Rappel, Riches et pauvres contre la pauvreté.

Luttes contre la pauvreté.

Riches et pauvres contre la pauvreté.

Conférences, tables-rondes et stands pratiques à l’ École polytechnique fédérale de Lausanne 




 

Itinér alias

 l’EPFL, Lausanne



Des perspectives grâce à la formation professionnelle.


Le 23 juin 2017 

dès 12h00, repas offert sur inscription


dès 13h00 Conférences, tables-rondes, discussions, questions, débats et stands pratiques.


17h00 apéritif de réseautage offert.

Lieu de l’activité
SwissTech Convention Center 
EPFL
Lausanne


La formation professionnelle peut jouer un rôle déterminant dans la lutte contre la pauvreté. 
Elle apporte les qualifications nécessaires pour participer à la vie économique et sociale, crée de nouvelles perspectives et permet de décrocher un emploi correctement rémunéré ou d’augmenter ses revenus.

Conférence annuelle de la coopération suisse au développement 2017

Les mains d’une femme travaillant à une mosaïque.

Conférence annuelle de la coopération suisse au développement 2017. © DEZA

Programme

De l’ouverture à la clôture, découvrez le programme de la journée du 23 juin 2017 en détails

Thème

Découvrez le thème de la Conférence annuelle de la coopération suisse au développement 2017

Projets

Découvrez une sélection des projets en cours de la DDC et du SECO

Intervenants

Faites connaissance avec les différents intervenants qui participeront à la Conférence annuelle 2017

Informations pratiques

Accès, parking, repas: les informations nécessaires

Newsletter de la DDC

Des informations actuelles sur la coopération suisse au développement et sur l’aide humanitaire publiées tous les deux mois.

12h00 Ouverture des portes
Enregistrement – collation – visite de l’exposition organisée par les partenaires
13h00 Ouverture
Allocution de bienvenue Manuel Sager, directeur de la DDC
13h15 Discours d’ouverture
Johann N. Schneider-Ammann, conseiller fédéral
13h35 Table ronde
Éducation de base et formation professionnelle – un sésame pour l’emploi Accès à de meilleurs revenus au Burkina Faso 
  • Issa Compaoré, secrétaire chargé des questions d’emploi et de formation professionnelle au sein du Conseil National du Patronat Burkinabè, Burkina Faso
  • Ambroise Tapsoba, chargé de programme, Burkina Faso, DDC
  • Sylvain Simporé, maçon, Burkina Faso 
14h05 Table ronde
Des qualifications professionnelles adaptées à des besoins divers.

Difficile équilibre entre les enjeux sociaux, économiques et migratoires au Népal
  • Barbara Weyermann, chargée de programme Népal, DDC
  • Khem Lakai, fondateur de GATE (Global Academy of Tourism and Hospitality Education)
  • Markus Reisle, chef du programme global Migration et développement, DDC
14h45 Pause
15h25 Allocution
Ngozi Okonjo-Iweala, ancienne ministre nigériane des affaires étrangères et des finances, managing director de la Banque mondiale de 2007 à 2011
15h45 Table ronde
Un écosystème pour l’entrepreneuriat Le Swiss Entrepreneurship-Programm au Pérou
  • Javier Salinas, directeur « Emprende UP », accélérateur de programme, Pérou  
  • Charlotte Ducrot, Swisscontact, mise en œuvre du programme au Pérou
  • Liliana de Sà Kirchknopf, cheffe du secteur Développement du secteur privé, SECO
16h15 Discussion finale
Coopération suisse au développement : de nouvelles perspectives grâce à la formation professionnelle
  • Fathi Derder, conseiller national VD
  • Christa Markwalder, conseillère nationale BE
  • Jean-René Fournier, conseiller aux États VS
  • Thomas Greminger, directeur suppléant de la DDC
  • Raymund Furrer, chef Coopération et développement économiques, SECO
17h00 Apéritif de réseautage

Inscription

Veuillez vous inscrire en ligne d’ici au 9 juin 2017.

http://desiebenthal.blogspot.ch/2017/05/monnaie-bien-commun-appel-conferenciers.html

Téléchargements/Liens


Conf annuelle de la coop

Thème

Trois hommes qui ensemble montent un moteur.La formation professionnelle est une composante importante de la coopération suisse au développement. © DDC

La formation professionnelle peut jouer un rôle déterminant dans la lutte contre la pauvreté. Elle apporte les qualifications nécessaires pour participer à la vie économique et sociale, crée de nouvelles perspectives et permet de décrocher un emploi correctement rémunéré ou d’augmenter ses revenus.
La formation de base et la formation professionnelle constituent des outils efficaces pour consolider l’économie. Elles permettent à la fois de lutter contre le chômage et le sous-emploi, auxquels les jeunes sont particulièrement exposés, et de répondre aux importants besoins des entreprises en main-d’œuvre qualifiée. Dans le domaine de l’éducation, la Suisse possède un précieux savoir-faire dont elle peut faire profiter ses partenaires. C’est pourquoi la formation professionnelle s’est imposée comme un élément clé de la coopération suisse au développement. La Suisse possède en outre une forte culture d’entreprise, susceptible d’être partagée et diffusée.
La Suisse œuvre en faveur d’un accès universel à l’éducation de base, à la formation professionnelle et à l’apprentissage tout au long de la vie.
La Conférence annuelle de la coopération suisse au développement s’attachera à examiner la situation de différents pays en matière de formation professionnelle, à mettre en lumière les multiples défis existants et à montrer comment la formation professionnelle peut offrir des perspectives aux populations sur place. L’attention se portera notamment sur la jeune génération, exposée au chômage et au sous-emploi. À cet égard, il importera d’associer les jeunes à la discussion pour trouver comment favoriser leur intégration sur le marché du travail. Un objectif qui permet à la fois de lutter contre la pauvreté et de renforcer l’économie. 
Dans son allocution d’ouverture, le conseiller fédéral Johann N. Schneider-Ammann exposera sur quoi se fonde le succès de la formation professionnelle helvétique, savoir-faire qui suscite un grand intérêt de la part d’autres États. 
Au Burkina Faso, la Suisse soutient la formation professionnelle dans les secteurs de l’artisanat, de l’agriculture, de l’élevage et de la sylviculture. Elle veille, dans ce cadre, à une bonne articulation entre la formation professionnelle et l’éducation de base. Le programme mis en œuvre s’inspire de certains éléments du système suisse de formation duale, un système qui a fait ses preuves et qui présente l’avantage de répondre tant aux besoins des jeunes qu’à ceux de l’économie. Le lien avec l’éducation de base est important car celle-ci constitue le socle des apprentissages futurs, la clé d’une formation professionnelle réussie et d’une bonne intégration dans le monde économique. Cependant, elle fait encore trop souvent défaut. 
Au Népal, quelque 450 000 jeunes, dont plus de 80% sans formation, intègrent chaque année le marché du travail. L’« Employment Fund », une initiative novatrice, contribue à favoriser l’emploi en proposant aux jeunes des formations souples de courte ou de moyenne durée et des préparations pour exercer des activités indépendantes. La prise en compte des besoins sur le marché du travail et l’implication du secteur privé sont au cœur de l’engagement de la Suisse. Dans ce contexte, l’impact que les projets de formation professionnelle ont sur la migration sera également abordé. 
Après la pause, l’ancienne ministre nigériane des affaires étrangères et des finances, Ngozi Okonjo-Iweala, exposera l’importance que revêt la formation professionnelle du point de vue de l’Afrique. 
Promouvoir l’entrepreneuriat grâce au savoir-faire suisse : destiné au secteur privé, le programme « Swiss Entrepreneurship » vise à renforcer la position des entrepreneurs, femmes et hommes, dans différents pays. L’exemple du Pérou met en lumière ce qui favorise l’émergence d’un « écosystème propice aux entreprises » ainsi que le type de soutien que la Suisse peut apporter avec des instruments novateurs et durables. 
En guise de conclusion, des parlementaires suisses et des représentants de la DDC et du SECO échangeront autour de la formation professionnelle 

Dans le cadre de la conférence, des organisations partenaires présenteront des projets consacrés à cette thématique. 

Les participants auront l’occasion de visiter l’exposition avant et après la conférence, ou encore pendant les pauses.

Intervenants

Les personnes suivantes participeront à la Conférence annuelle de la coopération suisse au développement 2017 lors de tables rondes ou d’interventions.

Allocution de bienvenue

© DDCManuel Sager © DDC

Manuel Sager, directeur de la DDCManuel Sager, né en 1955, a fait des études de droit à l’Université de Zurich, sanctionnées par un doctorat, et il a obtenu un «master of laws and letters» (LL.M.) à la Duke University Law School.  Il est entré au service diplomatique en 1988 et a exercé diverses fonctions au sein du Département fédéral des affaires étrangères. En 2005, il est devenu directeur exécutif à la Banque européenne pour la reconstruction et le développement à Londres, avant d’exercer les fonctions d’ambassadeur de Suisse aux États-Unis de 2010 à 2014. Depuis novembre 2014, Manuel Sager est à la tête de la Direction du développement et de la coopération (DDC).

Discours d’ouverture

Johann Schneider-AmmannJohann Schneider-Ammann © WBF

Johann N. Schneider-Ammann, conseiller fédéralJohann Schneider-Ammann, né en 1952, possède un diplôme de génie électrique de l’EPF de Zurich, ainsi qu’un «master of business administration» de l’INSEAD de Fontainebleau/Paris. En 1999, il a été élu conseiller national sous l’étiquette du Parti radical-démocratique suisse . Le 22 septembre 2010, l’Assemblée fédérale l’a élu au Conseil fédéral. Depuis le 1er novembre 2010, Johann N. Schneider-Ammann est à la tête du Département fédéral de l’économie, de la formation et de la recherche (DEFR).

Table ronde

Éducation de base et formation professionnelle – un sésame pour l’emploi

Issa CompaoréIssa Compaoré © DDC

Issa Compaoré, secrétaire chargé des questions d’emploi et de formation professionnelle au sein du Conseil National du Patronat Burkinabè, Burkina FasoIssa Compaore, né en 1970 au Burkina Faso, est Ingénieur en génie industriel et est diplômé en physique Appliquée et en Management. Chef d’entreprises depuis 20 ans, il a mis un point d’honneur à la formation professionnelle de plusieurs milliers de travailleurs. En tant qu’enseignant, il a élaboré des plan de formation au profit des industries, des mines, des entreprises commerciales et de l’administration. Il a également participé activement à l’élaboration de politiques en matière de promotion du secteur privé, créateur d’emplois.

Ambroise TapobaAmbroise Tapoba © DDC

Ambroise Tapsoba, chargé de programme, Burkina Faso, DDCAmbroise Tapsoba, né en 1973 au Burkina Faso, a étudié les Sciences de l’éducation et est détenteur d’un Master en Ingénierie et Conseil en formation. Ses travaux de recherche s’intéressent à la qualité de l’éducation ainsi qu’aux alternatives éducatives pour les populations exclues. Actuellement, il travaille à la formulation de stratégies d’éducation et pour la mise en place de formations professionnelles adaptées aux besoins du secteur privé. Ambroise Tapsoba a une expérience de 20 ans dans le domaine de la coopération au développement.

Sylvain SimporéSylvain Simporé © DDC

Sylvain Simporé a 22 ans et il est né à Bisraga, au Burkina Faso.
Après sa scolarité obligatoire, il a poursuivi sa formation en 2012 au Lycée régional d’enseignement professionnel agricole de Bingo. Puis il a travaillé comme aide-maçon sur divers chantiers pendant près de deux ans. Entre 2015 et 2016, il a obtenu un diplôme de maçonnerie reconnu par l’État. Sylvain Simporé a ensuite enchaîné avec un stage afin d’approfondir les connaissances déjà acquises. Depuis janvier 2017, il travaille comme maçon indépendant au Burkina Faso. Pendant ses loisirs, il aime jouer au football, écouter de la musique et partir à la découverte de nouvelles contrées.

Table ronde

Des qualifications professionnelles adaptées à des besoins divers

Barbara Weyermann Barbara Weyermann © DDC

Barbara Weyermann, chargée de programme, Népal, DDCBarbara Weyermann est chargée de programme de la DDC au Népal, responsable du développement des compétences et des thématiques de la migration et du développement ainsi que des violences basées sur le genre. Avant de rejoindre la DDC, Barbara Weyermann a travaillé pour l’UNICEF, Terre des hommes et le Mouvement chrétien pour la paix ainsi qu’en tant que consultante en Asie et en Afrique. Elle est spécialisée dans les questions de migration et de traitement des violences basées sur le genre ainsi que dans les problèmes psychosociaux liés aux contextes fragiles.

Khem Lakai Khem Lakai © DDC

Khem Lakai, fondateur de GATE (Global Academy of Tourism and Hospitality Education), NépalKhem Lakai est le fondateur de la Global Academy of Tourism & Hospitality Education (GATE), une académie qui a été créée en 2007. GATE a formé plus de 3000 étudiants à divers métiers du secteur hôtelier. GATE est associée à Hôtellerie suisse et à TAFE Australia. Khem Lakai est titulaire d’un diplôme de commerce et d’un diplôme de gestion hôtelière de la SSTH (Swiss School of Tourism and Hospitality) et il est conseiller auprès du Nepal Sector Skills Committee for Hospitality. Il est également membre du comité consultatif de l’un des projets de développement des compétences menés par la DDC au Népal.

Markus ReisleMarkus Reisle © DDC

Markus Reisle, chef du Programme global Migration et Développement, DDCNé en 1961 à Bienne, Suisse, Markus Reisle possède un master en anthropologie et en histoire de l’art de l’Université de Fribourg, Suisse. Il a travaillé pendant 14 ans pour la Croix-Rouge suisse, où il a occupé diverses fonctions de gestion dans le domaine de la migration. Il est entré au service de la DDC en 2003. Jusqu’en 2007, il était conseiller principal en matière de migration à la centrale à Berne, puis a exercé les fonctions de directeur résident adjoint à Kigali, Rwanda, de 2007 à 2011, en tant qu’expert en migration et en développement. Depuis 2013, il est chef de la division Programme global Migration et développement  à la centrale à Berne. Il est marié et a deux enfants adultes.

Allocution

Ngozi Okonjo-Iweala© Ngozi Okonjo-Iweala

Ngozi Okonjo-Iweala, ancienne ministre nigériane des affaires étrangères et des finances, managing director de la Banque mondiale de 2007 à 2011Ngozi Okonjo-Iweala est présidente du conseil d’administration de l’organisation GAVI (Global Alliance for Vaccines and Immunisation). Depuis sa création en 2000, GAVI a vacciné 580 millions d’enfants dans le monde et sauvé huit millions de vies. Ngozi Okonjo-Iweala est également conseillère principale auprès de Lazard, une société de conseils financiers et de gestion d’actifs de premier plan au niveau mondial.
Auparavant, elle avait été deux fois ministre des finances du Nigéria, d’abord de 2003 à 2006, puis de 2011 à 2015, et avait exercé brièvement la charge de ministre des affaires étrangères. Elle est la première femme de son pays à avoir occupé ces deux fonctions. Elle a passé 25 ans de sa carrière à la Banque mondiale en qualité d’économiste du développement. Lorsqu’elle a été nommée directrice générale de l’institution, elle en est devenue la numéro 2. Elle était chargée d’un portefeuille opérationnel de 81 milliards de dollars, englobant l’Europe, l’Asie centrale, l’Asie du Sud et l’Afrique (2007-2011). Ngozi Okonjo-Iweala est actuellement présidente du conseil d’administration de la Capacité africaine de gestion des risques (African Risk Capacity, ARC) de l’Union africaine, un mécanisme innovant d’assurance contre les intempéries destiné aux pays africains ; elle est également co-présidente de la  Commission mondiale sur l’économie et le climat, qui compte parmi ses membres Lord Nicholas Stern et Paul Polman.

Table ronde

Un écosystème pour l’entrepreneuriat

Javier Salinas Javier Salinas © DDC

Javier Salinas, directeur « Emprende UP », Centre du entrepreneuriat et innovation, Universidad del Pacifico, PérouJavier Salinas est le directeur du Centre d’entrepreneuriat et d’innovation (Center of Entrepreneurship and Innovation) de l’Université du Pacifique (University of the Pacific). Cet entrepreneur et investisseur œuvre à la promotion du secteur des technologies de la finance au Pérou et dans la région de l’Amérique latine. Javier Salinas est un économiste possédant une vaste expérience dans les activités bancaires internationales, le financement de projets et le financement structuré. Il est un gestionnaire spécialisé dans les domaines de la création de fonds d’investissement au Pérou, de la dette, des instruments de financement de type «mezzanine» et du capital-investissement. Il a travaillé comme banquier d’affaires et il mène des activités de développement de nouvelles entreprises et de soutien à l’entrepreneuriat et à l’innovation. Il cherche à structurer l’écosystème entrepreneurial au Pérou et en Amérique latine, encourage le financement participatif dans la région et les mécanismes de financement des phases initiales du développement des entreprises comme les réseaux Business Angels et Micro Venture Capital. Il est membre de l’organisation Worldwide Crowdfunding Council Leaders depuis 2014.   

Charlotte DucrotCharlotte Ducrot © DDC

Charlotte Ducrot, Swisscontact, cheffe de Programme au Pérou, Swiss EntrepreneurshipCharlotte Ducrot est la directrice du programme suisse d’entrepreneuriat (Swiss Entrepreneurship Program, Swiss EP) au Pérou, un programme mondial financé par le SECO et mis en œuvre par Swisscontact dans 6 pays. Elle avait travaillé auparavant pour l’ONG Endeavor en Colombie. Charlotte Ducrot avait également travaillé en Suisse pour le Forum des jeunes leaders mondiaux (Forum of Young Global Leaders, YGL) au Forum économique mondial (WEF). Elle est titulaire d’un master en affaires internationales de l’Institut de hautes études internationales et du développement (Suisse), d’un master en droit international de l’Université de la Sorbonne (France) et d’un bachelor en droit de l’Université de Nanterre (France).

Liliana de Sá Kirchknopf ©SECO

Liliana de Sá Kirchknopf, cheffe de la division promotion du secteur privé, SECOLiliana de Sá Kirchknopf est cheffe de la division Développement du secteur privé au sein du centre de prestations Coopération et développement économiques  du SECO. L’unité qu’elle dirige a pour vocation d’améliorer l’environnement économique des entreprises et leur accès aux capitaux ainsi qu’à favoriser le développement des compétences. Elle travaille pour le SECO depuis 1996, ce qui l’a amenée à occuper diverses fonctions, notamment celles de conseillère principale au Bureau de l’administrateur suisse  (Executive Directors Office) auprès du Groupe de la Banque mondiale à Washington D. C., de spécialiste du développement du secteur privé pour la Société financière internationale (SFI) et de cheffe du Bureau de la contribution suisse à Budapest, qui est chargé de mettre en place et en œuvre un programme de cohésion doté d’une enveloppe de 130 millions de francs, en Hongrie. Elle est titulaire d’un master en économie, option sciences politiques, de l’Université de Berne et parle cinq langues.

Discussion finale

Coopération suisse au développement: de nouvelles perspectives grâce à la formation professionnelle

Fathi DerderFathi Derder ©Parlamentsdienste

Fathi Derder, conseiller national VDFathi Derder est né à Lausanne en 1970. Après sa scolarité, qu’il a suivie dans cette même ville, il est devenu journaliste en 1994, puis a travaillé pour différents médias. De 1998 à 2008, il a été présentateur à la Radio Suisse Romande, avant de rejoindre une télévision privée. En 2011, Fathi Derder a été élu conseiller national pour le canton de Vaud en tant que membre du PLR. Les libéraux-radicaux.

Christa MarkwalderChrista Markwalder ©Parlamentsdienste

Christa Markwalder, conseillère nationale BEChrista Markwalder est née en 1975 à Berthoud, où elle a suivi sa scolarité et passé sa maturité en 1995. Elle a étudié le droit et l’économie aux universités de Berne et de Nimègue/NL et obtenu une licence en droit en 2001. Depuis janvier 2008, elle travaille en tant que juriste au sein du Zurich Insurance Group. À partir de 1999 et jusqu’à son élection au Grand Conseil du canton de Berne en avril 2002, elle a siégé au Conseil de ville de Berthoud avec les Jeunes libéraux-radicaux. En 2003, elle a été élue au Conseil national sur la liste PLR. Les libéraux-radicaux.

