Monnaie-pleine & usure


Grâce notamment à monnaie-pleine, il est maintenant admis que les banques commerciales créent de la monnaie du néant, donc si on applique le ratio de Bâle Mac Donough par exemple, le taux d’intérêt sur le “vrai” “capital” est donc de plus de 300 % par année, si ce n’est pas de l’usure condamnable, qu’est-ce ?


La monnaie vient trop souvent du néant, la contre-partie, c’est vous. Dans le monde actuel, la monnaie ne vient donc ni de fonds propres des banques, ni de réserves, ni de la banque centrale, ni de nulle part. Les taux d’intérêts sont donc infinis en monnaie-pleine ou énorme si une petite miette de vrai argent était affecté à titre de ratio de Bâle, des taux usuriers de plus de 300 %, sic, trois cent pour cent….
Maurice Allais, prix Nobel, parle de fausse monnaie, resic.
A ce propos, ses amis nous invitent à l’assemblée nationale française ce 24 mai, une première historique. http://desiebenthal.blogspot.ch/2018/05/invitation-lassemblee-nationale.html

Création et destruction monétaires : « (…) C’est le principe fondamental de la création monétaire : si je fais un crédit papier de 100 et si je sais qu’une grande partie de ce crédit reviendra chez moi banquier, je peux multiplier le crédit bien au-delà du stock d’or dont je dispose. (…) Le mécanisme est décrit dans l’adage : « les prêts font les dépôts ». Le crédit fait les dépôts, il fait l’argent. Et non l’inverse !



Avis à ceux qui croient que l’épargne fait l’argent. Quel contresens !



(…) Mais la vraie garantie de la création monétaire, c’est l’anticipation de l’activité économique et de la croissance démographique, du cycle production consommation en croissance. Encore faut-il que cette anticipation soit saine : toute création monétaire débouche sur une destruction monétaire équivalente. Mais voilà que la démographie commence à s’écrouler !


Europe, l’hiver démographique se confirme.






Des dettes exponentielles toujours plus lourdes sur de moins en moins d’épaules

L’hiver démographique se confirme partout.
De plus en plus de dettes exponentielles sur de moins en moins d’épaules… une situation explosive… presque partout… surtout en Europe …


Démographie: la proportion de femmes sans enfant ne cesse d’augmenter en Europe, surtout dans les pays catholique du Sud…


La proportion de femmes sans enfant ne cesse d’augmenter en Europe, plus particulièrement dans les pays du Sud qui “cumulent des difficultés” notamment économiques, … confirme ce mercredi 11 janvier 2016 une étude de l’Ined.



…  la fécondité n’a cessé de baisser, souligne l’Institut, atteignant des niveaux très bas en Europe: 1,7 enfant en moyenne pour les femmes nées en 1974.


“Une contraception efficace, une arrivée des enfants plus tardive, une instabilité plus grande des unions, le souhait d’avoir avant tout un emploi alors qu’ils sont de plus en plus instables et l’incertitude économique croissante” ont pu favoriser cette infécondité, analyse-t-il.


C’est en Europe du Sud – jusqu’à une femme sur quatre née dans les années 1970 pourrait rester sans enfant en Espagne, Grèce et Italie – que le taux d’infécondité a progressé le plus rapidement.


Dans ces pays, qui cumulent “des difficultés sur le marché de l’emploi” et “des inégalités de genre encore très marquées qui rendent difficile la conciliation entre travail et famille”, ce taux devrait encore augmenter, frôlant le pic atteint après la Première Guerre mondiale, prédit l’institut.


http://www.ined.fr/fr/publications/population-et-societes/femmes-sans-enfant-pic-en-europe/



François de Siebenthal: Monde, l’hiver démographique :

desiebenthal.blogspot.com/2010/03/monde-lhiverdemographique.html



18 mars 2010 – L’inventeur de l’expression « hiver démographique » est quant à lui le recteur Gérard-François Dumont, directeur de la revue Population et …


Europe, l’hiver démographique

https://books.google.ch/books?isbn=2825100056
1989 – ‎Europe

La création de l’Institut Suisse de Démographie et de Développement, ISDD, dont … François Geinoz François de Siebenthal Michel Tricot Préface par Philippe …


** Europe, l’hiver démographique se confirme. Démographie: la …

https://plus.google.com/117421548238726599207/posts/4693uZT5moU

Il y a 10 minutes – Europe, l’hiver démographique se confirme. Démographie: la proportion de femmes sans enfant ne cesse d’augmenter en Europe, surtout dans les pays …


(…) Nous percevons mieux la nature de la monnaie : des dettes (des créances sur la banque émettrice) qui circulent. Des dettes qui, si elles sont saines, doivent, par l’activité économique, provoquer leur remboursement. Aujourd’hui, la monnaie est détachée de tout support matériel, on peut en créer à l’infini. »


Bernard Maris, Anti-manuel d’économie, éd. Bréal, oct. 2003, p. 219


Grâce notamment à monnaie-pleine, il est maintenant admis que les banques commerciales créent de la monnaie du néant, donc si on applique le ratio Mac Donough par exemple, le taux d’intérêt sur le “vrai” “capital” est donc de plus de 300 % par année, si ce n’est pas de l’usure condamnable, qu’est-ce ?


voir les pages 32,33 et ss. de La Guerre des gloutons par Rémy Meneau

http://desiebenthal.blogspot.ch/2018/05/avantages-de-monnaie-pleine.html


Une autre forme d’ usure vorace: le subtil super-mécanisme …

desiebenthal.blogspot.com/2015/09/usure-vorace-le-subtil-super-mecanisme.html

8 sept. 2015 – Mais parmi tous les mécanismes concentrationnaires, il en est un plus subtil et plus puissant, dont l’ignorance était quasi totale il y a trente ans [1]. Aussi suis-je bien obligé de l’exposer en détail. C’est le mécanisme bancaire qui multiplie les méfaits de l’usure et du crédit. En effet, d’un côté, par l’addition …

Dans certains pays sans limites légales, comme le Canada et la plupart des pays anglo-saxons, le taux d’intérêt est infini, sic.



Le taux d’usure est énorme et même infini si tout le crédit vient du néant,

donc…
Art. 157 1. Infractions contre le patrimoine
Usure

1. Celui qui aura exploité la gêne, la dépendance, l’inexpérience ou la faiblesse de la capacité de jugement d’une personne en se faisant accorder ou promettre par elle, pour lui-même ou pour un tiers, en échange d’une prestation, des avantages pécuniaires en disproportion évidente avec celle-ci sur le plan économique

celui qui aura acquis une créance usuraire et l’aura aliénée ou fait valoir,


sera puni d’une peine privative de liberté de cinq ans au plus ou d’une peine pécuniaire.


2. Si l’auteur fait métier de l’usure, la peine sera une peine privative de liberté de un à dix ans.

Exemples de résumés romands pour la Chancellerie suisse, qui sont dans l’ordre chronologique de leurs arrivées.
Attention, l’ordre du sondage ci-dessous est aléatoire, donc il faut se baser sur les premiers mots de chaque projet.

https://goo.gl/forms/Fo7XbwPp6Ik2gsrC2


Vous pouvez employer librement ces textes et les diffuser largement. Merci

1) Texte avec modifications Wir, Reka, Cumulus et le lien internet monnaie-pleine.ch


Le véritable enjeu de l’initiative Monnaie Pleine, c’est la démocratie. Car qui crée la monnaie prend le pouvoir.

Après le Oui au tunnel du Gothard, imaginez-vous le Conseil Fédéral aller quémander un crédit à une banque? Qui aurait alors le pouvoir?

Quand une nouvelle école a été votée, la commune va demander un crédit pour la construire: qui a le pouvoir? Et pourtant, quelle loi a donné la décision finale au banquier?

Si vous pensez que la monnaie est un sujet complexe, alors votez Oui Monnaie Pleine.ch parce que le parlement va avoir 2 ans pour expliquer aux citoyens comment le système bancaire doit fonctionner et pour préciser la loi. Et vous pourrez voter à nouveau, avec une meilleure compréhension.

Qui a le temps de comprendre quand tous, nous travaillons dur pour gagner de l’argent? Alors que cet argent sur nos comptes est créé sans travail par les banques, comme des bons d’achat Cumulus, Reka ou WIR.
Qui a le pouvoir de changer cela? Nous tous, en votant Oui Monnaie Pleine.ch
Bien sûr, les banques s’inquiètent et vont jouer sur la peur.
Pourtant Monnaie Pleine autorise pour la première fois les banques à créer leur propre monnaie privée. Chacun pourra choisir la part de son épargne qu’il place en monnaie privée créée par la banque, pour le rendement, et la part qu’il dépose à la banque en monnaie légale de la BNS, pour garantir sa sécurité.
Comme les banques suisses vont être les seules à offrir ce choix, elles pourraient bien avoir encore plus de clients extérieurs: c’est du gagnant-gagnant, tout en douceur et en subtilité.
Les banques vont retrouver sans risque le métier éprouvé des banquiers privés suisses traditionnels.
par Bernard Dugas

2)



L’initiative populaire proposée aux citoyens suisses vise à mettre en place un système monétaire et financier capable d’éviter (1) les crises du type 2008 dont les conséquences obèrent encore notre avenir (taux d’intérêt négatifs, bulles spéculatives, coûts prohibitifs de sécurisation du système actuel…), (2) l’instabilité chronique de l’économie du fait des instruments de régulation problématiques actuels, (3) l’enrichissement sans cause des banquiers du fait du privilège d’émettre de la monnaie qu’ils se sont octroyés au cours du temps (90% de la monnaie émise aujourd’hui), dont ils abusent souvent au détriment de la société.
La mesure préconisée pour changer la donne est simple : faire que les dépôts à vue utilisés dans les transactions deviennent une monnaie électronique émise et garantie par la BNS, exactement comme le sont aujourd’hui les billets en circulation. L’opération est pratiquement indolore pour les acteurs économiques principaux et présente des avantages considérables pour tous : immunisation contre les risques systémiques à coûts moindres qu’aujourd’hui, maitrise de la création monétaire et de l’évolution économique par la BNS, meilleure efficacité de l’économie, bénéfices de la création monétaire alloués à la collectivité…), sans que soient mis en danger les capacités et les coûts de financement de l’économie, la position de la place financière et le fonctionnement libre de notre économie de marché.
Il s’agit de confirmer le vote de nos aïeux en 1891: la création de monnaie doit être un privilège de la BNS et ses bénéfices doivent être réservés au peuple suisse et non aux banques !
par Christian Gomez

3)

L’initiative Monnaie Pleine (MP) veut remplacer l’argent des comptes bancaires, qui n’est qu’un promesse de payer, par de la monnaie pleine et entière qui appartiendra physiquement aux détenteurs des comptes. Aujourd’hui, l’argent qu’on dépose à la banque se transforme en une promesse que fait la banque de le rendre quand on le demandera. Si la banque octroie un crédit, elle ne sort rien de sa caisse, elle promet simplement de donner de l’argent quand on le réclamera. Ce système a trois défauts majeurs. 1) L’« argent » à la banque n’est pas sûr puisque, simple promesse, il disparaît en cas de faillite de la banque. 2) Tout le système financier est instable puisque les banques créent 90% de « l’argent » en circulation par les crédits qu’elles accordent dans leur propre intérêt. Attirées par l’appât du gain, elles finissent toujours par créer trop d’argent, plongeant le monde dans des crises financières et économiques à répétition comme en 1929 et 2008 et des centaines de fois entretemps. 3) En 2008, il a fallu sauver l’UBS avec l’argent des contribuables pour éviter une crise économique sans précédent. Le risque est inhérent au système : comme le trafic des paiements dépend entièrement des banques, la faillite des plus grandes (« too big to fail ») arrêterait toute l’économie. MP propose une solution simple qui corrige d’un coup ces trois défauts sans aucun effet négatif sur l’économie ou le système bancaire : les banques devront remplacer toutes leurs promesses d’argent par des billets de banque, réels ou électroniques, qu’elles gèreront ensuite sur des comptes individuels appartenant physiquement à leurs titulaires.

Meilleures salutations
par Christoph Meier



Accepteriez-vous que des sociétés privées gèrent la police ?
Accepteriez-vous de payer des impôts en faveur d’entreprises privées ?
Accepteriez-vous que des lois soient édictées par des sociétés privées ?

Alors pourquoi acceptez-vous que l’argent soit créé par quelques banques privées ? Refusons de jouer avec des dés pipés. Changeons les conditions cadres : www.initiative-monnaie-pleine.ch

4)
R. Zaharia propose ci dessous un texte de 1650 caractères présentant l’Initiative “Monnaie Pleine”.

Heureux citoyens Suisses qui ont la possibilité, en juin prochain, de mettre fin au privilège extravagant des banques, et de rétablir un peu de démocratie dans l’utilisation du pouvoir de création monétaire, l’un des attributs de souveraineté, (comme la police, ou la justice), d’une nation !

Si un seul des mérites de l’Initiative Monnaie Pleine peut être décrit ici, c’est sans doute de mettre en évidence une situation largement ignorée. (Plusieurs de nos dirigeants ont montré, hélas, qu’ils préféreraient que cela continue !)

Il s’agit de la double nature de la monnaie: celle qui est garantie par la collectivité, & celle qui… ne l’est pas ! Cette distinction méconnue se complique du fait qu’à peine 10% de la monnaie que nous possédons bénéficie de la garantie de la BNS: il s’agit des pièces & billets !

Cette particularité trouve sa source dans les règles actuelles du secteur bancaire: l’argent que vous confiez à la banque devient sa propriété! En contrepartie, vous devenez l’un de ses créanciers ! Cela peut sembler mineur, tant que… la santé financière du secteur se maintient ! Tout a changé depuis la crise des “Subprimes”(2008): par exemple, en 2014, la zone Euro a étendu la règle d’égalité de traitement entre créanciers aux… clients de la banque ! Si un sauvetage implique que les créanciers renoncent à une partie de leur créance, cet “Hair cut” s’appliquera aussi à vos avoirs en banque !

Si elle est approuvée, l’Initiative restaurera un bien public menacé, en zone euro comme en Suisse: la sécurité des encaisses des ménages & des entreprises. En effet, elle modifiera la règle du transfert de propriété des CHF déposés en banque. Sauf si vous renoncez à cette disposition, celle-ci en deviendra le gardien rémunéré: elle n’en sera plus propriétaire ! Si vous tenez à rester l’un des créanciers de votre banque, cela restera possible aussi.

[Autres avantages de l’Initiative: cf. http://tinyurl.com/lx79h3p ]


NB le lien http://tinyurl.com/lx79h3p est fourni à titre d’exemple, pour le cas ou un renvoi sur Internet serait possible. (Dans ce cas, il conviendrait de le remplacer par un lien vers une page Web plus actuelle et plus pertinente.)

5)

Qui crée les Francs ?
La création monétaire : un don gratuit sans intérêts grâce aux progrès techniques, aux machines, ordinateurs, robots, à la productivité… Surtout pas de dettes par les crédits bancaires, c’est le piège à c… dans lequel le monde entier est tombé. Presque chaque Franc qui circule est une dette, alors qu’on devrait avoir un actif, un franc suisse qui doit appartenir aux Suisses. Par un tour de passe-passe subtil, ils ont réussi à nous louer à nous-même nos propres francs. Nous sommes “le Souverain” et on doit louer nos avoirs, un comble ! Et si on remboursait toutes les dettes, par la rigueur, il n’y aurait plus aucune monnaie qui circulerait, ce qui serait encore pire ! Compris ? Pas facile de comprendre un système si stupide, mais voilà, voilà, ils ont réussi à nous enfumer ! De plus, et en pire, à chaque remboursement, cette monnaie est détruite, sic, tirée du néant, ex nihilo en latin, retour au néant ! Et hop, eux, ils gagnent le pouvoir et gardent les intérêts sans passer par la case “droits de Seigneuriage” ! Et zou, circulez, trimez, suez, éreintez- vous, il n’y a rien à voir !
Mais on a aussi le Léman, Farinet, Wir, Reka, Miles, Cumulus, Bitcoin, des Sels… qui sont dans l’initiative et ses commentaires et qui seront donc protégés par la Constitution. Voulez-vous que des sociétés privées gèrent la police ? Des impôts en faveur de privés ? Des lois faites par des sociétés privées ? Les esclaves ne doivent surtout pas comprendre qu’ils sont esclaves ! Libérons-nous tous les uns les autres ! Un pour tous, tous pour un ! Votons OUI le 10 juin à la vraie démocratie économique www.monnaie-pleine.ch

http://desiebenthal.blogspot.ch/2018/03/resume-romand-de-monnaie-pleine.html
ci-avant 1639 caractères / 1650 permis par la Chancellerie


6)

Résumé de Martouf

… En 1891, le peuple suisse a voté le monopole des billets de banque pour la BNS (qui a été créée pour ça en 1907)
Avant chaque banque créait ses propres billets de banque.

Puis avec l’évolution technique, la monnaie scripturale a pris le dessus et ainsi la monnaie la plus utilisée de nos jours à plus de 90% ce sont des “substituts monétaires”.

Ce qui a aussi favorisé cette évolution et là je trouve que c’est un hold-up. C’est l’art 11. LBN qui interdit à la confédération de se financer par la banque nationale.
Donc c’est une obligation pour l’état de se financer par la création monétaire privée. Par les substituts monétaire des banques commerciales.

Quand on étudie cette histoire, on a pas vraiment donné ce droit aux banques.. elles se sont arrangées pour l’avoir.. où du moins, c’est sous l’impulsion de Kaspar Viliger que ça a été formalisé.. et après avoir été président de la confédération, Kasapr est devenu président du conseil d’administration d’UBS….
Coïncidence ou récompense ??

Le détail de l’histoire de ce genre d’interdiction en France comme en suisse est décrit ici:
http://aaapositifs.ch/obligation-pour-letat-de-se-financer-par-les-banques-commerciales/

7) Bonjour,

Voici ci-joint l’argumentaire proposé pour le matériel de vote.

la limite de 1650 caractères a été scrupuleusement respecté, il y a 1595 caractères y compris les espaces.

Guillaume Brunschwig, en copie, et moi avons tenté de nous rapprocher au plus du vocabulaire employé dans la Constitution Fédérale et dans la littérature traitant du sujet.

Notre préoccupation à été d’expliquer le texte soumis à votation sans le citer, de le rendre lisible à tout les publics, de ne pas tomber dans la diffamation, la discrimination ou le populisme. Nous avons tenté de nous rapprocher au mieux d’un langage juridique accessible à tous. Nous avons tenté d’être concis, précis, factuel, respectueux et avons mis l’accent sur la lisibilité du texte, et avons tenté de faire preuve de pédagogie.

Nous espérons que notre modeste contribution sera profitable aux initiants

Bien à vous
David Peitavino-Vincent
Guillaume Brunschwig
Chloé Framery y a aussi participé…


Le 18.10.1891, le peuple suisse acceptait par votation populaire la proposition du Conseil Fédéral d’investir la Confédération du droit exclusif d’émettre les billets de banques. Depuis, la monnaie légale disponible à la population ne comprend que les pièces et les billets.


L’argent électronique des cartes bancaires, appelé monnaie scripturale ou substitut monétaire, est largement utilisé aujourd’hui mais ne répond d’aucune loi.


Le Conseil Fédéral a confirmé le 25.04.2012 que « l’argent au sens du droit constitutionnel ne comprend pas la monnaie scripturale des banques » car « la croissance des substituts monétaires est laissée à la libre appréciation des marchés ».


L’Initiative Monnaie Pleine propose que seule la Confédération crée la monnaie légale, quelle qu’en soit sa forme, perpétuant ainsi les acquis communs. Elle doit être acceptée car elle profite à l’intérêt général pour les raisons suivantes:

1. L’argent scriptural détenu par les citoyens et les entreprises sur des comptes de paiement (compte courant) deviendra enfin un moyen de paiement légal et ne sera plus perdu en cas de faillite de la banque. Ainsi les citoyens et les entreprises disposeront de monnaie à l’abri des crises;

2. La mise en circulation par la Banque Nationale Suisse d’argent sans dette ainsi que le versement des deux tiers de son bénéfice net aux cantons permettra la diminution des charges fiscales imposées aux contribuables;

3. Les banques redeviendront des partenaires financiers engagés dans la croissance de l’économie suisse;

4. Le peuple suisse exercera sa souveraineté sur le secteur financier.

8) Texte de Chloé

La monnaie pleine n’est pas nouvelle, elle existe déjà sous forme de billets et de pièces. C’est la monnaie légale.
Or, ce que nous savons moins est que 90% de la monnaie en circulation n’est pas de la monnaie pleine mais de la monnaie virtuelle électronique créée par les banques commerciales sous forme de dette. Cette monnaie n’est rien d’autre que des promesses de paiement, qui ne sont pas honorées en cas de crise, de faillite de la banque ou si tous les clients de la banque retirent l’argent de leur compte en même temps. Or nous avons droit à de l’argent sécurisé et garanti !
Cet argent électronique des cartes bancaires, appelé monnaie scripturale ou substitut monétaire, est largement utilisé aujourd’hui mais n’est régi par aucune loi.
Le Conseil Fédéral a confirmé le 25.04.2012 que « l’argent au sens du droit constitutionnel ne comprend pas la monnaie scripturale des banques » car « la croissance des substituts monétaires est laissée à la libre appréciation des marchés ».
L’Initiative Monnaie Pleine propose le système monétaire et bancaire soit comme vous croyez qu’il est, c’est-à-dire que seule la Banque nationale suisse, sous le contrôle de la Confédération, crée la monnaie légale, le franc suisse.
L’initiative Monnaie Pleine doit être acceptée car elle profite à l’intérêt général :
L’argent scriptural détenu par les citoyens et les entreprises deviendra enfin un moyen de paiement légal et ne sera plus perdu en cas de faillite de la banque. Ainsi les citoyens et les entreprises disposeront de monnaie à l’abri des crises; 

la Banque Nationale Suisse mettra en circulation l’argent sans dette et versera les deux tiers de son bénéfice net aux cantons, permettant la diminution des charges fiscales imposées aux contribuables; 

Les banques n’auront plus besoin d’êtres sauvées avec l’argent des contribuables (comme la BCGe en 2000 pour 2,3 milliards de CHF).
Les banques redeviendront des partenaires financiers engagés dans la croissance de l’économie suisse; 

Le peuple suisse exercera sa souveraineté dans le secteur financier;
Il n’y aura plus de bulles financières. L’initiative Monnaie Pleine est la garantie d’une économie réelle stable et solide.

Texte de Chloé Frammery

Résumés notamment de Mlle Chloé Frammery, MM. Bernard Dugas, Christian Gomez, Mathieu Despont, Daniel Meier, Ray Zaharia, David P. Vincent, Guillaume Brunschwig, François de Siebenthal ….



http://desiebenthal.blogspot.ch/2018/05/monnaies-chretiennes.html


Remarques:

27 août 2015 – L’Université de Fribourg a organisé, du 3 au 5 septembre 2015, un colloque autour du bien commun. Cette notion occupe une place centrale dans l’enseignement social chrétien. Le bien commun apparaît à la fois comme un processus historique et une asymptote, inatteignable dans sa plénitude sur terre …
François de Siebenthal: Fribourg, fraudes démocratiques
desiebenthal.blogspot.com/2013/10/fribourg-fraudes-democratiques.html



Suivez-nous sur facebook: https://www.facebook.com/journalversdemain/

POUR MIEUX COMPRENDRE, EN BREF, NOTRE COMBAT ? : http://versdemain.org/maitres_du_monde.pdf

Lisez aussi notre fameux document UNE FINANCE SAINE ET EFFICACE ré-édité sous le nom de: UN NOUVEAU SYSTÈME FINANCIER EFFICACE:

http://www.versdemain.org/general/finance_s_e.pdf

Vers Demain en ligne:

http://www.versdemain.org/tous_vd/VD_o_n_d_2017.pdf

http://desiebenthal.blogspot.ch/2017/06/confessions-dun-banquier-suisse.html

https://www.admin.ch/opc/fr/federal-gazette/2014/3589.pdf

Avec mes meilleures salutations

Nouvelle adresse: 23, Av. Edouard Dapples, CH 1006 LAUSANNE. SUISSE

Tél: international ++ 41 21 616 88 88

http://desiebenthal.blogspot.ch/2015/12/projet-de-loi-dapplication-de-monnaie.html

à faire circuler largement, merci, le monde est déjà meilleur grâce à ce simple geste de solidarité.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »