Sylvie Heffinger résiste !

AFFAIRE CRIMINELLE : PUBLICATION ACTUALISÉE.
ALERTE :
SYLVIE DÉPOSE CE MATIN 2 FÉVRIER À LA GENDARMERIE DE SAINT-VALÉRIEN (89, YONNE).
Sylvie doit déposer une plainte auprès des gendarmes, qui lui ont paru être bien disposés : munie de quelques documents importants, elle doit leur expliquer que son petit garçon Leeroy est actuellement maltraité et détenu par un groupe sectaire à Bordeaux, sous couvert d’un pseudo “placement” simulé par le Département de la Gironde.
L’affaire avait commencé par des malversations en 2018, et spécialement des dénonciations calomnieuses et des faux en écritures commis par des travailleurs sociaux, par une psychiatre et par des cadres associatifs.
Les faussaires et les gourous ont notamment menti sur un diagnostic favorable porté par un psychiatre parisien qui avait bien précisé que Sylvie Heffinger n’est pas délirante (il va d’ailleurs porter plainte contre sa collègue bordelaise…).
Les malfaiteurs se sont également substitués aux médecins, pour prononcer à leur place un faux diagnostic sur le petit garçon, faux diagnostic qui est prouvé de façon incontestable par sa présence dans les décisions de justice et par l’emploi d’un jargon médical destiné à tromper.
Il a résulté de cela, que le petit garçon a été arraché à sa mère par des lâches qui sont venus aussitôt après elle à la crèche le 30 mai 2018 pour voler l’enfant après son départ.
Depuis Sylvie n’a pas de nouvelles de Leeroy, le département de la Gironde ne lui envoyant chaque mois que de fausses nouvelles écrites par un corbeau anonyme, manifestement mensongères, et que le département refuse d’assumer officiellement !
C’est la première fois qu’une administration dit que ses propres courriers ne sont pas officiels : nous avons manifestement affaire à un groupe sectaire composé de fous !
Le département reconnaît ne pas avoir le droit de contrôler ce que font les personnes qui détiennent le petit enfant : l’autorité politique officielle et donc subordonnée à un groupement sectaire secret.
Après des mois de fausses nouvelles prétendant que le petit garçon arraché à sa famille était heureux, le département a laissé échapper un peu de vérité : Leeroy est gravement malade, il doit même être opéré d’urgence !
En principe le petit garçon aurait même été opéré fin février, mais ce n’est pas absolument certain : des courriers vigoureux au juge des enfants et à la vice-présidente du département semblent avoir fait reculer les malfaiteurs.
Ceux-ci ont alors téléphoné plusieurs fois à la maman pour la harceler : l’un des appelants est un imposteur anonyme qui essaie de se faire passer pour le “médecin-référent de Leeroy” , mais il est d’apporter des informations médicales précises sur le petit garçon…
L’audition de Sylvie commence à 9 heures ce lundi 2 mars, mais il n’est pas impossible que Sylvie parte en garde à vue, n’ayant pas respecté une contrainte pénale à Bordeaux.
Si cela arrivait, il faudra intervenir : nous vous informerons.
Toutefois les Gendarmes ont semblé enclins à faire leur travail.
ACTUALISATION :
à 9 heures 45, les Gendarmes aiguillent Sylvie vers la Gendarmerie voisine de CHEROY, toujours dans l’Yonne.
Sylvie Heffinger a fait sa déposition, et les Gendarmes ont parcouru les sites et les publications que Sylvie et moi leur avions préparés : la gravité des FAITS leur a paru exceptionnelle, elle justifie que nous engagions des poursuites car il s’agit d’une AFFAIRE CRIMINELLE.
Dans l’après-midi du 2 février, le Département a confirmé à Sylvie qu’il a renoncé à faire opérer le petit garçon, alors que la veille l’opération lui était présentée comme “indispensable”.
Sylvie Heffinger a obtenu cette reculade en manœuvrant habilement.
Au Département qui lui demandait d’autoriser l’opération, dans le but probable de ne pas en assumer la responsabilité en cas d’échec, voici ce qu’elle a osé répondre, ainsi qu’au JUGE DES ENFANTS :
“Je viens de vous exposer les FRAUDES commises par mes adversaires pour me soustraire mon petit garçon, et je vous invite à retirer immédiatement du dossier judiciaire la TOTALITÉ de ce qu’il contient, c’est-à-dire : les FAUX EN ÉCRITURES, les DÉNONCIATIONS CALOMNIEUSES, les TRACTS que vous jugez “diffamatoires”, les critiques déplacées envers mon secrétaire bénévole, l’EXPERTISE FALSIFIÉE de votre psychiatre, le FAUX DIAGNOSTIC émis sur Leeroy par l’association X, etc.
Le VRAI dossier, c’est le mien : des attestations favorables notamment médicales, des témoignages, des photos et des vidéos montrant Leeroy heureux avec moi, une attestation du psychiatre Simon qui certifie que je ne délire pas, etc
A priori, je n’autorise pas l’opération qui me paraît inutile, SAUF dans un cas précis : si un VRAI MÉDECIN déclare que l’opération.
Un “vrai médecin”, c’est-à-dire un médecin qui DONNE SON NOM, et qui soit reconnu par l’Ordre : ce n’est pas le cas du charlatan qui me téléphone de la part du Département.
Il n’y aura pas d’ “accident opératoire” : il n’y aura qu’une opération chirurgicale réussie, ou un ACTE CRIMINEL dont vous aurez à répondre.
Depuis le début de l’affaire vous entretenez le mystère autour de Leeroy, vous me prétendez qu’il se porte bien, et voilà qu’il souffre de partout et qu’il faut l’opérer !
DONC, quelles que soient les conséquences négatives possibles de l’opération, ou de l’absence d’opération, c’est VOUS qui en serez responsables, et non pas moi.
Courtoisement,
Sylvie Heffinger.”
Le Département a paniqué, et s’est empêtré dans des appels contradictoires dont nous avons les preuves.
Il y aura des suites, et un retournement de situation : désormais c’est Leeroy qui tient le Département en otage, et non l’inverse.
L’obstination de la maman porte son fruit.

Affaire à suivre…

🙂 https://www.change.org/p/p%C3%A9docriminalit%C3%A9-stop-aux-soci%C3%A9t%C3%A9s-secr%C3%A8tes?recruiter=524007182&utm_source=share_petition&utm_medium=copylink&utm_campaign=share_petition&utm_term=30f7e8de71d64b94801d4a36adae89bf

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »