Rappel, invitations gratuites à la fête ces trois jours

Invitation: Unil, Liberté et Gratuité…



Vous en avez rêvé… nous l’avons fait!!!
Voir le travail de 19 metteurs en scènes romands, en même temps, au même endroit:
Simone Audemars, Cisco Aznar, Jo Boegli, Vincent Bonillo, Dominique Bourquin, Domenico Carli, Ludovic Chazaud, Armand Deladoëy, Sandra Gaudin, Fabrice Gorgerat, Benjamin Knobil, Sarah Marcuse, Yann Mercanton, Andrea Novicov, Paola Pagani, Marielle Pinsard, Jean-Michel Potiron, Jérôme Richer et Matthias Urban

Pour célébrer son 25ème anniversaire de programmation, Liberté et Gratuité a invité les metteurs en scène fidèles du théâtre à s’associer à des chercheurs de l’UNIL issus de toutes les facultés:
Yohan Ariffin, Marc Audétat, Samuel Bendahan, Laura Bernardi, Jean-François Bert, Anne Bielman, Maya Burger, Danielle Chaperon, Yves Erard & Joséphine Stebler & Marco Motta, Jacques-Antoine Gauthier, Alain Kaufmann, Adria Le Boeuf, Daniel Maggetti, Silvia Mancini, Lise Michel, Stéphane Morandi, Nelly Niwa, Marie Santiago et Denis Tappy.

Chaque chercheur a, selon son domaine d’étude, décliné la thématique Liberté et Gratuité pour nourrir l’inspiration d’un artiste. Pour en débattre, chaque binôme a alors embarqué à Ouchy le temps d’une croisière sur le Léman ! De retour sur la terre ferme, l’amorce d’un projet théâtral a germé.

GRANGE25=ART+UNIL rend compte sur scène de ces 19 rencontres, sous formes de saynètes de dix minutes. Elles mettent à l’honneur l’art et le savoir et remettent en jeu les conventions habituelles des représentations.

La Grange et son foyer ouvriront leurs portes pour 3 jours de fête et de spectacles, de formes et de contenus inédits, un colloque, le vernissage d’une publication-anniversaire, de la musique et des cocktails !

Prix libre! Programme complet, informations et réservations sur www.grangededorigny.ch ou au 021 692 21 24 / 27


http://desiebenthal.blogspot.ch/2017/02/unil-la-grange-argent-ethique-bonheur.html

http://desiebenthal.blogspot.ch/2015/05/la-monnaie-7-fonctions-principales.html

grange25 =art+unil
du 2 au 4 mars 2017

3 jours de fête

25e anniversaire
grangededorigny.ch

Préambule
Déborah Philippe, vice-rectrice «Carrières et société »,
en charge du Bureau des affaires culturelles (BAC)
Lieu de rencontre et de résonance des savoirs
et des connaissances, l’université constitue un
espace privilégié de création, d’échange et de
diffusion de la culture et de l’art, en lien direct
avec ses missions fondamentales de formation et
de recherche.

À l’Université de Lausanne, l’action culturelle
et artistique constitue un élément essentiel
de son identité et de sa réussite, allant ainsi
bien au-delà d’une simple animation du campus.
Véritable acteur culturel, l’UNIL peut s’appuyer
sur son théâtre pour se saisir de la culture dans
toutes ses dimensions et développer une politique
culturelle et artistique singulière.
Fortement ancré dans son territoire et situé au
coeur du campus de l’université, le Théâtre La
Grange de Dorigny constitue en effet un véritable
lieu de vie, de réflexion et d’épanouissement
personnel.

Il a ainsi permis de valoriser la
recherche artistique contemporaine en défendant
et célébrant depuis vingt-cinq ans la création
artistique dans toute sa diversité.
Humaniste et citoyenne, l’Université de Lausanne
possède, au travers de son théâtre, une scène
qui se fait miroir de la société, renforçant ainsi
le lien entre le monde académique et celui de la
cité. Ouvert à tous, ce théâtre reflète le rôle de
passeur de sens qui caractérise l’université et de
démocratisation du savoir par l’intermédiaire de
la culture. Lieu de rencontre informel, il permet
d’éveiller la curiosité, d’évoquer et de questionner
les grandes problématiques de société.
Le théâtre universitaire constitue également une
interface exceptionnelle entre art et recherche.
La science et l’art sont en effet deux émanations
de l’imagination et de l’habileté humaines. La
forme théâtrale, au travers de ses modalités
spécifiques d’écriture et de mise en scène, se prête
particulièrement à l’expérimentation et à la
coopération entre ces deux mondes. En témoigne
cet ouvrage, qui réunit dix-neuf binômes artiste/
chercheur explorant ensemble le thème « Liberté
et gratuité » et qui démontre ainsi qu’art et
science peuvent, de concert, célébrer la
créativité humaine.
INFOS
PRATIQUES
Entrée: prix libre
Réservation
indispensable au:
021 692 21 24 ou
grangededorigny.ch
Petite restauration
festive,
saucisses et soupe
Organisation et
renseignements:
Université de Lausanne
BAC–Bureau des
affaires culturelles
La Grange de Dorigny
021 692 21 27 – 021 692 21 12
grangededorigny.ch
culture@unil.ch
le foyer
Durant ces 3 jours
de fête, le Foyer est
réaménagé par Les
Ateliers du Colonel –
Serge Perret
& Laurent Junod.
La Fête
Jeudi
2 mars 2017
vernissage de la
publication Anniversaire
18h Ouverture
du bar en musique
18h45 Partie officielle,
en présence de Déborah
Philippe, vice-rectrice
«Carrières et société»
19h30–20h45 Spectacle
20h45 Pianococktail
de Géraldine Schenkel
Vendredi
3 mars 2017
13h30 – 17h Colloque
«Sciences et Théâtre:
hybridations,
télescopages,
inventions», organisé
en collaboration
avec Interface
sciences-société
de l’UNIL
à l’Anthropos Café
(bâtiment Amphipôle)
18h Ouverture du bar
19h – 21h30 Spectacle
Samedi
4 mars 2017
18h Ouverture du bar
19h – 21h30 Spectacle
21h30 – 23h30
Soirée dansante
À l’occasion des 25 ans de programmation,
une publication a vu le jour.
C’est en effet à l’automne 1992 que paraît le premier
programme de saison de la Grange, imprimé sur papier,
officialisant ainsi l’activité théâtrale du lieu.
25 ans plus tard… que s’est-il passé? où en est-on?
et surtout, où va-t-on?
Pour le savoir, vous pouvez acheter la publication
des 25 ans au tarif exceptionnel de CHF 15 les 2-3-4 mars !
(CHF 20 ensuite)
le livre
colloque
Sciences et théâtre :
hybridations,
télescopages, inventions
Les 25 ans de programmation de la Grange
de Dorigny sont une occasion propice pour
s’interroger sur les collaborations entre monde
universitaire et monde du théâtre. Cette demijournée
reviendra sur de nombreux projets et
sur les motivations et désirs de celles et ceux
qui s’engagent dans une aventure qui est à
même de renouveler leurs pratiques et leurs
questionnements. Une conviction préside à
ces rencontres : qu’ils soient universitaires,
comédiens, dramaturges ou metteurs en scènes,
tous s’inscrivent dans une démarche de recherche
et d’interdisciplinarité en actes.
à l’anthropos café
bâtiment amphipôle
accueil
Dominique Hauser – responsable de La Grange
Alain Kaufmann – sociologue et biologiste, UNIL
Retours sur des hybridations
entre sciences et théâtre
Jean-François Bert – sociologue et historien, UNIL
Armand Deladoëy – metteur en scène
Alain Kaufmann – sociologue et biologiste, UNIL
Yoann Moreau – anthropologue et dramaturge,
Mines ParisTech, EHESS
Fabrice Gorgerat – metteur en scène
Lise Michel – professeure de littérature,
de dramaturgie et de théorie du théâtre UNIL
Ludovic Chazaud – metteur en scène et comédien
Regards sur les télescopages
entre sciences et théâtre
Benjamin Knobil – auteur, metteur en scène, comédien
Danielle Chaperon – professeure de littérature,
de dramaturgie et de théorie du théâtre, UNIL
Pause café
Retours sur des expériences d’enseignement
entre sciences et théâtre
Michael Groneberg – philosophe, UNIL
David Giauque – sociologue, UNIL
Vincent Laughery et Basile Kaiser – étudiants, UNIL
à la grange
ouverture du bar
spectacle : GRANGE25 = ART + UNIL
vendredi
3 mars 2017
13h30 – 17h
Université de Lausanne
Bâtiment Amphipôle
Salle Anthropos Café
(métro M1: UNIL-Sorge)
Une rencontre
organisée par le
Théâtre La Grange
de Dorigny et
l’Interface
sciences-société de
l’Université de Lausanne
13h30 – 13h45
13h45 – 15h
15h – 15h45
15h45 – 16h15
16h15 – 17h
18h
19h – 21h30
Pour ses 25 ans de programmation, La Grange a invité les metteurs
en scène fidèles du théâtre à s’associer à des chercheurs de l’UNIL issus
de toutes les facultés et à débattre du thème « Liberté et Gratuité ».
Chaque expert a, selon son domaine d’étude, décliné cette thématique
pour nourrir l’inspiration d’un artiste. Pour en débattre, chaque binôme
a alors embarqué à Ouchy le temps d’une croisière sur le Léman!
De retour sur la terre ferme, l’amorce d’un projet théâtral a germé …
Grange25 = art + UNIL rend compte sur scène de ces 19 rencontres,
sous forme de saynètes de dix minutes. Elles mettent à l’honneur
l’art et le savoir et remettent en jeu les conventions habituelles
des représentations.
Le comité de pilotage de ce projet est constitué de Ludovic Chazaud
et Benjamin Knobil qui orchestrent l’évènement théâtral,
de Lise Michel qui s’occupe de l’aspect universitaire du contenu,
des deux étudiants-rédacteurs Cecilia Galindo et Jonas Guyot
et de Marika Buffat et Dominique Hauser du BAC-UNIL,
en charge de la programmation de La Grange.
Grange25 =
art + UNIL
LES 19 BINÔMES
À la reconquête de la liberté
individuelle et sociale
Face à une personne souffrant d’un trouble
psychique sévère, le soignant se trouve souvent
pris entre le devoir de respecter les libertés
individuelles et le droit à l’autodétermination
du patient, au risque de voir l’état de santé
de ce dernier se dégrader en cas de refus de
traitement, et celui de protéger l’individu
et ses proches, quitte à devoir recourir à des
soins contraints.
Un patient, prostré au milieu de grands
mannequins inexpressifs, ne peut se confronter
à autrui, ne peut s’inscrire dans la société.
Le patient entend des voix qui lui dictent sa
conduite et qui lui ôtent tout libre-arbitre.
Un médecin s’approche, se penche sur son cas,
refait avec lui l’anamnèse de sa situation et par
un jeu de questions-réponses cherche, au-delà
du protocole habituel, à lui redonner une
dignité qui fera de lui un être à part entière
et respecté d’autrui.
Mise en scène : Simone Audemars
Jeu: Vincent David
Stéphane Morandi
chercheur-enseignant,
Faculté de biologie
et médecine, psychiatrie
communautaire
scène bleue
Simone Audemars
metteure en scène,
comédienne,
programmatrice,
L’Organon puis Askéné,
Lausanne
et Ferney-Voltaire
LES 19 BINÔMES
Téléchargement illégal
et musique gratuite
– Si un truc est gratuit, moi je prends.
– J’te rappelle qu’on est devant
un concert gratuit.
– J’parie que pour toi ce qui est gratuit est
a priori mauvais.
– La musique «enregistrée», soyons précis.
Parce que « la musique», le live notamment,
s’est plutôt revalorisée. Et d’ailleurs,
le téléchargement illégal a diffusé
la musique comme jamais.
– Pas d’accord: les kids, ils auraient jamais pu
acheter toute cette musique, et comme ça
ils ont pu former leur goût.
– On a grandi en pensant que la liberté, c’était
de pouvoir télécharger gratos de la musique.
– On s’est bercés d’illusions mon gars.
– On s’est fait avoir. On a été utilisés par un
monopole encore plus grand que celui qu’on
pensait combattre.
LES 19 BINÔMES
La liberté dans un grain de sel ?
salarium.
Salarium, un acte poético-politique très salé.
Exhausteur de goût, substance de conservation,
monnaie d’échange, objet de troc, le sel peut
aussi devenir une arme politique, pour s’opposer
à une force colonisatrice. Marcher 386 km pour
aller recueillir le sel de la mer fit partie d’un des
moments choisis par Gandhi pour contrecarrer
les forces britanniques et impérialistes.
Sa «marche du sel » focalisa l’attention de
la presse internationale sur le sort des Indiens
et sensibilisa par là même le monde à la cause
de l’indépendance.
Il prend son titre comme une réponse
à la question formulée par Maya Burger:
« La liberté dans un grain de sel ? »
Dans «Salarium», un dieu ou une déesse nous
enchantera avec sa danse protestatrice libre
et salée. Cette créature divine sera le sel,
la mer et la sueur qui la portent. « La Marche»
sera le bal, la paix et la vérité : les dieux qui
tuent les démons. Ainsi «Salarium» sera le sel
qui conserve et qui nous éloigne de toute
corruption grâce à ses propriétés.
Mise en scène : Jo Boegli
Jeu: marc audétat, jo boegli, Rosanne Hucher
Mise en scène et chorégraphie : Cisco Aznar
avec la collaboration de : Jean-Philippe Guilois
Jeu: Deborah Di Benedetto, Marco Berney,
Adel Debabeche, Esther Vakonda
Marc Audétat
Interface
sciences-société, UNIL, et
chercheur-enseignant,
Faculté des sciences
sociales et politiques,
Institut des
sciences sociales
Maya Burger
chercheuse-enseignante,
Faculté des lettres,
section de langues
et civilisations slaves
et de l’Asie du Sud
Jo Boegli
metteure en scène,
comédienne,
Collectif Nunc,
Lausanne
Cisco Aznar
metteur en scène,
chorégraphe, danseur,
Cie Buissonnière,
Lausanne
scène jaune scène verte
LES 19 BINÔMES
Des accords équivoques
ou petite polyphonie libre
et gratuite
Qu’est-ce qui se joue entre les joueurs d’une pièce
de théâtre, entre des gens qui écrivent un même
livre, entre un maître et des élèves.
En explorant chacune de ces questions,
on voudrait à la fois trouver une manière de
jouer et répondre collectivement à la question :
comment s’accorde-t-on quand on joue?
Mise en voix et en corps des matières tirées
de l’ouvrage du Groupe anthropologique et
théâtre pour mettre en lumière la coexistence
sans hiérarchie ni compromission de savoirs,
de pensées, de styles, dans une œuvre résolument
commune. Petite polyphonie théâtrale libre
et gratuite?
LES 19 BINÔMES
Prométhée
en 600 secondes
Feu / Acier / Chaînes / Vengeance / Eschyle / Aigle /
Zeus / Putsch / Démocrate / Rocher / Vents / Foie /
Hermès / Pouvoir / Force / Républicains / Parano /
Grec / Nucléaire / Devin / Io / Heiner / Mythe /
Contemporain / Theatron / Théogonie / Muller /
Discorde / Rage / Titan / Pilori / Art / Rebelle /
Hésiode / Citoyen / Discours / Océan / Vache /
Connaissance / Maître / Industrie / Choeur /
Mortels / Privilège / Erinyes / Discorde / Sophiste /
Orgueil / Tyran / Monde / Brutal / Olympe / Rien /
Savoir / Révolution.
– J’ai accordé aux humains de ne plus voir
ce qui est à venir.
– à cette maladie quel remède as-tu trouvé?
– Je leur ai inoculé des espérances aveugles.
– Tu as rendu aux humains un grand service.
– Et je leur ai aussi procuré le feu.
Ils en apprendront des arts sans nombres…
– C’est donc pour ce délit que Zeus…
– …me tourmente sur ce rocher
et ne veut me détacher.
Mise en scène : Vincent Bonillo
Jeu: Anne Bielman, Vincent Bonillo, Pascal Gravat
Mise en scène : Dominique Bourquin
Jeu: Dominique Bourquin, Basile Despland, Yves Erard,
Christian Indermuhle, Marco Motta, Joséphine Stebler,
Claude Welscher
Yves Erard
Marco Motta
Joséphine Stebler
GAT – Groupe
anthropologie
et théâtre
Anne Bielman
chercheuse-enseignante,
Faculté des lettres,
Institut d’archéologie
et des sciences de
l’Antiquité
Dominique Bourquin
metteure en scène,
comédienne,
Théâtre pour le Moment,
Berne
Vincent Bonillo
metteur en scène,
comédien,
Cie Voix Publique,
Lausanne
scène rouge scène verte
LES 19 BINÔMES
Critique brute !
La liberté du spectateur.
En 1696, à Paris, M. René Caraque, boucher
de son état, se rend à la Comédie-Française.
Pour exprimer son avis sur le spectacle auquel il
assiste, il a recours à un sifflet particulièrement
sonore. Cela lui vaut d’être arrêté et emprisonné.
L’affaire fait du bruit. Lettre et chanson, publiées
ensemble dans un recueil du XIXe
siècle, soulèvent
de façon plaisante la question très générale
des limites – morales et légales – de la liberté
d’expression des spectateurs. à quel moment,
concrètement, se trouve franchi le seuil
de l’infraction?
Avant de devenir spécialisée et de mobiliser
des jugements esthétiques, la critique des
spectateurs de théâtre faisait en effet appel à des
registres très différents et à des arguments qui
nous surprennent parfois aujourd’hui.
Quelle est la pertinence, la portée, quel est
l’intérêt de cette critique brute? Accompagnés
en mineur par notre boucher au tablier sanglant
mais à la sensibilité lyrique exacerbée, les
personnages de spectateurs se confient à nous en
direct sur des modes aussi variés que personnels.
LES 19 BINÔMES
Le corps connecté.
BodyPoly.
Les objets connectés ont comme point commun
la mesure des indicateurs d’états corporels
et la comparaison avec d’autres mesures
personnelles ou interpersonnelles : nutrition,
calories, exercices physiques, sommeil,
etc. Quid s’ils étaient dans l’illusion que la
«quantité» de données délivre une image fiable
de la réalité vécue? Quid du mauvais usage
de recommandations formatées qui seraient
inadéquates dans certains cas ?
La vie est un long jeu tranquille!…
Bienvenue dans le monde de BodyPoly!
En effet pour ses vingt-cinq ans, la société
BodyPoly vous invite à pénétrer dans l’univers
ludique d’un futur proche. Inutile de nous mentir!
Dans chacun d’entre nous se cache un véritable
gambler, un joueur, un gagnant.
Alors pourquoi ne pas tenter sa chance
avec BodyPoly? BodyPoly a développé une
petite application gratuite qui diminue
considérablement vos risques et augmente les
chances de gagner de nombreux prix. Allons !
Soyez aussi smarts que votre téléphone!
Mise en scène : Domenico Carli
Jeu: Maureen Chiché, Giona Sonego
Consultante artistique : Claude Rueger
Élaboration du projet: lise michel, ludovic chazaud
Jeu et chant: francesco biamonte, stella giuliani
composition: alexis gfeller
Lise Michel
chercheuse-enseignante,
Faculté des lettres,
section de français
Marie Santiago
Delefosse
chercheuse-enseignante,
Faculté des sciences
sociales et politiques,
Institut de psychologie
Ludovic Chazaud
metteur en scène,
comédien,
Cie Jeanne Föhn,
Lausanne
Domenico Carli
metteur en scène,
comédien, écrivain,
Atelier C., Lausanne
scène jaune scène bleue
LES 19 BINÔMES
Pour ou contre
la rémunération de
l’engagement politique ?
Savoir si l’engagement politique doit être
rémunéré est un problème sans solution
parfaite, des risques existant aussi bien en cas
de professionnalisation excessive qu’en cas de
mythification de l’esprit de milice. La question
s’est posée dans notre canton dès le début de
la démocratie moderne, lors de l’élaboration de
la Constitution vaudoise de 1814, où la nécessité
d’une rémunération avait été défendue par Jules
Muret, membre du gouvernement vaudois de
1803 à 1831, peu fortuné et qui n’aurait pas pu faire
gratuitement la carrière qui a été la sienne au
service du canton. Un débat sur ce point aurait
même pu alors se dérouler à Dorigny, à l’époque
propriété de Jean Samuel de Loys (1761-1825).
Alors qu’en ce moment les débats foisonnent sur
la rémunération des politiques même lorsqu’ils
ont lâché la fonction, la question demeure:
sert-on mieux la liberté lors d’un mandat rétribué
par l’état que si on l’endosse gracieusement?
Le même débat peut se poser pour la liberté
d’expression dans l’art subventionné.
A 50 mètres de la Grange, dans le château de
Dorigny nous avons écouté les murs et convoqué
son ancien propriétaire Monsieur Jean-Samuel
De Loys (1761-1825).
LES 19 BINÔMES
Essai sur le don
de Marcel Mauss. Nexum.
En 1924, l’anthropologue Marcel Mauss insiste
sur la place incontournable du don dans la
plupart des sociétés humaines. Loin d’être un acte
simple, le don est un système de reconnaissance
mutuelle qui met en rapport des individus et
des groupes. Il s’impose car il est le propre de
l’homme. Il est le signe que l’homme, en acceptant
cet échange, reconnaît l’autre à son égal. Si le
don est un opérateur d’union, il est aussi porteur
de désunion, de rivalité ou d’antagonisme. Chacun
pouvant rivaliser pour donner et se montrer aux
yeux des autres comme le plus généreux.
Deux acteurs feront une performance librement
inspirée de Retrouvailles de Georges Aperghis,
proposant une interaction entre les spectateurs
et les acteurs, entre ce qu’ils voient, les corps
dans l’espace, et ce qu’ils entendent. Nexum, une
performance interactive sur le thème du «don»
d’après Marcel Mauss.
Mise en scène: Sandra Gaudin
Chef opérateur: Luca Kasper Montage: Francesco Cesalli
Jeu: Hélène Cattin, Felix Frésard, Lionel Frésard, Sandra Gaudin,
Simon Labarrière, Anne-Catherine Savoy
Performance : Armand DeladoËy, Gustavo Frigerio
Réalisation de l’installation: Jérôme Lagger
Denis Tappy
chercheur-enseignant,
Faculté de droit,
des sciences criminelles
et d’administration
publique,
Centre de droit privé.
Jean-François Bert
chercheur-enseignant,
Faculté de théologie
et de sciences
des religions,
Département
interfacultaire
d’histoire et
de sciences des religions
Sandra Gaudin
metteure en scène,
comédienne, écrivain,
Cie Un Air de Rien,
Lausanne
Armand Deladoëy
metteur en scène,
comédien, danseur,
Le Crochet à Nuages,
Lausanne
scène bleue scène rouge
LES 19 BINÔMES
La métaphysique de la fourmi.
Ant metaphysics.
Suivant les besoins de la colonie, grâce à la
trophallaxie, qui est l’échange de fluides variés
de bouche de fourmi en bouche de fourmi,
les larves deviendront mâles, ouvrières, reines,
et les rebuts seront sévèrement éliminés.
Chez les humains est-ce si différent? Les fourmis
et les humains sont-ils libres ? Et de quelle
liberté parle-t-on? Que signifient les notions de
liberté individuelle pour une fourmi ou de liberté
collective pour l’homme? Dans notre monde
globalisé peut-on encore avoir le luxe d’ignorer
le collectif humain et travailler contre notre
propre survie? à quel moment le don et la
nécessité prennent-il le pas sur l’intérêt?
Une réflexion mise en mots lors d’une
conversation, anthropomorphique et ludique
en anglais, entre deux fourmis ouvrières se
posant des questions métaphysiques devant
le berceau où s’agite une larve.
LES 19 BINÔMES
La fin
du sommeil
Une unique et ultime frontière semble encore
résister à l’expansion sans fin du royaume
du marché: notre sommeil. Le dormeur
contemporain habite la dernière forteresse
demeurée à l’abri des sollicitations marchandes
et industrieuses. Prenons donc l’univers
du sommeil, celui du rêve, celui de l’obscurité,
de la pénombre pour le dernier refuge de
la gratuité et de la liberté.
Maintenant il nous faut dormir pour arrêter
le temps ; le temps, c’est de l’argent des autres.
Dans, autour, sous et sur nos lits, résistons.
Stoppons le mouvement, figeons la marche
des marchés. Seuls, à deux, à trois, à poil sous
nos couettes, pionçons entremêlés. Que des
bribes de rêves se mélangent à nos odeurs,
à tes cheveux, à nos lourdes haleines.
Rythmons doucement leurs pertes et profits
de nos échappées et que nos vrombissements
nocturnes couvrent leurs transactions.
Texte : Adria Le Boeuf
Mise en scène : Benjamin Knobil
Costumes : Anne Marbacher
Jeu: Dylan Ferreux, Quentin Leutenegger
Remerciement: Michel Sauser, Espace Mont-Blanc
Mise en scène : Fabrice Gorgerat
Jeu: Fiamma Camesi
Adria Le Boeuf
chercheuse-enseignante,
Faculté de biologie
et médecine,
département d’écologie
et évolution
Benjamin Knobil
metteur en scène,
comédien, écrivain,
Cie Nonante-Trois,
Lausanne
Alain Kaufmann
Interface
sciences-société, UNIL
Fabrice Gorgerat
metteur en scène,
Cie Jours Tranquilles,
Lausanne
scène bleue scène rouge
LES 19 BINÔMES
Accès aux ressources.
Rien n’est gratuit.
Rien n’est gratuit, toute action a un impact,
notamment environnemental, que nous
avons tendance à oublier. En complexifiant
les processus et en éloignant les acteurs de
la chaîne de production, nous ne savons plus
comment les choses sont produites. Dans un
contexte de crise environnementale se pose
alors la question de savoir comment maîtriser
ces impacts. La solution serait-elle d’interdire
de consommer certains biens ou d’effectuer
certains déplacements ? Ne serait-ce pas
alors une restriction de notre liberté ?
Faudrait-il plutôt se baser sur l’information
et la sensibilisation, puis s’en remettre
à l’autocontrôle ?
Nos vies se peuplent régulièrement d’objets dont
on ne peut plus se passer, comblant notre besoin
effréné de confort et de nouveauté. à partir
d’un simple outil du quotidien, Yann Mercanton
posera au public la question de notre liberté
qui se lie inéluctablement à la notion de la
raréfaction des ressources. De l’objet unique,
nous désosserons la substantielle mécanique
pour «personnifier» les protagonistes du
changement que nous souhaiterions voir poindre
à l’horizon: le secteur privé, l’état, le citoyen
et la gouvernance mondiale. Avec éloquence
et fulgurance, les artistes essoreront
ces quatre personnages.
LES 19 BINÔMES
Liberté de croyance,
de la transe au rituel.
Pourquoi la vue d’une transe chamanique
nous trouble-t-elle tant? C’est que cela nous
confronte à une modalité de l’être humain
qui porte une sorte de défi à ce qui existe
de plus équilibré, humain et «normal » pour
un occidental. Dérangeante est la vue d’un sujet
dépossédé de lui-même. Ces pratiques supposent
l’existence d’une nature physique, non étanche
mais perméable et, par là, susceptible de devenir
la proie d’influences et d’intentions subjectives,
d’inquiétantes passerelles faisant communiquer
l’ordre psychique et l’ordre physique.
Le théâtre est déjà un rituel! Un cadre sécurisé
permettant de mettre en lumière les conflits
de l’âme sans se laisser dépasser par leur force.
Sarah Marcuse met en scène un rituel «magique»
s’appuyant sur trois cercles. Le plus large
symbolisera le passé et le passage au travers du
feu de tout ce qui peut être nettoyé. Le deuxième,
plus petit, symbolisera le futur qui sera lavé
de toute attente. Le dernier cercle mettra en
lumière la création de l’instant présent et de son
potentiel d’inspiration, guéri des regrets du passé
et des projections de demain. Une initiation intime.
Silvia Mancini
chercheuse-enseignante,
Faculté de théologie et
de sciences des religions,
Institut religions,
cultures et modernité
Nelly Niwa
chercheuse-enseignante,
Faculté des géosciences
et de l’environnement,
Institut de géographie
et durabilité
Sarah Marcuse
metteure en scène,
comédienne,
Cie La Fourmilière,
Genève
Yann Mercanton
metteur en scène,
comédien,
L’Ôdieuse Compagnie,
Lausanne
jeu: nelly niwa, yann mercanton
administration et recherche documentaire : Julie Visinand
mise en scène : sarah marcuse assistée de radhia chapot habbes
jeu et violon: mathilde soutter
scène verte scène rouge
LES 19 BINÔMES
Migration sans mouvement
et liberté. Un tout petit monde.
Les débats sur les politiques des frontières qui
définissent les droits des migrants mettent
en forte relation liberté et migration. Cette
relation questionne la liberté de chaque
individu de migrer. Mais cette liberté est aussi
liée à celle de ceux qui ne migrent pas, mais dont
l’environnement est modifié par l’arrivée des
migrants. Quelle marge ont-ils pour influencer
ces changements ? Et comment cette liberté
se décline-t-elle avec leur perception de la
différence comme opportunité, comme menace
ou comme simple changement?
« Je suis la fille de Luigi Mario Pagani né
le 2 février 1923 à Vergiate, un petit village au
bord du lac Majeur. Mon père n’a pratiquement
jamais quitté sa maison. Il s’est rendu une fois
à Vintimille à l’occasion de son voyage de noces
en 1954. En août 1976, il a pris le train pour
Cedegolo dans le Val Camonica. Durant presque
un siècle, depuis son jardin, il a vu défiler des
vagues de migrations successives de gens venus
de l’est de l’Italie, du sud de l’Italie, d’Afrique
occidentale, d’Afrique du Nord…
à travers le quotidien d’un homme sédentaire
je vais vous raconter un autre point de vue
sur les migrations. »
LES 19 BINÔMES
Le prix
de l’amour
Le choix du conjoint et la dynamique conjugale
sont des objets de recherche classiques en
sociologie. Loin d’être libres et gratuites, ces
interactions répondent au principe du «qui
se ressemble s’assemble». On observe que les
séparations sont plus fréquentes parmi les
couples hétérogames sur des critères comme
l’âge, le niveau de formation ou la culture
d’origine. Une fonction mathématique, issue d’une
recherche récente, peut optimiser la stabilité
conjugale et donc réduire les conséquences
négatives liées aux séparations à travers une
procédure systématique de ré-allocation des
membres des couples. Le caractère liberticide de
cette entreprise caricaturale a de quoi choquer.
Imaginez que vous soyez convoqués par l’Office
régional matrimonial (ORM), qu’on vous demande
de changer de partenaire afin de continuer à
garder la Gratuité affective garantie (GAG) pour
votre ménage familial, que votre recours ne soit
pas accepté et que vous deviez présenter chaque
mois dix recherches de Nouvelle liaison affective
(NLA) choisies d’après les normes de la Convention
amoureuse officielle (CAO).
Imaginez que vos recherches soient refusées
par votre Placeur matrimonial (PM) pour
incompatibilité affective avérée. Imaginez
maintenant qu’il ne s’agisse pas de fantasmagorie.
Mise en scène et jeu: Paola Pagani
Consultant théâtral : Pierre Mifsud
Jacques-Antoine
Gauthier
chercheur-enseignant,
Faculté des sciences
sociales et politiques,
Institut des sciences
sociales
Laura Bernardi
chercheuse-enseignante,
Faculté des sciences
sociales et politiques,
Institut
des sciences sociales
Andrea Novicov
metteur en scène,
comédien,
Cie d’Instinct
puis Angledange,
Lausanne et Genève
Paola Pagani
metteure en scène,
comédienne,
Teatro Due Punti,
Genève
scène verte scène jaune
texte, concept et interprétation:
andrea novicov, Jacques-Antoine Gauthier
LES 19 BINÔMES
Le Gratuivore
«Texte au mieux facétieux, au pire bavard,
prétendant qu’on ne peut vivre gratuitement
qu’en prison. à condamner. »
Le texte Le gratuivore de Yohan Ariffin
comprend deux personnages : l’un, un étudiant,
qui prétend que l’on peut vivre gratuitement
en ne se nourrissant que de déchets pour être
libre; l’autre, un prisonnier, qui prétend que
pour être libre (nourri, logé, blanchi par la
société), il faut vivre en prison. Un homme
interprète les deux rôles. Désengagé du texte,
cet «étudiant-prisonnier» chercherait à exprimer
– au sein d’un dispositif plastique et scénique –
la liberté et la gratuité.
LES 19 BINÔMES
Roulade de thème
et de contraintes
Le thème imposé, sous la forme d’une double
abstraction, a été ressenti comme une
contrainte particulièrement coriace
à la mastication.
Puis, il nous est apparu que pour un artiste,
la vraie liberté résidait peut-être dans la
contrainte volontairement (gratuitement)
choisie. On peut évoquer l’OuLiPo (l’Ouvroir
de littérature potentielle) qui voyait chacun
de ses membres comme «un rat qui construit
lui-même le labyrinthe dont il se propose de
sortir». Bref, nous avons donc décidé, plutôt
que de simplement accepter ou contourner
la contrainte, de la rouler plusieurs fois sur
elle-même, en adoptant comme matériel tous
les documents que nous avons reçus de l’équipe
de La Grange.
Proposition surprise!
Texte : Yohan Ariffin
Mise en scène et jeu: Jean-Michel Potiron
Vidéaste-éclairagiste : Christophe Monterlos
Merci à: Benjamin Knobil et à toute l’équipe de La Grange
Danielle Chaperon
chercheuse-enseignante,
Faculté des lettres,
section de français
Yohan Ariffin
chercheur-enseignant,
Faculté des sciences
sociales et politiques,
Institut d’études
politiques, historiques
et internationales
Marielle Pinsard
metteure en scène,
écrivain,
Cie Marielle Pinsard,
Lausanne
Jean-Michel Potiron
metteur en scène,
comédien,
Théâtre à Tout Prix,
Besançon, France
scène jaune scène jaune
élaboration du projet: Danielle chaperon, Marielle pinsard
LES 19 BINÔMES
Rémunération,
liberté et travail.
Dans les entreprises, chacun·e est confronté·e
à des dilemmes. Devons-nous accepter ce travail
qui paye bien mais qui ne nous plaît pas ? Jusqu’à
quel point acceptons-nous de transgresser
nos valeurs par obligation professionnelle
ou au contraire, à prendre de gros risques
personnels pour dénoncer des pratiques
illégales ou immorales ? Peut-être que le secret
des organisations qui réussiront le mieux demain,
c’est justement d’éviter que leurs membres
soient confrontés à ces dilemmes. Est-ce possible
de travailler dans un endroit où ce que l’on doit
faire est en parfaite harmonie avec ce que l’on
veut faire ? Dans ce cas, l’argent devient une
motivation secondaire, la première étant
la liberté.
À l’occasion d’un jeu interactif, le présentateur
confronte un candidat à ce qu’on peut appeler
un dilemme éthique. Poussé dans ses derniers
retranchements, le candidat doit prendre une
décision. Quelles priorités guident ses choix?
Le candidat sollicite l’avis du public, qui joue
le rôle de la conscience du candidat et pourrait
bien décider de la fin de l’histoire…
En tous les cas, une tablette de chocolat
est à gagner chaque soir!
LES 19 BINÔMES
Les salons du livre.
Un livre entre les dents.
Un texte littéraire peut-il préserver une
dimension «gratuite», dès lors que son auteur
entre dans un circuit de diffusion et de
promotion, voire de rémunération, qui oblige
à pactiser avec des instances économiques
et la société de consommation? Dans quelle
mesure et par quels moyens un écrivain peut-il
sauvegarder le recul nécessaire pour que
la littérature continue à exercer une fonction
critique? Comment concilier l’inscription d’une
oeuvre de création dans le contemporain et
la transmission d’une mémoire culturelle?
En mai 2016, le monde des lettres romand est
agité par une polémique sur la rémunération
des auteurs pendant les festivals littéraires.
Parmi toutes les questions soulevées, il en
manque une: faut-il aller ou pas au Salon du
livre? Cette question est le point de départ
d’Un livre entre les dents – proposition ludique
pour aborder une question sérieuse:
la marchandisation de la littérature.
Pour approfondir la thématique, l’auteur suisse
Yves Velan servira de fil conducteur. Depuis plus
de vingt ans, il a choisi de disparaître des médias
pour laisser ses romans parler par eux-mêmes,
au risque de sombrer dans l’oubli. Mais n’est-ce
pas le propre de toute littérature que d’assumer
le risque de sa disparition?
équipe de création: samuel bendahan, matthias urban, Cyril Jost
Espace : Fanny Courvoisier
Texte et mise en scène : Jérôme Richer
Jeu: Camille Figuereo, Mathias Glayre, Katy Hernan
Daniel Maggetti
chercheur-enseignant,
Faculté des lettres,
section de français
et CRLR
Samuel Bendahan
chercheur-enseignant,
Faculté des hautes
études commerciales,
Département
de comportement
organisationnel.
Jérôme Richer
metteur en scène,
comédien, écrivain,
Cie des Ombres,
Genève Matthias Urban
metteur en scène,
comédien,
CGT (Compagnie Générale
de Théâtre),
Lausanne
scène bleue scène verte
Où? A quelle heure ? Binômes : artiste / enseignant-chercheur Titres
Scène rouge 19h et 20h15 Yann Mercanton / Nelly Niwa Accès aux ressources. Rien n’est gratuit.
Scène rouge 19h15 et 20h30 Benjamin Knobil / Adria le Bœuf La métaphysique de la fourmi. Ant metaphysics.
Scène rouge 19h30 et 20h45 Sandra Gaudin / Denis Tappy Pour ou contre la rémunération de l’engagement politique ?
Scène rouge 19h45 et 21h Vincent Bonillo / Anne Bielman Prométhée en 600 secondes
Scène rouge 20h et 21h15 Sandra Gaudin / Denis Tappy Pour ou contre la rémunération de l’engagement politique ?
Scène bleue 19h et 20h15 Simone Audemars / Stéphane Morandi À la reconquête de la liberté individuelle et sociale
Scène bleue 19h15 et 20h30 Jérôme Richer / Daniel Maggetti Les salons du livre. Un livre entre les dents.
Scène bleue 19h30 et 20h45 Ludovic Chazaud / Lise Michel Critique brute ! La liberté du spectateur.
Scène bleue 19h45 et 21h Fabrice Gorgerat / Alain Kaufmann La fin du sommeil
Scène bleue 20h et 21h15 Armand Deladoëy / Jean-François Bert Essai sur le don de Marcel Mauss. Nexum.
Scène jaune 19h et 20h15 Jean-Michel Potiron / Yohan Ariffin Le Gratuivore
Scène jaune 19h15 et 20h30 Paola Pagani / Laura Bernardi Migration sans mouvement et liberté. Un tout petit monde.
Scène jaune 19h30 et 20h45 Domenico Carli / Marie Santiago Le corps connecté. BodyPoly.
Scène jaune 19h45 et 21h Cisco Aznar / Maya Burger La liberté dans un grain de sel ? Salarium, un acte poético-politique très salé.
Scène jaune 20h et 21h15 Marielle Pinsard / Danielle Chaperon Roulade de thème et de contraintes
Scène verte 19h et 20h15 Jo Boegli / Marc Audétat Téléchargement illégal et musique gratuite
Scène verte 19h15 et 20h30 Andrea Novicov / Jacques-Antoine Gauthier Le prix de l’amour
Scène verte 19h30 et 20h45 Matthias Urban / Samuel Bendahan Rémunération, liberté et travail
Scène verte 19h45 et 21h Sarah Marcuse / Silvia Mancini Liberté de croyance, de la transe au rituel.
Scène verte 20h et 21h15 Dominique Bourquin / Yves Erard,
Marco Motta et Joséphine Stebler
Des accords équivoques
ou petite polyphonie libre et gratuite
le programme
des binômes
ve 3 et sa 4
mars 2017 *
Entrée: prix libre
Réservation indispensable au:
021 692 21 24 ou grangededorigny.ch
Petite restauration festive / saucisses et soupe
soirée inaugurale jeudi 2 mars:
*
1 seule représentation de chaque binôme dès 19h30
grangededorigny.ch
Rédaction:
bureau des affaires Culturelles (BAC)
Direction artistique et mise en page :
Unicom
photomontage couverture :
jsmonzani.com
Impression:
Baudat sa – février 2017
Fondation MPAP61
Michelle et Philippe
Audemars-Piguet
merci

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »