www.familiaplus.com

à faire circuler largement, merci, le monde est déjà meilleur grâce à ce simple geste de solidarité.


UNION EUROPENNE = UNION SOVIETIQUE (ru, 9
mars 2013) – 





 Vladimir Boukovski est écrivain, ancien dissident soviétique et
prisonnier politique, il a passé 12 ans dans les geôles de l’URSS. 




Il vit
aujourd’hui à Cambridge/GB. 




Boukovski a exposé sa vision de l’U.E. et ses
similitudes avec l’URSS ici : 



http://www.youtube.com/watch?v=aXNAwEpOkC0



 


Voici la transcription (par l’ UNEC) du texte
de cette mémorable vidéo YouTube (parue le 27 mars
2013) :


« Il est très étonnant qu’après
avoir enterré le monstre URSS, on en construit un autre, tout à fait
semblable : l’Union Européenne. Qu’est-ce, au juste, que l’Union
Européenne ? Nous y répondrons peut-être en examinant
l’URSS.


L’URSS était gouvernée par 15
personnes non-élues qui se nommaient entre elles et qui n’avaient à rendre de
comptes à personne. L’U.E. est gouvernée par deux douzaines de personnes qui se
sont choisies entre elles, qui se réunissent à huis clos, qui ne rendent de
comptes à personne et qui sont indélogeables.


On pourrait dire que l’U.E. a un
parlement élu. Bien, l’URSS avait aussi une sorte de parlement : le Soviet
Suprême. Ils approuvaient sans discussion les décisions du Politburo, tout comme
au Parlement européen où le temps de parole de chaque groupe est limité et est
souvent de moins d’une minute par
intervenant.


Dans l’U.E., il y a des centaines de
milliers d’eurocrates avec des salaires faramineux, du personnel, des
serviteurs, des bonus et des privilèges, une immunité judiciaire à vie,
simplement mutés d’un poste à un autre quoi qu’ils fassent ou ne fassent pas
bien. N’est-ce pas exactement comme le régime soviétique ?


L’URSS a été créée par la contrainte
et très souvent avec l’occupation armée. L’U.E. se crée, certes non pas par la
force armée, mais par la contrainte et la pression
économique.


Pour continuer d’exister, l’URSS
s’est étendue toujours plus. Dès qu’elle a cessé de s’étendre, elle a commencé à
s’effondrer. Et je pense qu’il en sera de même pour
l’U.E.


On nous avait dit que le but de
l’URSS était de créer une nouvelle entité historique : le Peuple, et qu’il
fallait oublier nos nationalités, nos traditions et nos coutumes. C’est la même
chose avec l’U.E. Ils ne veulent pas que vous soyez Anglais ou Français, ils
veulent que vous soyez tous une nouvelle entité historique : les Européens.
Faire disparaître vos sentiments nationaux et vous forcer à vivre en communauté
multinationale. 73 ans de système en URSS ont abouti à plus de conflits
ethniques que nulle part ailleurs dans le monde.


L’une des grandes ambitions de l’URSS
était de détruire l’État-nation. Et c’est exactement ce que nous voyons en
Europe aujourd’hui.  Bruxelles veut
engloutir les États-nations pour qu’ils cessent
d’exister.


Le système soviétique était corrompu
de la tête aux pieds, et il en est de même pour l’U.E. La corruption endémique
que nous voyions dans la vieille URSS fleurit en U.E.  Ceux qui s’y opposent ou qui la
dénoncent sont réduits au silence ou punis. Rien ne change. En URSS nous avions
le goulag. Je pense qu’on l’a aussi dans l’U.E.  Un goulag intellectuel nommé « le
politiquement correct ». Quand quelqu’un veut dire ce qu’il pense sur des
sujets de race ou de genre, ou si ses opinions diffèrent de celles approuvées,
il sera ostracisé. C’est le début du goulag, le début de la perte de votre
liberté.


En URSS, on pensait que seul un État
fédéral éviterait la guerre. On nous raconte exactement la même chose dans
l’U.E.  Bref, la même idéologie et
les mêmes systèmes. L’U.E. est le vieux modèle soviétique servi à la sauce
occidentale. Mais j’insiste, comme l’URSS, L’U.E. porte en elle les germes de sa
propre perte. Hélas, quand elle s’écroulera, car elle s’écroulera, elle laissera
derrière elle une immense destruction et de gigantesques problèmes économiques
et ethniques.


Le vieux système soviétique n’était
pas réformable, L’U.E. non plus. Mais il y a une alternative à être gouvernés
par ces deux douzaines de responsables autoproclamés à Bruxelles. Cela s’appelle
l’indépendance. Vous n’êtes pas forcés d’accepter ce qu’ils ont planifié pour
vous. Après tout, on ne vous a jamais demandé si vous vouliez les rejoindre.
J’ai vécu dans votre futur et ça n’a pas
marché. »
Traduction »
Aller à la barre d’outils