Très chers amis au service de la Vérité et du Bien,
Le Fonctionnement de tout système, quel qu’il soit est complexe.
Afin de clarifier les faits et votre esprit, je vous invite à décrypter différentes informations et données, selon une analyse infirmière ES, médiologue de santé, accompagnée de notions issues de recherches en sciences humaines et en sciences infirmières.
L’enjeu est d’assurer notre avenir et celui des prochaines générations pour l’Éternité.
Définition du dictionnaire Larousse :
Intégrité
n.f. 1. Etat d’une chose qui a toutes ses parties,[1] qui n’a pas subi d’altération, 2. Qualité d’une personne intègre ; probité.
Probité 
n.f. caractère d’une personne probe.
Probe : adj. (lat.probus). Litt. D’une honnêteté scrupuleuse ; intègre.
Duplicité : n.f. (lat. duplicitas, de duplex, double). Caractère de quelqu’un qui présente intentionnellement une apparence différente de ce qu’il est réellement ; hypocrisie.
Hypocrisie : n.f. du gr. hupocrisis, mimique). 1. Défaut qui consiste à dissimuler sa véritable personnalité et à affecter des sentiments., des opinions et des vertus que l’on n’a pas ; fausseté.2. Caractère de ce qui est hypocrite. : Hypocrisie d’un compliment. 3. Action, parole hypocrite : Les hypocrisies mondaines.
Cohérent, e. adj. (lat.). 1. Dont toutes les parties s’enchaînent bien et s’organisent logiquement : Des explications cohérentes. 2. Phys. Se dit de vibrations qui ont la propriété de cohérence.
Cohérence n.f. (lat. cohaerencia). 1. Propriété de ce qui est cohérent ; logique : La cohérence d’une démonstration ; unité : la cohérence de ce projet économique a été applaudit[2]. 2. Phys.Caractère d’un ensemble de vibrations qui présentent entre elles une différence de phase constante dans le temps. 
Sciemment : adv. (du lat. sciens, scientis, qui sait). En pleine connaissance de cause.
Enseignement issue de la recherche en sciences infirmières :
La duplicité d’esprit s’observe lors d’une absence de cohérence dans les propos, et d’une absence « d’alignement » entre les intentions, les paroles et les actes d’un individu.
 Duplicité d’esprit = absence de congruence
Explication de la congruence :
PAILLARD, Christine. 2017. Cours IFSI- Tout savoir sur la congruence et l’authenticité Infirmiers.com [en ligne]. 29.09.2017. Mise à jour le 29.09.2017. Disponible à l’adresse :https://www.infirmiers.com/etudiants-en-ifsi/cours/cours-savoir-congruence-authenticite.html
« La congruence peut se définir simplement comme l’adéquation entre des émotions ressenties en lien avec les réactions non verbales provoquées par ces émotions. Pour un soignant, ce comportement réaliste implique une certaine disponibilité à accueillir les souffrances et les causes sans faire paraître de réaction inappropriée, maladroite ou relevant d’un certain jugement défavorable par la personne soignée, écoutée. Ici, il ne sert à rien de faire semblant d’être accueillant si le soignant ne l’est pasLa congruence soutient cette manière d’être du professionnel qui manifeste une concordance entre ce qu’il ressent, ce qu’il pense, ce qu’il dit et ce qu’il fait. Pour Jacqui Schneider-Harris1, la congruence, est la capacité d’être réellement soi-même, de prendre conscience de qui l’on est, et de pouvoir vivre cette identité pleinement et ouvertement. Il s’agit d’un processus d’acceptation de soi, favorisant l’expression réelle de soi-même et, à travers cette dynamique, qui permet la rencontre réelle avec autrui…
La notion de congruence est également très importante dans l’accompagnement des personnes en démarche de soins, car, afin d’adapter au mieux les réponses et les stratégies aux situations de vie des personnes, il est nécessaire qu’elles puissent nous dire, le plus sincèrement possible, ce qui se passe réellement pour elles.»
Voici un exemple d’absence de congruence :
Johann Schneider-Ammann.jpg
Constat, selon une analyse infirmière ES, médiologue de santé :
·       L’on observe une discordance entre les messages verbaux et non-verbaux.
Facteur principal faisant obstacle à l’émission d’un message empreint de congruence :
·       Johann Schneider Ammann s’exprime en français et non dans sa langue maternelle qui est le suisse-allemand.
Autre facteur faisant obstacle à la congruence :
En qualité d’infirmière ES, j’émets l’hypothèse que M. Schneider Ammann n’a jamais vécu d’expériences pratiques au sein d’un service de soins, par conséquent il évoque un sujet « le monde des soins et des malades » qui lui est inconnu. Ce qui l’empêche d’entrer en « cohésion cardiaque », c’est-à-dire d’effectuer la liaison « cœur-cerveau » selon ce que décrit Gregg Braden[3]
Dès 2mn03 :
Propos de Gregg Braden :
« De nouvelles découvertes qui remontent à environ 150 ans, sont venues bouleverser la pensée scientifique en ce qui concerne l’Etre humain. Notre corps physique, nos origines, notre histoire, nos capacités et notre potentiel et beaucoup de ces découvertes sont en lien direct avec le cœur humain.
En 1991, nous avons découvert dans le cœur environ 40’000 cellules spécialisées, des neurites sensorielles. Les cellules sont identiques aux neurones de notre cerveau, mais plutôt que d’êtres situées dans notre boîte crânienne, elles sont situées dans notre cœur. Elles ont les mêmes fonctions, elles pensent indépendamment de celles du cerveau. Elles se souviennent, indépendamment de celles du cerveau, elles apprennent séparément et différemment de celles de notre cerveau.
Ces découvertes ouvrent de nouvelles perspectives quant à notre façon de penser et de concevoir l’Etre humain et de la relation que nous avons avec notre corps.
Lorsque j’étais à l’école, dans les années 50-60, une partie des années 70, on nous enseignait que le cerveau était l’organe principal du corps humain. Nous savons tous bien sûr que le cerveau est important, mais ces nouvelles découvertes nous montrent que le cerveau reçoit plusieurs de ces instructions. Je dirais même que la majorité des instructions qu’il reçoit et qui lui dise quoi faire, proviennent du cœur humain et régulé par nos émotions et nos ressentis. Donc ce que nous ressentons face à nous-même, à notre relation au monde. Est-ce que nous nous sentons en sécurité ? Est-ce que nous nous sentons menacé ? Est-ce que nous nous sentons connectés ou est-ce que nous nous sentons séparés ? Est-ce que nous nous sentons puissant ou au contraire impuissant ? »
Tout à coup ses relations et ses émotions jouent un rôle bien plus important dans la compréhension de notre corps.
Par exemple, lorsque nous nous sentons en sécurité, notre cœur envoie un type de message à notre cerveau et ce signal libère des substances biochimiques qui reflètent ces émotions. Donc si nous nous sentons en sécurité, notre biochimie, notre système immunitaire est plus fort. Nos enzymes de jeunesse sont renforcées, nous sommes plus jeunes, plus fort. Mais si au contraire, nous nous sentons menacé, si nous avons l’impression que notre monde est dangereux, le message envoyé par notre cœur à notre cerveau est différent, et le cerveau « se dit » : « je dois produire des éléments biochimiques différents, et ce signal de stress, se transforme par un niveau d’adrénaline élevé, par un niveau de cortisol élevé et lorsque ceci survient, notre système immunitaire arrête de fonctionner. Cela freine la production de télomères, les enzymes de longévité, et cela affecte plein d’autres systèmes encore.
Donc cette relation entre notre cœur et notre cerveau est beaucoup plus qu’une métaphore. C’est une relation littérale, factuelle, énergétique et chimique.
Relation que nous commençons tout juste à comprendre au niveau scientifique.
Toutefois, ces nouvelles découvertes scientifiques rejoignent ce que les traditions ancestrales, religieuses ou spirituelles, les plus anciennes ont toujours dit, de façon presque universelle. »
« Que la relation que vous avons avec notre cœur est la clé de notre bonheur, de notre santé, de notre sécurité. Maintenant la science commence à dire la même chose »
Gregg Braden
L’Art infirmier par le concept de médiologie de la santé[4], est en cohérence avec ce qui est décrit dans les schémas suivants :
Congruence coeur cerveau 1.png
Source : Conversation Papillon. (2018)
Congruence coeur cerveau 2.png
Source : Conversation Papillon. (2018)
Notions vitales et fondamentales, à mettre impérativement en pratique, lors de toute relation interpersonnelle, afin d’assurer notre avenir et celle des prochaines générations pour l’Éternité :La vérité et la justice
Afin que la Vérité règne au sein des populations, que ce soit en Suisse, en France et au sein d’autres nations, il est fondamental de comprendre de quelle manière « l’élite » maintient sa domination envers les peuples.
Voici quelques exemples non exhaustifs :
Pierre Yves Grivel, 25.01. 1953, Directeur secondaire retraité, député au Grand Conseil bernois, PLR, Bienne.

Pierre-Yves Grivel.jpg

Caractéristique principale:
Pierre-Yves Grivel présente une duplicité d’esprit et une absence d’intégrité.
Cela se vérifie par :
·       L’écart du contenu de ses propos parus dans le « Journal du Jura », en page 16 de l’édition du 21 avril2018 et son comportement à mon égardpuisqu’il participe à une tentative de « muselage collectif » de ma personne, en visant à me faire taire et à couper tout dialogue. (Se référer aux courriels émanant des Services parlementaires du Grand Conseil bernois, à mon attention les 26.01.2018, 1.02.2018 et 20.06.2018 ainsi qu’aux fichier Excel en fichiers-joints.
·       Le fait qu’il culpabilise les citoyens, selon les propos suivants : « pour leur manque d’intérêt pour la chose publique à ce stade est honteux, voire scandaleux : 29.6 % de participation électorale. Irrespect ou punition pour les élus ? »
Constat, selon une analyse infirmière ES, médiologue de santé :
Inversion de la réalité. Ce sont les « élus » qui ne respectent pas les citoyens, puisque le système politique en Suisse, par l’intermédiaire des partisest dominé par le mensongesystématique et la tromperie.
Exemple :
DE SIEBENTHAL, François, SCHEIDEGGER, Nathalie. Oligarchie & idiots utiles. Abus-suisses.blogspot.com [en ligne]. 30 décembre 2018. Disponible à l’adresse : http://abus-suisses.blogspot.com/2018/12/oligarchie-idiots-utiles.html
Hypothèse, selon une analyse infirmière ES, médiologue de santé :
Pierre-Yves Grivel sert les seuls intérêts de l’Etat profond et du système financier mondial détenu par l’empire financier khazar Rothschild.
Annonce Pierre-Yves Grivel.png
Source : « Journal du Jura ».
30 mai 2018. p. 19

  
Questionnement :
Est-t ’il raisonnable d’accepter un tel mensonge ?
Lorsque l’on sait que la réalité du système financier Rothschild, est celle, que la vidéo ci-dessous décrit :
Gilets Jaunes, Démocratie et Monnaie – Version augmentée. Clickorix La Gauloise [en ligne]. Ajoutée le 26 décembre 2018. Disponible à l’adresse : https://www.youtube.com/watch?v=KikKvFZJmgE&index=38&t=39s&list=PLUFU4sLs0dXXQzfmfXfllv7GvhQBqITxJ
Dont les journalistes du journal en ligne, « Les Observateurs », en ont en fait le résumé sous cette forme :
La chute – Hitler face aux Gilets Jaunes LE RETOUR. Les Observateurs. ch [en ligne]. 25 décembre 2018. Disponible à l’adresse : https://lesobservateurs.ch/2018/12/25/la-chute-hitler-face-aux-gilets-jaunes-le-retour/
Pour des informations complémentaires, se référer à :
Un banquier suisse explique en 53 minutes l’initiative “Monnaie Pleine”. Thomas Wroblevski [en ligne]. Ajoutée le 7 janvier 2018. Disponible à l’adresse : https://www.youtube.com/watch?v=uKkuaULKBj4&t=1329s
Présentation de la démarche, afin de corriger le mensonge émit par le Conseille fédéral et le système politique en Suisse, dans le but de rétablir la vérité, à prendre connaissance sous :
VBSC 03. Gérard Scheller [en ligne]. Ajoutée le 25 novembre 2018. Disponible à l’adresse :https://www.youtube.com/watch?v=OINewmua2mU&feature=youtu.be
Dès 33 mn 57 David Vincent, président du comité genevois « Monnaie-pleine » introduit l’intervention de Nicolas Etter, juriste et économiste.
Dès 34 mn 47 Nicolas Etter, nous informe d’un recours en matière de « Droit public » qui a été intenté devant toutes les instances et qui est « pendant » encore aujourd’hui devant le tribunal fédéral et a pour objet la votation fédérale du 10 juin 2018 : l’initiative « Monnaie-Pleine ».

Voici le plan de son exposé :

  • Nous rappeler ce qu’est l’initiative « Monnaie-Pleine
  • Résumé du problème de manière non juridique, factuelle, puisque le droit est parfois « une science obscure ».
  • Explication simplifiée de la procédure en cours.
  
Il est urgent de mettre un terme aux mensonges et aux tromperies d’État. 
Telle est la mission des lanceurs d’alertes suisses, des lanceurs d’alertes internationaux et du mouvement « Gilets jaunes » en France et à l’échelle de la planète, en faveur de l’Humanité toute entière.
Hommage à Julian Assange :
DE SIEBENTHAL, François, SCHEIDEGGER, Nathalie. Abus-suisses.blogspot.com [en ligne]. 20 décembre 2018. Disponible à l’adresse : http://abus-suisses.blogspot.com/2018/12/hommage-julian-assange.html
Dave von Kaenel, 26.04.1971, Ingénieur ETS en microtechnique, PLR, Villeret
Dave von Kaenel.jpg
Occupait les fonctions de député au Grand Conseil bernois et de président de la députation romande, lorsqu’il a répondu en date du 15 novembre 2017 à 22 :26, à mon courriel du 15 novembre 2017 à 21 :06, dont l’objet était : « Lorsque la profession infirmière recueille le ressenti d’une personne après avoir reçu une mauvaise nouvelle ».
Voici le contenu de sa réponse :
« Merci de me supprimer de vos contacts.
Votre prose ne n’intéresse pas.
Si vous passiez autant de temps a pondre des tartines par mail qu a travailler…vous seriez mieux dans votre tete ! »
Au prochain courriel je vous mets dans la liste de Spam… et basta !
Amicales salutations.
Remarque : pour une fois ce n’est pas moi qui ai commis des fautes d’accords et d’orthographes !
Constat, selon une analyse infirmière ES, médiologue de santé :
Cet homme politique méprise autrui, dont moi-même, en qualité de représentante intègre de la profession infirmière. Il méprise également mon expérience professionnelle alors que dans l’édition du Journal du Jura, du 16 novembre 2017[5], les propos suivants, émis par Dave von Kaenel sont rapportés : « Je suis très surpris que les responsables des soins à domiciles et des services sociaux n’aient pas demandé à nous rencontrer… »
Dave von Kaenel présente une absence d’intégrité, une duplicité d’esprit ainsi qu’une absence de volonté à ouvrir le dialogue concernant les doléances des membres de la profession infirmière.
Il reporte ses imperfections envers autrui au lieu de développer la capacité de se remettre en question, et de se questionner quant au fonctionnement politique, à la gestion de notre pays ainsi qu’à celui du système de santé.
Mécanismes de défenses décrit par Henri Chabrol, professeur de psychopathologie à l’Université du Mirail, Toulouse :
Recherche en soins infirmiers. N°82-Septembre 2005. CHABROL, Henry. Les mécanismes de défense. Ehesp.fr [en ligne]. Disponible à l’adresse : http://fulltext.bdsp.ehesp.fr/Rsi/82/31.pdf
Analyse des propos que Dave von Kaenel m’a adressé dans son courriel, en date du 15 novembre 2017 à 22 :26, en me référant aux mécanismes de défense décrits par Henri Chabrol.
Je reconnais les mécanismes de défense suivants :
Pseudo-altruisme
L’altruisme n’est pas toujours facile à distinguer du pseudo -altruisme classé dans les mécanismes névrotiques. Le pseudo-altruisme prend trois aspects principaux : 1) Il peut n’être que le simulacre de l’altruisme : le sujet aide les autres ou fait semblant de les aider mais il poursuit inconsciemment un but intéressé2) le pseudo altruisme peut résulter d’une formation réactionnelle contre l’agressivité : 3) le pseudo altruisme peut, au travers du sacrifice de soi, exprimer un masochisme moralle sacrifice de soi peut-être un moyen de contrôle de l’autre par la culpabilité.
Remarque : Dave von Kaenel en disant : «  Je suis très surpris que les responsables des soins à domiciles et des services sociaux n’aient pas demandé à nous rencontrer…. », fait croire à la population qu’il se préoccupe des doléances des professionnels de santé évoluant dans les services de soins à domiciles et des services sociaux, toutefois dans la réalité, lorsqu’en qualité de citoyenne, enrichie intellectuellement par ma profession d’infirmière ES, je tente à ouvrir le dialogue quant aux réelles difficultés que rencontrent les membres intègres de la profession infirmière, les véritables intentions de Dave von Kaenel sont révélées en comparant le contenu de sa réponse à mon courriel que je lui ai adressé le 15 novembre 2017 à 21 :06 à ses propos relatés dans l’édition du « Journal du Jura », du 16 novembre 2017, en page 6.
Résultat : il est impossible de résoudre les dysfonctionnements institutionnels par une « démarche de résolution de problèmes » puisqu’il y a une volonté manifeste de la part de Dave von Kaenel de maintenir le statu quo. Ceci au détriment des professionnels de santé et du social, ainsi qu’envers tous les usages du système de santé et du social.
Une telle attitude perverse représente un crime envers l’Humanité toute entière.
Autres mécanismes de défense que je reconnais dans l’attitude non adaptée de Dave von Kaenel à mon égard :
La dépréciation
La dépréciation produit des représentations injustement et exagérément intérieure de certaines personnes. Sa fonction est de protéger l’estime de soi (Si l’autre est nul, on n’a pas à se remettre en question) ou éviter les sentiments de perte en cas de séparation ou de menace de séparation (Si l’autre est sans valeur, s’en séparer est un soulagement).
L’omnipotence
Dans l’omnipotence (toute puissance), le sujet répond aux conflits et aux stress « en se sentant et en agissant comme s’il possédait des capacités et des pouvoirs exceptionnels et comme s’il était supérieur aux autres » (DSM-IV).
La personnalité narcissique est caractérisée par la prédominance de l’omnipotence manifesté par le sens grandiose de sa propre importance, de la dévalorisation des autres sauf de quelques individus protégés par l’idéalisation primitive[6].
Niveau de désaveu
Le niveau du désaveu regroupe le dénila projection et la rationalisation ces défenses empêchent la prise de conscience de facteurs de stress, d’impulsions, d’idées, d’affects désagréables ou inacceptables.  Ces défenses font partie des défenses dominantes des personnalités limites mais elles peuvent être utilisés par les sujets « névrotiques » et « non cliniques ».
Le déni
Le déni est une réponse aux conflits et aux stresse « en refusant de reconnaître certains aspects douloureux de la réalité externe ou se l’expérience subjective qui seraient évidents pour les autres » (DSM-IV). Cette définition recouvre la réalité psychique et la réalité externe. Le déni est l’exclusion active et inconsciente de certaines informations hors de l’attention focale.
Contrairement au déni psychotique où la distorsion de la réalité interne ou externe est majeure, sa méconnaissance dans le déni n’est qu’apparente ou incomplète et elle ne peut ne pas être permanente. L’entourage et le soignant peuvent avoir l’impression que le sujet sait et ne sait pas à la fois. On a parlé de « demi-savoir ».
L’usage excessif de déni est surtout présent chez les personnalités limites et psychopathiques. La déficience du déni peut s’observer dans les dépressions ou la mélancolie.
La projection
La projection attribue « à tort à un autre ses propres sentiments, impulsions ou pensées inacceptables » (DSM-IV, p. 756). Elle permet d’expulser de soi et de percevoir dans un autre ce que le sujet refuse de reconnaître en lui-même. Plus généralement, la projection peut concerner toute ce que notre esprit ressent comme douloureux ou déplaisant (Joan Rivière, 1937).
Freud a insisté à plusieurs reprises sur le caractère normal de la projection dont Joan Rivière (1937) a pu souligner l’usage général dans la vie quotidienne, sous forme de la tendance à dénoncer chez les autres ce que la personne essaie de nier en elle-même.
Joan Rivière  (1937) a vu dans ce mécanisme « notre première mesure de sécurité » (p.19) dont il est fait un usage « universel » (p.19) pour se défendre des forces destructrices internes.Cette agressivité première qui constitue un danger est expulsé et localisée ailleurs en tant que chose mauvaise » (p.22). « Ayant réussi dans notre esprit à localier le danger à l’extérieur de nous et à le concentrer, nous procédons alors à une deuxième manœuvre projective, qui consiste à décharger les pulsions agressives en nous sous forme d’une attaque contre ce danger extérieur ». (p.22).
Remarque : Ma prise de position, ferme face aux mensonges, en qualité de citoyenne enrichie intellectuellement par ma profession d’infirmière ES, représente un danger pour Dave von Kaenel, raison pour laquelle il « m’assassine » par ses propos toxiques, pervers et criminels. De cette manière, il reste dans la capacité de poursuivre « le chemin qui est le sien », peu importe les moyens et les méthodes employés. Seul compte sa personne et les intérêts de l’oligarchie qu’il défend « bec et ongles », ceci au mépris des lois en vigueur en Suisse, par une attitude non professionnelle et un comportement ou l’on observe une absence d’éthique et de déontologie, dans une posture, en se référant à l’analyse transactionnelle, de « parent à enfant », dans un lien relationnel « dominant/dominé ou seul lui, détient la vérité suprême.

Le clivage
Le clivage compartimente « des états affectifs opposés et en échouant à intégrer les aspects positifs et négatifs de soi et des autres dans des images cohérentes. Les affects ambivalents ne pouvant être éprouvés simultanément, des représentations de soi et des autres et des attentes vis-à-vis de soi et des autres plus nuancées sont exclues de l’expérience émotionnelle. Les images de soi et d’objet tendent à alterner entre des pôles opposés : être exclusivement aimant, puissant, responsable, protecteur et bienveillant ou exclusivement mauvais, détestable, en colère, destructeur, rejetant et sans valeur » (DSM-IV). Le clivage traduit la division du soi et des objets en parties entièrement bonnes ou mauvaises par le renversement soudain et complet de tous les sentiments et conceptions concernant soi-même ou une personne particulière.
Le clivage est associé au déni : quand il passe d’un état à un autre, le sujet dénie l’état antérieur, Quand il est sous l’emprise d’une image de soi et d’objet, les autres images de soi et d’objets sont déniés.
Le clivage est au centre de l’organisation défensive des états imites et des psychoses comme l’est le refoulement par les névroses. Dans l’état limite, le clivage protège le moi des conflits intrapsychiques en dissociant les représentations contradictoires de soi et des autres. Le clivage protège le sujet d’une ambivalence intense : « Aussi longtemps que ces états contradictoires du moi peut être maintenues séparés les uns des autres l’angoisse liée à ces conflits est évitée ou contrôlée » (Kerberg, 1984, p.32).
L’identification projective
L’identification projective est un « mécanisme par lequel, comme au cours de la projection, le sujet répond aux conflits émotionnels et aux stress internes ou externes en attribuant à tort à une autre personne ses propres sentiments, impulsions ou pensées inacceptables. Cependant, à la différence de la protection simple, le sujet ne désavoue pas entièrement ce qui est projeté. Il reste au contraire conscient de ses propres affects ou impulsions mais il les ressent comme des réactions légitimes aux attitudes de l’autre personne. Il n’est pas rare que le sujetinduise chez l’autre les sentiments même qu’il lui avaient faussement attribuérendant difficile de clarifier qui a fait quoi à qui le premier » (DSM-IV)-
L’identification projective est difficile à repérer dans le fonctionnement relationnel du sujet à partir des informations subjectives et nécessairement biaisées qu’il en donne quels que soient ses efforts de sincérité.
….
Deux types d’identification projective ont été décrits, l’identification projective concordanteoù les mêmes affects sont éprouvés par le sujet et par l’autre, et l’identification projective complémentaireoù les sentiments éprouvés par le sujet et par l’autre sont opposés.
Remarque : J’ai fait le choixdéjà à partir de 2004, dès que je fus employée au sein du home « Les Lovières », de laisser une trace écrite, de manière claire et précisede chaque conflit en lien avec mes litiges professionnels, permettant de retracer leurs historiques, afin d’éviter que la « mauvaise foi » des individus étant au seul service du mensonge me laissent dépérir « au fonds du puits dans lequel mes adversaires m’ont placé. ». J’ai touché le fonds pour mieux rebondir au service de mon prochain et de l’intérêt général.
Philippe Augsburger, maire de Tramelan, PLR

Philippe Augsburger.jpg

Information à connaître :
A épousé la sœur du Franc-Maçon Jean-Claude Chatelain, Souverain Grand Commandeur du Suprême Conseil pour la Suisse, du Rite Ecossais Ancien et Accepté et fédéralisme
au 33 ème degré.
Ce qu’il m’a affirmé lors d’un entretien :
·       Ne pas être membre d’un groupe occulte de personnes
·       Ne pas faire partie de la Franc-Maçonnerie malgré le fait que le frère de son épouse, Jean-Claude Chatelain est franc-maçon.
·       Qu’il n’est en aucun cas membre de toute autre société secrète et que « c’est tout juste s’il a accepté de devenir membre du PLR ».
Remarque :
Lors d’un entretien, Philippe Augsburger a marqué son étonnement, lorsque je lui ai affirmée que son beau-frère est Souverain Grand Commandeur du Suprême Conseil pour la Suisse, du Rite Ecossais Ancien et Accepté et Fédéralisme, au 33ème degré.
Il suffit de prendre connaissance du document suivant, dans lequel Jean-Claude Chatelain est présenté en p. 24 : Aurora. Confédération des Suprêmes Conseils Européens.supremoconselho.org [en ligne]. Disponible à l’adresse : http://www.supremoconselho.org/upload/revistas/ficheiros/515358-Aurora_1.pdf
Jean Claude Chatelain, fait partie d’un groupe d’individus qui ont dépossédé les professionnels de santé intègres de toute influence quant à la gestion du système de santé suisse, par le programme suivant :
Une rocade et un réseau ambitieuxrfj.ch [en ligne]. 22 mai 2012. Disponible à l’adresse : https://www.rfj.ch/rfj/Actualites/Regionale/20120522-Une-rocade-et-un-reseau-ambitieux.html
Dominique Sartori.jpg
Dominique Sartori, heureux nouveau directeur de l’HJB
Article dans lequel est écrit :
« L’Hôpital du Jura bernois opère une rocade à sa direction. Dominique Sartori, actuel vice-directeur, remplacera Jean-Claude Châtelain le 1er octobre. C’est un homme du sérail que le conseil d’administration a choisi. Dominique Sartori travaille depuis 1984 au sein de l’HJB et a peu à peu gravi les échelons de l’institution. Son mandat sera régi par la continuité, mais aussi par « la nécessité de développer encore cette institution pour faire face aux difficultés qui s’annoncent » a déclaré Dominique Sartori
Horizon Santé 21 n’en est pour l’heure qu’au stade de projet. Ce réseau de santé est devisé à 1,2 million de francs, et est dans l’attente d’un financement de la Confédérationdans le cadre des plans de relance liés à la crise du franc fort. « C’est un projet innovateur ! », estime Jean-Claude Châtelain. Horizon Santé 21 pourrait ainsi devenir l’interlocuteur privilégié du canton de Berne, et gérer à terme une éventuelle enveloppe financière globale octroyée au Jura bernois en matière de santé. » /tsc
Remarque :
Cela rejoint la pensée néolibérale de Pascal Couchepin[7]. A prendre connaissance sous :
« La politique de santé sera-t-elle le moteur de la croissance suisse ? » Ile Saint-Pierre, 29.08.2006 – Discours du Conseiller fédéral Pascal Couchepin – Seule la version orale fait foi. Admin.ch [en ligne]. Disponible à l’adresse : https://www.admin.ch/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-6850.html
Qui fait écho à :
Les GOPE (Grandes orientations de Politiques Economiques)  ou la feuille de route économique de Matignon. Upr.fr [en ligne]. [Consulté le 21 décembre 2018]. Disponible à l’adresse : https://www.upr.fr/gope-grandes-orientations-de-politique-economique/

Et fait écho à :
Que cachent l’Agenda 21 et l’Agenda 2030 des Nations Unies ? aphadolie.com [en ligne]. 3 mars 2018. Disponible à l’adresse : https://aphadolie.com/2018/03/03/que-cachent-lagenda-21-et-lagenda-2030-des-nations-unies/
Objectif des Nations Unies : Recenser toutes les matières de la terre par les rapports qui leur sont soumis pour les programmes des agendas 21 et 2030, s’approprier toutes les matières de la terre, dépeupler les villages et confiner les populations mondiales dans des cités mégapoles en interdisant l’autarcie.
Constat, selon une analyse infirmière ES, médiologue de santé :
Tramelan « Berceau d’Humanité est un leurre. La réalité est « Tramelan berceau d’inhumanité », qui par sa fondation « Albert Gobat, prix Nobel de la Paix 1902 » fait écho à l’imposture du « Prix Nobel de la Paix, dénoncée par François Asselineau, président et fondateur en 2007, de l’UPR (Union populaire républicaine), dont sa conférence est à consulter sous :
ASSELINEAU, François.« La Tromperie universelle comme mode de gouvernement ». upr.fr [en ligne]. Disponible à l’adresse : https://www.upr.fr/conferences/la-tromperie-universelle-comme-mode-de-gouvernement/
Remarque : le lieu et la date ne sont pas indiqués.
Propos de François Asselineau, dès seconde 09 : « Dans cette conférence, qui est une conférence nouvelle, j’essaie de montrer sur quelques exemples tirés de l’actualité, comment l’opinion publique se fait manipuler par des stratégies savantes de tromperies délibérées. Je vais insister lourdement dans un premier temps, dans un premier chapitre sur une affaire d’actualité qui est arrivée récemment, qui a été l’attribution du Prix Nobel de la Paix à L’Union Européenne. Donc je vais examiner ceci dans le détail avec vous avec idéalement quelques implications de nature géopolitique et internationale ».
Philippe Augsburger 2.png
Dans son bureau trône le fameux tag, «Tramelan, berceau d’Humanité»,
oeuvre du peintre La Mouche. STÉPHANE GERBER
Constat, selon une analyse infirmière ES, médiologue de santé :
·       Absence d’intégrité, duplicité d’esprit
·       Philippe Augsburger présente une incapacité d’apprécier et d’évaluer ma situation dans son ensemble ainsi que sous ses différents aspects, ce qui rend impossible de remédier à celle-ci de manière adaptée et sécuritaire. Pire, cela a pour effet de « m’enfoncer encore plus profondément au fond de mon puits ».
·       Cet individu est dans l’incapacité de prendre conscience, ou fait semblant de ne pas avoir conscience, que c’est le Système dominé par l’État profond, qui a directement engendré ma « descente en enfers » et ont eu pour conséquences une altération de ma vie personnelle, affective, familiale[8]., sociale et professionnelle.
J’affirme donc que Philippe Augsburger fait acte de complicité de crimes envers l’Humanité toute entière, puisque les courriers qu’il a signé, en qualité de maire de la commune de Tramelan,empreints de sanctions à mon égard, son attitude non professionnelle et son comportement débonnaire maintient « la loi du silence », semblable à l’omerta de la mafia, ce qui a pour effet dem’empêcher à contribuer à l’émergence du « modèle social vaudois » dans le canton de Berne et sur tout le territoire suisse.
En qualité d’infirmière ES, je rappelle que j’ai intégré, transféré et véhiculé le modèle de gestion « Opale » ((= modèle social vaudois), au sein des services de soins, dont les caractéristiques sont présentées à partir du lien suivant :
DE SIEBENTHAL, François, SCHEIDEGGER, NathalieGestion Opale. Abus-suisses.blogspot.com [en ligne]. 21 novembre 2018. Disponible à l’adresse : http://abus-suisses.blogspot.com/2018/11/gestion-opale.html
Par conséquent :
Une justice rétablie[9]doit impérativement examiner les agissements des individus étant au seul service du mensonge systématique et de l’État profond, qui se dévoilent en lien avec tous les épisodes de mon « feuilleton professionnel », depuis décembre 2011, à ce jour.
Les protagonistes par leurs paroles toxiques et perverses, leur attitude respective étant systématiquement non-professionnelle, leurs comportements inadaptés, inefficaces et non sécuritaires, engendrent inévitablement la mort de tout système quel qu’il soit sur le plan individuel, conjugal, familial, social, professionnel et environnemental, ce qui représente un crime avéré enversl’humanité toute entière.
Cordialement
Nathalie Scheidegger, infirmière ES

[1] A l’instar de la France, en Suisse, tout individu qui s’engage pour défendre les Droits fondamentaux humains et les principes éthiques que sont l’autonomie, la bienfaisance, la non-malfaisance, la justice, dans un esprit de vérité fait l’objet d’oppressions par le Système, dont les Autorités fédérales maintiennent sciemment cette dynamique perverse et criminelle. A consulter sous : DE SIEBENTHAL, François. SCHEIDEGGER, Nathalie. Liberté et responsabilité. Abus-suisses.blogspot.com [en ligne]. 25 décembre 2018. Disponible à l’adresse : http://abus-suisses.blogspot.com/2018/12/la-liberte-toute-seule-nest-que-licence.html
[2] Exemple d’une stratégie économique cohérente en faveur de la population : Vladimir Poutine et Shinzo Abe s’entretiennent à Vladivostok avant le Forum économique oriental. RT France [en ligne]. 10 septembre 2018. Disponible à l’adresse : https://www.youtube.com/watch?v=Wnvf_YkVt6w
[4] Développé par Michel Nadot, à lire sous : CANNASSE, Serge. Entretiens. Nadot Michel. Carnet de santé.fr [en ligne]. Février 2009. Disponible à l’adresse : http://www.carnetsdesante.fr/Nadot-Michel
[5] Référence : BRENZIKOFER, Pierre-Alain. Esprit d’EOS 2014, es-tu toujours là ? Journal du Jura. 16 novembre 2017. p.6 
[6] Cela se remarque par le texte rédigé par Pierre-Yves Grivel, ancien directeur d’école secondaire, député PLR au Grand conseil bernois dans son texte intitulé : « Je suis réveillé et en bonne santé, fatigué mais je sais pourquoi, moi ! », paru dans l’édition du « Journal du Jura » du 6 octobre 2018, en page 16, article dans lequel il défend « bec et ongles » le Conseil fédéral démissionnaire Johann Schneider-Ammann. Je fais le lien avec Dave von Kaenel, puisque étant tous deux membres du PLR, l’on remarque aisément la caractéristique des membres de ce parti, au moyen des exemples que je vous propose, du fait avéré que ces politiciens sont totalement déconnectés de la réalité vécue par la population suisse, que cela soit les citoyens, des individus vivant en Suisse,  des employés tous secteurs confondus, notamment (liste non-exhaustive), des agriculteurs, des enseignants, des policiers, des professionnels de la santé ou du social, des usagers du système de santé suisse, des facteurs, etc.
[7] Qui a engendré le document suivant : SIGRIST, Stéphane, 2006. L’avenir du marché de la santé. Facteurs de coûts et opportunités de croissance. [en ligne] Berne: Département fédéral de l’intérieur. [Consulté en août 2017]. Disponible à l’adresse : https://www.newsd.admin.ch/newsd/message/attachments/7313.pdf 
[8] Ceci doit être compris dans une posture de « Méta-cognition », sans aucun jugement, puisque chacun a agi ou réagit en fonction de sa maturité psycho-affective et spirituelle, de son niveau de connaissances, de sa compréhension de la réalité du fonctionnement du monde et de la place qui est la sienne au sein de celui-ci. S’ajoute ensuite la difficulté majeure que cela semble « juste » inconcevable que la Suisse est un Etat de non-droit, dominé par une obédience spirituelle occulte, qui exerce une influence mortifère sur les systèmes politiques, institutionnels, judiciaires et médiatiques.
[9] Puisque, actuellement le système judiciaire en Suisse est gangréné par la corruption. A prendre connaissance sous : DE SIEBENTHAL, François, SCHEIDEGGER, Nathalie. « Gilets jaunes et Etat de droit ». Abus-suisses.blogspot.com [en ligne]. 31 décembre 2018. Disponible à l’adresse : http://abus-suisses.blogspot.com/2018/12/gilets-jaunes-etat-de-droit.html
Nos valeurs, les Suisses et les Suissesses les ont créées et se sont battus pour elles: 
la démocratie directe, 
le fédéralisme, 
le scepticisme à l’égard des puissants, 
mais aussi:
l’humilité, 
la compétence et la ponctualité. 
La Suisse peut en être fière, car ces valeurs sont la base de sa prospérité actuelle, estime le président de la Confédération.

Les sept ministres suisses, dont l’un est le président pour une année,
primus inter pares,
le premier parmi ses pairs, ses égaux.
Les symboles:
Au milieu,
la Croix + du Christ ressuscité, vainqueur de la mort.
Puis, de gauche à droite,
Le Matterhorn, en l’honneur de St Materne, alias Cervin ou Cervinia.
Le caquelon à fondue, signe de la fraternité des copains
Le cor des alpes, signe des messages qui passent les montagnes
Le palais fédéral, la paix par la croix du Christ qui le domine avec notre constitution qui commence en son nom.
Le pont, probablement, dit du diable, 
au Saint Gothard

le réveil, la ponctualité même matinale des suisses
Les skis croisés, les libertés montagnardes et l’accueil des touristes du monde entier
La vache avec des cornes, pour nous, les vaches du Siebenthal, alias Simmental…

Le haut de l’hallebarde ( des gardes suisses du Pape ? ) , 
puis le couteau du soldat suisse, 
increvable et qui équipe même des astronautes…
et un modeste clochers, qui nous donne la Paix grâce à ses cloches,

et enfin, 

les deux grands projecteurs des deux côtés 
et, au milieu, dans les mains du président,
 la modernité du téléphone qui prend le public en photo et peut la diffuser dans le monde entier.

Chères concitoyennes, chers concitoyens,
J’aimerais tout d’abord vous présenter mes meilleurs vœux de bonheur et de santé pour la nouvelle année. J’espère que vos souhaits les plus chers se réaliseront en 2019.
Pour la plupart d’entre nous, le quotidien devient toujours plus stressant. Le monde semble tourner de plus en plus vite. En ces temps mouvementés, nous risquons de perdre pied. Le passage à la nouvelle année nous permet de nous arrêter un instant, de marquer une pause. Nous nous souvenons de l’année qui est derrière nous. Et nous osons même jeter un regard vers l’avenir. Prenez le temps pour ce moment de réflexion.
Prenons aussi ce temps pour la Suisse. D’ où venons-nous? Où irons-nous en 2019?
Cette vache en bois se trouve dans mon bureau depuis des années. Vous la connaissez depuis des générations comme un jouet ou un souvenir typique. Pour moi, elle est un symbole de nos traditions et de nos origines. De nos racines et de nos valeurs communes. Ces valeurs, nous les cultivons ensemble, nous les avons créées et nous nous sommes battus pour elles: la démocratie directe, le fédéralisme, le scepticisme à l’égard des puissants, mais aussi l’humilité, la compétence, la ponctualité. Si nous allons si bien aujourd’hui, c’est grâce à ces valeurs. C’est pourquoi nous pouvons être fiers de nos valeurs.
Voici un deuxième symbole: ce smartphone représente la rapide transformation de notre société. Une transformation que nous sommes tous en train de vivre. Il représente le progrès technologique. Le monde professionnel qui change. Notre quotidien qui évolue. Les nouvelles possibilités et les chances exceptionnelles à saisir. Que ce soit dans la vie privée, dans l’économie ou la recherche.  
Le smartphone symbolise aussi un autre aspect de la transformation actuelle. Oui, les nouvelles technologies facilitent les échanges. Mais en même temps, elles nous isolent et empêchent toujours plus souvent les contacts personnels. Peut-être vivons-nous presque davantage dans le monde virtuel que dans le monde réel. Et si tout change aussi vite, nous ne savons parfois plus à quoi on peut encore se fier. Les changements si rapides créent aussi beaucoup d’incertitudes.
On peut dire : À chaque fois que nous avançons, nous avons besoin d’une boussole, sinon nous nous perdons. C’est pour cela que nous avons besoin d’un lien entre origine et avenir. Entre tradition et innovation. Entre ce qui a fait ses preuves et ce qui est nouveau.
Cela vaut pour chacune et chacun d’entre nous. Et cela vaut pour nous tous en tant que pays. Si nous savons d’où nous venons, nous comprenons mieux où nous sommes. Et nous pouvons décider ensemble où nous voulons aller. Nos valeurs éprouvées sont les fondements solides d’une Suisse moderne. D’ une Suisse moderne et compétente, qui est à la pointe du progrès dans de nombreux domaines. C’est pourquoi je suis convaincu que, tant que nous respectons nos valeurs, nous pouvons regarder vers l’avenir avec assurance.
Cette assurance, je nous la souhaite à tous. Pour 2019 et au-delà!  
Traduction »
Aller à la barre d’outils