Fraudes démocratiques: nouveau recours et des indices

Suite aux cas de fraudes électorales dénoncées dans le Haut-Valais, l’UDC, par l’intermédiaire du député Jérôme Desmeules, a déposé hier un deuxième recours contre la validation de l’élection du Conseil d’Etat. Le délai étant fixé à lundi soir et le Grand Conseil ayant validé le vote en fin de matinée, ce recours est d’abord tactique. “Nous avons eu plus d’informations sur les fraudes qui apparaissent bien plus importantes que celles qui sont communiquées”, assure le député, “mais il y a aussi une question de technique juridique.” L’UDC devrait se baser sur ce point pour son argumentation qui devrait être déposée devant le Tribunal fédéral.

Claude Bumann, chef du service parlementaire, confirme avoir transmis le recours à la commission de justice. «C’est elle qui enquête sur la question et elle décidera si il faut convoquer une assemblée extraordinaire ou pas.»

http://www.lenouvelliste.ch/dossiers/elections-cantonales-2017/articles/fraude-electorale-un-deuxieme-recours-depose-par-l-udc-653899

L’UDC a déposé un second recours contre les résultats du 2ème tour des élections au Conseil d’Etat

Suite aux décisions prises hier par le Parlement cantonal, deux élus de l’UDCVR ont déposé un second recours contre les résultats du 2ème tour des élections au Conseil d’Etat.
 
Hier, le Parlement s’est comporté comme tous les observateurs politiques s’y attendaient. Il a décidé de bafouer le droit, en prenant une décision d’assermenter le nouveau Conseil d’Etat avant même que le délai de recours ne soit formellement échu. Mais aussi il a décidé de se moquer des fraudes systématiques et avérées perpétrées dans le Haut-Valais.
 
Si tous les groupes politiques ont affirmé que les fraudes étaient graves, seule l’UDC a estimé que le respect de la démocratie et des institutions, ainsi qu’une volonté d’apaisement et de sérénité imposaient de faire toute la lumière sur les fraudes constatées avant de procéder à une assermentation. Les autres groupes ont préféré se réfugier derrière un paravent moral consistant à dire que, si la Justice trouve des fraudes majeures, alors le Parlement pourra organiser un nouveau scrutin.
 
En réalité, ils savent que c’est faux. Plus le temps passe (et avec lui l’entrée en fonction du nouveau Gouvernement, avec son lot prévisible de remaniements départementaux), plus l’intérêt public d’avoir un Conseil d’état fonctionnel l’emportera sur le respect de la volonté populaire. Il serait fort probable que le nouveau Gouvernement, même élu suite à une fraude massive, même illégitime, resterait en fonction.
 
Dans ses débats, le Parlement a aussi choisi d’ignorer sciemment le fait que les abstentionnistes et les citoyens qui ne s’intéressent que peu à la politique ont pu ne pas remarquer que leur matériel de vote avait été subtilisé. C’est particulièrement vrai et suspect quand on sait que, dans les trois villes où des fraudes ont été rapportées, la participation au second tour a progressé bien plus que la moyenne.
 
Mais le Parlement voulait se débarrasser au plus vite du recours de l’UDC et enterrer au plus vite toute velléité de transparence en opérant un passage en force, au mépris du droit.
 
Dans son second recours, l’UDC apporte de nouvelles informations qui sont apparues durant le week-end par rapport à des cas concrets qui lui ont été rapportés. Ces cas concernent des personnes qui n’ont pas reçu leur matériel de vote, aussi dans le Valais romand, ainsi qu’une captation de suffrages possible dans un EMS du Haut-Valais. En outre, une ou plusieurs personnes se seraient chargées de récupérer le matériel de vote de Suisses d’origine étrangère, au sein de leur communauté. Il est aujourd’hui impossible de savoir combien de bulletins sont exactement concernés, ni même si d’autres personnes ont effectué le même travail auprès d’autres communautés. Il est naturellement exclu de jeter l’opprobre sur toute une communauté et il convient de respecter la présomption d’innocence. Mais c es informations sont troublantes et nécessitent une investigation poussée des autorités et notamment de la Justice pénale. C’est ce que l’UDC a demandé.
 
Le cumul de ces nombreux éléments laisse à penser que le résultat du 2ème tour aurait pu être différent. C’est encore plus vrai si la population avait su que des fraudes ont aussi eu lieu au 1er
tour et à qui elles ont profité.
 
L’UDCVR continuera ses démarches, certainement pas par volonté d’une prétendue revanche, mais pour que toute la lumière soit faite. Le Valais vit depuis longtemps au rythme des légendes urbaines concernant les manipulations de votes passées ou actuelles. Aujourd’hui il est possible de découvrir ce qui est, au moins partiellement, vrai. La démocratie valaisanne ne peut pas faire l’économie de cet exercice, la fin des combines est à ce prix.

Fraudes, Valais & Franc-Maçonnerie…



Chiffres et faits pour le canton de Vaud

L’imprimeur ( Edipresse alias Tamedia…) imprime un surplus de réserve de matériel de vote, soit 45’000 plus 15 % de 397’928 ( maculature permise ), en tout près de 100’000 matériels de votes de réserve… il suffit de vérifier les factures payées par le canton de Vaud… notamment lors de la fausse alerte anthrax qui a permis le remplacement de caisses entière d’enveloppes jaunes… Rappelons que les preuves ont été détruites pendant le délai de notre plainte, ce qui est un aveu de culpabilité, car les empreintes digitales sur les enveloppes étaient toutes les mêmes, celles des tricheurs…


Rappel d’un dialogue à cette occasion…



Pour ceux qui veulent essayer concrètement, il faut bien coller l’enveloppe jaune vaudoise contre la lampe dans l’obscurité ( important pour voir) mais attention à ne pas se brûler les doigts ou le papier ou mieux une lampe LED froide
.

Images:




Pour des empreintes laissées sur des tissus ou du papier, on utilise un colorant rouge qui se lie naturellement aux molécules de gras.
Il faut geler toutes les preuves et traces sur tout le canton, notamment à Sion et à Martigny …


…Les manipulateurs de Lausanne sont équipés depuis des années de lecteurs automatiques ultra-rapides avec flash qui permettent de lire à travers les enveloppes jaunes sans les ouvrir et de remplacer les enveloppes par d’autres pré-remplies à leur guise. J’ai vu les flash dans le bâtiment de Chauderon.On a observé les activités nocturnes précitées avec des lumières fluctuantes correspondant à des lectrices optiques automatiques dans le bâtiment administratif de la commune à la place Chaudron à Lausanne. On a pu voir ces lumières typiques car toutes les parois sont vitrées dans leur partie supérieure. Nous avons sonné plusieurs fois pour discuter avec les personnes très actives au milieu de la nuit dans ce centre administratif mais personne n’est venu. Tout est prévu dans les lois.

Selon les instructions imprimées sur le bulletin de vote dans le Canton de Vaud que vous avez en annexe dans une enveloppe encore scellée et jamais ouverte, il est recommandé de ne pas plier le bulletin de vote (sic !) et l’enveloppe est du format C5 pour faciliter les manipulations précitées, probablement par des lectrices optiques automatiques (?) qui peuvent ainsi faire des sondages secrets très économiques, au fur et à mesure de l’arrivée de la poste.

De plus, la loi vaudoise sur les droits politiques ( Exercice des droits politiques 160.01 ) précise bien tous les détails nécessaires pour assurer une bonne lecture par transparence sous fort flux lumineux:

Art. 23 Matériel officiel
1 Pour toutes les votations, l’autorité compétente fait imprimer le matériel de vote officiel qui comprend :
2 une enveloppe de transmission;
3 le bulletin de vote comportant les questions posées aux électeurs;
4 une enveloppe de vote gommée destinée à contenir les bulletins de vote (un au maximum par scrutin en cours).

Art. 25 Exercice du droit de vote 4, 9
1 L’électeur dispose d’un bulletin de vote sur lequel il répond par oui par non à la question posée.
2 Dans les communes autorisées à utiliser un lecteur optique pour le dépouillement des bulletins de vote, l’électeur répond à la question posée en cochant la case «oui» ou la case «non» au moyen d’une croix.

Art. 36 Matériel officiel
1 Pour toutes les élections (y compris en cas de second tour), l’autorité compétente fait imprimer le matériel électoral
officiel qui comprend :
2 une enveloppe de transmission;
3 des explications sur la manière de voter (sauf en cas de second tour);
4 un jeu complet des bulletins électoraux de parti et le bulletin pour le vote manuscrit;
5 une enveloppe de vote destinée à contenir les bulletins électoraux (un au maximum par scrutin ou tour de scrutin en cours).

Il est aussi à noter que dans d’autres Cantons, le Bulletin de Vote n’est pas assorti de la mention écrite précitée, et qu’il doit bien sûr être plié en deux (afin d’assurer l’opacité voulue, lire la confidentialité adéquate !), ne serait-ce que pour pouvoir être glissé dans une enveloppe de taille plus petite… et accessoirement aussi plus écologique et plus économique.

6. Perfection dans les détails

Dans le Canton de Vaud,en tous cas à Lausanne,le matériel de vote précité est même assorti de carrés noirs et d’ un rectangle noir pour aligner les refus, et dont la seule utilité explicable est de mieux pouvoir viser les objets de Vote par des lectrices optiques automatiques. Les manipulateurs trichent probablement avec des spots professionnels ou une machine faite pour çà, vu les enjeux économiques ou politiques de certaines Votations (ici les milliards de l’industrie de la Biométrie et les pressions de Pays tiers sur la Suisse, ou encore localement Tridel, l’incinérateur cancérigène et dispensateur de nano particules à Alzheimer, qui a été construit à côté des hôpitaux et ses coûts en centaines de millions CHF..) depuis des années. Un milliard de m3 d’air vicié par année nous pollue tous…http://euroracket.blogspot.ch/…


Effectivement, la fraude est possible avec la plupart du matériel de vote existant. De plus les enveloppes de vote par correspondance sont stockées dans des endroits sans surveillance et je pense qu’il ne serait pas trop difficile d’obtenir l’accès via des employés d’entreprises de sécurité qu’un groupe d’intérêt aurait placé là, quand on connait l’affaire de l’infiltration d’attac par nestlé, rien est à exclure et il faudrait en effet vérifier les processus de stockage et de sécurisation du matériel de vote pour éviter de tenter ceux qui seraient tentés de le faire. Quand à la technologie pour scanner et trier les enveloppes en fonction de ce que le lecteur aura détecté, c’est un jeu d’enfant, surtout avec les marques de calibrage. Après je ne dis pas que ça se fait, je dis que ce n’est pas à exclure et qu’il vaudrait mieux s’en préoccuper un jour pour régler tout risque de fraude par ce biais. Mais c’est une autre histoire que celle sur les épidémies, là, s’il y a eu fraude, il est trop tard.


… Au vu de toutes ces preuves et indices, nous avons l’intime conviction que tout le système facilite les manipulations de la façon suivante.
9.1. L’imprimeur imprime un surplus de réserve de matériel de vote, soit 45’000 plus 15 % de 397’928 ( maculature permise ), en tout près de 100’000 matériels de votes de réserve…
9.2 Une partie est distribuée dans toutes les communes, l’autre est centralisée.
9.3 Les enveloppes des votants arrivent dans chaque commune, qui les ouvre et vérifie avec les codes barres, not. les signatures et les dates de naissances si elles sont valables.
9.4 A n’importe quel moment, de nuit de préférence, surtout le samedi soir avant le dépouillement selon nos témoignages, des inconnus ouvrent les urnes, peuvent voir par flux lumineux le contenu de tout ou partie des enveloppes jaunes fermées et remplacer certaines enveloppes par les leurs, remplies selon leurs besoins.
9.5 Les urnes sont alors refermées avec les faux sceaux, comme prouvé par 23 sur 44 d’entre eux dans un seul local de vote.
9.6 Le tour est joué, la votation est “gagnée” de manière sournoise…
9.7 On peut aussi faire remarquer qu’il suffit de changer un certain nombre d’enveloppes par d’autres, sans même en voir le contenu, ce qui fausse aussi les résultats dans le sens désiré.
9.8 Voici donc notre principale plainte, il n’y a plus dans le canton de Vaud de secret de vote ni de sécurité du respect de chaque vote interchangeable vu que plus de 90 % des votes ont lieu par correspondance. En effet, vu la transparence des enveloppes jaunes sous simple spot lumineux à 200 watts, transparence jamais corrigée depuis des années malgré les promesses des autorités, le rapprochement nominatif avec nos bulletins nominatifs gris signés et l’échange d’enveloppe est possible dans chaque greffe municipal pendant des semaines. Ce problème est possible au niveau de chaque commune et un postulat parlementaire, Réf : 03/POS/086 ( voir l’annexe ), a été déposé au niveau cantonal pour changer la procédure du vote de chaque greffe. On peut même penser à un fichage politique dans certaines communes, vu qu’ils peuvent faire le rapprochement avec la fiche d’envoi signée.


…L’imprimeur imprime un surplus de réserve de matériel de vote, soit 45’000 plus 15 % de 397’928 ( maculature permise ), en tout près de 100’000 matériels de votes de réserve… il suffit de vérifier les factures payées par le canton de Vaud… notamment lors de la fausse alerte anthrax qui a permis le remplacement de caisses entière d’enveloppes jaunes… Rappelons que les preuves ont été détruites pendant le délai de notre plainte, ce qui est un aveu de culpabilité, car les empreintes digitales sur les enveloppes étaient toutes les mêmes, celles des tricheurs……



À mon avis, la meilleure chose à faire pour l’instant est de sensibiliser la scène politique à ce thème – sans tomber dans la paranoïa sinon vous allez vous faire décrédibiliser – pour qu’ils demandent un audit complet du processus de vote par correspondance pour détecter les failles et possibilités de fraudes encore ouvertes, et prendre des mesures pour corriger ces risques….


si cela s’avère vrai chez moi aussi, vous pouvez être certains que je me ferais le plaisir d’en parler sur mon mur. Moi qui ne cache pas ce que je vote (je photographie même mon bulletin coché et mets l’image sur mon mur), je trouve que ce procédé – s’il s’avérait voulu et il l’est de tout manière par son manque de contrôle – serait d’une gravité gravissime….


…Votes septembre 2003, enveloppes transparentes au moins à Lausanne, on peut lire le NON par transparence, je viens de faire la photo chez moi avec un simple spot halogène. Ils ont du matériel professionnel, style projecteurs surpuissants ou flasj stroboscopique et peuvent lire les 3 votes par localisation sur la feuille, en références aux marques ou chiffres imprimés, enfantin pour un spécialiste. Pour les rfid, la ville de Genève suffisait pour tricher toute la Suisse.

B:P:  : pourtant, ce sujet est étroitement lié au résultat. Mais d’accord, que si cela sent le souffre, cela change la donne. Ce serait dommage que vous soyez loin. Pour autant, je ne crois pas que je vais arrêter mes investigations….

Je n’ai pas tout de suite répondu, car je pense qu’il faut se concentrer sur l’objet et non commencer avec des polémiques périphériques. Comme cette question prend de l’ampleur au vu des messages, je donne mon avis. Je suis d’avis comme Anne et Bertrand que nous restons concentré sur l’essentiel. D’ailleurs, les bureaux de votes soit disant accusés de manipulation, peuvent le faire sur chaque sujets et pas seulement sur la révision qui nous intéresse. Si certains désire vérifier, il ont qu’à demander à une commission communale ou cantonale d’enquêter. Pour avoir été mandataire dans mon bureau de vote (petite commune en Valais) et avoir fait le débriefing avec les mandataires de mon parti sur le district, je vois difficilement comment ont peut procéder. Les urnes sont scellées et ouvertes en présences des statutaires et mandataires (de différents partis) le dimanche à la fermeture des bureaux. Si vous voulez être sur, alors demander à votre commune, pour être scrutateur ou mandataire et là, vous pourrez avoir un meilleur contrôle. Il reste encore quelques jours à nous battre,a lors restons concentré sur notre objet et ne partons pas dans tous les sens…




…L’ensemble de ce qui précède tendrait aussi à expliquer les écarts inexpliqués et statistiquement inexplicables entre les pourcentage annoncés dans les derniers sondages RFID et les résultats – manipulés – de la plupart des dernières Votations.

En effet, selon le sondage de la SSR idée suisse:
L’idée de disposer d’un passeport contenant des données biométriques n’enthousiasme que très moyennement les Suisses, comme le montre le premier sondage sur les votations du 17 mai prochain…. 39% des sondés y sont en revanche opposés et 14% n’ont pas encore arrêté leur opinion.
http://www.swissinfo.ch/…
De 39 % à plus de 50 % sans les tricheries, quelle remontée…

Sceaux trafiqués et vrais sceaux.

Lorsque nous étions observateur officiel du dépouillement des votes, il nous a été interdit de nous rapprocher de l’ouverture des urnes et d’examiner les sceaux des urnes. Nous avons alors fait saisir le sac poubelle par un témoin et découvert une autre supercherie qui facilite la première. Nous avons un certificat du fabricant des pinces à sceller qui affirme que près de la moitié des sceaux utilisés à Lausanne ( 23 / 44 sceaux ) pour les urnes sont faits avec des pinces à sceller sans l’inscription officielle ! Même la qualité du plomb est différente et les fils de scellement sont différents. Preuves en annexe, un vrai sceau et un faux sceau, vous pouvez remarquer la qualité des plombs,


…plus une attestation du fabricant des pinces à sceller….


Personnellement je n’ai pas envie de céder à la peur qui en ce qui concerne cette affaire. S’il est vraiment vrai que les votations peuvent être manipulées, ce qui m’intéresse c’est: que peut-on objectivement faire ? Car pour ma part j’ai déjà déposé mon enveloppe dans la boîte aux lettres à la Place de la Louve!!!


…C’est aussi simple que cela: à Lausanne et à Genève veuillez tester votre matériel de vote et poster votre feedback ici. C’est vite fait. Si nous avons des preuves qu’on peut voir les OUI et les NON à travers des enveloppes, nous pouvons décider comment procéder.
Votes fédéraux de septembre 2013 ! On peut voir facilement les trois NON. Tricheries démocratiques possibles et démontrées avec un simple bout de carton et une lampe de salon à halogène, ce qui est possible trop facilement depuis des années avec des machines à lecture automatique. Notre argent est mieux protégé que notre démocratie ! Quelles sont nos valeurs primordiales ? 




Quelles sont nos valeurs primordiales ? Si on les laisse tricher notre démocratie, notre pays sera de plus en plus contrôlé par des tricheurs professionnels. L’enveloppe jaune est transparente et le bulletin gris à ne pas plier est transparent lui aussi… Le vote par internet, c’est encore pire. Il faut revenir au vote avec des urnes transparentes contrôlées en permanence par des caméras branchées sur internet et dans des vitrines ouvertes sur la rue, comme Poutine le fait en Russie. C’est l’un des derniers vrais démocrates, quel humour…http://euroracket.blogspot.ch/…


« Celui qui ne gueule pas la Vérité,
quand il connaît la vérité,
se fait complice des menteurs
et des faussaires »
(Charles Péguy)

Les cancers en Afrique étaient apparus cinq ans après les premières campagnes de vaccination !!!
Dr. Albert SCHWEITZER Prix Nobel…


Rien, absolument rien ni personne ne peut garantir que le non gagne. Par contre nous pouvons nous donner la peine de ne pas diviser pour régner. Par contre, oui nous pouvons soutenir toutes les personnes qui se donne tant de mal pour se faire entendre et faire entendre le non. Est-ce vraiment utile, nécessaire et juste de faire tout ce tapage !!!


“D’abord ils nous ignorent, ensuite ils se moquent de nous, puis ils nous combattent, et enfin nous gagnons! “(Mahatma Gandhi 1869-1948)


 Désinformations et disqualifications médiatiques

J’ai juste pris la place de M. Burdet pour le 2ème tour, soit quelques jours.

Monsieur Marc-Etienne Burdet n’a jamais menacé de se suicider et le disqualifier en le faisant passer pour un fou, après n’avoir que très mal couvert sa Candidature – ce qui explique son faible score – relève d’une absence de déontologie professionnelle.

Monsieur Burdet n’est pas un quérulent, mais un citoyen courageux qui a osé dénoncer les malversations des plus grosses banques suisses et les relais des petits copains dans nos Institutions cantonales et surtout dans le système judiciaire.

Certains articles ont gravement atteint à l’honneur de Monsieur Burdet, ajoutant la désinformation médiatique à l’injustice de la corruption.

Ni Monsieur Burdet, ni Monsieur Ulrich, ni le Comité d’Appel au Peuple ne m’ont sollicité pour reprendre le flambeau de cette lutte pour la Justice. Ma candidature relevait d’un choix citoyen personnel assorti de promesses aux électeurs.

Ma Candidature ne fut pas déposée avec trente secondes de retard, mais avec 26 heures d’avance par rapport au délai légal fixé le mercredi 12 novembre 2003 à midi. Quelle arrogance de mettre sous pression indue des citoyens dans l’exercice de leurs droits démocratiques. Ces mensonges n’ont jamais été corrigés par les mass-media et les fraudes faites pour nous obliger à payer les frais, car ils voulaient faire croire qu’on était en-dessous de 5 %, donc de payer leur facture mesquine, ce qui était un autre mensonge ridicule. M. S. a dû démissionner… car il avait trop triché, et fait brûler les preuves de ces mesquineries, probablement dans l’urgence médiatique. 

http://desiebenthal.blogspot.ch/…

François de Siebenthal: Gerhard Ulrich acquitté par le Tribunal pénal fédéral. Marc Etienne…


desiebenthal.blogspot.com
“D’abord ils nous ignorent, ensuite ils se moquent de nous, puis ils nous combattent, et enfin nous gagnons! “(Mahatma Gandhi 1869-1948)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »