“Oh Marie ! ” de Johnny Hallyday, les horreurs des guerres



Paroles et traduction de «Marie»

Oh Marie si tu savais
Tout le mal que l’on me fait
Oh Marie si je pouvais
Dans tes bras nus me reposer

Évanouie mon innocence
Tu étais pour moi ma dernière chance
Peu à peu tu disparais
Malgré mes efforts désespérés


Et rien ne sera jamais plus pareil
J’ai vu plus d’horreurs que de merveilles
Les hommes sont devenus fous à lier
Je donnerais tout pour oublier


Oh Marie si tu savais
Tout le mal que l’on me fait
Oh Marie si je pouvais
Dans tes bras nus me reposer


Et je cours toute la journée
Sans savoir où je vais
Dans le bruit dans la fumée
Je vois des ombres s’entre-tuer


Demain ce sera le grand jour
Il faudra faire preuve de bravoure
Monter au front, en première ligne
Oh Marie je t’en prie fais-moi un signe


Allongé dans l’herbe je m’éveille
J’ai vu la mort dans son plus simple appareil
Elle m’a promis des vacances
La mort m’a promis sa dernière danse


Oh Marie si tu savais
Tout le mal que l’on m’a fait
Oh Marie j’attendrai qu’au ciel
Tu viennes me retrouver
Oh Marie j’attendrai qu’au ciel
Tu vienne me retrouver


__________
Cette ballade a été écrite par Gérald de Palmas en 2002.
La chanson dénonce la guerre par l’intermédiaire d’une petite histoire : c’est un soldat qui a quitté Marie, celle qu’il aime, pour partir en guerre. Il lui écrit pour donner de ses nouvelles et lui raconter toutes les horreurs de la guerre. Il essaye de se rappeler son visage, mais avec le temps il s’efface petit à petit
Il n’arrive pas à croire toutes les choses horribles qu’il voit. Il se demande comment les hommes ont-ils pu en arriver là, à se battre les uns contre les autres. Des villages sont détruits, des gens civils ou soldats meurent, les familles sont alors profondément meurtries, et personne n’y gagne.
A la fin de la chanson, et encore mieux à la fin du clip, on voit Johnny allongé sur le sol, lisant la lettre qu’il a écrite à Marie. Une bombe ravage la maison dans laquelle il s’était réfugié pour fuir les bombardements, mais il se fait écraser par les murs de la maison qui sont en train de s’effondrer. Il est tué sur le coup.


: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »