Un banquier ignorant ?

Le Directeur d’UBS, Sergio Ermotti, ne sait pas que les banques commerciales ( et non privées selon le droit suisse, une nuance juridique importante en Suisse ) créent de l’argent… Ou bien il fait semblant de ne pas le savoir. Dans les deux cas c’est inquiétant ! A voir dans le débat télévisé entre Sergio Rossi, Professeur de macroéconomie et d’économie monétaire à l’Université de Fribourg, et Sergio Ermotti, CEO d’UBS; émission Teleticino ”I conti in tasca – Un patto di paese per il Ticino” du 15 février 2017.

La monnaie scripturale des banques commerciales est créée en grande partie par le crédit bancaire, nous avons donc payé leurs amendes par la dilution de notre monnaie ! ;-(. sic, la classe moyenne est le dindon de cette sinistre farce ridicule et grotesque, et même les PDG ne le comprennent pas vraiment…



http://desiebenthal.blogspot.ch/2017/03/ermotti-pdg-dubs-ne-sait-pas-dou-vient.html

Solutions:


https://drive.google.com/file/d/1r57fIDOmJLnDcc14c1svWPNQdOR8lQWo/view?usp=sharing

Les salaires des patrons des grands groupes suisses. 

(awp) 
Société nom salaire total (fixe, part variable) 

UBS Sergio Ermotti 14,3 mio CHF

Credit Suisse Tidjane Thiam 18,9 mio CHF 

ABB Ulrich Spiesshofer 9,1 mio CHF 

Julius Bär Boris Collardi 6,2 mio CHF 
LafargeHolcim Eric Olsen 5,8 mio CHF 
Nestlé Paul Bulcke 9,1 mio CHF 
Novartis Joseph Jimenez 11,6 mio CHF 
Roche Severin Schwan 11,95 mio CHF 
SGS Frankie Ng 4,95 mio CHF 
Swatch Nick Hayek 6,9 mio CHF 
Swiss Life Patrick Frost 7,02 mio CHF 
Transocean Jeremy Thigpen 10,9 mio USD 



Blaise Rossellat 3 mars 10:53

Oui, Ana Sailland, un joli dossier datant de 2008 qui a permis de sauver le Crédit Suisse de la faillite.

Pourquoi le Crédit Suisse attaque en justice un journaliste d’investigation alors que le Ministère public de la Confédération n’a pas jugé bon d’attaquer cette banque lors du délit pénal dont elle s’est rendue coupable à l’époque en 2008 lors de l’augmentation de son capital, la FINMA ayant couvert la fraude?!?

Les banques, nous les laissons faire leurs magouilles tranquille, car la FINMA, dirigée de main de maître par Mark Branson, citoyen britannique, ancien directeur d’UBS Japon et accessoirement inculpé dans l’affaire des taux du Libor ferme les yeux sur les délits financiers de nos “chères” banques qui n’ont de Suisse plus que le nom!!!!

Voici ci-dessous l’article d’un avocat, bien plus perspicace que le ministère public de la Confédération…

“Il a fallu la révélation d’une nouvelle affaire à charge de Barclays révélée par la presse anglaise pour qu’il sorte publiquement que… le Credit Suisse avait fait la même chose en catimini: soutenir son cours et augmenter fictivement ses fonds propres par un crédit de 10 milliards de francs à un tiers pour souscrire dans son augmentation de capital. Et ce tiers est le même, le Qatar. En Angleterre la FSA et le Serious Fraud Office enquêtent sur cette manipulation – par laquelle Barclays avait visé à éviter de devoir être bailed out ou quasi-nationalisée comme à cette même époque RBS et Llodys TSB. Il y a là le problème technique, de fond: une souscription fictive de capital n’améliorant que fictivement les fonds propres avec la manipulation de cours que cela entraîne. Il y a le problème contextuel d’un secteur dirigé par des bandits prêts à tout pour conserver leur indépendance et leurs bonus – cette question ayant été centrale sur la période 2007-2009. Pour Barclays qui est décidément de tous les mauvais coups, il y a encore des suspicions de trafic d’influence, corruption et faux, certaines écritures et paiements ne correspondant probablement pas à la réalité de certains arrangements, au demeurant dépourvus de sens commercial, entre la banque et le Quatar. Mais en Suisse? Eh bien le Credit Suisse a fait la même chose apparemment avec l’accord de la Finma. Le double problème de fond évoqué ci-dessus se double d’un troisième aussi grave: cette opération n’a pas été révélée – alors qu’elle constitue pourtant un délit au-delà de la grave manipulation comptable et boursière qu’elle constitue.
Mais dans la bucolique Dysfunctioning Corporate Switzerland, tout le monde s’en moque et ce n’est qu’à la faveur d’un article du FT que quelques entrefilets furent publiés en page 9 ou 14, par Le Temps par exemple le 4 février, mais reprenant l’information brute du FT sans aucune analyse ni commentaire supplémentaire. Aucun émoi ni sur la manipulation des fonds propres, ni sur la manipulation boursière, ni pire encore sur l’absence de transparence de cette opération. Est-ce le fait que la Finma semble avoir autorisé cette opération? Il est compréhensible que le ré-haussement des fonds propres du Credit Suisse ait été un élément crucial et impératif dans la crise catastrophique de l’automne 2008. Le seul motif exprimé du bout des lèvres pour justifier une opération autrement illicite réglementairement est celle-là: éviter une market uncertainty au pile moment du sauvetage de l’UBS. Et il est vrai que de devoir suspendre la cotation d’une banque ou les retraits, ou qu’elle se trouve en état de faillite comptable, constituaient des préoccupations réelles de la Finma et des régulateurs à l’époque. Mais son accord n’en rend certainement pas l’opération licite, encore moins au plan pénal, ni ne justifie l’absence de transparence et d’information des actionnaires s’agissant d’un groupe coté. Le communiqué de presse du Credit Suisse du 16 octobre 2008 mentionne l’augmentation de capital et l’intervention de Qatar Holding – mais naturellement pas le crédit.
Y aura-t-il une interpellation parlementaire ou tout le monde s’en moque-t-il définitivement en Suisse, sachant que les autorités de poursuite pénale ne feront rien, n’en ayant ni les ressources, ni les connaissances, ni l’envie? Scary en tout cas sachant que c’est… la Finma qui disposera très prochainement de compétences élargies en matière de répression des délits d’initiés et abus de marché dans la nouvelle LBVM. Problématique et dépassé également qu’elle ne soit pas soumise à la LTrans. Ah oui dernière chose, le crédit à Qatar Holding n’avait pas à être révélé dans le cadre de l’augmentation de capital d’octobre 2008? Trois coups de bâtons à celui qui prétendra que cela est exact, que c’était une opération de crédit autonome distincte de l’augmentation de capital. C’était-là à l’évidence un fait susceptible d’avoir un impact sur le cours et devant donc être révélé. Et quelqu’un s’est-il posé la question du délit d’initié pour les opérations sur titres Credit Suisse de ceux qui connaissaient l’existence de ce prêt? Ah? Il fallait?”

Jean-Cédric Michel – Freethinkers

http://www.revolawtion.ch/a-propos/



François de Siebenthal: BNS: Vous devez en être tous, suisses et …

desiebenthal.blogspot.com/2017/02/bns-vous-devez-en-etre-tous-suisses-et.html

6 févr. 2017 – et dans les industries du carbone polluant ( gaz de schistes, cracking, . … 2016 04 20 Francois de Siebenthal BNS podcast – YouTube.

François de Siebenthal: Pour une Banque Nationale vraiment Suisse …

desiebenthal.blogspot.com/2015/07/pour-une-banque-nationale-vraiment.html

7 juil. 2015 – La BNS de papa, son symbole, St Martin qui donne la moitié de son … investit dans legaz de schiste américain CONTRE le solaire suisse… etc.

Hallo zämä,

auf Youtube, Facebook und Twitter können wir den super Beitrag von Raffael, durch ein Like Retweet oder auch mit unseren Kommentaren dazu, noch mehr in Umlauf bringen:





Schöner Sonntig
Beste Grüsse
Dani

Assemblée du 18 décembre 2017

GROUPEMENT  BÉNÉVOLE  SANS  FRONTIÈRE  (région Gex-Jura-Alsace)


Courrier des bénévoles présents à l’assemblée du 18 décembre 2017


1  C’est aux citoyens hors partis politiques d’établir une constitution et de surveiller son application.
2  J’entendais un politicien suisse, de droite, dire, – Que veut dire la société civile, je lui réponds, ce sont des citoyens qui n’ont pas de compte à rendre à un parti politique, donc à un lobby.
3  C’est au peuple souverain de décider si un élu a failli et non à des juges qui jugent selon leurs sensibilités politiques, à lui aussi de décider si il veut encore le payer pour une pérennité politique.
4  Bonjour les dégats si un juge doit juger un opposant politique.
5  C’est exactement ce que nous voulons pour éviter tout dérapage de ce genre: une commission citoyenne hors parti politique doit pouvoir contrôler tout acte judiciaire.
6  Les nombreux dossiers qui nous sont confiés et pour lesquels la justice, dans la plupart des cas, n’a pas fait son travail d’application des lois et du droits seront forcément en régression quand les juges ne seront plus élus par la politique et contrôlée par des laïcs.
7  Il faut mettre un terme à un moralité publique douteuse et seul un contrôle des employés du peuple, en Démocratie c’est ainsi, y mettra un terme.
8  Pauvres Suisses, leur Gouvernement tire de leurs poches des milliards pour l’étranger, alors qu’eux se voient êtres contraints au divorce pour ne pas qu’ils touchent leurs retraites.
9  Comment voulez-vous que les instances judiciaires Européennes punissent ce pays, même en cas gravissime d’atteintes aux Droits de l’Homme, (nous rappelons que la Suisse a réinstauré la répudiation et que c’est l’Etat qui est une véritable entreprise en divorces à travers des juges politisés, qui les organisent, par abus de faiblesse et pour un motif égoïste, (puni par le code pénal suisse) sur celui du couple qu’ils connaissent pour avoir le discernement aboli. Une vache à lait, elle se soigne et même pour l’UE l’argent n’a pas d’odeur. 
10  L’UE est la grande responsable de l’émergence des partis populistes, comme elle les appellent avec condescendence. Populiste veut dire, me dit mon dictionnaire s’occuper du peuple, elle aurait été un peu plus populiste et beaucoup moins argentivore, elle aurait eu un avenir radieux, mais c’est trop tard, nous ne lui faisons plus confiance…
11  Quand j’entends un élu dire qu’il fait de la politique par passion, je lui dis, le seul moyen d’en être sûr, c’est de la faire bénévolement.
12  La compétence en politique, laisse rapidement la place à d’autres considérations, beaucoup moins avouables.
13  L’UE a laissé la place à un  malaise social, qui est inévitable, quand il y a une femme qui est mise en exergue tous les jours et que l’on dit d’Elle, qu’Elle est la plus puissante du monde, alors que les autres Présidents sont inconnus des peuples souverains, il y a malaise et pas seulement social. 
14  Les dernières élections allemandes ont remis un peu d’ordre dans la supprémacie de la presque seule personne connue dans l’UE.
15  Nous attendons un autre fonctionnement de l’UE.  
16  En Démocratie, toutes les constitutions doivent prévoir la sédition.
17  Non  aux  juges étrangers./
18  Les syndicats européens doivent se réunir et former un parti politique des travailleurs et des classes moyennes.
19  L’UE est intéressée par l’argent que la Suisse lui laisse, mais pas pour ses montagnes…
20  Le Gouvernement de Madrid doit être jugé pour ses violences envers la Catalogne. 
21  L’UE doit s’en prendre uniquement à Elle-même, si les peuples ne se reconnaissent pas en Elle.
22  L’UE, c’est le Gouvernement mondial, c’est le retour du vassal qui sert les riches.
23  Je comprends que des Suisses disent avoir honte de leur pays: que des gens crèvent la faim dans ce pays et voient leur Gouvernement donner leurs impôts aux autres pour se faire bien voir, c’est odieux.
24  Nos politiques français n’ont pas compris ce que leur patron, (le peuple) attend d’eux, je pense aux frais de voyage du 1er ministre et à la demi douzaine de véhicules du ministre de l’écologie.
25  Effectivement je le crois, il ne peut pas en être autrement.
26  Bien sûr qu’un élu doit être irréprochable, surtout dans sa vie privée. Le privé a ses limites quand on fait de la politique.
27  Tromper son époux (se), est la pire offense qu’un individu puisse faire à sa moitié, quand c’est un élu qui s’adonne à ce mensonge, le peuple doit pouvoir se prononcer sur l’éthique de cet employé. 
28  Le patron, le peuple, doit décider si il veut encore de cet employé pour le représenter.
29  La presse écrite ou audio, on en parle beaucoup ces temps, pourquoi ne pas dire oui à no billag, quand nous savons par nos enquêteurs, que notre dossier confirme, que des juges suisses abusent de la faiblesse des fonctionnaires malades et âgés suisses, en les contraignants au divorce, pour qu’ils ne laissent pas des veuves, mais des divorcées, afin qu’Elles ne touchent pas leurs dûs et qu’au moins six médias se sont tus sur le sujet, y compris la RTS. Pourquoi soutenir ce média, qui a prouvé, qu’il n’est pas public et au service du pouvoir en place. 
30  Les valeurs de droite, comme celles de gauche qui laissent faire, sont à réinventer, elles doivent réhabiliter l’éthique, la morale et la déontologie qui font que l’être humain est humain.
31  En ma qualité de femme musulmane, je le dis, le voile est une démonstration politique.
32  Je suis très content d’avoir enfin obtenu de l’assemblée, son acceptation au boycot de toutes les marques, qui nous saoulent dans les médias.
33  Les partenariats publics privés sont une catastrophe pour les services publics.
34  Seule une commission citoyenne hors contexte politique, doit pouvoir accéder et contrôler que ces parteneriats ne sont pas déséquilibrés en faveur du privé, comme nous en avons le sentiment actuellement.
35  Quand j’entends un scientifique dire, que les bienfaits des médecines alternatives, ne sont pas prouvés, je lui réponds, – c’est que tu n’as pas encore trouvé, cherche encore.
36  La révolution est en marche, pas seulement la France.
37  Ils ont mis en place une économie de croissance, qui n’hésite pas à nous rendre malade, au sens propre du terme.
38  C’est évident qu’une croissance débridée, comme celle que l’on nous impose, a un effet désastreux sur l’environnement, mais elle enrichit à milliards les grosses entreprises.
39  Il faut insister, nous voulons manger local et bio.
40  Nous devons trouver des aliments sains, sans sel, et sans sucre et exempt de toute chimie. 


Groupement  Bénévole  sans  frontière.
Texte dicté par nos bénévoles dans la séance plénière du 18 décembre 2017, pour la Suisse romande.


1  Une Démocratie existe parce que les juges appliquent les lois sans conditions et pas parce que la justice est rendue par le parti libéral-Radical en Suisse.
2  Voyager au meilleur tarif et pour la même sécurité, cela s’appelle du bon sens, de l’éthique, même pour un premier ministre.  
2.1 Ne pas aller chercher la signature unique pour créer un divorce, auprès de celui qui a 75 ans et qu’un collège de juges connaissait pour avoir le discernement aboli (les mêmes) a licencié quand il en avait 63 pour une incapacité à tenir son poste de travail cela s’appelle de la déontologie, comme le fait que juges et avocats ne prévariquent pas.
3  C’est bien volontiers que nous vous rappelons les faits et pourquoi le Groupement s’est investi dans ce dossier suisse. Après plus de quarante années de service, un greffier-adjoint du Palais de justice de Genève, se fait remercier par sa hiérarchie,(des juges) pour incapacité à tenir son poste de travail, il a 63 ans.                  Ce fonctionnaire est marié à notre bénévole no 137 et ils ont deux enfants.                                                          
Ce fonctionnaire malade alcoolique a été diagnostiqué à 61 ans atteint du syndrome de Korsakoff, nous vous invitons tous à visiter les nombreux sites sur le sujets.                                                                                                                                                       
Le législateur suisse a en 2004 fait une loi qui est résurgente de la répudiation, ce qui est contraire à la constitution. Cette loi, dit que celui du couple qui est séparé depuis deux ans peut demander le divorce et l’obtenir et tant pis pour l’autre. Cela s’appelle une répudiation.                                                                                 
Ce que la loi ne dit pas, c’est que ce sont des juges du parti Libéral-Radical genevois, qui organisent le divorce en toute illégalité, par abus de faiblesse et pour un motif égoïste, puni par le code pénal suisse. D’abord ils évincent tout simplement l’épouse, elle n’a pas existé dans la procédure et les juges initiants de la procédure s’assureront de la collaboration de plusieurs avocats, celui qui dira qu’il a été mandaté par le mari, ce qui est faux et puis 24 maîtres se refuseront la défense de l’épouse.


                                                                                          
Ensuite, toutes les instances seront dépendantes de la première, y compris les Cours de justice de L’UE.  Nos collaborateurs qui se sont penchés sur le dossier, l’avaient constatés, la justice suisse ne fonctionne pas avec le droit et les lois que les juges appliquent à tous, mais avec des juges soumis au parti libéral-radical qui leurs a donné le job de juges, en compensation, ils bafouent et humilient dans leurs jugements, les classes moyennes  que ce parti abhorre.                                                                                                                                  
Dans cette société suisse où les juges font ce qu’ils veulent quand ils le veulent, même voler les retraites, par le biais du divorce contraint, par abus de faiblesse des malades mentaux, il n’y aura aucune instance pour condamner le délit d’initié, c’est ainsi que l’on nomme un acte qui consiste à connaître une situation et à en profiter.,abus de faiblesse pour motif égoïste, abus d’autorité sur personne déficiente mentale connue par les juges, trahison de la vérité, rétention d’informations connues des juges.                                                             
Ce qui épate, mais dans le mauvais sens, c’est quand même que la gauche accepte, que les commissions des affaires juridiques de la Chambre appelée du peuple… et Celle des cantons soient présidées par la droite, qui n’aime pas les classes moyennes et que dans la première, au moment des faits, s’y trouvent deux avocats genevois de droite où est la gauche et les alémaniques ? à rappeler que ces commissions n’ont pas daigner répondre à nos courriers.                                                                                                                                  Difficile dans ce contexte de parler d’un Etat de droit, quand la justice est rendue par l’intime conviction du parti politique PLR et non par l’application du droit et des lois…        
4  Je tiens à remercier chaleureusement les bénévoles qui s’investissent dans ce dossier qui nous concernent tous. Je pose la question, mais où sont les socialistes? ailleurs, ils préfèrent oeuvrer pour la grande machine européenne dans laquelle nous ne voulons pas entrer, parce qu’Elle aime seulement l’argent des suisses et pas les Droits qu’Elle devrait apporter aux citoyens. Elle n’a même pas les Cours de justices adéquates qui fustigent l’atteinte fondamentale au Droits de l’Homme, qui est de décider soi-même de son état civil, ce qui n’appartient ni aux juges, ni à celui du couple atteint de démence (Korsakoff; les juges qui ont diligentés la procédure connaissaient cet état) à décider pour l’autre époux.
5  La Suisse est une sommité en matière de Droits Humains et l’UE la suit: elle fait une loi résurgente de la répudiation (belle avancée). D’après les lois suisses, quand il y a divorce, il n’y a plus de fautes à faire valoir, vous voyez le stade de la protection familiale… c’est la raison pour laquelle,. des crimes post-divorces fleurissent pratiquement chaque jour. Cette vision du divorce permet aux juges de diligenter des divorces à leurs guises, mais manque de pot, dans le dossier qui nous occupe, le mari, diagnostiqué atteint du syndrome de Korsakoff, à 61 ans et mis à pied à 63 ans (par les mêmes juges) ne se souvenait pas à 75 ans et même bien avant, (ce qui avait déterminé la faculté de médecine, de le contraindre à une séparation légale de sa famille) qu’il était marié… ce qui est la condition ciné quanon pour faire une demande en modification de l’état civil d’un couple. Nous sommes bien en face d’une arnaque judiciaire. Il n’est pas rare qu’un juge rappelle à l’ordre un citoyen pour outrage à magistrat, nous l’avons constaté, il existe aussi des juges qui outragent des justiciables en détournant les lois de leurs contextes, pour des mobiles exempts de lois et de déontologie.                                                                                                                                                      
Nous ne croyons pas, que la conceptualisation de la nouvelle loi sur le divorce, ait un autre but que la spoliation des retraites des fonctionnaires.
6  Macron a un objectif pulsé par le Gouvernement mondial, anéantir le service public. Quand les communes n’auront plus la possibilité de viabilité, à force de leurs enlever les moyens nécessaires à leurs autonomies, ce Président dira on n’a pas le choix, il faut privatiser…  c’est le but de toutes les dictatures, gouverner sans les citoyens.
7  En Démocratie, élire n’est pas suffisant, c’est assurer à chaque électeur que sa voix sera respectée et pas manipulée.                    
 Les peuples n’ont plus d’alternative, ils ont besoin d’un parti populiste, ce qui veut dire qui s’occupe du peuple maintenant. Avis à tous les européens qui veulent un autre libéralisme.
L’identité, ce sont des racines, une culture que n’auront jamais les doubles et multi-nationaux. C’est pourquoi par souci d’équité nous voulons un parti qui abroge ces privilèges.
8  Quand un pays ne protège plus les siens, c’est la sédition assurée.
9  Quand je vois tous les dossiers que nos bénévoles essayent de résoudre parce que les autorités judiciaires ne le font, pas par indexation au système politique, alors oui il faut inclure des experts, des juges non inféodés aux systèmes et pourquoi pas des bénévoles ou semi-bénévoles.
10 Un élu politique double national, fait de la politique pour sa première nationalité et c’est humain, mais non compatible avec ce que nous attendons d’eux.
11  Nous ne remercierons jamais assez le Conseiller fédéral Ignazio Cassis d’avoir eu de la déférence envers le peuple suisse de souche, en abandonnant sa première nationalité.                                                                   
Soyons attentifs lors des prochaines élections. 
12  La  mondialisation n’est pas là pour s’occuper des personnes, mais du fric…
13  Qu’ils ne nous parlent plus d’expérience politique, on a vu où elle nous conduit.
14  Je vous le dit, il va y avoir une révolution citoyenne mondiale.
15  Les fautes aux riches toujours plus riches, que les Gouvernements protègent par des lois non appliquées et les Big data qui nous espionnent jusque dans nos chambres à coucher.
16  Tant d’argent qui circule à travers le monde et tant d’enfants et adultes qui affamés meurent, cherchez l’erreur.
17  Ils ont tous les moyens pour détruire les classes sociales qui leurs déplaisent.
18  J’appelle tous les automobilistes à ne plus emprunter les autoroutes quand ils devront se faire suivre par une vignette éléctronique.
19  Quand dans toutes les assemblées exécutives et parlements, institutions et pouvoir judiciaire, il y aura un tiers de citoyens obligatoirement hors parti, alors nous pourrons parler de Démocratie.                           
Les partis politiques ont déçus par leurs petits arrangements contre le peuple.
20  Je ne comprends pas qu’un parti politique oublie que ses élus le sont par le peuple et sont salariés par lui. Du respect pour ceux qui vous assurent votre job, heureusement temporairement.
21  C’est tout le système français qu’il faut revoir. Un homme seul ne doit pas pouvoir prendre la responsabilité pour près de 70 millions de citoyens.
22  Quand Macron a mis en place des ministres inexperimentés, j’ai applaudi, mais vite déchanté, par l’inféodation excercée sur eux.
23  C’est évident les partis ne perdent pas une occasion de trahir le peuple, nous le voyons avec la procédure unilatérale en divorce diligentée par la droite PLR suisse. Contraindre au divorce un fonctionnaire atteint de démence, pour ne pas que sa veuve touche sa retraite, c’est grandissime.
24  Ma famille et moi étions des inconditionnels du PLR, je dirais même des convaincus de père, mère en fils, fille, c’est du passé. Plus une voix à ce parti qui blesse et humilie les classes moyennes. 
25  Les citoyens suisses auront un nouveau Président pour 2018, il fait partie du clan socialiste, nous préférons ce terme à celui de famille, la politique n’a rien d’une famille.        
Ce Président dit que les institutions suisses ne sont pas en danger, nous le détrompons, quand dans ce pays, la justice est infligée aux classes moyennes par le parti libéral-radical qui décide quand les ressortissants de ces classes doivent divorcer, pour spolier les ayants-droit de leurs retraites, la Suisse n’est pas un Etat de droit, qui plus est votre parlement a fait une loi résurgente de la répudiation et c’est contraire aux constitutions suisses et européennes.                                                                  
La réforme des retraites doit exiger que tous les citoyens vivent dans la décence, y compris ceux que la Confédération accueille sans l’accord du peuple, mais selon des accords internationaux incompréhensibles. Quatre mille francs par mois pour vivre en Suisse sont un minimum et nécessaires, quand l’on connaît le prix des logements… Il faut étudier la possibilité de garantir ces sommes depuis le premier et le 2me pilier. Le parti de ce Président a instigué L’AVS, c’est remarquable. Maintenant ce parti à la Présidence doit faire voter le peuple sur le volet non cumulant de l’Avs et 2me pilier, quand le cumul des deux piliers dépasse le montant de 4 mille francs (montant pouvant être réévalué) Nos bénévoles suisses se disent fiers d’avoir payé le ter pilier, pour le partager avec ceux qui n’ont pas eu la chance d’exercer une profession bien rémunérée et en conséquence avec une prévoyance vieillesse suffisante. Si un travailleur retraité touche un deuxième pilier de plus de 4 mille francs, il ne pourra pas en plus toucher le 1er pilier. Cela s’appelle de la solidarité, de plus ceux qui touchent une grosse retraite ont souvent un troisième pilier constitué par une carrière qui le leur a permis, ce qui n’est pas le cas des salaires minimums et souvent plus pénibles.                                                                             
Voilà Monsieur le Président, ce que nous attendons de vous, convaincre la gauche, ce qui ne devrait pas être un écueil pour elle, si elle est vraiment de gauche; convaincre la droite, ce n’est pas évident, quand on l’a appris à nos dépens, elle n’aime pas les classes moyennes, au point qu’elle phagocyte la justice par intérêt économique. (dossier à lire dans nos pages internet, fake news exclus) Nous vous rappelons que l’attitude des Cours de justice sur notre dossier (que nous avons été contraints de mettre en ligne, faute de lois et de droits appliqués par une justice neutre et indépendante) ne nous enclins pas à dire oui à l’UE, mais à en sortir pour ceux qui y sont et ne pas y entrer pour ceux qui voudraient commettre cette erreur. L’ensemble de notre Groupement dit non aux juges étrangers.
Nous souhaitons à Monsieur le Président de la Confédération 2018 une excellente année présidentielle et qu’elle soit consacrée aussi aux citoyens souverains et payeurs., même si la politique actuelle traite cette orientaton de populiste.












    

Le marché divinisé ?



du Pape François dans ” Laudato si”:

« Les pouvoirs économiques continuent de justifier le système mondial actuel, où priment une spéculation et une recherche du revenu financier qui tendent à ignorer tout contexte, de même que les effets sur la dignité humaine et sur l’environnement. Ainsi, il devient manifeste que la dégradation de l’environnement comme la dégradation humaine et éthique sont intimement liées. Beaucoup diront qu’ils n’ont pas conscience de réaliser des actions immorales, parce que la distraction constante nous ôte le courage de nous rendre compte de la réalité d’un monde limité et fini. Voilà pourquoi aujourd’hui tout ce qui est fragile, comme l’environnement, reste sans défense par rapport aux intérêts du marché divinisé, transformés en règle absolue. »

François de Siebenthal: Écologie et création monétaire.

desiebenthal.blogspot.com/2013/11/ecologie-et-creation-monetaire.html

19 nov. 2013 – Scandales des gaspillages camelotes et des obsolescences programmées: Liens avec la monnaie: Résumé L’obsolescence programmée est-elle bénéfique pour l’écologie ? Les déchets produits. Décharges provoquées par l’obsolescence programmée. Une personne produit environ 400 kilos de …..

page86_FrdeSieb_ecologie_et_amour – Famille de Siebenthal

www.de-siebenthal.com/page86_frdesieb_ecologie_e.htm

La bioéthique, une nouvelle chance. Vers une écologie de l’amour. Introduction: Cet exposé est la synthèse des différentes paroles et remarques prononcées en tant que modérateur lors du Congrès des 7 et 8 novembre 1986. De ce fait, il tentera de refléter le plus fidèlement possible le fil rouge ou la logique de ce congrès …






Après monnaie-pleine ?

Masses monétaires ( substituts monétaires ou faux francs suisses ) reprises aux banques commerciales sans compter les opérations en nano secondes et les opérations hors bilans secrètes…
On voit la “baignoire” immobile en fin d’année mais on ne sait pas combien de fois elle a été vidée ( argent détruit, sic, ad nihilo…, à chaque remboursement…)  et remplie  à nouveau ( argent créé ex nihilo par les crédits, les crédits font les dépôts, sic…) pendant l’année ?
Au minimum plus de mille milliards, soit un peu moins de 100’000 fr par habitant de la Suisse, y compris les bébés.
 Selon le Professeur Marc Chesnay de Zürich, tous les transferts annuels se montent à 100 mille milliards ( 100 trilliards…) chaque année en Suisse, sic… 




La vraie liberté, égalité, fraternité économique, un pour tous et tous pour un…

Vive le don, le gratuit, le bénévole. Au XXIème siècle, enfin possible !


En Suisse, on appelle le peuple “le souverain”. Le premier devoir du souverain, c’est de battre une bonne monnaie pour son peuple. Nous disposons de deux outils de la démocratie directe que sont l’initiative populaire et le référendum


Monnaie pleine, Vollgeld, positive money, par Francois de Siebenthal








ou encore des explications plus philosophiques de l’ Université de Lausanne: 

François de Siebenthal: 01/05/16

desiebenthal.blogspot.com/2016/05/

31 mai 2016 – Différentes propositions ont été formulées pour financer ce solde: adaptation de la fiscalité directe, taxes écologiques et, proposée plus récemment, une taxe sur toutes les transactions financières d’environ 0.05% (taxe Marc Chesnay-Felix Bolliger). Pour en savoir plus, comme les sommes en jeu :.

François de Siebenthal – RSSing.com

siebenthal1.rssing.com/chan-29893992/all_p53.html

2016 – Vidéos explicatives par François de Siebenthal sur youtube, … http://desiebenthal.blogspot.ch/2016/09/bns-aaa-et-monnaies-pleines.html …… Chesnay de Zürich pour supprimer tous les impôts et les remplacer par une micro-taxe de 0,02 % sur tous les transferts ( 150’000 milliards chaque année) et la 2ème initiative …

Manipulations honteuses de la BNS !

Andrea Maechler (membre du directoire de la BNS) sur la RTS la semaine dernière prise en flagrant délit de mensonges aggravés:

https://www.rts.ch/play/tv/19h30/video/linterview-andrea-maechler-membre-du-directoire-de-la-bns?id=9181776&station=a9e7621504c6959e35c3ecbe7f6bed0446cdf8da

 Elle affirme :

1) Chercher la stabilité des prix… Faux, 

voir les prix de l’immobilier et des assurances maladies…


2) suivre toutes les lois suisses… Faux.

Viol nucléaire de notre neutralité, trop, c’est trop.






Viol horrible de notre neutralité séculaire, trop, c’est trop…



La Banque Nationale Suisse investit grotesquement dans les armes nucléaires et not. des sous-munitions.



La banque centrale suisse, sic, a visiblement accru ses participations dans au moins 14 entreprises fabriquant des armes nucléaires.





L’AG de la BNS doit être annulée pour graves vices de forme.


Plus la situation se rapproche d’une guerre nucléaire, plus il sera difficile pour les deux parties de reculer – et c’est particulièrement le cas avec l’agresseur, surtout quand il prétend faussement qu’il est lui-même agressé.

C’est la raison pour laquelle les mensonges colportés par les dirigeants politiques de l’Ouest , y compris de la Suisse “neutre” qui finance 14 sociétés US nucléaires militaires, sic, doivent être exposés dans l’urgence.

L’AG de la BNS doit être annulée pour graves vices de forme

Vu la gravité des faits, je propose une dissolution de la SA BNS et la fondation d’une Coopérative bancaire intégrale citoyenne.

Banques “centrales” & “commerciales”, un cartel opaque et obscur de voleurs

Banques “centrales” & “commerciales”, un cartel opaque et obscur de voleurs systématiques, de fausses comptabilités, des combines amorales et immorales. Ils créent des milliers de millards sans payer d’impôts sur ces créations du néant, ex nihilo.


Nous sommes tous volés, systématiquement, et depuis longtemps.

Jusqu’où va la liberté de la BNS de sélectionner les informations d’une part et de refuser des motions d’autres part ?

 

Suisse


Un nombre grandissant de citoyens suisses en ont marre de la politique  de la BNS en faveur du casino planétaire de la BNS. Cette attitude partiale qui est systématiquement en défaveur de la Suisse et du peuple suisse a atteint des sommets de ras-le-bol.
Une équipe de personnes ayant compris les mécanismes de création monétaire en faveur du lobby bancaire international a décidé d’acheter des actions et de se présenter à l’Assemblée générale du 29 Avril.
« Pour que chaque actionnaire qui le demande puisse accéder au registre des actionnaires et puisse recevoir le procès-verbal de l’Assemblée Générale. »
En réalité, cette motion ne fait que demander à la direction générale en charge de faire appliquer le code des obligations dont l’article 686 stipule que:
« la société tient un registre des actions, qui mentionne le nom et l’adresse des propriétaires et des usufruitiers d’actions nominatives. Elle tient ce registre de manière à ce qu’il soit possible d’y accéder en tout temps en Suisse.»
Le collectif AAA+ demande à ce que le procès-verbal de l’Assemblée générale soit effectivement diffusé, sur leur demande, aux actionnaires de la BNS y compris la liste de participation à l’Assemblée générale et les prises de positions des actionnaires de droit publicet que le registre des actionnaires soit consultable par tout actionnaire qui le demande pour l’exercice de ses droits et devoirs explicites d’actionnaire.
L’obligation d’informer!
La BNS a l’obligation légale d’informer. C’est inscrit dans sa mission.
Un petit exemple qui semble anodin à côté de tout le reste a eu lieu il y a quelque temps en 2014. Il s’agissait de la rénovation et transformation des bâtiments de la Banque nationale sur la Place fédérale et au Kaiserhaus..
Ces coûts qui s’élèvent à plusieurs dizaines de millions intéressent le contribuable et le citoyen. Quand la TDG cherche à s’informer: « «La BNS ne donne pas d’information sur les frais de construction», nous fait-elle savoir. Curieux pour une institution publique de ne pas dévoiler son budget travaux. On insiste donc: quelle est l’origine et la justification de cette étonnante pratique du secret? Là encore, la BNS se refuse à tout commentaire. »
La BNS n’a donc que faire de la loi sur la transparence qui dit ceci:
La présente loi vise à promouvoir la transparence quant à la mission, l’organisation et l’activité de l’administration. A cette fin, elle contribue à l’information du public en garantissant l’accès aux documents officiels.
1La présente loi s’applique:
  1. à l’administration fédérale;
  2. aux organismes et personnes de droit public ou de droit privé extérieurs à l’administration fédérale, dans la mesure où ils édictent des actes ou rendent en première instance des décisions au sens de l’art. 5 de la loi fédérale du 20 décembre 1968 sur la procédure administrative (PA)1;
  3. aux Services du Parlement.
L’article 2 al b  de la loi sur la transparence devrait concerner la BNS (et Finma d’ailleurs…). Alors?
Eh bien non. La loi sur la transparence se poursuit ainsi:
2 La présente loi ne s’applique pas à la Banque nationale suisse ni à l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers.2
Deux Etats dans l’Etat ont été mis hors de portée de la Confédération.
La BNS fait la pluie et le beau temps en Suisse. Elle s’est octroyée des missions qui dépassent et de loin son mandat. L’exemple le plus frappant et le plus ruineux est celui de l’arrimage du franc suisse à l’euro.
Soutenue par un marché des devises, complice de la stratégie elle s’est réfugiée derrière le « franc fort » pour dilapider la valeur du franc et hypertrophier son bilan. Elle aurait pu et dû défendre l’économie libre. Sa défense du « franc fort » a servi à rebooster la zone euro, ses banques, sa monnaie et en réalité l’économie américaine malmenée en 2011.
Des investissements hasardeux volontairement perdants.
Un autre malaise vient du fait qu’elle est devenue la risée des marchés financiers internationaux tellement elle investit à contre-courant du simple bon sens . Pas besoin de Harvard pour comprendre que les dettes publiques sont vouées à être remises dès que l’opinion publique le permettra.
Ses investissements dans les groupes américains en difficultés (gaz de schiste, Valeant,..) interpellent tout autant.
Une faillite morale
La stratégie mise en place dans le cadre de ses investissements a simplement oublié les mots tels que « éthique » ou « morale ». Un seul exemple suffit à illustrer les propos précédents: la BNS investit dans l’armement nucléaire américain.
En investissant dans le gaz de schiste dont l’exploitation ruine la planète, la BNS transgresse la feuille de route qui lui est confiée.
La motion 7 du collectif AAA+ rappelle aux dirigeants de la BNS son devoir. Il y est dit:
(3A2016-07) : Pour que la BNS étende et applique effectivement la «Charte de la BNS sur l’environnement» pour toutes ses activités y compris lors de ses placements.
La charte affirme ceci: «la BNS renonce à investir dans des entreprises qui produisent des armes prohibées par la communauté internationale, qui violent massivement des droits humains fondamentaux ou qui causent de manière systématique de graves dommages à l’environnement.»
Le collectif est donc absolument dans son droit quand il demande à la BNS d’appliquer au plus vite ses règles pour tous ses investissements, y compris en se désengageant rapidement mais au plus tard au 31 décembre 2017, des activités nocives interdites par ses règles, et en favorisant au contraire les investissements dans les énergies renouvelables, notamment en Suisse.
Cette motion fait partie des 9 sur 10 qui ont été refusées à des actionnaires! …
A qui appartient le franc suisse?
La question à qui appartient le franc suisse devrait intéresser tout travailleur et épargnant sur sol suisse ou en franc suisse. La propriété, la couverture et la mesure de la valeur de cette monnaie reviennent au peuple qui constitue le pays. Les autorités en tant que représentants du peuple en sont les garants.
Mais voilà, on compte de manière fortement sous-évaluée -parce qu’inconnue-  la masse monétaire créée en franc suisse par la BNS ne dépasse pas le 10% de la masse monétaire globale en franc suisse.
Ce miracle est due au fait que les banques commerciales se sont appropriées la création monétaire basée sur les crédits, appelée monnaie scripturale ou bancaire. Cette monnaie a-légale puisque ne figure pas dans les textes de lois déprécie la vraie valeur du franc suisse et sème la confusion entre la monnaie garantie par la Confédération (monnaie centrale exclusivement) et celle des banques avec une garantie à bien plaire limitée.
Ce faisant l’exclusivité octroyée à la BNS par la Constitution de battre monnaie n’est pas respectée!
Le collectif AAA+ a transmis 2 motions qui ont été refusées elles aussi qui disaient ceci:
  • (3A2016-01) :Pour que la BNS protège efficacement l’appellation « franc suisse » (CHF) !
  • (3A2016-02) :Pour que la BNS applique la définition des banques en tant que pratiquantes exclusives du dépôt de la monnaie légale « franc suisse »(CHF).
Une motion complémentaire et légitime est la création de comptes de virement au nom de tout citoyen puisque ce sont les seuls comptes garantis par l’Etat et inclus dans la monnaie centrale.
Motion refusée elle aussi.
Ces motions refusées ne font que demander à la BNS d’appliquer la mission que le souverain lui a confié.
Ces motions pleines de bon sens qui ont été refusées ne font que demander à la BNS de respecter les textes encore en vigueur…
Nous profitons de ce qui précède pour rappeler quatre points déjà analysés sur ce site:
  • La BNS n’investit rien en Suisse. il existe des petits génies dans ce pays qui ont des projets technologiques et énergétiques qui feraient pâlir d’envie les concurrents de la Suisse. Ces projets ne trouvent pas de financement sur le terrain à cause de la politique monétaire de la BNS.
  • La BNS ne traite ni même n’informe au sujet de la déflation – centrale dans sa mission-  qui dure maintenant depuis 2011 (date de l’introduction du taux plancher). Il existe un siphonnage des liquidités mis en place pour servir de manière illimité le casino planétaire. Cette stratégie déflationniste qui casse le pouvoir d’achat du peuple et surtout du pouvoir d’investissement des PME est tout bénéfice pour les financiers qui voient leurs créances prendre de la valeur en même temps que le peuple voit ses revenus baisser.
  • Pourquoi fait-elle des pertes alors que ses sous-traitants que sont Six group et la SECB (Francfort) réalissent de gigantesques chiffres d’affaires avec de potentiels bénéfices qui ne retournent pas dans ses caisses?
  • Et voilà la dernière question à laquelle tôt ou tard, les dirigeants de la BNS devront répondre. Quelle est la source du financement des centaines de milliards d’actifs plutôt pourris? Est-ce comme le disent ses ambassadeurs sorts de nulle part et sont le fruit d’une simple écriture? Ou comme nous l’affirmons sur ce site depuis des années, la BNS utiliserait l’argent du pays, créé par les banques commerciales? Cette hypothèse se valide tous les jours plus au vu des décisions prises par la BNS de restreindre l’accès à la LPP, la limitation du retrait y compris des comptes courants, la déflation qui devient structurel, etc.
La politique monétaire a tout d’une politique morbide pour les suisses frappés d’appauvrissement.
Le collectif AAA+ fait le travail qui aurait dû être mené par les actionnaires « publics » de la BNS. Exigeons un audit complet piloté par les institutions publiques et représentants du peuple. Actuellement Berne ne peut y mettre un orteil. En revanche, les comptes sont certifiés par une entreprise américaine.
Cherchez l’erreur…
Liliane Held-Khawam | 15 avril 2015
Toutes les motions et explications en français  ici  et en allemand 

****

Des actionnaires romands attaquent la BNS

Par Jean-Philippe Buchs Source: http://www.bilan.ch/bilan/romands-attaquent-bns

C’est la première fois depuis 2006 que l’ordre du jour de la manifestation contient une proposition d’actionnaires. Celle-ci porte sur le droit de consultation du registre des actions, de la liste des participants et du procès-verbal des assemblées générales, ainsi que des prises de position des actionnaires de droit public.«Notre objectif est d’obliger la BNS à faire preuve de davantage de transparence»
«Notre objectif est d’obliger la BNS à faire preuve de davantage de transparence. A notre avis, celle-ci viole le Code des obligations en refusant un accès libre à son registre des actions», explique Blaise Rossellat.
Ce Genevois est un des animateurs du collectif AAA+ (un clin d’œil aux notes attribuées par les agences de notation) qui a été spécialement créé pour tenter d’infléchir la politique de la BNS. Il regroupe «des citoyens indépendants, agissant en dehors de toute influence partisane, mais soucieux du bon fonctionnement de nos institutions et de l’économie suisse.»
Au mois de février, le collectif AAA+ a adressé à Jean Studer, président du conseil de banque, dix propositions qu’il comptait soumettre à l’assemblée générale. En voici trois d’entre elles:
  • «Pour que la BNS mesure et publie le cumul de la création d’unités monétaire distinctement du stock d’unités monétaires.»
  • «Pour que la BNS applique la définition des banques en tant que pratiquantes exclusives du dépôt de la monnaie légale «franc suisse».
  • «Pour que la BNS étende et applique effectivement la «Charte de la BNS sur l’environnement» pour toutes ses activités y compris lors de ses placements

Neuf propositions refusées

Le conseil de banque a refusé de soumettre neuf des dix propositions à l’assemblée générale au motif qu’elles ne portent pas «sur le cadre constitutif de la BNS sous l’angle du droit des sociétés».
Comme ces dernières «visent à attribuer de nouvelles tâches à la BNS ou à implémenter de nouveaux concepts de politique monétaire, elles n’entrent pas dans les attributions de l’assemblée générale.»
La proposition figurant à l’ordre du jour est donc la seule qui a été retenue par le conseil de banque. Mais du fait que la BNS ne dispose pas des compétences pour agir dans le sens voulu par les actionnaires, elle a été transformée en une proposition de révision de la loi sur la banque nationale à l’intention de l’Assemblée fédérale.
La décision du conseil de banque choque le collectif AAA+: «Il est incompréhensible et difficilement admissible qu’un organe dont ce n’est pas la compétence se permette d’écarter de l’ordre du jour, neuf de nos propositions, en les déclarant irrecevables.»

****

Les Majors Pétrolières attaquées par les Investisseurs

En plus de la baisse des prix du baril et de la chute de leurs revenus, ExxonMobil et Chevron, les deux grandes majors pétrolières américaines, font face à de une pression croissante de leurs actionnaires soucieux de l’impact  de leurs investissements sur les changements climatiques.
Du côté des banques, la Banque Nationale Suisse va devoir faire face à ses actionnaires lors de la prochaine assemblée générale fin avril pour ses investissements douteux dans le schiste et charbon américain.
Les investisseurs font pression sur les majors pétrolières
Une douzaine d’investisseurs ont demandé à ExxonMobil de se soumettre à un « stress test environnemental». Ils appuie leur requête sur les découvertes du procureur de l’Etat de New York, Eric Schneidermann, qui a lancé une enquête sur la stratégie de la major afin de cacher l’impact du pétrole et du gaz sur le climat. Les premiers éléments montrent que dès les années 80, ExxonMobil avait découvert les impacts négatifs sur le climat et avait mis sur pied un plan systématique afin d’affirmer le contraire.
En début d’année, le géant du charbon Peabody avait capitulé face aux preuves découvertes par le procureur Schneidermann et admis la falsification de rapports afin de dénigrer le changement climatique.
La famille Rockefeller qui est à la base de la création du géant ExxonMobil a qualifié sa progéniture de «moralement condamnable» et a abandonné ses dernières actions dans ce qui fut à l’origine Standard Oil.
La fronde vient de grands fonds d’investissement comme le californien Calpers, le fond de pension de l’Etat de New York et de la puissante Church of England. Ils ont demandé qu’Exxon publie une évaluation annuelle sur l’impact financier sur ses réserves pétrolières et l’objectif du maintien du réchauffement à 2 degrés.
Le CEO de ExxonMobil, Rex Tillerson, se refuse pour l’instant à toute inflexion, mais la situation pourrait rapidement évoluer pour celui qui a touché un chèque de 27,3 millions $ en 2015 afin de diriger la major.
Chevron, l’autre géant américain, est également pressé par ses actionnaires est soumis à ces mêmes tests.
En Europe, les boards de Total, Shell, Statoil ou BP ont accepté la proposition de la Churche of England et la proposition avait été acceptée par une large majortié des actionnaires.
La Banque Nationale Suisse prochaine sur la liste
En Suisse la Banque Nationale Suisse a refusé d’accéder à une requête de plus de 20 actionnaires afin de débattre lors de sa prochaine assemblée générale du respect de sa charte éthique et d’abandonner ses investissements dans le charbon, le gaz et le pétrole de schiste américain.
La BNS détient notamment pour 625 millions $ d’actions dans ExxonMobil, 307 millions $ dans Chevron et 5 millions $ dans Peabody. Son porte-feuille d’actions dans les énergies fossiles et de schiste US dépasse les 2 milliards $.
Outre le fait d’avoir perdu plus d’un milliard $, la BNS refuse de mettre un terme à son comportement. Nul doute que le sujet fera des vagues lors de l’assemblée générale du 30 avril.
Les cantons n’ont pas encore fait connaître leurs opinions sur le sujet mais il serait étonnant qu’ils restent insensibles à ce sujet.
Il se pourrait bien que la contagion de désinvestissement atteigne l’UBS et le Crédit Suisse qui soutiennent dans des investissements massifs les énergies polluantes.

Les 10 propositions de décision pour l’Assemblée générale de la BNS du 29 avril 2016 imaginées avec bienveillance dans les Salons du Général Dufour par notre collectif AAA+ d’actionnaires sont des solutions possibles à toutes les crises financières mondiales. La Suisse peut et doit devenir un modèle pour le monde.

  1. Pour que la BNS protège efficacement l’appellation «franc suisse» (CHF)!
  2. Pour que la BNS applique la définition des banques en tant que pratiquantes exclusives du dépôt de la monnaie légale «franc suisse»(CHF).
  3. Pour que chaque citoyen suisse qui le demande puisse disposer d’un compte de virement à la BNS, comme les employés de la BNS.
  4. Pour que la BNS mesure et publie le cumul de la création d’unités monétaire distinctement du stock d’unités monétaires.
  5. Pour que la BNS explicite, formalise et publie la méthode de calcul du taux de change de la monnaie légale «franc suisse» (CHF) par rapport aux devises internationales.
  6. Pour que la BNS sépare sa comptabilité interne de la comptabilité de la monnaie légale suisse, comme pour des «actifs sous gestion».
  7. Pour que la BNS étende et applique effectivement la «Charte de la BNS sur l’environnement» pour toutes ses activités y compris lors de ses placements.
  8. Pour que chaque actionnaire qui le demande puisse accéder au registre des actionnaires et puisse recevoir le procès-verbal de l’Assemblée Générale.
  9. Pour que chaque citoyen suisse qui le demande dispose gratuitement d’une action de la BNS.
  10. Pour que chaque citoyen suisse qui le demande dispose gratuitement d’un compte de financement souverain de l’économie réelle suisse.

URL: http://arretsurinfo.ch/jusquou-va-la-liberte-de-la-bns-de-selectionner-les-informations-dune-part-et-de-refuser-des-motions-dautres-part/

François de Siebenthal: Viols de la Constitution !

desiebenthal.blogspot.com/2017/02/viols-de-la-constitution.html

9 févr. 2017 – Dans une démocratie directe, la violation de la Constitution pourrait être acceptée à la seule condition que les citoyennes et citoyens l’approuvent dans une votation populaire. Une décision du Parlement ou du Conseil fédéral ne sont pas suffisantes. 

Statistique sur l’encours des crédits

DOCUMENTS KRED (2.9)

Titre Version Type Fichier
Statistique sur l’encours des crédits 2.8 XLS F_K021-K022
Commentaires 2.9 PDF F_KRED_Notes
Modifications par rapport à la dernière livraison 2.9 PDF F_KRED_INFO_Release



Statistique sur l’encours des crédits

Désignation de l’enquête KRED
Formulaires K0xx
Objet de l’enquête L’enquête englobe tous les crédits et engagements portant sur l’octroi de crédits au secteur non bancaire. Sont pris en compte l’encours des crédits (limites, utilisation, correctifs de valeur et amortissements) et les créances compromises. Les crédits sont ventilés selon qu’il s’agit de créances hypothécaires ou de créances sur la clientèle (gagées ou en blanc), selon l’échéance, selon la branche économique, selon le siège ou le domicile du débiteur (Suisse ou étranger) et selon la taille de l’entreprise débitrice.
Type d’enquête enquête partielle
Etablissements tenus de renseigner banques en Suisse dont les crédits au secteur non bancaire suisse dépassent 280 millions de francs
Périmètre de consolidation comptoir
Fréquence mensuelle
Délai de remise 20 jours

RELEASES DE L’ENQUÊTE ACTUELLE

Statistique sur l’encours des crédits (KRED)

02.10.2017 KRED(2.9)__FR dès le 31.01.2018 ZIP (0,3 MB) Vue détaillée

Macron pour monnaie-pleine !

Trop beau pour être vrai… ? et pourtant, si on veut la liberté, l’égalité et la fraternité, et bien, il faut se distribuer toutes les créations monétaires avec équité, et de suite… même Hollande voulait s’y lancer…  http://desiebenthal.blogspot.ch/2016/12/hollande-pour-distribuer-les-creations.htmlwww.monnaie-pleine.chBonjour, Bonsoir,



Je suis vraiment désolé du temps d’attente qu’il y a eu avant que je puisse enfin continuer à faire vivre cette page, mais la vie ne va pas toujours comme on le veut !!


Je profite d’avoir un pc à prêter pour laisser encore une vidéo pour qu’on puisse comprendre encore un peu plus le fonctionnement du monde dans lequel nous vivons tou-te-s…

Cette vidéo parle de l’arnaque bancaire que nous subissons tou-te-s, c’est long et difficile à bien comprendre, car on nous a trompé-e-s depuis notre tendre enfance sur le fonctionnement des banques !

Visionner une vidéo ne suffit pas pour arriver à tout comprendre…

Mais cette vidéo est un bon début. 


Ici, par-exemple, on comprend que le troc à proprement parler n’a jamais existé !!!

Je vous laisse en même temps une conférence de cet ancien directeur de la banque de Suisse pour comprendre le mieux possible le système bancaire… parce que cela à un impact direct sur nos vies !!!

Première partie : https://www.youtube.com/watch?v=dmwtBcU0qtA

Deuxième partie : https://www.youtube.com/watch?v=B53BSwl15xc


Si vous avez envie, j’ai une multitude de vidéos sur le système bancaire, demandez-moi dans les commentaires de cette vidéo et je vous les enverrai en réponse à votre commentaire.

N’oublions pas que l’on sait uniquement ce que l’on veut que l’on sache et que nul n’est plus sourd que celui qui ne veut pas entendre…

Que les étoiles brillent au-dessus de chacun d’entre vous qui lisez ces quelques mots et qui regardez ces vidéos… UBUNTU 🙂
Source:
https://www.facebook.com/pasconvaincre/?hc_ref=ARRhiRAVTEx9AmjH5rjLBZQpPaQqAlZd_JUIOZ1PvWbLvLoez4_ifyGsGNFfzbr2gNg&fref=nf


http://desiebenthal.blogspot.ch/2017/12/banques-donner-reflechir.html




PS : N’oubliez pas de cliquer sur le nom de la page pour voir toutes les vidéos de celle-ci… 😉

Et surtout passons-nous ces vidéos entre nous (partageons) pour que nous soyons nombreux à savoir, ainsi nous seront nombreux à agir en conséquence!… 🙂








Qui devrait créer la monnaie ?


Le groupe AAA+ qui s’est réuni le 19 décembre a pris la décision de faire une conférence de presse par mois au sujet de Monnaie Pleine en prévision de la votation du 10 juin 2018.

Nous avons besoin de ressources pour la rédaction du contenu des conférences de presse :

Voici le guide pour préparer : https://steveaxentios.ch/comment-organiser-une-conference-de-presse/

Merci de répondre directement avant le 30 décembre 2017 !

Bonne idée 🙂

J’observe ces jours dans les médias que chaque fois que l’on parle de bitcoin, il y a quelqu’un pour préciser que ce n’est pas un moyen de paiement ayant cours légal…. et donc que les commerçants ne sont pas obligé de les accepter.

Mais à chaque fois il n’est pas fait mention que la monnaie scripturale des banques commerciales n’est pas non plus un moyen de paiement ayant cours légal, et que par conséquent 90% de la monnaie en circulation en suisse n’as pas non plus l’obligation d’être acceptée par les commerçants !

J’aimerai un jour que l’on parle de cette “non infos” dans les médias.

→ petite illustration de mes propos avec Andrea Maechler (membre du directoire de la BNS) sur la RTS la semaine dernière:

https://www.rts.ch/play/tv/19h30/video/linterview-andrea-maechler-membre-du-directoire-de-la-bns?id=9181776&station=a9e7621504c6959e35c3ecbe7f6bed0446cdf8da

Elle dit que le bitcoin et le léman sont des monnaies privées… et n’ont donc pas l’obligation d’être acceptées par les commerçants.

Pas faux…. mais une non info. Pourquoi occulter le fait que c’est le cas pour 90% de la monnaie…. et ne parler que de cas ultra marginaux ?

→ Enfumage ou grave incompréhension pour une personne à la tête du système monétaire suisse ?

Donc voici quelques idées de thème à mettre en avant pour la campagne monnaie pleine.

Il y a déjà une base sur le site AAA+…

http://aaapositifs.ch/quelle-est-la-definition-du-franc-suisse-chf/

Ici on parle de la LUMMP.. et de ce qu’est un moyen de paiement ayant cours légal.

http://aaapositifs.ch/le-conseil-federal-dit-que-creer-de-la-monnaie-est-un-business-comme-un-autre/

Ici on apprend par le conseil fédéral dans l’interpellation 12-3305 que créer de la monnaie est un business comme un autre:

« La croissance des substituts monétaires est laissée à la libre appréciation des marchés, conformément à la conception du secteur privé ancré dans la Constitution »

http://aaapositifs.ch/mon-compte-en-banque-est-garanti-jusqua-chf-100-000-vraiment/

Ici on apprend comment fonctionne la garantie de CHF 100 000.- des dépôts sur les comptes bancaires.

Soit CHF 3 milliards pour garantir CHF 1770 milliards… soit 0.17% de couverture !

http://aaapositifs.ch/lexique/

Ici on a un lexique pour apprendre par exemple la différence entre un “prêt” et un “crédit”….. ou entre une “banque commerciale” et “une banque privée”.

(Ce que les gestionnaires du site de monnaie-pleine n’ont pas compris visiblement… car il est écrit en gros sur la page d’accueil de http://www.initiative-monnaie-pleine.ch/ : QUI DOIT CRÉER NOTRE ARGENT: LES BANQUES PRIVÉES OU LA BANQUE NATIONALE ? …. une banque privée ne crée pas de monnaie !! il n’est reste que 6 en suisse. Il aurait été plus adéquat dans cette phrase de mettre “banque commerciale”)

En observant les débats au parlement à propos de monnaie pleine, je vois que monnaie pleine s’est résumé à son sous-titre “Pour une monnaie à l’abri des crises…”

http://www.initiative-monnaie-pleine.ch/

Du coup, les parlementaires sont venus dire que les normes “Bâle III” et la garantie des dépôts de CHF 100 000.- est suffisante pour une monnaie à l’abri des crises.

→ Bref… on ne parle pas du fond de monnaie pleine.

Je trouve nettement plus intéressant de poser la question:

“Qui devrait créer la monnaie ?”

Si on arrive à recentrer le débat plutôt sur cette question tout à fait politique plutôt que sur une question tout à fait technique d’une méthode pour sécuriser le système. Je pense que là le débat ira beaucoup plus loin !

Bonne journée

Bonne fêtes

Mathieu


Nous devrions créer nous-même nos “monnaies”.

http://desiebenthal.blogspot.ch/2011/05/pour-un-capital-social-local-le.html


Monnaies Locales vs Virtuelles

JAN25

Monnaies Locales vs Virtuelles : quand l’opposition fait la force !

Public

 · Organisé par OuiShare


★★★ PROGRAMME ★★★


Cet événement cherche à favoriser l’échange entre ces différents écosystèmes autour d’un objectif commun : appréhender les enjeux et problématiques associés à l’émergence et au développement d’initiatives économiques / monétaires innovantes et alternatives, et évaluer l’impact potentiel des technologies de la blockchain et des cryptomonnaies sur ces différents mouvements. 


Plusieurs typologies d’acteurs seront conviées aux échanges, rythmés par différentes présentations et débats. Seront notamment représentés :
Des experts des monnaies alternatives et des cryptomonnaies pour analyser l’impact de ces mouvements en tant que levier de transformation et d’évolution de notre économie ;
Des responsables de monnaies locales complémentaires, engagé ou non dans un processus de digitalisation de leur monnaie ;
Des porteurs de projet et responsables d’initiatives économiques innovantes




★Les intervenants ★


Monnaies alternatives et Blockchain
►Think Tank Monnaies en transition et président VeraCash – Jean-François Faure
►Maître de conférence de l’Université d’Auvergne – Ariane Tichit
►Professeur à l’Institut d’études politiques de Lyon – Jérôme Blanc




Monnaies locales complémentaires
► Monnaie Locale Citoyenne: La Gonette (Lyon), pour qui la digitalisation de la monnaie est un enjeu de développement actuel – Jean-Vincent Jéhanno, co-président ; également co-président du Mouvement SOL
► Monnaie Léman (Genève), qui fait figure de précurseur dans l’utilisation des technologies de la blockchain au service des monnaies locales complémentaires – Jean Rossiaud et Dominique Climenti, co-président et responsable IT


Economie alternative
► MonkeyMoney, des outils technologiques au service du développement de projets de MLC – Geoffroy Mounier et Nicolas Caillouet, porteurs du projet
► GoodCoin, une alternative basée sur la blockchain pour le fonctionnement des MLC – Allan Floury et Alexandre Mézard, porteurs du projet








★★POUR LES DEVELOPPEURS.ES !★★


14h – 17h : Des ateliers pour comprendre et s’approprier les technologies de la blockchain


► Atelier développeurs : créer sa propre monnaie grâce aux technologies de la blockchain ( Animé par Les Bricodeurs )
► Atelier avec des porteurs de projet : proposition de challenges techniques et stratégiques à destination des étudiants d’Epitech / mentoring et revue critique des projets auprès des intervenants présents




★★POUR TOUT LE MONDE !★★




18h – 20h : Conférence / Débat – Vers une révolution du système économique / monétaire ?


►1er temps – Introduction : Présentation des concepts clés de la monnaie et de la blockchain


◦ Le rôle de la monnaie – objectifs et ambitions des monnaies alternatives et complémentaires ; par Jean-François Faure (15mn 
+ 5mn de questions)


◦ Les monnaies locales complémentaires – état des lieux et défis à relever ; par Jérôme Blanc (15mn + 5mn de questions)


◦ Revue technique de la blockchain et des crypto-monnaies – Fonctionnalités et caractéristiques d’une technologie disruptive ; par Ariane Tichit et Blaise Cavalli (15mn + 5mn de questions)


►2ème temps – Débat : Faut-il utiliser la blockchain pour digitaliser les MLC ?


◦ Intervenants principaux : La Gonette, Le Léman, GoodCoin, MonkeyMoney


◦ Débat ouvert avec le public ; animateurs : Ariane Tichit et Blaise Cavalli




20h – 21h : Clôture de l’évènement et Buffet / Networking




★★★ INFOS PRATIQUES ★★★


★ Epitech Lyon
156, rue Paul Bert 
69003 Lyon


► Accès
Ⓜ METRO B: Gare Part-Dieu Didier Merle
TRE, T3 : Gare Part-Dieu Vilette 
T1 : Gare Part-Dieu Didier Merle




★★★ NOUS SUIVRE ★★★
facebook.com/OuiShare 
twitter.com/ouishare_fr
instagram.com/ouishare 
youtube.com/user/OuiShareTV 
linkedin.com/company/ouishare

Traduction »