Correction

Très chers lecteurs et députés,


Corrections: Les livres d’Histoire! Et non d’histoires.

C’est un lapsus révélateur, car je suis sans cesse confrontée aux mensonges des individus, occupant des postes-clés au niveau politique, institutionnel, judiciaire et médiatique, qui cherchent à tout prix à me faire taire, par des mensonges et des “histoires” fausses à mon sujet!

Je connais tellement bien les techniques de manipulations des menteurs, qu’aucun efforts de leur part ne réussiront à me faire taire, c’est juste impossible! Cela renforce ma détermination puisque j’apprécie d’exercer ma profession d’infirmière ES en mode “Opale”. Je l’ai vécu, je l’ai expérimenté, j’en ai observé les excellents résultats envers les patients/résidents, leur famille respective, leurs proches, auprès de mes collègues, toutes profession confondues, alors vous pouvez toujours mentir à mon sujet, cela ne vous servira pas car cela servira la Vérité!

Ma mission professionnelle d’infirmière ES est de promouvoir le modèle de gestion “Opale” dans tous les domaines de la société, au sein des nations. Il correspond au “Corps de Christ”.

Donc les lucifériens les satanistes, les pédocriminels, les criminels, les imposteurs, les traîtres et les idiots utiles: dégagez du cœur des systèmes politiques, institutionnels, judiciaires et médiatiques au sein des nations, en commençant par la France.  Le monde s’en portera mieux pour l’Éternité!

La Bible en français courant: 

1 Corinthiens 12-26:

“En effet le Christ est comme un seul corps qui possède plusieurs parties; ce corps reste un, bien qu’il se compose de différentes parties. Et nous tous, les Juifs ou les non-Juifs, les esclaves ou les hommes libres, nous avons été baptisés pour former un seul corps par le même Esprit Saint et nous avons tous eu à boire de ce seul Esprit.
Le corps ne se compose pas d’une seule partie, mais de plusieurs. Si le pied disait: “Je ne suis pas une main, donc je n’appartient pas au corps”, il ne cesserait pas pour autant d’être une partie du corps. Et si l’oreille disait: “Je ne suis pas un œil, donc je n’appartiens pas au corps”, elle ne cesserait pas pour autant d’être une partie du corps. Si tout le corps n’était qu’un œil comment pourrait-il entendre? Et s’il n’était qu’une oreille, comment pourrait-t’il sentir les odeurs? En réalité, Dieu a disposé chacune des parties du corps comme il l’a voulu. Il n’y aurait pas de corps s’ils ne se trouvait en tout qu’une seule partie! En fait, il y a plusieurs parties en un seul corps.”
“L’œil ne peut donc pas dire à la main: ” Je n’ai pas besoin de toi!”. Et la tête ne peut pas dire non plus aux pieds: “Je n’ai pas besoin de vous!”. Bien au contraire, les parties du corps qui paraissent les plus faibles sont indispensables; celles que nous estimons le moins, nous les entourons de plus de soin que les autres; celles dont il n’est pas convenable de parler sont traitées avec des égards particuliers qu’il n’est pas nécessaire d’accorder aux parties plus convenables de notre corps. Dieu a déposé le corps de manière à donner plus d’honneur aux parties qui en manquent: ainsi, il n’y a pas de division dans le corps, mais les différentes parties ont toutes un égal souci les unes des autres. Si une partie du corps souffre, toutes les autres souffrent avec elle, si une partie est honorée, toutes les autres s’en réjouissent avec elle.” 
“Vous tous, vous êtres le Corps du Christ, et chacun de vous est une partie de ce corps.” 

Remarque:

Je saisis l’occasion qui est la mienne pour rappeler que le Coran parle de Issa, qui est le nom coranique de Jésus et que Abraham est le patriarche qui unit les juifs issus du judaïsme authentiques, les chrétiens et les musulmans.

Important: 

Les khazars Rothschild sont à différencier des juifs issus du judaïsme authentique.
Les wahhabites sont à différencier des musulmans.
Quant aux chrétiens, nombreux sont de faux chrétiens et de vrais Francs-Maçons!



Cordialement

Nathalie Scheidegger, infirmière ES

Exemple de statuts:

https://docs.google.com/document/d/1Owrlmli8J2_XqIE12WtG9PQo0oznwAYhhRUFv0JXdl4/edit

Gilets jaunes; Violence policière dévoilée

Voici les blessés de la violence “gratuite” et des provocations organisées et voulues des forces de “l’ordre” !
Beaucoup d’entre eux garderont ces séquelles et seront défigurés ou blessés à vie !! 
Et encore qu’ il en manque beaucoup sur cette liste …
Depuis le 17 novembre, au moins 1465 blessés dont 658 graves et 10 morts

… On peut y voir que les manifestants n’allaient pas dans la direction des policiers avant que ces derniers, qui ne sont pas encerclés, ne décident d’envoyer pour provoquer plusieurs grenades de désencerclement au milieu de la foule alors pacifique, policiers qui violent donc la loi. Qui a donné cet ordre débile à des “voltigeurs” armés de pistolets mortels ??? Qui ???? Le grand provocateur ????

Images : Clément Lanot
https://twitter.com/ClementLanot/status/1076575276438556672

POUR NOËL, LE GOUVERNEMENT COMMANDE DES CENTAINES DE FUSILS « MULTI-COUPS » POUR MATER LA POPULATION

Alors que des dizaines de personnes ont été défigurées par des tirs policiers ces dernières semaines, dans le cadre du mouvement des Gilets Jaunes, le gouvernement met les grands moyens pour offrir une nouvelle panoplie aux CRS.

En effet, Macron n’a pas seulement offert une grosse augmentation de salaire aux forces de l’ordre qui ont massacré les manifestants depuis un mois. Il a décidé de débloquer du budget pour acheter encore plus d’armes pour réprimer. Un appel d’offre a été publié pour « l’acquisition de lanceurs multi-coups », tout récemment sur le Bulletin Officiel des Annonces des Marchés publics.

Dans cet appel, le gouvernement compte acheter 450 nouveaux fusils qui permettent de tirer des munitions en rafale. Autrement dit, ce sont des « super Flash-Balls », avec un barillet, qui permet de shooter 6 cartouches en quelques secondes sur des manifestants. Le calibre du barillet permet de tirer aussi bien des balles en caoutchouc que des grenades lacrymogènes ou explosives. Et tout ça sans avoir à recharger, comme c’est le cas sur les lanceurs « classiques », déjà très destructeurs.

Ce type de fusil, baptisé « Penn Arms », est utilisé par des polices très démocratiques, comme celles des USA, d’Israël, de Russie ou du Brésil.

Mais le gouvernement ne s’arrête pas là. L’appel d’offre comprend aussi l’achat de « 1280 lanceurs mono-coups » supplémentaires ! Il s’agit des désormais célèbres LBD 40, ces fusils dotés d’un viseur, ces « Flash-Balls » très puissants et précis qui ont éborgné et blessé des centaines de manifestants.

Ce pouvoir, en pleine radicalisation, trouve toujours plus d’argent pour frapper sa population. Et la répression se militarise à une vitesse vertigineuse.

Réagissons !

Lien vers l’appel d’offre officiel :
https://www.boamp.fr/avis/detail/18-179674/1

Argent-roi contre le bien commun !

Très chers lecteurs et députés,
Afin de comprendre et de prendre conscience, de l’enjeu vital que représente aujourd’hui le Mouvement « Gilets jaunes » en France, en faveur de l’Humanité toute entière, il est primordial de prendre connaissance de ce que Marion Sigaut nous transmet, suite à ses travaux de recherches historiques, à partir du lien suivant :
SIGAUT, Marion. GILETS JAUNES ET RÉVOLUTION. Cercle de l’aéropage [en ligne]. Ajoutée le 10 décembre 2018. Disponible à l’adresse : https://www.youtube.com/watch?v=4aAC7EGk9-Y&t=66s&index=21&list=PLUFU4sLs0dXXQzfmfXfllv7GvhQBqITxJ
Propos de Marion Sigaut :
Dès la 26ème seconde : « Bonjour c’est Marion Sigaut. Il était tentant pour les français, pétris de culture républicaine, que nous sommes, de faire le parallèle entre l’actuel soulèvement des « Gilets jaunes » et la Révolution française. Ça n’a pas manqué et on entend régulièrement comparer Macron avec Louis XVI, la classe politique avec la noblesse et ce système en décomposition avec l’Ancien Régime. »
« J’aimerais qu’on remette « les pendules à l’heure ».
« Oui le peuple français avait faim à la veille de la Révolution française, mais la raison n’est pas que la noblesse et le clergé s’en serait mis « plein les poches », au détriment du peuple comme on l’entend souvent, et les foules désespérées, qui faisaient le coup de poing avec des forces de l’ordre complètement dépassées, ne réclamait pas la fin de l’Ancien Régime mais son sauvetage et l’interdiction du nouveau. »
« Toujours, les rois de France, avaient assuré que le pain du peuple serait accessible à tous, au meilleur prix et là, était la raison d’être de la royauté. Le roi était le père nourricier, et son autorité envoyait sur les marchés, une police dont la fonction consistait à protéger le peuple contre les appétits des marchands. Pointilleuse, respectée, dotée de pouvoirs réels, la police des grains assurait une sorte de service public de l’alimentation et ne laissait les marchands faire leurs achats qu’une fois que la population locale, toute la population locale s’était servie. »
« En cas de disette, quand pour des raisons politiques, comme une guerre où climatique, le grain manquait, son prix était fixé par la négociation entre les Autorités locales et les marchands. On appelait cette négociation la taxation ou la fixation d’un taux. Le peuple faisait confiance au roi pour le protéger de la rapacité des profiteurs, et Henri IV avait fait de l’exportation de blé en cas de disette, un crime de lèse-majesté, donc puni de la peine de mort. Le pain du peuple était sacré au nom du bien commun. »
« Un jour sont arrivé les « Lumières », qui ont prétendu remplacer le bien commun par la recherche du profit. Des gens sans scrupules, ont poussé le roi à s’endetter jusqu’à ce qu’il n’en puisse plus, puis l’on convaincu que pour qu’il puisse rembourser la dette, il libéralise le commerce des subsistances. Laisser circuler les blés sans les tracasseries de la police des grains, laisser la loi de l’offre et de la demande en fixer le prix, laisser faire, laisser passer. »
« Louis XV décida de tenter l’expérience en 1763 mais devant les violences et les cris de la population indignée par la hausse des prix, il choisit de reculer et de revenir à l’ancien système.”
“A son avènement au trône en 1774, le jeune Louis XVI fût convaincu par les arguments du « brillant » Jacques Turgot, homme des « Lumières », qui lui présenta tous les avantages qu’il aurait à libéraliser le commerce des subsistances. »
« Intimidé, désireux de bien faire et manquant totalement d’expérience, Louis XVI laissa Turgot vider les greniers à l’orée de l’hiver et laisser les marchands rafler les grains à la place des consommateurs, sous les applaudissements nourris d’un Voltaire qui voyait enfin se réaliser ses rêves. »
« Ce fût un soulèvement, comme « un seul homme », mais femmes en tête, et aux cris de « taxation, taxation ». La population partit récupérer son grain et le distribua au bon prix, celui qui ne laisse personne et permet à tout le monde de vivre. »
« Si les gigantesques manifestations, de « Gilets jaunes » réclamant un carburant abordable, ressemble à quelque chose, c’est bien à ces foules de la guerre des farines. Dans les deux cas, le peuple exige d’être entendu et refuse de payer pour une dette qui n’est pas la sienne. »
« En 1776 encore, le roi entendit son peuple et revint à l’ancien système, celui de la police des grains. Il renvoya Turgot. Or, la dette continuait d’augmenter encore et encore. Et quand elle fût telle que l’Etat risquait de ne plus pouvoir payer ses fonctionnaires, quand furent épuisés tous les expédients habituels, le roi acculé, accepta une nouvelle foi, de libéraliser le commerce des subsistances. Puis, il fût contraint de réunir les Etats généraux, Assemblée chargée de repartir l’impôt et d’apporter au roi les doléances du peuple et rien d’autre. »
« Les libéraux avaient eu le « vent en poupe » et avaient obtenu en même temps que la libre circulation des subsistances, un contrat de libre-échange entre la France et l’Angleterre, qui inonda le marché français de produits à bas prix, fabriqué par des enfants et des ouvrières réduits à la misère en Angleterre. »
« La hausse du prix du pain, se doubla donc d’un chômage abominable, et les six mois qui précédèrent la prise de la Bastille, furent faites d’émeutes de chômeurs et de familles, exigeant le retour du système protecteur qui avaient eu cours jusque-là et non son abolition. Le peuple ne contestait pas l’Ancien Régime mais le nouveau, celui du capitalisme, appliqué à sa substance. »
« Chauffé par les loges maçonniques déterminée à renverser toutes les protections du peuple et les entraves au profit, les députés aux États généraux, s’autoproclamèrent Assemblée constituante, et inscrivirent dans le marbre, l’économie de marché que le peuple rejetait de toutes ses forces. C’est ça la Révolution. Le roi ne pouvait plus rien puisqu’il était renversé. Il n’allait plus gêner les profiteurs enfin au pouvoir. »
« Ceux qui ont pris sa place et l’on tué, sont ceux qui ont imposé au peuple français, la barbarie économique qui a cours encore aujourd’hui. C’est la bourgeoisie qui a voulu, fait et gagnée la Révolution française, pour imposer au peuple un régime, que celui-ci ne voulait pas. On le lui a imposé par la terreur et les massacres. Il a subi la pauvreté, la prolétarisation, la barbarie économique et la perte de toute sa tradition. »
« Si Macron ressemble à quelqu’un, ce n’est certainement pas au roi que le peuple chérissait et considérait comme son père. »
« Macron n’est que le dernier en date des successeurs de ceux qui l’on assassiné pour imposer le règne de l’argent-roi contre le bien commun. »
C’est avec une profonde gratitude que je remercie Marion Sigaut, de lever les mensonges qui sont inscrits dans les livres d’histoires.
Avec mes salutations les plus cordiales.

Nathalie Scheidegger, infirmière ES

Gilets jaunes sans frontières


Nous sommes des bénévoles de bonne volonté, résidents de tous les pays, œuvrant là où l’on a besoin de nous. Nous ne sommes pas une association, ce qui impliquerait la tenue d’une comptabilité, des cotisations etc. Nous travaillons en solo ou en équipe selon le travail à effectuer, dans la mesure des moyens mis en commun en fonction des demandes. Nous aidons d’abord les plus pauvres, ceux qui sont oubliés, et ceux qui demandent de l’aide.
« Toute vie humaine doit être respectée, et en particulier les plus vulnérables, y compris les enfants non nés, les malades, les personnes âgées, les personnes handicapées et les communautés les plus pauvres, où sont commis des abus, qui vivent dans la faim ou dans la guerre ». Le 4 Juin 1963, le President Kennedy a signé un document
présidentiel nommé l’Ordre Exécutif 11110 ( toujours applicable), lequel a modifié l’Ordre Exécutif 10289 de 19 Septembre 1961.
Le Président des États Unis a exercé le droit juridique de produire l’argent, sans intérêts et libre de dettes. Il avait déjà
imprimé les billets des États Unis en ignorant complètement les billets de la Réserve Fédérale des banques privées (le FED est une organisation privée, sic.) Les registres montrent que Kennedy avait imprimé § 4,292,893,825.
Quelques mois après, en Novembre 1963, on l’a assassiné.
Le Président Kennedy avait réduit l’Acte de la Fédéral Reserve voté la veille de Noël 1913 et redonné au Congrès des États Unis le droit de créer son propre argent.
“L’ordre exécutif 11110 a été limité par le Président Lyndon Baines Johnson, trente-sixième président des Etats-Unis – de 1963 à 1969 – alors qu’il se trouvait dans l’avion présidentiel AirForce One, entre Dallas et Washington, le jour même de l’assassinat du Président Kennedy ” écrivait un chroniqueur ( il serait encore applicable en quelques minutes par le Président actuellement en fonction aux USA, avis à ses proches, informez-le avant que les gilets jaunes n’arrivent aux USA) .
Le décret présidentiel n’a jamais été officiellement abrogé, mais son application fut suspendue.
Fut abrogée l’autorisation d’imprimer de nouveaux billets et de frapper de nouvelles pièces, si bien que l’Executive Order n° 11110 demeure officiellement en vigueur … dans la stratosphère. On a donc retiré de la circulation ou détruit tous les billets des États Unis imprimés par Kennedy, par suite d’un ordre exécutif du nouveau President Lyndon Johnson, juridiquement, rien n’empêche de le remettre en vigueur demain, pour Noël 2018   

RIC: « pour » ou « contre » .


Première en France : un vote organisé « pour » ou « contre » le RICCe samedi, les gilets jaunes saint-clairois ont expliqué l’opération lors d’une conférence de presse autour d’Yvan Bachaud, qui plaide pour le Ric au niveau national depuis une quarantaines d’années.

Partager cette info, merci

Ils sont depuis le début du conflit à la pointe du combat en faveur du référendum d’initiative citoyenne (Ric). Structurés, les gilets jaunes de Saint-Clair du Rhône, via deux associations, une nationale et une locale, lancent sur la commune une vraie campagne électorale afin que les habitants se prononcent sur ce fameux Ric « en toutes matières », permettant aux citoyens par la voie référendaire d’abroger et de proposer des lois et « de garantir la paix sociale ».

Un scrutin va donc être lancé sur le bureau n°3 de Saint-Clair du Rhône (environ 1000 inscrits). La campagne se déroulera du lundi 24 décembre au dimanche 6 janvier (soit 14 jours) ; durant celle-ci, également, Caroline Abadie la députée LREM de la 8e circonscription et son challenger du RN Thibaut Monier aux dernières législatives, seront invités à débattre pour échanger leurs arguments.

Après la campagne, viendra le temps du scrutin du mardi 8 janvier au lundi 14 janvier, avec un dépouillement ce jour-là à 18 heures. Une urne sera installée durant ces sept jours soit en face de la mairie, si les autorisations sont données, soit chez un particulier. Toute l’opération (pose de scellés sur l’urne, règlement, bulletins, enveloppes, ouverture de l’urne) se déroulera sous le contrôle d’un huissier de justice.

C’est en tout cas une première en France qui se déroule sur la commune saint-clairoise ; un scrutin similaire pourrait être envisagé à Vienne.

A lire dans nos éditions Nord Isère « numériques » et papier de dimanche.

RIC: « pour » ou « contre » .


Première en France : un vote organisé « pour » ou « contre » le RICCe samedi, les gilets jaunes saint-clairois ont expliqué l’opération lors d’une conférence de presse autour d’Yvan Bachaud, qui plaide pour le Ric au niveau national depuis une quarantaines d’années.

Partager cette info, merci

Ils sont depuis le début du conflit à la pointe du combat en faveur du référendum d’initiative citoyenne (Ric). Structurés, les gilets jaunes de Saint-Clair du Rhône, via deux associations, une nationale et une locale, lancent sur la commune une vraie campagne électorale afin que les habitants se prononcent sur ce fameux Ric « en toutes matières », permettant aux citoyens par la voie référendaire d’abroger et de proposer des lois et « de garantir la paix sociale ».

Un scrutin va donc être lancé sur le bureau n°3 de Saint-Clair du Rhône (environ 1000 inscrits). La campagne se déroulera du lundi 24 décembre au dimanche 6 janvier (soit 14 jours) ; durant celle-ci, également, Caroline Abadie la députée LREM de la 8e circonscription et son challenger du RN Thibaut Monier aux dernières législatives, seront invités à débattre pour échanger leurs arguments.

Après la campagne, viendra le temps du scrutin du mardi 8 janvier au lundi 14 janvier, avec un dépouillement ce jour-là à 18 heures. Une urne sera installée durant ces sept jours soit en face de la mairie, si les autorisations sont données, soit chez un particulier. Toute l’opération (pose de scellés sur l’urne, règlement, bulletins, enveloppes, ouverture de l’urne) se déroulera sous le contrôle d’un huissier de justice.

C’est en tout cas une première en France qui se déroule sur la commune saint-clairoise ; un scrutin similaire pourrait être envisagé à Vienne.

A lire dans nos éditions Nord Isère « numériques » et papier de dimanche.

Indonesia & chemical warfare ?


TO H.E. Muliaman Dharmansyah Hadad

Ambassador in Bern, bern.kbri@kemlu.go.id

YOUR EXCELLENCY,


Indonesia seems to use chemical warfare to kill many innocent citizens in Papua. Jakub, a polish tourist living in Switzerland and travelling in Indonesia, willing to protect those innocent victims,  is now in jail in Wamena, Indonesia, without any trial since August 2018. 
He risks his life ! Please, help us to free him as soon as possible  and do your best to stop any horrible possible chemical warfare. 
You can have more informations at this phone number ++ 021 616 88 88 or on the internet sites here below.
Please, save Jakub
http://savejakub.blogspot.com/2018/10/free-jakub-please.html
http://savejakub.blogspot.com/2018/10/sauvez-jakub-svp.html
With our best Regards.
Thank you for your precious help.
FRANçOIS VON SIEBENTHAL
Former Consul général of the Philippines in Lausanne

Chemical weapons on Papua

NEWS
The Indonesian military has employed airstrikes in West Papua – suspected to include the banned chemical weapon white phosphorus – as a retaliation for murders following a flag-raising protest. By John Martinkus and Mark Davis .

Exclusive: Chemical weapons dropped on PapuaA villager wounded in the Indonesian attack in the West Papua central highlands.
CREDIT: SUPPLIED

There are burns around the wounds. The flesh appears to have been torn open or burrowed into, the victims’ clothing melted or cut away. At least seven are dead. Thousands more have fled into the hills.

These are the first images of a major operation being conducted by the Indonesian military in the central highlands of West Papua. Other photographs show yellow-tipped bombs, collected by villagers. Some weapons appear to be white phosphorus, banned under international law for use of this kind.

White phosphorus is considered both an incendiary weapon and a chemical weapon. It burns through skin and flesh, down to the bone. It cannot be extinguished. The only way to save a person hit with it is to submerge them in water and attempt to remove the phosphorus. Many die from internal burns. Others from the phosphorous absorbed into their bodies, which can cause multiple organ failure.

A military source confirms the weapons “appear to be incendiary or white phosphorus”. The source says “even the smallest specks burn through clothing, skin, down to the bone and keep on bubbling away. I have seen it up close and personal and it’s a horrible weapon.”

One Indonesian soldier said they were firing a type of gas on the villages. “It is an explosion, but a type of gas.”

The photographs were taken between December 4 and 15. Three of the dead are from a village called Mbua, in the Nduga region. Their names are Mianut Lokbere, Nison Tabuni and Mendus Tabuni. Four others were killed in a village called Yigili. “It was happened on December 15, 2018,” an Mbua man told The Saturday Paper. “At 11.25 local time. They are dead because Indo army bombing them from the chopper. It’s because of airfare.”

One image shows a man swathed in wet bandages, strips of cloth really, in an attempt to alleviate his pain from the burning object still inside him. Another shows a woman beside the grave of someone killed in the bombing and some unexploded shells carefully collected by the villagers. Others show the bodies of the dead.

Sources say at least four villages have been attacked, from the air, from artillery and from ground troops. The Indonesian army has sealed off the area. Church and local government officials cannot get in to investigate or help those sheltering in the jungle, some of whom may be wounded.

A colleague looks at one picture and asks: “Is that a face?”

The troops were lined up at the airport in Abepura, which serves the West Papuan capital of Jayapura. There were large backpacks and weapons casually left all over the place. The scene was broadcast on Indonesian state television. They were going to the jungles of the West Papuan highlands, ostensibly to retrieve the bodies of the 31 Indonesian road builders who had been killed by local villagers. It was presented as a humanitarian act. But like everything in Papua, nothing was really as it seemed. In reality, the troops were going in, heavily armed and with full air support, to teach the West Papuans a lesson. They were going in to kill. They would fly to Wamena, the main town in the highlands. From there, helicopters would take them to the remote villages inhabited by the Nduga people.

The incident started on December 1, several days before the troops went in. December 1 is the day West Papuans mark as their declaration of independence from the Dutch in 1963. Indonesians began occupying West Papua the following year and in 1969 formally annexed the territory.

On December 1, the West Papuans raised their flag, the Morning Star. Such events are a source of great tension with the Indonesians. This year, Indonesian troops arrested more than 500 for attending flag-raising ceremonies in the capital Jayapura, as well as in regional centres and places such as Surabaya, where Papuan students held a protest before the arrests.

In this atmosphere, on that day, the Nduga people held their own flag-raising ceremony in an isolated central highlands Nduga village. A group of Indonesian road workers building the Trans-Papua Highway, designed to link remote communities, attended. One of them started taking photos and video of the crowd. Fearful that those images would be used in later arrests of independence day celebrators, the Papuans chased the Indonesians back to their accommodation. There, 24 workers were killed – eight others escaped, fleeing to the home of a local politician. The following day, seven of these workers were killed.

That started the aerial bombing from the Indonesian side. With their military presence in the area minimal, they called in airstrikes. That is when the helicopters with the bombs came. In addition to the suspected deployment of white phosphorus, they dropped a variety of high explosive and shrapnel. The villages were blanketed.

No international journalists are allowed into West Papua, let alone this remote area. No foreign non-government organisations are allowed. No outside observers are allowed. However, some of the Nduga have phones with cameras, and have sent The Saturday Paper images of bodies, smashed and wounded horribly.

In a statement, the Department of Foreign Affairs acknowledged the ongoing violence in the region. “The Australian government is aware of continuing reports of violence in Nduga, Papua, including unverified reports of the alleged use of ‘phosphorous projectiles’,” a spokesperson said. “The government condemns all violence in Papua, affecting civilians and authorities alike. We will continue to monitor the situation, including through our diplomatic missions in Indonesia.”

In 2002 I was in the bush camp of Mathias Wenda, the commander of the arms-bearing division of the Free Papua Movement, near the border between West Papua and Papua New Guinea. He gave me a large sheaf of waterlogged paper. Typewritten, with ink running from the dampness, were the names of thousands of Papuans who had died trying to get to the border from their villages. They were hard people, tough people, you could see it in their sinewy bodies, but even they struggled to complete that journey across tortuous mountain ranges pursued by Indonesian helicopters and troops.

Someone had carried that list through the mountains and added to it as men, women and children fell from exhaustion and disease and Indonesian military actions. I still have the papers. They are testament to so many dead in a conflict ignored and denied by its closest neighbours.

Until 1977, the Nduga lived in these valleys and hills, totally cut off from the outside world. They didn’t know the Dutch had gone and the Indonesians were in charge. They lived in the forest, tending their gardens and raising their pigs. In 1977, the Indonesians launched a military operation in the area. This was the first contact many had with the outside world: Indonesian troops jumping out of helicopters and shooting them down with M16s. Many ran to the surrounding hills. Many kept running. In the face of the latest attacks, many Nduga have again fled. Enormous hardship awaits them in the cold mountains, from lack of food and extreme conditions. Some may be wounded. No aid can get through.

The Indonesians declared that they have recovered some of their people’s bodies. A spokesman for Papua police, Suryadi Diaz, said they were still trying to locate the other murdered road workers, and that one remained missing. “This is the worst attack launched by the armed criminal group recently amid intensified development by the government,” he said.

The West Papuan leadership is pleading for international intervention. Their people are dying at the hands of Indonesia’s military. The weapons apparently being used are condemned by international law. Our own government, aware of the campaign of violence, remains at arm’s length. The only news coming out of Nduga is in the form of terrible pictures: documents of a massacre happening on Australia’s doorstep.

This article was first published in the print edition of The Saturday Paper on Dec 22, 2018 as “Chemical weapons dropped on Papua”. Subscribe here.

Chemical weapons on Papua

NEWS
The Indonesian military has employed airstrikes in West Papua – suspected to include the banned chemical weapon white phosphorus – as a retaliation for murders following a flag-raising protest. By John Martinkus and Mark Davis .

Exclusive: Chemical weapons dropped on PapuaA villager wounded in the Indonesian attack in the West Papua central highlands.
CREDIT: SUPPLIED

There are burns around the wounds. The flesh appears to have been torn open or burrowed into, the victims’ clothing melted or cut away. At least seven are dead. Thousands more have fled into the hills.

These are the first images of a major operation being conducted by the Indonesian military in the central highlands of West Papua. Other photographs show yellow-tipped bombs, collected by villagers. Some weapons appear to be white phosphorus, banned under international law for use of this kind.

White phosphorus is considered both an incendiary weapon and a chemical weapon. It burns through skin and flesh, down to the bone. It cannot be extinguished. The only way to save a person hit with it is to submerge them in water and attempt to remove the phosphorus. Many die from internal burns. Others from the phosphorous absorbed into their bodies, which can cause multiple organ failure.

A military source confirms the weapons “appear to be incendiary or white phosphorus”. The source says “even the smallest specks burn through clothing, skin, down to the bone and keep on bubbling away. I have seen it up close and personal and it’s a horrible weapon.”

One Indonesian soldier said they were firing a type of gas on the villages. “It is an explosion, but a type of gas.”

The photographs were taken between December 4 and 15. Three of the dead are from a village called Mbua, in the Nduga region. Their names are Mianut Lokbere, Nison Tabuni and Mendus Tabuni. Four others were killed in a village called Yigili. “It was happened on December 15, 2018,” an Mbua man told The Saturday Paper. “At 11.25 local time. They are dead because Indo army bombing them from the chopper. It’s because of airfare.”

One image shows a man swathed in wet bandages, strips of cloth really, in an attempt to alleviate his pain from the burning object still inside him. Another shows a woman beside the grave of someone killed in the bombing and some unexploded shells carefully collected by the villagers. Others show the bodies of the dead.

Sources say at least four villages have been attacked, from the air, from artillery and from ground troops. The Indonesian army has sealed off the area. Church and local government officials cannot get in to investigate or help those sheltering in the jungle, some of whom may be wounded.

A colleague looks at one picture and asks: “Is that a face?”

The troops were lined up at the airport in Abepura, which serves the West Papuan capital of Jayapura. There were large backpacks and weapons casually left all over the place. The scene was broadcast on Indonesian state television. They were going to the jungles of the West Papuan highlands, ostensibly to retrieve the bodies of the 31 Indonesian road builders who had been killed by local villagers. It was presented as a humanitarian act. But like everything in Papua, nothing was really as it seemed. In reality, the troops were going in, heavily armed and with full air support, to teach the West Papuans a lesson. They were going in to kill. They would fly to Wamena, the main town in the highlands. From there, helicopters would take them to the remote villages inhabited by the Nduga people.

The incident started on December 1, several days before the troops went in. December 1 is the day West Papuans mark as their declaration of independence from the Dutch in 1963. Indonesians began occupying West Papua the following year and in 1969 formally annexed the territory.

On December 1, the West Papuans raised their flag, the Morning Star. Such events are a source of great tension with the Indonesians. This year, Indonesian troops arrested more than 500 for attending flag-raising ceremonies in the capital Jayapura, as well as in regional centres and places such as Surabaya, where Papuan students held a protest before the arrests.

In this atmosphere, on that day, the Nduga people held their own flag-raising ceremony in an isolated central highlands Nduga village. A group of Indonesian road workers building the Trans-Papua Highway, designed to link remote communities, attended. One of them started taking photos and video of the crowd. Fearful that those images would be used in later arrests of independence day celebrators, the Papuans chased the Indonesians back to their accommodation. There, 24 workers were killed – eight others escaped, fleeing to the home of a local politician. The following day, seven of these workers were killed.

That started the aerial bombing from the Indonesian side. With their military presence in the area minimal, they called in airstrikes. That is when the helicopters with the bombs came. In addition to the suspected deployment of white phosphorus, they dropped a variety of high explosive and shrapnel. The villages were blanketed.

No international journalists are allowed into West Papua, let alone this remote area. No foreign non-government organisations are allowed. No outside observers are allowed. However, some of the Nduga have phones with cameras, and have sent The Saturday Paper images of bodies, smashed and wounded horribly.

In a statement, the Department of Foreign Affairs acknowledged the ongoing violence in the region. “The Australian government is aware of continuing reports of violence in Nduga, Papua, including unverified reports of the alleged use of ‘phosphorous projectiles’,” a spokesperson said. “The government condemns all violence in Papua, affecting civilians and authorities alike. We will continue to monitor the situation, including through our diplomatic missions in Indonesia.”

In 2002 I was in the bush camp of Mathias Wenda, the commander of the arms-bearing division of the Free Papua Movement, near the border between West Papua and Papua New Guinea. He gave me a large sheaf of waterlogged paper. Typewritten, with ink running from the dampness, were the names of thousands of Papuans who had died trying to get to the border from their villages. They were hard people, tough people, you could see it in their sinewy bodies, but even they struggled to complete that journey across tortuous mountain ranges pursued by Indonesian helicopters and troops.

Someone had carried that list through the mountains and added to it as men, women and children fell from exhaustion and disease and Indonesian military actions. I still have the papers. They are testament to so many dead in a conflict ignored and denied by its closest neighbours.

Until 1977, the Nduga lived in these valleys and hills, totally cut off from the outside world. They didn’t know the Dutch had gone and the Indonesians were in charge. They lived in the forest, tending their gardens and raising their pigs. In 1977, the Indonesians launched a military operation in the area. This was the first contact many had with the outside world: Indonesian troops jumping out of helicopters and shooting them down with M16s. Many ran to the surrounding hills. Many kept running. In the face of the latest attacks, many Nduga have again fled. Enormous hardship awaits them in the cold mountains, from lack of food and extreme conditions. Some may be wounded. No aid can get through.

The Indonesians declared that they have recovered some of their people’s bodies. A spokesman for Papua police, Suryadi Diaz, said they were still trying to locate the other murdered road workers, and that one remained missing. “This is the worst attack launched by the armed criminal group recently amid intensified development by the government,” he said.

The West Papuan leadership is pleading for international intervention. Their people are dying at the hands of Indonesia’s military. The weapons apparently being used are condemned by international law. Our own government, aware of the campaign of violence, remains at arm’s length. The only news coming out of Nduga is in the form of terrible pictures: documents of a massacre happening on Australia’s doorstep.

This article was first published in the print edition of The Saturday Paper on Dec 22, 2018 as “Chemical weapons dropped on Papua”. Subscribe here.

Mouvement Monnaie Juste-10

La lettre du MMJ – N° 10. Gilets jaunes, RIC et Monnaie Juste
La lettre N° 10 en ligne
Pleine lune le 22 décembre à 18h50
Nous avons besoin d’une Monnaie Juste
Les revendications des citoyens gilets jaunes
ne se limitent pas à la baisse des taxes sur les
carburant. Pour que les citoyens reprennent
la main sur l’économie face aux financiers,
il nous faut une Monnaie Juste
Gilets Jaunes, Démocratie et Monnaie. “Il n’y a pas d’argent magique”, disait Macron… SI ! L’argent que nous utilisons actuellement est créé par magie, au profit des VRAIS patrons de Macron. La MONNAIE est au centre de nos vies, il est le sang de nos économies. Le problème c’est que ce « sang » n’est pas le nôtre ! Ce n’est pas nous qui le créons. Reprenons le VRAI pouvoir, le pouvoir de la monnaie – youtu.be/d7wf5TuUZ9E (Un excellent résumé de l’escroquerie monétaire et les indications vers les solutions de remplacement)
Citoyens, vous devez être informés sur l’iniquité et l’absurdité du système monétaire actuel et sur les solutions de remplacement. La monnaie et son émission devrait légitimement appartenir aux institutions représentant les citoyens et… ce n’est pas le cas aujourd’hui ! […]
Ce n’est pas difficile d’imaginer une société libérée du carcan du pouvoir financier international, libérée de l’impératif du profit. Avec les moyens technologiques dont on dispose, il suffit d’un peu d’imagination pour visualiser facilement comment pourrait être la vie si on n’était pas sans cesse obligé de produire toujours plus de marchandises pour que les entreprises puissent payer leur loyer monétaire. Pas besoin d’une imagination débordante pour voir à quel point cette société serait plus paisible.
Dans le cadre d’un mouvement international, International Movement for Monetary Reform, le Mouvement Monnaie Juste (MMJ) est un mouvement citoyen qui a pour principal objectif d’alerter les citoyens sur l’injustice du système monétaire actuel et sur les solutions de remplacement comme le 100 % monnaie ou l’Initiative Monnaie Pleine proposée par une votation le 10 juin 2018 en Suisse par exemple.
Premiers signataires : Philippe Bourcier de Carbon (Fondateur de l’AIRAMA, économiste), Valerie Bugault (Dr en droit privé), Marie-Louise Duboin, Gérard Foucher (Auteur), Christian Gomez (Ancien banquier, Dr en sciences économiques), Bruno Guigne (Ancien sous-préfet, Normal Sup’, ENA), Marc Jutier (Auteur, ingénieur), Serge Latouche (Professeur émérite, Dr en sciences économiques), Gilles Poncet, Luciens Pons, Jean Remy (Ancien banquier international), Jacques Sapir (Directeur d’études à l’EHESS, Dr en sciences économiques), François de Siebenthal (Premier signataire de l’Initiative Monnaie Pleine), Henri Temple (Professeur honoraire de droit économique), Jean-Claude Werrebrouck (Agrégé d’économie).
Nous avons besoin d’une Monnaie Juste : bit.ly/2GlWkHk
Gilets jaunes
Les gilets-jaunes français indiquent aux autres nations occidentales la bonne direction – mondialisation.ca/les-gilets-jaunes-francais-indiquent-aux-autres-nations-occidentales-la-bonne-direction/5629600
Le soulèvement en France, l’anatomie du populisme et la remise en cause de la matrice – lesakerfrancophone.fr/le-soulevement-en-france-lanatomie-du-populisme-et-la-remise-en-cause-de-la-matrice
Acte V … les reportages et les éditoriaux de nos médias se sont distingués par leur indigence et leur obscénité, tant la propagande prenait grossièrement le pas sur le souci d’informer, avec un seul élément de langage répété jusqu’à l’overdose et sans discernement : « essoufflement ». Quasiment pas une seule mention, ni à l’AFP, ni sur BFM, LCI, France télévisions ou France inter, des moult barrières mises en place par les forces de police pour empêcher les manifestants de parvenir au cœur de Paris ; des reportages, comme cet article de l’AFP(romandie.com/news/La-mobilisation-des-gilets-jaunes-s-essouffle/980265.rom), insistant unilatéralement sur tout ce que les Gilets jaunes avaient raté, parlant par exemple de baisse de participation à Rennes, Caen ou Strasbourg, mais oubliant de mentionner les participations records de Bordeaux, Toulouse ou Lille. Bref, de la pure manipulation. Il faut aller sur Russia Today, pour lire un reportage équilibré sur l’acte V des Gilets jaunes. Gilets jaunes : malgré un acte 5 difficile, un mouvement citoyen qui prend forme ? – francais.rt.com/france/56952-gilets-jaunes-malgre-acte-5-difficile-mouvement-citoyen-prend-forme
Des listes Gilets Jaunes (GJ) aux Européennes financées par Macron pour faire plonger les concurrents ?
C’est probable ! Deux listes GJ seraient en train de constitution, et la Jacline qui ne se sent plus et lance des satisfecit au gouvernement en veux-tu en-voilà en a parlé. Elle se verrait bien députée européenne, l’accordéoniste… De là à se dire que depuis le début elle marche main dans la main avec le gouvernement et que c’est pour ça que sa video a été connue… qui peut savoir ?
Une liste GJ, ce n’est pas difficile, il faut juste trouver 79 personnes, sauf que… la campagne électorale coûte 2 millions d’euros environ. Alors, sauf à trouver un mécène… ce n’est pas fait !
Sachez que la LREM a commandé une enquête à l’institut Ipsos sur le score possible d’une liste des GJ aux élections européennes. Le résultat va au-delà des espérances des macronistes. En marche/MoDem recueillerait 21%, le RN 14%, EELV 13%, les Gilets jaunes 12%, les Républicains 11% et les Insoumis 9%. Conclusion : la présence d’une liste des GJ pourrait siphonner les voix de Le Pen et de Mélenchon. Déjà, deux listes « jaunes » seraient en cours de constitution (Le Canard enchaîné, 12 décembre 2018).
Pour le financement de la campagne, pas de soucis à se faire, grâce aux fonds « spéciaux », l’Élysée et Matignon y pourvoiront. Lorsqu’il était président de la République, Chirac avait monté une opération semblable avec « Chasse-pêche-nature-tradition ».
Aux élections régionales de mars 1998, la CNPT avait décroché un élu dans les Côtes-d’Armor et deux en Loire-Atlantique. Au conseil régional de Bretagne, Josselin de Rohan avait même eu besoin de l’élu CPNT – un certain Gabriel Lopez , directeur de la fédération de chasse des Côtes-d’Armor – pour se constituer une majorité et devenir, de ce fait, président. Lopez fut récompensé de sa compréhension : il fut élu vice-président chargé de l’environnement.
La technique utilisée par le pouvoir en 1998 pour affaiblir le FN pourrait très bien réapparaître en 2019. L’objectif étant cette fois d’empêcher le RN de terminer en tête… et de sortir gagnant de ces élections européennes. Selon le dernier sondage Ipsos publié par L’Opinion, c’est la liste du RN qui arriverait en tête avec 24% contre 18% pour la liste macroniste. C’est peut-être de ce côté-là qu’il faut chercher la raison de l’actuelle « modération » de Jacline Mouraud. Bien placée sur une liste GJ, elle pourrait être élue député européen…
Les Gilets Jaunes, Phase V : Blocage des Ports – youtu.be/t4uUt3QCg_w
LETTRE AU PRESIDENT – facebook.com/mauvaiseleves/videos/515284212326286 Quand des mauvais élèves écrivent au gouvernement pour une mesure qui ferait l’unanimité des français et permettrait de satisfaire toutes les revendications des GILETS JAUNES !!
Se rendent-ils compte que les Gilets jaunes sont hors de portée de leurs minables stratagèmes de déstabilisation ? – yetiblog.org/se-rendent-ils-compte-que-les-gilets-jaunes-sont-hors-de-portee-de-leurs-minables-stratagemes-de-destabilisation/
Ils vont chercher à nous diviser par tous les moyens. Ils ont essayé, avec l’écologie, mais ils n’ont pas réussi. Dans le discours du Président, il est question d’immigration, d’identité nationale… On peut désormais s’attendre à ce qu’il jette en pâture l’émigré. C’est une méthode ancienne (soufflée par Sarkozy) pour faire diversion et diviser le peuple. Car pendant que nous serons occupés à nous étriper et faire des amalgames, le Gouvernement lui, continuera de nous faire les poches et nous pondre des lois en faveur des très riches, comme tout récemment avec “l’exit tax” (en faveur des exilés fiscaux). Ne perdez jamais à l’esprit que l’ennemi, c’est l’Oligarchie, la Finance ! Ils essaieront de supprimer les aides sociales (pas rentables) sous prétexte qu’ils veulent privilégier le travail… “la France qui se lève tôt “, ça ne vous rappelle rien ? Ils nous prendront encore et encore pour des cons, tout en exploitant les plus faibles. Le mouvement GJ doit continuer, il y a eu des morts, on ne peut plus arrêter.
Un appel sans frontières vient d’être publié sur Indymedia Athènes, lancé par Rouvikonas et des compagnons de luttes de plusieurs régions du monde : Grèce, Mexique, Espagne, France, Argentine, Algérie, Italie, Belgique, Canada, Allemagne… POUR UNE JOURNÉE DE RÉSISTANCE SIMULTANÉE, SANS FRONTIÈRES, LE 10 DÉCEMBRE 2018 contre le durcissement du capitalisme et de la société autoritaire. Partout dans le monde, au prétexte de la dette des États, le pouvoir ne cesse d’accroitre les inégalités entre les plus riches et les plus pauvres et de détruire la planète. Partout dans le monde, ce recul de nos droits et ce saccage de la vie s’accompagnent d’une amplification de la surveillance et de la répression contre tous ceux qui s’y opposent. […] Il devient urgent de faire converger nos résistances, un jour par mois, à compter du 10 décembre 2018 et, par la suite, tous les 10 de chaque mois, en même temps, partout dans le monde, parallèlement à nos luttes locales quotidiennes. […] – blogyy.net/2018/11/09/un-appel-sans-frontieres-vient-detre-lance-de-plusieurs-regions-du-monde/
Monnaie Pleine VS banksters
La création monétaire, c’est le pouvoir. Pas de démocratie sans crédit. Une intervention de Gérard Foucher à l’UNESCO à l’occasion du 70ème anniversaire des Citoyens du Monde, le 26 novembre 2018 – youtu.be/i9V-LljUoNs
Au secours, l’art. 16 prévoit la fin de l’argent liquide dès 2022 ! Le Comité d’Action Publique 2022 (CAP 2022) déclare à l’article 16 de son récent rapport : “Aller vers une société « zéro cash » pour simplifier les paiements tout en luttant mieux contre la fraude fiscale.” Ce comité de 34 apparatchiks représentant les banques, le big data et l’État a décidé dans votre dos de vous priver d’argent liquide dès 2022. Si ce n’est pas encore une loi, c’est en tout cas l’objectif de ce comité réuni par le premier ministre Édouard Philippe. mesopinions.com/petition/politique/secours-art-16-prevoit-fin-argent/51056
Contrairement à ce que pense Emmanuel Macron, l’argent magique existe, mais pas pour tout le monde ! facebook.com/PositiveMoneyEurope/videos/959247294275221/
L’existence de l’euro, cause première des « gilets jaunes » – Tribune de Todd, Sapir, Gomez, Rosa, Hureaux, Werrebrouck… – les-crises.fr/lexistence-de-leuro-cause-premiere-des-gilets-jaunes-tribune-de-todd-sapir-gomez-rosa-hureaux-werrebrouck/
Attentats du 11 septembre 2001
Un Grand jury appelé à statuer sur la présence d’explosifs au WTC le 11-Septembre. Suite à une évaluation minutieuse par le Comité des avocats, les preuves présentées dans la pétition et les pièces y afférentes ont été déclarées concluantes. Dans la pétition, le comité des avocats explique que le procureur américain est légalement tenu de présenter les preuves à un grand jury. La pétition de 52 pages, accompagnée de 57 annexes, présente de nombreuses preuves scientifiques et des témoins oculaires que des explosifs ont été utilisés pour détruire trois bâtiments du WTC le 11 septembre, notamment :
1) Analyse en laboratoire scientifique indépendante d’échantillons de poussière du WTC montrant la présence d’explosifs de haute technologie et/ou incendiaires sous forme de thermite ou de thermate.
2) Témoignage de nombreux pompiers de New York qui étaient les premiers intervenants du 11 septembre ayant entendu des bruits d’explosion et vu des explosions le 11 septembre au WTC ressemblant à des démolitions contrôlées et certains ont rapporté avoir vu du fer en fusion comme dans une fonderie.
3) Témoignages et analyses scientifiques de nombreux architectes, ingénieurs, physiciens et chimistes démontrant de manière concluante que l’effondrement des tours jumelles du WTC et du bâtiment 7 du WTC étaient provoqués par l’utilisation d’explosifs et d’incendiaires, et non par les impacts d’avion ou les incendies de carburant.
4) Analyse experte des preuves sismiques d’explosions dans les tours du WTC le 11 septembre avant les impacts de l’avion et avant l’effondrement du bâtiment. – fawkes-news.com/2018/12/un-grand-jury-appele-statuer-sur-la.html
International
22 décembre. Les USA pourraient-ils provoquer un nouvel incident de Kertch en Arctique ? – sptnkne.ws/ksQP
20. Pourquoi les Etats-Unis éprouvent-ils soudain la nécessité de déguerpir de la Syrie ? – france-irak-actualite.com/2018/12/pourquoi-les-etats-unis-eprouvent-ils-soudain-la-necessite-de-deguerpir-de-la-syrie.html
20. Grande conférence de presse de Vladimir Poutine (2018) – sptnkne.ws/krZt
19. Cette fois, le krach est social Myret ZAKI – bilan.ch/opinions/myret-zaki/cette-fois-le-krach-est-social
18. Bachar el-Assad accuse la France d’avoir été «le porte-étendard du soutien au terrorisme» – francais.rt.com/international/46635-bachar-el-assad-accuse-paris-soutien-terrorisme
18. Les États-Unis préparent une guerre entre latino-américains – voltairenet.org/article204385.html
18. “Le Monde selon Xi Jinping” : “On est bien au-delà d’Orwell” – nouvelobs.com/monde/20181218.OBS7346/le-monde-selon-xi-jinping-on-est-bien-au-dela-d-orwell.html
15. Washington dénonce les «comportements prédateurs» de Moscou et Pékin en Afrique – francais.rt.com/international/56909-washington-denonce-comportements-predateurs-moscou-pekin-afrique
13. Un missile de fabrication russe a-t-il vraiment touché un chasseur israélien F-35 ? – presstv.com/DetailFr/2018/12/13/582795/Le-F35-un-chec?
12. Russie: Deux bombardiers stratégiques Tu-160 au Venezula, colère à Washington – infosdanyfr.wordpress.com/2018/12/12/russie-deux-bombardiers-strategiques-tu-160-au-venezula-colere-a-washington/
12. Soros : « un homme d’Etat sans Etat, il ne s’en cache pas ! » – youtu.be/UuzDb6F8L94
12. L’opération « Timber Sycamore » continue. L’opération « Timber Sycamore », initiée par le président Barack Obama, a été privatisée peu avant l’élection du président Donald Trump. Elle est désormais coordonnée par le fonds de placement KKR (fondé par Henry Kravis et dont les activités militaires sont dirigées par l’ancien chef de la CIA, le général David Petraeus).
« Timber Sycamore » est le plus important trafic d’armes de l’Histoire. Il implique au moins 17 gouvernements. Les transferts à destination des organisations jihadistes sont opérés par la compagnie publique d’avions cargos azerbaïdjanais, Silk Way Airlines.
Dans la semaine du 27 novembre au 2 décembre 2018, huit avions cargos de cette compagnie ont atterris à Aden (Yémen), Erbil et Bagdad (Iraq), à Beyrouth (Liban), à Djibouti (Djibouti), à Kaboul et Bagram (Afghanistan) et à Tripoli (Libye). En outre, des navettes de personnels entre Djibouti et Aden ont été opérées par Taquan Air qui était jusqu’ici une petite compagnie US travaillant exclusivement pour des voyages d’affaires ou de tourisme en Alaska. – voltairenet.org/article204334.html
11. Syrie : Israël brouille les défenses et déclenche des tirs sans cible – jforum.fr/syrie-israel-brouille-les-defenses-et-declenche-des-tirs-sans-cible.html
Analyses
21 décembre. Après la Crise. Le nouveau livre de Vincent Held – desiebenthal.blogspot.com/2018/12/apres-la-crise-lausanne.html
04. Comment l’Occident dévore ses enfants – voltairenet.org/article204180.html
France
Envers qui Emmanuel Macron est-il débiteur ? On présente souvent le président Macron comme un Rothschild Boy. C’est exact, mais c’est accessoire. Thierry Meyssan montre qu’il doit sa campagne électorale principalement à Henry Kravis, le patron d’une des plus grandes sociétés financières globales, et à l’Otan ; une lourde dette qui pèse aujourd’hui sur la solution de la crise des Gilets jaunes. […] En décembre 2014, Henry Kravis créé sa propre agence de Renseignement, le KKR Global Institute. Il nomme à sa tête l’ancien directeur de la CIA, le général David Petraeus. Celui-ci va poursuivre avec les moyens privés de Kravis (le fonds de placement KKR) – et sans en référer au Congrès – l’opération « Timber Sycamore » que le président Barack Obama avait initiée. C’est le plus important trafic d’armes de l’Histoire impliquant au moins 17 États et représentant plusieurs dizaines de milliers de tonnes d’armes pour plusieurs milliards de dollars [7]. À ce titre, Kravis et Petraeus sont les principaux fournisseurs de Daesh [8]. Le président du Bilderberg, le Français Henri de Castries, invite le député-maire du Havre, Édouard Philippe à la réunion annuelle, qui se tient cette fois en juin 2015 en Autriche. Il sera à nouveau invité, en Allemagne cette fois, en mai 2016. Lors de la campagne présidentielle en France, Henri de Castries et Édouard Philippe seront des soutiens de François Fillon. Ils le laisseront tomber dès que Jean-Pierre Jouyet [9] aura fourni au Canard enchaîné les documents financiers réunis par l’Inspection des finances sur les emplois douteux de Madame Fillon [10]. Ils se rallieront alors à Emmanuel Macron. – voltairenet.org/article204276.html
Non, le SMIC n’augmentera pas de 100€ au 1er Janvier 2019 – breaknews.fr/2018/12/11/non-le-smic-naugmentera-pas-de-100e-au-1er-janvier-2019
Complotisme-Conspirationnisme, une vindicte médiatique – youtu.be/MYeODgwXM4k
Macron, homosexuel et psychopathe, analyse psychiatrique approfondie – youtu.be/aazHedZcBZ8
Rappel
Ecoutons-Les ! #1 Jacques Attali Prédit Une Présidente En 2022 ?! – youtu.be/ZTv6iYGuyDg
Aldous Huxley en 1958. Interview prémonitoire – youtu.be/t4e3dZzdr54
Médias, écologie, consommation, autres …
La presse depuis plusieurs jours ne parle plus que du chiffre d’affaire en baisse des entreprises. Les journaux télévisés diffusent en boucle des images de commerçants qui ne font rien d’autre que se plaindre. Les raisons profondes de la contestation des gilets jaunes étant occultées à 90 %. La contestation est censurée, faisant passer ses participants pour de simples délinquants de droit commun. La presse réussira t’elle à redonner confiance dans la nation « start-up » ?… Rien n’est moins sûr ! Sur cette affiche figurent les médias d’information qui « font l’opinion » et qui dépendent d’intérêts industriels ou financiers, de groupes de presse ou de l’État. Médias français : qui possède quoi (Dernière mise à jour : septembre 2018 ) – monde-diplomatique.fr/cartes/PPA
════════════════════════════════════
La lettre du MMJ s’engage à vous fournir une revue de presse dissidente à la pensée unique de marché, à la dictature financière de l’Empire euro-Atlantique. La lettre N° 9 – bit.ly/2QzKbTc – La lettre N° 8 – bit.ly/2R471iD
Directeur de la rédaction et responsable de la coordination nationale du MMJ : Marc Jutier  mjutier@orange.fr – Mobile : 07 68 54 92 33 – twitter –
Responsable des relations internationales du MMJ : Gérard Foucher – gerardfoucher@gmail.com  twitter 
Abonnement cliquez► Désabonnement
☺SVP, transférez cette lettre à vos contacts☺
════════════════════════════════════
Mouvement Monnaie Juste
Dans le cadre d’un mouvement international (International Movement for Monetary Reform), le Mouvement Monnaie Juste a pour principal objectif d’alerter les citoyens sur l’iniquité et l’absurdité du système monétaire actuel et sur les solutions de remplacement. Le constat est simple, la plupart de nos problèmes économiques, sociaux et même environnementaux viennent d’un système monétaire profondément absurde et injuste. La privatisation de la création monétaire par les ”professionnels” de la monnaie: les banquiers, doit cesser. LMMJ, présidé conjointement par Serge Latouche & Marie-Louise Duboin (fille de Jacques Duboin), est un mouvement trans-partis. Nous vous proposons d’animer ensemble un mouvement citoyen qui a pour but de faire de l’éducation populaire sur le problème monétaire.
 Texte de présentation – Texte fondateur – Groupe facebook (+ de 4000 membres) 
N’hésitez pas à faire connaître ce mouvement
Traduction »