Invitation alpestre le 9.08.2020

Suufsunntig Dimanche 9 août 2020

dès 11:11
Une fête alpine avec service religieux et banquet – une rencontre chaleureuse avec du jodle, de la bonne nourriture et des boissons. 

11:11
Ein Älplerfest mit Gottesdienst und Festwirtschaft – ein gemütliches Beisammensein mit Jodelgesang, feinem Essen und Getränk.



Chästeilet

Die Alp Plani führt keinen traditionelle Chästeilet durch. Wir bitten sie das Abholen ihres Käses direkt mit Familie von Siebenthal zu besprechen und danken für das Verständnis.

Traditioneller Alpabzug

Weiter sehen sie unter der Bildergalerie die schön geschmückten Kühe. Traditionell der Alpabzug mit den Kühen bis ins Tal in den Stall der Familie von Siebenthal im Schönried. Termin wird ca. Ende September sein.

https://www.kuhleasing.ch/partneralpen/alp-plani/termine-events/

Non-réélection d’Isabelle BIERI

« Malaise » après la non-réélection d’Isabelle BIERI, – 


« Malaise » après la non-réélection d’Isabelle BIERI, juge, fonctionnaire au Tribunal Régional du Littoral et du Val-de-Travers, Boudry (NE), parmi 45 juges et procureurs dans le canton de Neuchâtel, suite à la décision du Grand Conseil Neuchâtelois, sans procédure disciplinaire menée par le Conseil de la Magistrature de Neuchâtel

C’est ma réponse du 10 juillet 2020 sur ARCINFANPAGE, concernant l’article sur Arcinfo du 10 juillet 2020 : « L’éviction d’une juge sème le trouble » https://www.facebook.com/arcinfofanpage/posts/3230518560328343

Félicitations à vous Madame la lanceuse d’alerte, Véronika PANTILLON, députée Verte au Grand Conseil neuchâtelois, ainsi qu’à vous, Monsieur le journaliste d’ARCINFO, Fréderic MERAT.
Il est temps que le voile soit levé sur le dysfonctionnement du système judiciaire et que soit connu de tout citoyen suisse, et particulièrement de ceux et celles de Neuchâtel cet abus d’autorité, cette absence de célérité de certains de nos fonctionnaires à Neuchâtel, à l’image d’Isabelle Bieri, juge et fonctionnaire au Tribunal Régional du Littoral et du Val-de-Travers à Boudry (NE).
On peut se demander légitimement s’il n’y a pas d’autres juges, présidents de Tribunaux, procureurs, tous en leur qualité de fonctionnaire dans le canton de Neuchâtel, grassement payés, qui procrastinent, permettant ainsi d’atteindre la prescription dans de nombreux dossiers. 
Une omerta savamment orchestrée par certaines de nos élites dont font partie notamment certains notaires, experts fiscaux, chefs et fonctionnaires du Service des contributions La Chaux-de-Fonds (NE), afin que nous ne puissions en avoir connaissance.
Une défaillance du système judiciaire à laquelle je suis confrontée depuis 13 ans dans une grave affaire de fraudes fiscales, crimes financiers liés à mon affaire de succession familiale, détournée depuis juillet 2007. Y sont complices mes cohéritiers notamment, Muriel GACOND, née TZAUT, ma mère, Magali GHEZZI, née GACOND ma sœur, et Cyril GACOND, mon frère. 
Fraudes fiscales toujours actives à ce jour, dont ont connaissance M. MATTHEY et ses collègues, chefs successifs du Service des Contributions, La Chaux-de-Fonds (NE), dont Michel OPPLIGER, Youssef WAHID et son bras-droit Philippe PORREE, Mireille GERBER, juriste, ainsi que l’ancien Maire de Neuchâtel, Claude BUGNON, expert fiscal, économiste. 
Ces fonctionnaires susmentionnés font l’objet d’une plainte pénale pour complicité d’abus d’autorité, complicité de gestion déloyale, complicité d’abus de confiance.
Quant à Claude BUGNON, il est sous plainte pénale pour fausses déclarations fiscales avant et après décès de feu mon père, ainsi qu’en qualité d’instigateur.

Ces crimes financiers sont couverts dès décembre 2007 par au moins 29 fonctionnaires à Neuchâtel, par Dominique WITTWER notamment également depuis 2011 (50 fonctionnaires dans différents cantons en Suisse dans cette affaire !).

Trois mois après l’ouverture de la succession par le 1er exécuteur testamentaire, Me Marc LORENZ, avocat, un inventaire successoral illicite, sur la base d’une déclaration d’impôts sur les successions illicite, a été dressé et accepté par M. MATTHEY, un des fonctionnaires du Service des contributions de Neuchâtel.
Ces faits, crimes financiers en conséquence, sont initialement couverts par Fabio MORICI, juge, fonctionnaire jusqu’en juillet 2013 au Tribunal Régional du Littoral et du Val-de-Travers, Neuchâtel, 
juge en charge de cette succession, exerçant ensuite dès 2008, l’autorité de surveillance sur le 2ème exécuteur testamentaire, Me Patrick FRUNZ, notaire de cette succession.

Fabio MORICI, juge, a été muté au Tribunal Régional des Montagnes et du Val-de-Ruz, La Chaux-de-Fonds (NE), succédé par Bastien SANDOZ, juge dès août 2013 au Tribunal Régional du Littoral et du Val-de-Travers, Neuchâtel, exerçant également l’autorité de surveillance sur Me Patrick FRUNZ, notaire toujours en place malgré une plainte pénale déposée à son encontre dès janvier 2018 pour abus de confiance, complicité de gestion déloyale, puis pour faux dans les titres dans le dossier bancaire de cette succession, en complicité avec Muriel GACOND notamment, passible de 5 ans de prison.
Bastien SANDOZ, juge, provoque, de surcroît, depuis 2016 un Déni de justice en ne relevant pas l’exécuteur testamentaire, Me Patrick FRUNZ, notaire.
A ce jour, après 13 années, aucun inventaire successoral, ainsi qu’aucune convention de partage, ni aucun inventaire matériel et civil n’ont été établis par aucun des deux exécuteurs testamentaires successifs dans cette succession.
Laurent KURTH, Conseiller d’Etat en charge des finances et de la santé à Neuchâtel, exerçant l’autorité de surveillance sur les fonctionnaires du Service des contributions de Neuchâtel, est au courant depuis 2016, en pleine période de la campagne REGLO, de fraudes fiscales actives depuis juillet 2007 dans cette succession détournée.
Laurent KURTH, Conseiller d’Etat, a refusé en janvier 2020 la mise en place d’une Cour des Comptes dans le canton de Neuchâtel (réf. ARCINFO du 16.01.2020).
(référence : abus-suisses.blogspot.com du 09.03.2020 « Evidente utilité d’une Cour des Comptes à Neuchâtel », posté sur Facebook le 17.05.2020 au lien suivant : https://www.facebook.com/chantal.perret.90/posts/243075000465904).
(référence : abus-suisses.blogspot.com du 24.02.2020, posté sur Facebook le 8.05.2020 au lien suivant : https://www.facebook.com/chantal.perret.90/posts/236395791133825)

29 fonctionnaires dans le canton de Neuchâtel, dont au moins 18 juges, présidents de Tribunaux, procureurs, impliqués dans ce détournement de succession depuis 13 ans, n’ont ainsi pas dénoncé sur le champ au Ministère public tous les crimes, et délits poursuivis d’office dont ils ont connaissance dès qu’ils ont été en charge des diverses procédures dans cette succession et ce,
 conformément à l’art. 22 de la Loi sur le statut des fonctionnaires du canton de Neuchâtel et,
 en vertu de l’art. 33 de la Loi d’application du Code de procédure pénale suisse (LaCP-E 4 10).
Ces 29 fonctionnaires n’ayant pas dénoncé ces fraudes fiscales et immobilières et autres délits, manquent gravement à leur devoir, dont les conséquences de l’omission de dénoncer relève de 
l’art. 305 du Code Pénal, pour entrave à l’action pénale, passible jusqu’à 3 ans de prison.

Toutes les preuves sont à leur disposition depuis 2007, archivées au Ministère public de La Chaux-de-Fonds, dans tous les Tribunaux de Neuchâtel (dont celui de Boudry), de Genève, Vaud, Bâle, Zurich, Fribourg ou dans tout autre Service en Suisse, Service des contributions à La Chaux-de-Fonds, à la Banque Cantonale Neuchâteloise (BCN), au CREDIT SUISSE, à l’UBS, à la Banque CLER, à la Banque PIGUET, au CREDIT AGRICOLE en France notamment. JURA NOVIT CURIA.

Pierre AUBERT, procureur général au Ministère public, La Chaux-de-Fonds (NE), dans sa décision qu’il m’a adressée le 6 juin 2020 concernant
Alexandre SEILER, juge et fonctionnaire au Tribunal Régional du Littoral et du Val-de-Travers, Neuchâtel, en charge depuis 2018, de trois procédures dans cette succession, contre lequel j’ai dû déposer une plainte pénale le 29 avril 2020, tient les propos contradictoires et incompréhensibles suivants :
« (…) Même si l’article 33 de la loi d’introduction du code de procédure pénale rend effectivement obligatoire, pour toute autorité constituée et tout titulaire d’une fonction publique, d’aviser le Ministère public de toute infraction dont il aurait eu connaissance dans l’exercice de ses fonctions,
l’omission de dénoncer n’est pas une infraction et ne constitue même pas un acte de complicité (…) »
Autrement dit, le fonctionnaire a l’obligation de dénoncer, mais s’il ne le fait pas, c’est mieux, ce n’est pas une infraction ! Youpi.
Magnifique interprétation de l’esprit de nos Lois !

Ce virus de la procrastination se propage lamentablement.

L’ensemble de ces fonctionnaires notamment, Vanessa GUIZZETTI PICCIRILLI, Procureure au Ministère public La Chaux-de-Fonds, Parquet régional, a été mise en place par Pierre AUBERT, Procureur général dès janvier 2018, auquel j’ai adressé une plainte pénale, début janvier 2018,
visant neuf (9) personnalités à Neuchâtel.

Vanessa GUIZZETTI PICCIRILLI, Procureure, depuis janvier 2018, laisse passer le temps et durer les procédures détournées en civil, sans que rien ne soit dénoncé sur le champ, ni instruit, au plus grand détriment des citoyens neuchâtelois, ainsi qu’au mien, provoquant un Déni de justice.

Pierre AUBERT, Procureur général sait.

Aucune instruction pénale n’a encore été ouverte et instruite, au sens de l’art 7 CPP, excepté contre Muriel GACOND, certes, à la genèse de cette affaire, mais personne de second plan, par rapport aux huit (8) autres notables et autorités visés.
Sachant que l’instruction pénale à l’encontre de Muriel GACOND est bloquée depuis début juin 2019.

Le Droit suisse, de plus, n’est simplement pas appliqué avec célérité, en vertu de l’art 5 CPP, de manière intègre et de bonne foi.

Pierre AUBERT, Procureur général, fonctionnaire, en est au courant par les nombreux faits étayés de preuves formelles.

Voyez de vos propres yeux les liens éloquents ci-dessous qui montrent cette si dérangeante réalité :
  • Sur la procrastination :
Vanessa GUIZZETTI PICCIRILLI et Pierre AUBERT, Procureurs, vont-ils finir comme la Procureure vaudoise 
Myriam BOURQUIN, accusée dans le journal Le Matin du 8 juin 2020 de procrastiner ? https://www.lematin.ch/faits-divers/defiguree-funplanet-procureure-procrastine-renvoyez-cause/story/15319176

Ou mieux, vont-ils finir inculpés comme le Procureur général Alfred BROGLI pour laisser traîner une affaire d’homicide par négligence qui n’avait jamais abouti au Tribunal en raison de la prescription, comme le relate la Tribune de Genève du 12.11.2019 et ce n’est qu’un début :

  • Sur le système judiciaire et les lanceurs d’alerte :
Michele HERZOG, Tribune de Genève, Suisse et Europe: Modifications urgentes du système judiciaire. A diffuser, 19 septembre 2017 et pétition récente en 2020

Michele HERZOG, Tribune de Genève, Protection des lanceurs d’alertes en Suisse: Toujours aucune loi !!!, 31 mai 2020, pétition
– Un lien de plus pour ce jour :
Tromper le fisc, c’est moins grave que flouer les assurances sociales, par Jean-Philippe Buchs, 9 mars 2017 (évasion fiscale), Bilan.ch

https://docs.google.com/document/d/e/2PACX-1vRnvuwGWE1OwXS9xjCxx5-dj2kre6gx4ktBYejDjfz9TyrhIKbPA488E_169B3lcjy-U87-Ffdr-rvm/pub

Non-réélection d’Isabelle BIERI

« Malaise » après la non-réélection d’Isabelle BIERI, – 


« Malaise » après la non-réélection d’Isabelle BIERI, juge, fonctionnaire au Tribunal Régional du Littoral et du Val-de-Travers, Boudry (NE), parmi 45 juges et procureurs dans le canton de Neuchâtel, suite à la décision du Grand Conseil Neuchâtelois, sans procédure disciplinaire menée par le Conseil de la Magistrature de Neuchâtel

C’est ma réponse du 10 juillet 2020 sur ARCINFANPAGE, concernant l’article sur Arcinfo du 10 juillet 2020 : « L’éviction d’une juge sème le trouble » https://www.facebook.com/arcinfofanpage/posts/3230518560328343

Félicitations à vous Madame la lanceuse d’alerte, Véronika PANTILLON, députée Verte au Grand Conseil neuchâtelois, ainsi qu’à vous, Monsieur le journaliste d’ARCINFO, Fréderic MERAT.
Il est temps que le voile soit levé sur le dysfonctionnement du système judiciaire et que soit connu de tout citoyen suisse, et particulièrement de ceux et celles de Neuchâtel cet abus d’autorité, cette absence de célérité de certains de nos fonctionnaires à Neuchâtel, à l’image d’Isabelle Bieri, juge et fonctionnaire au Tribunal Régional du Littoral et du Val-de-Travers à Boudry (NE).
On peut se demander légitimement s’il n’y a pas d’autres juges, présidents de Tribunaux, procureurs, tous en leur qualité de fonctionnaire dans le canton de Neuchâtel, grassement payés, qui procrastinent, permettant ainsi d’atteindre la prescription dans de nombreux dossiers. 
Une omerta savamment orchestrée par certaines de nos élites dont font partie notamment certains notaires, experts fiscaux, chefs et fonctionnaires du Service des contributions La Chaux-de-Fonds (NE), afin que nous ne puissions en avoir connaissance.
Une défaillance du système judiciaire à laquelle je suis confrontée depuis 13 ans dans une grave affaire de fraudes fiscales, crimes financiers liés à mon affaire de succession familiale, détournée depuis juillet 2007. Y sont complices mes cohéritiers notamment, Muriel GACOND, née TZAUT, ma mère, Magali GHEZZI, née GACOND ma sœur, et Cyril GACOND, mon frère. 
Fraudes fiscales toujours actives à ce jour, dont ont connaissance M. MATTHEY et ses collègues, chefs successifs du Service des Contributions, La Chaux-de-Fonds (NE), dont Michel OPPLIGER, Youssef WAHID et son bras-droit Philippe PORREE, Mireille GERBER, juriste, ainsi que l’ancien Maire de Neuchâtel, Claude BUGNON, expert fiscal, économiste. 
Ces fonctionnaires susmentionnés font l’objet d’une plainte pénale pour complicité d’abus d’autorité, complicité de gestion déloyale, complicité d’abus de confiance.
Quant à Claude BUGNON, il est sous plainte pénale pour fausses déclarations fiscales avant et après décès de feu mon père, ainsi qu’en qualité d’instigateur.

Ces crimes financiers sont couverts dès décembre 2007 par au moins 29 fonctionnaires à Neuchâtel, par Dominique WITTWER notamment également depuis 2011 (50 fonctionnaires dans différents cantons en Suisse dans cette affaire !).

Trois mois après l’ouverture de la succession par le 1er exécuteur testamentaire, Me Marc LORENZ, avocat, un inventaire successoral illicite, sur la base d’une déclaration d’impôts sur les successions illicite, a été dressé et accepté par M. MATTHEY, un des fonctionnaires du Service des contributions de Neuchâtel.
Ces faits, crimes financiers en conséquence, sont initialement couverts par Fabio MORICI, juge, fonctionnaire jusqu’en juillet 2013 au Tribunal Régional du Littoral et du Val-de-Travers, Neuchâtel, 
juge en charge de cette succession, exerçant ensuite dès 2008, l’autorité de surveillance sur le 2ème exécuteur testamentaire, Me Patrick FRUNZ, notaire de cette succession.

Fabio MORICI, juge, a été muté au Tribunal Régional des Montagnes et du Val-de-Ruz, La Chaux-de-Fonds (NE), succédé par Bastien SANDOZ, juge dès août 2013 au Tribunal Régional du Littoral et du Val-de-Travers, Neuchâtel, exerçant également l’autorité de surveillance sur Me Patrick FRUNZ, notaire toujours en place malgré une plainte pénale déposée à son encontre dès janvier 2018 pour abus de confiance, complicité de gestion déloyale, puis pour faux dans les titres dans le dossier bancaire de cette succession, en complicité avec Muriel GACOND notamment, passible de 5 ans de prison.
Bastien SANDOZ, juge, provoque, de surcroît, depuis 2016 un Déni de justice en ne relevant pas l’exécuteur testamentaire, Me Patrick FRUNZ, notaire.
A ce jour, après 13 années, aucun inventaire successoral, ainsi qu’aucune convention de partage, ni aucun inventaire matériel et civil n’ont été établis par aucun des deux exécuteurs testamentaires successifs dans cette succession.
Laurent KURTH, Conseiller d’Etat en charge des finances et de la santé à Neuchâtel, exerçant l’autorité de surveillance sur les fonctionnaires du Service des contributions de Neuchâtel, est au courant depuis 2016, en pleine période de la campagne REGLO, de fraudes fiscales actives depuis juillet 2007 dans cette succession détournée.
Laurent KURTH, Conseiller d’Etat, a refusé en janvier 2020 la mise en place d’une Cour des Comptes dans le canton de Neuchâtel (réf. ARCINFO du 16.01.2020).
(référence : abus-suisses.blogspot.com du 09.03.2020 « Evidente utilité d’une Cour des Comptes à Neuchâtel », posté sur Facebook le 17.05.2020 au lien suivant : https://www.facebook.com/chantal.perret.90/posts/243075000465904).
(référence : abus-suisses.blogspot.com du 24.02.2020, posté sur Facebook le 8.05.2020 au lien suivant : https://www.facebook.com/chantal.perret.90/posts/236395791133825)

29 fonctionnaires dans le canton de Neuchâtel, dont au moins 18 juges, présidents de Tribunaux, procureurs, impliqués dans ce détournement de succession depuis 13 ans, n’ont ainsi pas dénoncé sur le champ au Ministère public tous les crimes, et délits poursuivis d’office dont ils ont connaissance dès qu’ils ont été en charge des diverses procédures dans cette succession et ce,
 conformément à l’art. 22 de la Loi sur le statut des fonctionnaires du canton de Neuchâtel et,
 en vertu de l’art. 33 de la Loi d’application du Code de procédure pénale suisse (LaCP-E 4 10).
Ces 29 fonctionnaires n’ayant pas dénoncé ces fraudes fiscales et immobilières et autres délits, manquent gravement à leur devoir, dont les conséquences de l’omission de dénoncer relève de 
l’art. 305 du Code Pénal, pour entrave à l’action pénale, passible jusqu’à 3 ans de prison.

Toutes les preuves sont à leur disposition depuis 2007, archivées au Ministère public de La Chaux-de-Fonds, dans tous les Tribunaux de Neuchâtel (dont celui de Boudry), de Genève, Vaud, Bâle, Zurich, Fribourg ou dans tout autre Service en Suisse, Service des contributions à La Chaux-de-Fonds, à la Banque Cantonale Neuchâteloise (BCN), au CREDIT SUISSE, à l’UBS, à la Banque CLER, à la Banque PIGUET, au CREDIT AGRICOLE en France notamment. JURA NOVIT CURIA.

Pierre AUBERT, procureur général au Ministère public, La Chaux-de-Fonds (NE), dans sa décision qu’il m’a adressée le 6 juin 2020 concernant
Alexandre SEILER, juge et fonctionnaire au Tribunal Régional du Littoral et du Val-de-Travers, Neuchâtel, en charge depuis 2018, de trois procédures dans cette succession, contre lequel j’ai dû déposer une plainte pénale le 29 avril 2020, tient les propos contradictoires et incompréhensibles suivants :
« (…) Même si l’article 33 de la loi d’introduction du code de procédure pénale rend effectivement obligatoire, pour toute autorité constituée et tout titulaire d’une fonction publique, d’aviser le Ministère public de toute infraction dont il aurait eu connaissance dans l’exercice de ses fonctions,
l’omission de dénoncer n’est pas une infraction et ne constitue même pas un acte de complicité (…) »
Autrement dit, le fonctionnaire a l’obligation de dénoncer, mais s’il ne le fait pas, c’est mieux, ce n’est pas une infraction ! Youpi.
Magnifique interprétation de l’esprit de nos Lois !

Ce virus de la procrastination se propage lamentablement.

L’ensemble de ces fonctionnaires notamment, Vanessa GUIZZETTI PICCIRILLI, Procureure au Ministère public La Chaux-de-Fonds, Parquet régional, a été mise en place par Pierre AUBERT, Procureur général dès janvier 2018, auquel j’ai adressé une plainte pénale, début janvier 2018,
visant neuf (9) personnalités à Neuchâtel.

Vanessa GUIZZETTI PICCIRILLI, Procureure, depuis janvier 2018, laisse passer le temps et durer les procédures détournées en civil, sans que rien ne soit dénoncé sur le champ, ni instruit, au plus grand détriment des citoyens neuchâtelois, ainsi qu’au mien, provoquant un Déni de justice.

Pierre AUBERT, Procureur général sait.

Aucune instruction pénale n’a encore été ouverte et instruite, au sens de l’art 7 CPP, excepté contre Muriel GACOND, certes, à la genèse de cette affaire, mais personne de second plan, par rapport aux huit (8) autres notables et autorités visés.
Sachant que l’instruction pénale à l’encontre de Muriel GACOND est bloquée depuis début juin 2019.

Le Droit suisse, de plus, n’est simplement pas appliqué avec célérité, en vertu de l’art 5 CPP, de manière intègre et de bonne foi.

Pierre AUBERT, Procureur général, fonctionnaire, en est au courant par les nombreux faits étayés de preuves formelles.

Voyez de vos propres yeux les liens éloquents ci-dessous qui montrent cette si dérangeante réalité :
  • Sur la procrastination :
Vanessa GUIZZETTI PICCIRILLI et Pierre AUBERT, Procureurs, vont-ils finir comme la Procureure vaudoise 
Myriam BOURQUIN, accusée dans le journal Le Matin du 8 juin 2020 de procrastiner ? https://www.lematin.ch/faits-divers/defiguree-funplanet-procureure-procrastine-renvoyez-cause/story/15319176

Ou mieux, vont-ils finir inculpés comme le Procureur général Alfred BROGLI pour laisser traîner une affaire d’homicide par négligence qui n’avait jamais abouti au Tribunal en raison de la prescription, comme le relate la Tribune de Genève du 12.11.2019 et ce n’est qu’un début :

  • Sur le système judiciaire et les lanceurs d’alerte :
Michele HERZOG, Tribune de Genève, Suisse et Europe: Modifications urgentes du système judiciaire. A diffuser, 19 septembre 2017 et pétition récente en 2020

Michele HERZOG, Tribune de Genève, Protection des lanceurs d’alertes en Suisse: Toujours aucune loi !!!, 31 mai 2020, pétition
– Un lien de plus pour ce jour :
Tromper le fisc, c’est moins grave que flouer les assurances sociales, par Jean-Philippe Buchs, 9 mars 2017 (évasion fiscale), Bilan.ch

https://docs.google.com/document/d/e/2PACX-1vRnvuwGWE1OwXS9xjCxx5-dj2kre6gx4ktBYejDjfz9TyrhIKbPA488E_169B3lcjy-U87-Ffdr-rvm/pub

Q & deQodeurs

Très chers amis au service de la vérité, des principes éthiques[1] que sont l’autonomie, la bienfaisance, la non-malfaisance et la justice, ainsi que les compétences morales[2] que sont la fiabilité, la fidélité, l’authenticité et l’honnêteté,

Nous partageons avec vous l’excellent travail de l’équipe des ” deQodeurs”, à prendre connaissance sous: 
 

Le Phare de l’Espoir (des milliers d’enfants ont déjà vu la lumière,preuves à l’appui). Les deQodeurs [en ligne]. Diffusé en direct le 7 juillet 2020. Disponible à l’adresse : https://www.youtube.com/watch?v=W4Ts4sGuTKg
Sous la vidéo est écrit :

Soldats numériques, partagez ce live car il risque d’être un des plus importants que j’ai fait jusqu’à présent. Une bouffée d’air frais dans ce contexte global assez étrange. Sauriez-vous voir la lumière au bout du tunnel ? 
7 sujets, 7ème jour du 7ème mois ! 
L’espoir, la lumière… Pendant qu’on est focalisé sur l’actualité politique et l’échiquier international, il y a plein de bonnes choses qui sont en train de se produire en arrière-plan. Des milliers d’arrestations et de sauvetages d’enfants ont eu lieu et je vous fournirai des preuves que j’ai vérifié et que vous pouvez vérifier par vous mêmes et partager.
 
Merci à Fils de Pangolin pour son aide très précieuse.
 
Programme du live demain.
 
21h00 – Connexion
21h05 – Début du live (enregistrement pour replay)
21h50 – L’After 23h00 – Fin
Suivez nous : Site : https://www.dissept.com/
 
A retenir :
Dis Sept. Obtenez de l’information vérifiée et vérifiable pour la guerre digitale que nous vivons. Disept [en ligne]. [Consulté le 8 juillet 2020]. Disponible à l’adresse : https://www.dissept.com/
 
Remarque :
Le site internet est bien structuré avec des boutons permettant l’accès aux informations de QAnon, les patriotes américains.
 
 
La Bible en français courant :
Galates 6 :1-5
 
Frères, si quelqu’un est surpris en train de commettre une faute quelconque, vous   qui avez l’esprit de Dieu ramenez-le dans le droit chemin : mais faites preuve de douceur à son égard. Et j’ajoute pour chacun de vous : veille sur toi-même, afin de ne pas te laisser tenter, toi aussi. Aidez-vous les uns les autres à porter vos fardeaux : Vous obéirez ainsi à la loi du Christ. Si quelqu’un pense être quelque chose alors qu’il n’est rien, il se trompe lui-même. 
Que chacun examine sa conduite ; s’il peut en être fier, il le sera alors par rapport à lui seul et non par comparaison avec les autres. Car chacun doit porter sa propre charge.

Ave Maria Salam Shalom Ave Maria Shalom [en ligne]. 8 juillet 2015. Disponible à l’adresse : https://www.youtube.com/watch?v=b9LRM4jEmt8
Sous la vidéo est écrit :

Yuliana, chanteuse Russe de passage à Paris en 2014 tombe par hasard sur cette chanson à la radio et décide en rentrant chez elle à Krasnodar en Russie de la produire. Sur internet elle fait la connaissance d’un rappeur de confession israëlite: Rodjo, et d’un rappeur de confession musulmane, VSteh et leur demande de s’associer à elle pour interpréter cette chanson et ainsi prouver que trois artistes de confessions différentes pouvaient parfaitement s’entendre dès lors qu’il s’agit de véhiculer un message de paix.
Pour l’anecdote, les artistes se sont enregistrés et filmés chacun dans leur pays, et ne se sont donc jamais rencontrés ! Ce clip était initialement destiné à présenter les trois artistes aux maisons de disques mais malheureusement, aucune d’entre elles n’a souhaité commercialiser cette chanson ! Dommage… Il a donc été décidé de la diffuser sur facebook et youtube telle quelle et ainsi la faire découvrir au plus grand nombre…
Partagez-la avec tous vos amis , vos proches, traduisez la dans toutes les langues si vous voulez, diffusez là partout où vous pouvez …..
Nous comptons sur vous …
 Salam shalom à tous
 
Shalom Israël spirituel, que la Paix par le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob en l’Esprit de Jésus-Christ inonde la Terre entière, Amen ! 
 
Vive les populations et les peuples souverains de leur être et de la monnaie respective de leur pays !   
Vive les justes !   
Vive la France libre ! 

[1] Association suisse des infirmières. Les principes éthiques : guide pour une prise de décision et une pratique moralement responsable. In : L’éthique dans la pratique des soins. [Brochure]. Berne, 2003. p. 9-22
[2] Association suisse des infirmières. Les compétences morales : l’attitude derrière l’action. In : L’éthique dans la pratique des soins. [Brochure]. Berne, 2003. p.p. 23-25.

Q & deQodeurs

Très chers amis au service de la vérité, des principes éthiques[1] que sont l’autonomie, la bienfaisance, la non-malfaisance et la justice, ainsi que les compétences morales[2] que sont la fiabilité, la fidélité, l’authenticité et l’honnêteté,

Nous partageons avec vous l’excellent travail de l’équipe des ” deQodeurs”, à prendre connaissance sous: 
 

Le Phare de l’Espoir (des milliers d’enfants ont déjà vu la lumière,preuves à l’appui). Les deQodeurs [en ligne]. Diffusé en direct le 7 juillet 2020. Disponible à l’adresse : https://www.youtube.com/watch?v=W4Ts4sGuTKg
Sous la vidéo est écrit :

Soldats numériques, partagez ce live car il risque d’être un des plus importants que j’ai fait jusqu’à présent. Une bouffée d’air frais dans ce contexte global assez étrange. Sauriez-vous voir la lumière au bout du tunnel ? 
7 sujets, 7ème jour du 7ème mois ! 
L’espoir, la lumière… Pendant qu’on est focalisé sur l’actualité politique et l’échiquier international, il y a plein de bonnes choses qui sont en train de se produire en arrière-plan. Des milliers d’arrestations et de sauvetages d’enfants ont eu lieu et je vous fournirai des preuves que j’ai vérifié et que vous pouvez vérifier par vous mêmes et partager.
 
Merci à Fils de Pangolin pour son aide très précieuse.
 
Programme du live demain.
 
21h00 – Connexion
21h05 – Début du live (enregistrement pour replay)
21h50 – L’After 23h00 – Fin
Suivez nous : Site : https://www.dissept.com/
 
A retenir :
Dis Sept. Obtenez de l’information vérifiée et vérifiable pour la guerre digitale que nous vivons. Disept [en ligne]. [Consulté le 8 juillet 2020]. Disponible à l’adresse : https://www.dissept.com/
 
Remarque :
Le site internet est bien structuré avec des boutons permettant l’accès aux informations de QAnon, les patriotes américains.
 
 
La Bible en français courant :
Galates 6 :1-5
 
Frères, si quelqu’un est surpris en train de commettre une faute quelconque, vous   qui avez l’esprit de Dieu ramenez-le dans le droit chemin : mais faites preuve de douceur à son égard. Et j’ajoute pour chacun de vous : veille sur toi-même, afin de ne pas te laisser tenter, toi aussi. Aidez-vous les uns les autres à porter vos fardeaux : Vous obéirez ainsi à la loi du Christ. Si quelqu’un pense être quelque chose alors qu’il n’est rien, il se trompe lui-même. 
Que chacun examine sa conduite ; s’il peut en être fier, il le sera alors par rapport à lui seul et non par comparaison avec les autres. Car chacun doit porter sa propre charge.

Ave Maria Salam Shalom Ave Maria Shalom [en ligne]. 8 juillet 2015. Disponible à l’adresse : https://www.youtube.com/watch?v=b9LRM4jEmt8
Sous la vidéo est écrit :

Yuliana, chanteuse Russe de passage à Paris en 2014 tombe par hasard sur cette chanson à la radio et décide en rentrant chez elle à Krasnodar en Russie de la produire. Sur internet elle fait la connaissance d’un rappeur de confession israëlite: Rodjo, et d’un rappeur de confession musulmane, VSteh et leur demande de s’associer à elle pour interpréter cette chanson et ainsi prouver que trois artistes de confessions différentes pouvaient parfaitement s’entendre dès lors qu’il s’agit de véhiculer un message de paix.
Pour l’anecdote, les artistes se sont enregistrés et filmés chacun dans leur pays, et ne se sont donc jamais rencontrés ! Ce clip était initialement destiné à présenter les trois artistes aux maisons de disques mais malheureusement, aucune d’entre elles n’a souhaité commercialiser cette chanson ! Dommage… Il a donc été décidé de la diffuser sur facebook et youtube telle quelle et ainsi la faire découvrir au plus grand nombre…
Partagez-la avec tous vos amis , vos proches, traduisez la dans toutes les langues si vous voulez, diffusez là partout où vous pouvez …..
Nous comptons sur vous …
 Salam shalom à tous
 
Shalom Israël spirituel, que la Paix par le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob en l’Esprit de Jésus-Christ inonde la Terre entière, Amen ! 
 
Vive les populations et les peuples souverains de leur être et de la monnaie respective de leur pays !   
Vive les justes !   
Vive la France libre ! 

[1] Association suisse des infirmières. Les principes éthiques : guide pour une prise de décision et une pratique moralement responsable. In : L’éthique dans la pratique des soins. [Brochure]. Berne, 2003. p. 9-22
[2] Association suisse des infirmières. Les compétences morales : l’attitude derrière l’action. In : L’éthique dans la pratique des soins. [Brochure]. Berne, 2003. p.p. 23-25.

Genevoiserie, scandale démocratique !



Par contre, les faillites, chômeurs, dépressions, divorces, disputes sont bien réels !
Violations des droits démocratiques, bien préciser aux communes que ce droit démocratique de référendum et de contrôle des signatures sont gratuits. Ce sont de simples formalités pratiquées en Suisse depuis des années.


Le cas de Meinier !


Bonjour Monsieur,

Etant actif dans la récolte de signatures dans ma commune de Meinier, ainsi que pour celle de Genève, je me suis confronté à un refus catégorique de la mairie de ma commune qui n’est pas entré en matière pour apposer sa signature afin de  valider ma première liste concernant ce référendum.

Ils m’ont toutefois expliqué que je peux me rendre à l’office cantonal de la population (à l’autre bout du canton) au service cantonal de l’état civil afin de légaliser ma liste moyennant un paiement de CHF 30.00 pour la première signature et CHF 8.00 pour les suivantes. Superbe. En me précisant  que les notaires le faisait aussi.

Donc pour éviter ces contraintes aux nombreuses personnes auxquelles j’ai transmis les listes, je vais devoir leur demander de me les retourner une fois remplies et signées, afin d’éviter de leur infliger ce déplacement pas très agréable.

Voilà tout cela pour vous dire que l’on nous met pas mal de bâtons dans les roues sur Genève pour nous décourager, mais en ce qui me concerne, il m’en faut plus.

Pour terminer, je rencontre mon amie Danielle Russell, que vous connaissez, ce dimanche, et j’en profiterai également pour lui transmettre une liste de votre référendum.

Bravo aussi pour cette initiative courageuse, et comme dirait très justement la formidable Ema Krusi : -nous ne sommes pas seuls .

Bien cordialement,

Pascal Thury

Tout ceci est illégal et scandaleux !


Argumentaire : Non à SwissCovid





M. Sébastien Fanti dénonce les méthodes du Conseil fédéral et de Swisscom. La Suisse vit une période exceptionnelle de pandémie, mais le préposé cantonal à la protection des données s’interroge : «Est-ce qu’il faut aller jusqu’à traquer l’ensemble des citoyens de ce pays ? Je ne le pense pas».


Dick Marty, grande figure de la scène politique suisse (PLR), ex-procureur du Tessin, ex-conseiller d’Etat et ex-conseiller aux Etats, membre de l’assemblée du Conseil de l’Europe, a une vision très critique de l’application de traçage proposée par le Conseil fédéral: “… Lorsque j’entends dire que l’application est sûre, je m’inscris en faux. La grande faiblesse du système consiste dans le fait de devoir se fier à Bluetooth: une personne un peu compétente en informatique peut ainsi s’introduire dans les appareils des autres usagers. Deuxième faiblesse: pour fonctionner, l’application doit passer par les systèmes de gestion de Google et d’Apple, qui ne sont pas open source. Nous ne savons pas qui est derrière ces systèmes et ce qu’ils font de nos données….”


Pierre Santchi ,informaticien, ancien directeur du Centre informatique de l’EPFL et ancien député au Grand Conseil vaudois.


Bien plus grave que le coronavirus déclencheur, c’est le virus de sa panique et de celle qu’il veut amplifier chez les gens qui continue à inspirer le Conseil fédéral.


Or aucune garantie réelle aux plans politique, technique, juridique et éthique ne peut être donnée par aucun membre de l’Etat ou du parlement sur la non-utilisation à des fins différentes des buts proclamés, de « l’application» dite «de traçage».


Il faut aussi éviter le chantage sociétal et l’encouragement à la délation issus du slogan selon lequel le téléchargement de cette «application» serait «volontaire».


Dès lors, le respect pour leur serment, pour eux-mêmes personnellement, pour les citoyens et pour leurs libertés (telles que garanties par nos différentes Constitutions) implique que les députés fédéraux refusent l’entrée en matière sur cet objet. Pour les mêmes raisons et dans la foulée, interdiction devrait être faite aux instances étatiques de planifier, sous quelque prétexte que ce soit, une quelconque «application» d’une telle nature.



Arguments supplémentaires du comité référendaire:


Non à livrer nos données à l’étranger !


Non au transitoire qui durera, comme la vignette ou les impôts fédéraux …


Non au délai immédiat pour cette modification soi-disant “urgente”, sic….


Non à l’irrespect de la démocratie directe, … sans effet suspensif,


Non à la précipitation et aux délais trop courts etc…


Au moins pour donner la chance aux suisses de voter sur cette question


​Changement de programme, vu que la conférence de presse prévue au Palais fédéral à Berne https://www.admin.ch/gov/fr/accueil/documentation/conferences-de-presse/centre-presse.html 


est déplacée au mardi 21 juillet dès 14h00, nous maintenons la séance de Lausanne ce vendredi 10 juillet dès 18h00 au ch. du Beau-Rivage 1 , avec la présence de Chloé Frammery,  
Attention au délai du 10 juillet pour la gravissime procédure de consultation des vaccinations obligatoires !   

Nous vous recommandons aussi de faire signer le référendum en cours 

Voici les 3 nouveaux formulaires, les anciens restent valables https://drive.google.com/drive/folders/1wp4oy4S0AtpNmpuqOnE66RtYsEF_0fKe?usp=sharing
Comité de patronage  actuel, à compléter et préciser…:
Lien pour étoffer ce comité: https://forms.gle/z4tZMvZ55KKwhr5c7

Non à SwissCovid .

Réunions tous les vendredis dès 18h00 au même endroit, ch. de Beau-Rivage 1,  Lausanne sauf indication contraire.

Avec mes amitiés

François de Siebenthal, responsable des référenda notamment pour la Suisse romande
——
[1] https://forms.gle/HYa4Mo5bNwkgQ2Qs5
Film en trois langues:
[2] Fr. https://vimeo.com/428185131
[3] D. https://vimeo.com/428184663
[4] It. https://vimeo.com/428184874
[5] https://microtaxe.ch/2020/06/referendum-obligation-des-vaccins.html

Tenez vous au courant grâce au lien suivant, juste l’adresse mail, merci  https://forms.gle/m5TLDTXXMJjUtqBL7
PS:
  Ceux qui le veulent bien pourrons prier toute ou une partie de la nuit avec nous dès  la fin de la séance, vu le délai du 10 pour la gravissime procédure de consultation des vaccinations obligatoires !   











Argument: Nein zu SwissCovid








Sébastien Fanti prangert die Methoden des Bundesrates und der Swisscom an. Die Schweiz macht eine aussergewöhnliche Pandemieperiode durch, aber der kantonale Datenschutzbeauftragte fragt sich: “Sollen wir so weit gehen, alle Bürgerinnen und Bürger dieses Landes zur Strecke zu bringen? Das glaube ich nicht”.








Dick Marty, eine führende Persönlichkeit der schweizerischen politischen Szene (ÖREB), ehemaliger Tessiner Staatsanwalt, ehemaliger Staatsrat und ehemaliger Berater der Staaten sowie Mitglied der Versammlung des Europarates, steht dem vom Bundesrat vorgeschlagenen Suchgesuch sehr kritisch gegenüber: “… Wenn ich höre, dass der Antrag sicher ist, erhebe ich Einspruch. Die große Schwäche des Systems besteht darin, dass wir uns auf Bluetooth verlassen müssen: Eine Person mit einigen Computerkenntnissen kann in die Geräte anderer Benutzer einsteigen. Die zweite Schwäche besteht darin, dass die Anwendung, um zu funktionieren, die Verwaltungssysteme von Google und Apple durchlaufen muss, die nicht Open Source sind. Wir wissen nicht, wer hinter diesen Systemen steckt und was sie mit unseren Daten machen…”






Pierre Santchi , Informatiker, ehemaliger Direktor des Rechenzentrums der EPFL und ehemaliges Mitglied des Grossen Rates der Waadt.


Viel gravierender als das Coronavirus, das ihn ausgelöst hat, ist der Virus seiner Panik und die Panik, die er in den Menschen verstärken will, die den Bundesrat weiterhin beflügeln.


Allerdings kann kein Mitglied des Staates oder des Parlaments eine wirkliche politische, technische, rechtliche oder ethische Garantie dafür geben, dass der so genannte “Tracing”-Antrag nicht für andere als die verkündeten Zwecke verwendet wird.


Es ist auch notwendig, gesellschaftliche Erpressung und die Ermutigung zur Denunziation zu vermeiden, die sich aus dem Slogan ergeben, dass das Herunterladen dieses “Antrags” “freiwillig” sei.


Der Respekt vor ihrem Eid, vor sich selbst, vor den Bürgern und vor ihren Freiheiten (wie sie in unseren verschiedenen Verfassungen garantiert sind) impliziert daher, dass die Bundestagsabgeordneten sich weigern, dieses Thema zu diskutieren. Aus den gleichen Gründen und im Zuge dessen sollte es den staatlichen Behörden untersagt werden, unter irgendeinem Vorwand eine “Anwendung” dieser Art zu planen.








Zusätzliche Argumente des Referendumsausschusses








Nein zur Lieferung unserer Daten ins Ausland!


Nein zu Übergangsmaßnahmen, die von Dauer sind, wie die Vignette oder Bundessteuern …


Nein zur unmittelbaren Frist für diese sogenannte “dringende” Änderung, sic …


Nein zur Missachtung der direkten Demokratie, … ohne aufschiebende Wirkung,


Nein zur Eile und zu kurzen Fristen etc.


Zumindest um dem Schweizer Volk die Möglichkeit zu geben, über dieses Thema abzustimmen.










Argomento: No a SwissCovid








Sébastien Fanti denuncia i metodi del Consiglio federale e di Swisscom. La Svizzera sta attraversando un periodo eccezionale di pandemia, ma il responsabile cantonale della protezione dei dati si chiede: “Dobbiamo arrivare a dare la caccia a tutti i cittadini di questo paese? Non credo proprio”.








Dick Marty, figura di spicco della scena politica svizzera (RDPP), ex procuratore del Canton Ticino, ex consigliere di Stato ed ex consigliere degli Stati, nonché membro dell’Assemblea del Consiglio d’Europa, ha una visione molto critica della domanda di rintracciamento proposta dal Consiglio federale: “… Quando sento che l’applicazione è sicura, non sono d’accordo. La grande debolezza del sistema è che dobbiamo affidarci al Bluetooth: una persona con qualche competenza informatica può entrare nei dispositivi di altri utenti. Il secondo punto debole è che, per funzionare, l’applicazione deve passare attraverso i sistemi gestionali di Google e Apple, che non sono open source. Non sappiamo chi c’è dietro questi sistemi e cosa fanno con i nostri dati…”.






Pierre Santchi, informatico, ex direttore del Centro Informatico dell’EPFL ed ex membro del Gran Consiglio di Vaud.


Molto più grave del coronavirus che l’ha scatenato, è il virus del suo panico e il panico che vuole amplificare nelle persone che continua a ispirare il Consiglio federale.


Tuttavia, nessun membro dello stato o del parlamento può dare una reale garanzia politica, tecnica, legale o etica che la cosiddetta “tracciatura” “applicazione” non sarà utilizzata per scopi diversi da quelli proclamati.


È anche necessario evitare il ricatto sociale e l’incoraggiamento della denuncia derivante dallo slogan che il download di questa “applicazione” è “volontario”.


Pertanto, il rispetto per il loro giuramento, per se stessi, per i cittadini e per le loro libertà (come garantito dalle nostre varie Costituzioni) implica che i deputati federali si rifiutano di discutere questo argomento. Per le stesse ragioni e sulla scia di ciò, alle autorità statali dovrebbe essere proibito pianificare, con qualsiasi pretesto, qualsiasi “applicazione” di questo tipo.








Ulteriori argomentazioni del comitato referendario








No alla consegna dei nostri dati all’estero!


No alle misure transitorie che dureranno, come la vignetta o le tasse federali …


No alla scadenza immediata per questo cosiddetto “urgente” cambiamento, sic …


No alla mancanza di rispetto per la democrazia diretta, … senza effetto sospensivo,


No alla fretta e scadenze troppo brevi, ecc…






Almeno per dare al popolo svizzero la possibilità di votare su questo tema.


Genevoiserie, scandale démocratique !



Par contre, les faillites, chômeurs, dépressions, divorces, disputes sont bien réels !
Violations des droits démocratiques, bien préciser aux communes que ce droit démocratique de référendum et de contrôle des signatures sont gratuits. Ce sont de simples formalités pratiquées en Suisse depuis des années.


Le cas de Meinier !


Bonjour Monsieur,

Etant actif dans la récolte de signatures dans ma commune de Meinier, ainsi que pour celle de Genève, je me suis confronté à un refus catégorique de la mairie de ma commune qui n’est pas entré en matière pour apposer sa signature afin de  valider ma première liste concernant ce référendum.

Ils m’ont toutefois expliqué que je peux me rendre à l’office cantonal de la population (à l’autre bout du canton) au service cantonal de l’état civil afin de légaliser ma liste moyennant un paiement de CHF 30.00 pour la première signature et CHF 8.00 pour les suivantes. Superbe. En me précisant  que les notaires le faisait aussi.

Donc pour éviter ces contraintes aux nombreuses personnes auxquelles j’ai transmis les listes, je vais devoir leur demander de me les retourner une fois remplies et signées, afin d’éviter de leur infliger ce déplacement pas très agréable.

Voilà tout cela pour vous dire que l’on nous met pas mal de bâtons dans les roues sur Genève pour nous décourager, mais en ce qui me concerne, il m’en faut plus.

Pour terminer, je rencontre mon amie Danielle Russell, que vous connaissez, ce dimanche, et j’en profiterai également pour lui transmettre une liste de votre référendum.

Bravo aussi pour cette initiative courageuse, et comme dirait très justement la formidable Ema Krusi : -nous ne sommes pas seuls .

Bien cordialement,

Pascal Thury

Tout ceci est illégal et scandaleux !


Argumentaire : Non à SwissCovid





M. Sébastien Fanti dénonce les méthodes du Conseil fédéral et de Swisscom. La Suisse vit une période exceptionnelle de pandémie, mais le préposé cantonal à la protection des données s’interroge : «Est-ce qu’il faut aller jusqu’à traquer l’ensemble des citoyens de ce pays ? Je ne le pense pas».


Dick Marty, grande figure de la scène politique suisse (PLR), ex-procureur du Tessin, ex-conseiller d’Etat et ex-conseiller aux Etats, membre de l’assemblée du Conseil de l’Europe, a une vision très critique de l’application de traçage proposée par le Conseil fédéral: “… Lorsque j’entends dire que l’application est sûre, je m’inscris en faux. La grande faiblesse du système consiste dans le fait de devoir se fier à Bluetooth: une personne un peu compétente en informatique peut ainsi s’introduire dans les appareils des autres usagers. Deuxième faiblesse: pour fonctionner, l’application doit passer par les systèmes de gestion de Google et d’Apple, qui ne sont pas open source. Nous ne savons pas qui est derrière ces systèmes et ce qu’ils font de nos données….”


Pierre Santchi ,informaticien, ancien directeur du Centre informatique de l’EPFL et ancien député au Grand Conseil vaudois.


Bien plus grave que le coronavirus déclencheur, c’est le virus de sa panique et de celle qu’il veut amplifier chez les gens qui continue à inspirer le Conseil fédéral.


Or aucune garantie réelle aux plans politique, technique, juridique et éthique ne peut être donnée par aucun membre de l’Etat ou du parlement sur la non-utilisation à des fins différentes des buts proclamés, de « l’application» dite «de traçage».


Il faut aussi éviter le chantage sociétal et l’encouragement à la délation issus du slogan selon lequel le téléchargement de cette «application» serait «volontaire».


Dès lors, le respect pour leur serment, pour eux-mêmes personnellement, pour les citoyens et pour leurs libertés (telles que garanties par nos différentes Constitutions) implique que les députés fédéraux refusent l’entrée en matière sur cet objet. Pour les mêmes raisons et dans la foulée, interdiction devrait être faite aux instances étatiques de planifier, sous quelque prétexte que ce soit, une quelconque «application» d’une telle nature.



Arguments supplémentaires du comité référendaire:


Non à livrer nos données à l’étranger !


Non au transitoire qui durera, comme la vignette ou les impôts fédéraux …


Non au délai immédiat pour cette modification soi-disant “urgente”, sic….


Non à l’irrespect de la démocratie directe, … sans effet suspensif,


Non à la précipitation et aux délais trop courts etc…


Au moins pour donner la chance aux suisses de voter sur cette question


​Changement de programme, vu que la conférence de presse prévue au Palais fédéral à Berne https://www.admin.ch/gov/fr/accueil/documentation/conferences-de-presse/centre-presse.html 


est déplacée au mardi 21 juillet dès 14h00, nous maintenons la séance de Lausanne ce vendredi 10 juillet dès 18h00 au ch. du Beau-Rivage 1 , avec la présence de Chloé Frammery,  
Attention au délai du 10 juillet pour la gravissime procédure de consultation des vaccinations obligatoires !   

Nous vous recommandons aussi de faire signer le référendum en cours 

Voici les 3 nouveaux formulaires, les anciens restent valables https://drive.google.com/drive/folders/1wp4oy4S0AtpNmpuqOnE66RtYsEF_0fKe?usp=sharing
Comité de patronage  actuel, à compléter et préciser…:
Lien pour étoffer ce comité: https://forms.gle/z4tZMvZ55KKwhr5c7

Non à SwissCovid .

Réunions tous les vendredis dès 18h00 au même endroit, ch. de Beau-Rivage 1,  Lausanne sauf indication contraire.

Avec mes amitiés

François de Siebenthal, responsable des référenda notamment pour la Suisse romande
——
[1] https://forms.gle/HYa4Mo5bNwkgQ2Qs5
Film en trois langues:
[2] Fr. https://vimeo.com/428185131
[3] D. https://vimeo.com/428184663
[4] It. https://vimeo.com/428184874
[5] https://microtaxe.ch/2020/06/referendum-obligation-des-vaccins.html

Tenez vous au courant grâce au lien suivant, juste l’adresse mail, merci  https://forms.gle/m5TLDTXXMJjUtqBL7
PS:
  Ceux qui le veulent bien pourrons prier toute ou une partie de la nuit avec nous dès  la fin de la séance, vu le délai du 10 pour la gravissime procédure de consultation des vaccinations obligatoires !   











Argument: Nein zu SwissCovid








Sébastien Fanti prangert die Methoden des Bundesrates und der Swisscom an. Die Schweiz macht eine aussergewöhnliche Pandemieperiode durch, aber der kantonale Datenschutzbeauftragte fragt sich: “Sollen wir so weit gehen, alle Bürgerinnen und Bürger dieses Landes zur Strecke zu bringen? Das glaube ich nicht”.








Dick Marty, eine führende Persönlichkeit der schweizerischen politischen Szene (ÖREB), ehemaliger Tessiner Staatsanwalt, ehemaliger Staatsrat und ehemaliger Berater der Staaten sowie Mitglied der Versammlung des Europarates, steht dem vom Bundesrat vorgeschlagenen Suchgesuch sehr kritisch gegenüber: “… Wenn ich höre, dass der Antrag sicher ist, erhebe ich Einspruch. Die große Schwäche des Systems besteht darin, dass wir uns auf Bluetooth verlassen müssen: Eine Person mit einigen Computerkenntnissen kann in die Geräte anderer Benutzer einsteigen. Die zweite Schwäche besteht darin, dass die Anwendung, um zu funktionieren, die Verwaltungssysteme von Google und Apple durchlaufen muss, die nicht Open Source sind. Wir wissen nicht, wer hinter diesen Systemen steckt und was sie mit unseren Daten machen…”






Pierre Santchi , Informatiker, ehemaliger Direktor des Rechenzentrums der EPFL und ehemaliges Mitglied des Grossen Rates der Waadt.


Viel gravierender als das Coronavirus, das ihn ausgelöst hat, ist der Virus seiner Panik und die Panik, die er in den Menschen verstärken will, die den Bundesrat weiterhin beflügeln.


Allerdings kann kein Mitglied des Staates oder des Parlaments eine wirkliche politische, technische, rechtliche oder ethische Garantie dafür geben, dass der so genannte “Tracing”-Antrag nicht für andere als die verkündeten Zwecke verwendet wird.


Es ist auch notwendig, gesellschaftliche Erpressung und die Ermutigung zur Denunziation zu vermeiden, die sich aus dem Slogan ergeben, dass das Herunterladen dieses “Antrags” “freiwillig” sei.


Der Respekt vor ihrem Eid, vor sich selbst, vor den Bürgern und vor ihren Freiheiten (wie sie in unseren verschiedenen Verfassungen garantiert sind) impliziert daher, dass die Bundestagsabgeordneten sich weigern, dieses Thema zu diskutieren. Aus den gleichen Gründen und im Zuge dessen sollte es den staatlichen Behörden untersagt werden, unter irgendeinem Vorwand eine “Anwendung” dieser Art zu planen.








Zusätzliche Argumente des Referendumsausschusses








Nein zur Lieferung unserer Daten ins Ausland!


Nein zu Übergangsmaßnahmen, die von Dauer sind, wie die Vignette oder Bundessteuern …


Nein zur unmittelbaren Frist für diese sogenannte “dringende” Änderung, sic …


Nein zur Missachtung der direkten Demokratie, … ohne aufschiebende Wirkung,


Nein zur Eile und zu kurzen Fristen etc.


Zumindest um dem Schweizer Volk die Möglichkeit zu geben, über dieses Thema abzustimmen.










Argomento: No a SwissCovid








Sébastien Fanti denuncia i metodi del Consiglio federale e di Swisscom. La Svizzera sta attraversando un periodo eccezionale di pandemia, ma il responsabile cantonale della protezione dei dati si chiede: “Dobbiamo arrivare a dare la caccia a tutti i cittadini di questo paese? Non credo proprio”.








Dick Marty, figura di spicco della scena politica svizzera (RDPP), ex procuratore del Canton Ticino, ex consigliere di Stato ed ex consigliere degli Stati, nonché membro dell’Assemblea del Consiglio d’Europa, ha una visione molto critica della domanda di rintracciamento proposta dal Consiglio federale: “… Quando sento che l’applicazione è sicura, non sono d’accordo. La grande debolezza del sistema è che dobbiamo affidarci al Bluetooth: una persona con qualche competenza informatica può entrare nei dispositivi di altri utenti. Il secondo punto debole è che, per funzionare, l’applicazione deve passare attraverso i sistemi gestionali di Google e Apple, che non sono open source. Non sappiamo chi c’è dietro questi sistemi e cosa fanno con i nostri dati…”.






Pierre Santchi, informatico, ex direttore del Centro Informatico dell’EPFL ed ex membro del Gran Consiglio di Vaud.


Molto più grave del coronavirus che l’ha scatenato, è il virus del suo panico e il panico che vuole amplificare nelle persone che continua a ispirare il Consiglio federale.


Tuttavia, nessun membro dello stato o del parlamento può dare una reale garanzia politica, tecnica, legale o etica che la cosiddetta “tracciatura” “applicazione” non sarà utilizzata per scopi diversi da quelli proclamati.


È anche necessario evitare il ricatto sociale e l’incoraggiamento della denuncia derivante dallo slogan che il download di questa “applicazione” è “volontario”.


Pertanto, il rispetto per il loro giuramento, per se stessi, per i cittadini e per le loro libertà (come garantito dalle nostre varie Costituzioni) implica che i deputati federali si rifiutano di discutere questo argomento. Per le stesse ragioni e sulla scia di ciò, alle autorità statali dovrebbe essere proibito pianificare, con qualsiasi pretesto, qualsiasi “applicazione” di questo tipo.








Ulteriori argomentazioni del comitato referendario








No alla consegna dei nostri dati all’estero!


No alle misure transitorie che dureranno, come la vignetta o le tasse federali …


No alla scadenza immediata per questo cosiddetto “urgente” cambiamento, sic …


No alla mancanza di rispetto per la democrazia diretta, … senza effetto sospensivo,


No alla fretta e scadenze troppo brevi, ecc…






Almeno per dare al popolo svizzero la possibilità di votare su questo tema.


Comment pardonner ?

Jean Monbourquette, psychologue canadien, nous balise la route avec un chemin intérieur en 12 étapes développées dans Comment pardonner ? aux éditions Bayard
L’auteur propose un chemin spirituel et psychologique, qui nous demande d’aller chercher dans notre âme ce que nous sommes impuissants à réaliser seuls.
Les conditions préalables au pardon sont :
1. Le choix de ne pas se venger et faire cesser l’offense : pas question de continuer à subir, vous êtes responsable de restaurer votre dignité et de refuser le statut de victime. Vous venger, que ce soit par de petites allusions ou une contre-attaque, ne servirait qu’à alimenter votre rancœur, à retarder la paix, comme une blessure dont vous empêcheriez volontairement la cicatrisation.
La guérison psychologique est la phase émotionnelle de votre chemin :
2. Reconnaître sa blessure et sa pauvreté : votre souffrance peut être mêlée de honte et d’humiliation, les accueillir vous évite qu’elles ne se déguisent en colère ou déni.
3. Partager sa blessure avec quelqu’un : trouvez dans votre entourage une personne qui saura vous permettre de verbaliser vos émotions, de prendre du recul, de vous sentir compris.
4. Bien identifier sa perte pour en faire le deuil : ne minimisez pas ! on ne peut pas comparer deux blessures, votre souffrance est unique. La nommer permet de mieux la cerner sans la nier ni se laisser envahir. Qu’est-ce qui a été touché à l’intérieur de vous dans cette offense ?
5Accepter sa colère et l’envie de se venger : vous êtes… normal ! Accueillez votre colère pour éviter qu’elle ne se projette sur un autre ou contre vous-même, et trouvez des exutoires sains, comme le sport.
6. Se pardonner à soi-même : cela vous étonne ? C’est pourtant un risque de s’en vouloir de s’être montré trop vulnérable, confiant, patient… Demandez la grâce de retrouver de la compassion pour vous-même.
7. Comprendre l’offenseur peut être possible après ce temps de travail de guérison de sa blessure, et vous aidera à distinguer l’acte de la personne.
8. Trouver un sens à l’offense, aussi difficile que ça puisse paraître. Chacune de mes blessures, une fois guérie, peut devenir occasion de croissance. Demandez-vous par exemple ce que vous avez découvert sur vous-même, limites et fragilités, quelles ressources nouvelles vous pouvez identifier, en quoi vos rapports avec les autres vont changer.
Vient enfin l’étape du pardon intégral, qui fait appel à toutes vos ressources spirituelles.
9. Se savoir digne de pardon et déjà pardonné : faites l’expérience de vous laisser aimer de manière inconditionnelle, par une source d’Amour qui vous dépasse, que vous pouvez nommer Dieu si vous êtes croyant. C’est dans cette certitude d’être aimé et la grande force intérieure qu’elle procure que vous pourrez continuer votre chemin de pardon.
10. Cesser de s’acharner à vouloir pardonner : votre pardon vous dépasse, il demande plus qu’une générosité purement humaine. Demandez cette force à Dieu.
11. S’ouvrir à la grâce de pardonner : laissez Dieu agir en vous !
12. Décider de mettre fin à la relation ou la renouveler : ce pardon vous permet de retrouver votre liberté dans la relation. À vous de la renouveler s’il est possible pour vous deux de le faire, mais mettre fin à la relation peut s’imposer. De toute façon votre regard sur vous-même et sur l’offenseur seront transformés en profondeur, même sans réconciliation ou après le décès de votre offenseur.
Même spirituel, le pardon n’est pas une affaire de religion ! Sa valeur curative est prouvée, avec comme effet une baisse de l’anxiété, de la dépression, des accès de colère et une augmentation de l’estime de soi. Cassandra, que son mari a quittée en la laissant seule avec deux enfants en bas âge, est tombée en dépression. Elle peut témoigner aujourd’hui du parcours de pardon qu’elle a pu accomplir : le pardon qu’elle s’est donnée et qu’elle a donné à son mari lui ont permis de retrouver une force de vie en elle, d’enlever la chape de plomb qui pesait sur ses épaules, d’arrêter de se dévaloriser. Alors, vous aussi, pour être libéré, pardonnez !
Par Haragayato — Travail personnel, CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=50344039
  1. Céline Santini, Kintsugi, l’art de la résilience, Paris, Editions First, avril 2018, 248 p. (ISBN 978-2-412-03620-4présentation en ligne [archive]), p. 9, 10, 241
    « Le Kintsugi, ou l’art de sublimer les blessures… La Voie du Kintsugi peut être vue comme une forme d’art-thérapie, vous invitant à transcender vos épreuves et transformer votre propre plomb en or. Il vous rappelle que vos cicatrices, qu’elles soient visibles ou invisibles, sont la preuve que vous avez surmonté vos difficultés. En matérialisant votre histoire, elles disent : « tu as survécu ! » et vous apportent un supplément d’âme. »

  2.  Christophe André« Kintsugi » [archive], sur Psycho Actif, le blog de Christophe André, Psychiatre, 20 septembre 2017 (consulté le 18 avril 2018) : « J‘aime bien cette pratique, qui a bien sûr quelque chose d’étonnant, à une époque où on jette volontiers ce qui est usé ou brisé. Je l’aime d’autant plus que j’ai parfois l’impression de rencontrer des humains kintsugi ! Des humains que la vie a cabossés, mais qui ont réussi à s’en remettre, et qui n’en ont pas gardé d’amertume ou de ressentiment. Au contraire, qui ont progressé, qui se sont à la fois reconstruits et agrandis, améliorés, bonifiés… »
  3.  « “Kintsugi, l’art de la résilience” : ce que nous avons pensé du livre de Céline Santini » [archive], sur europe1.fr, 17 avril 2018 (consulté le 18 avril 2018) : « Cet art (de “kin” qui signifie l’or et “tsugi”, les jointures) est pratiqué au Japon depuis le xve siècle. Il consiste à réparer les objets brisés avec une laque (issue du laquier) recouverte de poudre d’or pour que les cicatrices restent apparentes. Une philosophie de l’acceptation de l’imperfection qui incite à aborder les échecs, blessures et autres maux de la vie d’une nouvelle manière, comme le détaille Céline Santini dans son ouvrage Kintsugi, l’art de la résilience. »
Traduction »