Voici de merveilleuses vidéo ! Nous vous remercions pour les divulguer largement et rapidement grâce à vos contacts et vos réseaux. 








Des Souverains, habitants de tous les cantons de la Suisse, se sont réunis le dimanche de la Pentecôte 31 mai 2020 au Grütli ( Rütli en suisse-allemand ) qui se trouve au bord du lac des quatre cantons pour renouveler le pacte fédéral de 1291, pour les libertés et contester les mesures excessives promulguées vu l’état de nécessité.


Ils ont promis ensemble solennellement notamment le préambule de la Constitution et chanté le Lioba et la liberté dans les langues nationales de la Suisse. ( allemand, français, italien et romanche ). 

Nous, les héritiers de la Confédération suisse, renouvelons et affirmons notre décision 


Au nom de Dieu Tout-Puissant!

Le peuple et les cantons suisses,
conscients de leur responsabilité envers la Création,
résolus à renouveler leur alliance pour renforcer la liberté, la démocratie, l’indépendance et la paix dans un esprit de solidarité et d’ouverture au monde,
déterminés à vivre ensemble leurs diversités dans le respect de l’autre et l’équité,
conscients des acquis communs et de leur devoir d’assumer leurs responsabilités envers les générations futures,
sachant que seul est libre qui use de sa liberté et que la force de la communauté se mesure au bien-être du plus faible de ses membres,
arrêtent la Constitution1 que voici:
1 Accepté en votation populaire du 18 avr. 1999, en vigueur depuis le 1er janv. 2000 (AF du 18 déc. 1998, ACF du 11 août 1999; RO 1999 2556; FF 1997 I 1, 1999 176 5306).

  Titre 1 Dispositions générales


Notre action pacifiste sur la prairie du Grütli a été planifiée et vécue dans la paix par des personnes représentant les 26 cantons. Cette réunion, discrètement organisée, répondait à un besoin d’affirmer notre Constitution. Partout en Suisse, ces dernières semaines, la police a empêché que des personnes s’expriment en faveur de la réhabilitation des droits fondamentaux. Par ex : samedi dernier à Lausanne, 3 personnes étaient empêchées de montrer des textes de la Constitution. En Suisse comme dans beaucoup d’autres pays, les droits fondamentaux sont toujours plus restreints. Nous ne pouvons souscrire à cela ! Partout où c’est possible, nous pouvons mettre sur pied des actions innovatrices, petites ou grandes, afin de restaurer et améliorer nos droits de citoyens.ne.s. Par ex : nous pouvons emporter partout avec nous, bien visiblement, la Constitution suisse. Ensemble nous voulons protéger notre Constitution. Nous sommes souverain.e.s Il y a plus de 700 ans, le Grütli est devenu légendaire par le serment de 3 Suisses qui ont dit : « Nous voulons être un seul peuple fraternel et uni ». Il y a 80 ans, le général Guisan a réuni ses officiers ici-même pour souder le peuple et l’armée derrière lui. A la Pentecôte 2020, 26 représentant.e.s des cantons se sont réuni.e.s sur la prairie pour dénoncer l’état d’urgence et pour exprimer, dans l’esprit de notre saint patron national Nicolas de Flue, la volonté et l’engagement pour une Suisse indépendante, souveraine, libre, solidaire et respectueuse des valeurs fondamentales telles qu’elles sont décrites dans la constitution fédérale. En ce sens, elles/ils ont récité ensemble le préambule en s’appuyant particulièrement sur les termes « […] seul est libre qui use de sa liberté […] .

Simon KIHEKUT

Très supérieur aux galimatias de l’UE. Texte fédéral qui va à l’essentiel un foedus qui est un pacte.

Alexandre Van den Broeck

aussi discutable que puisse paraître ce pacte aux yeux de certains, il n’en demeure pas moins que la réunion volontaire des cantons permis de fédérer (au sens exact du terme) une population qui devait faire face à des ennemis communs et qui, par leur pragmatisme, prouvèrent que l’union fait la force tout en conservant leurs particularismes. C’est ce qui fait, encore et toujours, toute la diversité et la richesse de la Suisse contemporaine…
Simon KIHEKUT

Les trois mousquetaires avec leur”un pour tous et tous pour un!” n’ont rien inventé.

Cercle des Cent-suisses

Exactement ! Cette devise qui avait été prononcé pour la première fois non pas par les trois mousquetaires d’Alexandre Dumas, mais par le noble fribourgeois Sébastien de Diesbach, quand il vint au début du XVI siècle à Genève. Monsieur de Diesbach était l’ambassadeurs de Berne et de Fribourg venu aider les Genevois qui étaient en conflit avec le Duc de Savoie. C’est d’ailleurs suite à cette alliance ou respectivement serment de combourgeoisie que devait prendre naissance le conflit qui amena en 1602 à la fameuse tentative de la prise de Genève par le Comte de Savoie que l’on surnomma Escalade ! Sébastien de Diesbach dit « Amis et Combourgeois ! nous venons parmi vous par un serment commun, serrer des nœuds bien doux ! Les fils de Berne, heureux de vous nommer leurs frères, vous jurent par ma bouche, amour et foi sincères. Un pour tous ! tous pour un ! quel que soit le danger, nous saurons avec vous venir le partager. Cette Sainte union accroîtra notre force. »​​



Traduction »
Aller à la barre d’outils