Bilderberg, sociétés secrètes en Suisse !

Aux couleurs des gilets jaunes ?

Ferdinando Imposimato, président honoraire de la Cour Suprême de Cassation en Italie (décédé en 2018), qui résumait ainsi le résultat des enquêtes qu’il avait effectuées : « Le groupe Bilderberg est un des responsables de la stratégie de la tension et donc aussi des massacres » à commencer par celui de Piazza Fontana, de concert avec la CIA et les services secrets italiens, avec Gladio et les groupes néo-fascistes, avec la loge P2 et les loges maçonniques USA dans les bases de l’OTAN…


Démographie : la chute a commencé



Courbe sans tenir compte d’une pandémie.par simple application mathématique des taux de fertilité ( TR, Taux de Renouvelllement en dessous de 2 ) qui sont à la baisse.


Qui veut investir à long terme en Europe avec de telles prévisions ?
[Europe-hiver.jpg]




La crise 2008 déjà annoncée en 1989 lors d’un grand congrès à Lausanne, notamment par les facteurs démographiques. 

Le livre: ” Europe: l’hiver démographique” en parlait déjà en 1989. ( Edition l’ Age d’homme, Lausanne et Paris ).
http://books.google.ch/books?id=r68RzMwd6qIC&pg=PA195&lpg=PA195&dq=siebenthal+europe+hiver&source=bl&ots=Zca64qAfmL&sig=cXpRrD_DYgFHrenhEKfoUUqXU-k&hl=fr&ei=7JA1TcaBI42TswaTyOGjCg&sa=X&oi=book_result&ct=result&resnum=3&ved=0CB8Q6AEwAg#v=onepage&q=siebenthal%20europe%20hiver&f=false

Les dettes sont devenues impossibles à supporter, des exponentielles qui explosent vers l’infini. de plus en plus de dettes sur de moins en moins d’épaules jeunes et solvables. Le ciseau se referme. Sans robots et immigrants, les banques notamment explosent. Le système doit donc être changé de fonds en comble:



Le système doit être changé de fond en comble.
La seule solution, le dividende direct ou des guerres atroces.
http://desiebenthal.blogspot.com/2011/01/1000-chacun-rend-les-hommes-libres.html


Gravissime crise en Allemagne:

Depuis 1970, le taux de natalité allemand est passé sous la barre des deux enfants par femme, ce qui ne suffit plus à un renouvellement complet d’une population. En 2007, ce taux était de 1,37 et est attendu autour des 1,4 enfant/femme en 2020. On s’attend ainsi à une diminution de la population allemande de 20% d’ici 2060, ce qui pourrait faire passer son nombre de 82 à 65 millions.


Chute démographique couplée à un vieillissement de la population

Cette chute démographique sera accompagnée d’un phénomène de vieillissement de la population, aggravé par l’allongement de la durée de vie moyenne. Sur les mêmes bases de calcul, 34% de la population aura plus de 65 ans (20% de plus qu’en 2009) et 14% aura plus de 80% (5% de plus qu’en 2009).
« Tandis que la part des personnes âgées augmentera, de moins en moins seront en âge de travailler », explique Roderich Egeler dans le rapport publié par l’institut de statistiques. « Cela aura des conséquences pour le système de sécurité sociale » et notamment pour les pensions, ajoute-t-il.

Gravissime crise en Italie:

Lu sur le blog de Jeanne Smits une très belle – et très rude – homélie du cardinal Bagnasco, président de la conférence épiscopale italienne, sur le mariage et sur l’hiver démographique qui menace l’Italie (et pas seulement elle):

(revue de presse, chapitre 36 – Le cercle des cercles : le Bilderberg – L’avènement d’une société mondiale extrait de « La MONNAIE, hier, aujourd’hui et demain. Du diktat des banquiers à une civilisation adulte » et la liste complète des participants)
Participeront à cette réunion 130 personnes venus de 23 pays : patrons, experts, consultants, hommes politiques …
Sont attendus notamment Jared Kushner, principal conseiller de Donald Trump, le ministre français de l’Economie Bruno Le Maire, le PDG de Crédit-Suisse Tidjane Thiam, le gouverneur de la Banque d’Angleterre Mark Carney et l’ex-PDG de Google Eric Schmidt, le PDG de Total Patrick Pouyanné, le secrétaire général de l’OTAN Jens Stoltenberg, le PDG de Microsoft Satya Nadella, l’ancien secrétaire d’Etat américain Henry Kissinger …
Dans la liste des chefs d’État ou diplomates de premier rang présents, on retiendra: Louise Arbour, ancienne commissaire aux droits de l’homme, José Manuel Baroso, président de Goldman Sachs et ancien président de la Commission européenne, Étienne Davignon, ministre d’État (Belgique), Willem-Alexander, roi des Pays-Bas, Jens Stoltenberg, secrétaire général de l’OTAN, et Jared Kushner, conseiller spécial du président Donald Trump.
Dans les milieux économiques, on citera la présence d’Ana P. Botin, CEO de Banco Santander, Brende Borge, président du WEF, Mark J. Carney, gouverneur de la Banque d’Angleterre, Eric E. Schmidt, ancien PDG de Google (Alphabet), Reid Hoffmann, cofondateur de LinkedIn, Nadella Satya, CEO de Microsoft. Des personnalités actives dans l’industrie spatiale et la cybersécurité, moins connues du grand public, seront aussi de la partie.
Les discussions du groupe restent « off the record » (personne ne peut attribuer un propos à une personne nommée). Le groupe publie la liste des thèmes soumis à la réflexion. Cette année seront mis à l’honneur le Brexit, l’éthique de l’intelligence artificielle, l’importance de l’espace, le changement climatique et le développement durable. La liste des invités a été publiée.
36 – Le cercle des cercles : le Bilderberg – L’avènement d’une société mondiale
(chapitre extrait de « La MONNAIE, hier, aujourd’hui et demain. Du diktat des banquiers à une civilisation adulte » 81 chapitres, 14 annexes, 1000 000 de signes, 578 liens URL, 68 images et graphiques, pour 3 € au format numérique. Vous pouvez le lire depuis la page de présentation du livre sur Amazon ( amazon.fr/dp/B07NKRKVCF ) jusqu’au chapitre 11 inclus (cliquez sur la couverture). La version papier, avec une préface de Serge Latouche, sera en vente dans toutes les librairies de France à partir du 31 octobre 2019.)
Depuis 1954, la conférence de Bilderberg réunie sur invitation environ 130 ninjas des affaires, académiques ou politiques de différents pays. Ses membres, des hommes politiques, des industriels, et des banquiers, s’appellent eux-mêmes les « Bilderbergers » ou « groupe Bilderberg ». L’objectif initial du groupe aurait été, dans le contexte de la guerre froide, de renforcer la coopération entre les USA et leurs partenaires européens, notamment via l’OTAN. Aussi, du fait du caractère très confidentiel des conférences et de sa non-médiatisation, le groupe a longtemps été considéré par certains comme une société secrète. On lui reproche des possibilités de décisions antidémocratiques qui pourraient être prises par un groupe aussi puissant. Depuis la chute de l’empire soviétique, on reproche notamment à ce puissant lobby l’orchestration de la mondialisation économique. L’organisation aurait été initiée en 1952, financée par la multinationale néerlandaise Unilever et la CIA. La première réunion se serait tenue en mai 1954 à l’hôtel Bilderberg à Oosterbeek (Pays-Bas). On compte parmi ses membres fondateurs le Prince Bernhard des Pays-Bas, Denis Healey, Joseph Retinger, David Rockefeller, mais aussi Jozef Luns (ex-secrétaire général de l’OTAN) et Paul van Zeeland (ex-premier ministre belge et banquier). Le groupe Bilderberg était alors une organisation d’influence atlantiste dont le but officiel était, dans un contexte de « guerre froide », d’assurer secrètement la coopération entre les USA et les gouvernements d’Europe occidentale. Le groupe Bilderberg se composerait en trois cercles concentriques : le Bilderberg Advisory Committee (comité consultatif) est le cercle le plus central. Il comprend une dizaine de membres. Le Steering Committee (comité de direction) est un cercle constitué d’environ 35 membres, exclusivement européens et américains. Le « cercle extérieur » est assez large et comprend 80 % des participants aux réunions. Le groupe Bilderberg rassemble annuellement, lors d’une réunion d’une durée de 4 jours, des personnalités de tous les pays : leaders de la politique, de l’économie, de la finance, des médias, des responsables de l’armée et/ou des services secrets, ainsi que quelques scientifiques et universitaires. Un rapport de synthèse de la réunion est rédigé. Ce rapport serait envoyé à l’issue de chaque réunion aux grands décideurs mondiaux. Pour le citoyen lambda, il est très difficile voire impossible de connaître à l’avance le lieu ou l’objet de la réunion : L’hôtel choisi est entièrement vidé de tout autre client ; la sécurité est en partie assurée par les forces de l’ordre du pays d’accueil. Aucune conférence de presse n’a lieu. Les discussions se tiennent à huis-clos. Il est interdit aux Bilderbergers de prendre des notes ou de faire des déclarations à la presse. Les discussions menées au sein du groupe sont organisées de façon à obtenir un consensus parmi les membres, sans devoir recourir à un vote ni à l’adoption de résolutions quelconques. Le standing et l’influence détenue par les participants sont tels que si un consensus se forme autour d’un projet d’action, celui-ci pourra être réalisé plus facilement et plus rapidement. Certains pensent que chaque réunion annuelle (officiellement la seule) se prolonge par de nombreux contacts restreints entre des membres de sous-commissions, sur un problème particulier concernant un point précis, l’ensemble étant organisé en faisceaux regroupés au niveau supérieur.
Dans un exposé intitulé « L’internationalisation des affaires » présenté lors de la conférence Bilderberg 1968, George Ball a laissé entrevoir l’orientation économique du groupe. Ball, qui était sous-secrétaire d’État aux affaires économiques sous JFK et Lyndon Johnson, membre du Comité de direction du groupe Bilderberg et directeur principal de Lehman Brothers and Kuhn Loeb Inc., a défini la nouvelle politique de mondialisation de Bilderberg et la manière dont elle façonnerait le nouvel ordre mondial. Comme le note Pierre Beaudry dans Synarchy Movement of Empire (USA, 2005), « … Ball a exposé les avantages d’un ordre économique mondial néo-colonial basé sur le concept d’une société mondiale, et décrit certains des obstacles à éliminer pour y parvenir. Selon Ball, la priorité était d’en finir avec la structure politique archaïque de l’État-nation ». Autrement dit, Ball réclamait un retour à l’ancien système colonialiste, mais bâti cette fois-ci sur le concept d’une société mondiale. Beaudry poursuit : « Selon Ball, pour être productifs, nous devons commencer par reconnaître explicitement le décalage entre le développement de la société mondiale (concept répondant aux besoins modernes) et la persistance d’une structure politique archaïque d’États-nations, la plupart de petite ou moyenne taille, qui évolue trop lentement face aux besoins du nouveau monde. ». Beaudry conclut : « Il était clair pour Ball que la structure même de l’État-nation, et l’idée d’État, ou d’une assistance générale à un peuple, représentaient le principal obstacle à toute tentative de pillage de la planète, en particulier des nations faibles et pauvres, et à la création d’un empire mondial néo-colonial. La priorité de la société mondiale est évidemment basée sur le libre échange international, lequel est mesuré par le critère britannique de profit, à savoir acheter bon marché et vendre à prix d’or. Le problème est que les gouvernements nationaux ont des priorités différentes, voire contraires… ».
Aux USA, ce système bancaire « indépendant », connu sous le nom de Réserve fédérale, est une banque privée étroitement liée au groupe Bilderberg. En Europe, le système bancaire indépendant est géré via la BCE, dont les politiques monétaires sont établies par les membres dirigeants de l’élite Bilderberger. Mario Draghi par exemple, en fonction depuis le 1er novembre 2011 (fin de fonction prévue le 31 octobre 2019) à été vice-président pour l’Europe de Goldman Sachs entre 2002 et 2005. En Grande-Bretagne, ce système indépendant est géré par la Banque d’Angleterre, dont les membres sont aussi des membres à temps plein du cercle d’initiés du groupe Bilderberg. Le système bancaire central indépendant contrôle l’émission de monnaie et les taux de crédit et d’intérêt nationaux. La société mondiale conçue par les Bilderbergers est bâtie partout dans le monde, par le biais de fusions et d’acquisitions. Ces dernières décennies, toute la politique de déréglementation des industries et des banques américaines a précisément été établie en réponse à ce scénario, en vue de créer des corporations géantes au service d’un nouvel empire dont l’intention n’est autre que la guerre perpétuelle.
Le groupe Bilderberg n’est pas un but en soi, mais le moyen d’instaurer un gouvernement mondial unique. Cette organisation est devenue un gouvernement fantôme qui, lors de ses conférences annuelles ultra secrètes, décide de la façon dont elle va exécuter ses plans. Le but ultime est de transformer la Terre en prison en amenant un marché mondial unique, contrôlé par un gouvernement mondial unique, surveillé par une armée unique, financièrement tenu par une banque mondiale et peuplé d’habitants bardés de puces électroniques dont les besoins vitaux se réduisent au matérialisme et à la survie (travailler, acheter, procréer et dormir), tous connectés à un ordinateur mondial surveillant leurs moindres faits et gestes. Et cela devient de plus en plus facile parce que le développement des technologies de télécommunication, combiné aux avancées du savoir et aux nouvelles méthodes de manipulation comportementale, est en train de transformer en affreuse réalité ce qui, à d’autres époques de l’histoire, n’était qu’une mauvaise intention. Chaque nouvelle mesure, prise individuellement, peut sembler aberrante, mais l’accumulation de changements, dans le cadre d’une progression permanente, mène tout droit à l’asservissement. Il y a pourtant de l’espoir, la population commence à ouvrir les yeux. Nous avons le choix : devenir un État mondial électronique sous surveillance policière ou rester des êtres humains libres dans des États souverains.
 – Organisations des maîtres du monde / Le Groupe de Bilderberg –syti.net/Organisations/Bilderberg.html
 – Le groupe Bilderberg dénoncé par le député Européen Anglais Gerard Batten –youtu.be/NL2TW2kVkLA
 – Le signe secret – Le groupe Bilderberg, c’est quoi exactement ? – youtu.be/NqV5zyxAq-gdai.ly/xp9wuu (une enquête très complète)
La liste complète des organisateurs et participants :
Organisateurs: Castries, Henri de (FRA), Chairman, Steering Committee; Chairman, Institut Montaigne
Kravis, Marie-Josée (USA), President, American Friends of Bilderberg Inc.; Senior Fellow, Hudson Institute
Halberstadt, Victor (NLD), Chairman Foundation Bilderberg Meetings; Professor of Economics, Leiden University
Participants: Achleitner, Paul M. (DEU), Treasurer Foundation Bilderberg Meetings; Chairman Supervisory Board, Deutsche Bank AG
Abrams, Stacey (USA), Founder and Chair, Fair Fight
Adonis, Andrew (GBR), Member, House of Lords
Albers, Isabel (BEL), Editorial Director, De Tijd / L’Echo
Altman, Roger C. (USA), Founder and Senior Chairman, Evercore
Arbour, Louise (CAN), Senior Counsel, Borden Ladner Gervais LLP
Arrimadas, Inés (ESP), Party Leader, Ciudadanos
Azoulay, Audrey (INT), Director-General, UNESCO
Baker, James H. (USA), Director, Office of Net Assessment, Office of the Secretary of Defense
Balta, Evren (TUR), Associate Professor of Political Science, Özyegin University
Barbizet, Patricia (FRA), Chairwoman and CEO, Temaris & Associés
Barbot, Estela (PRT), Member of the Board and Audit Committee, REN (Redes Energéticas
Nacionais)
Barroso, José Manuel (PRT), Chairman, Goldman Sachs International; Former President, European Commission
Barton, Dominic (CAN), Senior Partner and former Global Managing Partner, McKinsey Company
Beaune, Clément (FRA), Adviser Europe and G20, Office of the President of the Republic of France
Boos, Hans-Christian (DEU), CEO and Founder, Arago GmbH
Bostrom, Nick (UK), Director, Future of Humanity Institute, Oxford University
Botín, Ana P. (ESP), Group Executive Chair, Banco Santander
Brandtzæg, Svein Richard (NOR), Chairman, Norwegian University of Science and Technology
Brende, Børge (NOR), President, World Economic Forum
Buberl, Thomas (FRA), CEO, AXA
Buitenweg, Kathalijne (NLD), MP, Green Party
Caine, Patrice (FRA), Chairman and CEO, Thales Group
Carney, Mark J. (GBR), Governor, Bank of England
Casado, Pablo (ESP), President, Partido Popular
Ceviköz, Ahmet Ünal (TUR), MP, Republican People’s Party (CHP)
Champagne, François Philippe (CAN), Minister of Infrastructure and Communities
Cohen, Jared (USA), Founder and CEO, Jigsaw, Alphabet Inc.
Croiset van Uchelen, Arnold (NLD), Partner, Allen & Overy LLP
Daniels, Matthew (USA), New space and technology projects, Office of the Secretary of Defense
Davignon, Etienne (BEL), Minister of State
Demiralp, Selva (TUR), Professor of Economics, Koç University
Donohoe, Paschal (IRL), Minister for Finance, Public Expenditure and Reform
Döpfner, Mathias (DEU), Chairman and CEO, Axel Springer SE
Ellis, James O. (USA), Chairman, Users’ Advisory Group, National Space Council
Feltri, Stefano (ITA), Deputy Editor-in-Chief, Il Fatto Quotidiano
Ferguson, Niall (USA), Milbank Family Senior Fellow, Hoover Institution, Stanford University
Findsen, Lars (DNK), Director, Danish Defence Intelligence Service
Fleming, Jeremy (GBR), Director, British Government Communications Headquarters
Garton Ash, Timothy (GBR), Professor of European Studies, Oxford University
Gnodde, Richard J. (IRL), CEO, Goldman Sachs International
Godement, François (FRA), Senior Adviser for Asia, Institut Montaigne
Grant, Adam M. (USA), Saul P. Steinberg Professor of Management, The Wharton School, University of Pennsylvania
Gruber, Lilli (ITA), Editor-in-Chief and Anchor « Otto e mezzo », La7 TV
Hanappi-Egger, Edeltraud (AUT), Rector, Vienna University of Economics and Business
Hedegaard, Connie (DNK), Chair, KR Foundation; Former European Commissioner
Henry, Mary Kay (USA), International President, Service Employees International Union
Hirayama, Martina (CHE), State Secretary for Education, Research and Innovation
Hobson, Mellody (USA), President, Ariel Investments LLC
Hoffman, Reid (USA), Co-Founder, LinkedIn; Partner, Greylock Partners
Hoffmann, André (CHE), Vice-Chairman, Roche Holding Ltd.
Jordan, Jr., Vernon E. (USA), Senior Managing Director, Lazard Frères & Co. LLC
Jost, Sonja (DEU), CEO, DexLeChem
Kaag, Sigrid (NLD), Minister for Foreign Trade and Development Cooperation
Karp, Alex (USA), CEO, Palantir Technologies
Kerameus, Niki K. (GRC), MP; Partner, Kerameus & Partners
Kissinger, Henry A. (USA), Chairman, Kissinger Associates Inc.
Koç, Ömer (TUR), Chairman, Koç Holding A.S.
Kotkin, Stephen (USA), Professor in History and International Affairs, Princeton University
Kramp-Karrenbauer, Annegret (DEU), Leader, CDU
Krastev, Ivan (BUL), Chairman, Centre for Liberal Strategies
Kravis, Henry R. (USA), Co-Chairman and Co-CEO, Kohlberg Kravis Roberts & Co.
Kristersson, Ulf (SWE), Leader of the Moderate Party
Kudelski, André (CHE), Chairman and CEO, Kudelski Group
Kushner, Jared (USA), Senior Advisor to the President, The White House
Le Maire, Bruno (FRA), Minister of Finance
Leyen, Ursula von der (DEU), Federal Minster of Defence
Leysen, Thomas (BEL), Chairman, KBC Group and Umicore
Liikanen, Erkki (FIN), Chairman, IFRS Trustees; Helsinki Graduate School of Economics
Lund, Helge (GBR), Chairman, BP plc; Chairman, Novo Nordisk AS
Maurer, Ueli (CHE), President of the Swiss Federation and Federal Councillor of Finance
Mazur, Sara (SWE), Director, Investor AB
McArdle, Megan (USA), Columnist, The Washington Post
McCaskill, Claire (USA), Former Senator; Analyst, NBC News
Medina, Fernando (PRT), Mayor of Lisbon
Micklethwait, John (USA), Editor-in-Chief, Bloomberg LP
Minton Beddoes, Zanny (GBR), Editor-in-Chief, The Economist
Monzón, Javier (ESP), Chairman, PRISA
Mundie, Craig J. (USA), President, Mundie & Associates
Nadella, Satya (USA), CEO, Microsoft
Netherlands, His Majesty the King of the (NLD)
Nora, Dominique (FRA), Managing Editor, L’Obs
O’Leary, Michael (IRL), CEO, Ryanair D.A.C.
Pagoulatos, George (GRC), Vice-President of ELIAMEP, Professor; Athens University of Economics
Papalexopoulos, Dimitri (GRC), CEO, TITAN Cement Company S.A.
Petraeus, David H. (USA), Chairman, KKR Global Institute
Pienkowska, Jolanta (POL), Anchor woman, journalist
Pottinger, Matthew (USA), Senior Director, National Security Council
Pouyanné, Patrick (FRA), Chairman and CEO, Total S.A.
Ratas, Jüri (EST), Prime Minister
Renzi, Matteo (ITA), Former Prime Minister; Senator, Senate of the Italian Republic
Rockström, Johan (SWE), Director, Potsdam Institute for Climate Impact Research
Rubin, Robert E. (USA), Co-Chairman Emeritus, Council on Foreign Relations; Former Treasury Secretary
Rutte, Mark (NLD), Prime Minister
Sabia, Michael (CAN), President and CEO, Caisse de dépôt et placement du Québec
Sanger, David E. (USA), National Security Correspondent, The New York Times
Sarts, Janis (INT), Director, NATO StratCom Centre of Excellence
Sawers, John (GBR), Executive Chairman, Newbridge Advisory
Schadlow, Nadia (USA), Senior Fellow, Hudson Institute
Schmidt, Eric E. (USA), Technical Advisor, Alphabet Inc.
Scholten, Rudolf (AUT), President, Bruno Kreisky Forum for International Dialogue
Seres, Silvija (NOR), Independent Investor
Shafik, Minouche (GBR), Director, The London School of Economics and Political Science
Sikorski, Radoslaw (POL), MP, European Parliament
Singer, Peter Warren (USA), Strategist, New America
Sitti, Metin (TUR), Professor, Koç University; Director, Max Planck Institute for Intelligent Systems
Snyder, Timothy (USA), Richard C. Levin Professor of History, Yale University
Solhjell, Bård Vegar (NOR), CEO, WWF – Norway
Stoltenberg, Jens (INT), Secretary General, NATO
Suleyman, Mustafa (GBR), Co-Founder, Deepmind
Supino, Pietro (CHE), Publisher and Chairman, Tamedia Group
Teuteberg, Linda (DEU), General Secretary, Free Democratic Party
Thiam, Tidjane (CHE), CEO, Credit Suisse Group AG
Thiel, Peter (USA), President, Thiel Capital
Trzaskowski, Rafal (POL), Mayor of Warsaw
Tucker, Mark (GBR), Group Chairman, HSBC Holding plc
Tugendhat, Tom (GBR), MP, Conservative Party
Turpin, Matthew (USA), Director for China, National Security Council
Uhl, Jessica (NLD), CFO and Exectuive Director, Royal Dutch Shell plc
Vestergaard Knudsen, Ulrik (DNK), Deputy Secretary-General, OECD
Walker, Darren (USA), President, Ford Foundation
Wallenberg, Marcus (SWE), Chairman, Skandinaviska Enskilda Banken AB
Wolf, Martin H. (GBR), Chief Economics Commentator, Financial Times
Zeiler, Gerhard (AUT), Chief Revenue Officer, WarnerMedia
Zetsche, Dieter (DEU), Former Chairman, Daimler AG
———————————–
La lettre du MMJ s’engage à vous fournir une revue de presse dissidente à la pensée unique de marché, à la dictature financière de l’Empire euro-Atlantique.
Directeur de la rédaction et responsable de la coordination nationale du MMJ Marc Jutier mjutier@orange.fr – Mobile : 00 33 07 68 54 92 33 – twitter –

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »