Luttes exemplaires. Divorcée de force par l’Etat de Genève !


GROUPEMENT  BÉNÉVOLE  SANS  FRONTIÈRE.

En haut de page, nous exprimions nos regrets de ne pas nous être adressés à l’étude Marc Bonnant & Cie, sise à Genève pour appréhender le dossier de Mme Y, qui nous ne le dirons jamais assez, nous concerne tous, la maladie mentale de nos conjoints servira aussi à nous divorcer par démarchage des Cours de justice civile auprès de nos conjoints malades et séniles. Ces regrets ayants été suscités par le renoncement de Me Bonnant à défendre les intérêts d’un ancien collaborateur de l’étude frappé par un double AVC qui aurait pu amener cet avocat à commettre un acte irréparable, heureusement tel n’a pas été le cas dans les faits. Nous n’écartons pas le choc psychologique que peut ressentir celle qui aurait pu y laisser la vie ou celle qui se voit écartée à dessein du bon fonctionnement institutionnel pour dol avéré. Nous avions vu alors dans cet abandon de mandat, une éthique remarquable, exceptionnelle, les onze membres de notre commission citoyenne, n’y auraient vu aucune objection à ce que cet avocat soit défendu par des confrères de l’étude, où il était associé.

Et nous avons un exemple des juges genevois qui bien que collègues du mari de Mme Y.pendant de nombreuses années toute hiérarchie respectée, n’ont pas hésité à l’éconduire pour incapacité à tenir son poste de travail en 1992 le discernement aboli du malade en étant la cause, suite au diagnostic du syndrome de Korsakoff en 1990, puis à se rendre à son domicile, pour lui faire signer une demande unilatérale en divorce.

Ce caractère unilatéral étant illégal, tous les contrats privés se modifient à la demande des intéressés et non par des juges qui ont ensuite diligenté, instruit, adopté un arsenal juridique et judiciaire adapté à la fin qu’ils orientaient, divorcer le couple, pour que l’épouse se voit confisquer sa retraite. Le contrat faisant d’Elle une femme divorcée par volonté de l’Etat, ne lui a même pas été présenté à signer, il est dès lors certain qu’il est caduc et nul.

La fin a justifié les moyens.

C’est en toute connaissance de la propension de cette étude à défendre le offshore, plutôt que les salaires de la classe moyenne, que nous avons contacté Me Marc Bonnant qui nous a répondu par l’adresse de Mme Y. sa réponse ne nous convainc pas au point que nous nous demandons si nous ne devons pas déposer une plainte pénale contre La Cour supérieure de la magistrature pour que tous ses membres voient le conflit d’intérêt, que Me Bonnant invoque son appartenance à cette juridiction pour ne pas défendre Mme Y. dont lui aussi connait la déchéance de son mari, alors que tous les autres membres de la dite juridiction sont de juges présents à tous les échelons de la procédure et pour certains il se tutoyaient. Merci pour le conflit d’intérêt. Nous savons aussi, ce dossier nous l’a appris, que la classe moyenne n’a aucune valeur dans la vista judiciaire et que nous sommes fatigués mais pas usés de faire appel à une justice inexistante, qui offense cette classe.

Nous avons atteint la certitude, que si nous voulons exister, nous devons créer le parti de la classe moyenne au niveau Suisse et Européen et pourquoi pas mondial? … pour établir un ordre judiciaire conforme avec les Etats de droit.

Alors comment aurions pu nous émouvoir qu’une étude défende les intérêts de cet ancien confrère quand des juges n’ont aucun a priori dans le conflit d’intérêt qu’ils exploitent allègrement. En refusant en plus de présenter des pièces que la justice à émises, elle fait du déni de justice.

————————————————————————————————————–

Nous nous sommes réunis en Finlande pour notre assemblée plénière de printemps, nous avons été accueillis avec une grande sympathie, de la part des bénévoles du nord. Nous nous réjouissons à notre tour d’être leurs hôtes.

L’ordre du jour avait été fixé en automne, il a été nourri en plus par des conférenciers invités par des bénévoles, à se prononcer sur la justice civile et pénale en Suisse et dans l’Union Européenne.

En début de séance, l’ un de nos invités, commissaire au Conseil de l’Europe, tient à préciser que l’article 6 qui fait l’entête, de notre intervention sur le web, fait aussi référence à l’étude d’un avocat connu pour être de la gauche genevoise, et qui a refusé le mandat de défense de Madame Y. Cherchez l’erreur. Je reprendrais volontiers la parole, si vous me la donnez dans le courant de la journée a-t-il poursuivi en prenant possession de son siège réservé aux invités. Des bénévoles ont décidé de répertorier ce qui s’est dit pendant ce congrès, ils ont obtenus l’aval de l’assemblée. Nous remercions les nombreux interprètes qui ont permis aux huit langues de s’exprimer, de s’écouter et de s’entendre.

Voici le compendium de la journée.

Nous avons écouté plusieurs conférenciers, invités par nos bénévoles, voici le deuxième à s’être exprimé.

C’est avec un grand choc que je prends connaissance du fonctionnement de la justice suisse et au vu des réponses, soit de la CEDH et de la Cour pénale du Luxembourg, des Cours de justice européennes. Je suis actif dans les droits humains et je ne tolère pas qu’une Cour de justice civile dont les juges connaissent le discernement aboli de leur ancien collègue, aillent heurter à sa porte pour lui extorquer une signature unilatérale en divorce afin que son épouse ne touche pas la retraite de son mari, économisée avec vaillance pendant quatre décennies, paritairement avec l’Etat, pour justement répondre au besoin qui met à l’abri l’avenir de Madame, qui a consacré sa carrière à l’éducation des deux enfants et du mari malade alcoolique, puis diagnostiqué atteint du syndrome de Korsakoff. C’est évidemment des milliers de divorces qui sont programmés en Suisse et dans l’UE, par cette ingérence judiciaire, cette absence d’avocats et cette coalition entre les pouvoirs. Nous devons concevoir le parti politique suisse et européen, pour contrer ce fonctionnement qui doit être poursuivi pénalement d’office, nous le créerons.

En troisième passage, nous avons entendu des spécialistes en informatique US, qui nous ont démontré et prouvé que des logiciels en fraude des urnes existaient bel et bien et malgré nos mines dubitatives, nous ont convaincu, par l’évidence.

Comme d’habitude l’après-midi a été réservé aux bénévoles qui souhaitaient s’exprimer sur les sujets diversifiés, avec une obligation de faire court et de ne pas obtenir de suite une réponse, quand il y a question. Nous en faisons un résumé.

1 Le peuple doit toujours être considéré comme le patron en Démocratie, il n’y a pas d’autres façon d’en faire sa lecture, c’est loin d’être le cas, nous devons y remédier.

2 Avec la répudiation à la suisse, la classe moyenne va à sa contrainte de repourvoir des divorcés d’Etat et pourquoi ne pas pousser le motif égoïste jusqu’à son élimination par l’euthanasie active, suicide assisté, ce sont des bons moyens pour ne plus verser les retraites…

3 Contrat civil modifié sans la demande et la signature des intéressés, c’est beaucoup de manquements pour une Démocratie.

4 Nous devons mettre à jour nos droits fondamentaux et possibilité d’une class action quand des milliers de personnes divorcées par l’Etat ont perdu leur état civil pour en corollaire les priver de leurs retraites.

5 Un Etat démocratique ne doit pas menacer nos libertés.

6 L’Etat qui vole nos retraites? Appel au secours les syndicats.

7 Le divorce doit être demandé par une requête commune des deux époux, mais pas par des juges et celui du couple qui ne sait plus qu’il est marié.

8 Nous avons bessoin d’un parti qui ne revient pas sur nos acquis, pour en donner à ceux qui en ont déjà beaucoup.

9 Ce dossier est une violence faite aux aînés.

10 Ce dossier met en exergue, les écoutes téléphoniques sont présentes à l’encontre des citoyens corrects et inoffensifs, pour assouvir la vengeance de juges à qui on a demandé que la loi s’applique = un procès équitable.

11 Ce dossier ne serait-il pas le résultat d’une association criminelle en bande organisée ?

12 Des juges qui connaissent le verdict avant le procès, c’est odieux.

13 Mais où sont les commissions d’éthiques ?

14 L’Etat qui s’impose dans la vie privée des personnes âgées, fait de l’âgisme, c’est intolérable.

15 La constitution est la base d’un Etat de droit. Permettre à des juges d’appliquer de la proportionnalité dans une décision judiciaire, nous arrivons à ce qu’ils se sentent investis du droit de diligenter des procédures civiles sans y avoir été invités par les justiciables.

16 L’application du droit, des lois, doit être effective pour tous.

17 Permettre à des juges de pratiquer le droit à la bonne franquette, c’est ouvrir le droit à l’abus de pouvoir, c’est ce que nous fait vivre ce dossier.

La Cour Européenne des Droits de l’homme accepte 1,6 % des dossiers qui lui sont présentés, est-ce des dossiers suisses ou de toute l’union ?

18 Si l’U E ne se sent pas concernée par l’abus de faiblesse excercé par un Etat, sur une personne qui n’a plus ses facultés mentales, alors nous comprenons pourquoi si peu de cas sont résolus par Elle.

19 Notre Groupement social confirme ses conseils à la classe moyenne suisse et celle faisant partie de l’UE, de ne pas saisir le pouvoir judiciaire qui fait ami-ami avec les avocats. Cette classe moyenne n’a aucune chance de voir l’article 6 de la convention de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales être appliqué à sa cause.

20 Au vu du logiciel que nous ont montré des experts en informatique, le Groupement recommande de ne pas aller voter, élire, tant que nos représentants ne nous apportent pas la certitude que chaque voix compte du côté où l’électeur l’a orientée. Tant que le vote blanc n’est pas considéré comme un vote protestataire ou simplement un vote, parce que je ne suis pas assez informé et qu’il est acheminé souvent au plus offrant, c’est à dire à ceux qui ont fait le plus de voix.

21 Les étrangers doivent impérativement renoncer à visiter la Suisse, si ils font partie de la classe moyenne, il n’est pas improbable qu’ils voient un contrat civil être modifié par le pouvoir, sans que l’Etat de Droit intervienne.

22 C’est oui à un parti observateur des droits de l’homme et rapidement svp.

Le Commissaire européen a donné ses informations sur les travaux au Conseil de l’Europe, il nous dit ce que nous soupçonnions, l’U E étant conditionnée par les Etats-Unis et les lobbys veut faire disparaître les paysans pour importer des Etats-unis et ce sont les lobbys qui font la politique à Bruxelles et non des politiques qui travaillent pour les peuples. Il les encouragent a “reprendre leurs billes et les faire rouler eux-mêmes”.

23 Ce dossier est nettement une escroquerie, les auteurs doivent être jugés par une instance citoyenne qui seule aura la faculté d’être impatiale.

24 C’est ahurissant dans une Démocratie, les gens ont peur d’entrer à l’Hôpital de crainte d’être euthanasiés, ce qui est probable, le motif égoïste peut aller très loin, nous l’avons vu dans ce dossier, la fin ayant justifié les moyens, pour de l’argent. C’est grave et inacceptable. Des ordres donnés à des médecins seront forcément exécutés, ni vu ni connu. Nous vous conseillons l’excellent livre de Henri Siegenthaler chez Cabédita : Serons-nous tous euthanasiés?

25 Mes potes et moi avons suivis les dernières votations en Suisse, qu’elle ne fut pas notre stupéfaction de voir des juges monter au créneau, pour défendre leurs droits à juger en proportionnalité du délit, ce qui veut dire, dix juges dix proportionnalités différentes. L’Etat de droit de droit, c’est le droit et les lois appliqués à chacun sans discernement de sa classe sociale, ce que permet les jugements à l’appréciation judiciaire et qui fait souffrir de nombreux justiciables. Un nouveau parti doit y remédier.

26 Les caisses de l’Etat sont vides au point que les partis politiques ont rétabli la répudiation illégale dans un Etat de droit, pour que l’Etat décide à la place des citoyens quand ils doivent divorcer, afin que les conjoints d’un malade mental, ne touche pas sa retraite. Honte à la Suisse, mais pas à ses citoyens qui réagissent et mettent des limites à l’accueil des millions de malheureux, qui ont le droit de vivre chez eux, nous les y aiderons en contrôlant les coopérations qui seront suivies jusqu’à leurs destinataires.

27 Un parti politique devra mettre un terme au grand n’importe quoi que nous vivons. Il dira non à l’écornage des bovins, ce qui est une normalité et non un moyen de rémunération des propriétaires qui veulent bien s’y soumettrent.

28 Mais où sont les socialistes dans ce dossier? et les syndicats?

29 Il n’est plus acceptable que la justice demande des faits nouveaux quand elle n’a pas établi ordonnance, arrêt etc. sur les faits existants.

30 La justice c’est un Droit citoyen, si elle n’est pas rendue correctement par des professionnels du Droit, le peuple doit la rendre lui-même, il a au moins le bon sens et la morale, en forte absence dans le dossier sus-mentionné.

31 Je me réjouis de voir un nouveau parti s’activer pour les peuples, j’éspère qu’il mettra un terme à ces embrassades spectaculaires, qui font plus copinage et dépendance, qu’empathie et correction envers les citoyens.

34 La Démocratie, nous l’avons appris à l’école, est un système politique qui travaille pour le peuple! Donc elle n’a pas besoin de lanceurs d’alertes, mais quand cette Démocratie fait défaut, qu’elle cache des faits aux peuples, qu’elle les fiche, qu’elle les met sur écoutes téléphoniques, qu’elle met en place une traçabilité citoyenne sans lien avec le terrorisme, qu’elle les trahis par inadaptation des institutions à l’Etat de droit, il relève de l’autorité citoyenne à dire les faits dans le but de les changer. Les lanceurs d’alertes doivent être chaleureusement remerciés et protégés par les Etats sous régimes démocratiques. Un nouveau parti aura du crédit, que si il les accueillent avec bienveillance.

35 Les Droits de l’homme nes sont pas mieux respectés dans les pays où l’on en parle beaucoup, c’est même plutôt le contraire.

En Suisse, le droit veut qu’un assassin reconnu, bénéficie de deux avocats commis d’office, c’est l’Etat qui s’acquitte de leurs honoraires. Il peut émettre le voeux de la prison du pays où il veut être incarcéré. Dans notre dossier, le droit civil qui a été appliqué par les juges, qui ont été des collègues, des décideurs de congédier le mari de Madame Y. ceux qui ont heurté à sa porte pour lui extorquer une signature unilatérale en divorce, bien que connaissant sa lucidité abolie, ils ont été les instructeurs de la procédure, les mandants d’un avocat pour son mari, se substituant à lui. Nous avons vu aussi les mêmes Magistrats siéger à la Cour supérieure de la magistrature. Cette Cour est créée pour que les justiciables la saisissent quand ils ont été malmenés par des juges. Hors retrouver les mêmes juges dans cette juridiction qui ont fomentés la procédure, c’est du délire. Vont-ils s’auto- fustiger? non bien sûr et pas un avocat pour défendre les intérêts de Mme Y. même si elle les auraient elle-même rétribués. Vive la Suisse.

36 Il faut mettre un terme à l’exploitation des personnes vulnérables, sur tous les plans, judiciaires, assurances maladie, emplois etc.

37 Dans la patrie des Doits de l’homme on respecte les procédures. Si les peuples doivent construirent le parti qui les respectent, il ne faut pas procrastiner.

38 Il faut être clairs dans cette histoire, des juges et des avocats ont trahis leurs devoirs d’indépendance, il faut coffrer tout ce joli monde et organiser un procès géré par le peuple.

39 Le parti de la classe moyenne, il fallait y penser. Bravo.

40 Cette procédure dégrade l’image de la justice. Il faut redéfinir l’ Europe et ses institutions, sans cela l’Europe est morte.

41 La fraude aux détachements des salariés, c’est la mort des PME.

42 Nous aussi nous voudrions faire confiance à tous les patrons, malheureusement la vénalité de certains d’entre eux doit inciter l’Etat à les contrôler.

43 Un nouveau parti doit mettre en place un suivi des patrons qui délocalisent leurs comptes, leurs entreprises, pour motifs égoïstes. Il faut les laisser partir, par contre pour rentrer au pays, il faudra montrer patte blanche.

44 La justice n’est pas un Etat dans l’Etat, toutes les audiences judiciaires doivent être ouvertes au public, sauf si une commission citoyenne permet dans de rares cas de préserver l’intégrité d’enfants.

45 Le rôle des magistrats est d’appliquer les lois, pas de les détourner.

46 ….heurter aux portes des malades mentaux pour en obtenir avantage, c’est déjà moche pour un simple citoyen qui le ferait, mais quand ce sont des responsables judiciaires, alors je tombe.

47 Créer un parti qui protège les vulnérabilités, pas qui en profite.

48 Ce parti devra exiger que l’Etat applique les lois avec le même empressement pour chacun d’entre nous.

49 En ma qualité de bénévole aidant des cas de justiciables lésés par les pouvoirs, je remarque qu’ils attendent l’usure psychologique des recourants pour qu’ils renoncent à faire valoir leurs droits. Il faut que cela change.

50 Il ne faut pas rêver entrer dans un parti en vue , c’est l’assurance de ne rien pouvoir changer.

51 En Démocratie, il ne doit pas avoir de carrière politique, mais des passages en politique.

52 Si L’Europe ne veut pas revivre des guerres de religions fraticides, elle doit renoncer à faire l’autruche et se cacher derrière les mots laïcité ou séparation entre Etats et religions, pour éviter de s’engager concrêtement à ce que l’Europe se déchristianise.

53 Le Conseil de l’Europe est-il un défenseur des droits de l’homme? nous en doutons, au vu des réactions de ses cours de justice, (voir pièces annexes).

54 Voilà le but prévu pour anéantir le service public en Europe, on pille les caisses publiques, on laisse faire les fraudes fiscales pour certains on accuse les personnes de devenir âgées, alors qu’elles ont payé la recherche à les faire vieillir, le partenariats publics privés voient les bénéfices pour les premiers et les dettes pour les autres. Finalement ceux qui nous gouvernent qui adhèrent à ce processus mettront les peuples devant le fait accompli. il n’y a plus d’argent pour les services publics et tout sera privatisé, les citoyens seront des laquais des vassaux des gens friqués.

55 Si les Démocraties qui ont mis des siècles pour évoluer sensiblement, ne veulent pas régresser avec la suppression des services publics, les peuples doivent réagir et vite.

56 Les commerçants doivent s’opposer à ce que nous clients, soyons contraints à ne plus pouvoir boire notre café du matin sans que le mouchard carte de crédit soit transmis au pouvoir. Nous nous organiserons pour le boire chez nous, chez des amis, à l’abri des mouchards, notre café croissant. Que l’on ne s’y trompe pas, on ne nous bernera pas en nous disant qu’il n’y aura pas de transmission à des tiers, parce que maintenant, nous n’y croyons plus.

57 Sur le même sujet, des bénévoles nous ont informés avoir renoncé à leurs abonnements des chemins de fer et voyager beaucoup moins par ce mode de déplacements, depuis qu’une carte espionne leur était imposée et personne ne croit que l’effacement des données sera effective. Le dossier judiciaire ci-dessus a des répercussions insoupçonnées sur la crédibilité de toutes les institutions.

58 Comptes offshore ou c’est légal et tous les pays peuvent s’y prêter, ou ce n’est pas légal et tous les endroits qui les accueillent doivent cesser cette patique.

59 Un parti politique doit redonner de la morale et de l’honneur à la justice et à ceux qui la pratique et défacto aux consommateurs de l’institution.

60 Un nouveau parti politique doit mettre un terme à la complexité, souvent voulue, des procédures. La justice doit être comprise par chacun.

61 Plus vous incitez les consommateurs à manger de la viande, moins nous en avons envie. Si vous voulez inverser tant soit peu la donne, il faut assurer celui qui en mange que ces animaux de rentes sont nourris avec des matières saines et ils veulent une traçabilité et des abattages décents. Si un animal n’est pas une personne, il n’est pas moins un être qui vit, qui ressent la douleur et qui a du sentiment. Nous avons des témoignages qui nous le confirment et qui nous disent qu’ils privilégient les petits élevages.

62 Le dossier qui nous occupe a mis en exergue l’absence de responsabilité judiciaire. Les organes de contrôles, de tutelles existent dans le droit et les lois, mais sont aux abonnés absents, quand il faut qu’ils agissent, c’est ce qu’un nouveau parti devra combler. C’est ce que nous attendons de lui.

63 Nous comprenons tout, quand nous voyons socialistes et libéraux radicaux, voter ensemble et dire cinq fois non aux objets soumis à votations en Suisse et en juin prochain. Regardez la photo de famille dans le quotidien ” Le Matin” du 5 avril courant, page 4 et 5.

64 En ma situation de suissesse de l’étranger et ayant toujours voté libéral et ensuite libéral-radical, je suis consternée de constater que mon parti a mis en place des juges qui volent nos retraites. Plus jamais je ne voterai.

65 Nos dirigeants font du offshore, par conséquent ils affaiblissent l’Etat en détournant les fonds publics, ce sont eux qui nous diront; les caisses sont vides, il faut tout privatiser.

66 Ils nous vendent aux privés, peuples défendons-nous. Nous vivons une révolution pire qu’en 1968.

67 La commission du dossier no 29 mis en ligne en haut de page, répond en bloc à ceux qui nous posent la même question. Non nous ne voulons pas organiser des marches citoyennes en Europe pour défendre ou retrouver nos droits fondamentaux, se marier ou divorcer sans ingérence de l’Etat, à un droit effectif à un procès équitable et l’application de l’article 6 de la convention à toute la classe moyenne. Par contre elle encourage tous les indignés de Suisse et d’Europe à se constituer en parti politique, marchant ensemble vers l’équité mondiale. Nous soutenons nos bénévoles à qui oeuvrent à cette option.

68 Les suisses ont voté récemment sur une initiative de l’UDC, quelle ne fut pas notre stupeur d’entendre des juges en activité, s’opposer au texte afin de défendre leur job de pouvoir décider d’une certaine proportionnalité, ce qui permet à la justice d’appliquer des lois ou pas, selon que le justiciable est riche ou misérable, selon que c’est un élu, qui s’en sortira toujours avec un non-lieu ou un sursis et souvent avec des indémnités que le peuple ne comprend pas, bien que ce soit lui qui les financent. Le nouveau parti citoyens devra empoigner ce problème anticonstitutionnel étant donné que la séparation des pouvoirs ne permet pas cette intrusion judiciaire dans la politique et aucun parti s’en est ému.

69 La justice démocratique refuse la légalité dans ses procédures.

70 Nous disons non à la révision sur l’asile en Suisse parce qu’aucun avocat a accepté de défendre le dossier de Mme Y. alors qu’elle payait elle- même les honoraires. Nous n’allons pas par nos impôts offrir des avocats d’office à tout le monde. Une commission citoyenne neutre, hors parti, sans dépendance à une société, décidera qui peut en bébéficier. D’ailleurs toutes les commissions que le parti mettra en place auront les mêmes prérogatives. Indépendance, le maître mot.

71 Le non respect des Droits humains en Suisse doit cesser, le nouveau parti en sera l’observateur.

72 Je ne démissionnerai pas nous disent les corrompus, les peuples doivent se donner les moyens de destituer rapidement celui qui est reconnu comme tel, par des commissions citoyennes.

73 Un nouveau parti doit penser à nos santés et ne pas permettre que les consommateurs deviennent les otages des lobbys et des agglomérats de pesticides et autres chimies en cumul, cancérigènes, autismes et multi-maladies.

74 Des juges ont compromis leurs engagements d’indépendance, ils doivent être sanctionnés.

75 L’économie veut une société de moins en moins humaine, un nouveau parti doit y remédier et ne pas permettre l’euthanasie de la classe moyenne, elle est programmée, le divorce par l’ingérence de l’Etat pour motif égoïste en est les prémices. Non je ne fais pas du déplorable alarmisme, mais de la clairvoyance.

76 La culture forme le discernement, l’éthique la morale plus que des années d’université que font des juges, c’est pourquoi une commission citoyenne qui a atteint cette culture peut dire à un juge, -Vous ne faites pas celà.

78 Dans n’importe quelle Démocratie une enquête institutionnelle devrait être ouverte, surtout si ce sont des juges qui font une erreur institutionnelle.

79 La Suisse, mais aussi l’Europe réactualisent la répudiation, mais ce n’est pas l’un des époux qui la fait valoir, mais c’est l’Etat pour motif égoïste, pour la même raison l’euthanasie active va obérer les classes moyennes.

80 La libération des marchés est une catastrophe pour tous.

81 Des soins médicaux non rentables, quand on entend cela on entend tout.

82 Un médiateur ne peut rien faire contre des juges qui ne veulent pas appliquer les régles de la constitution.

83 A vous l’élite d’aujourd’hui votre vieillesse vous remettra vous aussi en position de faiblesse, ce n’est pas votre grosse retraite qui vous protégera des agressions d’où qu’elles viennent                                                                                 

                                                                                                        
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                        

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »