Il n’y a plus de secret de vote, dans aucun greffe d’aucune commune vaudoise, valaisanne, genevoise, fribourgeoise, neuchâteloise, jurassienne, très probablement de la Suisse entière.
Il suffit d’un spot ikea ou une lampe de poche à LED sous une couverture opaque et de plaquer l’enveloppe jaune contre la vitre du spot. Ils ont des machines à lecture optique professionnelles pour tricher dans les grandes communes comme Lausanne, Genève… ( avec des flashs très forts dont j’ai moi-même vu les éclairs depuis la place Chauderon à Lausanne) , machines qui figurent dans la comptabilité, sic… Voir avec la loi sur la “transparence”… Il y a de l’humour même dans le domaine aride du “droit”…
Fraudes électorales. Quel secret de vote ? Une mauvaise blague qui perdure. Le système est fait pour tricher, depuis le début, sic… La Suisse est devenue une république bananière de la pire espèce, hypocrite jusqu’à l’os, eh oui, y en point comme nous…




Le système de vote par correspondance a été fait pour tricher, il n’ y a plus de secret de vote possible, ces enveloppes à la lumière sous spot à 20 watts dans chaque greffe municipal sont une insulte à l’intelligence et à la prudence.

On peut trop facilement pendant des semaines remplacer les enveloppes par d’autres sans même les ouvrir… et ainsi modifier la volonté du Souverain.

Le Canton imprime quelque 40’000 enveloppes et bulletins supplémentaires plus 15 % de maculature ( 101’000 ). Que deviennent-ils avant, pendant et après le vote ?

Nous avons prouvé que des tricheries électorales ont été organisées déjà en 2003 …et très probablement bien avant ( pour nous faire passer en-dessous des 5 % et nous faire payer mesquinement la facture, M. P. C. a fini à l’asile et a du démissionner…).

Le vote par correspondance, qui coûte une fortune, est une farce et une mascarade, c’est si facile de tricher.
Ils ont détruits tous les bulletins de vote, alors qu’il y avait recours pour tricherie, parce qu’ils savaient que nous pouvions prouver leurs tricheries.

Vous avez dit ” fraude électorale massive ” ?

Affaires des votes arrangés à Bâle, de l’UDC, de l’ONU, de la révision de la constitution en 1999, de la vente d’or de la BNS, de la LAMAL à 16 voix glaronnaises de l’étranger….
Tricheries démocratiques par transparence…RFID…

M. Mühl a fait un faux témoignage par écrit dans notre précédente procédure en affirmant que ces enveloppes jaunes ne sont pas transparentes, ce qui est un mensonge avéré et prouvé et un pur mépris de la réalité que chacun peut vérifier chez soi.

( voir les photographies ci-dessus )

Ces enveloppes jaunes sont à disposition pendant plusieurs jours dans les bureaux de chaque greffe. Vu les plus de 40’000 imprimées en plus, plus 15% de maculature…soit 101’000 enveloppes jaunes et bulletins de trop ( en tout cas facturé aux contribuables à chaque votation depuis plus de 10 ans… quel gaspillage écologique et économique…) il y a assez de matériel en réserve pour changer simplement les enveloppes par d’autres plus “justes”…..

Le Conseil d’État vaudois rejette deux recours déposés après l’approbation des passeports biométriques le 17 mai en votation. Le non tient, après leurs tricheries à l’échelle suisse, surtout sur les milliers de votes électroniques truqués par les polices fédérales secrètes et illégales Tigris et Tiago, à seulement 2’753 voix, soit la moitié de l’écart plus une voix…

Cette décision est grotesque. Il n’y a plus dans le canton de Vaud de secret de vote. En effet, vu la transparence des enveloppes jaunes sous simple spot lumineux à 20 watts et 12 volts (sic, merci Ikea ), transparence jamais corrigée depuis des années malgré les promesses des autorités et notamment du Chancelier, le rapprochement nominatif est possible dans chaque greffe municipal pendant des semaines avec nos bulletins gris signés.
Nous avions alors déjà fait recours et ils ont détruit tous les bulletins de vote pourtant sous séquestre ( une preuve, ils avaient peur que nous ayons ainsi les preuves de notamment leurs empreintes digitales ), alors qu’il y avait péril en la demeure pour tricherie par tri sous spots lumineux, parce qu’ils savaient que nous pouvions prouver leurs tricheries. C’est un aveu honteux pour notre démocratie. Nous aurions pu le prouver par les empreintes digitales des tricheurs sur les bulletins détruits illégalement.


Matériel suffisant pour voir à travers les enveloppes suisses de vote par correspondance.
Lampe expressivo à moins de SFR 8.-, ampoule comprise
Ampoule halogène G4 12V 20W, sic 12 volts et vingt watts…

ou une simple lampe torche par exemple LED


Il suffit de presser l’enveloppe contre la vitre de la lampe et de voir par la transparence ainsi obtenue…la croix du non près du carré noir permettant de mieux viser les votes ou le nom du candidat.


Près de 101’000 (sic, cent un mille, quel gâchis ) enveloppes prêtes et imprimées par Edipresse pour bourrer les urnes, seulement dans le canton de Vaud (resic ) !

En Suisse, aucun canton n’a accepté de recompter quelques votes, même par sondages, malgré près de 500 recours de citoyens inquiets dans tous les cantons…

En Iran, ils ont accepté de recompter près de 10 % des votes, au choix des opposants…


Recours final au tribunal fédéral


Le nom des partis et des candidats est très visible par transparence sous halogène à 20 Watts

Un vrai sceau et à côté, un sceau trafiqué sans les inscriptions officielles.





Réactions mitigées en cours :

Extraits du Conseil fédéral…


La libéralisation du vote par correspondance en 1994 remonte à 

deux motions adoptées à l’unanimité (motions des députés Eva

Segmüller, conseil national – BO 1987 N 993 s.; BO 1988 E 6 – et

 René Rhinow, conseil des Etats – BO 1988 E 940 s.; BO 1990 N

 284). Ces motions constituaient une solution pour pallier le taux

 croissant d’abstention aux scrutins.

En ce qui concerne la problématique générale du risque

 d’irrégularités lors des votations et des élections, le Conseil fédéral

 a déclaré le 13 mai 2009 qu’il était prêt à accepter le postulat

 Rennwald 09.3174 (Votations et élections. Attention à la

fraude) et à établir un rapport sur la question.( en suspens…). 

Ce rapport présentera les différentes formes de participation au

 scrutin (par les urnes, par correspondance, par voie électronique)

 selon le risque de fraude. Il s’agit d’examiner la question de la 

sécurité en amont du scrutin par voie électronique, par les urnes ou

 par voie postale, de vérifier si les citoyens subissent des pressions 

et d’examiner l’effet de pressions éventuelles sur le bon 

fonctionnement de la démocratie. L’objectif global de ce rapport

 est devoir comment garantir le fonctionnement sans faille de notre

 démocratie.



Le système est fait pour faciliter les fraudes dans toute la Suisse…



Bâle-Ville (56,6%/52,1%) par exemple était le seul canton alémanique se rangeant dans le camp du double non. On connaît la facilité de ce canton à tricher les votes par correspondance, des Suisses de l’étranger ou votes par électronique ( impossible d’en savoir le nombre, en tout cas à Genève.

A Bâle, il n’y même pas besoin de savoir la date de naissance des votants selon le juge fédéral Martin Schubarth.
http://www.letemps.ch/Facet/print/Uuid/504b032e-2ff3-11e1-9ccd-c22de03c200e/Martin_Schubarth_contre_les_juges


Les affaires Lumengo ( seulement 10 jours amende et il reste en place…, Letellier au Conseil fédéral etc… ). de Porrentruy au Jura, tricheries massives constatées juridiquement, fraudes électroniques et par correspondance à Genève etc….

Un député radical bâlois a avoué avoir falsifié des bulletins de vote, un autre candidat au Grand Conseil se trouve dans le collimateur du ministère public. Le Démocrate suisse Eric Weber aurait offert à une femme d’acheter son matériel de vote. Une information de la «Basler Zeitung» est à l’origine de l’enquête, avait indiqué  le ministère public.




http://euroracket.blogspot.com/2009/06/recours-final-au-tribunal-federal.html


Trop, c’est trop… que font notamment Tiago et Tigris, les polices fédérales illégales qui ne s’occupent que de personnes âgées peu dangereuses ? …


Archives:


On brûle les preuves.


Georges Letellier +

Candidat au Conseil fédéral, printemps 2006

Où sont donc passées les 24 voix annoncées ?

Il semblerait que la presse arrange les choses quelque peu. Le résultat réel de l’élection au Conseil fédéral, donnant une minorité symbolique à Georges Letellier, est passé sous silence. Doris Leuthard est élue avec un score soviétique, comme si le parlement suisse ne cherchait même plus à se donner une apparence démocratique. Réaction de notre candidat :

Le chiffre nous a été communiqué à chaud par un employé du Palais fédéral, me demandant de me préparer à intervenir devant l’Assemblée. Les 4 ou 5 personnes présentes à ce moment, dont J. C. Kollros (qui a fait la traduction du suisse-allemand en français), ont entendu les propos du fonctionnaire : D. Leuthard ne va pas passer au premier tour, vous êtes le candidat le mieux placé. Préparez-vous à faire une intervention, suivez moi. Nous avons alors escaladé les gradins avec lui, j’ai sorti le discours que j’avais préparé au cas où, et nous avons attendu les instructions de la Chancellerie. Nous les attendons toujours…



Vous connaissez la suite : boycott total du citoyen Letellier. Je l’avais prévu, les 80 millions de subventions par année que touchent les groupes de presse doivent bien servir à quelque chose !




En Suisse, si l’annulation d’un important scrutin ne s’est encore jamais produite, en revanche il arrive que certains fraudeurs soient mis en examen et avouent leurs forfaits, comme à Bâle ou à Payerne. Prouver leur culpabilité et les condamner relève alors d’une mission de Titan.

Le 22 décembre 2003, nous avons la confirmation par un courrier du Lecteur de 24 Heures, en l’occurrence par M. Alfred Graf, scrutateur du Conseil communal à Lausanne, que le Conseil d’État a effectivement fraudé les résultats de la Ville de Lausanne après que le responsable lui ait transmis les chiffres…

Consultez la réponse de M. Burdet au courrier de M. Graf, de même que mon courrier adressé à 24Heures et qui n’a bien évidemment pas été publié jusqu’à ce jour (31.12.2003)… *** Durant toute la campagne électorale, 24 Heures n’a fait que pratiquer la désinformation de ses Lecteurs à l’encontre des candidats du Défi Vaudois.

http://www.marcburdet.ch/index1.html
site maintenant censuré, nous fournissons les preuves sur simple demande.

Signalons à ce propos que nous sommes toujours en état de déni de justice vu que le Conseil d’Etat vaudois n’a toujours pas publié sa décision à la Feuille des avis officiels comme sa propre procédure l’indiquait sous la signature de M. Broulis. ( publié partiellement pendant les vacances, en cachette…)

Une entrevue avec M. Mühl, ancien responsable cantonal, avait fait apparaître que ce problème était possible au niveau de chaque commune et qu’un postulat parlementaire Jaquemet , Réf : 03/POS/086, avait été déposé au niveau cantonal pour changer la procédure du vote par correspondance. Ces enveloppes jaunes sont à disposition pendant plusieurs jours dans les bureaux de chaque greffe. On peut même penser à un fichage politique dans certaines communes, vu qu’ils peuvent faire le rapprochement avec la fiche d’envoi signée.
Il est apparu aussi que les signatures des initiatives et référendum sont aussi saisies par informatique, sans oublier les courriers de certaines personnes ouverts et fichés par vos services…Il n’y a plus de secret de vote vu la transparence des enveloppes jaunes, transparence jamais corrigée depuis des années malgré les promesses de notamment le Chancelier, M. Vincent Grandjean.

En fait, le même M. Mühl a dû faire un faux témoignage par écrit dans notre précédente procédure en y affirmant que ces enveloppes ne sont pas transparentes, ce qui est un mensonge avéré et prouvé et un pur mépris de la réalité que chacun peut vérifier chez soi. Ces enveloppes jaunes sont à disposition pendant plusieurs jours dans les bureaux de chaque greffe. Vu les plus de 40’000 imprimées en plus, plus 15% de maculature…il y a assez de matériel ( plus de 101’000, sic, cent mille facturé au canton ou aux communes à chaque votation dont au moins le 80 % gaspillé pour les tricheries ou la poubelle ) en réserve pour changer simplement les enveloppes par d’autres plus “justes”….. selon des règles dictées par la franc-maçonnerie et autres organisations occultes. D’autant plus que nous avons prouvé que plus de la moitié des sceaux en plomb ou même en plastic (sic) étaient faux selon un certificat établi par le fabricant des pinces à sceller…
Au niveau fédéral, à la demande du conseiller national Jean-Claude Rennwald (PS/JU), il est nécessaire de lancer une vaste enquête sur les risques de fraude lors de votations et d’élections en Suisse.

«On m’a rapporté des cas où des employeurs auraient soudoyé des employés pour voter pour tel ou tel candidat, explique le député. Le vote par correspondance favorise aussi la fraude: dans certains cantons un peu claniques, comme le Jura ou le Valais, il n’est pas rare d’entendre que certains font la tournée des homes pour récolter les enveloppes de personnes âgées influençables. Ou, pire, des enveloppes de vote inutilisées sont récupérées au vieux papier!» Fort de constat et du risque aussi lié à l’introduction du vote électronique, Jean-Claude Rennwald estime nécessaire de mener une enquête approfondie à l’échelle nationale et de voir comment élimer le risque de pression en particulier sur les personnes fragilisées et peu mobiles.
Le Conseil fédéral dit «suivre la situation avec attention et être prêt à établir le rapport demandé»

plus sur http://www.union-ch.com/articles.php?lng=fr&pg=45



You posted an announcement to the cause No more secret of vote ? Check and balance democracy
On se fout de notre gueule.  
La solution, les élections par tirage au sort, comme dans les vraies démocraties historiques.

Dans cette vidéo [1], Etienne Chouard[2] fait un véritable éloge de la démocratie participative et du tirage au sort, qui fait réfléchir quant à l’omniprésence de l’élection et à la faiblesse des contrôles des élus dans nos régimes modernes.

Ces démocraties, qu’il s’agisse de républiques ou de monarchies parlementaires, sont des systèmes dits représentatifs[3].

Mais la démocratie athénienne était bien différente : l’ensemble des citoyens pouvait proposer des motions à l’Ecclésia[4] (l’Assemblée). Les projets de loi étaient ensuite rédigés par la Boulè[5], un conseil composé de 500 citoyens tirés au sort. Le pouvoir législatif était donc exercé sous une forme mêlant démocratie directe[6] et tirage au sort.

Les autres pouvoirs étaient également exercés pas des représentants généralement tirés au sort (Héliée[7], archontes[8]). Tous les représentants de la cité étaient soumis à des procédures de contrôle (comme la dokimasia pour les magistrats[9]), et devaient rendre des comptes en fin de mandat.

Une indemnité journalière de présence, le misthos[10] (salaire), a même été mise en place pour permettre aux plus pauvres des tirés au sort de pouvoir assurer leurs fonctions civiles et politiques.

Une conférence qui bouleverse les idées reçues sur l’élection.


[1] http://www.dailymotion.com/video/xiyzhh_etienne-chouard-conference-le-tirage-au-sort-comme-bombe-politiquement-durable-contre-l-oligarchie_news
[2] http://etienne.chouard.free.fr/
[3] https://secure.wikimedia.org/wikipedia/fr/wiki/D%C3%A9mocratie_repr%C3%A9sentative
[4] https://secure.wikimedia.org/wikipedia/fr/wiki/Eccl%C3%A9sia#.C3.80_Ath.C3.A8nes
[5] https://secure.wikimedia.org/wikipedia/fr/wiki/Boul%C3%A8#R.C3.A9forme_de_Clisth.C3.A8ne
[6] https://secure.wikimedia.org/wikipedia/fr/wiki/D%C3%A9mocratie_directe
[7] https://secure.wikimedia.org/wikipedia/fr/wiki/D%C3%A9mocratie_ath%C3%A9nienne#L.27H.C3.A9li.C3.A9e
[8] https://secure.wikimedia.org/wikipedia/fr/wiki/Archonte#.C3.80_Ath.C3.A8nes
[9] https://secure.wikimedia.org/wikipedia/fr/wiki/D%C3%A9mocratie_ath%C3%A9nienne#Les_magistrats
[10] https://secure.wikimedia.org/wikipedia/fr/wiki/D%C3%A9mocratie_ath%C3%A9nienne#R.C3.A9formes_de_P.C3.A9ricl.C3.A8s


Maintenant, qui parmi vous sont des candidats aux élections par tirage au sort ? ( chacun peut refuser, nul n’est obligé ).»

Traduction »
Aller à la barre d’outils