Suisse: Edipresse censure, acte 2

Voici de vraies nouvelles censurées, on a peur de la Vérité et de l'éthique…

Ceux qui savent les noms des "financiers" et "juristes" responsables du Krach déclarés "fous" par la "justice"

.M.Marc-Etienne Burdet, comme MM Joseph Ferraye et Daniel Conus, les 3 sans avoir jamais été vus par un psychiatre !

?ui=2&view=att&th=12516a4c8497a6e2&attid=0.1&disp=attd&realattid=ii_12516a4c8497a6e2&zwJoseph Ferraye
Marc Etienne Burdet            Joseph Ferraye             Daniel Conus

3 innocentes victimes de la cupidité de magistrats et banquiers suisses.

Marc-Etienne Burdet, son anniversaire en prison en pleine grève de la faim ?

Innocent, mais arrêté et emprisonné à nouveau tôt le matin du 2 octobre 2008,
 
comme par hasard le jour de l' Assemblée Générale de l' UBS, alors qu'il est le principal détracteur de cette "banque" et de ses erreurs,
 
jour d'infamie pour les "magistrats" suisses et les banques "suisses"…

car il sait où sont les milliards volés aux citoyens et qui sont la plupart des responsables de cette gabegie mondiale.

Les preuves sont ci-dessous et sur les liens inclus dans les sites à disposition. Qui sont vos voleurs ???

Les voleurs coupables font enfermer les innocents et les font déclarer "fous", pire qu' en Russie soviétique.

Ceux qui ont les noms des "financiers" responsables du Krach sont déclarés "fous" par La "justice" à l'ordre des plus grands escrocs de l'histoire. M. Marc-Etienne Burdet, comme MM Joseph Ferraye et Daniel Connus, les 3 sans avoir jamais été vu par un psychiatre !

Un des médecins de complaisance a déjà été condamné par ses pairs pour grave manquement aux règles de sa profession. Combien a-t-il touché ???

http://ferraye.blogspot.com/

http://www.googleswiss.com/fr/geneve/f/index.html

http://pavie.ch

Sa condamnation étant à nouveau active, dès le 2.10.2008, il a toujours besoin de votre soutien et de voeux d'anniversaire, signes de compassion et d'encouragement.
 


Autres blogs censurés par Edipresse, 24 heures, le Matin… exemples…

  1. Affaire Ferraye. Pourquoi M. Marc-Etienne Burdet fait-il une grève

    Nouvelle incarcération ordonnée aux établissements de la Plaine de l'Orbe en Suisse… ARRÊTÉ LE 02.10.2008, en grève de la faim depuis.
    minimior.blog.24heures.ch/archive/2008/10/14/affaire-ferraye-pourquoi-m-marc-etienne-burdet-fait-il-une-g.html
  2. minimior

    minimior. L'avis d'un petit suisse. À propos. Notes récentes. M. Marc-Etienne Burdet, le détracteur notamment… LES IMMONDES PASSEPORTS RFID !
    minimior.blog.24heures.ch/
  3. M. Marc-Etienne Burdet, le détracteur notamment de l'UBS, arr êté

    minimior. L'avis d'un petit suisse. ….. Trackbacks. Voici l'URL pour faire un trackback sur cette note : http://minimior.blog.24heures.ch/trackback/14794
    minimior.blog.24heures.ch/archive/2008/10/04/m-marc-etienne-burdet-le-detracteur-notamment-de-l-ubs-arr-e.html
  4. minimior : Archives

    minimior. L'avis d'un petit suisse. minimior · domainepublic.ch · Alain Hubler blogue · ouVertures.info (version 24 h) · le blog de Julien Sansonnens
    minimior.blog.24heures.ch/archive/2008/10/16/index.html
  5. minimior : Archives

    minimior. L'avis d'un petit suisse. minimior · CHRISTIAN KURSNER · Z-BLOGUE · Alain Hubler blogue · PERSIF(F)LAGE · Aldi, Coop, Denner, Migros et.
    minimior.blog.24heures.ch/archive/2008/10/03/index.html
  6. minimior : Archives

    minimior. L'avis d'un petit suisse. minimior · Aldi, Coop, Denner, Migros et … Philippe Nantermod · Piques et répliques · Le blog de Nadine Richon
    minimior.blog.24heures.ch/archive/2008/10/04/index.html
  7. minimior : Archives

    Les derniers · Blogs politiques · Blogs culturels · Air du temps · Repéré dans nos blogs · Notre sélection · minimior. L'avis d'un petit suisse.
    minimior.blog.24heures.ch/archive/2008/10/index.html
  8. minimior : Archives

    minimior. L'avis d'un petit suisse. minimior · Aldi, Coop, Denner, Migros et … domainepublic.ch · Alain Hubler blogue · ouVertures.info (version 24 h)
    minimior.blog.24heures.ch/archive/2008/10/17/index.html
"Quand les bornes sont dépassées, il n'y a plus de limites"

Georges Pompidou.

La crise financière est-elle sans limites ? Vous pouvez poser des limites. Comment ?

Plus de gens devraient lire cet article, tout simplement
Sur l'Internet les lecteurs ont le pouvoir! Ils décident quelle information fera le tour du globe! Peut-être vous n'en êtes pas conscient, mais si chaque lecteur envoie un lien à trois autres personnes intéressées, il suffit de vingt pas pour atteindre 3,486,784,401 personnes! Vous voulez le voir se produire? Utilisez votre pouvoir ! 3 x 3 x 3 x 3 x 3 x 3 x 3 x 3 x 3 x 3 x 3 x 3 x 3 x 3 x 3 x 3 x 3 x 3 x 3 x 3 = 3,486,784,401

à faire circuler largement, merci, le monde est déjà meilleur grâce à ce simple geste de solidarité.

Comment améliorer la situation ?

http://desiebenthal.blogspot.com/2009/03/g-20-alcooliques-cupides-dans-leur-bar.html

Projet d'une nouvelle initiative fédérale:   Contrôle de la monnaie : Art. 128a de la Constitution fédérale.
Imaginons que presque tout soit produit par des robots et des ordinateurs, ce qui sera de plus en plus le cas pour soutenir la pyramide démographique de plus en plus âgée… Il y a certaines catégories de biens pour lesquels on peut soutenir avec raison qu'ils doivent être réservés à la collectivité lorsqu'ils en viennent à conférer une puissance économique telle qu'elle ne peut, sans danger pour le bien public, être laissée entre les mains des personnes privées, notamment la monnaie.   La Constitution fédérale du 18 avril 1999 est complétée comme suit par un nouvel article 128a :   I. L'État doit reprendre le contrôle de l'émission et du volume de la monnaie et du crédit sans intérêt pour les projets publics. Il l'exercera par des commissions indépendantes locales jouissant de toute l'autorité voulue pour atteindre ce but. II. Les ressources matérielles et intellectuelles de la nation représentées par les citoyens, les robots et leurs productions sont la base de la monnaie et du crédit. III. En tout temps l'émission de la monnaie et du crédit devrait se mesurer sur le mouvement de la production de façon qu'un sain équilibre se maintienne constamment entre celle-ci et la consommation. Cet équilibre est assuré, partiellement du moins, par le moyen d'un escompte dont le taux variera nécessairement avec les fluctuations mêmes de la production de plus en plus robotisée et automatique. IV. Le système économique actuel, grâce aux nombreuses découvertes et inventions qui le favorisent, produit une abondance insoupçonnée de biens en même temps qu'il réduit la main-d'oeuvre et engendre un chômage permanent. Une partie importante de la population se trouve ainsi privée de tout pouvoir d'achat des biens créés pour elle et non pas pour quelques individus ou groupes particuliers seulement. Pour que tous puissent avoir une part de l'héritage culturel légué par leurs prédécesseurs, la Confédération et les cantons proposent un dividende mensuel dont la quantité sera déterminée par la masse des biens à consommer. Ce dividende sera versé à chacun, à titre de citoyen, dès leur conception, qu'il ait ou non d'autres sources de revenus. V. Il est indispensable de définir socialement des remises à zéro périodiques sur   7 périodes des compteurs économiques, comme demandé dans le Lévitique ou les lois sur les copyright et ainsi de réparer l'erreur de Charlemagne du 23 mars 789 qui a condamné le taux d'intérêt pour 1'000 ans mais qui a oublié la remise des propriétés agricoles aux familles et le pardon jubilaire des dettes au moins tous les 50 ans. Dispositions transitoires : –        La Confédération crée une contribution de solidarité par des masses monétaires sans taux d'intérêts et les fait affecter à chaque famille en proportion du nombre d'enfants conçus. –        Le produit de la contribution de solidarité sera versé aux cantons selon une clé de répartition démographique définie par la Confédération. –        L'écart des salaires tant publics que privés ne dépasse pas 33 fois, avec une limite absolue indexée fixée à Fr 500'000.- ( cf Victorinox ). –        Tout dividende social ou autre prestation sociale n'empêche personne de travailler en plus contre rémunération. –        L'obligation de refinancer les prêts à 100 % auprès de la BNS reporte la perception des profits à ce niveau et les revenus ainsi fortement majorés sont directement affectés aux besoins communs.Tout financement d'investissement à un terme donné doit être assuré par des emprunts au moins de même terme. Aucun emprunt à long terme ne peut être financé par des emprunts à court terme.

Dissociation totale des activités bancaires et leur attribution à trois catégories d'établissements distincts et indépendants.

1) Banques de dépôts : encaissements, paiements, gardent les dépôts de leurs clients.

2) Banques de prêts : le montant global des prêts ne peut excéder le montant global des fonds empruntés.

3) Banques d'affaires : investissent dans les entreprises les fonds empruntés au public ou aux banques de prêts.

Indexation obligatoire de tous les engagements sur l'avenir : prêts, emprunts, salaires, etc. aussi bien entre particuliers, entreprises et État.

Rendre impossible le financement des opérations boursières et de la spéculation par la création de moyens de paiement ex nihilo.
Augmenter les garanties en liquidités à 100 %, afin d'éviter les créations privées de monnaie ou quasi-monnaie ex nihilo.
Supprimer la cotation en continu et la remplacer par une seule cotation par jour pour chaque place financière et pour chaque valeur.
Supprimer les programmes d'achat/vente automatiques.
Interdire la spéculation sur les indices et les produits dérivés.

Abandonner le système de changes flottants pour un système de taux de changes fixes mais révisables par une commission indépendante.
Interdire toute dévaluation compétitive.
Abandonner le dollar comme monnaie de compte, d'échange et de réserve.
Etablir progressivement une unité de compte commune sur le plan international avec  un système approprié d'indexation.
Interdire la spéculation aux banques sur les changes, les actions, obligations et produits dérivés. Aucune puce, RFID ou un quelconque moyen de traçage ne peut être dissimulé dans la monnaie, quelque soit la forme de la monnaie( métallique, papier…)  

Les méthodes alternatives de création monétaire (wir, jazz, reka, talents, billes, sels…) sont admises si leur seigneurage bénéficie à tous les utilisateurs de manière proportionnelle et égalitaire et sans nuire aux familles.

Commentaires: « Il s'agit de réformes fondamentales qui intéressent la vie de tous
les jours de millions de citoyens. Ces réformes indispensables n'ont
été réalisées, ni même envisagées, ni par les libéraux justement
préoccupés de favoriser l'efficacité de l'économie, ni par les
socialistes justement attachés à l'équité de la distribution des
revenus… Les uns et les autres n'ont cessé d'être aveuglés par la
répétition incessante de toutes parts de pseudo-vérités et par des
préjugés erronés. »

« Il faut se méfier des experts quels qu'ils soient, et des
économistes en particulier. Comme les médecins, ils sont
indispensables, mais il faut bien se garder de les suivre les yeux
fermés »  Maurice Allais , prix Nobel d'économie. Commentaires de M. Erni …    Comme la plupart d'entre vous, j'ai longtemps cru que le rôle de la justice était de veiller au respect des lois dans l'esprit qu'elles avaient été votées par la majorité d'entre nous. En particulier, son rôle était d'établir la Vérité selon la réalité. Lorsque j'entendais un citoyen se plaindre amèrement en racontant une histoire à dormir debout où certains magistrats avaient trahi sa confiance, j'avais de la peine à imaginer qu'il disait la Vérité. Je ne croyais pas à l'existence des sociétés secrètes, aux falsifications de faits par des magistrats, aux assassinats judiciaires et à tous ces éléments farfelus que l'on retrouve dans ce genre d'histoire. Avec la totale confiance que je faisais à nos magistrats, je considérais que si une personne était dans le collimateur de la justice, c'est qu'elle avait quelque chose à se reprocher. Cela ne pouvait pas arriver à une personne honnête qui n'avait rien à se reprocher ! Il y a quelques années j'ai été initié par le plus Grand Ténor du Barreau Vaudois sur la réalité de la Justice. Elle pourrait se résumer en une phrase : "La Vérité c'était lui qui la définissait, quand aux juges, ils  lui devaient obéissance et faire respecter cette Vérité ". Dans un premier temps, je n'ai pas cru à son pouvoir, ni qu'il pouvait y avoir deux Vérités. Cette prestigieuse personnalité du barreau vaudois, pour ne pas le nommer Me Patrick FOETISCH, m'a alors démontré aux travers de multiples procédures son incroyable pouvoir pour faire jongler les juges. Ce pouvoir découle de sa théorie des lifts   (retour d'ascenseurs). J'ai vraiment eu la chance de découvrir les principaux mécanismes qui régissaient notre système judiciaire et permettait à ce VIP de réaliser tous ses voeux en jouant du renvoi de l'ascenseur ! D'où le nom du site VIP LIFT http://www.viplift.org     Les abus de pouvoir ne sont pas de la fiction. En Suisse, un Juge a effectivement un pouvoir quasi-illimité. De plus en plus de justiciables voient leurs droits bafoués par des juges qui servent des intérêts de "sociétés secrètes".

  • la disparition de pièces compromettantes de dossiers judiciaires n'est pas un mythe
  • les courriers judiciaires importants que ne reçoivent pas les justiciables pour pouvoir exercer leur droit à temps sont une des pratiques courante utilisée par les magistrats pour étouffer les affaires de criminalité économique. En théorie, la loi et la jurisprudence interdisent ces pratiques. C'est aux Juges d'apporter la preuve que le Justiciable a reçu leur courrier. En pratique, les Juges vaudois ont même trouvé une parade pour contourner cette jurisprudence. … Dr D. Erni. Les preuves sont là…
  • un des premiers buts est de lutter contre ces pratiques inadmissibles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »