Le capital suisse
« Dans l’histoire des peuples, la
Suisse aura le dernier mot ».
Victor Hugo.

« … encore faut-il qu’elle le dise
».
Denis de Rougemont dans son livre
La Suisse ou l’Histoire d’un
Peuple heureux.

Disons-le…
LA 
BATAILLE  FINALE  DE 
LA  CHRÉTIENTÉ  SE 
FERA  AUTOUR  DU PROBLÈME 
DE  L’ARGENT,  ET  TANT  QUE  CE
PROBLÈME  NE  SERA 
PAS  RÉSOLU, IL NE POURRA Y
AVOIR  L’APPLICATION  UNIVERSELLE 
DU CHRISTIANISME —
Honoré de Balzac


à lire attentivement le texte en lien ci-dessous, l’exemple suisse, le capital suisse, le capital à la Suisse…

Drapeau de la Confédération
Helvétique, CH,
alias la Suisse.
Carré, pour le Père
La Croix, pour le Fils

Rouge, pour le St Esprit.

Quasiment tous les pays du monde ont des drapeaux rectangulaires, selon les recommandations de l’ONU, hormis la Suisse (et le Vatican).


Pourquoi carré, avec celui du Vatican  ?

Au Vatican, le drapeau est également carré. D’après le président de la Société suisse de vexillologie – la science des drapeaux -, Emil Dreyer, il y a très certainement un lien avec la Garde pontificale suisse. 


Depuis sa création au 16e siècle, la Garde suisse a toujours eu un drapeau. Et selon Emil Dreyer, lorsqu’en 1929, le Vatican est devenu l’Etat internationalement reconnu qu’il est aujourd’hui – et qu’il a eu besoin d’un drapeau ‘national’ – , il a paru logique que l’on se soit inspiré du drapeau de la Garde. 


Et justement ce dernier était – et reste toujours – carré.



La garde suisse pontificale à Lausanne. Un retour de l’histoire, c’est Jules II, ancien évêque de Lausanne, qui a formé la première garde suisse.
Giuliano della Rovere, italien (1443 – 1513), fut pape de 1503 à 1513 sous le nom de Jules II. Évêque de Lausanne (1472-1473).

La Rose de la Cathédrale de Lausanne est la seule à représenter en son centre un carré, l’image du monde créé bon, Dieu le Créateur vit que tout était très bon, symbole qui se retrouve dans de nombreuses enluminures et tapisseries médiévales. 

Le début du XIIIe siècle est marqué par la lutte contre les Albigeois ou Cathares, qui affirmaient que le monde matériel était l’œuvre d’un “dieu” du Mal, à l’instar des membres du «Temple solaire», ces Cathares pratiquaient déjà le suicide collectif pour échapper au monde matériel considéré comme mauvais et rejoindre le monde spirituel. 

Représenter l’image du monde en carré sur la pointe au milieu de la Rose mystique, c’est affirmer que la création était bonne, parce qu’elle était l’œuvre de Dieu. ( Opus Dei ).
Source:  http://www.ligue-vaudoise.ch/?nation_id=2598


à lire attentivement, l’exemple suisse, le capital suisse, le capital à la Suisse…

https://drive.google.com/file/d/0B-p0lmjLtiXzYlN4dkctdXRJdEU/view?usp=sharing




                                                                                                                                             ci-dessous…


Embryon humain sauvé et racheté dans la grande rosace de la cathédrale de Lausanne, vers 2h00, vitrail du moyen-âge, inscription dans le vitrail: Oculos humeris.

SI QUA FATA SINANT ( devise de la Cathédrale de Lausanne, dédiée à sauver les embryons, oculos humeris, dans le vitrail de la rose, à 2 heures…).

Oculos humeris, les yeux de l’épaule, Sichem, la douleur la plus forte, pour racheter tous les embryons St innocents massacrés par milliards, sic, par milliards ( avortements, stérilets chaque mois, FIVETE…)

Révélation faite à saint Bernard de la plaie inconnue de l’Épaule de Jésus-Christ, ouverte par le poids de la Croix

  

Jésus lui dit :.

« J’eus, en portant la Croix, une plaie profonde de trois doigts et trois os découverts sur l’épaule. Cette plaie qui n’est pas connue des hommes m’a occasionné plus de peine et de douleur que toutes les autres. Mais révèle-la aux fidèles chrétiens et sache que quelque grâce qui me sera demandée en vertu de cette Plaie, leur sera accordée. Et à tous ceux qui, par amour pour elle, m’honoreront chaque jour par trois Pater (Notre Père), Ave (Je vous salue Marie) et Gloria (Gloire au Père), je pardonnerai les péchés véniels et je ne me souviendrai plus des mortels ; ils ne mourront pas de mort imprévue, à l’heure de leur mort ils seront visités par la bienheureuse Vierge et ils obtiendront encore la grâce et la miséricorde.»

Cette prière et cette dévotion ont été acceptées par le Pape Eugène III.


 

Prière :

Très aimé Seigneur, très doux agneau de Dieu,

moi pauvre pécheur,

j’adore et vénère la très sainte Plaie

que Vous avez reçue à l’épaule

en portant au Calvaire la très lourde croix

qui laissa découverts trois os saints,

occasionnant une immense douleur.

Je Vous supplie,

en vertu des mérites de ladite Plaie,

d’avoir pitié de moi en m’accordant

la grâce que je Vous demande ardemment,

en me pardonnant de tous mes péchés

mortels ou véniels,

en m’assistant à l’heure de ma mort

et en me conduisant dans Votre heureux Royaume.

Amen !

    Chapelet des Saintes Plaies de Notre-Seigneur Jésus : << ici >>


Les abus financiers des cupides poussent au désespoir de plus en plus de victimes.

Le lien est subtil mais réel.

http://ferraye.blogspot.com/2010/01/invitation-officielle-de-evo-morales.html

Pourquoi ces bonus en millions et même en milliards ?, sic, en milliards pour les banquiers de New-York ?

Pour acheter leurs consciences.

Ils savent que la cupidité tue des millions d’innocents, sous leurs fenêtres.

Faut-il laisser tout ce système infernal continuer ces sacrifices de petites victimes innocentes ?


Démographie : la chute a commencé


L’ Allemagne est-elle un exemple à suivre ?


Surtout pas !


Courbe sans tenir compte d’une pandémie.par simple application mathématique des taux de fertilité ( TR, Taux de Renouvelllement ou TFR en dessous de 2 ) qui sont à la baisse dans le monde entier, et presque partout en dessous de 2,2, taux minimum actuel pour maintenir notre civilisation.[Europe-hiver.jpg]


La chute commence déjà dans les pays “riches” et en Russie…
Tout peut s’effondrer très vite…y compris l’immobilier et les “valeurs” les plus sûres…

Pour une objection de conscience.

Seule une réduction du nombre de prestations d’une part, et en récompensant les comportements responsables d’autre part, permettront d’avoir une influence durable et concrète des coûts de la santé.

On arrive à des abus odieux. Le conseil fédéral parle d’un coût “minime” des avortements ( 20 millions de Fr ). Mais ils oublient ou cachent le fait que les coûts principaux viennent des soins psychiatriques et psychologiques graves, souvent pour toute leur vie, des femmes blessées par la mort de leur enfant, dont un pourcentage tombe dans la folie ( à charge pour tourte leur vie ) ou dans des dépressions chroniques ( Total des soins pour toute la Suisse à plusieurs centaines de millions de francs). A contrario, un enfant donné en adoption ne crée pas de problèmes graves car la mère naturelle sait qu’il est vivant.

Nous sommes actuellement tous obligés, dès la naissance, de payer chaque mois des sommes de plus en plus élevées pour des “soins” horribles, à des assurances qui doivent payer les avortements ( loi de 1942, passée en douce au milieu de la guerre) et risquer leurs réserves à la bourse; nous sommes contraints, sous peine de prison (sic) ou d’amende ( pas d’objection de conscience permise), de payer des soins qui n’en sont pas, soit par exemple les traitements très coûteux pour transformer le sexe et le maintenir chaque mois dans un état artificiel et contraire à la nature ( par exemple faire pousser des seins à des hommes qui désirent être des femmes), l’avortement tellement banalisé (50 000 par année) à au moins Fr 2000.- par cas, soit un minimum de 100 millions de Fr par année, sans compter les suivis psychologiques et psychiatriques des personnes impliquées, qui coûtent chaque année des montants toujours plus élevés, ou aussi la drogue et autres abus, ( faire payer les primes complémentaires des riches par les pauvres).

Les avorteurs mentent pour gagner beaucoup d’argent, leurs chiffres sont faux, leur cynisme absolu, leurs valeurs négatives, ils détruisent la Suisse qui n’a plus d’enfants.

L’amour de l’argent est la racine de tous les maux.


Traduction »
Aller à la barre d’outils