le pardon jubilaire des dettes au moins tous les 49 ans. Concrètement, ceci signifie que grâce aux créations monétaires mensuelles, toutes les dettes seront effacées et toutes les terres agricoles seront franches de toute hypothèque au moins tous les 49 ans.

VII. Les anciennes masses monétaires en francs suisses tirées du néant (emprunts fédéraux, cantonaux, communaux, etc.) sont purement et simplement supprimées. Par contre, les vraies épargnes réelles des personnes physiques et morales sont respectées.

VIII. La BNS est directement placée sous le contrôle permanent – sans Commission externe indépendante de type FINMA – de l’Assemblée fédérale (Plénum), qui y consacre au moins un jour complet à chaque Session.

IX. Les réserves de la BNS qui garantissent un CHF (Franc suisse), indépendant et fort sont constituées d’or physique stocké qu’en Suisse, ainsi que des réserves de diverses graines alimentaires (avoine, épeautre, froment, maïs, orge, pommes de terres, riz, etc.), non OGM, consommables, plantables et à même d’assurer pendant 7 ans la subsistance de la Suisse.

X. Tous instruments juridiques étrangers, accords, conventions, traités, passés ou futurs qui iraient à l’encontre de cette Initiative ou qui viendraient à la violer sont à dénoncer immédiatement tant au plan cantonal que fédéral.

XI. Au vu des économies réalisées par la suppression de l’endettement et de ses conséquences, la Confédération supprime immédiatement tous les impôts fédéraux directs et indirects, notamment la TVA, la vignette et les droits sur l’essence.

XII. De même, les communes et les cantons pourront fortement réduire leur fiscalité et supprimer les taxations sournoises sous la forme de péages subtils pourtant interdit dès la Constitution de 1948.

Dispositions transitoires :

La Confédération crée une contribution de solidarité par des masses monétaires sans taux d’intérêts et les fait affecter à chaque famille en proportion du nombre d’enfants conçus.

Le produit de la contribution de solidarité sera versé aux Cantons selon une clé de répartition démographique définie par la Confédération représentée par l’Assemblée fédérale (Plénum).

L’écart des salaires tant publics que privés ne dépasse pas 33 fois, avec une limite absolue indexée fixée à CHF 500’000.-.

Tout dividende social ou autre prestation sociale n’empêche personne de travailler en plus contre rémunération ou en qualité d’indépendant, créateur d’entreprise, etc.

L’obligation de refinancer les prêts à 100 % auprès de la BNS reporte la perception des profits à ce niveau et les revenus ainsi fortement majorés sont directement affectés aux besoins communs.

Tout financement d’investissement à un terme donné doit être assuré par des emprunts au moins de même terme. Aucun emprunt à long terme ne peut être financé par des emprunts à court terme. Pour le bien commun, les points suivants sont notamment respectés :

Dissociation totale des activités bancaires et leur attribution à trois catégories d’établissements distincts et indépendants :

1) Banques de dépôts : encaissements, paiements, gardent les dépôts de leurs clients.

2) Banques de prêts : le montant global des prêts ne peut excéder le montant global des fonds empruntés.

3) Banques d’affaires : investissent dans les entreprises les fonds empruntés au public ou aux banques de prêts.

Indexation obligatoire de tous les engagements sur l’avenir : prêts, emprunts, salaires, etc. aussi bien entre particuliers, entreprises et État.

Interdire le financement des opérations boursières et de la spéculation par la création de moyens de paiement ex nihilo.

Augmenter les garanties en liquidités à 100 %, afin d’éviter les créations privées de monnaie ou quasi-monnaie ex nihilo.

Supprimer la cotation en continu et la remplacer par une seule cotation par jour pour chaque place financière et pour chaque valeur.

Supprimer les programmes d’achat/vente automatiques. Interdire la spéculation sur les indices et les produits dérivés.

Abandonner le système de changes flottants pour un système de taux de changes fixes mais révisables par une commission indépendante.

Interdire toute dévaluation compétitive.

Abandonner le dollar US $ comme monnaie de compte, d’échange et de réserve.

Etablir progressivement une unité de compte commune sur le plan international avec un système approprié d’indexation.

Interdire la spéculation aux banques sur les changes, les actions, obligations et produits dérivés.

Aucune puce, RFID ou un quelconque moyen de traçage ne peut être dissimulé dans la monnaie, quelque soit la forme de la monnaie( métallique, papier…).

Les méthodes alternatives de création monétaire (wir, jazz, reka, talents, billes, sels, etc.) sont admises si leur seigneuriage bénéficie à tous les utilisateurs de manière proportionnelle et égalitaire et sans nuire aux familles.

Chaque citoyen suisse, depuis sa naissance ou son acquisition de citoyenneté, est propriétaire d’une part de la


Conclusions :

« Il s’agit de réformes fondamentales qui intéressent la vie de tous les jours de millions de citoyens. Ces réformes indispensables n’ont été réalisées, ni même envisagées, ni par les libéraux justement préoccupés de favoriser l’efficacité de l’économie, ni par les socialistes justement attachés à l’équité de la distribution des revenus… Les uns et les autres n’ont cessé d’être aveuglés par la répétition incessante de toutes parts de pseudo vérités et par des préjugés erronés. »

Maurice Allais, prix Nobel d’économie.


Si vous voulez changer le système pour le meilleur, alors coopérez à cette Initiative.

L’initiative “Monnaie pleine” bien partie, selon une étude



La Banque nationale (BNS) doit disposer du monopole de la création d’argent. Près de 80% des personnes interrogées dans le cadre d’un sondage soutiennent l’initiative “Monnaie pleine”.




Le texte de l’association Modernisation Monétaire (MoMo), réclame qu’à l’avenir, seule la Confédération ait le droit de produire de la monnaie, des billets de banque, ainsi que de la monnaie scripturale. Ce dernier point serait une innovation financière.




En proposant des crédits, les banques produisent sans cesse de l’argent fictif, soit de la monnaie scripturale. Aujourd’hui, cette dernière n’existe que de façon électronique, mais augmente la masse monétaire en circulation. Et dès qu’un crédit est remboursé, l’argent disparaît à nouveau.




Méconnaissance des sondés
Une réalité souvent méconnue par les Suisses. Selon un sondage effectué dans le cadre d’un travail de Master à l’Université de Zurich, seuls 13% des personnes interrogées savaient que des banques d’affaires privées produisaient également de l’argent par le biais de crédits.




Selon l’enquête, 78% des Suisses questionnés estiment que les banques privées ne devraient pas fabriquer ou faire circuler de l’argent, cette tâche devrait être uniquement dévolue à la BNS.




Et 57% des sondés affirment qu’ils soutiendraient une initiative allant dans ce sens. La revendication principale de notre texte est donc susceptible de réunir une majorité, s’est félicitée l’association mardi dans un communiqué. Le nombre de personnes sondées s’élève à 1146 citoyens dans 26 cantons.




Déjà 90’000 signatures
Modernisation Monétaire a lancé en été 2014 son initiative intitulée “Pour une monnaie à l’abri des crises: émission monétaire uniquement par la Banque nationale !”. Le délai pour déposer les 100’000 paraphes court jusqu’au 3 décembre de cette année.




Selon son site internet, plus de 90’000 signatures auraient déjà été récoltées. Avec cette initiative, la Suisse aura l’argent le plus sûr du monde, s’enorgueillit MoMo. Et tous les gains issus de la création monétaire reviendront à l’Etat et aux citoyens.




(ats / 12.08.2015 05h31)

Initiative monnaie pleine, questions fréquentes. FAQ.

Monnaie pleine, Vollgeld, positive money.


OBJECTIFS

1. La Banque Nationale créera désormais seule de la monnaie scripturale électronique.
2. Les banques ne pourront plus elles-mêmes créer de la monnaie scripturale, mais prêter seulement de la monnaie qui existe déjà.
3. La Banque Nationale mettra en circulation de la nouvelle monnaie pleine moyennant un don (sic, sans dette) au gouvernement fédéral, aux Cantons ou aux citoyennes et citoyens.

Un banquier suisse explique en 3 minutes l’arnaque de la création monétaire actuelle pratiquée presque partout dans le monde:


https://www.youtube.com/watch?v=IFgzodUwyZk

Nous voulons un système qui corresponde simplement à ce que la population croit qu’il est déjà actuellement… avant que ce système n’explose en laissant des millions de victimes sur le carreau… et des guerres terribles ou des révolutions sanglantes… et des migrations honteuses et mortifères… et des malades somatiques ou psychiques, des alcooliques, des drogués, des stressés, des abusés, esclaves modernes de mensonges honteux et de manipulations mentales qui profitent des silences complices de nos “élites” corrompues…

Parmi le comité devant la BNS à Berne, deux romands, MM P. Mottier, tout à gauche sur la photographie, et François de Siebenthal, le 3ème en partant de la droite.


Explications plus philosophiques de l’ Université de Lausanne:   

La solution ci-dessous…


Remarque liminaire:


Les machines, robots, ordinateurs rendent le “travail humain rémunéré ” (dans chaque industrie) de plus en plus rare, c’est un fait. 
Promettre des emplois classiques est un gigantesque mensonge, une promesse impossible à tenir au niveau mondial, et une cause de guerres économiques impitoyables mondialisées.  
Ce sont des gaspillages stupides . La seule solution est de promettre des revenus de base et la liberté de créer des emplois nouveaux payés de plus en plus par des robots et des machines. 

La politique de plein emploi doit être remplacée par une politique de la liberté de décider quoi faire hors de l’économie formelle pour de plus en plus des gens, parce que l’économie formelle ne nécessite plus le travail de tous les adultes – le revenu de base et le dividende créditiste pourraient être deux choses différentes car le dividende peut changer selon la performance de l’économie et le financement qui est aussi différent.

En effet, l’ oeuvre humaine noble et digne n’est financée ni par les impôts, ni par des versements patronaux, ni par des dettes, car il est financé par la création d’argent nouveau sans dettes.

MONNAIE PLEINE OU VOLLGELD.


Puisque, VU L’AUTOMATION GRANDISSANTE, les salaires ne suffisent pas pour acheter toute la production,

LA BNS 3.0 peut combler la différence par l’émission d’un dividende périodique à tous les citoyens.

VOIR ART.99a du projet monnaie-pleine…

3 Dans le cadre de son mandat légal, elle met en circulation, sans dette, l’argent nouvellement émis, et cela par le biais de la Confédération ou des cantons ou en l’attribuant directement aux citoyens. Elle peut octroyer aux banques des prêts limités dans le temps. 


De l’argent est avancé au producteur (industrie) par LA BNS 3.0 OU L’ OFFICE NATIONAL DU CRÉDIT OU LES BANQUES CANTONALES, pour la production de nouveaux biens, ce qui amène (flèche de gauche) un flux de produits étiquetés avec des prix et (flèche de droite), des salaires distribués aux employés.

La rencontre des consommateurs et des produits se fait chez le marchand, et lorsqu’un produit est acheté (consommé), l’argent qui avait été avancé au début de la production de ce produit retourne à sa source,

LA BNS 3.0, ayant ainsi accompli sa fonction et terminé sa course dans le circuit financier, puisque le produit a atteint le consommateur.

 En tout temps, il y a une égalité entre les moyens d’achat entre les mains de la population, et les prix à payer pour les biens consommables mis en vente sur le marché.

 La création monétaire est actuellement volée (sic) par le système bancaire. 

L’ écart entre les prix et le pouvoir d’argent est comblé maintenant principalement par des dettes nouvelles à intérêts, nous voulons au contraire le remplir par la création d’argent nouveau sans dettes à travers le dividende et l’escompte.

Les guerres mondiales et les récentes crises bancaires prouvent la création possible de masses monétaires en vue de gaspillages honteux et polluants… Créons ces masses (sans dettes) pour la paix sociale et la civilisation. Libérons-nous des chaînes de la rareté…

Pour être clair, nous soulignons aussi que l’argent pour la production sous un système créditiste continuerait être de l’argent dette, mais sans intérêts, au profit de tous.

C’est seulement le dividende et l’escompte qui seraient créés sans aucune dette pour équilibrer le cycle monétaire et l’écart actuel entre les productions automatisées et le pouvoir d’achat toujours insuffisant vu l’automatisation qui ne donne plus de salaires aux machines et robots.

VIVE LA ROBOLUTION ou ROBOT-SOLUTION AVEC DE VRAIS DIVIDENDES à TOUS.

Créons ces masses pour la paix sociale et la civilisation. 

Libérons-nous des chaînes de la rareté…

Pour une BNS 3.0





Pour que tous puissent avoir une part de l’héritage économique légué par leurs prédécesseurs, voici notre butreprendre le contrôle de la BNS. C’est ce que nous voulons graver dans la Constitution fédérale pour le bien de tous et l’indépendance de la Suisse.

La Constitution fédérale du 18 avril 1999 est complétée comme suit par exemple par un nouvel

Article 128a :

I. Le pouvoir de battre monnaie, y compris par le crédit ex nihilo, appartient au Souverain qui reprend le contrôle de l’émission et du volume de la monnaie et du crédit, sans intérêt et le délègue notamment à la BNS ou aux associations du type wir sous contrôle démocratique.

Il. Il l’exercera à tous les échelons par des Commissions indépendantes locales, notamment cantonales, jouissant de toute l’autorité voulue pour atteindre ce but.

III. Les ressources financières, matérielles et intellectuelles de la Suisse représentées par les Citoyen(ne)s, les PME, etc. et leurs productions sont la base de la monnaie et du crédit.

IV. L’émission de la monnaie et du crédit devrait en tout temps se mesurer sur le mouvement de la production robotisée le plus possible de façon qu’un sain équilibre se maintienne constamment entre celle-ci et la consommation. Cet équilibre est assuré, partiellement du moins, par le moyen d’un dividende et d’un escompte dont le taux variera nécessairement avec les fluctuations mêmes de la production automatisée.

V. Pour que tous puissent avoir une part de l’héritage économique légué par leurs prédécesseurs, les Commissions locales versent un Dividende mensuel dont le montant sera déterminé par la masse des biens à consommer. Ce dividende sera versé à chaque personne, de leur conception à leur mort naturelle, qu’elle aie ou non des sources de revenus.

VI. Il est indispensable de définir socialement des remises à zéro périodiques sur 7 fois 7 périodes de tous les compteurs économiques, comme demandé dans le Lévitique ou les lois sur les propriétés intellectuelles (Copyright) et ainsi de réparer l’erreur de Charlemagne du 23 mars 789 qui a condamné le taux d’intérêt, mais qui a oublié la remise des propriétés agricoles aux familles et le pardon jubilaire des dettes au moins tous les 49 ans. Concrètement, ceci signifie que grâce aux créations monétaires mensuelles, toutes les dettes seront effacées et toutes les terres agricoles seront franches de toute hypothèque au moins tous les 49 ans.

      VII. Les anciennes masses monétaires en francs suisses tirées du néant (emprunts fédéraux, cantonaux, communaux, etc.) sont purement et simplement supprimées. Par contre, les vraies épargnes réelles des personnes physiques et morales sont respectées.

      VIII. La BNS est directement placée sous le contrôle permanent – sans Commission externe indépendante de type FINMA – de l’Assemblée fédérale (Plénum), qui y consacre au moins un jour complet à chaque Session.

      IX. Les réserves de la BNS qui garantissent un CHF (Franc suisse), indépendant et fort sont constituées d’or physique stocké qu’en Suisse, ainsi que des réserves de diverses graines alimentaires (avoine, épeautre, froment, maïs, orge, pommes de terres, riz, etc.), non OGM, consommables, plantables et à même d’assurer pendant 7 ans la subsistance de la Suisse.

X. Tous instruments juridiques étrangers, accords, conventions, traités, passés ou futurs qui iraient à l’encontre de cette Initiative ou qui viendraient à la violer sont à dénoncer immédiatement tant au plan cantonal que fédéral.

XI. Au vu des économies réalisées par la suppression de l’endettement et de ses conséquences, la Confédération supprime immédiatement tous les impôts fédéraux directs et indirects, notamment la TVA, la vignette et les droits sur l’essence.

XII. De même, les communes et les cantons pourront fortement réduire leur fiscalité et supprimer les taxations sournoises sous la forme de péages subtils pourtant interdit dès la Constitution de 1948.
       

Dispositions transitoires :

La Confédération crée une contribution de solidarité par des masses monétaires sans taux d’intérêts et les fait affecter à chaque famille en proportion du nombre d’enfants conçus.

Le produit de la contribution de solidarité sera versé aux Cantons selon une clé de répartition démographique définie par la Confédération représentée par l’Assemblée fédérale (Plénum).

L’écart des salaires tant publics que privés ne dépasse pas 33 fois, avec une limite absolue indexée fixée à CHF 500’000.-.

Tout dividende social ou autre prestation sociale n’empêche personne de travailler en plus contre rémunération ou en qualité d’indépendant, créateur d’entreprise, etc.

L’obligation de refinancer les prêts à 100 % auprès de la BNS reporte la perception des profits à ce niveau et les revenus ainsi fortement majorés sont directement affectés aux besoins communs.

Tout financement d’investissement à un terme donné doit être assuré par des emprunts au moins de même terme. Aucun emprunt à long terme ne peut être financé par des emprunts à court terme. Pour le bien commun, les points suivants sont notamment respectés :

Dissociation totale des activités bancaires et leur attribution à trois catégories d’établissements distincts et indépendants :

1) Banques de dépôts : encaissements, paiements, gardent les dépôts de leurs clients.

2) Banques de prêts : le montant global des prêts ne peut excéder le montant global des fonds empruntés.

3) Banques d’affaires : investissent dans les entreprises les fonds empruntés au public ou aux banques de prêts.

Indexation obligatoire de tous les engagements sur l’avenir : prêts, emprunts, salaires, etc. aussi bien entre particuliers, entreprises et État.

Interdire le financement des opérations boursières et de la spéculation par la création de moyens de paiement ex nihilo.

Augmenter les garanties en liquidités à 100 %, afin d’éviter les créations privées de monnaie ou quasi-monnaie ex nihilo.

Supprimer la cotation en continu et la remplacer par une seule cotation par jour pour chaque place financière et pour chaque valeur.

Supprimer les programmes d’achat/vente automatiques. Interdire la spéculation sur les indices et les produits dérivés.

Abandonner le système de changes flottants pour un système de taux de changes fixes mais révisables par une commission indépendante.

Interdire toute dévaluation compétitive.

Abandonner le dollar US $ comme monnaie de compte, d’échange et de réserve.

Etablir progressivement une unité de compte commune sur le plan international avec  un système approprié d’indexation.
 
Interdire la spéculation aux banques sur les changes, les actions, obligations et produits dérivés.

Aucune puce, RFID ou un quelconque moyen de traçage ne peut être dissimulé dans la monnaie, quelque soit la forme de la monnaie( métallique, papier…).

Les méthodes alternatives de création monétaire (wir, jazz, reka, talents, billes, sels, etc.) sont admises si leur seigneuriage bénéficie à tous les utilisateurs de manière proportionnelle et égalitaire et sans nuire aux familles.

Chaque citoyen suisse, depuis sa naissance ou son acquisition de citoyenneté, est propriétaire d’une part de la


Conclusions :

 « Il s’agit de réformes fondamentales qui intéressent la vie de tous les jours de millions de citoyens. Ces réformes indispensables n’ont été réalisées, ni même envisagées, ni par les libéraux justement préoccupés de favoriser l’efficacité de l’économie, ni par les socialistes justement attachés à l’équité de la distribution des revenus… Les uns et les autres n’ont cessé d’être aveuglés par la répétition incessante de toutes parts de pseudo vérités et par des préjugés erronés. »               

Maurice Allais, prix Nobel d’économie.


Si vous voulez changer le système pour le meilleur, alors coopérez à cette Initiative.

Traduction »