Clearstream Ferraye en direct

JUSTICE – L'audience se poursuit ce mardi devant le tribunal correction de Paris…

LIVE

Pour rafraîchir, cliquez ici

15h48: Mignard fait son show
La salle se réveille. Elkabach s'amuse bien.
15h43: Van Ruymbeke retourne la situation, c'est lui qui pose des questions à Maître Mignard!
15h41: Maître Mignard vient maintenant poser ses questions…
Il est là pour deux parties civiles: M. Flame et Edwy Plenel.
15h39: A l'époque, van Ruymbeke s'occupait des frégates. C'était LA grosse affaire du moment. Clearstream, tout le monde s'en fichait…
15h35: c'est un peu long…
"RVR est un peu comme une vedette américaine à un concert. On écoute, mais on attend surtout la suite", raconte Amaury Guibert, sur Twitter, "La suite, bien sur, c'est le retour du général Rondot"
15h15: l'avocat de Delmas (une des parties civiles) se rapproche avec ses dossiers
14h54: Résumer le procès Clearstream via Twitter?
Un petit dessin pour caricaturer cela. C'est par ici.
14h52: Gergorin au micro
Confrontation sur des histoires d'horaires de rencontres entre Gergorin et van Ruymbeke.
14h47: C'est au parquet de poser les questions
Avec un beau larsen pour commencer, qui réveille la salle…
14h40: on parle de Matrix maintenant…
14h35: Le juge van Rumbeke insiste sur le fait que ce n'est pas lui qui a demandé à Gergorin des lettres anonymes
Rondot innocente Villepin, selon ses avocats (source: Challenges)

14h17: "Le 30 avril 2006, j'apprends qu'une enquête parallèle a été menée par les services, par le général Rondot"
Van Ruymbeke se rend alors chez le juge d'instruction de Clearstream pour lui livrer sa version des faits.
14h16: "J'ai la certitude que ces quelques investigations sur une dizaine de comptes ont prouvé que les listings étaient falsifiés et ont permis de classer l'affaire".
14h12: Assis devant le parquet (proc'), le général Rondot ne perd pas une miette
Il écoute consciencieusement Renaud van Ruymbeke parlait des listings, des noms et des pseudonymes…
14h10: "Y'a du faux sur du vrai, du peut-être…"
Bref, les listings, à l'époque, c'était pas clair…
14h: "Il va me donner les moyens de vérifier"
Jean-Louis Gergorin fournit son nom, mais aussi les listings, avec les numéros de comptes.
13h58: "Monsieur Gergorin m'est apparu de complète bonne foi"
13h57: Le juge van Ruymbeke s'exprime très clairement,
il bouge les mains en parlant, expose les faits d'une voix assurée.
13h55 "J'étais venu pour convaincre Gergorin de déposer sous X"
Apriori, il était très inquiet pour sa sécurité, raconte Renaud van Ruymbeke.
13h54: Gergorin parle au juge d'un "informaticien de génie" (Lahoud)
C'est lui qui a eu les listings Clearstream.
13h52: "Gergorin est convaincu et convaincant"
"Mais on sent qu'il est un peu perturbé par la mort de Lagardère".
13h51: Il y a eu deux rencontres au domicile de l'avocat
Un matin tôt. Le juge van Ruymbeke rencontre ainsi Jean-Louis Gergorin, qu'il ne connaissait pas.
13h49: L'avocat parle au juge de son client, un témoin, qui a des infos sur Clearstream
Il ne veut pas venir au pôle financier, car il ne veut pas avoir à donner son nom à l'accueil, pour sa sécurité.Il ne veut pas être le 4ème mort dans l'affaire des frégates de Taïwan
13h48: Encore beaucoup de monde à l'audience ce mardi
13h42: Comment les listings sont entrés en possession du juge?
En avril 2004, un avocat se présente chez le juge…
13h41: Un juge face à un autre
Van Ruyembeke est ici en tant que témoin. Il était le juge d'instruction de l'affaire des frégates de Taïwan, et dans le cadre de cette affaire, il a enquêté sur les fameux listings falsifiés de Clearstream.
13h40: Va-t-il y avoir des confrontations entre Rondot et les prévenus?
Un avocat interroge le président. Les journalistes pensaient aussi qu'il y aurait les confrontations. Bon, finalement, on commence bien par le juge.
13h39: Renaud van Ruymbeke est appelé par le président
13h35: l'audience est ouverte
13h33: Le général Rondot est entré dans les salles sous les flashs
Il est possible qu'il soit de nouveau entendu aujourd'hui…

Le juge Renaud van Ruymbeke entendu à son tour

Après le général, le juge. Au lendemain de l'audition musclée de Philippe Rondot, qui a livré un témoignage accablant pour Dominique de Villepin, c'est au tour de Renaud van Ruymbeke d'être entendu dans le cadre du procès Clearstream.

En charge de l'affaire des frégates de Taiwan, le juge d'instruction avait reçu, en 2004, des lettres accusant plusieurs hommes politiques et hauts responsables français d'avoir un compte chez Clearstream, servant à faire transiter l'argent de l'affaire des Frégates.

Après enquête, Renaud van Ruymbeke avait estimé qu'il s'agissait d'une manipulation. L'affaire lui a malgré tout valu une comparution devant le Conseil supérieur de la magistrature (CSM).

Oriane Raffin, envoyée spéciale au Palais de Justice de Paris

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »