… J’ai contacté ensuite Thierry Wampfler afin d’avoir quelques compléments d’informations quant à sa situation.
Le juge en lien avec l’APEA qui ordonne les traitements d’injections forcés est Fabio Morici, son médecin psychiatre est la Dresse Elisabeth Mazaeva. 
A la moindre tentative de dialogue par M. Wampfler quant à sa situation et aux effets secondaires du traitement sur sa santé, des menaces sont proférées à son encontre, dont l’augmentation du dosage de son traitement. 
Lorsque M. Wampfler demande à faire entendre ses doléances, Dresse Mazaeva,  établit systématiquement un rapport défavorable auprès du juge Fabio Morici.

M. Wampfler subit ce matin la 20 ème injection de Risperdal depuis novembre 2017. Auparavant il a eu d’autres traitements. En 2016, cette médication forcée a engendré un AVC induisant une paralyse d’une main. Il a récupéré la mobilité de celle-ci. 

J’ai demandé à M. Wampfler, d’établir un rapport écrit quant à sa situation et de l’envoyer à François. 
M. Wampfler est prit dans la toile perverse et criminelle des Autorités de la République et Canton de Neuchâtel sans avoir aucune possibilité de s’en défaire.
J’espère que tous les documents que j’ai en ma possession, publiés progressivement sur internet par François permettant d’identifier clairement qui sont les individus non-intègres maintenant délibérément de graves dysfonctionnements au sein du système politique, institutionnel, judiciaire et médiatique de l’espace BEJUNE, permettront de mettre à jour la réalité d’un “circuit du mensonge”, qui s’étend sur tout le territoire suisse et au delà de ses frontières.

WAMPFLER, Thierry. Crimes franc-maçonniques : mon témoignage sur ce que je subis pour les avoir dénoncés. Tite Servant [en ligne]. 18 juillet 2018. Disponible à l’adresse : https://www.youtube.com/watch?v=sJQbn9LfuFc

Avec mes salutations les plus cordiales

Nathalie

Annexes:

Objet : TR: Procédure de plainte pour internements forcés ainsi que traitement forcés et cruels dirigés par la magistrature et l’Etat suisse et neuchâtelois contre moi (avec 11 éléments joints)


Hello Nathalie,

Concernant mon dossier, je me permets de te transmettre ci-joint avec toutes ses annexes, l’entier de ma procédure de plainte que j’ai envoyée au nation unies il y a quelques semaines, courriel resté sans réponse jusqu’à ce jour mais qui résume bien mon parcours de persécution qui je vis et ai vécu jusqu’à présent. Il contient les différents recours que j’ai porté jusqu’au Tribunal Fédéral ainsi que les ordonnances m’ordonnant les traitements cruels et inhumains dot je suis toujours la victime.
Il y a beaucoup de documents essentiels qui ne se trouvent pas dans ces annexes, comme les expertises médicales me traitant d’auto et d’hétéro agressifs à titre totalement gratuit, ou les ordonnance du juges qui déforme le rapport de ma doctoresse pour ordonner une poursuite de traitement alors que celle-ci préconisait une expertise médicale préalable, ….
Plusieurs choses ni sont également pas mentionnée comme le fait que j’ai subit un AVC me paralysant partiellement la main gauche suite à un surdosage de Xeplion en juin 2016, surdosage de 150 mg injecté suite à mon désir d’avoir voulu prendre un avocat, par exemple. Bien d’autre exemples, comme celui de m’avoir augmenté le dosage à 50 mg de risperdal par injection lorsque j’avais osé écrire au juge Fabio Morici pour me plaindre, e-main resté sans réponse sinon leur augmentation de dose prouve leur mauvaise foi dans cette sombre affaire qui me fait mourir à moyen feu.
Bien à toi Nathalie et merci pour ton aide.
Pour ma part, je suis à bout et complétement bouffé par ces poisons.
Amicalement.
Thierry
Je t’en souhaite une bonne réception. Tu peux le transmettre a François de Siebenthal si tu veux.

De : Thierry Wampfler
Envoyé : vendredi, 27 juillet 2018 15:23
À : CP@ohchr.org
Objet : Procédure de plainte pour internements forcés ainsi que traitement forcés et cruels dirigés par la magistrature et l’Etat suisse et neuchâtelois contre moi (avec 11 éléments joints)

Madame, Monsieur,

Veuillez trouver, ci-joint, une procédure procédure de plainte dûment remplie concernant des internements forcés ainsi que des traitements forcés et cruels dirigés par la magistrature et l’Etat suisse et neuchâtelois contre moi, et dont j’ai été et suis par ailleurs toujours victime!

Au vu de mon état de santé se dégradant jour après jour conséquemment aux injections forcées de puissants neuroleptiques que l’on m’impose, cette procédure est urgente et nécessite une action rapide de votre part.

En vous remerciant d’avance pour votre bonne réactivité et pour l’attention que vous porterez sur ce document et ces annexes, je vous prie de recevoir, Madame, Monsieur, mes plus respectueuses salutations.

Thierry Wampfler

11 pièces jointes

https://drive.google.com/open?id=1m4QqLERxUoIR1N7TdlW3n_-2SP0uf-qA

EMS Ried du Bas

Bonjour M. Némitz,

Le 26 octobre 2016, je vous ai envoyé une copie de la lettre adressée à Mme Barbara Labbé, chancelière municipale, concernant la résiliation de mon contrat de travail, en qualité d’infirmière ES au sein du Ried du Bas.
J’ai accompagné ce courrier de différentes annexes afin de faire part de différents facteurs faisant obstacle à la promotion de soins de qualité, adaptés et sécuritaires selon les besoins spécifiques et individualisés des résidents.

J’ai ainsi écrit:

“Durant cette période de transition entre le paradigme du « paternalisme » à celui du « partenariat » en collaboration avec la personne concernée par la vieillesse, la maladie et ou le handicap en interdisciplinarité, il serait temps que les infirmières étant entrées dans cette nouvelle dynamique de prodiguer des soins, soient plus protégées et ne subissent plus l’hostilité des pairs ayant de la difficulté à faire face aux changements de pratique.J’ai pour objectif de transmettre mes connaissances dans un climat de bienveillance et non me faire « massacrer » psychologiquement par des personnes étant plus confortable dans le statu quo. Etant donné que ces phénomènes d’hostilité sont courants dans les milieux de soins, je ne présente pas d’amertume par rapport à ces comportements défensifs. Toutefois, j’aspire à pratiquer ma profession d’infirmière dans mon rôle propre en toute sécurité”.

Je m’étonne que vous-même ou un collaborateur de votre service, ne m’ayez jamais sollicité afin d’avoir un espace de dialogue permettant de vous présenter mon analyse des différentes situations de soins selon l’évaluation et le jugement clinique infirmier, en particulier après les articles de presse parus dans le “Journal du Jura” cet été, insérés en fichiers joints.
Le jugement et l’évaluation clinique de la profession infirmière permettent de planifier les prestations de soins selon la démarche infirmière réflexive faisant partie intégrante du rôle autonome de la profession infirmière. 
N’est-ce pas en collaborant que nous serons en mesure de gérer des dysfonctionnements de manière constructive, sereine et bienveillante? Avec la plus-value de participer concrètement à la mise en mouvement de la stratégie globale “Santé 2020”, adopté par le Conseil fédéral le 23 janvier 2013, dont le document de l’ASI (Association suisse des infirmières), “Perpectives 2020” fait écho. A télécharger sous: https://www.sbk.ch/fr/sujets-infirmiers/perspectives-2020.html
Etant engagée au sein du Réseau de soins de longue durée de l’ASI, j’ai à coeur de contribuer de manière active à la transition du paradigme du “paternalisme” à celui du partenariat” dans le cadre de ma profession d’infirmière ES. Ce qui correspond au cadre légal de l’exercice de ma profession et aux directives du “Nouveau Droit de protection de l’adulte”, entré en vigueur le 1er janvier 2013.
  • N’est-il pas interpellant que votre département ne permettent pas d’offrir et d’assurer les conditions requises et sécuritaires pour la transmission des acquis de compétences des infirmières ES au sein des EMS de la Ville de Bienne et en particulier au Ried du Bas?
  • Avez-vous prévu de faire expertiser les données que j’ai inscrites dans le logiciel Siems durant mon activité d’infirmière au sein du “Groupe 1” du Ried du Bas?
Le document annexé s’intitulant ” Congrès15_Glardon_Michel_ Nemitz_Henry_2015.12.3″  vous permettra de prendre connaissance de la charte de l’ASSM: l’interprofessionnalité à l’épreuve de l’exercice quotidien de la collaboration entre professions de santé” dont la diapositive de la page 7 présente les caractéristiques d’un nouveau concept de collaboration:
Aspects «médecine de famille»
Assumer nos responsabilités:
Entraîne un nouveau concept de collaboration:
• La responsabilité de chacun est mise à caution, et non plus celle d’un
seul.
• Investissement de TOUS les intervenants ( apprendre à s’exprimer …
ou s’imposer !) .
• La dynamique reste centrée sur les besoins du patient
• Mise en place d’une attitude thérapeutique commune
• Mise en place de protocoles d’interventions
• Uniformisation des pratiques

Etant donné le fléau des abus de pouvoir induisant des négligences et maltraitances dans les EMS et l’abandon de la profession par 46% des soignants diplômés, la Confédération a pris la responsabilité des mesures suivantes:

https://www.admin.ch/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-64883.html

Et l’ASI a lancé en janvier 2017, son initiative populaire pour “Des soins infirmiers forts”, à consulter sous:

http://www.pour-des-soins-infirmiers-forts.ch/

Etant donné la “loi du silence” qui règne au sujet des négligences/maltraitance en institution, suite à mon expérience professionnelle au Ried, j’ai choisi de témoigner à Telébilingue, dans l’émission Talk du 14 décembre 2016:

http://www.telebielingue.ch/fr/talk-du-14-d%C3%A9cembre-2016-0

Remarque: Lors de mon interview, j’ai fait un lapsus. En parlant des compétences-métiers, j’ai dit “assurer la sécurité psychique et psychologique” alors que je voulais dire “physique et psychologique”.

Il est de ma responsabilité professionnelle en qualité d’infirmière ES et en tant que citoyenne d’informer de la réalité de ces phénomènes mortifères au sein des EMS. En effet, comment améliorer une situation dysfonctionnelle si l’on se complait dans le déni et la banalisation des faits? Quelle est votre avis et votre position à ce sujet?
 Ci-joint, j’ai également inséré mon témoignage anonyme sous le pseudo de Martine S, dans la revue “Soins infirmiers” d’octobre 2014, dont l’article s’intitule “Donner l’alarme, sauvez des vies”

En espérant pouvoir compter sur une saine collaboration professionnelle avec vous et votre service, et en attendant votre réponse que je souhaite positive, je vous adresse, Monsieur, mes salutations les plus cordiales.

Nathalie Scheidegger

Infirmière ES engagée au service de la reconnaissance et de la valorisation de la profession infirmière et du respect des Droits du patient.




9 pièces jointes — Télécharger toutes les pièces jointes

Traduction »
Aller à la barre d’outils