Corruptions étatiques !

Citoyennes, citoyens, soyez bons mais pas c…rédules !

Les fonctionnaires ont le devoir de dénoncer au ministère public sur le champ les crimes ou les délits dont ils ont connaissance. (art.33 LaCP-E4 10)
Idem selon l’art.22 de la loi sur le statut de la fonction publique du canton de Neuchâtel.
L’art. 305 du code pénal réprime l’entrave à l’action pénale, c’est-à-dire réprime d’entrave à l’action pénale les fonctionnaires qui n’ont pas dénoncé les crimes poursuivis d’office dont ils ont connaissance.
Sont des fonctionnaires notamment, les juges, présidents de tribunaux, les procureurs.
La dénonciation d’une importante fraude fiscale gêne-t-elle à ce point les plus hautes instances de nos autorités ?
Une succession détournée depuis bientôt 13 ans avec des fraudes fiscales sent le scandale.
Y a-t-il un vaste réseau de fraude fiscale dans le canton de Neuchâtel ?
Mon courrier du 15 mai 2020 à la juge CURRAT WYRSCH du tribunal régional des Montagnes et du Vale de Ruz. La Chaux-de-Fonds (canton de Neuchâtel), détaille les obligations ignorées SOUVERAINEMENT par des fonctionnaires.
Il détaille bien l’absence de dénonciations par elle-même et au moins 12 autres fonctionnaires, juges et présidents des tribunaux du canton de Neuchâtel, sans compter, des notaires, Me Patrick FRUNZ, Nicholas SCHAER. Christine RAMSEIER, les procureurs Pierre AUBERT et Vanessa GHIZZETTI PICCIRILLI, les fonctionnaires et chefs du service des contributions M. MATTHEY, Michel OPPLIGER, Youssef WAHID, Philippe POREE, Mireille GERBER.
Pourquoi ces fonctionnaires que sont les juges, procureurs, notaires, les employés et chefs du service des contributions refusent-ils de dénoncer au ministère public des crimes et délits fiscaux et immobiliers dont ils ont parfaitement connaissance ?
Pourquoi la loi, art. 33 (LaCP-4 10) oblige ces fonctionnaires à dénoncer les délits poursuivis d’office dont ils ont connaissance ?
Et pourquoi le Procureur général Pierre AUBERT à Neuchâtel refuse-t-il de les poursuivre du fait qu’ils ont bien l’obligation de dénoncer mais qu’ils ne sont, dit-il, pas punissables de ne pas le faire ??
Est-ce vraiment le cas ??
Est-ce un remake de la fameuse phrase scandaleuse :
« Responsables mais par coupables » ?
Qu’est-ce que cela cache ?
Pourquoi le conseiller d’État Laurent KURTH en charge des finances est-il si opposé à une Cour des comptes à Neuchâtel comme il y en a une à Genève ?

Mon 9ème épisode mis le 24 février 2020 sur www.abus-suisses.blogspot.com , illustre bien cette question.

Je le joins ci-dessous également.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »