fbpx

VOUS AIMEZ LA FRANCE et vous voulez la sauver :
Il vous faut savoir QUI LA TUE et QUI PEUT LA SAUVER.

Qui tue la France ?

Il porte un nom, il s’appelle MAMMON, le dieu de l’Argent.
Ce dieu ogre se sert des bangsters, de la Haute finance, de la franc-maçonnerie, de l’Union européenne, de la BCE, des instances mondialistes…
Le président MACRON en est le fidèle serviteur.

Toutes les personnes concernées sont susceptibles d’être touchées par ces mesures exceptionnelles pour les crimes et délits suivants: – Abus de confiance. – Abus de pouvoir. – Abus de biens sociaux. – Blanchiment d’argent. – Corruption active et/ou passive. – Crimes contre l’Humanité. – Délits d’initiés. – Détournements de biens et de fonds publics. – Escroqueries et crimes en bandes organisées. – Haute trahison. – Intelligence avec l’ennemi. – Prises illégales d’intérêts. – Entrave à la justice. – Recel et abus de bien publics. – Trafic d’influence. – Utilisation de la force publique à des fins personnelles. – Non-assistance à peuple en danger.
#EtienneChouard #humeur #Réflexion #démocratie#changerlemonde #lamaisondescitoyens #AtelierConstituant #partager

371 – Gilets jaunes et loi de 1973

by postjorion

Puisque les Gilets Jaunes ont repris le combat concernant cette loi de 1973, non seulement les termes même de la loi, mais l’état d’esprit qu’elle a imposé au peuple, cet état d’esprit qui a amené à l’article 104 du Traité de Maastricht signé en 1992, lui même précurseur de la loi  française  actuelle (Loi n° 93-980 du 4 août 1993 relative au statut de la Banque de France qui a remplacé la loi du 4 janvier 1973) et de l’article 123 du Traité de Lisbonne,  lesquels interdisent aux Banques Centrales Nationales de financer les déficits publics  (Statuts actuels de la Banque de France Art. L. 141-3.) « Il est interdit à la Banque de France d’autoriser des découverts ou d’accorder tout autre type de crédit au Trésor public ou à tout autre organisme ou entreprise publics. L’acquisition directe par la Banque de France de titres de leur dette est également interdite« 
Je n’ai plus réactualisé ce graphique depuis quelques années, j’ai assez prêché dans le désert, mais sachez que fin 2018 ces courbes sont sensiblement identiques … seuls les pourcentages ont un peu augmentés.
La courbe bleue montre l’évolution de la dette publique en pourcentage de PIB de 1970 à 2012. La courbe rouge montre l’évolution de cette dette si nous n’avions pas du payer d’intérêts , si nous avions imposé à la Banque de France (laquelle appartient à 100% à l’Etat, donc au Peuple) de financer les déficits primaires – c’est à dire les déficits hors les intérêts des dettes –  des Administrations publiques (Etat, Administrations locales, Sécurité Sociale)
De plus, une grande partie de cette dette résiduelle (dette sans intérêts, courbe rouge) aurait pu être monétisée/financée directement par la Banque de France tout au long de ces années, sans plus augmenter la masse monétaire que ne l’ont fait les banques commerciales. En ce cas, nous n’aurions plus de dettes du tout !

Pin It on Pinterest

Share This

Share This

Share this post with your friends!