Tous à Limoges, le 17 janvier 2020

Mme Georgia Pouliquen nous invite tous à la soutenir par notre présence ou notre union en pensées.

 Elle doit passer au tribunal correctionnel de Limoges (87 Haute-Vienne-France) le vendredi 17 janvier 2020 à 10 h 30
23 place Winston Churchill

87000 Limoges 
(parking municipal payant devant).


Pour soi-disant une série de “délits” contre personnes dépositaires de l’autorité publique dénonciation calomnieuse outrage atteinte à l’intimité de la vie privée etc.

Ce qui est inédit c’est l’objet de cette dénonciation dite “calomnieuse”.
Elle a en effet dénoncé, par signalement à  L’IGPN, puis plainte au parquet, 
enregistrements à l’appui, des violences policières, menaces, fausses déclarations et détention arbitraire (sans garde à vue) survenues au sein même du commissariat de Limoges alors qu’ elle était convoquée librement pour un tweet non diffamatoire et déjà classé sans suite après une 1ere audition 15 jours avant.

La réaction du procureur a été immédiate : classement sans suite de la plainte sans garde à vue des policiers mis en cause ni enquête. Il les a fait se constituer partie civile.
Son témoignage:

A la place, en mentant à mon avocat afin qu’il ne puisse pas prévoir le temps nécessaire, il m’a fait placer en garde à vue 36 h avec nuit en cellule et fait auditionner sur chaque fait que j’ai dénoncé durant des heures puis déférer au parquet avec menottes pour passer devant son adjointe et une juge des libertés et de la détention à 20 h le lendemain
…  convoquer pour ces infractions et placer sous contrôle judiciaire avec pointage toutes les semaines au commissariat où j’ai été violentée 

… interdiction d’approcher les victimes, c’est à dire mes agresseurs 

… injonction de soins (mais de toute façon je voyais dejà un psy pour les traumatismes des coups).

En résumé il a inversé les charges pour les faire peser contre moi.

Je précise que sur les 29 enregistrements de violences que j’ ai réalisés (car c’était la 3ème fois que je me faisais violenter avec inaction de l’IGPN donc cette fois je le dis et je peux constituer une preuve) 4 ont été mis sur la chaîne YouTube avec les noms des harceleurs violents qui m’ont persécutée depuis janvier 2019 plainte …  29 octobre 2019. 
MAIS l’acte d’accusation mentionne bien comme dénonciation calomnieuse le signalement IGPN etc donc les actes légaux de dénonciation.

Or il est impossible de considérer cela comme de la dénonciation calomnieuse car tout a été enregistré. 

C’est annexé à ma plainte et signalé à l’IGPN.

La convocation pour ces infractions était impossible juridiquement.
Pour qu’il y ait dénonciation calomnieuse il faut qu’une juridiction de jugement ait définitivement relaxé les policiers agresseurs des faits que j’ai dénoncés. 

APARTÉ 
Le pire est qu’une dame vient de confirmer en me disant que ce mode d’inversion accusé /victime vient d’arriver à son fils de 20 ans et ses amis qui ont été attaqués au couteau par un homme alcoolisé. L’homme a été placé en cellule de dégrisement la plainte des jeunes immédiatement classée et ce sont les jeunes victimes qui dont convoquées par le parquet pour un rappel à la loi donc une procédure judiciaire contre eux.

C’est donc bien pour cela que je souhaite que mon procès soit le plus médiatisé possible pour que le mode de fonctionnement illégal des parquets de France soit dénoncé publiquement car cela n’arrive pas qu’à moi.

Et personne ne le sait. Procédures rapides sans juge, pas le temps de connaitre ses droits, pas d’avocat  

De plus c’est la première fois qu’un membre du milieu judiciaire car j’ai été gendarme et attaché dans des tribunaux, est traduit en justice pour avoir fait respecter la loi en utilisant la voie légale et est accusé pour avoir utilisé la loi contre des policiers et un gouvernement qui s’est mis hors la loi.

C’est comme un duel d’honneur 

J’ai été gendarme réserviste opérationnel pendant 4 ans, médaille de la défense nationale 
Mon père décédé était Colonel de gendarmerie mon grand-père gendarme.

C’ est un duel : l’honneur de la loi tel qu’elle doit être, représenté par moi en tant qu’ancien gendarme contre le déshonneur des policiers hors la loi et du gouvernement.
Et c’est la gendarmerie militaire contre la police et vous savez qu’on n’a pas la même conception de la loi. 

Symboliquement c’est fort d’autant que Limoges est surnommée la Mecque de la Franc-maçonnerie.

J’ai un avocat de Lyon Maître Olivier Forray qui est un avocat très sérieux et qui va aller au combat avec classe contre le procureur.

Bref c’est un procès qui doit faire date.

Et on doit être là en nombre car la justice est rendue au nom du peuple et non d’une officine de magistrats macronistes qui ont modifié l’équilibre du droit pénal pour protéger leurs actions illégales.

Une Ex-gendarme et juriste en #procès le 17 janvier (Limoges) après avoir dénoncé les #violences #policières subit, auprès de l’#IGPN. Preuves enregistrées à l’appui.

Georgia Pouliquen, juriste de profession, soutien et conseillère juridique, au coté des #giletsjaunes est aussi issue d’une “lignée de gendarme” (pére, grand pére et autre membre de sa famille, dans sa généalogie).
Son procès ce tiendra au tribunal correctionnel de Limoges le vendredi 17 janvier 2020 à 10h30. Etre là au moins une heure avant 23 Place Winston Churchill parking municipal en face.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »