Honte aux mass-media !

Vous cachez les informations importantes, honte à vous !

Honte sur vous: l’administration Trump a sauvé 160 enfants d’un réseau de trafic sexuel, et vous les médias, avez caché l’info

Jean-Patrick Grumberg 17 juin 2018

Une opération ordonnée par l’administration Trump contre un réseau de commerce du sexe dans la région d’Atlanta a permis des dizaines d’arrestations, et le sauvetage d’environ 160 enfants forcés de travailler comme esclaves sexuels.

Les médias d’information, qui ne sont plus du tout là pour rapporter l’information mais vous laver le cerveau, ont consacré des dizaines d’articles sur la poignée de main entre le président Macron et Donald Trump, montrant sous toutes les coutures et en gros plan comment Macron écrase les phalanges du président américain. Ah ! ça c’est de l’info qui change le monde ! Ah ! ça ce sont des sujets d’importance géopolitique majeure ! Ah ! ça c’est de l’analyse politique de haut vol ! Du vrai travail d’experts…

Mais parler de cette opération contre un réseau de trafic sexuel risquerait d’apporter au président Trump quelques marques de sympathie, alors les journalistes français, qui n’ont vraiment plus la moindre intention d’exercer leur métier et ne veulent surtout pas rapporter la vérité, ont décidé de la passer sous silence.

L’opération, connue sous le nom d’opération Safe Summer (1), a été ordonnée par l’administration Trump dans le cadre de la guerre qu’il a déclenchée contre le trafic sexuel d’enfants.

149 enfants disparus et exploités comme esclaves sexuels ont été identifiés et localisés (les enfants étaient âgés de 3 à 17 ans).

158 actions judiciaires (arrestations, inculpations, condamnations) ont été menées.

“Ce sont des crimes qui préoccupent particulièrement le FBI et les forces de l’ordre en général”, a déclaré l’agent spécial adjoint en charge de l’opération Matt Alcoke à Mike Petchenik de WSB-TV.

“Les victimes, en tant qu’enfants, sont très vulnérables, et les délinquants peuvent provenir de n’importe quel milieu, des membres de gangs jusqu’à quelqu’un de haut placé et riche.”

Alcoke a déclaré que l’opération visait un commerce qui s’attaque aux enfants pendant les mois d’été.

“Il est important pour ceux d’entre nous qui avons la responsabilité d’enfants, les parents, les tuteurs, les frères et sœurs plus âgés, de ne pas laisser les enfants s’éloigner des cercles familiaux”, a dit M. Alcoke.

Parmi les personnes interpellées se trouve Trevey Parks, un prédateur pédophile, “l’un des pires qu’il ait jamais vu” a précisé l’agent du FBI.

“Trevey Parks est l’un des pires des pires,” dit Alcoke. “Il a finalement été arrêté dans le cadre d’un effort conjoint entre nous et la police locale.
Les arrestations dans la région métropolitaine d’Atlanta englobaient une zone de 6 comtés, dont beaucoup comprennent des zones rurales et des zones haut de gamme.”

“Beaucoup de gens ne se rendent pas compte de ce qui se passe ici”, a déclaré Howard Miller, porte-parole du service de police d’Alpharetta.

Cette victoire contre la traite des êtres humains fait partie du programme permanent établi par le président Trump pour réprimer la traite des enfants à des fins sexuelles, qu’il a défini comme une priorité de son administration.

Au mois de mars 2018 (2), parlant d’un “affront à la dignité humaine”, le Président Trump, lors d’une conférence de presse, avait déclaré :

“Mon gouvernement s’attachera à mettre fin à la pratique absolument horrible de la traite des êtres humains. Et je suis prêt à apporter toute la force et le poids de notre gouvernement, tout ce que nous pouvons faire, afin de résoudre cet horrible problème.”

Le Président a ensuite nommé neuf survivants de cette forme d’esclavage moderne pour siéger au Conseil consultatif des États-Unis sur la traite des êtres humains pour un mandat de deux ans.

Précédemment, Trump avait déclaré janvier 2018 Mois national de la prévention de l’esclavage et de la traite des êtres humains.

En février 2017, le Président Trump avait signé le décret exécutif 13773, contre les “organisations criminelles transnationales et la prévention du trafic international”.

Ce programme s’est déjà traduit par des milliers d’arrestations à l’échelle nationale.

160 enfants sauvés, ce n’est pas un fait divers, ce n’est pas une banale opération de police locale. Pratiquement aucun média grand public américain en a parlé. En France, aucun.

Cet article, qui compense le honteux et coupable comportement de mes cyniques collègues, a pour objectif que l’information circule enfin autour de ce drame humain souvent étouffé pour protéger l’image des communautés responsables, et dans le cas précis, pour empêcher la cote de popularité du président Trump de monter.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

La pédophilie est une arme pour contrôler notamment les politiciens, les financiers, les structures de péchés… http://desiebenthal.blogspot.com/2009/07/lecture-en-creux-de-caritas-in-veritate.html

(1) https://www.fbi.gov/contact-us/field-offices/atlanta/news/press-releases/fbi-announces-results-of-operation-safe-summer

(2) https://www.whitehouse.gov/briefings-statements/president-donald-j-trump-working-end-human-trafficking/

https://www.dreuz.info/2018/06/17/honte-sur-vous-ladministration-trump-a-sauve-160-enfants-dun-reseau-de-trafic-sexuel-et-vous-les-medias-avez-cache-linfo/?is_wppwa=true&wpappninja_cache=friendly

Communes et monnaie pleine

… , grâce notamment à monnaie-pleine, il est maintenant admis que les banques commerciales créent de la monnaie du néant, donc si on applique le ratio de Bâle Mac Donough par exemple, le taux d’intérêt sur le “vrai” minuscule “capital” qui ne viendrait pas du néant, ex nihilo, est donc de plus de 300 % par année, si ce n’est pas de l’usure pénalement condamnable, qu’est-ce ?

Positions récenteshttp://desiebenthal.blogspot.ch/2018/05/positions-catholiques-et-chretiennes.html


Exemple d’une commune genevoise…


La Présidente rouvre la discussion sur le budget 2018.  

M. Friedli note que, comme chaque année, l’adoption du budget est un moment difficile de tensions, de désaccords et de questionnements sur le financement, la dette. En effet, plus ou moins tout le monde serait d’accord d’offrir de très nombreux services à la population, si l’argent coulait à flots. Or, comme chaque année, dans toutes les collectivités publiques comme dans de trop nombreux ménages, l’argent manque pour réaliser des politiques à même de satisfaire la plus grande part de la communauté. Quelles nouvelles recettes trouver, quelles prestations rogner, quelles économies faire, comment gérer la dette, comment arriver à l’équilibre : l’argent est le nerf de la guerre et au centre des activités communales. Or, si ce fait est très bien connu, il existe de nombreux aspects relatifs à l’argent et aux finances qui le sont beaucoup moins. Pourtant, certains de ces aspects concernent directement la commune de Bernex. Premièrement, la commune ne peut pas se financer directement auprès de la Banque nationale suisse (BNS) : si la BNS est bien la seule institution à même de créer des francs suisses reconnus comme tels par le droit, elle ne prête et commerce qu’avec les banques, comme indiqué dans la Loi fédérale sur la Banque nationale suisse (LBN), ce qui implique que toutes les collectivités publiques – Confédération, cantons et communes – sont contraintes de se financer auprès de banques commerciales et privées, qui sont des entités non publiques. Cela a pour résultat que tous les investissements publics sont soumis de facto à un intérêt non public, puisque le seul moyen de se financer consiste à obtenir des crédits bancaires non publics, pour lesquels un intérêt sera reversé à la banque. C’est un premier gaspillage d’argent public, puisque s’il était reversé à la BNS, il reviendrait directement dans les mains d’une institution théoriquement au service du peuple. Mais, finalement, ce système correspond bien à l’idéologie du temps, et M. Friedli gage que cela ne choquera pas une majorité de l’assemblée. C’est lorsque l’on se penche sur la nature de l’argent que le système dévoile son injustice. En effet, M. Friedli suppose que la plupart des personnes présentes pense que lorsque la commune « emprunte » aux banques pour financer la vie communale, elle reçoit en prêt une quantité de monnaie que possède la banque : dans ce cas, il est assez logique de devoir payer des intérêts pour compenser le manque à gagner théorique du prêteur, la banque, qui se déleste de son épargne pour la prêter. M. Friedli note que cela fonctionne comme pour une location : s’il emprunte un vélo à Martine, elle ne peut pas s’en servir pendant le prêt. Il faut donc compenser ce manque de disponibilité en payant la location. Cela s’appelle le coût d’opportunité, et c’est ce qui justifie les intérêts sur la dette. Or, le système monétaire, pour sa majeure partie, ne fonctionne pas de cette manière. En effet – et c’est là qu’intervient le basculement majeur entre la croyance générale sur la monnaie et la réalité –, les banques ne prêtent pas de l’argent, elles font un crédit. Ces crédits sont des reconnaissances de dettes que la banque octroie, sauf que, contrairement au prêt traditionnel, le bien prêté, la monnaie, n’existe pas avant la transaction. Elle est créée au moment de la transaction. Lorsque l’on emprunte aux banques, elles ne donnent pas de la monnaie qu’elles possédaient, elles la créent de toutes pièces. Il s’agit de création monétaire par le crédit, et c’est sur cela que repose tout le système financier – que l’on peut également appeler système monnaie-dette. M. Friedli sait que cela peut paraître incroyable, mais c’est pourtant la vérité : la BNS définit d’ailleurs la création monétaire dans son glossaire comme suit : « processus par lequel l’argent est produit. La BNS peut créer de l’argent grâce à son monopole d’émission des billets de banque, tandis que les banques commerciales peuvent créer de la monnaie scripturale en accordant des crédits. » La monnaie scripturale est simplement la monnaie que tout un chacun possède sur son compte et qui est une banale écriture comptable, sans support physique. La monnaie que les banques octroient à la commune pour ses projets dans le cadre de crédits est bien créée de toutes pièces. C’est une monnaie ex nihilo, sortie du néant, créée. De plus, cette monnaie n’est pas reconnue légalement par le droit suisse : en effet, la Loi fédérale sur l’unité monétaire et les moyens de paiement (LUMMP) précise dans son art. 2 que les moyens de paiement légaux sont « les espèces métalliques émises par la Confédération, les billets de banque émis par la BNS et les avoirs à vue en francs auprès de la BNS ». La monnaie scripturale inscrite sur les comptes, celle utilisée pour tout l’e-banking, des banques commerciales, n’en fait donc pas partie. Le Conseil fédéral l’a confirmé en 2012, en affirmant que « la population est consciente que les avoirs à vue en francs déposés auprès des banques ne sont pas garantis par la BNS ». Concrètement, l’argent que la commune reçoit pour financer sa vie communale n’est pas légale et n’est donc aucunement garantie, ce qui ne va pas sans poser quelques questions cruciales, comme par exemple celle de savoir s’il est légitime que la commune, entité publique, paie ses employés avec de la monnaie non légale. Par ailleurs, et surtout, cet argent est créé à partir du néant : la banque doit remplir quelques conditions pour ce faire, mais l’argent crédité est, lui, bien créé de toutes pièces. Cela permet de revenir très concrètement sur la question du budget de la commune : comme l’argent crédité à la commune est créé du néant – et n’est donc pas le fruit d’un travail – il n’y a aucune raison de payer un intérêt dessus. En effet, il n’y a pas de coût d’opportunité pour de l’argent créé du néant, il n’y a pas de raison de payer une location. La seule dépense légitime devrait être effectuée pour couvrir les frais fixes de la banque, le personnel, le matériel administratif. Il paraît évident de ne pas devoir payer d’intérêts sur de l’argent qui a été créé par un simple jeu d’écritures. Cependant, la commune paie des intérêts, et même beaucoup, environ un demi-million par an : CHF 490’000.- en 2015, CHF 439’000.- en 2016, ce qui représente environ 1,5% du budget de la commune. Ainsi, en 8 ans, la commune a payé plus de 3,5 mios d’intérêts sur la dette. Une bonne partie de cette dépense communale est sûrement illégitime, ce qui n’est pas négligeable lorsque l’on sait que les débats sont parfois houleux sur des lignes budgétaires de CHF 5’000.- ; ici, les montants sont autrement conséquents. M. Friedli sait que certains lui rétorqueront que la commune ne peut pas y faire grand’ chose. Premièrement, M. Friedli pense qu’il faut s’informer sur ce sujet complexe où l’ignorance prédomine, car avant de résoudre un problème, il faut bien l’identifier, comprendre le système et identifier les potentielles alternatives de financements, lesquelles ne manquent pas. Il est donc important qu’en premier lieu, l’administration communale et le Conseil administratif s’informent sur le sujet afin de pouvoir agir au mieux dans l’intérêt de Bernex. M. Friedli invite bien évidemment tous les membres du Conseil municipal ainsi que tous-tes les habitants-es de la commune à faire de même. Par la suite, il sera possible d’imaginer des actions plus concrètes, comme de faire auditer les différentes dettes de la commune et voir lesquelles ont résulté d’une création de monnaie ex nihilo, pour ensuite, par exemple, renégocier des intérêts plus bas, ou encore faire pression sur le Canton, pour que ce dernier fasse pression sur la BNS afin qu’elle change sa politique monétaire en faveur des collectivités publiques. Si la commune s’investit, elle saura faire entendre sa voix et trouver des améliorations. M. Friedli est bien conscient que cette thématique est aujourd’hui abordée pour la première fois au sein de ce Conseil municipal, il continuera donc à apporter des informations et des propositions, tant en commissions qu’en séances plénières. M. Friedli a d’ailleurs bon espoir de trouver des partenaires de discussion au sein du Conseil municipal dans ce but, qui n’est finalement autre que défendre au mieux les intérêts de la commune et de ses habitants-es. M. Friedli souhaite encore souligner que cette thématique n’est pas tout à fait inédite dans le canton puisqu’elle a déjà été abordée en décembre 2016 puis en mai 2017 au Grand Conseil de Genève par le député Patrick Dimier, et qu’une initiative traitant de la thématique de la création monétaire (« Initiative monnaie pleine ») sera probablement votée l’année prochaine en Suisse.  M. Friedli ajoute, pour aider celles et ceux qu’il aurait perdus en route, que l’élément à retenir est le suivant : l’argent qui est crédité à la commune par les banques n’est pas une possession qui lui est prêtée, mais bien de la monnaie créée ex nihilo. Par conséquent, les intérêts sur la dette sont illégitimes et que la commune devrait réfléchir à la manière dont elle pourrait minimiser les intérêts qu’elle paie sur la dette pour optimiser l’utilisation des deniers publics.
PV N°23, 14 novembre 2017 Conseil Municipal – p17, 18, 19- Commune de Bernex   


Rudolf Elmer, lanceur d’alerte

Bonjour,
M. Rudolf Elmer, lanceur d’alerte suisse dans le domaine de la finance, m’annonce aujourd’hui qu’un reportage sera diffusé en français ce soir sur TV5Monde  concernant son histoire. Voilà le lien:
Si vous voulez savoir de qui il s’agit, voici un article de mon blog :
http://egalitedescitoyens.blog.tdg.ch/archive/2016/01/11/rudolf-elmer-lanceur-d-alerte-suisse-273239.html  Il faut aussi lire les commentaires publiés au bas de cet article.


Réalisateur : Werner Schweizer

PROCHAINES DIFFUSIONS

Sur TV5MONDE aujourd’hui à 23h04  Inédit
Sur TV5MONDE Europe Jeudi 14 juin 2018 à 18h41  Rediffusion  VOST
Merci de diffuser ce message à vos amis.
Meilleures salutations.
Michèle Herzog
Rue St-Georges 10
CH- 1091 Grandvaux
Tél. 079.655.21.86
http://egalitedescitoyens.blog.tdg.ch/

Rudolf Elmer, lanceur d’alerte suisse.

Bonjour,
M. Rudolf Elmer, Suisse vivant à Zürich, a travaillé pendant plusieurs années aux Iles Caïmans pour la banque suisse Julius Baer. Il a découvert le système de la fraude fiscale et a décidé de le dénoncer. En 2008, il publie des informations sur le site Wikileaks. Le journaliste David Leloup a réalisé un film retraçant le combat de M. Elmer et les graves difficultés qu’il a dû subir en Suisse, car d’une part le secret bancaire est un sujet super-protégé et d’autre part les lanceurs d’alerte en Suisse sont vivement attaqués. Il n’existe aucunes lois en Suisse protégeant les lanceurs d’alerte. Le Parlement suisse discute de la question depuis 2003 …
Voilà le message reçu ce 11 janvier 2016 du journaliste David Leloup, réalisateur du film “A Leak in Paradise (L’homme qui voulait détruire le secret bancaire)”. Ce film a été projeté une fois en automne 2015 et voilà le programme concernant la diffusion de ce film en janvier 2016. Merci très vivement à M. Leloup pour son travail très important et pour son soutien à M. Rudolf Elmer.  
Bonjour,
De Zurich à l’île Maurice, en passant par Londres et Paris, j’ai suivi pendant sept ans la vie mouvementée de Rudolf Elmer, un ex-banquier suisse pionnier des fuites de données financières sur Internet. Dès 2008, bien avant la vague OffshoreLeaks, LuxLeaks et SwissLeaks, Elmer entame la publication, sur le tout jeune site WikiLeaks.org, de données clients ultraconfidentielles provenant de la sulfureuse filiale aux îles Caïmans de la banque privée suisse Julius Bär. Une mine d’or qui sera exploitée par plusieurs administrations fiscales de la planète, dont le fisc belge. Pour Elmer, les conséquences seront très lourdes: filatures et harcèlement par des détectives privés, détentions préventives pour suspicion de violation du secret bancaire suisse, procès à répétition, acharnement médiatique, exil, chômage, burnout…
Cette histoire de secrets aux allures de thriller, je la raconte dans «A Leak in Paradise (L’homme qui voulait détruire le secret bancaire)», un film documentaire qui sera projeté au cinéma Le Parc à Liège ce mercredi 13 janvier à 20h. A travers la descente aux enfers de Rudolf Elmer et sa famille, j’ai tenté de donner à voir la puissance institutionnelle de ce fameux secret bancaire et son impact concret sur l’existence de ceux qui tentent de le défier. Bien sûr, Elmer n’est pas un chevalier blanc. Ses motivations sont diverses et complexes. Elles évoluent dans le temps. Le «lanceur d’alerte» a sa part d’ombre que le film explore également…
 La projection sera suivie d’un débat durant lequel je serai accompagné par les excellents Denis Robert (journaliste d’investigation français à l’origine de l’Appel de Genève en 1996 et de l’affaire Clearstream 1 en 2001) et Eric Walravens (ex-journaliste chez Belga auteur du livre Dumping fiscal – Enquête sur un chantage qui ruine nos Etats).
Le film a par ailleurs l’honneur de faire partie, dans la catégorie «Grand reportage et investigation», de la sélection officielle du Festival international de programmes audiovisuels (FIPA) qui se tiendra du 19 au 24 janvier à Biarritz. Il y sera projeté le mercredi 20 janvier à 14h45 au Théâtre du Casino Municipal, en présence du jury, puis le vendredi 22 janvier à 15h30 à la Salle Gamaritz de la Gare du Midi. Près de 1.200 films issus de plus de 70 pays s’inscrivent chaque année pour participer au FIPA et seules quelque 130 œuvres sont présentées en compétition et hors compétition, dans neuf catégories. On est donc déjà vraiment ravis d’avoir franchi ce cap!
A bientôt ?
David
Pour  regarder la bande-annonce: www.aleakinparadise.com
Si une personne désire organiser la projection de ce film dans sa région, merci de prendre contact avec M. Leloup. Son adresse email: david.leloup@gmail.com
Merci d’avance pour vos commentaires, qui seront publiés au bas de cet article. Merci également de transmettre cet article aux citoyens intéressés par le combat des lanceurs d’alerte et par les problèmes liés à la fraude fiscale. Meilleures salutations.
Informations reçues le 21 mars 2016 concernant le festival du film qui a lieu du 18 au 27 mars 2016 en Belgique. Ce festival produit des films incitant les citoyens à pendre leur destin en main … Voilà les liens (si une fenêtre s’affiche, cliquez sur weiter …):
Information reçue début juillet 2016: Suite au procès de M. Elmer ayant eu lieu à Zurich, le jugement aura lieu le 24 août 2016 à 14h au Tribunal de Zurich. 

COMMENTAIRES

Il sera intéressant de voir ce qu’en dira la presse helvétique “aux ordres”…
Écrit par : Pierre Santschi | 11/01/2016

Répondre à ce commentaire

A M. Santschi: J’ai rencontré M. Rudolf Elmer en automne 2015 et il m’a expliqué qu’il a reçu un peu de soutien de certaines personnes à Zurich et de quelques journalistes lors de son procès à Zurich. Mais le journaliste qui s’est le plus impliqué pour diffuser son histoire, M. David Leloup, ne travaille pas en Suisse … J’espère que ce film aura du succès. Si les journalistes suisses n’en parlent pas, les journalistes français ne vont probablement pas se priver. On verra bien. Meilleures salutations.
Écrit par : Michèle herzog | 11/01/2016

Répondre à ce commentaire

Il y a exactement un an, soit le 12 janvier 2015, j’avais déjà écrit un article sur mon blog concernant le procès de M. Rudolf Elmer. Voir ce lien:
http://egalitedescitoyens.blog.tdg.ch/archive/2015/01/12/proces-de-m-rudolf-elmer-a-zurich-le-12-janvier-2015-263631.html
Écrit par : Michèle Herzog | 11/01/2016

Répondre à ce commentaire

Informations reçues le 21 mars 2016 concernant le festival du film qui a lieu du 18 au 27 mars 2016 en Belgique. Ce festival produit des films incitant les citoyens à pendre leur destin en main … Voilà les liens (si une fenêtre s’affiche, cliquez sur weiter …):

http://www.bxlbondyblog.be/critique-du-documentaire-lhomme-qui-voulait-detruire-le-secret-bancaire/

http://www.rtbf.be/musiq3/article/detail_festival-millenium-le-secret-bancaire?id=9242136

http://www.lalibre.be/culture/cinema/comprendre-le-monde-pour-agir-56e82bfc35702a22d566ff4c

http://focus.levif.be/culture/cinema/festival-millenium-des-documentaires-pour-prendre-son-destin-en-main/article-normal-471575.html

Écrit par : Michèle Herzog | 21/03/2016

Répondre à ce commentaire

I was excited to find this site. I need to to thank you for your time just for this wonderful read!! I definitely loved every part of it and I have you saved to fav to look at new information on your web site.
merci pour Rudolf Elmer, lanceur d’alerte suisse. : Egalité des citoyens face aux lois.
Écrit par : Lloyd | 30/06/2016

Répondre à ce commentaire

Ce 1er août 2016 j’ai reçu un message de M. Rudolf Elmer m’indiquant que le journal SonntagsZeitung a publié un article sur son combat le 31 juillet 2016.
Voilà le résumé reçu:
SonntagsZeitung: L’ex-banquier Rudolf Elmer, condamné l’an dernier à une peine pécuniaire avec sursis pour violation du secret bancaire notamment, a fait valoir devant la justice des éléments prouvant qu’il n’a pas violé le droit suisse en remettant des données confidentielles de clients à WikiLeaks, affirme la SonntagsZeitung. L’un de ces “nouveaux documents”, remis en juin au tribunal cantonal zurichois dans le cadre de son recours, montre que l’ancien cadre de Julius Baer n’avait pas un contrat de travail basé sur le droit suisse. La défense argue en effet que le mandat de M. Elmer ne dépendait pas de Julius Baer à Zurich, mais que le banquier avait été engagé par une société indépendante de la banque dans les îles Caïmans, qui ne relève donc pas de la loi fédérale sur les banques.
Excellente nouvelle. Que va-t-il se passer concernant la prison préventive déjà réalisée en Suisse par M. Elmer ? Dans certains cas la justice en Suisse fait des excès de zèle … quand des lanceurs d’alerte divulguent des faits liés à la fraude fiscale. La même justice ferme les yeux sur les actes des banquiers suisses ….
Écrit par : Michèle Herzog | 01/08/2016

Répondre à ce commentaire

Écrit par : Michèle Herzog | 01/08/2016

Répondre à ce commentaire

Bonjour,
M. Rudolf Elmer, lanceur d’alerte suisse dans le domaine de la finance, m’annonce aujourd’hui qu’un reportage sera diffusé en français ce soir sur TV5Monde concernant son histoire. Voilà le lien:
https://www.programme-tv.net/programme/culture-infos/9506003-offshore-elmer-et-le-secret-bancaire-de-la-suisse/
Écrit par : Michèle Herzog | 12/06/2018

Révision totale de la constitution suisse

Nous sommes souverains.

Tenons compte des nouvelles inventions et conditions,
Distribuons la surabondance toujours plus grande.
Misons sur des produits de qualité.
Un meilleur environnement pour la santé et l’écologie intégrale.
Ayons la constitution la plus moderne du monde.
Envoyez-nous toutes vos meilleures idées dans ce sens. Merci.

La Constitution actuelle n’est pas respectée, notamment que 
“… la force de la communauté se mesure au bien-être du plus faible de ses membres…”
Extrait du préambule actuel.

La BNS a investi dans 14 entreprises d’armements nucléaires US !

Elle ne distribue pas son bénéfice comme prévu dans la constitution qui est donc de plus en plus violée, sans aucun respect !

Elle confie nos avoirs à Blackrock, donc à Aladin, un robot sans coeur, contrairement à l’Aladin du conte qui a un coeur pur malgré ses larcins et qui apporte l’abondance à tous !


Les fraudes démocratiques sont beaucoup trop faciles, jamais punies sérieusement, les tricheurs sont souvent juges et parties, il faut améliorer toutes les procédures qui sont mal appliquées.
Changeons tout pour le meilleur ! 
Coup de sac général, nous avons besoin de vos meilleures idées concrètes pour un projet enthousiasmant commun !
Unus pro omnibus, omnes pro uno
Un pour tous, tous pour un.
Devise suisse dans la coupole fédérale suisse, entourée  d’anges et des armoiries de tous les cantons !

Nous lançons une initiative fédérale pour une révision totale de la constitution suisse, avis aux amateurs.
Nous avons besoin de vos bonnes idées et de celles de vos proches.


La constitution peut être modifiée ou révisée totalement sur la base des articles 192 à 195 de la constitution actuelle. Le Peuple, le Conseil fédéral ou l’Assemblée peuvent être les initiateurs d’une modification ou d’un renouvellement que le peuple ainsi que les Cantons doivent accepter en votations populaires. 
Dans le cas d’une révision totale de la constitution, les deux chambres doivent également être renouvelées (élections anticipées).

Nous attendons vos réflexions, propositions, collaborations, commentaires sur google doc, lien ouvert à tous


Bonjour,
Voilà quatre questions qui à mon avis devraient être étudiées dans le cadre d’une nouvelle constitution fédérale :
1. Il faut éradiquer le principe de la séparation des pouvoirs qui protège les juges et empêche les citoyens d’obtenir justice. Voilà le lien expliquant cela : http://egalitedescitoyens.blog.tdg.ch/archive/2018/06/18/debat-tres-important-sur-la-separation-des-pouvoirs-292803.html
2. Il est impératif qu’un organisme externe composé de citoyens puisse vérifier le travail des juges et les sanctionner. D’où cette pétition :https://www.change.org/p/le-grand-conseil-des-cantons-suisses-et-mme-s-sommaruga-controle-du-travail-de-la-justice-en-suisse
3. Il faut supprimer la demande d’avance de frais de justice. Ces avances de frais de justice empêchent les citoyens d’avoir accès à la justice. Les frais de justice doivent être fixés à la fin de la procédure et doivent rester très raisonnables. Ils ne doivent en aucun cas être fixés en fonction de la valeur litigieuse, car dans un litige le travail des juges est identique (appliquer la loi) quelle que soit la valeur litigieuse.   

Complément…
Voilà un exemple actuel ayant lieu dans le canton de Vaud :
Des héritiers légaux sont confrontés à une personne prétendant avoir aussi droit à une part importante de l’héritage. Pourtant un pacte successoral, signé par le défunt, indique clairement que les enfants sont les héritiers légaux et eux seuls. Les enfants, héritiers légaux, ont dû s’adresser à la justice et la justice va leur réclamer une avance de frais de justice fixée en fonction de la valeur litigieuse. Comme il y a beaucoup d’argent dans cette succession, l’avance de frais définitive sera très élevée. Et les enfants, héritiers légaux, ne pourront pas la payer !!! Il est anormal que l’avance de frais soit calculée au prorata de la valeur de l’inventaire des biens alors que le travail des juges est identique pour un inventaire des biens de 50’000.- CHF ou de 50 millions de francs suisses ! Ils doivent dire si tel document est valable ou non. L’inventaire des biens n’est pas établi par les juges de la chambre patrimoniale, mais par la justice de paix

4. Les honoraires des avocats sont devenus exorbitants. La loi actuelle prévoit qu’une personne puisse être défendue par un avocat d’office. Mais j’ai constaté ces dernières années que même des personnes sans argent (personnes ne recevant que l’AVS par exemple) n’ont pas pu obtenir un avocat d’office pour leur défense. Il est urgent de mettre en place un système obligeant les procureurs et les juges à accepter les demandes d’avocat d’office.


Concernant cette nouvelle proposition faite par le Contrôle fédéral des finances, merci de lire le dernier article de mon blog et mes propositions.
Voilà le lien :

Naturellement chaque canton suisse pourrait aussi créer un organisme indépendant composé de citoyens et d’experts indépendants (financiers à la retraite par exemple) afin d’étudier comment les affaires de corruption dénoncées ces dernières années ont été traitées par les magistrats.
Meilleures salutations.
Michèle Herzog
Rue St-Georges 10
CH- 1091 Grandvaux
Tél. 079.655.21.86

https://docs.google.com/document/d/1rh1b441m4EI1ny-jo16Vw0syTHUtKA8biJmar8zgm7c/edit?usp=sharing


siebenthal@gmail.com
021 616 88 88

Constitution fédérale de la Confédération suisse

La plus courte et simple du monde.

C’est pour réveiller, mais c’est aussi une nouvelle donnée, vu l’abondance à se distribuer, il y aura moins de criminalité, on peut faire une grande mise à zéro pour tout simplifier 
xxx
arrêtent la Constitution1 que voici:
NOUVELLE CONSTITUTION
Titre I – Concernant les règles
Article 1
Toutes les lois, leurs ordonnances, les privilèges sont abolis.
Article 2
Tout être humain, étant libre et égal à tous ses semblables, acquiert la responsabilité de vérifier que chacun de ses actes est en cohérence avec lui-même, avec les autres et avec le monde, et réciproquement entre toutes et tous.
Titre II – Concernant le futur
Article unique
Pour les projets qui façonneront le futur commun et dépassant les capacités d’un unique être humain, chacun est libre de participer par ses apports personnels physiques, intellectuels ou de crédit, ou de refuser de participer.


inspiré par Gérard Foucher 

22 avril

Ci dessus, mon modeste apport à un étonnant #AtelierConstituant avec une ribambelle de gens étonnants :

Un immense merci à MathieuJohnnyChloéEtienneFrançoisDavid,Ana… et tout.e.s les autres !!!

PS: On peut y rajouter des règles plus précises pour des crédits mutuels locaux ou nationaux, le tirage au sort des autorités exécutives, législatives, financières, judiciaires à tous les niveaux, le principe de subsidiarité bivalent, de bas en haut et la reprise éventuelle de pouvoirs du haut vers le bas …etc…
– sortir de l’argent dette (retirer aux banques le pouvoir de créer de la monnaie nationale, comme proposé dans l’initiative Monnaie Pleine) 
– créer désormais l’argent, mensuellement, via des Collèges de Création Monétaire tirés au sort et organisé sur le principe des Jurys Citoyens
– suppression de absolument tous les impôts, taxes, émoluments etc et leurs remplacements par la reprise de la souveraineté monétaire, qui permettra l’ instauration d’un revenu de base inconditionnel, alias dividende ou royauté pour tous dès la conception, par de la monnaie sociale sans intérêt et des rabais ou escomptes compensés à tous les entrepreneurs ou producteurs. Si indispensable, une micro-taxe de 0, x % automatique sur tous les transferts financiers sera établie.
Exemple d’élections par tirage au sort ou loterie, comme dans la Grèce ancienne,  inspiré de Genomi et d’ Etienne Chouard .

Ne plus remettre en jeu en une fois les 200 sièges du Conseil national chaque 4 ans, avec le risque de voir partir tous les 200 en même temps, mais de décaler les débuts de mandats par lots de 50 et un an d’écart, avec chaque année 50 anciens qui terminent leur mandat de 4 ans, remplacés par 50 nouveaux, un roulement qui permet un meilleur suivi des dossiers. Ainsi, au début de chaque année, nous aurons cinquante Parlementaires qui commenceront leur mandat, un autre groupe de cinquante qui aura déjà siégé depuis un an, un autre depuis deux ans et un dernier qui exercera sa dernière et quatrième année, et qui seront les vétérans du Conseil national.



Pour le reste, on ne change rien. Ni le nombre total de 200, ni le calcul du nombre de Conseillers nationaux par Canton. Le mandat reste un 50% payé entre 120’000 et 160’000 CHF par an et qui permet de conserver une activité professionnelle en ajoutant une belle expérience à son CV. Quand à la nomination, elle sera la responsabilité des Chancelleries cantonales, qui devront mettre en place un système de sélection aléatoire parmi leurs citoyens éligibles, de préférence public et télévisé, par un moyen mécanique et non pas informatique ou électronique, moins prompt aux fraudes.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Tirage_au_sort_en_politique
Utilisé pour désigner en 2011 l’assemblée constituante en Islande.

Dispositions transitoires:

La Confédération crée une contribution de solidarité par de nouvelles masses monétaires sans taux d’intérêts et les fait affecter aux plus faibles comme prévu dans le préambule

Le produit de la contribution de solidarité sera versé aux Cantons selon une clé de répartition démographique définie par la Confédération représentée par l’Assemblée fédérale (Plénum).

L’écart des salaires tant publics que privés ne dépasse pas 33 fois, avec une limite absolue indexée fixée à CHF 500’000.-.

Tout dividende social ou autre prestation sociale n’empêche personne de travailler en plus contre rémunération ou en qualité d’indépendant, créateur d’entreprise, etc.

L’obligation de refinancer les prêts à 100 % auprès de la BNS reporte la perception des profits à ce niveau et les revenus ainsi fortement majorés sont directement affectés aux besoins communs.

Tout financement d’investissement à un terme donné doit être assuré par des emprunts au moins de même terme. Aucun emprunt à long terme ne peut être financé par des emprunts à court terme. Pour le bien commun, les points suivants sont notamment respectés :
Dissociation totale des activités bancaires et leur attribution à trois catégories d’établissements distincts et indépendants :

1) Banques de dépôts : encaissements, paiements, gardent les dépôts de leurs clients.
2) Banques de prêts : le montant global des prêts ne peut excéder le montant global des fonds empruntés.
3) Banques d’affaires : investissent dans les entreprises les fonds empruntés au public ou aux banques de prêts.

Indexation obligatoire de tous les engagements sur l’avenir : prêts, emprunts, salaires, etc. aussi bien entre particuliers, entreprises et État.

Interdire le financement des opérations boursières et de la spéculation par la création de moyens de paiement ex nihilo.

Augmenter les garanties en liquidités à 100 %, afin d’éviter les créations privées de monnaie ou quasi-monnaie ex nihilo.

Supprimer la cotation en continu et la remplacer par une seule cotation par jour pour chaque place financière et pour chaque valeur.
Supprimer les programmes d’achat/vente automatiques. Interdire la spéculation sur les indices et les produits dérivés.
Abandonner le système de changes flottants pour un système de taux de changes fixes mais révisables par une commission indépendante.
Interdire toute dévaluation compétitive.

Abandonner le dollar US $ comme monnaie de compte, d’échange et de réserve.
Etablir progressivement une unité de compte commune sur le plan international avec un système approprié d’indexation.
Interdire la spéculation aux banques sur les changes, les actions, obligations et produits dérivés.

Aucune puce, RFID ou un quelconque moyen de traçage ne peut être dissimulé dans la monnaie, quelque soit la forme de la monnaie( métallique, papier…).

Les méthodes alternatives de création monétaire (wir, jazz, reka, talents, billes, sels, etc.) sont admises si leur seigneuriage bénéficie à tous les utilisateurs de manière proportionnelle et égalitaire et sans nuire aux familles.

Conclusions :

« Il s’agit de réformes fondamentales qui intéressent la vie de tous les jours de millions de citoyens. Ces réformes indispensables n’ont été réalisées, ni même envisagées, ni par les libéraux justement préoccupés de favoriser l’efficacité de l’économie, ni par les socialistes justement attachés à l’équité de la distribution des revenus… Les uns et les autres n’ont cessé d’être aveuglés par la répétition incessante de toutes parts de pseudo vérités et par des préjugés erronés. »


Maurice Allais, prix Nobel d’économie.

Important, si vous avez des problèmes avec les banques:

Grâce notamment à monnaie-pleine, il est maintenant admis que les banques commerciales créent de la monnaie du néant, donc si on applique le ratio de Bâle Mac Donough par exemple, le taux d’intérêt sur le “vrai” minuscule “capital” qui ne viendrait pas du néant, ex nihilo, est donc de plus de 300 % par année, si ce n’est pas de l’usure pénalement condamnable, qu’est-ce ?

Je requiers qu’une enquête pénale soit ouverte, et qu’une condamnation où des mesures disciplinaires soient prononcées contre les coupables qui abusent de la faiblesse du débiteur, soit de une à dix années de prison et des peines pécuniaires, selon le code pénal suisse.

Vous êtes aussi tenu par l’obligation de dénoncer tout fait dont vous avez connaissance, selon l’article 302 du code de procédure pénale.

Art. 157 CPS  1. Infractions contre le patrimoine / Usure

Usure



1. Celui qui aura exploité la gêne, la dépendance, l’inexpérience ou la faiblesse de la capacité de jugement d’une personne en se faisant accorder ou promettre par elle, pour lui-même ou pour un tiers, en échange d’une prestation, des avantages pécuniaires en disproportion évidente avec celle-ci sur le plan économique,



celui qui aura acquis une créance usuraire et l’aura aliénée ou fait valoir,



sera puni d’une peine privative de liberté de cinq ans au plus ou d’une peine pécuniaire.



2. Si l’auteur fait métier de l’usure, la peine sera une peine privative de liberté de un à dix ans.



Vu la gravité des délits, je fais également valoir explicitement mon droit de faire satisfaire mes demandes de dédommagement éventuel.

Toutes les personnes concernées sont susceptibles d’être
touchées par ces mesures exceptionnelles pour les crimes et délits suivants:
– Abus de confiance.
– Abus de pouvoir.
– Abus de biens sociaux.
– Blanchiment d’argent.
– Corruption active et/ou passive.
– Crimes contre l’Humanité.
– Délits d’initiés.
– Détournements de biens et de fonds publics.
– Escroqueries et crimes en bandes organisées.
– Haute trahison.
– Intelligence avec l’ennemi.
– Prises illégales d’intérêts.
– Entrave à la justice.
– Recel et abus de bien publics.
– Trafic d’influence.
– Utilisation de la force publique à des fins personnelles.
– Non-assistance à peuple en danger. 

inspiré aussi de http://lephoenixfrancais.e-monsite.com/medias/files/livret-constitution-transitoire.pdf

Ancien préambule:
du 29 mai 1874 (Etat le 20 avril 1999) 
Au nom de Dieu Tout-Puissant! 
La Confédération suisse, voulant affermir l’alliance des confédérés, maintenir et accroître l’unité, la force et l’honneur de la nation suisse, a adopté la constitution fédérale suivante
du 18 avril 1999 (Etat le 1er janvier 2018)
  Préambule historique actuel
Au nom de Dieu Tout-Puissant!
Le peuple et les cantons suisses,
conscients de leur responsabilité envers la Création,
résolus à renouveler leur alliance pour renforcer la liberté, la démocratie, l’indépendance et la paix dans un esprit de solidarité et d’ouverture au monde,
déterminés à vivre ensemble leurs diversités dans le respect de l’autre et l’équité,
conscients des acquis communs et de leur devoir d’assumer leurs responsabilités envers les générations futures,
sachant que seul est libre qui use de sa liberté et que la force de la communauté se mesure au bien-être du plus faible de ses membres,


#EtienneChouard #humeur #Réflexion #démocratie #changerlemonde#lamaisondescitoyens #AtelierConstituant #partager

Premiers ateliers à Lausanne
Un grand merci encore pour ces deux jours magiques, et en particulier la journée de dimanche sur la colline à côté de chez François pour constituer sous les arbres, baigné.e.s dans les rayons d’un soleil radieux..
Voici quelques photos souvenirs et les 5 vidéos qui vont avec.
Atelier Constituant 1
Mise en place avec Etienne Chouard, François de Siebenthal, Gérard Foucher, et toute une équipe de gens géniaux, du 1er Atelier constituant de la journée. Sujet : la subsidiarité ! (1ère partie)
Atelier Constituant 2
On est partis pour constituer… dans la nature  😊
Atelier Constituant 3
Ça y est l’atelier constituant commence ! (3ème partie)
Atelier Constituant 4
La suite de l’atelier constituant, après la coupure (4ème partie)
Atelier Constituant 5
Fin de l’atelier Constituant (5ème partie)

La reprise en main des créations monétaires, c’est une vraie lampe d’Aladin sociale…
Dans la variante populaire du conte, l’histoire d’Aladin est donc celle d’une ascension sociale rendue possible par la maîtrise de la lampe merveilleuse ( la création monétaire ex nihilo ). 

Mais il existe une variante, comme le chandelier aux sept derviches, dans laquelle Aladin ne parvient pas à maîtriser la lampe. Après une nouvelle tentative pour tromper encore son maître, pourtant bon, il est puni de sa bêtise et de son ingratitude en perdant tout, ce qui va arriver aux banquiers cupides qui ne veulent pas comprendre qu’ils abusent de la faiblesse du peuple aveuglé par leurs mensonges

http://desiebenthal.blogspot.com/2017/01/l-ecart-entre-les-prix-et-le-pouvoir.html

Débat très important sur la séparation des pouvoirs.

Bonjour,
Suite à des décisions de justice totalement ARBITRAIRES et de MAUVAISE FOI, de très nombreuses victimes, en Suisse, ont écrit aux Autorités, au Grand Conseil de leur canton ou au Département fédéral de justice et police, dirigé par la Conseillère fédérale Mme Simonetta Sommaruga, afin que leur cause soit traitée de façon sérieuse en respectant les articles de la Constitution fédérale et les lois suisses.
La réponse systématiquement obtenue est celle-ci: A cause du principe de la séparation des pouvoirs nous ne pouvons pas intervenir.
Ce principe de la séparation des pouvoirs est, à mon avis, un véritable fléau. Il empêche les personnes confrontées à des erreurs judiciaires d’obtenir justice. Il s’agit d’un piège, dont il est impossible de s’extraire.
Il faut savoir que de nombreuses méthodes bien rôdées sont utilisées par les magistrats, en Suisse, pour modifier les faits ayant eu lieu ou ignorer certains faits ou pour éviter de rechercher la totalité de la vérité. Ensuite ces mêmes magistrats et leurs collègues refusent de corriger les énormes erreurs commises.
Dans le canton de Vaud, la plus grave victime du pouvoir judiciaire se nomme François Légeret, emprisonné depuis douze ans sur la base de la conviction des juges et du procureur général, M. Eric Cottier. Pour connaître cette affaire en détails et les dysfonctionnements ayant eu lieu, je vous conseille très vivement de lire le livre du journaliste d’investigation Jacques Secretan: “Affaire Légeret: Un assassin imaginaire”, éditions Mon Village, mai 2016.
Les faits nouveaux apparus dans l’affaire Légeret sont très bien expliqués dans l’Illustré No 18 du 2 mai 2018.
Dans cette affaire, aucun Député vaudois en fonction ne réagit sous prétexte de la séparation des pouvoirs. Les Conseillers d’Etat se taisent eux aussi ainsi que les Parlementaires fédéraux et le Conseil fédéral, qui ont pourtant été informés. Comme le dit Mme Mireille Aubert (voir l’article suivant de ce blog), c’est l’omerta. 
Je suis très heureuse de publier ici les explications reçues ce 18 juin 2018 de M. Pierre Santschi, ex-Député des Verts vaudois, concernant la séparation des pouvoirs:
Combien de fois faudra-t-il répéter aux “représentants du peuple” que JAMAIS MONTESQUIEU N’A PARLÉ DE “SÉPARATION” DES POUVOIRS?
En effet, Montesquieu était intelligent, observateur et logique et dissertait sur la RÉPARTITION des pouvoirs: il avait simplement observé que chacun des 4 réels ordres de l’Etat (législatif, administratif, exécutif et judiciaire) exerce toujours, à des degrés différents dépendant de son cahier des charges, les prérogatives des pouvoirs exécutif, législatif, respectivement judiciaire, mais qu’il faut éviter une trop grande concentration de ceux-ci entre peu de mains pour éviter les abus.
La “séparation des pouvoirs” est un slogan trompeur et qui fait fi des réalités. Il a été créé de toutes pièces par des apprentis-sorciers linguistiques et a pour effet pervers d’encourager l’exercice de l’irresponsabilité. Ce paravent est un déni de réalité favorisé par l’actuel système institutionnel dit “démocratique”.
Seuls des élus ou des membres du “Service public” à l’échine éthique solide réussissent à lui résister pour être tout simplement humains pour poursuivre inlassablement, comme nous tous, la recherche de l’amélioration de leur conscience personnelle. Ils sont hélas fort peu nombreux, ce qui fait que, pendant ce temps-là, les institutions étatiques laissent M. Légeret croupir en prison et les opacités fiscales se poursuivre …
M. Pierre Santschi avait aussi publié un article très important en mars 2018 concernant la Constitution fédérale. Le voici:
Voilà aussi le lien de la Constitution fédérale, car il est fondamental de lire les articles 5 Cst et suivants concernant les décisions ARBITRAIRES et la MAUVAISE FOI :https://www.admin.ch/opc/fr/classified-compilation/199953…
Il est très urgent de comprendre que les décisions judiciaires qui enfreignent la Constitution fédérale n’ont aucune valeur. Il s’agit de dénis de justice. 
Quand donc les victimes de ces décisions ARBITRAIRES pourront-elles obtenir justice et que faudra-t-il entreprendre pour y parvenir ?
Merci d’avance pour vos commentaires concernant ce sujet primordial et pour vos réponses.
Avec mes très vifs remerciement à M. Pierre Santschi pour ses explications fondamentales. J’espère que les politiciens en fonction comprendront enfin la situation et auront le courage d’intervenir en faveur des victimes.
Meilleures salutations.

Michèle Herzog

La Constitution fédérale en état de disgrâce

L’invitéPierre Santschi, ing. physicien EPFL, SIA, ancien député.

Tous les indicateurs crédibles montrent que la confiance dans les autorités instituées se désintègre, même dans nos régimes dits «démocratiques»: baisse de la participation des citoyens aux élections, «terrorisme» (exagéré ou réel), montée des partis dits «populistes», par exemple.
De plus, les pouvoirs publics s’acharnent à renforcer cette méfiance. Citons:
– le «mal-traitement» (pour rester poli) des initiatives populaires qui réussissent devant le peuple;
– l’opacité institutionnalisée par ce qu’on appelle la «collégialité», terme couvrant la complicité;
– la notion artificielle de «qualité pour agir» qui contrevient frontalement à l’article 6 de la Constitution fédérale en compliquant «l’accomplissement des tâches de l’État et de la société»;
– la demande d’avance de frais injustifiés, et systématiquement disproportionnés, dans les cas de recours;
– l’abus d’un jargon juridique visant à décourager le citoyen normal;
– le détournement des statistiques (par exemple minimisation de facteurs importants dans le «panier de la ménagère» – primes d’assurance, impôts notamment);
– la discrimination salariale des femmes prolongée anticonstitutionnellement.
«Lorsque l’on affaiblit le plus faible, tant au plan matériel qu’au plan de sa liberté, on affaiblit la communauté»
En tant qu’ancien parlementaire assermenté, il m’incombe de relever que la Constitution donne un cadre qui permettrait d’inverser cette tendance. Son esprit, exposé dans son préambule hors jargon juridique, vise notamment à «renforcer la liberté». Il y est précisé que «la force de la communauté se mesure au bien-être du plus faible de ses membres». Il en résulte que, lorsque l’on affaiblit ce plus faible, tant au plan matériel qu’au plan de sa liberté, on affaiblit la communauté.
Il faut rappeler également (art. 36 Cst. féd.) que «l’essence des droits fondamentaux est inviolable», et que, parmi ceux-ci, la «conformité aux règles de la bonne foi» (art. 5 Cst. féd.) est impérative. Comme est impérative, dans le respect de «l’essence des droits…», la «contribution de chaque personne à l’accomplissement des tâches de l’État et de la société» (art. 6 Cst. féd.).
Revenir aux fondamentaux
Et, finalement, pourquoi les tenants officiels du juridisme ambiant ne prendraient-ils pas l’initiative de se souvenir de leur serment et de revenir aux buts fondamentaux de la Constitution dans le respect de son essence, de ses buts (renforcement de la liberté et du soin apportés aux plus faibles) et des règles de la bonne foi?
Et, dans cet esprit, les membres sains de l’appareil d’État ne pourraient-ils, systématiquement, donner tort aux textes et actes émanant des pouvoirs publics qui sont contraires ou ne se conforment pas à l’essence de ces fondamentaux et à leurs buts? Ils en ont tous le pouvoir. (24 heures
)

Nous pouvons aussi demander la séparation des pouvoirs, de tous les pouvoirs qui seront tirés au sort…


http://desiebenthal.blogspot.com/2010/03/franc-maconnerie-et-rotary-instruments.html

 Art. 193 Révision totale
1 La révision totale de la Constitution peut être proposée par le peuple ou par l’un des deux conseils, ou décrétée par l’Assemblée fédérale.
2 Si l’initiative émane du peuple ou en cas de désaccord entre les deux conseils, le peuple décide si la révision totale doit être entreprise.
3 Si le peuple accepte le principe d’une révision totale, les deux conseils sont renouvelés.
4 Les règles impératives du droit international ne doivent pas être violées.

http://desiebenthal.blogspot.com/2015/12/projet-de-loi-dapplication-de-monnaie.html

Et si aux prochaines élections municipales, nous votions pour nous-même ?
Plus d’info ici : 36000communes.org

Sito Sprenger Je ne fais pas partie du projet, mais en lisant sur la page, on trouve le nom de certains des initiants, notamment dans le premier atelier mentionné.

Gérer

J’aimeAfficher plus de réactions


Répondre2 h

Martial Garcia Je découvre aussi. François de Siebenthal, plus d’infos???

Gérer

J’aimeAfficher plus de réactions


Répondre2 h

Mathieu Despont La page de François dit aussi “avis aux amateurs”…. Donc c’est surtout un appel à créer le “nous”.

Cette histoire de constitution émergée dimanche.. chez François… (donc Martial tu es déjà dans le nous  )

.. et il se trouve que le 22 avril dernier, “nous” étions déjà une équipe qui s’est réunie chez françois et sur la colline juste à côté de chez lui, pour profiter d’une visite d’Etienne Chouard afin de faire un atelier constituant.

Nous avons réfléchi au principe de subsidiarité qui n’est pas toujours réalisé dans le même sens si l’on est en suisse ou dans d’autres pays…

En suisse, c’est l’individu qui fait tout… sauf ce qu’il a délégué à sa commune, ou à son canton.. ou à la confédération….
(on a remarqué qu’il manque un mécanisme pour reprendre ce qui a été délégué..)

Dans d’autres pays… c’est l’Etat qui fait tout… sauf ce qu’il délègue à des régions ou communes.. etc…

C’est pas dans le même sens. 
Les vidéos de cette journée sont sur la page de françois.

Mais à ce moment on a pas du tout parler de lancer une révision de la constitution…. 
.. on était encore à fond dans monnaie pleine…
Mais voilà.. certains on peur de s’ennuyer après monnaie pleine… voilà donc un nouveau projet qui émerge.

Gérer

J’aimeAfficher plus de réactions


Répondre47 min

Mathieu Despont Lors de cette journée, une constitution est sortie d’un petit groupe…. Ça ne reflète pas l’entier des avis du groupe… Mais cette mini-constitution a fait pas mal débat…

Notamment… est-ce qu’un loi sert vraiment à quelques chose ? Est-ce qu’elle empêche vraiment le puissant de faire ce qu’ils veulent ??

Le débat est toujours ouvert par ici… c’est Chez Gérard Foucher …

https://www.facebook.com/gerardfoucher/posts/10155586454668067Gérer

Gérard Foucher est avec Chloé Frammery et 4 autres personnes.

Mon modeste apport à un étonnant #AtelierConstituant avec une ribambelle de gens étonnants :
NOUVELLE CONSTITUTION
Titre I – Concernant les règles

Afficher la suite

J’aimeAfficher plus de réactions


Répondre45 min

Martial Garcia Merci Mathieu, j’ai dû arriver trop tard dimanche 

Gérer

J’aimeAfficher plus de réactions


Répondre42 min

Mathieu Despont … ou alors t’es reparti trop tôt…. c’est selon ! 

Le système monétaire: une escroquerie

La BRI à Bâle

Un ancien de la Banque mondiale affirme que le système monétaire occidental est une escroquerie

L’économiste et géopolitologue Peter Koenig, ancien employé de la Banque mondiale, a expliqué à Sputnik Radio que la décision de la plus grosse banque russe, Sberbank, de fournir au marché chinois de 10 à 15 tonnes d’or d’ici 2018 n’est que le prolongement des accords commerciaux et économiques entre la Chine et la Russie. 

« Aussi bien le rouble que le yuan sont entièrement garantis par l’or, il ne s’agit donc que d’une étape d’un projet plus vaste et assez avancé visant à dédollariser leur économie », a-t-il déclaré.

« L’ensemble du système monétaire occidental est tout simplement une escroquerie. Il a été créé par le privé et il appartient au privé. Tous les transferts internationaux doivent transiter via les banques de Wall Street, c’est la seule raison pour laquelle les États-Unis peuvent infliger des sanctions à leur guise aux pays qui refusent de se plier aux diktats de Washington ».

Mais d’après Koenig, cela pourrait changer rapidement parce que la Chine et la Russie travaillent pour obtenir rapidement leur indépendance économique.

Il a également déclaré que les nations qui composent l’organisation de coopération de Shanghai et les pays des BRICS « n’ont vraiment pas besoin de l’Occident pour survivre vu qu’ils totalisent plus de 50 % de la population mondiale ».

L’économiste a ajouté que la Chine et la Russie sont les plus gros producteurs mondiaux d’or. Le seul problème avec le métal jaune est qu’il est sous le contrôle du système monétaire occidental.

« Depuis ces 5 dernières années, la Chine, la Russie et les autres membres de l’organisation de coopération de Shanghai échangent de l’énergie non plus contre des dollars, mais en échange de leurs devises locales ou d’or », a-t-il déclaré.

Il a également évoqué l’émergence du pétrodollar et comment les autres pays du Moyen-Orient ont été forcés de vendre leur production en dollars afin d’éviter des représailles lourdes de conséquences.

« Ceux qui ont voulu enfreindre cette loi tacite et injuste l’ont payé très cher, commeSaddam Hussein lorsqu’il a déclaré qu’il allait vendre son pétrole en euros et non en dollars. Nous savons ce qu’il s’est passé ensuite. On sait également ce qu’il s’est passé avec Kadhafi qui avait des idées semblables. Pour sa part, l’Iran a été accusé d’avoir des armes nucléaires », a déclaré l’économiste.

Selon lui, cette arnaque doit cesser immédiatement. La Chine et la Russie proposent une alternative. Pour en revenir à Sberbank, l’une de ses filiales suisses est désormais active sur le Shanghai Gold Exchange où elle vend de l’or physique.

Traduction: Or-Argent


Bonjour,

Direct: la ville de Genève a dit oui à «Monnaie pleine – TdG

https://tdg.ch/suisse/Direct–la-ville-de-Geneve-a-dit-oui…Monnaie-pleine/…/16943812

La ville de Genève a donc dit oui.

Commentaire de Mme Michèle Herzog suite à ce communiqué paru dans plusieurs journaux, dont 20 minutes, le Matin, etc…

10.06.2018, 14:21 Heures

Excellents résultats pour l’initiative Monnaie pleine. Félicitations aux personnes qui ont alerté la population sur le problème lié à la création de la monnaie scripturale pour les banques (création de monnaie incontrôlable). Le fait que la ville de Genève ait accepté cette initiative est un signal très fort.

AUTRES commentaires suite aux chanfements des résultats, quelques minutes plus tard:

Tous les résultats sont très douteux car il est beaucoup trop facile de manipuler le processus des votes, surtout les votes électroniques et ceux par correspondance.

Monnaie-pleine, Genève a voté oui, puis les résultats ont été trafiqués ! http://desiebenthal.blogspot.com/2018/06/monnaie-pleine-la-ville-des-banques.html

Nous avons des certitudes de tricheries démocratiques trop faciles et prions toutes les personnes courageuses de réfléchir, s’informer et réagir.


Merci

la presse & notre initiative

Bonjour,

la presse continue de parler de notre initiative:



Bonne journée
Roland
  
Roland Leimgruber

Attaché de presse Suisse romande
078 776 21 42
rl@rlcommunication.ch

Bonjour,
Ci-joint les références des vidéos et des documents qui commencent à se répandre sur Facebook.
Merci à toutes et tous pour votre contribution vers plus de vérité.
Denis M.

DEUX LIENS IMPORTANTS

1 – Les vidéos de l’Assemblée Nationale du 24 mai 2018
Sujet :
Quelle monnaie pour demain ? Les banques …
La monnaie pleine et ses avantages.
Youtube :

Partie 1 Colloque Assemblée Nationale : 
https://www.youtube.com/watch?v=FK4QuhUWARI&feature=youtu.be
Partie 2 Colloque Assemblée Nationale :
https://www.youtube.com/watch?v=AVm3n8dxKZk&feature=youtu.be
Partie 3 Colloque Assemblée Nationale :
https://www.youtube.com/watch?v=Gh1-FGwtp0g&t=134s
2 – Dossier apportant l’évidence de la prise en main par infiltration de l’industrie des États-Unis d’Amérique sur toutes les places financières et industrielles !
DOSSIER : Infiltration financière mondiale mafieuse
Les documents affichés sur MEGA.nz en pdf sont sans le lien, excepté celui de Facebook :
SAV de la démocratie

Fraud a swiss referendum ?

Why and how to fraud a swiss referendum ?


In Geneva, the City of the banks, we got frauds, by electronics and by snail mails. No more secret and too easy to cheat.


Hello


Good morning,

Direct: the city of Geneva said yes to “Full Currency – TdG


The city of Geneva said yes.

Comment from Mrs Michèle Herzog following this press release published in several newspapers, including 20 minutes, Le Matin, etc….

10.06.2018, 14:21 Hours

Excellent results for the Full Currency initiative. Congratulations to those who have alerted the public to the problem related to the creation of scriptural money for banks (creation of uncontrollable money). The fact that the city of Geneva has accepted this initiative is a very strong signal.

All the results are very dubious because it is far too easy to manipulate the voting process, especially electronic and postal voting.

Full-currency, Geneva voted yes, then the results were tampered with! http://desiebenthal.blogspot.com/2018/06/monnaie-pleine-la-ville-des-banques.html

We are certain that democratic cheating is too easy. We ask all courageous people to think, inform themselves and react.

…, thanks in particular to full-currency referendum, it is now accepted that commercial banks create money out of nothing, so if we apply the Basel ratio Mac Donough for example, the interest rate on the tiny “real””capital” that would not come from nothing, ex nihilo, is therefore more than 300% per year, if it is not usury criminally reprehensible, what is it ?


Best Regards.

Sovereign Money Referendum: A Swiss Awakening to Fractional-Reserve Banking?

On Sunday 10 June 2018, Switzerland’s electorate voted on a referendum calling for the country’s commercial banks to be banned from creating money. In a country world-famous for its banking industry, this was quite an interesting turn of events.
Known as the Sovereign Money Initiative or ‘Vollgeld’, the referendum was brought to the Swiss electorate in the form of a ‘Popular Initiative‘. The Sovereign Money referendum proposed that commercial banks in Switzerland should no longer be allowed to create money out of thin air as they currently do, and that in future only the Swiss central bank should have the power to create money. Sovereign money as a concept refers to money issued or created by a State or central bank.

Popular Initiatives

The initiative was launched and advocated by Swiss group called Monetäre Modernisierung (MoMo) which was established  with the goal of bringing monetary reform to Switzerland in the form of a sovereign money proposal.  According to the proponents of the proposal, the initiative was launched as a reaction to the financial crisis of 2008 and 2009, and the increasing levels of commercial bank created both public and private debt that have taken place since then.

Vollgeld Initiative

Based on the official results of the Vollgeld referendum announced on Sunday afternoon, 24.3% of the turnout voted in favour of the initiative, with 75.7% of voters against. As opinion polls in advance of the referendum had suggested such an outcome, a majority endorsement of the Sovereign Money proposal had not been expected. However, with 1,821,835 valid votes cast in the referendum, 442,387 Swiss citizens did endorse the proposal, which is a sizeable number, and shows that at least in Switzerland, there is increasing unease about how money is created in today’s fractional reserve banking systems, and a growing unwillingness among the Swiss public for commercial banks creating money out of thin air.
With one of the most effective systems of direct democracy in the world, Switzerland is known for its frequent referenda on diverse aspects of Swiss law, and Swiss Popular Initiatives allow petitions to be activated by Swiss citizens to propose law changes. While there can be cantonal and communal popular initiatives in Switzerland, the Sovereign Money referendum was an initiative at the federal level, aiming to change wording in the Swiss Federal Constitution.
For a Federal popular initiative in Switzerland to get to the referendum stage, the initiative’s proponents must collect 100,000 valid supporting signatures from the Swiss electorate within an 18 month period. In the case of the sovereign money initiative, this signature collection exercise was completed in December 2015 when over 111,000 valid signatures were collected and submitted to the Federal Government enabling the proposal to move forward. Many Swiss popular initiatives never get beyond the signature collection stage as they do not attain sufficient support among the electorate. Therefore, the success of the sovereign money initiative in gaining strong initial support also shows that there was an appetite among the Swiss population to raise the commercial bank issue in the form of an official referendum.
As it was essentially proposing a ban on fractional-reserve banking by commercial banks and a return to a more sound money system, the sovereign money Initiative had garnered significant attention in the Swiss financial media in the run-up to the vote, and brings to mind a Swiss referendum which was held in 2014 on the subject of Switzerland’s gold reserves and its storage locations, which also gained similar widespread public attention at the time.
However, as the Swiss Federal Council (Government), the Swiss Parliament and Switzerland’s central bank, the Swiss National Bank (SNB), had come out against the sovereign money proposal, much like they did in the Swiss gold referendum in 2014, the positions of the establishment institutions of State undoubtedly helped sway Swiss public opinion away from voting in favour of the sovereign money proposal. Other vested interests such as the Swiss bankers Association, also, predictably, rejected the initiative.

Out of Thin Air

Although most people aren’t aware of it, the majority of money in today’s global financial system is created not by central banks, but by commercial banks. These commercial banks create money in essentially unlimited amounts when they lend money into existence, in other words, when they provide credit and create debt, which they then call an ‘asset’ on the asset side of their balance sheets.
When commercial banks create money via lending on the asset sides of their balance sheets, they also create deposits. As liabilities of a commercial bank, these deposits are only fractionally backed by the bank’s assets, hence the term fractional-reserve banking.

UBS Switzerland

According to sovereign money advocates, electronic money or ‘book money’ created by commercial banks and recorded in commercial bank accounts comprises about 90% of Switzerland’s money supply, with only about 10% of the Swiss money supply made up of legal tender issued by the Swiss central bank. They also maintain that commercial bank creation of money is not constitutional, since Article 99 of the Swiss Constitution states that “The Confederation is responsible for money and currency“.
In summary, the Vollgeld Initiative called for the following:
  • Swiss commercial banks should no longer be able to create their own fiat currency out of thin air, i.e. be unable to create deposits through lending money created out of thin air.
  • Only the Swiss central bank should be able to issue electronic money to back deposits. This would mean that the SNB would have exclusive responsibility for all money creation in Switzerland, both cash in circulation and electronic money in commercial bank accounts.
  • Commercial banks should only be able to lend money that is already in existence, for example money long-term savings accounts, money market funds or funds sourced directly from the SNB.
  • The central bank should be allowed to issue new money debt-free into circulation by issuing it to the Swiss Confederation, cantons, local authorities and citizens.
According to the Sovereign money advocates, commercial bank money creation leads to a number of problems that affect the real economy, such as credit bubbles which accentuate credit boom and bust cycles, and also excessive inflation. Commercial banks also profit both from their ability to create loans out of thin air and from their ability to create money for their own financing needs. This gives the banking sector an unfair advantage (i.e. a privilege) vis-a-vis other sectors of the economy.
A return to a fully sovereign money creation process, would, according to the initiative’s adherents, lead to a more stable banking system, would prevent asset bubbles, would prevent commercial bank runs, bailouts, and bank collapses, and would prevent the need for deposit insurance protection, since all money would be central bank issued money and deposits would not be fractionally-backed.  The Vollgeld backer’s also said that if the SNB had a monopoly on money creation, it would profit from seigniorage, i.e. the ability to create valuable money at a very low-cost. Currently by not creating most of the money in the Swiss economy, the SNB foregoes these profits of seigniorage.
The Swiss central bank responded to the Vollgeld initiative in typical central bank fashion, citing heightened risk, more uncertainty, tightened credit conditions, increased inefficiencies from a sovereign money system, and a reduction of monetary policy tools and flexability. Some of these concerns may have some validity, some may not.
If the Vollgeld motion had been passed, it would undoubtedly have led to short-term volatility in the Swiss banking system and in broader currency markets, and longer term unease in other country’s banking sectors, out of fear that there would be a growing call for similar changes elsewhere. But as no country has yet tried a return to a sovereign money system, its unclear how much of a risk such a change would entail.
It is probably true that if all money was created by a central bank, then that central bank would be less effective in using interest rates to regulate inflation (via the level of bank lending), and would have to concentrate on targeting the quantity of money in circulation (monetary targeting). That, says the SNB, would be a regressive step.

Credit Suisse

The Results of the Referendum

Swiss federal popular initiative referendas are based on the concept of a ‘double majority’, where for a referendum to pass, a majority of votes overall have to be in favour of the proposal, and the voting in a majority of Swiss Cantons has to also be in favour of the proposal. Although there are 26 cantons in Switzerland, due to historical splits, six of these cantons are considered half cantons in terms of electoral power, so there are 20 full cantons, and the equivalent of a further 3 full cantons, making 23 cantons in total.
According to the referendum results on the Swiss Confederation website, out of 1,821,835 valid votes cast in the referendum, a total of 442,387 votes (24.3%) were in favour of the sovereign money initiative, while 1,379, 448 votes (75.7%) were against. Overall, all 26 cantons (and 23 equivalent cantons) voted against the initiative, with nearly all cantons defeating the motion by a 3 to 1 majority, in other words between 70% to 80% of voters voted ‘No’ to the proposal. By the same token, approximately 20% – 30% of voters in nearly all cantons voted ‘yes’ to the proposal.
The turnout for the vote was quite low, at only 33.8% of the electorate across Switzerland. For these popular initiative votes, many in the Swiss electorate cast their votes in advance by postal vote, so the results are usually known rapidly soon after voting has closed.

Reaction

In response to the referendum results, the Swiss National Bank (SNB), which had come against the referendum’s proposal, released a short statement saying that:
“The adoption of the sovereign money initiative would have made it considerably more difficult for the SNB to fulfill its mandate. With conditions now unchanged, the SNB will be able to maintain its monetary policy on ensuring price stability”.

Switzerland’s central bank

It was not surprising also that the Swiss Bankers Association also welcomed the outcome of the referendum, calling the sovereign money plan a ‘radical alteration of the monetary system‘:
“The Swiss electorate has clearly rejected a radical alteration of the monetary system. The existing monetary and financial system functions well and is stable. The Swiss Bankers Association (SBA) welcomes the decision of the people and the cantons.
In reaction, the Sovereign Money Initiative’s backers remained resilient saying that:
“Despite the campaign of confusion and fear run by our opponents and the misinformation provided by the Federal Council and the Swiss National Bank…[the result] is a respectable outcome and shows that many Swiss people have realised that the creation of money by private commercial banks leads to numerous problems.”
“It is not acceptable that private commercial banks continue to jeopardise our prosperity by creating money out of nothing. In addition, technological developments such as crypto currencies will pose major challenges to the Swiss monetary system and the global economies.”
“Many of those voting ‘No’ did not vote on the Sovereign Money Initiative, but on the distorted picture of it that was conveyed to them by the authorities and the banking lobby. The result of the referendum cannot therefore be interpreted as approval of the privatisation of Switzerland’s money creation.”

Vollgeld Campaigning

Conclusion

Although the average person on the street knows little or nothing about how money is created in contemporary financial systems and mistakenly presumes that all money is central bank money, the Swiss sovereign money initiative is fascinating in that it has raised awareness, at least in Switzerland, as to how fractional reserve banking systems really operate, and how commercial banks create most money in the financial system out of thin air.
In 2016, ‘Monetäre Modernisierung (MoMo)’, the backers of the Vollgeld initiative, highlighted that a survey in Switzerlandhad found that 73% of the Swiss population mistakenly thought that the Swiss State or Swiss central bank was the creator of the majority of Swiss money and not, as is really the case, the Swiss commercial banking sector.
However, in a country with a total electorate of approximately 5.3 million, the ability to gain 110,000 signatures to advance the sovereign money proposal to referendum stage shows that the Swiss are presumably now becoming more informed about how the money creation system actually works. By the same token, a sizeable 440,000 Swiss voters backed the Sovereign Money proposal, which will no doubt cause concern in the upper echelons of the Swiss National Bank, and Swiss Bankers Association.
Since the sovereign money initiative would have fully centralised the money creation process with the SNB, it lies at the opposite end of the scale to fully decentralised forms of money such as cryptocurrencies. But what sovereign money and cryptocurrencies do have in common is that they both cut commercial banks out of the money creation process, and commercial banks could now in theory find themselves fighting on a number of fronts.  With decentralised crytpocurrencies also aiming to cut central banks out of the equation, and with some central banks responding by alluding to the issue of their own cryptocurrencies, these central bank cryptos could be another form of sovereign money that the commercial banks may in future need to take account of.
Discussions of fractionally-backed banking systems also bring to mind the fractionally-backed system of trading which operates in the London Gold Market, where vast amounts of synthetic gold which do not exist are traded and cleared each day in unallocated accounts maintained by the bullion bank members of the London Bullion Market Association (LBMA). But unfortunately, the London Gold Market remains a protected enclave, protected from the disruptive scrutiny of direct democracy, and with little hope even that the financial media would dare to investigate why a gold market runs a leveraged fractionally-backed gold trading system.
Ronan Manly
E-mail Ronan Manly on: ronan.manly@bullionstar.com 

17 organisations pour monnaie-pleine à Genève !

Consignes de vote à Genève:



17 organisations pour monnaie-pleine à Genève !


https://www.ge.ch/votations/20180610/doc/brochure-can.pdf page 34

Objet 1 Acceptez-vous l’initiative populaire «Pour une monnaie à l’abri des crises: émission monétaire uniquement par la Banque nationale! (Initiative Monnaie pleine)»?

Objet 2 Acceptez-vous la loi fédérale du 29 septembre 2017 sur les jeux d’argent (LJAr)?

VOTATION FÉDÉRALE 36 37 1 2

PLR Les Libéraux – Radicaux Genève NON OUI Mouvement Citoyens Genevois (MCG) OUI OUI Les Socialistes OUI OUI Parti Démocrate-Chrétien (PDC) NON OUI UDC Genève NON OUI Les Verts OUI — Ensemble à Gauche: solidaritéS • Parti du Travail • Indépendants de Gauche • Défense des Aînés, des Locataires du Logement et du Social (DAL) • La Gauche • Parti Communiste Genevois • Action de Citoyen-ne-s et de Travailleurseuses En lutte (ACTE) OUI OUI Comité d’initiative Monnaie pleine-OUI OUI — AAA+ (www.aaapositifs.ch) OUI — Chambre de commerce, d’industrie et des services de Genève NON — Comité Genevois «Monnaie Pleine» OUI — Fédération des Entreprises Romandes – Genève NON OUI Jeunes Démocrates Chrétiens Genevois NON NON Jeunes Libéraux-Radicaux-Genève NON NON Jeunes Vert-e-s OUI NON L’Avenir Engagé NON OUI Les sections communales du PS genevois OUI OUI Liste égalité & équité (é&é) OUI — Parti communiste OUI NON – Parti du Travail OUI OUI Parti Radical de Gauche – PRG OUI OUI PBD Genève NON OUI solidaritéS OUI OUI SSP: Syndicat des services publics OUI — syndicom – Section Genève OUI — Vert’libéraux NON NON verts-ge.ch OUI

à faire circuler largement, merci, le monde est déjà meilleur grâce à ce simple geste de solidarité.






Pas de sceaux sur les urnes mais des brides sans aucun contrôle.Sans oublier les fraudes par les votes électroniques





Merci à Alex Rime pour les photographies !

Monnaie pleine dans le monde

Il y a en Suisse au moins 13 communes en vert, dont la ville des banques, avec une majorité pour monnaie-pleine, avant que les tricheurs ne modifient les résultats !


Comme les 13 étoiles de nos pièces de 5 fr.-


http://desiebenthal.blogspot.com/2018/03/monnaies-pleines-et-labondance.html


et les 13 membres fondateurs du vrai comité suisse de l’initiative, 

https://www.admin.ch/opc/fr/federal-gazette/2014/3589.pdf

Bonjour,
Ci-joint les références des vidéos et des documents qui commencent à se répandre sur Facebook.
Merci à toutes et tous pour votre contribution vers plus de vérité.
Denis M.

DEUX LIENS IMPORTANTS

1 – Les vidéos de l’Assemblée Nationale du 24 mai 2018
Sujet :
Quelle monnaie pour demain ? Les banques …
La monnaie pleine et ses avantages.
Youtube :

Partie 1 Colloque Assemblée Nationale : 
https://www.youtube.com/watch?v=FK4QuhUWARI&feature=youtu.be
Partie 2 Colloque Assemblée Nationale :
https://www.youtube.com/watch?v=AVm3n8dxKZk&feature=youtu.be
Partie 3 Colloque Assemblée Nationale :
https://www.youtube.com/watch?v=Gh1-FGwtp0g&t=134s
2 – Dossier apportant l’évidence de la prise en main par infiltration de l’industrie des États-Unis d’Amérique sur toutes les places financières et industrielles !
DOSSIER : Infiltration financière mondiale mafieuse
Les documents affichés sur MEGA.nz en pdf sont sans le lien, excepté celui de Facebook :
SAV de la démocratie
Cordialement

Genève, oui à monnaie pleine !


Gare de Genève, ville qui a voté oui à monnaie pleine !
Merci à tous nos amis en Suisse et dans le monde

 surtout venus à Lausanne du Canada, de France, des USA, etc… !

La plus grande affiche du monde et de l’histoire à Genève


Les aaa positifs à Berne, devant la BNS


Direct: la ville de Genève a dit oui à «Monnaie pleine – TdG

https://tdg.ch/suisse/Direct–la-ville-de-Geneve-a-dit-oui…Monnaie-pleine/…/16943812

Il y a 20 heures – Les Suisses ont accepté largement la nouvelle loi sur les jeux d’argent et balayé l’initiative «Monnaie pleine». La ville de Genève a dit oui.


Michèle Herzog

10.06.2018, 14:21 Heures
Excellents résultats pour l’initiative Monnaie pleine. Félicitations aux personnes qui ont alerté la population sur le problème lié à la création de la monnaie scripturale pour les banques (création de monnaie incontrôlable). Le fait que la ville de Genève ait accepté cette initiative est un signal très fort.


Résultats “définitifs” ou “provisoires” ?



14H04 Tweet officiel genevois


Stephane Napoleone a partagé une vidéo.

Nous regardons passer tous comme les bovidés (ou des moutons)
Le cortège des puissants (que le peuple écoute encore)
et les mariages princiers (entre médias et gouvernance)
pour ne pas faire de foin (car on coupe les tête s qui dépassent)
nous préférons nous taire (ni pour ni contre, bien au contraire)
plutôt que de devenir vache (c’est fait)
à force de se faire traire (ça continue)

Seules quelques communes, dont Genève, ont dit oui à «Monnaie pleine»

Les résultats définitifs ne donnent plus Genève ville en vert mais seulement quelques quartiers.

16’804 non contre 14’276 oui et 1’144 blancs, sic, 3 nuls…

https://www.ge.ch/votations/20180610/federal/details/01/

Résultats “définitifs” ou “provisoires” ?

Commentaires.

Tous les résultats sont très douteux car il est beaucoup trop facile de manipuler le processus des votes.

Monnaie-pleine, Genève a voté oui, puis les résultats ont été trafiqués ! 

Genève a notamment probablement trafiqué avec les votes des suisses de l’étranger, par exemple de la France voisine !


http://desiebenthal.blogspot.com/2018/06/monnaie-pleine-la-ville-des-banques.html


Nous avons de certitudes de tricheries démocratiques trop faciles. Nous prions toutes les personnes courageuses de réfléchir, s’informer et réagir

Nous lançons une initiative fédérale pour une révision totale de la constitution suisse, avis aux amateurs

Consignes de vote à Genève:


Objet 1 Acceptez-vous l’initiative populaire «Pour une monnaie à l’abri des crises: émission monétaire uniquement par la Banque nationale! (Initiative Monnaie pleine)»? 


Objet 2 Acceptez-vous la loi fédérale du 29 septembre 2017 sur les jeux d’argent (LJAr)? 


VOTATION FÉDÉRALE 36 37 1 2

https://www.ge.ch/votations/20180610/doc/brochure-can.pdf  page 34


PLR Les Libéraux – Radicaux Genève NON OUI Mouvement Citoyens Genevois (MCG) OUI OUI Les Socialistes OUI OUI Parti Démocrate-Chrétien (PDC) NON OUI UDC Genève NON OUI Les Verts OUI — Ensemble à Gauche: solidaritéS • Parti du Travail • Indépendants de Gauche • Défense des Aînés, des Locataires du Logement et du Social (DAL) • La Gauche • Parti Communiste Genevois • Action de Citoyen-ne-s et de Travailleurseuses En lutte (ACTE) OUI OUI Comité d’initiative Monnaie pleine-OUI OUI — AAA+ (www.aaapositifs.ch) OUI — Chambre de commerce, d’industrie et des services de Genève NON — Comité Genevois «Monnaie Pleine» OUI — Fédération des Entreprises Romandes – Genève NON OUI Jeunes Démocrates Chrétiens Genevois NON NON Jeunes Libéraux-Radicaux-Genève NON NON Jeunes Vert-e-s OUI NON L’Avenir Engagé NON OUI Les sections communales du PS genevois OUI OUI Liste égalité & équité (é&é) OUI — Parti communiste OUI NON – Parti du Travail OUI OUI Parti Radical de Gauche – PRG OUI OUI PBD Genève NON OUI solidaritéS OUI OUI SSP: Syndicat des services publics OUI — syndicom – Section Genève OUI — Vert’libéraux NON NON verts-ge.ch OUI

Avec mes meilleures salutations
f.
23, Av. Edouard Dapples, CH 1006 LAUSANNE. SUISSE
à faire circuler largement, merci, le monde est déjà meilleur grâce à ce simple geste de solidarité.

https://www.google.ch/search?q=fraudes+siebenthal&tbm=isch&tbo=u&source=univ&sa=X&ved=0ahUKEwiJq_OHx8jbAhVJAsAKHaa2CusQsAQISA&biw=1264&bih=579

EXEMPLES DANS LA QUESTION JURASSIENNE – 
Un nouveau et 5ème recours lié au vote de la Ville de Moutier a été déposé auprès de la préfecture du Jura bernois. Il vise le contrôle des cartes de légitimation des électeurs qui ont exercé leur droit de vote en se rendant personnellement au local de vote.
Un 5e recours lié au vote de la Ville de Moutier (BE) sur son appartenance cantonale a été déposé auprès de la préfecture du Jura bernois. Ce recours vise le contrôle des cartes de légitimation des électeurs qui ont exercé leur droit de vote en se rendant personnellement au local de vote.
Le recourant estime qu’on aurait dû contrôler dans chaque cas, en exigeant la présentation d’une pièce d’identité, que l’électeur venu voter était bien la personne dont le nom figurait sur la carte de légitimation qu’il a remise, a précisé lundi la préfecture. Le recours a été déposé jeudi dernier.
Il s’ajoute aux TREIZE autres recours déjà déposés en lien avec le vote communaliste de Moutier. L’examen de ces recours pourrait conduire à l’annulation de cette votation, relève le préfet du Jura bernois Jean-Philippe Marti. Le 18 juin, la population de Moutier a décidé de rejoindre le canton du Jura.


François de Siebenthal: Moutier sous plus haute surveillance encore

desiebenthal.blogspot.com/2017/06/moutier-sous-plus-haute-surveillance.html

19 juin 2017 – Vidéos par François de Siebenthal sur youtube, dailymotion ou https://vimeo.com/ …Moutier choisira-t-il de rester dans le canton de Berne ou …

François de Siebenthal: Moutier, plus de preuves et indices !

desiebenthal.blogspot.com/2017/06/moutier-plus-de-preuves-et-indices.html

16 juin 2017 – Nous cherchons plus de preuves et indices, films des câbles de scellement et sceaux àMoutier, inscriptions sur les sceaux, témoignages de …


Fraudes à Moutier ? Où sont les câbles et les sceaux ? du scotch …

Résumé:

Quelques raisons du oui de la ville de Genève, la ville des banquiers…

Merci à Genève, exemple des raisons du sucés, des stands, affiches, conférences, TRAVAIL EN EQUIPE soudée, et la brochure cantonale de vote, prises de positions etc…

Charly Clément 11 juin 13:39
Disons qu’en l’occurrence, il s’est trouvé 9% de la population pour dénoncer une pratique des oligarques.
Ceux ci, à grands renforts financiers, ont rameuté les leurs et leurs redevables, ce qui a représenté 18% de la population.
La majorité ? Elle dort encore à l’heure qu’il est. Elle ne s’est même pas rendue compte que ça votait, hier.
Les Petits Chanteurs à la Gueule de Bois lancent un pavé dans la mare avec leur chanson du mois ! Option Musique

https://www.facebook.com/rts.ch/videos/1946226378721710/

Stephane Napoleone a partagé une vidéo.



Nous regardons passer tous comme les bovidés (ou des moutons)
Le cortège des puissants (que le peuple écoute encore)
et les mariages princiers (entre médias et gouvernance)
pour ne pas faire de foin (car on coupe les tête s qui dépassent)
nous préférons nous taire (ni pour ni contre, bien au contraire)
plutôt que de devenir vache (c’est fait)
à force de se faire traire (ça continue)


Denis Az En fait pour chaque objet de votation, il faudrait que la campagne médiatique se résume à deux spots de durée égale, une pour le oui et une pour le non. diffusés à intervalles réguliers. Il faudrait en finir avec ces analyses médiatiques à charge dirigées par le CF et les lobbys qui écrasent tout sens-critique des citoyens comme des rouleaux compresseurs.


Pas de sceaux sur les urnes mais des brides sans aucun contrôle.Sans oublier les fraudes par les votes électroniques




Un signal fort pour l’initiative Monnaie pleine






Malgré la campagne massive de confusion et de peur  menée par les opposants, ainsi que la désinformation du Conseil fédéral et de la Banque nationale, on estime que 26 % auront voté pour l’initiative Monnaie pleine. C’est un immense succès, car cela montre que beaucoup de Suisses ont compris que la création monétaire par les banques commerciales privées pose de nombreux problèmes.






Les milliers de bénévoles qui se sont mobilisés méritent nos remerciements pour leur immense engagement qui a permis ce succès. 






Les initiants admettent le résultat du vote. Pour l’Association Modernisation Monétaire (MoMo) porteuse de l’initiative, la votation n’est qu’un point de départ pour une remise en question fondamentale de notre système monétaire. Les deux sondages de la SSR avant la votation ont clairement montré qu’une majorité ne souhaite pas que les banques commerciales privées produisent elles-mêmes de l’argent. Seule la Banque nationale doit pouvoir le faire. Bien que ce soit précisément l’objectif de l’initiative Monnaie pleine, celle-ci n’a pas obtenu une majorité. En raison de ses ressources limitées et de la complexité du sujet, le comité d’initiative n’a manifestement pas réussi à informer suffisamment la population. A cela, il faut ajouter la campagne de peur des lobbys bancaires, qui a contribué au résultat final en leur faveur.






Les problèmes ne sont pas résolus – les politiciens sont appelés à agir



Les problèmes du système bancaire n’ont pas été résolus et une grande partie de la population est du même avis. L’urgence d’agir reste d’actualité, car la prochaine crise est certaine. Les politiciens sont maintenant appelés à prendre des mesures concrètes pour garantir la sécurité de l’argent et du trafic des paiements contre les crises. Il n’est pas admissible que les banques commerciales privées continuent à mettre en péril notre prospérité en créant de l’argent à partir de rien. D’autant plus que le développement technologique comme les monnaies cryptographiques posera des défis majeurs au système monétaire suisse et à l’économie mondiale.  



L’Association MoMo porteuse de l’initiative Monnaie pleine est solide et s’est créé un réseau important durant ces dernières années. Selon ses statuts, « l’association s’engage à mettre le secteur financier au service de l’économie réelle et le système monétaire au service de l’homme. » L’association MoMo continuera à faire pression sur le politique.





Les citoyens ont voté sur une idée déformée

De nombreux citoyens ont probablement voté Non sur la base de la représentation déformée que les autorités et les lobbys bancaires ont faite de l’initiative et du système actuel. Le résultat ne doit donc pas être interprété comme une approbation de la privatisation de la création monétaire, pas plus que comme une volonté de maintenir le système actuel. 
Le recours de l’entrepreneur Michael Derrer concernant la communication trompeuse des autorités est toujours pendant devant le Tribunal fédéral. Les initiants espèrent que les autorités fédérales en tireront les leçons pour qu’au moins à l’avenir un terme soit mis à la propagande des autorités.


Autres informations :
Résultats “définitifs” ou “provisoires” ?

#MonnaiePleine #Genève canton de #banque mais canton de lucidité !!! 😉
#politique #connaissance #information libre et indépendante… #campagne #médiacratie

Le reste de la Suisse ? Ou trop de tricheries, manipulations, mensonges etc…
Traduction »