Assemblée générale de la BNS de ce jour

Vidéo avec les discours complets en français de MM François de Siebenthal et Gérard Foucher à la BNS ce vendredi après quelques minutes, patience, merci.
Bizarrement supprimé sur le canal officiel de la BNS en direct, panne technique ???
Possible maintenant avec

https://snb.ch/fr/ifor/media/id/webtv-event?event=WfeEFmEOpdFDnUtk2Ge70w  à voir seulement avec internet explorer, voir vers la fin dès 2h40,  dont un petit outil au bon endroit au bon moment, 7 minutes environ 🙂

Votre serviteur, plus d’un million de vues avec cette vidéo ci-dessous.



Défendons la Suisse dans cette guerre économique


«Monnaie pleine»: le patron de la BNS malmené par les forces vives suisses qui résistent aux mondialistes !

Thomas Jordan a été pris à partie par des partisans de l’initiative lors de l’assemblée générale de la Banque nationale suisse à Berne.

Les partisans de l’initiative «Monnaie pleine» s’en sont pris à Thomas Jordan lors de l’assemblée générale de la Banque nationale suisse (BNS) vendredi à Berne. Ils reprochent au président de la direction son manque de neutralité dans la campagne liée à la votation du 10 juin.

«Monsieur Jordan, vous abusez de votre fonction et intervenez dans cette campagne de façon partisane», a lancé un actionnaire de la BNS. Il a ajouté: «Monsieur Jordan, vous devez choisir entre votre fonction et un rôle politique».

Thomas Jordan a répondu à cette critique: la BNS ne commente pas la politique fédérale mais quand «elle est directement concernée, elle a le droit et le devoir d’informer la population, un droit dont nous ne nous privons pas».

Distribution de tracts

François de Siebenthal, un autre partisan de l’initiative «Pour une monnaie à l’abri des crises: émission monétaire uniquement par la Banque nationale!», dite «Monnaie pleine», est intervenu pour essayer de convaincre les actionnaires présents. Il estime que le fossé entre pauvres et riches s’agrandit. «On marche sur la tête».

Pour ce membre vaudois de l’Association des actionnaires actifs positifs (AAA ) de la BNS, les Suisses doivent garder le contrôle de leur monnaie et éviter qu’elle ne serve à enrichir certains grands groupes financiers, «des ogres, mangeurs d’enfants».

La fontaine de l’Ogre, appelée en allemand Kindlifresserbrunnen, est une fontaine située dans la ville suisse de Berne, près du casino Kursaal, où se déroulait l’AG de la BNS
Outre leurs interventions à la tribune, les partisans de l’initiative «Monnaie pleine» ont distribué des tracts et ont arboré des badges en faveur d’un oui le 10 juin. (ats/nxp)

Créé: 27.04.2018, 15h01

Fontaine de l’Ogre

Fontaine de l’Ogre
Kindlifresserbrunnen
4377 - Bern - Kindlifresserbrunnen am Kornhausplatz.JPG
Vue de la sculpture de l’ogre
Présentation

Type
Statut patrimonial Bien culturel d’importance nationale
Localisation

Pays Suisse
Canton Berne
Commune Berne
Adresse
KornhausplatzVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées 46° 56′ 55″ N, 7° 26′ 51″ E
Géolocalisation sur la carte : Suisse
(Voir situation sur carte : Suisse)

Point carte.svg

Histoire[modifier | modifier le code]

La fontaine est construite entre 1545 et 1546 par Hans Giengen remplacement d’une ancienne fontaine en bois datant du xve siècle. Elle est originellement baptisée Platzbrunnen (« fontaine de la Place ») et ne prend son nom actuel qu’en 1666 ; ce dernier peut se traduire littéralement par « fontaine du dévoreur de petits enfants », le mot « Kindli » étant un diminutif suisse-allemand pour « Kind ».
La sculpture de cette fontaine représente en effet un ogre assis, dévorant un enfant nu. À son côté, se trouve un sac contenant d’autres enfants vivants. … certains y voient soit une représentation d’un Krampus, créature folklorique traditionnelle alpine qui punit les enfants désobéissants pendant la période de Noël, soit une représentation du dieu grec Chronos (ou de son équivalent latin Saturne) dévorant ses enfants, …
Tout autour de la fontaine, le bassin est décoré d’ ours bernois avec la croix suisse armés se préparant à la guerre, accompagnés d’une flûtiste et d’un tambour.
La fontaine, située sur la Kornhausplatz, est inscrite comme bien culturel suisse d’importance nationale3. Elle apparaît comme élément secondaire du roman L’Ogre de Jacques Chessex.

Source[modifier | modifier le code]

Samuel Bendahan sur Couleur 3





L’intervention de Samuel Bendahan sur Couleur 3

https://www.rts.ch/play/radio/linvite/audio/linvite?id=9501650

https://www.rts.ch/play/radio/reveil-a-3/audio/linvite2?id=9501646

Tout faux, ridicule, de l’enfumage…

Les banques pourront continuer de prêter…
Monnaie-pleine lutte contre la concentration du capital chez les plus riches…
Que des mensonges honteux…

GoodFestival in Lausanne, invitations

Migros, one of the biggest swiss cooperative, belongs to the swiss people, why not the Swiss National Bank and the billions of the swiss francs illegal creation out of nothing by commercial banks?


BILL TO CORRECT MONEY CREATION IN USA IS PASSED BY HOUSE BY 289 VOTES TO 60; Goldsborough Measure Directs Reserve Board to Control Credit and Currency. 

This is an impressive document.  It articulates policy without specifying details.  It articulates:

1.       A sound rationale in its preamble for its authority to do so and concise reasons why it is needed – i.e. the precise cause of the gap.
2.       A restatement of Douglas’s principle that the purpose of production is consumption and that the best system is the one that gets goods into the hands of consumers as, when and if needed at the lowest possible cost.
3.       The basic framework for government administration departments is given;  Federal Credit Commission (FCC) and issue of debt-free money under the Treasury.
4.       Defines the just price mechanism by which the compensated price discount shall be calculated.
5.       The mandate to ensure no more credit is issued than can be supported by social credit – i.e. national productivity.
6.       A provision is made for dividends under the guidance of the FCC so that it can be properly factored with the compensated price (CP) in order to meet the policy objective of not causing inflation.
7.       Discount only applicable to consumers.

… more, 

https://drive.google.com/file/d/0B-p0lmjLtiXzdTRGV05TSmw0dmx1QlRfM1BnRU1PMDEwd3Jv/view?usp=sharing

Winston Churchill summed it up so well:
“Who would have thought that it would be easier to produce by toil and skill all
the most necessary or desirable commodities than it is to find Consumers for
them? Who would have thought that cheap and abundant supplies of all the basic
commodities would find the science and civilization of the world unable to utilize
them? Have all our triumphs of research and organization bequeathed us only a
new punishment: the Curse of Plenty? Are we really to believe that no better
adjustment can be made between supply and demand? Yet the fact remains that
every attempt has failed. Many various attempts have been made, from the
extremes of Communism in Russia to the extremes of Capitalism in the United
States. They include every form of fiscal policy and currency policy. But all have
failed, and we have advanced little further in this quest than in barbaric times.
Surely it is this mysterious crack and fissure at the basis of all our arrangements
and apparatus upon which the keenest minds throughout the world should be
concentrated.” Winston Churchill (1930)
That “mysterious crack and fissure” is nothing more or less than a flawed cost accounting system that generates costs at a faster rate than it generates the means with which to meet them.  It is truly pitiful that one of his own countrymen, Douglas, had already brought it to the attention of many of the people in high office Churchill worked with, and yet he was so oblivious of, that he made these remarks.  The men who blocked the message to Churchill were the ponerologists of his day – men who were not their brother’s keeper, though they claimed to be so and were elected to do so.  Bob is spot on when he remarks “Today only a dimwit would deny that he got that right.  Alas, we are plagued by dimwits, and social sell-outs, aplenty in the political and economic spheres.”  The thing we are most dim about is the futility of the political process to affect change.  Lunatics are running the asylum.
Nothing will change until a critical mass of humanity wakes up to these basic truths and perceives their obvious fix.  Fill the GAP!  That should be our slogan.  Nothing else matters in relative comparison of importance.  We must help others to see this truth as best we can with the means at our disposal until the critical mass produces the needed combinatorial explosion.  …

We are probably close to half way there right now.  Many more than that know exactly what the problem is – flawed banking lead by greedy sociopaths that want to rule the world.  But few know the fix.  Math gives me hope.


Sincerely, Dean

Douglas’s/the social credit insight is summed up in the dynamically aware phrase “the rate of flow of total costs/prices exceeds the rate of flow of total individual incomes.” In other words the problem is the dynamically dragging to a stop scarcity ratio between costs/prices and individual incomes….and the resolution of that problem is an inversion and transformation of that ratio….into an abundance ratio….

Steve H.

and see below…

and http://www.initiative-monnaie-pleine.ch/english/

Too low incomes for swiss

Swiss national bank figure from 2001 up to Feb.  2017, increase of the balance sheet !

Too low incomes power for swiss citizen and companies !

Switzerland shows a per-capita gap of $78,539.  What is the per-capita gross income?  The following link says it was $35,307 in 2005:
Your table says GDP was $67,821 in 2005.  The gap percentage is thus:
35,307                      x
——–   =             —–
67,821                   100
X = 52.05
Therefore the gap is 47.95% of GDP.  Compare that to the findings of 43% for both the USA and Canada calculated here for 2008:
The numbers look to be in the same ballpark.  Coincidence?

We need dividend and compensated discount.

http://desiebenthal.blogspot.ch/2013/01/dividends-solution-to-distribute-robots.html


Yes, we look forward to welcoming you at 1:30PM, Thursday 26th April to the GoodFestival 4e. Here are the directions re: how to get to GoodFestival – www.goodfestival.ch/directions

And with the GoodFestival 4th Edition 26-29 April 2018 – we are also getting ready to invest 800,000CHF in Good Innovation by offering free tickets to the GoodFestival Event Series and up to 12 months of sponsorship for Good Innovators to raise funds. You can see the full line up on the front page of GoodFestival – www.goodfestival.ch

Request: Please use this opportunity to invite someone who also wants you to succeed at GoodFestival – also for free.

Here are the codes for the GoodFestival Innovator Pass:

For you:

For your guests:
GFA18LWHSK46K
GFA18TK6CZG5B

How it works? It’s simple:

1. Go to – www.goodfestival.ch/tickets
2. Add the Promotional Code
3. Order & Download the “(S1 & S2 & S3 + F1 & F2 & F3) GoodFestival Innovator Pass | 26-27-28 April | Jeunotel & Musée Romain” – for free.

Please do not hesitate to contact me if you have any questions.

Best regards, rajiv

Rajiv Srivastava, Majamba GmbH, La Sarraz, Switzerland | +41 (0) 78 842 0184
www.linkedin.com/in/rajivsri | rajiv@goodfestival.ch

GoodFestival 4th Edition, 26-29 April 2018 | Le Musée Olympique, Musée Romain & Auberge de Jeunesse Lausanne, Switzerland
World’s biggest celebration of sustainable innovation | Apply now for Good100 at www.goodfestival.ch

GoodFestival Program: www.goodfestival.ch/detailed-program

Event Code: S
GoodFestival Summit | 26-27-28 April | Jeunotel

Day 1 | GoodFestival Summit Innovation Jam | Thursday, 26th April

1:30PM to 2:00PM: Registration

2:00PM to 6:00PM: Keynote Speakers and Innovator introduction.
:: René Longet: “Innovators for tomorrow, creating a sustainable world”
:: Mary Mayenfisch-Tobin: “Teaching Human Rights in a Business context – Let’s all create the world we need!”
:: Marc Checkley: “Don’t Forget Your Story”
:: Jean-Luc Bressard: “What’s Diversity Got To Do With It?”
:: Nhat Vuong: “What can we do to solve the Water Crisis”
:: Nicolas Sierro: “Blockchain & decentralisation, power back to the people”
:: Prof Ruby Bakshi Khurdi: “Education – A continuous mission for a better Future”
:: Steven Carr: “A real world story: the first 12 months in the life of the Agripreneurship Alliance”
:: Julien Kauer: “The power of food self-sufficiency: how we sensitized 17,000 youth in Western Kenya to raise their living standards”
:: Dr Tanya Murphy: “Building a global startup”
:: Emily Elsner & Valentina S. Velandia: “What do people from different places, genders, etc. bring to projects?”
:: Isabelle Alexandrine Bourgeois: “Joy for the Planet”
:: Meredyth Bowler Ailloud: “An Ethical Business Model Integrating Social and Environmental Costs : High values with low profits”
:: Carlos Alvarez: “The importance of ‘working out loud’ when doing innovation”

6:00PM to 7:00PM: Networking session with food & drinks at Jeunotel.

Day 2 | GoodFestival Summit Innovation Bootcamp | Friday, 27th April

10:00AM to 12:00PM: Campaign development.
:: Dr. Michaël Thémans: “Integrating social impact into EPFL’s ecosystem for promoting innovation”
:: Joëlle Dey-Boada: “Building bridges between worlds”
:: Group work

12:00PM to 1:00PM: Networking lunch

1:00PM to 6:00PM: Campaign development continued.
:: Elaine France: “Empowering you to be an optimistic agent of change in today’s world” (placeholder topic)
:: Alessandra Wutholen: “Service exchanges on the internet & their impact on society”
:: Briac Barthes: “The power of light”
:: Group work

6:00PM to 7:00PM: Networking session with food & drinks at Jeunotel.

Day 3 | GoodFestival Summit Innovation Pitch |Saturday, 28th April

10:00AM to 12:00PM: Campaign development continued.
:: Benedikt Schwartz: “Sustainable growth strategies & global development”
:: Morli Mathys: “Reinventing Organizations: top-down, bottom-up, or inside-out approach”
:: Gaëtan Rossier: “How can we get more people to help us do good.”
:: Group work

12:00PM to 1:00PM: Networking lunch

1:00PM to 6:00PM: Pitch to win the PremaGyan Good100 Medal and invitation to GoodFestival Awards.
:: R. Max Behesht (Jury)
:: Jack Church (Jury)
:: Elaine France (Jury)
:: Alessandra Wutholen (Jury)
:: Rajiv Srivastava (Jury)

6:00PM to 7:00PM: Networking session with food & drinks at Jeunotel.

Event Code: F
GoodFilmFestival | 26-27-28 April | Musée Romain and Jeunotel

Day 1 | Thursday, 26th April
6:00PM to 7:00PM: Networking session with food & drinks at Jeunotel.
7:00PM to 8:00PM: “Time to Choose” by Tom Dinwoodie and “Powerless” by Deepti Kakkar & Fahad Mustafa at Musée Romain, Theatre 1 & 2
8:00PM to 9:00PM: “Salero” by Mike Plunkett and “The Hope Bearers-Burma” by Jane Schinasi at Musée Romain, Theatre 1 & 2
9:00PM to 10:30PM: Discussion

Day 2 | Friday, 27th April
6:00PM to 7:00PM: Networking session with food & drinks at Jeunotel.
7:00PM to 8:00PM: “Terms and Conditions May Apply” by Cullen Hoback and “Solar Mamas – Why Poverty?” by Mona Eldaief & Jehane Noujaim at Musée Romain, Theatre 1 & 2
8:00PM to 9:00PM: “Hombre Eléctrico” by Alvaro Muñoz Rodríguez and The “E-Waste Tragedy” by Cosima Dannoritzer at Musée Romain, Theatre 1 & 2
9:00PM to 10:30PM: Discussion

Day 3 | Saturday, 28th April
6:00PM to 7:00PM: Networking session with food & drinks at Jeunotel.
7:00PM to 8:00PM: “Poverty, inc.” by director, Michael Matheson Miller, and producer, Mark Weber and “Rwanda’s Power” by Carina Freire and produced by FIFEL at Musée Romain, Theatre 1 & 2
8:00PM to 9:00PM: “Joy for the Planet” by Isabelle Alexandrine Bourgeois and “Anote’s Ark” by Matthieu Rytz at Musée Romain, Theatre 1 & 2
9:00PM to 10:30PM: Discussion

Event Code: B
Brainstorm4Good | Saturday, 28 April | Jeunotel
2:00PM to 2:30PM: Check-in
2:30PM to 5:30PM: Brainstorming and Pitching session to win the PremaGyan Good100 Medal and invitation to GoodFestival Awards.
6:00PM to 7:00PM: Networking session with food and drinks at Jeunotel.

Event Code: W1
:: Gretel Gambarelli: “Profit for Good: Improve your Business Model” | Friday, 27 April | Musée Romain
9:00AM to 9:30AM: Registration
9:30AM to 12:30PM: Workshop
12:30PM to 1:30PM: Networking lunch

Event Code: W2
:: Guler Kizilenis: “Provoke your potential, creativity and fulfil your Dreams” | Friday, 27 April | Musée Romain
9:00AM to 9:30AM: Registration
9:30AM to 12:00PM: Workshop
12:00PM to 1:00PM: Networking lunch

Event Code: W3
:: Flavia Spasiano: “Giving & Receiving Feedback: Let’s grow together” | Friday, 27 April | Musée Romain
2:00PM to 2:30PM: Registration
2:30PM to 6:00PM: Workshop
6:00PM to 7:00PM: Networking session with food and drinks at Jeunotel.

Event Code: W4
:: Biliana Vassileva: “Maximising the Positive Impact of Failures on Your GoodBusiness” | Friday, 27 April | Musée Romain
2:00PM to 2:30PM: Registration
2:30PM to 6:00PM: Workshop
6:00PM to 7:00PM: Networking session with food and drinks at Jeunotel.

Event Code: W5
:: Sarah Krebs & Christophe Guinand: “Live an experience related to your senses” | Saturday, 28 April | L’Assise, Avenue de Cour 103 – 1007 Lausanne
10:00AM to 10:30AM: Registration
10:30AM to 12:00PM: Workshop
12:00PM to 1:00PM: Food testing experience in 3 acts

Event Code: W6
:: Alain Cayrol, Anne-Brigitte de Courten and Angela Steck: “Emotions, your keys to success and well-being” | Saturday, 28 April | Musée Romain
2:00PM to 2:30PM: Registration
2:30PM to 6:00PM: Conference session

Event Code: A
GoodFestival Awards | Sunday, 29 April | Secret Location

1:30PM to 2:00PM: Check-in

2:00PM to 2:50PM: Keynotes & Medal Ceremony (1)
:: R. Max Behesht: “Dealing With Massive Adversity – Innovator Style”
:: Silvia Baumann: “Small is beautiful. A drop in the ocean that matters”
:: Juergen Mueller: “How to remain happy in a busy business world”
:: Medal Ceremony

2:50PM to 4:20PM: Film 1: “Anote’s Ark” by Matthieu Ritz (will join via Skype)

4:20PM to 4:50PM: FIFEL Showcase:
:: Prof Daniel Favrat, President of the FIFEL
:: Natalia Signoroni, Director FIFEL
:: Carina Freire, Director of Rwanda Power
:: Teresa Salinas, Producer of Hombre Eléctrico
:: Deepti Kakkar, Director Powerless (Video Testimony)
:: EPFL Students Association MESSAA Presentation of the platform CINEnergy world.

4:50PM: Water and Fruit break

5:00PM to 6:30PM: Film 2: Poverty, Inc. by director, Michael Matheson Miller, and producer, Mark Weber

6:30PM to 7:00PM: Closing keynotes and Medal Ceremony inc. GoodFilmFestival Award (2)
:: Carlos Brito Suisse: “What meanings are given to happiness and good today?”
:: Nadine Reichenthal: “You can’t plant and harvest ON the same day!”
:: Medal Ceremony

7:00PM to 8:00PM: After party with tea, coffee and cakes.

Event Code: S
GoodFestival Summit | 26-27-28 April | Jeunotel
Day 1 | GoodFestival Summit Innovation Jam | Thursday, 26th April
1:30PM to 2:00PM: Registration
2:00PM to 6:00PM: Keynote Speakers and Innovator introduction.
:: René Longet: “Innovators for tomorrow, creating a sustainable world”
:: Mary Mayenfisch-Tobin: “Teaching Human Rights in a Business context – Let’s all create the world we need!”
:: Marc Checkley: “Don’t Forget Your Story”
:: Jean-Luc Bressard: “What’s Diversity Got To Do With It?”
:: Nhat Vuong: “What can we do to solve the Water Crisis”
:: Nicolas Sierro: “Blockchain & decentralisation, power back to the people”
:: Prof Ruby Bakshi Khurdi: “Education – A continuous mission for a better Future”
:: Steven Carr: “A real world story: the first 12 months in the life of the Agripreneurship Alliance”
:: Julien Kauer: “The power of food self-sufficiency: how we sensitized 17,000 youth in Western Kenya to raise their living standards”
:: Dr Tanya Murphy: “Building a global startup”
:: Emily Elsner & Valentina S. Velandia: “What do people from different places, genders, etc. bring to projects?”
:: Isabelle Alexandrine Bourgeois: “Joy for the Planet”
:: Meredyth Bowler Ailloud: “An Ethical Business Model Integrating Social and Environmental Costs : High values with low profits”
:: Carlos Alvarez: “The importance of ‘working out loud’ when doing innovation” 
6:00PM to 7:00PM: Networking session with food & drinks at Jeunotel.
Day 2 | GoodFestival Summit Innovation Bootcamp | Friday, 27th April
10:00AM to 12:00PM: Campaign development.
:: Dr. Michaël Thémans: “Integrating social impact into EPFL’s ecosystem for promoting innovation”
:: Joëlle Dey-Boada: “Building bridges between worlds”
:: Group work
12:00PM to 1:00PM: Networking lunch
1:00PM to 6:00PM: Campaign development continued.
:: Nicolas Pelletier, CFA: “How can we accelerate impact investing to support water entrepreneurs all over the world?”
:: Elaine France: “Empowering you to be an optimistic agent of change in today’s world” (placeholder topic)
:: Alessandra Wutholen: “Service exchanges on the internet & their impact on society”
:: Briac Barthes: “The power of light”
:: Group work
6:00PM to 7:00PM: Networking session with food & drinks at Jeunotel.
Day 3 | GoodFestival Summit Innovation Pitch |Saturday, 28th April
10:00AM to 12:00PM: Campaign development continued.
:: Benedikt Schwartz: “Sustainable growth strategies & global development”
:: Morli Mathys: “Reinventing Organizations: top-down, bottom-up, or inside-out approach”
:: Gaëtan Rossier: “How can we get more people to help us do good.”
:: Group work
12:00PM to 1:00PM: Networking lunch
1:00PM to 6:00PM: Pitch to win the PremaGyan Good100 Medal and invitation to GoodFestival Awards.
:: R. Max Behesht (Jury)
:: Jack Church (Jury)
:: Elaine France (Jury)
:: Alessandra Wutholen (Jury)
:: Rajiv Srivastava (Jury)
6:00PM to 7:00PM: Networking session with food & drinks at Jeunotel.
Event Code: F
GoodFilmFestival | 26-27-28 April | Musée Romain and Jeunotel
Day 1 | Thursday, 26th April 
6:00PM to 7:00PM: Networking session with food & drinks at Jeunotel.
7:00PM to 8:00PM: “Time to Choose” by Tom Dinwoodie and “Powerless” by Deepti Kakkar & Fahad Mustafa at Musée Romain, Theatre 1 & 2
8:00PM to 9:00PM: “Salero” by Mike Plunkett and “The Hope Bearers-Burma” by Jane Schinasi at Musée Romain, Theatre 1 & 2
9:00PM to 10:30PM: Discussion 
Day 2 | Friday, 27th April 
6:00PM to 7:00PM: Networking session with food & drinks at Jeunotel.
7:00PM to 8:00PM: “Terms and Conditions May Apply” by Cullen Hoback and “Solar Mamas – Why Poverty?” by Mona Eldaief & Jehane Noujaim at Musée Romain, Theatre 1 & 2
8:00PM to 9:00PM: “Hombre Eléctrico” by Alvaro Muñoz Rodríguez and The “E-Waste Tragedy” by Cosima Dannoritzer at Musée Romain, Theatre 1 & 2
9:00PM to 10:30PM: Discussion 
Day 3 | Saturday, 28th April 
6:00PM to 7:00PM: Networking session with food & drinks at Jeunotel.
7:00PM to 8:00PM: “Poverty, inc.” by director, Michael Matheson Miller, and producer, Mark Weber and “Rwanda’s Power” by Carina Freire and produced by FIFEL at Musée Romain, Theatre 1 & 2
8:00PM to 9:00PM: “Joy for the Planet” by Isabelle Alexandrine Bourgeois and “Anote’s Ark” by Matthieu Rytz at Musée Romain, Theatre 1 & 2
9:00PM to 10:30PM: Discussion 
Event Code: B
Brainstorm4Good | Saturday, 28 April | Jeunotel
2:00PM to 2:30PM: Check-in
2:30PM to 5:30PM: Brainstorming and Pitching session to win the PremaGyan Good100 Medal and invitation to GoodFestival Awards.
6:00PM to 7:00PM: Networking session with food and drinks at Jeunotel.
Event Code: W1
:: Gretel Gambarelli: “Profit for Good: Improve your Business Model” | Friday, 27 April | Musée Romain
9:00AM to 9:30AM: Registration
9:30AM to 12:30PM: Workshop
12:30PM to 1:30PM: Networking lunch
Event Code: W2
:: Guler Kizilenis: “Provoke your potential, creativity and fulfil your Dreams” | Friday, 27 April | Musée Romain
9:00AM to 9:30AM: Registration
9:30AM to 12:00PM: Workshop
12:00PM to 1:00PM: Networking lunch
Event Code: W3
:: Flavia Spasiano: “Giving & Receiving Feedback: Let’s grow together” | Friday, 27 April | Musée Romain
2:00PM to 2:30PM: Registration
2:30PM to 6:00PM: Workshop
6:00PM to 7:00PM: Networking session with food and drinks at Jeunotel.
Event Code: W4
:: Biliana Vassileva: “Maximising the Positive Impact of Failures on Your GoodBusiness” | Friday, 27 April | Musée Romain
2:00PM to 2:30PM: Registration
2:30PM to 6:00PM: Workshop
6:00PM to 7:00PM: Networking session with food and drinks at Jeunotel.
Event Code: W5
:: Sarah Krebs & Christophe Guinand: “Live an experience related to your senses” | Saturday, 28 April | L’Assise, Avenue de Cour 103 – 1007 Lausanne
10:00AM to 10:30AM: Registration
10:30AM to 12:00PM: Workshop
12:00PM to 1:00PM: Food testing experience in 3 acts
Event Code: W6
:: Alain Cayrol, Anne-Brigitte de Courten and Angela Steck: “Emotions, your keys to success and well-being” | Saturday, 28 April | Musée Romain
2:00PM to 2:30PM: Registration
2:30PM to 6:00PM: Conference session


Event Code: A
GoodFestival Awards | Sunday, 29 April | Secret Location
1:30PM to 2:00PM: Check-in
2:00PM to 2:50PM: Keynotes & Medal Ceremony (1)
:: R. Max Behesht: “Dealing With Massive Adversity – Innovator Style”
:: Silvia Baumann: “Small is beautiful. A drop in the ocean that matters”
:: Juergen Mueller: “How to remain happy in a busy business world”
:: Medal Ceremony
2:50PM to 4:20PM: Film 1: “Anote’s Ark” by Matthieu Ritz (will join via Skype)
4:20PM to 4:50PM: FIFEL Showcase:
:: Prof Daniel Favrat, President of the FIFEL
:: Natalia Signoroni, Director FIFEL
:: Jose Hoyos, Ingenieur en énergie et technique de l’environnement à la Direction de l’Energie, Etat de Vaud
:: Carina Freire, Director of Rwanda Power
:: Teresa Salinas, Producer of Hombre Eléctrico
:: Deepti Kakkar, Director Powerless (Video Testimony)
:: EPFL Students Association MESSAA Presentation of the platform CINEnergy world. 
4:50PM: Water and Fruit break
5:00PM to 6:30PM: Film 2: Poverty, Inc. by director, Michael Matheson Miller, and producer, Mark Weber
6:30PM to 7:00PM: Closing keynotes and Medal Ceremony inc. GoodFilmFestival Award (2)
:: Carlos Brito Suisse: “What meanings are given to happiness and good today?”
:: Nadine Reichenthal: “You can’t plant and harvest ON the same day!”
:: Medal Ceremony
7:00PM to 8:00PM: After party with tea, coffee and cakes.
Data in english here below and in annexes.
If you want a rough order of magnitude estimate of the gap in your country – as things stand right now – do the following:
1.       Determine the nation’s gross domestic product.  That number represents the sale price of the nation’s goods and services.  This will be your price.
2.       Determine the gross reported income for the nation.  This is going to be the value of A.
3.       From this information B can be computed and that is basically the gap.
4.       To determine how much compensated price + dividend to give each person each year, divide the population into the gap.
Price = A + B
Gap = Price – A
In the USA, this comes to approximately $16,000 for every man, woman and child and in Canada it is approximately $17,000.
Since we don’t trust government statistics to be accurate, we suspect the integrity of these numbers but they are sufficient to put the problem in perspective and make a start.  Another factor that is distorting the numbers is production waste due to “make work” projects, war toys production and planned obsolescence.

A National Balance Sheet

http://alor.org/Library/Bridger%20V%20-%20A%20NATIONAL%20BALANCE%20SHEET.pdf

and/or

Social Credit and National Accounting

http://alor.org/Library/Bridger%20VJ%20-%20Social%20Credit%20and%20National%20Accounting.htm

You will find two outlines of such an accounting system.


More to think from Prof. Joseph Huber



www.sovereignmoney.eu/digital-currency-and-sovereign-money-accounts
you can find various path-breaking contributions to the current discussion about central bank issued digital cash, including an article on
Monetary Workarounds.
Central bank digital currency and sovereign money accounts. Intermediate approaches to sovereign money reform
at
www.sovereignmoney.eu/monetary-workarounds-digital-currency-and-sovereign-money-accounts.

The paper
Split-Circuit Reserve Banking – Functioning, Dysfunctions and Future Perspectives
at
www.sovereignmoney.eu/split-circuit-reserve-banking
gives a condensed account of how the present bankmoney regime on a fractional base of reserves actually works.


Campaign for Monetary Reform – News from Switzerland

Switzerland is politically unique in this regard as the Swiss Constitution provides a political instrument known as the Volksinitiative (Peoples’ Initiative) which enables Swiss citizens to launch an initiative aimed at changing specific provisions within the Swiss Constitution. To do so requires first of all the collection within an 18 month period of 100’000 valid signatures in support of the initiative. Should this hurdle be surmounted, the initiative would then be put to a national vote.
Preparations for the spring launch are well under way, including the draft proposed amendments to the Swiss Constitution. In a nut shell, the proposal extends the Swiss Federation’s existing exclusive right to create coins and notes, to also include deposits.  With the full power of new money creation exclusively in the hands of the Swiss National Bank,  the commercial banks would no longer have the power to create money through lending. The Swiss National Bank’s primary role becomes the management of the money supply relative to the productive economy, while the decision concerning how new money is introduced debt free into the economy would reside with the government. As is evident from the foregoing, the MoMo monetary reform initiative is essentially based on the monetary reform advocated by PositiveMoney.
For those interested in following the developments of the campaign, or who would like to understand the detailed provisions, including those relating to the transition period,  please refer to the campaign website.  The website is in German so language will present a limitation for many of you. Nevertheless, we do encourage you to visit the website and if you have specific questions, to leave a message in English. Someone from the team who speaks English will get back to you. The biggest challenge for the team at this stage of the campaign is to find the needed help and financing for signature collection. The minimum amount of funding required for a successful campaign is estimated to be 400’000 CHF or just over 270’000 GBP. Although, this is a non-UK initaitive, should the MoMo team succeed in putting such a fundamental reform proposal to a national vote, this would be a momentous achievement for the monetary reform movement in Europe and across the globe.  All eyes would be fixed on Switzerland, because success for this small but significant player in the financial arena would inevitably have a ripple effect in other countries.
Deutsch >
Danish >
English >
Espanol >
Francais >
Italiano >
Nederlands >
Ungarisch >

Fantastic news: The debate on money reform goes mainstream! Last week has the leading UK economics commentator, the Financial Times’ Martin Wolf, argued that “the power to create money should be stripped from private banks”. His article has sparked a major debate in the mainstream media and among economists, including Paul Krugman – one of the most influential economists today, in the New York Times. There has been a significant backlash from critiques and many misunderstandings (see below). But it is fantastic that this issue is finally getting attention and is being debated!

1) Financial Times’ Martin Wolf endorses Positive Money’s proposals for reform

Martin Wolf, the chief economics commentator at the Financial Times: “Strip private banks of their power to create money

“Printing counterfeit banknotes is illegal, but creating private money is not. The interdependence between the state and the businesses that can do this is the source of much of the instability of our economies. It could – and should – be terminated.”

The article includes a concise summary of our proposals and a reference to our book Modernizing Money.
 

2) Paul Krugman – New York Times


Paul Krugman, American economist, ranked among the most influential economic thinkers in the world today, has written a commentary on Martin Wolf’s article:

“OK, a genuinely interesting debate on financial reform is taking place. I’m not even sure where I stand. But it’s certainly worth talking about.”

Here you can read our response to his commentary:
A Response to Paul Krugman on “Is Banning Banking the Answer?”


 

3) More debate

Ann Pettifor, Director of Policy Research in Macroeconomics (PRIME), Honorary Research Fellow at the Political Economy Research Centre at City University (CITYPERC) and a fellow of the New Economics Foundation, London:

Here’s our response:
A reply to Ann Pettifor: Why there will be no “shortage of money”


Josh Ryan Collins, Senior Researcher at New Economics Foundation:
Sovereign money: what it is and why it matters (nef)

 

Izabella Kaminska, financial reporter at FT Alphaville discusses the issues in two articles:

Martin Wolf on funny money creation 


Joe Weisenthal, executive editor at Business Insider has written an article with a somewhat misleading title, but addressing the “gross misconception about what a bank does that people tend to have”:

Ban all the banks: Here’s The Wild Idea That People Are Starting To Take Seriously

Our responses coming shortly. Keep an eye on our blogs.

and

http://www.vollgeld-initiative.ch/english/• The Positive Money Proposal, by Andrew JacksonBen Dyson and Graham Hodgson, as of 2 April 2013, 
• Explaining Monetary Reform – Presenting the American Monetary Actbrochure by Stephen Zarlenga, American Monetary Institute.
  Sensible Money  paper on Resolving the Eurozone Debt Crisis. A Guide to Full-Reserve Banking in the Eurozone  (Note: The term full-reserve banking here denotes plain sovereign money in a modern currency system, not 100% reserve).
•  Richard A. WernerHow to End the European Financial Crisis – at no further cost and without the need for further political changes, University of Southhampton, CBFSD Policy Discussion Paper No. 3-12.  
 •  Richard A. Werner,  How to Turn Banks into Financial Intermediaries and Restore Money Creation and Allocation Powers to the State, University of Southhampton, CBFSD Policy Discussion Paper No. 3-12.
• Stephen Zarlenga  on  > The Need for Monetary ReformAmerican Monetary Institute. 
• Towards a Twenty-First Century Banking and Monetary System. Submission to the Independent Commission on Banking , 39 pages, 2011, by Ben Dyson (Positive Money), Tony Graham, Josh Ryan-Collins (New Economics Foundation) and Richard A. Werner (University of Southhampton).
A compact presentation of the British monetary reform approach. Its core components are based on the Huber/Robertson proposal of Seigniorage Reform, and by and large it concurs with the monetary reform concepts of the American Monetary Institute, Monetative Deutschland, Vollgeld Switzerland, and others.
Note: Even though the authors used the term ‘full-reserve banking’ at the time, this is definitely not a 100%-reserve approach, but a plan for fully liquid sovereign money beyond the reserve system, thus a new currency approach, not a bank-liability system anymore.

 A New Currency System for the UK according to Positive Money
The Positive Money System (2013)
in plain English, 28 pages
more technical, 35 pages, by Andrew Jackson, Ben Dyson and Graham Hodgson.

 • Here you can download > Money and Macroeconomic Dynamics, an accounting system dynamics approach to explain the effects of a sovereign-money system, part IV, by Kaoru Yamaguchi, professor of economics and system dynamics, Japan.      



and viewed in the light of the social doctrine of the Church; a study prepared by Alain Pilote on the occasion of the week of study that followed the Congress of the Pilgrims of Saint Michael in Rougemont, September 5-11, 2006. 
The Social Credit idea may raise many questions among our new readers, and one article is certainly not enough to answer all these questions, or to give a clear understanding of the whole concept of Social Credit. Besides, most people simply do not have the time to read long books on the subject. So, here is the solution: the Social Credit proposals explained in 10 lessons, each one being the logical continuation of the previous one.
Louis Even’s masterpiece
All those who appreciate Louis Even’s writings on Social Credit will make it their duty to get this book, a masterpiece of logics and clarity. To the new readers of “Michael”, we strongly recommend this book, which gives, in a simple but brilliant way, the best possible explanations on the new conception of economics that Social Credit represents. You can find on line on this site the complete book (50 chapters plus appendices).
410 pages, 14,5 cm x 21 cm, $20 by mail,
from our Rougemont office
The booklet that caused Louis Even
to understand Social Credit
by J. Crate Larkin
It is this booklet that changed the course of the life of Louis Even and made him a Social Crediter in 1934. “It was a great light on my path,” Louis Even said. This 112-page booklet could change your life too! Order it now! The pricfe is $? by mail (Canada and U,S,A,), and $10 international.
To download the PDF version of this book, click here (or on the picture of the cover of the book) (1,2 Mb)
Two booklets on Social Credit by Louis Even
Qu'est-ce que le vrai Crédit SocialThe first booklet, “What Do We Mean By Real Social Credit?”, explains that Social Credit is not a political party, but a series of principles expressed for the first time by engineer Clifford Hugh Douglas in 1918, and that the implementation of these principles would make the social and economic organism effectively reach its proper end, which is the service of human needs. These principles can be implemented by any political party in office, and there is no need of a “Social Credit Party” in power to have them implemented. This booklet is a must for anyone who wants to study Social Credit for the first time, since it contains a very good summary of Social Credit principles (A Primer of Social Credit), and replies to the more widespread objections to this doctrine.
A sound and efficient financial systemThe second booklet, “A Sound And Efficient Financial System”, is for those who have already some notion of Social Credit, but who want to know more about its practicability and technical aspects. It explains Douglas‘s three basic propositions for a sound financial system, and how they could be implemented: how to achieve a constant equilibrium between prices and purchasing power, how to finance private and public production, the financing of distribution through the social dividend to all, and finally, what would become of taxes in a Social Credit financial system.
Two booklets of 32 pages, 21 x 27 cm
$2.00 each (handling and shipping included)
An exceptional offer: three books on Social Credit
To study the cause of the present financial crisis
And put an end to poverty amidst plenty
It is urgent to start and form study circles in every country of the world to put an end to the present financial crisis and propose a solution that puts the economic and financial systems at the service of the human person. If we don’t take action, we’ll have a world government and the total loss of our freedom. These three books are:
1. The Social Credit proposals explained in 10 Lessons, viewed in the light of the Social Doctrine of the Church (151 pages); a study prepared by Alain Pilote that is used for our seminars on the occasion of the week of study.
2. In This Age of Plenty (410 pages), by Louis Even, a masterpiece of logic and clarity, with over 50 chapters plus appendices.
3. From Debt to Prosperity (112 pages) by J. Crate Larkin. It is this booklet that changed the course of the life of Louis Even and made him a Social Crediter in 1934. “It was a great light on my path,” Louis Even said.
Since our first goal is to spread the news and educate the population, we offer for a limited time, a special price for these three books (the prices given include the shipping):
Social Credit in 10 lessons: 8 dollars
In this Age of Plenty: 15 dollars
From Debt to Proserity: 5 dollars
There is also a better deal for those who wish to order in large quantities:
1 set of the three books: 25 dollars
5 sets (of the three books) 100 dollars
10 sets (of the three books) 175 dollars
And we have a very good deal for those who want to organize study circles: 10 copies of Social Credit in 10 Lessons: 50 dollars; and 90 dollars for 20 copies. Send your cheque or money order to our Rougemont office (1110 Principale St., Rougemont, QC J0L 1M0).
  I have just published a little booklet dedicated to an exploration of the relationship existing between the social doctrine of the Catholic Church and the economic ideas of Major C.H. Douglas.
  While it is not necessary to be a Catholic in order to be a Social Crediter, the very great affinity existing between Catholic social teaching and Social Credit is quite astonishing. They fit together like hand in glove …  a natural consequence, undoubtedly, of the objective truth of both. In brief, all Catholics should, if they are convinced of the technical aspects of the Major’s thought, be ardent Social Crediters.
 The book can be obtained via the CreateSpace e-store and the amazon network:

Finlande: manipulations & fake news


Answer to urgent manipulations…

“… Finland’s decision to end its basic income trial could be because another kind of welfare program has already caught its eye (UNIVERSEL CREDIT- UK) : Petteri Orpo, Finland’s finance minister, told Finnish newspaper Hufvudstadsbladet he thinks the nation should give a universal credit trial a go once the basic income project officially ends…”


Monnaie pleine : recours déposé

Votation Monnaie pleine : recours déposé

Aarau – Michael Derrer, professeur d’université, entrepreneur et juge de district, a fait recours auprès du Conseil d’Etat d’Argovie contre la désinformation sur l’initiative Monnaie pleine. Le recours est dirigé contre la Banque nationale suisse, la Conférence des directeurs cantonaux des finances et le Conseil fédéral. L’objet concerne la communication dans son ensemble non objective et mensongère des autorités en vue de la votation du 10 juin.

Selon le recourant Michael Derrer, la diffusion d’informations incomplètes et fausses par les autorités viole la liberté de vote des citoyens : « La Banque nationale suisse et le Conseil fédéral doivent fournir des informations transparentes et factuelles, sans omissions, demi-vérités ou faux liens ». Or, ce n’était précisément pas le cas dans la communication publique de la Banque nationale et dans les explications du Conseil fédéral.

Des déclarations choquantes
Michael Derrer, qui travaille depuis longtemps sur le sujet de la monnaie pleine dans le cadre de ses recherches, déclare : « Malheureusement, il est choquant de constater à quel point le contenu de l’initiative fait l’objet d’inexactitudes flagrantes ». Le concept sensé et clairvoyant de la monnaie pleine mériterait une considération plus sérieuse. « Que la contre-campagne des adversaires utilise des affirmations fantaisistes n’est déjà pas correct, même si cela est hélas devenu quasiment la règle de nos jours. Mais si en plus les autorités reprennent ces déclarations fausses et incomplètes, cela devient inacceptable, car cela viole les droits politiques des citoyens ».

Fausse représentation de l’initiative
Par exemple, la Banque nationale prétend qu’avec l’initiative le nouvel argent ne pourrait être mis en circulation que par une distribution à la Confédération, aux cantons et aux citoyens. Et c’est l’argument qu’elle invoque pour fonder son rejet de l’initiative. En réalité, l’initiative lui permettra également de mettre le nouvel argent en circulation par des prêts aux banques, ou par l’achat de devises, de titres et d’or. Michael Derrer : « Cette omission donne aux électeurs une fausse image du contenu de l’initiative et manipule la formation d’opinion des citoyens ».

Le crédit ne deviendra pas plus cher
Le Conseil fédéral laisse entendre aux citoyens que les crédits deviendraient plus chers si l’initiative était acceptée. En fait, la monnaie pleine n’aurait aucun effet direct sur les taux d’intérêt. Ces derniers dépendront, comme aujourd’hui, principalement de la politique monétaire de la Banque nationale et du marché. Le texte constitutionnel de l’initiative oblige la Banque nationale de veiller à ce qu’il n’y ait ni pénurie ni pléthore d’argent, et à ce que la société et l’économie soient suffisamment approvisionnées en argent et en crédit par le biais des prestataires de services financiers privés.
La liste des représentations trompeuses pourrait être complétée par de nombreux autres exemples.

Les autorités embrouillent les citoyens
Michael Derrer craint que la communication des autorités complique intentionnellement le sujet du vote. Les questions vraiment importantes que soulève l’initiative Monnaie pleine ne sont par contre pas mentionnées, à savoir :
”Qui doit créer notre argent ? Les banques commerciales privées qui agissent dans l’intérêt de leurs actionnaires et qui créent souvent trop d’argent pour maximiser leurs profits ? Ou la Banque nationale, qui agit dans l’intérêt du pays selon son mandat constitutionnel ?
A qui doivent appartenir les gains de la création monétaire ? A des entreprises privées ? Ou ne serait-ce pas plus judicieux que ces gains servent à réduire notre dette publique, ainsi que l’initiative Monnaie pleine le permettrait ? Il en résulterait une baisse d’impôt pour tout le monde.
Comment garantir que nos comptes de paiement soient absolument sécurisés même lors de crises financières et de faillites bancaires ? Ce serait le cas avec la monnaie pleine. Avec la disparition progressive de l’argent liquide, cette question est particulièrement d’actualité, puisque la population et l’économie ne disposeraient alors plus de moyen de paiement légal.
Telles sont les questions essentielles sur lesquelles les citoyens devront se prononcer – et pour cela ils doivent pouvoir compter sur une information objective et correcte de la part des autorités.

Au sujet du recours
Pour des questions purement procédurales, le recours a dû se faire dans le canton dans lequel est domicilié le recourant, bien qu’il s’agisse d’un objet fédéral.
Les initiants soutiennent le recourant Michael Derrer et tiendront les médias informés de la suite de la procédure.


Plus d’arguments:
https://drive.google.com/file/d/0B-p0lmjLtiXzSFlHZTdmamNoakswUGdWWndEdi1iQUVWNnM0/view

Pour toute question :

Jean-Marc Heim, Initiative Monnaie pleine, 076 422 45 32
bureau@monnaie-pleine.ch
Michael Derrer, 079 320 21 52, m.derrer@ascent-ag.ch

Du néant, ex nihilo ?



François de Siebenthal répond à …


Les experts sérieux le savent très bien, mais pas vous ? Bizarre .. 


– Banque Nationale Suisse
“la banque prête 16 000 francs à l’entrepreneur et porte la somme sur le compte de celui-ci. Cette opération modifie-t-elle la masse monétaire? L’épargnant a toujours 20 000 francs sur son compte. L’entrepreneur a reçu en prêt 16 000 francs. La masse monétaire a par conséquent augmenté de 16 000 francs.”
http://www.snb.ch/f/welt/portrait/banks/4.html

– Banque de France
“Le crédit est un mode de création monétaire : il fait apparaître sur un compte une somme qui n’existait pas auparavant.”
Livret “La monnaie et nous”, (glossaire, page 29) :http://www.citedeleconomie.fr/…/Livret_La_monnaie_nous.pdf

– Banque Centrale d’Angleterre : 

1. Bulletin de 2014 Q1 :
“Whenever a bank makes a loan, it simultaneously creates a matching deposit in the borrower’s bank account, thereby creating new money”
À chaque fois qu’une banque fait un crédit, elle crée simultanément un dépôt correspondant sur le compte bancaire de l’emprunteur, créant ainsi de la nouvelle monnaie.
Lire le bulletin :http://www.bankofengland.co.uk/…/quar…/2014/qb14q102.pdf
Lire un article en français à propos de ce bulletin :http://www.agoravox.fr/…/scoop-la-banque-d-angleterre…
Explications et traduction partielle en français : http://www.monnaieviable.com/…/the-proof-that-banks…/

2. Working Paper N°529, mai 2015
“The bank therefore creates its own funding, deposits, in the act of lending, in a transaction that involves no intermediation whatsoever.”
La banque par conséquent crée ses propres dépôts, ses propres fonds, par le crédit, dans une transaction qui ne comprend absolument aucune intermédiation.
http://www.bankofengland.co.uk/…/workin…/2015/wp529.aspx

– Lord Adair Turner, ancien président de la Financial Services Authority à Londres :
“Banks do not intermediate already existing money. They create credit and money ex nihilo, de novo.”
Les banques ne transmettent pas de la monnaie déjà existante. Elles créent du crédit et de la monnaie “ex-nihilo”, “de novo”.
Voir la vidéo de la conférence : https://youtu.be/68l1vJJUb4c?t=8m00s

– Rapport parlementaire de M. Frosti Sigurjonsonn, commissionné par le bureau du premier ministre d’Islande : 
“Monetary Reform : A Better Monetary System for Iceland”
https://www.positivemoney.org/…/monetary-reform-Iceland…

– Étude expérimentale : 
“Can banks individually create money out of nothing? — The theories and the empirical evidence”
Richard A. Werner International Review of Financial Analysis
http://www.sciencedirect.com/…/pii/S1057521914001070

Quelques vidéos explicatives pour débutants :

– “Qui crée l’argent ?”, de Gabriel Rabhi :

Version courte : https://www.youtube.com/watch?v=ZWL_u7mWKXw

Version longue : https://www.youtube.com/watch?v=syAkdb_TDyo

– “Comprendre la dette publique (en quelques minutes)” :

https://www.youtube.com/watch?v=ZE8xBzcLYRs

– “François Morin, la monnaie, la dette et la banque”. François Morin est économiste et professeur émérite de sciences économiques à l’Université Toulouse I. Il a été membre du Conseil général de la Banque de France et du Conseil d’analyse économique.

https://www.youtube.com/watch?v=hxa2PaMRU90

– Interview de Gaël Giraud, Directeur de recherches en économie au CNRS, membre de l’École d’économie de Paris, membre du conseil scientifique du Laboratoire sur la régulation financière, membre de l’observatoire européen Finance Watch, enseignant au Centre Sèvres, membre du conseil scientifique de la Fondation Nicolas-Hulot pour la nature et l’homme et du think-tank The Shift Project, économiste en chef de l’Agence Française de Développement.
“Gaël Giraud : La monnaie, ce sont les banques privées qui la créent”
http://ilfautledire.fr/…/gael-giraud-la-monnaie-ce…/

– Données techniques (pour spécialistes) : 
http://www.positivemoney.org/how-money-works/advanced/
Traduction française en cours : http://www.monnaieviable.com/…/the-technical-details…/

– Bibliographie sélective pour approfondir le sujet :
http://gerardfoucher.com/…/05/Bibliographie_Monnaie.pdf

Autres :

– “Les secrets de la monnaie – Changer la monnaie pour changer le monde” :http://libertybooks.eu/…/les-secrets-de-la-monnaie…/

– 15 Bonnes Raisons de s’intéresser de près à la Monnaie : 
http://fr.scribd.com/…/15-BONNES-RAISONS-DE-S…

– Manifeste des Économistes Déterrés – Pour une sortie de crise sans violence, équitable et progressive : 
http://fr.scribd.com/…/Manifeste-des-economistes…
ou
https://www.academia.edu/…/Manifeste_des_économistes_d…

Démonstration mathématique : 
Proposition : 

Pour qu’un système monétaire de type bancaire (à balance mutuelle avec axe de stockage positif à origine zéro) puisse fonctionner, il faut nécessairement qu’un agent émette un premier crédit ex nihilo. 
Autrement dit : 
Il n’est mathématiquement pas possible qu’un système bancaire fonctionne sans que quelqu’un, quelque part, se “fasse un crédit à lui-même” ou “crée de la monnaie ex nihilo”. 
Le principe mathématique est simple : si personne ne crée de la monnaie au départ, le système ne peut pas démarrer. 

Démonstration : 
Si un compte ne peut pas être en négatif (aller en-dessous de la valeur minimale, qui est 0 dans le système bancaire),
et que les comptes commencent avec un solde de 0,
les propriétaires des comptes ne peuvent rien acheter : ils peuvent seulement vendre leurs biens ou leur travail, et ne peuvent guère négocier les prix.
Si tous les comptes sont également soumis à ces règles, qui pourrait commencer à acheter ?
Personne !
Si on refuse tout déséquilibre en entrée de biens et de services pour tous les comptes, le système monétaire ne peut pas fonctionner.
Il est donc nécessaire que quelqu’un reçoive sans travailler pour initialiser le système. D’où la nécessité mathématique que quelqu’un crée son propre crédit, ou sa propre monnaie ex nihilo. 

http://desiebenthal.blogspot.ch/…/initiative-monnaie…
CQFD

Fake news du Conseil fédéral !

Plus lisible en pdf

Fake news des opposants à l’initiative Monnaie pleine et du Conseil
fédéral –



Réponses des initiants
Les initiants dénoncent le fait que nos autorités reprennent les fausses informations propagées par les
opposants, principalement par l’Association suisse des banquiers et Economiesuisse. L’Administration
fédérale des finances (AFF), le Conseil fédéral dans son livret de votation officiel, ainsi que la Banque
nationale suisse se rallient à cette désinformation organisée en vue de tromper les citoyens et de faire
échouer l’initiative Monnaie pleine. Les procédés mensongers qu’ils utilisent violent les droits
politiques et ont été dénoncés par le recours d’un citoyen auprès du Conseil d’Etat d’Argovie.
Communiqué de presse du 12 avril 2018 : Les autorités fédérales trompent les citoyens
Communiqué de presse du 15 avril 2015 : Information trompeuse du Conseil fédéral
Communiqué de presse du 21 avril 2018 : Recours déposé
Livret de votation officiel du Conseil fédéral
Principales ”fake news” propagées par les opposants et par nos autorités
Réponses du comité d’initiative.
I. La pertinence de l’initiative
II. Le crédit
III. Les conséquences pour les banques et leurs clients
IV. Les conséquences pour la Banque nationale
V. Mensonges officiels du livret de vote
I. LA PERTINENCE DE L’INITIATIVE (IMP)
”Le système actuel fonctionne bien”
• Tant les opposants que le Conseil fédéral affirment qu’il n’y a pas lieu de changer le système actuel,
car il fonctionnerait bien.
• En fait, si le système actuel n’a pas encore déployé toutes ces conséquences désastreuses en Suisse,
tous les éléments sont déjà en place pour qu’elles surviennent de façon certaine à plus ou moins
brève échéance:
– Des taux d’intérêts nuls et négatifs, appelés à perdurer, qui spolient l’épargne, ruinent les fonds
de pension et les compagnies d’assurance-vie, entraînent une accumulation d’actifs à faible
rendement mettant ainsi en danger leurs détenteurs le jour où les taux remonteront.
– Un endettement hypothécaire alimenté dans une large partie par la création monétaire dont il
est la contrepartie, avec tous les risques afférents: poussée générale sur les prix des logements,
distorsion de marché favorisant les ménages les plus aisés, risque majeur que les bas taux
d’aujourd’hui soient payés par un effondrement des prix immobiliers.
– Des enrichissements et des appauvrissements sans cause, du fait du système lui-même.
”La régulation bancaire a été massivement renforcée depuis 2008”
• Les opposants et le Conseil fédéral prétendent que ”depuis la crise financière, le Conseil fédéral et le
Parlement ont accru les exigences en matière de liquidités et de fonds propres pour toutes les
banques, et tout particulièrement les grandes banques.” (p. 14 livret de vote)
• Ces mêmes affirmations ont été proclamées à chaque nouvelle réglementation (Bâle I, Bâle II, Bâle
III), sans qu’aucune de ces réglementations n’ait pu éviter la crise suivante…
• Avec la dernière réglementation Bâle III, le ratio capital/bilan est encore inférieur à ce qu’il fut avant
la grande chute de 1995 !
• Selon de nombreux spécialistes (notamment Admati et Hellwig, les ratios devraient être d’au moins
25%, soit bien au-dessus des ratios préconisés par Bâle III (5%).
• D’autres spécialistes (Jorda et Alii) ont montré que les ratios de capital sont très peu prédictifs des
crises, alors que les ”crédits booms” le sont bien plus. La Suisse est en plein ”crédits booms”
immobilier.
• De plus, les mesures de renforcement de fonds propres ont fait exploser les coûts bancaires,
pénalisant lourdement les petites banques, sans que l’objectif prudentiel ne soit atteint.
• La réforme monnaie pleine propose une approche bien moins coûteuse et beaucoup plus sûre quant
à ses résultats.
”Garantie de 100’000.- sur les dépôts des clients des banques”
• Le Conseil fédéral et les opposants prétendent que l’argent des clients des banques est suffisamment
protégé avec une garantie de 100’000 par client et par compte.
• Mais ils ne disent pas que cette garantie est limitée à 6 milliards pour toute la Suisse, et qu’elle
correspond donc à 1.4% des avoirs à vue en Suisse.
• Dans un récent rapport, le Comité de Bâle sur le contrôle bancaire estime que cette garantie ne
permet pas de considérer que les avoirs sont sûrs en Suisse.
”La Suisse s’isolerait en adoptant la MP en solitaire”
• Les transactions internes et internationales entre banques se font déjà en monnaie centrale, c’est-à-
dire en monnaie pleine.
• Dans un système de taux de change flexible, chaque pays peut avoir une politique monétaire
indépendante.
• L’IMP ne changera rien aux opérations de change qui ont cours aujourd’hui: c’est toujours la monnaie
de la Banque nationale qui transite, peu importe comment elle a été créée.
• Les entreprises auront le même accès au crédit qu’aujourd’hui et les opération de change
continueront à fonctionner de la même façon.
• La sécurité de la monnaie pleine donnera un avantage concurrentiel aux banques suisses sur le plan
international.
”L’IMP est inutile, car elle ne permettra pas d’atteindre ses objectifs et la
réglementation actuelle est suffisante”
• La réglementation actuelle n’a apporté aucune solution aux crises précédentes. Ni Bâle I, ni Bâle II
n’ont permis d’éviter la crise suivante, et celle qui nous attend après Bâle III sera la plus importante
de toutes.
• Un grand nombre d’experts internationaux pensent que nous ne pourrons pas sortir de la crise
actuelle sans réformer notre système monétaire, qui est à la racine des crises systémiques.
• Face à l’inertie et à la complicité de nos politiciens, le peuple réagit en proposant l’IMP.
• La réforme proposée est un changement simple, sensé et inoffensif. Elle ne fait que corriger le
détournement d’un système éprouvé.
• Plusieurs études internationales ont récemment attesté que le système monnaie pleine est celui qui
garantirait la plus grande stabilité économique et financière (étude FMI 2012; étude KPMG-Islande
2017).
”La monnaie pleine est une expérimentation dangereuse”
• La monnaie pleine n’est pas une nouveauté. Elle existe en Suisse depuis 1848 sous forme de pièces et
depuis la création de la Banque nationale en 1904 sous forme de billets.
• Les banques entre elles n’utilisent que la monnaie électronique de la BNS, qui est aussi de la monnaie
pleine.
• Le peuple a confié l’émission des billets de banques à la Banque nationale en 1891 déjà. Cela a
permis de stopper la prolifération anarchique de billets créés par les banques, et de retrouver une
stabilité monétaire et économique sur laquelle la Suisse a pu construire sa prospérité.
• Mais avec l’émergence de l’argent électronique, les banques commerciales se sont de fait
réapproprié le droit régalien de création monétaire pour s’en attribuer les bénéfices aux dépens de la
collectivité.
• Il s’agira le 10 juin de remettre à la Banque nationale la création de notre argent électronique, afin de
corriger à nouveau le détournement d’un système éprouvé, comme nos aïeux l’avaient déjà fait avec
succès il y a plus d’un siècle pour les billets.
• En quoi le fait de rendre notre argent sûr serait une expérimentation dangereuse ?
”L’initiative Monnaie pleine est trop compliquée”
• L’IMP pose la question: Qui doit créer notre argent ? Les banques privées qui poursuivent la
maximisation du profit de leurs actionnaires, ou la Banque nationale suisse tenue par l’intérêt
général du pays ?
• Cette question n’est pas compliquée. Elle relève du seul peuple, car elle touche à sa souveraineté.
• Ce que propose l’IMP correspond à ce que la plupart des gens pensent déjà être la réalité aujourd’hui
: tous les francs suisses, quelle que soit leur forme (métal, papier ou électronique) sont créés par la
Banque nationale.
• C’est le système monétaire actuel qui est incompréhensible, même pour les spécialistes.
”La MP ne permettra pas d’empêcher ni la spéculation ni les crises”
• L’IMP ne prétend pas pouvoir éviter les crises, mais elle vise à sécuriser notre argent contre la
survenance de crises.
• Toutefois la réforme pourra limiter les effets des crises financières et de la spéculation:
– Les banques ne pourront plus spéculer aussi facilement avec de l’argent gratuit.
– La BNS pourra piloter la masse monétaire de façon efficace, pouvant ainsi freiner les bulles et
éviter leur éclatement.
– Les banques n’auront plus la garantie de l’Etat d’être sauvées. Cela les incitera à être plus
prudentes dans leurs investissements, car elle devront assumer elles-mêmes les risques qu’elles
prennent.
”La MP n’aurait pas empêché la crise financière de 2008”
• Il est évident que la monnaie pleine ne pourrait pas résoudre en Suisse une crise dont l’origine est
aux Etats-Unis. Mais les effets sur la Suisse auraient été bien moindres, et le sauvetage de UBS
n’aurait pas été nécessaire.
• En effet, avec la monnaie pleine, le trafic des paiements n’est plus paralysé par la faillite d’une grande
banque, et il n’est dès lors plus nécessaire de la sauver.
• Les banques seront plus prudentes lorsqu’elles ne bénéficieront plus de la garantie d’être sauvée par
l’Etat.
• Si les Etats-Unis avaient eu un système de monnaie pleine, une bulle immobilière aussi incontrôlée
n’aurait pas été possible.
”Les banques peuvent détourner le système MP en s’approvisionnant à
l’étranger et en faisant des crédits en monnaies étrangères”
• Le mécanisme de ”crédit offshore” consiste pour une banque suisse à emprunter de l’argent à
l’étranger en euro, de le changer en francs suisses pour le reprêter en Suisse.
• Ces tentatives de détournement ne sont pas liées à la monnaie pleine, mais elles peuvent intervenir
dans n’importe quel système. Il s’agit alors d’empêcher ces contournements de la loi par différentes
mesures.
• Les crédits en devises étrangères n’ont aucun avenir:
– Lorsqu’une entreprise accepte des euros, elle doit ensuite les changer en francs suisses pour
pouvoir verser les salaires, ce qui restreint fortement l’usage d’un crédit en euro.
– Les crédits en devises étrangères comportent toujours un risque de cours de change qui doit
être assuré. Ce qui les rend beaucoup moins intéressants.
– Pour faire des crédits en euro, une banque suisse doit toujours se faire prêter préalablement le
même montant par une banque partenaire de l’euro-zone. Parce qu’elle devra lui payer des
intérêts, la banque suisse n’aura pas l’avantage de créer l’argent elle-même gratuitement. Une
banque suisse ne pourra pas plus créer des euros qu’elle ne pourra créer des francs suisses avec
la réforme monnaie pleine.
– Il ne faut pas s’attendre à une forte demande de crédits en euro en Suisse, car la monnaie pleine
rendra le franc très attractif grâce à sa résistance aux crises et à sa garantie par la BNS.
II. LE CRÉDIT
”Le crédit sera concentré entre les mains de la BNS”
• Le texte de l’initiative dit que la BNS ”garantit le fonctionnement du trafic des paiements ainsi que
l’approvisionnement de l’économie en crédits par les prestataires de services financiers.”
• Par là, l’initiative donne explicitement la compétence d’octroyer les crédits aux banques
commerciales (”les prestataires de services financiers”).
• Cela ne signifie pas que la BNS fera elle-même les crédits.
• C’est pourtant la conclusion erronée qu’en tire le Conseil fédéral : ”L’initiative prévoit que la BNS doit
garantir l’approvisionnement de l’économie en crédit. Elle entraînerait donc une centralisation
accrue de la gestion des crédits à la BNS.”
• Cela est faux non seulement au regard de l’interprétation littérale du texte de l’initiative, mais
également au vu de sa systématique et de ses objectifs: le texte prévoit en effet explicitement une
séparation entre la création monétaire et l’octroi de crédit : la création monétaire par la Banque
nationale, et l’octroi de crédit par les banques.
• L’initiative ne change rien non plus à la loi sur la Banque nationale qui ne permet pas à notre banque
centrale d’évaluer l’attribution des crédits, et encore moins de les octroyer, ni aux entreprises, ni aux
ménages, pas plus qu’à l’Etat.
• Avec l’initiative Monnaie pleine, l’octroi de crédits reste décentralisé et, comme aujourd’hui, l’affaire
exclusive des banques. La proximité entre les banques et les clients sera la même qu’aujourd’hui en
matière de crédit.
• Les termes ”garantir l’approvisionnement de l’économie en crédits” signifient que la BNS doit veiller à
ce que le système monétaire puisse effectivement permettre aux banques de fournir leurs services
de crédit.
• C’est ce qu’a toujours fait la BNS, en octroyant des prêts aux banques, en organisant le système SIX
Interbank Clearing pour les règlements interbancaires ou encore en sauvant UBS.
• L’injonction du texte de l’initiative ne fait que renforcer une exigence fondamentale du mandat pour
lequel la BNS a été créée, ce qui n’est pas une nouveauté.
”L’offre de crédit va diminuer”
• Le Conseil fédéral dit que ”la création monétaire par les banques permet aux ménages et aux
entreprises de financer des investissements supérieurs aux économies dont ils disposent
effectivement et donc de réaliser des projets qui, autrement, n’auraient pas pu voir le jour.” (p. 9)
• Il sous-entend par là que la monnaie pleine ne permettrait plus de financer des investissements, sans
toutefois en donner la moindre explication.
• Le Conseil fédéral renchérit en prétendant que ”le métier de base des banques consiste à financer
des investissements par l’octroi de crédits. L’initiative restreindrait inutilement et trop fortement
cette activité.” (p. 14)
• En réalité le Conseil fédéral méconnaît le métier de base des banques qui consiste à gérer le circuit
des investissements en prenant le rôle d’intermédiaires entre les épargnants et les investisseurs.
• Ainsi, il confond le circuit du financement avec celui de la monnaie, dont le rôle est d’assurer la
stabilité des prix.
• L’IMP redistribue la circulation des flux monétaires, mais n’altère pas le volume de financement de
l’économie.
• Bien au contraire, la réforme incite les agents économiques à minimiser les encaisses ”oisives” pour
les placer sur des investissements à plus longues échéances.
• La Suisse est en situation d’excès d’épargne par rapport à l’investissement, avec une tendance à
l’augmentation. Sur la base de ces faits, on ne voit pas comment il pourrait y avoir de pénurie de
crédits avec l’IMP.
• Les banques auront les fonds nécessaires pour répondre à la demande de crédits : l’argent du
remboursement des anciens crédits pourra être réattribué aux nouveaux crédits; l’argent des
épargnants pourra être utilisé pour les crédits, ainsi que toutes autres sources d’investissement. La
BNS pourra de surcroit compléter ce financement, en cas de besoin, par des crédits aux banques.
”Les taux d’intérêt vont augmenter”
• Les opposants et le Conseil fédéral prétendent que les taux d’intérêt augmenteraient avec la
monnaie pleine, car les banques ne pouvant plus créer elles-mêmes l’argent des crédits, elles
devraient les financer par des moyens plus chers.
• Les taux d’intérêts actuels ne sont pas une référence saine pour un système sain: ils spolient les
épargnants et affaiblissent les capacités de croissance de l’économie suisse. Les conséquences des
facilités de crédits actuelles se paieront chèrement avec le retour à des taux plus élevés.
• Des taux normaux doivent assurer un ajustement de l’épargne et de l’investissement pour garantir le
plein emploi et la stabilité des prix.
• La monnaie pleine ne change rien à cet équilibre: l’épargne globale continuera à être surabondante
(un des niveaux le plus élevé au monde); le contrôle de la masse monétaire rendra l’horizon
parfaitement prévisible; le taux d’inflation, en particulier, restera sous contrôle.
• Avec la monnaie pleine, les banques pourront utiliser, en plus de l’épargne, le remboursement des
anciens crédits pour les nouveaux crédits. Elles pourront, si nécessaire obtenir des prêts de la BNS
pour assurer l’offre de crédits. Celle-ci ne devenant pas plus rare avec la monnaie pleine, il n’y a
aucune raison pour que la réforme soit à l’origine d’une hausse des taux d’intérêt.
III. LES CONSÉQUENCES POUR LES BANQUES ET LEURS CLIENTS
”Les clients paieront chers la gestion de leur compte courant, car les banques ne
pourront pas utiliser cet argent”
• La concurrence entre les banques continuera de jouer à la baisse sur les prix.
• Aujourd’hui, des frais de gestion de compte de 6 à 12 CHF sont déjà la règle dans la plupart des pays.
Des études ont montré que ces montants couvrent déjà entièrement les frais des banques.
• Même si ces prix devaient augmenter, cela ne représenterait qu’une charge relativement faible pour
les clients. Elle serait largement compensée par les avantages procurés par la réforme, dont
notamment les dividendes que les citoyens pourraient recevoir de la BNS.
”Les banques ne seraient plus rentables”
• Selon les opposants et le Conseil fédéral, ”l’initiative limiterait l’activité commerciale des banques,
car celles-ci ne pourraient plus financer les crédits comme aujourd’hui.” (p. 7)
• En réalité, les banques continueront d’offrir les mêmes services de prestations financières
qu’aujourd’hui: trafic des paiements, octroi de crédit et gestion de patrimoine.
• Elle pourront faire autant de crédits qu’aujourd’hui et prélèveront un intérêts pour la rémunération
de ce service.
• La perte de leur avantage de création monétaire ne causera aucun préjudice financier pour les
banques. En effet, qu’une banque crée elle-même de l’argent gratuit, ou qu’elle l’emprunte à taux
zéro à la Banque nationale, ne fait aucune différence pour elle.
• Si le taux d’intérêt devait remonter, il ne s’agirait pas à proprement parler d’une perte, mais de la
disparition d’un avantage que les autres entreprises financières n’ont pas.
• C’est en même temps une distorsion de la concurrence qui disparaîtrait entre les grandes et les
petites banques et vis-à-vis des autres entreprises financières comme les assurances, les caisses de
pension ou les fonds d’investissement, qui déjà aujourd’hui ne peuvent pas créer de dépôts à vue.
• La monnaie pleine permettrait aux banques de continuer à faire de gros bénéfices, comme le montre
l’exemple de Postfinance, qui fonctionne aujourd’hui déjà comme une banque de monnaie pleine
(car elle ne peut pas créer de l’argent pour faire des crédits), tout en réalisant environ 600 millions de
bénéfice par année.
• La régulation bancaire actuelle deviendrait en grande partie inutile, ce qui allégerait
considérablement les petites banques qui en souffrent tout particulièrement.
”Le secteur bancaire perdrait des emplois”
• Il est au contraire probable que le secteur bancaire augmentera ses emplois avec la réforme monnaie
pleine, car la place financière deviendra encore plus sûre et stable qu’elle ne l’est aujourd’hui.
• L’image de marque mondiale ”banques suisses” repose sur la sécurité, la stabilité et la fiabilité. Cet
avantage concurrentiel sur le plan international sera renforcé par la monnaie pleine qui fera du franc
suisse la monnaie la plus sûre du monde. La gestion de patrimoine, particulièrement, apportera de
nouveaux clients aux banques suisses, ce qui compensera la perte qu’elles ont subie ces dernières
années avec la fin du secret bancaire.
”L’IMP mettra les petites banques, les banques cantonales et Postfinance en
difficulté”
• Aujourd’hui, les petites banques sont désavantagées par rapport aux grandes banques, car elles
peuvent créer moins d’argent et la réglementation bancaire, faite pour les grandes banques,
représente une lourde charge inutile.
• La réforme monnaie pleine va supprimer ces inégalités entre petites et grandes banques, et remettre
les premières en position concurrentielle équitable.
• Les petites banques ont déjà aujourd’hui un ratio épargne/crédits très élevé, ce qui assure d’ores et
déjà le financement de leurs crédits après le passage à la monnaie pleine.
• Quant à Postfinance, elle fonctionne déjà presque comme une banque de monnaie pleine, puisqu’elle
ne fait pas de création monétaire par le crédit.
IV. LES CONSÉQUENCES POUR LA BANQUE NATIONALE
”La Banque nationale aura trop de pouvoir”
• L’argent est toujours un pouvoir. Aujourd’hui ce pouvoir est entièrement entre les mains des
banques privées.
• L’IMP répartit le pouvoir de l’argent entre l’Etat pour la création monétaire, et les banques pour le
commerce privé (crédit, gestion de fortune et trafic des paiements).
• Cela permet de retrouver un contrôle sur la masse monétaire par le biais de fonctionnaires qui n’ont
pas de profit personnel à en retirer, et d’éviter ainsi que des directeurs d’entreprises privées
l’augmentent jusqu’à faire éclater des bulles dans le seul but d’obtenir des millions de bonus.
• L’IMP instaure une séparation des pouvoirs dans le système monétaire, tout comme la séparation des
pouvoirs entre le législatif, l’exécutif et la justice garantit la démocratie.
• A l’inverse de ce qu’affirment le Conseil fédéral et les opposants, c’est bien aujourd’hui que le
pouvoir est concentré – entre les mains d’une oligarchie financière privée. L’IMP, au contraire, divise
ce pouvoir pour mettre fin à un conflit d’intérêts dangereux : quelques joueurs tirant profit du jeu en
sont en même temps les maîtres.
”La BNS devrait mettre l’argent en circulation uniquement par des distributions
sans dette à la Confédération, aux cantons et aux citoyens.
Elle ne serait de ce fait plus libre dans sa politique monétaire, car elle ne
pourrait plus acheter des actifs.”
• Les opposants et le Conseil fédéral ne prennent pas en considération le fait que la BNS aura toujours
la possibilité de mettre en circulation du nouvel argent par des crédits aux banques. Ce point n’est la
plupart du temps pas mentionné, ou de façon marginale sans en expliquer sa fonction essentielle.
• Ce point est essentiel, car c’est par ce moyen que la BNS pourra mener sa politique monétaire avec la
plus grande souplesse et en toute liberté :
1) pour retirer éventuellement de la monnaie de la circulation, possibilité niée par les opposants et
le Conseil fédéral, qui soutiennent que seul le remboursement par l’impôt permettra de retirer
de la monnaie de la circulation
2) pour acheter des actifs, comme aujourd’hui. Les opposants et le Conseil fédéral prétendent
pourtant que la BNS ne pourra plus le faire
• L’IMP n’impose aucune politique concrète à la BNS. Celle-ci pourra décider dans quelle mesure le
nouvel argent doit être mis en circulation par des versements sans dette ou par des crédits aux
banques. Cette dernière solution permettra à la BNS d’acheter des actifs, comme aujourd’hui.
”La BNS devrait créer de l’argent sans dette pour satisfaire le budget de l’Etat”
• Le Conseil fédéral et les opposants prétendent, ou laissent clairement entendre, que la BNS devrait
faire tourner la planche à billets pour alimenter les caisses de l’Etat, provoquant ainsi de l’inflation.
• Le texte de l’initiative ne préconise pas le retour à une planche à billets, mais prescrit précisément
l’inverse : la BNS crée du nouvel argent exclusivement en fonction de sa politique monétaire
commandée par son mandat de stabilité des prix, c’est-à-dire justement pour éviter l’inflation.
• La BNS peut mettre en circulation la nouvelle monnaie par des distributions sans dette à la
Confédération, aux cantons et aux citoyens, sans que ces bénéficiaires en retirent un droit à
percevoir ces recettes. Seule la BNS décide de la quantité de nouvel argent à créer et si elle le met en
circulation sans dette ou par des prêts aux banques.
• De plus, la BNS ne décidera pas de l’usage qui sera fait des recettes reçues sans dette par les
collectivités publiques. Cette attribution se fera démocratiquement par chaque collectivité.
• Aujourd’hui, la BNS décide déjà de la part de son bénéfice qu’elle redistribue aux cantons. Elle a par
exemple décidé de ne pas redistribuer la totalité de son bénéfice de 50 milliards réalisé en 2017.
• Le Conseil fédéral confond la politique fiscale avec la politique monétaire. Son idée est interdite, pas
celle de l’initiative.
• En prêtant à l’initiative une telle idée, il donne manifestement à son texte et à ses objectifs une
fausse représentation.
”La BNS serait soumise à des pressions politiques et son indépendance serait
menacée”
• La BNS a toujours été soumise à de fortes pressions politiques, et elle a su jusqu’à présent y faire
face. On peut le vérifier par la rigueur qu’elle a su maintenir durant ces dernières années au sujet de
la distribution de ses bénéfices aux cantons.
• Si la BNS devait céder à des convoitises, cela ne résulterait que d’une violation de son mandat par ses
dirigeants, et non du système monnaie pleine lui-même.
• Si une telle violation devait arriver, la transparence démocratique à laquelle est soumise la BNS
permettrait de réagir et de corriger la dérive.
• L’IMP renforce au niveau constitutionnel l’indépendance de la BNS, qui n’est liée que par la loi et
donc protégée contre les pressions des lobbys politiques et financiers.
”L’argent émis sans dette par la BNS serait un problème”
• L’argent émis ”sans dette” signifie qu’il ne doit pas être remboursé.
• Depuis qu’elle existe, la BNS redistribue une partie de ses bénéfices à la Confédération et aux
cantons. Ainsi, ce sont jusqu’à 2.5 milliards qui viennent alimenter les caisses publiques chaque
année. Cela n’a jamais fait l’objet d’une contestation ni d’un problème.
• On ne voit pas en quoi l’augmentation de ces redistributions à 5 ou 10 milliards par année, en
fonction de la politique de la BNS, devrait avoir des conséquences insurmontables.
• Les pièces de monnaie sont frappées ”sans dettes” par la Confédération depuis 1848. Les bénéfices
de cette création de monnaie alimentent directement les caisses de la Confédération. Elles se
montent à plus ou moins 90 millions par années.
• Pourquoi serait-ce un problème d’appliquer partiellement le même principe aux billets et à la
monnaie scripturale ?
• Selon le Conseil fédéral, ”c’est très dangereux, car cela entraîne généralement une dépréciation
monétaire (inflation).”
• En réalité, la dépréciation monétaire résulte d’une surabondance de monnaie par rapport à la
production économique. C’est précisément ce que vise à combattre l’IMP en donnant le contrôle de
la masse monétaire à la BNS, plutôt qu’aux banques qui n’ont pas d’obligation de respecter l’objectif
de stabilité des prix.
• Prétendre que l’IMP permettra à la BNS de faire tourner la planche à billets est donc un mensonge.
V. MENSONGES OFFICIELS DU LIVRET DE VOTE
”Chiffres faussés concernant l’importance des emplois bancaires”
• Pour évaluer le nombre d’emplois du secteur bancaire, le Conseil fédéral inclut tous les emplois du
secteur financier (p. 7).
• Or, seules les banques seront concernées par l’initiative Monnaie pleine.
• Cela réduit le chiffre avancé par le Conseil fédéral de presque une moitié (de 5.6% à 3%).
”Fausses connexions”
• Le Conseil fédéral dit de l’initiative : ”Elle veut en outre que la BNS mette l’argent en circulation ”sans
dette”, à savoir sans contrepartie, et qu’elle attribue cet argent directement à la Confédération, aux
cantons et à la population. Elle vise ainsi à protéger l’argent de la clientèle bancaire et à prévenir les
crises financières.” (p. 5)
• Selon l’IMP, ce n’est pas la distribution d’argent sans dette qui protège l’argent de la clientèle
bancaire, mais le fait que les comptes courants seront hors du bilan des banques. En cas de faillite de
la banque, ces comptes ne seront pas touchés.
• La distribution d’argent sans dette n’a rien à voir avec la sécurité de l’argent. Elle n’est qu’une
conséquence heureuse et légitime de l’initiative, mais pas une mesure de protection.
• De plus, l’initiative n’a pas pour objectif de prévenir les crises financières, mais de protéger nos
moyens de paiement contre de telles crises.
• En faisant de fausses connexions entre les objectifs de l’initiative et les moyens qu’elle propose pour
les atteindre, le Conseil fédéral induit les citoyens en erreur : prétendre que la mise en circulation de
l’argent sans dette peut mettre notre argent à l’abri des crises financières est un non-sens qui ne
ressort pas du texte de l’initiative, quelque soit l’interprétation que l’on puisse en faire. En lui
attribuant volontairement de telles inepties sans fondement, le Conseil fédéral fait de la diffamation
dans le seul but de nuire à l’initiative pour en empêcher la compréhension par les citoyens.
”Un changement radical”
• Le Conseil fédéral, ainsi que les opposants, qualifient la monnaie pleine de changement radical par
rapport au système actuel (p. 14).
• En fait, il ne s’agit pas d’un changement radical, mais de restituer à la banque centrale la fonction
normale pour laquelle elle a été faite : créer la monnaie nationale.
• Le choix des termes a manifestement un objectif de manipulation d’opinion plutôt que d’information.
”Deux poids, deux mesures”
• Le Conseil fédéral dit dans son livret de vote que ”l’argent liquide est créé par la BNS” (p. 6). Ce qui
est vrai pour les billets uniquement, les pièces étant créées par la Confédération.
• Un détail sans importance ? Peut-être. Mais la Chancellerie fédérale a néanmoins obligé les initiants
à corriger ce détail dans leur court texte de présentation de l’initiative pour le livret de votation.
• Pourquoi le Conseil fédéral n’est-il pas soumis aux mêmes exigences de précision que les initiants ?
”La monnaie pleine devrait être couverte par de la monnaie de la BNS”
• Le Conseil fédéral écrit au sujet des comptes en monnaie pleine: ”Ces comptes devraient être
entièrement couverts par des avoirs auprès de la BNS” (p.6).
• Cette affirmation est objectivement fausse et dénote d’une représentation erronée de l’initiative : le
point central de l’initiative est de n’avoir plus qu’une seule monnaie en circulation, la monnaie
centrale de la BNS. Cela a pour conséquence que les banques n’auront plus besoin d’avoir des
couvertures auprès de la BNS, puisqu’elles travailleront directement avec de la monnaie de la BNS et
non plus avec de la monnaie qu’elles créent elles-mêmes et qui doit aujourd’hui être couvertes
partiellement par de la monnaie centrale.
”Le taux directeur en tant qu’instrument de pilotage de la masse monétaire et
du crédit”
• Le Conseil fédéral écrit : ”Le volume des crédits et la création monétaire dépendent en grande partie
des taux d’intérêt pratiqués par la BNS” (p. 9).
• Cette théorie n’a aucune réalité en pratique. Depuis que les taux d’intérêts sont négatifs, la BNS n’a
plus de marge de manœuvre pour influencer la masse monétaire par le taux directeur. De plus, les
banques ne sont que peu affectées par le taux directeur, puisqu’elles ne sont contraintes
d’emprunter que 2.5% à la BNS pour couvrir leur création monétaire.
”Sept pages contre, une pour”
• Tout enseignement scientifique professe qu’il faut distinguer le rapport du commentaire. Le livret de
vote du Conseil fédéral ne fait pas cette distinction.
• La partie du livret sensée décrire objectivement les faits prend position tout autant que la partie
intitulée ”Les arguments du Conseil fédéral”.
• Le comité d’initiative, lui, n’a droit qu’à une page.
• Donc sept pages d’arguments ”contre” pour une page d’argument en faveur de l’initiative. Cela n’a
rien à voir avec une information objective.
”Silence sur les questions essentielles de l’initiative”
• Le Conseil fédéral ne mentionne même pas les questions qui sont à la base de l’initiative :
– La création de nos francs suisses doit-elle être une tâche publique ou privée ?
– A qui doivent revenir les gains de la création monétaire ?
– Quelles sont les conséquences de l’endettement systémique croissant sur la société ?
– Pourquoi n’avons-nous pas un moyen de paiement légal électronique pour remplacer l’argent
liquide en train de disparaître ?
”Le Conseil fédéral ferme les yeux”
• Le Conseil fédéral ne veut pas voir que notre système monétaire est sur le point d’être
fondamentalement remis en question par l’évolution des technologies (p.ex. Fintech, Bitcoin, EFrancs,
Block chain, crypto-monnaies, etc), avec ou sans monnaie pleine.
• Au lieu de se saisir de cette question, le Conseil fédéral reprend aveuglément ou intentionnellement
l’argumentation de l’Association des banquiers et d’Economiesuisse.
Conclusion
Au vu des points qui viennent d’être mis en évidence, il apparaît que le Conseil fédéral utilise le livret de
vote officiel pour tromper les citoyens en utilisant l’argent public pour faire cette propagande antidémocratique.



Rédaction : Jean-Marc Heim, membre du comité Initiative Monnaie pleine


Dossier de presse du 25 avril 2018 Présenté à la conférence de presse du 25 avril 2018 à Lausanne

Soutiens de partis à monnaie-pleine



 Fake news, aucun parti ne soutient monnaie-pleine

.. à Genève il y a :



– Les Verts 

– Le PS

– Ensemble à gauche 

– Parti du Travail
– Parti communiste 

– les listes citoyennes 
– Les jeunes socialistes suisses
– Les jeunes verts…
– Le MCG à l’unanimité


notamment soutiennent l’initiative Monnaie pleine. Rien que cela …
et bientôt….
une banque, comme à Bâle ?


Traduction »