Affiches monnaie-pleine personnalisées !

Affiches monnaie-pleine personnalisées avec le texte de l'affiche officielle ! à choix, doré ou argenté !
Pour votre bureau, salon, magasin, jardin, terrain, bâtiment, galerie, souvenir, parentée, enfants, musée... etc...

La pièce de 2.-  Fr est remplacée par votre pièce de 5.-  fr ou 20.- Fr ( Vreneli ) avec le portrait de profil de votre choix !
Épouse, époux. enfants, parents, grands-parents, animal de compagnie, personnalité, ...
Devis:
Mise en page de chaque personne: 10 Chf / personne et par image.
Impression des posters:
Vous pouvez le prendre la journée monnaie-pleine du 21 avril à Etoy / Morges ou vous la faire envoyer par poste :-) 
Soit avec la Laser 
Format A4 : 1 CHF  / poster 
Format A3 : 2 CHF  / poster
Soit Jet d'encre sur papier Photo premium matt ou Glossy (au choix)
Format A2 : 20 CHF / poster
Format A1: 40 CHF  / poster
Format A0: 60 CHF  / poster
Format F14: 80 CHF / poster
Il existe beaucoup d'autre papier, exemple sur papier vinyl autocollant, papier 90gr, papier 270 gr, etc...)
Les prix varient en fonction du papier.
Vous pouvez voir un exemple de ce que l'on peut faire ( voir image jointe).
https://drive.google.com/open?id=0B-p0lmjLtiXzR1dpMHIxclNwZFV1SW9EcEFJRUxsR0JIX3BZ
Concernant l'expédition, je vais aller voir La Poste afin d'avoir des prix justes.
Je vous informerais des que possible.
N'hésitez pas à me contacter si vous avez des questions ou autre.
En vous souhaitant une bonne journée.

Cordialement
Boris Horlacher
AM Print
Route de Pallatex 5
1163 Etoy
079 177 18 68
www.am-print.ch

Envoyez votre mail à boris.horlacher@gmail.com

Merci d'indiquer le numéro de devis pour toute correspondance ultérieure.

N° de devis : 28032018-01


PS: En tant que nouveau client, votre commande se paie comptant ou par carte bancaire lors du retrait de la marchandise ou lors de la commande si envoi par la poste.

En espérant que cette offre vous conviendra, nous vous présentons nos meilleures salutations.

1er avril et plus… Lave ta banque !

Lave ta banque !
Seul, ou à deux, ou à trois, ou plus… à la brosse, panosse, éponge, brosse-à-dent, raclette

Sans cris, mais fais-en un film et mets-le sur internet, youtube, dailymotion, vimeo, etc… et facebook…
Instructions:
Aussi pour les banques en Suisse, avec monnaie-pleine, plus de transparence !
Qui crée les Francs et pour qui ?
Lavons les banques.
Opérations ou commandos “transparence”
Monnaies-pleines pour tous et pas seulement pour les banquiers !
Poisson d’avril mondial
,

“Lavage de banque”
“Lavons les banques…”,
” Nettoyons les banques…”
“Pour plus de transparence”  
Glasnost et perestroïka bancaires
” Stop au vrai secret bancaire “

Poisson d’avril et plus…
Performance au Guinness book ?

L’opération est conçue, de A à Z, comme une opération avant tout audiovisuelle.
Nous recherchons des participants si possible à visage découvert, sans cris ni excès, qui accepteront tranquillement de contribuer aux “tournages”.
Nous cherchons le plus grand nombre de tournages dans toute la Suisse et, par sympathie, dans le monde entier, le dimanche premier avril
pour atteindre notre objectif de notoriété (100%)

Quelque-uns de ces “tournages” seront diffusés en direct sur les réseaux sociaux.
Chaque tournage sera associé, le jour où il aura lieu, à un rassemblement public organisé autour d’une Assemblée de citoyens, ou Assemblée de campagne, toutes les propositions contenus dans nos mails peuvent être discutées et améliorées.

Si les forces de l’ordre bloquent les accès, nous irons laver les fiduciaires, les plaques des avocats, des tribunaux, des gouvernements, des postes de police, des armées, de tous les complices du “ système bancaire “ qui a trop abusé de notre confiance à tous.

Un gag qui peut nous permettre d’éviter des guerres atroces, militaires, économiques, monétaires, sociales, civiles etc…

Equipe: au moins 2 personnes, une qui lave et l’autre qui filme. Merci.

Matériel: au moins un bidon d’eau, du savon mousse, une raclette, un chiffon, une caméra de téléphone mobile ou mieux, si possible une affiche officielle monnaie-pleine, des prospectus, des tee-shirts monnaie pleine ou mieux des DOSSARDS gratuits « MONNAIE PLEINE »
Les dossards imprimés sont en tissu..,


TOUT LE MATÉRIEL D’INFORMATION EST ENVOYÉ GRATUITEMENT, À L’EXCEPTION DES ARTICLES DE BOUTIQUE ET DES LIVRES.
APRÈS AVOIR REMPLI LE FORMULAIRE DE COMMANDE ET CHOISI VOS ARTICLES, CLIQUEZ SUR ”ENVOYER” TOUT EN BAS DE LA PAGE. VOUS POUVEZ AUSSI COMMANDER DES BANDEROLES, DES TABLES DE STAND MOBILES, ETC…
DOSSARDS gratuits « MONNAIE PLEINE »

Les dossards imprimés sont en tissu..

Des militants pour la «justice fiscale» se sont mis à nettoyer les devantures de plusieurs banques du centre de Liège, ce mercredi.
Une dizaine de militants du Réseau pour la Justice Fiscale (RJF) ont mené une action symbolique autour de la place de l’Opéra à Liège mercredi. De 12h à 13h, ils ont nettoyé les vitrines des banques BNP Paribas Fortis, Belfius et ING.
«Il s’agissait d’une action ludique pour réclamer la transparence fiscale», explique Jean-Yves Buron, coordinateur du bureau régional de l’association Vivre Ensemble, membre du RJF. «Nous souhaitions également attirer l’attention sur le Tax Justice Day, la journée de la justice fiscale, qui se tiendra ce 9 juin.»
À l’heure des révélations sur les scandales financiers (Luxleaks, Panama Papers…), le Tax Justice Day organisé pour la sixième fois par le RJF insiste sur «l’importance des impôts» qui permettent à l’État de récolter les moyens nécessaires pour financer les services collectifs.
«Concernant l’évasion fiscale, les chiffres sont connus et les preuves sont là», affirme Jean-Yves Buron. «Pourtant, l’État, qui n’a jamais été aussi riche, continue de faire deux poids, deux mesures. Il faut aller chercher l’argent là où il est!»
De part leurs différentes actions, les associations comme Vivre Ensemble ou le Réseau Wallon de Lutte contre la Pauvreté (RWLP) entendent interpeller la classe politique et l’opinion publique. Afin de marquer le coup lors du Tax Justice Day, des flyers de sensibilisation seront distribués par les militants du RJF dans toutes les grandes gares du pays jeudi matin.

Le désir de monnaie-pleine !





Si tu veux construire un bateau, ne rassemble pas tes hommes et femmes pour leur donner des ordres, pour expliquer chaque détail, pour leur dire où trouver chaque chose. Si tu veux construire un bateau, fais naître dans le coeur de tes hommes et femmes le désir de la mer


Antoine de SaintExupéry 


La Suisse avec monnaie-pleine ?


La création monétaire est actuellement volée (sic) par le système bancaire. 

L’ écart entre les prix et le pouvoir d’argent est comblé maintenant principalement par des dettes nouvelles à intérêts, nous voulons au contraire le remplir par la création d’argent nouveau sans dettes à travers le dividende et l’escompte.

Les guerres mondiales et les récentes crises bancaires prouvent la création possible de masses monétaires en vue de gaspillages honteux et polluants… Créons ces masses (sans dettes) pour la paix sociale et la civilisation. Libérons-nous des chaînes de la rareté…


Nous sommes pour une distribution directe automatique et égale à toutes les personnes de toutes les créations monétaires.

Pour être clair, nous soulignons aussi que l’argent pour la production sous un système créditiste pourrait être parfois de l’argent dette, donc à rembourser, mais sans intérêts, au profit de tous.

C’est seulement le dividende et l’escompte qui seraient créés sans aucune dette pour équilibrer le cycle monétaire et l’écart actuel entre les productions automatisées et le pouvoir d’achat toujours insuffisant vu l’automatisation qui ne donne plus de salaires aux machines et robots.

VIVE LA ROBOLUTION ou ROBOT-SOLUTION AVEC DE VRAIS DIVIDENDES à TOUS.

Créons ces masses pour la paix sociale et la civilisation. 

Libérons-nous des chaînes de la rareté…


Slogans possibles:

Expérience faites, quelques arguments courts et percutants:

Loyers moins chers avec monnaie-pleine ! 
Moins de chômage avec monnaie-pleine !
Moins de dettes avec monnaie-pleine !
Moins d’inégalités avec monnaie-pleine !
Moins de crises avec monnaie-pleine !
Plus de démocratie avec monnaie-pleine !
Plus de paix avec monnaie-pleine !
Plus de stabilité avec monnaie-pleine !
Moins de peurs avec monnaie-pleine !
Distribuons la création monétaire !
Battons une monnaie-pleine !
Nous, le Souverain, battons monnaie !La monnaie bien commun ? réfléchissons-y et signons !

Austérité ? Stop !

Profits distribués / Pertes privées !

Perd, passe et banques-casinos, STOP

Recadrer les banques.

Recadrer la monnaie électronique

Mieux cadrer les banques.

Pour un argent serviteur.

Pour une monnaie servante

Pour une monnaie pleine

Souveraineté monétaire

Argent double ou plein ?

Francs suisses aux Suisses

Monnaie du 21ème siècle


déspéculer l’épargne !

notre argent, notre choix !

resécuriser le Franc suisse !


Images:





L’HISTOIRE DE LA MONNAIE EN SUISSE

« En 1891, le peuple suisse interdit aux banques l’émission de billets de banques. Que disait, à l’époque, le texte de la votation ? »Voici les données de la votation de 1891 :

www.admin.ch/ch/d/pore/va/18911018/det37.html

Et voici le document contenant l’adaptation de la Constitution :

www.amtsdruckschriften.bar.admin.ch/viewOrigDoc.do


Un viol de plus de notre constitution !



http://desiebenthal.blogspot.ch/2015/02/initiative-monnaie-pleine-questions.html

Usure, et autres profits malhonnêtes



Lettre encyclique de notre seigneur très saint Benoît, pape par la providence divine, XIV
Sur les contrats: Vix pervenit
Objet et occasion de l’Encyclique.


Sur l’usure, et autres profits malhonnêtes


A nos vénérables frères, patriarches, archevêques, évêques et autres ordinaires d’Italie. Vénérables frères, Salut et bénédiction apostolique,


1. Nous avions appris qu’à l’occasion d’une nouvelle controverse (dont l’objet consiste à savoir si un certain contrat doit être jugé valide), il se répandait en Italie quelques opinions qui sembleraient n’être pas conformes à la saine doctrine. Aussitôt Nous avons considéré comme un devoir de notre ministère apostolique d’apporter un remède convenable à ce mal, qui pourrait à la faveur du temps et du silence, prendre de nouvelles forces, et de lui barrer la route pour l’empêcher de s’étendre plus loin et de gagner les villes d’Italie où il n’a pas encore pénétré. C’est pourquoi Nous avons pris les moyens et suivi la méthode dont le Siège apostolique s’est toujours servi en pareil cas. Nous avons expliqué toute l’affaire à quelques-uns de nos vénérables frères les cardinaux de la sainte Eglise romaine, qui se sont acquis une grande renommée par leur profond savoir en théologie et en droit ecclésiastique. Nous avons aussi appelé plusieurs réguliers qui tiennent le premier rang dans les deux facultés, et que nous avons pris en partie chez les moines en partie chez les religieux mendiants et enfin parmi les clercs réguliers. Nous y avons même adjoint un prélat qui est docteur en droit civil et canonique, et qui a longtemps suivi le barreau. Nous les avons tous assemblés en notre présence, le 4 juillet dernier, et, leur ayant fait un détail bien exact de l’affaire pour laquelle ils étaient convoqués, nous nous sommes aperçus qu’ils la connaissaient déjà parfaitement.


2. Ensuite Nous leur avons ordonné d’examiner à fond cette affaire, sans partialité, et sans passion, et de mettre par écrit leurs opinions. Toutefois nous ne les avons pas chargés de donner leur jugement sur le contrat qui avait occasionné la première dispute, parce qu’on manquait de plusieurs documents absolument nécessaires. Nous leur avons enjoint de déterminer en fait d’usure les points de doctrine auxquels les bruits qu’on a dernièrement répandus dans le public semblaient porter atteinte. Ils ont tous sans exception, exécuté nos ordres. Ils ont exposé publiquement leurs sentiments dans deux congrégations, dont la première s’est tenue devant nous le 18 juillet, et la seconde le 1er août dernier. Ils les ont enfin laissés par écrit entre les mains du secrétaire de la Congrégation.


3. Or voici les choses qu’ils ont approuvées d’un commun accord. I. L’espèce de péché appelée usure et dont le lieu propre est le contrat de prêt – dont la nature demande qu’il soit rendu autant seulement que ce qui a été reçu – consiste pour le prêteur à exiger – au nom même de ce contrat – qu’il lui soit rendu davantage que ce qui a été reçu et, par conséquence, à affirmer que le seul prêt donne droit à un profit, en plus du capital prêté. Pour cette raison, tout profit de cette sorte qui excède le capital est illicite et usuraire. II. Personne ne pourra être préservé de la souillure du péché d’usure en arguant du fait que ce profit n’est pas excessif ou inconsidéré mais modeste, qu’il n’est pas grand mais petit. Ni du fait que celui à qui on le réclame n’est pas pauvre mais riche. Ou bien encore que l’argent prêté n’a pas été laissé inactif mais a été employé très avantageusement pour augmenter sa propre fortune, acquérir de nouveaux domaines, ou se livrer à un négoce fructueux. Est convaincu d’agir contre la loi du prêt – laquelle consiste nécessairement dans l’égalité entre ce qui est donné et ce qui est rendu – celui qui, après avoir reçu un équivalent, ne craint pas d’exiger encore davantage sous prétexte du prêt. En effet, le prêt n’exige, en justice, que l’équivalence dans l’échange. La justice dite “commutative” ordonne de maintenir dans les contrats humains l’égalité intangible de chacune des parties, et de la rétablir parfaitement dans le cas où elle aurait été rompue. Par conséquent si une personne a reçu plus qu’il n’a donné, elle est tenue à restituer le trop perçu. III. Par là il n’est aucunement nié que quelquefois d’autres titres, comme l’on dit, pourront se trouver adjoints au contrat de prêt : des titres qui ne sont pas absolument pas inhérents ni intrinsèques à la nature du contrat de prêt considéré en général. De ces titres résultent une raison très juste et très légitime d’exiger, de façon régulière, plus que le capital dû sur la base du prêt. De même, on ne nie pas qu’il y ait d’autres contrats d’une nature distincte de celle du prêt, qui permettent souvent de placer et d’employer son argent sans reproche, soit en procurant des revenus annuels par l’achat de rentes, soit en faisant un commerce et un négoce licite, pour en retirer des profits honnêtes. IV. Il est certain que, dans tant de diverses sortes de contrats, il faut maintenir l’égalité propre à chacun. Tout ce qui est reçu au-delà ce qui est juste relève, sinon de l’usure – parce qu’il n’y a point de prêt avéré – du moins d’une autre injustice véritable qui impose pareillement l’obligation de le restituer. Par contre, si tout est fait dans les formes et pesé sur la balance de la justice, il est indubitable que ces mêmes contrats fournissent une multiplicité de moyens et de manières licites qui suffisent à alimenter le commerce et les négoces fructueux, en vue du bien commun. Que les chrétiens ne s’imaginent pas que les usures ou d’autres injustices semblables puissent faire fleurir les branches du commerce. Bien au contraire, Nous apprenons de la Parole divine elle-même que “la justice élève une nation, mais la honte des peuples, c’est le péché.” (Prov 14.34) V. Il faut cependant considérer avec attention qu’il serait faux et téméraire de croire qu’on peut toujours trouver et disposer, d’autres titres légitimes avec le prêt, ou bien, indépendamment du prêt, d’autres contrats justes. De sorte que, moyennant ces titres et ces contrats, chaque fois qu’on prêtera à quelqu’un de l’argent, du blé ou toute autre chose de cette sorte, il serait toujours permis de recevoir un surcroît modéré en plus de la totalité du capital prêté. Cette allégation est – sans doute aucun – contraire non seulement aux enseignements divins et au sentiment de l’Eglise catholique sur l’usure, mais encore au sens commun et à la raison naturelle. En effet, personne ne peut ignorer qu’en de nombreuses occasions l’homme est tenu de secourir son prochain par un prêt simple et nu, puisque le Christ, Notre Seigneur, l’enseigne lui-même : “A qui te demande donne, et de qui veut t’emprunter ne te détourne pas.” (Mt 5.42), et qu’en certaines circonstances il n’existe – en dehors du prêt – aucun autre contrat qui soit véritable et juste. Par conséquent, si un homme qui désire une règle pour sa conscience, il lui faut d’abord examiner d’abord avec soin s’il existe véritablement avec le prêt un autre titre légitime, ou s’il peut passer un autre contrat juste que le contrat du prêt en vertu duquel il pourra, sans craindre d’offenser Dieu, se procurer un profit honnête.


4. C’est en ces termes que les cardinaux, théologiens et les grands canonistes, dont Nous avons demandé l’avis sur cette affaire importante, se sont résumés et ont expliqué leurs sentiments. De notre côté, Nous n’avons pas négligé d’étudier en particulier la même cause, avant, pendant et après la tenue des congrégations. Nous avons parcouru avec le plus grand soin les jugements des hommes habiles que Nous venons de rapporter. Cela étant Nous approuvons et confirmons tout ce qui est contenu dans les avis ci-dessus exposés, attendu que tous les écrivains, les professeurs en théologie et en droit canon, plusieurs passages de l’Ecriture sainte, les décrets des pontifes nos prédécesseurs, l’autorité des conciles et des Pères, semblent quasi conspirés à établir les mêmes sentiments. De plus, Nous connaissons parfaitement les auteurs à qui l’on doit rapporter les sentiments contraires, aussi bien que ceux qui les protègent et les défendent ou semblent chercher l’occasion de les répandre. Nous n’ignorons pas enfin avec quelle sagesse et quelle force les théologiens, voisins des contrées où se sont élevées des contestations ont pris la défense de la vérité.


5. C’est pourquoi Nous avons adressé cette lettre encyclique à tous les archevêques, évêques, ordinaires d’Italie. Ainsi, vous recevrez comme tous les autres, ces instructions et quand il arrivera de tenir des synodes, de parler au peuple, de lui faire des instructions sur la doctrine chrétienne on n’avancera jamais rien de contraire aux sentiments que Nous avons relatés. Nous vous exhortons encore à employer tous vos soins pour que dans vos diocèses personne n’ait la hardiesse d’enseigner le contraire de vive voix ou par écrit. Que si quelqu’un refuse d’obéir nous le déclarons sujet et soumis aux peines décrétées par les saints canons contre ceux qui méprisent et transgressent les ordres apostoliques.


6. Mais nous ne statuons rien à présent sur le contrat qui a fait naître ces nouvelles disputes. Nous n’arrêtons rien non plus à cette heure sur les autres contrats dont la légitimité partage les théologiens et les canonistes. Nous croyons néanmoins devoir animer le zèle que vous avez pour la religion et pour la piété, afin que vous exécutiez ce que Nous ajoutons ici.


7. Premièrement, faites bien voir à vos peuples, par la gravité de vos paroles, que le vice de l’usure est condamné par l’Ecriture sainte, qu’il prend même différentes formes, afin de précipiter de nouveau dans les derniers malheurs les fidèles qui ont été remis en liberté et en grâce par le sang de Jésus-Christ. C’est pourquoi, s’ils veulent placer leur argent qu’ils se gardent de se laisser emporter par l’avarice, source de tous les maux ; mais plutôt qu’ils demandent conseil aux personnes renommées pour leur érudition et pour leur mérite.


8. En second lieu, que ceux qui ont assez confiance dans leurs forces et dans leur sagesse pour répondre hardiment sur ces questions (qui demandent néanmoins une grande connaissance de la théologie et des canons) évitent avec le plus grand soin les extrêmes toujours vicieux. Quelques-uns, jugeant ces affaires avec beaucoup de sévérité blâment tout intérêt tiré de l’argent comme illicite et tenant à l’usure. D’autres, au contraire très indulgents et relâchés pensent que tout profit est exempt d’usure. Qu’ils ne s’attachent pas trop à leurs opinions particulières : mais qu’avant de répondre, ils consultent plusieurs écrivains de grand renom ; qu’ils embrassent ensuite le parti qu’ils verront clairement appuyé non seulement sur la raison mais encore sur l’autorité. S’il s’élève une dispute au sujet de quelque contrat examiné, qu’on évite soigneusement de rien dire d’injurieux et d’offensant à ceux qui suivent un sentiment contraire ; et qu’on se garde bien d’affirmer que leur opinion mérite d’être fortement censurée surtout si elle n’est pas dénuée de raisons et d’approbations d’hommes éminents parce que les injures et les outrages rompent le lien de la charité chrétienne et sont pour le peuple des pierres d’achoppement et de scandale.


9. En troisième lieu, il faut avertir ceux qui veulent se préserver de la souillure du péché de l’usure et confier leur argent à autrui, de façon à tirer un intérêt légitime, de déclarer, avant toutes choses, le contrat qu’ils veulent passer, expliquer clairement et en détail toutes les conventions qui doivent y être insérées, et quel profit ils demandent pour la cession de ce même argent. Ces explications contribuent beaucoup, non seulement à éviter les scrupules et les anxiétés de conscience, mais encore à prouver au for extérieur le contrat qui a eu lieu. Elles ferment aussi la porte aux discussions qu’il faut quelquefois soulever pour voir clairement si un placement d’argent qui paraît avoir été fait dans les règles renferme néanmoins une usure réelle, dissimulée.


10. En quatrième lieu, Nous vous exhortons à ne point accueillir les discours déplacés de ceux qui disent sans cesse qu’aujourd’hui la controverse sur les usures n’est qu’une dispute de mots, vu que l’on retire ordinairement profit de l’argent cédé à autrui d’une manière quelconque. Il suffit pour voir clairement à quel point cela est faux et éloigné de la vérité de considérer que la nature d’un contrat est tout à fait différente et distincte de la nature d’un autre contrat et qu’il y a pareillement une grande différence entre les conséquences des contrats qui sont opposés entre eux. En effet, il y a une différence évidente entre le revenu qu’on tire de l’argent légitimement et qui, pour cette raison, peut être gardé devant tout tribunal, et entre le revenu qu’on tire de l’argent illégitimement, et dont pour cette raison, le for extérieur et le for de la conscience ordonnent la restitution. Il est donc certain qu’on a tort de dire que la question proposée, de nos jours sur les usures est une question vaine et frivole, parce que l’on tire ordinairement profit de l’argent cédé à autrui.


11. Voilà ce que Nous avons cru devoir principalement vous marquer, dans l’espoir que vous exécuterez tout ce que nous prescrivons par cette lettre. Nous avons aussi la confiance que, si par hasard il s’élève des troubles dans votre diocèse à l’occasion de cette nouvelle controverse sur les usures, ou si l’on cherche à ternir l’éclat et la pureté de la saine doctrine, vous saurez y apporter les remèdes les plus convenables. Nous vous donnons enfin à vous, et au troupeau qui vous est confié, notre bénédiction apostolique.


Donné à Rome, le 1er Novembre de l’année 1745, la sixième de Notre pontificat.


BENOÎT XIV Vix Pervenit – 1er Novembre de l’année 1745

En avril 1995 a paru dans le journal “Finalités” une traduction de certains passages par M. Henri Hude

G7, Bilderberg & monnaie-pleine !

Le Sommet du G7 de 2018 aura lieu au Canada, dans la magnifique région de Charlevoix, du 8 au 9 juin 2018.

Le sommet Bilderberg aura lieu à Turin presque aux même dates, un jour de plus…
La votation monnaie-pleine aura lieu le même week-end !
Beaucoup de coïncidences !
Les puissants vont très probablement observer notre votation et la commenter entre eux !

Lavons les banques !

Lavons les banques !
Monnaies-pleines pour tous et pas seulement pour les banquiers !
Poisson d’avril et plus…

“Lavage de banque”
“Lavons les banques…”,
” Nettoyons les banques…”
“Pour plus de transparence”  
” Stop au vrai secret bancaire “

Poisson d’avril et plus…
Performance au Guinness book ?


L’opération est conçue, de A à Z, comme une opération avant tout audiovisuelle.
Nous recherchons des participants si possible à visage découvert, qui accepteront de contribuer aux “tournages”.
Nous cherchons le plus grand nombre de tournages dans toute la Suisse et, par sympathie, dans le monde entier, le dimanche premier avril pour atteindre notre objectif de notoriété (100%)


Quelque-uns de ces “tournages” seront diffusés en direct sur les réseaux sociaux.
Chaque tournage sera associé, le jour où il aura lieu, à un rassemblement public organisé autour d’une Assemblée de citoyens, ou Assemblée de campagne, toutes les propositions contenus dans nos mails peuvent être discutées et améliorées.


Si les forces de l’ordre bloquent les accès, nous irons laver les fiduciaires, les plaques des avocats, des tribunaux, des gouvernements, des postes de police, des armées, de tous les complices du “ système bancaire “ qui a trop abusé de notre confiance à tous.


Un gag qui peut nous permettre d’éviter des guerres atroces, militaires, économiques, monétaires, sociales, civiles etc…


Equipe: au moins 2 personnes, une qui lave et l’autre qui filme. Merci.


Matériel: au moins un bidon d’eau, du savon mousse, une raclette, un chiffon, une caméra de téléphone mobile ou mieux, si possible une affiche officielle monnaie-pleine, des prospectus, des tee-shirts monnaie pleine ou mieux des DOSSARDS gratuits « MONNAIE PLEINE »
Les dossards imprimés sont en tissu..,

TOUT LE MATÉRIEL D’INFORMATION EST ENVOYÉ GRATUITEMENT, À L’EXCEPTION DES ARTICLES DE BOUTIQUE ET DES LIVRES.

APRÈS AVOIR REMPLI LE FORMULAIRE DE COMMANDE ET CHOISI VOS ARTICLES, CLIQUEZ SUR ”ENVOYER” TOUT EN BAS DE LA PAGE. VOUS POUVEZ AUSSI COMMANDER DES BANDEROLES, DES TABLES DE STAND MOBILES, ETC…

DOSSARDS gratuits « MONNAIE PLEINE »

Les dossards imprimés sont en tissu..

Lavons les vitrines des banques !

Aussi pour les banques en Suisse, avec monnaie-pleine, plus de transparence !
Qui crée les Francs et pour qui ?
Lavons les banques.
Opérations ou commandos “transparence”
Monnaies-pleines pour tous et pas seulement pour les banquiers !
Poisson d’avril mondial
,

“Lavage de banque”
“Lavons les banques…”,
” Nettoyons les banques…”
“Pour plus de transparence”  
Glasnost et perestroïka bancaires
” Stop au vrai secret bancaire “

Poisson d’avril et plus…
Performance au Guinness book ?

L’opération est conçue, de A à Z, comme une opération avant tout audiovisuelle.
Nous recherchons des participants si possible à visage découvert, sans cris ni excès, qui accepteront tranquillement de contribuer aux “tournages”.
Nous cherchons le plus grand nombre de tournages dans toute la Suisse et, par sympathie, dans le monde entier, le dimanche premier avril
pour atteindre notre objectif de notoriété (100%)

Quelque-uns de ces “tournages” seront diffusés en direct sur les réseaux sociaux.
Chaque tournage sera associé, le jour où il aura lieu, à un rassemblement public organisé autour d’une Assemblée de citoyens, ou Assemblée de campagne, toutes les propositions contenus dans nos mails peuvent être discutées et améliorées.

Si les forces de l’ordre bloquent les accès, nous irons laver les fiduciaires, les plaques des avocats, des tribunaux, des gouvernements, des postes de police, des armées, de tous les complices du “ système bancaire “ qui a trop abusé de notre confiance à tous.

Un gag qui peut nous permettre d’éviter des guerres atroces, militaires, économiques, monétaires, sociales, civiles etc…

Equipe: au moins 2 personnes, une qui lave et l’autre qui filme. Merci.

Matériel: au moins un bidon d’eau, du savon mousse, une raclette, un chiffon, une caméra de téléphone mobile ou mieux, si possible une affiche officielle monnaie-pleine, des prospectus, des tee-shirts monnaie pleine ou mieux des DOSSARDS gratuits « MONNAIE PLEINE »
Les dossards imprimés sont en tissu..,



TOUT LE MATÉRIEL D’INFORMATION EST ENVOYÉ GRATUITEMENT, À L’EXCEPTION DES ARTICLES DE BOUTIQUE ET DES LIVRES.
APRÈS AVOIR REMPLI LE FORMULAIRE DE COMMANDE ET CHOISI VOS ARTICLES, CLIQUEZ SUR ”ENVOYER” TOUT EN BAS DE LA PAGE. VOUS POUVEZ AUSSI COMMANDER DES BANDEROLES, DES TABLES DE STAND MOBILES, ETC…
DOSSARDS gratuits « MONNAIE PLEINE »


Les dossards imprimés sont en tissu..

Des militants pour la «justice fiscale» se sont mis à nettoyer les devantures de plusieurs banques du centre de Liège, ce mercredi.
Une dizaine de militants du Réseau pour la Justice Fiscale (RJF) ont mené une action symbolique autour de la place de l’Opéra à Liège mercredi. De 12h à 13h, ils ont nettoyé les vitrines des banques BNP Paribas Fortis, Belfius et ING.
«Il s’agissait d’une action ludique pour réclamer la transparence fiscale», explique Jean-Yves Buron, coordinateur du bureau régional de l’association Vivre Ensemble, membre du RJF. «Nous souhaitions également attirer l’attention sur le Tax Justice Day, la journée de la justice fiscale, qui se tiendra ce 9 juin.»
À l’heure des révélations sur les scandales financiers (Luxleaks, Panama Papers…), le Tax Justice Day organisé pour la sixième fois par le RJF insiste sur «l’importance des impôts» qui permettent à l’État de récolter les moyens nécessaires pour financer les services collectifs.
«Concernant l’évasion fiscale, les chiffres sont connus et les preuves sont là», affirme Jean-Yves Buron. «Pourtant, l’État, qui n’a jamais été aussi riche, continue de faire deux poids, deux mesures. Il faut aller chercher l’argent là où il est!»
De part leurs différentes actions, les associations comme Vivre Ensemble ou le Réseau Wallon de Lutte contre la Pauvreté (RWLP) entendent interpeller la classe politique et l’opinion publique. Afin de marquer le coup lors du Tax Justice Day, des flyers de sensibilisation seront distribués par les militants du RJF dans toutes les grandes gares du pays jeudi matin.

Campagne monnaie-pleine





Les manipulations continuent:


Initiative gauchiste ?


Faux, elle est pour le bien commun de tous, sauf quelques rares banquiers, financiers et actionnaires privilégiés.


Contrôlée de l’étranger ? Faux, elle est signée par plus de 110’000 suisses, qui ont pris quelques bonnes idées aussi chez quelques amis, de plusieurs pays. Et alors… les arguments volent très bas !


” Les initiants ont jugé “ridicules” les accusations selon lesquelles ils seraient pilotés de l’étranger pour tester en Suisse un système aux conséquences inconnues. Il y a un soutien financier international, mais il reste faible (pas plus de 7000 francs), selon Reinhold Harringer. Et de noter que la BNS a aussi des contacts internationaux.”


Plus d’arguments pendant la conférence de presse


https://www.vollgeld-initiative.ch/fa/img/Medienkonferenz_Start_Abstimmungskampf/180322_Redetexte_Kampagnenstart_Vollgeld_Franz.pdf


La journée du 21 avril


https://docs.google.com/document/d/18mloXNauO5NqE97I7fhbsNKEAJPaJe8pRyPEkx1byZo/edit?usp=sharing


Les affiches officielles



Quelques affiches officieuses.

Article de l’ATS

L’argent électronique devrait être aussi sûr que les espèces dans un coffre. Les partisans de l’initiative dite «Monnaie pleine» affirment pouvoir lutter efficacement contre les bulles financières et les faillites bancaires. Ils ont lancé jeudi leur campagne.

Les initiants ont jusqu’au 10 juin pour convaincre une majorité de la population de l’efficacité de leurs recettes. Au Parlement, il ne s’est trouvé qu’une dizaine de conseillers nationaux essentiellement de gauche pour soutenir l’initiative populaire «Pour une monnaie à l’abri des crises: émission monétaire uniquement par la Banque nationale!», lancée par l’association Modernisation Monétaire (MoMo).
Actuellement, la création d’argent repose sur l’émission de pièces et de billets par la Banque nationale suisse (BNS), l’achat de devises ou de papiers valeurs par cette dernière ainsi que l’octroi par la BNS de crédits aux établissements bancaires et les prêts de ces derniers.

Les banques commerciales peuvent quant à elles créer de la monnaie scripturale. Cet argent comptable ne représente pas un moyen de paiement légal. Un compte bancaire constitue une créance des clients, soit la promesse des établissements de leur payer le solde en billets et pièces.

Changer la donne

Les initiants critiquent ce système qui s’accompagne de formation de dettes. Les banques créent plus d’argent que nécessaire. Avec l’initiative, la BNS produirait l’ensemble de la masse monétaire, sans dette. La banque centrale devrait donc transférer cet argent directement à la Confédération, aux cantons ou aux citoyens.

«Les recettes de la création monétaire reviennent ainsi à la collectivité au lieu d’aller financer les bulles spéculatives.» L’approvisionnement en crédit de l’économie et des ménages serait assuré par des prêts de la BNS aux banques.

La politique monétaire ne serait plus mise en oeuvre par le biais de taux d’intérêt, mais par la gestion de la masse monétaire. Selon les initiants, l’argent de tous les comptes courants serait entièrement sécurisé. L’Etat n’aurait plus à sauver des banques à coups de milliards versés par les contribuables pour assurer le service des paiements.

Système plus sûr

«Notre argent bien mérité» ne doit pas disparaître alors que la prochaine crise financière approche déjà, font valoir les initiants. Rien ne promet que les banques pourront encore payer les avoirs de leurs clients. D’autant plus que la monnaie en circulation est constituée à 90% d’argent scriptural virtuel.

Comme en 1891, lorsque la BNS a reçu le monopole de l’émission des billets de banque, il faut désormais lui confier cette fonction pour la monnaie scripturale. La Suisse pourra ainsi entrer en toute sécurité dans l’ère à venir des cryptomonnaies. (ats/nxp)


L’argent électronique devrait être aussi sûr que les espèces dans un coffre. Les partisans de l’initiative dite “Monnaie pleine” affirment pouvoir lutter efficacement contre les bulles financières et les faillites bancaires. Ils ont lancé jeudi leur campagne.
Les initiants ont jusqu’au 10 juin pour convaincre. Au Parlement, seule une dizaine de députés ont soutenu l’initiative “Pour une monnaie à l’abri des crises: émission monétaire uniquement par la Banque nationale!”, lancée par l’association Modernisation Monétaire (MoMo).
Question essentielle
Il est faux de prétendre que ce texte est d’une extrême complexité, a lancé Raffael Wüthrich, membre de l’équipe de campagne, devant la presse. Il s’agit de savoir qui devrait régir l’argent et donc le pays.
“Qui est à même de gérer au mieux le privilège de la création monétaire pour garantir le bien-être général de notre pays ? Les banques commerciales privées qui sont liées par leurs actionnaires dispersés dans le monde et par le principe du profit maximal ou une institution comme la Banque nationale suisse (BNS) ?”.
Service public
Dans une démocratie, seul le souverain peut trancher cette question et pas des professeurs d’université ou le président de la BNS. Selon le coordinateur de la campagne romande Jean-Marc Heim, il s’agit d’une question de service public, tout comme celle qui vient de concerner la redevance radio-TV.
Appelant Guillaume Tell et Helvétia à la rescousse, les partisans de la “Monnaie pleine” vont faire campagne avec une affiche montrant la face d’une pièce d’un franc accolée à la question “qui doit créer notre argent ?”. Un dépliant sous forme de billet de 20 francs plié est également distribué.
Les initiants ont jugé “ridicules” les accusations selon lesquelles ils seraient pilotés de l’étranger pour tester en Suisse un système aux conséquences inconnues. Il y a un soutien financier international, mais il reste faible (pas plus de 7000 francs), selon Reinhold Harringer. Et de noter que la BNS a aussi des contacts internationaux.
Créer de l’argent
Actuellement, la création d’argent repose sur l’émission de pièces et de billets par la BNS, l’achat de devises ou de papiers valeurs par cette dernière ainsi que l’octroi par la banque centrale de crédits aux établissements bancaires et les prêts de ces derniers.
Les banques commerciales peuvent quant à elles créer de la monnaie scripturale. Soit 90% de l’argent en circulation, selon les initiants. Cette monnaie comptable ne représente pas un moyen de paiement légal. Un compte bancaire est une promesse des banques de payer le solde en billets et pièces.
Changer la donne
Les initiants critiquent ce système qui s’accompagne de formation de dettes. Les banques créent plus d’argent que nécessaire. UBS et Credit Suisse produisent à eux seuls environ 50% de l’argent électronique en Suisse, a souligné l’économiste tessinois Sergio Morandi.
Le système actuel a plusieurs défauts. Selon M. Heim, la politique d’expansion de la masse monétaire poursuivie ces dernières années par les banques commerciales n’a fait qu’accentuer les écarts sociaux. Le franc a perdu la moitié de sa valeur depuis les années 1970, a ajouté Katharina Serafimova.
La Suisse a en outre été confrontée à une inflation sur les marchés immobiliers. Après plus de 400 crises de par le monde ces 40 dernières années, la réponse a été de réglementer toujours davantage sans que cela réduise l’instabilité, a critiqué la partisane de l’initiative.
Monopole
Avec l’initiative, la BNS produirait l’ensemble de la masse monétaire. Comme en 1891, lorsqu’elle a reçu le monopole de l’émission des billets de banque, il faut désormais lui confier cette fonction pour la monnaie scripturale.
La Suisse pourra ainsi entrer en toute sécurité dans l’ère à venir des cryptomonnaies, selon les initiants. L’Etat n’aurait plus à sauver des banques à coups de milliards versés par les contribuables pour assurer le service des paiements. L’approvisionnement en crédit de l’économie et des ménages serait assuré.
Les banques commerciales pourront seulement se procurer de l’argent auprès des uns pour le prêter aux autres. Elles géreront les comptes courants en monnaie pleine. Cela les rendra par exemple pour la première fois entièrement sûrs, selon Reinhold Harringer.

La BNS pourra continuer à acheter des devises étrangères et à effectuer des opérations d’open market. S’il faut lutter contre la déflation en cas de croissance, elle transférera l’argent directement à la Confédération, aux cantons ou aux citoyens. Pour l’équivalent de quelques centaines de francs par an et par habitant, estiment les initiants.
https://www.swissinfo.ch/fre/les-partisans-de-la–monnaie-pleine–lancent-leur-campagne/43993012



«Nous aurons l’argent le plus sûr du monde»

par Christine Talos – Les partisans de «Monnaie pleine» ont lancé leur campagne. Ils demandent que la création d’argent, y compris électronique, soit du ressort de la BNS. Interview d’un initiant.


Le 10 juin prochain, les Suisses devront se prononcer sur une question de fond: qui doit créer les francs suisses? C’est ainsi que les partisans de l’initiative Monnaie pleine ont lancé leur campagne jeudi devant la presse à Berne. Pour eux, la réponse est claire: c’est à la Banque nationale suisse (BNS) de s’en occuper exclusivement, pour ce qui est de l’argent liquide comme aujourd’hui, mais aussi et surtout de l’argent électronique. Explications avec Jean-Marc Heim, juriste et membre de l’équipe de campagne.

20 minutes: Concrètement, que demande l’initiative?


Jean-Marc Heim: Elle pose une question politique essentielle à la démocratie: est-ce que le pouvoir de création monétaire doit être entre les mains du souverain, ou doit-il être entre les mains de puissances privées? La Constitution prévoit à l’article 99 que c’est la Confédération qui est compétente en la matière. Mais cet article date de 1891 et à l’époque, la monnaie électronique n’existait pas. Ce qui fait qu’aujourd’hui seul l’argent liquide, soit les billets et les pièces de monnaie, est encore créé par la BNS. L’émergence de la monnaie électronique a permis aux banques comme UBS ou Credit Suisse de détourner ce monopole. Cet argent électronique représente actuellement 90% de notre argent.

Vous voulez donc que la monnaie électronique corresponde à du concret, en clair que chaque franc inscrit sur nos comptes salaires soit un vrai franc et pas une écriture comptable?

Absolument. Quelle que ce soit la forme que prend le franc suisse, que ce soit du liquide ou de l’électronique. Notre texte demande que la monnaie électronique devienne exactement comme les pièces et les billets.

«L’argent sur nos comptes en banque, c’est comme les points cumulus»

Concrètement, qu’est-ce qui changerait ?L’argent que nous avons sur nos comptes serait des vrais francs et non plus de la monnaie privée comme actuellement. Aujourd’hui, l’argent que nous possédons sur nos comptes n’est pas réel. C’est une créance que le client a contre sa banque. C’est un peu comme les points cumulus de la Migros.

Si tout le monde retirait son argent en même temps à la banque, nous n’aurions pas assez de billets à distribuer

En effet, car les banques ne sont tenues d’avoir que 2,5% de l’argent se trouvant sur les comptes des clients en réserve à la BNS. Et si tout le monde venait chercher son argent en même temps, la banque ne pourrait effectivement pas le verser. Mais il y a aussi un autre problème: si la banque devient insolvable en raison d’une faillite, l’argent est également perdu.

Vous estimez donc que votre initiative apporterait de la sécurité aux Suisses?

Oui. C’est une sécurité pour les titulaires de comptes individuels, mais aussi pour l’économie car avec la monnaie pleine, la faillite d’une grande banque systémique ne met plus en danger le trafic des paiements. Il n’y aurait donc plus besoin de la sauver avec l’argent du contribuable et il n’y aurait plus le risque de paralysie du trafic des paiements, paralysie qui peut être catastrophique pour l’économie.

Est-ce que cela ne va pas ralentir l’économie si tout passe par la BNS et que les banques ne peuvent plus octroyer de crédits?

Rien ne passera par la BNS de plus qu’aujourd’hui! En effet, les banques resteront entièrement compétentes, comme c’est le cas aujourd’hui, pour tout ce qui relève de la gestion des comptes de paiements. Sauf que ceux-ci seront gérés fiduciairement en dehors de leur bilan. Elles resteront compétentes aussi pour l’octroi de crédits, avec la même immédiateté. Et elles resteront compétentes aussi pour la gestion de fortune.

La Suisse est réputée pour sa place bancaire. Si on accepte l’initiative «Monnaie pleine», elle deviendrait pionnière en la matière. N’est-ce pas risqué pour notre réputation et nos affaires?

Bien au contraire. Je pense que la Suisse serait un exemple admiré dans le monde entier et très envié. Parce que la Suisse a déjà une réputation historique en matière de sécurité. Certes, la Suisse offrait aussi des garanties grâce à son secret bancaire qui a disparu. Mais la monnaie pleine va apporter beaucoup plus que le secret bancaire et elle sera bien plus transparente. Nous aurons l’argent le plus sûr du monde. En outre, cela ne va pas perturber les relations internationales puisque déjà aujourd’hui le marché des devises internationales fonctionne avec de la monnaie pleine.

Le seul point qui peut nous faire échouer, c’est que nos adversaires (..) peignent le diable sur la muraille pour faire peur aux gens.

Cela poserait quand même des problèmes pour tout ce qui est investissements, non?

Non. Car aujourd’hui 80% de l’argent créé par les banques va dans des casinos financiers. Et ne profite pas aux vrais investissements dans l’économie directe.

Votre initiative semble être une panacée. Pourtant presque personne ne vous soutient sur le plan politique. Pourquoi?

Il faut peut-être s’interroger sur le système actuel, un système qui a été mis en place par des intérêts privés. Ceux-ci ont pu prendre un pouvoir qui dépasse le pouvoir politique et ont donc réussi à mettre à leurs bottes un grand nombre de politiciens et d’organisations.

Néanmoins, vu la complexité du sujet, vous n’avez que peu de chances devant le peuple…

Le seul point qui peut nous faire échouer, c’est que nos adversaires racontent de fausses choses et peignent le diable sur la muraille pour faire peur aux gens. Car la question que pose l’initiative n’est pas une question technique d’économiste. C’est une question politique. Or, c’est un droit que de décider si le pouvoir de la création monétaire doit appartenir à l’Etat ou s’il doit être privatisé.

(nxp)





Le texte de l’initiative officiel:

INITIATIVE MONNAIE PLEINE SUISSE: Commandez –
Tout le matériel d’information est envoyé gratuitement, à l’exception des articles de Boutique et des livres. Après avoir rempli le formulaire de commande et choisi vos articles, cliquez sur ”Envoyer” tout en bas de la page.

Avec mes meilleures salutations

Nouvelle adresse: 23, Av. Edouard Dapples, CH 1006 LAUSANNE. SUISSE

Vollgeld, Samstag 21. April


Programm für Samstag 21. April 2018 


Ort: Les Ateliers de la Côte, L.A.C. in Etoy / Morges https://www.lesateliersdelacote.ch/contact/


8h30 Anmeldung und Begrüßungskaffee. Vorabstimmung: JA oder NEIN zu Vollgeld?
9h00 Begrüßung durch unsere Gastgeber und Sponsoren, die Familien Thury und Schneiter
Einführung und Präsentation von:
  • Herr Etienne Chouard (Lehrer und Blogger, Sprecher für das Nein zur Europäischen Verfassung von 2005, Aktivist für eine Volksdemokratie des Volkes und für das Volk) 
  • Herr François de Siebenthal, (Organisator, Autor, HEC-Ökonom, Rechtsanwalt, Diplomat)
  • Herr Gérard Foucher (Künstler und Autor von Büchern über Geld), der die Just Money-Bewegung vorstellen wird
9h15 Je nach Wahl:
11h40 Für eine einfache Alternativwährung in Heftform: Miss Sonja Mletzkowsky und….
11h50 Herr Marc Studer (AAA+ Mitglied) : zu einer neuen SNB 4.1? (siehe http://aaapositifs.ch/)
12h00 Historischer Kurzfilm: Herr Patrick Dimier (Rechtsanwalt) und 12h10 Herr David P. Vincent, Informatiker
12h20 Erklärung alternativer Währungen von M. Simon Rauber, Prés.Monnaie La Grue et chef de chantier.
12h30 Die nächsten konkreten Schritte: Herr Jean-Marc Heim, Rechtsanwalt. Besuch der Ausstellung der kreativen Arbeiten, Auswahl der besten Arbeiten und Mahlzeiten: Food Trucks
13h20 Der Stand der Dinge in der Perspektive. Herr Claude Reymond, CGAS Gewerkschaftssekretär.
13h30 Ein echtes Problem, die Kluft zwischen reichlicher Produktion und zu geringer Kaufkraft von Renaud Laillier, Dozent und Trainer am Louis Even Institut in Afrika, Ecuador, Mexico, Kanada…
13h40 Überwachung der aktuellen Situation und der Zukunftsaussichten, Demografie, Trends? von M. Philippe Bourcier de Carbon (Gründer von Airama, Forscher am Institut national d’études démographiques, l’Ined, Dr. Statistiker, Ökonom, Schüler von Maurice Allais, Nobelpreis für Wirtschaft, siehe http://allais.maurice.free.fr/AIRAMA/index.htm)
  • Vollgeld, eine Lösung?  JA :
14h00 Präsentation der Initiative “Full Currency” durch Herrn Hansruedi Weber, Vorsitzender der Initiative
14h10 Philippe Mastronardi und die akademische Vision, Prof. Dr. M. B. B. em. Dr. iur, Herausgeber von www.monnaie-pleine.ch
14h20 Umsetzung durch Herrn Christian Gomez (ehemaliger Direktor einer französischen Großbank)
14h30 Herr Gérard Foucher (Künstler und Autor von Büchern und Videos über Geld)
14h40 Herr Etienne Chouard (Lehrer und Aktivist)
14h50 Direktzahlungen an Einzelpersonen, Kantone und Bund: Herr Mathieu Despont,
15h00 Pause
  • Volle Veränderung, eine Lösung?  NEIN : 
15h30 Frau Eva Zaki Vermögensverwalterin und Mitbegründerin der Alternativwährung “Le Léman”, Herr François Schaller (freier Journalist und ehemaliger Chefredakteur von Agefi) und Herr Jean-Pierre Roth (a. Präsident des Verwaltungsrates der SNB). Von 2001 bis 2009 Gouverneur des IWF und Präsident des Verwaltungsrates der Bank für Internationalen Zahlungsausgleich (BIZ) in Basel, Admin. Nestlé und Swatch Group ).http://www.swatchgroup.com/fr/profil_du_groupe/organes_dirigeants/conseil_d_administration/jean_pierre_roth
16h30 bis 18h30 Panel Fragen aus dem Publikum mit allen Referenten, moderiert von François de Siebenthal 
18h30 Schlussabstimmung: JA oder NEIN zu Vollgeld? Haben die Teilnehmer ihre Meinung geändert?  
Musikalische Einlage eines Sponsors, Konzertgesang – Klavier, Sonja Mletzkowsky, Mezzosopran, Mihai Boïtan Klavier, Werke von Mozart, Saint-Saëns, Verdi, Massenet… und Food Trucks.
20h00 bis 22h00 Uhr Fortsetzung der Gespräche mit denjenigen, die dies wünschen.

Freier Eintritt, Hut für Spenden die unsere Kosten decken. Spenden gefördert durch PAC 17-407173-7 Bundesinitiative PPD-IMF, Lausanne


Programme for Saturday 21 April

Programme for Saturday 21 April 2018 
Location: Les Ateliers de la Côte, L.A.C. in Etoy / Morges https://www.lesateliersdelacote.ch/contact/
8h30 Registration and welcome coffee. Pre-Vote: YES or NO to Swiss Full Currency or Swiss Positive Money referendum ? http://www.initiative-monnaie-pleine.ch/english/
9.00 Welcome by the Thury and Schneiter families.
Introduction and presentation by:
Mr Etienne Chouard (teacher and blogger, spokesman for the No to the 2005 European Constitution, activist for a people’s democracy by the people and for the people), 
Mr François de Siebenthal, (organiser, author, HEC economist, lawyer, diplomat)
Mr. Gérard Foucher (artist and author of books on money) who will present the Just Money Movement 
9:15 at your choice:
Chloé Frammery (Math teacher), Mathieu Despont (engineer) and Bernard Dugas (engineer) : Donation, barter, interest credit, mutual accounting (see https://www.youtube.com/watch?v=DT3TvugI100&feature=share)
Lectures by Mr Etienne Chouard, Mr Philippe Bourcier de Carbon and Mr Gérard Foucher with Mr C. Sutter 
11h40 For a simple alternative currency in booklet form: Miss Sonja Mletzkowsky and…
11.50 Mr Marc Studer (AAA+ member) : to a new SNB 4.1? (see http://aaapositifs.ch/)
12h00 Historical short: Mr Patrick Dimier (lawyer) and 12h10 Mr David P. Vincent (computer scientist)
12h20 Explanation of alternative currencies, by M. Simon Rauber (Prés.Monnaie La Grue et chef de chantier)
12h30 The next concrete steps: Mr Jean-Marc Heim (lawyer). Visit of the exhibition of the creative works, selection votes of the best works and Meals: Food trucks
13h20 The state of play in perspective. Mr. Claude Reymond (CGAS Union Secretary – Geneva Union Action Community)
13h30 A real problem, the gap between abundant production and too limited purchasing power by Renaud Laillier, lecturer and trainer at the Louis Even Institute in Africa, Ecuador, Canada….
13h40 Monitoring of the current situation and future prospects, demography, trends? by M. Philippe Bourcier de Carbon (founder of Airama, researcher at the Institut national d’études démographiques, l’Ined, Dr, statistician, economist, disciple of Maurice Allais, Nobel Prize in economics, see http://allais.maurice.free.fr/AIRAMA/index.htm)
Full change, a solution?  OUI :
14.00 Presentation of the “Full Currency” initiative by Mr Hansruedi Weber, Chairman of the initiative
14h10 Philippe Mastronardi, and the academic vision, Prof. . Dr. iur, editor of http://www.initiative-monnaie-pleine.ch/english/
14.20 Implementation by Mr Christian Gomez (former Director of a major French bank)
14h30 Mr. Gérard Foucher (artist and author of books and videos on money)
14h40 Mr Etienne Chouard (teacher and activist)
14h50 Direct payments to individuals, cantons and the confederation: Mr Mathieu Despont, Synthéticien 
15.00 Break
Full change, a solution?  NON : 
15.30 Ms Eva Zaki, asset manager and co-founder of the alternative currency “Le Léman”, Mr François Schaller (freelance journalist and former editor-in-chief of Agefi) and Mr Jean-Pierre Roth (a. Chairman of the SNB Board of Directors.  From 2001 to 2009, Governor of the IMF and Chairman of the Board of Directors of the Bank for International Settlements (BIS) in Basel, Admin. Nestlé and Swatch Group)
16h30 to 18h30 Panel Questions from the audience with all speakers, moderated by François de Siebenthal 
18h30 Final vote: YES or NO to Swiss Full Currency or Swiss Positive Money referendum ? Have participants changed their minds?  
Musical interlude offered by a sponsor, Concert Recital Singing – Piano, Sonja Mletzkowsky, Mezzo Soprano, Mihai Boïtan Piano, Works by Mozart, Saint-Saëns, Verdi, Massenet…. and Food trucks.
20h00-22h00 Continuation of discussions with those who so wish.
Free admission, hat for donations that will cover our expenses.
Donations encouraged by PAC 17-407173-7 Federal initiative PPD-IMF, Lausanne



Invitations 2018
In English

Avec mes meilleures salutations

Nouvelle adresse: 23, Av. Edouard Dapples, CH 1006 LAUSANNE. SUISSE

Tél: international ++ 41 21 616 88 88


http://desiebenthal.blogspot.ch/2015/12/swiss-positive-money-social-credit.html

Traduction »