Les banques individuelles peuvent-elles créer de l’argent à partir du néant ? –

Les théories et les preuves empiriques

Richard A. Werner

Traduction libre – original en anglais publié dans la Revue internationale d’analyse financière 36 (2014)

En ligne, notamment pour les graphiques : http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1057521914001070

Remarque préliminaire des traducteurs

Les traducteurs bénévoles soulignent qu’en raison des termes techniques particuliers qu’ils utilisent, la traduction peut être difficile à concevoir. En tout état de cause, les traducteurs se sont efforcés, au mieux de leurs connaissances, de vérifier les déclarations de l’étude menée par le professeur Richard Werner. Si les constructions de phrases en allemand sont parfois cahoteuses, c’est parce que l’on a essayé de traduire mot à mot dans la mesure du possible.

Les notes de bas de page n’ont pas été traduites. Pour les notes de bas de page ainsi qu’en cas de doute sur l’exactitude de l’information. Les termes allemands utilisés renvoient à la version originale anglaise de l’étude du professeur Richard Werner.

Résumé de l’étude

Cette étude présente les premières preuves empiriques de l’histoire sur la question de savoir si les banques peuvent créer de l`argent à partir du néant. La crise bancaire a ravivé l’intérêt pour cette question, mais la question reste sans réponse. Il existe trois hypothèses dans la littérature. Selon la théorie de l’intermédiaire financier, les banques ne sont que des intermédiaires comme les autres institutions financières qui ne sont pas des banques ; elles collectent des dépôts qui sont ensuite prêtés. Selon la théorie des réserves partielles, les banques ne sont que de simples intermédiaires financiers qui, considérés individuellement, ne prélèvent pas d’argent, alors qu’au bout du compte, elles le font dans une interaction systémique. Une troisième théorie prétend que toute banque peut créer de l’argent “à partir du néant” en accordant du crédit (la théorie de la création de crédit). La question de savoir laquelle des théories est la bonne a des implications profondes pour la recherche et la politique. Étonnamment, malgré le différend de longue date, il n’existe toujours aucune étude empirique ayant vérifié ces théories. Telle est la contribution de la présente étude. Un test empirique est réalisé où l’argent est emprunté à une banque coopérative tandis que la surveillance des dossiers internes permet de déterminer si le processus des prêts provenant d’autres comptes à l’intérieur ou à l’extérieur des fonds bancaires ont été transférés ou si des fonds ont été recréés. Pour la première fois, cette étude indique clairement, de façon empirique, que des banques créent de l’argent à partir du néant. La masse monétaire est créée “comme par magie” par les banques individuelles “à partir du néant”.

“Le choix de l’échelle de valeur, du système monétaire, de la législation monétaire et de la législation sur le crédit est laissé à la société elle-même, et les conditions naturelles… ont une relation de subordination relative à la société. C’est là que la société a l’occasion décisive de montrer et de tester directement le résultat de sa sagesse économique nationale – ou de sa folie. L’histoire du système monétaire, qui regorge d’erreurs graves et fatales, nous montre que cette dernière qualité a souvent pris le dessus.”{1}.

Wicksell (1928, p. 2 et suivantes)

1. Introduction

Depuis la crise bancaire américaine et européenne de 2007/08, l’intérêt pour le rôle des banques dans l’économie s’est accru tant à l’intérieur qu’à l’extérieur des milieux d’affaires, bancaires et financiers. Cet intérêt est bien fondé : La crise a fait prendre conscience que les modèles et théories macroéconomiques les plus couramment utilisés ne décrivent pas suffisamment les principales caractéristiques de nos économies et de nos systèmes financiers et, surtout, qu’ils ne contiennent pas de descriptions adéquates des banques {2}. Il est évident que ces théories dominantes, pratiquement sans banques, ont influencé la supervision bancaire et contribué à une réglementation bancaire sous-optimale : les problèmes systémiques du secteur bancaire ne peuvent pas être reconnus, si les modèles économiques ne contiennent pas de banques ou si les modèles du système financier ne prennent en compte que des institutions financières individuelles et représentatives, sans les intégrer en conséquence dans les modèles macroéconomiques {3}. Par conséquent, de nombreux chercheurs ont depuis tenté d’inclure les banques ou le secteur bancaire dans leurs modèles économiques {4}. Il s’agit là d’une évolution positive à laquelle contribuent les Conférences européennes des banques et des entreprises (ECOBATE). Cela a été particulièrement évident lors de la deuxième édition d’ECOBATE 2013, qui s’est tenue le 6 mars 2013 à Winchester Guildhall et était organisée par le Centre for Banking, Finance and Sustainable Development de l’Université de Southampton. Les travaux dans ce domaine étant très divers, le présent article vise à contribuer à une meilleure compréhension des caractéristiques essentielles des banques, ce qui peut favoriser la familiarisation avec les modèles économiques. Les chercheurs doivent savoir quels aspects de l’activité bancaire sont essentiels – en particulier les caractéristiques clés qui distinguent les banques des autres institutions financières qui ne sont pas des banques. En d’autres termes, les chercheurs doivent savoir si les banques sont uniques sur des aspects cruciaux et, le cas échéant, pourquoi ?

Cette étude examine la question de la capacité potentielle des banques à créer de la monnaie, qui est un facteur clé de différenciation. Cette étude examine la question de la capacité potentielle des banques à créer de la monnaie, qui est un facteur clé de différenciation. Une analyse de la littérature identifie trois points de vue différents et mutuellement exclusifs sur le sujet, dont chacun constituait l’opinion prédominante au cours d’environ un tiers du XXe siècle. L’opinion qui prévaut actuellement est que les banques sont de purs intermédiaires financiers qui collectent et transmettent des dépôts, tout comme d’autres institutions financières qui ne sont pas des banques – sans caractéristiques particulières. Les différences entre les banques et les institutions financières qui ne sont pas des banques sont considérées comme des subtilités qui sont effectivement si minimes qu’elles ne sont pas pertinentes pour la modélisation ou les décideurs. De cette façon, il est permis de modéliser l’économie sans les banques. C’est ce qu’on appelle la théorie de l’intermédiaire financier. C’est l’opinion dominante depuis la fin des années 1960. Entre les années 1930 et la fin des années 1960, l’opinion dominante était que le système bancaire était “unique” parce que, contrairement aux intermédiaires financiers, les banques pouvaient collectivement créer de l`argent à partir de la réserve partielle ou “modèle multiplicateur”. En dépit de leur capacité collective à créer de l’argent, chaque banque individuelle n’est qu’un simple intermédiaire financier dans cette optique, collectant et prêtant des dépôts – sans pouvoir créer elle-même de l’argent.

C’est ce qu’on appelle la théorie de la réserve partielle.

Une troisième théorie sur le fonctionnement du secteur bancaire est apparue au cours des deux premières décennies du XXe siècle. Contrairement à la théorie de l’intermédiaire financier et en ligne avec la théorie de la réserve partielle, cette théorie prétend que le système bancaire crée de l’argent nouveau. Toutefois, elle va plus loin que cette dernière et diffère à plusieurs égards. Selon cette théorie, chaque banque n’est pas un intermédiaire financier qui transfère les dépôts d’épargne ou les réserves de la banque centrale lorsqu’elle octroie des prêts, mais qui crée le montant total du prêt à partir du néant. C’est ce qu’on appelle la théorie de la création de crédit. Les trois théories sont basées sur des descriptions différentes du fonctionnement de l`argent et des banques et conduisent à différents ensembles de règles (pour les banques). Il est intéressant de noter que la controverse sur ces théories n’a jamais été réglée. Cela porte à confusion : aujourd’hui, nous trouvons des banques centrales – parfois les mêmes banques centrales – qui adhèrent à des théories différentes ; dans le cas de la Banque d’Angleterre, son personnel soutient en même temps chacune des trois théories qui s’excluent mutuellement, ce qui sera démontré ci-dessous. Il est important de savoir laquelle des trois théories est la bonne – non seulement pour comprendre et modéliser correctement le rôle des banques dans l’économie, mais aussi pour être capable de concevoir des réglementations bancaires appropriées qui visent une croissance économique durable sans crise. L’approche moderne de la réglementation des banques, telle qu’elle a été mise en œuvre au plus tard depuis Bâle I (1988), repose sur l’hypothèse que la théorie de l’intermédiaire financier est correcte {5}. Les réglementations bancaires qui reposent sur des fonds propres adéquats des banques, même de manière anticyclique, ne sont pas adaptées pour garantir la stabilité financière si l’une des deux autres théories est correcte {6}. Les approches de la réglementation bancaire fondées sur les fonds propres, telles que mises en œuvre par le Comité de Bâle sur le contrôle bancaire sous la forme de Bâle I et II, ne nous ont pas encore protégés des crises bancaires majeures. Si la théorie de l’intermédiaire financier n’est pas une description exacte de la réalité, on peut douter que Bâle III et des approches nationales similaires en matière de réglementation bancaire (comme par exemple en Grande-Bretagne) seront opportunes {7}.

Il est donc essentiel pour la recherche et pour les régulateurs bancaires de déterminer laquelle des trois théories est une description exacte de la réalité. Des preuves empiriques peuvent être utilisées pour vérifier la qualité des théories. Étonnamment, une telle analyse n’a jamais été effectuée auparavant. La présente étude apporte cette contribution. La partie suivante de l’étude est structurée comme suit : la section 2 donne un aperçu de la littérature pertinente en classant les auteurs selon la théorie à laquelle ils adhèrent. Il est évident que des économistes de premier plan ont manifestement pris position en faveur de l’une de ces théories. Dans la section 3, je présente une analyse empirique qui pose la question de savoir si les banques sont uniques et si elles peuvent créer individuellement de l’argent “à partir du néant”. Il s’agit de la mise en place d’un prêt “réel” au chercheur dans une banque qui était prête à contrôler toutes les transactions pertinentes et à rendre accessibles les archives du système comptable. Les résultats et certaines implications sont examinés à la section 4.

2. Littérature sur la question de savoir si les banques créent de l`argent.

On a beaucoup écrit sur le rôle des banques dans l’économie au cours du siècle dernier et au-delà. Souvent, les auteurs n’ont pas examiné la question de savoir si les banques génèrent de l’argent parce qu’ils supposent simplement que leur théorie préférée est vraie sans la remettre en question, et encore moins la confronter aux différentes théories. La présente analyse documentaire se limite aux auteurs qui se sont penchés directement et explicitement sur la question de savoir si les banques peuvent créer des crédits et de l’argent. A l’époque où, dans les pays des auteurs, les banques émettaient des billets à ordre (billets de banque), qui étaient mis en circulation sous forme de papier-monnaie, les auteurs ont naturellement mentionné, même si ce n’était qu’accessoirement, que les banques créent de l`argent. En Angleterre et au Pays de Galles, le Bank Charter Act de 1844 interdisait aux banques de “s’engager dans toute obligation d’effectuer des paiements en espèces à la demande des détenteurs (de documents bancaires)”. Cela a mis fin à l’émission de billets de banque par la plupart des banques d’Angleterre et du Pays de Galles en faveur de la Banque d’Angleterre (officiellement privée jusqu’en 1946) avec un monopole sur l’émission des billets de banque. Entre-temps, cette pratique s’est poursuivie aux États-Unis jusqu’au XXe siècle (et s’est même étendue avec le New York Free Banking Act de 1838), de sorte que les auteurs américains de l’époque considéraient la question des billets de banque comme la preuve du rôle des banques dans la création de monnaie, qui ne changera que bien plus tard. {8} Pour plus de clarté : l’objectif principal de cette étude est de clarifier la question de savoir si les banques qui n’émettent pas de billets de banque sont capables de créer de l’argent et du crédit à partir du néant. Par conséquent, les anciens auteurs qui ont écrit principalement sur la question de la monnaie papier ne sont mentionnés ici que de façon accessoire, bien que l’on puisse dire que leurs arguments pourraient également s’appliquer aux banques qui n’émettent pas de billets de banque. Parmi eux, John Law (1705), James Steuart (1767), Adam Smith (1776), Henry Thornton (1802), Thomas Tooke (1838) et Adam Müller (1816), entre autres, disent directement ou indirectement que les banques individuelles créent du crédit (selon la théorie de la création de crédit) {9}.

2.1 La théorie de la création de crédit

Les premiers auteurs influents qui affirment que les banques qui n’émettent pas de billets de banque créent de l’argent et du crédit à partir du néant écrivirent principalement en anglais ou allemand, notamment: Wicksell (1898) et Wicksell (1907), Withers (1909), Schumpeter (1912), Moeller (1925) et Hahn (1920). {10} L’examen des partisans de la théorie de la création de crédit doit commencer par Henry Dunning Macleod du Trinity College, Cambridge et Barrister at Law at the Inner Temple {11}. Macleod a écrit un ouvrage influent en deux volumes sur les services bancaires intitulé The Theory and Practice of Banking. Il a été publié dans de nombreuses éditions jusqu’au 20e siècle (Macleod, 1855/56 ; les citations ici sont tirées de la 6e édition (1905). En ce qui concerne la création de crédit par des banques individuelles, Macleod explique sans équivoque que les banques individuelles créent du crédit et de l’argent à partir du néant lorsqu’elles font un “prêt”, comme on dit :

“De nos jours, les banquiers privés n’émettent plus de billets. Ils ne font que créer du crédit au profit de leurs clients, ce qui est réclamé par chèque. Ces prêts sont appelés dépôts dans la langue bancaire. Aujourd’hui, de nombreuses personnes qui acceptent un billet de banque physique, qui n’est qu’un droit enregistré sur papier, sont prêtes à accepter un billet de banque en espèces. Mais parce qu’il y a peu de réflexion, il leur est difficile de comprendre ce que sont les dépôts. Ils acceptent qu’un billet de banque soit une “monnaie”, mais ils ne comprennent pas qu’un prêt bancaire est aussi une “monnaie”, exactement dans le même sens “.

Macleod (1905, volume 2, p. 310)

“….Sir Robert Peel a tort de supposer que les banquiers n’accordent des prêts que sur des fonds de bonne foi. Ceci est décrit en détail dans le chapitre sur la théorie bancaire, il suffit donc de rappeler à nos lecteurs que tous les prêts bancaires sont accordés principalement par la création de crédit”. (p. 370, souligné dans l’original)

Dans son travail Theory of Credit Macleod (1891), Macleod l’a formulé ainsi :

“Une banque n’est donc pas un bureau pour “prêter” de l’argent, mais un producteur de crédit.”

Macleod (1891 : II / 2, 594)

Car selon la théorie de la création de crédit, les banques créent du crédit sous la forme de ce que les banquiers appellent des “dépôts” et ce crédit est de l’argent. Mais dans quelle mesure peuvent-ils créer du crédit ? Wicksell (1907) décrit une économie basée sur le crédit dans l’Economic Journal. Il explique que

“Les banques dans leur activité de crédit ne sont pas seulement limitées par leurs fonds propres, elles ne le sont pas, du moins pas immédiatement, par un quelconque capital ; par la concentration de presque toutes les opérations de paiement entre leurs mains, elles créent elles-mêmes l’argent nécessaire….”

“Dans un système de crédit pur, dans lequel tous les paiements sont effectués par inscription dans les livres de banque, les banques seraient en mesure d’accorder n’importe quel montant de crédit à tout moment à un taux d’intérêt minimum. “{12}.

Wicksell (1907, 214)

Withers (1909), rédacteur en chef de l’Economist de 1916 à 1921, voyait aussi peu de restrictions sur le montant que les banques pouvaient créer à partir du néant :

“…quand on apprend que les banques britanniques détiennent plus de 900 millions de dépôts, c’est une erreur répandue de penser avec étonnement à cette énorme somme d’argent économisée par toute la communauté et placée entre les mains de ses banquiers et de voir cela comme une preuve impressionnante de richesse. Mais ce n’est pas le bon point de vue. La majeure partie de l’argent de la Communauté dans les banques se présente sous la forme de prêts en monnaie scripturale accordés à la Communauté par les banquiers.”

Withers (1909, p. 57 et suiv.)

“La majorité des dépôts bancaires n’est donc pas constituée d’espèces déposées, mais de prêts accordés. Chaque prêt est un dépôt…”

Withers (1909, p. 63)

“Lorsque les billets de banque étaient la monnaie de transaction, la banque émettait ses propres billets au client pour des prêts ou pour escompter une lettre de change, créant ainsi un engagement pour elle-même. Aujourd’hui, un institut bancaire accorde un prêt/emprunt ou escompte un effet en créant un engagement pour elle-même”.

Withers (1909, p. 66)

“En résumé, chaque fois qu’une banque accorde un prêt ou achète une garantie, elle donne à quelqu’un le droit de tirer un chèque, qui est encaissé par elle-même ou par une autre banque – et ainsi le volume total des dépôts bancaires est augmenté et la trésorerie totale des banques reste inchangée”.

Withers (1916, p. 45)

“Une fois ce fait reconnu que les banques, entre autres , sont toujours les producteurs de monnaie, exactement comme elles l’étaient lorsqu’elles ont émis les billets de banque, nous voyons à quel point les banques ont une fonction importante dans l’économie, car il est maintenant généralement admis que la quantité d’argent créée a une influence directe et importante sur les prix. Cela résulte de ce qu’on appelle la “théorie de la quantité” de l’argent…”

(1916, p. 47)

“Si, comme je le crois, la théorie de la quantité est globalement correcte, nous reconnaissons toute la responsabilité des banquiers en tant que producteurs de monnaie. Donc nous reconnaissons que par leurs actions, ils accroissent non seulement le bien-être de leurs clients et les profits de leurs actionnaires, mais aussi le niveau général des prix. Si les banques créent les devises plus vite que la production des biens, cela entraînera une hausse des prix, ce qui pourrait avoir un effet dévastateur”. {13}

Withers (1916, p. 54 et suiv.)

“Ainsi, il devient évident, comme nous l’avons déjà dit, que les dépôts des banques, sur lesquels les chèques de la communauté commerciale peuvent être tirés, sont principalement créés par les actions des banques elles-mêmes : dans l’octroi des prêts, dans l’escompte des effets et dans les investissements” (p. 71 et suiv.).

“….alors il semble que le crédit soit la machine qui crée une partie très importante de la monnaie moderne…” (S. 72)

Withers explique que la prérogative souveraine de l’État de produire de la monnaie a finalement été privatisée et transférée aux banques commerciales :

“Cette évolution intéressante a permis la production de monnaie, qui est entre les mains du gouvernement depuis des siècles, entre les mains d’entreprises soucieuses du bien-être de leurs clients et des profits de leurs actionnaires pour une part très importante.

Withers (1916, p. 40)

Bien que Withers soit un journaliste financier, ses écrits avaient un haut degré de diffusion et ont probablement contribué à la diffusion de la théorie de création de crédit sous la forme véhiculée par Macleod (1855/56). Ce point de vue s’est également répandu en Allemagne avec la publication du livre influent La théorie du Développement Économique Schumpeter (1912, anglais 1934), dans lequel Schumpeter est clairement d’avis que chaque banque a la capacité de faire de l’argent à partir du néant.

“Quelque chose de similaire à un certificat de produits futurs ou comme l’octroi de la capacité de paiement aux promesses de l’entrepreneur existe maintenant vraiment. C’est le service que le banquier fournit à un entrepreneur et qui lui permet de faire appel au banquier. … alors il ne serait pas un intermédiaire mais un producteur de crédit, c’est-à-dire qu’il créerait le pouvoir d’achat qu’il prête à l’entrepreneur lui-même… On pourrait sans mal dire que le banquier crée de l’argent”. {14}

Schumpeter (1912, p. 197, souligné dans l’original)

“Le crédit est essentiellement la création d’un pouvoir d’achat dans le but de le transmettre aux entrepreneurs, mais pas simplement le transfert du pouvoir d’achat existant. … Le crédit permet à l’entrepreneur d’avoir accès au flux social des marchandises avant d’avoir acquis le droit normal à celui-ci. Et cette fonction est la pierre angulaire de la structure de crédit moderne”.

Schumpeter (1954, p. 107)

“La certification fictive des produits, qui représentait pour ainsi dire le moyen de paiement du crédit à l’origine, est devenue une réalité. {15}

Schumpeter (1912, p. 223)

Ce point de vue était également bien représenté de l’autre côté de l’Atlantique, comme le montrent les écrits de Davenport (1913) ou de Robert H. Howe (1915) ou de Hawtrey (1919), un autre économiste britannique de premier plan qui, comme Keynes, avait une formation de fonctionnaire fiscal et s’est tourné vers la science, a pris clairement position en faveur de la théorie de création de crédit :

“… pour les fabricants et les autres qui ont de l’argent à payer, les crédits naissent encore par l’échange d’obligations, l’obligation immédiate du banquier, qu’il donne à son client en échange de l’obligation du client d’effectuer un remboursement à une date ultérieure. Nous appelons cette double opération la création de crédit. Ainsi, le banquier crée des moyens de paiement à partir du néant, alors que le crédit bancaire seulement est remplacé par un autre, c’est-à-dire un montant égal d’argent comptant – lorsque le banquier reçoit de son client un sac plein d’argent en paiement”. (S. 20)

Outre Schumpeter, d’autres auteurs germanophones expliquent également que certaines banques créent de l’argent par des prêts {16}. Albert L. Hahn (1920) a eu une grande influence tant dans le débat universitaire que dans le débat public. Il descendait d’une dynastie de banquiers de Francfort (comme Thornton, qui avait été banquier) et depuis 1919, il était directeur de la grande entreprise familiale, la Effecten- und Wechsel-Bank Frankfurt. Comme Macleod, avocat de formation, il devint professeur honoraire à l’Université Goethe de Francfort en 1928. Évidemment, non seulement au courant des travaux de Macleod, qu’il a cités, mais probablement aussi de la connaissance des pratiques bancaires actuelles de son entreprise familiale, Hahn a expliqué que les banques créent effectivement de “l’argent à partir du néant” :

“La certification fictive de produits, accordée à tout crédit, génère à son tour un dépôt et donc les moyens de son placement. … La conclusion du processus esquissé peut aussi s’exprimer inversement en disant – et cette conclusion est tout aussi convaincante – que tout chèque ou crédit de transfert de fonds disponible d’une manière ou d’une autre dans l’économie nationale doit son origine à un octroi préalable de crédit, un crédit accordé avant.”{17}

Hahn (1920, p. 28)

“Contrairement à l’ensemble de la littérature bancaire et du crédit, nous soutenons que ce n’est pas l’activité de réception de dépôts des banques, en particulier l’activité de réception de dépôts, qui est l’activité principale, mais plutôt que, en général et dans chaque cas individuel, l’activité de prêt d’une banque doit l’avoir précédée afin de rendre possible et de provoquer l’activité de réception de dépôts d’une banque : L’activité de collecte de dépôts des banques n’est rien de plus qu’un réflexe par rapport aux prêts antérieurs. Le point de vue opposé est basé sur une sorte d’illusion d’optique…”{18}

Hahn (1920, p. 29)

Dans l’ensemble, Hahn a probablement fait plus que quiconque pour rendre la théorie de la création de crédit très populaire en Allemagne. Son livre est devenu un best-seller et a suscité une controverse généralisée et de nouvelles recherches parmi les économistes en Allemagne.

Elle a également permis de sensibiliser davantage les journalistes et le grand public à ces deux questions. Le large impact de son livre est probablement l’une des raisons pour lesquelles cette théorie est restée enracinée en Allemagne dans l’après-guerre, alors qu’elle avait longtemps été rejetée en Grande-Bretagne ou aux Etats-Unis. Mais le livre de Hahn n’était pas seulement une explication populaire sans crédibilité académique. Schumpeter le cite positivement dans la deuxième édition (allemande) de sa Théorie du développement économique (Schumpeter, 1926), qui en a fait l’éloge en tant qu’évolution ultérieure cohérente et en accord avec son livre mais également au-delà de celui-ci. La traduction anglaise du livre influent de Schumpeter (1912[1934]) préfère également citer Hahn.

On peut dire qu’à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, la théorie de la création de crédit semblait avoir de très nombreux partisans dans les publications scientifiques allemandes et anglaises. En 1920, la théorie de la création de crédit était devenue si répandue qu’elle a été utilisée par les critiques ultérieurs comme la “vision actuelle”, la “théorie traditionnelle” ou l’ancienne “Théorie” du crédit bancaire” {19}.

Au tout début, Keynes semblait également avoir été un partisan de cette opinion dominante. Dans son Tract sur la réforme monétaire (Keynes, 1924), il affirme, apparemment sans besoin d’aller plus loin, que les banques doivent créer du crédit et de la monnaie, du moins dans leur ensemble :

“Le niveau des prix internes est principalement déterminé par le montant des crédits accordés par les banques, en particulier par les Big Five ». Keynes (1997, p. 182)

“Le montant du crédit ainsi créé peut à son tour être mesuré approximativement par le montant des dépôts bancaires, puisque les variations du montant total des dépôts bancaires doivent correspondre aux variations du total des titres et effets de commerce détenus et des avances ». Keynes (1997, p. 182)

Nous savons par la contribution de Keynes à la Commission Macmillan (1931) que Keynes impliquait que chaque banque était en mesure de créer du crédit :

“Il n’est pas contre nature de voir les dépôts auprès d’une banque tels que créés par le public par le dépôt d’espèces, soit sous forme d’épargne, soit sous forme de montants qui ne sont actuellement pas requis pour les dépenses. Mais l’essentiel des dépôts provient de l’activité des banques elles-mêmes, car en accordant des prêts ou des découverts ou en achetant des titres dans leurs portefeuilles, on crée ainsi de l’argent qui est l’équivalent d’un dépôt.” (p. 34)

En ce qui concerne le système bancaire dans son ensemble, cette création de crédit et de dépôts bancaires était censée affecter la demande globale et les prix, comme l’explique Schumpeter (1912) :

“Le montant du crédit bancaire est élastique et donc aussi la masse du pouvoir d’achat… Le système bancaire constitue donc le lien central entre les deux aspects de la structure complexe qui nous occupe. Elle combine les problèmes du niveau des prix avec les problèmes de financement, puisque le niveau des prix est sans doute influencé par la masse du pouvoir d’achat que le système bancaire crée et contrôle…

Par conséquent, les questions relatives au pouvoir d’achat et à la répartition du pouvoir d’achat trouvent un point commun dans le système bancaire”. (Comité Macmillan, 1931, p. 12 et suiv.)

“….quand enfin les banques poursuivent une politique de crédit souple et accordent plus facilement des prêts aux entreprises, les tendances à la hausse des bénéfices et des salaires se déclenchent et ouvre donc des possibilités de dépenses supplémentaires”. (p. 13)

En ce qui concerne la question de savoir si la demande ou l’offre de crédit est plus importante, le rapport explique que la vraie cause est le changement dans l’offre de crédit :

“L’expansion ou la contraction du montant du crédit accordé par le système bancaire aura une incidence sur la réalisation de nouveaux investissements par divers canaux.

Cela aura à son tour une incidence sur le volume et la rentabilité de l’entreprise et donc, en temps voulu, sur le niveau de l’offre dont l’industrie aura besoin du le système bancaire. … Ce qui a commencé comme un changement dans l’offre de crédit se termine par un changement dans la demande de crédit”. (p. 99) {20}

Alors que l’argent est considéré comme endogène par rapport au crédit lorsqu’un “crédit bancaire” est accordé, le Comité explique que le crédit bancaire est exogène pour l’emprunteur :

“Il n’y a aucun doute sur la capacité du système bancaire… d’augmenter ou de diminuer le montant de monnaie scripturale”. (p. 102)

“Dans des conditions normales, nous ne voyons aucune raison de douter de la capacité du système bancaire à influencer le volume des investissements en réduisant le coût des prêts bancaires. … Nous supposons donc qu’en temps normal, la capacité du système bancaire à augmenter ou à diminuer l’utilisation active des fonds dans les entreprises et pour les investissements… est incontestée.” (p. 102)

La Commission Macmillan explique également que les prêts bancaires peuvent être influencés par la Banque d’Angleterre et peuvent donc également être considérés comme exogènes dans ce sens. La théorie de la création de crédit est restée influente jusqu’au début de l’après-guerre. Le lien entre la création de crédit et les variables macroéconomiques et financières a ensuite été formalisé dans la théorie quantitative du crédit (Werner, 1992, Werner, 1997, Werner, 2005 et Werner, 2012), dans laquelle il est expliqué que les crédits (a) pour les investissements productifs pour la production de biens et services ont un effet durable et non inflationniste, et moins susceptibles d’éprouver des difficultés, b) entraînent une inflation des prix à la consommation s’ils sont utilisés de manière improductive pour la consommation, et c) entraînent une inflation des prix des actifs s’ils sont utilisés de manière improductive pour les transactions financières, et même des crises bancaires s’ils sont suffisamment importants. En tout état de cause, depuis les années 1920, de sérieux doutes sont apparus quant à l’exactitude de la théorie de la création de crédit.

Ces doutes ont d’abord été exprimés par des économistes qui ont soutenu la théorie en principe, mais en ont minimisé l’importance. C’est ce groupe d’auteurs qui a servi de base à la formulation de la théorie moderne des réserves partielles, mais dans sa version la plus répandue (et postérieure), ils expliquent que les banques ne créent pas du crédit individuellement, mais seulement le système bancaire dans son ensemble. Nous passons maintenant à cette théorie.

2.2 La théorie de la réserve partielle

Alfred Marshall (1888) était un des premiers partisans de la théorie de la réserve partielle. Il a témoigné devant une commission gouvernementale sur le rôle des banques comme suit :

“Je devrais indiquer quelle proportion des dépôts qu’une banque peut prêter et quelle proportion de ses prêts devient à son tour un dépôt auprès d’elle ou d’autres banques et vice versa quelle proportion des prêts d’autres banques devient un dépôt. Il en résulte une progression géométrique ; l’effet final est le suivant : si chaque banque prête les deux tiers de ses dépôts sous forme de crédit, les banques auront la possibilité d’augmenter le volume total de crédit d’un facteur trois”.

Marshall (1888), cité par Yohe (1995, p. 530)

Il a donc contredit les arguments de Macleod. Toutefois, le point de vue de Marshall à son époque était encore minoritaire. Après la fin de la Première Guerre mondiale, un certain nombre d’économistes influents ont déclaré que “ l’ancienne théorie” (Phillips, 1920 : 72) de la création de crédit par les banques individuelles était fausse. Son point de vue a peu à peu gagné en influence. “La théorie de l’expansion des dépôts a culminé avec la publication de CA Phillips’ Bank Credit…”

(Goodfriend, 1991, cité par Yohe, 1995, p. 532)

Phillips (1920) explique qu’il est important de faire la distinction entre la possibilité théorique d’une banque individuelle de “produire” de l’argent en prêtant à partir des liquidités et réserves excédentaires et la capacité du système bancaire dans son ensemble à en faire autant. Il a expliqué l’ “ancienne théorie” (la théorie de la création de crédit)

“était fondée sur l’affirmation selon laquelle une banque serait en mesure de prêter de multiples montants de liquidités nouvellement acquises et détenues au moment où le prêt a été accordé.

En fait, cependant, une banque représentative dans un système peut normalement [seulement] accorder des crédits qui sont approximativement égaux à ce montant d’argent. (S. 72) {21}

Selon Phillips (1920), les banques individuelles ne peuvent pas créer du crédit ou de l’argent, mais le système bancaire dans le collectif, si les réserves sont “divisées en petits fragments et réparties dans le système bancaire. Grâce au processus de distribution, la base de l’expansion du crédit est créée plusieurs fois.” (p. 40) Chaque banque en tant que telle doit d’abord être considérée comme un intermédiaire financier : “… le banquier… fait principalement du commerce avec les moyens d’autrui” (p. 4-5). Phillips explique que chaque banque agit en fin de compte comme intermédiaire, prêtant autant d’argent qu’elle en a en espèces, parce que les banques recherchent un certain ratio entre l’encaisse et les dépôts ou les réserves et les dépôts (comme expliqué dans le modèle multiplicateur) qu’elles souhaitent respecter. Par le processus de distribution et de répétition, l’association de banques individuelles, qui ne sont que des intermédiaires financiers et n’ont pas la capacité de créer du crédit, la capacité d’accroître la masse monétaire {22}.

Crick (1927) est d’accord avec cette conclusion (avec quelques petites limites). C’est ce qu’il a expliqué :

“Le point important, qui est à l’origine d’une grande partie de la controverse et de la plupart des malentendus, est que si une banque recevant des liquidités supplémentaires ne peut pas immédiatement ajouter un multiple entier à ses dépôts, l’effet cumulatif de ces liquidités supplémentaires génère un multiple entier aux dépôts de l’ensemble des banques. (p. 196)

“En résumé, tant que les banques maintiennent un rapport fixe entre les liquidités et les dépôts, elles ne sont que des sbires passifs de la politique de la Banque d’Angleterre en ce qui concerne la masse monétaire sous la forme de prêts. … Les banques… ont très peu de marge de manœuvre en ce qui concerne leurs propres politiques d’expansion ou de contraction des dépôts, mais elles ont très peu de marge de manœuvre en ce qui concerne l’utilisation des fonds entre prêts, placements et autres actifs. Mais cela ne signifie pas pour autant que les banques ne peuvent pas procéder et ne procèdent pas à une augmentation ou à une diminution multiples de tous les dépôts sur la base de l’expansion ou de la réduction de la trésorerie”. (p. 201).

Le rôle des banques est resté controversé dans les années 1920 et 1930, plusieurs auteurs ayant critiqué la théorie de la création de crédit. Non seulement les points de vue divergeaient, mais ils étaient également en pleine évolution, car certains experts semblent avoir progressivement changé d’avis, s’éloignant de plus en plus de la théorie de la création de crédit dans son ensemble au profit de la théorie de la réserve partielle.

Sir Josiah C. Stamp, ancien directeur de la Banque d’Angleterre, a résumé l’état du débat dans son rapport intitulé Revue d’un article de Pigou (1927) :

“L’opinion publique sur la question apparemment simple : “Les banques peuvent-elles créer du crédit et, dans l’affirmative, comment et dans quelle mesure ?” est actuellement très divisée entre les enseignements du Dr Leaf et de M. McKenna, M. Keynes, M. Hawtrey, M. Cassel, M. Cannan et M. Gregory. Les gens n’ont pas encore trouvé de réponse claire.”

Stamp (1927, p. 424)

Dennis Robertson (1926), influencé par Keynes (1930), explique que l’importance de la réserve partielle et les mécanismes permettant de déterminer l’action d’une banque en fonction de sa préférence pour la détention de liquidités et de réserves, ont également contribué à ce débat {23}. Il explique, en conjonction avec le niveau des réserves des banques centrales, les mécanismes plutôt prédéfinis postulés par le multiplicateur monétaire dans un modèle partiel de réserves :

“Par exemple, dans les pays où le ratio réserves/dépôts est quelque peu figé par la loi ou par les coutumes, on dépend des facteurs qui déterminent le montant de ces réserves lorsque M, le montant de la monnaie comptable, est finalement déterminé. (p. 77)

Keynes (1930) soutient également un concept clé de la théorie des réserves partielles, à savoir que les banques collectent des dépôts et en déposent une partie auprès de la banque centrale, ou retirent une partie de leurs réserves auprès de la banque centrale afin de les prêter à des agents économiques qui ne sont pas des banques :

“Si une banque dispose d’un excédent de crédit auprès de la Banque d’Angleterre par rapport à ses besoins normaux, elle peut accorder des crédits supplémentaires aux entreprises commerciales et industrielles et ces crédits supplémentaires peuvent fournir des dépôts supplémentaires (pour l’emprunteur ou celui à qui il effectue le transfert) dans le bilan de cette banque ou d’une banque différente.

Keynes (1930, volume 2, p. 218)

Keynes indique ici que les nouveaux dépôts sur la base des nouveaux crédits, en fonction du solde des réserves, sont détenus par la banque concernée auprès de la banque centrale. Ce point de vue est parfois partagé par les banquiers centraux d’aujourd’hui, comme par exemple dans la proposition de Paul Tucker ou celle de la BCE d’introduire des taux d’intérêt négatifs pour les banques afin de les inciter à laisser leur argent à la banque centrale et à accorder des crédits {24}. Néanmoins, une partie des travaux de Keynes (1930) et surtout son ouvrage le plus influent, sa Théorie générale (1936), semblent s’orienter davantage vers la théorie de l’intermédiaire financier, dont il sera question dans la section qui suit. Les travaux de Lutz (1939), qui a publié dans Economica, un forum pour certains de ces débats à l’époque, constituent un exemple représentatif de la théorie des réserves partielles qui, en même temps, va dans le sens de la théorie des intermédiaires financiers : “L’expansion du système économique conduit à une augmentation des dépôts à une valeur bien supérieure au montant des espèces en circulation, simplement parce que les mêmes espèces sont déposées encore et encore dans le système bancaire. … Le fait que les statistiques bancaires montrent une somme de dépôts largement supérieure au montant des espèces dans le système bancaire n’est donc pas en soi un signe que les banques ont créé toute cette différence. Cette conclusion est clairement implicite dans la théorie de l’ «expansion multiple” de la création de dépôts bancaires (à la manière de Phillips ou Crick). Cette théorie explique la création des dépôts par le fait que les mêmes espèces (en montants décroissants) sont déposées successivement dans différentes banques. Toutefois, elle considère ce mouvement de trésorerie comme une question purement technique entre les banques… qui disparaîtrait si les différentes banques étaient fusionnées en une seule. Dans ce cas, les dépôts devraient être considérés comme s’ils avaient été effectivement créés. Dans notre exemple, nous supposons dans ce qui suit qu’il n’y a qu’une seule banque. Néanmoins, les dépôts augmenteraient parce que le même argent serait déposé par le public à maintes et maintes reprises. … La véritable cause de l’expansion est le crédit commercial que les producteurs s’accordent mutuellement. … La banque joue le rôle d’un simple courtier.”

“… Cela semble conduire non pas à une théorie nouvelle mais à une théorie très ancienne sur la fonction des banques : la fonction d’un simple intermédiaire…” (p. 166 et suivantes)

“L’idée moderne selon laquelle les banques sont capables de créer des dépôts a surpris la plupart des économistes du XIXe siècle. Si nous abordons cette idée moderne selon ce qui vient d’être dit, nous constatons que tout cela se transforme et conduit largement aux mêmes éléments que les auteurs précédents ont décrits comme le noyau de la banque : la confiance, qui amène les opérateurs économiques à se prêter mutuellement et à utiliser la banque comme intermédiaire”. (p. 169)

L’influence de Phillips était en effet significative. Aussi en 1995, Goodfriend affirme toujours que

“…Phillips a montré que l’examen de la somme de la création de prêts et de dépôts dans toutes les banques individuelles donne la formule d’expansion pour le système dans son ensemble. Le récit définitif de Phillips détermine une fois pour toutes la Théorie telle qu’elle apparaît dans les manuels économiques d’aujourd’hui.”

Réimpression dans Yohe (1995, p. 535)

De telles déclarations sont devenues courantes dans les années 1950 et 1960. Au fil du temps, la théorie des réserves partielles est devenue la description dominante du fonctionnement du système monétaire et bancaire dans les manuels scolaires. Il n’existe pas de livre d’après-guerre plus représentatif et influent que celui de Samuelson (1948). La première édition originale contient une description claire de la théorie de la réserve partielle : sous le titre “Les banques peuvent-elles vraiment créer de l’argent ?”, Samuelson rejette avant tout “des explications encore répandues et fausses” (p. 324) :

“Selon ces fausses déclarations, les gestionnaires d’une banque ordinaire peuvent prêter plusieurs dollars pour chacun des dollars de leurs dépôts en utilisant leur stylo plume. Il n’est pas étonnant que les banquiers pratiques voient rouge lorsque de telles actions leur sont attribuées. Ils aimeraient pouvoir le faire. Comme tout banquier le sait, il ne peut pas investir de l’argent qu’il n’a pas ; et que l’argent qu’il investit dans l’achat d’u garantie ou dans l’octroi d’un prêt, quitte sa banque très bientôt.” (p. 324)

Samuelson explique qu’une banque a d’abord besoin de fonds avant de pouvoir accorder des prêts bancaires. Ce n’est pas conforme à la théorie de la création de crédit. Cependant, Samuelson explique que le système bancaire considère l’argent dans son ensemble, il crée de l’argent. Il illustre son explication par l’exemple d’une “petite banque”, avec l’exigence d’une réserve minimum de 20% et en tenant compte des comptes de la banque (B / S). Si cette banque reçoit de nouveaux dépôts en espèces de 1 000 $, demande Samuelson (p. 325) “Que peut faire la banque alors » ?

“Peut-elle ajouter 4 000 $ à ses prêts et investissements ?”

“La réponse est clairement “non”. Pourquoi pas ? Parce que les actifs et les passifs correspondent au bilan. Les réserves de liquidités ne satisfont pas à l’exigence légale d’une réserve minimale de 20 % du total des dépôts. Correct. Mais comment la banque paie-t-elle les investissements ou les actifs qu’elle acquiert ? Comme tout le monde, elle émet un chèque à l’ordre de la personne qui vend l’obligation ou le titre. … L’emprunteur dépense l’argent pour le travail et le matériel ou peut-être pour une voiture. L’argent devra donc être versé par la banque très rapidement. Une banque ne peut pas avoir les deux. Le tableau 4b donne donc une image complètement fausse de ce qu’une seule banque peut faire.” (p. 325

ff.)

Au lieu de cela, Samuelson explique qu’une seule banque ne peut pas créer du crédit à partir du néant parce que tout l’argent prêté quitte la banque :

“En ce qui concerne la première banque, c’est fini. Leurs réserves légales sont tout juste suffisantes pour faire face à leurs dépôts. “Elle ne peut rien faire tant que le public n’a pas décidé de déposer plus d’argent.” (p. 326)

D’autre part, Samuelson insiste sur le fait que

“Le système bancaire dans son ensemble fait ce que toutes les petites banques ne peuvent pas faire !” (p. 324),

qui est de créer de l’argent. Samuelson l’explique par le processus itératif d’octroi de prêts d’une banque (basé sur les dépôts précédents), qui deviennent les dépôts d’une autre banque, etc. Il montre “cette série de création de dépôts” dans un tableau qui, en raison de l’exigence de réserves obligatoires de 20%, ce qui implique un “multiplicateur monétaire” de 5 (en supposant qu’il n’y ait aucune perte en espèces), dans le système bancaire dépôts se chiffrent à 5000 $ (des 1000 $). Ce que Samuelson appelle “l’expansion des dépôts multiples” revient un demi-siècle plus tard de la même manière et avec une similitude remarquable dans la quinzième édition de son livre (Samuelson et Nordhaus, 1995), si ce n’est que la réserve minimale mentionnée dans l’exemple a été réduite à 10 % : ” Toutes les banques ensemble peuvent faire ce qu’un individu ne peut faire “. (p. 493) Il y a des différences subtiles mais importantes. La section consacrée à ce sujet en 1995 est beaucoup plus importante que la section de 1948, beaucoup plus courte. Les manuels modernes disent que les réserves créées par les banques centrales servent de “point de départ” aux banques et qu’elles sont “transformées” en un “montant beaucoup plus important de monnaie scripturale” (p. 490). Au lieu de cela, chaque banque est représentée sans ambiguïté comme un intermédiaire financier pur, qui prête des dépôts pour récolter des dépôts et prêtent ceux-ci (moins les réserves minimales) {26}. La théorie de la réserve partielle est devenue courante :

“Toute petite banque est limitée dans sa capacité de prêter et d’investir. Elle ne peut prêter ou investir plus que ce qu’elle a reçu des déposants.” (p. 496)

Dans l’intervalle, les dépôts bancaires sont “mis à disposition ” par le “système financier “des banques à travers un processus abstrait sur lequel les banques individuelles n’ont que peu de contrôle (p. 494). Sans ambiguïté, la théorie de la réserve partielle semble provenir des années postérieures à 1950. Elle est décrite à la figure 1.

Figure 1

La théorie de la réserve partielle, telle que présentée dans de nombreux manuels scolaires

Dans cette présentation, les fonds circulent entre le public, les banques et la banque centrale sans obstacles. Chaque banque est un intermédiaire financier, mais globalement, en raison du système de réserves partielles, l’argent est créé (multiplié) dans le système bancaire. Plus précisément, toute banque individuelle ne peut accorder un crédit que si elle a déjà reçu de nouvelles réserves, dont une partie doit toujours être déposée auprès de la banque centrale. La banque individuelle n’est en mesure d’accorder des prêts qu’en fonction de ses réserves excédentaires, comme le montrent d’importants manuels scolaires. Pour reprendre les mots de Stiglitz (1997) :

“Il devrait être clair qu’aucune banque ne peut à elle seule multiplier ses dépôts s’il y a plusieurs banques. Il se peut que certaines banques ne soient pas conscientes du rôle qu’elles jouent dans le processus de création de dépôts multiples. Tout ce qu’elles voient, c’est que leurs dépôts ont augmenté et qu’elles sont capables d’accorder plus de crédit.” (p. 737)

Dans un autre manuel sur l’argent et les banques :

“Dans cet exemple, une personne dépose 100 000 $ à la banque 1 en tirant un chèque d’une autre banque. Comme ce dépôt génère immédiatement des réserves excédentaires, il sera possible pour la Banque 1 d’accorder d’autres prêts. La Banque 1 prête les réserves excédentaires pour gagner des intérêts. Une banque ne prêtera pas plus que ses réserves excédentaires parce qu’elle dispose d’une certaine réserve légale. “Je dois avoir une réserve minimum”. Miller et VanHoose (1993, p. 331)

Toutefois, le dépôt d’un chèque d’une autre banque n’augmente pas le “montant total des dépôts et de l’argent” :

“Rappelez-vous, cependant, que le dépôt était un chèque émis par une autre banque. Pour l’autre banque, cela signifie une réduction de ses dépôts et réserves. Alors que le total de l’actif et du passif de la Banque 1 a augmenté de 100 000 $, celui de l’autre banque a diminué de 100 000 $. Ainsi, le montant total de la monnaie et du crédit dans l’économie reste inchangé lorsque les fonds sont transférés d’un établissement de crédit à un autre. Chaque établissement de crédit ne peut créer du crédit (et des dépôts) que dans la limite de ses réserves excédentaires. Il faut se rappeler qu’aucune nouvelle réserve n’est créée lorsqu’une banque émet un chèque et qu’il est déposé auprès d’une autre banque. Mais la Réserve fédérale peut créer de nouvelles réserves.” (p. 331)

Le manuel de Heffernan (1996) dit :

“En résumé, toutes les banques modernes servent d’intermédiaires entre les emprunteurs et les prêteurs, mais elles peuvent le faire de diverses façons, depuis la collecte et le prêt traditionnels de dépôts jusqu’à la prestation de services financiers à commission. (p. 18)

“Pour la banque qui collecte ces fonds excédentaires, il existe une possibilité de profit en prêtant selon le principe de la réserve partielle, c’est-à-dire qu’elle prête de l’argent à un taux d’intérêt supérieur au taux de dépôt et couvre également le risque et les frais d’intermédiation. (p. 20)

Même si la théorie de la réserve partielle a réussi à gagner de nombreux adeptes, ce qui en fait encore aujourd’hui un élément important et influent, elle n’est pas vraiment célèbre pour sa clarté :

“Le problème de la façon dont le système bancaire augmente le volume total des fonds en circulation, tout en limitant sévèrement la capacité des banques individuelles à prêter, s’est révélé l’un des plus troublants pour les auteurs qui ont écrit sur la théorie bancaire.

Mints (1945, p. 39)

Plusieurs tentatives ont été faites pour résoudre ces difficultés dans le cadre de la théorie des réserves partielles, comme celle de Saving (1977), qui a formulé le montant des dépôts bancaires en fonction du comportement des épargnants, faisant valoir que la monnaie est endogène. En fin de compte, cela a fait passer la fonction d’intermédiaire de la banque individuelle au niveau de l’économie dans son ensemble, ouvrant la voie à la formulation de la théorie de l’intermédiaire financier que nous examinons maintenant.

2.3 La théorie de l’intermédiaire financier

Bien que la théorie de la réserve partielle ait été très influente des années 1930 aux années 1960, Keynes a dû semer le doute. Déjà dans son Traité sur la monnaie Keynes (1930), il utilisait des guillemets pour faire référence de manière suggestive à “La “création” de monnaie bancaire” (titre d’un chapitre). Cet artifice rhétorique, salué par l’expert comme le premier économiste mondial, implique la désapprobation et le ridicule de l’idée que les banques pourraient créer de l’argent à partir du néant. Ce moyen a été utilisé et emprunté par de nombreux autres auteurs à Keynes, qui a également souligné le rôle des banques en tant qu'”intermédiaires financiers”. Selon Keynes :

“Un banquier est en mesure de prêter ou d’investir une grande partie (près de 90%) des fonds crédités à ses clients sous forme de dépôts. Dans la mesure où ses dépôts sont des dépôts d’épargne, il n’agit qu’en tant qu’intermédiaire dans le transfert du capital obligataire. En ce qui concerne les dépôts en espèces, il collecte des fonds tant pour ses déposants que pour ses emprunteurs. Ainsi, une banque moderne offre deux types de services distincts. Elle se substitue à l’argent de l’État en agissant comme chambre de compensation et en effectuant les paiements courants entre ses différents clients au moyen d’écritures de débit et de crédit. Toutefois, elle agit également en tant qu’intermédiaire pour un type particulier d’opération de crédit en recevant du public des dépôts qu’elle utilise pour acheter des titres ou pour accorder des crédits à l’industrie et au commerce, principalement pour satisfaire ses besoins en fonds de roulement.

Cette dualité de fonctions est la clé de certaines des difficultés de l’économie moderne et la source de graves erreurs de pensée.”

Keynes (1932, p. 470)

Le Treatise de Keynes semble dire quelles sont les deux fonctions des banques : soit en tant qu’intermédiaire financier pour effectuer les règlements pour le commerce, soit en tant qu’intermédiaire financier pour collecter et prêter l’essentiel des dépôts. Il ne semble pas y avoir de création d’argent dans le jeu, surtout pas au niveau d’une seule banque. L’ouvrage le plus influent de Keynes, Théorie Générale (Keynes, 1936), a rapidement éclipsé son précédent Traité de la monnaie, surtout en ce qui concerne son influence sur le débat public. En théorie générale, Keynes n’a pas mis l’accent sur les banques qu’il prétend maintenant être des intermédiaires financiers, qui doivent collecter des dépôts avant de pouvoir accorder des prêts :

“L’idée que la création de crédit par le système bancaire permet de réaliser des investissements qui ne s’accompagnent pas d'”épargne réelle” ne peut provenir que du fait que l’une des conséquences de l’augmentation du crédit bancaire, à l’exclusion des autres, est mise en évidence … et il est impossible que l’intention de l’entrepreneur qui a emprunté pour augmenter ses investissements (s’il ne s’agit pas d’un investissement qui aurait autrement été réalisé par d’autres entrepreneurs) se réalise plus rapidement que le public décide d’augmenter son épargne. … Nul ne peut être contraint de détenir l’argent supplémentaire correspondant au nouvel emprunt bancaire s’il ne préfère délibérément détenir plus d’argent que toute autre forme de richesse. … L’opinion démodée selon laquelle l’épargne exige toujours l’investissement est donc, bien qu’incomplète et trompeuse, essentiellement plus saine que l’opinion nouvelle selon laquelle on peut épargner sans investir ou investir sans épargner “réellement”.

Keynes (2009, p. 71 et suiv.)

Schumpeter (1954) commente ce changement du point de vue de Keynes :

Le “prêt bancaire créateur de dépôts et son rôle dans le financement des investissements sans épargne préalable du montant du prêt a pratiquement disparu de la comptabilité analytique de la Théorie Générale, mais le public épargnant apparaît sur scène. Le keynésianisme orthodoxe est en effet revenu à l’ancienne vision… Que ce miracle soit un progrès ou une régression, chaque économiste doit pouvoir en décider par lui-même” (p. 1115, en italique dans l’original).

Au début de l’après-guerre, nous avons constaté une influence sans précédent de la théorie générale de Keynes et une école de pensée keynésienne qui a réussi à ignorer les travaux antérieurs de Keynes sur la création de crédit bancaire est devenue dominante dans la science. Il n’est pas surprenant qu’un ancien grand partisan de la théorie de la création de crédit et de la théorie des réserves partielles ait changé d’avis sur la nouvelle théorie de l’intermédiaire financier, que d’autres ont suivi.

Gurley et Shaw, 1955 et Gurley et Shaw, 1960, ont mis en avant une remise en question influente de la théorie des réserves partielles. Ils ont rejeté le point de vue selon lequel “les banques, par leur capacité à créer elles-mêmes du crédit, sont différentes des autres intermédiaires qui, à la différence des banques, exercent une fonction modeste de courtier afin d’obtenir du crédit qui sont en quelque sorte générés ailleurs.” (1955, p. 521) Outre les moyens rhétoriques habituels de dénigrer les théories alternatives, le véritable argument de Gurley et Shaw était que les banques ne devraient pas être considérées comme “spéciales” parce que leur fonction d’intermédiaires financiers est identique à celle des autres intermédiaires financiers :

“Il existe de nombreuses similitudes entre le système monétaire et les intermédiaires non monétaires, et les similitudes sont plus importantes que les différences. Les deux types d’institutions financières créent des réclamations financières ; et les deux peuvent créer des obligations spécifiques multiples à l’égard de tout type d’actif qu’elles détiennent.

Gurley et Shaw (1960, p. 202)

Les banques et le système bancaire, nous dit-on, sont comme les autres institutions financières, elles doivent d’abord collecter des dépôts et sont ensuite en mesure de les prêter. Selon ce point de vue, le rôle particulier des banques n’est qu’un vestige d’une réglementation dépassée qui traite particulièrement les banques. C’est pourquoi, selon eux, la Réserve fédérale devrait étendre son rôle de surveillance au groupe croissant d’institutions financières non bancaires, en les traitant de la même manière que les établissements de crédit. Les premiers défis lancés par les partisans de la théorie des réserves partielles (voir Guttentag & Lindsay, 1968) ont été balayés dans les années 1960, lorsque James Tobin, une étoile montante de l’économie, a pris clairement position et proclamé une ” nouvelle vision ” différente des banques, formulant ainsi la version moderne de la théorie des intermédiaires financiers.

“Tobin (1963), debout sur les ruines en 1963 pour présenter la “nouvelle vision” des banques commerciales, avec Gurley et Shaw contre la vision traditionnelle.”

Guttentag et Lindsay (1968, p. 993)

Comme Keynes, Alhadreff et d’autres avant lui, Tobin se référait exclusivement entre guillemets à la création de crédit bancaire et utilisait des moyens rhétoriques pour ridiculiser l’idée que les banques, individuellement ou collectivement, pouvaient créer argent et crédit. Tobin (1963) explique :

“Ni individuellement ni collectivement, les banques commerciales ne possèdent un chapeau magique”. (Dans l’original anglais : «widow’s cruse“ (p. 412)

“La distinction entre les banques commerciales et les autres intermédiaires financiers est trop forte. Les différences sont graduelles, mais non catégoriques… En particulier, les différences qui existent ont peu en commun avec la nature monétaire des engagements bancaires… Les différences concernent essentiellement les réserves obligatoires spécifiques et les plafonds de taux d’intérêt auxquels les banques sont soumises. Toute autre institution financière assujettie au même type de réglementation se comporterait presque de la même façon”. (p. 418)

Les banques semblent être différentes simplement parce que les régulateurs ont décidé à tort de créer des règles spéciales pour elles. Selon Tobin, “les banques commerciales sont différentes parce qu’elles sont contrôlées et non l’inverse” (Guttentag & Lindsay, 1968, p. 993). Le modèle de portefeuille de Tobin et Brainard (1963) ne fait aucune distinction entre les banques et les autres intermédiaires financiers qui ne sont pas des banques, d’autant plus qu’il ignore complètement le rôle des banques et qu’il a beaucoup contribué à la vision dominante moderne des modèles économiques sans banques.

Branson (1968) a développé la nouvelle approche de Tobin, qui était populaire dans les principaux magazines. Guttentag et Lindsay (1968) ont écrit dans le Journal of Political Economy que malgré le défi de Gurley et Shaw (1955) “le problème de l’unicité reste non résolu” (p. 992). Le rôle et l’influence des banques, selon eux, diffèrent de ceux des intermédiaires financiers,

qui ne sont pas des banques, car ” les banques commerciales ont plus de possibilités que les autres intermédiaires financiers de modifier le volume total des prêts ” (p. 991). “Ces points justifient le contrôle spécial des banques commerciales qui va au-delà de la nécessité de prévenir la panique financière. C’est la justification qui a été recherchée par les défenseurs de l’opinion traditionnelle selon laquelle les banques commerciales sont ” uniques ” depuis le défi de Gurley et Shaw.” (p. 991)

Sans hésitation, Tobin (1969) a confirmé son point de vue dans un article qui devait étayer son approche de l’équilibre du portefeuille pour les marchés financiers, dans lequel il est argumenté que les marchés financiers constituent un réseau complexe de prix et de biens où les banques font partie des nombreux intermédiaires financiers sans rôle particulier.27}.

Il s’agissait du premier article paru dans le premier numéro de la nouvelle revue, le Journal of Money, Credit and Banking. Bien que le nom suggère une ouverture à diverses théories, seuls des articles qui ne soutiennent pas la théorie de la création de crédit et qui sont conformes à la théorie de l’intermédiaire financier ont été publiés. C’est également le cas de la plupart des autres revues classées comme “revues de référence” en économie (par exemple la liste évaluée par l’Association of Business Schools du Royaume-Uni). L’approche de l’équilibre du portefeuille, qui considère toutes les institutions financières comme de simples gestionnaires de portefeuille, a pris le dessus. C’est ainsi que la théorie de l’intermédiaire financier est devenue la croyance dominante parmi les économistes du monde entier.

Les défenseurs modernes de la théorie omniprésente des intermédiaires financiers comprennent, entre autres : Klein (1971), Monti (1972), Sealey et Lindley (1977), Diamond et Dybvig, 1983, Diamond, 1984, Diamond, 1991 et Diamond, Spring 2007, Eatwell, Milgate et Newman (1989), Gorton et Pennacchi (1990), Bencivenga et Smith (1991), Bernanke et Gertler (1995), Rajan (1995), Rajan (1998), Myers et Rajan (1998), Allen et Gale, 2000, Allen et Gale, 2004a et Allen et Gale, 2004b, Allen et Santomero (2001), Diamond et Rajan (2001), Kashyap et al., 2002 et Hoshi et Kashyap 2004, Matthews et Thompson (2005), Casu et Girardone 2006 et Dewatripont et al, 2010, Gertler et Kiyotaki (2011) et Stein (2014). Il y en a bien d’autres : il est impossible de les énumérer complètement, car la grande majorité des articles publiés au cours des trente à quarante dernières années dans les principaux magazines économiques et financiers avaient pour prémisse la théorie des intermédiaires financiers. {28}

Pour ne citer que quelques exemples, Klein (1971), Monti (1972) (devenu par la suite Commissaire européen et Premier ministre italien) et d’autres banques en tant qu’intermédiaires financiers qui collectent des dépôts et prêtent ces fonds comme crédit

“La Banque dispose de deux sources principales de financement : les fonds propres initialement investis… et la dette garantie par l’émission de divers types de dépôts…”

Klein (1971, p. 208)

Diamond et Dybvig (1983) sont cités comme les pionniers dans le domaine bancaire ; ils expliquent que “l’illiquidité des actifs est la base logique à la fois de l’existence des banques et de leur sensibilité à la ruée” (p. 403). Mais en fait, leur théorie ne fait aucune différence entre les banques et les non-banques. Ils ne sont donc pas en mesure d’expliquer pourquoi nous entendons parler de “ruée vers les banques” mais pas de “ruée vers les assurances” ou de “ruée vers les sociétés financières”, même s’ils détiennent également des actifs non liquides et accordent des prêts. Diamond et Dybvig ne parviennent pas à déterminer ce que les banques pourraient faire en particulier, parce qu’ils supposent qu’elles n’existent pas.

D’autres théories sur les banques en tant qu’intermédiaires financiers sont présentées par Mayer (1988) et Hellwig, 1977, Hellwig, 1991 et Hellwig, 2000, qui croient aussi que les banques ne sont que des intermédiaires financiers :

“L’analyse utilise le modèle original de Diamond (1984) de contrats financiers avec une supervision déléguée. … On suppose que la supervision est trop coûteuse pour être utilisée par les nombreux ménages qui sont nécessaires pour financer une entreprise ou un intermédiaire. Toutefois, un financement direct des entreprises peut être déterminé sur la base d’amendes non pécuniaires par le biais d’argent intermédié sous la supervision des entreprises par un intermédiaire qui reçoit l’argent des ménages au moyen de contrats qui sont des amendes non pécuniaires”.

Hellwig (2000, p. 721 et suiv.)

Le banquier Heffernan (1996) dit :

“L’existence d’une banque “traditionnelle” qui sert d’intermédiaire entre l’emprunteur et le prêteur et offre des services de paiement à ses clients cadre bien avec la théorie de Coase.”

(p. 21)

Ou un manuel de référence sur l’économie et la finance internationales, par Krugman et Obstfeld (2000) :

“Les banques utilisent les fonds des déposants pour accorder des prêts et acheter d’autres actifs…” (p. 659)

Un ouvrage de référence largement lu sur les banques et la monnaie – le New Palgrave Money (Eatwell et al., 1989) – contient une série d’articles rédigés par d’éminents économistes monétaires et experts bancaires. Baltensperger (1989) y défend clairement la théorie de l’intermédiaire financier

“Le rôle du crédit en tant que tel doit être clairement séparé du rôle économique des établissements de crédit, tels que les banques, qui jouent le rôle d’intermédiaires spécialisés sur le marché du crédit en achetant et en vendant en même temps des instruments de crédit (de nature et de qualité différentes). Étant donné que les emprunteurs finaux et les prêteurs peuvent en principe faire des affaires directement entre eux sans l’assistance d’un tel intermédiaire, la fonction de ces intermédiaires doit être considérée comme distincte du crédit en tant que tel. On peut distinguer deux fonctions principales de ces institutions.

La première est la fonction de consolidation et de transformation des risques. … La deuxième fonction principale de ces institutions est d’agir en tant que courtiers sur les marchés du crédit. En tant que telles, elles se spécialisent dans la production d’opérations à terme intertemporelles et doivent leur existence à leur capacité à instaurer une coopération entre créanciers et débiteurs à un coût inférieur à celui des opérations directes”. (p. 100 et suivantes)

En fait, presque tous les auteurs de cet ouvrage de référence décrivent les banques comme de purs intermédiaires financiers, y compris Goodhart (1989) :

“La ” médiation ” désigne généralement l’intermédiation d’une institution financière dans le processus de transfert de fonds entre l’épargnant réel et l’emprunteur final. … La non-intermédiation se produit lorsque l’intervention a lieu – généralement par les autorités publiques dans le but de contrôler ou de réguler la croissance des intermédiaires financiers. Cela réduit les avantages qu’ils tirent de la prestation de services financiers et stimule les transferts et les transactions financières à d’autres canaux. … Un exemple serait que la lourdeur des exigences de réserves obligatoires pour les banques les amène à augmenter la marge (l’écart) entre les taux des dépôts et des prêts, “d’assurer leur rentabilité, à tel point que les emprunteurs les plus solvables sont motivés à emprunter de l’argent à court terme directement auprès des épargnants, par exemple sur le marché des valeurs mobilières”. (p. 144)

Myers et Rajan (1998) écrivent :

“Nous modélisons l’intermédiaire comme une banque qui emprunte de l’argent à un certain nombre d’investisseurs individuels pour sa propre activité principale et le prête à des projets. … Même si la banque peut obtenir plus de l’emprunteur final, elle doit financer ces prêts en empruntant à des investisseurs individuels.” (p. 755)

Allen et Santomero (2001) écrivent dans leur ouvrage intitulé «Que font les intermédiaires financiers ?

“Dans le présent document, nous utilisons ces observations comme point de départ pour examiner ce que font les intermédiaires financiers. Il est, bien entendu, essentiel que les systèmes financiers remplissent la fonction de réaffectation des ressources, des opérateurs économiques disposant de ressources excédentaires (épargnants) aux opérateurs économiques ayant des besoins de financement (emprunteurs)”. (p. 272)

Kashyap (2002) estime également que les banques sont de purs intermédiaires financiers qui ne diffèrent pas essentiellement des autres institutions financières qui ne sont pas des banques {29}.

Avec Stein (2014), il dit, bien qu’avec une certaine hésitation :

“….au moins dans certains cas, il semble que la taille d’une banque soit déterminée par ses dépôts et si ces dépôts sont accordés, la meilleure façon de les investir lui pose problème.” (p. 5)

“Dans l’ensemble, notre synthèse de ces faits stylisés est qu’il appartient aux banques de recevoir les dépôts et de les investir – dans des actifs à revenu fixe qui répondent à des exigences de risque et de liquidité spécifiques et bien définies et qui peuvent devenir des prêts ou des titres. (p. 7)

La théorie de l’intermédiaire financier inclut la “vision du crédit” en macroéconomie, qui propose un “canal de crédit bancaire” de transfert d’argent (Bernanke et Blinder, 1989 et Bernanke et Gertler, 1995), ainsi que les modèles macroéconomiques néoclassiques et nouveaux (dans la mesure où ils prennent en compte les banques). Dans ces modèles et pour la plupart des auteurs contemporains dans le domaine de l’économie et de la finance, les banques sont des intermédiaires financiers comme d’autres entreprises du secteur financier qui se concentrent sur la “transformation” de passifs présentant des caractéristiques particulières en actifs présentant d’autres caractéristiques (par exemple en termes de maturité, liquidité et taille) ou sur le “contrôle” des autres (Sheard, 1989, autre disciple de la théorie des intermédiaires financiers), mais qui ne reçoivent de crédit ni individuellement ni collectivement. C’est le cas de nombreux “post-keynésiens” qui expliquent que la masse monétaire est déterminée par la demande de monnaie. Elle s’applique également aux descriptions répandues, comme celles de Koo et Fujita (1997), qui soutiennent que les banques ne sont que des intermédiaires financiers :

“Mais ces institutions financières, qui sont les contreparties de la Banque du Japon, reçoivent leurs fonds principalement de l’argent que les déposants ont déposé chez elles. Ils ne peuvent pas transférer cet argent à des fins de consommation et d’investissement parce qu’ils doivent le prêter à un taux d’intérêt pour gagner de l’argent. Autrement dit, pour que cet argent puisse soutenir l’économie, ces institutions financières doivent le prêter aux entreprises et aux particuliers. Les emprunteurs doivent ensuite l’utiliser pour acheter des biens tels que des machines, des maisons ou des biens immobiliers, des services”. (p. 31)

Une étude récente d’Allen, Carletti et Gale (2014) porte sur l’argent – ne serait-ce que l’argent comptant recueilli par la banque centrale, alors que les banques sont de pures institutions financières qui ne peuvent créer ni argent ni crédit. Par conséquent, les principaux modèles de prévision utilisés par les décideurs n’incluent pas les banques (Banque d’Angleterre, 2014a). De plus, le sens originel de la création de crédit semble avoir été oublié dans la littérature moderne : Bernanke (1993) utilise souvent le terme “création de crédit” dans son article, mais il explique que ce concept est défini comme le “processus par lequel l’épargne est canalisée vers d’autres utilisations”, par exemple le “processus par lequel l’épargne est canalisée vers d’autres utilisations”, p. ex. courtage de dépôts d’épargne sous forme de prêts :

“La combinaison aléatoire d’événements et d’idées a aidé la plupart des économistes et des politiciens à mieux comprendre le rôle du crédit dans la macroéconomie. L’objectif de cette thèse est d’examiner plus précisément le rôle macroéconomique du crédit, plus précisément le processus de création de crédit, et d’interpréter certains développements actuels selon notre compréhension. Par processus d’origination de prêts, j’entends le processus par lequel, en échange de créances sous forme de titres, les dépôts d’épargne de certaines personnes ou entités sont mis à la disposition d’autres personnes ou entités (par exemple, pour faire des placements ou simplement consommer). Notez que je fais une distinction stricte entre le

La création de crédit, c’est-à-dire le processus par lequel les dépôts d’épargne sont canalisés vers d’autres usages et l’acte d’épargner lui-même… Dans ma conception approfondie du processus de création de crédit, j’inclus la création de valeur du secteur financier, y compris la collecte d’informations, l’enregistrement et le contrôle des activités requises pour accorder de bons prêts ou faire de bons investissements, ainsi qu’une grande partie de la distribution du risque, de la transformation de maturité et la fourniture de liquidité, attire les épargnants et favorise ainsi les fonctions de base du crédit et de l’investissement. Je veux également inclure dans ma définition du processus d’origination des prêts les activités des emprunteurs potentiels par le biais desquelles ils fournissent des informations sur eux-mêmes aux prêteurs : pour les entreprises, par exemple, la fourniture de données au public, la vérification interne ou externe, les décisions relatives à la structure du capital et certains aspects du gouvernement d’entreprise. L’efficacité du processus d’origination des prêts s’exprime par sa capacité à minimiser les coûts directs des prêts (par exemple, la masse salariale totale du secteur financier) et par la mesure dans laquelle il est capable de canaliser les dépôts d’épargne d’une économie vers les applications les plus productives. L’analyse macroéconomique traditionnelle part de l’hypothèse que ce processus d’origination des prêts, par lequel les fonds des épargnants finaux sont transférés aux emprunteurs, fonctionne assez bien et peut donc généralement être négligé”.

Bernanke (1993, p. 50 et suiv.)

Comme le dit Bernanke, les travaux qui supposent pour les banques qu’elles jouent un tel rôle d’intermédiaire financier ignorent souvent complètement les banques parce qu’elles ne peuvent être particulièrement importantes ou pertinentes dans l’économie. Beaucoup sont même allés jusqu’à cacher tout type de monnaie (il n’y a pas d’agrégats de masse monétaire dans Kiyotaki et Moore, 1997 et Woodford, 2003). Le manuel le plus largement utilisé pour le niveau avancé de maîtrise en économie dans les grandes universités britanniques en 2010 était celui de Romer (2006). À la page 3, Romer nous dit :

“Intégrer l’argent dans les modèles de croissance [économique] ne ferait que rendre l’analyse peu claire.” (p. 3)

2.4 Conclusion sur l’analyse bibliographique

Depuis les années 1960, il est devenu pratique courante de considérer les banques comme suit : elles ne sont pas considérées comme uniques et incapable de créer de l’argent. Conformément à la théorie de l’intermédiaire financier, elles sont de purs intermédiaires financiers comme les autres sociétés financières. En conséquence, les banques ont été abandonnées dans les modèles économiques et financiers et les modèles financiers supposent que les actions des banques n’ont pas d’effets macroéconomiques significatifs. La question de savoir d’où vient l’argent, comment la masse monétaire est créée et distribuée n’a pas été prise en compte. La recherche documentaire a permis d’identifier une progression graduelle des points de vue, de la théorie de la création de crédit à la théorie des réserves partielles, en passant par la théorie omniprésente des intermédiaires financiers d’aujourd’hui. L’évolution n’a pas été entièrement sans heurts ; plusieurs auteurs influents ont changé d’avis (parfois plusieurs fois) ou ont changé de théorie. Keynes, en tant qu’économiste influent, n’a guère contribué à clarifier ce débat, de sorte qu’il est possible de lui attribuer l’approbation de chacune des trois hypothèses qu’il semble avoir défendues l’une après l’autre. {30}

Certaines institutions, comme la Banque d’Angleterre, parviennent à faire des déclarations qui appuient ces trois théories. Nous concluons de cette étude de la littérature que les trois théories ont été représentées au cours du XXe siècle également par des esprits dirigeants de leur époque. Mais la déclaration de Sir Josiah Stamp (1927), directeur à la Banque d’Angleterre, semble toujours d’actualité, à savoir que ” l’opinion publique se pose la question apparemment simple : les banques peuvent-elles créer du crédit et si oui, comment et combien ? Malgré un siècle de théorisation en la matière, peu de progrès ont été réalisés dans l’établissement des faits sans ambiguïté. L’observation de 1968 selon laquelle cette question ne peut être considérée comme clarifiée est toujours valable. Il est possible que le pendule soit sur le point de passer de la théorie de l’intermédiaire financier à l’une des deux autres théories. Mais comment éviter que l’histoire ne se répète et que la guilde des économistes ne devienne une autre… Et si le XXIe siècle restait piégé dans des débats sans une certaine conclusion ? Comment résoudre le problème et dissiper la “confusion” ? L’une des causes de cet état de confusion est probablement la méthode utilisée en économie du XXe siècle, la méthode hypothético-déductive. Les “axiomes” non prouvés sont “postulés”, des hypothèses irréalistes sont ajoutées, puis un modèle théorique est construit à partir d’eux. Ceci peut être fait pour les trois théories et nous ne serions pas plus éclairés de savoir quelle théorie est la bonne. Comment pouvons-nous résoudre le problème ? La seule façon d’établir les faits est de quitter le monde des modèles théoriques déductifs et de laisser la réalité empirique agir comme arbitre de la vérité – conformément à la méthode inductive. En d’autres termes : Seules des données empiriques permettront de clarifier la question.

3. L’épreuve empirique

La façon la plus simple de concevoir un examen consiste à examiner la comptabilité interne d’une banque pendant le processus de prêt. Lorsque toutes les procédures nécessaires à l’octroi du crédit ont été effectuées (depuis le contrôle de légitimation ” Connaissez votre client ” jusqu’à la réglementation anti-blanchiment sur l’analyse du crédit, l’évaluation du risque et les négociations sur les détails du contrat de crédit) et les signatures du crédit ont été effectuées, le montant du crédit est crédité sur le compte de l’emprunteur. La question essentielle est de savoir si, comme condition préalable à cette opération comptable, le montant crédité est désormais déduit d’un autre compte, ce qui conduit à la réduction d’autres postes du bilan – soit des réserves (comme le prétend la théorie des réserves partielles), soit d’autres fonds (comme le prétend la théorie des intermédiaires financiers).

S’il était établi que la banque était en mesure de comptabiliser le montant du prêt de l’emprunteur sans retirer de l’argent d’un autre compte interne ou externe, cela constituerait une preuve prima facie que la banque a pu créer le montant du prêt du néant. Ce cas appuierait la création d’une théorie du de création du crédit et, par conséquent, la théorie selon laquelle la banque individuelle est un intermédiaire qui doit d’abord collecter des dépôts ou d’autres fonds avant de pouvoir accorder un crédit (conformément à la théorie de la réserve partielle ou à la théorie de l’intermédiaire financier) devrait être retenue.

3.1 Résultats prévus

Du fait du crédit de plus de 200 000 € pris par le chercheur, a priori, selon la théorie respective, les changements dans les registres de la comptabilité bancaire sont attendus :

a) la comptabilité de la Banque conformément à la théorie de la création du crédit

Selon cette théorie, les banques se comportent très différemment des intermédiaires financiers tels que les courtiers financiers parce qu’elles ne séparent pas les fonds des clients des fonds propres. L’argent “déposé” devient la propriété légale de la banque et le “déposant” est en fait un créancier de la banque, avec les créanciers généraux. En prêtant, la banque crée un dépôt imaginaire en créditant le montant du prêt sur le compte de l’emprunteur, même si aucun nouveau dépôt n’est effectué (création de crédit à partir du néant).

Le bilan de la Banque est étendu. Il n’y a pas de besoin immédiat de liquidités, de réserves de banque centrale ou de soldes auprès d’autres banques, car les réserves et les exigences de fonds propres ne doivent être satisfaites que sur certaines périodes d’observation. Les documents comptables sont présentés dans le tableau 1.

Tableau 1 : Taux d’affichage par prêt bancaire (selon la théorie de la création de crédit)

b) les documents comptables de la Banque conformément à la théorie de la réserve partielle

La particularité de cette théorie est qu’une seule banque ne peut pas créer du crédit à partir du néant. La Banque est un intermédiaire financier qui ne se distingue pas des autres intermédiaires financiers tels que les courtiers financiers ou les entreprises d’investissement. Toutefois, les banques seraient différentes sur un point, à savoir la manière dont elles sont réglementées : Les autorités de contrôle leur ont imposé une réglementation lourde. Il s’agit des réserves qui ne doivent être conservées à la banque centrale que par les banques mais pas par les autres institutions financières. Une banque ne peut accorder un crédit que si elle a précédemment reçu le même montant de réserves excédentaires, soit d’une autre banque dont les réserves ont ainsi diminué, ou de la banque centrale (tableau 2).

“Une banque ne peut prêter plus que ses réserves excédentaires, car la loi exige qu’elle conserve une certaine réserve minimum. … Chaque établissement de crédit ne peut créer des prêts (et des dépôts) que dans la limite de ses réserves excédentaires.”

Miller et VanHoose (1993, p. 331)

Tableau 2 : Taux d’affectation par emprunt bancaire (selon la théorie de la réserve partielle)

Selon Miller et VanHoose (1993, pp. 330-331), dans le cas d’un prêt de 200 000 €, l’évolution du bilan est présentée au tableau 2.

En d’autres termes, la banque doit d’abord vérifier ses réserves excédentaires afin de pouvoir accorder un crédit car, selon cette théorie, il s’agit d’une exigence et d’une restriction strictement obligatoires, ainsi que de la caractéristique distinctive de cette théorie. La banque ne peut pas prêter plus d’argent que ses réserves excédentaires et doit réduire ses réserves pour pouvoir prêter. (Comme je l’ai dit, le fait que l’extension du bilan soit causée par une augmentation des dépôts, qui augmente les réserves excédentaires, plutôt que par des prêts, constitue une autre caractéristique distinctive.) Lors de la mise en œuvre de la vérification empirique, il convient de s’assurer que la banque s’est assurée que le montant exact de ses réserves excédentaires n’est pas dépassé avant d’émettre le contrat de crédit ou de verser le montant du prêt. S’il s’avère que la banque ne l’a pas fait ou n’a pas réduit le niveau de ses réserves, cela va à l’encontre de la théorie des réserves partielles.

c) la comptabilité de la Banque conformément à la théorie de l’intermédiaire financier

Selon cette théorie, les banques, en ce qui concerne les paiements et les comptes, ne sont pas différentes des autres institutions financières qui ne sont pas des banques. Les réserves obligatoires ne sont pas pertinentes – une affirmation étayée par l’observation empirique selon laquelle un certain nombre de grandes économies comme le Royaume-Uni et la Suède ont aboli ces réserves obligatoires il y a de nombreuses années. Toutefois, les intermédiaires financiers au Royaume-Uni sont tenus, en vertu des règles de la FSA/FCA de gérer les fonds des clients, de tenir des comptes de dépôt pour les clients (une forme de dépôt, ce sont légalement des dépôts). Les dépôts des clients des intermédiaires financiers, tels que les entreprises d’investissement, les courtiers et autres, restent donc la propriété des déposants et doivent être conservés séparément des fonds propres des institutions financières, de sorte que les dépôts des clients ne figurent pas au passif du bilan. Si les banques ne sont que des intermédiaires financiers, qu’il est impossible de distinguer des autres intermédiaires, alors tous les fonds de la banque sont des avoirs de banque centrale détenus en réserve à la banque centrale ou déposés auprès d’autres banques. Les effets sur le bilan sont présentés dans le tableau 3 ci-dessous.

Tableau 3 : Affichage des taux par emprunt bancaire (selon la théorie de l’intermédiaire financier)

Selon cette théorie, le prêt ne prolonge pas le bilan : les fonds pour le prêt sont comptabilisés sur le compte de réserve de la banque centrale de la banque.

3.2 La mise en œuvre pratique de l’examen empirique

L’examen empirique est conçu sous la forme de la conclusion d’un véritable contrat de crédit par le chercheur. La Banque accorde le prêt et divulgue tous les documents comptables internes pertinents. Plusieurs banques du Royaume-Uni et d’Allemagne ont été contactées et invitées à participer à une étude scientifique sur les prêts bancaires.

Les grandes banques ont refusé de coopérer. En règle générale, deux raisons ont été avancées : la divulgation obligatoire de la comptabilité interne violerait le secret bancaire ou les règles de sécurité informatique ; deuxièmement, les volumes de transactions de la Banque seraient si importants que l’examen prévu serait très difficile à réaliser lorsqu’il s’agit de montants appropriés qui ne sont pas en contradiction avec les règles internes de gestion des risques de la Banque. Dans ce cas, il serait très difficile d’isoler une seule transaction dans le système informatique de la banque. Malgré diverses discussions avec un certain nombre de banques, les banques ont finalement rejeté la demande pour les raisons invoquées et ont également déclaré que les coûts d’exploitation de leurs systèmes et de contrôle des autres transactions possibles ne seraient pas supportables. Il a donc été décidé de se tourner vers des banques plus petites, qui sont nombreuses en Allemagne (il y a environ 1700 banques locales, surtout des petites banques en Allemagne). Chacune est titulaire d’une licence bancaire complète et fonctionne comme une banque universelle, fournissant au grand public tous les services bancaires essentiels, y compris le commerce des actions et des devises. Elle a été demandée à une banque locale dont le total du bilan s’élève à environ 3 milliards d’euros, ainsi qu’à une banque dont le total du bilan s’élève à environ 700 millions d’euros. Tous deux ont rejeté la demande pour les mêmes raisons que les grandes banques, mais on a fait valoir qu’une banque beaucoup plus petite pourrait être d’accord, avec l’avantage qu’il y aurait moins de transactions en une journée, ce qui faciliterait l’identification claire de la transaction dans l’examen empirique. Dans le même temps, la valeur des informations empiriques ne serait pas diminuée car toutes les banques de l’UE opèrent selon les mêmes règles européennes.

C’est ainsi que la Raiffeisenbank Wildenberg e.G., située dans une petite ville de Basse-Bavière, a été approchée. La banque emploie huit personnes à plein temps et est une banque coopérative au sein de Raiffeisen et de l’association des banques coopératives. Les deux directeurs, M. Michael Betzenbichler et M. Marco Rebl, ont tous deux accepté l’enquête, ainsi que de transmettre les registres internes disponibles de la comptabilité et la documentation des procédures. Une convention écrite a été signée confirmant que les transactions prévues font partie d’une étude scientifique empirique et que le chercheur ne s’enfuira pas avec les fonds s’ils sont transférés sur son compte personnel et que le prêt sera remboursé immédiatement après la fin de l’étude (annexe 1 en ligne annexe 3). Une des limites de la comptabilité, qui est assez courante dans les banques, est l’externalisation de l’informatique à une société informatique bancaire spécialisée, qui a ses propres règles en matière de confidentialité et de sécurité des données. La société informatique dessert la majorité des 1100 banques coopératives en Allemagne, elle utilise les mêmes logiciels et systèmes internes et les mêmes règles comptables, de sorte que l’enquête est représentative de plus de 15% des dépôts bancaires en Allemagne. Il a été convenu que le chercheur obtiendrait personnellement un prêt de 200 000 € de la banque. La transaction a eu lieu le 7 août 2013 dans les locaux de la Banque à Wildenberg, en Bavière. Outre les deux (seuls) directeurs de la direction, le responsable (et seul employé) du département crédit, M. Ludwig Keil, était également présent. Les directeurs étaient des spectateurs non impliqués. M. Keil était le seul représentant de la banque impliqué dans le processus de prêt : au début, avec la documentation du client, avec la signature du contrat de prêt et avec la comptabilisation finale du montant du prêt sur le compte de l’emprunteur. Toute la transaction, y compris les entrées manuelles de M. Keil, a été filmée. Les écrans du terminal informatique interne de la banque ont également été photographiés. En outre, une équipe de la BBC (le journaliste Alistair Fee et un cameraman) était sur place et a filmé la majeure partie de l’expérience empirique de prêt bancaire. La Banque a rendu publique la procédure standard interne de sa procédure de prêt. L’ordre des étapes les plus importantes figure à l’annexe 1. Comme on peut le voir, les deux dernières étapes sont la signature des “documents de crédit” par l’emprunteur (le chercheur) et enfin la comptabilisation du montant du crédit à la date valeur {31}. Les conditions de crédit convenues : le chercheur contracterait un prêt de 200 000 € au meilleur taux d’intérêt (le taux d’intérêt pour les meilleurs clients). Afin de soutenir le projet de recherche scientifique, la Banque a renoncé aux intérêts créditeurs réels dans ce cas. Lorsque le Contrat de prêt a été signé par la Banque et l’Emprunteur le 7 août 2013, le montant du Prêt a été immédiatement porté au crédit du compte de prêt de la Banque, comme convenu dans le contrat de prêt. L’annexe 2 de l’annexe 2 en ligne montre le solde original du compte créditeur de la Raiffeisenbank Wildenberg. Les principales informations du tableau de synthèse des comptes sont reprises dans le tableau 4. [Note des traducteurs : pour la version allemande, le tableau du document original est inséré ici directement].

Tableau 4 : Nouveau compte bancaire du chercheur empirique.

Banque : Raiffeisenbank Wilden e.G.

Client : Richard Werner

Date : Le 7 août 2013

La Banque a également préparé l’aperçu suivant, qui présente un compte T standard de l’opération du point de vue de l’emprunteur (tableau 5). Note du traducteur : pour la version allemande, le tableau du document original est inséré ici directement].

Tableau 5 : Nouveau compte bancaire du chercheur empirique. L’emprunteur confirme que son nouveau compte courant auprès de la banque présente désormais un solde de 200 000 € disponible pour les dépenses. (Une extension de l’expérience, à indiquer séparément, a utilisé le montant du prêt pour une transaction spécifique en dehors de l’institution bancaire. Le montant a été viré sur un autre compte du chercheur qu’il avait auprès d’une autre banque ; le virement a été effectué correctement en montrant que les fonds pouvaient être utilisés pour des transactions réelles.)

Nous en venons maintenant à l’examen empirique des théories. La question décisive est la suivante : où la Raiffeisenbank Wildenberg e.g. a-t-elle obtenu les fonds qui ont été crédités à l’emprunteur (le chercheur) (et transférés correctement de la banque le jour suivant) ? Lorsque le chercheur a demandé les avoirs de réserve de la banque selon la théorie de la réserve partielle, le directeur Marco Rebl a expliqué que la banque détient ses réserves auprès de l’organisation centrale des banques coopératives, qui à son tour détient un compte à la banque centrale. Ces réserves s’élevaient à un montant de 350 000 €, qui n’a pas changé au cours de la période d’observation. En ce qui concerne la procédure de prêt, le chercheur a tenté de déterminer l’origine des fonds mis à disposition sous forme de prêt pour vérifier l’identité des personnes impliquées. D’abord, le chercheur a confirmé que les employés de la banque impliqués dans cette enquête étaient présents, deux d’entre eux (les directeurs) n’observant que les lieux et n’ayant accès ni aux terminaux informatiques ni aux instructions. Le directeur de compte (responsable du département crédit, M. Keil) était le seul acteur activement impliqué dans l’octroi de crédit. Ses actions ont été filmées. Il a été établi et confirmé qu’aucun employé de la Banque n’exerçait d’autres activités, telles que la détermination des dépôts ou des fonds disponibles au sein de la Banque – ou ne donnait des instructions pour obtenir des fonds d’autres sources sur le compte de l’emprunteur (par exemple, en contactant le service de financement interne de la banque pour contacter des sources externes de financement interbancaire). Aucune instruction n’a été donnée de réduire les réserves ou d’emprunter des réserves, ni à la banque centrale, ni au siège des banques coopératives, ni à aucune autre banque ou organisation. En d’autres termes, il était évident qu’après la signature du contrat de crédit par les deux parties, les fonds étaient immédiatement comptabilisés sur le compte de crédit sans autre vérification ou instruction de transfert de fonds. Il n’y a pas eu de retards, de consultations ni d’autres réservations. L’emprunteur a constaté une augmentation du solde de son compte créditeur au moment de l’octroi du prêt. Toute la procédure de prêt, du début à la fin, jusqu’à ce que les fonds soient disponibles sur le compte de prêt, a duré environ 35 minutes (et a été considérablement ralentie par le tournage et les questions fréquentes du chercheur). Deuxièmement, le chercheur a demandé aux trois employés de la banque présents s’ils avaient obtenu des informations d’un tiers à l’intérieur ou à l’extérieur de la banque avant ou après la signature du contrat de prêt et avant de le porter au compte de l ’emprunteur, si ceux-ci avaient vérifié le montant des dépôts disponibles ou avaient effectué tout type de réservation ou transfert lié à l’accord de prêt. Ils ont tous confirmé qu’ils n’avaient pas mené de telles activités. Ils ont également confirmé qu’après la signature du contrat de prêt, le montant était immédiatement crédité sur le compte de l’emprunteur sans aucune des étapes ci-dessus. Troisièmement, le chercheur a reçu les bilans quotidiens internes de la banque. Ceux-ci ne sont créés qu’une fois par jour après la fermeture. Comme la banque est petite, on espérait qu’il serait possible de voir l’impact de l’opération de prêt de 200.000 € et une forme du bilan correspondant à l’une des trois hypothèses.

4. Résultats

L’annexe 3 de l’annexe 3 en ligne présente l’analyse du bilan quotidien de la Banque à la fin du 6 août 2013, la veille du jour où l’opération a été effectuée pour l’enquête empirique. L’annexe 4 de l’annexe 3 en ligne indique le solde quotidien pour le lendemain. Le tableau 6 résume les principaux éléments d’actif à la fin de la journée précédant l’expérience de prêt et à la fin de la journée au cours de laquelle le chercheur a contracté un prêt. Le tableau 7 montre les plus importants passifs pour les mêmes périodes :

Tableau 6 Raiffeisenbank Wildenberg e.G. : Actifs du bilan quotidien.

6 août 2013, 22h46 par rapport au 7 août 2013, 22h56.

Tableau 7 Raiffeisenbank Wildenberg e.G. : passif du bilan quotidien.

6 août 2013, 22h46 par rapport au 7 août 2013, 22h56.

Sur la base de l’analyse des informations relatives aux passifs (tableau 7), nous concluons que les dépôts de la clientèle font partie du bilan de l’établissement de crédit. Cela contredit la théorie de l’intermédiaire financier, qui suppose que les banques ne sont pas spéciales par rapport à d’autres institutions financières qui ne sont pas des banques, et que les banques ne se distinguent pas vraiment de ces institutions financières, qui doivent garder leurs dépôts de la clientèle hors bilan. En fait, une banque traite les dépôts de ses clients très différemment des institutions financières, qui ne sont pas des banques qui enregistrent leurs dépôts hors bilan. Au lieu de cela, nous reconnaissons que la banque traite les dépôts de la clientèle comme des prêts à la banque, enregistrés dans la catégorie “Engagements envers la clientèle”, les clients reçoivent à leur tour de la banque la comptabilisation de leurs prêts (“dépôts”) sur ce que l’on appelle un “relevé de compte”. Cela ne peut être concilié qu’avec la théorie de la création de crédit ou la théorie de la réserve partielle. Nous constatons qu’un montant, à peine inférieur au solde créditeur (environ 190 000 €) a été déposé à la banque. Cela correspond presque à l’augmentation du total des dettes (et créances).

Dans l’hypothèse d’une réserve partielle, c’est-à-dire que cette augmentation des dépôts doit précéder l’octroi de crédits, il est difficile de concilier cette observation avec la théorie de la réserve partielle. En outre, le chercheur a confirmé que, sur son propre compte bancaire, le solde créditeur de 200 000 euros avait été comptabilisé le jour même sur le compte. Cela signifie que l’augmentation du passif est due à l’augmentation du passif journalier de 200 000 € (poste 2B BA du tableau 7). Ainsi, l’augmentation totale des engagements ne peut pas être causée par une augmentation aléatoire des dépôts de la clientèle le jour du crédit. Le passif du bilan ne semble être en parfaite harmonie qu’avec la théorie de la création de crédit. En ce qui concerne l’actif, nous remarquons que la catégorie sous laquelle nous trouvons notre crédit est la position 4 (prêts et avances à la clientèle) – heureusement les seules positions au jour le jour dont l’échéance est inférieure à 4 ans et donc clairement identifiable au bilan. Il apparaît que la clientèle dispose également de crédits à court terme (très probablement des découverts) s’élevant à 35 071,88 euros, ce qui donne un solde créditeur total de 235 071,88 euros. Afin de simplifier au maximum l’analyse, supposons ici que notre prêt test s’élève à ce montant total de prêt (235 071,88 €). Ainsi, à l’actif, nous sommes intéressés par le poste de bilan ΔA4, l’augmentation des prêts (prêts et avances à la clientèle) d’un montant de 235 071,88 €. Nous voulons maintenant analyser le bilan pour voir si ce nouveau prêt de 235 071,88 € a été déduit d’autres comptes bancaires ou si le prêt a été autrement financé. Tout d’abord, nous commençons par examiner l’activité à l’actif. Les montants sont exprimés en milliers, nous pouvons résumer comme suit l’évolution du bilan au cours de la période sous revue dans le cadre de la réglementation comptable :

ΔAktiva = ΔA1(Trésorerie) + ΔA3(Prêts et avances à des banques)

+ ΔA4(Créances sur la clientèle) + ΔA14(Autres actifs) (1)

En termes numériques, ils sont arrondis au millier d’euros le plus proche :

178 = 158 – 219 + 235 + 4 (2)

La théorie de la réserve partielle stipule que le montant du prêt doit être payé par les réserves. Il peut s’agir de soldes de trésorerie ou de réserves auprès d’autres banques (y compris la banque centrale). Les dépôts (créances) auprès d’autres institutions financières (y compris les réserves de la Banque auprès de la Banque centrale) ont sensiblement diminué de 219 000 €, tandis que les réserves de liquidités ont augmenté sensiblement. La banque peut avoir déduit le cours légal de la banque coopérative, ce qui explique l’augmentation des réserves de trésorerie et la diminution des soldes auprès d’autres institutions financières. Comme les théories ne font pas de distinction entre ces catégories, on peut agréger A1 et A3, soldes bancaires et réserves. Pour simplifier les choses, nous agrégeons également A14 (autres actifs) avec A4 (prêts et avances à d’autres sociétés). Clients) et recevoir :

178 (ΔAktifs) = -61 (ΔRéserveses) + 239 (ΔCréances à la clientèle, autres actifs) (3)

Nous avons constaté que les réserves ont diminué, alors que les prêts et avances à la clientèle ont augmenté de façon significative. En outre, le total du bilan a également augmenté d’un montant similaire à celui de notre solde créditeur. Cette information peut-elle être conciliée avec l’une ou l’autre des trois théories ?

Selon l’hypothèse de l’intermédiaire financier, on s’attendrait à une diminution des réserves (soldes auprès d’autres institutions financières et trésorerie) – du même montant que le montant des crédits à la clientèle a augmenté. Cependant, les réserves ont beaucoup moins diminué. Dans le même temps, le bilan a été complété par une augmentation significative des prêts et avances à la clientèle. Si, selon la théorie de l’intermédiaire financier, la banque avait emprunté de l’argent à d’autres banques pour financer le prêt (ce qui réduit le montant total des créances sur les autres banques), ni le solde de trésorerie ni le bilan n’auraient dû augmenter. Cependant, nous constatons une augmentation significative de la trésorerie et une extension du total du bilan (total de l’actif et total du passif) de 178 000 €, ce qui n’est pas conciliable avec la théorie de l’intermédiaire financier et nous devons donc rejeter cette théorie. Si l’on examine la théorie des réserves partielles, l’entretien avec M. Keil du Département du crédit et les administrateurs nous apprend qu’aucun d’entre eux n’a vérifié le montant des réserves ou des soldes des autres banques avant de signer la convention de crédit afin de mettre des fonds à la disposition de l’emprunteur (voir lettre originale en annexe). En outre, rien ne semble indiquer que les réserves (liquidités et créances sur d’autres institutions financières) auraient diminué dans une mesure proportionnelle aux prêts. Enfin, l’expansion observée du bilan ne peut pas non plus être conciliée avec la description standard de la théorie de la réserve partielle.

Nous devons donc les rejeter également.

Cela ne laisse que la théorie de la création de crédit. Peut-on comparer l’actif observé du bilan à

celui-ci ? Les transactions sont liées par les identités comptables du bilan (équations (1), (2) et (3)). Nous pouvons donc nous demander ce qu’il serait advenu de l’actif total si nous avions supposé un instant qu’aucune autre transaction n’avait eu lieu en dehors du prêt (235). Nous pouvons fixer à zéro les changements dans les positions d’actif individuelles (à l’exception de ΔA4, notre crédit) si nous soustrayons le même montant du total des changements de l’actif. Le nouveau montant total des actifs dans ce scénario hypothétique serait :

235 = 178 – 158 + 219 – 4 (4)

ou en général :

ΔA4(Prêts et avances à la clientèle) = ΔAktiva – ΔA1 – ΔA1 – ΔA1(Trésorerie) – ΔA3(Prêts et avances aux banques)

– ΔA14(Autres actifs) (5)

En d’autres termes : si les autres opérations n’avaient pas eu lieu, le bilan de la Banque aurait été prolongé du même montant que les prêts accordés. Ce résultat n’est conforme qu’à la théorie de la création de crédit. La preuve n’est pas aussi facile à apporter qu’on le souhaiterait, car dans la pratique, il n’est pas possible de désactiver toutes les autres opérations bancaires initiées par les clients des banques (qui peuvent aujourd’hui également effectuer des opérations les jours fériés via Internet banking). Toutefois, les données comptables disponibles ne peuvent être rapprochées de l’hypothèse de la réserve partielle ou de l’intermédiaire financier.

5. Conclusion

Cette étude devrait remplir deux tâches. Tout d’abord, l’histoire de la pensée économique sur la question du fonctionnement des banques a été examinée. On a constaté qu’il y avait une controverse de longue date et qu’elle n’était pas réglée de façon empirique. Deuxièmement, des études empiriques ont été menées pour résoudre la controverse actuelle et en cours et pour déterminer laquelle des trois théories est compatible avec les observations empiriques.

5.1 Trois théories, mais aucune vérification empirique

En ce qui concerne la première tâche, nous avons identifié dans cette thèse trois hypothèses différentes sur le rôle des banques, à savoir la théorie de la création de crédit, la théorie des réserves partielles et la théorie des intermédiaires financiers. On a constaté que la première théorie a prévalu jusqu’au milieu ou à la fin des années 1920, avec des partisans de premier plan tels que Macleod et Schumpeter. Puis, sous l’influence d’économistes tels que Keynes, Crick, Phillips et Samuelson, jusqu’au début des années 1960, la deuxième théorie est dominante. Au début des années 1960, sous l’influence de Keynes et Tobin et du Journal of Money, Credit and Banking, la théorie de l’intermédiaire financier devenait la théorie dominante. Malgré ces époques discernables de suprématie, des doutes subsistaient sur chacune des théories. La théorie de la création de crédit a récemment connu une reprise, après la période qui a suivi la crise bancaire japonaise au début des années 1990 (Werner, 1992 et Werner, 1997) et dans la période précédant et suivant la crise financière européenne et américaine depuis 2007 (voir Bank of England, 2014a, Bank of England, 2014b, Benes et Kumhof 2012 et Ryan-Collins et al, 2011, Ryan-Collins et al, 2012, Werner, 2003b, Werner, 2005, et Werner, 2012). En tout état de cause, ces travaux n’ont pas encore influencé la majorité des modèles et théories de la macroéconomie ou de la banque. Il fallait donc conclure que la controverse se poursuivrait sans une tentative scientifique de la régler par des preuves empiriques.

5.2 Les données empiriques appuient la théorie de la création de crédit

La deuxième tâche de cette thèse consistait à rendre compte de la première étude empirique qui a testé les trois hypothèses. Celles-ci ont été vérifiées avec succès dans le monde réel dans des conditions réelles : en empruntant à une banque et en enquêtant sur la comptabilité bancaire interne réelle dans un environnement réel incontrôlé. On a examiné si, au cours du processus de mise à disposition de l’argent à l’emprunteur, la banque transfère ces fonds d’autres comptes (internes ou externes à la banque). On a constaté que dans le processus de mise à disposition de l’argent sur le compte de l’emprunteur, la banque n’a pas transféré cet argent d’autres comptes internes ou externes, ce qui a conduit à rejeter à la fois la théorie de la réserve partielle et celle de l’intermédiaire financier. Au contraire, on a découvert que la banque avait “réinventé” ces fonds en les comptabilisant comme un dépôt sur le compte de l’emprunteur même si un tel dépôt n’avait pas eu lieu. Ceci est conforme à la théorie de la création de crédit. Ainsi, aujourd’hui – peut-être au cours des 5000 ans d’histoire bancaire – on peut dire avec confiance qu’il est empiriquement prouvé que chaque banque crée du crédit et de l’argent à partir du néant lorsqu’elle accorde ce qu’on appelle le “crédit bancaire”. La banque ne prête pas de l’argent qui existe déjà, mais en crée du nouveau. La masse monétaire est créée “comme par magie” par les banques à partir du néant. {32} Les effets sont considérables.

5.3 Ce qui fait la spécificité des banques

Désormais, les économistes n’ont plus à se fier aux affirmations sur les banques.

Sur la base de preuves empiriques, nous savons maintenant que les banques sont spéciales, voire uniques – résolvant ainsi l’énigme formulée de longue date par Fama (1985) et d’autres. Les banques sont différentes des entreprises et des institutions financières qui ne sont pas des banques parce qu’elles peuvent individuellement créer de l’argent à partir de rien.

5.4 Effets

5.4.1 Conséquences pour la théorie économique

Les données empiriques montrent que des trois théories, celle qui a le moins d’influence aujourd’hui et qui a été discréditée dans la littérature est soutenue par les données empiriques. C’est d’ailleurs la théorie qui s’est répandue à la fin du XIXe siècle jusqu’aux trois premières décennies du XXe siècle. Il est inquiétant de constater que, depuis les années 1930, les économistes s’éloignent de plus en plus de la vérité au lieu de s’en approcher. Cela s’est d’abord produit par le biais de la semi-vérité de la théorie de la réserve partielle et a conduit à la théorie complètement fausse et trompeuse de la théorie de l’intermédiaire financier qui est si répandue aujourd’hui. Ainsi, ce travail a trouvé la preuve qu’il n’y a pas eu de progrès dans les connaissances scientifiques sur l’économie, la finance et la banque au 20ème siècle concernant l’un des faits les plus importants et fondamentaux. Au lieu de cela, il y a eu une évolution régressive. Les faits connus étaient oubliés et inconnus.

Ce phénomène mérite d’être étudié plus avant. On peut maintenant dire que ce processus d’apprentissage des faits aurait été impossible dans le secteur bancaire si les économistes de premier plan de leur époque n’y avaient pas joué un rôle significatif. Le plus influent et le plus célèbre de tous les économistes du XXe siècle, comme nous l’avons vu, a successivement soutenu les trois théories, ce qui est un phénomène surprenant. En outre, Keynes a utilisé son influence considérable pour ralentir l’analyse scientifique de la capacité des banques à créer de l’argent, au lieu de s’engager dans des attaques ad hominem contre les créationnistes du crédit. Malgré son soutien enthousiaste et précoce à la théorie de la création de crédit (Keynes, 1924), ce n’est que six ans plus tard qu’il a reconsidéré cette théorie, sinon dénigrée, en s’y intéressant de plus près à la théorie du création du crédit mentionnée entre guillemets. Il était peut-être encore plus méfiant à l’égard des partisans de

la théorie de la création de crédit, qu’il décrit comme faisant partie de “l’armée des hérétiques et des espions, de leur nombre et de leur enthousiasme extraordinaire” de croire à la “magie” et à une sorte d'”utopie”.

(Keynes, 1930, volume 2, p. 215).

Inutile de dire qu’une telle rhétorique n’est pas propice au raisonnement scientifique. Mais cette méthode a été utilisée par d’autres économistes pour promouvoir des théories de réserves partielles puis d’intermédiaires financiers. Alhadeff (1954), employé de la Réserve fédérale américaine, argumentait de la même manière à l’époque où les économistes travaillaient à l’établissement de la théorie de la réserve partielle :

“Une complication digne de mention est la prétendue ” création ” d’argent par les banquiers. Autrefois, on prétendait que les banquiers pouvaient créer de l’argent simplement en ouvrant des comptes pour leurs emprunteurs commerciaux. Il a depuis lors été clairement démontré que, dans un système de réserves partielles, seul l’ensemble des banques peut accorder des dépôts jusqu’à concurrence de la pleine réciprocité du taux des réserves obligatoires. Note de bas de page originale : “Chester A. Phillips, Bank Credit (New York : Macmillan, 1921), chapitre 3, pour la réfutation classique de cette affirmation”. La banque individuelle peut généralement porter ce montant à un montant approximativement égal à celui de ses dépôts primaires”. (p. 7)

La création du crédit par les banques est devenue dans le style de Keynes (1930), une ” prétendue ” création “, suggérant rhétoriquement qu’une telle pensée était trop simple et ne pouvait donc pas être vraie. Tobin utilise la méthode rhétorique de l’enlèvement ad absurdum pour dénigrer la théorie de la création de crédit en insinuant de façon tout à fait inappropriée que la théorie postule un “chapeau magique” [dans l’original anglais : „widow’s cruse“], un merveilleux récipient qui a produit des quantités illimitées de biens de valeur, dénigrant ainsi les adeptes de la théorie du miracle et des utopies. Le même genre de discrédit rhétorique et de distanciation de la théorie de la création de crédit est également visible ces derniers temps. Par exemple, le New Palgrave Money (Eatwell et al., 1989), un ouvrage de référence influent de 340 pages qui prétend avoir une ” perspective équilibrée sur chaque sujet ” (Eatwell et al., 1989, p. VIII). Cependant, la théorie de l’intermédiaire financier est prédominante, avec une représentation plus limitée de la théorie de la réserve partielle.

La théorie de la création de crédit n’est pas présentée du tout, pas même comme une possibilité. Mais le livre a un chapitre intitulé “Les filateurs d’argent”. Dans ce court chapitre, le traitement désobligeant de Keynes (1930) à l’égard des partisans de la théorie de la création de crédit pour les années 1990 est sans conteste exacerbé : plusieurs auteurs qui ont analysé en profondeur l’économie, le système monétaire et le rôle des banques sont couverts de ridicule et de propos insultants comme Sir Frederick Soddy (1934), Prix Nobel et C.H. Douglas (1924), par exemple. L’œuvre révolutionnaire et influente de Georg Friedrich Knapp (1905), toujours citée positivement par Keynes (1936), est également identifiée comme étant écrite par un “cinglé “. Ce que ces auteurs apparemment pitoyables ont en commun et leur principale erreur semble être d’être énumérés dans ce chapitre inquiétant, c’est qu’ils suivent la théorie de la création de crédit. Mais il est très révélateur que les contributions soient rabaissées mais développées nulle part – leurs principes fondamentaux et leurs analyses portant sur la théorie de la création de crédit, restent anonymes et ne font l’objet d’aucune publicité. Ce n’est pas une mince réussite, et l’idée suggère la possibilité que Eatwell et ses collaborateurs (1989) Schwarte l’aient été délibérément élaborée ainsi pour détourner ou ignorer la riche littérature à l’appui de la théorie de la création de crédit. Les auteurs, qui se félicitent de cette évolution, estiment que rien n’en est perdu et que

“l’importance accrue accordée à la théorie monétaire par les économistes au cours des dernières décennies a largement conduit à la disparition des “personnes bizarres, spinner en allemand, qui donnent le tournis…” monétaires du débat public…”. (p. 214)

Ainsi, la théorie de la création de crédit a disparu du débat public. Comme les principes de cette théorie ne sont jamais énoncés dans Eatwell et al (1989), le chapitre sur les “personnes bizarres, spinner en allemand, qui donnent le tournis…” se termine par une litanie de calomnies ad hominem, de calomnies et de diffamation de personnages en les qualifiant avec largesse les auteurs de ces propos, de “personnes bizarres, spinner en allemand, qui donnent le tournis…”, “agitateurs”, “populistes” ou encore “théoriciens du complot”. Ils croyaient tous aux “miracles” et se livraient à des vœux pieux et finissaient par induire leurs lecteurs en erreur en essayant “d’impressionner leurs pairs par leur compréhension apparente de l’économie, même s’ils n’avaient aucune formation formelle dans cette discipline”. (p. 214) Tout ce que nous apprenons des théories de ces malheureux auteurs, c’est qu’ils “s’opposent en quelque sorte aux banques commerciales et au “pouvoir de l’argent” sans que cette résistance ne conduise à une analyse politique plus complexe”. (p. 215). Si l’on lit le très exigeant Soddy (1934), ces termes sont rapidement révélés comme des calomnies sans fondement. En revanche, les données empiriques présentées dans cet article montrent que les nombreux adeptes de la théorie de l’intermédiaire financier ainsi que ceux de la théorie des réserves partielles sont des habitants du monde qui croient que ce qui est prouvé empiriquement est faux et est impossible à cerner si l’on pense plus précisément aux règles comptables. La question de savoir si les auteurs d’Eatwell et ses collaborateurs (1989) savaient mieux ce qu’il fallait faire est une question ouverte qui attirera l’attention des chercheurs de l’avenir. Certes, en raison du traitement non scientifique de la théorie de la création de crédit et de ses partisans, des auteurs comme Keynes, qui n’a soutenu la théorie que quelques années de trop avant d’écrire des tirades contre ses disciples, ou par Eatwell et al (1989), cette possibilité devrait être considérée.

5.4.2 Incidence sur la politique gouvernementale

Il y a d’autres conséquences importantes de la constatation que les banques individuelles créent du crédit et de l’argent lorsqu’elles font ce qu’on appelle “prêter de l’argent”. Il est facile de voir que ce fait est important non seulement pour la politique monétaire, mais aussi pour la politique budgétaire, et doit se refléter dans les théories économiques. Les lignes directrices pour éviter les crises bancaires ou faire face aux conséquences des crises nécessitent une forme différente une fois que la réalité de la théorie de la création de crédit a été reconnue. Ils exigent un tout nouveau paradigme en matière de théorie monétaire, de macroéconomie, de finance et de banque (pour plus de détails, voir par exemple Werner, 1997, Werner, 2005, Werner 2012, Werner, 2013a et Werner, 2013b), basé sur le fait que les banques sont les créateurs de la masse monétaire. Elle peut avoir un impact significatif sur d’autres disciplines telles que la comptabilité, l’histoire économique et commerciale, la géographie économique, la politique, la sociologie et le droit.

5.4.3 Impact sur la réglementation bancaire

Les implications pour la réglementation bancaire et l’élaboration de la politique officielle sont d’une grande portée.

Comme mentionné dans l’introduction, la réglementation bancaire nationale et internationale moderne repose sur l’hypothèse que la théorie de l’intermédiaire financier est correcte. Toutefois, étant donné que les banques sont effectivement en mesure de créer de l`argent à partir du néant, l`augmentation des exigences de fonds propres des établissements de crédit n’évitera pas nécessairement les crises bancaires et les cycles d’explosion et de récession, car même avec des exigences plus élevées, les banques pourraient accroître la masse monétaire et donc faire monter les prix des actifs, une part des fonds nouvellement créés pour le capital bancaire étant en augmentation.

Partant de ce constat, certains économistes ont plaidé en faveur d’une intervention plus directe de la banque centrale sur le marché du crédit, par exemple par la gestion quantitative du crédit (Werner, 2002, Werner, 2003b et Werner, 2005).

5.4.4 Réforme monétaire

L’intervention récente de la Banque d’Angleterre, 2014a et de la Banque d’Angleterre, 2014b, a déclenché un débat public sur la question de savoir si le privilège des banques de créer de la monnaie devrait être révoqué (Wolf, 2014). La réalité des banques en tant que créatrices de la masse monétaire soulève la question du type idéal de système monétaire. De nombreuses recherches sont donc nécessaires sur cette question. Parmi les nombreuses formes de systèmes monétaires qui ont été mises à l’essai au cours des 5 000 dernières années, très peu ont répondu à la demande de création et d’affectation équitables, efficaces, responsables, stables, durables et démocratiques de fonds. L’auteur, qui a consacré plus de 23 ans de recherche à ce sujet, est d’avis que la meilleure façon de s’assurer que la création de l’argent est redirigée à sa juste valeur est aux gens ordinaires – pas aux technocrates. Pour ce faire, il est possible d’établir un réseau de petites banques locales à but non lucratif dans tout le pays. La plupart des pays ne disposent pas actuellement d’un tel système. Cependant, un tel système est au cœur des succès économiques de l’Allemagne ces derniers 200 ans. Ce sont précisément les caisses d’épargne, les banques Raiffeisen et les banques populaires – les plus petites, les meilleures – qui ont contribué à la réalisation de cette étude empirique et qui devraient servir de modèle aux futures politiques concernant notre système monétaire. En outre, outre la monnaie publique, il est possible d’émettre des monnaies de collectivités locales qui sont acceptées comme moyen de paiement des impôts municipaux, en particulier des monnaies locales qui ne sont pas utilisées pour la dette mais pour des services fournis par les autorités locales ou la collectivité. Les deux formes de création de monnaie locale formeraient ensemble un système monétaire décentralisé et imputable qui (basé sur des données empiriques allemandes) fonctionnerait mieux que l’alliance impie des banques centrales et des grandes banques qui ont beaucoup fait pour créer des bulles d’actifs non viables et des crises bancaires (Werner, 2013a et Werner, 2013b).

Traduction »
Aller à la barre d’outils