The swiss secret

Saint Nicholas of Flue, father of ten children.

Patron of Switzerland and of the world peace thanks to economical Justice.

God favored him with numerous visions and the gift of prophecy.

Swiss Hermit and Peacemaker, Holy Patron of the world peace through economical Justice.

During the second world war, the German tanks massed on the Swiss border. Many Swiss started to request the rosary and holy Nicholas de Flue (national patron saint), and even the General Commander of all swiss armies, named Guisan, which was Protestant, admitted having requested the rosary and holy Nicholas.

Conclusion: the German armoured tanks made half-turn. Explanation given by German testimonys: they saw a hand in the sky which beckoned to them not to advance. They were afraid and made half-turn. And it was far to be the only example. God stops the wars if it is asked to him.

You can ask Fritz Gemperle living now in the Philippines to give his testimony.

Saint Nicholas of Flue main economical vision is about how bad can money be and how to resist to this evil.

Vision:

The penny and the fountain of life

THE FOUNTAIN OF LIFE.

The public place.

The brother rises in the night to meditate on the Passion and the martyrdom of God.

At the time to fall asleep again, he sees in spirit a place: a crowd of people; deliver to hard work, but he is astonished to find them so poor.

The basin where the Fountain flows. –

Then, at his right hand, he saw a beautiful house whose door was large open.

He entered and was in a kitchen, pertaining to a whole commune.

On the right, a staircase of four steps “or about” some rare men went up there.

Their clothing seemed sprinkled of white.

He saw a Fountain leaving the steps and filling a large basin in the kitchen.

It brought three things: wine, oil, honey.

 It ran as quickly as a flash, and so high that the palate resounded about it like a horn. He was astonished that people, however so poor, did not come to the Fountain, open to everyone.

The source of the Fountain. –

Then, it assembled the steps to see from where came the Fountain, He arrived in a big room.

In the medium, was a tank. He approached at the risk of his life.

With the four angles, he noticed four powerful iron stays. The Source was so transparent we could have seen at the bottom least any hair; and she sang marvelously in the tank and in caned where she ran out. She was inexhaustible and full to the edges, full to the brim.

The world perishes of misery just besides the Fountain of Life. –

Then, he wanted to go down again to see what retained the men to come to draw the Fountain.

One had drawn up a barrier through the place and he did not let pass anybody without claiming the penny.

Another made whirl its club, to require the penny.

Another played music of the fifre, to have the penny.

Tailors, shoe-makers, craftsmen claimed the penny to him.

And before they have finished, they were already become again so poor that they did not even succeed  to enrich temporally.

But nobody came to draw from the Fountain.

Conclusion. – Then the scene changed, the man saw wild slopes similar to those which surround the vault and hermitage of Nicolas, and he understood that the palate was himself, Nicolas, Nike, from nikê, in greek victory and  laos, People, Victory for the people.

The solution is in the communal house, only four steps to climb ( Fights against the Love of money, against pride, against selfishness and against violence ), a small effort, Love to each other, the people living in your village is the solution, small is beautiful, at the lowest level, the village united to protect the weakest.

This simply  leads to peace and justice worldwide.

My Lord and my God, take from me everything that distances me from you.
My Lord and my God, give me everything that brings me closer to you.
My Lord and my God, detach me from myself to give my all to you.
Prayer of Saint Nicholas of Flue
patron of Switzerland and of the world peace thanks to economical Justice.

His favorite meditations

https://ssl24.webland.ch/www48/imag/medibild_gr.jpg

St. Nicholas of Flue, March 21  and September 25




Biographical selection:

Nicholas was born on March 21, 1417 and died on the same day 70 years later in 1487. He was from the canton of Unterwalden in Switzerland. His parents were simple peasants who tried to provide Nicholas with a better education, given his uncommon intelligence and piety. He had an inclination for the contemplative life and practiced severe mortifications. He married and had ten children, some of whom came to hold high positions in the country. He used to wake every night to pray and read a psalter in honor of Our Lady.

066_Altartafel.jpg - 49267 Bytes


Picture of St. Nicholas of Flue
from the parish church in Sachseln


At age 23 he was called to take arms in a campaign against the canton of Zurich, which rebelled against the Swiss Confederation. Fourteen years later he was still engaged in military service and had achieved the post of captain, having 100 men under his command. In battles Nicolas always fought with the sword in one hand and the rosary in the other. His courage earned him the highest military decorations.

Returning home, he was asked to be mayor of his city, but declined the honor, alleging his humble origin made him unsuitable for that post. However, he accepted the position of judge in the local court, a position that he carried out with rare ability for nine years. Then he retired from this position to his farm to have more time to dedicate himself to matters of the soul.

He had received symbolic visions since childhood. After his retirement, he was watching his flock when he mystically saw a marvelous lily growing from his mouth and rising up to the clouds; suddenly it fell to the ground and was eaten by a horse. He understood that his contemplation of heavenly things was often disturbed and consumed by earthly concerns. He realized he should abandon the world and devote himself exclusively to matters of soul as a hermit.

Although she had just borne his tenth child, his wife heroically consented. He settled at Ranft, a few miles from his home. From the outset of his life as a hermit, he was miraculously nourished only by the Holy Eucharist, which he received once a month.

He was loved and venerated by the people, and pilgrims came from distant parts to consult him. He was often called on by dignitaries to make peace between the cantons in their continuous disputes. He always achieved success in those missions.

066_BrotherKlaus_stumpff.jpg - 64420 Bytes


Many pilgrims came to consult St. Nicholas,
known as Brother Klaus

Woodgraving from the Chronicle of Johann Stumpff, Zurich, 1548

Shortly before his death he was assailed by strong pains. “O, how terrible is death!” he used to say. But he delivered his last breath in peace. His body was preserved in the Church of Sachseln, a village close to his birthplace.

Even today the visitor can venerate there the bones of Brother Klaus (Nicholas in German), his mortal remains richly ornamented with gold and precious stones, and around his neck countless military decorations of honor.

Note: After Vatican II, the richly adorned reliquary, which also served as an altarplace, was replaced with a table and simple modern contemporary tomb without the jewels or military decorations.


ST. NICHOLAS von (of) FLUE 1417-1487
Feast: March 22nd

Had Nicholas not been a saint, or had he eaten and drunk like other saints, Switzerland with all it has meant for peace and humanity would probably not exist today. For Nicholas’s entire life was ordained in view of his vocation to save his country.Nicholas von Flue was born on March 21st, 1417 in the Canton of Unterwalden on the lake of Lucerne, a citizen of a peasant democracy and a farmer’s son. As he grew up he proved himself a capable farmer, and the ability he displayed in the local parliament, of which every male citizen was a member, led to his election at an early age as councillor and judge. He also proved himself a capable commander of troops. In the war against the duke of Tirol he persuaded his compatriots to respect a convent of nuns. Though willing to perform his military service, Nicholas condemned as immoral, wars of aggression and the slaughter of non-combatants inevitable in any major modern war. About the age of thirty he married a farmer’s daughter, Dorothy Wiss, and built a farmhouse to receive her. The couple had ten children and descendants survive to this day.
Nicholas had thus approved himself to his countrymen as a thoroughly capable man, as farmer, military leader, member of the assembly, councillor, judge and father of a family—also a man of complete moral integrity. All the while, however, he led a life of contemplative prayer and rigorous fasting. He was the subject of symbolic visions and a diabolic assault.
After some twenty years of married life, in 1467 Nicholas received a compelling call to abandon his home and the world and become a hermit. Though she had just borne his tenth child his wife heroically consented. His neighbors, however, even his older children, regarded his action as indefensible, unbalanced, immoral and irresponsible. He set out for Alsace, where he intended to live. Had he carried out his intention his vocation would have been missed. A storm, however, symbolically interpreted, and friendly advice not to settle where the Swiss were detested made him turn back from the border. At the same time he became incapable of eating or drinking—a condition which continued for the rest of his life. As an act of obedience to a bishop he once ate with acute agony a piece of soaked bread. (The problem of prolonged fasting is more fully discussed in the account of St. Lidwina of Schiedam.)
He resumed to his native canton, passing the first night undiscovered in the cow-shed of his farm and settled in a hermitage at Ranft within a few miles of his home. It was no temptation to return home, as he never felt the least desire for his former life. Symbolic visions continued to be a feature of his contemplation, and when, after a month’s strict surveillance, his countrymen were convinced that his fast was genuine, they recognised his sanctity and vocation, and he became a spiritual guide whose advice was widely sought and followed. Pilgrims came from distant parts to consult him. He acquired influence with Duke Sigismund of the Tirol, whom he confirmed in his neutrality when the Swiss confederacy met and defeated Charles of Burgundy. Everything was ready for the climax of Nicholas’s life: the accomplishment of his unique vocation.
The victorious cantons were at loggerheads. The rural cantons opposed inflexibly the demand of Zurich and Lucerne that Freiburg and Soleure be admitted to the confederacy. A conference held at Stans, December 1481, failed to reach agreement. Next day the delegates would disperse and a civil war ensue which would presumably have destroyed the confederacy. The parish priest, once Nicholas’s confessor, hurried to Ranft and laid the matter before the hermit. During the night Nicholas dictated suggested terms of agreement. The priest resumed in time to persuade the delegates to give a hearing to the proposals of a man so widely respected for his well tried practical abilities and so widely venerated for his holiness. The terms suggested—the conditional admittance of Freiburg and Soleure—were unanimously accepted and embodied in the agreement of Stans. Switzerland had been saved.
Nicholas survived his achievement almost six years, universally revered, visited and consulted. On March 21st 1487, his seventieth birthday, he died, apparently of his first illness. One is glad to know that his wife and children attended his deathbed. After all, she had never lost her husband completely. Honored by Swiss Protestants, venerated by Swiss Catholics, Nicholas’s cult, uninterrupted since his death, was officially sanctioned by Clement IX (1667-9). In 1947 he was canonized by Pope Pius XII.

Taken from “The Saints: A concise Biographical Dictionary”, edited by John Coulson, published by Hawthorn Books, Inc. 1960.

Provided Courtesy of:
Eternal Word Television Network
5817 Old Leeds Road
Irondale, AL 35210
www.ewtn.com

Comments of Prof. Plinio:

To better admire the life of St. Nicholas of Flue, let me propose several presuppositions and make some observations.

First, at that time, like today, Switzerland was divided into cantons, which are small provinces. Each canton had an almost complete independence, subordinate only to a Swiss Confederation that exerted a vague authority over them all. They frequently were engaged in disputes and fights, because the neighboring countries exerted different influences over the various cantons. For example, in one canton, they spoke French, in another, German; in another, Italian, etc., and each canton was normally influenced by the neighboring country to which it had culturally closer ties. This generated intense political disputes often followed by military engagements.

066_SwissGuards_ITVat_6-7_1994.jpg - 24251 Bytes


15th-century Switzerland produced many special military units like the Swiss Guards

You should consider also that the 15th century in Switzerland was a military epoch. It was in that period that the Swiss people revealed themselves to be great warriors, providing troops and special guard units for all of Europe. The Swiss Guard that until today serves the Popes is a remnant of that tradition. In such a scenario St. Nicolas of Flue was called to take up arms against the canton of Zurich.

Second, you can imagine this valorous man in the battlefield, carrying his sword in one hand, and his shield and rosary in the other. It is a beautiful battle scene! Today you can see how the connotations that surround objects of piety have changed because of sentimentalism. Today, who would say that a rosary reminds one of a warrior? On the contrary, more often it calls to mind a man incapable of fighting. This religious sentimentalism worked an almost complete change. This is a grave injustice to the rosary.

Third, it is interesting to see how St. Nicholas showed a profound spirit of hierarchy when he declined an important public post that was offered to him. He said, “No, I am from a humble condition, and I don’t want to exert authority over persons who are higher than me by birth.” Such a thing no longer exists in our century. Today egalitarianism has invaded everything, and we have the opposite: the rejection of someone because he has a higher condition and the preference for the lower. That is, the scale of values has been completely inverted.

066_SnowMountains.jpg - 39181 Bytes


Above, a scene from the Swiss Alps, where St. Nicholas
herded his cattle. Below, the Parish Church of Sachseln where his relics are preserved


066_ParishChurch.jpg - 41270 Bytes

Fourth, he had visions all along his life, which was a fairly common life. So you should consider Nicholas of Flue the warrior, the judge and the shepherd having visions as he carried out these different occupations.

You can imagine the scene of the judge Nicholas of Flue seated in the small tribunal of his canton and listening to the different sides of a suit. As the persons are presenting the case, suddenly someone notices that the judge has a distant gaze that reveals he is in ecstasy. He becomes illuminated, seeing a heavenly scene. The talking ceases in the tribunal; the hatred and differences dissolve; when the vision ends the opposed parties are reconciled; the case is resolved. Do you know some judge like this? How everything has changed in our days!

You can also imagine the shepherd in the poetic Swiss landscape. In the background are the Alps covered with snow, which at sunset take on pink or light blue hues. St. Nicholas of Flue is there blowing a horn to assemble his dispersed cattle. He stops and prays the Angelus by himself, and then heads toward the stables with the cattle. At this moment he receives the visit of an Angel who shows him Heaven and reveals this or that marvel to him. When he returns, the cattle are all in the stable, quiet and bedded down for the night, led there by another Angel who took care of them. The Angels, the innocence of the Swiss landscape and the soul of St. Nicholas of Flue fit together perfectly. It is something truly superior!

Fifth, the vision of the lily that fell and was eaten by an animal showed him that his high contemplation was often destroyed by earthly concerns. If some of us have an analogous problem – and I think that many of us do – we should take St. Nicholas of Flue as our patron saint. We should ask him for the grace to not demean the graces we receive and to sustain our good thoughts. It is encouraging for us to see that saints have the same problem we have.

066_Cell.jpg - 31574 Bytes


The cell from the hermitage of St. Nicholas in Ranft

Sixth, the last thing you can consider is how richly the faithful decorated his remains. It reveals their veneration for sanctity. It is curious also to see the many military decorations around his neck. These were not just the ones he earned during his lifetime. The descendents of St. Nicholas of Flue began to place the military decorations they received there also. With this excellent tradition, they show that it is more honorable for them to be descendents of the saint than to wear the decorations they receive. It is an action full of meaning.

These are the points I offer for your meditation in admiration of St. Nicolas of Flue, asking him to give us the courage to always have the sword in one hand and the rosary in the other in the difficult fight we are engaged in today.

Prof. Plinio Corrêa de Oliveira
and
http://en.wikipedia.org/wiki/Nicholas_of_Fl%C3%BCe

Saint Nicholas de Flue – a saint for peace in Burundi

Students’ Pilgrimage to the Shrine in Mount Sion Gikungu, Burundi

Bujumbura, Mont Sion Gikungu: 11. Gründungstag des Chors Niklaus von der Flüe, und Schülerwallfahrt
Bujumbura, Monte Sion Gikungu: 11° aniversario del coro San Nicolás de Flue y peregrinación de estudiantes
Bujumbura, Mount Sion Gikungu: 11th anniversary of the Choir St. Nicolas of Flue, and students’ pilgrimage
Bujumbura, Mont Sion Gikungu: 11. Gründungstag des Chors Niklaus von der Flüe, und Schülerwallfahrt
Die Statue des Heiligen wird zum Heiligtum getragen
Entrega de la estatua del santo
Offering of the statue of the saint
Die Statue des Heiligen wird zum Heiligtum getragen
Das Heiligtum von Mont Sion Gikungu
El Santuario de Monte Sion Gikungu
The Shrine of Mount Sion Gikungu
Das Heiligtum von Mont Sion Gikungu
Fotos: Marahukiro © 2007

BURUNDI, Fr. Deogratias Marahukiro.  Sunday, 30 September was a special day on Mount Zion Gikungu. Not only was it the last Sunday of September and therefore, normally Pilgrimage Sunday, but the Saint Nicholas de Flue choir celebrated its eleventh anniversary. Furthermore, the Schoenstatt pupils invited students from other schools join them on a pilgrimage to open the new school year.
As a result, the liturgy on this Sunday was as beautiful as it was rich, above all symbolically rich.

An offering of a book and a pen to the Queen of Peace:

The symbols were interesting and unique, but above all, these symbols were richly charged with meaning. The Schoenstatt pupils, who were accompanied by children belonging to other Catholic movements, wanted to start the school year with a pilgrimage in which they would entrust the academic year to the Virgin Mary. This was a very touching initiative, which should be encouraged as this could begin a powerful tradition for the students, who will think of entrusting themselves to the Virgin Mary at the beginning of every school year. If it is encouraged, it will also allow the Schoenstatt pupils to help other school children to find the Virgin Mary in the Shrine. The pupils did not just make a pilgrimage, they knew that they were giving themselves to the royal heart (Ku kirimba), and anyone who goes to the heart never comes back empty-handed. He returns with a gift. This is why they came offering gifts to the Queen. They presented, in their own words “a hoe that they use to tend their science garden at school.” They also presented a book and pen. Through these symbols, they presented all the work that they will do this year. And they know that they won’t be alone: the Mother of God will be with them throughout the year.

Eleven and a crown of roses offered by the Saint Nicholas de Flue Choir

The Saint Nicholas de Flue Choir celebrated their eleventh anniversary. For this reason they included an offering of eleven candles carried by some of the dancers in the choir. In addition to the candles, the choir also wanted to give a special present:
A crown of roses. Why such a crown ? Because the choir also wanted to contribute to the crowning of the Holy Virgin as the Queen of Peace. They knew that in crowning the Virgin Mary, they are also committing themselves to promoting peace in Burundi. They understand that the life of this crowning is at the heart of St. Nicholas de Flue’s mission. St. Nicholas de Flue had a special mission in this tiny country, once known as Africa’s Switzerland. This is also why St. Nicholas de Flue was at the heart of the liturgical celebration.
A statue of St. Nicholas de Flue led the procession at the beginning of Mass. A large man was asked to carry the statue as high as possible. The procession began moving in time with the music. Joy seemed to glow from the face of St. Nicholas’ statue. The almost disfigured face of the statue appeared to have been transfigured and took on a new expression as the sun’s rays shone from it. The opening hymn was magnificently directed by Mount Zion’s “famous choir master,” Mr. Matthias, and this set the tone so that the entire Eucharistic celebration could as beautiful as possible.
The most touching moment was the thanksgiving, after the presentation of the symbols during the offertory. It was beautiful to watch the entire people of God lifting up their hands to dance and praise the Lord. This gave the idea and image of what heaven must be, a place of praise and worship before the true God. In fact, if our liturgy is spoken with sincerity, it becomes a participation and foretaste of heaven.
At the end of Mass, we processed, or rather, we “pilgrimaged” to the Shrine accompanied by St. Nicholas de Flue, the saint of peace and took the crown of roses with us to offer it to Mary. The Saint Nicholas de Flue Choir wanted to place this symbolic and meaning full gift in the most important place, there where Mary has placed her royal throne, in the Shrine. We could also say that St. Nicholas accompanied us to ask Mary, the Queen of Peace for peace. The crown of flowers was a small gesture and may seem insignificant in the eyes of many, but it was loaded with meaning and symbolism. It means that we believe that Mary is truly the Queen of peace and is able to intercede for us, asking for peace in our hearts and in our country. It means that we are not alone, we walk with St. Nicholas de Flue, the saint of peace. It also means each one of us, particularly the Saint Nicholas de Flue Choir, are committed to promoting peace and making this gesture fruitful. Finally, it also calls all of us to be missionaries and apostles of a new culture that is being born: a culture of peace.
In conclusion, we thank all those who made this beautiful day possible, we thank those who prayed that everything would go well and above all, for those who prayed for rain, as we felt the very first drops beginning to fall. We also thank all those in the International Schoenstatt Family who were present with us in prayer.
Original: French
Translation: Sarah-Leah Pimentel, Johannesburg, South Africa

Had Nicholas not been a saint, or had he eaten and drunk like other saints, Switzerland with all it has meant for peace and humanity would probably not exist today. For Nicholas’s entire life was ordained in view of his vocation to save his country.
Nicholas von Flue was born on March 21st, 1417 in the Canton of Unterwalden on the lake of Lucerne, a citizen of a peasant democracy and a farmer’s son. As he grew up he proved himself a capable farmer, and the ability he displayed in the local parliament, of which every male citizen was a member, led to his election at an early age as councillor and judge. He also proved himself a capable commander of troops. In the war against the duke of Tirol he persuaded his compatriots to respect a convent of nuns. Though willing to perform his military service, Nicholas condemned as immoral, wars of aggression and the slaughter of non-combatants inevitable in any major modern war. About the age of thirty he married a farmer’s daughter, Dorothy Wiss, and built a farmhouse to receive her. The couple had ten children and descendants survive to this day.
Nicholas had thus approved himself to his countrymen as a thoroughly capable man, as farmer, military leader, member of the assembly, councillor, judge and father of a family—also a man of complete moral integrity. All the while, however, he led a life of contemplative prayer and rigorous fasting. He was the subject of symbolic visions and a diabolic assault.
After some twenty years of married life, in 1467 Nicholas received a compelling call to abandon his home and the world and become a hermit. Though she had just borne his tenth child his wife heroically consented. His neighbors, however, even his older children, regarded his action as indefensible, unbalanced, immoral and irresponsible. He set out for Alsace, where he intended to live. Had he carried out his intention his vocation would have been missed. A storm, however, symbolically interpreted, and friendly advice not to settle where the Swiss were detested made him turn back from the border. At the same time he became incapable of eating or drinking—a condition which continued for the rest of his life. As an act of obedience to a bishop he once ate with acute agony a piece of soaked bread. (The problem of prolonged fasting is more fully discussed in the account of St. Lidwina of Schiedam.)
He resumed to his native canton, passing the first night undiscovered in the cow-shed of his farm and settled in a hermitage at Ranft within a few miles of his home. It was no temptation to return home, as he never felt the least desire for his former life. Symbolic visions continued to be a feature of his contemplation, and when, after a month’s strict surveillance, his countrymen were convinced that his fast was genuine, they recognised his sanctity and vocation, and he became a spiritual guide whose advice was widely sought and followed. Pilgrims came from distant parts to consult him. He acquired influence with Duke Sigismund of the Tirol, whom he confirmed in his neutrality when the Swiss confederacy met and defeated Charles of Burgundy. Everything was ready for the climax of Nicholas’s life: the accomplishment of his unique vocation.
The victorious cantons were at loggerheads. The rural cantons opposed inflexibly the demand of Zurich and Lucerne that Freiburg and Soleure be admitted to the confederacy. A conference held at Stans, December 1481, failed to reach agreement. Next day the delegates would disperse and a civil war ensue which would presumably have destroyed the confederacy. The parish priest, once Nicholas’s confessor, hurried to Ranft and laid the matter before the hermit. During the night Nicholas dictated suggested terms of agreement. The priest resumed in time to persuade the delegates to give a hearing to the proposals of a man so widely respected for his well tried practical abilities and so widely venerated for his holiness. The terms suggested—the conditional admittance of Freiburg and Soleure—were unanimously accepted and embodied in the agreement of Stans. Switzerland had been saved.
Nicholas survived his achievement almost six years, universally revered, visited and consulted. On March 21st 1487, his seventieth birthday, he died, apparently of his first illness. One is glad to know that his wife and children attended his deathbed. After all, she had never lost her husband completely. Honored by Swiss Protestants, venerated by Swiss Catholics, Nicholas’s cult, uninterrupted since his death, was officially sanctioned by Clement IX (1667-9). In 1947 he was canonized by Pope Pius XII.

Taken from “The Saints: A concise Biographical Dictionary”, edited by John Coulson, published by Hawthorn Books, Inc. 1960.

Provided Courtesy of:
Eternal Word Television Network
5817 Old Leeds Road
Irondale, AL 35210
www.ewtn.com

Conjugal love gives a sacrament and God is there, present with every good human and complete act of Love between spouses, this is really an eucharistic adoration, basis for the social peace.

  1. Hogan, Richard M. (February 25, 2003). “An Introduction to John Paul II’s Theology of the Body”. Natural Family Planning Outreach. http://www.nfpoutreach.org/Hogan_Theology_%20Body1.htm. Retrieved on 2006-07-14. 
  2. ^ West, Christopher (2004). Theology of the Body for Beginners. Ascension Press. p. 5. ISBN 1-932645-34-9. 
  3. ^ a b Weigel, George (October 1999). Witness to Hope (First edition ed.). Harper Perennial. pp. 336, 343, 853. ISBN 0-06-018793-X. 

Nicolas de Flue (1417 – 1487), originaire de Obwald (Suisse), est connu pour avoir eu une influence pacificatrice sur la politique suisse. C’est en particulier grâce à lui que les cantons primitifs parvinrent au XVe siècle à un compromis historique qui dura plusieurs siècles. Les principales caractéristiques de la pensée de Nicolas de Flue – esprit de paix, non-intervention dans les affaires étrangères, modération – ont aujourd’hui encore des répercussions sur la manière dont certains Suisses perçoivent leur pays et entendent faire de la politique.

O
Nicolas de Flue a été canonisé le 15 mai 1947.
Nicolas et les banques suisses…
Le sou et la fontaine de vie
LA FONTAINE DE VIE.
La place publique- Le frère se lève la nuit pour méditer sur la Passion et sur le martyre de Dieu. Au moment de se rendormir, il aperçoit en esprit une place: une foule de gens s’y livrent à de durs travaux, mais il s’étonne de les trouver si pauvres.
La vasque où se déverse la Fontaine. – Alors, à main droite, il vit une belle maison dont la porte était grande ouverte. Il entra et se trouva dans une cuisine, appartenant à toute une commune.
A droite, un escalier de quatre marches « ou à peu près »
Quelques rares hommes y montaient. Leur vêtement semblait aspergé de blanc.
Il vit une Fontaine sortir des marches et remplir une grande vasque dans la cuisine. Elle apportait trois choses: vin, huile, miel. Elle coulait aussi vite que l’éclair, et si haut que le palais en résonnait comme un cor. Il s’étonna que les gens, pourtant si pauvres, ne vinssent pas à la Fontaine, ouverte à tout le monde.
La source de la Fontaine. – Alors, il monta les marches pour voir d’où venait la Fontaine, Il parvint dans une grande salle. Au milieu, était un réservoir . Il s’en approcha au risque de s’enliser. Aux quatre angles, il remarqua quatre puissants étais de fer. La Source était si transparente qu’on aurait pu y apercevoir au fond le moindre cheveu’; et elle chantait merveilleusement dans le réservoir et dans le canai où elle s’écoulait. Elle était inépuisable et pleine jusqu’aux bords, bien qu’elle sortît par toutes les fentes.
Le monde périt de misère à c6té de la Fontaine de Vie. – Alors, il voulut redescendre pour voir ce qui retenait les hommes de venir puiser à la Fontaine. L’un avait dressé une barrière au travers de la place et il ne laissait passer personne sans réclamer le sou. Un autre faisait tournoyer son gourdin, pour exiger le sou. Un autre jouait du fifre, pour avoir le sou. Des tailleurs, des cordonniers, des artisans lui réclamèrent le sou. Et avant d’avoir fini, ils étaient déjà redevenus si pauvres qu’ils ne réussissaient même pas à s’enrichir temporellement. Mais personne ne venait puiser à la Fontaine.
Conclusion. – Alors la scène changea, l’homme vit des pentes sauvages semblables à celles qui entourent la chapelle et l’ermitage de frère Nicolas, et il comprit que le palais était frère Nicolas.
On ne peut servir Dieu et l’argent. La Fontaine, c’est la vie divine accessible largement, la vie trinitaire , capable de rénover la vie sociale, comme l’indiquent les appropriations :
mémoire, intelligence, volonté
autorité, obéissance, amour
puissance, sagesse,bonté
éternité, beauté, jouissance
unité, égalité, union.
Nicolas de Flue et la Trinité.
D’après le livre Saint Nicolas de Flue de Charles Journet (Fribourg 1966), le saint ermite eut des visions faisant mention de la Sainte Trinité:
I …Une autre fois, occupé à quelque travail domestique, il aperçut trois hommes d’une étrange noblesse, qu’il ne reconnut pas tout de suite. Le premier lui dit: «Nicolas, veux-tu te livrer tout entier, esprit et corps, en notre pouvoir ? » Il répondit sur-le-champ ces fières paroles: « je ne me livre à personne, sauf au Dieu tout-puissant, dont je désire depuis longtemps être serviteur, corps et âme ». Alors les trois personnes éclatèrent d’un rire joyeux. Et la première lui annonça qu’à soixante-dix ans il serait délivré des afflictions, et recevrait comme trophée la patte d’ours et l’étendard de la puissante armée. «Mais c’est la croix que je te laisse maintenant, pour la porter en mémoire de nous » .
Vie, de Wölflin, Durrer, p. 537. Durrer note qu’on clouait aux portes des granges la patte des bêtes dangereuses, en guise de trophée.
On peut remarquer ici que Nicolas est favorisé d’une vision directe des trois Trois Personnes de la Trinité, tout comme Abraham (Gen. 18, 1-5), et que le Ciel n’est pas triste.
II … Le Pèlerin et la Trinité. – Il lui parut en esprit qu’un Pèlerin arrivait, venant de l’Orient. Il tenait son bâton à la main, son chapeau était attaché et pendait par derrière, comme lorsqu’on est en route. Il était caché par son manteau. Alors il chanta l’Alléluia. Sa voix était soutenue par les petites orgues de l’univers. Et les trois noms parfaits des personnes divines sortirent et rentrèrent dans le sein de l’unique AIléluia.
Dieu nous demande l’aumône. – Alors le Pèlerin demanda l’aumône. Et voici que l’homme trouva un sou dans sa main, sans savoir comment il lui était venu. Le Pèlerin tendit son chapeau pour y recevoir le sou. Et l’homme fut émerveillé qu’il pût y avoir un si grand honneur à tendre ainsi son chapeau pour y recevoir un sou. Il voulut savoir qui était le Pèlerin et d’où il venait. Mais il n’obtint que cette réponse: « je viens de là-bas ».
La vision du Dieu incarné et de son corps mystique. – L’homme tient ses yeux attachés sur le Pèlerin. Et soudain le manteau qui le cachait tombe, laissant apparaîÎtre le mystère du Verbe fait chair revêtu de la robe couleur de cendre de notre humanité, descendu jusque dans les affres de la douleur, qui lui confèrent une nouvelle noblesse (nigra sum sed formosa), et entouré de ses membres qui lui sont une singulière parure. Mais suivons le texte de la vision: ” Et voici que le Pèlerin s’était transformé. Sa tête était nue. Il avait une tunique gris bleu. Il n’avait plus son manteau. Et c’était un homme tellement noble, si bien fait, qu’on ne pouvait faire autre chose que de le regarder avec joie et avec complaisance. Son visage brun ajoutait à sa noblesse. Ses yeux étaient noirs comme la pierre d’aimant et ses membres si bien faits qu’il lui en revenait une étrange beauté. Et bien qu’il fût vêtu, son vêtement n’empêchait pas de voir ses membres . »
Le monde est déjà jugé. – Et le Pèlerin posa ses yeux sur l’homme. Alors se produisirent plusieurs grands prodiges. La montagne du Pilate s’aplatit, le monde entier se découvrit, et tout le péché qui était en lui se manifesta. Une grande masse d’hommes parurent. La Vérité était derrière eux, et leurs visages étaient détournés d’elle. Chacun avait un abcès au cœur, gros comme deux poings réunis. C’était l’intérêt propre, qui égare les gens au point qu’ils ne peuvent pas plus supporter la face de l’Homme qu’on ne peut supporter le feu. Ils rôdaient anxieux, furieux, et on les voyait finalement disparaître au loin, couverts de honte et d’ignominie. Et la Vérité, à qui ils tournaient le dos, demeurait là.
La Passion du Sauveur. – Alors le visage du Pèlerin devint pareil à un voile de Véronique, et l’homme éprouvait un grand désir de le contempler davantage.

La victoire du Christ ressuscité. – Et il le vit de nouveau comme auparavant. Mais ses vêtements étaient changés. Il était vêtu d’une peau d’ours, chausses et tunique. Elle était aspergée d’or. Elle lui allait si bien qu’elle lui ajoutait une beauté particulière .
La gloire qui élève le Christ au ciel Pourra illuminer ceux qui l’entoureront. – Et l’homme sentit que le Pèlerin voulait prendre congé de lui. Il lui demanda : « Où veux-tu aller ? » Et la réponse fut: « je veux monter dans le pays. » L’homme le suivit des yeux. La peau d’ours resplendissait plus ou moins: comme il arrive lorsqu’on marche avec une armure reluisante, dont la clarté se reflète au mur. L’homme comprit qu’il y avait en cela quelque chose qui lui restait voilé. Quand le Pèlerin se fut éloigné de quatre pas, ou à peu près, il se retourna. Il avait alors son chapeau sur la tête, il l’enleva et il s’inclina vers l’homme.
L’amour du Pèlerin pour les hommes. – Alors l’homme comprit l’amour que lui portait le Pèlerin, et il en fut bouleversé, voyant qu’il en était indigne. Il connut en esprit que le visage du Pèlerin, ses yeux, tout son corps étaient pleins d’une humilité empreinte d’amour, comme un vase si rempli de miel qu’on ne pourrait y ajouter une goutte. A ce moment, il n’aperçut plus le Pèlerin. Mais il était si rassasié qu’il n’attendait plus rien. Il.lui semblait qu’on lui avait découvert tout ce qu’il y avait au ciel et sur la terre.
… Et les trois noms parfaits des personnes divines sortirent et rentrèrent dans le sein de l’unique AIléluia.

Attardons-nous sur le mystère de la Sainte Trinité, dont les représentations sont très variées. Par exemple, on voit Dieu le Père sous les traits d’un homme majestueux, avec une barbe splendide, et le Fils sous l’apparence d’un homme jeune, conformément à ce que dit l’Ecriture : Celui qui m’a vu a vu le Père (Joh. 14, 9).. Le Saint-Esprit devient ici comme une colombe. Parfois Dieu le Père serre son Fils sur son coeur. Les artistes se sont souvent évertués à donner d’autres images, évoquant en général l’Incarnation rédemptrice : le Père, Créateur ; le Fils Rédempteur et le Saint-Esprit, Consolateur. Les musulmans ont beau jeu d’accuser les chrétiens d’adorer trois dieux …
Or on oublie souvent que la Trinité préexiste à la Création et à toute l’histoire humaine, à la Chute, et à la Rédemption. Considérons donc la Sainte Trinité en dehors du temps, en dehors de la Création. Il y a Dieu, l’Unique, le Vivant, dont la Vie s’exprime en trois Personnes : Dieu engendrant n’est autre que la Personne du Père; Dieu engendré est une Personne : le Fils, et l’Acte même de génération est la Personne du Saint-Esprit, procédant donc du Père et du Fils. Charles Journet développe en somme cela et présente des schémas explicatifs, que je vais essayer de vous commenter.
Le premier schéma représente les trois Personnes centrées en Dieu l’Unique, la parfaite égalité des Trois étant mise en évidence. (Figure 1).

Un second schéma explique la distinction des personnes : le Père n’est pas le Fils, etc, mais chaque personne étant Dieu (Figure 2).

Le symbole de Saint Athanase détaille cela d’une manière grandiose :

Symbole de St Athanase
Quiconque veut faire son salut Doit avant tout conserver la foi catholique; Car, s’il ne la garde pas pure et sans tache, il court sans aucun doute à la mort éternelle.
Cette foi catholique consiste en ceci: “Adorer un Dieu unique en Trois personnes, et Trois Personnes ne formant qu’un seul Dieu, Sans confondre les Personnes, Mais sans diviser la substance.
Autre, en effet, est la Personne du Père, autre celle du Fils, Autre celle du Saint-Esprit, Mais le Père, le Fils et le Saint Esprit Ont une seule nature divine, Une égale gloire, une même éternelle majesté.
Tel le Père, tel le Fils, Et tel le Saint-Esprit. Le Père est incréé, le Fils est incréé, Le Saint-Esprit est incréé. Le Père est infini, le Fils est infini, Le Saint-Esprit est infini. Le Père est éternel, le Fils est éternel, Le Saint-Esprit est éternel.
Et cependant il n’y a pas trois éternels, Mais un seul Eternel, Ni trois incréés, ni trois infinis, Mais un seul Incréé, un seul Infini.
De même, le Père est tout-puissant, le Fils est tout-puissant, Le Saint-Esprit est tout-Puissant
Et cependant il n’y a pas trois tout-puissants,
Mais un seul Tout-Puissant.
C’est ainsi que le Père est Dieu, le Fils est Dieu,
Le Saint-Esprit est Dieu,
Et cependant il n’y a pas trois dieux,
Mais un seul Dieu.
C’est ainsi que le Père est Seigneur, le Fils est Seigneur,
Le Saint-Esprit est Seigneur,
Et cependant il n’y a pas trois seigneurs,
Mais un seul Seigneur.
Car de même que la vérité chrétienne nous oblige à reconnaître Que chaque Personne, prise en soi, est Dieu et Seigneur, De même la religion catholique nous interdit de penser Qu’il y a trois dieux ou trois seigneurs.
Le Père n’a pas été fait, ni créé ni engendré.
Le Fils est du Père seul, non fait ni créé, mais engendré par Lui.
L’Esprit-Saint est du Père et du Fils,
Non qu’Il ait été fait, ni créé, ni engendré par eux,
Mais Il en procède.
Il y a donc un Père, et non trois, un Fils, et non trois,
Un Saint-Esprit, et non trois.
Et dans cette Trinité, il n’v a ni avant, ni après, ni plus, ni moins, Mais en tout les trois Personnes sont coéternelles et égales, Si bien qu’en tout, comme on l’a déjà proclamé, On doit adorer l’Unité dans la Trinité Et la Trinité dans l’Unité. Telle est, si l’on veut faire son salut, La doctrine que l’on doit tenir au sujet de la Trinité.
Mais il faut de plus, pour gagner le salut éternel, Avoir une foi ferme en l’Incarnation de Notre-Seigneur Jésus-Christ. La rectitude de cette foi Veut que l’on reconnaisse et proclame Que Notre-Seigneur Jésus-Christ, le Fils de Dieu, Est Dieu et homme.
Comme Dieu, il est engendré de la substance du Père de toute éternité Comme homme, il est né dans le temps du corps d’une mère. Dieu complet, il est aussi homme complet, Composé d’une âme raisonnable et d’un corps humain. Egal au Père en tant que Dieu, Il est inférieur au Père en tant qu’homme.
Et bien qu’il soit Dieu et homme, Il n’y a cependant pas deux Christs, mais un seul. Unique, non parce que Dieu se serait changé en être charnel, Mais parce que Dieu a assumé la nature humaine. Parfaitement unique, non par la confusion des deux natures, -Mais dans l’unité d’une seule Personne. En effet, de même qu’un homme unique Est à la fois âme raisonnable et corps, De même le Christ unique est à la fois Dieu et homme.
Il a subi le supplice pour nous sauver, Est descendu chez les morts; Le troisième jour, Il en est ressuscité; Il est monté aux cieux; Il siège à la droite de Dieu le Père Tout-Puissant; Il en reviendra, pour juger les vivants et les morts.
A son retour, tous les hommes doivent ressusciter avec leur corps Et rendre compte de leurs actes, Et ceux qui auront fait le bien iront à la vie éternelle, Tandis que ceux qui auront fait le mal iront au feu éternel.
Telle est la foi catholique, Qu’il faut garder sans défaut ni faiblesse, Faute de quoi on ne peut faire son salut.
« Maintenant, je vais aussi te parler de la pure servante Marie, qui est une reine du ciel et de la terre. Elle a été prévue par la divine Sagesse. Elle fut investie par cette divine Sagesse dès l’instant où Dieu décida de la créer. Elle a d’abord été conçue dans la pensée du Dieu très haut, avant de l’être dans le sein de sa propre mère. Et toute la grâce qui lui était destinée d’avance est entrée en elle comme un puissant secours au moment où elle fut conçue. C’est pourquoi elle est pure, délicate et immaculée. Ainsi la vertu du Très-Haut est sortie, elle l’a enveloppée, elle l’a remplie avec Puissance de l’Esprit saint. Vois, dans la roue, le rayon qui part du cercle intérieur: il est large à sa base, et il se termine en fine pointe; or, selon la signification et selon la forme des rayons, représente-toi le Dieu tout-puissant: il couvre et il embrasse tous les cieux; pourtant, comme un tout petit enfant, voici qu’il entre dans la très haute Vierge et qu’il naît d’elle sans briser sa virginité » . Voilà la première merveille, c’est un petit enfant.
La seconde merveille, c’est la petite hostie. « Et voici que son corps délicat, il nous l’a donné en nourriture, joint à la divinité qui en est inséparable. Vois cet autre rayon qui lui aussi est large près du cercle intérieur et petit contre le cercle extérieur, vers le dehors: ainsi la grande puissance du Dieu tout-puissant est contenue sous les apparences de la petite hostie » .
La troisième merveille, c’est que la fragilité de la vie puisse être ordonnée à une récompense éternelle. En cela tient toute la raison d’être de la création. «Et maintenant remarque un autre rayon de la roue, qui lui aussi est large près du cercle intérieur et petit vers l’extérieur: c’est le symbole de notre vie, tout à fait courte et passagère. Dans ce temps bref, puissions-nous par l’amour divin mériter une joie indicible qui jamais ne prendra fin » .

«Voilà la signification de ma roue. » Ici le pèlerin, ému par le son de la voix de Permite, ajoute: « Cette parole me réjouit le cœur » 1.
Telle est, réduite à l’essentiel, et dégageant ses lignes maîtresses qui se sont gravées profondément dans la mémoire du pèlerin bavarois, la vue grandiose du pieux ermite, enivré par le contraste ineffable qu’il découvre entre, d’une part, la splendeur tranquille et inimaginable de la vie trinitaire et, d’autre part, la suscitation fragile et merveilleuse d’un univers où trois mystères brillent à ses yeux comme trois étoiles: le mystère d’un petit enfant né d’une vierge, le mystère d’une petite hostie, et le mystère de la petite durée de notre vie et de notre épreuve.
La figure suivante (Figure 4) illustre laTrinité et le monde, dessin de la première édition du traité du Pélerin, à Augsburg vers 1480.

Nous pouvons maintenant reprendre, au point où nous l’avons laissé, le récit du Traité du Pèlerin: « Vois-tu cette figure ? Au centre c’est l’essence divine, la Divinité indivisée en qui se réjouissent tous les saints. Les trois pointes qui vont vers le cercle intérieur, ce sont les trois Personnes: elles sortent de l’unique divinité, elles embrassent le ciel et encore le monde entier, qui relèvent de leur puissance. Et comme elles sortent avec une force divine, ainsi elles rentrent; et elles sont unies, et inséparables en éternelle puissance. Voilà le sens de ce dessin » .
En regard de cette figure, encore incomplète, dont Nicolas révèle le sens au pieux pèlerin bavarois, essayons de placer, pour un instant, un schéma trinitaire très apparenté, qui se retrouve fréquemment au xve siècle, soit en miniature dans les livres d’heures, soit en sculpture au portail des églises et sur les dalles tumulaires, et destiné à rappeler les processions des personnes divines, leur mutuelle distinction, leur identité avec l’être divin; c’est-à-dire tout l’essentiel du mystère de la Trinité, où nous croyons que les trois Personnes, dont chacune s’identifie réellement à l’essence divine, sont néanmoins réellement distinctes entre elles.

Nicolas de Flue et la Trinité (25.3.01)

D’après le livre Saint Nicolas de Flue de Charles Journet (Fribourg 1966), le saint ermite eut des visions faisant mention de la Sainte Trinité:
I …Une autre fois, occupé à quelque travail domestique, il aperçut trois hommes d’une étrange noblesse, qu’il ne reconnut pas tout de suite. Le premier lui dit: «Nicolas, veux-tu te livrer tout entier, esprit et corps, en notre pouvoir ? » Il répondit sur-le-champ ces fières paroles: « je ne me livre à personne, sauf au Dieu tout-puissant, dont je désire depuis longtemps être serviteur, corps et âme ». Alors les trois personnes éclatèrent d’un rire joyeux. Et la première lui annonça qu’à soixante-dix ans il serait délivré des afflictions, et recevrait comme trophée la patte d’ours et l’étendard de la puissante armée. «Mais c’est la croix que je te laisse maintenant, pour la porter en mémoire de nous » .
Vie, de Wölflin, Durrer, p. 537. Durrer note qu’on clouait aux portes des granges la patte des bêtes dangereuses, en guise de trophée.
On peut remarquer ici que Nicolas est favorisé d’une vision directe des trois Trois Personnes de la Trinité, tout comme Abraham (Gen. 18, 1-5), et que le Ciel n’est pas triste.
II … Le Pèlerin et la Trinité. – Il lui parut en esprit qu’un Pèlerin arrivait, venant de l’Orient. Il tenait son bâton à la main, son chapeau était attaché et pendait par derrière, comme lorsqu’on est en route. Il était caché par son manteau. Alors il chanta l’Alléluia. Sa voix était soutenue par les petites orgues de l’univers. Et les trois noms parfaits des personnes divines sortirent et rentrèrent dans le sein de l’unique AIléluia.
Dieu nous demande l’aumône. – Alors le Pèlerin demanda l’aumône. Et voici que l’homme trouva un sou dans sa main, sans savoir comment il lui était venu. Le Pèlerin tendit son chapeau pour y recevoir le sou. Et l’homme fut émerveillé qu’il pût y avoir un si grand honneur à tendre ainsi son chapeau pour y recevoir un sou. Il voulut savoir qui était le Pèlerin et d’où il venait. Mais il n’obtint que cette réponse: « je viens de là-bas ».
La vision du Dieu incarné et de son corps mystique. – L’homme tient ses yeux attachés sur le Pèlerin. Et soudain le manteau qui le cachait tombe, laissant apparaîÎtre le mystère du Verbe fait chair revêtu de la robe couleur de cendre de notre humanité, descendu jusque dans les affres de la douleur, qui lui confèrent une nouvelle noblesse (nigra sum sed formosa), et entouré de ses membres qui lui sont une singulière parure. Mais suivons le texte de la vision: ” Et voici que le Pèlerin s’était transformé. Sa tête était nue. Il avait une tunique gris bleu. Il n’avait plus son manteau. Et c’était un homme tellement noble, si bien fait, qu’on ne pouvait faire autre chose que de le regarder avec joie et avec complaisance. Son visage brun ajoutait à sa noblesse. Ses yeux étaient noirs comme la pierre d’aimant et ses membres si bien faits qu’il lui en revenait une étrange beauté. Et bien qu’il fût vêtu, son vêtement n’empêchait pas de voir ses membres . »
Le monde est déjà jugé. – Et le Pèlerin posa ses yeux sur l’homme. Alors se produisirent plusieurs grands prodiges. La montagne du Pilate s’aplatit, le monde entier se découvrit, et tout le péché qui était en lui se manifesta. Une grande masse d’hommes parurent. La Vérité était derrière eux, et leurs visages étaient détournés d’elle. Chacun avait un abcès au cœur, gros comme deux poings réunis. C’était l’intérêt propre, qui égare les gens au point qu’ils ne peuvent pas plus supporter la face de l’Homme qu’on ne peut supporter le feu. Ils rôdaient anxieux, furieux, et on les voyait finalement disparaître au loin, couverts de honte et d’ignominie. Et la Vérité, à qui ils tournaient le dos, demeurait là.
La Passion du Sauveur. – Alors le visage du Pèlerin devint pareil à un voile de Véronique, et l’homme éprouvait un grand désir de le contempler davantage.

La victoire du Christ ressuscité. – Et il le vit de nouveau comme auparavant. Mais ses vêtements étaient changés. Il était vêtu d’une peau d’ours, chausses et tunique. Elle était aspergée d’or. Elle lui allait si bien qu’elle lui ajoutait une beauté particulière .
La gloire qui élève le Christ au ciel Pourra illuminer ceux qui l’entoureront. – Et l’homme sentit que le Pèlerin voulait prendre congé de lui. Il lui demanda : « Où veux-tu aller ? » Et la réponse fut: « je veux monter dans le pays. » L’homme le suivit des yeux. La peau d’ours resplendissait plus ou moins: comme il arrive lorsqu’on marche avec une armure reluisante, dont la clarté se reflète au mur. L’homme comprit qu’il y avait en cela quelque chose qui lui restait voilé. Quand le Pèlerin se fut éloigné de quatre pas, ou à peu près, il se retourna. Il avait alors son chapeau sur la tête, il l’enleva et il s’inclina vers l’homme.
L’amour du Pèlerin pour les hommes. – Alors l’homme comprit l’amour que lui portait le Pèlerin, et il en fut bouleversé, voyant qu’il en était indigne. Il connut en esprit que le visage du Pèlerin, ses yeux, tout son corps étaient pleins d’une humilité empreinte d’amour, comme un vase si rempli de miel qu’on ne pourrait y ajouter une goutte. A ce moment, il n’aperçut plus le Pèlerin. Mais il était si rassasié qu’il n’attendait plus rien. Il.lui semblait qu’on lui avait découvert tout ce qu’il y avait au ciel et sur la terre.
… Et les trois noms parfaits des personnes divines sortirent et rentrèrent dans le sein de l’unique AIléluia.

Attardons-nous sur le mystère de la Sainte Trinité, dont les représentations sont très variées. Par exemple, on voit Dieu le Père sous les traits d’un homme majestueux, avec une barbe splendide, et le Fils sous l’apparence d’un homme jeune, conformément à ce que dit l’Ecriture : Celui qui m’a vu a vu le Père (Joh. 14, 9).. Le Saint-Esprit devient ici comme une colombe. Parfois Dieu le Père serre son Fils sur son coeur. Les artistes se sont souvent évertués à donner d’autres images, évoquant en général l’Incarnation rédemptrice : le Père, Créateur ; le Fils Rédempteur et le Saint-Esprit, Consolateur. Les musulmans ont beau jeu d’accuser les chrétiens d’adorer trois dieux …
Or on oublie souvent que la Trinité préexiste à la Création et à toute l’histoire humaine, à la Chute, et à la Rédemption. Considérons donc la Sainte Trinité en dehors du temps, en dehors de la Création. Il y a Dieu, l’Unique, le Vivant, dont la Vie s’exprime en trois Personnes : Dieu engendrant n’est autre que la Personne du Père; Dieu engendré est une Personne : le Fils, et l’Acte même de génération est la Personne du Saint-Esprit, procédant donc du Père et du Fils. Charles Journet développe en somme cela et présente des schémas explicatifs, que je vais essayer de vous commenter.
Le premier schéma représente les trois Personnes centrées en Dieu l’Unique, la parfaite égalité des Trois étant mise en évidence. (Figure 1).



Un second schéma explique la distinction des personnes : le Père n’est pas le Fils, etc, mais chaque personne étant Dieu (Figure 2).


Le symbole de Saint Athanase détaille cela d’une manière grandiose :

Symbole de St Athanase
Quiconque veut faire son salut Doit avant tout conserver la foi catholique; Car, s’il ne la garde pas pure et sans tache, il court sans aucun doute à la mort éternelle.
Cette foi catholique consiste en ceci: “Adorer un Dieu unique en Trois personnes, et Trois Personnes ne formant qu’un seul Dieu, Sans confondre les Personnes, Mais sans diviser la substance.
Autre, en effet, est la Personne du Père, autre celle du Fils, Autre celle du Saint-Esprit, Mais le Père, le Fils et le Saint Esprit Ont une seule nature divine, Une égale gloire, une même éternelle majesté.
Tel le Père, tel le Fils, Et tel le Saint-Esprit. Le Père est incréé, le Fils est incréé, Le Saint-Esprit est incréé. Le Père est infini, le Fils est infini, Le Saint-Esprit est infini. Le Père est éternel, le Fils est éternel, Le Saint-Esprit est éternel.
Et cependant il n’y a pas trois éternels, Mais un seul Eternel, Ni trois incréés, ni trois infinis, Mais un seul Incréé, un seul Infini.
De même, le Père est tout-puissant, le Fils est tout-puissant, Le Saint-Esprit est tout-Puissant
Et cependant il n’y a pas trois tout-puissants,
Mais un seul Tout-Puissant.
C’est ainsi que le Père est Dieu, le Fils est Dieu,
Le Saint-Esprit est Dieu,
Et cependant il n’y a pas trois dieux,
Mais un seul Dieu.
C’est ainsi que le Père est Seigneur, le Fils est Seigneur,
Le Saint-Esprit est Seigneur,
Et cependant il n’y a pas trois seigneurs,
Mais un seul Seigneur.
Car de même que la vérité chrétienne nous oblige à reconnaître Que chaque Personne, prise en soi, est Dieu et Seigneur, De même la religion catholique nous interdit de penser Qu’il y a trois dieux ou trois seigneurs.
Le Père n’a pas été fait, ni créé ni engendré.
Le Fils est du Père seul, non fait ni créé, mais engendré par Lui.
L’Esprit-Saint est du Père et du Fils,
Non qu’Il ait été fait, ni créé, ni engendré par eux,
Mais Il en procède.
Il y a donc un Père, et non trois, un Fils, et non trois,
Un Saint-Esprit, et non trois.
Et dans cette Trinité, il n’v a ni avant, ni après, ni plus, ni moins, Mais en tout les trois Personnes sont coéternelles et égales, Si bien qu’en tout, comme on l’a déjà proclamé, On doit adorer l’Unité dans la Trinité Et la Trinité dans l’Unité. Telle est, si l’on veut faire son salut, La doctrine que l’on doit tenir au sujet de la Trinité.
Mais il faut de plus, pour gagner le salut éternel, Avoir une foi ferme en l’Incarnation de Notre-Seigneur Jésus-Christ. La rectitude de cette foi Veut que l’on reconnaisse et proclame Que Notre-Seigneur Jésus-Christ, le Fils de Dieu, Est Dieu et homme.
Comme Dieu, il est engendré de la substance du Père de toute éternité Comme homme, il est né dans le temps du corps d’une mère. Dieu complet, il est aussi homme complet, Composé d’une âme raisonnable et d’un corps humain. Egal au Père en tant que Dieu, Il est inférieur au Père en tant qu’homme.
Et bien qu’il soit Dieu et homme, Il n’y a cependant pas deux Christs, mais un seul. Unique, non parce que Dieu se serait changé en être charnel, Mais parce que Dieu a assumé la nature humaine. Parfaitement unique, non par la confusion des deux natures, -Mais dans l’unité d’une seule Personne. En effet, de même qu’un homme unique Est à la fois âme raisonnable et corps, De même le Christ unique est à la fois Dieu et homme.
Il a subi le supplice pour nous sauver, Est descendu chez les morts; Le troisième jour, Il en est ressuscité; Il est monté aux cieux; Il siège à la droite de Dieu le Père Tout-Puissant; Il en reviendra, pour juger les vivants et les morts.
A son retour, tous les hommes doivent ressusciter avec leur corps Et rendre compte de leurs actes, Et ceux qui auront fait le bien iront à la vie éternelle, Tandis que ceux qui auront fait le mal iront au feu éternel.
Telle est la foi catholique, Qu’il faut garder sans défaut ni faiblesse, Faute de quoi on ne peut faire son salut.
Mais le schéma circulaire ci-dessus peut être enrichi par association de mystères adjacents (Figure 3).


« Maintenant, je vais aussi te parler de la pure servante Marie, qui est une reine du ciel et de la terre. Elle a été prévue par la divine Sagesse. Elle fut investie par cette divine Sagesse dès l’instant où Dieu décida de la créer. Elle a d’abord été conçue dans la pensée du Dieu très haut, avant de l’être dans le sein de sa propre mère. Et toute la grâce qui lui était destinée d’avance est entrée en elle comme un puissant secours au moment où elle fut conçue. C’est pourquoi elle est pure, délicate et immaculée. Ainsi la vertu du Très-Haut est sortie, elle l’a enveloppée, elle l’a remplie avec Puissance de l’Esprit saint. Vois, dans la roue, le rayon qui part du cercle intérieur: il est large à sa base, et il se termine en fine pointe; or, selon la signification et selon la forme des rayons, représente-toi le Dieu tout-puissant: il couvre et il embrasse tous les cieux; pourtant, comme un tout petit enfant, voici qu’il entre dans la très haute Vierge et qu’il naît d’elle sans briser sa virginité » . Voilà la première merveille, c’est un petit enfant.
La seconde merveille, c’est la petite hostie. « Et voici que son corps délicat, il nous l’a donné en nourriture, joint à la divinité qui en est inséparable. Vois cet autre rayon qui lui aussi est large près du cercle intérieur et petit contre le cercle extérieur, vers le dehors: ainsi la grande puissance du Dieu tout-puissant est contenue sous les apparences de la petite hostie » .
La troisième merveille, c’est que la fragilité de la vie puisse être ordonnée à une récompense éternelle. En cela tient toute la raison d’être de la création. «Et maintenant remarque un autre rayon de la roue, qui lui aussi est large près du cercle intérieur et petit vers l’extérieur: c’est le symbole de notre vie, tout à fait courte et passagère. Dans ce temps bref, puissions-nous par l’amour divin mériter une joie indicible qui jamais ne prendra fin » .

«Voilà la signification de ma roue. » Ici le pèlerin, ému par le son de la voix de Permite, ajoute: « Cette parole me réjouit le cœur » 1.
Telle est, réduite à l’essentiel, et dégageant ses lignes maîtresses qui se sont gravées profondément dans la mémoire du pèlerin bavarois, la vue grandiose du pieux ermite, enivré par le contraste ineffable qu’il découvre entre, d’une part, la splendeur tranquille et inimaginable de la vie trinitaire et, d’autre part, la suscitation fragile et merveilleuse d’un univers où trois mystères brillent à ses yeux comme trois étoiles: le mystère d’un petit enfant né d’une vierge, le mystère d’une petite hostie, et le mystère de la petite durée de notre vie et de notre épreuve.
La figure suivante (Figure 4) illustre laTrinité et le monde, dessin de la première édition du traité du Pélerin, à Augsburg vers 1480.


Nous pouvons maintenant reprendre, au point où nous l’avons laissé, le récit du Traité du Pèlerin: « Vois-tu cette figure ? Au centre c’est l’essence divine, la Divinité indivisée en qui se réjouissent tous les saints. Les trois pointes qui vont vers le cercle intérieur, ce sont les trois Personnes: elles sortent de l’unique divinité, elles embrassent le ciel et encore le monde entier, qui relèvent de leur puissance. Et comme elles sortent avec une force divine, ainsi elles rentrent; et elles sont unies, et inséparables en éternelle puissance. Voilà le sens de ce dessin » .
En regard de cette figure, encore incomplète, dont Nicolas révèle le sens au pieux pèlerin bavarois, essayons de placer, pour un instant, un schéma trinitaire très apparenté, qui se retrouve fréquemment au xve siècle, soit en miniature dans les livres d’heures, soit en sculpture au portail des églises et sur les dalles tumulaires, et destiné à rappeler les processions des personnes divines, leur mutuelle distinction, leur identité avec l’être divin; c’est-à-dire tout l’essentiel du mystère de la Trinité, où nous croyons que les trois Personnes, dont chacune s’identifie réellement à l’essence divine, sont néanmoins réellement distinctes entre elles.


Note : cette figure est reproduite dans chaque exemplaire de notre revue, en page de couverture.

Ci- après apparaissent deux figures qui concrétisent ce qui précède


Le sou et la fontaine de vie

LA FONTAINE DE VIE.
La place publique- Le frère se lève la nuit pour méditer sur la Passion et sur le martyre de Dieu. Au moment de se rendormir, il aperçoit en esprit une place: une foule de gens s’y livrent à de durs travaux, mais il s’étonne de les trouver si pauvres.
La vasque où se déverse la Fontaine. – Alors, à main droite, il vit une belle maison dont la porte était grande ouverte. Il entra et se trouva dans une cuisine, appartenant à toute une commune.
A droite, un escalier de quatre marches « ou à peu près »
Quelques rares hommes y montaient. Leur vêtement semblait aspergé de blanc.
Il vit une Fontaine sortir des marches et remplir une grande vasque dans la cuisine. Elle apportait trois choses: vin, huile, miel. Elle coulait aussi vite que l’éclair, et si haut que le palais en résonnait comme un cor. Il s’étonna que les gens, pourtant si pauvres, ne vinssent pas à la Fontaine, ouverte à tout le monde.
La source de la Fontaine. – Alors, il monta les marches pour voir d’où venait la Fontaine, Il parvint dans une grande salle. Au milieu, était un réservoir . Il s’en approcha au risque de s’enliser. Aux quatre angles, il remarqua quatre puissants étais de fer. La Source était si transparente qu’on aurait pu y apercevoir au fond le moindre cheveu’; et elle chantait merveilleusement dans le réservoir et dans le canai où elle s’écoulait. Elle était inépuisable et pleine jusqu’aux bords, bien qu’elle sortît par toutes les fentes.
Le monde périt de misère à c6té de la Fontaine de Vie. – Alors, il voulut redescendre pour voir ce qui retenait les hommes de venir puiser à la Fontaine. L’un avait dressé une barrière au travers de la place et il ne laissait passer personne sans réclamer le sou. Un autre faisait tournoyer son gourdin, pour exiger le sou. Un autre jouait du fifre, pour avoir le sou. Des tailleurs, des cordonniers, des artisans lui réclamèrent le sou. Et avant d’avoir fini, ils étaient déjà redevenus si pauvres qu’ils ne réussissaient même pas à s’enrichir temporellement. Mais personne ne venait puiser à la Fontaine.
Conclusion. – Alors la scène changea, l’homme vit des pentes sauvages semblables à celles qui entourent la chapelle et l’ermitage de frère Nicolas, et il comprit que le palais était frère Nicolas.
On ne peut servir Dieu et l’argent. La Fontaine, c’est la vie divine accessible largement, la vie trinitaire , capable de rénover la vie sociale, comme l’indiquent les appropriations :
mémoire, intelligence, volonté
autorité, obéissance, amour
puissance, sagesse,bonté
éternité, beauté, jouissance
unité, égalité, union.
Le manuel de la cellule trinitaire de votre serviteur détaille cela dans les pages 16 à 44. La recherche effrénér du sou ne peut conduire qu’à la ruine, à l’abattage, aux tremblements.
Le monde présentement se détourne des vraies réalités, et adore de fausses divinités : l’Etat, la Terre, le Peuple, etc et pousse en fait à la recherche du chaos.
Jean de Siebenthal
retour début

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »