le régime en place se tient aux avis des experts qui le conseille. Ces experts sont des médecins compromis par des conflits d’intérêts avec les labos…qui par leur intermédiaire souhaite arriver a tester leurs nouvelles molécules a grande échelle sur la,population en profitant cyniquement de cette crise sanitaire. En gros, au lieu d’utiliser des molécules connues, maîtrisées et peu cher a produire, les labos veulent faire de la R&D sur la population en s’en servant comme cobayes.

Le fumeux conseil scientifique composé de onze spécialistes, parmi eux, Yazdan Yazdanpanah …

Le Pr Yazdanpanah, chef du service des maladies infectieuses de l’hôpital Bichat, a refusé de tester la chloroquine dans un large essai clinique officiel

Pour se justifier, il avait invoqué des « problèmes d’interactions médicamenteuses avec d’autres traitements chez des patients en réanimation, et l’existence d’effets secondaires de la chloroquine »

Certes il y a des effets secondaires graves si on ne respecte pas la posologie, mais c’est un médicament que l’on connaît.

En fait, le Pr Yazdanpanah voulait privilégier deux autres médicaments :

Le remdesivir, un anti-viral qui n’est pas encore commercialisé, du laboratoire Gilead ; le Kaletra (seul ou avec de l’ interféron bêta), un anti-VIH du laboratoire AbbVie.

Pourquoi ?

Le Pr Yazdanpanah est rémunéré par Gilead et AbbVie… ainsi que par 7 autres compagnies pharmaceutiques, dont il est membre du CA.



Traduction »
Aller à la barre d’outils