Carlo SommarugaCarlo Sommaruga ©Parlamentsdienste

Carlo Sommaruga, conseiller national GECarlo Sommaruga est né à Zurich en 1959. Il a étudié le droit à l’Université de Genève et obtenu son brevet d’avocat en 1989. Carlo Sommaruga travaille en qualité d’avocat pour la section genevoise de l’Association suisse des locataires. Il a commencé sa carrière politique en 1991 en tant que membre du conseil municipal de Thônex, où il a siégé jusqu’à son élection au Grand Conseil du canton de Genève en 2001. Depuis 2003, Carlo Sommaruga représente le canton de Genève au Conseil national, en tant que membre du Parti socialiste.

Thomas GremingerThomas Greminger © DDC

Thomas Greminger, directeur suppléant de la DDCDepuis août 2015, Thomas Greminger est chef du domaine Coopération Sud et directeur suppléant de la DDC. Au fil d’une longue carrière diplomatique, il a exercé diverses fonctions de direction, notamment celle de représentant permanent de la Suisse auprès de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), ainsi que des Nations Unies et des organisations internationales à Vienne. Auparavant, l’ambassadeur Greminger avait travaillé, au DFAE, dans les domaines de la politique du développement et de la coopération au développement, du règlement des conflits, de la sécurité humaine et de la migration. Père de quatre filles, Thomas Greminger vit à Berne. Il est lieutenant-colonel EMG et sert dans l’état-major de l’armée suisse. Durant ses loisirs, il se consacre surtout au VTT, à la musique moderne et classique ainsi qu’à la photographie.

Raymund FurrerRaymund Furrer © SECO

Raymund Furrer, chef Coopération et développement économiques, SECOL’ambassadeur Raymund Furrer (*1960), licencié en lettres, est chef du centre de prestations Coopération et développement économiques du SECO et délégué du Conseil fédéral aux accords commerciaux depuis le 1er octobre 2015. Auparavant, il a dirigé le Swiss Business Hub dans les pays du Golfe. Le 1er avril 2014, il a de plus été nommé consul général à Dubaï. De 2008 à 2012, il avait été responsable du secteur Institutions financières multilatérales du centre de prestations Coopération et développement économiques.  Avant d’occuper cette fonction, Raymond Furrer avait été conseiller principal du directeur exécutif suisse auprès de la Banque mondiale à Washington, chef du secteur Relations économiques bilatérales avec l’Asie et premier secrétaire d’ambassade de la Délégation suisse près l’OCDE à Paris. Enfin, il avait également travaillé pour la Banque asiatique de développement et dans le secteur privé.




Invitation – UN Geneva – Demolishing Development Myths





Invitation – UN Library Geneva – Book Launch – Demolishing Development Myths: to meet the SDGs – 28 June 2017, 12.30 p.m. – 2 p.m



François de Siebenthal: How to create local systems with social credit ?

desiebenthal.blogspot.com/2016/09/how-to-create-local-systems-with-social.html

We can improve all those local systems and coordinate them, like a franchising chain of free and open local banks sharing the same values …

François de Siebenthal: Local money systems & E-Currency Systems ?

desiebenthal.blogspot.com/2010/04/local-money-systems-e-currency-systems.html

What systems do you know as good local systems ?

https://vimeo.com/136794177

Organisation :
ONUG
Début: Mercredi, 28 juin, 2017 – 12:30
Fin: Mercredi, 28 juin, 2017 – 14:00
Participation: Réservé aux personnes autorisées par mail

Plus d’information

Many elements of current development orthodoxy lead to policies that can inhibit the achievement of the SDGs. But there is a vast and rich tradition of alternative approaches to economic development that have proved to be vital to the improvement of the human condition. In a discussion based around the recent book “Handbook of Alternative Approaches to Economic Development” (edited by Erik Reinert, Jayati Ghosh and Rainer Kattel, Edward Elgar 2016), panelists will pick up on some of the most important issues relevant to contemporary debates.

Panelists

Rainer Kattel, Professor, Tallinn University of Technology, Estonia, and Visiting Professor UCL, London

C. P. Chandrasekhar, Professor and Dean of Social Sciences, Jawaharlal Nehru University, New Delhi, India

Xavier Carim, Ambassador of South Africa and Chair of General Council of WTO

Katja Hujo, Senior Research Co-ordinator, UNRISD

Richard Kozul-Wright, Director of Division on Globalisation and development Strategies, UNCTAD

The discussion will be moderated by

Jayati Ghosh, Professor, Jawaharlal Nehru University, New Delhi, India.
Lieu:

Palais des Nations
Av. de la Paix 14, Library events room B-1351202 Geneva
Suisse
See map: Google Maps

For security reason, you need to have your id papers and to register

Vous devez ouvrir un compte et vous inscrire en deux étapes complètes, merci.

https://reg.unog.ch/user/register



IMPORTANT

For those without a UNOG badge, registration for this event is obligatory.
Interested participants are invited to register on-line before the event.


The Library also manages UNOG’s Cultural Activities Programme. Learn more
Contact us

UNOG’s Cultural Activities Programme
libraryculture@unog.ch
+41 (0)22 917 41 43


Visitors must enter at the Pregny Gate of the Palais des Nations at 14, avenue de la Paix.

Valid identity documents are required.

Public transport: lines 8, 28, F, V and Z stop at “Appia”; lines 5 and 11 stop at “Nations”; 
Tramway 15 Terminus “Nations”.
 send us an email on visit-gva@un.org

You can also reach us by phone Monday to Friday 9am to 12pm.

Visitors’ Service
Palais des Nations
14, avenue de la Paix
CH – 1211 Geneva 10
Tel: +41 (0)22 917 48 96 or +41(0)22 917 45 39 
Email: visit-gva@un.org

Macron & ses 11 vaccins obligatoires : scandale et protestations


11 vaccins obligatoires : un million de protestations


Madame, Monsieur,

Notre pétition contre les 11 vaccins obligatoires dépasse au moment où je vous écris la barre des 500 000 signatures !!!

Cette mobilisation énorme est à la hauteur des enjeux. Signez d’urgence et surtout faites signer tous vos contacts, amis, famille, voisins, collègues !! Il faut monter à un million avant que la Ministre de la Santé ne mette ses menaces à exécution. C’est une question de jours, de semaines tout au plus, car elle doit se prononcer avant l’échéance fixée par le Conseil d’Etat au 8 août 2017, soit dans 42 jours !!!

Voici le lien pour signer : http://petitions.ipsn.eu/mobilisation-vaccins-enfants/index.php

Rappel des faits


Le 8 février dernier, le Conseil d’État, que nous avions saisi, a donné six mois au gouvernement pour « faire usage de ses pouvoirs » afin que les trois vaccins obligatoires (diphtérie, tétanos et poliomyélite) soient disponibles dans les pharmacies sans être associés à d’autres vaccins.

Ces vaccins n’étaient plus disponibles seuls depuis bientôt 10 ans ! (2008). Pour respecter leur obligation vaccinale, les parents étaient obligés d’administrer un « super-vaccin », l’Infanrix Hexa, qui contient notamment l’hépatite B absolument inutile pour la plupart des enfants.

La décision du Conseil d’Etat fut donc une victoire que nous avons fêtée après deux ans de mobilisation intense incluant réunions publiques, une pétition ayant recueilli plus d’un million de signatures (1 111 000 à ce jour) et le recours victorieux devant le Conseil d’Etat mené à l’initiative de notre association avec Maître Bergel-Hatchuel.

Une « petite phrase » passée inaperçueCertes, l’ordonnance du 8 février du Conseil d’Etat précisait que les trois vaccins devraient être disponibles seuls :

« Sauf à ce que la législation évolue en élargissant le champ des vaccinations obligatoires. »Mais nous n’avons pas pris cette déclaration pour argent comptant.

Nous ne pouvions pas imaginer qu’un représentant du peuple allait s’emparer de cette petite phrase pour rendre obligatoires tous les vaccins pour les nourrissons. Cela aurait été un contresens absolu.

Surtout dans un contexte d’absence de données scientifiques sur l’innocuité d’un si grand nombre de vaccins donnés à des enfants dont le système immunitaire est encore immature.

Le dernier coup de poignard de Marisol TouraineCela nous paraissait d’autant plus irréaliste que des médecins reconnus commençaient à s’exprimer publiquement sur les risques liés à la vaccination, et particulièrement à l’aluminium comme adjuvant.

Pourtant, l’ancienne ministre Marisol Touraine a aussitôt fait mine de s’engager dans cette faille :

« J’ai préparé un texte de loi » prévoyant « l’extension de l’obligation vaccinale », avait-elle dit en transmettant les clefs de son ministère.

Cependant, pour nous comme pour tous les spécialistes de la question, cette déclaration paraissait être une simple rodomontade destinée à garder la face avant de quitter son poste.

Nous ne pensions pas que, sérieusement, Marisol Touraine ni son successeur prendrait une mesure aussi autoritaire et contraire à la volonté manifeste exprimée par le plus grand nombre.

Coup de tonnerre


Ce fut donc un coup de tonnerre inattendu quand la nouvelle ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a déclaré vendredi dans les colonnes du Parisien :

« Nous réfléchissons à rendre obligatoires les onze vaccins pour une durée limitée, qui pourrait être de cinq à dix ans ».

Soyons clair, cette déclaration revient à annoncer que pourrions être obligés à court terme d’administrer 8 nouveaux vaccins, dont le « super-vaccin » hexavalent avec aluminium, et le vaccin controversé contre l’hépatite B !

Ceci alors que le gouvernement et la majorité sortante viennent d’être lourdement sanctionnées sur le plan électoral notamment pour leur politique de santé, Marisol Touraine perdant même son siège de députée.

Le compteur de signature de notre grande pétition contre les 11 vaccins a donc immédiatement fait un grand bond en avant. Nous sommes en train de dépasser la barre des 500 000, et je compte sur vous pour nous aider à nous approcher au plus vite du MILLION.

Signez et faites signer autour de vous notre pétition ci-jointe !

Tous les risques et coûts à notre chargeCar bien évidemment, leur projet est de mettre tous les risques et les coûts à notre charge.

En novembre dernier, un « comité citoyen pour la vaccination », entièrement validé par Marisol Touraine elle-même avait préconisé de faire passer de trois à onze le nombre de vaccins obligatoires pour les nourrissons dans toute la France. [1]

Ce sont ces propositions qui sont en train d’être retenues. Et tenez-vous bien :

Page 32 du rapport, il est expliqué que la « prise en charge intégrale de l’achat des vaccins par les régimes obligatoires de l’assurance maladie doit être assurée. Le coût d’une telle mesure est estimé à 110 à 120 millions €/an. » C’est donc les assurés sociaux, autrement dit vous et moi et toute la population, qui sommes mis à contribution ; et notre argent ira à l’industrie pharmaceutique ;

Page 32 également, il est recommandé, pour les accidents qui se produiront inévitablement, « d’imposer un régime d’indemnisation des effets indésirables par la solidarité nationale », c’est-à-dire encore une fois nous faire payer vous et moi, via nos impôts.
Ils veulent donc :

nous supprimer notre liberté,

imposer à nos enfants des vaccinations avec des effets potentiellement dangereux,

nous faire assumer les conséquences des éventuels accidents

et mettre tous les coûts de l’opération à notre charge !!!

Des conflits d’intérêt dans tous les sens


Nous avions fait remarquer à l’époque que ce « comité citoyen » ne présentait pas les garanties d’indépendance requises, en particulier parce que le Président du Comité, le Pr Alain Fischer est en lien étroit avec le laboratoire Sanofi dont il a reçu en 2013 le Prix “Sanofi-Pasteur”.

Par ailleurs, Médiapart a ressorti d’étranges déclarations de la ministre de la Santé Agnès Buzyn qui explique que les liens d’intérêt entre experts et laboratoires pharmaceutiques sont « un gage de compétence ». Plusieurs militants de la transparence comme le docteur Irène Frachon, à l’origine des révélations autour du scandale du Médiator, s’en sont inquiétés.

De plus, la ministre de la Santé a été elle-même au « board » (Conseil d’Administration) de deux laboratoires très impliqués dans les vaccins, Novartis et Bristol-Meyers Squibb.

La preuve qu’ils nous prennent pour des cobayesPreuve supplémentaire qu’ils prennent nos enfants pour des cobayes, cette idée que l’on va rendre les onze vaccins obligatoires « pendant cinq ou dix ans ».

D’où cela sort-il ?

Soit ils pensent que les vaccins sont bons pour la population et n’entraînent pas de risque, auquel cas ils les imposent définitivement.

Soit ils pensent que les choses ne sont pas si claires, ils rendent les vaccins facultatifs afin de laisser chaque médecin décider, au cas par cas, en concertation avec les familles.

Décider d’une obligation provisoire, c’est reconnaître qu’on fait une expérience, que les enfants nés récemment ou qui vont naître dans les années qui viennent sont donc des cobayes. On vaccine tout le monde tout de suite, puis on observe les résultats !!

Cette façon de procéder est contraire au principe de précaution. Elle est un aveu d’échec, montrant que l’on manque des données scientifiques nécessaires au sujet de la vaccination.

Choisir la pédagogie, la concertation et le bon sensL’Institut pour la Protection de la Santé Naturelle appelle donc les Autorités à choisir la voie de la pédagogie, de la concertation, et du bon sens.

La voie, aussi, de la transparence.

Une décision autoritaire peut provoquer un dangereux retour de flamme, en braquant des millions de parents qui en déduiront que le gouvernement cherche à les vacciner de force, sans leur donner d’arguments rassurants.

C’est ce qu’il faut éviter à tout prix. La France doit se donner le temps du dialogue et de la réflexion.

Rappeler qu’il n’y a pas d’urgence, aucun pays d’Europe n’ayant de politique vaccinale aussi stricte que la nôtre, et aucun pays n’étant confronté non plus à ces épidémies de méningites et de rougeole dont les Autorités nous menacent chaque fois que l’on demande à réfléchir.

« La vaccination, ça ne se discute pas », a dit la précédente ministre de la Santé Marisol Touraine.

Profitons du changement de gouvernement, et de la nouvelle majorité au pouvoir, pour insuffler un esprit nouveau, celui de l’ouverture, de la transparence et du progrès, dans un débat essentiel pour notre avenir collectif.

Mais dans tous les cas, le gouvernement doit à tout prix renoncer à passer en force en imposant les onze vaccins obligatoires. Une telle décision casserait le lien de confiance indispensable à une concertation apaisée.

C’est pourquoi nous devons obtenir plus de signatures de pétitions et vous êtes notre seul relais pour cela.

La grande presse n’ose pas s’engager. Trop de petits sites, également, craignent de passer pour « anti-vaccins » en s’aventurant sur le sujet.

Nous ne sommes évidemment en rien des anti-vaccins. Chacun sait que c’est une étiquette qu’on vous colle pour vous réduire au silence.

Nous ne sommes bien sûr pas impressionnés par ces tactiques qui nous motivent, au contraire, pour redoubler d’énergie pour la défense des patients.

Mais il faut que nous soyons au moins un million à signer la pétition.

Sans cela, les Autorités ne tiendront pas compte des protestations, trop peu nombreuses pour l’instant, qui s’expriment. Nous le savons d’expérience, il faut un million de voix ou plus pour être pris au sérieux et entendu.

Il faut enfin que reviennent le vaccin DT-P sans aluminium au plus vite dans les pharmacies. C’est une question de justice et de bon sens.

Je compte sur vous pour appuyer notre démarche.

http://petitions.ipsn.eu/mobilisation-vaccins-enfants/index.php

Bien à vous,

Augustin de Livois

Vous aussi, soutenez l’IPSN !Vous croyez dans les combats de l’IPSN ?
Vous pouvez l’aider par un don !

Cette newsletter est éditée par l’Institut pour la Protection de la Santé Naturelle. Si vous ne la recevez pas déjà, il vous suffit de vous inscrire ici.

Votre adresse ne sera jamais transmise à aucun tiers. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment, grâce à un lien se trouvant en début et fin de chaque message.

Institut pour la Protection de la Santé Naturelle
Association loi 1901 sans but lucratif
21 rue de Clichy
75009 PARIS
www.ipsn.eu

Population mondiale: ce qu’on vous cache !

La population mondiale atteindra 9,8 milliards d’habitants en 2050, selon l’ONU !


Fausse alerte manipulatrice, voici la vérité des faits et des tendances lourdes.

Ce qui compte vraiment, c’est le taux de fertilité en baisse forte quasiment partout, et avec des conséquences dramatiques, aggravées par les systèmes bancaires absurdes partout. Les politiques de rigueur détruisent les monnaies, ce qui aggrave les crises. 

Démonstrations:


Ouvrage fondamental pour les siècles à venir qui explique ces tendances très lourdes…

Europe, l’hiver démographique :

[actes du colloque international, Lausanne, Ecole polytechnique fédérale, 18 février 1989] 
Type de document :texte imprimé
Auteurs :Association des étudiants de l’Ecole polytechnique fédérale et de l’Université de Lausanne pour l’éthique et la société, 
Éditeur (scientifique);Pierre Chaunu (1923-2009), 
Préfacier, 
Philippe Pidoux, conseiller d’Etat vaudois
etc
Éditeur :Lausanne : L’Âge d’homme
Année de publication :1989
Importance :254 p

L’hiver démographique se confirme partout. Les tendances sont lourdes et très difficilement réversibles…
De plus en plus de dettes exponentielles sur de moins en moins d’épaules… une situation explosive… presque partout… surtout en Europe … 
Moins d’habitants, donc crises, notamment immobilières à venir…

Résumé:

Démographie : la chute a commencé

Courbe sans tenir compte d’une pandémie.
par simple application mathématique des taux de fertilité ( TR, Taux de Renouvellement en dessous de 2 ) qui sont presque partout à la baisse.

Gravissime crise en Allemagne:

Depuis 1970, le taux de natalité allemand est passé sous la barre des deux enfants par femme, ce qui ne suffit plus à un renouvellement complet d’une population. En 2007, ce taux était de 1,37 et est attendu autour des 1,4 enfant/femme en 2020. On s’attend ainsi à une diminution de la population allemande de 20% d’ici 2060, ce qui pourrait faire passer son nombre de 82 à 65 millions.
Chute démographique couplée à un vieillissement de la population

Cette chute démographique sera accompagnée d’un phénomène de vieillissement de la population, aggravé par l’allongement de la durée de vie moyenne. Sur les mêmes bases de calcul, 34% de la population aura plus de 65 ans (20% de plus qu’en 2009) et 14% aura plus de 80% (5% de plus qu’en 2009).

« Tandis que la part des personnes âgées augmentera, de moins en moins seront en âge de travailler », explique Roderich Egeler dans le rapport publié par l’institut de statistiques. « Cela aura des conséquences pour le système de sécurité sociale » et notamment pour les pensions, ajoute-t-il.

http://desiebenthal.blogspot.ch/2010/09/demographie-objectifs-sournois-du.htmlDémographie: la proportion de femmes sans enfant ne cesse d’augmenter en Europe, surtout dans les pays catholique du Sud…


La proportion de femmes sans enfant ne cesse d’augmenter en Europe, plus particulièrement dans les pays du Sud qui “cumulent des difficultés” notamment économiques, … confirme ce mercredi 11 janvier 2016 une étude de l’Ined.

…  la fécondité n’a cessé de baisser, souligne l’Institut, atteignant des niveaux très bas en Europe: 1,7 enfant en moyenne pour les femmes nées en 1974.

“Une contraception efficace, une arrivée des enfants plus tardive, une instabilité plus grande des unions, le souhait d’avoir avant tout un emploi alors qu’ils sont de plus en plus instables et l’incertitude économique croissante” ont pu favoriser cette infécondité, analyse-t-il.

C’est en Europe du Sud – jusqu’à une femme sur quatre née dans les années 1970 pourrait rester sans enfant en Espagne, Grèce et Italie – que le taux d’infécondité a progressé le plus rapidement.

Dans ces pays, qui cumulent “des difficultés sur le marché de l’emploi” et “des inégalités de genre encore très marquées qui rendent difficile la conciliation entre travail et famille”, ce taux devrait encore augmenter, frôlant le pic atteint après la Première Guerre mondiale, prédit l’institut.

http://www.ined.fr/fr/publications/population-et-societes/femmes-sans-enfant-pic-en-europe/

Tout coûte plus cher, mais l’essentiel du budget va aux banquiers qui gagnent des sommes folles en regardant leur montre, jour et nuit, y compris les jours fériés.

http://ferraye.blogspot.com/2009/10/1-vaccin-pour-lelite-1-autre-pour-la.html

http://desiebenthal.blogspot.com/2009/10/emprunt-avec-un-taux-dinteret-zero.html

Japon:

Olivier Delamarche: « Le Japon est un pays à l’agonie. Son peuple finira par se retrouver avec des brouettes de Yens » 

Olivier Delamarche: « On a un Yen qui je le répète vaut fondamentalement ZÉRO ! Il faut bien se rendre compte que le Japon est un pays à l’agonie économique avec des gens qui sont de plus en plus vieux. Ils ont une démographie qui est juste un cauchemar. Si vous regardez les projections qui sont faites, en 2050 vous aurez perdu 1/3 de la population japonaise et 1/3 sur 127 millions de la population japonaise, ça fait quand même beaucoup de gens. Pourquoi on en est là ? Parce qu’ils sont de plus en plus vieux, qu’ils ne font pas de gosses et qu’il n’y a pas d’immigration. c’est une île et malheureusement, il y a de plus en plus de vieux. A ce sujet, on a vendu en 2012 plus de couches pour les vieux que de couches pour les bébés et en 2013, cela ne s’est pas arrangé. Alors quand vous avez une démographie pareil, avec un endettement qui est à 250% du Pib et quand vous avez un type qui est un grand malade à savoir monsieur Abe qui s’amuse à faire tourner la planche à billets au même rythme que ce que faisaient les américains alors qu’ils ont une économie qui représente le 1/3 de l’économie américaine, eh bien faut pas se faire d’illusion…ça se finira très mal ! 


http://www.businessbourse.com/2017/06/22/olivier-delamarche-le-japon-est-un-pays-a-lagonie-son-peuple-finira-par-se-retrouver-avec-des-brouettes-de-yens/



“Quand les bornes sont dépassées, il n’y a plus de limites”
Georges Pompidou.

La crise financière est-elle sans limites ? Vous pouvez poser des limites. Comment ?

Plus de gens devraient lire cet article, tout simplement

Sur l’Internet les lecteurs ont le pouvoir! Ils décident quelle information fera le tour du globe! Peut-être vous n’en êtes pas conscient, mais si chaque lecteur envoie un lien à trois autres personnes intéressées, il suffit de vingt pas pour atteindre 3,486,784,401 personnes! Vous voulez le voir se produire? Utilisez votre pouvoir !

3 x 3 x 3 x 3 x 3 x 3 x 3 x 3 x 3 x 3 x 3 x 3 x 3 x 3 x 3 x 3 x 3 x 3 x 3 x 3 = 3,486,784,401


à faire circuler largement, merci, le monde est déjà meilleur grâce à ce simple geste de solidarité.

François de Siebenthal: Monde, l’hiver démographique :

desiebenthal.blogspot.com/2010/03/monde-lhiverdemographique.html

18 mars 2010 – L’inventeur de l’expression « hiver démographique » est quant à lui le recteur Gérard-François Dumont, directeur de la revue Population et …

Europe, l’hiver démographique

https://books.google.ch/books?isbn=2825100056
1989 – ‎Europe

La création de l’Institut Suisse de Démographie et de Développement, ISDD, dont … François Geinoz François de Siebenthal Michel Tricot Préface par Philippe …

** Europe, l’hiver démographique se confirme. Démographie: la …

https://plus.google.com/117421548238726599207/posts/4693uZT5moU

Il y a 10 minutes – Europe, l’hiver démographique se confirme. Démographie: la proportion de femmes sans enfant ne cesse d’augmenter en Europe, surtout dans les pays …

François de Siebenthal: La NASA et notre disparition

desiebenthal.blogspot.ch/2015/08/la-nasa-et-notre-disparition.html

20 août 2015 – l’hiver démographique. https://books.google.ch/books?isbn=2825100056 …. François de Siebenthal: Démographie : la chute a commencé.

europe l’hiver démographique préface de philippe pidoux introduction …

www.abebooks.fr/…l’hiverdémographique…/geinoz-françois-siebenthal-françois-de-sua…

europe l’hiver démographique préface de philippe pidoux introduction de pierre chaunu de geinoz françois siebenthal françois de suarez antoine tricot michel …

Livre – Europe : l’hiver démographique. Préface de Philippe Pidoux …

www.chapitre.com › … › Europe : l’hiver démographique. Préface de Philippe Pidou…

Introduction de Pierre Chaunu de Geinoz (François) / Siebenthal (François De) / Suarez … commander et acheter le livre Europe : l’hiver démographique.

Europe, l’hiver démographique – Marie-Laure Beck, François Geinoz …

https://books.google.com/books/about/Europe_l_hiver_démographique.html?id…

QR code for Europe, l’hiver démographique. Title, Europe, l’hiver démographique. Une publication de l’Institut suisse de démographie et de développement.

L’hiver démographique – Les Manants du Roi

archives.lesmanantsduroi.com/articles2/article71894.php

L’hiver démographique. Les Ecolo ont “gagné”, paraît-il, les élections européennes. Ils auraient également gagné, paraît-il, les élections régionales. Bien.

Termes manquants : siebenthal

Hommages – Pour que son souvenir demeure: Vladimir DIMITRIJEVIC

www.hommages.ch/Defunt/61932/Vladimir_Dimitrijevic

6 avr. 2011 – François De Siebenthal … publié l’un de nos livres: “Europe, l’hiver démographique” et qui voulait en publier la suite sur les causes financières …

Hiver démographique & la Migros ! L’Europe en manque d’enfants …

https://plus.google.com/117421548238726599207/posts/AvfwEXjnfgA

3 févr. 2016 – Hiver démographique & la Migros ! L’Europe en manque d’enfants. Même la Migros en parle… Le numéro MM05 du 1er février 2016 est consacré aux familles.

Fraudes démocratiques en Suisse !



La votation de Moutier et les élections récentes révélatrices !


Les enveloppes internes encore transparentes. GE, NE, BE, VS, ZH, Votes électroniques manipulables !

Les voleurs peuvent  tricher les votes trop facilement.

Vaud:

Vu les pré-dépouillements, interdits heureusement à Moutier, on peut voir le contenu de toutes les enveloppes internes dans chaque greffe municipal et savoir qui vote quoi. Si nécessaire, ils changent le contenu des enveloppes de vote avec les leurs remplies selon leurs désirs cupides.

Recours final au tribunal fédéral


Le nom des partis et des candidats est très visible par transparence sous halogène à 20 Watts

Un vrai sceau et à côté, un sceau trafiqué sans les inscriptions officielles.



Sous lampe halogène de 20 Watts (sic, vingt) ou  led de Natel, la croix d’un NON très visible par transparence juste à côté du carré noir fait pour viser les croix des votes…



Le secret de vote est une mascarade.


A. Votes en général:


1) On fait voter des morts


2) On manipule les handicapés 


3) On manipule les personnes âgées dans les homes EMS et les hôpitaux


4)  On utilise l’argent des hôpitaux et des assurances maladies pour faire des courriers manipulateurs.


5) On manipule les listes et rôles électoraux.


7) On achète des votes


8) On vote pour ceux qui ne votent pas


9) On récolte les matériel de vote dans les poubelles pour l’utiliser.


B. Votes par correspondance:


10) On utilise les matériels de vote surnuméraires produits dans les imprimeries


11) On change les enveloppes internes translucides et leur contenu dans le sens des tricheurs, dans la poste ou dans chaque greffe municipal ou à Berne et pendant le transport dans le cas de Moutier.


12) Vu les enveloppes translucides et notamment les machines à lecture optique, il n’y a pas de secret de vote !


13) Dans certaines communes, on ne peut pas coller les enveloppes internes.


14) Il n’y a parfois même pas d’enveloppes internes.


C. Urnes et sceaux:


15. Les urnes sont opaques, donc bourrables au départ


16. Les sceaux ne sont souvent pas contrôlés et truqués.


17. Les liens sont en plomb donc ouvrables et refermables avec un simple fer à souder


18. La police est parfois complice des tricheurs !


19. Des urnes ne sont pas scellées mais fermées à clé


20. Des urnes disparaissent, en fonction des quartiers de la commune.




D. Votes électroniques:


Ils sont tous douteux et faciles à tricher sans laisser de traces.

E: Publications


21.  On publie de faux résultats, on inverse les lignes, on se “trompe” et on trompe.


F: Evénements extraordinaires


22. Alarme Anthrax à Lausanne, exercice pour faire du chaos et changer les enveloppes en faveur de Tridel !


G. Ecole de fraudes chez les franc-maçons.


Sociétés secrètes & Franc-maçonneries trichent !

Comment tricher ?

23. On blackboule !

On met les boules noires chaudes ou froides dans l’urne, ce qui facilite les tricheries !

Chaque frère a reçu une boule blanche et une boule noire. La boule noire exprime le refus : ” blackbouler “, c’est refuser. Une seule boule noire élimine quatre boules blanches. Le dépouillement a lieu sur l’autel du Vénérable par les soins du frère orateur et du frère secrétaire. Le profane ainsi admis attendra souvent plusieurs mois son initiation… Historia hors série 30 ” Les Francs-maçons “


Littérature:


Son frère aîné, qui travaillait l’opinion dans un département du Midi, s’était fait blackbouler (GideSi le grain, 1924, p. 470).



http://desiebenthal.blogspot.ch/2017/03/societes-secretes-franc-maconneries.html

H. On manipule les bulletins:


24. Une marque rend le bulletin nul, une mine de crayon sous l’ongle, ou une déchirure…


25. On cache des bulletins dans ses chaussettes ou son pantalon, sic… et on part avec une partie des bulletins…


Nous cherchons plus de preuves et indices de partout, films des câbles de scellement et sceaux notamment à Moutier, inscriptions sur les sceaux, témoignages de concierges ou de pensionnaires d’EMS, films ou photographies du dépouillement à Moutier, arrivée des urnes depuis Berne, photographies des observateurs fédéraux etc…
au 021 616 88 88 merci.




Plus sur :


http://www.atlantico.fr/pepites/melenchon-avoue-avoir-truque-avec-hollande-resultats-elections-internes-parti-socialiste-video-310414.html


https://1dex.ch/2017/03/vote-correspondance-fraude-electorale/


https://vslibre.wordpress.com/2013/10/25/calendrier-historique-du-valais-25-octobre-1925-on-vote-a-torbel/

Il y a un article intéressant dans la NZZ am Sonntag concernant les fraudes électorales dans le Haut-Valais. Les communes (ou Ruppen ?) auraient fait appel à un politologue Daniel Bochsler qui a calculé que le déplacement de 15 voix suffiraient à redistribuer un siège entre les Jaunes et l’UDC dans l’arrondissement de Brigue et qu’à l’intérieur du PS seule une voix sépare l’élue de la vient ensuite.
Le politologue pose des questions intéressantes que l’enquête ouverte devra résoudre, à savoir : quand et par qui les fraudes ont-elles été découvertes ? Pourquoi est-ce que ces irrégularités n’ont été annoncées que maintenant, alors que le délai de recours pour le premier tour est dépassé ?
NB : pour lire l’article complet en Allemand, c’est gratuit, mais il faut ouvrir un compte auprès du journal pour y accéder.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Fraude_%C3%A9lectorale



Valais: un petit RBi de Fr 250’000 .- par année !

Reich dank WasserzinsenWalliser Bergdorf verschenkt pro Jahr eine Viertelmillion Franken

Das reiche Wasserkraftdorf Eisten befürchtete auch, in anderen Tälern Neid zu wecken. SRF



Das Wichtigste in Kürze

  • Einwohner von Eisten können im Dorfladen vergünstigt einkaufen und ihre Krankenkassenprämien werden mit 500 Franken von der Gemeinde subventioniert.
  • All das ist möglich, weil das Bergdorf Wasserzinsen erhält und an einem Wasserkraftwerk beteiligt ist.
  • Der Bundesrat wird wohl in Kürze bekannt geben, wie viel die Stromindustrie den Bergkantonen für die Nutzung des Wassers in Zukunft zahlen muss.
Die Wasserkraft spült dem Walliser Dorf Eisten Millionen in die Kasse: Das Bergdorf ist so reich, dass es seinen 200 Einwohner regelrecht Geld verschenken kann: Jede Einwohnerin und jeder Einwohner erhalten pro Jahr für 1000 Franken Einkaufsgutscheine im Dorfladen.
Doch damit nicht genug: Wie die «Rundschau» zeigt, kann die lokale Bevölkerung im Dorfladen dauerhaft 20 Prozent billiger einkaufen als auswärtige Kunden. Die Gemeinde Eisten finanziert die Differenz mit den Einnahmen aus der Wasserkraft.

500 Franken Zustupf an die Krankenasse

«Wir wollen den Dorfladen erhalten, der ein wichtiger Treffpunkt im Dorf ist», erklärt Gemeindepräsident Urban Andenmatten die Grosszügigkeit. Das kleine Bergdorf hat seinen Reichtum bis heute nie an die grosse Glocke gehängt. Kommuniziert wurde sehr zurückhaltend. Das reiche Wasserkraftdorf befürchtete auch, in anderen Tälern Neid zu wecken.
Zusatzinhalt überspringen

«Rundschau»

Rundschau

Mehr zum Thema in der «Rundschau» um 20.55 Uhr.
Die Gemeinde subventioniert auch die Krankenkassenprämien der Dorfbewohner. So erhält jeder Eistener 500 Franken pro Jahr an die Krankenkassenprämie. «Das ist intelligent verschenktes Geld, verteidigt Gemeindepräsident Urban Andenmatten diesen Zustupf. «Wir haben – wie andere Bergdörfer auch – ein Riesenproblem mit der Abwanderung und wollen etwas dagegen tun.»
Die Gemeinde Eisten verteilt so jedes Jahr rund eine Viertelmillion Franken. Das Geld kommt vom Gewinn aus der Wasserkraft: Das kleine Dorf mit seinen 200 Einwohnern erhält jedes Jahr rund 1,5 Millionen Franken Wasserzinsen. Zudem ist das Dorf an einem grossen Wasserkraftwerk direkt beteiligt und verdient am Stromverkauf. Fast 80 Prozent der Einnahmen der Gemeinde stammen heute aus der Wasserkraft.

Dunkle Wolken am Horizont

Das Dorf Eisten ist ein Extrembeispiel. Doch für viele Gemeinden in den Berggebieten sind die Einnahmen aus dem Wasserzins überlebenswichtig. Voraussichtlich schon in den nächsten Tagen wird der Bundesrat bekannt geben, wie viel die Stromindustrie den Bergkantonen für die Nutzung des Wassers in Zukunft bezahlen muss.
Heute zahlen die Stromfirmen rund 550 Millionen Franken pro Jahr für die Wassernutzung. Am meisten Geld fliesst mit 160 Millionen Franken ins Wallis. Auch für Graubünden und das Tessin sind die Wasserzinsen eine sehr wichtige Einnahmequelle. Die heutige Regelung läuft im Jahr 2019 aus. Deshalb jetzt das harte Ringen um die Wasserzinsmillionen.

Eugénisme suisse bientôt permis, scandaleux !

Le diagnostic préimplantatoire, …, sera autorisé en Suisse dès le 1er septembre. Le Conseil fédéral a fixé mercredi l’entrée en vigueur de la révision de la loi sur la procréation médicalement assistée.

… Avec le diagnostic préimplantatoire, une ou plusieurs cellules sont prélevées sur un embryon conçu in vitro et analysées avant son implantation dans l’utérus. But: déceler la présence d’éventuelles anomalies.
… La loi ne définit pas la notion de maladie grave.
Selon les explications du Conseil fédéral, il pourrait s’agir de fortes douleurs résistantes aux traitements, de sévères limitations de la motricité, de maladies psychiques graves ou d’une dépendance permanente à des appareils importants, comme ceux à oxygène. La sélection d’embryons dans le but d’influer sur le sexe ou d’autres caractéristiques est explicitement proscrite, à moins que le risque de transmission d’une maladie grave ne puisse être écarté d’une autre manière.
Trisomie 21
La révision permet aussi de déceler la trisomie 21 et d’autres aberrations chromosomiques. …
Avec l’ensemble des examens autorisés, selon les estimations du gouvernement, environ 500 à 1000 couples pourraient recourir au diagnostic préimplantatoire chaque année alors qu’on dénombre quelque 6000 tentatives de procréation assistée.
Certains comme l’Espagne ou la Grande-Bretagne vont …  jusqu’à permettre le développement de «bébés médicaments». La Suisse ne le fera pas. La sélection d’embryons à même de faire par la suite un don de cellules souches à un frère ou une soeur atteint d’une maladie incurable restera interdite.
Développement d’embryons
Le nombre d’embryons pouvant être développés par cycle de traitement en vue d’une procréation assistée sera quant à lui limité à douze. Aujourd’hui, seuls trois embryons sont autorisés par tentative de fécondation in vitro, alors qu’une femme peut produire jusqu’à une quinzaine d’ovules par cycle.
L’utilisation des spermatozoïdes d’un donneur après sa mort sera aussi autorisée. L’interdiction de conserver des embryons sera supprimée. A l’avenir, les femmes qui recourent à la procréation assistée pourront se faire implanter un seul embryon et congeler les autres, ce qui devrait réduire le nombre de grossesses multiples et les risques qui vont avec.
Les embryons surnuméraires pourront être conservés cinq ans, avec une prolongation unique de cinq ans si le désir d’enfant est toujours présent. Comme le prévoit le droit actuel, ils seront ensuite détruits ou utilisés, moyennant de strictes conditions, pour la production de cellules souches.
Laboratoires
Dans l’ordonnance d’application, le Conseil fédéral a décidé de soumettre les laboratoires de procréation médicalement assistée à des exigences plus strictes en termes de qualité. Le laboratoire devra être dirigé par une personne qui a achevé une formation universitaire et dispose d’une formation postgrade adéquate. Elle devra suivre des formations continues pour être à jour.
Les titulaires d’une autorisation pourront continuer leur activité mais auront trois ans pour prouver qu’ils respectent les règles plus strictes. Pour les laboratoires qui effectuent le diagnostic préimplantatoire, les délais seront plus courts. Ils auront six mois pour se soumettre à la nouvelle réglementation.
Ils devront disposer comme jusqu’ici d’une autorisation de l’Office fédéral de la santé publique. Pour effectuer des analyses cytogénétiques et moléculaires, ils devront en outre recevoir une accréditation. Le chef de laboratoire devra en outre avoir un titre de spécialiste FAMH en analyses de génétique médicale ou en médecine de laboratoire, génétique médicale. (ats/nxp)
Créé: 21.06.2017, 10h09

Congrès 1986 Au CHUV /Lausanne (avec la Société suisse de bioéthique)
L’embryon : un homme (cf. Actes)
Déclaration fondamentale en quatre langues . Prof. Edgardo Giovannini : Ouverture du Congrès.(p. 15-20). Dr Adelheid Grüniger : La fertilisation in vitro (p. 23-26). Prof. Georges Cottier : Les bébés-éprouvettes : Problèmes éthiques (p.27-52).. Prof. Dominique Rivier : De la nécessité d’une formation éthique pour l’homme de science (p. 53-64) Dr Joaquim Huarte : Concepts fondamentaux d’embryologie (p. 65-68). Prof. E. Giovannini : Le statut de l’embryon (p. 69-90). Prof. Jean de Siebenthal : L’animation selon Thomas d’Aquin (p. 91-98). Dr Antoine Suarez : Engendré, non pas fabriqué (p. 99-123).François de Siebenthal : La bioéthique : Une nouvelle chance : Vers une écologie de l’amour (p. 125-130). Prof. Gérard Lefranc : La vie, objet de laboratoire (p. 131-143). Dr Françoise Pinguet : Régulation naturelle des naissances par auto-observation des signes de fertilité (p. 145-156). Dr Anselm Zurfluh : La démographie, un problème d’avenir ? (p. 157-171). Prof. Jérôme Lejeune : Le début de l’être humain (p. 173-.185). Mme Marie-Laure Beck : Dignité de la femme et nouvelles techniques (p.187-188). Prof. Claude Tricot : Réflexions esthétiques sur la vie (p. 189-192). M. Conrad Clément : Qu’est-ce que SOS Futures Mères ? (p.193-196). M. Raoul Pignat : SOS Futures Mères dans le Chablais (p. 197-198). Mme Chérina Henriksen : La vie n’est pas un calcul (p. 199-202). Pasteur Henri Coste : L’embryon, son avenir, mais aussi son passé (p. 203-206). M. Jean-Marc Berthoud : Défense de la famille chrétienne aujourd’hui (p. 207-212). M. Pierre Antonioli : Situation juridique (p. 213-220). Communion et libération : L’embryon : un homme ou l’audace d’un regard (p. 221-222). Dr Erwin Willa : Témoignage (p. 223-226). Prof. Jean de Siebenthal : Synthèse du Congrès (p. 227-229).
Congrès 1989 Europe : l’hiver démographique
PAS de fécondations in vitro
PAS de banques d’embryons congelés
PAS d’hommes jetés à la poubelle

Ce qui se passe dans toutes ces
manipulations est un crime contre l’humanité, une violation des droits de l’homme pire que celles qui sévissent déjà un peu partout dans le monde.

NON AU DPI…


Société suisse de bioéthique

Déclaration de principes de la Société Suisse de Bioéthique en 4 langues. 


La Société suisse de bioéthique, section romande

1. L’être humain, avec son individualité et toutes ses potentialités, est présent dès le premier instant de la vie embryonnaire (ovule fécondé, accidentellement son équivalent uni- ou pluricellulaire). Il s’agit d’une évidence pour l’homme de science contemporain. 2. L’être humain se distingue des autres êtres vivants par le fait qu’il est corps et esprit. À ce titre, chaque être humain est une personne unique pleine de dignité et de liberté, qu’on ne peut réduire à un animal ou un objet matériels. 3. L’embryon humain possède la dignité et les droits fondamentaux reconnus à l’être humain. On ne peut porter atteinte à son intégrité ni le détruire, que ce soit intentionnellement ou par négligence. Construire pour l’embryon un statut artificiel, au gré de nos désirs, d’une idéologie, au gré des besoins de la science ou de ceux de la société, constitue un détournement irrecevable de la raison. 4. Toute destruction ou atteinte à l’intégrité d’un être humain sous le prétexte de son âge, de son sexe, de sa race, religion, maladie ou infirmité, est à rejeter et prohiber. 5. La science et la technique ne sauraient s’engager dans une recherche qui ferait fi de la dignité et des droits fondamentaux d’un être humain. Une prouesse de la médecine, si prometteuse qu’elle puisse paraître, n’est pas, en tant que telle, licite. L’admettre reviendrait à consacrer le droit du plus fort. 6. La législation en ces matières ne peut se satisfaire de faits accomplis ou de perspectives séduisantes. Elle doit prendre en considération aussi des normes éthiques, compatibles avec les exigences de l’être humain. 7. Le mariage et la famille sont le cadre naturel de la transmission et du développement de la vie humaine. Ces institutions donnent à l’enfant protection, sécurité et la formation qui lui sont indispensables. Garantir leur valeur demeure la tâche fondamentale de la société. 8. Finalement, ces principes ne ressortissent pas à telle croyance, telle morale, ou telle éthique particulières; ils s’appuient avant tout sur un bon usage de la raison.

Prof. Jérôme Lejeune : Le début de l’être humain (p. 173-.185)

Congrès au CHUV /Lausanne ( Le CDC, www.pavie.ch avec la Société suisse de bioéthique)



Les pages qui suivent essaient d’attirer l’attention du lecteur sur les divers aspects de la question. Elles procèdent d’extraits de textes émanant du Comité présenté ci-contre, et communiqués par M. François de Siebenthal lors de sa conférence de presse du 20 janvier 2000 à Lausanne :

LA RECHERCHE SUR L’EMBRYON
Savez-vous
… que l’embryon humain constitue l’objet le plus intéressant pour la recherche ?
… que, une fois la voie ouverte, les abus dans la recherche sur les embryons ne peuvent être ni contrôlés ni arrêtés ?
… qu’ainsi l’être humain est abaissé au rang de cobaye ?
Avec un OUI à l’initiative PPD …
… nous refusons des manipulations sur la vie naissante qui ont pour suite la mort au lieu de la guérison.
LA DIGNITE DE LA FEMME
Malheureusement …
… la procréation in vitro ne se fait pas sans laisser de traces chez la femme.
… la femme peut, sans le savoir, être utilisée comme pourvoyeuse de matériel de base pour les manipulations sur les embryons.
Dites OUI à l’initiative PPD …
… pour que le sentiment du respect de soi chez la femme stérile ne soit pas blessé et que les tentatives de pression lui soient épargnées.
LES LIMITES DU FAISABLE
On doit savoir …
… que suite à une procréation in vitro, les statistiques démontrent une hausse des complications, comme les grossesses multiples, les naissances prématurées, les enfants morts-nés, les césariennes, l’augmentation de la mortalité des nourrissons, etc.
… que le traitement médical très coûteux prodigué par une équipe pluridisciplinaire de médecins est éprouvant et en plus, requiert un suivi psychologique avant et après le traitement.
Celui qui dit OUI à l’initiative PPD …
… sait que le fait de ne pouvoir avoir des enfants n’est souvent pas dû à des raisons organiques et que, par conséquent, il ne peut pas être résolu par des moyens techniques.
LA STERILITE
Par bonheur …
… il arrive qu’après une bonne consultation ou après l’accueil d’un enfant en pension, une femme que l’on connaît stérile ait plus de chance d’avoir tout de même son propre enfant qu’après une fécondation in vitro. Mais la douleur est grande pour chacune des 8 femmes sur 10 qui, malgré de multiples traitements suite à une fécondation in vitro, restent sans enfant.
Celui qui dit OUI à l’initiative PPD …
… croit que la stérilité n’est pas simplement un problème de technique médicale.
UN ETRE HUMAIN SUR MESURE
Nous craignons …
… que tout ce qui, pour le moment, est considéré comme maladif soit, à l’avenir, détruit sous prétexte que telle existence ne «mérite pas d’être vécue» … que les contrôles de qualité entraînent la demande d’un enfant garanti en bonne santé.
… que le droit à la vie des handicapés soit de plus en plus mis en question.
Nous disons OUI à l’initiative PPD …
… car nous n’avons pas l’arrogance de nous ériger en juges des vies qui méritent ou non d’être vécues.
LES MENSONGES SUR LA VIE
Peu de personnes savent …
… que les données concernant un donneur de
sperme doivent être conservées à Berne
pendant 80 ans .
… qu’un enfant procréé grâce à du sperme étranger n’apprend rien sur sa véritable origine sans un effort spécial.
… qu’un mariage entre demi-frères et soeurs est dès lors possible.
Seul un OUI à l’initiative PPD …
peut empêcher que des êtres humains soient trompés sur leur vraie origine.
LA SÉCURITÉ AU LIEU DE LA PEUR
La sécurité est préférable à la peur car … … elle tient compte des mauvaises expériences. … elle ne se fie pas aux promesses en l’air … sa devise est: la confiance c’est bien, le contrôle c’est mieux.
Celui qui dit OUI à l’initiative PPD …
évite un pas dangereux dans la mauvaise direction. Le fait qu’une chose soit faisable, ne veut pas dire qu’elle doit aussi être réalisée.
LE PEUPLE TROMPÉ
Tout le monde ne sait pas …
…que, en 1991, on a affirmé au parlement qu’il n’y aurait pas d’embryons surnuméraires et que le don de sperme pourrait toujours être interdit ultérieurement.
… que désormais on avoue l’existence d’embryons surnuméraires et que ceux-ci peuvent être utilisés à des fins de recherche.
Celui qui dit OUI à l’initiative PPD
… ne se laisse pas de nouveau duper.
… saisit l’occasion d’éviter l’impasse.

DES SUITES INCONNUES A LONG TERME
On devrait penser au fait …
…que l’on ne connaît pas du tout les effets de la fécondation artificielle sur les prochaines générations. … qu’en zootechnie, la fécondation artificielle a des effets secondaires inattendus.
… que nous agissons probablement selon la règle : «On commence par l’animal, on passe ensuite à l’homme».
Celui qui dit OUI à l’initiative PPD …
… évite aux générations futures des problèmes insolubles.
UNE MARCHANDISE A CONGELER
Tout le monde ne sait pas …
… que les ovules fertilisés sont congelés à moins 196′ Celsius, et qu’on les décongèle selon les besoins. … que beaucoup ne survivent pas au choc du froid ou sont endommagés.
Celui qui dit OUI à l’initiative PPD …
… empêche que l’être humain ne soit dégradé au rang de marchandise à congeler.
jetés à la poubelle. Seule façon d’échapper à cela: garantir une procréation digne dans le corps de la mère, avec les gamètes du couple (marié).
Jean de Siebenthal
Evidemment , cet (ces) article (s) est ( sont ) plein(s) de bon sens , pour son temps il(s) mérite(nt) vraiment une motion spéciale 

il est étonnant que depuis il n’ait rien été dit sur le clonage humain , au delà de la monstruosité des avortements légalisés et “gracieusement offerts ” , la FIVETE , l’ISCI et choses semblables : J Testart – “”père””(!!) d’Amandine – s’insurge contre les dérives eugénistes (tri embryonnaire ) d’autres comme les bébé-médicaments (pourtant bien entrés dans les mœurs: on en compte 38 par exemple en Belgique ) 

Mais tout cela recouvre des pratiques qui sont des abominations abominables qui touchent au caractère sacré de la vie humaine dès sa conception : puisqu’il s’agit de tuer ces personnes , les manipuler, les congeler , les utiliser , les réduire à l’état d’objets et de matériaux 
Mais le clonage humain est une abomination d’un cran supérieur : on peut parler de “changement d’état” ( plus que de niveau )dans l’abomination : car là l’homme touche au lieu et au moment ou Dieu lui m^me crée une âme spirituelle et donne a cette personne humaine son caractère sacré , la marque de Sa Présence Créatrice Éternelle et Glorieuse . C’est entrer non seulement dans une création dévoyée mais aussi une profanation sacrilège de la création humaine . C’est bien pire dans ses conséquences que les pratiques eugénistes même si le clonage humain en est la figure la plus monstrueuse et satanique ….. Comme se fait il qu’aucune réflexion ne soit faite sur cette question :
– alors quelles lois autorisent le clonage humain 
– alors que libre de toute opposition dans le public , les médias, les autorités religieuses :
les chambres sataniques de création de clones humains ( qui seront des êtres défigurés mais non dépourvus d’âme ce qui n’en n’est que plus un drame “humain” : “quand un membre souffre le corps entier souffre avec lui ” ) œuvrent librement et légalement et sans dénonciation ;
C’est cette dernière vérité qui est la plus stupéfiante mais non étonnante : les plus grands crimes contre l’humanité se sont toujours faits dans le secret des médias et l’omerta organisée de leurs auteurs 

vergeronbruno@netcourrier.com



La création monétaire ex nihilo en Italie, un scandale !

Le magistrat Paolo Maddalena explique la monnaie. Pendant le congrès de Attuare la Costituzione, le magistrat dans son intervention parle de la création monétaire ex nihilo

Fraudes à Moutier ? Où sont les câbles et les sceaux ? du scotch ?

Fraudes à Moutier ? 


Où sont les câbles et les sceaux ? du scotch ?

Ci-dessous, du scotch comme sceau ?
Toutes les urnes sont opaques ! Avec de la toile isolante grise collante ou du scotch au lieu des câbles scellés promis ! ( regardez bien ci-dessus, grotesque ! ).

Moutier, 5 ou 2 urnes venues de Berne ?



La multiplication des urnes ? Miracle !

Ils parlent de câbles et de sceaux sur les urnes mais c’est du scotch… mais il y a eu trop de oui, … 5 urnes ou 2 depuis Berne ? 🙂


Des fraudes ont-elles eu lieu ? :
Les observateurs fédéraux ont annoncés eux-même quelques tentatives de fraudes ( notamment dans les EMS, … ).

Problèmes dans les EMS

Quelques personnes dans des EMS ont reçu du matériel de vote alors qu’elles n’étaient pas en état de signer, a souligné le responsable des observateurs fédéraux. Ce matériel a pu être détruit.

Il s’agira aussi de contrôler qu’une carte de légitimation n’a pas été signée au nom d’une personne dans l’incapacité physique d’écrire, a expliqué Jean-Christophe Geiser, revenant sur une information de la presse régionale.

https://www.rfj.ch/rfj/Actualite/Suisse/Plus-de-surveillance-apres-des-soupcons-d-irregularites-a-Moutier.html

Un citoyen capable de discernement, mais ne pouvant pas signer sa carte de légitimation, ne peut voter que si sa carte est contresignée par le président du bureau de vote accompagné d’un observateur fédéral. Un fils ne peut pas signer pour son père paraplégique.


Doutes dans les EMS

Quelques personnes dans des EMS ont reçu du matériel de vote alors qu’elles n’étaient pas en état de signer, a souligné le responsable des observateurs fédéraux. Ce matériel a pu être détruit ou utilisé par d’autres personnes qui ne sont pas autorisées à le faire.
Il s’agira dimanche de contrôler qu’une carte de légitimation n’a pas été signée au nom d’une personne dans l’incapacité physique d’écrire, a expliqué Jean-Christophe Geiser, revenant sur une information de la presse régionale.
Un citoyen capable de discernement mais ne pouvant pas signer sa carte de légitimation ne peut voter que si sa carte est contresignée par le président du bureau de vote accompagné d’un observateur fédéral. Un fils ne peut pas signer pour son père paraplégique.


Situation délictuelle

Des utilisations potentiellement suspectes de cartes de légitimation pourront ainsi être détectées Pour le responsable des observateurs, il s’agit d’éviter toute contestation à l’issue d’un vote qui s’annonce serré.
Au total 32 personnes participeront aux opérations de dépouillement, soit 22 membres du bureau de vote et 10 collaborateurs de l’Office fédéral de justice. Sept observateurs fédéraux seront aussi présents dans le local de vote.
Ces mesures supplémentaires pourraient retarder l’annonce du résultat prévue initialement vers 15 heures. Seule certitude avant cette journée historique, jamais un tel dispositif de sécurité n’a été mis en place en Suisse pour assurer le bon déroulement d’un scrutin.


Toutes les urnes sont opaques, 
les envois passent par la poste
à une adresse à Berne, 
fraudes possibles dans les postes ou à Berne 
ou pendant le rapatriement des urnes à Moutier 
ou dans l’imprimerie du matériel de vote.

Dix observateurs de la Confédération de plus que prévu nommés en catastrophe, contrôle accru notamment des cartes de vote et des identités par rapport au rôle des électeurs… 

Donc au moins 17 observateurs officiels, sans compter la police fédérale, la police cantonale bernoise et municipale en civil et en uniforme et des polices privées ( du type Securitas ou Protectas.. ) et des détectives privés…


Fraudes démocratiques en Suisse, démonstrations !

Ces tricheries peuvent avoir lieu partout en Suisse et le vote d’une seule grande commune peut changer le vote de toute la Suisse, quand le vote est serré ! Le simple doute est grotesque, on respecte plus l’argent que les votes du Souverain, vu les enveloppes bancaires ou postales vraiment opaques !



L’enveloppe interne est translucide et l’enveloppe externe facile à ouvrir et à refermer sans laisser de traces. Le matériel surnuméraire n’est pas contrôlé !
Plus sur le lien suivant:

Les instructions fédérales étaient de mettre des câbles et des sceaux extérieurs, on a gagné grâce au très fort taux de participation. 

– Moutier sera jurassienne et tourne le dos à Berne. A l’issue d’un long suspense et d’un recomptage de dernière minute, les autorités de la ville prévôtoise ont annoncé que le oui l’avait emporté à 51,7%, soit par 137 voix d’écart 
 ( en fait, la moitié de l’écart plus une voix… ) (2067 oui contre 1930 non).

– Le taux de participation a atteint 89,72%.

– Le résultat du vote historique de Moutier a été validé par les observateurs de l’Office fédéral de la justice (OFJ), dépêchés sur place.

– Le Gouvernement jurassien a salué le vote prévôtois en se rendant sur place et en siégeant in corpore à Moutier. Il s’est ensuite exprimé devant l’Hôtel de ville après un défilé populaire d’une imposante foule de Jurassiens à travers la ville.

– Quant au gouvernement cantonal bernois, il a réagi en faisant part des “regrets qu’il éprouve” et constate qu’il s’agit de “la fin de la Question jurassienne”.

– Le rattachement au canton du Jura acquis dans les urnes sera effectif au 1er janvier 2021. Les autorités bernoises et jurassiennes doivent au préalable et tout prochainement lancer le processus de transfert.

Suivi assuré par Cécile Rais (à Moutier), Frédéric Boillat et Eric Butticaz


Dans cette photo il y a du scotch, pourquoi ? : 

https://2.bp.blogspot.com/-dWYZiqlxSME/WUflpebKrVI/AAAAAAAANtQ/ZVJSbddREMYrtjkENyxvsWvOH9XhR-ftwCEwYBhgL/s1600/urnes-moutier-scotch.jpg

Les urnes de Berne devaient arriver à 10h00, pourquoi 11h20 ? 
2 parties de Berne selon Teletext ou 5 à l’arrivée !


Urne sans scotch ni sceau visible !


La plus grosse urne jamais vue ?




Où sont les câbles promis ?


Nous cherchons plus de preuves et indices de partout, films des câbles de scellement et sceaux notamment à Moutier, inscriptions sur les sceaux, témoignages de concierges ou de pensionnaires d’EMS, , films ou photographies du dépouillement à Moutier, arrivée des urnes depuis Berne, photographies des observateurs fédéraux etc…
au 021 616 88 88 merci.


Monnayage de votes ?


TENSIONS – Au total, quatre recours ont été déposés autour du vote de l’entrée de Moutier dans le canton du Jura. Les procédures pourraient durer plusieurs mois.
Un nouveau recours est arrivé lundi auprès de la préfecture du Jura bernois en relation avec le vote communaliste de la Ville de Moutier. Ce 4e recours a été envoyé le 16 juin, soit avant le résultat du vote sur l’appartenance cantonale de la cité prévôtoise.
La suppléante du préfet du Jura bernois Stéphanie Niederhauser n’a pas souhaité donner davantage de détail sur ce nouveau recours, en particulier de qui il émanait. Elle a confirmé que la justice était à présent saisie de quatre recours.
Les premiers recours ont été déposés par des partisans du maintien de la cité prévôtoise dans le canton de Berne. L’examen des plaintes peut, dans le meilleur des cas, prendre deux à trois mois. Mais en général, la procédure prend bien davantage de temps, a expliqué Stéphanie Niederhauser.
La semaine dernière, le préfet avait informé le Ministère public des allégations concernant le monnayage de votes. Ce fait, s’il devait être avéré, tomberait sous le coup du Code pénal.
ATS

http://www.lenouvelliste.ch/articles/suisse/moutier-au-total-quatre-recours-ont-ete-deposes-en-lien-avec-le-vote-679244

Le président de l’UDC du jura bernois, Patrick Tobler en larmes. Les pro-bernois avaient mal compris le résultat… @RTSinfo

Les pro-bernois ont mal compris le résultat final… incroyable!


Antenne 2 avoue la création monétaire ex nihilo

https://www.facebook.com/jeudelamonnaie/videos/1955162278031668/

Antenne 2 avoue la création monétaire ex nihilo

Alain Vauclair J’ai vu l’émission et n’ai trouver les explications que moyennement abouties. Dans le sens que les conséquences néfastes de la création monétaire n’était explicitement démontrés

J’aime


Répondre

3

17 juin, 14:27

Supprimer

Davy Zanolari oui c’est ce que je remarque aussi… ça donne l’impression que le monde est beau ! mais il ne disent pas qu’une fois la monnaie remboursée alors elle est détruite… 

Il ne parle pas non plus de l’intérêt qui est exponentiel avec le temps ! 
ce qui fait que pour les gros emprunt… tu peux alors rembourser 10 à 15 fois la sommes empruntée au néant..

Bref… il ne parlent pas de la réalité de L’ARNAQUE !! Ils ne disent pas que tes impôts remboursent la dette… et la dette n’est QUE l’intérêt exponentiel mais que tu rembourse aux banque PRIVEE et non public… donc tes impôts partent directement dans la poche d’un riche qui n’a fait que de t’imprimer la monnaie dont tu as besoin pour travailler … 

Bref……..en effet ils en parlent… mais d’un façon qui leurs ai bien favorable !

Grrr


Répondre

2

17 juin, 21:26

Supprimer

Chloé Frammery Oui c’est vrai Alain.
Je suis partagée entre l’espoir (que ce pouvoir nuisible des banques soit compris et combattu par tous) et la peur (que cette info soit diffusée en réalité pour servir d’argument de propagande pour supprimer le cash..) 
😕
Traduction »