GROUPEMENT SANS FRONTIERE.
Site sans fake news.
Expatriée en Norvège depuis 1977, ma famille a plaisir à lire les journaux suisses, même si nous en prenons connaissance quelquefois des semaines après leurs parutions. Aujourd’hui, nous apprenons la mort du matin, ce petit journal de format, pouvait être parfois grand dans son contenu, révélant des informations que toute bonne Démocratie doit à ses citoyens. Nous avons le regret que notre petit journal, avant de mourir, n’ait pas accédé à notre demande impétrante de notre Groupement de bénévoles, d’informer le peuple sur le fonctionnement délétère de la justice suisse, envers les classes moyennes, qui diligente des procédures unilatérales en divorces, de facto pour ne pas payer le 2me pilier à une veuve, par abus de faiblesse sur celui du couple, que les juges connaissent pour avoir le discernement aboli et pour un motif égoïste, que l’article 115 du code pénal punit d’office, mais quand ce sont des juges suisses qui exploitent cet article, rien ne se passe. Même les Cours de justice Européennes laissent faire. (voir notre dossier)
Tout au long de cette procédure, il a été mis en exergue, la soumission de la justice suisse au parti politique Libéral-Radical. La France a ses barbouzes, la Suisse a sa justice de classe, qui n’applique pas le Droit et les lois aux classes moyennes, que le parti a en exécration, mais au moins en France, le délit sort, dommage que le Matin ne l’ait pas aidé à sortir en Suisse, l’affaire serait passée, l’épouse du fonctionnaire divorcée par des juges sans scrupule, aurait retrouvé son état civil et les prérogatives qui vont avec. Nous aurions voulus donner les noms des journalistes, dans ce média et dans d’autres, qui ont fait la sourde oreille, mais l’épouse nous a demandé de ne pas le faire, comme elle nous a exhorté, de ne pas nommer les avocats qui ont joués un rôle prépondérant dans ce dossier, soit celui qui s’est laissé mandater par la Cour de justice, en disant à l’épouse que c’est le mari, qui diagnostiqué à 61 ans, atteint du syndrome de KORSAKOFF, ignorait qu’il était marié… la base légale pour une action en divorce est au moins de se rappeler que l’on est marié, ce qui n’était pas le cas chez ce mari fonctionnaire. Soit les 24 maîtres, qui ont refusé de défendre les intérêts de l’épouse.
Nous sommes bien dans une arnaque judiciaire, sans précédent, qui va se répéter chez d’autres couples suisses et européens, les Cours de justice de l’UE n’entrant pas en considération. En matière de Droit de l’homme, il y a mieux, beaucoup mieux… Quand à ma famille, elle divorce d’avec le PLR, ce parti où c’est le grand-père de 75 ans qui a dû quitter son poste de travail à 63, pour incapacité à le tenir, qui décide unilatéralement, (aidé par des juges) d’une modification de l’état civil de son épouse, dans le but de la paupériser, lui qui ne connaît plus sa situation familiale.
Ce dossier établit clairement le motif égoïste, de quoi pouvons-nous nous attendre, dans un canton, pays qui se veulent capitale du suicide assisté?
Faire de la politique sans partis, c’est le seul moyen d’éviter les ententes cordiales entre gauche et droite, qui n’ont qu’un but rester au pouvoir encore et encore, sans trop se soucier de ce que veut le patron qui les paye, le peuple.
Le Groupement soutient l’initiative populaire, qui est à signer jusqu’au 15 novembre 2019. Nous regrettons, qu’elle n’englobe pas le tirage au sort de tous les juges cantonaux et qu’elle n’envisage pas des juges indépendants des partis politiques, ou autres philosophie.
Pour une raison évidente, nous disons NON AUX JUGES ÉTRANGERS.
Traduction »
Aller à la barre d’outils