DSK, sept charges d’inculpations.

Photographie de la victime, Naffisatou Diallo

Les sept charges d’inculpations comprennent pour l’instant des preuves physiques solides, notamment du sperme de DSK sur les habits d’ Ophelia et sur ses parties intimes ( donc pas de préservatif), des griffures sur le corps de DSK avec de l’ADN de DSK sous les ongles de la victime, donc des preuves de divers chefs d’agressions sexuelles, félonie, agression qualifiée au premier degré en venant par surprise et par l’arrière avec tentative qualifiée de viol et probablement viol accompli ( anal ou /et vaginal selon preuves ADN ) sans même avoir encore vu le visage d’ Ophelia, une femme de chambre d’origine de l’Afrique de l’ouest ( d’ethnie Peule de nationalité guinéenne ? ) de 32 ans, divorcée et mère éduquant seule sa fille , abus sexuel avec violences et blessures ( notamment griffures, ADN, spermes et sang  des blessures ou des règles not. sur les draps du lit…) et tentatives d’ actes sexuels criminels à N-Y ( sodomie et 2 tentatives de fellations forçées et imposées par menaces, maintenue avec violence not. par les oreilles ), tout ceci sans préservatif, donc possibilité de transmission de sida ( empoisonnement), parjure, faux témoignage, tentative de subornation de témoins, traitement dégradant d’un être humain comme une chose et un moyen, torture, sm, séquestration et délit de fuite dans un avion avec un siège de dernière minute en 1 ère classe Air France…


DSK, directeur du FMI,  risque 74 ans et 3 mois de prison ferme.
















cliquez pour agrandir.
Rue89 publie, à titre de document, la traduction de la plainte déposée par l’employée de l’ĥôtel Sofitel contre Dominique Strauss-Kahn, et publiée par le site de la chaîne ABCNews. C’est le point de vue de l’accusation : DSK, lui, nie cette version des faits.
Télécharger la plainte déposée contre DSK, mise en ligne par ABC News (PDF, en anglais).
Le peuple de l’Etat de New York contre Dominique Strauss-Kahn (M62).
Le détective Steven Lane, matricule 03295 de la brigade de détectives de l’Unité spéciale de Manhattan, constate ce qui suit.
Le 14 mai 2011, à environ midi, à l’adresse 44W 44th Street, dans le comté et l’Etat de New-York, la plaignante a déposé plainte sur les chefs d’accusation de :
  • acte sexuel criminel du premier degré (deux chefs)
  • tentative de viol au premier degré (un chef)
  • abus sexuel au premier degré (un chef)
  • séquestration au deuxième degré (un chef)
  • abus sexuel au troisième degré (un chef)
  • attouchements (un chef)
L’accusé a tenté d’avoir, par la force, une relation sexuelle anale et orale avec une autre personne ; l’accusé a tenté d’avoir des rapports vaginaux avec une autre personne ; l’accusé a forcé une autre personne à un contact sexuel ; l’accusé a séquestré une autre personne : l’accusé a obligé une autre personne à un contact sexuel sans le consentement de cette dernière ; l’accusé a de façon intentionnelle et sans raison légitime touché les parties sexuelles et autres parties intimes d’une autre personne dans le but d’avilir une autre personne et d’abuser d’elle, et dans le but d’assouvir le désir sexuel de l’accusé.
Ces attaques ont été commises dans les circonstances suivantes : le soussigné constate que le soussigné a été informé par une personne connue des services du procureur que l’accusé a…
  • fermé la porte du lieu cité ci-dessus et et empêché la plaignante de quitter le lieu
  • a saisi les seins de la plaignante sans son consentement
  • a essayé retirer le collant de la plaignante et de toucher son sexe
  • a fait entrer en contact son pénis avec la bouche de la plaignante à deux reprises
  • est parvenu à réaliser les actes ci-dessus en utilisant la force physique








D’ autres tentatives de viols ?

Selon Tristane Banon sur Paris Première, en 2002, alors qu’elle a 22 ans. “Il était comme un chimpanzé en rut.” Elle parvient à filer.
Coucheries au FMI
Fin 2008, Piroska Nagy, une de ses subordonnées «M. Strauss-Kahn a abusé de sa position pour entrer en relation avec moi. J’avais le sentiment que j’étais perdante si j’acceptais, et perdante si je refusais.»
Les «partouzes géantes»
M. Frédéric Lefebvre, secrétaire d’Etat chargé du Commerce et du Tourisme – prétend avoir des photos prouvant les coucheries et infidélités de DSK. 
Soupçons de harcèlement
Plusieurs affaires qui révèlent un appétit sexuel débordant et son incapacité à le maîtriser. 
«…il frôle souvent le harcèlement», écrivait le journaliste du Monde Jean Quatremer dès 2007. 
Aujourd’hui députée socialiste, Aurélie Filippetti expliquait en 2008 au Temps qu’elle avait été draguée de manière «très lourde, très appuyée» par son camarade de parti. 
Le député UMP Bernard Debré parle de «délinquant sexuel» connu pour ses «attitudes sexuelles débridées» et ses nombreux abus passés sur des femmes de ménage, notamment au Sofitel de New-York.



Qui est Nafissatou Diallo, la jeune femme que Dominique Strauss-Kahn est accusé d’avoir agressé sexuellement? Pas la jeune fille dont la photo Facebook a été diffusée par la presse [NDLE: les contenus ont depuis été supprimés]. Celle qui a d’abord été connue sur le prénom d’Ophelia n’est ni sénégalaiseni ghanéenne, ni portoricaine, comme l’ont rapporté différents organes de presse, mais de nationalité guinéenne.
» Tous nos articles sur l’affaire DSK
Selon un membre de sa famille, qui préfère rester anonyme et qui a contacté SlateAfrique, Nafissatou Diallo, 32 ans, est installée depuis treize ans aux États-Unis, où elle menait jusqu’à samedi 14 mai une vie sans histoire.
Voici ce qu’il nous a confié.
Fille d’un commerçant appartenant à l’ethnie peule (40% de la population dans un pays qui compte 10,3 millions d’habitants), originaire de la région de Labé, en Guinée, Nafissatou Diallo a suivi son mari, un commerçant guinéen, aux États-Unis en 1998. Elle a ensuite divorcé et élève seule sa fille de 15 ans dans le Bronx. Elle a par ailleurs de la famille à Harlem, notamment sa sœur, mariée à un homme d’affaires guinéen opérant dans l’import-export.
Détentrice d’une carte verte, employée comme femme de chambre par la chaîne hôtelière Sofitel depuis trois ans, Nafissatou Diallo a la réputation d’être une fille sérieuse.
«Une grande bosseuse comme sa sœur», selon un autre cousin, que nous avons également eu au téléphone. Ses proches, issus d’une grande famille de commerçants guinéens n’ont pas encore eu directement accès à elle. Comme tout le monde, ils ont lu la presse, mais ils espèrent que l’agression a eu des proportions «moins importantes» que ce qui est rapporté.
Mamadou Chérif Diallo, parent de la victime, un Guinéen de 35 ans qui travaille pour une agence de la ville de New York, et chargé de représenter la famille déclare:

«C’est une bonne musulmane. Elle est vraiment très jolie, comme beaucoup de femmes peules, mais dans notre culture, on n’accepte pas ce type d’agressivité. Franchement, Dominique Strauss-Kahn est tombé sur la mauvaise personne! C’est un scandale et c’est vraiment triste, cet accident!»

Sous protection policière

La famille explique que Nafissatou Diallo a été emmenée par la police de New York dans un endroit tenu secret, pour la protéger des médias. Elle est assistée par un avocat. Le bureau de l’attorney general de Manhattan, contacté par SlateAfrique, a refusé de confirmer l’identité de Nafissatou Diallo, une mesure qui relève de la protection des victimes aux États-Unis.
La famille paraît dépassée par les événements, et insiste sur le fait que Nafissatou Diallo n’a pas encore formellement porté plainte [NDLE: formellement, c’est le procureur qui porte plainte au pénal, la victime peut en revanche choisir ultérieurement de porter plainte au civil, pour un procès en dommages et intérêts]. Son statut d’immigré, certes légal, est précaire et en tant que résidente étrangère aux États-Unis, sa famille sait qu’elle n’a pas le droit à l’erreur.
A-t-elle été manipulée? Son cousin, Mamadou Chérif Diallo proteste: 

«Non, non, non! Les gens doivent comprendre qu’ici, on vit dans le communautarisme et que Nafissatou vit dans sa communauté, les Peuls de Guinée, et qu’elle ne s’intéresse pas à la politique. Elle n’a pas le droit de vote aux États-Unis et ne participe même pas à nos associations politiques guinéennes.»

Alors que le monde entier s’interroge sur la possible corruption de cette jeune femme à des fins hautement politiques, il paraît quelque peu ironique que ce soit une femme de chambre guinéenne qui puisse être à l’origine d’un scandale mettant en cause le patron du Fonds monétaire international (FMI). Une institution avec laquelle son pays, dirigé depuis décembre par un nouveau président, Alpha Condé, cherche à renouer pour sortir de l’ornière.

Le pays qui a dit «non» à De Gaulle

La Guinée, située au sud du Sénégal et de la Guinée-Bissau, fut la seule colonie française à dire «non» à De Gaulle en 1958, accédant avant toutes les autres à une indépendance cher payée. La France est en effet partie en claquant la porte, avec équipements et fonctionnaires.
Sous Sékou Touré, son premier Président et dictateur, la Guinée a longtemps vécu dans le giron du bloc soviétique, se faisant notamment livrer de très inutiles chasse-neige, dans les années 1960, au titre de la coopération entre pays frères.
Le pays est sorti du bloc de l’Est avant la fin de la Guerre froide, à la faveur de l’accession du général Lansana Conté à la présidence, par voie de putsch, en 1984, après la mort de Sékou Touré.
Cette nation a traversé une profonde crise politique après la mort de Lansana Conté, fin 2008. Livré à une jeune junte d’officiers menée par le capitaine Moussa Dadis Camara, les militaires ont été contraints de passer la main et d’organiser des élections après le massacre de 156 manifestants et le viol d’une centaine de femmes par des militaires, le 28 septembre 2009 à Conakry.
Souvent décrit comme un scandale géologique, en raison de son potentiel hydraulique et minéral, la Guinée souffre d’un énorme retard dans son développement, à l’échelle de la sous-région. A Conakry, la capitale, les habitants n’ont toujours pas l’eau courante ni l’électricité. Les jeunes, eux, manquent cruellement de perspectives. Du coup, l’émigration vers le Sénégal, la Côte d’Ivoire, mais aussi la France, l’Allemagne et les États-Unis représente la seule planche de salut, depuis plusieurs décennies.
Sabine Cessou


Actualisation le 17/05 pour préciser que l’avocat n’a pas été commis d’office.




Le New York Post révèle un nouvel élément fracassant.

Elle  pourrait être porteuse du virus du SIDA, une information à prendre avec des pincettes.

Nafissatou Diallo occupait précédemment un logement mis à disposition par la “Harlem Community Aids United” des personnes atteintes du SIDA et de leur famille, mais nous ne sommes pas en mesure d’affirmer que la victime est effectivement porteuse du virus, en raison du secret médical.

Au moins un adulte dans la famille doit être séro-positif pour que celle-ci puisse bénéficier du logement. Un parent séro-négatif en compagnie d’un enfant atteint du virus n’aurait donc pas le droit de s’y installer.


Sources: agences, tv, internet, police.
not: 




Dominique Strauss-Kahn, the managing director of the International Monetary Fund


















  1.  « Dominique Strauss-Kahn inculpé d’agression sexuelle par le parquet de New York » [archive]Libération, 15 mai 2011.
  2.  (en) « IMF head to plead not guilty » [archive]CNN, 15 mai 2011.
  3.  « DSK soumis à des test ADN » [archive]Paris Match, 16 mai 2011.
  4.  « DSK nie, la femme de chambre le reconnaît formellement comme son agresseur » [archive]Libération, 15 mai 2011.
  5.  « Affaire DSK : les zones d’ombre » [archive]LCI, 16 mai 2011.
  6.  « DSK : questions sur un week-end à New York » [archive]Le Figaro, 16 mai 2011.
  7.  « Plusieurs stratégies de défense s’offrent à DSK » [archive]Le Figaro, 16 mai 2011.
  8.  « Le texte de la plainte déposée contre Strauss-Kahn (traduction) » [archive]Rue89, 16 mai 2011.
  9.  « AFP : DSK emprisonné à Rikers Island à NY » [archive]Le Figaro, 16 mai 2011.
  10.  Dans le système pénal new-yorkais, un Grand Jury est l’instance décidant de la mise en accusation pour les crimes graves. Un Grand Jury réunit 23 jurés dans une audience à huis-clos où le suspect peut demander à témoigner mais sans son avocat. Le secret de cette procédure est cependant total, et rien de ce qui se dit dans un Grand Jury ne saurait être utilisé au cours d’un procès. Il semble que les Grand Jury suivent généralement les demandes de mise en accusation, spécialement lorsque la victime accepte de témoigner. Voir Dominique Strauss-Kahn: how the New York criminal justice system works [archive], The Telegraph, 16 mai 2011

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »