Kissinger conseiller du Pape ? Une désinformation rusée !

Benoît XVI reçoit Henri Kissinger

Le pape Benoît XVI a reçu ce matin en audience privée l'ancien secrétaire d'Etat américain Henry Kissinger dans sa résidence d'été de Castel Gandolfo, près de Rome a annoncé le Vatican.

Henry Kissinger, qui se trouve depuis plusieurs jours à Rome, a été reçu en début de semaine par le chef du gouvernement italien Romano Prodi et le président de la République Giorgio Napolitano.

L'audience accordée à l'ancien secrétaire d'Etat américain sera l'une des dernières à l'agenda du Saint Père avant son retour au Vatican prévu mardi 3 octobre.

Installé à Castel Gandolfo le 28 juillet après trois semaines de vacances dans le Val D'Aoste, le pape Benoît XVI n'a quitté sa résidence d'été que pour un pélerinage de quelques heures le 31 août au sanctuaire de Manoppello, un voyage de six jours en Bavière ainsi que pour les audiences générales publiques du mercredi au Vatican.   Sources: Vatican – archives E.S.M. Eucharistie sacrement de la miséricorde 28.09.2006 – BENOÎT XVI

 
KISSINGER VA SERVIR DE CONSEILLER PAPAL ?

Le Pape Benoît XVI a invité Henry Kissinger, l’ancien conseiller de Richard Nixon, afin qu’il soit un conseiller politique, et celui-ci a accepté.

PAR EDOUARD PENTIN, correspondant du Register

Numéro du 26 novembre au 2 décembre 2006

Posté le 22/11/2006 à 8:00 AM

LA CITE DU VATICAN – A travers le cours de sa longue et controversée carrière, l'ancien secrétaire d'Etat des Etats-Unis Henry Kissinger a reçu beaucoup de titres. A présent, il en aurait un autre – conseiller du Pape.

Selon le journal italien La Stampa, le pape Benoît XVI a invité l'ancien conseiller de Richard Nixon qui a 83 ans à devenir un conseiller politique, et Kissinger a accepté.

Citant une source diplomatique « qui fait autorité » auprès du Saint-siège, ce journal a rapporté le 4 novembre qu’on a demandé au lauréat du Nobel durant une récente audience privée avec le Saint Père à faire partie « d'un comité consultatif » papal concernant les affaires étrangères et politiques.

Alors que le Register était sous presse, le bureau de Kissinger ne pouvait pas confirmer ou nier le rapport. La Stampa s'en est tenue à son histoire, bien que la presse italienne soit moins rigoureuse dans son authentification des faits que la presse américaine.

Si c’est vrai, il y a spéculation (afin de savoir) sur quelles questions Kissinger conseillerait le Saint Père. Les relations avec l'Islam, la Palestine et Israël, et l'Irak – Kissinger a critiqué la conduite de la guerre mais s'oppose à un retrait rapide – sont susceptibles de se trouver en tête de l’agenda.

On a également spéculé que, en raison de l'hostilité musulmane contre le discours de Benoît XVI prononcé à Regensburg, Kissinger pourrait fournir des conseils sur comment traiter avec un monde islamique de plus en plus grincheux.

En outre, tout comme le pape, Kissinger a analysé les défis de la mondialisation et pourrait également fournir des conseils dans ce secteur.

« L'idée [de son entretien] semble être une bonne idée, » a dit le journaliste vétéran du Vatican Sandro Magister. « Mais ce serait également une bonne idée de consulter d'autres experts en géopolitique avec des orientations différentes. »

Parmi les conseillers experts potentiels ayant des perspectives différentes, Magister a énuméré le philosophe catholique et ancien diplomate Michael Novak ; Bernard Lewis, professeur des études concernant le Proche-Orient à l'université de Princeton ; et des experts en matière de politique étrangère tels que Charles Kupchan et G. John Ikenberry.

Le conseil d’un expert

Le recrutement de Kissinger ne serait pas sans précédent. Des experts d'une variété de disciplines différentes, y compris du royaume des sciences économiques, en politique et en philosophie, sont régulièrement invités à conseiller les papes et les responsables du Vatican concernant des affaires courantes.

Le Pape Jean-Paul II était un proche ami de Zbigniew Brzezinski, le conseiller de la sécurité nationale du Président Jimmy Carter né en Pologne, en partie parce que tous les deux avaient un héritage polonais commun (cependant, ceci a fait suspecter les Soviétiques que le Vatican avait « fixé » l'élection de Karol Wojtyla, laquelle s'est produite pendant la présidence de Carter).

De même que Jean-Paul et Brzezinski, Benoît et Kissinger sont d’un âge proche et sont tous deux nés en Bavière (étant un Juif, Kissinger et sa famille fuirent l’Allemagne nazie avant la deuxième guerre mondiale).

Ces dernières années, d'autres figures invitées à partager leur expertise avec le Saint-Siège ont inclus Paul Wolfowitz, un conseiller de l'ancien Président Bush et à présent président de la banque mondiale ; Michel Camdessus, ancien directeur du Fonds monétaire international ; l’économiste américain Jeffrey Sachs et Hans Tietmeyer, ancien gouverneur de la banque centrale d'Allemagne.

Les académies pontificales font aussi régulièrement appel aux lumières d’universitaires en tant que conseillers, tels que les lauréats du Nobel Gary Becker, le successeur de Milton Friedman à l'école de Chicago des sciences économiques, et une chercheuse médicale italienne, Rita Levi-Montalcini.

Dans des commentaires effectués au Register, Novak a indiqué que « beaucoup, et peut-être la plupart » de ces experts ne sont pas catholiques, mais que le Pape « peut faire entrer certains experts auxquels il veut parler, ou dont il entend parler du travail, afin de discuter en petit groupe. »

Novak dit ceci est vrai à la fois pour Benoît XVI et Jean-Paul II, qu'il a décrits comme étant « très curieux d’esprit et avides de recherche. »

Cependant, n'importe quelle nomination de Kissinger est susceptible de causer un malaise. Une station de radio iranienne rapporte déjà la nouvelle comme « une conspiration du Pape et des Juifs, » tandis que d'autres s'opposent à ce que le Pape consulte quelqu'un qui a été largement identifié avec l'école d'analyse politique realpolitik, une approche qui place les considérations pratiques avant la morale.

« Des voix différentes »

Pourtant, tout comme le Pape Jean-Paul II, Benoît XVI gagne de la reconnaissance pour sa habileté intellectuelle et sa capacité de discuter de problèmes internationaux avec un éventail varié de personnalités du monde, un éventail qui s'étend du Dalai Lama à la défunte polémiste athée Oriana Fallaci ou à Mustapha Cherif, un philosophe musulman algérien qu'il a rencontré ce mois-ci.

Un « tel entretien montrerait vraiment que Benoît XVI est contraire à son image médiatique, en tant que quelqu'un qui est disposé à écouter d'autres voix qui ne sont pas en accord avec ses vues, » a dit un diplomate du Saint-Siège concernant l'enrôlement supposé de Kissinger en tant que conseiller papal. « Il est toujours utile d'entendre différentes voix qui offrent différents points de vue. »

Edouard Pentin, qui écrit de Rome.

 
DEMENTI DU VATICAN
 
VATICAN-KISSINGER Dec-4-2006 (210 words) With photos posted Sept. 28. xxxi

Vatican spokesman says pope did not ask Kissinger to be his adviser

By Cindy Wooden
Catholic News Service

VATICAN CITY (CNS) — Pope Benedict XVI does not have a foreign affairs advisory board, and he has not asked former U.S. Secretary of State Henry Kissinger to become one of his advisers, the Vatican spokesman said.

Jesuit Father Federico Lombardi said it is true that Kissinger met privately with the pope Sept. 28 and that Mary Ann Glendon, a U.S. law professor and president of the Pontifical Academy of Social Sciences, has invited Kissinger to speak to the academy at the Vatican in late April.

"Those are the only two concrete facts," Father Lombardi told Catholic News Service.

Articles in Italian and U.S. newspapers reporting that the pope had asked Kissinger to become an adviser or consultant "are without any foundation," he said Dec. 4.

A New York-based correspondent for the Italian newspaper La Stampa wrote Nov. 4 that Kissinger had told an "important member of the Italian government" of the papal offer and that "a diplomatic source" at the Vatican had confirmed that "an important dialogue is under way" between the pope and Kissinger.

The rumor has been circulating in newspapers and on the Internet since the newspaper article was published.

END

 
Biographie de Henri Kissinger:

Henry Kissinger est né près de Nuremberg, dans une famille juive de la classe moyenne. Sa famille fuit le nazisme et s'installe aux Etats-Unis en 1938. Après la guerre, Henry Kissinger étudie à Harvard et devient professeur de sciences politiques. Conseiller en politique étrangère des présidents D. Eisenhower, J.F. Kennedy et L.B. Johnson, il est, à partir de 1969, le bras droit de Nixon pour les affaires de sécurité nationale. Il participe aux discussions sur la non-prolifération des armes stratégiques avec l'URSS.

Il reçoit le prix Nobel de la paix en 1973 pour des actions en faveur de la paix au Vietnam aujourd'hui controversées. Il avait alors affirmé: « Jean-Paul II était un des plus grands hommes du siècle précédent. Peut-être le plus grand. » (John Paul II was one of the greatest men of the last century. Perhaps the greatest.)

"Grâce à des entrevues avec Mikhail Gorbachev, Henry Kissinger, Wojciech Jaruzelski, Lech Walesa et Zbigniew Brzezinski, vous comprendrez le rôle primordial du Pape dans l’environnement politique qui ont mené à la chute du communisme en 1989." avait déclaré Henri Kissinger.

Suite à la "déclassification" de certains documents des services secrets américains, Henry Kissinger se voit aujourd'hui attribuer la responsabilité d'exactions comme paradoxalement l'enlisement du conflit vietnamien s'étendant même au Cambodge ou le génocide du Timor-Oriental. Il est également soupçonné d'avoir eu un rôle de première importance dans la création du plan 'Condor', soutien aux dictatures militaires d'Amérique latine (Chili, Bolivie, Brésil, Paraguay, Uruguay, Argentine).

Henry Kissinger reste le symbole d'une Amérique conquérante, éclairée et intransigeante.

Très d'actualité le souvenir de la remise du Prix Felix Houphouet-Boigny pour la recherche de la paix 2003 à Mgr Etchegaray et à Mustafa Ceric, Grand Mufti de Bosnie.

Le Grand Mufti de Bosnie, Mustafa Ceric et le Cardinal Roger Etchegaray, ancien Président du Conseil pontifical Justice et Paix, ont reçu le 21 septembre au siège de l’UNESCO, dont le président n'était autre qu'Henry Kissinger, le Prix Félix Houphouët-Boigny pour la recherche de la paix 2003.

De nombreuses personnalités religieuses, cardinaux, imams et rabbins, des académiciens et des personnalités des communautés politiques et culturelles ont assisté à cette cérémonie. Le Président du Conseil des ministres de Bosnie Herzégovine, Adnan Terzic, des représentants de chefs d’Etat, ainsi que des délégations ministérielles étaient présents. Du côté africain, il convient de signaler la présence de l’ancien Président de la République de Côte d’Ivoire, Henri Konan Bédié, et de l’ancien Premier ministre de ce pays, Alassane Dramane Ouattara.

En annonçant le choix du jury, son Président Henry Kissinger a déclaré ces paroles prophétiques : « Ces deux personnalités religieuses ont été choisies en reconnaissance de leur action en faveur du dialogue entre les religions, de la tolérance et de la paix. Le jury considère que la réconciliation entre les perspectives religieuses sera un des grands défis de notre temps ». Gageons que le pape Benoît XVI sera sur la liste des prochains lauréats pour ses efforts exceptionnels quand au dialogue interreligieux et pour sa tolérance après les attaques injustifiées dont il vient d'être victime.

Le Cardinal Roger Etchegaray a été Président du Conseil pontifical Justice et Paix (1984-1998). Depuis 1984, il s’est rendu, au nom du Pape Jean-Paul II, dans de nombreuses zones en crise. C’est ainsi qu’il a participé, par exemple, aux négociations visant à mettre fin au siège de la Basilique de la Nativité, à Bethléem, en mai 2002, et qu’il s’est rendu en Iraq en 1986, en 1998 et en février 2003, toujours envoyé par le Pape Jean-Paul II, en vue de tenter d’éviter la guerre. Récemment le pape Benoît XVI lui a confié des missions délicates dont une au Liban.

Sources: Vatican – archives E.S.M. Eucharistie sacrement de la miséricorde 28.09.2006 – BENOÎT XVI

02Dec06 – Catholic Register – Kissinger to Serve As Papal Adviser?

Pope Benedict XVI has invited Henry Kissinger, former adviser to Richard Nixon, to be a political consultant and he accepted.

BY EDWARD PENTIN November 26-December 2, 2006 Issue http://ncregister.com/site/article/1370/ VATICAN CITY – Over the course of his long and controversial career, former U.S. Secretary of State Henry Kissinger has had many titles. Now he reportedly has one more – adviser to the Pope. According to the Italian newspaper La Stampa, Pope Benedict XVI has invited the 83-year-old former adviser to Richard Nixon to be a political consultant, and Kissinger has accepted. Quoting an "authoritative" diplomatic source at the Holy See, the paper reported Nov. 4 that the Nobel laureate was asked at a recent private audience with the Holy Father to form part of a papal "advisory board" on foreign and political affairs. As the Register went to press, Kissinger's office was unable to confirm or deny the report. La Stampa stood by its story, although the Italian press is less rigorous in its authentication of stories as is the United States Press. If true, there is speculation on which issues Kissinger would advise the Holy Father. Relations with Islam, Palestine and Israel, and Iraq – Kissinger has been critical of the conduct of the war but opposes a quick withdrawal – are likely to be high up on the agenda. It has also been speculated that, in view of the Muslim hostility to Benedict's recent Regensburg speech, Kissinger might provide advice on dealing with an increasingly fractious Islamic world. Furthermore, like the Pope, Kissinger has analyzed the challenges of globalization and might provide advice in this area as well. "The idea [of his appointment] sounds like a good one," said veteran Vatican journalist Sandro Magister. "But so would it also be to consult other experts on geopolitics with different orientations." As possible expert advisers with different perspectives, Magister listed Catholic philosopher and former diplomat Michael Novak; Bernard Lewis, professor of Near Eastern Studies at Princeton University; and foreign policy experts such as Charles Kupchan and G. John Ikenberry.

Expert Advice

The recruitment of Kissinger would not be unprecedented. Experts from a variety of disciplines, including the realm of economics, politics and philosophy, are regularly invited to advise popes and Vatican officials on current affairs. Pope John Paul II was close friends with Zbigniew Brzezinski, the Polish-born national security adviser to President Jimmy Carter, partly because both had a common Polish heritage (though this caused the Soviets to suspect the Vatican of "fixing" the election of Karol Wojtyla, which occurred during the Carter presidency). Similarly to John Paul and Brzezinski, Benedict and Kissinger are close in age and were both born in Bavaria (a Jew, Kissinger and his family fled Nazi Germany before World War II). In recent years, other figures invited to share their expertise with the Holy See have included Paul Wolfowitz, a former President Bush adviser and now president of the World Bank; Michel Camdessus, the former director of the International Monetary Fund; American economist Jeffrey Sachs and Hans Tietmeyer, former governor of Germany's central bank. The pontifical academies also regularly call on academic luminaries as consultants, such as Nobel laureates Gary Becker, the successor to Milton Friedman at the Chicago School of Economics, and Italian medical researcher Rita Levi-Montalcini. In comments to the Register, Novak said that "many, maybe most" of these experts are not Catholic, but that the Pope "can call in certain experts he wants to talk to, or hear a paper from, with discussion in a small group." Novak said this is true of both Benedict XVI and John Paul II, whom he described as having "very curious and searching minds." Any appointment of Kissinger is likely to cause some unease, however. One Iranian radio station is already reporting the news as a "papal-Jewish conspiracy," while others object to the Pope consulting with someone who has been widely identified with the realpolitik school of political analysis, an approach that places practical considerations before morality.

'Different Voices'

 Yet like Pope John Paul II, Benedict XVI is winning recognition for his intellectual ability and his capacity to discuss international issues with a diverse spectrum of world figures, ranging from the Dalai Lama to the late atheist polemicist Oriana Fallaci and to Mustapha Cherif, an Algerian Muslim philosopher whom he met this month. "Such an appointment would really show Benedict XVI to be contrary to his media image, as someone who's willing to listen to other voices not in accordance with his views," said one Holy See diplomat about the reported enlistment of Kissinger as a papal adviser. "It's always helpful to hear different voices offering different views." Edward Pentin writes from Rome.




Avec mes meilleures salutations.

François de Siebenthal
Invitation:

http://www.union-ch.com/articles.php?lng=fr&pg=267
In english: http://www.union-ch.com/articles.php?lng=en&pg=267
http://www.versdemain.org/

http://desiebenthal.blogspot.com/
http://ferraye.blogspot.com/
www.de-siebenthal.com

skype siebenthal
00 41 21 652 54 83
021 652 55 03
FAX: 652 54 11
CCP 10-35366-2

Présent :
La femme est, comme toujours, l'avenir de l'homme, et réciproquement. Si qua fata sinant…:-)
http://www.union-ch.com/file/portrait.wmv

www.suisse-plus.com
http://www.non-tridel-dioxines.com/
http://www.m-c-s.ch/ et
www.pavie.ch/mobile
www.pavie.ch
http://ktotv.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »