Ebola et le prince Philip, duc d’Édimbourg, époux et prince consort de la reine Élisabeth II

Dans la préface de sa biographie: “Si j’étais un animal” (sic), le Prince Philip a écrit:
«Dans le cas où je me réincarnerai, je voudrais revenir comme un virus mortel, afin de contribuer en quelque chose pour résoudre la surpopulation.”


overpopulation propaganda…propagande sur la surpopulation…


As the very first line of Steven Mosher’s latest book reads, we have all grown up “on a poisonous diet of overpopulation propaganda.”Comme on peut le lire dès la toute première ligne du dernier livre de Steve Mosher, nous avons tous grandi “sous le régime empoisonné de la propagande sur la surpopulation”.


texte original ci-dessous…
In the foreword to his biography If I Were An Animal, Prince Philip wrote, “In the event that I am reincarnated, I would like to return as a deadly virus, in order to contribute something to solve overpopulation.”
I must confess that I am tempted to ask for reincarnation as a particularly deadly virus…

  • Foreword to If I Were an Animal (1987) by Fleur Cowles and Prince Philip ISBN 9780688061500



If I were an animal by Fleur Cowles and Prince Philip (1987)



Ces informations, que je transmettrais en 3 parties car le dossier est conséquent, permet de voir l’épidémie Ebola sous un nouveau jour. En 2009, l’OMS complotait déjà derrière notre dos pour nous faire vacciner contre la grippe H1N1 pour le plus grand profit de Big Pharma. Ce que la plupart des gens  ignorent et que la journaliste d’investigation Jane Burgermeister a compris à l’époque c’est que ce complot dépassait de loin les simples intérêts de quelques industriels. Il y avait derrière cette crise fabriquée de réels plans sinistres de dépopulation mondiale que la journaliste a exposé amplement dans un document en ligne de 134 pages


 A la lecture de ce document qui met en accusation à la fois Obama, les têtes pensantes du NOM mais aussi Margaret Chan, qui est toujours en poste à l’OMS ou Bill Gates (dont on a vu qu’il est toujours impliqué à la fois dans le laboratoire de Kenema comme dans le financement du vaccin contre Ebola), tout cela doit nous rappeler que les plans génocidaires des 1% contre les 99% restants ne sont très probablement pas définitivement enterrés, bien au contraire. 

S’ils ont essayé en 2009 avec H1N1, cette nouvelle épidémie pourrait bien avoir le même objectif. A l’époque, le plan était de se servir de vaccins pour répandre la maladie. Ce plan ayant été éventé, la nouvelle mouture pourrait être d’un autre genre comme celui d’introduire un virus hybride Ebola / Lassa ou un virus modifié génétiquement pour devenir plus contagieux via des mutations spontanées. Un article indique par exemple que le virus aurait déjà muté près de 300 fois en très peu de temps.

Voici pour commencer un résumé des découvertes de cette journaliste. Ces documents sont particulièrement long mais très instructifs. Je vous invite à prendre le temps de les lire. Ils permettent de prendre conscience du fait que ceux qui disent vouloir aider la population mondiale aujourd’hui contre le virus Ebola ont œuvré contre cette même population il y a 5 ans de cela. 

A noter qu’une américaine qui est retournée voir les Georgia Guidestones cette année a eu la surprise de constater qu’un cube portant l’inscription 20 d’un côté et 14 de l’autre y avait été rajouté



Visiblement, cet ajout était prévu depuis le départ:
Fawkes



—————————

Jane Burgermeister a récemment déposé une plainte contre l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), l’ONU, Barack Obama (Président des États-Unis), David de Rothschild (banquier), David Rockefeller (banquier), George Soros (banquier), Werner Faymann (Chancelier d’Autriche1, entre autres, les accusant de vouloir commettre un génocide de masse.
Cette plainte fait suite à une autre procédure judiciaire que la journaliste avait intentée en avril 2009 contre les sociétés pharmaceutiques Baxter et Avir Green Hills Technology, qu’elle juge responsable d’avoir produit un vaccin contre la grippe aviaire, pour délibérément provoquer une pandémie et s’enrichir par la même occasion.
Jane Burgermeister présente les preuves d’actes de bioterrorisme dans lesquels ces personnes et organismes précités sont impliqués. Elle les accuse de faire partie d’un syndicat international d’entreprises criminelles qui a mis au point, fabriqué, stocké et utilisé des armes biologiques en vue d’éliminer la population des États-Unis et celle d’autres pays 2, à des fins de gains politiques et financiers.
Utilisant la « grippe porcine » comme prétexte, elle les accuse d’avoir planifié le meurtre de masse de la population américaine par le biais de la vaccination forcée.
Elle a les preuves que ces vaccins seront volontairement contaminés pour provoquer à dessein des maladies mortelles.
Ces exactions s’inscrivent en violation directe de la Loi antiterroriste concernant l’emploi d’armes biotechnologiques. Elles constituent des actes de terrorisme et de haute trahison.
« Il faut prendre des mesures draconiennes de réduction démographique contre la volonté des populations. Réduire les taux de natalité s’est avéré impossible ou insuffisant. Il faut donc augmenter le taux de mortalité. Comment ? Par des moyens naturels : la famine et la maladie. »
Robert Mc Namara 3
Comme programme de rentrée, l’OMS lance l’avant dernier stade du génocide ultime visant une réduction de 5 milliards d’humains sur dix ans 4 !
Cette affirmation, digne d’un scénario de politique-fiction, pourrait passer pour du délire ou de la paranoïa ! Il n’en est rien.
Jane Burgermeister et de nombreuses autres personnalités, scientifiques, politiques, chercheurs, journalistes confirment ce programme de dépopulation programméevia la pandémie de grippe A/H1N1 et surtout, via les vaccins qui seront contaminés.
Jane Burgermeister accuse également, parmi d’autres, le Dr Margaret Chan, Directrice de l’OMS, Bill Gates et George W. Bush.
La France et l’Europe sont bien sûr concernées ! Cf. les articles du dossier.
Robert Mc Namara : ancien président de la Banque Mondiale, ancien secrétaire d’État des U.S.A., c’est lui qui ordonna les bombardements massifs du Viêt-Nam. Il est également l’un des instigateurs du P.E.V (Programme Elargi de Vaccinations), programme qui a été initié par l’OMS en 1974, dans le but de vacciner le maximum d’enfants dans le monde.
Cf. notamment l’article de Barbara Minton (p. 3), ainsi que le dossier rassemblant les « preuves » permettant à Jane Burgermeister de fonder ses accusations, dossier intitulé : « June 10th Action » et disponible (en anglais) sur :
.
Jane Burgermeister et dépopulation programmée 2
Jane Burgermeister à réalisé un travail majeur. Ses révélations, preuves à l’appui et son double dépôt de plainte envers les plus hautes instances dirigeantes nous permettent aujourd’hui, à quelques semaines du « lancement » de la pandémie, de fourbir nos propres armes, judiciaires entre autres. Son courage et sa détermination nous sidèrent.
Les États du monde se préparent à une dépopulation programmée.
À nous, membres de la société civile, de préparer une forte résistance contre cette obligation vaccinale, contraire à nos droits les plus fondamentaux (cf. « Organiser la résistance » à la fin de ce dossier). La Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, de 1948, précise que tout être humain a droit à son intégrité. On ne peut contraindre un individu à subir un acte médical, tel qu’une vaccination. Et si ce n’était pas le cas, alors nous ne serions pas dans un État de droit mais une dictature…
Au delà de la peur que ces révélations peuvent susciter, nous pensons :
– que la vérité est le premier pas pour s’affranchir de l’oppression.
– qu’une personne informée devient beaucoup moins manipulable.
– que ces informations favorisent les prises de conscience nécessaires à une transformation fondamentale de nous-mêmes, comme de notre société.
Pour la première fois, nous ne pouvons plus nous défiler !
Environ 99,90% de la population est potentiellement visée.
Nos enfants, nos parents, nos ami(e)s et nous-mêmes…
Chacun(e) de nous est directement concerné(e).
SOMMAIRE
Dans ce dossier, vous trouverez :
— L’article sur les dépôts de plainte et les révélations de Jane Burgermeister.
Ce texte traite essentiellement des États-Unis. Mais, ne nous leurrons pas. Il est à l’image de ce qui attend le monde en général et donc, bien évidemment la France.
Le dossier qui rassemble les « preuves » permettant à Jane Burgermeister de fonder ses accusations est disponible (en anglais) sur :
— Différents extraits ou articles sur des sujets liés à ce programme de dépopulation.
Issus de sites Internet, ces textes (qui concernent tout particulièrement la France) sont souvent accompagnés de notes pour approfondir et préciser certains aspects.
— Des conseils pour une mobilisation personnelle et une résistance à l’oppression.
Les adresses des sites où trouver de l’info, les moyens de la relayer et de communiquer.
— Bien entendu, les informations présentées dans ce dossier sont à prendre avec les précautions d’usage. Mais comment ne pas leur accorder attention ? 
Jane Burgermeister et dépopulation programmée 3
Grippe porcine : une journaliste autrichienne accuse l’ONU et des responsables politiques de préparer un génocide planétaire
Article de Barbara Minton 5, publié dans Natural news
La date de sortie du nouveau vaccin de la société Baxter contre la pandémie de grippe A/H1N1, prévue pour début juillet approche 6. Aussi, une journaliste autrichienne est en train d’avertir le monde que le plus grand crime de l’histoire de l’humanité est en cours.
Jane Burgermeister vient récemment de déposer une plainte auprès du FBI, accusant l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), l’Organisation les Nations Unies (ONU), plusieurs des plus hauts fonctionnaires du gouvernement et des sociétés pharmaceutiques, de bioterrorisme et de tentatives visant à commettre un meurtre de masse.
Elle a également préparé une procédure de justice contre la vaccination forcée, qui se prépare en Amérique 7.
Ces actes judiciaires suivent des accusations préalablement déposées en avril contre Baxter AG et AVIR Green Hills Biotechnologie (filiale autrichienne du groupe) concernant la production de vaccin contaminés de grippe aviaire, dénonçant un acte délibéré afin de provoquer et de profiter de la pandémie.
Résumé des revendications et des accusations déposées auprès du FBI en Autriche, le 10 juin 2009
Dans son dossier d’inculpation, Burgermeister présente les preuves d’actes de bioterrorisme, en violation de la loi américaine, par un groupe opérant depuis les États-Unis, sous la direction de banquiers internationaux qui contrôlent la Réserve Fédérale, ainsi que l’OMS, l’ONU et l’OTAN. Cet acte de bioterrorisme à pour but de réaliser un génocide de masse contre la population américaine, en utilisant un virus génétiquement modifié de grippe avec l’intention de causer la mort.
Ce groupe s’est infiltré dans les bureaux d’influents responsables de l’administration aux États-Unis. Précisément, des preuves ont été présentées qui accusent Barack Obama, Président des États-Unis ; David Nabarro, Coordonnateur du Système des Nations Unies pour la lutte contre la grippe ; Margaret Chan, Directrice général de l’OMS ; Kathleen Sibelius, Secrétaire du Département de la Santé et des Services aux personnes ; Janet Napolitano, Secrétaire du Département de la Sécurité intérieure (« Homeland Security ») ; David de Rothschild, banquier ; David Rockefeller, banquier ; George Soros, banquier ; Werner Faymann, Chancelier d’Autriche et Alois Stoger, ministre autrichienne de la Santé, entre autres, de faire partie de ce syndicat international d’entreprises criminelles qui a mis au point, fabriqué, stocké et utilisé des armes biologiques, en vue d’éliminer la population des États-Unis et celle d’autres pays, en vue de gains politiques et financiers. 
Barbara Minton est enseignante en psychologie et auteur de plusieurs livres sur les finances personnelles. Elle s’est soignée d’un cancer du sein en ayant recours aux médecines alternatives. Il est possible de la joindre par mail en s’adressant à :
La version originale de son texte (en anglais) est disponible sur :
Cet article à été publié le 25 juin 2009.
Concernant la vaccination forcée en France, lire les articles du présent dossier, notamment p. 22 et p. 23.
Jane Burgermeister et dépopulation programmée 4
Les chefs d’accusations soutiennent que les accusés ont comploté entre eux et avec d’autres pour concevoir, financer et participer à la phase finale de la mise en œuvre d’un programme international secret de fabrication d’armes biologiques impliquant les sociétés pharmaceutiques Novartis et Baxter. Ils y sont parvenus via la bio-ingénierie et la diffusion d’agents biologiques mortels, en particulier par le virus de la « grippe aviaire » et le « virus de la grippe porcine », afin d’avoir un prétexte pour mettre en œuvre un programme de vaccination forcé, qui serait le moyen d’administrer un agent biologique toxiques causant la mort et des dommages à la population des États-Unis. Cette action s’inscrit en violation directe avec « The Biological Weapons Anti-terrorism Act » (Loi antiterroriste sur les armes biologiques).
Les accusations de Burgermeister comportent des preuves attestant que Baxter AG, filiale autrichienne de Baxter International, à délibérément envoyé 72 kilos de virus vivant de la grippe aviaire, fournies par l’OMS durant l’hiver 2008, à 16 laboratoires, dans quatre pays.
Elle présente des preuves qui démontrent de façon évidente que les sociétés pharmaceutiques et les agences gouvernementales internationales se sont activement impliquées dans la production, le développement, la fabrication et la distribution d’agents biologiques classées parmi les armes biologiques les plus meurtrières de la planète, afin de déclencher une pandémie et de provoquer la mort de masses.
Dans les accusations qu’elle a présenté au mois d’avril, elle a fait remarquer que le laboratoire Baxter en Autriche, supposé être l’un des laboratoires les plus sûrs au monde en biosécurité, n’a pas respecté les plus élémentaires et essentielles des procédures pour garder en sécurité et séparé de toutes les autres substances 72 kilos d’un agent pathogène classé comme arme biologique, mais lui a permis d’être mélangé avec le virus de la grippe humaine ordinaire et d’être expédié à partir de ses installations situées à Orth, dans la région du Danube.
En février, quand un membre du personnel de BioTest, basé en République tchèque à utilisé le produit destiné à tester les vaccins sur des furets, ces derniers en sont morts. Cet incident n’a pas été suivi de la moindre enquête de l’OMS, de l’Union Européenne, de l’Autriche ou des autorités de santé autrichiennes. Il n’y a pas eu d’enquête sur la teneur du virus et il n’existe pas de données sur la séquence génétique des virus libérés. En réponse aux questions parlementaires du 20 mai, la ministre autrichienne de la Santé, Alois Stoger, a révélé que cet incident n’avait pas été traité comme il aurait dû l’être en matière de biosécurité, mais comme une infraction au Code vétérinaire. Un médecin vétérinaire a été envoyé au laboratoire pour une brève inspection.
Le dossier de Burgermeister révèle que la diffusion des virus devait être une étape essentielle pour le déclenchement d’une pandémie qui permettrait à l’OMS de déclarer le « Niveau 6 », d’alerte de la pandémie 8.
Elle énumère la liste des lois et décrets qui permettraient à l’ONU et à l’OMS de suppléer les États-Unis au cas ou la pandémie se déclare.
En outre, la législation imposerait de se soumettre à l’obligation vaccinale et elle serait mise en vigueur par la force aux États-Unis, dès lors que les conditions de déclaration de la pandémie sont réalisées.
Elle porte également une accusation selon laquelle l’ensemble de la pandémie de « grippe porcine » repose sur d’énormes mensonges et qu’il n’y a aucun virus naturel pouvant constituer une menace pour la population.
Elle présente des preuves montrant que les virus de grippe aviaire et porcine ont, en fait, été crées par bio-ingénierie dans les laboratoires, grâce aux financements accordés entre autres, par l’OMS et par d’autres organismes gouvernementaux.
L’OMS à déclaré le « Niveau 6 » d’alerte mondiale de pandémie le 11 juin 2009.
Jane Burgermeister et dépopulation programmée 5
Cette « grippe porcine » est un hybride comprenant des parties de grippe porcine, de grippe humaine et de grippe aviaire, un mélange qui ne peut que provenir de laboratoires, selon de nombreux experts 9.
L’OMS, qui dans ses communications affirme que cette « grippe porcine » progresse et qu’une pandémie doit être déclarée, ne parle pas de ses causes fondamentales. Les virus qui ont été diffusés ont été créés et transmis avec l’aide de l’OMS et, cette dernière à une responsabilité écrasante et de tout premier ordre concernant la pandémie.
En outre, les symptômes de la supposée « grippe porcine » ne peuvent être distingués de la grippe ordinaire ou du simple rhume. La « grippe porcine » ne provoque pas plus la mort que d’autres grippes ordinaires.
Burgermeister remarque que le nombre de cas mortels de « grippe porcine » est contradictoire et qu’il n’y a aucune clarté quant à la manière dont le nombre de morts ont été rapportés. Il n’y a pas de risque potentiel de pandémie, à moins que des vaccinations massives ne soient effectuées pour faire de la grippe une arme 10 , sous couvert de protection des populations. Il existe des motifs légitimes de croire que les vaccins obligatoires seront volontairement contaminés pour provoquer à dessein des maladies mortelles.
Il est fait référence à un vaccin agréé par Novartis contre la grippe aviaire qui a tué 21 personnes sans-abri, en Pologne, durant l’été 2008 et qui a eu comme principale conséquence d’être classé dans la catégorie des « Taux d’effets indésirables », répondant ainsi à la définition même d’une arme biologique, selon les États-Unis (substance biologique destinée à provoquer un « taux d’effets indésirables », par exemple la mort ou des lésions) par un mode « d’administration » (injection).
Elle affirme que ce même groupe d’industries pharmaceutiques et d’agences gouvernementales internationales qui ont élaborées et diffusées les agents vecteurs de pandémie, se sont positionnées afin de tirer profit de la situation de pandémie créée, avec de gros contrats de commandes de vaccins à la clé.
Le groupe qui a élaboré le plan de “grippe porcine” contrôle les médias et, ces derniers diffusent de fausses informations afin d’endormir la vigilance de la population américaine pour qu’elle accepte ce vaccin dangereux.
Cf. à ce sujet l’important article du Dr. Alma True Ott (p.18), qui explique que le « cocktail vaccinal mortel » aurait une forte ressemblance avec le sérum inoculé à des millions de soldats en 1918. Ce vaccin a engendré une épidémie provoquant entre 20 et 50 millions de morts dans le monde. Cf. également l’article du Dr Leonard Horowitz (p.10) qui traite aussi partiellement de ce sujet.
10 Dans ce cas, il peut y avoir un risque de recombinaison et de mutations virales. « Les antiviraux accentuent les processus de commutation : La commutation est le passage du patrimoine génétique d’un virus tué par antiviraux à des cellules saines qui peuvent évidemment reproduire alors une forme virale mutante plus virulente. Ce phénomène est reconnu par de plus en plus de médecins et chercheurs.
En vaccinant ET en utilisant par exemple du Tamiflu, vous avez une formule explosive qui fait de votre corps un véritable incubateur. Le virus atténué du vaccin transmet son patrimoine génétique à des cellules saines, cette commutation est accentuée par les antiviraux de type Tamiflu.
Ainsi les « remèdes » employés sont si mutagènes qu’ils vont produire des souches mutantes non contrôlées et non contrôlables. On peut ainsi passer d’une grippe A à une grippe B et jusqu’à Z, si on employait ce type de “lutte” contre une grippe virulente. La grippe A tue aujourd’hui 10 fois moins qu’une grippe classique, mais avec les méthodes actuelles, elle devrait muter en une grippe beaucoup plus dure. Les méthodes de l’OMS seront donc meurtrières si on laisse faire, car par commutation nous allons être confrontés à des virus de plus en plus tueurs. »
Dr Marc Vercoutère
Cf. aussi p.25
Jane Burgermeister et dépopulation programmée 6
Le peuple des États-Unis subira d’importants et d’irréparables dommages et souffrances s’il est obligé de prendre ce vaccin dont l’efficacité n’est pas prouvée s’il doit le prendre sans son consentement, conformément à l’application de la loi sur l’État d’urgence de la santé appelé « Powers Act », du National Emergency Act 11 (loi d’Urgence Nationale), de la Directive présidentielle de la Sécurité Nationale/NSPD-51, de la Directive Homeland Security/HSPD-20 et du partenariat international sur la grippe aviaire et la grippe pandémique.
Aux États-Unis, depuis 2008, Burgermeister accuse ceux dont les noms sont cités dans ses accusations d’avoir mis en application de nouvelles procédures et/ou d’avoir accéléré la mise en œuvre de lois et de règlements 12 visant à priver les citoyens des États-Unis de leurs droits constitutionnels à refuser cette injection.
Ces personnes ont créé ou autorisé des directives qui rendent criminel l’acte de refuser de recevoir une injection contre les virus de la pandémie.
Elles ont imposé d’autres sanctions cruelles et excessives, telles que l’emprisonnement et/ou la mise en quarantaine dans les camps d’internement de la FEMA 13, tout en empêchant les citoyens des États-Unis de demander des indemnités en cas de blessures ou de décès, suite aux injections forcées.
Ces mesures constituent une violation des lois fédérales régissant la corruption et l’abus de pouvoir, ainsi que la violation de la Constitution et de la déclaration des Droits (« Bill of Rights »).
Les accusés dont les noms sont cités ont construits, par toutes ces actions, les fondements d’un véritable génocide de masse. Utilisant la « grippe porcine » comme prétexte, les accusés ont planifié le meurtre de masse de la population américaine par le biais de la vaccination forcée. Ils ont mis en place un vaste réseau de camps de concentration de la FEMA et identifié les sites allant servir de charniers. Ils sont également impliqués dans l’élaboration et la mise en œuvre d’un plan destiné à faire prendre le contrôle des États-Unis par un syndicat international d’entreprises criminelles qui utilise l’ONU et l’OMS comme façade pour entreprendre des activités de racket illégales et criminelles, en violation des lois qui régissent la haute trahison.
Burgermeister s’attaque aussi aux complexes pharmaceutiques Baxter, Novartis et Sanofi Aventis qui font parti d’un programme de fabrication d’armes biologiques basé à l’étranger et à double but, financé par ce syndicat international d’entreprises criminelles et destiné à mettre en œuvre le meurtre massif de civils afin de réduire la population mondiale de plus de 5 milliards de personnes dans les dix prochaines années.
11 « Avec le National Emergency Act (loi d’Urgence Nationale), le Président peut confisquer les propriétés, organiser et contrôler les moyens de production, confisquer les biens, envoyer des troupes militaires à l’étranger, instituer la Loi Martiale, saisir et contrôler tous les moyens de transports et de communications, règlementer les opérations des entreprises privées, restreindre les voyages et, de maintes façons, contrôler la vie des citoyens américains ».Extrait (en français) du« dossier de preuves » de J. Burgermeister « June 10th Action » (Chap II,1A)
12 On peut par exemple penser au Patriot Act : « En votant l’USA Patriot Act le 26 octobre 2001, puis la Stratégie Nationale de Sécurité le 11 septembre 2002, le Congrès américain a étendu considérablement les pouvoirs du gouvernement central, ce qui fait de plus en plus grincer de dents même chez certains républicains. … Autre objectif du gouvernement fédéral, la vaccination de force de toute la population américaine contre la grippe classique et contre la prochaine pandémie, ainsi que le permet la loi connue sous le nom de « The Model Emergency Health Powers Act ». Rappelons pour mémoire qu’une massive campagne de vaccination contre la grippe porcine avait été lancée en 1976 et avait dû être interrompue quelques mois plus tard devant la survenue de nombreux décès et paralysies.
De plus, alors que la Constitution protégeait jusque-là le citoyen américain de toute intervention de l’armée sur le territoire américain, le Gouvernement fédéral peut dorénavant utiliser les forces armées contre les citoyens américains qui refuseraient ces vaccins qui seront, n’en doutons pas, imposés dans le cadre du bio terrorisme.
La mise en quarantaine des insoumis sera alors contrôlée par l’armée. »
13 La FEMA a mis en place de véritables camps de concentration modernes. Plus de 600 camps d’emprisonnement ont été construits aux États-Unis par l’administration Bush, tous pleinement opérationnels et prêts à recevoir des prisonniers. Le personnel de la direction des camps est déjà en place, ainsi que des gardes à plein temps, bien que les camps soient tous vides pour l’instant. Entourés de miradors, ces camps sont destinés à être utilisés par la FEMA (Federal Emergency Management Agency, l’agence fédérale chargée de gérer les situations d’urgence) dans le cadre d’une proclamation de la loi martiale.
Jane Burgermeister et dépopulation programmée 7
Leur plan est de répandre la terreur afin de justifier le fait de contraindre les gens à renoncer à leurs droits et à les obliger à être mis en quarantaine massivement dans les camps de la FEMA. Les maisons, les entreprises, les propriétés et les terres des victimes seront confisquées par ce syndicat. En éliminant la population d’Amérique du Nord, cette Elite internationale accédera aux ressources naturelles des régions, telles que l’eau et les zones pétrolifères non encore exploitées 14.
Et, en éliminant les États-Unis, en supprimant sa constitution démocratique et en soumettant le pays à une Union Nord-Américaine 15, ce groupe de criminels internationaux aura le contrôle total de l’Amérique du Nord.
Faits importants contenu dans le dossier « June 10th Action »
Le dossier complet « June 10th action » (Action du 10 juin) est un document de 69 pages 16 qui étaye, preuves à l’appui chacune des accusations. Il comprend :
— Un exposé présentant le calendrier des faits et des actes mis en cause, les définitions et les rôles de l’ONU et de l’OMS, l’histoire et les incidents depuis le lancement du foyer de grippe porcine du mois d’avril 2009.
— La preuve que les vaccins contre la « grippe porcine » sont considérés comme des armes biologiques, tels que décrit par les organismes gouvernementaux qui réglementent restrictivement les vaccins, et la crainte des pays étrangers que le vaccin contre la « grippe porcine » soit utilisé aux fins de guerre biologique.
— Les preuves scientifiques que le virus de la « grippe porcine » est un virus artificiel (génétique).
— Les preuves scientifiques que la « grippe porcine » à été élaborée par bio-ingénierie, afin de ressembler à la grippe espagnole de 1918. Le dossier présente des citations du texte Swine Flu 2009 is Weaponizes 1918 Spanish Flu, de A. True Ott 17, Ph.D., ND, ainsi que le rapport du Dr. Jeffrey Taubenberger et.al., dans Science Magasine.
— La séquence du génome de la « grippe porcine ».
— La preuve de la dissémination délibérée de la « grippe porcine » au Mexique.
— La preuve de la participation du Président Obama qui a ciblé son voyage sur Mexico et qui coïncide avec la propagation récente du foyer de « grippe porcine » et avec la mort de plusieurs fonctionnaires participants à son voyage. Affirmation est faite que le Président n’a jamais été testé pour la « grippe porcine », parce qu’il avait été préalablement vacciné 18.
— La preuve du rôle de Baxter et de l’OMS dans la production et la libération de matière virale propice à une pandémie en Autriche, ainsi que la déclaration d’un membre du personnel de la Sté Baxter indiquant que le virus H5N1, accidentellement libéré en République tchèque, a été reçu par un centre agrée de l’OMS. Le dossier présente les preuves et accusations que Burgermeister a déposées en avril, en Autriche, et qui font actuellement l’objet d’une enquête.
— La preuve que Baxter fait parti d’un réseau clandestin d’utilisation d’armes biologiques.
— La preuve que Baxter a délibérément contaminé du produit vaccinal.
— La preuve que Novartis utilise des vaccins en tant qu’armes biologiques.
— La preuve du rôle de l’OMS dans le programme d’armes biologiques.
14 Hop là ! Et le tour est joué… Habile ruse pour se constituer un véritable « butin de guerre »…
15 Le « dossier de preuves (June 10th Action) » de Jane Burgermeister, qui à servi de base à la rédaction du présent article de Barbara Minton, précise que l’Amérique du Nord, une fois soumise sera obligée d’utiliser la monnaie prévue pour remplacer le dollar (très prochainement) : « l’Amero ».
16 Ce même dossier « June 10th Action » est disponible en anglais sur : http://www.rense.com/general86/lat.htm
17 Cet important article du Dr. True Ott (traduit en français) a été inclus dans le présent dossier (cf. p.18).
18 Il s’agit sûrement d’un autre cocktail vaccinal que celui de la « Grippe Baxter ». Qui pourrait croire que Barack Obama se serait fait inoculer la mixture mortelle desservit au « bon peuple » ?
Jane Burgermeister et dépopulation programmée 8
— La preuve des manipulations par l’OMS des données sur la maladie, afin de justifier la déclaration du « Niveau 6 » de pandémie, dans le but de prendre le contrôle des États-Unis.
— La preuve de l’implication de la FDA19 pour masquer le programme d’armes biologiques.
— La preuve du rôle du Laboratoire National Canadien de Microbiologie dans le programme d’armes biologiques.
— La preuve de la participation de scientifiques travaillant pour l’organisme britannique NIBSC et pour la CDC 20 dans l’ingénierie de la « grippe porcine ».
— La preuve que la grippe espagnole de 1918 à été causée par une vaccination, incluant le rapport du Dr Jerry Tennant, convaincu que l’utilisation généralisée de l’aspirine au cours de l’hiver qui a suivi la fin de la Première Guerre mondiale aurait pu être un facteur contribuant à la prolifération de la pandémie à ces débuts, en supprimant le système immunitaire et en abaissant la température corporelle, ce qui permet au virus de la grippe de se multiplier.
Le Tamiflu et le Relenza abaissent également la température corporelle et, par conséquent, peuvent également être considérés comme facilitant la propagation d’une pandémie 21.
— La preuve des manipulations du cadre règlementaire, afin de permettre des massacres massifs en toute impunité.
— Des questions constitutionnelles concernant :
– la légalité et l’illégalité de mettre en péril la vie, la santé et les biens publics par des vaccinations de masse.
– les questions d’immunité et d’indemnisations, en tant que preuve de l’intention de commettre un crime.
—La preuve de l’existence d’un syndicat international d’entreprises criminelles.
—La preuve de l’existence des « Illuminatis » 22.
19 FDA (Food and Drug Administration) : cet organisme américain très puissant délivre notamment les autorisations de mise sur le marché des produits alimentaires et pharmaceutiques. « La FDA constitue le chien de garde de l’industrie pharmaceutique qui la protège de toute attaque et détruit ses possibles concurrents au prétexte de protéger le public. » Dr P. Carter MD, auteur de Racketeering in medicine, the suppression of alternatives. Cf. http://expovaccins.over-blog.com/article-32876226.html
20 CDC (Centers for Disease Control and Prevention) : ces « centres de contrôle et de prévention des maladies », aux États-Unis, dont le quartier général se situe à Atlanta (Georgie), forment ensemble la principale agence gouvernementale américaine en matière de protection de la santé et de la sécurité publique. C’est l’organisme de référence dans la publication des chiffres américains relatifs aux personnes infectées par la grippe A(H1NI). Ils fournissent de l’information aux populations et orientent les lignes d’actions liées à la santé, en partenariat avec les départements de la santé des différents États et d’autres organisations.
NIBSC (National Institute for Biological Standards and Control) : cet institut britannique constitué d’un petit groupe de centres de grippe autour du monde est (entre autres) responsable de la production, du contrôle et de la distribution des lots de semences virales et des réactifs nécessaires aux vaccins.
21 À ce sujet, se reporter à la note n°10, p.5.
22 Les Illuminatis « sont une “élite dans l’élite” qui se réunit au sein d’une organisation secrète fondée sous sa forme actuelle au 17ème siècle. Originellement, leur projet était de changer radicalement le monde, en anéantissant le pouvoir des régimes monarchiques qui, à cette époque, entravaient le progrès de la société et des idées. La Révolution Française et la fondation des États-Unis auraient été des résultats de leur stratégie. Pour les Illuminatis, la démocratie politique était un moyen et non une fin en soi. Selon eux, le peuple est par nature ignorant, stupide, et potentiellement violent. Le monde doit donc être gouverné par une élite éclairée. Au fil du temps, les membres de ce groupe sont passés du statut de conspirateurs subversifs à celui de dominateurs implacables dont le but essentiel est de conserver leur pouvoir.
Le terme “Illuminatis” signifie littéralement “les Illuminés” (du latin “illuminare” : illuminer, connaître, savoir) Leur symbole est présent sur les billets de 1 dollar : une pyramide dont le sommet (l’Elite) est éclairé par l’œil de la conscience et domine une base aveugle, faite de briques identiques (la population). Les deux mentions en latin sont très significatives. “NOVUS ORDO SECLORUM” signifie “nouvel ordre pour les siècles”. En d’autres termes : Nouvel Ordre Mondial. Et “ANNUIT COEPTIS” signifie : “notre projet sera couronné de succès”. Un projet aujourd’hui proche de sa réalisation finale. »
Et encore :
Les Illuminatis : « Des hommes qui ont accepté le plan luciférien. Ce terme est dérivé du mot Lucifer signifiant « Porteur de Lumière ». Les Illuminatis furent créés, et organisés dans le but de mettre à exécution les inspirations reçues de Lucifer par des Grands Prêtres durant la performance de leurs Cérémonies Cabalistiques… Ce terme fut employé par les manichéens (ceux qui croient que le bien et le mal sont égaux, et s’opposent l’un à l’autre), et fut par la suite repris par les Rose-Croix. Les Illuminatis furent fondés le 1er Mai 1776 par un dénommé Weishaupt, alors âgé de 38 ans, et professeur de Droit à l’université d’Ingolstadt dans la région de Bavière en Allemagne. Celui-ci voulait greffer sur la Maçonnerie ce Nouvel Ordre dont Lucifer serait le maître. Sa philosophie de base était qu’il fallait détruire toute Religion, toute société existante, et abolir la propriété pour y établir un Nouvel Ordre, sorte de paradis où tous les hommes seraient égaux et heureux. Les Illuminatis sont des Membres des loges du Grand Orient qui ont été initiés dans « L’Ordre et la secte des Illuminatis ». Ils sont un petit, mais puissant Groupe qui se compose, à la tête, des banquiers internationaux, des industriels, des hommes de science, des dirigeants militaires et politiques, des éducateurs, des économistes, etc. » Source :
Jane Burgermeister et dépopulation programmée 9
—La preuve d’un programme de dépopulation mis en œuvre par le groupe Illuminati/Bilderberg 23 et l’implication de ces derniers dans l’ingénierie et la libération d’un virus artificiel de « grippe porcine ».
—La preuve que les armes de dissémination de la grippe ont fait l’objet d’une discussion lors de la réunion annuelle de Bilderberg, à Athènes, les 14/17 mai 2009, dans le cadre de leur programme de génocide, avec la liste des participants qui, selon une déclaration faite par Pierre Trudeau, se considèrent comme génétiquement supérieurs au reste de l’humanité 24.
Barbara Minton
Jane Burgermeister : Journaliste scientifique, elle vit à Vienne, en Autriche. Elle a la double nationalité autrichienne et irlandaise. Correspondante européenne de « Renewable Energy World.com », elle écrit aussi pour le magazine Nature, le British Medical Journal et American Prospec’t, notamment sur le changement climatique, la biotechnologie et l’écologie.
Comme le contrôle des médias par l’Elite au pouvoir a permis de plonger la population dans l’ignorance de ce qui se passe réellement, en déposant plainte pour meurtres de masse, elle tente de contourner le contrôle des médias afin que l’affaire soit rendue publique.
23 Le Groupe de Bilderberg « Un puissant réseau d’influence : Le Groupe de Bilderberg a été fondé en 1954 à l’hôtel Bilderberg à Osterbeek (Pays-Bas) – d’où son nom – à l’initiative du Prince hollandais Bernhard, ancien officier SS, et du richissime David Rockefeller. Le Groupe de Bilderberg, conçu à l’origine comme une « alliance anti-communiste occulte », constitue toujours l’un des plus puissants réseaux secrets d’influence. Il rassemblerait des personnalités de tous les pays, leaders de la politique, de l’économie, de la finance, des médias, mais aussi des responsables de l’armée et des services secrets.
Très structuré, le Groupe de Bilderberg est – selon certaines sources– organisé en 3 cercles successifs.
Le “cercle extérieur” est assez large et comprend 80% des participants aux réunions. Les membres de ce cercle ne connaissent qu’une partie des stratégies et des buts fondamentaux de l’organisation.
Le deuxième cercle, beaucoup plus fermé, est le Steering Committee (Comité de Direction). Il est constitué d’environ 35 membres, exclusivement européens et nord-américains. Ils connaissent à 90% les objectifs et stratégies du Groupe.
Le cercle le plus central est le Bilderberg Advisory Committee (Comité consultatif). Il comprend une dizaine de membres, seuls à connaître intégralement les stratégies et les buts précis de l’organisation.
Pour ceux qui enquêtent sur les réseaux de pouvoir, le Groupe de Bilderberg est un véritable « gouvernement mondial occulte ». Au cours de ses réunions, des décisions stratégiques essentielles y sont prises, hors des institutions démocratiques où ces débats devraient normalement avoir lieu. »
Article paru sur le site Initiative Citoyenneté Défense, juillet 2008. Disponible également sur :
24 Les Illuminatis (dont la source est en fait à rechercher dans les diverses écoles ésotériques créées à partir du XVIe siècle) n’auraient sans doute pas reniés cette déclaration actuelle de M. Trudeau.
Dans son article (présenté p.10), le Dr Leonard Horowitz déclare aussi : « John D. Rockefeller s’est joint à Prescott Bush (le grand-père de George W. Bush), ainsi qu’à la famille royale anglaise, pour financer les initiatives « d’amélioration de la race » qui ont donné naissance aux programmes « eugéniques » d’Adolf Hitler. »
Jane Burgermeister et dépopulation programmée 10
« Nous sommes à l’orée d’une transformation globale. Tout ce dont nous avons besoin est une crise majeure appropriée, et les nations accepteront le Nouvel Ordre Mondial. »
David Rockefeller, le 23 septembre 1994
« La crise comme toutes les crises, ont pour avantages lorsqu’elles sont provoquées, de faire voter des lois qui, dans des contextes de paix relatives, n’auraient jamais été votées ».
Naomi Klein
« La dépopulation devrait constituer la plus haute priorité de la politique étrangère des États-Unis vis-à-vis du Tiers Monde. »
Henri Kissinger, cité par Leuren Moret


7 commentaires:

  1. J’ai rajouté cette vidéo des Georgia Guidestones à l’article. 2014, c’est signé:

    https://www.youtube.com/watch?v=-K_cuMDyHFc

    Ils ne se sont pas cassé la tête avec ce virus pour rien. Je pense qu’on a du soucis à se faire. En apparence, ils disent combattre le virus (comme ils disent combattre l’EI) alors que dans les faits, ils feront tout pour que ça parte en sucette cette histoire.

    Pour les anglophones, je recommande ces mp3 fournis gratuitement par Natural News pour se préparer à tout ça au cas ou cela s’avérait nécessaire.

    http://www.biodefense.com/Index.html

    Vous pouvez les télécharger sur vos ordinateurs pour les écouter ou vous voulez.

    Répondre

    Réponses




    1. Cette article est très inquiétant. Et je ne savais pas qu’un “2014” avait été rajouté sur le monument des Georgia Guidestones… Ca veut bien dire ce que ça insinue… 2+1+4=7 de plus… En ce qui concerne Ebola, je doute fortement que ce virus puisse arriver chez toutes les populations par une contamination d’homme à homme d’ici fin 2014. Je penche plutôt pour une dissémination du virus par les airs, pourquoi pas dans les barils de produits chimiques des avions épandeurs (s’ils veulent obtenir une contamination assez importante d’ici fin 2014).
      La crise économique globale est proche en tout cas !

    2. Les plans du NOM mettent toujours des plombes à se concrétiser. Si effectivement les georgia guidestones sont en relation avec Ebola, cela voudrait dire que 2014 marque l’année de début du “grand ménage mondial” voulu par les illuminati. ça ne veut pas dire que tout va se passer en 3 mois. Ils ne fonctionnent pas comme ça.





  2. Le bloc avait été volé le 11 septembre 2009… année de la ‘pandémie’.
    http://www.921wlhr.com/stolen-guidestone-cube-recovered-unexpectedly/

    Le ‘hasard’ fait bien les choses…

    Répondre

    Réponses




    1. Merci pour l’info, drôle de “hasard” effectivement. Peut être qu’on a confié cette tache à ce paumé car sinon rien ne pouvait expliquer le fait de mettre la date 2014 à la place. Et s’ils l’avaient mis depuis le départ, cela aurait éveillé trop de soupçons. 2009 H1N1, 2014 Ebola, c’est gros quand même.

      Info ou intox en tout cas ils s’attendent à 500 000 cas d’ici la fin de Janvier. Pour rappel, les américains n’ont strictement rien fait pour contrer le virus pendant plusieurs mois, l’alerte a été donné début Août par l’OMS alors que le virus s’était déjà bien propagé (plus de 7 mois après le début de l’épidémie).






  3. Réponses



    1. J’en profite pour saluer ce très bon article que vous avez rédigé Guy! Je lirai la partie 2 demain.

    2. Institut pour la Protection de la Sante Naturelle

      Madame, Monsieur, 
      Pr Henri Joyeux

      Je suis le Professeur Henri Joyeux, cancérologue et chirurgien.

      Je vous écris car le Haut Conseil de Santé publique a publié un rapport qui préconise :

      • d’introduire massivement dans les écoles la vaccination contre les papillomavirus (HPV), pour essayer de lutter contre le cancer du col de l’utérus et d’autres infections sexuellement transmissibles ;
      • d’abaisser à 9 ans l’âge de la vaccination, pour les filles comme pour les garçons.
      A mon avis, cela ne peut qu’être le résultat du lobbying des labos pharmaceutiques internationaux.

      Les 2 vaccins actuels appelés Gardasil et Cervarix, comportent des risques d’effets indésirables graves.

      Pire, ils vous cachent que ces vaccins ne protègent pas du tout à 100 % contre le cancer du col de l’utérus. La protection est à peine de 70 % ! 

      Cela veut dire qu’une personne vaccinée a toujours 30 % de risque d’attraper le cancer du col de l’utérus. Prendriez-vous un avion qui aurait 30 % de risque de tomber ?

      Moi pas.

      Les papillomavirus se transmettent par voie essentiellement sexuelle. Cela signifie que le vaccin ne devrait concerner que les populations à risque. Vacciner massivement les petites filles (et bientôt aussi les petits garçons) dans les écoles n’a aucun sens.

      C’est leur faire prendre un risque qui, dans beaucoup de cas, n’est pas justifié.

      C’est pourquoi je vous invite à signer notre pétition demandant un moratoire pour ces vaccins qui ne doivent pas être imposés dans les écoles, sans une information complète et transparente des parents. 

      N’acceptez pas que les Autorités appliquent à votre enfant une mesure sanitaire qui n’est pas faite pour lui.

      http://ipsn.eu/petition/img/signer.png

      Il y a de bonnes raisons d’être très inquiet.

      Même mon collègue le Professeur Guy Vallancien, urologue, chef de service à l’Institut Montsouris, membre de l’Académie Nationale de Médecine, qui est très favorable au vaccin, a lui même écrit :

      « L’analyse des données de pharmacovigilance a fait état de 26 675 effets indésirables graves dont 113 cas de sclérose en plaques (SEP). »

      « En France, 435 cas d’effets indésirables graves dont 135 de maladies auto-immunes incluant 15 cas de SEP ont été rapportés au réseau national des centres régionaux de pharmacovigilance et au laboratoire producteur.  »

      Vous pouvez lire son article complet dans les sources plus bas. (1)

      Ces jeunes filles aujourd’hui invalides à vie ont pour beaucoup étévaccinées au Gardasil inutilement, alors qu’elles ne faisaient pas partie des populations à risque.

      Pour éviter que des centaines ou des milliers d’autres cas se produisent dans les années à venir, peut-être même dans votre famille, merci de signer notre pétition afin qu’il n’arrive pas la même complication à votre enfant.

      En Autriche, suite au décès d’une jeune femme vaccinée au Gardasil, un rapport a été publié démontrant que l’efficacité à long terme d’une telle vaccination serait « tout à fait négligeable ». La ministre autrichienne de la Santé, le Dr Andrea Kdolsky, a décidé de retirer les vaccins anti-HPV du programme officiel, de ne plus les rembourser et de mettre plutôt l’accent sur le dépistage.

      L’Agence Européenne du Médicament (EMEA) a publié le 24 janvier 2008 le décès de femmes préalablement vaccinées par le Gardasil.

      C’est pourquoi, il est plus qu’imprudent de vouloir vacciner tous les enfants contre les papillomavirus de façon uniforme. C’est irresponsable.

      Mais nous ne serons entendus des autorités que si nous sommes des centaines de milliers à signer cette pétition.

      Dès février 2007, la télévision américaine annonçait par des interviews de graves complications et présentait des victimes du Gardasil vivantes et des photos de jeunes femmes décédées.

      Le Japon a décidé de ne plus recommander ce vaccin en 2013.

      En France, une plainte a été déposée par la jeune Océane Bourguignon et d’autres jeunes filles contre Sanofi, fabricant du vaccin. Elles ont subi de gravissimes atteintes au cerveau et à la moelle épinière après avoir été vaccinées.

      « On ne connaît pas son efficacité. On ne connaît pas sa dangerosité » a déclaré le Dr Jean-Paul Hamon, président de l’association des médecins de France, sur TF1, au sujet du Gardasil. (2)

      « La seule chose qui est efficace, c’est le frottis. Et là on préfère mettre 300 millions d’euros pour quelque chose dont on ne connaît pas l’efficacité, et dont on ne connaît pas la dangerosité  », a-t-il insisté.

      C’est rigoureusement exact : si vous ou votre enfant craint d’être infectée par le papillomavirus (HPV), vous devez faire un frottis et, si des lésions précancéreuses sont trouvées, elles pourront être soignées.

      Mais surtout pas de vaccin. Cela pourrait même augmenter votre risque de cancer !!

      Deux analyses sur l’impact du vaccin chez des femmes déjà infectées avant la vaccination ont montré une hausse du nombre de lésions cervicales précancéreuses de haut grade dans le groupe Gardasil® par rapport au groupe placebo.

      Heureusement, la différence n’était pas significative. Mais cela prouve que de toutes façons le vaccin ne sert à rien si on est déjà infecté, ce qui n’est guère surprenant.

      Mais le pire, c’est qu’on n’est même pas sûr non plus de son efficacité à long terme chez les personnes non infectées au moment de la vaccination.

      La Haute Autorité de Santé écrit elle-même au sujet du Gardasil :

      « L’efficacité de la vaccination HPV sur l’incidence des lésions cancéreuses de la sphère génitale ne pourra être démontrée qu’avec un recul de plusieurs années du fait du délai d’évolution de ces pathologies.  » (3)

      Voulez-vous que vos enfants soient des cobayes ?

      Il est totalement prématuré, et potentiellement dangereux, d’imposer une campagne de vaccination généralisée dans les écoles, surtout auprès d’enfants jeunes et très vulnérables.

      Voici ce qu’en disent les experts :

      Pour Abby Lippman, épidémiologiste de l’Université McGill au Canada, et spécialiste de la santé des femmes, ni le vaccin Gardasil ni son concurrent, le Cervarix, n’ont encore démontré leur efficacité pour prévenir le cancer du col de l’utérus.

      Selon ce spécialiste, « on ne sait pas encore si le vaccin permettra de réduire le nombre de cas de cancer ».

      Selon Lucija Tomljenovic, chercheuse à l’Université canadienne de la Colombie britannique, qui travaille sur les effets neurotoxiques des adjuvants vaccinaux :

      « Le vaccin n’est pas plus efficace que les autres méthodes de prévention et de plus il est porteur de risques. »

      Non seulement il peut provoquer des accidents. Mais vacciner à grande échelle les jeunes filles risque de faire reculer la pratique du frottis qui elle, sauve des vies à coup sûr. Car forcément, certaines se diront « je suis vaccinée, je suis protégée  », ce qui est scientifiquement faux.

      C’est pourquoi plus de 700 de mes confrères médecins ont signé une pétition en mars 2014 demandant une Commission d’enquête parlementaire sur ce vaccin. Parmi eux se trouvait la pneumologue Irène Frachon qui avait révélé courageusement le scandale du Médiator.

      Ils ont déjà fait trembler le gouvernement. Maintenant ce sont les familles qui tremblent pour leurs enfants.

      Il ne tient qu’à nous maintenant de remporter la victoire en réunissant des millions de pétitions de citoyens, en faisant circuler ce message le plus possible sur Internet.

      Bien entendu, les lobbies du tout-pharmaceutique ne se laisseront pas faire. Nous les connaissons bien avec leurs énormes moyens publicitaires.

      La France représente donc un énorme marché chaque année. Les fabricants de vaccin sont donc prêts à tout pour faire croire que leur produit est sûr… et mettre la main sur le magot.

      Mais les vies de nos enfants valent plus que leurs profits.

      Faut-il faire courir le moindre risque à nos enfants pour une maladie facilement détectable et curable avec un suivi régulier chez un gynécologue ? Certainement pas.

      Avec l’Institut pour la Protection de la Santé Naturelle, nous pouvons être des millions à dire NON A CES VACCINS dans les écoles, non à la vaccination des enfants de 9 ans avec un produit qui n’est peut-être pas efficace et qui est donc potentiellement dangereux voire mortel.

      Si nous sommes des millions, les Autorités ne pourront pas nous ignorer. Mais pour réaliser ce score, chacun de nous doit signer cette pétition immédiatement et transférer notre appel le plus largement possible.

      Pour notre amie le Dr Bérengère Arnal, gynécologue-obstétricien et maman d’Eve 13 ans, sa fille ne sera pas vaccinée contre le papillomavirus mais sera informée et régulièrement dépistée si nécessaire. Ce sont ces conseils que je donne à toutes les familles.

      Dans les populations à risque, le frottis tous les 3 ans a permis de réduire la mortalité par cancer du col de l’utérus de 70 %. Mais on cache cette information au grand public.

      L’objectif (très rentable !) des lobbies est évidemment de vacciner toutes les petites filles avant de vacciner dès que possible les garçons au même âge et de rendre obligatoire la vaccination en milieu scolaire.

      Nous ne sommes pas en accord avec ces objectifs que nous considérons comme de la “fausse santé publique”.

      Nous pouvons les faire reculer en disant NON à ces abus avec des millions de citoyens.

      Mais pour cela, il faut que chaque citoyen responsable fasse circuler cette pétition le plus largement possible. Et je compte donc sur vous pour signer, et pour l’envoyer au plus vite à tous vos contacts.

      Un grand merci d’avance, au nom de la santé de nos jeunes.

      Pr Henri Joyeux

      http://ipsn.eu/petition/img/signer.png

      PS : Le professeur Henri Joyeux est cancérologue, spécialiste de chirurgie digestive et des liens cancer-nutrition. Professeur des universités, il est une des grandes références mondiales dans le domaine de la santé et de la cancérologie. Après plus de 40 ans de pratique de la médecine, le professeur Joyeux défend une approche préventive contre le cancer : de loin, la plus efficace. Le professeur Joyeux est membre du Comité scientifique de l’Institut de Protection de la Santé Naturelle.

      Sources :

      (1) http://sante2020.blog.lemonde.fr/2014/04/01/gardasil-nous-revoila/
      (2) http://lci.tf1.fr/science/sante/papillomavirus-un-vaccin-des-neuf-ans-a-l-ecole-pour-les-jeunes-8485665.html
      (3) http://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_1710328/fr/rappel-dinformation-sur-la-vaccination-contre-les-papillomavirus-humains-par-le-gardasil


      Soutenez l’IPSN

      Vous souhaitez soutenir les actions de l’IPSN et faire un don : visitez la page ici.



      Cette newsletter est publiée par l’Institut pour la Protection de la Santé Naturelle. Si vous souhaitez la recevoir, il vous suffit de vous rendre à la page qui se trouve ici.

      Votre adresse ne sera jamais transmise à aucun tiers et vous pourrez vous désinscrire grâce à un lien se trouvant sur toutes nos newsletters, en fin de message.



      Institut pour la Protection de la Santé Naturelle
      Association sans but lucratif
      Rue du vieux Marché au grain, 48
      1000 BRUXELLES
      IPSN



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »