Puissance 100. par Charles Gave

Retour sur le Corona Virus : un incendie du
bazar de la charité, puissance 100.
par Charles Gave
Avant de vous parler du Corona Virus, ce dont je m’excuse, je vais devoir parler de moi, ce
que je n’aime guère.
Je suis le président (chairman) d’une société que j’ai créée il y a plus de vingt ans avec deux
associés dont mon fils, Gavekal, située à Hong-Kong où j’ai résidé une dizaine d’années et
qui se spécialise sur l’analyse des risques, et en particulier des risques catastrophiques dans
les marchés financiers. Il y a environ cinq ans j’ai décidé de rentrer en France pour diriger une
équipe Française spécialisée dans les mathématiques des catastrophes et à cet effet j’ai créé
une nouvelle société de droit français appelé « Gavekal Intelligence Software » ou GIS. Et
dans nos travaux, nous nous sommes rendu compte que les mathématiques des épidémies, des
tremblements de terre, des avalanches, des glissements de terrain, des mouvements de foule
quand quelqu’un crie au feu dans un cinéma, des paniques humaines dans les crises
financières étaient grosso modo les mêmes.
Et il y a environ un an, nous avons été approchés par les départements d’analyse des risques
du Polytechnicum de Zurich et de SUSTECH (Shenzhen university  of science and
technology),  tous les deux sous la direction du professeur Sornette, un grand mathématicien
Français issu de Normal Sup Math, qui trouvaient ce que nous faisons à la fois nouveau et
intéressant.
Et nous avons signé ensuite un accord avec eux pour travailler de concert, en pensant que ce
qui marchait dans un domaine risquait de marcher dans un autre, ce que l’expérience semble
prouver.
Aussi, quand la pandémie est arrivée, nous avons immédiatement uni nos forces et commencé
à publier dans la presse scientifique ce qui nous semblait devoir être l’évolution probable de
l’épidémie.
Ce que nos travaux montraient étaient que la pandémie se développait selon un schéma
parfaitement classique et que le virus avait la double caractéristique d’être extrêmement
contagieux et très peu mortel, sauf pour les personnes âgées ayant d’autres pathologies telles
l’obésité ou le diabète (Et là le contact avec les équipes en Chine a été très utile, cela va sans
dire, car cela nous a permis d’avoir les chiffres de chaque province en Chine, pour mieux
calculer le cheminement statistique de la pandémie en fonction des premiers cas annoncés ).
Les recommandations que nous aurions faites, si quelqu’un nous les avait demandés, auraient
donc été les suivantes :

2
1. Isoler férocement les personnes à risques, comme les vieilles personnes dans les
EHPADs.
2. Tester au maximum la population et isoler tout aussi férocement ceux qui étaient
contagieux.
3. Laisser bien tranquille le reste de la population.
Et nous avions raison, puisque la grippe tue annuellement entre 300000 et 640000 personnes
par an dans le monde, de tous âges et que pour l’instant nous en sommes à 240000 victimes
pour le Covid19, pour le monde entier et que l’âge médian des morts en France est de …81
ans, ce qui veut dire que la moitié des morts avaient… plus de 81 ans.
Certes, la mort d’un individu est toujours d’une infinie tristesse, mais en tant que grand-père
de 76 ans, je peux assurer le lecteur que je préfèrerai disparaitre avant que de voir l’un de mes
enfants ou petits- enfants passer de vie à trépas et que je trouve tout à fait normal et
souhaitable que les vieux meurent avant les jeunes.
Comme le dit l’Ecclésiaste : « il y a un temps pour semer, un temps pour récolter… ».
Et donc, pour conclure sur Covid19, ce qui apparait évident est qu’un nouveau virus est
apparu, sans doute en Chine, comme la plupart de ces étranges créatures dans l’histoire, que
ces virus attaquent une partie particulièrement vulnérable de la population, les personnes
âgées souffrant d’une ou plusieurs autres  maladies et que la contagion très dangereuse chez
ces personnes âgées a créé des phénomènes d’engorgement dans les hôpitaux, où le personnel
hospitalier a fait d’admirables efforts pour sauver ceux qui pouvaient l’être.
Et sur ce point, remarquons que les systèmes hospitaliers qui ont failli sauter étaient les
systèmes centralisés et que les systèmes décentralisés tels qu’en Allemagne, en Suisse en
Suède n’ont eu aucun problème.
D’où je déduis que le problème n’était pas le virus, mais le système centralisé ou non gérant
les hôpitaux. Le Professeur Raoult, dans sa fondation indépendante à Marseille ne semble pas
avoir eu le moindre problème de masques ou d’alcool nettoyant. L’URSS (hospitalière cette
fois) a fait faillite une fois de plus.
Voilà ce que j’avais à dire sur le Corona virus qui n’est pas plus une catastrophe que
l’épidémie annuelle de grippe qui a tendance à faire deux à trois fois plus de morts chaque
année sans que personne ne s’en émeuve outre mesure.
Et donc, en fait, la vraie catastrophe n’est pas l’épidémie mais la réaction des media et des
politiques à l’épidémie, et les décisions qu’ils ont prises sous le coup de la panique, qui
vont créer beaucoup plus de victimes que la pandémie n’en fera jamais.
Beaucoup de lecteurs ont dû entendre parler de l’incendie du bazar de la charité en 1897 à
Paris, ou plus de 125 personnes de la bonne société de l’époque avait péri. Et elles étaient
mortes non pas à cause de l’incendie, mais à cause de la panique.
Un feu s’était déclaré dans la salle de cinéma, une panique énorme avait suivie, de
nombreuses victimes furent à déplorer et l’horreur était que la plupart de ces victimes étaient
féminines car les hommes les avaient frappées avec leurs cannes et piétinées pour pouvoir
sortir plus vite.  Certains se suicidèrent de honte le lendemain, mais il est

3
presque impossible de résister à une panique quand vous êtes pris
dedans. C’est l’instinct de survie du cerveau reptilien qui prend le
dessus, et rien ne peut lui résister.
Et donc je soutiens :
1. Que la crise du Covid19 n’a rien à nous apprendre que nous ne sachions déjà et que
dans le fond elle ne présente aucun intérêt, comme le feu de l’incendie du bazar ne
nous a rien appris sur la nature du feu.
2. Par contre, ce qui est fascinant est l’extraordinaire panique qui a littéralement
submergé nos classes dirigeantes. Et c’est ce phénomène qu’il va nous falloir étudier
pour que nous ne recommencions pas les mêmes erreurs encore et encore
Ce qui nous amène donc au rôle de l’état dans cette catastrophe, non pas sanitaire
mais gouvernementale et médiatique.
Essayons de résumer la réalité de ce qui s’est produit.
D’abord, notre État est entré dans la crise sans aucune préparation après des années où le seul
objectif était de diminuer les dépenses des hôpitaux en supprimant du personnel médical pour
le remplacer par des comptables dont chacun sait qu’ils ne servent pas à grand-chose en cas
de pandémie. Après tout c’est qui compte c’est le contrôle du pouvoir central sur le monde
médical où beaucoup d’argent circule, la santé des français venant loin, très loin derrière.
Dans ce cas de figure, la première idée est bien sûr d’aller au théâtre en expliquant que la
situation n’est pas sérieuse du tout et qu’il est urgent de ne rien faire, et ça, nos technocrates
savent faire.
Quand la situation s’aggrave, n’ayant rien préparé et ayant fait le mauvais diagnostic au
début, la seule solution est alors d’expliquer qu’il s’agit d’un désastre inouï, sans précèdent
dans l’histoire, que nous sommes en guerre et de déclencher une panique monstrueuse pour
s’excuser de n’avoir rien préparé, ce qui permettra d’abord de se dédouaner mais surtout de
grignoter un peu plus encore les libertés fondamentales des français en faisant naitre un
nouveau DROIT de l’homme, celui d’être enfermé par les pouvoirs publics pour préserver sa
santé.
Ce n’est en RIEN à l’état de déterminer comment je choisis entre ma santé et ma vie. Ce Droit
est à moi et à moi seul.
La Vie n’est pas le critère suprême en politique, c’est la Liberté
qui l’est. Vivre libre ou mourir telle est la devise du New- Hampshire
aux USA, que j’ai toujours trouvé superbe.
Mais l’État ne va pas s’arrêter là.
Il va utiliser le droit qu’il s’est octroyé comme un grand de gérer chacune de nos vies en
fonction de ce que le personnel de l’état pense de la santé générale du public pour intervenir
partout et comme un fou. Les règlementations vont exploser pour nous empêcher d’aller sur

4
les plages ou de nous balader dans la campagne, dans les restaurants, partout. Nos libertés
individuelles sont en danger. Une vague gigantesque de nouvelles réglementations va
s’abattre sur nous et sur nos entreprises, cela est certain. Et qui va introduire ces nouvelles
contraintes ?
Ceux qui ont échoué partout et toujours.
Mais pour arriver au résultat recherché, plus de pouvoir pour le personnel étatique non
élu, il faut convaincre le peuple que l’on fait tout cela pour son bien et donc il faut faire
donner les media, qui ont perdu toute indépendance puisqu’ils sont détenus par des hommes
d’affaires qui vivent grâce aux contrats privilégiées qu’ils ont avec l’état.
Et le personnel qui travaille pour ces media sont tous prêts à sauver la planète pour peu que
cela ne leur demande pas de dire la vérité aux Français, ce qui fâcherait leurs patrons. Si
l’on est journaliste, il est permis, voir recommandé de dire du mal de
Trump, mais pas de l’Inspection des Finances. Nous sommes donc passés de
l’information à la propagande, comme toujours en temps de guerre. Et en temps de guerre,
comme chacun le sait, la vérité disparait.
Et donc il faut que nos media vendent du mensonge. Aucun problème !
D’abord, « on » a poussé depuis des années l’idée que l’écologie était une science et « on » a
créé de toutes pièces une nouvelle divinité, Gaia, qui se vengera un jour, nous disent-ils
depuis 1974 au moins. Ils nous promettent depuis des lustres que nous allons griller à cause
du réchauffement atmosphérique, mais comme cela prend du temps, le virus est pour eux une
« divine surprise » car il s’agit là de la punition que cette bonne Gaia nous inflige et qui va
certainement nous forcer à nous repentir et à changer nos voies.
Et comme nos plumitifs sont totalement convaincus que la liberté individuelle et son enfant
naturel le marché libre sont désastreux dans leur essence et doivent être condamnés avec
vigueur, ils sont donc les premiers à exiger la censure de ceux qui ne pensent pas comme eux
et on le voit tous les jours avec Zemmour. En ce qui me concerne, voir les journalistes
réclamer la censure pour l’un des leurs et soutenir des lois d’exception qui empêchent la
liberté d’expression me laisse…songeur. Nul n’a donc besoin de les acheter car ils sont déjà
convaincus. Il ne s’agit pas de vénalité, mais de bêtise.
Et dans cette vision tous les moyens sont bons. Que le lecteur me permette de donner deux
exemples.
1. Comme tout le monde je regarde les journaux télévisés, où bien entendu, seule la
doctrine officielle a le droit de s’exprimer. En un mois de confinement, je n’ai entendu
aucun journaliste « officiel » et aucun « officiel-officiel « expliquer que le virus
n’attaquait que les vieux, les obèses et les diabétiques et que pour les autres, elle
n’était pas plus dangereuse qu’une grippe. On a toujours l’impression que quiconque
l’attrape est en danger de mort, ce qui n’est PAS le cas. L’unique but de cette
information extraordinairement biaisée est donc de paniquer les foules… Pourquoi ?
pour qu’elles restent bien soumises je suppose.
2. Pour ceux, qui croient que Gaia nous a envoyé ce fléau, il doit être sans remède. Et
donc quiconque dit comme Trump ou Raoult que l’hydroxychloroquine marcherait

5

peut-être est immédiatement catalogué comme un crétin, et donc de droite,
probablement négationniste, et sommé de fermer sa gueule, comme l’a fort bien
expliqué notre pédophile écologiste transnational ((***)) au Professeur Raoult, qui à
l’évidence ne sait pas de quoi il parle. Pour cette classe de nouveaux Savonarole, nous
DEVONS être punis compte tenu des gros péchés que nous avons commis et
quiconque dit le contraire mérite d’être brûlé sur le champ. Ce qui les amène à être
fondamentalement contre la Science, sans doute parce que la plupart d’entre eux ont
au mieux une licence de sociologie, discipline qui les a formés à ne rien comprendre à
ce qui se passe dans le monde, condition sine qua non pour être embauchée dans
l’Église officielle.
((*** FIGAROVOX/TRIBUNE – L’ancien élu écologiste Daniel Cohn-Bendit a
demandé ce matin au professeur Didier Raoult de «fermer sa gueule». Anne-Sophie
Chazaud se demande d’où il parle, et appelle à un débat public serein au sujet de la
chloroquine.Par Anne-Sophie Chazaud Publié le 30 mars 2020 à 17:09))
Fausse analyses, refus de la controverse, parole donnée simplement à ceux qui pensent
comme eux et retirée sous les sarcasmes aux dissidents, refus d’informer et volonté
d’endoctriner, la presse ne pouvait pas montrer de façon plus évidente qu’elle était dans les
mains de puissances d’argent qui elles-mêmes ne vivent que de contrats fournis par la
puissance étatique.
Et bien sûr, cette contre-attaque d’un état qui a failli comme rarement dans notre histoire, pour
accroître ses pouvoirs après une défaite en rase campagne qui rappelle celle de 1940, nous
ramène à Vichy après la défaite, suspendant les libertés de toute une série de citoyens. Dans le
fond, c’est là la vraie malédiction française : plus l’État échoue, plus il grossit et plus il grossit
et plus les pétainistes qui se sont réfugiés à l’intérieur de l’état votent pour Vichy. Nous y
sommes à nouveau. Nous avons commencé avec de Gaulle, nous terminons avec Pétain. Mais
où est Churchill cette fois-ci pour que je puisse aller à Londres ? Et pour y rejoindre qui ?
Auteur: Charles Gave
Economiste et financier, Charles Gave s’est fait connaitre du grand public en publiant un essai
pamphlétaire en 2001 “ Des Lions menés par des ânes “(Éditions Robert Laffont) où il
dénonçait l’Euro et ses fonctionnements monétaires. Son dernier ouvrage “Sire, surtout ne
faites rien” aux Editions Jean-Cyrille Godefroy (2016) rassemble les meilleurs chroniques de
l'IDL écrites ces dernières années. Il est fondateur et président de Gavekal Research
(www.gavekal.com).
Commentaires (sélectionnés) :
Karl Descombes
4 May 2020
Je suis partagé quant à l’analyse.
D’accord comme quoi le système français centralisé est peu efficient.
Mais pas aussi certain que la maladie ne soit pas si grave. Cela me semble bien bien trop tôt
pour en juger.
C’est un nouveau virus. Il y a plusieurs aspects à considérer sur lesquels nous n’avons pas de
recul:
1) Mortalité directe
2) Séquelles chez les survivants

6
3) Capacité de la population à s’immuniser de manière durable et à ne pas avoir une maladie
rampante.
1) Mortalité directe :
On commence juste à pouvoir en juger de manière statistique. Comme chaque pays a pris des
mesures différentes, il est difficile d’évaluer une mortalité intrinsèque.
La fourchette va de 0.5% à 3% avec confinement. Avec un système médical paralysé, ce
serait sûrement plus.
Même à 0.5%, c’est 335 000 morts en France.
Sur quelle durée : vu la contagiosité, il faudrait 4 à 6 mois avant que l’ensemble de la
population soit infectée.
335 000 morts (au bas mot) sur 6 mois : ce n’est pas une simple grippette.
Il suffit de regarder les courbes de l’INSEE sur les morts par mois pour s’en convaincre.
2) Séquelles chez les survivants
Il y a des échos pas très rassurants de séquelles chez certains survivants, en particulier au
niveau des reins et des nerfs.
Nous sommes encore incapables de juger de l’étendue des dégâts.
3) Capacité d’obtenir la fameuse immunité collective.
Les virus pour lesquels le corps est capable de mettre en place une réponse immunitaire de
longue durée sont une minorité.
Il y a des premières informations en provenance de Chine et de Corée, avec des guéris
réinfectés ou sans immunité détectable après trois mois qui posent des questions. Nous
n’avons pas encore les réponses, si c’est une réalité ou une erreur de mesure initiale ou
présente, mais cela amène de toute manière à la prudence.
Si un guéri peut être réinfecté après trois mois, nous ne sommes pas près d’éradiquer ce virus.
La solution sera un vaccin à administrer régulièrement.
Vaccin qui ne sera pas là avant 12 ou 18 mois au plus tôt.
Et si le virus ne mute pas d’ici là.
Ainsi, devant tant d’inconnue, une réponse collective forte était indispensable.
« On » ne pouvait pas laisser l’épidémie grandir naturellement sans rien faire.
Et qu’on le veuille ou non, le « on » légitime, c’est l’état.
Quant à la méthode employée par le gouvernement français et à son efficience : oui, « peut
mieux faire ».
Débauche de ressources humaines, matérielles et financières a été mise en œuvre pour un
résultat pas meilleur voir inférieur à celui d’autres pays.
OK le modèle coréens ou taïwanais n’était pas transposable en France. Mais le modèle
allemand l’était.
En Allemagne, il n’y a pas de confinement strict.
Les mesures coercitives sont prises à l’échelon de la région, en fonction des spécificités
locales.
L’esprit est de tester toute personne suspecte et d’isoler ces personnes, et laisser le reste de la
population vaquer à ses occupations.
Pour quel résultat : 200 morts par jour environ et tendance stable.
Pour rappel, le confinement ne sert pas à éradiquer la maladie, mais à :
1) Gagner du temps pour trouver un remède (médicament ou vaccin) sans saturer le système
de santé
2) Réduire le risque de mutation du virus
3) ca que les personnes âgées meurent de leur belle mort et pas du COVID.
A 100 – 150 morts par jour, l’objectif est atteint, si l’on analyse froidement.
La question est maintenant de savoir pourquoi la méthode du gouvernement français est aussi
mauvaise.

7

Parmi les facteurs, j’ai la conviction que :
1) Culture centralisatrice française
2) Inculture économique et incompétence crasse des personnes aux postes de décision. Petit
monde de hauts-fonctionnaires coupés des réalités et qui ne cherchent qu’à exister.
3) Collusion entre le politique et la haute finance.
Ils savent que la France ne pourra jamais rembourser ses emprunts.
La crise est une formidable opportunité de berner le bon peuple et de se gaver de leur épargne,
tout en attribuant les causes à la crise sanitaire.
C’est une « licence to debt » inespérée. Mais pour que cela marche, il faut affoler le bon
peuple.
CAMBON
4 May 2020
Révélation : l’armée française commande de la chloroquine en secret !
> Chers amis,
> Très court message aujourd’hui pour vous donner ces 2 informations très
importantes :
L’armée française a reçu de la chloroquine pour ses soldats !
> Pendant que le Président Macron et Édouard Philippe interdisent aux médecins de
ville de prescrire le traitement du Pr Raoult à leurs patients…
> …l’armée française a commandé aux Chinois des barils entiers de chloroquine !
> Cette information stupéfiante a été révélée par une vidéo pirate, où l’on voit les
fameux barils de chloroquine arriver à l’aéroport de Roissy.
« Cette vidéo est authentique », a confirmé le journal Libération.
> Devant cette preuve irréfutable, l’armée a confirmé officiellement qu’il s’agit :
« d’un achat de précaution si jamais la chloroquine était validée par les autorités de
santé comme étant utile pour lutter contre le Covid-19 [1] ».
> Donc, pendant que nos grands pontes critiquent le Pr Raoult…
> …l’armée française, elle, a compris que son traitement était très prometteur, et
constitue des stocks !
>
Une région d’Italie distribue gratuitement l’hydroxychloroquine !
> Depuis le 23 avril, de grandes quantités d’hydroxychloroquine (Plaquenil) ont été
distribuées gratuitement dans les 1 500 pharmacies du Piémont, en Italie [2].
> L’objectif est de permettre aux malades du Covid-19 de recevoir ce médicament dès
que possible, à leur domicile !
> Et c’est exactement ce que recommande le Pr Raoult : traiter les patients le plus tôt
possible, dès les premiers symptômes !
> En France, la situation est absurde : on n’autorise le protocole Raoult qu’à l’hôpital
et pour les malades en état critique… à un stade auquel ce traitement est inefficace !
s
> Guillaume Chopin
Sources :
> [1] Armée française : chloroquine pour Covid 19
> [2] La Reppublica : Distribution de Plaquenil dans le Nord de l’Italie

Charles Heyd
5 May 2020
Je vous réponds mais aussi à #Franck;

8
hier après-midi je discutais avec une amie de la pandémie et à un moment donné on a
parlé du Charles De Gaulle; je m’étonnais qu’on n’ait pas, ou plutôt plus, de nouvelles
de son équipage (et ce celui de son groupe aéronaval);
environs une heure après la nouvelle est tombée: sur les plus de 1 000 cas tous sauf
deux (dont toujours en réanimation) sont sortis d’affaire;
si ce n’est pas une démonstration éclatante que le covid-19 frappe en priorité et en
écrasante majorité les personnes âgées et/ou déjà affaiblies par d’autres affections, ce
que dit d’ailleurs CG, je me demande ce qu’il faudra comme démonstration à nos
“experts” tant politiques que même médicaux et scientifiques!

Steve
4 May 2020
Bonjour
Excellent article résumant bien la situation! E. Macron s’étant autoproclamé “chef de guerre”,
chef de guère étant donné la pénurie serait plus approprié, j’ai eu la curiosité d’aller lire le
rapport sur l’état de l’armée de l’air française en 1940, car elle a beaucoup été accusée pour
expliquer la défaite. Et j’ai découvert qu’en fin de compte, les mêmes qualificatifs pour
caractériser la pénurie d’avions modernes, de munitions etc… pouvaient exactement
s’appliquer à ce qui nous arrive depuis la mi-mars: changements de doctrine ( invoqués par
M. Touraine) , manque de communication, retard des commandes à l’industrie,
désorganisation etc…Donc je rejoins, en partie, D. Monod Broca en disant que le problème
s’étend au delà du chef de guère actuel et de ses sbires propagandiers; Il faudrait peut être
s’interroger sur le centralisme forcené (mais qui a aussi maintenu le pays) compliqué par les
“prés carrés” des différentes administrations qui se surveillent férocement : à peu prés comme
ces paysans qui mettent une double clôture à leurs prés car ils ne supportent pas l’idée que la
vache du voisin vienne brouter 10 cm de LEUR herbe en passant la tête à travers les fils!
Nassim Taleb a lui aussi critiqué la réaction des gouvernements occidentaux; un récent article
paru sur 0hedge , analysant la réponse suédoise a justement mis en cause le modèle pondu par
Neil Ferguson de l’Imperial College qui prévoyait jusqu’à 500 000 morts en G.B. Il a lui
même rectifié son erreur après sa guérison du Covid : retour à environ 20 000 décès, mais trop
tard: le gouvernement britannique qui était parti pour ne pas confiner, comme les suédois ou
les allemands, a fait volte face après le premier rapport.
Didier Raoult, dans son interview du 21 avril, a bien insisté sur la différence de réaction entre
pays pauvres et pays riches occidentaux: complexité et lenteur de la prise de décision, argent
considérable en jeu excitant les convoitises…
Il semblerait que ce virus ait des comportements bizarres. Ce qui n’aurait rien d’étonnant s’il
résulte d’une chimère (comme celle décrite en 2015 par les chercheurs des labos chinois
financés aussi par les US ). Si tout le monde scientifique, comme l’a suggéré Montagnier,
savait, par les publications spécialisées, ce qui se passait dans les labos P4, il ne faudrait pas
trop s’étonner de la panique aggravée des politiques.
Comme l’a rappelé le Pr. Raoult, la décision politique résulte de nombreux facteurs
complexes. (Rappelons que dans le cas du sang contaminé, la décision de continuer les dons
du sang dans les prisons, qui aggrava l’épidémie de Sida en France fut une décision politique,
contre l’avis des médecins – voir témoignage du Pr. Cot)
Ce qui devrait constituer une priorité, ce pourrait être de constater que 80 ans après la défaite
de 40, les mêmes effets résultent des mêmes causes, au delà de l’insuffisance des uns ou des
autres qui se succèdent. Si nous ne réformons pas notre état, la même chose se reproduira

9
autrement. Espérons alors que les structures de l’Union Européenne ne fonctionnent pas aussi
comme l’Etat français de 1940, à la puissance 27!
Ockham
4 May 2020
Lu à Saint-Pierre et Miquelon votre démonstration est un Mont-Blanc de vérité. Il n’y a eu
qu’un seul Covid-19 avec une légère toux. Lu en Bretagne ou en Aquitaine, il reste une
montagne de vérité car le fait de déambuler à 50 dans un hypermarché est beaucoup plus
dangereux qu’à deux ou trois dans un petit commerce ou un parc. Lu dans les provinces
autour de l’Île-de-France et surtout dans l’Est, elle est presque acceptée mais au fait comme
vous l’écrivez c’est surtout l’homme politique qui a peur des conséquences sur le système
hospitalier donc par ricochet c’est lui qui a peur des violentes critiques. La logique jacobine
remplace la logique scientifique. En Ile de France avec son immense couronne le métro, le
bus, le tram, l’ascenseur et l’avion font peur. Si peur que les gens refuseraient et seraient
encouragés par les gauchistes comme par les nationalistes jusqu’au LR à se rebeller
ouvertement devant une incurie patente que les mêmes ont férocement voulu. Et tous ces deux
extrêmes le savent. 
Alors la solution politique nie le scientifique et impose le confinement pour tous jusqu’à Saint
Pierre et Miquelon. C’est l’ EGALITE ! Cela donne le temps aux statistiques de se lisser
parce que rien n’était prêt d’une part et d’autre part la gauche ou à la droite jusqu’au LR
n’aurait jamais accepté que nous préparions autant de matériel, de lits et de masques pour être
prêt car ce qui compte en France ce sont les dépenses de la CAF, les émigrés, les subventions
aux médias et aux syndicats par dizaines de milliards ….  Pour que i) soit ils parlent
gentiment (médias) ii) soit se taisent (CGT).
De toute façon il y aura le même nombre de morts qu’une grippe féroce lequel nombre est
avec les années toujours plus élevé que la grippe normale car la population vieillit. La
statistique d’espérance de vie fait partie du classement mondial de réussite entre états ce qui
est honorable mais en conséquence les populations occidentales sont devenues beaucoup plus
vielles donc plus diabétiques, plus hypertendues, plus obèses. La jeunesse des pays africains
semble donner raison à ce raisonnement. C’est en fait une pandémie beaucoup plus excitante à
Science-Po qu’en fac de Sciences !
zorgbibes
4 May 2020
Vous pouvez rejoindre Boris Johnson à Londres.
Le problème n’est pas tant nos politiciens que le peuple qui a voté Macron après Hollande
après Sarkozy. Et il en redemande. Il lui en faut un pire que le précédent à chaque fois.
4 May 2020
Comme vous êtes méchant avec nos élites ! Résumons : ils disent que c’est de la Chine que la
pandémie est arrivée et qu’il faut donc réduire la dépendance et les échanges avec ce pays.
Solution imposée par les mêmes : l’écologie : voitures électriques, moulins à vent, électricité
solaire qui nécessitent tous les matières premières chinoises (terres rares) et la technologie
chinoise : fabuleux non ?
Par contre concernant le professeur Raoult, avant d’affirmer (selon quelle preuve?) qu’il a
raison contre tout le monde, je vous invite à lire les articles de la revue Prescrire qui est,
comme chacun sait, totalement indépendante de tous laboratoire pharmaceutique (y compris
ceux qui vendent l’ hydroxychloroquine et l’azythromycine :
https://www.prescrire.org/Fr/203/1845/58597/0/PositionDetails.aspx
entre autres…

10

Jacques Ady
5 May 2020
D’où sortez-vous votre chiffre de 1% ? Le taux de mortalité du coronavirus est
probablement bien plus proche de 0.1%.
Pourquoi ne retenez-vous pas, dans vos hypothèses, celle de la disparition pure et
simple du virus (à l’instar de beaucoup d’autres virus pour ne pas dire tous) ?
Cette épidémie n’en dit-elle pas finalement plus sur notre système de santé et nos
gouvernements que sur tout le reste ?
nicole
4 May 2020
Je partage complètement cette analyse pertinente et vis ce confinement comme une atteinte
profonde et injustifiée aux libertés fondamentales.
Je ne peux m’empêcher alors de me poser la question : quand la résistance va t elle enfin se
structurer et comment faire émerger le chef qui guidera les résistants vers un lieu d’espérance
? Il y a un moment où agir devient la seule perspective possible.
Anna POTHIN
4 May 2020
“Dans le fond, c’est là la vraie malédiction française : plus l’État échoue, plus il grossit et plus
il grossit et plus les pétainistes qui se sont réfugiés à l’intérieur de l’état votent pour Vichy.
Nous y sommes à nouveau.”
« Plus l’Etat grossit, plus il est inefficace et plus il coûte… et plus on va dans le mur… de la
faillite.
Il est donc urgentissime de ne pas seulement le dénoncer, mais surtout de trouver des
solutions pour y remédier ! Comment infléchir l’opinion publique de se détourner d’une
recherche de plus en plus accrue de sécurité, parce que c’est de la sécurité qu’il s’agit ? Il faut
encourager la recherche d’un j u s t e é q u i l i b r e entre la sécurité et la prise de risque,
trouver les avantages à la “prise de risque” (satisfaction personnelle dans le dépassement de
soi, découverte de solutions meilleures, amélioration de la situation économique et
matérielle… etc. trouvez les !). Il est grand temps de proposer à la société une amélioration de
leur situation par : plus d’effort…, plus de responsabilité…, plus d’action positive… tomber
et se relever… pour avancer dans la vie…
bibi
4 May 2020
Les points que vous recommander sont quasiment ceux qui ont été mis en application lors de
l’épidémie de grippe aviaire (H5N3) en 2018.
Seule une partie du territoire à vu les canards être confinés le sud-ouest.
Test systématiques dès qu’un cas suspicieux était présent.
Prise en charge du canard infecté et de ceux qui ont été en contact avec (par une méthode
expéditive abattage).
Bilan à l’avenir confier la gestion de la prochaine crise sanitaire humaine au ministère de
l’agriculture qui lui au moins c’est gérer le bétail que nous sommes maintenant.
Oblabla
4 May 2020
Encore un excellent papier qui tranche avec les réflexions nullissimes qu’on lit par ailleurs.
Par ailleurs, je souhaite revenir sur votre remarque suivante:
” En un mois de confinement, je n’ai entendu aucun journaliste « officiel » et aucun « officiel-

11
officiel « expliquer que le virus n’attaquait que les vieux, les obèses et les diabétiques et que
pour les autres, elle n’était pas plus dangereuse qu’une grippe. ”
Je souhaite livrer à votre sagacité les quelques éléments qui suivent.
Tout d’abord, j’ai dans mon entourage 4 personnes âgées de 30 à 40 ans, deux hommes et
deux femmes qui n’entrent dans aucune des catégories que vous décrivez et qui ont attrapé le
covid19 et ça ne s’est pas bien passé du tout. Elles ont survécu à 3 ou 4 semaines
d’hospitalisation avec fièvre, épuisement et problèmes respiratoires sérieux. A leur sortie elles
vont avoir besoin d’une longue convalescence et de rééducation.
Ensuite, je vous recommande la lecture du chemin de croix vécu par un rédacteur du journal
l’Équipe qui, il est vrai est un homme d’une cinquantaine d’années fort pour ne pas dire
obèse.
Franck
4 May 2020
Si c était si grave que cela.
Il y aurait eu 100 millions de morts min dans le monde.
Faite le pourcentage du nombre de morts en fonction de chaque épidémie qu’il y a eu
par le passé.
Le coronavirus est celle qui a fait le moins de mort alors qu’elle est bcp plus
contagieuse.
C’est dire à quel point c’est bcp moins grave que la grippe.
Le seul problème ceux sont les défenses immunitaires qui s’activent en trop grand
nombre pour une toute petites minorités d’infectés et de l’eau vient dans les poumons
en réaction à l’inflammation.
Des amis l’ont eu ils n’ont rien eu.
Des amis des amis l’ont eu rien.
De mon côté je n’ai strictement rien constaté.
Je n’ose même pas imaginer le nombre de personnes qui ont dû l’attraper et tousser
quelques jours et puis plus rien.
L‘année dernière J’AI ATTRAPÉ LA GRIPPE J’AVAIS DU MAL À RESPIRER.
J’AI EU LES POUMONS INFLAMME.
L’HOPITAL ÉTAIT BONDÉ DE PERSONNES ÂGÉS TRÈS MZL EN POINT
CERTAINS AVEC UN MASQUE POUR RESPIRER.
Le coronavirus c’est une grippe mais très contagieuse c’est tout.

Jean-Michel BARDOU
4 May 2020
L’étouffante emprise de cet Etat aussi tentaculaire qu’incapable est en train de tuer les
dernières individualités qui existaient dans la nation au sein de ses TPE et PME qui se situent
entre autres au niveau des restaurants, spectacles, évènementiel général, couture, prêt à porter,
commerces de détail en général. Regardez par exemple, la fabrication des masques dont tous
les médecins, pharmaciens, hôpitaux et public ont fait appel à la générosité des merceries et
même de leurs administrés et maintenant à qui il est interdit de vendre des masques qui sont
réservés à l’industrie sous le prétexte de normes obligatoires. Ils doivent avoir raison! Qu’ils
continuent à bouffer chez Mac do et Leclerc mais qu’ils ne se plaignent pas de mal digérer et
de porter des fringues qui se déchirent après quelques rares mises! Quand j’étais moins vieux,
je vivais dans un plus beau pays. C’est vraiment triste pour nos enfants.
JIM

12

5 May 2020
Les faits fondamentaux à retenir des informations du Pr RAOULTet d’autres
épidémiologistes indépendants.
– un vaccin ne servira à rien puisque comme vous l’avez dit la plupart des virus ne
sont pas immunisants .
– la fiabilité des tests pose question car il y a de nombreuses souches de coronavirus et
celui-ci on ne sait pas le tester .
– la plupart des virus disparaissent sans qu’on sache exactement pourquoi.
– si ce qu’a annoncé le Pr MONTAGNIER est vrai (virus conçu par manipulation
humaine dans un labo) sa viralité est exacerbée , mais sa durée de vie est courte
comme pour tout virus.
Par conséquent la stratégie de la Suède est la bonne et elle est conforme aux
prescriptions des vrais épidémiologistes .
La situation dans laquelle la majorité des grands pays est plongée résulte de la panique
des politiciens après les prévisions totalement fausses du Pr FERGUSSON de
l’Imperial College de Londres .
Mais n’en soyons pas surpris quand on sait qu’il fait partie des institutions majeures
du New World Order!
Jacques Ady
5 May 2020
JIM vous a déjà répondu, cela dit votre chiffre de 335.000 morts est aussi crédible que
les prévisions des spécialistes qui conseillent le gouvernement. La Suède est le contre-
exemple type.
Je ne sais d’où vous sortez votre chiffre de 0.5% non plus, quand il semble que la
mortalité réelle de ce virus est plus proche de 0.2% : car personne ne sait quel % de la
population a contracté le virus – beaucoup de gens sont asymptomatiques, et aucun
pays n’a testé 100% de sa population.
« On » ne pouvait pas laisser l’épidémie grandir naturellement sans rien faire.
C’est pourtant ce qu’a fait la Suède, peu ou prou.
sissou
4 May 2020
Merci pour ce coup de projecteur et dans la désinformation il y a l’exemple des pays ou le
problème a été réglé facilement. Il se trouve que l’un d’eux jouxte notre frontière c’est
l’Allemagne. Alors ce pays à beaucoup de lits ce pays teste mais au fait il soigne avec quoi?
car il y a beaucoup plus de guérison! Aucun média ne donne l’information car je pense que la
chloroquine doit avoir une bonne place avec l’antibiotique. On peut aussi rajouter la
Turquie…Mais elle c’est la chloroquine…
Viktor
4 May 2020
Reconnaissons d’abord que pour les mondialistes, mettre au pas plus de 7
milliards d’individus, simplement en leur foutant la trouille, avec une bonne
dose médiatique d’ingénierie sociale : il fallait oser. Ils l’ont fait. C’est un
véritable coup de maître !
Cela est une avant-première de la gouvernance mondiale qui sous les apparences
de la démocratie, va devenir une prison sans murs et dont la laisse qui nous y
retient va être à longueur variable, comme celle que nous utilisons pour notre

13
chien. Un système d’esclavage à la consommation et au divertissement, où les
esclaves vont avoir l’amour de leur servitude. Quant au “kolossal” profit, pour une
vaccination obligatoire pour tous, avec en bonus une puce nano RFID, sans plus attendre, les
jeux sont déjà faits.
humpty-dumpty
4 May 2020
Excellent comme à l’accoutumée !
De petites remarques tout de même sur le volet médical :
Sur le Pr Raoult, certes la façon de vouloir le faire taire de certains commentateurs officiels
est aussi lamentable que toujours, et il serait bon d’évaluer si son protocole permet ou non un
gain significatif avant de le condamner. Toutefois, avec les données dont nous disposons à ce
jour, justement, un tel gain n’est pas du tout établi à l’heure actuelle ! Je vois autant
d’attitudes anti-scientifiques de la part des thuriféraires de R. que de ses détracteurs.
Jacques Ady
5 May 2020
À ce moment-là il faut dire la même chose de tous les autres médicaments et
protocoles tentés par des médecins sur leurs malades du Covid-19 dans l’objectif de
les soigner avec les moyens du bord (antibiotiques notamment, mais aussi
anticoagulants…).
Votre remarque va dans le sens d’une médecine décidée en haut, à Paris, par d’obscurs
médecins-technocrates, et applicable de façon homogène partout en France par tous
les médecins, ce qui est l’absolu contraire de la liberté de soigner et d’être soigné.
Franck
4 May 2020
Bonjour Mr Gave,
Merci énormément pour votre soutien.
Vivre en France quand on est attaché aux libertés individuelles et quand on en comprends le
bien fondé en faisant appel au bon sens est assez éprouvant surtout depuis ce confinement.
Aussi incroyable que cela puisse paraître, j’ai eu l’impression d’être en Corée du Nord
pendant 2 mois, quand dans le nord (Suède Allemagne) certains pays se sont contenté
simplement de demander à leur peuple de respecter la distance et éviter les rassemblements, et
en aucun cas la moindre sanction ou amendes ou toute sorte d’entrave à la liberté comme un
confinement total ayant été exigé.
Dans les faits on ne peut constater à quel point ce que vous dites est vrai qd on voit les
statistiques dans le passé concernant la grippe et la différence de gestion d’une crise entre un
état lourd et centralisé comme la France comparé à un état décentralisé comme la Suède ou
Norvège.
Heureusement qu’il y a internet pour éviter que l’endoctrinement programmé par les médias
et politiques ne continuent à abrutir la majorité d’entre-nous.
Respectueusement.
Stéphane C
4 May 2020
Comme vous parlez de mathématiques et si vous souhaitez chers lecteurs avoir une réelle
analyse des faits allez sur ce site : scmsa.eu/archives/SCM_Coronavius.pdf
Cette entreprise ( SCM = Société de Calcul Mathématique) est dirigée par Bernard Beauzamy
: un homme tout aussi clairvoyant que notre cher Charles GAVE.

14

Paplus
4 May 2020
J’ai regardé le dernier article par hasard, et je vois comme conclusion “très claire” que
le confinement n’est pas efficace parce que le nombre de morts par millions dans les
pays confinés est plus élevé… Mon dieu, il m’a fallu moins d’une minute pour
comprendre l’étendue de la bêtise partisane, s’il vous plaît ne comparait pas à notre
honorable Charles Gave qui dans ce cas là aurait quand même pu concéder que c’est
quelques crans au-dessus de la grippe et qu’il y a un risque d’évolution défavorable du
scénario.
Si les pays en confinement ont plus de morts par habitants c’est parce qu’ils sont
arrivé à un stade ou la population supporte en grande majorité la mesure. Évidemment
que la plupart des pays qui n’ont pas de mort ou qui ne sont pas en mesure de le
constater n’ont pas de raison de se mettre en confinement….
Xavier
4 May 2020
La pire grippe récemment était celle de 2014/2015, qui a fait 18300 morts en 1 année.
Le covid a fait 24895 morts en 3 mois.
https://www.planetoscope.com/mortalite/1388-deces-dus-a-la-grippe-en-france.html
Jacques Ady
5 May 2020
24895 morts en 3 mois… en France, suite à une gestion calamiteuse. Une gestion
intelligente, de type Allemagne, aurait conduit à 5 fois moins de morts, soit 5.000
morts (mettons 7.000 une fois l’épidémie terminée, car elle est en déclin).
On peut prendre la gestion suédoise aussi, si vous voulez.
MVS
4 May 2020
Ce qui me choque le plus, c’est l’abandon TOTAL de notre Etat omnipotent. Les entreprises
font leur possible pour gérer ce confinement et éviter l’apocalypse. De leurs côtés, nos chers
fonctionnaires ont tout simplement fermé toutes leurs portes. Pour eux “confinement” a
simplement voulu dire “fermeture totale”: tribunaux fermés, services d’urbanismes fermés,
transports publics réduits à quasi rien, bureaux des hypothèques fermés, la Poste à 40%, les
déchetteries fermées, les collectes des déchets à 50%, les profs à 20% (et encore…)…. J’ai
juste honte de ce pays qui a peur de tout.
Denis Monod-Broca
4 May 2020
Quand le système immunitaire tue le malade
L’un des modes d’action du coronavirus est de provoquer une sur-réaction du système
immunitaire, un « orage de cytokines », qui empêche les alvéoles des poumons de remplir leur
office et peut foudroyer le malade.
N’est-ce pas ce qui arrive à nos pays ? La France, pour se défendre, a arrêté presque
complètement son économie. Ne s’agit-il pas d’une semblable sur-réaction, qui risque de
l’asphyxier, de mettre en péril sa vie-même ?
L’organisme « croit » bien faire en mobilisant son système immunitaire contre le virus, celui-
ci se mettant à synthétiser en grand nombre des cytokines qui signalent et combattent le virus.
Nous avons collectivement cru bien faire en concentrant nos efforts sur l’accueil des malades

15
Covid-19 dans les hôpitaux. Mais n’avons-nous pas involontairement provoqué l’équivalent
d’un orages de cytokines : un orage de signaux d’inquiétude qui empêche l’économie de
remplir son office, étouffant l’organisme national tout entier ? Les milliards déversés jouent le
rôle de l’oxygène des respirateurs qui maintiennent en vie le malade. Mais se rétablira-t-il ? Il
ne faudrait pas que l’oxygène vienne à manquer ni que le coma dure trop longtemps.
Denis Monod-Broca
4 May 2020
@ Charles Heyd
Non, ce n’est pas si simple. Macron a sa part de responsabilité, oui, certes, mais toute
la classe médiatico-intellectuello-politique aussi, et au-delà nous tous Français aussi
puisque, nolens volens, nous nous en accommodons… et que cette sur-réaction,
résultant de notre attachement exagérément sacré à la vie, nous convient très bien dans
l’ensemble…
Thierry Balet
4 May 2020
Comme quoi l’après Covid sera bien pire que le virus en soit………
A se demander ce qu’ils sont prêts à nous réserver le jour où une centrale nucléaire aura un
“incident”………
Merci pour ce billet très éclairant.
Huger
4 May 2020
Certes, et nos gouvernants ont ajouté la crise économique au problème sanitaire crée par des
années de politique bureaucratique de la Santé.
Pour compléter il faudrait préciser que la panique a été orchestrée au niveau mondial, ce qui
ouvre bien d’autres perspectives et questions. A ce tsunami mondial (et mondialiste), les Etats
ont réagi différemment. Au vu des résultats, il est certain que le nôtre a failli plus que
d’autres. Bien plus, certaines décisions ou non décisions ont empiré la situation, du moins
certains personnages influents ont donné des conseils qui ont aggravé, et l’épidémie, et la
panique.
Qui a ordonné aux médecins de ne pas soigner les malades peu atteints et de les laisser chez
eux avec du paracétamol? “Sauf si ça s’aggrave…” Et ça s’est aggravé dans un certain
nombre de cas…
C’est à mon avis un point sur lequel il faudra revenir de toute urgence: cesser de transformer
les médecins en fonctionnaires de la santé chargés d’appliquer des protocoles définis “en
haut”. Avec des intérêts mercantiles à la clé, comme on a eu l’occasion de le découvrir.
(A ce sujet, une initiative bienvenue sur https://noublionsrien.fr/ )
Ajoutons que les cliniques privées ont été sommées, de façon centralisée là encore, de
renoncer à tous les actes non urgents, d’où pour certaines, une inactivité préoccupante. Est-ce
si compliqué de laisser chaque directeur d’établissement décider en fonction des informations
qu’il possède?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »