Rapport de Mme Boutin ? Maurice Allais. Solutions concrètes, initiatives monétaires suisse et européenne


Madame Christine Boutin a remis son rapport au président de la République il y a quelques jours le 9 décembre 2010.

Voici, ci-dessous, le lien qui, normalement, donne directement accès à ce rapport (sur le site de la documentation française).

http://lesrapports.ladocumentationfrancaise.fr/BRP/104000660/0000.pdf

Je vais le regarder. Mais, déjà, dans l’avant propos qu’y lit-on textuellement?
“”(….) Aussi, ne seront évoquées ici ni les questions monétaires, ni les questions bancaires et financières, (….)””
plus loin: “”(….) il m’a semblé nécessaire ici de centrer réflexion et proposition sur la place du travailleur dans les échanges interntionaux actuels (….)
 

Nous voilà donc mis au parfum ! Je crains qu’une fois de plus, comme presque toujours, les meilleures intentions ont la priorité
sur la principale racine des maux que sont précisément: les questions monétaires, les questions bancaires et financières.
Madame Boutin, vous nous décevez!!
C’est début juin de cette année que je lui ai donné en main propres les principales éditions de Vers-Demain. Il est vrai qu’elle n’a pas daigné répondre aux diverses relances que nous lui avons adressées vous et moi.
Il y a également dans ce rapport, des participations des tenants en France de toutes les religions, la catholique n’en étant qu’une parmi les autres…

A. M.

R.L.

http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/104000660/index.shtml





Contribution
Maurice Allais, Prix Nobel d’Économie
Contribution de Monsieur Maurice Allais, Prix Nobel d’Economie
Le principe d’une rencontre entre Mme BOUTIN et M. ALLAIS était validé de part et
d’autre. Cette rencontre n’ayant pu se faire, la famille de M.ALLAIS a bien voulu nous faire
parvenir des citations de ces écrits se rapportant à notre sujet.
Thème A : créer des ensembles régionaux où la concurrence sera équilibrée
La libéralisation totale des mouvements de biens, de services et de capitaux à l’échelle
mondiale, objectif affirmé de l’Organisation Mondiale du Commerce, doit être considérée à la
fois comme irréalisable, comme nuisible et comme non souhaitable.
Elle n’est possible, elle n’est avantageuse, elle n’est souhaitable que dans le cadre
d’ensembles régionaux économiquement et politiquement associés, groupant des pays de
développement économique comparable, chaque Association régionale se protégeant
raisonnablement vis-à-vis des autres.
En fait, une analyse correcte de la théorie des coûts comparés ne conduit en aucune façon à la
conclusion que l’application à l’échelle mondiale d’une politique généralisée de libre-échange
pourrait correspondre à l’intérêt réel de chaque pays, que ce soient les pays développés de
l’Europe occidentale et de l’Amérique du Nord ou du Japon, ou que ce soient les pays en voie
de développement de l’Europe de l’Est, de l’ex-URSS, de l’Afrique, de l’Amérique latine ou
de l’Asie.
(..) Ceux qui, par là-même, sont responsables d’innombrables misères et de la perte de leur
emploi par des millions de chômeurs, ne sont en réalité que les défenseurs d’une idéologie
abusivement simplificatrice et destructrice.
P 233 (« La mondialisation, la destruction des emplois et de la croissance ». Edition Clément
Juglar, 1999)
**
Thème B : aspects sociaux et éthiques de la politique économique
Une mondialisation précipitée et anarchique ne peut qu’engendrer partout instabilité,
chômage, injustice, désordres, et misères de toutes sortes, et elle ne peut que se révéler
finalement désavantageuse pour tous les peuples.
P 86 (« L’Europe en crise, que faire ? ». Edition Clément Juglar, 2005)
**
Le libéralisme ne saurait se réduire au laissez-faire économique ; c’est avant tout une doctrine
politique, destinée à assurer les conditions pour faire vivre ensemble des ressortissants d’une
collectivité donnée.
P 92 (« L’Europe en crise, que faire ? ». Edition Clément Juglar, 2005)
**
L’économie doit être au service de l’homme et non l’homme au service de l’économie.
(« La mondialisation, la destruction des emplois et de la croissance ». Edition Clément Juglar,
1999)
**
Il faut repenser complètement notre politique sociale, et les moyens de concilier éthique et
efficacité.
P 277 (« La mondialisation, la destruction des emplois et de la croissance ». Edition Clément
Juglar, 1999)
**
Dans le cadre d’une société libérale et humaniste, c’est l’homme qui doit constituer l’objectif
final et la préoccupation essentielle. Un Etat qui n’est capable ni d’assurer du travail à des
millions de gens, ni d’assurer la sécurité des personnes, doit se réformer, et il doit se réformer
profondément.
P 286 (« La mondialisation, la destruction des emplois et de la croissance ». Edition Clément
Juglar, 1999)
**
Thème C : politique agricole et autosuffisance alimentaire
Dans le cas de l’agriculture communautaire européenne, l’alignement de ses prix sur des prix
mondiaux qui peuvent rapidement varier de un à deux en raison d’une situation toujours
instable n’a aucune justification.
P 74 (« L’Europe en crise, que faire ? ». Edition Clément Juglar, 2005)
**
Dans le domaine de l’agriculture, le libre-échange n’aurait d’autre effet que de faire
disparaître presque totalement l’agriculture de l’Union Européenne. Une telle disparition peut
être légitimement regardée comme non souhaitable du point de vue sociologique et politique,
et elle est de nature à compromettre l’indépendance de l’Union Européenne en matière
alimentaire. (..) Il en est de même pour un grand nombre de pays du Tiers Monde disposant
d’un avantage relatif pour certains produits tropicaux. Une spécialisation excessive ne peut
que compromettre leur autosuffisance alimentaire.
P 230 (« La mondialisation, la destruction des emplois et de la croissance ». Edition Clément
Juglar, 1999)
**

Le texte de l’ importante encyclique qui règle les bons et les mauvais contrats économiques  vix pervenit a été détruit dans tous les pays du monde et même au Vatican.[13] 

http://www.de-siebenthal.com/Vix%20pervenit.htm
http://www.union-ch.com/articles.php?lng=fr&pg=337

http://socialbusiness.csuci.edu/2010/12/professor-yunus-and-former-minister-boutine-presents-interim-report-to-president-sarkozy/

Former Housing Minister of France Christine Boutin and Nobel Laureate Professor Muhammad Yunus presented in a official ceremony the Interim Report on the Social Dimension of Globalization to President Sarkozy at Elysee Palace on December 9 and briefed the President on the French action plan on the social front during French Presidency of G 20 next year.
Below is the official communique of the Elysee Palace in French, and a translation in English:
Mrs. Christine Boutin presented her interim report on the social dimension of globalization to the President of the French Republic, Nicolas Sarkozy in presence of Nobel Peace Prize winner Professor Muhammad Yunus. The Head of State had commissioned this report to Mrs. Boutin in December 2009, in the framework of the French presidency of the G20 Summit.
The president thanked Mrs. Boutin for her comprehensive work, and emphasized that the social aspect of globalization would be at the heart of the French presidency of the G20.
The President confirmed that the International Labour Organisation (ILO) would be closely involved with the French presidency of the G20.
Indeed France, who had pledged for a closer collaboration of the ILO alongside the work of the G20, will invite the organization to take part in the summit, as well as all preparatory meetings of the French presidency.
The President also reiterated that France was keen to collaborate with other non members of the G20 as well as the United nations, through the participation of the Secretary General and its teams in the work.
Other proposals included in Mrs. Boutin’s report, echo back to two pillars of the French presidency: food safety, which will be key on the agenda for the development of the G 20 and corporate social responsibility.
Lastly, the President paid tribute to the work of Muhammad Yunus, who was rightly awarded the Nobel Peace Prize in 2006, and the contribution of the Grameen Bank and microcredit in the fight against poverty. The Head of State also guaranteed France’s support in his work which aims to develop “social business”, in the actions of the international community at the service of development.
President confirmed that the International Labour Organisation (ILO) would be closely involved with the French presidency of the G20.
Indeed France, who had pledged for a closer collaboration of the ILO alongside the work of the G20, will invite the organization to take part in the summit, as well as all preparatory meetings of the French presidency.
The President also reiterated that France was keen to collaborate with other non members of the G20 as well as the United nations, through the participation of the Secretary General and its teams in the work.
Other proposals included in Mrs. Boutin’s report, echo back to two pillars of the French presidency: food safety, which will be key on the agenda for the development of the G 20 and corporate social responsibility.
Lastly, the President paid tribute to the work of Muhammad Yunus, who was rightly awarded the Nobel Peace Prize in 2006, and the contribution of the Grameen Bank and microcredit in the fight against poverty. The Head of State also guaranteed France’s support in his work which aims to develop “social business”, in the actions of the international community at the service of development.
by Yunus Centre on Saturday, December 11, 2010 at 4:26am

Interest kills millions of people. Usury kills at any rate of interest.
see ” vix pervenit” on google

http://www.de-siebenthal.com/Vix%20pervenit.htm

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »