Bérégovoy a-t-il été assassiné pour rien ? Ferraye, suite


Roger Karoutchi, chargé, au gouvernement, des relations avec le Parlement, a organisé hier soir, dimanche 26 avril, une projection privée du film sur le "suicide" de Pierre Bérégovoy, que France 2 diffusera vendredi, pour le 16ème anniversaire de la mort de l'ancien Premier ministre. Un homme d'honneur a, selon Karoutchi, glacé l'audience, notamment les quelques élus présents. La violence de traitement de Bérégovoy par la justice, la froideur de Pelat transmettant les ordres de François Mitterrand, la déferlante médiatique… "De quoi arrêter immédiatement la politique", conclut le secrétaire d'Etat.
À l'occasion du 16ème anniversaire de la disparition de Pierre Bérégovoy, France 2 consacrera sa soirée du 1er mai prochain à l'homme politique. En première partie de soirée, la chaîne diffusera le téléfilm Un homme d'honneur. Réalisée et écrite par Laurent Heynemann avec Gilles Gerardin, Gérard Carreyrou et Dan Franck, la fiction de 90 minutes reviendra sur la vie de l'ancien Premier ministre de François Mitterrand, retrouvé "suicidé" de deux coups de feu dans le dos le 1er mai 1993. L'acteur Daniel Russo prêtera ses traits à Pierre Bérégovoy et donnera la réplique à Dominique Blanc qui incarnera son épouse, Gilberte. Un homme d'honneur a reçu le FIPA d'argent lors du dernier festival télévisuel de Biarritz en janvier dernier. La soirée se poursuivra en deuxième partie de soirée avec Laurent Delahousse qui consacrera un numéro de son magazine Un jour, un destin à Pierre Bérégovoy.Rappel du texte de sa principale intervention pour lutter contre la corruption française…Extraits…
« Urgence, enfin, dans la lutte contre la corruption. (…) Avec le garde des sceaux, M. Michel Vauzelle, je veux publiquement apporter mon soutien aux juges qui poursuivent la fraude, sans autre passion que le droit. On soupçonne certains hommes publics de s'être enrichis personnellement de manière illégale. S'ils sont innocents, ils doivent être disculpés; s'ils sont coupables, ils doivent être châtiés; dans tous les cas, la justice doit passer. (…) J'apporte également mon soutien aux policiers qui travaillent consciencieusement sous le contrôle des juges pour traquer les corrupteurs. (…) Toutes les procédures seront conduites à leur terme, dès lors qu'elles révéleront des actes frauduleux commis à des fins d'enrichissement personnel. (…) S'il est des dossiers qui traînent, croyez-moi, ils ne traîneront plus. (…) Croyez-vous que je prendrais la responsabilité de tels propos devant la représentation nationale que je respecte, et devant l'opinion publique si je n'avais pas l'intention d'honorer tous les engagements que je prends devant vous ? »[1] Répondant instinctivement aux invectives de certains députés, le premier ministre brandit alors une feuille de papier et déclare : « Comme je suis un Premier ministre nouveau et un homme politique précautionneux, j'ai ici une liste de personnalités ( NdE. cette liste a disparu, M. Ferraye peut vous la fournir…) dont je pourrais éventuellement vous parler. Je m'en garderai bien ! (…) s'il existe encore des élus qui, à quelque niveau que ce soit et à quelque parti qu'ils appartiennent, ne respectent pas les nouvelles règles de financement de l'activité politique, qu'ils le sachent; le Gouvernement sera impitoyable. »[1]

Ted Maher armé du groupe Safra avec Bérégovoy (qui voulait nettoyer la corruption de l'affaire Ferraye – Clearstream ) une heure avant sa mort ?

Lu ce commentaire assez incroyable : Ted Maher, un ancien béret vert américain, se serait trouvé dans la voiture de Bérégovoy une heure avant sa mort : Prière de rechercher d'où sort cette info, qui a plus de détails ?

Samir Traboulsi dans l'étau de la justice

« En cette fin d'année 1992, alors que la gauche avance inexorablement vers une chute électorale que l'on prédit vertigineuse, Bérégovoy s'efforce de tenir la barre vaille que vaille. Face au désastre annoncé, les créanciers des années fastes en profitent pour se rappeler à son bon souvenir. Parmi eux figure le financier libanais Samir Traboulsi qui se démène pour échapper aux foudres judiciaires dans l'affaire Péchiney. Le juge d'instruction Edith Boizette doit clore son enquête d'ici à la fin de l'année. Pour Samir Traboulsi, il est hors de question d'être renvoyé devant le tribunal pour des faits qu'il dément avoir commis. Déjà, début 1989, lorsque la justice s'est saisie des soupçons de délits d'initié apparus lors du rachat de la société American National Can par le groupe Péchiney, Bérégovoy avait pris ses distances avec le financier libanais. Une précaution qui s'expliquait aussi par la volonté d'éviter que la justice ne mette en évidence ses liens personnels avec des protagonistes de l'affaire, dont Samir Traboulsi ou Roger-Patrice Pelat. Le juge Boizette, entre 1989 et début 1993, n'a ainsi jamais eu connaissance du prêt que lui a accordé, en 1986, l'ami du président.

Des liens avec la famille

Bérégovoy a néanmoins vite constaté qu'il n'était plus en mesure de couper définitivement les ponts avec son ami Traboulsi. N'a-t-il pas toujours été à ses côtés, même pendant son passage dans l'opposition ? Leurs familles n'ont-elles pas tissé des liens et partagé des vacances ? L'une des filles Bérégovoy n'a-t-elle pas été soutenue financièrement par l'intermédiaire libanais ? Il lui faudra faire avec… Pourtant, sa crainte est apparue lorsqu'il a découvert que Samir Traboulsi, au cœur de l'opération industrielle menée par Péchiney, aurait pu jouer un rôle dans l'achat frauduleux de titres (…) Placé dans la confidence de possibles turpitudes, Pierre Bérégovoy doit vivre avec cette amitié encombrante et tenter de se protéger. Ministre des Finances, le 10 octobre 1991, il se fait le messager de Samir Traboulsi auprès du ministre de la Justice, Henri Nallet, pour qu'il réponde aux inquiétudes du financier libanais. Samir assure, dans sa lettre au garde des Sceaux, que, « face à la vacuité du dossier, le parquet doit requérir un non-lieu à mon égard ». A l'instar de Bernard Tapie, le gouvernement socialiste met ainsi la justice au service de ses amis. Henri Nallet conseille de réfuter la compétence du juge d'instruction pour des faits survenus à l'étranger. En vain.

Une trentaine de notes à Bérégovoy

Samir Traboulsi va exercer une pression constante sur Bérégovoy, surtout après sa nomination à Matignon, début avril 1992. On relève plus d'une trentaine de notes adressées à son bureau ou à son domicile privé entre juin 1992 et février 1993. Elles sont transmises ensuite à Louis Joinet, conseiller justice de Pierre Bérégovoy. Pour la plupart, elles formulent des demandes d'intervention sur la procédure en cours. Samir Traboulsi, dans ces lettres, fait jouer d'autres cordes que celle du Code de procédure pénale. Satisfait d'une intervention, il conclue ainsi, le 14 septembre 1992, une note au Premier ministre : « Ce premier succès permet de faire en sorte, avec quelque effort, que compte tenu des délais, une exploitation politicienne de cette affaire ne puisse être effectuée avant mars prochain [mars 1993, date des prochaines élections législatives]. » Pour découvrir ces notes, dénichées par le journaliste Jacques Follorou, cliquez sur la vidéo ci-dessoushttp://www.dailymotion.com/video/x51gsv_quand-des-affairistes-harcelaient-p_news

Une crainte grandissante

Pourtant, cette débauche d'énergie n'exonérera pas Samir Traboulsi de poursuites judiciaires. En désespoir de cause, il sollicite, par écrit, le 6 janvier 1993 l'intervention du chef de l'Etat pour obtenir un non-lieu. Mais il est renvoyé, fin janvier 1993, devant le tribunal correctionnel dans l'affaire Péchiney. La correspondance avec le chef du gouvernement se poursuit néanmoins et l'on peut observer l'inquiétude croissante de Bérégovoy qui craint d'être emporté dans la tourmente. Traboulsi informe, le 20 janvier 1993, le Premier ministre que lors du procès Péchiney, « le cœur du délit sera présenté comme ayant eu lieu au dîner d'anniversaire Chez Edgar [restaurant où a été organisé l'anniversaire de mariage du couple Bérégovoy le 13 novembre 1988] ». Pierre Bérégovoy écrit, le 21 janvier 1993, à son conseiller justice : « L'affaire prend mauvaise tournure surtout si le point de départ est le fameux dîner. Ne peut-on pas, en toute hypothèse, retarder les choses ? » Le quasi-harcèlement dont il est l'objet trouble manifestement le chef du gouvernement qui semble perdre son sang-froid. Le 31 janvier 1993, à l'adresse de son conseiller Louis Joinet, il lance ainsi, en forme d'appel à l'aide : « Je suis abreuvé de notes. Peut-on vraiment faire quelque chose ? » S'il demande à son collaborateur d'envisager une éventuelle intervention dans la procédure, sans assurance de succès, ne se pose-t-il pas cette question également à lui-même ? (…)

Les découvertes d'un juge

(…) Ses proches ignorent alors que Pierre Bérégovoy a d'autres turpitudes à cacher, plus embarrassantes encore qu'un prêt de un million de francs sans intérêts. Si le juge d'instruction Thierry Jean-Pierre a eu connaissance du prêt bien avant d'en avoir la preuve, pense-t-il, le magistrat saura donc qu'il y a autre chose à trouver. Voilà ce qui tétanise Bérégovoy en ce début d'année 1993. Il ne sait ni quand ni comment cela sera révélé, par la voie judiciaire ou médiatique, par ses propres amis ou ses adversaires politiques, mais sa fonction de Premier ministre et de leader de la gauche pour la campagne des législatives fait de lui une cible de premier choix. (…)

Les autres libéralités de Pelat

Les craintes de Bérégovoy ne sont pas infondées. Le juge Jean-Pierre a découvert non seulement le prêt Pelat, mais aussi les nombreuses libéralités accordées à sa famille. Difficile de dire « non » à l'ami intime du président, qui plus est lorsque l'on se reconnaît en lui. L'enquête du magistrat a mis en lumière la prise en charge financière par Roger-Patrice Pelat de vacances du couple Bérégovoy, entre 1982 et 1989 ; elle a montré les versements d'argent effectués à Lise Bérégovoy, l'une des filles du Premier ministre dont Pelat se portait également caution auprès des banques pour des emprunts répétés. On y trouve aussi la trace des billets d'avion que Pelat, nommé par Mitterrand au conseil d'administration d'Air France, offrira gracieusement à la jeune femme.

Des questions taboues

Le magistrat a levé le voile sur les liens financiers tissés au fil des années entre des affairistes entourant Pierre Bérégovoy et certains des membres de sa propre famille. (…) L'incidence de la vie privée de la famille de Pierre Bérégovoy sur l'exercice de ses fonctions publiques est apparue aux yeux de ses propres conseillers ministériels dès son deuxième séjour au ministère des Finances, puis de façon accrue à Matignon. Ils seront plusieurs à tenter de le sensibiliser sur les risques encourus, souvent en vain. Comme ce jour où Olivier Rousselle, son proche conseiller, désire alerter Pierre Bérégovoy sur la trop grande dépendance finnancière qui existe entre Bernard Tapie et certains membres de sa famille. En guise de réponse, Rousselle se verra adresser une fin de non-recevoir et sera prié de quitter son bureau. De même aurait-il pu s'inquiéter de la persistance de découverts bancaires faramineux accordés par la SDBO, la filiale du Crédit Lyonnais, aux membres de la famille Bérégovoy. Selon les documents bancaires recueillis par le juge Thierry Jean-Pierre apparaît ainsi, dans des extraits d'un compte ouvert à l'agence Friedland de la SDBO, un découvert de 199 737,20 francs au mois d'avril 1993. Il sera également fort délicat pour les conseillers de Bérégovoy d'évoquer les relations nouées par les Bérégovoy et les Traboulsi. Si Jean-Louis Bianco, secrétaire général de l'Elysée, avait demandé au ministre des Finances de cesser toute relation avec le financier libanais dès 1988, sans doute méconnaissait-il les relations qui unissaient les deux familles. De nouveau, on trouve la trace de prêts d'argent aux membres de la famille Bérégovoy dont sa fille Lise, mais aussi de cadeaux à son épouse, Gilberte, et d'aides ponctuelles à Pierre Bérégovoy lui-même lors de sa période d'opposition entre 1986 et 1988. (…) » ©Fayard, 2008 Retrouvez [1] des extraits exclusifs de Bérégovoy, le dernier secret de Jacques Follorou, Fayard, avril 2008.

« Urgence, enfin, dans la lutte contre la corruption. (…) Avec le garde des sceaux, M. Michel Vauzelle, je veux publiquement apporter mon soutien aux juges qui poursuivent la fraude, sans autre passion que le droit. On soupçonne certains hommes publics de s'être enrichis personnellement de manière illégale. S'ils sont innocents, ils doivent être disculpés; s'ils sont coupables, ils doivent être châtiés; dans tous les cas, la justice doit passer. (…) J'apporte également mon soutien aux policiers qui travaillent consciencieusement sous le contrôle des juges pour traquer les corrupteurs. (…) Toutes les procédures seront conduites à leur terme, dès lors qu'elles révéleront des actes frauduleux commis à des fins d'enrichissement personnel. (…) S'il est des dossiers qui traînent, croyez-moi, ils ne traîneront plus. (…) Croyez-vous que je prendrais la responsabilité de tels propos devant la représentation nationale que je respecte, et devant l'opinion publique si je n'avais pas l'intention d'honorer tous les engagements que je prends devant vous ? »[1] Répondant instinctivement aux invectives de certains députés, le premier ministre brandit alors une feuille de papier et déclare : « Comme je suis un Premier ministre nouveau et un homme politique précautionneux, j'ai ici une liste de personnalités dont je pourrais éventuellement vous parler. Je m'en garderai bien ! (…) s'il existe encore des élus qui, à quelque niveau que ce soit et à quelque parti qu'ils appartiennent, ne respectent pas les nouvelles règles de financement de l'activité politique, qu'ils le sachent; le Gouvernement sera impitoyable. »[1] Cet incident sera immédiatement repris et abondamment commenté par la presse qui, spéculant sur la fameuse liste, conclura au dérapage. Il déclenchera ainsi la première polémique que devra essuyer le nouveau Premier ministre.

La vie de P. Bérégovoy, "Béré" pour les familiers, aura été une véritable success story, telle que la République les aime. Fils d'un immigrant ukrainien, obligé de travailler très tôt en raison de la maladie de son père, ses diplômes se limiteront à un certificat d'étude et un CAP d'ajusteur et de dessin industriel. Ceci ne l'empêchera pas d'occuper des postes et des fonctions de premier plan: secrétaire général de l'Élysée, ministre des affaires sociales, puis trois fois ministre de l'économie et des
finances, sous trois gouvernements différents, avant de devenir Premier ministre.
Ses origines modestes, sa réussite construite sur la volonté, et aussi sa probité, son
désintéressement en auront fait un homme à abattre. Le recours imprudent à un prêt immobilier sans
intérêt auprès de Roger Patrice Pelat, l'ami et homme de l'ombre du président de la République,
signera sa perte.
Le déchaînement médiatique orchestré à son encontre amènera F. Mitterand à prononcer, lors de
l'éloge funèbre, ces phrases devenues célèbres: « Toutes les explications du monde ne justifieront
pas que l'on ait pu livrer aux chiens l'honneur d'un homme et finalement sa vie au prix d'un double
manquement de ses accusateurs aux lois fondamentales de notre République, celles qui protègent la
dignité et la liberté de chacun d'entre nous ».
Reste le mystère. Le décès de P. Bérégovoy intervient à la veille du procès pour délit d'initié dans
l'acquisition de Triangle par Péchiney, dans une décennie où l'affairisme est roi. Les profits, dans
cette opération, étaient passés par certains des circuits financiers de Thomson (Socofinance). Libéré
des contraintes du pouvoir, il aurait pu témoigner devant la justice sur un certain nombre de dossiers,
dont celui-ci.
Certes, on disait l'ancien Premier ministre profondément déprimé, et affecté par le cumul de
l'importante défaite aux élections législatives de mars et de la polémique sur le prêt de M. Pelat.
D'accord, deux mois avant, au moment de son départ de Matignon, il n'était pas bien. Mais il avait
remporté les élections législatives dans sa ville de Nevers, et tous ses proches attestent qu'il avait
des projets, qu'il allait mieux.
Plus troublant, on relate que des témoins auraient entendu deux coups de feu. Aucun mot d'adieu n'a
été trouvé, alors que Pierre Bérégovoy était très proche de sa famille, qui a réfuté la thèse du suicide.
Son carnet, sur lequel il notait tout, a disparu alors qu'il l'avait dans sa poche une demi-heure avant
sa mort. A-t-on voulu effacer la trace du dernier rendez-vous? On voit aussi, sur l'unique photo du
mort, sur le brancard, que l'orifice au sommet du crâne n'est pas très grand, et ne ressemble pas à la
trace que laisse, dans la majorité des cas, un 357 Magnum, l'arme de service de son garde du corps,
que Béré est censé avoir subtilisée dans une boîte à gants. Aucune expertise balistique n'a été
effectuée, et la famille a toujours réclamé en vain le rapport d'autopsie. En fait, il n'y a pas eu
d'enquête. Sous la pression politique, en un quart d'heure, une vérité officielle s'est imposée, celle du
suicide d'un homme désespéré.
Un suicide de plus à la longue liste des disparitions tragiques d'alors, celui de René Lucet, directeur
de la Sécurité sociale (retrouvé mort «suicidé» avec deux balles dans la tête le 4 mars 1982), de
François de Grossouvre (ancien conseiller du Président, retrouvé mort le 7 avril 1994, avec une balle
dans la tête, au Palais de l'Élysée), ou de Pierre-Yves Guézou (responsable des écoutes
téléphoniques de l'Élysée, retrouvé pendu à son domicile, le 12 décembre 1994).
~~~~~~~
Bérégovoy, l'oublié de la mitterando-nostalgie
Alors que la France renoue avec l'ère mitterrandienne et idéalise un président aux
multiples facettes, la mémoire collective tend à effacer la dureté et l'affairisme de
cette période qui se sera conclue pour Pierre Bérégovoy, ancien Premier ministre, par
une mort mystérieuse, un 1er mai, sur le bord d'un canal de la Nièvre.

Appendice 14 – Assassinats

Le 12.01.1996, MOTTU a rédigé les conventions 2e version en faveur de FERRAYE par BCS
Finances de André SANCHEZ, signées par les associés et mandataires de Joseph FERRAYE.
Pièce 098 12.01.1996 Conv 2e version REBOURS-HOBEICH-GEBRANE – BCS
C'est par BCS Finance que devaient transiter les fonds de plus de 100 milliards de dollars du group B
composé de GEBRANE – HOBEICH et REBOURS.
Dans le faux dans les titres établi à la même date par MOTTU, à l'insu de FERRAYE, BCS Finance
n'apparaît plus et la signature de FERRAYE est un faux !
Pièce 095 12.01.1996 Conv 2e version REBOURS-HOBEICH-GEBRANE FAUX
La transcription de la cassette de André SANCHEZ pièce 156 – page 1 « Ils manipulaient les comptes », démontre
qu'il avait découvert le trafic des escrocs et n'était pas d'accord avec eux. MOTTU – BRUPPACHER
– BONNANT et WARLUZEL menaient le bal avec la complicité des procureurs BERTOSSA et
KASPER-ANSERMET Voir appendice 11 – particulièrement point 4 i.
Pièce 156 Transcription cassette SANCHEZ retrouvée après son meurtre
On sait que André SANCHEZ a été retrouvé à proximité de sa voiture incendiée, arrosé d'essence,
qu'il ne s'agissait pas d'un accident, que la porte arrière était restée ouverte etc. Malgré cela, le juge
d'instruction vaudois Jean-Marie RUEDE, après avoir eu connaissance de la cassette et des pièces
retrouvées au domicile de SANCHEZ, a imposé la thèse du « suicide » et a interdit l'enquête sur
l'aspect assassinat et financier du crime !
Cette transcription de cassette révèle qu'un juge d'instruction vaudois avait été averti à plusieurs par
SANCHEZ que des manipulations financières et des escroqueries étaient commises. Pourtant, aucun
juge d'instruction vaudois n'a ouvert une quelconque enquête. Tout porte à croire que c'était déjà le
« juge » d'instruction Jean-Marie RUEDE qui avait été le destinataire de ces dénonciations.
Ce « juge » est dénoncé dans 22 cas par l'association de défense des Victimes de la Justice Appel
au Peuple, où il est accusé pour les crimes suivants : abus de pouvoir, faussaire, menteur, déni de
justice, forte présomption de corruption. RUEDE est en outre président du KIWANIS Club de Morges.
Il est Franc-maçon et ami des avocats notoirement connus… (sic !) Thierry DE HALLER, Paul
MARVILLE.
Par son comportement irresponsable envers les Citoyens Vaudois (il engage la responsabilité de
l'Etat), le juge d'instruction vaudois Jean-Marie RUEDE a démontré qu'il est complice de l'assassinat
de SANCHEZ et du détournement des centaines de milliards de dollars qui devaient revenir à
FERRAYE !
Le juge d'instruction a fait saisir tous les documents dans les locaux de SANCHEZ. De ces
documents ressortaient clairement un crime d'escroquerie (crime poursuivi d'office) que le juge
n'a pas voulu traiter ou plus concrètement à étouffé ! Ces saisies qui n'ont eu aucune suite,
démontrent que RUEDE a voulu faire disparaître toutes les pièces compromettantes qui pouvaient
faire démasquer le complot et ses auteurs dans lesquels on retrouve l'avocat de Morges Jean-
Emmanuel ROSSEL et André CLERC de Fribourg.
Les rapports de police ont conclu au suicide en n'excluant pas l'intervention étrangère. Cette thèse
est difficile à partager à la lecture des deux rapports de la police de sûreté vaudoise :
Pièce 157 26.09.2001 SANCHEZ – Rapport DARRER
Pièce 158 26.09.2001 SANCHEZ – Rapport BURDET
Sanchez André – BCS Finance et AICE

Ces rapports sont curieux à plus d'un titre. Tout d'abord le rapport BURDET trouvé dans le dossier de
la justice GE :
Aucune entête et non daté… aucune signature des témoins… quant aux incohérences, elles sont
tellement grosses que ça en devient ridicule ! Ex. : SANCHEZ aurait craqué lui-même l'allumette pour
se mettre le feu, ses habits étaient complètement brûlés, lui-même était rôti particulièrement aux
parties génitales, mais il n'a pas lâché la boîte d'allumettes puisqu'elle a été retrouvée à ses côtés
loin de la voiture et intacte… L'homme et ses habits ont brûlé, pas la boîte d'allumettes qu'il tenait…
Peut-on prendre les gens à ce point-là pour des imbéciles ???
Une enquête sur les causes réelles de cet assassinat pourrait faire rouvrir l'affaire des fonds en
déshérence, dans laquelle la Suisse a été HUMILIEE avec la complicité de Flavio COTTI, alors
Conseiller Fédéral. En page 2 de la transcription de la cassette enregistrée par SANCHEZ, celui-ci
parle d'un dossier « SCHWARZ OCTAVE PEREZ, il(s) se livre(nt) à des manipulations
informatiques par le biais de HIDDEN au niveau national, voir international sur des comptes en
déshérences… Alors M. VENEAU s'appuie sur toutes ses relations américaines et un réseau,
paraît-il officiel de l'Administration fédérale… ». (S'agit-il du réseau COTTI – CALMY-REY –
BERTOSSA – GUT – OSPEL) ?
Comme on le voit en page 4, de la transcription, ces documents prouvaient « la falsification des pièces,
des mauvaises signatures etc. et que la BCV BANQUE CANTONALE VAUDOISE avait la totalité des
éléments ». La BCV devait-elle seulement recevoir les commissions de SANCHEZ ou était-elle
impliquée aussi ? Des sociétés liées au blanchiment des fonds FERRAYE dans lesquelles des
membres du conseil d'adminis-tration de la BCV sont impliqués, semblent laisser croire à la deuxième
solution.
Cette cassette (transcription) démontre également que Dave ROWE Appendice 17 (surnom de Patrick
DAWSON), à l'instar d'autres commanditaires du meurtre et du complot, VENEAU, PAULI et DROP,
DI CARA, Henri HIDDEN (Hydn ?), BORGNAZ, Sté Jacques… Gérald Bankers Trust (Bankers Trust SA à
Genève radiée en 2000…), etc., étaient menacés d'être dénoncés pour les malversations qu'ils opéraient.
Que SANCHEZ savait que DAVE avait l'habitude de faire des détournements électroniques de fonds,
qu'ils avaient menacé SANCHEZ de ne pas se laisser faire, s'il agissait contre leurs intérêts… (pages 4 – 5).
André SANCHEZ fait également référence à la Société « AICE sur laquelle les fonds auraient bien été
destinés »… Le Registre du Commerce de Fribourg fait mention d'une Société nommée AICE SA, en
liquidation, au nom de SANCHEZ André, de France, à Morges… Quel était son rôle et pourquoi la
magistrature vaudoise n'a-t-elle pas enquêté ?
Quand SANCHEZ cite VENOT, il s'agit en fait de Michel VENEAU, collaborateur de LEVAVASSEUR
qui agissait sous les ordres de MOTTU, ST-HILAIRE et BRUPPACHER. Michel VENEAU, d'un
tempérament dangereux, a été accusé plusieurs fois de meurtre…
En septembre 2001, suite à la parution d'un article dans LE MATIN paru le 24.07.1991 et après avoir
rencontré le journaliste, Joseph FERRAYE a contacté l'Inspecteur vaudois Marcel COQUERAND
pour l'informer de ses liens avec SANCHEZ et qu'il était prêt à témoigner et présenter les conventions
signées entre eux.
COQUERAND a confirmé qu'il détenait déjà tous les renseignements concernant Joseph FERRAYE
et que s'ils ne l'ont pas appelé, c'est qu'ils n'ont pas besoin de lui … !
Joseph FERRAYE a également appelé le juge d'instruction Jean-Marie RUEDE, qui a répondu dans
le même sens. Comportement pour le moins surprenant de la part d'un juge d'instruction, dans une
affaire dans laquelle il y a d'une part la mort d'un homme et d'autre part, le détournement de dizaines
de milliards de dollars.
Seule la corruption de ces deux fonctionnaires, peut justifier un tel comportement.

~~~~~~~

PS:

Nous apprenons par un journaliste français qu'une perquisition a eu lieu sur ordre de Justice, au Ministère des Affaires étrangères à Paris, concernant l'affaire Bernard BOREL.

En 1995, le Procureur Bernard BOREL, en mission à Djibouti, a été assassiné (19 octobre 1995). Son agenda qui a été retrouvé, porte la mention qu'il était mission né dans une affaire de brevets ! (points 55 – page 30 et 113 – page 44 du mémoire…
http://googleswiss.com/fr/geneve/f/chapitres/02-memoire.pdf

L'Etat français s'est opposé à ce que la procédure lancée par l'épouse du
Procureur, Elisabeth BORREL – jugée à Toulouse, soit ouverte, sous prétexte du secret défense.
 
Une rhétorique facile et systématique quand il s'agit de couvrir les crimes organisés par de hautes instances de l'État, comme pour l'affaire des frégates de Taïwan et autres…. classées sous prétexte du secret défense alors qu'il y plusieurs morts très suspectes et des fonds sur des comptes notamment au Japon, à Genève, à Lausanne…et à Clearstream…et notamment un jeune journaliste père de famille liquidé dans les DOM TOM, sans compter les défenestrés… ( not. Brozicek et Wang…)…et les explosés dans leur voiture ( Sanchez ), les pendus ( Levavasseur, les "suicidés" de plusieurs coups de feu dans le dos, ce qui est impossible…)…
http://googleswiss.com/fr/geneve/f/appendices/app14-assassinats.pdf

Il est trop facile de laisser faire, sous prétexte du secret défense, des gens qui provoquent des infamies sans limites.

www.pavie.ch

www.burdet.info

Pierre Bérégovoy, un mort toujours embarrassant

Il y a juste 16 ans, le 1er mai 1993, le premier ministre socialiste se tirait plusieurs balles dans la tête près de Nevers. Un "suicide" qui fait encore l'objet de controverses, dont France 3 a donné, samedi soir 3 mai, un écho dans un documentaire qui tente de mettre en cause la thèse officielle.

Je livre mon opinion passionnante sur :

vendredi 2 mai 2008
j éprouve un certain mal être à croire que l'on peut devenir premier ministre a coup d'auto flagellation. D' autre part pour les lettres, qui peuvent être de fausses lettres, n'expliquent pas la présence de Ted Maher dans sa voiture une heure avant. Ted Maher est le tristement célèbre personnage a l' origine de l' "incendie" qui cause la mort d' Edmond Safra. Accessoirement aussi le seul détenu qui a pu s'échapper de la prison de Monaco…avec des sacs plastiques !!! Quelle est votre opinion…auteur inconnu sur le blog cité.
http://www.bakchich.info/spip.php?page=forum&id_article=3601&id_forum=35341

Commando K à Genève et à Paris selon lettre de la NSA ( Kurtovic ? )

Lady D voulait se convertir catholique, vu son amitié avec Mère Térésa…


Le tragique et drôle de destin de James Andanson
STARS, DIANA, TRAFIC D'ARMES, MEURTRES

Amanda Lear, Bérégovoy, Jospin, Elf, Jacques Monsieur, Diana, etc…

On se souvient de James Andanson, le paparazzi préféré des princesses en goguette, et des stars du show biz comme de la politique – ami personnel de lady Diana Spencer, de Raymond Barre, de Charles Pasqua et de Lionel Jospin. Réputé, aussi, pour les piges qu¹il faisait, à l¹occasion, pour les services de renseignement britanniques, on avait beaucoup parlé de lui après l¹accident mortel de Diana et de Dodi, qu¹il suivait de près, dans le tunnel de l¹Alma. Il possédait, coïncidence tout de même extraordinaire, s¹agissant d¹un proche du couple, une Fiat Uno blanche – comme celle qui avait balancé la voiture des tourtereaux vers la dure paroi de béton, et vers l¹enfer. Il ne s¹était pourtant pas cru tenu de répondre aux innombrables appels à témoin de la police, qui cherchait fébrilement, et recherche toujours, offi-ciellement, à ce jour, la vraie Fiat Uno blanche, et son propriétaire.

Andanson et Lionel Jospin

S'il faut en croire le parquet, la Fiat Uno blanche d¹Andanson n¹est pas la bonne. Des expertises le prouvent. Immatriculée au nom de sa vieille mère, Andanson l¹a revendue – c¹est un hasard, aussi – peu de temps après le drame.

Il ya de très nombeux hasards dans la vie d¹Andanson – et dans sa mort elle-même, survenue dans des circonstances aussi opaques qu¹ atroces, dans l¹incendie de sa grosse BMW, au début du mois de mai de l¹an 2000, au c¦ur d¹un petit bois touffu et sombre, dans un coin désert du plateau du Larzac, à portée de lance-flammes des terres du brave José Bové.

Officiellement, James Andanson, qui s¹appelait en fait banalement Jean-Paul, fils d'Hippolyte et d¹Yvonne-Marie, né le 30 mars 1946 à Clermont-Ferrand, France, et n¹avait jamais été, comme il le laissait dire, lord et propriétaire d¹un château hanté en Ecosse, s¹est suicidé.

Rentrant inopinément d¹un voyage, en pleine nuit, dans sa superbe propriété de Lignières, dans le Cher, il aurait découvert la femme de sa vie en troublante compagnie. Il aurait attendu la fin de la matinée pour partir, en chemisette, au volant de sa voiture, mettre un courrier à la poste. Partant effectivement, cela au moins, c¹est sûr, pour un rendez-vous avec la mort, il aurait alors posté une lettre à son agence demandant que les droits de ses photos soient désormais versés…à celle dont il venait, nous raconte-t-on, de découvrir la trahison. Puis il aurait pris la route pour le Larzac, à 400 kilomètres de là. A Millau, un pompiste l¹aurait vu, selon Paris-Match, faire le plein de diesel, acheter aussi un bidon d¹essence et diverses babioles. La grosse BMW noire a gagné le plateau. Elle a tourné et tourné autpour du petit bois, cherchant une entrée, avant d¹aller s¹y cacher. L¹essence s¹est enflammée, et il est mort. Son corps repose dans le cimetière de Lignières. L¹assurance-vie et les créanciers de la propriété auraient fermé les yeux sur cette rupture de contrat, et tout payé, rubis sur l¹ongle, à la traîtresse.

Problème: il n'y a ni un os ni un cheveu du photographe chéri de Diana-et-Dodi dans le caveau de Lignières. Tout ce qui restait de James Andanson, c¹est-à-dire un maigre tas de cendres et d¹os broyés, le contenu d¹un petit carton, a été répandu dans les rosiers de la maison de Lignières, qu¹il bichonnait avec amour.

Je n'ai jamais vu ça, raconte Christian Bonventi, de la société des pompes funèbres de Lignières, 25 ans d¹expérience. Des suicides par le feu, j¹en ai vu quelques-uns, malheureusement. Des morts dans de voitures brûlées, aussi. Ca brûle très mal. Il reste toujours un corps, plus ou moins carbonisé, mais complet,ou quasi-complet, et bien reconnaissable. Les voitures modernes, il ne suffit pas d¹arroser d¹essence, et de f…le feu: les garnitures intérieures, les sièges, et même la peinture, sont aujourd¹hui conçues pour résister aux flammes, ou les propager le moins possible. Et quant au corps humain lui-même, nous, quand nous procédons à des incinérations, nous utilisons un four à 1200 degrés qui ³tourne² une heure et demie: et il nous faut pourtant ³finir le travail² avec un broyeur, avant de pouvoir remettre une urne funéraire, concernant un tas de cendres, à la famille. Dans le cas de M. Andanson, qui était notre voisin, que nous connaissions bien, et qui n¹était pas le mois du monde suicidaire, la gendarmerie nous a demandé d¹aller récupérer les cendres à l¹institut medico-légal de Montpellier, plus d¹un mois après le drame: on nous a remis un carton avec quelques cendres et un bout d¹os. Incroyable! D¹ailleurs, précise madame Bonventi dans un sourire, le jour de l¹ ³enterrement², à l¹eglise, mon mari me disait tout le temps: ³Tu vas voir. Il n¹est pas mort. Il va pousser la porte, et arriver en pleine cérémonie!  


L'incendie nocturne dont les hautes flammes, s¹élevant dans le ciel noir, ont attiré l¹attention de militaires en patrouille, par hasard, dans le secteur (selon l¹enquête officielle) aurait-il été tellement violent qu¹il a fait fondre (aussi) le moteur, comme l¹indiquent certains témoignages? Mais alors, il n¹a pu être provoqué, comme on l¹affirme, par un vulgaire briquet, jeté, par le désespéré, sur le siège arrière de sa voiture, préalablement aspergé d¹un petit peu d¹essence. Il a fallu des moyens plus techniques, voire militaires.

Au contraire, comme semblent l¹indiquer d¹autres sources, notamment judiciaires, a-t-on bien retrouvé un cadavre carbonisé, mais entier, et notamment le crâne, avant que des expertises étrangement poussées ne finissent par réduire le tout au contenu d¹un petit carton? Ce serait une autre énigme.

Parmi les innombrables rumeurs sui agitent aujourd¹hui Lignières, petit pays plein de charme au c¦ur de l¹antique Berry des sorcières, et fief aussi de l¹Âne noir de Bourges, un must, il en est une selon laquelle les expertises en question n¹auraient eu en réalité qu¹un seul but: faire disparaître, aux yeux de la famille, des traces de sévices, voire de tortures, ou de blessures mortelles.

Fantasmes? Alimentés, tout de même, par une autre coïncidence, peu relevée, à ce jour. A Lignières, le défunt avait pour voisin, depuis 1993, un ancien officier des renseignements militaires belges reconverti dans le commerce international de l¹armemement, Jacques Monsieur. Aujourd¹hui recherché par la justice, et retenu, ou réfugié, en Iran, il apparaît dans une des innombrables tentacules du dossier Elf – et notamment dans les affaires congolaises. Après avoir facilité l¹acquisition d¹armes de guerre, et même d¹hélicoptères, au président congolais Lissouba, il aurait aussi servi son rival, Sassou Nguesso, aujourd¹hui vainqueur par ko après des années de guerre civile. Tous ces équipements ayant été vendus à l¹Etat du Congo, il y a eu un peu de mouvement, plus tard, au moment des factures. Ancien président de la Fiba, la banque d¹Elf, Jack Sigolet accuse Monsieur, dans une interview donnée au quotidien belge le Soir, d¹avoir organisé contre lui deux attentats d¹avertissement, pour débloquer un dossier de règlement. La voiture de Sigolet a effectivement explosé, devant son domicile de Vaucresson, en région parisienne. Celle de sa femme aussi, un peu plus tard. Mais rien ne permet d¹imputer ces méthode déplorables à Monsieur Monsieur, qui ne peut pas se défendre en ce moment.

Mais les collectionneurs de coïncidences relèveront que la complexe négociation mettant aux prises Monsieur, Jack Sigolet, et divers réseaux dans la mouvance d¹Elf, semble s¹être sérieusement tendue au printemps 2000. En mars, d¹abord, avec un mystérieux cambriolage de documents confidentiels au siège pourtant bien protégé de la Fiba. Puis en avril, date à laquelle les congolais semblent avoir brutalement rompu toutes relations avec Jacques Monsieur. Quelques semaines avant la disparition de son voisin de Lignières, survenue le 4 mai. Cette étrange série se poursuit avec un mystérieux braquage à l¹agence de presse d¹Andanson, Sipa, dans les beaux quartiers de Paris, le 16 juin: quatre hommes cagoulés et armés, fort audacieux, qui recherchent des photos, maîtrisent les gardiens et font une fouille complète, examinant même le contenu des ordinateurs.

L¹explication souvent donnée par des proches de Sipa ne nous éloigne pas des dossiers Monsieur et Andanson. Les cambrioleurs recherchaient, dit-on, des photos en rapport avec le conflit Yougoslave. Monsieur, qui travaillait beaucoup avec Téhéran, et avait ravitaillé en armes iraniennes, au mépris de l¹embargo, mais avec l¹accord discret de l¹OTAN, plusieurs protagonistes de la guerre civile en Bosnie, avait un excellent ami très actif dans la région, un travailleur indépendant à la double nationalité belge et croate, connu dans le milieu des mercenaires et des services secrets, Marthy Cappiau. Cappiau travaillait sur contrat. Après avoir officié en Bosnie, puis au Congo, dans la mouvance de Jacques Monsieur, puis au service de Pascal Lissouba, il a infiltré, sur commande, l¹entourage d¹un mafieux croate de haute volée, Vejko Slisko, connu aussi dans le milieu du trafic d¹armes. le 24 mars dernier, il a réussi à le descendre,d¹une rafale de fusil d¹assaut, avant d¹être lui-même abattu par un garde du corps.

Selon le rapport confidentiel d¹une sorte de ³groupe d¹études², constitué, après la mort d¹Andanson, par des amis que le photographe avait su se faire dans une société anglo-saxonne d¹investigation et de sécurité proche des services britanniques, le photographe a été assassiné par un homme de main d¹origine yougoslave, T…,évoluant habituellement sous le pseudonyme d¹une grande famille de la noblesse française, connu aussi de la chanteuse Amanda Lear.

Andanson, qui prenait énormément de photos, a-t-il commis l¹imprudence d¹en prendre une de trop, en utilisant son téléobjectif, de sa maison de Lignières, pour immortaliser des rendez-vous, ou des plaques de voiture, à l¹occasion d¹une des discrètes (et fastueuses) réceptions que donnait Jacques Monsieur dans sa propriété des Amourettes? A-t-il tenté de monnayer, imprudemment, un de ces clichés? C¹est un bruit qui court. Rien ne le prouve.

Mais les informations des britanniques sont désormais parvenues à un service renseignement français, rattaché au Ministère de la Défense. Elles pourraient avoir des développements inattendus. Les (anciennes) connexions de T… avec Amanda Lear alimentent des interrogations sur la mort par incendie – une manie – d¹Alain-Philippe Malagnac, le mari de la chanteuse, le 28 décembre 2000. T. aurait un peu travaillé, aussi, un an avant, sur le dossier Safra – du nom du propriétaire de la Républic national bank de New-York, asphyxié dans un incendie à l¹intérieur de son immeuble-forteresse de Monaco, le 6 décembre 1999. Selon l¹enquête officielle, le feu avait été allumé dans une poubelle par un ancien béret vert (commando des forces spéciales) américain, Ted Maher. Il venait d¹être recruté comme infirmier, et vivait un amour déçu avec une de ses collègues…

Cerise sur le gâteau, enfin, T. se serait vanté d¹avoir très bien connu le petit canal de la Nièvre où Pierre Bérégovoy avait, lui aussi, rendez-vous avec la mort, le 1°mai 1993. L¹homme de main yougoslave, qui jouit, effectivement, d¹une solide formation de commando polyvalent, s¹y serait livré, très peu de temps auparavant, à des exercices de plongée en oxygers (appareillage spécial utilisé par les nageurs de combat pour ne pas laisser de bulles à la surface). Coïncidence des coïncidences, c¹est James Andanson (très proche du couple Bérégovoy, qu¹il recevait à Lignières) qui avait indiqué l¹endroit au défunt premier ministre de François Mitterrand. Comme Elisabeth Andanson, Gilberte Bérégovoy, sa veuve, a reçu dans les heures suivant immédiatement le décès, la visite de trois hommes très bien informés, se réclamant de la DST. Ils lui ont attentivement expliqué tous les inconvénients qui pourraient résulter, pour elle-même, ou pour ses proches, si elle maifestait ses doutes de manière trop exubérante, après le suicide.

Elisabeth Andanson, que VSd a pu surprendre, sur sa ligne personnelle, en aout 2000, nous avait ensuite vivement reproché d¹avoir publié ses propos: je ne peux pas croire à un suicide, comme tente de m¹en persuader la police. On le disait déprimé. Faux: mon mari n¹était pas plus déprimé deux jours avant sa mort qu¹il y a six mois ou trois ans.

Il se dit à Lignières que le couple, qui s¹était rencontré dans la région de Commercy, dans la Meuse (Elisabeth est originaire de Cousances aux Bois), à l¹occasion d¹un fait divers couvert par Andanson, il y a de très nombreuses années, vivait de façon moderne et très libre. Le photographe n¹ignorait rien des liens de son épouse avec un agriculteur du voisinage, qui accompagnait d¹ailleurs, à l¹occasion, le jeune James junior sur les circuits automobiles – pilote prometteur, il était sponsorisé…par Elf.

 
Copyright divulguer.com 2003 – http://www.divulguer.com Diana : En regard des faits qui se déroulèrent durant de nombreuses années, comment peut-on encore affirmer qu'Henri Paul est responsable et que l'accident relève d'un banal accident de la route. N'y a t-il pas droit à suspicion? Pourquoi la presse s'enferme t-elle dans un tel mutisme? Vous trouverez de nombreux documents dans le livre qui ne pourront que vous conforter dans l'idée qu'il s'est « passé un quelque chose de pas normal ». Voici la chronologie des faits. 1997 * 21 avril 1997. La Mercedes qui sera conduite par Henri Paul est volée devant le restaurant Taillevent par trois individus qui agressent le chauffeur de l'époque. Ils ne seront jamais retrouvés. * Fin mai. Le véhicule est retrouvé à Montreuil, dans la banlieue parisienne Cette voiture n'a jamais servi pour un quelconque casse ou braquage. Alors qu'une autre Mercedes est employée pour réceptionner le couple célèbre, ce sera une autre voiture, en l'occurrence celle déjà volée, qui sera donnée à Henri Paul pour convoyer le soir de l'accident Diana et son compagnon. * 31 août, Oh 24. La voiture conduite par Henri Paul percute le mur sous le tunnel du pont de l'Alma. Henri Paul et Dodi al Fayed sont tués sur le coup. La princesse Diana et Trevor Rees Jones, garde du corps, sont grièvement blessés. * O h 27. Premier appel téléphonique demandant des secours. * Oh29. Arrivée des pompiers. Dans le même temps, arrestation du témoin Éric Petel, la première personne qui téléphona au commissariat du 16eme arrondissement pour signaler un accident. Il dit avoir entendu « comme une détonation » venant de l'intérieur du véhicule. Après de nombreuses heures de garde à vue, il est libéré grâce à l'intervention et à la présence physique d'un personnage « haut placé. L'enquête prouvera qu'il s'agit de Philippe Massoni, Préfet de Paris à l'époque. Jusqu'à la fin de sa garde à vue, Eric Petel ne saura pas qui était dans le véhicule. * Oh 37. Intervention de Mme Martine Monteil et de son équipe de la Brigade criminelle. * 5 h 44. Une dépêche de l'Agence France-Presse annonce la mort de la princesse Diana. Heure officielle du décès: 4 h 05. * 31 août. Interrogation des témoins. Six photographes et un motard de presse sont placés en garde à vue. * Oh30 (heure locale). M. Lyons, demeurant en Floride (USA) et travaillant pour l'agence internationale de presse Sipa, reçoit des photos, adressées peut-être par M. Sola, un homologue français. * 7 heures du matin (heure locale). Lyons alerte Lionel Cherruault, son homologue à Londres. Dans la foulée, il signale l'existence des photos à son agence située à Paris (Sipa-Press, porte de Saint-Cloud). * 15 heures (heure locale). Lyons met les photos sur le marché international pour la somme de deux cent cinquante mille dollars. * 1er septembre, Oh30 (heure locale). Une société de surveillance alerte Lyons qu'une panne d'électricité d'origine mystérieuse vient de se produire. Il découvrira que son ordinateur ainsi que de nombreuses photos viennent de disparaître. * 21 h30 (heure locale). L'appartement de Lionel Cherruault à Londres est cambriolé. Tout son équipement électronique a été subtilisé. * 2 septembre. Ouverture d'une information judiciaire. Les six photographes et le motard de presse sont mis en examen pour « homicides et blessures involontaires » et « non-assistance à personnes en danger ». Ils sont remis en liberté, mais deux d'entre eux sont placés sous contrôle judiciaire. * 3 septembre Les analyses de sang faites sur le cadavre de Henri Paul révèlent qu'il était en état d'ébriété. * 4 septembre. Trois autres photographes, recherchés, se présentent spontanément à la police et sont placés en garde à vue. * 5 septembre. Les photographes sont mis en examen pour « homicides involontaires et non-assistance à personnes en danger ». * 9 septembre. Une nouvelle expertise confirme que le chauffeur présentait un taux d'alcoolémie élevé et prenait des antidépresseurs. * 17 septembre. Après l'examen de débris de verre retrouvés sur les lieux, les enquêteurs recherchent la trace d'une Fiat Uno immatriculée dans les Hauts-de-Seine (92). * 19 septembre. Le garde du corps Trevor Rees Jones, entendu par le juge, indique qu'il ne se souvient pas des circonstances de l'accident. * Nuit du 29 au 30 septembre. Transport de justice sous le pont de l'Alma pour tenter de reconstituer la trajectoire de la Mercedes. * Début octobre. Le chauffeur de la Fiat Uno (matricule départemental 18) se présente spontanément à la police. Il s'agit de James Andanson, un photographe de presse connu de Diana. Son véhicule est mis hors de cause. Puis quelques jours plus tard il est mis en cause. Le véhicule devient à partir de ce moment là « pièce à conviction » et ne devrait pas être utilisée. * 16 octobre. Trevor Rees-Jones se constitue partie civile. * 4 novembre. Début d'une opération de vérification d'identité de quelque quarante mille possesseurs de Fiat Uno. * 19 décembre. Troisième audition du garde du corps. * 31 décembre. Le témoignage, longtemps gardé secret, d'un couple affirmant avoir aperçu une Fiat Uno blanche sortir du tunnel de l'Alma en zigzaguant relance cette piste qui sera écartée par les enquêteurs en février 1998. 1998 * 2 mars. Trevor Rees Jones affirme que la Mercedes était suivie par « deux voitures et une moto ». * Fin juillet. Olivier Lafaye, le chauffeur habituel de la voiture, annonce au juge que les freins de la Mercedes étaient défaillants. * 24 août. Les deux gardes du corps dégagent toute responsabilité dans l'accident, en réponse aux accusations d'incompétence portées par leur ex-employeur, Mohamed al Fayed. * 25 août. Les dirigeants de l'hôtel Ritz, Frank Klein et Claude Roulet, sont entendus comme témoins par le juge Hervé Stéphan. Le parquet de Paris annonce que l'enquête « devrait être achevée à la fin du mois d'octobre ». * 26 août. Le patron de la société Étoile Limousine, qui avait loué la Mercedes au Ritz, est entendu comme témoin. 2000 * 4 mai. James Andanson reçoit vers midi un appel téléphonique l'enjoignant de se rendre dans un village voisin pour y rencontrer quelqu'un. L'enquête démontrera que l'appel venait d'une cabine téléphonique. * Dans la nuit du 4 au 5 mai, les gendarmes avisent Elisabeth Andanson que l'on vient de retrouver sur le plateau du Larzac à Nant (450km du domicile) la voiture calcinée ( comme celle de Sanchez près de Lausanne…) ainsi que, semble-t-il, le corps de son mari. Le corps ayant été la proie des flammes, il faudra une recherche ADN très poussée pour être sûr qu'il s'agit du cadavre du photographe. * Courant mai. L'enquête de gendarmerie fera état de traces suspectes au sol, comme si le véhicule avait tenté de s'échapper. Les conclusions arriveront peu de temps après: suicide. A ce jour, aucune plainte contre X n'est venue à l'encontre de cette théorie. * Les recherches effectuées sur la Fiat Uno démontrent que celle-ci a été vendue à un garagiste de Tours. Depuis, on ne retrouve aucune trace de l'existence de la Fiat sur le registre des cartes grises. * Dans la nuit du 16 juin 2000, l'agence Sipa-Press reçoit la visite de trois hommes cagoulés qui prennent en otage le veilleur de nuit. Ce dernier est blessé au cours de l'altercation. Les truands restent près de trois heures dans les locaux, finissant par emporter des ordinateurs, des disquettes et des photos. * Fin juillet début août. Cambriolage du journal Hola sur les Champs-Élysées. Aucune plainte n'a été déposée à ce jour. 2001 * 3 janvier Mort du professeur Jean-Pierre Benazet de l'hôpital de la Pitié à Paris. En vacances au Maroc, en plein coeur de Marrakech sa voiture, une Mercedes, sera percutée par … un mouton alors qu'il roulait à 50 Km/h. Il perdra la vie dans cette … collision. La presse française n'a jamais fait état de cette disparition. Ce professeur faisait partie du pool médical ayant reçu le corps de Diana lors de l'accident. * 22 mai. Le tribunal de Grande Instance, par le procureur de la République M. Alain Durand, délivre le résultat définitif sur la mort de James Andanson. Le parquet conclut à « un suicide par crémation ». * 11 octobre 2001. Le juge d'instruction de Paris reçoit les conclusions des analyses faites par les experts sur le corps de Henri Paul. Ces derniers affirment que le chauffeur était ivre lors de l'accident. 2002 * Me Meyer, avocat de la famille de Henri Paul, dépose plainte contre les experts. Le parquet, loin de clore cette affaire, nomme un juge d'instruction, Mme Goetzmann. Cette magistrate ouvre un dossier à l'encontre des « experts » pour « faux, usage de faux et faux en expertises ». * Un film de 52 minutes est tourné par Francis Gillery. La diffusion se fait sur France 5 fin août. Ce reportage doit passer quatre fois dans son intégralité. Pour des raisons ignorées à ce jour, la rediffusion est stoppée. * Un journaliste d'investigation très connu aux USA, James Keith, qui enquêtait sur la grossesse de Diana décède dans des conditions très suspectes durant une intervention chirurgicale. Le lendemain de sa mort, son site Internet sur lequel une minuterie devait lancer les résultats de son enquête, est brusquement détruit. « Problèmes techniques », diront les spécialistes interrogés. * Les experts mis en cause sont dédouanés sur la foi du fait que « les éléments de l'enquête sont insuffisants » ; pas un instant il n'est rappelé qu'insuffisant ne veut pas dire « exempt de toute accusation » . * Cinq ans après la mort de la princesse Diana et de Dodi al Fayed dans un accident de voiture à Paris, le père de ce dernier, Mohamed al Fayed, a saisi la Cour européenne des droits de l'homme pour lui demander de constater les irrégularités dont est entachée, selon lui, l'enquête menée en France. 2003 * 30 août Une dépêche de l'Agence France Presse fait état de la recevabilité de la plainte de Mohamed al Fayed. Le dossier sur la mort de son fils sera rouvert dans le courant de l'année. * 3 Septembre Emission de télévision « C'est dans l'air » sur France 5 avec Yves Calvi comme animateur. J'y participe. Un journaliste de « Point de vue » parle d'un livre anglais (écrit qu'en langue anglaise et vendu uniquement en Grande Bretagne) qui dénonce une collusion entre les services secrets français, anglais et américains. Ce livre porte des accusations graves sans aucun document pour attester de la véracité des dires. Je fais remarquer que, bien ne connaissant pas ce journaliste étranger, je suis arrivé à des conclusions identiques, mais avec des documents comme preuves. Malgré cela, la presse ne parlera que du livre anglais, en oubliant totalement le mien. Etrange silence! Oubli ou « obligation » ? i « Dernières révélations sur la mort de Lady Diana » Hugues MONDRIAN – Editions « Page après Page » Copyright divulguer.com 2003 – http://www.divulguer.com
 
 

Fantasmes? Alimentés, tout de même, par une autre coïncidence, peu relevée, à ce jour.

A Lignières, le défunt avait pour voisin, depuis 1993, un ancien officier des renseignements militaires belges reconverti dans le commerce international de l¹armemement, Jacques Monsieur. Aujourd¹hui recherché par la justice, et retenu, ou réfugié, en Iran, il apparaît dans une des innombrables tentacules du dossier Elf – et notamment dans les affaires congolaises. Après avoir facilité l¹acquisition d¹armes de guerre, et même d¹hélicoptères, au président congolais Lissouba, il aurait aussi servi son rival, Sassou Nguesso, aujourd¹hui vainqueur par ko après des années de guerre civile. Tous ces équipements ayant été vendus à l¹Etat du Congo, il y a eu un peu de mouvement, plus tard, au moment des factures. Ancien président de la Fiba, la banque d¹Elf, Jack Sigolet accuse Monsieur, dans une interview donnée au quotidien belge le Soir, d¹avoir organisé contre lui deux attentats d¹avertissement, pour débloquer un dossier de règlement. La voiture de Sigolet a effectivement explosé, devant son domicile de Vaucresson, en région parisienne. Celle de sa femme aussi, un peu plus tard. Mais rien ne permet d¹imputer ces méthode déplorables à Monsieur Monsieur, qui ne peut pas se défendre en ce moment.

Mais les collectionneurs de coïncidences relèveront que la complexe négociation mettant aux prises Monsieur, Jack Sigolet, et divers réseaux dans la mouvance d¹Elf, semble s¹être sérieusement tendue au printemps 2000. En mars, d¹abord, avec un mystérieux cambriolage de documents confidentiels au siège pourtant bien protégé de la Fiba. Puis en avril, date à laquelle les congolais semblent avoir brutalement rompu toutes relations avec Jacques Monsieur. Quelques semaines avant la disparition de son voisin de Lignières, survenue le 4 mai. Cette étrange série se poursuit avec un mystérieux braquage à l¹agence de presse d¹Andanson, Sipa, dans les beaux quartiers de Paris, le 16 juin: quatre hommes cagoulés et armés, fort audacieux, qui recherchent des photos, maîtrisent les gardiens et font une fouille complète, examinant même le contenu des ordinateurs.

Et si on commencait à parler des Francs Macons, au lieu de dire ces "affairistes" ?

WASALive ! Ben laden – François de Siebenthal
Source : François de Siebenthal moins de 46 heures Par Newsmax La Radio de l'Armée, un… Source : François de Siebenthal

Avec mes meilleures salutations.
François de Siebenthal
14, ch. des Roches
CH 1010 Lausanne
Suisse, Switzerland

Jean-Paul II a notamment comparé le rapport sexuel chaste entre les époux chrétiens à l'adoration eucharistique. Marie est la Mère de Jésus, c'est l'épouse du St Esprit et c'est la fille de Dieu le Père. Pour St Amédée de Lausanne, l' union spirituelle du St Esprit lors de la fécondation de Marie, passe par sa chair et s'accomplit selon les mêmes principes que l'acte charnel : "Homélies", III : "Spiritus sanctus superveniet in te, ut attactu eius venter tuus contremiscat, uterus intumescat, gaudeat animus, floreat alvus".
Les catholiques ne sont pas coincés…
Admiration.
http://www.union-ch.com/file/portrait.wmv
http://aimerplus.com/
à faire circuler largement, merci, le monde est déjà meilleur grâce à ce simple geste de solidarité.
Krach ? Solutions…
Local Exchange Systems in 5 languages
www.easyswap.ch
http://pavie.ch/?lng=en
http://michaeljournal.org
http://desiebenthal.blogspot.com/
http://ferraye.blogspot.com/
skype siebenthal
00 41 21 652 54 83
021 652 55 03 FAX: 652 54 11
CCP 10-35366-2

http://non-tridel-dioxines.com/
http://m-c-s.ch et  www.pavie.ch
http://ktotv.com/
Please, subscribe to be kept informed.
Un abonnement nous encourage.  Pour la Suisse, 5 numéros par année de 16 pages par parution: le prix modique de l'abonnement est de 16 Sfr.- par année (envois prioritaires)
Adressez vos chèques ou mieux vos virements directement au compte de chèque postal du Oui à la Vie
CCP  10-15133-5
Vous avez reçu ce texte parce qu'une de vos relations a pensé que notre esprit pouvait vous intéresser et nous a suggéré de vous écrire ou vous a personnellement fait suivre ce message. Si vous ne désirez plus rien recevoir de notre part, nous vous remercions de répondre par courriel avec la simple mention « refusé ». Si cette adresse figure au fichier, nous l'en ôterons de suite. Avec nos excuses.

Une réponse sur “Bérégovoy a-t-il été assassiné pour rien ? Ferraye, suite”

  1. Bonjour,
    Ce qu’il y a de pénible avec un blog est qu’on ne peut s’adresser à l’auteur autrement que par un “commentaire” (et non via une adresse e-mail), je suis bien obligé de m’adresser à Messieurs FERRAYE ainsi pour demander que me soit transmis si possible la liste dont il est question:

    “j’ai ici une liste de personnalités ( NdE. cette liste a disparu, M. Ferraye peut vous la fournir…)”

    Mon adresse e-mail: rollstahiti@gmail.com

    Avec Honneur

    Le président de “la Polynésie française”, des Françaises et des Français
    René, Georges, HOFFER

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »