Le salon du livre se penche sur l’IMP



https://drive.google.com/file/d/17abl-qGN0T0b0slGZDC9bBIB4d578Q-Y/view?usp=sharing



Quand le Salon du livre se penche sur l’IMP, il y a forcément à commenter, surtout que ce sont les Beaux-parleurs. 


Je viens d’écouter votre émission enregistrée sur le Salon du livre le 29 avril dans lequel vous abordez et discutez avec vos invités au sujet de l’initiative Monnaie Pleine.
L’initiative n’est pas compliquée contrairement au sujet opaque et secret qu’elle traite : la monnaie.
Pour comprendre cette initiative, je vous invite à consulter la réponse du Conseil Fédéral à l’interpellation parlementaire suivante : https://www.parlament.ch/fr/ratsbetrieb/suche-curia-vista/geschaeft?AffairId=20123305

Vous y trouverez quelques éléments pour comprendre les raisons de l’initiative Monnaie Pleine tel que ces extraits:

  • LA 1er PHRASE CLE: L’argent au sens du droit constitutionnel ne comprend pas la monnaie scripturale des banques
  • LA 2eme PHRASE CLE: La croissance des substituts monétaires est laissée à la libre appréciation des marchés, conformément à la conception du secteur privé ancrée dans la Constitution.
  • Les moyens de paiement ayant cours légal font l’objet d’une énumération exhaustive à l’article 2 de la loi fédérale sur l’unité monétaire et les moyens de paiement (LUMMP).
  • Etant donné les différences de solvabilité des établissements gérant des comptes, les avoirs à vue auprès des banques ne jouissent pas des caractéristiques des dépôts auprès de la banque centrale: la standardisation et la fongibilité.
  • Contrairement aux moyens de paiement légaux, nul n’est tenu d’accepter la monnaie scripturale des banques
  • L’article 2 LUMMP précise que les moyens de paiement légaux sont les espèces métalliques, les billets de banque et les avoirs à vue auprès de la Banque nationale suisse (BNS).
Dans le document « Message concernant une loi fédérale sur l’unité monétaire et les moyens de paiement (LUMMP) », nous pouvons également lire :
  • Point 214 : La monnaie scripturale des banques n’est pas un moyen de paiement ayant cours légal
  • Page 27 : Est considéré comme de l’argent au sens des dispositions mentionnées tout moyen de paiement désigné comme porteur de valeur par un Etat reconnu en droit international ou par une instance habilitée par ce dernier
La monnaie légale de notre pays est créée exclusivement par la Confédération. C’est l’article 99 alinéa 1 de la Constitution Fédérale. La BNS a reçu par mandat le monopole de l’émission des billets de banque et la loi sur l’unité monétaire et les moyens de paiement (la LUMMP) lui confère la légalité de sa monnaie scripturale.
L’initiative Monnaie Pleine veut que les gens, les entreprises et les administrations aient accès directement à la monnaie légale du pays (art 99 al. 5 du texte soumis à votation). Directement signifie que nous ne seront plus obligés d’utiliser les incontournables substituts monétaires des banques commerciales qui ne sont rien d’autre que de la dette exigible et soumis à intérêt contrairement à la monnaie légale de notre pays qui est une monnaie souveraine (dette non exigible sans intérêts).
L’initiative Monnaie  Pleine veut, sous réserve de conformité avec le mandat légal de la BNS, que soient reconnus comme « autres moyens de paiement » les substituts monétaires des banques commerciales tout comme les point coop ou cumulus, les chèques Reka, les ticket restaurant, etc… qui légalement ont actuellement la même valeur juridique : des produits créés par des privés.
L’initiative Monnaie Pleine veut que les crédits octroyés par les banques commerciales soient accordés en monnaie légale du pays.
La monnaie légale, c’est cette monnaie qui permet de s’acquitter d’une dette d’argent au sens de l’article 84 du code des obligations.
Je serai ravis de vous apporter plus d’élément sur les conséquences de cette initiative, notamment en ce qui concerne la stabilité du système financier, le transfert des pouvoir de la BNS vers le parlement, etc…
Vous pouvez me contacter librement sur mon mobile au +41797065117

Pour résumer l’initiative Monnaie Pleine, c’est comme obliger la ceinture de sécurité pour les conducteurs et les passagers. Ça n’empêche pas les accidents mais ça sauve des vies.
Dans l’attente de votre contact, veuillez croire, Monsieur en l’expression de mes sentiments les meilleurs.
David Vincent
Président du comité genevois « Monnaie Pleine »
Tel : +41797065117
eMail : impge@bluewin.ch
PROCHAIN EVENEMENT : 1er mai 2018 – Stand Monnnaie Pleine au parc des bastions, Genève
“Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire.”

Albert Einstein

Début après 7’30”, durée 10′

Votre commentaire peut être envoyé à jonas.schneiter@rts.ch

Bonne journée 

Roland

Roland Leimgruber
Attaché de presse Suisse romande
078 776 21 42
rl@rlcommunication.ch


Vidéo avec les discours complets en français de MM François de Siebenthal et Gérard Foucher à la BNS ce vendredi après quelques minutes, patience, merci.
Bizarrement supprimé sur le canal officiel de la BNS en direct, panne technique ???
Possible maintenant avec
https://snb.ch/fr/ifor/media/id/webtv-event?event=WfeEFmEOpdFDnUtk2Ge70w  à voir seulement avec internet explorer, voir vers la fin dès 2h40







Défendons la Suisse dans cette guerre économique




«Monnaie pleine»: le patron de la BNS malmené par les forces vives suisses qui résistent aux mondialistes !

Thomas Jordan a été pris à partie par des partisans de l’initiative lors de l’assemblée générale de la Banque nationale suisse à Berne.



Les partisans de l’initiative «Monnaie pleine» s’en sont pris à Thomas Jordan lors de l’assemblée générale de la Banque nationale suisse (BNS) vendredi à Berne. Ils reprochent au président de la direction son manque de neutralité dans la campagne liée à la votation du 10 juin.




«Monsieur Jordan, vous abusez de votre fonction et intervenez dans cette campagne de façon partisane», a lancé un actionnaire de la BNS. Il a ajouté: «Monsieur Jordan, vous devez choisir entre votre fonction et un rôle politique».


Thomas Jordan a répondu à cette critique: la BNS ne commente pas la politique fédérale mais quand «elle est directement concernée, elle a le droit et le devoir d’informer la population, un droit dont nous ne nous privons pas».


Distribution de tracts


François de Siebenthal, un autre partisan de l’initiative «Pour une monnaie à l’abri des crises: émission monétaire uniquement par la Banque nationale!», dite «Monnaie pleine», est intervenu pour essayer de convaincre les actionnaires présents. Il estime que le fossé entre pauvres et riches s’agrandit. «On marche sur la tête».


Pour ce membre vaudois de l’Association des actionnaires actifs positifs (AAA ) de la BNS, les Suisses doivent garder le contrôle de leur monnaie et éviter qu’elle ne serve à enrichir certains grands groupes financiers, «des ogres, mangeurs d’enfants».







La fontaine de l’Ogre, appelée en allemand Kindlifresserbrunnen, est une fontaine située dans la ville suisse de Berne, près du casino Kursaal, où se déroulait l’AG de la BNS

Outre leurs interventions à la tribune, les partisans de l’initiative «Monnaie pleine» ont distribué des tracts et ont arboré des badges en faveur d’un oui le 10 juin. (ats/nxp)





Créé: 27.04.2018, 15h01



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »