Banques en faillite ?

Fitch révise les notes de plusieurs banques européennes

« L’agence de notation Fitch a abaissé mardi les notes de plusieurs banques italiennes, espagnoles, portugaises, autrichiennes, irlandaises et allemandes dans le cadre d’une revue liée au moindre soutien des États européens en cas de faillite.
Fitch avait annoncé en mars 2014 qu’elle allait revoir les notations du secteur au regard des évolutions législatives qui ont réduit la probabilité d’un soutien des États aux banques en Suisse, aux États-Unis et dans l’Union européenne.
Deux banques irlandaises ont vu leurs notes reléguées dans la catégorie des investissements spéculatifs : Bank of Ireland (perd deux crans à BB+) et Allied Irish Bank (perd 3 crans à BB).
Quatre banques portugaises ont vu leurs notes abaissées : la première banque privée portugaise Banco Comercial Portugues a été dégradée de deux crans à BB-, et Banco BPI d’un cran à BB. Caixa Economica Montepio Geral’s (Montepio) a perdu deux crans, à B+, et celle de Banif – Banco Internacional do Funchal, a reculé de 4 crans à B-.
Les notes de quatre banques italiennes ont été abaissées dans la catégorie spéculative : Banco Popolare (perd trois crans à BB), Banca Monte dei Paschi di Siena, qui perd 7 crans à B-, Banca Popolare dell’Emilia Romagna (un cran à BB) and Banca Carige (3 crans de moins à B. La note de Banca Popolare di Milano (BPM) a été confirmée à BB+.
En Autriche, quatre banques ont été dégradées : Erste (BBB+), Raiffeisen Bank International (BBB), UniCredit Bank Austria (BBB+) et Volksbanken-Verbund (BB-), Fitch soulignant les défis auxquels font face ces établissements sur certains marchés comme la Russie ou l’Ukraine.
L’Allemande Deutsche Bank a vu sa note reculer d’un cran à A, assortie d’une perspective négative, et sa filiale Postbank de deux crans à A-.
Au Royaume-Uni, Lloyds a vu sa note relevée d’un cran à A+, Barclays (A) et HSBC (AA-) ont vu les leurs confirmées et Royal Bank of Scotland a été dégradée de deux crans à BBB+.
En France, Société Générale a vu sa note confirmée à A tout comme les Suisses UBS et Crédit suisse. »

Arrêt sur image :

« Fitch avait annoncé en mars 2014 qu’elle allait revoir les notations du secteur au regard des évolutions législatives qui ont réduit la probabilité d’un soutien des États aux banques en Suisse, aux États-Unis et dans l’Union européenne. »
Vous le comprenez donc : la raison pour laquelle l’agence Fitch abaisse les notes c’est parce que les États souhaitent retirer leur soutien potentiel en cas de problème.
Pour parler plus clairement, l’idée c’est que les États puissent ne plus avoir à sauver les banques car cela coûte cher, très cher même et les États sont tous surendettés.
La loi permet de faire payer actionnaires et déposants à partir de 2016 en cas de faillite bancaire !
Source: http://us6.campaign-archive2.com/?u=54fb71744bca4f72b722cf925&id=db6f9807f4&e=4ca417bd30
Excellent débat sur le thème “Les suisses aiment-ils vraiment leurs banques” présenté par Leila Delarive et Fred Valet en compagnie d’Eva Zaki, François de Siebenthal, Angela De Wolff, Jan Langlo, Blaise Rosselat et Nicole Bardet. 

http://www.becurioustv.com/fr/show/qu-est-ce-qu-elle-a-ma-girl/episode/19-mai-les-suisses-aiment-ils-vraiment-leurs-banques
Explications un peu plus philosophiques de l’ Université de Lausanne: 

https://www.youtube.com/watch?v=rW_aAzL2pvo

et de monnaie-pleine:

Solutions:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »