Gomorra, best-seller qui évoque l’essor de la Camorra, la mafia napolitaine et ses finances…, dioxines, nano-particules, usure,…


A 29 ans, ce journaliste italien est l'auteur de Gomorra, best-seller qui évoque l'essor de la Camorra, la mafia napolitaine. Alors que le film inspiré de ce livre sort en France le 13 août, Roberto Saviano a accordé un entretien exclusif à L'Express.

Pourquoi arrivez-vous à notre rendez-vous avec trois policiers armés ? Je suis sous protection depuis 2006. A la suite d'une enquête et de témoignages de repentis, on a su que des camorristes des environs de Naples, surnommés les Casalesi, car leur fief est la ville de Casal di Principe, en Campanie, avaient le projet de me faire du mal. Leur rage à mon encontre n'est pas due au fait que j'ai dévoilé quelque chose. Cette organisation-là, composée de 13 clans, n'a jamais eu peur de cela, parce qu'elle est habituée à subir des procès. Non : ses membres craignent surtout l'attention de mes lecteurs. Plus ce livre est lu, plus cela les agace. 200 000 exemplaires, 300 000, 1 million, dans 43 pays, et ensuite le film… Quand ils ont commencé à perdre de l'argent dans des régions ou des pays où ils avaient des projets, les problèmes sont arrivés…

REUTERS/Alessandro Bianchi Pour son interview à L'Express, l'auteur de Gomorra avait choisi un hôtel "sécurisé".

En juin dernier, les boss des Casalesi ont été condamnés à la réclusion à perpétuité. Pourquoi avez-vous alors déclaré : « Je vais cesser de vivre comme un rat » ? C'était une façon d'annoncer que je vais quitter cette région, car c'est devenu trop difficile pour moi. Les Napolitains ne m'estiment pas. Bien sûr, certains m'embrassent, me remercient, mais d'autres me crachent dessus. L'élite et la bourgeoisie ne m'aiment pas. A leurs yeux, si tu parles de la Mafia, tu dis du mal du territoire, c'est de la diffamation. Ceux qui réagissent ainsi sont ceux qui ont intérêt au silence ! Quand je trouve un logement, les voisins font pression sur le propriétaire pour me faire partir. J'ai donc envie de m'installer à l'étranger. Et puis, il y a la situation de ma famille… Je ne suis pas marié, je n'ai pas d'enfant, mais mes proches ont dû partir dans le nord de l'Italie. Ca aussi, c'est difficile à vivre. Je ne les avais pas avertis que j'écrivais Gomorra. D'une certaine manière, je suis responsable de ce qui leur arrive et c'est impardonnable. Avez-vous encore des amis à Naples ? Très peu. On pourrait penser que j'ai le soutien de beaucoup de personnes, mais en fait… disons qu'ils me soutiennent de loin ! Mes amis les plus chers, agacés par mon ambition de vouloir changer les choses, se sont éloignés. Malgré les erreurs que j'ai pu commettre, je ne pense pas avoir mérité ça. Vous arrive-t-il de détester votre livre ? Chaque matin. Puis je m'aperçois qu'une chose intéressante est prévue dans la journée et que j'ai aussi beaucoup de satisfactions. Par exemple, le succès de Gomorra dans mon pays. Cela signifie que l'Italie veut savoir.

http://www.lexpress.fr/actualite/monde/europe/roberto-saviano-ils-me-feront-payer_546321.html

Avec mes meilleures salutations.

François de Siebenthal
Invitation:

http://www.union-ch.com/articles.php?lng=fr&pg=267
In english: http://www.union-ch.com/articles.php?lng=en&pg=267
http://www.versdemain.org/

http://desiebenthal.blogspot.com/
http://ferraye.blogspot.com/
www.de-siebenthal.com

skype siebenthal
00 41 21 652 54 83
021 652 55 03
FAX: 652 54 11
CCP 10-35366-2

Présent :
La femme est, comme toujours, l'avenir de l'homme, et réciproquement. Si qua fata sinant…:-)
http://www.union-ch.com/file/portrait.wmv

www.suisse-plus.com
http://www.non-tridel-dioxines.com/
http://www.m-c-s.ch/ et
www.pavie.ch/mobile
www.pavie.ch
http://ktotv.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »