Après des millions de morts de faim, Madoff fait un premier mort direct.

Une mort directement liée au scandale Madoff est survenue mardi à New York, où un homme d’affaires français, Thierry de La Villehuchet, co-fondateur du gestionnaire de fonds Access International, s’est suicidé dans son bureau de Manhattan, moins de deux semaines après la découverte de la fraude portant sur 50 milliards de dollars.

1,5 milliard étaient investis auprès de Bernard Madoff “dans le cadre du fonds Luxalpha déposé chez UBS”, a expliqué à l’AFP de Paris un proche du défunt.
“Access était toute la vie de M. de La Villehuchet, qui avait “des équipes sur place (chez le financier américain) et qui surveillaient toutes les opérations faites par Madoff. Il ne pouvait s’imaginer que c’étaient faux de a à z “
Plusieurs enquêtes sont en cours sur ses collaborateurs, sur le cabinet qui auditait ses comptes ainsi qu’à la SEC, le gendarme boursier, qui n’a pas du tout réagi à de multiples alertes sur les irrégularités graves dans la société de M. Madoff et dont certains collaborateurs avaient des liens familiaux et même de nature occulte et d’ initiés.

Seulement la moitié des pertes est recensée ci-dessous….

EN FRANCE
Natixis pourrait perdre jusqu’à 450 millions d’euros.
BNP Paribas évalue ses pertes à 350 millions d’euros.
– L’assureur Axa indique avoir une exposition nette bien inférieure à 100 millions d’euros aux activités de Bernard Madoff, mais ne précise pas quel pourrait être l’impact de cette exposition sur son résultat.
Crédit Mutuel-CIC pourrait perdre jusqu’à 90 millions d’euros.
– La banque franco-belge Dexia pourrait perdre 85 millions d’euros et ses clients fortunés 78 millions.
– Le fonds Elite de Rotschild pourrait perdre jusqu’à 41 millions d’euros.
– Le fonds AGF Tresodyn serait affecté à hauteur de 35 millions d’euros.
Société Générale parle de moins de 10 millions d’euros de pertes.
– La Caisse d’Epargne est exposée indirectement à hauteur de 8 millions d’euros.
Crédit Agricole évalue à moins de 10 millions d’euros ses pertes liées à l’escroquerie.
– L’assureur mutualiste Groupama a une exposition nette de moins de 10 millions d’euros.
CNP Assurances assure d’une exposition indirecte d’environ 3 millions d’euros (après impôts), via un fonds de fonds.
– La Caisse des dépôts (CDC) a indiqué ne pas avoir d’exposition directe et courir un “risque maximal de l’ordre d’un million d’euros” lié à des fonds de fonds, soit des fonds dont les actifs sont constitués d’investissements dans d’autres fonds afin de mieux répartir les risques.
– Des épargnants français seraient exposés à hauteur de quelque 500 millions d’euros.

EN EUROPE
En Espagne:
Santander a annoncé que les clients de son fonds spéculatif Optimal étaient exposés à hauteur de 2,33 milliards d’euros.
BBVA annonce qu’elle pourrait perdre jusqu’à 300 millions d’euros.
– Les fonds d’investissement publics sont exposés à hauteur de 38 millions.
– La femme d’affaires Alicia Koplowitz, une des plus grandes fortunes d’Espagne, risque de perdre 10 millions d’euros.
En Autriche:
– La banque privée autrichienne Medici est impliquée à hauteur de 2,1 milliards de dollars.
Au Royaume-Uni:
HSBC a une exposition d’environ 1 milliard de dollars.
Royal Bank of Scotland estime ses pertes à 400 millions de livres (environ 460 millions d’euros).
– Le fonds d’investissement Man Group pourrait perdre 360 millions de dollars
– La banque Lloyds TSB et l’assureur Royal & Sun Alliance ont déclaré ne pas être exposés à l’affaire Madoff.
Aux Pays-Bas:
Fortis pourrait perdre jusqu’à 1 milliard de dollars.
En Suisse:
– L’Union bancaire privée (UBP), grande institution genevoise, reconnaît une exposition de plus de 1 milliard de francs suisses (645 millions d’euros) à la fraude.
Swiss Life annonce avoir une exposition indirecte de 90 millions de francs suisses (57,2 millions d’euros).
UBS dit n’avoir qu’une exposition “limitée” et “insignifiante” à la fraude.
Credit Suisse a également indiqué ne pas avoir d’exposition “matérielle” dans cette affaire.
– La banque Union Bancaire Privée pourrait perdre 1,08 milliard de dollars.
– La banque privée Reichmuth & Cie pourrait perdre 333 millions de dollars.
– La banque genevoise Benedict Hentsch pourrait perdre 48,45 millions de dollars.
– La société EIM Group pourrait perdre 230 millions de dollars.
Au Luxembourg:
– Le fonds Luxalpha, dont le dépositaire est UBS, aurait investi 1,4 milliard de dollars chez Bernard Madoff.
En Italie:
– La première banque italienne, UniCredit, indique être exposée à hauteur d’environ 75 millions d’euros”.
Banco Popolare indique qu’elle pourrait perdre un montant maximum de 68 millions d’euros.
Dans les pays nordiques:
Nordea révèle qu’il est exposé à hauteur de 48 millions d’euros.
Au Portugal:
BES, deuxième banque du secteur privé au Portugal, a reconnu une exposition indirecte de 15 millions d’euros aux fonds de Bernard Madoff.
En Belgique:
– Le bancassureur KBC assure n’avoir “pas d’exposition significative” et ne redouter “aucune incidence matérielle, même indirecte”.

AUX ETATS-UNIS
– Le gestionnaire d’actifs Fairfield Greenwich Group a reconnu risquer des pertes allant jusqu’à 7,5 milliards de dollars
– Le fonds spéculatif américain Tremont Group Holdings aurait investi 3,3 milliards de dollars dans des fonds de Bernard Madoff.
– Le fonds Ascot Partners pourrait subir une perte de 1,8 milliard de dollars.
– Plusieurs importantes fondations vont subir des pertes. Ainsi, la fondation JEHT, créée par Jeanne et Kenneth Levy-Church, devrait mettre la clé sous la porte, tout comme la Chais Family Foundation, dirigée par Avraham Infeld. La fondation Steven Spielberg a aussi perdu des plumes ainsi que la fondation Elie Wiesel. Carl et Ruth Shapiro, généreux donateurs du Museum of Fine arts de Boston, ont perdu 40% de leur fortune. La fondation du promoteur immobilier Mortimer Zuckermann a elle perdu 30 millions de dollars.

DANS LE RESTE DU MONDE
– Les institutions sud-coréennes sont exposées à hauteur de 95 millions de dollars.
– La société financière japonaise Nomura Holdings annonce qu’elle pourrait subir une perte de quelque 27,5 milliards de yens (302 millions de dollars ou 225 millions d’euros).
– La banque japonaise Aozora Bank a fait état d’une possible perte de 12,4 milliards de yens (101 millions d’euros). 

Admiration.
http://www.union-ch.com/file/portrait.wmv

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »