La soi-disante “surpopulation”, question sournoise et taboue.

Effets sur les caisses de pension, les fonds d’épargne, risques certains de pertes sèches…

Cette semaine se déroule à New-York le sommet sur les objectifs du millénaire pour le développement. La soi-disant “explosion” démographique est dans tous les esprits, pour le pire…

Les dirigeants des pays riches se rencontrent régulièrement, et les questions liées à une pseudo “explosion” démographique ne sont que trop souvent au coeur de leurs préoccupations.

New-York accueille ces jours l’OMD, à savoir le sommet international sur les objectifs du millénaire pour le développement. La lutte contre la croissance démographique est un tabou qui sous-tend toutes les décisions et des milliards dépensés en pure perte pour le pire des maux… la mort des plus petits sans défenses… Pourtant, la terre va se vider…

Démographie : la chute a commencé

Courbe sans tenir compte d’une pandémie.
par simple application mathématique des taux de fertilité ( TR, Taux de Renouvelllement en dessous de 2 ) qui sont à la baisse.

Gravissime crise en Allemagne:

Depuis 1970, le taux de natalité allemand est passé sous la barre des deux enfants par femme, ce qui ne suffit plus à un renouvellement complet d’une population. En 2007, ce taux était de 1,37 et est attendu autour des 1,4 enfant/femme en 2020. On s’attend ainsi à une diminution de la population allemande de 20% d’ici 2060, ce qui pourrait faire passer son nombre de 82 à 65 millions.
Chute démographique couplée à un vieillissement de la population

Cette chute démographique sera accompagnée d’un phénomène de vieillissement de la population, aggravé par l’allongement de la durée de vie moyenne. Sur les mêmes bases de calcul, 34% de la population aura plus de 65 ans (20% de plus qu’en 2009) et 14% aura plus de 80% (5% de plus qu’en 2009).

« Tandis que la part des personnes âgées augmentera, de moins en moins seront en âge de travailler », explique Roderich Egeler dans le rapport publié par l’institut de statistiques. « Cela aura des conséquences pour le système de sécurité sociale » et notamment pour les pensions, ajoute-t-il.

Gravissime crise en Italie:

Lu sur le blog de Jeanne Smits une très belle – et très rude – homélie du cardinal Bagnasco, président de la conférence épiscopale italienne, sur le mariage et sur l’hiver démographique qui menace l’Italie (et pas seulement elle):

« La famille fondée sur le mariage, et d’une façon toute spéciale dans le sacrement, est une preuve que Dieu continue d’aimer le monde, qu’Il a confiance en l’homme, que l’avenir existe, que l’amour et l’espérance sont plus forts que le mal. »

Et plus loin:

« Que l’Italie ne jouit pas d’une bonne santé sur le plan de la natalité, cela est évident aux yeux du monde entier. Que les autres pays ne s’en préoccupent pas, cela va de soi, mais que nous ne nous en préoccupions pas, et que nous ne nous en occupions pas est stupide. La Ligurie se trouve dans une situation nouvelle : dans une véritable course contre la mort. A dire vrai, il y a tout de même les signes d’une reprise, et pas seulement grâce aux immigrés. Mais l’inversion de tendance n’est pas encore acquise. Quelles peuvent être les conséquences négatives, à tous les niveaux, de cet hiver démographique ? Ceux qui réfléchissent et s’informent les connaissent, sur le plan économique, politique, social, psychologique, culturel, ecclésial. »

Les questions démographiques sont, à moyen et long terme, les seules questions qui comptent vraiment et il est effrayant qu’en Europe, l’Eglise catholique soit désormais presque seule à s’en préoccuper… et plus effrayant encore que les autorités politiques n’aient rien de plus pressé que d’accélérer et d’accentuer cet hiver démographique, en promouvant la culture de mort!

Taux de natalité désastreux. Celui-ci est passé de 1,23 enfant par femme en 2004 à 1,32 actuellement, un léger mieux qui est très loin d’être suffisant pour remplacer les générations en Italie ( 0,7 en Vénétie…) :

“Que l’Italie ne jouit pas d’une bonne santé sur le plan de la natalité, cela est évident aux yeux du monde entier. Que les autres pays ne s’en préoccupent pas, cela va de soi, mais que nous ne nous en préoccupions pas, et que nous ne nous en occupions pas est stupide. […] Quelles peuvent être les conséquences négatives, à tous les niveaux, de cet hiver démographique ? Ceux qui réfléchissent et s’informent les connaissent, sur le plan économique, politique, social, psychologique, culturel, ecclésial. Il peut paraître étrange de parler du rapport entre la démographie et la démocratie, mais il faut quand même reconnaître que l’équilibre démographique n’est pas seulement nécessaire à la survie physique d’une communauté – sans enfants il n’y a pas d’avenir ! – mais qu’il est la condition pour cette alliance entre les générations qui est essentielle à une dialectique démocratique normale. C’est pourquoi l’Eglise, depuis longtemps, dit qu’en Occident, derrière la baisse démographique se trouve une grave catastrophe culturelle. Je ne vais en souligner qu’un aspect. Le manque d’enfants n’annonce pas seulement un avenir automnal : dès maintenant il a créé un déséquilibre entre les générations, il est la cause d’une pauvreté éducative, pas seulement parce que nous autres adultes, nous soustrayons à notre charge éducative, mais aussi parce que nous ne sommes plus éduqués nous-mêmes. Les enfants et les jeunes, en effet, nous obligent à nous remettre en question ; ils nous obligent à sortir de nous-mêmes alors que l’âge et les infirmités nous incitent à nous replier sur nos propres besoins immédiats. Ce ne sont pas seulement les parents qui, ayant des enfants, doivent changer leur manière de voir l’avenir et leur style, et doivent aussi penser et s’organiser en fonction des différents âges de leurs enfants. C’est la société dans son ensemble qui doit se penser et s’organiser en ce sens. […]”



La cardinal Bagnasco parle de l’hiver démographique

Le président de la conférence des évêques d’Italie, le cardinal Angelo Bagnasco, a averti au cours de son homélie lors de la fête au sanctuaire de Notre Dame de la Garde en Ligurie, dimanche, que l’Italie est confrontée à une « grave catastrophe culturelle » à cause de son taux de natalité désastreux. Celui-ci est passé de 1,23 enfant par femme en 2004 à 1,32 actuellement, un léger mieux qui est très loin d’être suffisant pour remplacer les générations en Italie. LifeSite rappelle que selon des estimations 25 % des Italiennes n’ont ou n’auront pas d’enfant ; 25 % ont ou auront un seul enfant. Et c’est en Ligurie qu’il y a le plus de personnes âgées par rapport aux jeunes ; 10 % des écoles ont fermé depuis 2000.

Partant de l’image de la Sainte Famille à Nazareth, le cardinal s’est exprimé avec force. Extraits.

« Le monde pourra continuer de regarder l’avenir avec confiance tant qu’un homme et une femme uniront leurs vies pour toujours dans les liens du mariage. Ils forment, dans le giron de l’humanité, une réalité nouvelle qui devrait faire trembler l’univers entier de reconnaissance et d’émotion. La famille fondée sur le mariage, et d’une façon toute spéciale dans le sacrement, est une preuve que Dieu continue d’aimer le monde, qu’Il a confiance en l’homme, que l’avenir existe, que l’amour et l’espérance sont plus forts que le mal. »

Don pour toujours, quelles que soient les circonstances, tel est ce mariage décrit par le prélat qui a rappelé que la fidélité « est la condition de la croissance ». Et, « comme nous le savons, la famille est le giron de la vie et la première école de l’humanité et de la foi ».

« Que l’Italie ne jouit pas d’une bonne santé sur le plan de la natalité, cela est évident aux yeux du monde entier. Que les autres pays ne s’en préoccupent pas, cela va de soi, mais que nous ne nous en préoccupions pas, et que nous ne nous en occupions pas est stupide. La Ligurie se trouve dans une situation nouvelle : dans une véritable course contre la mort. A dire vrai, il y a tout de même les signes d’une reprise, et pas seulement grâce aux immigrés. Mais l’inversion de tendance n’est pas encore acquise. Quelles peuvent être les conséquences négatives, à tous les niveaux, de cet hiver démographique ? Ceux qui réfléchissent et s’informent les connaissent, sur le plan économique, politique, social, psychologique, culturel, ecclésial.

Il peut paraître étrange de parler du rapport entre la démographie et la démocratie, mais il faut quand même reconnaître que l’équilibre démographique n’est pas seulement nécessaire à la survie physique d’une communauté – sans enfants il n’y a pas d’avenir ! – mais qu’il est la condition pour cette alliance entre les générations qui est essentielle à une dialectique démocratique normale. C’est pourquoi l’Eglis, depuis longtemps, dit qu’en Occident, derrière la baisse démographique se trouve une grave catastrophe culturelle. Je ne vais en souligner qu’un aspect.

Le manque d’enfants n’annonce pas seulement un avenir automnal : dès maintenant il a créé un déséquilibre entre les générations, il est la cause d’une pauvreté éducative, pas seulement parce que nous autres adultes, nous soustrayons à notre charge éducative, mais aussi parce que nous ne sommes plus éduqués nous-mêmes. Les enfants et les jeunes, en effet, nous obligent à nous remettre en question ; ils nous obligent à sortir de nous-mêmes alors que l’âge et les infirmités nous incitent à nous replier sur nos propres besoins immédiats. Ce ne sont pas seulement les parents qui, ayant des enfants, doivent changer leur manière de voir l’avenir et leur style, et doivent aussi penser et s’organiser en fonction des différents âges de leurs enfants. C’est la société dans son ensemble qui doit se penser et s’organiser en ce sens. Pour raisonner par l’absurde : une société sans bébés et sans enfants, tout comme une société sans anciens, serait gravement mutilée, elle ne pourrait pas fonctionner.

On dira tout de suite que des raisons économiques portent la faute d’une natalité insuffisante : les enfants représentent une charge économique non négligeable. C’est vrai ! C’est pourquoi la société doit considérer avec le plus grand sérieux cette réalité qui est à sa base, son fondement naturel : elle doit avant tout la protéger de toute déformation. Mais elle doit aussi la promouvoir par tous les moyens. »

Mesures sociales, reconnaissance des réalités spirituelles, aussi : prenant exemple sur la Sainte Famille, le cardinal Bagnasco a souligné que les rapports avec les voisins comme le fait de placer Dieu au centre du foyer sont indispensables à son bon développement et à l’accueil de la vie non pas comme une propriété absolue mais comme un don.

« Les réalités de chaque jour semblent ennuyeuses et dénuées de sens, et donc insupportables. L’avenir perd sa valeur et son attrait, le présent se gonfle de tout ce qui promet des satisfactions immédiates. Dans une perspective aussi horizontale il semble qu’il reste peu de place pour le don de soi. Nous pouvons dire que c’est l’espérance qui vient à manquer, et la capacité de croire en l’avenir – et mettre des enfants au monde a toujours quelque chose à voir avec l’avenir ! Il est vrai que chacun doit raisonner avec sa propre tête, mais il est vrai aussi que l’air que l’on respire, à la longue, n’est pas sans influence sur la manière dont on pense. Il faut être conscient, et lutter pour raisonner selon les catégories de l’Evangile. Et lutter – par le témoignage et la raison – aussi pour changer certaines façons de penser qui au nom de la libération de l’individu, l’enferment pour le laisser seul avec lui-même, en le privant de la joie du don de soi et du sacrifice par amour. »

© leblogdejeannesmits. http://www.osservatore-vaticano.org/episcopats-locaux/hiver-demographique-et-culture-de-mort?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+osservatore-vaticano+%28Osservatore+Vaticano%29
Gravissime crise dans le monde entier:

Une femme médecin dit la vérité sur le vaccin contre la grippe A h1n1

Une femme médecin, ancienne responsable de toute la province Lapland en Finlande, dit la vérité sur le vaccin contre la grippe A h1n1

Elle parle de la “création voulue” d’ une pandémie pour réduire la population.

C’est à peine 6 minutes, mais très puissant …….

http://www.youtube.com/watch?v=nTgyakGAddM

Démographie : la chute a commencé

L’ordre des médecins annonce la sortie prochaine de son atlas démographique 2009, portant sur 2008.

Deux ou trois données sont déjà disponibles ici.

Le nombre des actifs diminue de 2 % : ce sont 4 300 médecins actifs de moins.

Ce qui se retrouve bien entendu dans la densité qui chute de 322 pour 100 000 habitants à 290.

On peut pour rire (jaune) un bon coup comparer ses chiffres avec les annonces des comiques de la Drees (rapport ici) :

– elle annonce une baisse de 20 000 médecins en 10 ans; on a fait quasi le quart en un an

– elle annonce une densité à 290 pour 2030 : on y est déjà

Mais tout va bien, au pays de la Logique et de la Raison Pure.

Le livre: ” Europe: l’hiver démographique” en parlait déjà en 1989. ( Édition l’age d’homme, Lausanne et Paris ) page 240.

“La France deviendra dans moins de 20 ans la colonie de ses anciennes colonies”…?
(Vladimir Poutine – interview Agence TASS – Septembre 1995)

Vladimir Poutine a dit aussi :

“Bien sûr que je suis un pur et absolu démocrate ! La tragédie, c’est que je suis le seul pur démocrate au monde. Depuis la mort du Mahatma Gandhi, je n’ai plus personne à qui parler”

(Sources: Courrier International, Quid.fr)

Nos démocraties deviennent des dictatures sournoises.

Krach, le suicide du monde. Jean Bourgeois-Pichat a calculé que le monde pourrait ne compter que 2 personnes en 2 470

Nombre d’enfants par femme

Le suicide du monde:

C’est déjà parti, la principale cause des crises en cours…

+ Pierre Chaunu avait imaginé que le monde suivrait l’exemple de la RFA.

+ Jean Bourgeois-Pichat a calculé que le monde ne comptera plus que deux personnes en 2 470, par simple application mathématique des taux de fertilité qui sont partout à la baisse. En moins de 5 siècles, la planète se videra…alors qu’elle est gigantesque et que des pays entiers sont presque vides ( Canada, Australie, Argentine, USA…)

Je vous laisse imaginer toutes les crises à venir si on se laisse couler comme maintenant…Quid si ces 2 personnes sont du même sexe ? 🙂

Surpopulation de la planète :Les chiffres donnés par l’ONU sont-ils truqués ?
Agence de presse Zenit. ZE99100505, 6 octobre 1999.

Pierre Chaunu, démographe, professeur émérite de la Sorbonne et membre de l’Académie française, s’irrite quand on lui demande de commenter le rapport de l’ONU (Organisation des Nations Unies) sur la population mondiale. Un organisme des Nations Unies, l’UNFPA, a prédit que, le 12 octobre 1999, le nombre d’êtres humains sur la terre atteindrait le nombre de 6 milliards. « Ces chiffres sont faux, dit le Professeur, nous nous trouvons en face d’une véritable manipulation du même type que celle utilisée contre le Pape Pie XII ».

Pendant 50 ans de recherches en démographie, Pierre Chaunu a analysé tous les aspects de la croissance et de la diminution des populations. Il annonça en 1975 l’effondrement démographique de l’Ouest. « Nous sommes témoins depuis les 35 à 40 dernières années d’une décroissance incroyable des taux de fertilité, mais ces calculs ne sont jamais tenus en considération. Tous les chiffres concernant l’Afrique sont gonflés, comme le montre le résultat d’un recensement tenu au Nigéria il y a quelques années, et dont les chiffres contredisent totalement ceux de l’ ONU. Et même les calculs du Nigéria sont faux. L’Afrique a cent millions d’habitants de moins que les chiffres officiels. »

Question : Pourquoi gonfle-t-on les chiffres ?

Pierre Chaunu : Les organismes internationaux ont dépensé des sommes énormes pour imposer un plan de contrôle des naissances très autoritaire dans beaucoup de pays, et ces plans doivent être justifiés par l’annonce d’un danger imminent pour toute la planète. Ceci dit, il est vrai qu’il y a eu des périodes où le taux de croissance de la population mondiale était excessif. Mais un mécanisme d’auto-régulation se manifeste spontanément avec l’augmentation du niveau de vie. Mais il n’est pas nécessaire de fausser les données. Tout le monde sait que la population de l’ex URSS a toujours augmenté de façon constante, en accord parfait avec les plans quinquennaux… En 1939, 3,5 millions de personnes n’ont pas été comptées. Nous savons que, en Russie seulement, entre 40 et 50 millions de gens moururent dans les goulags. Et la Russie ne réflète pas ce fait dans les statistiques officielles. Dans l’ex URSS, où on ne compte qu’une naissance pour sept avortements, et où l’espérance de vie a diminué, 292 millions de gens n’ont jamais existé. Les données de la Chine également, un pays qui actuellement ne remplace pas ses générations, ne sont pas crédibles.

Question : Et l’Europe ?

Pierre Chaunu : Il n’y a pas un seul pays en Europe actuellement qui présente un bilan positif du point de vue de la croissance démographique, tandis qu’il y a au contraire plus de décès que de naissances dans 12 à 15 pays, parmi lesquels l’Allemangne et l’Italie. Si les chiffres sont restés stables en Allemagne, c’est grâce à l’immigration venant des pays de l’Est. Même l’Amérique latine, avec le Brésil en tête, a cessé de croître en population. Les gens ignorent qu’en Afrique du Nord, au Magreb, la population décroit à un rythme qui rappelle celui de la Sicile et de l’Italie du Sud il y a 15 ans. L’Italie a actuellement un taux de 0,8 enfants par femme, ce qui constitue une véritable course vers la mort. On parle aujourd’hui d’une période de transition, c’est-à-dire du passage d’une explosion démographique à une implosion ou un effondrement démographique, mais cette transition s’est déjà produite il y a 50 ans. D’après mes calculs, sur l’ensemble de la planète, les générations ne seront plus remplacées à partir de l’an 2020. C’est un fait que le phénomène de la baisse globale de la population n’apparaît pas évidente au cours des trente premières années, parce que la population continue de croître par l’effet du vieillissement. (Mais à long terme, les conséquences catastrophiques d’un taux de fertilité insuffisant sont implacables. NDLR).

Question : Pourquoi pensez-vous ques les Nations Unies continuent de sonner l’alarme de la surpopulation aujourd’hui?

Pierre Chaunu : Bien qu’ils se rendent compte qu’ils se sont trompés dans leurs calculs, un certain nombre d’experts nord-américains jouent avec la peur au nom de la bonne cause : peur d’une invasion et d’une asphyxie par les citoyens du tiers-monde.


Projections ou prospectives?

par
Pierre Chaunu à notre congrès de Lausanne et dans notre livre, l’Hiver démographique

professeur à la Sorbonne

En vérité, le soir triplement venu par cette rude journée qui s’achève, par l’Europe qui s’éteint, et par le communiquant qui achève sa carrière, que peut-on attendre, à cette heure, sinon un cri? Vous avez entendu les compétents, place, maintenant à l’amateur, au vieil homme enroué et édenté. Projections Je n’expliquerai pas à des scientifiques, à des polytechniciens, ce qu’est une projection. Avec une bonne pyramide des âges et l’information dont nous pouvons, quand nous le voulons, disposer, c’est l’enfance de l’Art, un enfantillage, à la portée de la règle à calcul de mon grand-père et de l’ordinateur de mon petit-fils. La projection, c’est magnifique, utile – il faut commencer par là – et çà rate à tout coup. Ne nous en privons pas. On ne s’en est pas privé. Je me suis amusé, jadis, (Alfred Sauvy l’a fait, aussi) à aligner les … projections face aux réalités et les commentaires qui, depuis 1920, les ont accompagnées. Cela ne peut manquer de vous mettre en joie. A commencer par les savants aréopages de la Nouvelle-Angleterre qui, au début des années 20 avaient prévu plus de 2 milliards d’êtres humains pour l’an 2’000 et la famine pour la 2ème moitié du XXe siècle, sous le poids d’une humanité déferlante. En un mot, toutes les projections jusque vers 1955/60, ont sous-estimé la croissance démographique planétaire; toutes, à partir de cette date l’ont surestimé. Vers 1968, on annonce communément 7 à 7,2 milliards en l’an 2’000, nous atteindrons péniblement 6 (je pense au-dessous de 6). L’erreur sur 20 ans est de plus d’un milliard. Qui dit mieux? Bien sûr, il y a plusieurs manières d’établir une projection. La forme la plus bête consiste à prolonger … les indices de fécondité, natalité, nuptialité, mortalité, du point 1. où se place le projectioniste. C’est plus facile à calculer. Quand on est encore à ce stade (voire!), on s’efforce de le dissimuler. Le deuxième stade de la projection consiste à dessiner la courbe des évolutions observées au cours des dernières décennies. Vous projetez les chiffres et la dérivée. Cela ne marche pas sensiblement mieux. Comment éviter que les démographes soient respectueux de l’histoire, comme la “putain” de Jean-Paul Sartre. Les historiens démographes amateurs, ou interprètes de la démographie, sont moins respectueux, parce qu’ils savent. Comme le mauvais enfant de choeur d’Alphonse Daudet, il leur arrive de boire le vin de messe. Ce qu’il faut, c’est tenter de deviner ce que sera la prochaine mutation. Compte tenu que dans un monde hyper-communiquant, tout mute vite, fort et d’une manière souvent totalement erratique. La prochaine mutation ne se lit pas dans le marc de café. Pardonnez, si je m’appuie sur mon expérience. Historien, frotté d’américanisme, j’avais construit le modèle, qui, entre 1957 et 1960, a rendu crédible de collapsus américain du XVIe siècle (de 80/100 à 15 millions 1/6 de l’humanité anéanti sur près du 1/4 des terres émergées en 45 ans) que les ethno-historiens et anthropologues de l’Université de Berkeley avaient calculé à partir de documents certes irréfutables, mais dont ils ne parvenaient pas à établir les mécanismes. Le choc microbien et viral qui atteint des éco-systèmes étendus, lors du désenclavement planétaire est pourtant décrit dans les grandes chroniques (Gonzalo Fernandez de Oviedo, Bartolomé de Las Casas …) à condition de savoir les lire et les interprêter. Quand je reviens, en Europe, et que pour occuper mes étudiants (1959-1960) européens, normands, je prends en marche le train Goubert, Henry, … je m’informe systématiquement, en démographie. Vive Population et Population Studies. Pas seulement le passé, mais aussi le présent. Alors je tombe sur Berlin Ouest, et … les enquêtes de 1960 sur les femmes qui viennent d’accoucher. “Madame, cet enfant, l’avez-vous désiré? …; si vous aviez disposé d’un contraceptif sûr, … indolore …”. Il s’agit de tester le niveau des besoins … l’ampleur du marché, au moment du lancement sur le marché de la pilule de Pincus, avant les D.I.U. (stérilets) pour les demeurées et les pauvres …, bien avant les grands abattoirs (avortoirs et campagnes de stérilisation, on en est à 200 millions; et … maintenant RU 486, afin d’en finir plus rapidement). A partir de 2,8 enfants, … désirés et actualisés en 1960, il est facile de prévoir, le 1,4 de l’Allemagne dès 1974/75. C’est ce que j’ai prévu, … des 1962/64, … sans parvenir à publier autrement qu’en notes et dans de minuscules publications … naturellement égarées et sans écho. Juste assez pour me faire passer pour fou. Donc, dès 1965, nous avions tout en main pour prévoir … le collapsus du monde industriel. Puisque je l’ai prévu. Il suffit de déceler les cellules anormales, comme dans l’analyse de moëlle osseuse d’un leucosique, au premier stade avant l’invasion du sang, et de comprendre qu’avant 15 ans, nous serons tous des “Berlinois”. Paroles sur un air connu. “Ich bin ein Berliner”. Ach, So! Ce qui compte, ce n’est jamais la moyenne, mais c’est le mutant, la cellule cancéreuse, le facteur cancérigène. De même j’ai pu prévoir, dès 1965/68, à partir de micro-variations … dans les milieux urbains de plusieurs Tiers Monde, l’ampleur du reflux et partout la décélération générale qui suit l’explosion parfaitement prévisible des Tiers Mondes. Après les archipels asiatiques et la Chine, aujourd’hui, c’est l’Amérique latine (Brésil, Uruguay, … Chili, Cuba … Mexique) qui décélère à un rythme proprement effarant, avec promesses de déséquilibres dans 30/40 ans. Et quasi certitude de surcreusement comme dans la Chine urbaine. Prospectives Alors quelles prospectives! J’avais dit en 1978, dans un livre publié en 1979 (Un Futur sans Avenir. Calmann Levy) traduit en allemand par Kermann Kusterer, formulé l’hypothèse du risque d’implosion généralisé. J’avais émis deux hypothèses, la première contre le modèle dit d’Easterlin que le léger ensellement des courbes, dans les pays développés, observés, ici et là, à partir de 1978/1979 ne durerait pas plus de 2 à 3 ans, et qu’une deuxième boucle implosive suivrait la première … et que le Tiers Monde par pans passerait, sans temps d’arrêt, de l’explosion à l’implosion. – La grande erreur a consisté à interpréter le Recul de la fécondité à partir de 1964, négligeant l’effet de la révolution contraceptive, comme un prolongement de la Transition. La Transition se caractérise par un alignement progressif de la fécondité sur la mortalité. Alors que depuis 1971/1974, on voit apparaître un fait radicalement nouveau le franchissement de la ligne des 2,1 enfants par femme, niveau au-dessous duquel aucune réduction de la mortalité infantile ou prolongement de la vie humaine ne peut changer quoique ce soit au schéma implacablement implosif. A partir d’un seuil facile à prévoir, le poids des vieillards est tel que la reprise de la fécondité est pratiquement impossible (modèle Ph. Bourcier de Carbon). La seconde caractéristique du modèle implosif de la décennie 70 et 80 est la fermeture de la gamme des choix. Le modèle quasi unique de 1 à 2 enfants interdit toute régulation interne prévisible, comme celle qui a fonctionné en France, surtout, et dans toute l’Europe, à la fin des années 30 et au début des années 40. 1,8, voire 1,4, avec un noyau de grandes familles pourrait donner une auto-régulation à moyen terme, alors que le modèle unique replié sur le 1 et 2, … est totalement rigide, sans auto-régulation envisageable à terme raisonnable. Or voici que dans un article publié dans le No 1 de 1988 de Population, Jean Bourgeois-Pichat avec l’autorité qui s’attache au successeur d’Alfred Sauvy à la tête de l’Ined (Du XXe au XXIe siècle: l’Europe et sa population après l’an 2’000) (p. 10-42) reprend (sans me citer, qu’importe!) l’hypothèse que j’avais formulée 10 ans plus tôt, du risque d’implosion généralisée à l’échelle planétaire. Naturellement ses calculs sont plus fins que les miens et je me réfugie totalement derrière cette autorité. J.B.P. montre combien sont ridicules les hypothèses qui étayent la projection de l’O.N.U., celle de la courbe logistique culminant à 11 ou 13 milliards en l’an 2’100/2’150. Deux hypothèses absurdes. Le retour du monde industriel à la fécondité de survie (2,1) d’ici l’an 2’000 et celle de l’alignement progressif et rapide de toutes les espérances de vie sur les 75 ans, record de trois pays industriels au milieu des années 80. Par rapport aux informations retenues par Bourgeois-Pichat, quelques éléments nouveaux me paraissent rendre plus plausibles nos commune hypothèses. Pour l’espérance de vie, 75 ans n’est plus un butoir. Dès 1984, Jacques Dupâquier avait (Histoire, Economie, Société) souligné l’erreur systématique de l’O.N.U. sur la mortalité du Tiers Monde d’ici l’an 2’000. Les 50 à 70 millions de morts en plus prévisibles alors sont désormais plus proches de 100 que de 50. Avant que ne soit pris en compte l’impondérable SIDA. Au rythme actuel, c’est plutôt par centaines de millions qu’il faut compter. En Afrique, un cataclysme est désormais programmé qui me fait songer au Matlazahualt des années 1540 en Mésoamérique et à Yersinia Pestis en 1348. Avec des circonstances aggravantes. La peste tue vite, proprement, le SIDA lentement, avec mille effets secondaires. J.B.P. a raison de noter que l’allongement de la vie humaine dans le monde développé ne peut que rendre plus tardive donc plus aléatoire la perspective d’une reprise de la fécondité dans les sociétés industrielles sophistiquées. Du certain à l’aléatoire Passons désormais du certain à l’aléatoire. Le certain (le coup est parti) c’est l’amenuisement des pays industriels de souche européenne. De toute manière, nous passerons de 30% (vers 1950) à … 11/10% vers 2’100 et au delà. C’est programmé inévitable. C’est fait. Attendez. l’effet ouverture des ciseaux. Cet effet ciseau sera particulièrement sévère de part et d’autre de la Méditerranée, puisque nous avons face à face le monde musulman, le dernier à être en explosion, et la frange méditerranéenne de la Chrétienté, la partie désormais la plus malade de l’Europe. Cela veut dire que le rapport 1/1 sera dans 30/40 ans de 1/4 avec le risque de têtes de pont du Sud au Nord. Voilà le certain, demeure l’incertain. En tout état de cause, … le pire. L’effet ciseau n’est pas le plus inquiétant. Voici pourquoi. Dans un premier stade, la fécondité des maghrébines, en milieu européen s’est accrue (de 4,7 à 6,3 … ici et là) mais c’est un effet retard, dû à une meilleure hygiène, s’exerçant sur la génération programmée en milieu traditionnel et encore religieux. En vérité, les ghettos du Sud nous montrent l’apparition d’une génération “beur”, au moins voire plus radicalement stérile que les populations ambiantes. D’ailleurs, voyez l’Italie et l’Espagne, … les zones fortement patriarcales (le harem et les cousins de Germaine Tillion, Italie, Espagne, … Maghreb) sont menacées d’un rejet brutal, radical, que le Sud de l’Italie a connu, que les générations beurs connaissent sur notre territoire. Cet Islam qui vous fait peur est fragile et je dis, hélas, moribond. Ma quasi certitude, maintenant, est que la surprise, d’ici 15 à 20 ans sera la rapidité de retournement du monde islamique. L’air Khomeiny est terminé. Ce qui vous attend n’est pas mieux. Dans cette partie de bras de fer, … c’est notre vide spirituel, hélas, notre Sida spirituel et mental (sic), hélas, qui est contagieux. Vous craignez une Europe couverte de mosquées, je crains que vous n’ayez pas ce “bonheur”. Pour l’heure, il n’existe aucun autre secours qu’en nous-même. La projection peut être utile. Prolonger les courbes (courbes et dérivées) actuelles de la fécondité et vous avez le fameux scénario 3 de J.B.P. celui que j’avais envisagé, comme théoriquement possible, dès 1978/79, de l’implosion généralisée (p. 42) (l’humanité supernova). Naissances (en milliards) Avant -40’000 3.84

de -40’000 à 0 39.05

de 0 à 1750 22.64

de 1750 à 1950 10.42

de 1950 à 1980 74.39

Jusqu’en 1987 80.34

Après 1987 16.80

Total 97.14

Sur la projection actuelle, l’humanité s’éteint (4 à 5 millions de vieillards) entre 2’400 et 2’450. Et le Christ est au milieu. Je vous accorde que cette projection qui prouve l’absurdité de nos comportements actuels est aussi peu vraisemblable que celles des manipulateurs néo-malthusiens du Population Council de l’humanité anchois, boîte de sardines, tuée par la Bombe P. du “stérilisé”, maniaque déprimé, de la vie qu’il faut préserver à coup de Ru 486 et de préservatifs percés remparts contre l’amour et passoire contre le Sida. Mais cet absurde a l’avantage de nous rappeler que nous nageons dans l’absurde. Il était absurde d’imaginer que l’on pouvait impunément faire sauter toute la sagesse accumulée (par raison naturelle et révélation surnaturelle), absurde de penser que les comportements des immenses communautés homosexuelles de Californie (2,7 rapports par nuit en moyenne 900 partenaires par an en moyenne) et d’ailleurs, ne constituaient pas des laboratoires de mort, aussi et plus dangereux que les stocks d’armes thermonucléaires bien gardées par l’équilibre de la Terreur. Nous étions à la merci d’un virus mutant et la dégradation de la santé de ces masses de déviants dès la décennie 1970/80, Georges Mathé le souligne récemment (Revues des Mondes no2 1989), nous envoyait des signaux visibles comme une supernova, dont nous n’avons pas su déchiffrer le message. De tout ceci, il résulte: d’où nous viendra le secours? Pas d’ailleurs durablement. Mais de nous-même. Vous pouvez gagner du temps. En reculant l’âge de la retraite, en utilisant les capacités des vieux (les Vieux au boulot) en accueillant et assimilant des turcs et des maghrébins tant qu’il y aura surplus. L’Afrique que vous aviez cru en explosion est menacée d’une Implosion, comme celle des Dark Ages. Il n’y a pas d’alternation à l’obligation de reproduire les hommes au sein du milieu naturel de la famille et de la Cité, leur milieu culturel propre. Nous avons 2 mémoires. Outre la mémoire biologique une mémoire culturelle, elle se transmet sur les genoux d’une mère et d’un père, mieux au sein d’une patrie que dans une famille réduite au simple triangle. Les pyramides ne tiennent pas debout quand on les pose sur la pointe et non sur la base. – Evidemment, vous n’aurez plus de femmes esclaves. Il faudra accepter de payer vraiment, de socialiser le coût de l’Enfant, et non pas seulement les avantages tirés par la collectivité des enfants des familles volées, grugées. Il faudra donc de vraies carrières féminines incluant le passage de l’enfant, avec les congés d’éducation rémunérés inclus dans les carrières principalement féminines. Il faudra que vienne, après l’angoisse du trop, l’angoisse du trop peu, que l’on comprenne que l’enfant désiré vaguement doit être désiré vraiment, sous peine d’être l’enfant occasion perdue quand vient le déclin et la solitude qui précède la mort. Il faudra bien redécouvrir que l’instant vécu a un sens puisque cet instant s’inscrit dans la vie éternelle où Dieu nous attend. Voilà, si la vie n’a pas de sens, inutile de la prolonger…et vivement la fin en 2450. Mais nous sommes une infime minorité à penser que la Vie a un sens, qu’elle n’est pas toute entière coincée entre la béance de l’Avant et celle de l’Après, et que le sourire de l’enfant vaut mieux que la plus belle boîte de RU 486 que l’on vous promet sur toute vos tables de nuit, pour que l’infanticide soit vraiment à la portée de tous, dès que le désir vous traverse, entre sommeil et veille. Il n’est pas besoin d’espérer, pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer. Même, donnée perdante à 1000 contre 1, je parie la vie, la prospective donc, contre la projection, contre hasard et nécessité, le Désir, le Sens et l’Amour.

Pierre Chaunu Projections ou prospectives

Alors que le gouvernement indien a récemment affirmé qu’il “n’utilisera pas la force pour arrêter la croissance de la population” selon les mots de Ghulam Nabi Azad, le ministre fédéral de la santé, l’Eglise avertit que des méthodes coercitives existent, bien qu’elles soient cachées. Mgr Angelo Gracias, président de la Commission épiscopale pour la famille, juge la déclaration du gouvernement satisfaisante mais il prévient que “les faits la démentent” : “Par exemple, […] dans de nombreux lieux, les emplois publics ne sont pas confiés à ceux qui ont plus de deux enfants”.

Actuellement, le taux de croissance de la population indienne peut être comparé à celui de la Chine des années 1970 lorsque le gouvernement avait imposé la loi de l’enfant unique. Aujourd’hui en Chine, les effets de cette politique sont “dévastateurs”, la préférence traditionnelle des garçons par les familles ayant conduit à des avortements sélectifs et à 100 millions d’hommes de plus que de femmes. Chaque année en Inde, la population croît de 1,5% et on estime qu’elle dépassera celle de la Chine en 2050.

Devant l’exemple chinois, le gouvernement indien refusera probablement d’adopter la même politique. Mgr Gracias a rappelé que la théorie malthusienne apocalyptique qui estimait, en 1798, que l’accroissement démographique irait de pair avec l’épuisement des réserves alimentaires est une erreur dénoncée par les faits. “Contrairement à ses prévisions, la planète a montré qu’elle avait les ressources pour nourrir tout le monde”. Il fait remarquer qu’il est difficile de décréter qu’un pays est surpeuplé, soulignant que des pays plus peuplés que l’Inde se sont développés. S’il y a un lien entre croissance économique et augmentation de la population, cela ne signifie pas qu’un taux de natalité bas permet le développement. Il convient de “relancer le développement” et non “couper la population”. L’ “hiver démographique” touche une bonne partie du monde. “On doit espérer que l’Inde n’en prendra pas le chemin, car il conduit à la destruction”.

Zenit 26/07/10
Prophéties du Pape Pie XII

« La licence des moeurs atteindra son apogée dans les années 1980. De nouvelles maladies vénériennes, terribles, apparaîtront».
« La première apocalypse sera le feu nucléaire si l’humanité n’y prend garde ».
« L’ordinateur est une merveilleuse machine, pourvu que l’homme n’en devienne point l’esclave ».
« En matière de démographie, l’histoire se répète. D’abord, par nécessité, les peuples travaillent, grandissent, prospèrent; puis, à partir d’un certain degré d’aisance, ils se laissent aller, régressent, goûtent les délices de Capoue.
L’intérêt particulier l’emportant alors sur l’intérêt général, ils meurent, phagocytés par des peuples moins avancés, frustes et affamés. La rapidité de leur disparition est proportionnelle à leur densité démographique résiduelle, à leur richesse, les peuples s’amollissant en fonction de leur degré de fortune ».
« Le sort des races blanches d’Occident se jouera à la fin de ce siècle, et ce démographiquement. Ces races ne sont sans doute pas supérieures aux autres génétiquement, mais en raison du rôle prééminent qu’elles ont tenu, depuis près de quatre millénaires, dans l’évolution générale des civilisations, leur déclin pèsera lourdement sur l’avenir de l’humanité, et nos hommes politiques en seront responsables s’ils n’ont rien fait à temps pour enrayer la chute des naissances ».
« Le libre arbitre est un don de Dieu fait à l’homme pour le responsabiliser et pour prix de son intelligence. Toutefois, nous reconnaissons que ce libre-arbitre individuel est limité, canalisé et orienté par les contraintes inhérentes à toute société humaine ».
« Une propagande insidieuse, minant les valeurs les plus sûres et les plus sacrées de l’humanité, défera les nations ».
« Les errements politiques sont tels que les vérités et les valeurs les plus fondamentales changent avec les régimes ».
« Avec l’atome, l’homme joue à l’apprenti sorcier, il y risque son propre devenir, car jamais il n’aura la maîtrise parfaite de cette énergie fondamentale. En revanche, il maîtrisera l’énergie solaire, par voie spatiale, au XXIème siècle ».
« L’homme est une créature sociale, certes, mais discipline et objectivité ne sont pas ses qualités premières ».
« L’homme a des droits et des devoirs. Le juste équilibre entre les uns et les autres définit et donne la vraie liberté ».
« Sur le plan matériel, l’âme s’exprime par le truchement du corps physique. D’où la nécessité d’un organisme en bonne santé. Le plus doué des virtuoses ne pourra rien s’il ne dispose que d’un violon fêlé ».
« Une âme saine réclame un corps sain, cela se sait depuis longtemps. Le respect de la vie conditionne l’avenir de l’humanité, c’est évident, et il ne saurait y avoir de vie digne de ce nom sans ce souci. La thèse de la “guenille corporelle” est une hérésie pure et simple ».
« Une fraction de la jeunesse sera corrompue par les facilités mêmes que lui accorde si largement l’éducation dite moderne ».

« Le travail n’est peut-être pas le propre de l’homme, mais il en constitue, en tout cas, après la prière, l’élément régénérateur ».

« Notre vie terrestre est brève ; ne la gaspillons pas en actions négatives ou futiles, car nous en sommes comptables ».

« L’Église vivra des temps difficiles, subissant les effets néfastes de l’ambiance décadente de cette fin d’époque, de l’aggiornamento qui s’annonce, nécessaire, mais sera mal compris. Le clergé s’appauvrira sur tous les plans et sera troublé. Profitant de ce climat malsain et de ces incertitudes, les sectes prospéreront. Mais cette grave involution mourra avec le siècle. Le XXIème siècle, malgré la présence du premier Antéchrist, malgré l’affaiblissement de l’Occident, tant matériellement que moralement; verra se produire une véritable résurrection de la foi et de l’Église rénovée. Le matérialisme le cédera au spirituel. Les valeurs morales, tant dénigrées, retrouveront leur place première. L’humanité reprendra alors sa marche bien longue et malaisée vers la lumière ».

« Il est licite, souhaitable même que la science tente de percer les secrets de la Vie dans le but d’améliorer la santé humaine, mais que le biologiste se garde de prétendre se substituer au Créateur pour modifier aveuglément les lois de la génétique, les conséquences en seraient effrayantes ».

« La France : Après une période de dix années de prospérité et de prestige retrouvé, la France, que nous aimons paternellement, retournera à ses jeux politiques favoris, à ses obsessions destructrices. Une succession de gouvernements faibles, laxistes, démagogues, laisseront se désagréger le sentiment national et les valeurs élémentaires. Une réaction brutale des forces vives et populaires du pays mettra fin à cette déliquescence voulue par certains, tolérée par d’autres. Pour ne pas sombrer, la France changera de régime sans douceur ».

« Les Etats-Unis : Ce grand peuple, fondamentalement religieux malgré les excès et déviations que nous connaissons, n’a pas toujours les dirigeants qu’il mérite. Les lobbies ou groupes de pression gouvernent en fait le pays, tenant le Président et les Assemblées sous leur coupe, ce qui explique d’ailleurs les maladresses trop fréquentes de la politique étrangère de cette démocratie première, l’un des piliers de l’équilibre mondial. Ce rôle primordial exigera, pour s’affirmer, une doctrine autre que celle du dollar. Le mercantilisme à lui seul, et à long terme, ne saurait régenter le monde. Mais la nation américaine réagira à temps, corrigera partiellement ses concepts politico-économiques bornés, et les USA aborderont finalement le troisième millénaire dans des conditions favorables, confortés par leurs avancées spatiales – quoique talonnés par les Soviétiques dans ce domaine – et malgré de graves problèmes raciaux et financiers ».

« La Russie : Rien ne se produira de notable, en U.R.S.S., avant la fin de la gérontocratie, c’est-à-dire avant le début de l’année 1985. Les relativement jeunes dirigeants de la nouvelle vague nourriront véritablement des intentions libérales ; ils penseront même à rendre une relative liberté, un partiel droit à disposer d’eux-mêmes (moyennant une neutralité strictement contrôlée et des relations privilégiées) à leurs satellites, dont l’orbite est fortement perturbée par l’asservissement au suzerain russe. Mais ce ne seront là, dans un premier temps, que velléités, car le système soviétique est si fragile qu’il risque l’écroulement au moindre signe de faiblesse. Pourtant, cette libéralisation sera en marche, le levain de la liberté fermentera, et une aube nouvelle se lèvera à l’Est. Du nouveau à l’Est puisque, à la fin de ce siècle, la réunification des deux Allemagnes sera en bonne voie, toujours sous condition de neutralité, ce qui n’ira d’ailleurs pas sans conséquences pour toute l’Europe. La première décennie du XXIème siècle verra s’amorcer, en URSS, de profonds changements de structure, l’empire se trouvant menacé de fractures par les pressions conjuguées de ses multiples composantes. Le communisme doctrinal le cédera dès lors, peu à peu, à un réformisme pragmatique ».

« La Chine : Le peuple chinois ne sera jamais vraiment marxiste. Après vingt années d’errements, de folie, la Chine reviendra progressivement à sa sagesse millénaire. Son alliance avec le Japon, à la fin du siècle, changera véritablement la face du monde, dont le pôle économique et politique basculera de l’Atlantique vers le Pacifique, et marquera la prééminence des races jaunes sur les autres ».

« L’Afrique : À l’instar de l’Amérique du Sud, l’Afrique recherchera longtemps son équilibre. Dans un premier temps, la décolonisation en marche ne lui apportera ni la liberté, ni la prospérité attendue, mais au contraire une régression due à des régimes inexpérimentés, parfois sanguinaires, avec pour corollaire une extension de la famine et de la maladie. Les pays développés seront bien inspirés en leur apportant des techniques et du savoir-faire plutôt que de simples dons ou secours, salvateurs dans l’immédiat mais démobilisateurs à terme. Car le plus grand danger qui menace ce continent, c’est l’explosion démographique sans compensation alimentaire ».

« Le Moyen-Orient : Par l’affrontement israélo-arabe, le Moyen-Orient connaîtra l’enfer. Massacres, destructions, souffrances sans nom, tribulations de tout un peuple. Cet état de guerre permanent nous vaudra de surcroît le réveil exacerbé d’un islamisme redoutable pour les valeurs occidentales. Et la force, malgré les sacrifices consentis et les sommes colossales englouties, ne résoudra pas le problème. Pour sortir de l’impasse, la seule chance, le seul espoir, avant qu’il ne soit trop tard, seront les réelles possibilités de négociations qui se présenteront durant les années 1986-1990 aux responsables des deux parties en lutte, aussi motivées l’une que l’autre ».

« L’Islam : Réveillé, fanatisé par le différend israélo-arabe, disposant de moyens matériels considérables, de la puissance du Coran, d’une démographie galopante, l’islamisme reprendra son expansion. L’Occident, pour préserver l’essentiel de ses valeurs, ainsi que son identité, sera soumis à rude épreuve ».

« L’Italie : La pénétration marxiste, en Italie, ne sera que superficielle. Les bases très saines du peuple italien tiendront malgré la vague de criminalité subversive qui culminera au cours des années 1980, et malgré la licence des moeurs. La politique de ce pays restera terne, stagnante, mais nous voyons une bonne fin de siècle pour nos compatriotes ».

« L’Espagne : L’Espagne, pays de foi profonde, changera de régime en douceur pour la première fois de son histoire, mais devra se méfier de ses démons extrémistes. Sa situation politique sera critique, mais non pas désespérée, au début du troisième millénaire. Toutefois, la monarchie perdurera ».

« Le Portugal : Après une longue période de stabilité, ce pays pauvre, mais courageux et fidèle à nos croyances, traversera de graves troubles politiques et des jours sombres. L’embellie économique tardera à se produire; elle ne sera obtenue qu’au prix de nouveaux changements politiques, lesquels n’interviendront pas avant la fin de ce siècle ».

« L’Amérique du Sud : Une mosaïque de peuples chers à notre coeur et de culture essentiellement latine. Mais aussi une chaudière toujours sous pression et prête à exploser. Elle cherchera passionnément, souvent désespérément et violemment son équilibre spirituel et économique. Cet équilibre, très lent à se manifester, ne sera pas trouvé avant la première décennie du XXIème siècle ; il sera d’ailleurs chèrement payé en souffrances de toutes sortes. Les USA ont et auront une lourde responsabilité à assumer dans cette évolution bénéfique, car leur propre avenir en dépendra. Les États-unis y veilleront ».

« Le Québec : La foi solide des Québécois, qui les soutient depuis trois cent cinquante ans, ne sera pas épargnée par la dépression religieuse de cette fin de siècle; mais elle retrouvera toute sa vigueur avec le XXIème siècle et refleurira sur les rives du Saint-Laurent ».

« L’Allemagne : L’Allemagne (de l’Ouest) prospérera sur le plan économique tant que dureront les cadres anciens qui en forment l’ossature. Elle déclinera ensuite rapidement, malgré sa réunification, c’est-à-dire à partir des années 1995, pour se reprendre quinze ans plus tard. Ce déclin de la fin du siècle sera la conséquence de profonds désordres et de la dépopulation».

Ces prophéties semblent aujourd’hui se confirmer. Depuis trente ans, l’occident chrétien sombre dans une décadence sans précédant, liée une perte de la foi généralisée qui dégénère en crise morale et en crise de l’autorité. Deux critères communs à toutes les civilisations disparues sont aujourd’hui aussi présents : la libération des mœurs et l’émancipation de la femme.

En 1950, Pie XII vit le même phénomène solaire surnaturel qui s’était déjà produit le 13 octobre 1917, à Fatima : « J’ai vu » le miracle du soleil « ceci est la pure vérité ».

En 1950, peu avant de proclamer le dogme de l’Assomption, Pie XII, alors qu’il se promenait dans les jardins du Vatican assista plusieurs fois au même phénomène qui s’était produit le 13 octobre 1917 au terme des apparitions de Fatima, et il le considéra comme une confirmation céleste de ce qu’il était en train d’accomplir.

Une circonstance jusqu’à présent connue uniquement grâce au témoignage indirect du cardinal Federico Tedeschini qui en parla pendant une homélie.

Aujourd’hui, un document exceptionnel et inédit sur cette vision, conservé par la famille du Pontife, émerge des Archives privées Pacelli : une note manuscrite de Pie XII lui-même, écrite au crayon de papier au verso d’une feuille dactylographiée, dans les derniers temps de sa vie, où, à la première personne le Pape relate ce qui lui est arrivé. La note sera exposée en novembre prochain lors de l’exposition vaticane dédié à Pape Pie XII pour le cinquantième anniversaire de sa mort. Le compte-rendu est sec, de style presque notarial, sans nulle concession au sensationalisme.

« C’était le 30 octobre 1950 », avant-veille du jour de la proclamation solennelle de l’Assomption, explique Pie XII. Le Pape était donc sur le point de proclamer comme dogme de la foi catholique l’Assomption corporelle au ciel de la Sainte-Vierge à l’instant de sa mort, et il le faisait après avoir consulté l’épiscopat mondial, unanimement d’accord : seulement six réponses sur 1181 manifestaient quelque réserve.
Vers 16 heures, il faisait “l’habituelle promenade dans le jardin du Vatican, en lisant et en étudiant”.
Le Pape Pacelli se souvient que, tandis qu’il montait de la place de la Madone de Lourdes “vers le sommet de la colline, dans l’allée de droite qui longe la muraille d’enceinte”, il leva les yeux de ses feuilles : « Je fus frappé par un phénomène, que je n’avais jamais vu jusqu’alors. Le soleil, qui était encore assez haut, apparaissait comme un globe opaque jaunâtre, entouré tout autour d’un cercle lumineux », qui cependant n’empêchait en aucune façon de fixer le regard « sans en ressentir la moindre gêne. Une très légère nuée se trouvait devant ».
« Le globe opaque — poursuit Pie XII dans la note inédite — se mouvait à l’extérieur légèrement, en tournant, et en se déplaçant de gauche à droite et vice-versa. Mais dans l’intérieur du globe on voyait avec une grande clarté et sans interruption de très forts mouvements ».
Le Pape atteste avoir assisté au même phénomène le 31 octobre, et le 1er novembre, jour de la proclamation du dogme de l’Assomption, puis de nouveau le 8 novembre. « Ensuite plus rien ».
Il se rappelle aussi avoir cherché à “plusieurs reprises” dans les jours suivants, à la même heure et dans des conditions atmosphériques semblables, « à regarder le soleil pour voir si le même phénomène apparaissait, mais en vain ; je ne pus le fixer, pas même l’espace d’un instant, je restai immédiatement la vue éblouie ».

Dans les jours suivants Pie XII relate le fait “à quelques intimes et à un petit groupe de Cardinaux (peut-être quatre ou cinq), parmi lesquels le Cardinal Tedeschini”. Ce dernier, en octobre de l’année suivante, en 1951, doit se rendre à Fatima pour clore les célébrations de l’Année Sainte. Avant de partir il est reçu en audience et demande au Pape de pouvoir citer la vision dans son homélie.
« Je lui répondis : “Laissez, il ne faut pas”. Mais il insista — continue Pie XII dans le manuscrit — en soutenant l’opportunité de cette annonce, et alors, je lui expliquais quelques détails de l’événement ». « Ceci est, en termes brefs et simples — conclut Pape Pie XII — la pure vérité ».

« Pie XII était très persuadé de la réalité du phénomène extraordinaire, auquel il avait assisté bien quatre fois », déclara Soeur Pascalina Lehnert, la religieuse gouvernante de l’appartement papale. Ce qu’on nomme “le miracle du soleil” s’était déjà produit le 13 octobre 1917 à Fatima, au terme des apparitions aux trois bergers.

Pie XII était très lié à Fatima : la première apparition aux trois bergers s’était en effet produite le 13 mai 1917, le jour-même où Pacelli était consacrés archevêque dans la chapelle Sixtine. Il est attesté que Pie XII et soeur Lucia Dos Santos, resteront toujours en contact, et le Pontife, dans la dernière année de sa vie, conservera le texte du troisième Secret de Fatima dans son appartement.

« Au sujet du prodige solaire dont fut témoin le Pape Pie XII en 1950, il faut noter que la statue « Pèlerine » de Notre-Dame de Fatima se trouvait justement, à ce moment, aux environs de Rome, lorsque le Saint-Père vit se répéter, sous ses yeux, quatre fois de suite, le « miracle du soleil » de Fatima.

Le Pape Pie XII, a été injustement calomnié sur la période du génocide du peuple. Le Jeudi 25 janvier 2007, à Rome – Le cardinal Tarcisio Bertone, Secrétaire d’Etat de Sa Sainteté, a expliqué que l’histoire des Justes « était l’expression du bien, ou plutôt de cette force du bien qui traverse l’humanité en faisant abstraction des différences religieuses ». Il a rappelé l’énorme travail que l’Eglise catholique, et le Pape Pie XII en particulier, ont déployé pour défendre et protéger la vie des juifs. Les Justes « sont ces hommes et ces femmes non juifs qui, partout en Europe, ont brisé les chaînes de l’indifférence, de l’égoïsme et de l’individualisme, pour sauver un grand nombre de juifs de l’extermination nazie, mettant leur vie et celle de leur famille en péril ».

Concernant l’intervention de l’Eglise et en particulier de Pie XII en faveur de la défense des juifs, le cardinal Secrétaire d’Etat, a précisé qu’ « il ne s’agissait pas seulement d’organiser bureaucratiquement la recherche des disparus et l’assistance aux prisonniers ; mais d’avoir une attitude précise vis-à-vis de ces juifs poursuivis par les nazis. Il fallait les aider par n’importe quel moyen ».

A propos des prétendus silences de Pie XII, le cardinal Bertone a affirmé : « Il est clair que le silence du pape n’était pas un silence mais un parler intelligent et stratégique, comme le montre le radio message de Noël prononcé en 1942, qui provoqua une grande colère chez Hitler».

Les preuves se trouvent dans les Archives du Vatican, a poursuivi le Secrétaire d’Etat. Nous y trouvons par exemple la déclaration de l’ancienne Congrégation du Saint-Office qui, en 1928, a condamné de façon claire et nette l’antisémitisme. Un document qui a été totalement oublié, comme s’il n’y avait eu que la déclaration de Vatican II contre l’antisémitisme.

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/prophetes-et-propheties-en-vrac-f60/toutes-les-annonces-prophetiques-de-pie-xii-t1390.htm

Imagine un monde sans dette ni servitude;
où la terre soit utilisée à son potentiel maximum
sans pollution ni destruction environnementale,
et où les actes de guerre, la compétition
et autres formes de corruption
ne soient rien de plus que des notes
en bas de page des futurs livres d’histoire.

Utopique?
Non! Le monde peut changer!
Plus nombreux nous serons actifs,
et plus vite ce sera réalisable!
Des solutions existent!

Par exemple le crédit social:

http://desiebenthal.blogspot.com/2009/03/deja-2500-banques-locales-de-riz.html

“Je crois que la vérité non-armée et l’amour inconditionnel auront en réalité le dernier mot.”
– Dr. Martin Luther King Jr.

“Nous devons devenir le changement que nous souhaitons voir dans le monde.”
– Gandhi.

“L”humanité devra mettre un terme à la guerre, ou la guerre mettra un terme à l’humanité.”
– John Fitzgerald Kennedy.

“Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire.”
– Albert Einstein.

Jean-Paul II a réactualisé et résumé le message essentiel pour la grande majorité des humains comme suit:

Il a notamment comparé le rapport sexuel complet, amoureux et chaste entre les époux à une adoration eucharistique. Dieu est là à chaque orgasme mutuel librement offert à l’autre.

Voici l’esprit de cet amour:
Admiration.
http://www.union-ch.com/file/portrait.wmv

Ouvrage fondamental pour les siècles à venir…

Europe, l’hiver démographique :

[actes du colloque international, Lausanne, Ecole polytechnique fédérale, 18 février 1989]Type de document :texte impriméAuteurs :Association des étudiants de l’Ecole polytechnique fédérale et de l’Université de Lausanne pour l’éthique et la société, Editeur (scientifique);Pierre Chaunu (1923-2009), Préfacier,
Philippe Pidoux
etcEditeur :Lausanne : L’Âge d’hommeAnnée de publication :1989Importance :254 p.Présentation :ill., couv. ill. en coul.Format :22 cmLangues :Français (fre)Catégories :

[CEDIAS]DEMOGRAPHIE

[CEDIAS]Europe

Permalink :http://cediasbibli.org/opac/index.php?lvl=notice_display&id=7942Mention de responsabilité :organisé par l’AEULES, Association des étudiants de l’Ecole polytechnique fédérale et de l’Université de Lausanne pour l’éthique et la société ; préf. de Philippe Pidoux ; introd. de Pierre Chaunu… ; textes assemblés par François Geinoz,… François de Siebenthal,… Antoine Suarez,… Michel Tricot,..


Traduction »
Aller à la barre d’outils