“Joli lapsus !”, ironise Me Metzner.

Clearstream Ferraye. –

Lundi 5 octobre, alors qu'il interrogeait le général Rondot sur une intervention de M. de Villepin, en mars 2004, en faveur de la libération d'Imad Lahoud, qui venait d'être placé en garde à vue, la langue de M. Marin a fourché. "Juste après la garde à vue de Dominique de Villepin… euh, d'Imad Lahoud…"

Rires et sourires dans la salle.

– "Plaît-il ?", s'agace M. Marin.

– "Joli lapsus !", ironise Me Metzner.

– "Lapsus, oui. On va voir qui n'en fait pas dans cette affaire !", reprend d'un ton sec le procureur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »